Vous êtes sur la page 1sur 61

NOUVEAUTÉS RÈGLEMENTAIRES ET

FISCALES DE LA LOI DE FINANCE 2018


Animés par :
MR. KHALID NAJEDDINE MR. EL MEHDI FAKIR
EXPERT COMPTABLE D.P.LE EXPERT COMPTABLE D.P.LE

Agadir 21 Décembre 2017


SOMMAIRE

INTRODUCTION

I. DISPOSITIONS SPECIFIQUES A L’IMPOT SUR LES SOCIETES

II. DISPOSITIONS SPECIFIQUES A L’IMPOT SUR LE REVENU

III. DISPOSITIONS SPECIFIQUES A LA TVA

IV. DISPOSITIONS SPECIFIQUES AUX DROITS D’ENREGISTREMENT

V. DISPOSITIONS COMMUNES

VI. AUTRES DISPOSITIONS

VII. DISPOSITIONS SPECIFIQUES A LA TSAVA

VIII.DISPOSITIONS SPECIFIQUES AUX DROITS DE TIMBRE


Objectifs du séminaire

1. Expose les mesures d'encouragement de la


PME/TPE,
2. Exposer les mesures tendant à renforcer les
moyens de contrôles / renforcer la confiances
entre l'Administration et le contribuables,
3. Enseignements et recommandations pour les
entrepreneurs en vue de l'amélioration de la
qualité du reponrting comptable et financier
(arrêtés comptables en l’occurrence)
INTRODUCTION

4
Le projet de loi de finances pour l’année 2018 à travers les mesures fiscales proposées se
fixe comme priorités :

 L’appui des secteurs sociaux : l’enseignement, la santé, l’emploi et la réduction


des disparités spatiales tout en accordant un intérêt particulier au monde rural ;

 Le développement de l’industrialisation, l’incitation à l’investissement privé et le


soutien des Petites et Moyennes Entreprises (PME);

 La consécration de la régionalisation avancée ;

 La réforme de l’administration, l’amélioration de la gouvernance et


l’accélération de la mise en œuvre des réformes.

5
Dans le but de réaliser les objectifs à court terme le gouvernement table sur :

Taux de croissance
3,2% du PIB

Production céréalière
Déficit budgétaire
prévisionnelle
-3% du PIB
70 millions de quintaux

Sous certaines
hypothèses

Cours du
pétrole Taux
d’inflation
60 $US le 1,5%
baril

Cours moyen du gaz


butane
380 $US la tonne
6
NOUVELLES DISPOSITIONS FISCALES – OBJECTIFS 2018

Les modifications apportées au Code général des impôts par le projet de loi de finances pour
l’année 2018 visent :

 L’encouragement et l’appui à la création, à la restructuration et à l’investissement des


entreprises ;
 L’intensification du soutien et l’accompagnement des jeunes entreprises débutantes et
innovantes ;
 La facilitation de l’accès des investisseurs au foncier ;
 L’amélioration de la compétitivité des entreprises ;
 L’amélioration du climat des affaires par la transparence et l’équité fiscale et
l’intégration de l’informel ;
 La généralisation de l’administration numérique ;
 La simplification et la dématérialisation des procédures ;
 La clarification et l’harmonisation de certaines dispositions fiscales ;
 L’encouragement et le soutien à l’emploi ;
 L’accès à la propriété et l’encouragement des produits participatifs
7
I. DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES
À L’IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS
1- Institution d’un barème progressif en matière d’impôt sur les sociétés (I.S).

•Le PLF 2018 prévoit d’instituer un barème d’IS progressif comme suit :

Montant du bénéfice net en Dhs Taux Abattement


Disposition
Inférieur ou égal à 300 000 10% 0
Nouvelle
De 300 001 à 1 000 000 20% 30 000
Supérieur à 1 000 000 31% 140 000

•Avant le PLF 2018, l'article 19-I-A du CGI avait prévu le calcul de l’impôt sur les sociétés suivant
un barème proportionnel selon des tranches de bénéfices fiscal avant IS, soit :
Disposition • Inférieur ou égal à 300 000 : 10 %
Ancienne • De 300 001 à 1 000 000 : 20 %
• De 1 000 001 à 5 000 000 : 30 %
• Au-delà de 5 000 000 : 31 %

•Modulation de l’application des taux d’I.S en fonction des bénéfices nets réalisés par les sociétés par la
Objectif révision des taux d’imposition et des tranches des bénéfices correspondantes.

Date d’effet : Exercices ouverts à compter du 1er janvier 2018


2- Révision du mode de régularisation de l’imposition des plus-values
constatées suite aux opérations de fusion ou de scission
effectuées sous le régime particulier.

•Versement spontanée de l’impôt sur les plus-values


•Le PLF 2018 prévoit l’obligation de verser spontanément l’impôt correspondant aux plus-values dont
l’imposition a été différée.
•Ainsi en cas de retrait ou de cession des éléments non amortissables, lorsque la proportion de 75%
Disposition (terrain/Actif net immobilisé) n’est pas atteinte, la société absorbante ou née de la scission doit procéder
Nouvelle au versement spontanée, indépendamment du résultat fiscal de l’exercice de cession, de l’impôt
relatif aux plus-values constatées ou réalisées par la société absorbante ou née de la scission et dont
l’imposition a été différée.
•Délai de versement : avant expiration du délai de dépôt de la déclaration du résultat fiscal

Disposition •La LF 2017 avait prévu la neutralité d’imposition des plus-values constatées sur les éléments d’actif
Ancienne transférés à la société absorbante ou née de la fusion ou de la scission comme suit:
• Par le sursis de leur réintégration dans les produits imposables, jusqu’à la cession ou le retrait ultérieur des
biens concernés ( biens non amortissables et les titres);
• Par leur étalement sur la durée d’amortissement ( biens amortissables).
•(article 162-II-A-3°-c du CGI)

Objectif •Lutter contre les pratiques d’optimisation fiscale consistant à réintégrer ces plus-values dans les résultats
des exercices déficitaires des sociétés absorbantes.

Date d’effet : Opérations de fusion et de scission réalisées à compter du 1er janvier 2018
3- Report du déficit fiscal cumulé par les sociétés absorbantes dans
le cadre d’une opération de fusion ou de scission.

•Droit d’imputation des déficits fiscaux issus d’amortissements de biens


•Le projet de LF 2018, prévoit d’accorder aux sociétés absorbantes
l’imputation des déficits correspondants aux amortissements
Disposition régulièrement comptabilisés sur les bénéfices des exercices suivants :
Nouvelle imputation non limitée dans le temps.

•La LF 2017, Article 162–II–H, avait prévu que les déficits cumulés figurant dans la déclaration fiscale
Disposition du dernier exercice précédant la fusion ou la scission ne peuvent être reportés sur les bénéfices des
Ancienne exercices suivants.

•Soutenir et encourager les programmes d’investissement des sociétés réalisés avant une opération de
Objectif
fusion ou de scission.

