Vous êtes sur la page 1sur 121

Dimensionnement d’un gratte-ciel et

étude des possibilités de raidissement


d’une construction en hauteur
Projet de Master

Léonard Lopez - Génie Civil, pMp

Enseignants : A. Muttoni & M. Fernández Ruiz


Assistant : L. Tassinari
Juin 2010
Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Table des matières :

0  Introduction ..................................................................................................................... 7 

1  Principaux systèmes structuraux de raidissement ...................................................... 8 


1.1  Dalles sur murs et/ou colonnes .................................................................................. 9 
1.2  Couplage de refends ............................................................................................... 10 
1.3  Cadres rigides ............................................................................................................. 10 
1.4  Noyau(x) ...................................................................................................................... 11 
1.5  Interaction murs/noyau(x) et cadres ..................................................................... 11 
1.6  Noyau(x) et étage(s) de raidissement ................................................................... 12 
1.7  Divers systèmes composites ..................................................................................... 15 
1.8  Systèmes tubes ........................................................................................................... 15 

2  Structure du gratte-ciel ................................................................................................ 18 


2.1  Structure adaptée pour ce projet .......................................................................... 18 
2.1.1  Description de la construction ....................................................................................18 
2.1.2  Utilisation prévue ...........................................................................................................18 
2.1.3  Durée de service prévue .............................................................................................20 
2.1.4  Durabilité de l’ouvrage ................................................................................................20 
2.1.5  Système structural .........................................................................................................20 
2.1.6  Données géométriques principales ............................................................................21 
2.1.7  Matériaux de construction...........................................................................................22 
2.1.8  Détails de construction.................................................................................................22 
2.1.9  Procédé d’exécution ...................................................................................................22 
2.2  Principales modifications .......................................................................................... 23 
2.3  Dimensions et matériaux utilisés .............................................................................. 24 
2.4  Système de raidissement du gratte-ciel ................................................................ 26 

3  Optimisation du système de raidissement du gratte-ciel ........................................ 27 


3.1  Modèle théorique de comportement ................................................................... 27 
3.1.1  Bases théoriques............................................................................................................28 
3.1.2  Modèle mathématique................................................................................................29 
3.2  Paramètres du modèle ............................................................................................. 31 
3.2.1  Inertie du noyau ............................................................................................................31 
3.2.2  Rigidité latérale des cadres (GA*) ..............................................................................32 
3.2.3  Charges de vent ...........................................................................................................33 
3.3  Résolutions théoriques............................................................................................... 35 
3.3.1  Résolution de l’équation différentielle de comportement ......................................35 
3.3.2  Noyau seul .....................................................................................................................36 
3.3.3  Noyau - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée) .......................................37 

Léonard Lopez (Projet Master printemps) -1- Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.3.4  Noyau - cadres ..............................................................................................................40 


3.3.5  Noyau - cadres - étage raidissement (EI∞ et rotation bloquée) .............................46 
3.3.6  Noyau - étage de raidissement (EI∞ et rotation admise) .........................................49 
3.3.7  Noyau - étage de raidissement (EIr et rotation admise) ..........................................51 
3.3.8  Synthèse des résultats ...................................................................................................55 
3.4  Résolution méthode « Khan & Sbarounis » ............................................................ 56 
3.4.1  Concept et méthode d’analyse ................................................................................56 
3.4.2  Méthode de calcul .......................................................................................................57 
3.4.3  Résultats..........................................................................................................................60 
3.5  Résolution matricielle (nœuds par nœuds)........................................................... 62 
3.5.1  Système simplifié............................................................................................................62 
3.5.2  Résultats..........................................................................................................................63 
3.6  Résolutions systèmes numériques 2D...................................................................... 64 
3.6.1  Modélisations numériques 2D ......................................................................................64 
3.6.2  Rigidité EI équivalente, système W .............................................................................68 
3.6.3  Rigidité GA* équivalente, système F ...........................................................................68 
3.6.4  Variantes de calcul.......................................................................................................69 
3.6.5  Noyau seul .....................................................................................................................70 
3.6.6  Noyau - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée) .......................................71 
3.6.7  Noyau - cadres ..............................................................................................................72 
3.6.8  Noyau - cadres - étage raidissement (EI∞ et rotation bloquée) .............................74 
3.6.9  Noyau - étage de raidissement (EI∞ et rotation admise) .........................................75 
3.6.10  Noyau - étage de raidissement (EIr et rotation admise) ..........................................76 
3.6.11  Synthèse des résultats ...................................................................................................78 
3.7  Résolutions systèmes numériques 3D...................................................................... 79 
3.7.1  Colonnes ........................................................................................................................79 
3.7.2  Noyau .............................................................................................................................80 
3.7.3  Dalles ..............................................................................................................................80 
3.7.4  Appuis .............................................................................................................................81 
3.7.5  Étage de raidissement..................................................................................................81 
3.7.6  Charges de vent ...........................................................................................................82 
3.7.7  Maillage .........................................................................................................................83 
3.7.8  Modélisation complète ................................................................................................83 
3.7.9  Résolutions numériques 3D, dalles 300[mm] ..............................................................84 
3.7.10  Résolutions numériques 3D, dalles 10[mm] ................................................................85 
3.7.11  Synthèse des résultats ...................................................................................................87 
3.8  Comparaison des modèles et influence des différents paramètres ................ 88 
3.8.1  Comparaisons entre résolutions théoriques...............................................................88 
3.8.2  Comparaisons entre résolutions théoriques et numériques 2D ...............................90 
3.8.3  Comparaisons entre résolutions numériques 2D .......................................................90 
3.8.4  Comparaison finale avec les résolutions numériques 3D ........................................91 

Léonard Lopez (Projet Master printemps) -2- Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.9  Position optimale de l’étage de raidissement...................................................... 93 


3.9.1  Paramètres non considérés .........................................................................................93 
3.9.2  Position optimale vis-à-vis des déplacements sommitaux.......................................93 
3.9.3  Autres critères d’optimisation ......................................................................................93 
3.9.4  Position retenue dans le cadre d’un projet réel .......................................................94 
3.10  Questions générales .................................................................................................. 94 
3.10.1  Règle empirique de la position optimale à 2/3H ......................................................94 
3.10.2  Position sommitale de l’étage de raidissement dans le projet réel à Madrid.......95 

4  Redistribution des efforts, effets différés différentiels................................................. 96 


4.1  Problématique............................................................................................................ 96 
4.2  Modèle théorique de comportement ................................................................... 97 
4.2.1  Déformation instantanée .............................................................................................98 
4.2.2  Déformation de retrait ..................................................................................................98 
4.2.3  Déformation de fluage ................................................................................................99 
4.2.4  Principe de superposition ...........................................................................................100 
4.3  Analyse des effets différés ...................................................................................... 101 
4.3.1  Équation intégrale de Volterra ..................................................................................101 
4.3.2  Méthode du coefficient de vieillissement................................................................102 
4.3.3  Redistribution des efforts dans les éléments verticaux ...........................................103 
4.3.4  Facteur de correction dû aux barres d’armature ..................................................103 
4.4  Descente de charges ............................................................................................. 105 
4.5  Retrait ......................................................................................................................... 106 
4.5.1  Situation de charge déterminante ...........................................................................106 
4.5.2  Déformations différées de retrait ..............................................................................106 
4.5.3  Redistribution des efforts due aux déformations différentielles de retrait............109 
4.6  Fluage ........................................................................................................................112 
4.6.1  Hypothèses de calcul .................................................................................................112 
4.6.2  Déformations différées de fluage .............................................................................112 
4.6.3  Redistribution des efforts due aux déformations différentielles de fluage ..........114 
4.7  Synthèse effets différés ........................................................................................... 116 

5  Conclusion ................................................................................................................... 117 

6  Bibliographie ............................................................................................................... 118 


6.1  Livres, polycopiés, publications ............................................................................. 118 
6.2  Articles ....................................................................................................................... 120 
6.3  Notes de cours ......................................................................................................... 120 
6.4  Sites Web ................................................................................................................... 120 

Léonard Lopez (Projet Master printemps) -3- Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Index des figures :


Figure 1 : Types de structures [19] ........................................................................................... 8 
Figure 2 : Types de structures en béton armé [20] .............................................................. 9 
Figure 3 : Système en cadres rigides [4].............................................................................. 10 
Figure 4 : Système à noyau central [4] ............................................................................... 11 
Figure 5 : Interaction noyau(x)/murs et cadres [20, 33] ...................................................... 12 
Figure 6 : Système noyau - étage chapeau [4] ................................................................ 13 
Figure 7 : Illustration des différents systèmes avec noyau [19] ........................................ 14 
Figure 8 : Système à noyaux multiples [20] ......................................................................... 15 
Figure 9 : John Hancock Tower, Chicago [46] ................................................................... 16 
Figure 10 : Concept tube avec diagonales extérieures en béton armé [20] ................ 17 
Figure 11 : Système en tubes modulaires [4, 47] .................................................................... 17 
Figure 12 : Représentation affectation des étages .......................................................... 19 
Figure 13 : Principe de fonctionnement de l'étage chapeau ........................................ 20 
Figure 14 : Différents types de colonnes ............................................................................. 21 
Figure 15 : Ouvertures dans les dalles .................................................................................. 21 
Figure 16 : Géométrie des dalles avant et après simplifications .................................... 23 
Figure 17 : Visualisation d'un étage type ............................................................................ 25 
Figure 18 : Étage de raidissement du gratte-ciel .............................................................. 26 
Figure 19 : Comportement théorique simplifié du gratte-ciel [21] ................................... 28 
Figure 20 : Structure substitue dans la méthode continuum [33]...................................... 29 
Figure 21 : Géométrie simplifiée des murs du noyau ........................................................ 31 
Figure 22 : Conditions de bord, interaction systèmes W et F........................................... 35 
Figure 23 : Résolutions théoriques, W ................................................................................... 36 
Figure 24 : Déplacements, W ................................................................................................ 37 
Figure 25 : Résolutions théoriques, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation
bloquée) ............................................................................................................... 38 
Figure 26 : Déplacements sommitaux, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation
bloquée) ............................................................................................................... 39 
Figure 27 : Déplacements, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée) ....... 40 
Figure 28 : Résolutions théoriques, W - F .............................................................................. 41 
Figure 29 : Déplacements, W - F .......................................................................................... 42 
Figure 30 : Efforts tranchants, W - F ...................................................................................... 44 
Figure 31 : Moments de flexion, W - F .................................................................................. 45 
Figure 32 : Résolutions théoriques, W - F - étage raidissement (EI∞ et rotation
bloquée) ............................................................................................................... 46 
Figure 33 : Déplacements sommitaux, W - F - étage de raidissement (EI∞ et
rotation bloquée) ................................................................................................ 48 
Figure 34 : Déplacements, W - F - étage raidissement (EI∞ et rotation bloquée) ........ 49 
Figure 35 : Résolutions théoriques, W - Étage raidissement (EI∞ et rotation
admise) ................................................................................................................. 50 
Figure 36 : Déplacements sommitaux, W - étage raidissement (EI∞ et rotation
admise) ................................................................................................................. 51 
Figure 37 : Résolutions théoriques, W - étage raidissement (EIr et rotation
admise) ................................................................................................................. 52 
Figure 38 : Déplacements sommitaux, W - étage raidissement (EIr et rotation
admise) ................................................................................................................. 53 

Léonard Lopez (Projet Master printemps) -4- Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Figure 39 : Position optimale hopt, W - étage raidissement (EIr et rotation admise) ..... 54 
Figure 40 : Méthode Khan & Sbarounis, concept d’analyse [33] ..................................... 56 
Figure 41 : Méthode Khan & Sbarounis, 1ère étape [33] ..................................................... 57 
Figure 42 : Méthode Khan & Sbarounis, 2ème et 3ème étapes [33] ..................................... 58 
Figure 43 : Méthode Khan & Sbarounis, 4ème et 5ème étapes [33] ..................................... 58 
Figure 44 : Méthode Khan & Sbarounis, système simplifié ............................................... 60 
Figure 45 : Méthode Khan & Sbarounis, Résultats ............................................................. 60 
Figure 46 : Résolution matricielle, système simplifié........................................................... 62 
Figure 47 : Résolution matricielle, déplacements.............................................................. 63 
Figure 48 : Modélisations 2D, système W ............................................................................. 64 
Figure 49 : Modélisations 2D, système F .............................................................................. 65 
Figure 50 : Modélisations 2D, étage de raidissement ....................................................... 66 
Figure 51 : Modélisations 2D, éléments de liaison ............................................................. 67 
Figure 52 : Modélisations 2D, charges appliquées ............................................................ 67 
Figure 53 : Modélisations 2D, W ............................................................................................ 70 
Figure 54 : Modélisations 2D, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation
bloquée) ............................................................................................................... 71 
Figure 55 : Modélisations 2D, W - F ....................................................................................... 72 
Figure 56 : Modélisations 2D, efforts tranchants W - F....................................................... 73 
Figure 57 : Modélisations 2D, moments de flexion W - F................................................... 74 
Figure 58 : Modélisations 2D, W - F - étage de raidissement (EI∞ et rotation
bloquée) ............................................................................................................... 74 
Figure 59 : Modélisations 2D, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation admise)...... 75 
Figure 60 : Bras de levier des colonnes, W - étage de raidissement (EI∞ et
rotation admise) .................................................................................................. 76 
Figure 61 : Modélisations 2D, W - étage de raidissement (EIr et rotation admise)....... 77 
Figure 62 : Modélisations 3D, colonnes ............................................................................... 79 
Figure 63 : Modélisations 3D, noyau .................................................................................... 80 
Figure 64 : Modélisations 3D, dalles ..................................................................................... 80 
Figure 65 : Modélisations 3D, appuis .................................................................................... 81 
Figure 66 : Modélisations 3D, étage de raidissement ....................................................... 82 
Figure 67 : Modélisations 3D, charges de vent en bords de dalles................................ 82 
Figure 68 : Modélisations 3D, maillage des éléments ....................................................... 83 
Figure 69 : Modélisations 3D, Modèle complet ................................................................. 83 
Figure 70 : Résolutions numériques 3D, déplacements dalles 300[mm] ....................... 84 
Figure 71 : Résolutions numériques 3D, déplacements sommitaux dalles
300[mm] ................................................................................................................ 84 
Figure 72 : Résolutions numériques 3D, déplacements dalles 10[mm].......................... 85 
Figure 73 : Résolutions numériques 3D, déplacements sommitaux dalles 10[mm] ..... 86 
Figure 74 : Synthèses résultats, résolutions théoriques....................................................... 88 
Figure 75 : Synthèse résultats, résolutions numériques 2D ................................................ 90 
Figure 76 : synthèse résultats, résolutions théoriques et numériques 3D ........................ 91 
Figure 77 : Règle empirique 2/3H ......................................................................................... 95 
Figure 78 : Problématique effets différés différentiels [38].................................................. 97 
Figure 79 : Déformation relative d’un élément en béton [3] ............................................ 97 
Figure 80 : Principe de superposition [3] ............................................................................. 100 
Figure 81 : Déplacements et déplacements relatifs de retrait ..................................... 108 

Léonard Lopez (Projet Master printemps) -5- Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Index des tableaux :


