Vous êtes sur la page 1sur 12

Université Bordeaux 2

Les principales pathologies impliquant une


dysfonction du cortex frontal

Fonctions exécutives  Traumatismes crâniens


 Maladies vasculaires
et syndromes frontaux  Anévrysmes Artères communicante antérieure,
Modèles et anatomie cérébrale antérieure
 Ischémie art. cérébrale antérieure, thalamique
fonctionnelle  Tumeurs cérébrales
 Méningiomes
 Sclérose en Plaques
Pierre-Alain JOSEPH  Encéphalites = herpès, VIH(lésions limbiques et
Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux
pierre-alain.joseph@chu-bordeaux.fr
fronto-temporales); abcès cérébraux
 Hydrocéphalies

Les principales pathologies impliquant une


dysfonction du cortex frontal
TRAUMATISME
 Démences « sous cortico-frontales »
CRANIEN:  Paralysie supra nucléaire progressive (Steele Richardson),
Parkinson,
MECANISME  Chorée de Huntington
LESIONNEL
 Démences
 Démence lobaire fronto-temporale
(historiquement Maladie de Pick)
ATTEINTES  Démence cortico-basale
ORBITO-  Maladie d’Alzheimer, démence à corps de
Lewy
FRONTALES &
TEMPORALES  Maladies psychiatriques
 Schizophrénie et autisme
 Trouble obsessionnel compulsif TOC Lobotomie frontale

Principaux déficits observés après lésion des


lobes frontaux
 Moteurs
hémiplégie (crurale)
négligence motrice
SYNDROMES FRONTAUX apraxie, troubles de la marche
ASPECTS CLINIQUES  Visuo-spatiaux
exploration visuelle
négligence visuo-spatiale
troubles constructifs
orientation et recherche de route
 Langage et communication
aphasie de Broca
aphasie dynamique –transcorticale motrice

2/04/09
Université Bordeaux 2

Les syndromes frontaux : Les syndromes frontaux :


Troubles moteurs Troubles de la perception et exploration
Hémiplégie, Hyperactivité motrice. Ralentissement et réduction
de l’activité.

Persévérations dans des situations où le patient doit inhiber Pas d’identification du stimulus signifiant,
l’activité, stéréotypies motrices. inattention aux stimulations extérieures.
Dépendance à l’environnement : tendance à imiter les gestes
produits devant soi (comportements d’imitation, d’utilisation)
(Lhermitte Ann Neurol 1986; 326-334) Réduction de l’exploration.
Grasping et aimantation motrice (collectionisme)
Distractibilité excessive, attirance par tous les stimuli
Sous utilisation et négligence motrice; Apraxie (dont apraxie de qui se présentent
la marche)

Epilepsie (crises frontales adversives, vocalisation, Bravais


Jacksonienne)

Les syndromes frontaux : initiation et


Principaux déficits observés inhibition
après d’une
lésion destâche
Langage, conduites verbales et communication  déduction, développement, maintien
lobes frontaux
et changement d’une règle opératoire
 Mnésiques  coordination de tâches multiples
Logorrhée lors de lésions orbito-frontales. Réduction du  Mémoire de travail  planification et résolution de
discours lors de lésions dorsolatérales.  Organisation de l’encodage et de la récupération
problèmes
 Sélection des souvenirs
Aphasie de Broca.  Exécutifs  hypoactivité avec apathie
 Cognitifs  hyperactivité avec distractibilité,
Réduction de la fluidité verbale lors de lésions préfrontales  Comportementaux désinhibition
(fluence verbale : « aphasie » dynamique ou transcorticale  persévérations
motrice).
 troubles émotionnels et interaction
Difficultés à organiser un récit sociale
(dimension chronologique, maintien axe principal, utilisation de  anosognosie, anosodiaphorie
traits annexes).  tr comportement alimentaire, sexuel,
sphinctérien
Troubles de compréhension et d’abstraction.