Date d’effet : Opérations de fusion et de scission réalisées à compter du 1er janvier 2018
4- Exonération d’IS des coopératives et associations d’habitation
(Amendement de la Chambre des Représentants)

•Le PLF 2018, prévoit :


 L’exonération des coopératives et associations d’habitation en matière d’IS selon les conditions
suivantes prévues à l’article 7-I-B du CGI:
Les membres et adhérents ne doivent pas être soumis à l’IR/Revenu foncier ou la TH et la TSC pour les
logements soumis à la TH
Tout membre ne doit pas adhérer à plusieurs coopératives ou associations d’habitation
Disposition  Tout membre ne peut bénéficier d’un logement destiné à l’habitation dans le cadre d’une coopérative ou
Nouvelle associations d’habitation qu’une fois durant sa vie
Dans le cas de retrait d’un membre pour n’importe quelles raisons, les gérants de ces coopératives ou
associations doivent adresser par LRAC ou contre accusé à l’inspecteur des impôts du lieu de l’établissement
principal de la coopérative ou l’association une liste mise à jour des membres certifiée conforme et ce dans un
délai de quinze (15) jours à compter de la date de certification de ladite liste accompagnée d’une copie du
rapport de l’Assemblée générale sur les causes et explication du retrait du membre.
Les coopératives et associations d’habitation créées avant le 31/12/2017 doivent déposer avant le
30/06/2018 les listes des membres et adhérents selon un imprimé-modèle de l’administration contenant des
informations sur les projets de logement. (Article 247-XXVII du CGI)

Disposition •Avant le PLF 2018, l’article 6-I-A-9° du CGI et l’article 7-I du CGI prévoyait l’exonération qu’aux coopératives et
Ancienne unions.

•Faire bénéficier l’exonération d’IS aux coopératives et associations d’habitation à l’instar des coopératives et
Objectif leurs unions

Date d’effet : Date d’effet non précisée


II. DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES
À L’IMPÔT SUR LE REVENU
1- Exonération des indemnités pour dommages et intérêts
accordées en cas de licenciement.

•Clarification du traitement des indemnités pour dommages et intérêts


•Le PLF 2018 précise que l’exonération des indemnités pour dommage et intérêts
est accordée en matière d’IR, qu’elles résultent d’une procédure judiciaire ou
Disposition arbitrale (cas de la procédure de conciliation par exemple) dans la limite prévue
Nouvelle par l’article 41 du code de travail.

•Avant le PLF 2018, l’article 57-7° avait prévu l’exonération de toutes indemnités
Disposition pour dommages et intérêts que si elles étaient accordées par les tribunaux en cas de
Ancienne licenciement, dans la limite prévue par l’article 41 du code de travail.

•Clarifier l’exonération des indemnités pour dommages et intérêts.


Objectif

Date d’effet : Indemnités acquises à compter du 1er janvier 2018


2- Amélioration de l’attractivité du dispositif TAHFIZ en assouplissant
les conditions d’exonération de l’IR y afférent pour favoriser
en particulier le premier emploi jeune

•Renforcement du dispositif incitatif :

•Le PLF 2018 prévoit :


• Le recrutement des salariés dans un délai de 2 ans à compter de la date du début
Disposition
d’exploitation de l’entreprise, l’association ou la coopérative, au lieu de 2 ans à
Nouvelle
compter de la date de sa création.
• L’exonération pour 10 salariés, au lieu de 5 actuellement en vigueur.
• Prorogation jusqu’au 31 décembre 2022 de la période de validité du dispositif pour
les entreprises, les associations ou les coopératives créées pendant cette période.

Disposition •Avant le PLF 2018, l’article 57–20° du CGI 2017, avait prévu l’exonération de l’IR au
Ancienne titre du salaire mensuel brut plafonné à 10 000 DHS. Cet avantage est accordé, sous
réserve du respect de certaines conditions, pour une période de 24 mois, à compter de la
date de recrutement du salarié dans la limite de 5 salariés, pour une période de validité
allant du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2019.
•Soutenir et encourager l’emploi
•Améliorer la compétitivité des entreprises
Objectif •Offrir plus de souplesse aux entreprise en phase de démarrage
•L’intégration de l’informel.

Date d’effet : à compter de la publication de la LF 2018


3- Octroi de l’exonération du profit foncier et de capitaux mobiliers
au titre d’une donation effectuée dans le cadre de la « Kafâla »

•Exonération de la cession entre la personne assurant la « Kafâla » et l’Enfant pris en


charge
•Le PLF 2018 prévoit l’exonération de l’impôt sur le revenu afférent au profit foncier et de
capitaux mobiliers afférent aux cessions, à titre gratuit, d’immeubles et des valeurs mobilières
et autres titres de capital et de créance effectuées dans le cadre de la « Kafâla ».
Disposition •Sous réserve de la présentation de l’ordonnance du juge des tutelles, et conformément à la loi
Nouvelle 15-01 relative à la prise en charge des enfants abandonnés.
•(Article 63-III (profit foncier) et 68-I (profit de capitaux mobilier) du CGI)

•Avant le PLF 2018, les articles 63-III et 68-I du CGI prévoyaient que l’exonération des cession à titre
Disposition gratuit qu’entre ascendants et descendants et entre époux, frères et sœurs.
Ancienne

•Accompagner la prise en charge des enfants abandonnés et permettre aux personnes concernées par cette
Objectif prise en charge de se porter volontairement « Kafils » au bénéfice des enfants.

Date d’effet : Cessions d’immeubles réalisées à compter du 1er janvier 2018


Pour la cession des valeurs mobilières et autres titres la date d’effet n’est pas mentionnée
4- Réaménagement des dispositions concernant le prix d’acquisition à
considérer en cas de cession de biens immeubles acquis par voie d’héritage.

•Requalification du prix d’acquisition à retenir en cas d’héritage


•Le PLF 2018 prévoit que le prix d’acquisition à considérer en cas de cession d’immeubles acquis par
Disposition héritage corresponde à :
• La valeur vénale, au jour du décès du de cujus, des immeubles inscrits sur l’inventaire dressé par les
Nouvelle héritiers;
• A défaut, la valeur vénale des immeubles au jour du décès du de cujus, qui est déclarée par le
contribuable.

•L’article 65-II modifié par la LF 2013 dispose que le prix d’acquisition à considérer, en cas
d’héritage est :
• le prix d’acquisition le « de cujus » à titre onéreux du bien hérité par le cédant augmenté des
dépenses d’investissement y compris les dépenses de restauration et d’équipement ou son prix de
Disposition revient en cas de sa construction par le de cujus.
• à défaut, la valeur vénale des immeubles au moment de leur mutation par voie d’héritage ou de
Ancienne donation au profit du de cujus, qui est déclarée par l’héritier cédant, sous réserve des dispositions de
l’article 224 du CGI.
•Conséquence: taxation de la plus-value latente antérieure à la date d’héritage entre les mains des
héritiers.

•Equité fiscale.

Objectif •Amélioration des modalités de détermination du profit foncier imposable sur les biens acquis par héritage.

Date d’effet : Cessions réalisées à compter du 1er janvier 2018


5 – Réaménagement des taux d’imposition applicables
aux profits de cession des terrains urbains non bâtis.