Tableau 1 : Charges et affectation des étages............................................................... 19 
Tableau 2 : Caractéristiques des bétons ........................................................................... 22 
Tableau 3 : Caractéristiques des aciers d’armature ....................................................... 22 
Tableau 4 : Dimensions et types de béton, éléments verticaux ................................... 24 
Tableau 5 : Dimensions et types de béton, dalles ........................................................... 24 
Tableau 6 : Dimensions et types de béton, étage de raidissement ............................. 25 
Tableau 7 : Équations différentielles constitutives des poutres ...................................... 30 
Tableau 8 : Inerties du noyau .............................................................................................. 32 
Tableau 9 : Rigidités latérales des cadres ......................................................................... 33 
Tableau 10 : Charges de vent, selon SIA261 (2003)........................................................... 34 
Tableau 11 : Charges de vent pour les différents modèles de calcul ........................... 34 
Tableau 12 : Synthèse résultats, résolutions théoriques ..................................................... 55 
Tableau 13 : Diamètres équivalents, système W ................................................................ 68 
Tableau 14 : Diamètres équivalents, système F .................................................................. 69 
Tableau 15 : Modélisations 2D, déplacements sommitaux W ......................................... 70 
Tableau 16 : Modélisations 2D, déplacements sommitaux W - étage de
raidissement (EI∞ et rotation bloquée) .......................................................... 71 
Tableau 17 : Modélisations 2D, déplacements sommitaux W - F .................................... 73 
Tableau 18 : Modélisations 2D, déplacements sommitaux W - F - étage de
raidissement (EI∞ et rotation bloquée) .......................................................... 75 
Tableau 19 : Modélisations 2D, déplacements sommitaux W - étage de
raidissement (EIr et rotation admise) ............................................................. 77 
Tableau 20 : Synthèse résultats, résolutions numériques 2D ............................................. 78 
Tableau 21 : Synthèse résultats, résolutions numériques 3D ............................................. 87 
Tableau 22 : Facteur de correction dû aux barres d’armature .................................... 104 
Tableau 23 : Descente de charges, colonnes du rez-de-chaussée............................. 105 
Tableau 24 : Déformations de retrait, selon SIA262 (2003) ............................................. 107 
Tableau 25 : Déformations différentielles de retrait ......................................................... 109 
Tableau 26 : Coefficients de fluage ................................................................................... 110 
Tableau 27 : Force de compatibilité Fco ............................................................................ 110 
Tableau 28 : Redistribution des efforts due aux déformations différentielles de
retrait ................................................................................................................. 111 
Tableau 29 : Coefficients de fluage ................................................................................... 113 
Tableau 30 : Déformations de fluage ................................................................................ 113 
Tableau 31 : Déformations différentielles de fluage ....................................................... 114 
Tableau 32 : Force de compatibilité Fco ............................................................................ 114 
Tableau 33 : Redistribution des efforts due aux déformations différentielles de
fluage................................................................................................................ 115 
Tableau 34 : Récapitulatifs résultats effets différés .......................................................... 116

Léonard Lopez (Projet Master printemps) -6- Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

0 Introduction
L’abondance de sujets intéressants dans le domaine des constructions en hauteur
est telle qu’il n’est pas possible de tous les aborder dans ce travail de Master en
Génie Civil. Ce projet se concentre principalement sur la problématique du
raidissement horizontal des gratte-ciel. Une seconde étude, plus courte, concernant
les déformations différentielles dues aux effets différés a également été réalisée. Le
but principal de ce travail est l’optimisation du système de raidissement.
La base de la structure de ce projet est la tour Sacyr Vallehermoso construite à
Madrid. Il s’agit d’un gratte-ciel dont les 2/3 des surfaces disponibles sont occupées
par un hôtel et le tiers restant par des espaces de bureaux. Sa structure est
composée d’un noyau central en béton armé entouré de trois rangées de colonnes
mixtes. Les dalles sont également réalisées en construction mixte afin d’augmenter la
vitesse de mise en œuvre. Un étage de raidissement sur deux niveaux se situe au
sommet de la tour. Dans le cadre de ce projet, nous avons modifié la structure réelle
afin de l’adapter à nos envies et besoins, en construisant tous les éléments en béton
armé.
Ce travail est divisé en quatre parties. La première partie est une introduction
générale aux différents systèmes de raidissement, elle illustre les possibilités
réellement mises en pratique par les ingénieurs praticiens. La deuxième est
consacrée à la description de la structure porteuse et stabilisatrice du gratte-ciel.
L’utilisation des étages, les matériaux utilisés et le système de raidissement à optimiser
y sont décrits en mettant l’accent sur les modifications apportées par rapport à la
structure réelle de Madrid. La troisième partie est dévolue à l’optimisation du
système de raidissement. Elle explique d’abord le modèle théorique de
comportement et les paramètres du modèle. Elle illustre ensuite les différentes
résolutions effectuées pour réussir à appréhender le comportement de la structure et
l’influence de chacun des paramètres. La quatrième et dernière partie contient une
analyse simplifiée de la redistribution des efforts due à l’étage de raidissement. Elle
commence par expliquer la problématique inhérente aux effets différés. Elle illustre
ensuite les calculs et résultats obtenus pour le fluage et le retrait.
Des copies des différentes tables des matières ci-avant et de la bibliographie sont
fournies en annexe. Elles permettent au lecteur attentif de mieux se repérer lors de la
lecture du travail sans faire des allers-retours entre les différentes pages.
Ce rapport est le résultat d’un important travail effectué avec le laboratoire de
construction en béton (IBETON). Je tiens à remercier chaleureusement l’ensemble
des personnes pour leur précieuse contribution lors de la réalisation de ce travail. Ma
reconnaissance va en particulier à M. Luca Tassinari pour son aide compétente et sa
disponibilité. Je remercie sincèrement M. Miguel Fernández Ruiz et M. Aurelio Muttoni
pour leurs précieux conseils d’experts avisés et pour m’avoir laissé une grande liberté
quant à l’orientation de ce projet. Mes remerciements vont également à Mlle
Jennifer Palley et à M. Amédée Lopez pour leurs commentaires et conseils
concernant la rédaction ainsi que pour la relecture très soigneuse de la version
finale.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) -7- Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

1 Principaux systèmes structuraux de raidissement


Le but de cette étude des différents systèmes structuraux de raidissement est la
compréhension générale de la problématique de raidissement horizontal d’une
construction en hauteur. Nous allons donc étudier différents systèmes de
raidissement envisageables afin d’en choisir un et de l’optimiser.
Le meilleur moyen de commencer ce parcours des différents systèmes de
raidissement existants est de l’illustrer par la Figure 1 ci-dessous.

Figure 1 : Types de structures [19]

Sans faire de séparation entre les structures en béton armé, en acier ou en


construction mixte, la Figure 1 fait état d’une grande partie des systèmes de
raidissement usuels pour des bâtiments de plus de 20 étages. Très claire et
schématique, elle montre des vues en plan et en élévation ainsi que l’évolution du
nombre d’étages maximal réalisables pour chaque système. Il est également
intéressant de regarder le graphique qui donne approximativement la répartition de
la matière utilisée pour résister aux charges gravitaires et horizontales.
Deux limites « psychologiques » importantes peuvent être mises en exergue :
• Pour des bâtiments de moins de 30 étages, il est possible d’utiliser des
systèmes structuraux composés uniquement de cadres rigides, métalliques ou
en béton armé, ainsi qu’un raidissement uniquement assuré par des refends.
• Pour des constructions dont la hauteur est supérieure à 60-70 étages, le
principal groupe de systèmes envisageable est le système en tube.
Nous allons à présent faire un focus sur les structures en béton armé qui sont, dans le
cadre de ce travail, les structures que nous allons étudier. Pour ce faire, nous nous

Léonard Lopez (Projet Master printemps) -8- Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

basons sur un « classement » réalisé par M. Taranath[20] et illustré à la Figure 2.


Rappelons tout de même que ces listings sont très difficiles à réaliser, car en réalité, il
existe presque autant de structures différentes qu’il y a d’ingénieurs.

Figure 2 : Types de structures en béton armé [20]

1.1 Dalles sur murs et/ou colonnes


Ce premier groupe de structures transmet les charges horizontales par les planchers
aux colonnes/murs puis de ces éléments verticaux aux fondations. La liaison entre les
éléments horizontaux et verticaux doit donc être semi-rigide afin de ne pas devoir
disposer de contreventement supplémentaire.
• Pour des bâtiments inférieurs à 10 étages, un système composé uniquement
de planchers-dalles est envisageable. Le comportement est alors celui d’une
superposition de cadres semi-rigides.
• Pour des constructions de plus de 10 étages, le système composé uniquement
de colonnes comme éléments verticaux, n’est plus suffisant à conférer la
rigidité latérale. Il faut alors en plus disposer des refends verticaux travaillant
comme des poutres en porte-à-faux. Les colonnes peuvent ainsi être bi-
articulées, ce qui facilite la mise en œuvre et simplifie les détails d’armature.
• Pour atteindre des hauteurs d’une vingtaine d’étages, une combinaison des
deux systèmes susmentionnés est également possible en tenant compte des
refends et de l’effet cadre introduit par les colonnes. Afin que l’effet cadre et
la transmission des charges horizontales aux refends puissent être considérés,
les éléments verticaux doivent être liés aux dalles. La rigidité relative des
différents éléments déterminera la contribution des cadres au raidissement
latéral par rapport aux refends. Pour des bâtiments entre 10 et 20 étages,
cette participation des cadres à la rigidité latérale n’est que d’environ 15[%],
les 85[%] restants étant assurés par les refends. Soulignons que cet apport
supplémentaire de résistance est très souvent négligé par les ingénieurs tant
la complexité du comportement et des calculs augmente.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) -9- Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

1.2 Couplage de refends


La différence entre ce système et le précédent est l’interconnexion des murs par des
poutres ou des dalles très rigides de manière à ce qu’ils travaillent ensemble. La
rigidité totale du système est alors supérieure à la somme des rigidités individuelles
des refends. Ce système, composé de refends fonctionnant comme des porte-à-
faux, peut être utilisé pour résister à des charges horizontales jusqu’à une hauteur
d’environ 25 étages.
Ces refends ainsi couplés auront fréquemment une forme de L ou U constante sur la
hauteur, car cela permet d’y insérer tous les cheminements verticaux (escaliers,
ascenseurs, conduits,…). Contrairement à un simple mur, rigide dans une seule
direction, ce couplage les rend efficaces dans les deux directions principales.

1.3 Cadres rigides


Ce système se compose de colonnes et de dalles rigidement liées. Les dalles
peuvent être assimilées à des poutres si leur épaisseur est suffisante ou si elles sont
composées de sommiers reliant directement deux colonnes. Le système ainsi
composé se comporte comme un cadre permettant de reprendre aussi bien un
effort tranchant qu’un moment de flexion. Ce genre de système est adapté pour
des structures jusqu’à 25-30 étages.
Coulé en place, le béton présente donc l’avantage de créer des joints continus.
Néanmoins, une attention particulière devra être portée à la conception des détails
afin d’assurer la rigidité de la liaison au niveau des armatures.

Figure 3 : Système en cadres rigides [4]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 10 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

1.4 Noyau(x)
Dans les bâtiments à étages multiples, des ouvertures centrales permettant les
circulations verticales sont toujours construites. Ces ouvertures sont souvent utilisées
pour des cages d’ascenseur ou d’escaliers ne nécessitant généralement pas de
lumière naturelle. Il est donc très fréquent de les construire en béton armé, ce qui
crée une structure verticale très rigide appelée : « noyau ». Souvent situé dans la
partie centrale de la construction, ce noyau travaille comme une poutre console
encastrée dans les fondations.

Figure 4 : Système à noyau central [4]

L’avantage principal de ces structures est la forme du noyau leur permettant de


résister à tous types de charges : verticales, efforts tranchants, moments de flexion
dans les deux directions et torsion. Il reprend donc la majorité des forces horizontales
qui lui sont transmises par l’intermédiaire des dalles jusqu’à environ 40 étages.
Il faudra, pour ces structures, faire attention aux effets différés du béton, et ce
particulièrement si le reste de la structure est en acier.

1.5 Interaction murs/noyau(x) et cadres


Ce système est sans conteste le plus utilisé pour la construction de systèmes résistants
aux charges latérales. Il peut aussi bien être appliqué pour des bâtiments de 10
étages que pour des gratte-ciel jusqu’à 50 étages.
L’interaction des cadres (dalles + montants) et des murs ou noyau(x) a été comprise
il y a déjà longtemps. Le mode d’interaction classique entre les deux systèmes est
illustré à la Figure 5 ci-dessous. Les cadres se déforment principalement au
cisaillement tandis que le(s) noyau(x) et les murs répondent, comme des poutres
consoles, avec une déformation à la flexion. La compatibilité des déformations
horizontales produit alors une interaction entre les deux systèmes. La forme linéaire
du diagramme des moments des cadres, combinée avec la forme parabolique de
celui du noyau produisent des déformations qui engendrent une rigidité accrue du
système. Le noyau est retenu dans la partie haute de la construction de même que
les cadres en partie basse.
Cependant, il n’est pas toujours aussi facile de différencier les deux modes de
déformation à la flexion et à l’effort tranchant. On verra par exemple des

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 11 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

murs/noyau(x) affaiblis par de grandes ouvertures se déformant principalement à


l’effort tranchant plutôt qu’à la flexion. De même que des cadres, composés de
colonnes très rapprochées et de sommiers, se déformeront plus à la flexion qu’à
l’effort tranchant.

Figure 5 : Interaction noyau(x)/murs et cadres [20, 33]

Les schémas ci-dessus, représentant l’interaction entre les deux systèmes, ne sont
valables que si :
• Les rigidités des murs/noyau(x) et des cadres sont constantes sur toute la
hauteur de l’édifice.
• En cas de variation des rigidités des murs/noyau(x) et des cadres, la rigidité
relative doit être constante sur toute la hauteur.
Dans la pratique, ces conditions ne sont jamais respectées à cause des besoins
structuraux et fonctionnels du bâtiment ou de critères architecturaux. De plus, un
choix de dimensions constantes des éléments sur toute la hauteur serait très mauvais
d’un point de vue économique. Il y aura en réalité des variations brutales de section
et de disposition des éléments entraînant un comportement différent de celui illustré
ci-dessus. Toutefois, avec la disponibilité des logiciels FEM, il est possible de saisir
l’essentiel du comportement de ces structures.

1.6 Noyau(x) et étage(s) de raidissement


Pour des gratte-ciel dès 50-60 étages, le système précédent n’est généralement plus
suffisant pour assurer seul la stabilité de la structure face aux actions horizontales. Il
est alors proposé ici de créer un ou plusieurs étages de raidissement :
• Situé au sommet de la construction, on l’appellera étage chapeau ou étage
de raidissement en tête/au sommet.
• Position quelconque sur la hauteur, on le(s) nommera étage de raidissement
ou étage ceinture.
Le(s) étage(s) de raidissement sont des étages très rigides, sur un ou plusieurs
niveaux, composés essentiellement de murs reliant le noyau aux colonnes. Cette
liaison ainsi créée permet de rigidifier la structure en faisant participer les montants à
la reprise des moments de flexion. Le système est alors composé d’une poutre
console encastrée dans les fondations (noyau) et de tirants/butons (montants) reliés

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 12 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

au noyau par une traverse très rigide. Il est également possible de trouver des étages
de raidissement composés de treillis horizontaux.
Dans le cas ou un seul étage de raidissement est disposé, il est possible de
déterminer sa position optimale vis-à-vis des déplacements horizontaux au sommet.
Ce calcul est réalisé au §3.3.3 et indique que cette position est à z = 0.54 H mesurée
depuis la base du gratte ciel.