Les syndromes frontaux : Les syndromes frontaux:


Troubles de la mémoire Troubles attentionnels
Attention divisée:
Baisse de l’empan. Déficits de rappel libre en mémoire à long
terme.
Distribuer des ressources de traitement entre
différentes tâches exécutées simultanément requiert
Difficultés pour des stratégies de récupération (amélioration par le SAS.
l’indiçage).

Troubles de l’organisation temporelle de l’information et


Attention soutenue:
utilisation du contexte (chute de l’apprentissage associatif). Le contrôle exécutif joue un rôle dans le maintien de
l’attentionde façon soutenue sur de longues périodes
Troubles d’identification de la source (contexte) de temps.

2/04/09
Université Bordeaux 2

une vieille
SYNDROMES FRONTAUX histoire ...
HISTOIRE, ANATOMIE
Jean Cruveilhier (1829-42)
institutrice de 45 ans
apathie

Dominique Larrey (1829)


blessés militaires :
perte de mémoire,
confusion,
tr. compréhension

Trousseau &Broca

Le cas de Phineas Gage (1868) Historique


•1950-70: Luria est le premier à parler de
“fonctions exécutives” pour décrire les fonctions cognitives de
haut niveau = fonctions de contrôle de tâches cognitives diverses

•Années 80: modèle de Norman et Shallice de


Le crâne transpercé par une barre de fer, soigné par le Dr
Harlow, en dépit d’un bon rétablissement physique général, son contrôle attentionnel après celui de Baddeley (attention / mémoire
caractère avait changé : « Gage n'était plus Gage ». de travail)
Il était d'humeur changeante, parfois grossier, inconstant et Fuster, Van der Linden mémoire épisodique, encodage
capricieux. Son statut social changea, il ne put continuer à
diriger des travaux de construction de la voie ferrée. temporel de l’action et des informations
Son parcours est ensuite chaotique : il a travaillé dans l'élevage
de chevaux mais fut renvoyé, il fut une attraction du célèbre
•Années 90: Damasio cognition sociale = informations
cirque Barnum à New-York, puis conducteur de diligence à
Santiago, enfin décède SDF à Valparaiso en Amérique du Sud. émotionnelles régulatrices du comportement

LE SYNDROME FRONTAL ?
UN ILLUSTRE INCONNU ...
ensemble de troubles intellectuels et
comportementaux liés aux lésions frontales Deux approches complémentaires :
⇒ INCERTITUDES ANATOMO-FONCTIONNELLES :
• tableau «frontal» des lésions sous corticales,
de la ligne médiane, du tronc cérébral haut
• souvent lésions diffuses (traumatisés crâniens, anévrysmes)
 Le syndrome frontal =
⇒ INCERTITUDES CLINIQUES : concept anatomo-clinique
• Association inconstante entre troubles du COMPORTEMENT
et déficits INSTRUMENTAUX aux tests  Les fonctions exécutives =
• Faible sensibilité et spécificité du testing
neuropsychologique modélisation des mécanismes cognitifs
⇒ INCERTITUDES DES MODELES :
quels sont les rôles fonctionnels propres des structures frontales ?
 Approche fragmentaire

2/04/09
Université Bordeaux 2

LES FONCTIONS EXECUTIVES


“Executive functions” QUELLE EST LA NATURE DES FONCTIONS
terme introduit par Luria au sens des fonctions de EXECUTIVES ?
direction et de contrôle des tâches cérébrales,
accessibles à la conscience
capacité à initier, à faire se succéder, à associer, à
 Processus ou groupe de processus qui permet
interrompre ces activités
l’adaptation à des conditions nouvelles
dans des modalités cognitives multiples (langage, calcul, (à travers la modulation et le contrôle des
activités visuo-constructives, etc…) aptitudes cognitives de routine)
(Damasio, Shallice, Burgess)
Fonctions impliquées dans les tâches séquentielles
dirigées vers un but (Luria, Lezak, Dubois)
ensemble de processus (inhibition, planification,
contrôle, flexibilité…) mis en jeu dans des tâches  Responsables de difficultés d’adaptation sociale
nécessitant la mise en œuvre de processus contrôlés et professionnelle parfois importantes

QUELLE EST LA NATURE DES FONCTIONS QUELLE EST LA NATURE DES FONCTIONS
EXECUTIVES ? EXECUTIVES ?