•Taux unique d’imposition des profits de cession des TUNB – 20%


•Le PLF 2018 prévoit de remplacer le barème des taux d’imposition proportionnels selon la durée
Disposition
de détention applicables aux cessions de terrains urbains par un taux unique de 20 %, à l’instar de
Nouvelle
ce qui est applicable aux terrains non urbains (agricoles);

•Les dispositions de la LF 2013 (Article 73-II-H du CGI), avaient institué l’imposition en matière d’IR
des cessions de terrains urbains non bâtis selon la durée de leur détention aux taux suivants :
Disposition •20% si durée < 4 ans
•25% si durée < 6ans
Ancienne •30% si durée >= 6 ans

•Simplifier le mode d’imposition des profits fonciers


•Renforcer la transparence du marché foncier
•Parer les pratiques d’optimisation fiscale consistant au renouvellement de la durée de détention des biens
Objectif cédés par donations entre ascendants et descendants exonérées de l’IR

Date d’effet : Cessions réalisées à compter du 1er janvier 2018


6- Extension de la neutralité fiscale aux opérations d’apports de biens
immeubles du patrimoine privé d’un contribuable au stock d’une société.

•Possibilité d’inscription en stock des biens apportés

Disposition •Le PLF 2018, prévoit d’étendre le bénéfice de la mesure susvisée aux opérations d’apport à l’actif
d’une société y compris à son stock.
Nouvelle

•La LF 2017 avait prévu l’institution d’une neutralité fiscale en faveur des seules opérations
d’apport des biens immeubles du patrimoine privé du contribuable à l’actif immobilisé d’une
Disposition société. Les biens apportés inscrits en stock étaient donc passible de l’IR/Profit foncier.
Ancienne
•(article 161 bis-II du CGI)

•Encourager les opérations d’apports aux sociétés.


Objectif

Date d’effet : Apports réalisés à compter du 1er janvier 2018


III. DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES
À LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE
1- Remboursement du crédit de taxe en faveur
des entreprises de dessalement d’eau de mer.

•Remboursement crédit de TVA non imputable des entreprises de dessalement


•Le PLF 2018 prévoit le remboursement du crédit de taxe sur la valeur ajoutée au profit des
Disposition sociétés chargées du dessalement d’eau de mer, selon les modalités à fixer par voie
Nouvelle règlementaire.

•L’Article 103-5° du CGI n’avait pas prévu le remboursement du crédit de taxe sur la valeur
Disposition
ajoutée au profit des sociétés chargées de dessalement d’eau de mer.
Ancienne

•Encourager les projets stratégiques pour l’économie Marocaine (tels que le projet mutualisé
de dessalement d’eau de mer dont la réalisation est déléguée par le MAPM et l’ONEE)
Objectif

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


2- Exonération de la TVA des intrants du secteur aquacole.

•Exonération à l’intérieur et à l’importation avec droit à déduction


•Le PLF 2018 prévoit l’exonération de la TVA, à l’intérieur et à l’importation, de certains
intrants destinés exclusivement à l’aquaculture, à savoir :
Disposition
• Les aliments destinés à l’alimentation des poissons et des autres animaux de l’aquaculture.
Nouvelle • Les alevins de poissons et des larves des autres animaux de l’aquaculture.
• Les naissains de coquillages.

•Les articles 92-I-50° et 123-50° du CGI n’avaient pas prévu l’exonération de la taxe sur la
Disposition
Ancienne valeur ajoutée les intrants destinés exclusivement à l’aquaculture.

•Encourager le secteur aquacole


Objectif

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


3- TVA non apparente sur les dérivés laitiers.

•Droit à la récupération TVA/Laits d’origine locale


•Le PLF 2018 prévoit le droit à la récupération de la taxe sur la valeur ajoutée non apparente sur
les achats du lait non transformé d’origine locale destinés à la production des dérivés du lait
vendus localement (autre que les laits et crèmes de lait frais conservés ou non concentrés ou non,
sucrés ou non, aux laits spéciaux pour nourrissons, ainsi que le beurre de fabrication artisanale non
Disposition conditionné).
Nouvelle •% de récupération : Montant annuel des achats de lait non transformé, augmenté du stock initial et
diminué du stock final / Montant annuel des ventes du lait transformé et des dérivés du lait toute taxe
comprise (pour 2018, l’année de référence sera 2017)
•(Article 125 ter - b du CGI)

•L’article 125 ter du CGI relatif à la récupération de la taxe sur la valeur ajoutée non apparente n’avait
Disposition prévu que le droit à déduction de la taxe non apparente sur le prix d’achat des légumineuses, fruits et
Ancienne légumes non transformés, d’origine locale, destinés à la production agroalimentaire vendue localement.

•Faire bénéficier du même avantage à l’instar de ce qui est actuellement applicable pour certains intrants
d’origine agricole tels que les fruits et légumineuses.
•Encourager la production des produits d’origine locale.
Objectif

Date d’effet : A compter du 1er janvier 2018


4- Déclaration du taux de récupération de la TVA non apparente
(Amendement de la Chambre des Représentants)

•Le PLF 2018 prévoit que les contribuables bénéficiant de la récupération de la TVA non apparente
conformément aux dispositions de l'article 125 ter doivent déposer avant l'expiration d'un délai de
deux (2) mois qui suivent l'exercice comptable précédent auprès des services des impôts dont ils
relèvent, une déclaration du taux de récupération selon un imprimé modèle de l'administration fiscale.
•Cette déclaration doit comporter :
Disposition •- le taux de récupération de la TVA non apparente calculé sur la base des opérations réalisées au titre
Nouvelle de l’exercice précédent et applicable pour l’exercice en cours
•- Et l’ensemble des éléments de détermination de ce taux
•(Article 113 bis du CGI)

Disposition •Avant le PLF 2018, le CGI ne prévoyait pas le dépôt de cette déclaration
Ancienne

•Harmoniser les obligations déclaratives en matière de TVA non apparente à l’instar de la déclaration du
prorata de TVA
Objectif

Date d’effet : Date non précisée


IV. DISPOSITIONS SPECIFIQUES AUX
DROITS D’ENREGISTREMENT

25
1- Encouragement à la constitution et à l’augmentation du capital social
des sociétés et des groupements d’intérêts économique.

•Exonération des D.E en cas de création de sociétés et d’augmentation de capital social


•Le PLF 2018 prévoit l’exonération totale des droits d’enregistrement pour tous les actes constatant
les opérations de constitution et d’augmentation de capital des sociétés ou des groupements
d’intérêt économique, réalisées par apport en numéraire à titre pur et simple ou des créances en
Disposition compte courant d’associés ou par incorporation des bénéfices et réserves, et par apport en nature
Nouvelle à titre pur et simple. (Article 129-IV-23° du CGI)

•Avant le PLF 2018, ces actes étaient soumis aux droits d’enregistrement comme suit :
•Droit fixe de 1 000 DH lorsque le capital social souscrit ne dépasse pas cinq cent mille (500 000)
Disposition dirhams. (Article 135-I-1° du CGI)
Ancienne •Article 133- Droit proportionnel de 1% lorsque ce seuil est dépassé. Ce même taux est applicable aux
augmentations de capital par incorporation de réserves ou de plus-values résultant de la réévaluation de
l’actif social. (Article 133-I-D-10° du CGI)

•Encourager l’investissement
•Stimuler la création des entreprises
Objectif •Orienter les flux monétaires vers des placements productifs

Date d’effet : Actes établis à compter du 1er janvier 2018


2- Imposition au taux réduit des actes de cession à titre gratuit
réalisés par le Kafil au bénéfice de l’enfant pris en charge.