Figure 6 : Système noyau - étage chapeau [4]

Il est difficile de donner une estimation précise du nombre d’étages que l’on peut
atteindre à l’aide de ce système tant les possibilités de variantes sont importantes. En
effet, il serait possible de disposer plusieurs étages de raidissement, ce qui permettrait
d’atteindre de grandes hauteurs. Pour des gratte-ciel de plus de 100 étages, entre 2
et 4 étages ceintures nécessaires, ce système n’est donc plus optimal en
comparaison des systèmes tubes.
Les dalles et les sommiers en béton armé jouent, dans une moindre mesure, le même
rôle que le(s) étage(s) de raidissement. En effet, ils créent un encastrement semi-
rigide à chaque étage en faisant participer les montants à la reprise des moments
de flexion. En pratique, cet effet est souvent négligé tant la complexité du calcul
augmente et les dalles sont souples.
Comme nous l’avons mentionné précédemment, la stabilisation des structures de
grande hauteur par un système noyau(x) et étage(s) de raidissement comprend une
multitude de possibilités. Afin de conclure cette partie, nous illustrons ci-après une
image très représentative tirée du livre de M. Schueller, car elle montre non
seulement les différents systèmes que nous venons de parcourir, mais également leur
mode de déformation ainsi que les distributions des moments et efforts tranchants le
long de la hauteur.
Il est intéressant de visualiser les différents modes de déformation, notamment en
comparant les cas avec ou sans étage de raidissement et avec ou sans cadres
rigides. Ces différents éléments ajoutés au(x) noyau(x) changent alors la forme de la

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 13 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

déformée et la répartition des moments. En effet, avec étage(s) ceinture(s) ou


cadres rigides, les moments négatifs changent de signes en partie haute et se voient
nettement diminués en partie basse.

Figure 7 : Illustration des différents systèmes avec noyau [19]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 14 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

1.7 Divers systèmes composites


Après avoir parcouru les différents systèmes de base ci-dessus, il est évidemment
possible de combiner deux ou plusieurs systèmes afin d’en obtenir un nouveau avec
des caractéristiques et un comportement particulier. Les deux principaux systèmes
composites utilisés sont les suivants :
• Système composé d’un ou plusieurs noyaux, d’un ou plusieurs étages de
raidissement et de cadres rigides. Le comportement de ce système devient
alors très complexe et nécessite souvent l’utilisation d’un logiciel informatique
adapté.
• Système à noyaux multiples. Utilisé pour des bâtiments de très grande hauteur.

Figure 8 : Système à noyaux multiples [20]

1.8 Systèmes tubes


Ce dernier système de raidissement horizontal est sans conteste celui qui permet
d’atteindre les hauteurs les plus impressionnantes. Entièrement en béton armé, il peut
supporter et raidir des constructions jusqu’à environ 140 étages.
Les principaux systèmes de raidissement tube sont les suivants :
• Tube composé de cadres, qui n’est autre que le système composé de cadres
rigides mais avec des colonnes suffisamment rapprochées et des dalles assez
rigides pour que l’effet cadre soit assuré et que le tout fonctionne comme un
tube. Le système ainsi créé travaille comme une poutre en porte-à-faux
géante et est très efficace grâce au grand espacement entre les colonnes
de bords (bras de levier).
Ce système est donc particulièrement bien adapté pour des gratte-ciel très
élancés.
• Tube formé de diagonales extérieures. M. Fazlur Khan, un des précurseurs de
la conception de systèmes statiques pour les bâtiments de très grande
hauteur, a envisagé, dès 1972, la possibilité de construire des gratte-ciel en

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 15 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

béton armé rivalisant en hauteur avec les traditionnels en acier. C’est alors
qu’il a conçu ce système composé de diagonales extérieures. On peut tout
de suite citer ici le principal exemple de ce type de construction en acier : le
John Hancock Tower à Chicago (Figure 9). En appliquant les mêmes
principes, Khan a alors conçu une version en béton armé composée de
diagonales extérieures en remplissant l’intervalle entre deux colonnes à
chaque niveau, le tout formant ainsi des diagonales en façades (Figure 10).
Les premiers gratte-ciel utilisant ce système sont apparus quinze ans plus tard
avec plus de 60 étages.

Figure 9 : John Hancock Tower, Chicago [46]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 16 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Figure 10 : Concept tube avec diagonales extérieures en béton armé [20]

• Tubes modulaires, dont le principe est d’assembler deux ou plusieurs tubes les
uns à côté des autres. Il peut être réalisé soit avec des tubes formés de
diagonales extérieures soit avec des tubes composés de cadres et peut
atteindre les 140 étages.

Figure 11 : Système en tubes modulaires [4, 47]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 17 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

2 Structure du gratte-ciel
Ce projet se base sur l’un des gratte-ciel récemment construits à Madrid, la tour
Sacyr Vallehermoso, succinctement décrite en introduction (§0). Elle nous a servi de
point de départ pour la définition de la forme ainsi que pour les hauteurs, géométries
des différents éléments, hauteurs d’étage,…

2.1 Structure adaptée pour ce projet


2.1.1 Description de la construction
Réalisation d’un gratte-ciel en béton armé de 64 étages et 6 sous-sols d’une hauteur
totale hors sol de 260[m]. Il sera réalisé au cœur de la ville de Madrid (655[m.s.m.]) en
milieu urbain.
Le bâtiment est tri-circulaire avec un diamètre maximal d’environ 45[m]. Les hauteurs
d’étage sont constantes et mesurent 4[m]. L’étage chapeau n’est autre que le
dernier étage et a donc également une hauteur de 4[m]. Les éléments verticaux se
composent du noyau (6 refends en U) et des colonnes (57 par étage). La trame des
éléments verticaux est constante et régulière sur tous les niveaux hors sol excepté
pour l’étage chapeau.
Le sol de fondation est de bonne qualité, classe de sol B selon les normes SIA (2003).
2.1.2 Utilisation prévue
L’utilisation des différents niveaux du gratte-ciel est la suivante :

Utilisation
(catégorie selon Charges utiles
Étages Exigence d’utilisation
la norme SIA et permanentes
261)

Charge utile :
• Accessibilité uniquement pour ⎡ kN ⎤
des travaux de maintenance
qk = 0.4 ⎢ 2 ⎥
⎣m ⎦
Toiture Toiture non • Isolation thermique
Charges
(plate) accessible (H) • Étanchéité
permanentes :
• Système d’évacuation des
eaux (vers des puits) ⎡ kN ⎤
g sk = 1.5 ⎢ 2 ⎥
⎣m ⎦

• Isolation sonore accrue Charge utile :


• Isolation thermique ⎡ kN ⎤
64ème Surface • Protection contre les vibrations
qk = 10 ⎢ 2 ⎥
⎣m ⎦
étage d’entreposage • Ventilation et climatisation
Charges
(étage et de • Installation d’une protection
permanentes :
chapeau) fabrication (E) contre les incendies
(détecteurs de fumée, ⎡ kN ⎤
g sk = 5.25 ⎢ 2 ⎥
sprinklers,…) ⎣m ⎦

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 18 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Charge utile :
• Isolation sonore et thermique
• Ventilation et climatisation ⎡ kN ⎤
63ème qk = 3 ⎢ 2 ⎥
• Apport naturel de lumière ⎣m ⎦
étage -
Bureaux (B) • Installation d’une protection Charges
42ème
contre les incendies permanentes :
étage
(détecteurs de fumée,
⎡ kN ⎤
sprinklers,…) g sk = 1.5 ⎢ 2 ⎥
⎣m ⎦
• Apport naturel de lumière
Charge utile :
• Accès possible aux personnes
en situation d’handicap ⎡ kN ⎤
41ème qk = 2 ⎢ 2 ⎥
Hôtel • Ventilation et climatisation ⎣m ⎦
étage
(Surfaces • Isolation sonore et thermique Charges
-
d’habitation A1) • Installation d’une protection permanentes :
Rez contre les incendies
⎡ kN ⎤
(détecteurs de fumée, g sk = 2.75 ⎢ 2 ⎥
⎣m ⎦
sprinklers,…)

Tableau 1 : Charges et affectation des étages

Figure 12 : Représentation affectation des étages

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 19 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

2.1.3 Durée de service prévue


On considère une durée de service à moyen terme d’environ 50 ans.
2.1.4 Durabilité de l’ouvrage
On considère pour ce projet une durée d’utilisation moyenne pour la structure
porteuse en béton armé de 100 ans. Ces éléments ne devront pas être remis en état
durant la durée de service. Par contre, les éléments non porteurs et de protection
tels que les façades, l’étanchéité ou les revêtements auront une durabilité de 25 ans.
La structure devra être entretenue convenablement durant toute la durée
d’exploitation. L’entretien inclut entre autre le remplacement de certaines parties de
l’ouvrage en cas de nécessité (étanchéité, toiture, façades,…). Le système
d’évacuation des eaux doit être facilement accessible et ne doit garantir aucune
accumulation d’eau sur la toiture grâce à une pente vers les puits d’évacuation.
2.1.5 Système structural
• Le gratte-ciel se compose de 64 étages, 1 étage chapeau et 6 sous-sols pour
une hauteur totale hors sol de 260[m]. La totalité de l’édifice sera réalisée en
béton armé.
• On admet pour ce projet que les 6 sous-sols encastrent le gratte-ciel à sa
base.
• Les colonnes sont admises bi-encastrées entre deux niveaux.
• Le noyau est continu à travers les différents niveaux de manière à servir de
contreventement.
• La descente de charge se fait à travers les éléments verticaux (noyau et
colonnes).
• L’étage de raidissement a une très grande rigidité qui permet d’améliorer
grandement le comportement du gratte-ciel face aux forces horizontales. En
effet, il introduit un couple de force dans les colonnes auxquelles il est lié
(Figure 13).

Figure 13 : Principe de fonctionnement de l'étage chapeau

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 20 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

2.1.6 Données géométriques principales


• Bâtiment tri-circulaire avec un diamètre maximal d’environ 45[m].
• Distance entre les colonnes d’environ 7[m].
• Hauteur d’étage brute de 4[m].
• L’épaisseur des dalles et le type de béton utilisé varient en fonction de
l’affectation des étages.
• Les colonnes sont réparties en 3 catégories : de bords, centrales, intérieures
(Figure 14).
• Les dimensions des éléments verticaux diminuent avec la hauteur, de même
que la classe de béton utilisée.
• Les dalles sont percées de 12 ouvertures en partie centrale (Figure 15).

Figure 14 : Différents types de colonnes

Figure 15 : Ouvertures dans les dalles

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 21 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

2.1.7 Matériaux de construction


Les différentes caractéristiques des matériaux utilisés pour la construction du gratte-
ciel sont fournies ci-dessous :
Béton

Coefficient
Résistance à la Module Poids
de dilatation
Année Type compression d'élasticité volumique γb
thermique
fck [N/mm2] Ecm [N/mm2] [kN/m3]
aT [1/°C]

2010 C30/37 30 32000 10 ⋅ 10-6 25

2010 C40/50 40 36400 10 ⋅ 10-6 25

2010 C50/60 50 38700 10 ⋅ 10-6 25

2010 C75/90 75 43620 10 ⋅ 10-6 25

Tableau 2 : Caractéristiques des bétons

Armatures en acier

Coefficient de
Limite Module Poids
dilatation
Année Type d’écoulement d'élasticité volumique γs
thermique
Fsk [N/mm2] Es [N/mm2] [kN/m3]
aT [1/°C]

2010 B500B 500 205000 10 ⋅ 10-6 78.5

Tableau 3 : Caractéristiques des aciers d’armature

2.1.8 Détails de construction


• Bords de dalles réalisés à l’aide d’épingles.
• Dalles sans armature d’effort tranchant.
• Têtes de poinçonnement en acier disposées dans les dalles en cas de besoin.
• Armature verticale du noyau impérativement continue sur toute la hauteur de
l’édifice.
2.1.9 Procédé d’exécution
Nous soulignons que les travaux doivent avoir lieu tout en garantissant la sécurité des
ouvriers. Les étapes de construction sont les suivantes :
• Travaux de terrassement.
• Gros œuvre.
• Clos et couvert.
• Travaux de parachèvement.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 22 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

2.2 Principales modifications


La structure utilisée pour ce projet à été décrite ci-dessus. Les buts de ce
paragraphe sont uniquement de récapituler les modifications par rapport à la
structure réelle et d’expliquer leurs influences sur le comportement général. Les
principales modifications sont les suivantes :
• Structure entièrement construite en béton armé (précontraint). Cette
modification permet d’une part de satisfaire ma volonté de travailler
essentiellement avec ce matériau et d’autre part de simplifier la modélisation
et le comportement de la structure complète.
• Hauteur d’étage constante de 4[m]. Le but était de garder la hauteur totale
de la construction identique à la structure réelle, à savoir 260[m]. La structure
ainsi modifiée a donc 64 étages hors sol. Ces hauteurs constantes ne
modifient pas énormément le comportement général, mais permettent
d’énormes simplifications de calcul. En général, ces faibles variations de
hauteurs sont essentiellement dues aux installations techniques et aux
aménagements intérieurs.
• Structure considérée comme encastrée à sa base. Ce choix est tout à fait
réaliste, car sous le gratte-ciel se trouve un immense parking de six niveaux
commun aux quatre tours. Il faudrait normalement effectuer une vérification
de la transmission des efforts entre les sous-sols et la partie hors sol afin de
vérifier cette hypothèse.
• Géométries des colonnes et des dalles simplifiées (Tableau 4 et Tableau 5).
Nous avons décidé de réaliser des colonnes circulaires dans le but de
simplifier les différents calculs (inerties,…) et la modélisation numérique. La
géométrie des colonnes n’est généralement que fonction de l’ergonomie
intérieure et non des conditions de stabilité, c’est pourquoi cette hypothèse
n’influence que très peu le comportement du gratte-ciel.
Nous avons également simplifié la géométrie des dalles en enlevant certaines
ouvertures et décrochements. Le comportement sera donc légèrement
modifié.

Figure 16 : Géométrie des dalles avant et après simplifications

Les avantages de ces modifications sont une simplification des calculs et de la


modélisation. En effet, on peut par exemple citer les calculs de rigidité qui ne
dépendront alors que du diamètre des colonnes ou les détails d’armature des dalles

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 23 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

sans les décrochements. La simplification s’avère encore plus utile lorsqu’il s’agit
d’itérer sur un modèle numérique en ne modifiant que le diamètre des colonnes et
non la géométrie complète. Lors du maillage des modèles numériques 3D, ces
simplifications sont également avantageuses pour réduire la quantité de mailles et
donc le temps de calcul.
De manière générale, ces modifications ne sont pas « dérangeantes » dans le cadre
de ce travail, car le but n’est pas de dimensionner la variante réelle dans les
moindres détails mais de comprendre le fonctionnement de ces structures et de
l’optimiser.

2.3 Dimensions et matériaux utilisés


Les tableaux ci-dessous résument les différentes dimensions et types de béton utilisés
pour la suite de ce travail. Comme il est possible de le constater, ces valeurs sont
plus grandes que celles prédimensionnées lors de la pré-étude. Ceci s’explique par
la prise en considération des charges horizontales. En effet, ces actions avaient été
considérées de manière trop simplifiée, ce qui eut pour conséquence de produire
une structure trop souple.
Éléments verticaux

Colonnes
Colonnes centrales Colonnes de bords Noyau
intérieures
Étages
Type Diamètre Type Diamètre Type Diamètre Type Épaisseur
béton [mm] béton [mm] béton [mm] béton [mm]

44 -
C40/50 480 C40/50 660 C40/50 680 C30/37 400
toiture

8 - 43 C50/60 550 C50/60 810 C50/60 700 C30/37 550

0-7 C75/90 600 C75/90 920 C75/90 820 C30/37 600

E Diamètre E Diamètre E Diamètre E Épaisseur


[N/mm ] [mm]
2 [N/mm ] [mm] [N/mm ]
2 2 [mm] [N/mm ] [mm]
2
Moyenne

38562 534 38562 775 38562 708 32000 508

Tableau 4 : Dimensions et types de béton, éléments verticaux

Dalles

Dalles
Étages
Type béton E [N/mm2] Épaisseur [mm]

Tous C30/37 32000 300

Tableau 5 : Dimensions et types de béton, dalles

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 24 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Étage de raidissement

Dalles Murs

Étage de Type Épaisseur Type Épaisseur


E [N/mm2] E [N/mm2]
raidissement béton [mm] béton [mm]

C30/37 32000 400 C30/37 32000 400

Tableau 6 : Dimensions et types de béton, étage de raidissement

Nous avons également essayé de réduire au maximum les changements de section


et de type de béton le long de la hauteur. Le but est d’une part de simplifier la
modélisation mais surtout d’autre part de ne pas créer de trop grandes différences
entre un modèle réel et un modèle simplifié à l’aide de dimensions et types de béton
moyens.