 Les
fonctions
exécutives
sont
nécessaires
pour
initier
de
 Les fonctions exécutives sont nécessaires pour nouvelles
séquences
d’actions
en
inhibant
les
réponses
la recherche volontaire (consciente) habituelles
d’informations en mémoire  Elles
permettent
de
coordonner
la
réalisation
simultanée
de
deux
ou
plusieurs
tâches.
Elles permettent de contrôler le partage des ressources
 Les conduites exécutives sont accessibles à la attentionnelles d’une séquence de comportement à une autre
en fonction des exigences de l’environnement
conscience (langage intérieur)
= “métacognition”.  Elles
permettent
de
maintenir
son
attention
sur
une
longue
période
de
temps,
ou
de
mettre
en
oeuvre
une
réponse
différée
(“mémoire
prospective”).
Indépendance vis-à-vis du contexte immédiat

Pour résumer les fonctions exécutives


 Fonctions cognitives élaborées
 Impliquent les structures pré-frontales et sous-corticales
 Non spécifiques mais essentielles: fonctions de contrôle et
d’initiation
 Intervenant dans le comportement orienté vers un but et les
activités non routinières
 Difficultés fonctionnelles: situations nouvelles, conflictuelles ou
complexes
 Impact sur l’autonomie, l’interaction sociale et la réussite de la
réadaptation,
 Evaluation difficile
d’après S Jacquin-Courtois 2008

2/04/09
Université Bordeaux 2

Cortex frontal et action

Anatomie des fonctions exécutives

Large réseau cérébral

 Cortex pré-frontal
 Structures sous-corticales
 Aires pariétales postérieures

Importante hétérogénéité dans les aires cérébrales


associées aux différents processus

Moteur
Anatomie
Prémoteur
Le lobe frontal constitue 30% du cortex hémisphérique
Préfrontal
AIRES
 Les 3 zones du cortex préfrontal: FRONTALES
 Moteur et prémoteur
 Préfrontal (région dorso-latérale convexe)
 Orbitaire (médio-basal, interne)
Circonvolution
limbique
 Importance des circuits fronto-sous corticaux

Cortex frontal et comportement Anatomie = carrefour d ’information


prédominance des troubles comportementaux
en cas d’atteinte des régions paralimbiques antérieures

Cortex Sensoriel
Associatif Cortex
Messages Moteur
1. Cortex ORBITOFRONTAL
2. Cortex PREFRONTAL environnementaux CORTEX Exécution
LATERAL
PREFRONTAL
3. Cortex VENTRO MEDIAN
4. Système LIMBIQUE Intention
Système
Planification
Limbique
Adaptation Thalamus
Messages internes
Striatum
Procédures motrices
Activation

2/04/09
Université Bordeaux 2

Évolution de la
capacité crânienne
chez les hominidés:
développement du
complexe pariéto-
frontal

Tractographie et Spectroscopie

Superior longitudinal fasciculus


 association cortex pariétal – cortex frontal
Catani et al. 2003

Lobe frontal, et structures cérébrales


support des émotions, de la vie végétative et de la mémoire
Le comportement
et les émotions

Le système limbique

Hypothalamus :
Réactions viscérales
Amygdale :
Attribution d’une signification émotionnelle (peur) +
Mémorisation implicite des émotions
Cortex cingulaire : Élaboration de la conscience de
l’émotion
Hippocampe : Mémorisation explicite (épisodique) des
émotions

Principaux troubles
comportementaux du
syndrome dysexécutif
(Godefroy Rev Neurol 2004)
 « Pseudo-dépression »