•D.E de 1,5% sur les actes de cession d’immeubles dans le cadre de la « Kafâla »
•Le PLF 2018 prévoit de faire bénéficier les cessions à titre gratuit entre la personne assurant la
Kafâla et l’enfant pris en charge du taux proportionnel réduit de 1,5%, à l’instar des cessions à
Disposition
titre gratuit entre ascendants et descendants.
Nouvelle
•(Article 133-I-C-4° du CGI)

•Avant le PLF 2018, ces cessions étaient soumis au taux de droit commun (6%).
Disposition •(Article 133-I-C-4°)
Ancienne

•Atténuer la situation de précarité sociale des enfants abandonnés


•Accompagner l’esprit de la loi sur la Kafala
Objectif

Date d’effet : Actes établis à compter du 1er janvier 2018


3- Incitations fiscales en faveur des actes réalisés
dans le cadre de la vente en l’état futur d’achèvement « VEFA »

•Le PLF 2018 prévoit de faire bénéficier le droit fixe minimum de 200 DH dans le cadre de la VEFA aux
actes suivants :
•- Contrat de réservation et contrat préliminaire de vente
•- Actes constatant les versements réalisés
Disposition •- actes de résiliation du contrat de réservation et du contrat préliminaire de vente
•- actes constatant libération des sommes restituées suite à la résiliation
Nouvelle •.(Article 135-II-16° du CGI)

•Avant le PLF 2018, l’article 135-II-16° du CGI tel que complété par la LF 2017 avait prévu
l’enregistrement au droit fixe de 200 DH pour le contrat d’attribution et le contrat de vente préliminaire
ainsi que les actes constatant les versements réalisés dans le cadre de la vente en l’état futur
d’achèvement mais ne précisait pas les actes de résiliation du contrat de réservation et du contrat
Disposition préliminaire de vente et les actes constatant libération des somme restituées y afférents, dans le cadre de
la VEFA.
Ancienne •L’article 133-I-D-1° prévoyait le taux de 1% pour les quittances, compensations, renonciations et tous
autres actes et écrits portant libération de sommes et valeurs mobilières, ainsi que les retraits de réméré
exercés dans les délais stipulés, lorsque l'acte constatant le retrait est. présenté à l'enregistrement avant
l'expiration de ces délais

•Encourager les acquisitions de construction en l’état futur d’achèvement


Objectif
•Accompagner la loi régissant la VEFA.

Date d’effet : Actes établis à compter du 1er janvier 2018


4- Enregistrement des actes portant mutation de biens immeubles et
de fonds de commerce non inscrits sur les rôles de la taxe d’habitation
et de la taxe professionnelle.

•Le PLF 2018 prévoit pour les notaires et des Adouls ou toute personne exerçant les fonctions
notariales, l’obligation de mentionner sur les actes rédigés par leurs soins, l’article de l’inscription
sur les rôles de la taxe d’habitation et de la taxe des services communaux, des biens objet de
Disposition mutation ou de cession, ou l’ICE (pour les contribuables devant disposer de l’ICE).
Nouvelle •Pas de solidarité des adouls, des notaires et personnes exerçant les fonctions notariales pour défaut de
mention de ces numéros sur les actes.
•(Article 139-IV du CGI)

Disposition •Avant le PLF 2018, les articles 137, 138 et 139 du CGI ne prévoyaient pas d’obligation de mentionner les
numéros d’inscription à la TP et TSC sur les actes rédigés par des notaires et des Adouls des biens objet de
Ancienne mutation ou de cession.

•Lutter contre le secteur informel.


Objectif

Date d’effet : Actes établis à compter du 1er janvier 2018


5- Exonération des actes d’acquisition des terrains nus
destinés à la construction des établissements hôteliers.

•Le PLF 2018 prévoit l’exonération en matière de droits d’enregistrement des acquisitions de terrains
nus, destinés à la construction de projets hôteliers.
•A condition que l’acquéreur :
• s’engage de réaliser les opérations de construction dans un délai maximal de six (6) ans à compter de
la date d’acquisition.
• inscrit une hypothèque de premier rang au profit de l’Etat sur ledit terrain.
• conserver le terrain et les constructions réalisées à l’actif de l’entreprise bénéficiaire pendant au
Disposition moins dix (10) ans à compter de la date de début d’exploitation.
Nouvelle •La main levée d'hypothèque n'est délivrée que sur présentation par l'établissement hôtelier du certificat de
conformité délivré par les autorités compétentes.

•(Article 129-IV-24° et Article 130-VII du CGI)

•L’article 133-I-G tel que modifié par la LF 2017 avait prévu des droits d’enregistrement au taux de de 5%
Disposition sur les acquisitions des terrains nus ou comportant des constructions destinées à être démolies (dont les
Ancienne terrains destinés à la construction d’établissements hôteliers).

•Encourager et développer les infrastructures touristiques.


Objectif

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


6- Exonération des cessions d’actions ou de parts sociales.

•Le PLF 2018 prévoit d’exonérer les droits d’enregistrement sur les cessions, à titres onéreux ou
gratuit, d’actions ou de parts sociales dans les GIE ou dans les sociétés (à l’exclusion des sociétés
immobilière transparentes et sociétés à prépondérance immobilière non cotées).
•NB: Exclusion faite des cessions par un associé ayant apporté des biens ou des parts ou actions
Disposition représentatives des biens précités dans le délai de 4 ans à compter de l’apport, lesquelles sont soumis
au droit de mutation à titre onéreux selon leur nature.
Nouvelle •(Article 129-IV-25° du CGI)

•Avant le PLF 2018, l’article 133-I-F-3° du CGI, avait prévu les droits d’enregistrement au taux de 4%,
pour les cessions de parts dans les groupements d’intérêt économique, d’actions ou de parts dans les
sociétés autres que les sociétés immobilières transparentes et les sociétés à prépondérance immobilière
Disposition dont les actions ne sont pas cotées.
•NB: Exclusion faite des cessions par un associé ayant apporté des biens ou des parts ou actions
Ancienne représentatives des biens précités dans le délai de 4 ans à compter de l’apport, lesquelles sont soumis au
droit de mutation à titre onéreux selon leur nature.

•Encourager les restructurations des sociétés.


•Permettre le renforcement de leur capital social.