Figure 17 : Visualisation d'un étage type

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 25 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

2.4 Système de raidissement du gratte-ciel


Le système de raidissement de ce gratte-ciel est composé d’un noyau central, de
piliers bi-encastrés et d’un étage chapeau. Le nombre de colonnes et les dimensions
du gratte-ciel ne permettaient pas d’avoir un système uniquement composé de
cadres rigides pour assumer seul la stabilité de la construction. En effet, il devient trop
souple mais surtout économiquement injustifié et doit alors être rigidifié par un noyau
et un étage de raidissement.
En résumé, on devra étudier une interaction noyau-cadres, le tout avec l’ajout d’un
étage de raidissement tel qu’illustré à la Figure 18. On a donc 6 colonnes centrales
et 30 colonnes de bords liées directement à l’étage de raidissement. Les colonnes
restantes sont quant à elles liées à cet étage par l’intermédiaire des dalles en
fonction de leur rigidité propre. Les ouvertures possibles à l’intérieur des murs de
l’étage de raidissement ne sont pas prises en considération. Elles auraient comme
effet une légère réduction de la rigidité de l’étage ceinture.

Figure 18 : Étage de raidissement du gratte-ciel

La figure ci-dessus montre un étage de raidissement sur deux niveaux. Le but de


cette modélisation est de créer un étage très rigide afin de se rapprocher au mieux
de certaines modélisations théoriques avec étage ceinture infiniment rigide.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 26 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3 Optimisation du système de raidissement du gratte-ciel


Cette partie du travail de master, très théorique, constitue le plus gros du travail
réalisé dans le cadre de ce projet. Elle a pour but d’optimiser le système de
raidissement choisi suite à l’étude des différents systèmes envisageables (§1). Le
système retenu, décrit au §2.4, se compose de cadres, d’un noyau et d’un étage de
raidissement. Nous allons donc étudier le comportement d’un tel système afin d’être
capable de déterminer la position optimale de l’étage de raidissement vis-à-vis des
déformations en tête du gratte-ciel sous charges de vent. Les actions sismiques n’ont
pas été considérées, car elles ne sont généralement pas déterminantes pour ce
type de structure.
Les buts de cette partie du travail sont les suivants :
• Étudier de la littérature traitant du comportement de ce type de structure.
• Comprendre les bases théoriques régissant le comportement de ce système
structurel.
• Établir des modèles analytiques et numériques du gratte-ciel afin de pouvoir
les comparer avec leurs hypothèses respectives.
• Étudier les possibilités de résolution de ces différents modèles.
• Résoudre les différents modèles établis afin de pouvoir optimiser la position de
l’étage de raidissement.
• Analyser de manière détaillée les résultats obtenus par les différents modèles
afin de comprendre l’influence des différents paramètres et hypothèses.
• Déterminer la position optimale de l’étage de raidissement vis-à-vis des
déplacements sommitaux de la structure adaptée. Quels sont les autres
paramètres à prendre en compte dans un cas réel afin de statuer sur une
position d’étage ceinture ?
• Expliquer d’où vient la règle empirique de la position optimale à 2/3 de la
hauteur et pourquoi l’étage de raidissement est situé au sommet dans le
projet réel.

3.1 Modèle théorique de comportement


Le but de ce paragraphe est de comprendre le comportement de ce gratte-ciel
afin d’établir l’équation différentielle de comportement du système et connaître les
hypothèses sous-jacentes. Cela nous servira alors à :
• Résoudre cette équation.
• Établir des modèles numériques aussi proches que possible de la réalité.
• Analyser les résultats obtenus par les différents modèles.
La démarche de résolution pour la suite de ce travail sera de commencer par
résoudre un système simplifié cadres-noyau sans étage ceinture, illustré à la Figure
19, puis d’augmenter la complexité en intégrant le(s) étage(s) de raidissement.
Les résolutions, analytiques ou numériques, se feront dans un premier temps en
variant un ou plusieurs paramètres afin de connaître leur influence sur l’optimisation.
Puis, nous ferons uniquement varier la position de l’étage de raidissement en fixant
les autres paramètres afin de connaître sa position optimale.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 27 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Figure 19 : Comportement théorique simplifié du gratte-ciel [21]

3.1.1 Bases théoriques


Comme nous l’avons vu au paragraphe 2, le système de raidissement est une
combinaison entre un système noyau-étage de raidissement et un système composé
de cadres rigides.
Avant de commencer, nous définissons clairement ces deux systèmes qui travaillent
en parallèle :
• Système « W » : Murs et groupes de murs, noyau(x). Ce système peut donc
prendre une multitude de configurations. Les murs peuvent être construits sur
l’entier ou seulement sur une partie de la hauteur, et les dimensions sont
généralement variables.
Le moment d’inertie du système à chaque étage doit être égal à la somme
des moments d’inertie de tous les murs/noyau(x) le composant en fonction de
leur forme et de leur disposition. Le système W peut alors être représenté dans
les bâtiments élevés par un seul mur de rigidité équivalente.
• Système « F » : Les cadres sont composés de tous les éléments ne faisant pas
partie du système W. Cela inclut alors toutes les colonnes, poutres et sommiers
contribuant à la rigidité latérale. Les éléments de connexion entre les deux
systèmes, ici les dalles, font également partie du système F. La rigidité de la
poutre d’effort tranchant est alors égale à la somme des rigidités de tous les
éléments susmentionnés composés.
L’interaction noyau-cadres est un cas spécial où deux systèmes fondamentalement
différents sont liés pour produire une seule structure. Si les cadres sont considérés de
manière indépendante pour résister à toutes les charges latérales, ils vont
développer des moments dans les colonnes et les dalles pour résister à tout l’effort
tranchant à chaque étage. Les effets de rotation, dans la majorité des cas
négligeables, seront généralement considérés de manière secondaire. La
déformation des cadres est alors une déformation d’effort tranchant telle qu’illustrée
sur la gauche de la Figure 19 avec les dalles qui ne se déforment pratiquement pas
et donc une rotation des colonnes. Si, à l’inverse, le noyau est seul à résister aux

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 28 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

charges latérales, il va développer des moments à chaque étage entraînant une


déformation à la flexion de type porte-à-faux, poutre console (Figure 19).
Dans cette configuration composée des systèmes W et F, chacun va essayer de
restreindre les déplacements de l’autre dans le but de prendre sa forme naturelle de
déformation. La compatibilité des déformations horizontales produit alors une
interaction et une redistribution des charges entre les deux systèmes, ce qui accroît
la rigidité de l’ensemble. Les cadres vont retenir le noyau dans la partie haute de la
construction alors que l’inverse se produit en partie basse. La contribution de
chaque système est alors fonction de leur rigidité relative.
Cette modélisation simplifiée par deux poutres équivalentes n’est valable que si les
phénomènes de torsion peuvent être évités. Par chance, la géométrie en plan de
notre structure est axisymétrique de sorte que les charges appliquées dans une
direction principale ne produisent que des déformations dans cette même direction.
Il n’y a donc pas ce problème de torsion introduite.
3.1.2 Modèle mathématique
La méthode exacte d’analyse utilisée pour résoudre le problème de l’interaction
entre un système W et un système F peut être décrite par une analyse matricielle
conventionnelle. Cette méthode est intéressante pour un bâtiment multi-étages
donné, mais est mal adaptée pour l’étude d’un problème de manière globale lors
d’un prédimensionnement et d’une optimisation. Ce principe est d’ailleurs celui
qu’utilisent tous les logiciels informatiques.
Il est donc préférable ici d’utiliser la méthode du continuum, qui remplace l’actuel
système noyau-cadres par une simple structure substitue. Elle est généralement
idéalisée par une poutre d’effort tranchant, représentant les cadres, ponctuellement
connectée le long de la hauteur à un mur, système W.

Figure 20 : Structure substitue dans la méthode continuum [33]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 29 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Avant de passer aux bases mathématiques de ce modèle, il est important de


mentionner les différentes hypothèses [34] qui lui sont sous-jacentes :
• Les dalles sont infiniment rigides dans leur plan (égalité des déplacements à
chaque étage).
• Les hauteurs d’étage, les sections des éléments et les modules d’élasticité des
matériaux sont constants le long de la hauteur pour les systèmes W et F.
• Les deux systèmes doivent être symétriques dans le plan afin de ne pas
introduire des effets de torsion. Les charges appliquées dans une direction
principale ne produisent donc que des déformations dans cette même
direction.
Le but n’étant pas de refaire le cours de mécanique des structures, nous posons
uniquement correctement les équations différentielles des déformées des poutres à
la flexion et à l’effort tranchant. Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur le
chapitre 10 du livre de M. Frey [2] qui détaille de manière remarquable les déformées
des poutres. Le tableau ci-dessous réunit de manière très simple les différentes
équations.

Tableau 7 : Équations différentielles constitutives des poutres

À l’aide de ces équations, nous pouvons obtenir les équations des déformées pour
les deux systèmes séparés. Il faut alors faire l’égalité des déplacements à chaque
niveau, car on considère, selon les hypothèses ci-dessus, les dalles comme
indéformables dans leur plan.

On a donc : v ( x) = w( x)

d 4v ( x ) d 2v ( x )
D’où : EI − GA = q ( x)
dx 4 dx 2

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 30 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.2 Paramètres du modèle


Les différents paramètres intervenant dans la résolution de l’équation différentielle
obtenue au §3.1.2 sont l’inertie du noyau, la rigidité latérale des cadres et les
charges appliquées. Les valeurs obtenues ci-dessous nous permettront de donner
des valeurs numériques aux différentes solutions de l’équation différentielle.
3.2.1 Inertie du noyau
Dans la structure complète, la géométrie du noyau est variable sur la hauteur,
principalement en ce qui concerne les épaisseurs de béton. Afin de simplifier les
calculs sans trop modifier le comportement de la structure, nous avons choisi de faire
les hypothèses suivantes :
• Forme simplifiée des refends.
• Dimensions approximatives (relevées manuellement sur le plan du projet réel).

Figure 21 : Géométrie simplifiée des murs du noyau

Deux cas de figure sont considérés ci-après pour le calcul de l’inertie du noyau :
• EIliés : Les six murs composant le noyau travaillent ensemble. Ils sont donc
considérés comme liés ponctuellement par les dalles, suffisamment rigides,
pour qu’ils ne puissent que tourner de manière liée.
• EIindép : Les murs du noyau ne sont pas liés et l’inertie totale n’est autre que la
somme des inerties propres de chaque mur. Les dalles ne sont donc pas assez
rigides pour faire travailler ensemble les différents murs du noyau.
Les deux cas exposés ci-dessus sont en fait les bornes de la solution réelle, car les
murs du noyau travaillent normalement partiellement liés en fonction de la rigidité
hors plan des dalles.
En fonction du niveau de détail des calculs (résolutions manuelles, modélisations
numériques 2D ou 3D), les dimensions seront constantes sur toute la hauteur du
gratte-ciel ou variables. Les différentes valeurs calculées en annexes 5 et 6 sont
illustrées dans le tableau ci-dessous :

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 31 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Murs du noyau liés

Noyau
Étages
Type béton Épaisseur [mm] Inertie Ix [m4]

44 - toiture C30/37 400 1322

8 - 43 C30/37 550 1768

0-7 C30/37 600 1911

E [N/mm2] Épaisseur [mm] Inertie Ix [m4]


Moyenne
32000 508 1646

Murs du noyau indépendants

noyau
étages
Type béton Épaisseur [mm] Inertie Ix [m4]

44 - toiture C30/37 400 173

8 - 43 C30/37 550 224

0-7 C30/37 600 240

E [N/mm2] Épaisseur [mm] Inertie Ix [m4]


Moyenne
32000 508 211

Tableau 8 : Inerties du noyau

Les deux tableaux nous montrent que la rigidité Iliés est environ huit fois supérieure à la
rigidité IIndép. Nous verrons par la suite que le choix d’une inertie fait
considérablement varier le comportement de la structure.
3.2.2 Rigidité latérale des cadres (GA*)
Comme pour l’inertie du noyau, la rigidité latérale des cadres nous permettra de
donner une valeur analytique à la solution de l’équation différentielle de
comportement obtenue au §3.3.1. Nous présentons ici deux méthodes utilisées pour
la détermination de la rigidité latérale :
a) Calcul manuel simplifié :
Ce calcul présenté en annexe 7 a comme hypothèse principale que les
dalles sont infiniment rigides dans et hors de leur plan ( EA = ∞ et EI = ∞ ). La
valeur numérique pour les dimensions moyennes données au §2.3 est :
GA∗ = 21683⋅103 [ kN ] .

