Vous êtes sur la page 1sur 22

Les aciers

Les valeurs de limite élastique sont les mêmes en traction et en compression.


Deux grands types d'armatures sont disponibles sur le marché : les ronds lisses (RL) et les
armatures à haute adhérence (HA).
Quand les armatures sont soudées entre elles sous forme de quadrillage elles forment le
panneau de treillis soudé, voir documentation Association technique pour le Développement
de l’Emploi du Treillis Soudé (ADETS).

3.1 diamètres des armatures

Les diamètres normalisés d’armatures courantes sont :


(HA): 6 8 10 12 14 16 20 25 32 40 [mm]
(RL): 6 8 10 12

2
Sections totale d'acier en cm
Diamètres Masse kg/m 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
6 0,222 0,28 0,57 0,85 1,13 1,41 1,70 1,98 2,26 2,54 2,83
8 0,395 0,50 1,01 1,51 2,01 2,51 3,02 3,52 4,02 4,52 5,03
10 0,617 0,79 1,57 2,36 3,14 3,93 4,71 5,50 6,28 7,07 7,85
12 0,888 1,13 2,26 3,39 4,52 5,65 6,79 7,92 9,05 10,18 11,31
14 1,210 1,54 3,08 4,62 6,16 7,70 9,24 10,78 12,31 13,85 15,39
16 1,580 2,01 4,02 6,03 8,04 10,05 12,06 14,07 16,08 18,10 20,11
20 2,466 3,14 6,28 9,42 12,57 15,71 18,85 21,99 25,13 28,27 31,42
25 3,850 4,91 9,82 14,73 19,63 24,54 29,45 34,36 39,27 44,18 49,09
32 6,313 8,04 16,08 24,13 32,17 40,21 48,25 56,30 64,34 72,38 80,42
40 9,864 12,57 25,13 37,70 50,26 62,83 75,40 87,96 100,53 113,09 125,66

3.6 Jonction des barres

Les jonctions entre barres peuvent se réaliser par recouvrement, par manchonnage (aciers
HA seulement) ou par soudage (en bout par recouvrement); dans ce dernier cas les armatures
doivent présenter certaines caractéristiques de "soudabilité" (AFNOR A35-18).
6.2 Conditions d'ancrage

- Il faut prolonger les parties courbes (figures 11.6 et 11.7) par des parties rectilignes de
longueurs égales à:
* 5  pour un arc de 180o;
* 10  pour un arc de 135o;
* 15  pour un arc de 90o.

- L'inclinaison des plans d'ancrage doit être inférieure à  / 8 .

15 

10 
5

  

Figure: Prolongements des parties courbes

15 

5 5
 
10 

5

Epingle Etrier
Cadre

Figure: Prolongements des armatures transversales


1. 7. Recouvrement

Dans le cas du recouvrement de deux barres, il s'agit de transmettre l'effort total d'une
barre dans une seule direction. Dans d'autres cas où le même effort se transmet dans
plusieurs directions, la couture nécessaire dans une direction donnée est égale à une fraction
de l'effort total, comprise entre le quart et l'unité, suivant le cas particulier à considérer. Il
convient de choisir cette fraction d'autant plus forte que la proportion de barres ancrées est
plus élevée.
7.1 Barres rectilignes sans crochet (cas fréquent)

a) Barres tendues- continuité par simple recouvrement

Lr = Ls
FeE400  L r  40 
FeE500  L r  50 

b) Barres tendues- continuité par couvre joint

Lr = 2 Ls

c) Barres comprimées - continuité par simple recouvrement

Lr = 0.6 Ls
FeE400  L r  24 
FeE500  L r  30 

d) Couture des jonctions

Armatures de couture

Lr
At f et   A s f e

A t  Nb cadres   Nb brins     2t / 4


7.2 Barres rectilignes avec crochets normaux

Le crochet normal est façonné selon le plan de la figure 11.8.

2

r

Lr

Figure: Façonnage du crochet normal

a) Ronds lisses

L r  0.6 L s  30 

b) Aciers HA

L r  0.4 L s

FeE400  L r  16 
FeE500  L r  20 

c) En Plan

Si c représente la distance entre deux crochets dans le plan horizontal qui les contient,
alors:

c5  L r est valable


c5  L r est remplacée par L r  c
d) Couture des jonctions

1
At f et 
2
 As fe

Les poteaux

En pied et en tête des poteaux, il faut renforcer les armatures transversale pour s’opposer au
gonflement et a l’éclatement du béton de plus, le renforcement des armatures transversales en
tête améliorera la résistance au cisaillement.
Il est impératif de relier les extrémités des poteaux en assurant la continuité du ferraillage
par un réseau de longrine ou de chinage.