Objectif

Date d’effet : Actes établis à compter du 1er janvier 2018


V. DISPOSITIONS COMMUNES

32
V-1 MESURES COMMUNES À L’IS
ET À L’IR
1-1 Réduction d’impôt suite à la prise de participation dans le capital
de jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies

•Le PLF 2018 prévoit une réduction d’impôt égale au montant de l’impôt
correspondant au montant de leur participation pour les contribuables,
personnes physiques ou morales, qui prennent des participations dans le capital
de jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies.
•- Réduction imputable sur le montant de l’impôt dû au titre de l’exercice au
Disposition cours duquel a eu lieu la participation
•- Pas de possibilité de report sur les exercices suivants, ni de restitution.
Nouvelle
•- Ordre d’imputation en matière d’IS :
1ier lieu: RAS/TPPRF et RAS/Revenus des certificats de Sukuk
2ième lieu : Réduction d’impôt relative à la participation
3ième lieu : Acomptes provisionnels
•- Non-respect des conditions et critères expose le bénéficiaire aux rappels des
impôts y afférents au titre dudit exercice sans préjudice des pénalités et
majorations, jusqu’au 1er exercice de la période non prescrite.
•(Articles 6-IV, 7-XII, 31-III, 47-III et 232-VIII-17° du CGI)

Disposition
Ancienne •Les articles 6, 7 et 47 du CGI n’avaient pas prévu de réduction d’IS ou
d’IR pour les personnes physiques ou morales, qui prennent des
participations dans le capital desdites entreprises.

•Encourager la création et le développement des jeunes entreprises innovantes en nouvelles


Objectif technologies.

Date d’effet : Participations réalisées au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2018
1-1 Réduction d’impôt suite à la prise de participation dans le capital
de jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies

Personnes bénéficiaires éligibles:


 Entreprises soumises à l’IS
 Contribuables soumis à l’IR dont les revenus professionnels sont déterminés selon le régime du Résultat net réel
ou du résultat net simplifié (µ)
 Exploitants agricoles imposables (§)
Conditions et limitation du bénéfice de la réduction:
 Montant ouvrant droit à la réduction plafonné à 200 000 DHS / jeune entreprise innovante
 Réduction d’impôt de chaque contribuable bénéficiaire (pour l’ensemble de ses participations) limitée à 30% de
l’impôt de l’exercice de la prise de participation
 Participations par apports en numéraires
 Capital souscrit totalement libéré au cours de l’exercice de prise de participation
 Conservation des titres pendant au moins 4 ans à compter de la date d’acquisition
 Annexer l’acte de prise de participation à la déclaration du résultat fiscal au titre duquel l’imputation a eu lieu
 Inscription des titres de participation dans un compte de l’actif immobilisé (Voir « µ et § » ci-haut)
Jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologie éligibles :
 Entreprises innovantes créée depuis moins de 5 ans à la date de prise de participation
 Dont le CA des 4 derniers exercices clos est inférieur à 5 000 000 DHS HT par année
 Charges de recherche et développement en innovation représentant au moins 30% des charges déductibles
fiscalement
1-2 Encouragement du secteur de l’animation touristique

•Le PLF 2018 prévoit, à l’instar des établissements hôteliers, de faire bénéficier les établissements
d’animation touristique (dont les activités sont fixées par voie règlementaire) pour la partie de la base
imposable correspondant à leur chiffre d’affaires réalisé en devises (dûment rapatriées directement ou
pour leur compte par l’intermédiaire d’agences de voyage), de l’exonération quinquennale suivie de
Disposition l’imposition permanente à un taux spécifique en matière d’IS (17,5%) ou à un taux réduit en matière
d’IR (20%).
Nouvelle
•(Article 6-I-B-3° et Article 31-I-B-2° du CGI)

Disposition •Avant le PLF 2018, cette mesure bénéficiait qu’aux établissements hôteliers et sociétés de gestion de
résidences immobilières de promotion touristique. Les établissements d’animation touristiques étaient
Ancienne soumis à l’imposition du droit commun.

•Encouragement du secteur touristique et notamment celui se rapportant à l’animation touristique.


Objectif

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


1-3 Déductibilité des taxes parafiscales

•Le PLF 2018,0l’instar de la taxe sur le ciment, prévoit désormais la déductibilité fiscale du montant
de toutes les taxes parafiscales (telles que taxe écologique sur la plasturgie, Taxe spéciale sur le fer à
béton, taxe spéciale sur la vente du sable, …), en matière d’impôt sur les sociétés et d’impôt sur le
Disposition revenu professionnel.
Nouvelle •(Article 11–IV et Article 36 du CGI)

•L’Article 11–IV et l’article 36 du CGI avaient prévu la non déductibilité en matière d’IS et
d’IR/Professionnel de trois taxes parafiscales: la taxe écologique sur la plasturgie, la taxe spéciale sur le
Disposition fer à béton et la taxe spéciale sur la vente du sable.
Ancienne

•Harmoniser le traitement fiscal des taxes parafiscales, en matière d’impôt sur les sociétés et d’impôt sur

Objectif le revenu.

Date d’effet : Taxes se rapportant aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2018
1-4 Institution de l’obligation de présentation d’un relevé annuel
des ventes ventilées par clients professionnels

•Le PLF 2018 prévoit d’instituer l’obligation de joindre aux déclarations de résultat fiscal, un état des
ventes par client disposant de l’ICE.
Disposition •(Articles 20-I et Article 82-I du CGI)
Nouvelle

•Avant le PLF 2018, le CGI ne prévoyait pas d’obligation de produire l’état des ventes susvisé.
Disposition
Ancienne

•Lutte contre l’informel et la fraude fiscale.


•Renforcer les moyens de recoupement des données permettant de détecter les niches de fraude fiscale.
Objectif

Date d’effet : Exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019


V-2 MESURE COMMUNE À L’IS,
L’IR ET LA TVA
2-1 Institution d’un cadre fiscal régissant la cessation temporaire
d’activité des entreprises

•Déclaration de cessation temporaire d’activité


• Le PLF 2018 prévoit de permettre aux entreprises (soumises ou exonérées à l’IS ou l’IR selon le RNR/RNS)
de souscrire une déclaration de cessation temporaire d’activité (précisant les motifs), dans le mois suivant
la date de clôture du dernier exercice d’activité, pour une période de deux (2) exercices, renouvelable pour
un seul exercice.
• Avantage de cette déclaration : permettre aux entreprises concernées de bénéficier:
Disposition • De l’exonération du minimum de la cotisation minimale, au titre des exercices concernés par cette
déclaration.
Nouvelle
• L’allégement des obligations déclaratives en matière de TVA par le dépôt d’une seule déclaration et le
versement afférent en matière de TVA, avant la fin du mois de janvier de chaque année.
• Toutefois, les entreprises continueront par souscrire les déclarations en matière d’IS et d’IR.
• En cas de reprise d’activité pendant la période de cessation, l’administration doit être avisée dans un délai
d’un (1) mois à compter de la date de reprise et le contribuable régularise sa situation au titre de l’exercice
• Prescription : en cas d’infractions, les droits afférents sont exigibles même si le délai de prescription a
expiré.
• (Article 144-I-C-3°, Article 150 bis et Article 232-VIII-18° du CGI)
Disposition
Ancienne
•Avant le PLF 2018 Aucune disposition n’était prévue pour la cessation temporaire d’activité.