Hypoactivité globale avec aboulie et/ou apathie Apathie


et/ou aspontanéité
Aspontanéité
Adynamie
Hyperactivité globale avec distractibilité et/ou
impulsivité et/ou désinhibition
Souvent atteinte des fonctions exécutives (liée à la
localisation lésionnelle)
Persévération de règles opératoires et
comportement stéréotypé Lésion dorsale ou dorso-latérale du lobe frontal

Syndrome de dépendance à l’environnement


utilisation, imitation (Lhermitte, 1981 ; Lhermitte et al., 1986)

2/04/09
Université Bordeaux 2

Principaux troubles comportementaux


du syndrome dysexécutif (Godefroy Rev Neurol 2004) FONCTIONS EXECUTIVES et
Confabulation et paramnésies réduplicatives
MODELES COGNITIFS

Anosognosie et anosodiaphorie

Troubles émotionnels et du comportement social

Troubles du comportement alimentaire, sexuel et


sphinctérien

 perte d’auto activation psychique


(Laplane Revue Neurol 1990, 146: 397-404)
 athymhormie perte de l’intérêt et de l’affectivité
(Habib et Poncet 1988, 144: 571-577)

Des approches successives


Modèle de Luria (1966)
Les fonctions corticales supérieures
 contrôle et planification de l’action de l’homme PUF 1978

LURIA
 mémoire et attention
régulation de l’action en contrôlant les structures
SHALLICE postérieures et sous-corticales, impact sur
 lien cognition et l’ensemble du fonctionnement cognitif
• Contrôle et réalisation des actes séquentiels finalisés:
affectivité/comportement Planification
DAMASIO, BECHARA • Role régulateur interne du langage
• Prise de conscience : anosognosie

Modèle de Luria Recherches sur la mémoire


modèle anatomo-fonctionnel du contrôle de
tâche en 4 étapes : Milner étude des processus de
• Identification et maintien du but (analyse des catégorisation Test de sorting (Wisconsin)
données initiales) cortex orbitaire

• Planification : Assemblage du programme Goldman Rakic « Mémoire de


organisation des étapes cortex préfrontal dorsal
représentation » maintien d’une
• Exécution du programme cortex prémoteur information disparue de l’environnement

• Vérification du résultat : confrontation aux données


initiales et correction si nécessaire

2/04/09
Université Bordeaux 2

Role des lobes frontaux dans


l’organisation temporelle de l’activité
Epreuves à réponse retardée
(Goldman-Rakic 1987)
Fonction d’intégration temporelle de l’activité
Jacobsen a montré en 1936 que les tests de
réponses différées étaient spécifiques du lobe
frontal. Le maintien de la représentation interne  Capacité de projection dans l’avenir : anticipation
pendant le délai implique intensément le lobe
frontal.
 Rétroprojection : mémoire épisodique, expériences passées
Fuster (1971) a montré qu'il existait un lien entre  Contrôle des interférences : organisation temporelle des
prévention et réponse rattaché au lobe frontal en tâches multiples
faisant des enregistrements intracellulaires
pendant une tâche de réponse différée. : les
neurones ne déchargent pas pendant la
présentation du stimulus mais déchargent pendant
le délai.
Fuster (Revue Neuropsychologie 1994 4: 289-304)

Baddeley et Hitch (1974) -allouer des ressources durant

Fonctions exécutives et processus et Baddeley (1986) l’exécution simultanée de 2


tâches

attentionnels
-changer de stratégies de
recherche
 Lien entre mémoire et attention: -prêter sélectivement attention
à un stimulus et inhiber l’effet
modèle de Mémoire de Travail perturbateur des autres
-maintenir et manipuler des

Relations étroites entre fonctions


informations contenues dans la
Administrateur Central MLT
Amodal (1996)
exécutives et certains processus
attentionnels notamment sélectivité
Système de contrôle à capacité attentionnelle limitée

et division de l’attention, gestion de ↨ ↨


la mémoire de travail Boucle phonologique Calepin visuo-spatial
Modalité auditivo-verbale Modalité visuo-spatiale
Capacité de stockage limitée Capacité de stockage limitée