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 32 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

b) Calcul numérique 3D :
Cette seconde méthode est basée sur un modèle numérique en trois
dimensions permettant de tenir compte de la rigidité propre des dalles. Le
principe consiste à appliquer une charge à un diaphragme (uniformité des
déplacements) pour obtenir les déformations du système et donc d’en
déduire la rigidité.
Les détails des explications et des calculs sont présentés en annexe 8. La
valeur numérique pour les dimensions moyennes est : GA = 3742 ⋅10 kN .
∗ 3
[ ]
Colonnes
Colonnes centrales Colonnes de bords GA* numérique
intérieures
Étages 3D
Type Diamètre Type Diamètre Type Diamètre x 103 [kN]
béton [mm] béton [mm] béton [mm]

44 -
C40/50 480 C40/50 660 C40/50 680 3370
toiture

8 - 43 C50/60 550 C50/60 810 C50/60 700 3788

0-7 C75/90 600 C75/90 920 C75/90 820 4171

GA* numérique
E Diamètre E Diamètre E Diamètre 3D
[N/mm ] [mm] [N/mm ]
2 2 [mm] [N/mm ]
2 [mm]
Moyenne x 103 [kN]

38562 534 38562 775 38562 708 3742

Tableau 9 : Rigidités latérales des cadres

Les résultats obtenus à l’aide de la modélisation 3D montrent bien que l’hypothèse


de dalles infiniment rigides dans et hors de leur plan est beaucoup trop
simplificatrice. Les valeurs numériques montrent une augmentation de la rigidité
latérale des cadres par un facteur environ 6 par rapport à la rigidité réelle.
Nous avons donc choisi de ne considérer que les valeurs calculées à l’aide du
modèle numérique pour les différentes résolutions de l’équation différentielle de
comportement. En fonction du niveau de détail recherché (résolutions manuelles,
modélisations numériques 2D ou 3D), les dimensions seront constantes sur toute la
hauteur du gratte-ciel ou variables.
3.2.3 Charges de vent
Le calcul des charges dues au vent a été réalisé lors de la pré-étude sur la base de
la norme SIA261 (2003). Ces charges théoriques sont en bonne adéquation avec les
valeurs obtenues en soufflerie pour le projet réel. Le tableau ci-dessous nous donne
les charges pour les différents étages :

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 33 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Étages q total [kN/m2]

toiture - 48 3.625
47 - 32 3.25
31 - 16 3.125
15 - Rez 1.625

Tableau 10 : Charges de vent, selon SIA261 (2003)

On considère une largeur d’application pour ces charges de 45[m] et une hauteur
de 4[m] qui correspond à la hauteur d’étage. Il suffit donc de multiplier ces charges
par la longueur ou la hauteur afin d’obtenir les charges à appliquer dans les
différents modèles. L’annexe 9 illustre ces valeurs (Tableau 11) par des graphiques
pour les différents modèles utilisés par la suite.

qconcentrée,
qrépartie SIA qlinéaire, bords de qlinéaire, modèles
modèles
Étages (2003) dalles modèle théoriques 2D
numériques 2D
[kN/m2] 3D [kN/m] [kN/m]
[kN]
toiture 3.625 7.25 163.125 326.25

64 3.625 14.5 163.125 652.5

63 - 50 3.625 14.5 163.125 652.5

49 3.625 14.5 163.125 652.5

48 3.625 13.75 154.6875 618.75

47 3.25 13 146.25 585

46 - 34 3.25 13 146.25 585

33 3.25 13 146.25 585

32 3.25 12.75 143.4375 573.75

31 3.125 12.5 140.625 562.5

30 - 18 3.125 12.5 140.625 562.5

17 3.125 12.5 140.625 562.5

16 3.125 9.5 106.875 427.5

15 1.625 6.5 73.125 292.5

14 - 2 1.625 6.5 73.125 292.5

1 1.625 6.5 73.125 292.5

0 1.625 3.25 73.125 146.25

Moyenne 2.9 11.6 131.3 521.5

Tableau 11 : Charges de vent pour les différents modèles de calcul

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 34 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.3 Résolutions théoriques


Les résolutions théoriques ont pour but de déterminer la position optimale de l’étage
de raidissement sur le modèle complet réel. Pour y arriver, nous allons commencer
par résoudre des modèles très simples (noyau seul) et augmenter au fur et à mesure
leur complexité. Nous pourrons alors connaître l’influence de chaque nouveau
paramètre introduit et faire une analyse de sensibilité.
3.3.1 Résolution de l’équation différentielle de comportement
Nous voulons à présent résoudre l’équation différentielle de comportement
exprimée au §3.1.2.
Les hypothèses de résolution sont les suivantes :
• Rigidité du noyau EI constante sur la hauteur.
• Rigidité des cadres GA constante sur la hauteur.
• q est une charge uniformément répartie sur la hauteur.
Pour ce cas particulier avec les hypothèses ci-dessus, la solution de l’équation
différentielle de comportement peut être exprimée de la manière suivante :

q GA
w( z ) = − z 2 + Az + B sinh(α z ) + C cosh(α z ) + D avec : α 2 =
2 EIα 2
EI
Les détails de la résolution manuelle sont donnés en annexe 10.
Afin de résoudre cette équation différentielle, il faut imposer les conditions de bords
suivantes :

Figure 22 : Conditions de bord, interaction systèmes W et F

Comme nous pouvons le constater, ces conditions de bords sont différentes pour les
deux systèmes. Dans la suite de ce chapitre, nous verrons comment appliquer ces
conditions de bords au système complet, noyau et cadres liés, à l’aide de la
méthode du continuum.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 35 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.3.2 Noyau seul


Cette toute première étape des résolutions manuelles théoriques considère que le
noyau central résiste seul aux sollicitations horizontales de vent. Le modèle
fonctionne alors comme une poutre console uniformément chargée encastrée dans
le sol. Les hypothèses du modèle sont les suivantes :
• Charge moyenne uniformément répartie sur la hauteur selon calcul §3.2.3 :
⎡ kN ⎤
q = 131.3 ⎢ ⎥ .
⎣m⎦
• On néglige l’influence du système cadre dans la rigidité latérale ( GA∗ = 0 ).
• Rigidité EI du noyau : valeur moyenne et constante sur la hauteur du bâtiment
(§3.2.1).

Figure 23 : Résolutions théoriques, W

L’équation différentielle de comportement sans l’introduction des cadres devient :

d 4v ( x )
EI = q ( x)
dx 4

⎧w ( 0) = 0

⎪ w′ ( 0 ) = 0
En introduisant les conditions de bords suivantes : ⎨
⎪ M ( H ) = EIw′′ ( H ) = 0

⎩V ( H ) = − EIw′′′ ( H ) = 0
On obtient, selon les calculs effectués en annexe 11, les résultats suivants pour les
deux rigidités du noyau EIliés et EIindép :

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 36 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Déplacements w(z) Déplacements w(z)


300 300

250 250

200 200
z : hauteur [m]

z : hauteur [m]
150 150

EI_liés EI_indép

100 100

50 50

0 0
0 0.5 1 1.5 0 10 20

w(z) : déplacement [m] w(z) : déplacement [m]

Figure 24 : Déplacements, W

qH 4
Les déplacements maximaux en tête s’expriment par : w ( H ) = et valent pour
8 EI
EIliés et EIindép respectivement 1424[mm] et 11121[mm].
3.3.3 Noyau - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée)
Cette étape de résolution, très simple, ne tient compte que du noyau et d’un étage
de raidissement pour assurer la rigidité latérale du système complet. On connaîtra
alors l’influence d’un étage de raidissement sur le système W. Les hypothèses du
modèle sont les suivantes :
• Charge moyenne uniformément répartie sur la hauteur selon calcul §3.2.3 :
⎡ kN ⎤
q = 131.3 ⎢ ⎥ .
⎣m⎦
• Influence du système cadre négligée dans la rigidité latérale ( GA∗ = 0 ).
• Rigidité propre de l’étage de raidissement est considérée comme infinie
latérale ( EI r = ∞ ).
• Rigidité à la rotation de l’étage de raidissement, en réalité fonction de la
rigidité des colonnes qui lui sont liées, est également considérée infinie.
• Rigidité EI du noyau : valeur moyenne et constante sur la hauteur du bâtiment
(§3.2.1).

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 37 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Figure 25 : Résolutions théoriques, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée)

Le modèle ainsi créé fonctionne comme une poutre console en partie haute et
comme une poutre bi-encastrée soumise à un déplacement horizontal en partie
basse. Il ne faudra pas omettre de rajouter la charge ponctuelle due à la partie
supérieure sur la partie inférieure lors du calcul des déplacements.
La déformation à minimiser est la déformation au sommet du gratte-ciel, obtenue
par la somme des déplacements des parties supérieures et inférieures.
L’équation différentielle de comportement sans l’introduction des cadres devient :

d 4v ( x )
EI = q ( x)
dx 4
En introduisant les conditions de bords suivantes :

⎧w ( 0) = 0 ⎧ w↓ ( h ) = w↑ ( h )
⎪ ⎪
⎪ w′ ( 0 ) = 0 ⎪ w′ ( h ) = 0
0≤ z≤h : ⎨ h≤z≤H ⎨
⎪ w′ ( h ) = 0 ⎪ M ( H ) = EIw′′ ( H ) = 0
⎪V h = − EIw′′′ h = q H − h ⎪V H = − EIw′′′ H = 0
⎩ ( ) ( ) ( ) ⎩ ( ) ( )

Les calculs ont été effectués en annexe 12 pour les deux rigidités du noyau EIliés et
EIindép. On obtient les déplacements sommitaux suivants pour une position d’étage
de raidissement variable :

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 38 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Déplacements sommitaux w(H)


100
Position de l'étage de raidissement [%]

90
80
70
60
EI_liés
50
40
30
20
10
0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6

Déplacement sommital w(H) [m]

Déplacements sommitaux w(H)


100
Position de l'étage de raidissement [%]

90
80
70
60
EI_indép
50
40
30
20
10
0
0 2 4 6 8 10 12

Déplacement sommital w(H) [m]

Figure 26 : Déplacements sommitaux, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée)

On constate que la position optimale de l’étage de raidissement vis-à-vis des


déplacements maximaux en tête se trouve à 54[%] de la hauteur mesurée depuis le
sol quelque soit la rigidité du noyau. Ces déplacements maximaux valent pour EIliés et
EIindép respectivement 173[mm] et 1350[mm].
Ce modèle nous donne ainsi une première idée de base quant à la position
optimale de l’étage de raidissement malgré toutes les hypothèses sous-jacentes.
Nous pouvons également visualiser les déplacements de la structure pour les deux
rigidités du noyau avec l’étage de raidissement en position optimale :

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 39 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

déplacements w(z) déplacements w(z)


300 300

250 250

200 200
z : hauteur [m]

z : hauteur [m]
150 150

EI_liés EI_indép

100 100

50 50

0 0
0 0.1 0.2 0 1 2

w(z) : déplacement [m] w(z) : déplacement [m]

Figure 27 : Déplacements, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée)

Ces deux graphiques nous montrent bien l’effet de l’étage de raidissement sur la
structure qui bloque la rotation mais autorise un déplacement horizontal dans la
direction des charges de vent. Les déplacements sommitaux sont alors réduits d’un
facteur 3 par rapport au système W seul qu’il faut prendre avec précautions, car
l’étage de raidissement n’est en réalité ni infiniment rigide ni bloqué totalement à la
rotation.
3.3.4 Noyau - cadres
La seconde étape dans ces résolutions manuelles est l’introduction des cadres en
plus du noyau central. On ne considère pour l’instant pas d’étage de raidissement
pour assurer la rigidité latérale du système complet. Les hypothèses du modèle sont
les suivantes :
• Charge moyenne uniformément répartie sur la hauteur selon calcul §3.2.3 :
⎡ kN ⎤
q = 131.3 ⎢ ⎥ .
⎣m⎦
• Rigidité EI du noyau : valeur moyenne et constante sur la hauteur du bâtiment
(§3.2.1).
• Rigidité latérale GA* du système cadre : valeur moyenne et constante sur la
hauteur du bâtiment (§3.2.2).
• Étage de raidissement non considéré.
• Éléments de liaison entre les systèmes W et F ne transmettent qu’un effort
normal (bi-articulés).

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 40 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Le modèle ainsi créé fonctionne alors tel que décrit au §3.1.1 :

Figure 28 : Résolutions théoriques, W - F

Par l’absence d’étage de raidissement dans ce modèle, nous ne pouvons pas


minimiser le déplacement sommital mais uniquement calculer les déplacements de
la structure sur sa hauteur.
Ce calcul nous servira de base avant l’introduction d’un étage de raidissement.
Nous pourrons alors comparer ces déplacements avec ceux du modèle système W
seul (§3.3.2) afin de connaître l’influence du système F.
L’équation différentielle de comportement avec l’introduction des cadres est celle
déterminée au §3.1.2 :

d 4v ( x ) d 2v ( x )
EI − GA = q ( x)
dx 4 dx 2
En introduisant les conditions de bords suivantes :

⎧w ( 0) = 0

⎪ w′ ( 0 ) = 0 GA
⎨ avec α 2 =
⎪ M ( H ) = EIw′′ ( H ) = 0 EI
⎪V H = α 2 w′ H − w′′′ H = 0
⎩ ( ) ( ) ( )
Nous pouvons écrire que l’effort tranchant total est égal à la somme des efforts
tranchants des systèmes W et F, car nous avons fait l’hypothèse que les éléments de
liaisons ne transmettent que des efforts normaux.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 41 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

À l’inverse, l’hypothèse implique que les moments ne peuvent pas s’additionner.


Ceci n’est en réalité pas tout à fait vrai, car les éléments des liaisons sont les dalles
qui, même relativement souples, peuvent transmettre une partie des moments de
flexion.
Les calculs effectués en annexe 13 nous donnent les résultats suivants :

Déplacements w(z) Déplacements w(z)


300 300

250 250

200 200
z : hauteur [m]

z : hauteur [m]

150 150

EI_liés EI_indép

100 100

50 50

0 0
0 0.2 0.4 0.6 0 0.5 1

déplacement w(z) [m] déplacement w(z) [m]

Figure 29 : Déplacements, W - F

Les déplacements maximaux valent pour EIliés et EIindép respectivement 515[mm] et


862 [mm]. Mais le plus important ici est de remarquer la forme de la déformée qui
diffère beaucoup entre les deux systèmes :
• Pour le premier cas, EIliés, l’influence des cadres est relativement faible. En
effet, le déplacement sommital est diminué d’un facteur 3 par rapport au
système W seul et la déformée est assez clairement celle d’une déformée à la
flexion. On constate néanmoins une légère différence dans la partie haute du
gratte-ciel qui a tendance à être retenue.
• Pour le second cas, EIindép, l’influence du système F est extrêmement marquée.
La forme de la déformée devient alors celle d’une déformation à l’effort
tranchant et le déplacement est diminué d’un facteur 13 par rapport au
système W seul.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 42 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Pour terminer, nous allons calculer les efforts intérieurs, efforts tranchants et moments
de flexion, dans les deux systèmes W et F pour les deux rigidités du noyau (Figure 30
et Figure 31). Nous pourrons alors premièrement les comparer avec les illustrations
tirées de différents ouvrages (Figure 19) et deuxièmement connaître la participation
de chacun des systèmes à la reprise des efforts totaux dus aux charges de vent.
Les graphiques montrent que les illustrations tirées des ouvrages se rapprochent du
premier cas avec EIliés. Ce qui signifie que dans une majorité des cas réels, la
participation du système F est moindre par rapport à celle du noyau. Le rapport des
rigidités entre les systèmes est proche de ce que l’on a obtenu, car on a d’une part
considéré le noyau un peu trop rigide avec des murs liés et d’autre part les cadres
également trop rigides, car les colonnes ne sont pas réellement encastrées dans les
dalles.
Pour les efforts tranchants, on constate que le système F reprend une partie non
négligeable des efforts totaux. En effet, il reprend jusqu’à environ 50[%] des efforts à
H/2 pour le cas EIliés et environ 75[%] des efforts à H/3 pour le cas EIIndép. Comme
prévu, les efforts tranchants du système F sont nuls au niveau du sol, car nous y avons
imposé une dérivée première égale à zéro ( w′ ( 0 ) = 0 ). Nous remarquons aussi qu’en
tête de la construction, les efforts tranchants des deux systèmes peuvent se
compenser, car les éléments de liaisons peuvent transmettre un effort normal.
En ce qui concerne les moments de flexion, la première constatation est que l’ajout
du système F change le signe des moments dans la partie haute de la construction.
Pour le cas EIliés, le moment est nul dans le noyau à H/2 alors qu’à la base il reprend
environ 55[%] des moments totaux. Pour le cas EIIndép, le moment est nul dans le
noyau à H/3 alors qu’à la base il ne reprend qu’environ 25[%] des moments totaux.
L’influence des cadres n’est donc pas négligeable, quelque soit la rigidité EI du
noyau. Par contre, il faudra s’assurer que le système F soit bien capable en réalité de
reprendre les efforts qui lui sont transmis. La question qui se pose maintenant est
plutôt de connaître quelle est l’influence du système F sur la position optimale de
l’étage de raidissement.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 43 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Efforts tranchants EI_liés


300

250

V_noyau [kN]
200 V_cadres [kN]
z : hauteur [m]

V_tot [kN]

150

100

50

0
‐10000 ‐5000 0 5000 10000 15000 20000 25000 30000 35000 40000

Efforts tranchants V [kN]

Efforts tranchants EI_indép


300

250

V_noyau [kN]
200 V_cadres [kN]
z : hauteur [m]

V_tot [kN]

150

100

50

0
‐10000 ‐5000 0 5000 10000 15000 20000 25000 30000 35000 40000

Efforts tranchants V [kN]

Figure 30 : Efforts tranchants, W - F

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 44 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Moments de flexion EI_liés


300

250

200 M_noyau [kNm]
z : hauteur [m]

M_cadres [kNm]
M_tot [kNm]
150

100

50

0
‐1000000 0 1000000 2000000 3000000 4000000 5000000

Moments de flexion M [kNm]

Moments de flexion EI_indép


300

250

200 M_noyau [kNm]
z : hauteur [m]

M_cadres [kNm]
M_tot [kNm]
150

100

50

0
‐1000000 0 1000000 2000000 3000000 4000000 5000000

Moments de flexion M [kNm]

Figure 31 : Moments de flexion, W - F

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 45 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.3.5 Noyau - cadres - étage raidissement (EI∞ et rotation bloquée)


Le modèle que nous traitons à présent est identique à celui du paragraphe
précédent en y ajoutant un étage de raidissement. La rigidité latérale du système
complet est alors assurée par les systèmes W et F avec étage de raidissement. Les
hypothèses du modèle sont les suivantes :
• Charge moyenne uniformément répartie sur la hauteur selon calcul §3.2.3 :
⎡ kN ⎤
q = 131.3 ⎢ ⎥ .
⎣m⎦
• Rigidité EI du noyau : valeur moyenne et constante sur la hauteur du bâtiment
(§3.2.1).
• Rigidité latérale GA* du système cadre : valeur moyenne et constante sur la
hauteur du bâtiment (§3.2.2).
• Éléments de liaison entre les systèmes W et F ne transmettent qu’un effort
normal (bi-articulés).
• Rigidité propre de l’étage de raidissement est considérée comme infinie
latérale ( EI r = ∞ ).
• Rigidité à la rotation de l’étage de raidissement, en réalité fonction de la
rigidité des colonnes qui lui sont liées, est également considérée infinie.