•La lutte contre le phénomène des sociétés qui ne remplissent plus leurs obligations fiscales de déclaration
et de paiement.
• Limiter le coût de gestion des entreprises en difficulté et de mettre à leur disposition un cadre législatif
Objectif permettant la régularisation de leur situation fiscale

Date d’effet : Exercices ouverts à compter du 1er janvier 2018


V-3 MESURES COMMUNES À TOUS
LES IMPÔTS
3-1 Institution d’une demande de consultation fiscale préalable

•Rescrit fiscal (Article 234 quater du CGI)


•Le PLF 2018 prévoit la possibilité aux contribuables de demander à l’administration fiscale de statuer sur le
régime fiscal applicable à leur situation de fait au regard des dispositions législatives et réglementaires en
vigueur. Il s’agit de solliciter une prise de position préalable de l’administration fiscale sur des situations
de fait.
•Champ d’application :
•- Montages juridiques et financiers portant sur les projets d’investissement à réaliser,
Disposition •- Opérations de restructuration des entreprises de groupe de sociétés situées au Maroc,
Nouvelle •- Opérations à réaliser entre entreprises situées au Maroc ayant des liens de dépendance directs ou indirects.
•Exclusion : Les dossiers en cours de procédure de contrôle ou de contentieux ne sont pas concernés
•Procédure :
•1- Adresser une demande à la DGI mentionnant : Nom ou raison sociale, N°IF, N°ICE, Nature de l’activité,
adresse (domicile fiscal, Siège social ou principal établissement), éléments de droit et de fait sur lesquels la
DGI doit prendre position
•2- La DGI peut inviter le demandeur à produire les compléments d’informations et documents avant
expiration du délai de réponse de 3 mois impartis à la DGI
•3- Réponse écrite et motivée de la DGI dans un délai de 3 mois suivant le dépôt de la demande
Disposition
Ancienne •Avant le PLF 2018, le principe de rescrit fiscal n’était pas inséré au niveau du
CGI et reconnu légalement comme droit du contribuable.

•Offrir aux investisseurs une meilleure visibilité quant au traitement fiscal qui sera
Objectif réservé à leurs projets d’investissement.

Date d’effet : Demandes adressées à compter du 1er janvier 2018


3-2 Suspension de la prescription jusqu’à la notification de la décision
judiciaire définitive

•Le PLF 2018 prévoit :


•- d’étendre la suspension de la prescription, actuellement prévue pour les recours introduits devant
la CLT ou CNRF, aux requêtes introduites devant les instances juridictionnelles.
•Dans ce cas la prescription sera suspendue entre la date d’introduction de la requête judiciaire et
Disposition l’expiration du délai de trois (3) mois suivant la date de notification de la décision judiciaire
Nouvelle définitive.
•(Article 232-VI du CGI)

•Avant le PLF 2018, la prescription est suspendue pendant la période qui s'écoule entre la date
d'introduction du pourvoi devant la CLT ou la CNRF et l'expiration du délai de trois (3) mois suivant la
Disposition date de notification de la décision prise par lesdites commissions
Ancienne

•La sauvegarde des intérêts du Trésor.


Objectif

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


3-3 Clarification des irrégularités graves de nature à mettre en cause
la valeur probante de la comptabilité

•Le PLF 2018 prévoit de clarifier la notion « irrégularités graves », précisant que les irrégularités
graves en question doivent avoir pour conséquence une insuffisance de chiffre d’affaires ou de
résultats imposables ou de ne pas permettre à la comptabilité présentée de justifier les résultats
Disposition déclarés.
Nouvelle

•L’article 213-I du CGI régissant le pouvoir d’appréciation de l’administration fiscale avait prévu que
lorsque les écritures comptables présentent des irrégularités graves, l’administration peut remettre en
cause la valeur probante de la comptabilité et déterminer la base d’imposition d’après les éléments dont
Disposition elle dispose, sans que pour autant la notion d’irrégularités graves ne soit définie.
Ancienne

•Eviter les divergences d’interprétation que soulève le texte fiscale.


•Mieux encadrer le pouvoir d’appréciation de l’administration.
Objectif

Date d’effet : A compter de la date de publication de la LF 2018


3-4 Institution de l’obligation de présenter et de conserver
les documents comptables sous format électronique

•Sanction pour défaut de présentation des documents sous format électronique


•Le PLF 2018 prévoit l’obligation de présenter, au début des opérations de contrôle, les documents
comptables en remettant sous format électronique, selon les modalités fixées par voie réglementaire, une
copie des fichiers des écritures comptables établies conformément à la législation et à la réglementation
comptable en vigueur.
Disposition •A cet effet, il est prévu d’appliquer une sanction de 50 000 dirhams par exercice, aux contribuables
Nouvelle qui ne respectent pas ladite obligation, selon une procédure simplifiée.
•Procédure en cas de défaut de présentation des documents sous format électronique :
•1-La DGI adresse une lettre invitant le contribuable à se conformer dans un délai de 15 jours
•2-La DGI adresse une lettre notifiant l’application de l’amende, en l’absence de réponse dans le dit
délai
•(Articles 212-I, 191 bis, 230 quater du CGI)

•Avant le PLF 2018, les dispositions régissant le contrôle fiscal n’avaient pas prévu clairement l’obligation
Disposition pour les contribuables de présenter les documents comptables sous format électronique, ainsi que la sanction
Ancienne pour défaut de présentation.

•Faciliter le mode de présentation des documents comptables aux agents de l’administration


Objectif

Date d’effet : A compter de la date de publication de la LF 2018


3-5 Clarification de la date de début de l’opération de vérification fiscale

•Le PLF 2018 prévoit que la vérification de la comptabilité doit être entamée dans un délai ne
dépassant pas cinq (5) jours ouvrables à compter de la date fixée pour le début du contrôle.
Disposition
•(Article 212-I-2ième alinéa du CGI)
Nouvelle

•L’article 212 du CGI régissant la vérification de comptabilité avait seulement prévu que l’avis de
vérification doit être notifié au contribuable au moins 15 jours avant la date fixée pour le début du
Disposition
Ancienne contrôle.

•Eviter les divergences d’interprétation constatées, notamment en cas d’intervention du vérificateur au-
delà du 15ème jour suivant la date de notification de l’avis de vérification.
Objectif

Date d’effet : Contrôle fiscal dont avis de vérification notifié à compter du 1er janvier 2018
3-6 Simplification de la procédure de transfert du siège social

Disposition •Le PLF 2018 prévoit le dépôt de la déclaration de transfert du siège social ou du changement de domicile
Nouvelle fiscal auprès de l’inspecteur du lieu du nouveau siège social ou domicile fiscal ou de l’établissement principal.

•L’article 149 du CGI avait prévu que les entreprises, qu’elles soit imposables à l’ impôt sur les sociétés ou à
l’impôt sur le revenu ou à la taxe sur la valeur ajoutée ou qu’elles en soient exonérées, doivent aviser
l’inspecteur des impôt du lieu ou elles sont initialement imposées, par lettre recommandée avec accusé de
réception établie sur ou d’après un imprimé-modèle de l’administration lorsqu’elles procèdent :
Disposition
Ancienne •Au transfert de leur siège social ou de leur établissement principal situé au Maroc;
• Au changement de leur domicile fiscal ou du lieu de leur principal établissement.
•Cette déclaration doit être produite dans les 30 jours qui suivent la date du transfert ou du changement. A défaut,
le contribuable est notifié et imposé à la dernière adresse connue par l’administration fiscale.