↑ ↑
Entrée verbale Entrée visuelle 46

Le modèle du contrôle attentionnel Modèle de Norman et Shallice


de Norman et Shallice (1982, 1988)
 Notion de contrôle et de régulation
 Les actions sous la dépendance de l’activation de  Oppose actions routinières aux actions non routinières
routines (schémas d’action) sont possibles sans contrôle
attentionnel important
 Les conflits entre les différentes routines sont pris en Situation nouvelle →
Système persévérations ,
charge par un processus semi automatique gestionnaire non routinière
attentionnel distractibilité…
des conflits (contention scheduling) superviseur
Cx préfrontal
 Le SAS Système attentionnel de supervision intervient
quand la sélection de schémas d’action est insuffisante
(nécessité d’une stratégie particulière ou nouvelle) Structures Systèmes
perceptives effecteurs
 le système superviseur attentionnel est un équivalent
de l’administrateur central de la mémoire de travail
(Baddeley 1986) Situation familière → Système
routinière gestionnaire
de conflits

2/04/09
Université Bordeaux 2

La compréhension de l’organisation et
de l’apprentissage sensorimoteur:
Evolution du modèle

Processus impliqués
 capacité d'inférence et de généralisation
dans le traitement d’une propriétés "auto associatives"
situation nouvelle
(Shallice & Burgess,
1991, 1996)  capacité à retrouver une
combinaison de signaux même si on
ne fournit aux neurones qu'une partie
des indices de la situation d'origine
(MOP : memory organization
(Rolls 1996)
packets)

un simulateur et un comparateur Les neurones miroirs pariéto-frontaux


plutôt qu'un programmateur
 Substrat neuronal commun
perception -action
l'action amène à évoquer les  Prédiction de l’action
spécifications de réponses passées et  Prédiction de l’intention

à évaluer leurs chances d'être What et Why ?


efficaces  Évocation/Action,
Observer et agir: même

le lobe frontal évalue l'écart entre la unité fonctionnelle

prédiction (conséquences sensorielles Rizzolatti et al (1996…2007)


attendues) et la réalisation Science 2005

(Hikosaka 1993, Berthoz 1997)

Mécanismes des troubles du


Les liens cognition comportement comportement?
Perturbation du comportement par atteinte du traitement
des informations du registre émotionnel ou social:
 des marqueurs somatiques, informations neurovégétatives et
émotionnelles acquises lors d’expériences antérieures, et
réactivées dans certaines situations afin de guider le
comportement dans un sens favorable au sujet (Damasio et al.
1991).
 de la représentation des pensées d’autrui (comme ses
intentions ou convictions). Cette aptitude appelée « théorie de
l’esprit » (« theory of mind ») (Premack et Woodruff, 1978)
 d’un registre de stockage et l’utilisation d’informations
concernant les « connaissances sociales » requises pour la
réalisation des interactions interpersonnelles dans régions ventro-
médiales (Grafman,1995)

2/04/09
Université Bordeaux 2

Théorie des marqueurs somatiques


Perturbation du comportement par atteinte du traitement (Damasio 1991,1995)
des informations du registre émotionnel ou social:

 Troubles du comportement de certains patients


 des marqueurs somatiques, informations
neurovégétatives et émotionnelles acquises lors frontaux (surtout lésions médianes et orbitaires):
d’expériences antérieures, et réactivées dans certaines incapacité à s’engager dans les activités de la vie
situations afin de guider le comportement dans un sens quotidienne avec profit, d’ajuster leurs comportements
favorable au sujet (Damasio et al. 1991).
sociaux, de réagir de manière adéquate aux situations
 de la représentation des pensées d’autrui (comme ses intentions
professionnelles ou personnelles malgré performances
ou convictions). Cette aptitude appelée « théorie de l’esprit » (« aux tests correctes (planification, mémoire de travail)
theory of mind ») (Premack et Woodruff, 1978)
 difficulté de prise de décision et de choix, incapable de
 d’un registre de stockage et l’utilisation d’informations
concernant les « connaissances sociales » requises pour la tenir compte des conséquences immédiates de l’action
réalisation des interactions interpersonnelles dans régions pour organiser des choix futurs, réaction émotionnelles
ventro-médiales (Grafman,1995) inadéquates