Figure 32 : Résolutions théoriques, W - F - étage raidissement (EI∞ et rotation bloquée)

L’équation différentielle de comportement avec l’introduction de l’étage de


raidissement est toujours celle déterminée au §3.1.2 :

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 46 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

d 4v ( x ) d 2v ( x )
EI − GA = q ( x)
dx 4 dx 2
Par contre, les conditions de bords changent avec l’introduction de l’étage
ceinture. La résolution doit donc se faire en deux parties avec les conditions de
GA
bords suivantes ( α 2 = ):
EI

⎧w ( 0) = 0

⎪ w′ ( 0 ) = 0

0≤ z≤h : ⎨ w′ ( h ) = 0

⎪ q ( H − h)
⎪⎩V ( h ) = α 2
w′ ( h ) − w′′′ ( h ) =
EI

⎧ w↓ ( h ) = w↑ ( h )

⎪ w′ ( h ) = 0
h≤z≤H : ⎨
⎪ M ( H ) = EIw′′ ( H ) = 0
⎪V H = α 2 w′ H − w′′′ H = 0
⎩ ( ) ( ) ( )
Les calculs ont été effectués en annexe 14 pour les deux rigidités du noyau EIliés et
EIindép. On obtient les déplacements sommitaux w(H) suivants pour une position
d’étage de raidissement variable :

Déplacements en tête w(H)


100

90
Position de l'étage de raidissement [%]

80

70

60
EI_liés
50

40

30

20

10

0
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6

w(H) : déplacement sommital [m]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 47 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Déplacements en tête w(H)


100

90
Position de l'étage de raidissement [%]

80

70

60

50
EI_indép
40

30

20

10

0
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1

w(H) : déplacement sommital [m]

Figure 33 : Déplacements sommitaux, W - F - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée)

On constate que la position optimale de l’étage de raidissement vis-à-vis des


déplacements maximaux en tête se trouve à environ 51[%] de la hauteur mesurée
depuis le sol pour EIliés et à environ 37[%] pour EIindép. Les déplacements maximaux
correspondant valent pour EIliés et EIindép respectivement 140[mm] et 490[mm]. L’ajout
des cadres, par rapport au modèle avec le système W seul, diminue donc la position
optimale de l’étage de raidissement et ce d’autant plus que le coefficient α
augmente. On remarque également que la variabilité des déplacements sommitaux
diminue lorsque la rigidité latérale des cadres augmente.
Ce modèle nous donne ainsi une idée un peu plus précise quant à la position
optimale de l’étage de raidissement malgré toutes les hypothèses sous-jacentes.
Nous pouvons également visualiser les déplacements de la structure pour les deux
rigidités du noyau avec l’étage de raidissement en position optimale (Figure 34). Ces
deux graphiques nous montrent bien l’effet de l’étage de raidissement sur la
structure qui bloque la rotation mais autorise un déplacement horizontal dans la
direction des charges de vent. L’ajout de l’étage de raidissement au système W - F
réduit les déplacements sommitaux d’un facteur 3.5 pour le cas EIliés et d’un facteur
1.8 pour le cas EIIndép. Il faut prendre ces facteurs avec précautions, car l’étage de
raidissement n’est en réalité ni infiniment rigide ni totalement bloqué à la rotation. De
même que précédemment, on constate que l’influence de l’étage de raidissement
est moindre dans le cas avec EIIndép, car c’est le système F qui influence le plus le
comportement du système complet. Ce constat s’illustre bien avec les formes des
déformées dans les parties supérieures à la position de l’étage ceinture.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 48 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Déplacements w(z) Déplacements w(z)


300 300

250 250

200 200
z : hauteur [m]

z : hauteur [m]
150 150

EI_liés EI_indép

100 100

50 50

0 0
0 0.05 0.1 0.15 0 0.5

w(z) : déplacement [m] w(z) : déplacement [m]

Figure 34 : Déplacements, W - F - étage raidissement (EI∞ et rotation bloquée)

3.3.6 Noyau - étage de raidissement (EI∞ et rotation admise)


Nous cherchons à présent à connaître l’influence de la rotation de l’étage de
raidissement sur sa position optimale. Cette rigidité à la rotation est fonction de la
rigidité des colonnes directement liées à l’étage de raidissement et des autres
colonnes par flexion de la dalle. Il est donc très compliqué de savoir lesquelles
participent réellement à la rigidité rotationnelle de cet étage.
Le modèle que nous avons réalisé ne comporte alors plus que le système W et un
ressort, symbolisant l’étage de raidissement infiniment rigide et partiellement bloqué
à la rotation. Les hypothèses du modèle sont les suivantes :
• Charge moyenne uniformément répartie sur la hauteur selon calcul §3.2.3 :
⎡ kN ⎤
q = 131.3 ⎢ ⎥ .
⎣m⎦
• Rigidité EI du noyau : valeur moyenne et constante sur la hauteur du bâtiment
(§3.2.1).
• Influence du système cadre négligée dans la rigidité latérale ( GA∗ = 0 ).
• Rigidité propre de l’étage de raidissement est considérée comme infinie
latérale ( EI r = ∞ ).
• Rigidité à la rotation de l’étage de raidissement est fonction de la rigidité des
colonnes.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 49 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Figure 35 : Résolutions théoriques, W - Étage raidissement (EI∞ et rotation admise)

À l’inverse des cas précédents, la résolution complète de ce modèle devient très


compliquée. Étant donné que le but est d’optimiser la position de l’étage de
raidissement, nous avons choisi de ne calculer que les déplacements maximaux
w(H) obtenus en tête de la construction que l’on exprime en fonction de h. À l’aide
des calculs réalisés en annexe 15, on obtient les graphiques suivants pour les deux
rigidités du noyau considérées :

Déplacements en tête w(H)


100

90
Position de l'étage de raidissement [%]

80

70

60
EI_liés
50

40

30

20

10

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6

Déplacement en tête w(H) [m]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 50 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Déplacements en tête w(H)


100

90
Position de l'étage de raidissement [%]

80

70

60
EI_indép
50

40

30

20

10

0
0 2 4 6 8 10 12

Déplacement en tête w(H) [m]

Figure 36 : Déplacements sommitaux, W - étage raidissement (EI∞ et rotation admise)

On constate que la position optimale de l’étage de raidissement vis-à-vis des


déplacements maximaux en tête se trouve à environ 54[%] de la hauteur mesurée
depuis le sol quel que soit la rigidité du noyau. Ces déplacements maximaux valent
pour EIliés et EIindép respectivement 173[mm] et 1350[mm].
Le plus important ici est de constater que cette position est totalement
indépendante de la rigidité à la rotation du noyau. Par contre, les déplacements
devraient augmenter avec la possibilité de rotation de l’étage de raidissement. On
remarque que les déplacements obtenus avec ce modèle sont identiques à ceux
trouvés avec le modèle W - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée). Cela
signifie que le coefficient α est environ égal à 1 et donc que les colonnes sont
tellement rigides que l’on peut considérer que l’étage de raidissement ne peut pas
tourner.
3.3.7 Noyau - étage de raidissement (EIr et rotation admise)
Le modèle traité ci-dessous, qui n’est qu’une évolution du précédent, tient compte
de la rigidité propre EIr de l’étage de raidissement. La rigidité à la rotation est donc
toujours fonction des colonnes liées à l’étage de raidissement directement ou par
l’intermédiaire des dalles. Plus que de connaître les déplacements maximaux, le but
de cette partie est de connaître l’influence de cette rigidité propre sur la position
optimale de l’étage ceinture.
Le modèle alors réalisé ne comporte que le système W et un étage de raidissement
de rigidité variable tel qu’illustré à la Figure 37. Les hypothèses du modèle sont les
suivantes :

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 51 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

• Charge moyenne uniformément répartie sur la hauteur selon calcul §3.2.3 :


⎡ kN ⎤
q = 131.3 ⎢ ⎥ .
⎣m⎦
• Rigidité EI du noyau : valeur moyenne et constante sur la hauteur du bâtiment
(§3.2.1).
• Influence du système cadre négligée dans la rigidité latérale ( GA∗ = 0 ).
• Rigidité à la rotation de l’étage de raidissement est fonction de la rigidité des
colonnes.
• Rigidité propre de l’étage de raidissement EIr peut varier entre EIr et EI∞.

Figure 37 : Résolutions théoriques, W - étage raidissement (EIr et rotation admise)

La résolution complète de ce modèle devient très compliquée. Étant donné que le


but est d’optimiser la position de l’étage de raidissement, nous avons choisi de ne
calculer que les déplacements maximaux w(H) obtenus en tête de la construction
que l’on exprimera en fonction de h.
Contrairement au cas précédent, la rigidité propre de l’étage de raidissement a une
influence sur sa position optimale, comme le montre les calculs en annexe 16. Lors
de la résolution analytique, nous avons défini un paramètre oméga qui dépend des
rigidités EIn et EIr ainsi que du coefficient α. On a alors pu déterminer une série de
courbes illustrant les déplacements sommitaux w(H) en fonction de la position de
l’étage de raidissement pour différentes valeurs d’oméga. On obtient les graphiques
suivants pour les deux rigidités du noyau considérées :

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 52 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Déplacements sommitaux w(H) EIliés


1
0

0.9
0.1

0.8 0.2

0.7 0.3

0.4
0.6

0.5
0.5
ζi

0.6
0.4
0.7

0.3
0.8

0.2 0.9

0.1 1

opt_w
0 (H)
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6

w(H) [m]

Déplacements sommitaux w(H) EIIndép


1
0

0.9
0.1

0.8 0.2

0.7 0.3

0.4
0.6
0.5
0.5
ζi

0.6

0.4
0.7

0.3 0.8

0.2 0.9

1
0.1
opt_w
(H)
0
0 2 4 6 8 10 12
w(H) [m]

Figure 38 : Déplacements sommitaux, W - étage raidissement (EIr et rotation admise)

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 53 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Ces graphiques confirment premièrement qu’avec une rigidité EIr considérée


comme infinie (ω=0) la position optimale se trouve bien à 54[%] de la hauteur pour
des déplacements sommitaux de 173[mm] et 1350[mm] respectivement pour EIliés et
EIindép. Cette constatation valide les résultats de ce modèle par rapport aux différents
modèles simplifiés précédents.
Contrairement au modèle précédent, la position de l’étage de raidissement n’est
pas indépendante des rigidités propre et à la rotation. Pour les courbes avec un
étage de raidissement moins rigide (ω>0), deux conclusions importantes peuvent
être apportées :
• La position optimale de l’étage de raidissement augmente plus sa rigidité
propre diminue.
• L’influence de l’étage de raidissement diminue plus sa rigidité propre diminue.
En conclusion, plus l’étage de raidissement est souple, moins il aura d’influence sur
les déplacements sommitaux et plus il devra être positionné haut sur la construction.
Le graphique ci-dessous illustre bien cette conclusion en donnant la position
optimale de l’étage de raidissement en fonction du paramètre oméga :

Position optimale h en fonction de


oméga
0.9

0.8

0.7

0.6

0.5
hopt

0.4

0.3

0.2

0.1

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1

omega

Figure 39 : Position optimale hopt, W - étage raidissement (EIr et rotation admise)

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 54 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.3.8 Synthèse des résultats

Murs du noyau Iliés=1646[m4]

Position optimale
Déplacements sommitaux w(H) en [mm]
étage de
Modèles de avec étage de raidissement à :
raidissement
calcul
Position %
50 [%] 100 [%] Niveau
optimale [%] hauteur

W 1424 - -

W - étage
176 475 173 35 54
raidissement (∞,∞)

W-F 515 - -

W - F - étage de
140 321 140 33 51
raidissement (∞,∞)
W - étage de
176 475 173 35 54
raidissement (∞,x)
W - étage de
>176 >475 >173 >35 >54
raidissement (x,x)

Murs du noyau IIndép=211[m4]

Position optimale
Déplacements sommitaux w(H) en [mm]
étage de
Modèles de avec étage de raidissement à :
raidissement
calcul
Position %
50 [%] 100 [%] Niveau
optimale [%] hauteur

W 11121 - -

W - étage
1377 3707 1350 35 54
raidissement (∞,∞)

W-F 862 - -

W - F - étage de
525 800 490 24 37
raidissement (∞,∞)
W - étage de
1377 3707 1350 35 54
raidissement (∞,x)
W - étage de
>1377 >3707 >1350 >35 >54
raidissement (x,x)

Tableau 12 : Synthèse résultats, résolutions théoriques

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 55 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.4 Résolution méthode « Khan & Sbarounis »


Comme nous l’avons vu ci-dessus, l’application de la méthode du continuum est
fortement limitée par certaines hypothèses. On peut par exemple citer les inerties
constantes sur toute la hauteur de la construction ou encore la difficulté de
résolution avec des charges variables. Cette méthode est bien sûr applicable pour
la conception d’un ouvrage mais nécessite beaucoup de simplifications et donc
d’approximations. C’est pourquoi, en 1964, les ingénieurs Fazlur R. Khan et John A.
Sbarounis ont proposé de généraliser cette méthode pour pouvoir l’appliquer à des
structures usuelles. Elle est donc par exemple applicable pour des structures avec
des dimensions d’éléments variables le long de la hauteur.
La solution numérique présentée ci-dessous ne nécessite pas d’hypothèses
simplificatrices quant au comportement de la structure ou à la configuration des
éléments (variation des dimensions ou des positions). Elle est applicable pour
l’analyse de forces latérales dues au vent ou aux tremblements de terre et
l’utilisation d’un simple tableur Excel est suffisante pour résoudre le problème. En
effet, la méthode de résolution est itérative et donc un bon critère de convergence
et un grand nombre d’itérations permettent d’affiner le résultat jusqu’à la précision
désirée.
3.4.1 Concept et méthode d’analyse
L’analyse est réalisée en deux étapes. La première, illustrée à la Figure 40, consiste à
déterminer la répartition de la charge horizontale entre les différents murs et cadres,
respectivement, à chaque étage. Pour ce faire, la structure est séparée en deux
systèmes distincts : le noyau W et les cadres F.