•Simplifier les obligations de déclarations se rapportant aux opérations de transfert siège social ou du domicile fiscal.
Objectif

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


3-7 Institution d’une sanction à l’encontre des contribuables ne
mentionnant pas l’ICE sur les documents délivrés à leurs clients
et sur les déclarations fiscales souscrites

•Le PLF 2018 prévoit une sanction à l’encontre des contribuables n’ayant pas mentionné l’ICE sur les
documents délivrés à leurs clients ou à des tiers et sur les déclarations fiscales, de l’ordre de 100 DH
Disposition par omission ou inexactitude relevées.
Nouvelle
•(Article 198 ter du CGI)

•Le CGI ne prévoyait pas de sanction particulière pour défaut de mention de l’ICE sur les documents tel
Disposition
Ancienne que prévue à l’article 145-VIII complété par la LF 2016.

•Inciter les contribuables n’ayant pas la qualité de commerçants à mentionner l’ICE sur les documents
Objectif qu’ils délivrent à leurs clients ou à des tiers.

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


3-8 Instauration de l’obligation d’utiliser des logiciels de facturation
connectés à une centrale de facturation tenue auprès de la DGI

•Le PLF 2018 prévoit l’obligation pour les contribuables (soumis à l’IS et l’IR professionnel selon le
régime du RNR et RNS et assujettis à la TVA) de se doter d’un système informatique de facturation
répondant aux critères techniques déterminés par l’administration et dont les modalités
d’application seront fixées par voie réglementaire et par secteur d’activité.
Disposition •La date d’entrée en vigueur de ladite obligation ne sera effective, qu’après publication du cadre
Nouvelle réglementaire de ce dispositif, en octroyant un délai raisonnable aux entreprises pour l’installation ou la
mise à niveau de leurs systèmes de facturation.
•(Article 145-IX du CGI)

•L’article 145-III avait prévu que les contribuables sont tenus de délivrer à leurs acheteurs ou clients des
factures ou mémoires pré-numérotés et tirés d’une série continue ou édités par un système informatique
Disposition selon une série continue sur lesquels ils doivent préciser les mentions obligatoires traité par ledit article.
Ancienne •Toutefois il n’était pas imposé au contribuable des critères techniques déterminés par l’administration
fiscale.

•Maitrise du système de facturation des contribuables


•Lette contre la fraude fiscale
Objectif •Amélioration et facilitation de la tenue de la comptabilité et du contrôle fiscale.

Date d’effet : après publication du cadre réglementaire de ce dispositif


3-9 Dématérialisation de certains services fournis par
l’administration fiscale

•Le PLF 2018 prévoit de dématérialiser les demandes, attestations, et autres services fournis par
l’administration fiscale ou demandés par les contribuables au titre des impôts et taxes, selon les
modalités fixées par voie réglementaire.
Disposition •Ainsi les demandes et autres services peuvent être souscrits et délivrés par procédé
Nouvelle
électronique.
•(Article 169 bis du CGI)

Disposition •Avant le PLF 2018, le CGI n’avait pas prévu la dématérialisation des services susvisées.
Ancienne

Objectif •Simplification et modernisation du système fiscal.

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


3-10 Instauration de l’obligation de disposer d’une adresse électronique
auprès d’un prestataire de service de certification électronique

•Le PLF 2018 prévoit l’obligation pour les contribuables (soumis à l’IS et l’IR professionnel selon le
régime du RNR et RNS et assujettis à la TVA) de se doter d’une adresse électronique auprès d’un
prestataire de service de certification électronique permettant l’échange électronique entre
l’administration fiscale et dont les modalités d’application seront fixées par voie réglementaire.
Disposition •Les notifications visées à l’article 219-I du CGI peuvent également être effectuées via cette
Nouvelle adresse électronique à communiquer à l’administration fiscale. Dans ce cas les notifications doivent
aussi être envoyés par les autres voies reconnues par le CGI.
•(Articles 145-X et Article 219-II du CGI)

Disposition •Avant le PLF 2018, l’échange d’information et les notifications par adresse électronique n’étaient pas
Ancienne consacrés dans le CGI.

•Simplification et facilitation des échanges.


Objectif

Date d’effet : après publication du cadre réglementaire de ce dispositif


VI. AUTRES DISPOSITIONS
VI. AUTRES DISPOSITIONS

1- Institution d’une contribution libératoire au titre des revenus et profits


générés par les avoirs et liquidités détenus par les personnes physiques
résidentes de nationalité étrangère

2- Annulation des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement :

A- En matière d’impôts et taxes.

B- En matière de créances publiques autre que les impôts et taxes


(Amendement de la Chambre des Représentants)
1- Institution d’une contribution libératoire au titre des revenus et
profits générés par les avoirs et liquidités détenus par les personnes
physiques résidentes de nationalité étrangère

•L’article 9 du PLF 2018 prévoit d’instituer au profit des ressortissants étrangers résidents au Maroc, une
contribution libératoire au titre des revenus et profits générés par leurs avoirs et liquidités détenus à
l’étranger (sous forme de biens immeubles, capitaux mobiliers, comptes bancaires), au titre des infractions
fiscales commises.
•Taux de contribution de 10% : sur les plus-values, revenus nets réalisées et intérêts de ces avoirs détenus
à l’étranger.
•Personnes Physiques concernées : De nationalité étrangère ayant le domicile fiscal au Maroc et en
Disposition situation irrégulière en matière fiscale au titre de ces revenus et profits.
Nouvelle •Période concernée par la déclaration et le paiement spontané : 2016 et antérieurs pour laquelle une
déclaration des revenus et profits réalisés au cours de l’année 2016 doit être déposée.
•Sanctions : A défaut, les personnes concernées demeurent redevables de l’IR sans préjudice des amendes,
pénalités et majorations prévus par le CGI, et ce au titre de 2016 et antérieurs.
•Garanties accordée au contribuable : Aucune poursuite administrative ou judiciaire en matière fiscale,
secret professionnel, Recours à un Conseil.

Disposition
•Avant le PLF 2018, la contribution libératoire au titre des revenus et profits générés par les avoirs et
Ancienne
liquidités détenus à l’étranger concernait que les personnes de nationalité marocaine et résidentes au Maroc.

•Consolidation du processus de lutte contre toutes les formes de non-conformité fiscale touchant les intérêts du
Objectif Trésor national tout en veillant au respect de ses engagements sur le plan international.

Date d’effet : Du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2018


2-A- Annulation des pénalités, majorations de retard et frais de
Recouvrement des impôts et taxes

•L’article 10 du PLF 2018 prévoit une mesure permettant l’annulation totale ou partielle des
pénalités et majorations de retard et des frais de recouvrement comme suit :
• Annulation totale des pénalités, majorations et frais de recouvrement afférents aux impôts,
droits et taxes, mis en recouvrement, en sus du principal, antérieurement au 1er janvier 2016 et
demeurés impayés au 31 décembre 2017.
•Conditions : Acquitter spontanément le principal avant le 1er janvier 2019.
• Réduction de 50% des amendes, pénalités, majorations et frais de recouvrement, lorsque les
Disposition contribuables sont redevables uniquement desdites amendes, pénalités, majorations et frais de
Nouvelle recouvrement, demeurés impayés jusqu’au 31 décembre 2017.
•Conditions : Acquitter les 50% restants avant le 1er janvier 2019.