I. Prédimensionnement des poteaux :

Le calcul de la section du béton se fera au flambement sous l’action de la compression


centrée. Les règles du CBA93 préconisent de prendre la section réduite (en enlevant une
bande de largeur de «1cm» sur toute la périphérie de la section droite) afin de tenir compte
de la ségrégation du béton.
En outre, l’effort normal agissant ultime «Nu » d’un poteau doit être au plus égal à la valeur
suivante :

Nu ≤ α ((Br . fc28 / 0,9 γb) + (As . fe/γs))


Avec :
Br : section réduite du poteau (en cm²) ; Br = (a-0,02)(b–0,02).
As : section d’acier comprimé prise en compte dans le calcul.
fc28 : résistance à la compression de béton.
fe : limite d’élasticité de l’acier utilisé.
γb = 1,5. et γs = 1,15.
α : coefficient dépendant de l’élancement mécanique « λ » des poteaux qui est défini
comme suit :
λ : l’élancement mécanique d’un poteau comprimé d’une section constante est le
rapport de sa longueur de flambement lf au rayon de giration (i) de la section droite
du béton seul calculé dans le flambement : λ = lf / i .

 Si λ  50: α = 0,85 / (1 + 0,2 . (λ / 35)²).


 Si 50 < λ < 70: α = 0,60 (50 / λ)².

Comme le calcul se fait en compression centrée, on fixe l'élancement mécanique


forfaitairement à λ = 35, d'où :

α = 0,85/(1+ 0,2×1) = 0,708

D’après les RPA99.ver2003 on a : As=0,9%Br ………….


D’où :
Br = 0,708 Nu

D’après le RPA, on major Br par 20% pour tenir compte des effets du séisme.

Alors: 1,2 Br = (a-0,02)(b-0,02)

On a pour des raisons architecturales la largeur des poteaux est fixée par 60cm sur
toute la hauteur du bâtiment, on vas faire le prédimensionnement des poteaux que sur une
seule dimension.

Le prédimensionnement sera sur le poteau le plus sollicité.

II. Prédimensionnement des éléments :


Le prédimensionnement a pour but de déterminer l'ordre de grandeur du point du vue
coffrage de chaque élément constituant l'ouvrage a fin d’éviter le sur coût d’acier et de
béton.
Ly
1. Plancher dalle pleine : e

Les dalles sont des plaques minces dont

l’épaisseur est faible par rapport aux autres

dimensions, elles reposent sur 2,3 ou 4 appuis. L


g
g
L’épaisseur de la dalle dépend des conditions suivantes : g
g
x
x
x
i. Condition d’isolation acoustique : xx
 Contre les bruis aériens :

Mplancher = 2500×e ≥ 400 kg/m² (y compris le revêtement)  e  16cm

 Contre les buis d’impacts :

Mplancher = 2500×e ≥ 350kg/m² (y compris le revêtement)  e  14cm

ii. Condition de résistance contre les incendies :


Pour 02 heurs de coupe feu :  e  11cm
iii. Condition de résistance à la flexion :

On prend le cas de la dalle la plus défavorable dont les dimensions suivantes :

Lx = le petit coté de la dalle ; Ly = le grande coté de la dalle.

Dans notre cas on a la dalle la plus défavorable est une dalle carré de dimension :

Lx = Ly = 7,60 - 0,30 = 7,30 m.

α = Lx / Ly = 1 > 0,4 ................. La dalle porte sur deux sens.

Notre dalle repose sur 04 cotés …………….. L/50 ≤ e ≤ L/40

D’où 14,60 cm ≤ e ≤ 18,25 cm

Conclusion :
On a opté pour les valeurs suivantes :

On prend l’épaisseur de la dalle e = 20 cm pour les étages courants et la terrasse.


On prend e = 15 cm pour la dalle du block machine.
On prend e = 25 cm pour la dalle renforcée de l’ascenseur

2.1 Géométrie

x
h

y
x : petite portée
y : grande portée

h: épaisseur ( h   x et h   y )
p: chargement uniformément réparti par unité d'aire du panneau
P: charges concentrées

2.2 Moments

M 0 : moment isostatique évalué à mi-portée

M t : moment en travée

Mw
: moment sur l'appui de gauche
M e :moment sur l'appui de droite

Les moments M t , M w , M e tiennent compte des continuités et du sens x ou y.