Figure 40 : Méthode Khan & Sbarounis, concept d’analyse [33]

La seconde étape d’analyse consiste à soumettre chacun des systèmes isolés à un


modèle de déformation dérivé de la structure entière par la solution itérative.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 56 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.4.2 Méthode de calcul


L’équilibre de la structure complète nécessite que les conditions suivantes soient
satisfaites :
• Les déformations des systèmes noyau et cadres doivent être les mêmes à
chaque étage.
• Les éléments de liaison entre les deux systèmes doivent subir les mêmes
rotations et déplacements verticaux que ceux du système W à chaque point
de connexion (condition non utilisée dans le cadre de ce projet, Figure 40c).
• La somme des efforts tranchants développés dans les systèmes W et F doit
être égale à l’effort tranchant total extérieur à chaque étage.
Ces trois conditions de compatibilité et d’équilibre peuvent être atteintes par les pas
d’analyse suivants (exemple : cas du modèle simplifié Figure 40c) :
1) La charge totale, de vent ou sismique, sur la structure idéalisée (Figure 41a)
est appliquée au système W à chaque étage. Par un calcul, manuel ou
numérique, les déformations horizontales du système W sont déterminées
(Figure 41b). La déformation libre horizontale de l’étage i est notée Δ fi et
celle de l’étage supérieur Δ f (i+1) .

Figure 41 : Méthode Khan & Sbarounis, 1ère étape [33]

2) Nous commençons ici le premier cycle d’itération en appliquant les


déformations du système W au système F. Pour une convergence rapide, la
forme de déformation finale peut être approximée par des abaques. En
l’absence de cette aide, la déformée finale est considérée comme identique
à celle du système W libre. Ceci implique que, pour le premier cycle
d’itération, la déformation initiale de l’étage i sera :
Δ ii (1) = Δ fi
Le système F est donc forcé de suivre ces déformations à chaque étage
(Figure 42a).

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 57 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Figure 42 : Méthode Khan & Sbarounis, 2ème et 3ème étapes [33]

3) Les moments introduits par la compatibilité des déplacements entre les


systèmes peuvent être directement déterminés en réalisant les diagrammes
des moments. Le système contraint en déplacement (Figure 42a) n’a pas de
force externe supplémentaire appliquée, mais seulement les déformations
horizontales connues aux points de liaison. On a, pour des colonnes et des
dalles de dimensions constantes sur un même étage, les moments maximaux
en tête et en pied de colonnes (Figure 42b) pour l’étage i :
⎛ 6 EI ⎞
FM ci = ⎜ 2 ci ⎟ ⋅ ( Δ i − Δ i −1 )
⎝ hi ⎠
4) Après avoir appliqué au système F les déplacements du système W et trouvé
les moments dans les colonnes, on calcule les efforts tranchants totaux à
chaque étage du système F afin de les réappliquer au le système W (Figure
43a).

Figure 43 : Méthode Khan & Sbarounis, 4ème et 5ème étapes [33]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 58 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Pi ' = V i − V i + 1

Les efforts Pi ' générés par compatibilités des déformations pourront être
utilisés tels quels dans la prochaine étape. Ces forces horizontales sont
illustrées de manière indicative sur la figure ci-dessus, mais pourront en réalité
être positives ou négatives selon les étages.
5) On applique les efforts Pi ' obtenus au point précédent du système F au
système W libre (Figure 43b). On peut alors calculer les déplacements négatifs
Δ ai du système W. La déformation totale du système W, par rapport à sa
position verticale d’origine, est obtenue par la somme algébrique de Δ fi et
Δ ai . On exprime alors les déplacements du système W, à l’étage i, à la fin du
1er cycle d’itération par :
Δ ei (1) = Δ fi − Δ ai (1)

Or, en général, à la fin du nème cycle d’itération :


Δ ei ( n ) = Δ ii ( n ) − Δ ai ( n )

On arrive ici à la fin d’un cycle d’itération. Pour que la déformation obtenue
soit la valeur stable finale, il faut que le déplacement initial de l’étage i au
début du nème cycle d’itération, Δ ii ( n ) , soit égal au déplacement final, Δ ei ( n ) , à
la fin de ce même cycle d’itération.
Cependant, dans la plupart des cas à la fin du 1er cycle d’itération, Δ ei est
négatif, ce qui indique que l’itération diverge. La généralisation de cette
méthode dépend donc de l’utilisation d’un propre « facteur de convergence
forcée » à appliquer au déplacement initial du nème cycle d’itération.
6) Le facteur de correction de la convergence provient de l’hypothèse qu’à
chaque cycle d’itération, le mouvement du système W à chaque étage est
linéairement proportionnel au mouvement du système F. On peut donc
montrer que, si au nème cycle la valeur initiale de l’étage i est Δ ii ( n ) et la valeur
finale Δ ei ( n ) , la valeur initiale au (n+1)ème cycle devrait être :
Δei ( n ) − Δii ( n )
Δii ( n+1) = Δii ( n ) +
⎡ ( Δ fi − Δei ( n ) ) ⎤
1+ ⎢ ⎥
⎢⎣ Δii ( n ) ⎥⎦
7) La valeur Δii ( n+1) obtenue par l’équation ci-dessus est alors utilisée comme
valeur initiale pour le prochain cycle d’itération. La procédure est ainsi
répétée, en commençant par le point 2) décrit précédemment, avec pour
unique différence que Δ fi sera remplacé par Δ ii à la Figure 42a.
8) À la fin de chaque cycle d’itération, Δ ei et Δ ii doivent être comparées
jusqu’à ce que la convergence satisfasse une certaine tolérance, par
exemple 5 à 10[%] selon les critères de l’ingénieur.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 59 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.4.3 Résultats
Comme nous l’avons constaté, l’obtention d’une solution à l’aide de cette méthode
s’avère très compliquée. C’est pourquoi nous avons décidé de ne traiter ici qu’un
modèle très simplifié ne comprenant que 3 étages et une charge concentrée Q au
sommet.

Figure 44 : Méthode Khan & Sbarounis, système simplifié

La résolution en annexe 17 a été réalisée selon la démarche présentée au §3.4.2.


Nous avons simplifié la transmission des efforts dans le système F en considérant des
dalles infiniment rigides ( EA = ∞ et EI = ∞ ).
L’annexe 18 et la Figure 45 donne quelques pas d’itérations réalisés ainsi que les
déplacements respectifs associés. On constate que le système converge bien vers
une valeur, mais qu’il faut un très grand nombre d’itérations (~2000) pour arriver à
une solution suffisamment précise.

Déplacements wi(n)(z)

12

10 wi0(z)
Hauteur z [m]

8 wi200(z)
wi2000(z)
6
wi3000(z)
4 wi5000(z)
wi6500(z)
2

0
0 0.00005 0.0001 0.00015 0.0002

Déplacement horizontal w(z) [m]

Figure 45 : Méthode Khan & Sbarounis, Résultats

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 60 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Cette méthode fonctionne bien mais s’avère très longue et fastidieuse ne serait-ce
que pour ce cas extrêmement simplifié. Elle était donc certainement très utile à
l’époque, sans logiciel de calcul et avec une tolérance sur les résultats élevée, mais
n’est plus intéressante de nos jours, car la quantité de calculs à réaliser est trop
importante. En effet, actuellement on fera plutôt une résolution théorique rapide
(§3.3) pour avoir une approximation de la solution ou une résolution à l’aide d’un
logiciel FEM pour avoir des résultats plus détaillés avec moins de calculs et un réel
gain de temps.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 61 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.5 Résolution matricielle (nœuds par nœuds)


La méthode de résolution illustrée ci-dessous n’est autre qu’une résolution matricielle
de l’équilibre de tous les nœuds d’un modèle. Elle est très complète, car elle n’est
pas limitée par les différentes hypothèses que nous avions pour les résolutions
précédentes. Nous pouvons donc faire varier les sections, les inerties, les types de
matériaux et même les charges. En fait, nous ne faisons ici que reproduire ce que
font les différents logiciels de calcul utilisés en Génie Civil.
Contrairement à la méthode Khan & Sbarounis, la solution obtenue est une solution
exacte. Nous la trouvons en résolvant un système d’équation à autant d’inconnues
qu’il existe de nœuds dans le système. C’est pourquoi nous ne traitons ci-après qu’un
système très simplifié.
3.5.1 Système simplifié
Cette méthode de calcul est très efficace, mais demande un nombre énorme de
calculs. C’est pourquoi, dans la pratique, nous utilisons des ordinateurs pour obtenir
une solution rapidement.
Dans le cadre de ce projet, le but n’est évidement pas de recréer un logiciel de
calcul pour ce gratte-ciel à l’aide d’un simple tableur Excel, mais bien de
comprendre une méthode de résolution exacte qui est la base de tous nos logiciels
de calcul. Nous allons donc étudier un modèle très simplifié ne comprenant que
deux étages et une charge concentrée Q au sommet (Figure 46).

Figure 46 : Résolution matricielle, système simplifié

Nous avons considéré que les rigidités latérales EI et GA* des systèmes W et F
respectivement sont constantes sur la hauteur de la construction. Les éléments de
liaisons ont des rigidités infinies ( EA = ∞ et EI = ∞ ) et sont bi-articulés, de sorte à ne
transmettre qu’un effort normal.
La charge Q est calculée sur la base du §3.3 en multipliant la charge répartie par la
hauteur 2h. On obtient alors la charge concentrée : Q = 1050 kN . [ ]
Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 62 - Lausanne, le 25.06.2010
Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.5.2 Résultats
La résolution a été réalisée selon la démarche présentée ci-dessous :
• Détermination des efforts tranchants et des moments de flexion dans les
systèmes W et F.
• Calcul des déplacements de chaque système.
• Établissement du système d’équation à résoudre en imposant l’égalité des
déplacements à chaque niveau.
• Résolution du système d’équation (à l’aide d’un tableur Excel).
La résolution de ce système ainsi que deux exemples de solutions numériques sont
données en annexe 19. On obtient les déplacements w(z) suivants pour les deux
rigidités du noyau EIliés et EIIndép :

Déplacements Déplacements
horizonataux w(z), EIliés horizonataux w(z), EIindép
8 8

7 7

6 6

5 5
Hauteur [m]

Hauteur [m]

4 w(z) noyau  4 w(z) noyau 
[m] [m]
3 w(z) cadres  3 w(z) cadres 
[m] [m]

2 2

1 1

0 0
0 0.002 0.004 0 0.02 0.04

Déplacement horizontal [mm] Déplacement horizontal [mm]

Figure 47 : Résolution matricielle, déplacements

Le modèle choisi est tellement simple qu’il ne nous permet pas d’effectuer certaines
conclusions quant au rapport entre les rigidités latérales ou autres. Par contre, les
deux graphiques ci-dessus montrent que l’on a bien l’égalité des déplacements à
chaque niveau.
Cette résolution nous a donc permis de confirmer qu’il est simple d’obtenir une
solution exacte pour ce modèle simplifié. Par contre, nous remarquons que le
nombre de calculs à réaliser croit exponentiellement, ce qui explique l’utilisation
d’un ordinateur pour toute résolution de plus de quelques nœuds.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 63 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.6 Résolutions systèmes numériques 2D


Les principales hypothèses simplificatrices des résolutions théoriques étaient d’avoir
une charge uniformément répartie et des rigidités EI et GA* constantes sur toute la
hauteur de la construction. Ces modifications de la structure réelle nous ont ainsi fait
comprendre les lacunes que les modèles numériques doivent palier.
Les modèles numériques 2D que nous allons traiter ci-dessous ont alors les buts
suivants :
• Comparaison des résultats avec les résolutions théoriques.
• Connaître l’influence de la distribution de charge réelle par rapport à la
charge uniformément répartie appliquée aux résolutions théoriques.
• Connaître l’influence d’une répartition des rigidités EI et GA* sur la hauteur
comme sur la structure réelle.
Pour atteindre ces objectifs, nous avons choisi de ne considérer que la rigidité EIliés du
système W. En effet, nous ne cherchons pas ici à connaître l’influence de la rigidité
du noyau, car les résolutions théoriques nous ont déjà permis de le faire.
3.6.1 Modélisations numériques 2D
Nous allons ci-après traiter les mêmes modèles que pour les résolutions théoriques
avec le système W et/ou le système F et/ou un étage de raidissement plus ou moins
rigide. Chaque élément du modèle a sa propre modélisation :
a) Système W : Le noyau est modélisé par des éléments linéaires de type poutre.
Nous avons choisi de créer des éléments de section circulaire dont les
diamètres équivalents sont calculés au §3.6.2. Les différents éléments
composant le noyau sont encastrés les uns dans les autres afin de créer une
grande poutre console.

Figure 48 : Modélisations 2D, système W

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 64 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

b) Système F : Les cadres sont, comme pour le noyau, modélisés par des
éléments linéaires de type poutre, de section circulaire avec un diamètre
équivalent calculé au §3.6.3. Les éléments sont encastrés entre eux afin de
créer un élément continu sur la hauteur et encastré au niveau du sol.
Pour modéliser l’effet d’encastrement des colonnes dans les dalles, nous
plaçons à chaque étage un appui dont tous les degrés de liberté,
déplacement et rotation, sont bloqués, excepté le déplacement horizontal.
On obtient alors le système statique de poutres bi-encastrées soumises à un
déplacement en tête, dont la rigidité est calculée en tenant compte des
hypothèses de rigidités infinies des dalles ( EA = ∞ et EI = ∞ ) :

Figure 49 : Modélisations 2D, système F

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 65 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

c) Étage de raidissement : Il est modélisé par un appui dont l’unique degré de


liberté laissé libre est le déplacement horizontal. Par cette modélisation, on
considère que l’étage de raidissement est infiniment rigide et bloqué à la
rotation.
Nous utiliserons aussi un modèle avec l’étage de raidissement modélisé par un
appui libre de se déplacer horizontalement et partiellement bloqué à la
rotation. Cette seconde modélisation représente alors un étage de
raidissement bloqué à la rotation mais de rigidité propre légèrement
diminuée.

Figure 50 : Modélisations 2D, étage de raidissement

d) Éléments de liaison : L’utilité de ces éléments de liaison est uniquement


d’imposer l’égalité des déplacements, entre les systèmes W et F, à chaque
étage. Pour ce faire, nous les avons modélisés par des éléments très rigides (
EA ≅ ∞ ) bi-articulés afin qu’ils ne puissent transmettre qu’un effort normal.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 66 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Figure 51 : Modélisations 2D, éléments de liaison

e) Charges appliquées : Le calcul des charges a été réalisé au §3.2.3. Nous


utiliserons en fonction des variantes, une charge moyenne uniformément
répartie ou la charge réelle calculée selon les normes suisses.

Figure 52 : Modélisations 2D, charges appliquées

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 67 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Nous avons également créé un maillage de 0.5[m] sur tous les éléments du système.
Afin d’arriver à déterminer la position optimale de l’étage de raidissement sur les
différents modèles, nous allons devoir procéder par tâtonnement. Nous devrons
donc faire varier manuellement la position de l’appui, modélisant l’étage de
raidissement, jusqu’à l’obtention de cette position optimale. Nous prendrons comme
hauteur de départ celle obtenue par les résolutions théoriques, en espérant que la
variation soit relativement faible afin de ne pas devoir effectuer cette manipulation
un trop grand nombre de fois.
3.6.2 Rigidité EI équivalente, système W
Le but de ce calcul est de donner un diamètre à la poutre verticale de section
circulaire représentant le système W, de telle sorte que la rigidité EI modélisée soit
égale à la rigidité réelle calculée au §3.2.1.