Le cortex orbito frontal permet de prendre en


Théorie des marqueurs somatiques considération ses rencontres précédentes avec des
stimulus et en tirer parti pour la réalisation de ses choix et
(Damasio, 1995) de ses plans d'actions

 Les états somatiques sont des modifications biologiques


(du registre végétatif et émotionnel)
associées à la réponse possible.
Les connexions au système limbique permettent de
prendre une décision rapide à partir de l ’évaluation de
ces états somatiques
(rôle du cortex frontal ventro-médian dans l ’accès ou la
genèse de ces états somatiques)

Damasio et la théorie des marqueurs somatiques (1994)

Perturbation du comportement par atteinte du traitement


Capacités d’anticipation des informations du registre émotionnel ou social:

 des marqueurs somatiques, informations neurovégétatives et


Bechara (Brain 2000;123: émotionnelles acquises lors d’expériences antérieures, et
2189-2202) : prise de réactivées dans certaines situations afin de guider le
comportement dans un sens favorable au sujet (Damasio et al.
décision impulsive sans 1991).
 de la représentation des pensées d’autrui (comme ses
anticipation des intentions ou convictions). Cette aptitude appelée «
conséquences ultérieures théorie de l’esprit » (« theory of mind ») (Premack et
Woodruff, 1978)
(Test du Casino)
 d’un registre de stockage et l’utilisation d’informations
concernant les « connaissances sociales » requises pour la
Activations associées avec l’anticipation du risque (décisions à réalisation des interactions interpersonnelles dans régions
risque moins décisions sûres) image T1 standardisée de 14 ventro-médiales (Grafman,1995)
sujets normaux
H. Fukui et al. / NeuroImage 24 (2005) 253–259

2/04/09
Université Bordeaux 2

Théorie de l’esprit Le cortex préfrontal semble être essentiel dans


Troubles de la perception des états mentaux d’autrui = les supports de la théorie de l’esprit
cognition sociale (attribution d’intention à autrui, (Shallice, 2001).
représentation mentale d’un tiers)
 Des études récentes ont montré une atteinte des
 En 1978, Premack et Woodruff définissent la théorie de
l ’esprit « theory of mind » comme la capacité d ’un capacités de théorie de l’esprit après lésions
individu à attribuer des états mentaux à lui-même et frontales (Stone et al, 1998; Channon et Crawford,
aux autres. 2000; Stuss et al, 2001; Rowe et al, 2001).
 Appliquée notamment à l’autisme
(Baron-Cohen et al 1985)  On a également montré des troubles de la théorie de
l’esprit dans la démence fronto-temporale (Fayada
 Il s’agit de l’aptitude d’un sujet à expliquer et à et al, 1996 ; Lough et al, 2001), dans la maladie de
prédire ses propres actions et celles d’autrui, aptitude
qui nécessite de pouvoir inférer que ces actions sont Parkinson (Saltzman et al, 2000), et dans la
induites par des états mentaux. maladie d ’Alzheimer (Cuerva et al, 2001).

H Bibby, S Mc Donald Theory of mind after traumatic brain injury Neuopsychologia 2005; 43: 99-114

Traumatisés crâniens
Théorie de l’esprit et empathie
H. Bibby, S. McDonald/Neuropsychologia 43 (2005) 99–114

Réseau de base orbito frontal et temporal:


mPFC, superior temporal lobe et temporal pole
Implication d’autres réseaux, p ex amygdale dans la prise en compte de l’état
émotionnel d’autrui

Tâches de théorie de
l’esprit (TOM) chez TC
et contrôles

Area of activation in the orbitofrontal cortex in the contrast (FToM_ ~ FPhysical 1_) ~ (FEmp_ ~
FPhysical2_). This area was activated to a greater extent when subjects were processing ToM stimuli than
during attending to empathy stimuli. (A) Sagital view. (B) Transverse view.
B.A. Völlm et al. / NeuroImage 2005