Me
3. Dalle portantM
dans
w un seul sens

Le calcul est effectué selon cette hypothèse lorsque la dalle est en appui continu sur
M0
portée 
seulement les deux côtés correspondant à la petiteM x ou lorsque  x  0.4  y .
t

x
Dans ce cas le BAEL 91 indique la méthode de calcul en panneaux longs. Tout se passe

comme si l'on a affaire à une poutre de largeur unitaire et de portée  x soumise à la flexion
simple. La méthode de calcul tenant compte de la continuité est la méthode de Caquot.

4. Dalle portant dans les deux sens

Lorsque le panneau de hourdis rectangulaire (dalle) est en appui continu sur 4 côtés avec:
0.4  y   x   y
, le BAEL autorise le calcul dans les deux sens  x et  y et indique des
procédés de calcul approché

Les moments isostatiques au centre de la plaque sous un chargement uniforme p valent:

M 0 x   x p2x

M 0y   y M 0x

Le tableau des valeurs numériques  x et  y est extrait d'un article de Mougin (annales
ITBTP, no. 436, pages 30-56). On fera attention de choisir le cas   0 à l'ELU et   0.2
à l'ELS avant d'utiliser le tableau de la page 152.
- Les moments dans les panneaux réels (continus) sont pris égaux aux moments isostatiques
multipliés par des coefficients forfaitaires (tenant compte de la continuité).
- Le moment sur l'appui commun à deux panneaux est le plus grand en valeur absolue des
moments déterminés pour chacun des deux panneaux.
 0.5 M 0 x  0.5 M 0 x
 0 .3 M 0 x
 0.5 M 0 x  0.5 M 0 x
0.75 M 0 y 0.85 M 0 y
y

0.75 M 0 x 0.85 M 0 x

 0.5 M 0 x  0.3 M 0 x
rives
x
panneau continu panneau de rive

Lx /ly µx µy
0.40 0.111 0.245
O.45 0.1039 0.286
0.50 0.0973 0.328
0.55 0.0911 0.377
0.60 0.0849 0.435
0.65 0.0787 0.492
0.70 0.0728 0.550
0.75 0.067 0.612
0.80 0.061 0.684
0.85 0.0961 0.757
0.90 0.0511 0.831
0.95 0.0465 0.915
1 0.0423 1

Mx = µx . qLx2
My = µy . Mx
x
h

Fx : ferraillage de la sens Lx y

Fx = Mx /(7/8).h.∂

H : l’épaisseur de la dalle (-) l’enrobage


∂ = 28

Les escaliers :

Un escalier permet le déplacement vertical des usagers entre les différents niveaux
d’une construction en toute sécurité.

 Détermination de G et H :

Pour le confort des locataires on doit respecter la théorie de Blondel :

H : hauteur de la contre marche et le plus courant varie de 14 à 20 (17 en moyenne) .

G : Giron le plus courant varie de 22 à 33 cm (30 cm en moyenne).

On prend :

G = 30 cm.
H = 17 cm.

59 cm ≤ 17×2 + 30 ≤ 64 cm Vérifiée.
 Epaisseur des escaliers (e):

tg α = H / G = 0,57 α = 29,54°

 1ere escalier :

1.9 1.4

L = 1,9 + 2,7/cos(29,54) + 1,4 = 6,40 m

D’où : 0,213 ≤ e2 ≤ 0,256 m

On prend :

e1 = 25 cm
 2eme escalier :

3.3

2.0 1.4

Schéma de l’escalier 2

L = 2,0 + 2,7/cos(29,54) + 1,4 = 6,50 m

D’où: 0,217 ≤ e1 ≤ 0,260 m

On prend:

e2 = 25 cm
Conclusion :
On généralise pour les 02 escaliers avec une même épaisseur e = 25 cm.

Descente de charge :

La descente de charge consiste à calculer pour chaque élément porteur de la structure la


charge qui lui supporte au niveau de chaque étage jusqu’à la fondation, et pour pouvoir
prédimensionner ces éléments.