•Limitation : Ne peuvent pas bénéficier de cette annulation les pénalités, majorations et frais de
recouvrement relatifs aux impôts, droits et taxes ayant fait l’objet d’une procédure de rectification
de la base imposable ayant abouti à la conclusion d’un accord à l’amiable ( assorti de l’émission des
impositions) avant le 1er janvier 2018, et au paiement total ou partiel des pénalités, majorations et
frais de recouvrement au cours des années suivantes.

•Inciter les contribuables à s’acquitter de leurs dettes fiscales.


•Permettre à l’administration d’apurer les restes à recouvrer et de réduire le cout de gestion de la
Objectif procédure de recouvrement forcé.

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


2-B- Annulation des pénalités, majorations de retard et frais de
Recouvrement des impôts et taxes (Amendement de la Chambre
des Représentants)

•L’article 10 du PLF 2018 prévoit que :

 L’annulation totale des majorations, pénalités et frais de recouvrement des créances publiques
autre que fiscal et de douane prévues par l'article 2 de la loi 15-97 émises par voie des ordres de
recettes avant le 1 er janvier 2016 restées au 31/12/2017 non encore recouvrées à condition que les
personnes concernées acquittent spontanément le principal avant le 1er janvier 2019.
Disposition
Nouvelle  L'annulation totale sans demande préalable pour les contribuables débiteurs uniquement des
pénalités et majorations et frais de recouvrement non recouvrées au 31/12/2017.

•Limitation : Ne peuvent faire l'objet d'annulation, les pénalités et majorations et frais de


recouvrement afférents aux créances susvisées ayant fait l'objet d'une procédure de recouvrement
forcée qui a abouti a un recouvrement total ou partiel desdites majorations et pénalités de retard et
frais de recouvrement pendant l'exercice 2017.

•Inciter les contribuables à s’acquitter de leurs dettes publiques.


•Permettre à l’administration d’apurer les restes à recouvrer et de réduire le cout de gestion de la
Objectif procédure de recouvrement forcé.

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


VII. DISPOSITIONS SPECIFIQUES
AUX DROITS DE TIMBRE.

57
1- Exonération des droits de timbre proportionnels
des véhicules non polluants

•Le PLF 2018 prévoit d’exonérer en matière de droits de timbre proportionnels applicables lors de la
Disposition première immatriculation, les véhicules à moteur électrique et les véhicules à moteur hybride
Nouvelle
(électrique et thermique). (Article 252-I-C du CGI)

•L’article 179-II du CGI stipulait que les droits de timbre afférents à la première immatriculation au Maroc
de véhicules, neufs ou d’occasion, importés par leurs propriétaires ou pour le compte d’autrui et ce
conformément au tarif prévu à l’article 252-I-C sont perçus par l’administration des douanes et imports
indirects, lors de l’importation au Maroc.
Disposition •En effet l’article 252-I-C tel que complété par les LF 2014 et 2017 soumettaient aux droits de timbres
Ancienne proportionnels les véhicules à moteur assujettis à la taxe spéciale annuelle sur les véhicules, lors de leur
première immatriculation au Maroc pour les véhicules acquis au Maroc ou lors de leur dédouanement pour
les véhicules importés, à l’exception des véhicules importés par les concessionnaires agréés.

•Honorer les engagements pris par le Maroc en matière de protection de l’environnement lors de la COP
22.
Objectif

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


2- Clarification du régime fiscal des véhicules antérieurement soumis
à la taxe à l’Essieu vis-à-vis du droit de timbre proportionnel

•Le PLF 2018 prévoit que les droits de timbre proportionnels applicables lors de la première
immatriculation se limiteront aux véhicules dont le poids total en charge ou le poids total maximum en
charge tracté est inférieur ou égal à 3 000 kilos (exonération si poids >3000 kilos) et à l’ensemble des
Disposition véhicules de type quatre roues motrices (4x4).
Nouvelle
•(Article 252-I-C du CGI)

•L’article 252-I-C tel que complété par les LF 2014 et 2017 soumettaient aux droits de timbres
proportionnels les véhicules à moteur assujettis à la taxe spéciale annuelle sur les véhicules, lors de leur
première immatriculation au Maroc pour les véhicules acquis au Maroc ou lors de leur dédouanement pour
les véhicules importés, à l’exception des véhicules importés par les concessionnaires agréés, soit les taux ci
après selon la valeur HT du véhicule :
Disposition
•De 400 000 à 600 000 DH : 5%
Ancienne
•De 600 001 à 800 000 DH : 10%
•De 800 001 à 1 000 000 DH : 15%
•Supérieure à 1 000 000 DH : 20%

•Clarification et précision du régime fiscal suite à l’abrogation et à l’intégration de la taxe à l’Essieu au


CGI.
Objectif

Date d’effet : A compter de la publication de la LF 2018


5- Réaménagement des dispositions relatives aux modes de
recouvrement des droits de timbre

•Le PLF 2018 prévoit l’abandon des modes de recouvrement physiques classique (timbre mobile, papier et
formule timbrés) en :
• généralisant le visa pour timbre comme mode de recouvrement obligatoire pour tous actes et conventions
soumis à l’enregistrement (visés à l’article 249-a du CGI);
• mettant en place le timbre électronique pour le passeport, les permis de chasse, le permis de port d’arme et
de détention d’armes et le permis international de conduire ; (Article 179-II-3°)
Disposition • élargissant le mode de paiement sur déclaration, par procédé électronique des droits de timbre notamment
Nouvelle pour les certificats de visites techniques des véhicules automobiles ou remorqués, les effets de commerce et
les titre d’importation. Pour cette catégorie, les entreprises assujetties seront tenues de déclarer et de verser
chaque mois les droits exigibles au titre du mois précédent.
•(Article 179-II-1°, 2° et 3° du CGI)

•Avant le PLF 2018, l’article 179-II du CGI avait prévu que les droits de timbre sont acquittés au moyen de
l’apposition d’un ou plusieurs timbres mobiles sur les actes, documents et écrits qui en sont assujettis. Ils
peuvent être également acquittés au moyen du papier timbré, du visa pour timbre ou sur déclaration ou par tout
Disposition autre mode déterminé par décision du ministre chargé des finances ou la personne déléguée par lui à cet effet, à
Ancienne l’exception de certaines opérations dont le timbre est perçu au moyen de visa pour timbre, sur déclaration, ou
par l’administration des douanes et impôts indirects.

Objectif •Accompagner le processus de dématérialisation des droits de timbre.

Date d’effet : A compter du 1er janvier 2019 pour le timbre visé à l’article 179-II-3°
A compter de la publication de la LF 2018 pour les autres modifications
Merci pour votre
précieux intérêt
MR. KHALID NAJEDDINE MR. EL MEHDI FAKIR

EXPERT COMPTABLE D.P.L.E EXPERT COMPTABLE D.P.L.E