Perturbation du comportement par atteinte du traitement Les connaissances sociales


des informations du registre émotionnel ou social:
 Grafman (1995) a proposé que les régions ventro-
médiales permettent le stockage et l’utilisation
 des marqueurs somatiques, informations neurovégétatives et d’informations concernant les «connaissances sociales»
émotionnelles acquises lors d’expériences antérieures, et
réactivées dans certaines situations afin de guider le requises pour la réalisation des interactions
comportement dans un sens favorable au sujet (Damasio et al. interpersonnelles..
1991). Leur atteinte rendrait compte des perturbations du
 de la représentation des pensées d’autrui (comme ses comportement comme l’incapacité à répondre de façon
intentions ou convictions). Cette aptitude appelée « théorie de appropriée aux indices « sociaux » ou de se conformer
l’esprit » (« theory of mind ») (Premack et Woodruff, 1978) aux conventions sociales.
 d’un registre de stockage et l’utilisation d’informations
concernant les « connaissances sociales » requises pour la  Cela pourrait expliquer que certains patients
réalisation des interactions interpersonnelles dans régions présentent, outre les troubles comportementaux, une
ventro-médiales (Grafman,1995) incapacité à définir ce qui est socialement approprié
(Milne et al., 2001 ; Wood et al., 2003).

2/04/09
Université Bordeaux 2

Une neuropsychologie de la prise de


Mécanisme des troubles du décision ?
comportement?
déficit cognitif Rationnel : raisonnement, attente d’utilité
 les persévérations atteinte de la flexibilité
conceptuelle (Milner, 1963), désengagement? Emotionnel :
 la distractibilité, un déficit de sélectivité de  anticipation du résultat (Damasio, Milla&Berthoz 2003)
l’attention (Godefroy et al., 1996)?  contexte du choix, regret
 les confabulations, une atteinte des processus (comparatif obtenu /ce qui aurait pu l’être) orbito-frontal
de sélection des souvenirs pertinents? (Tremblay& Schultz Nature 1999)

(Van der Linden)  empathie, représentations internes


 le déficit de systèmes inhibiteurs neurones miroirs
(ex Alzheimer…)

 Unité et diversité des fonctions exécutives Une approche modulaire des fonctions
frontales
 Étude des différences individuelles dans 3 fonctions exécutives
classiques: examiner la ‘séparabilité’ de Clustering of frontal activations produced by widely
different cognitive demands. Prefrontal activations from
 La fonction de mise à jour six experiments – con-cerned, respectively, with auditory
 Les capacités de flexibilité discrimination (green), visual divided attention (blue), self-
paced response production (yellow), task switching
 Les processus d’inhibition
(orange), spatial problem solving(pink) and semantic
processing of words(red) –Despite the diversity of cognitive
demands in these experiments, frontal activations show
 → 3 fonctions séparables mais modérément corrélées apparent clustering, with most points within mid-
dorsolateral, mid-ventrolateral and dorsal anterior
cingulate regions (see definitions in text). Abbreviations:
CC, corpus callosum; IFS, inferior frontal sulcus; SF,
 Processus communs = unité de base du fonctionnement Sylvian fissure.
exécutif ?

Duncan & Owen Trends Neurosci. (2000) 23, 475–483


Miyake 2000

Fonctions frontales : Pour en savoir plus…


différences inter-individuelles
 Neuropsychologie Neurosciences cognitives et
• Multiples représentations cognitives cliniques Vol 1 N° 1 mars 2009 Fonctions de
activées en parallèle : contrôle frontal et syndromes dysexécutifs:
managerial knowledge units quelles délimitations et quelles avancées?
(Grafman 1989)  Godefroy O et le Grefex. Syndromes frontaux et
dysexécutifs. Rev Neurol (Paris) 2004; 160:
• Différents styles cognitifs et 899-909.
différents répertoires d’action suivant
les expériences personnelles de l’individu

2/04/09