1) Plancher terrasse inaccessible :

Protection gravillon (5 cm)…………………..………. 0,05x1600 = 80 kg/m²


Etanchieté multicouches (2 cm)…………………………0,02x600 = 12 kg/m²
Béton de pente (12 cm)………………………..……….0,12x2200 = 264 kg/m²
Isolation thermique (04 cm de liège)……………………...0,04x40 = 1,6 kg/m²
Poids propre du plancher (20 cm)……………………….0,2x2500 = 500 kg/m²
Enduit en plâtre (03 cm)……………………………3x10 kg/m²/cm = 30 kg/m²

Gt = 887,6 kg/m²

1,1Gt = 976,36 kg/m²


Terrasse inaccessible ……………………………………………….Q = 100 kg/m²

2) Plancher block machine :

Protection gravillon (5 cm)……………………………….0,05x1600 = 80 kg/m²


Etanchieté multicouches (2 cm)…………………………..0,02x600 = 12 kg/m²
Béton de pente (12 cm)……………..…………………...0,12x2200 = 264 kg/m²
Isolation thermique ( 4 cm de liège)……………………..0,04x40 = 1,6 kg/m²
Poids propre du plancher (15cm)………………………0,15x2500 = 375 kg/m²

Gt = 732,6 kg/m²
1,1Gt = 805.86 kg/m²
Terrasse inaccessible ……….………………………………………….Q = 100 kg/m²

3) Plancher étage courant :

Revêtement marbre (3 cm)………………………………0,03x2800 = 84 kg/m²

La chape (2 cm)………………………………………….0,02x2000 = 40 kg/m²

Lit de sable (3 cm)……………………………………….0,03x1700 = 51 kg/m²

Poids propre du plancher (20cm)……………………. …..0, 2x2500 = 500 kg/m²

Enduit plâtre (3 cm)…………………………………...3x10 kg/m²/cm = 30 kg/m²

Cloison de répartition ………..……………………………………………….100 kg/m²


Gt =805 kg/m²

1,1Gt = 885,5 kg/m²

Etage courant à usage des bureaux………………………………………Q = 250 kg/m²

Escalier :
 Volée :

Revêtement marbre (3 cm)……………………. …0,03x2800 = 84 kg/m²

La chape (2 cm)…………………………………...0,02x2000 = 40 kg/m²

Poids propre de la marche…………………….(0,17x2200)/2 = 187 kg/m²

Poids propre de la paillasse (25cm)………..(0,25x2500)/cosα = 718,38 kg/m²

Enduit ciment (2 cm)……………… ……………....0,02x1800= 36 kg/m²

Garde corps ………………………………………………………… 100 kg/m²

Gvolée = 1065,4 kg/m²

Escalier à usage de bureau…………………………………………Qvolée = 400 kg/m²


 Palier :

Revêtement marbre (3 cm)………………………. 0,03x2800 = 84 kg/m²

La chape (2 cm)……………………………………0,02x2000 = 40 kg/m²

Lit de sable (3 cm)…………………………………0,03x1700 = 51 kg/m²

Poids propre du palier (25cm)……………………..0,25x2500 = 625 kg/m²

Enduit en ciment (2 cm)……………………………0,02x1800= 36 kg/m²

Gterrasse = 836 kg/m²

Escalier à usage de bureau Qterrasse = 400 kg/m²


Maçonnerie :

Brique creuse (15+10cm)…………………………..0,25x900 = 225 kg/m²

Enduit en ciment (3cm)…………………………….0,03x1800 = 54 kg/m²

Enduit en plâtre (2cm)………………………………2x10 kg/m²/cm = 20 kg/m²

Gmaçonnerie = 299 kg/m²

Voiles :
i. Voiles d’angles :
Poids propre (25 cm) ………………………………0,25 x 2500 = 625 kg/m²

Enduit en plâtre (2 cm)……………………………..2x10 kg/m²/cm = 20 kg/m²

Enduit en ciment (3cm)…………………………….0,03x1800 kg/m²= 54 kg/m²

Gv1 = 699 kg/m²

ii. Voiles du noyau


Poids propre (25 cm)………………………………0,25 x 2500 = 625 kg/m²

Enduit en plâtre (2x2 cm)…………………………..2x2x10 kg/m²/cm = 40 kg/m²

Gv2 = 640 kg/m²


iii. Voiles dans le noyau :
Poids propre (20 cm)……………………………….0,20 x 2500 = 500 kg/m²

Enduit en plâtre (2x2cm)……………………..2x2x10 kg/m²/cm = 20 kg/m²

Gv3 = 540 kg/m²

Vitres :

Pour un choix architectural et surtout esthétique, le remplissage des 04 faces ce compose


d’une double murette en maçonnerie et d’un double vitrage de grande dimension et
d’épaisseur de 15 mm et d’un poids volumique de 2700 kg/m².

D’où : Gvitres = 2700 x 0,03 = 81 kg/m².

Acrotère :

Gacrotère= S x 2500 avec S = 0,0587m2

Gacrotère = 0,0587x2500 = 146,75 Kg/ml.