π ⋅ d équ
4

L’inertie de la poutre modélisée est donnée par : I équ = .


64

I réelle ⋅ 64
En égalant les inerties, on a : I réelle = I éq u d’où d équ = 4 .
π
Les diamètres équivalents, pour les différentes inerties calculées, sont donnés ci-
dessous :

Murs du noyau liés


Étages
Inertie Ix [m4] déqu [m]

44 - toiture 1322 12.8

8 - 43 1768 13.8

0-7 1911 14

Inertie Ix [m4] déqu [m]


Moyenne
1646 13.5

Tableau 13 : Diamètres équivalents, système W

Comme dans la structure réelle, le béton utilisé lors de la modélisation numérique


pour le noyau est de type C30/37 sur toute la hauteur.
3.6.3 Rigidité GA* équivalente, système F
De la même manière que pour le système W, on calcule un diamètre équivalent à la
poutre représentant le système F de sorte que la rigidité GA* modélisée soit égale à
la rigidité réelle calculée au §3.2.2.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 68 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

La modélisation considérera que les dalles sont infiniment rigides dans et hors de leur
plan ( EA = ∞ et EI = ∞ ). La poutre équivalente se déformera donc comme une
poutre bi-encastrée soumise à un déplacement en tête tel qu’illustré à la Figure 49.

12 E π d 4
La rigidité de la poutre modélisée est donnée par : GAéqu
*
= h⋅ ⋅ .
h 3 64

16 h2
*
En égalant les rigidités, on a : GAréelle = GAéqu
*
d’où déqu = 4 ⋅ GAréelle
*
⋅ .
3 Eπ
Afin de simplifier les différentes modélisations, nous avons choisi de déterminer ces
diamètres équivalents pour un béton C30/37. De cette façon, nous pouvons
modéliser tous les cadres avec un seul et même type de béton.
Les diamètres équivalents, pour les différentes rigidités calculées, sont donnés ci-
dessous :

GA* numérique 3D
Étages déqu [mm]
x 103 [kN]

44 - toiture 3370 1301

8 - 43 3788 1339

0-7 4171 1372

GA* numérique 3D
déqu [mm]
x 103 [kN]
Moyenne

3742 1335

Tableau 14 : Diamètres équivalents, système F

3.6.4 Variantes de calcul


Nous allons ci-après réaliser plusieurs modèles de calcul, idem que pour les
résolutions théoriques, avec pour chacun, les trois variantes suivantes :
1) La première variante garde les mêmes hypothèses que pour les résolutions
théoriques, à savoir : rigidités EI et GA* moyennes et charge uniformément
répartie sur la hauteur.
⎧⎪ EI = EI liés ⇒ déqu = 13.5[ m] ( C30 / 37 )
On a alors les rigidités suivantes : ⎨ .
⎪⎩GA = GA ⇒ déqu = 1.335[ m] ( C30 / 37 )
* *

⎡ kN ⎤
Et la charge moyenne uniformément répartie : qvent = 131.3 ⎢ .
⎣ m ⎥⎦
2) La seconde conserve des rigidités moyennes pour les systèmes W et F mais
inclut la charge variable réellement calculée.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 69 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

⎧⎪ EI = EI liés ⇒ déqu = 13.5[ m] ( C30 / 37 )


On a alors les rigidités suivantes : ⎨ .
⎪⎩GA = GA ⇒ déqu = 1.335[ m] ( C30 / 37 )
* *

Et la charge linéaire variable définie à la 3ème colonne du Tableau 10.


3) La troisième revient à une charge uniformément répartie sur la hauteur mais
fait varier graduellement les rigidités des éléments.
On a alors les rigidités variables définies par le Tableau 13 et le Tableau 14.
⎡ kN ⎤
Et la charge moyenne uniformément répartie : qvent = 131.3 ⎢ .
⎣ m ⎥⎦
3.6.5 Noyau seul
La description du modèle ainsi que les différentes hypothèses sont identiques à celles
du §3.3.2.
La modélisation et les résultats de la variante 1 sont donnés en exemple :

Figure 53 : Modélisations 2D, W

Pour les trois variantes décrites au paragraphe 3.6.4, on obtient les résultats suivants :

Déplacements sommitaux w(H) en [mm] avec Position optimale étage


étage de raidissement à : de raidissement
Variantes
Position
50 [%] 100 [%] Niveau % hauteur
optimale [%]

1 1428 - -

2 1667 - -

3 1295 - -

Tableau 15 : Modélisations 2D, déplacements sommitaux W

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 70 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Le déplacement sommital obtenu avec la variante 1 correspond exactement à


celui obtenu à l’aide des résolutions théoriques. On constate également que les
charges réelles calculées selon la norme SIA261 (2003), variante 2, font augmenter le
déplacement sommital de 15[%] alors que la variation de la rigidité du noyau le long
de la hauteur, variante 3, fait diminuer ce déplacement de 10[%].
3.6.6 Noyau - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée)
La description du modèle ainsi que les différentes hypothèses sont identiques à celles
du §3.3.3.
La modélisation et les résultats de la variante 1 sont donnés en exemple :

Figure 54 : Modélisations 2D, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée)

Pour les trois variantes décrites au paragraphe 3.6.4, on obtient les résultats suivants :

Déplacements sommitaux w(H) en [mm] avec Position optimale étage


étage de raidissement à : de raidissement
Variantes
Position
50 [%] 100 [%] Niveau % hauteur
optimale [%]

1 180 476 173 35 54

2 211 549 200 36 55

3 170 486 163 36 55

Tableau 16 : Modélisations 2D, déplacements sommitaux W - étage de raidissement (EI∞ et rotation


bloquée)

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 71 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

La première constatation que l’on peut réaliser est que l’étage de raidissement
bloque la rotation du noyau. On a donc bien une poutre en porte-à-faux en partie
haute et une poutre bi-encastrée soumise à un déplacement en tête dans la partie
basse de la construction.
Le déplacement sommital obtenu avec la variante 1 correspond exactement à
celui obtenu à l’aide des résolutions théoriques. On constate également que les
charges réelles calculées selon la norme SIA261 (2003) font augmenter le
déplacement sommital de 15[%]. La variation de la rigidité du noyau le long de la
hauteur, variante 3, fait diminuer ce déplacement de 5[%] pour un étage de
raidissement situé assez bas, mais le fait au contraire augmenter pour un étage
chapeau. Cette augmentation est certainement due à la diminution de l’influence
de l’étage de raidissement en tête, car il est dans la partie la moins rigide du
système W.
Nous remarquons également que pour les variantes 2 et 3, les modifications
apportées ont tendance à faire très légèrement augmenter la position optimale de
l’étage de raidissement. En effet, les modifications « affaiblissent » la structure dans la
partie haute, soit en augmentant les charges, soit en diminuant les rigidités. L’étage
de raidissement se décale alors vers le haut afin de compenser un peu cet
affaiblissement.
3.6.7 Noyau - cadres
La description du modèle ainsi que les différentes hypothèses sont identiques à celles
du §3.3.4.
La modélisation et les résultats de la variante 1 sont donnés en exemple :

Figure 55 : Modélisations 2D, W - F

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 72 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Pour les trois variantes décrites au paragraphe 3.6.4, on obtient les résultats suivants :

Déplacements sommitaux w(H) en [mm] avec Position optimale étage


étage de raidissement à : de raidissement
Variantes
Position
50 [%] 100 [%] Niveau % hauteur
optimale [%]
1 517 - -

2 601 - -

3 504 - -

Tableau 17 : Modélisations 2D, déplacements sommitaux W - F

L’introduction des cadres permet de diminuer le déplacement sommital d’un


facteur 3 par rapport au système W seul. La forme de la déformée devient
légèrement différente, avec la partie haute du gratte-ciel qui a tendance à être
retenue.
Le déplacement sommital obtenu avec la variante 1 correspond exactement à
celui obtenu à l’aide des résolutions théoriques. On constate également que les
charges réelles calculées selon la norme SIA261 (2003) font augmenter le
déplacement sommital de 15[%]. La variation de la rigidité du noyau le long de la
hauteur, variante 3, fait diminuer ce déplacement d’uniquement 3[%]. Cette faible
EI
variation s’explique par la diminution du rapport qui diminue l’influence du
GA*
système W sur le modèle complet.
On peut également sortir les diagrammes des efforts tranchants et des moments de
flexion, qui correspondent bien à ceux du modèle théorique (§3.1).

Efforts tranchants
300

250

V_cadres [kN]
200
z : hauteur [m]

V_noyau [kN]

150 V_tot [kN]

100

50

0
‐10000 ‐5000 0 5000 10000 15000 20000 25000 30000 35000 40000

Efforts tranchants V [kN]

Figure 56 : Modélisations 2D, efforts tranchants W - F

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 73 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Moments de flexion
300

250

200
z : hauteur [m]

150 M_cadres [kNm]
M_noyau [kNm]
100
M_tot [kNm]

50

0
‐5000000 ‐4000000 ‐3000000 ‐2000000 ‐1000000 0 1000000

Moments de flexion M [kNm]

Figure 57 : Modélisations 2D, moments de flexion W - F

3.6.8 Noyau - cadres - étage raidissement (EI∞ et rotation bloquée)


La description du modèle ainsi que les différentes hypothèses sont identiques à celles
du §3.3.5.
La modélisation et les résultats de la variante 1 sont donnés en exemple :

Figure 58 : Modélisations 2D, W - F - étage de raidissement (EI∞ et rotation bloquée)

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 74 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Pour les trois variantes décrites au paragraphe 3.6.4, on obtient les résultats suivants :

Déplacements sommitaux w(H) en [mm] avec Position optimale étage


étage de raidissement à : de raidissement
Variantes
Position
50 [%] 100 [%] Niveau % hauteur
optimale [%]

1 141 322 141 33 51

2 164 371 163 34 52

3 134 325 133 33 51

Tableau 18 : Modélisations 2D, déplacements sommitaux W - F - étage de raidissement (EI∞ et rotation


bloquée)

Les différentes analyses et constations que l’on peut établir sont identiques à celles
du §3.6.6.
3.6.9 Noyau - étage de raidissement (EI∞ et rotation admise)
La description du modèle ainsi que les différentes hypothèses sont identiques à celles
du §3.3.7.
Ce modèle a pour but de connaître l’influence de la rotation de l’étage de
raidissement sur sa position optimale. Cette rigidité à la rotation est fonction de la
rigidité des colonnes directement liées à l’étage de raidissement et des autres
colonnes par flexion de la dalle. Il est donc très compliqué de savoir lesquelles
participent réellement à la rigidité rotationnelle de cet étage.
Le modèle que nous avons réalisé ajoute les colonnes directement liées au noyau
afin que la rotation de l’étage de raidissement soit fonction de la rigidité à l’effort
normal de ces colonnes :

Figure 59 : Modélisations 2D, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation admise)

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 75 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Les colonnes sont articulées en pied et en tête afin qu’elles ne puissent reprendre
que des efforts de traction-compression. Les distances entre le noyau est les
colonnes, centrales et de bords, ont été calculées à l’aide de la Figure 60 :

Figure 60 : Bras de levier des colonnes, W - étage de raidissement (EI∞ et rotation admise)

Les résultats obtenus pour cette modélisation ne sont malheureusement pas


convaincants. En effet, on remarque que les bras de levier, déterminés de manière
assez approximative, introduisent un effort normal dans le noyau. Nous obtenons
donc un comportement qui s’éloigne de la réalité et de l’objectif souhaité.
Le même modèle pour la résolution théorique donnait une position optimale
d’étage de raidissement indépendante de sa rigidité à la rotation. En effet, nous
avions remarqué que le coefficient α était environ égal à 1 et donc que la rigidité à
la rotation de l’étage de raidissement pouvait être considérée comme infinie.
Toutes ces considérations restent à priori valables pour la résolution numérique. Nous
aurions donc dû obtenir les mêmes résultats que pour la modélisation W - étage de
raidissement (EI∞ et rotation bloquée) donnés au Tableau 16.
3.6.10 Noyau - étage de raidissement (EIr et rotation admise)
La description du modèle ainsi que les différentes hypothèses sont identiques à celles
du §3.3.7.
Nous avons choisi une rigidité propre de l’étage de raidissement de façon aléatoire
afin d’obtenir les résultats escomptés. La modélisation et les résultats de la variante 1
sont donnés en exemple :

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 76 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Figure 61 : Modélisations 2D, W - étage de raidissement (EIr et rotation admise)

Pour les trois variantes décrites au paragraphe 3.6.4, on obtient les résultats suivants :

Déplacements sommitaux w(H) en [mm] avec Position optimale étage


étage de raidissement à : de raidissement
Variantes
Position
50 [%] 100 [%] Niveau % hauteur
optimale [%]

543 636 490 42 65


1

635 737 567 43 66


2

519 619 466 43 66


3

Tableau 19 : Modélisations 2D, déplacements sommitaux W - étage de raidissement (EIr et rotation


admise)

La première constatation que l’on peut réaliser est que l’étage de raidissement ne
bloque que partiellement la rotation du noyau. On a donc une déformée entre celle
du noyau seul et celle du noyau avec étage de raidissement infiniment rigide. Les
valeurs de déplacements sommitaux pour toutes les variantes se trouvent également
entre ces deux bornes.
Les charges réelles calculées selon la norme SIA261 (2003), variante 2, font
augmenter le déplacement sommital de 15[%]. La variation de la rigidité du noyau
le long de la hauteur, variante 3, fait diminuer ce déplacement d’environ 5[%].
Le plus important est de constater que la position optimale de l’étage de
raidissement est augmentée avec un étage de rigidité non infinie. Ces résultats
confirment donc ce que la résolution théorique nous avait montré (3.3.7).

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 77 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.6.11 Synthèse des résultats

Déplacements sommitaux w(H) en Position optimale


[mm] avec étage de raidissement étage de
Modèles de à: raidissement
Variantes
calcul Position
%
50 [%] 100 [%] optimale Niveau
hauteur
[%]

1 1428 - -

W 2 1667 - -

3 1295 - -

1 180 476 173 35 54


W - étage
raidissement 2 211 549 200 36 55
(∞,∞)
3 170 486 163 36 55

1 517 - -

W-F 2 601 - -

3 504 - -

1 141 322 141 33 51


W - F - étage
de
2 164 371 163 34 52
raidissement
(∞,∞)
3 134 325 133 33 51

1 180 476 173 35 54


W - étage de
raidissement 2 211 549 200 36 55
(∞,x)
3 170 486 163 36 55

1 543 636 490 42 65


W - étage de
raidissement 2 635 737 567 43 66
(x,x)
3 519 619 466 43 66

Tableau 20 : Synthèse résultats, résolutions numériques 2D

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 78 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.7 Résolutions systèmes numériques 3D


Nous arrivons ici à la dernière méthode de résolution avant de conclure cette partie
d’optimisation du système de raidissement. Jusqu’à présent, les résolutions
théoriques et numériques 2D effectuées se sont basées sur des modèles de calculs
simplifiés qui nous ont permis de nous faire une bonne idée du comportement
général de la structure.
Nous cherchons maintenant à connaître le comportement réel de la structure sans
aucune hypothèse simplificatrice. Pour ce faire, nous allons modéliser la structure
complète sur un logiciel FEM 3D. Les buts de ces modélisations 3D sont les suivants :
• Comparaison des résultats avec les résolutions précédentes.
• Situer le comportement réel par rapport aux résolutions théoriques et
numériques 2D. Nous serons par exemple en mesure de savoir où se situe la
rigidité réelle du noyau.
• Évaluer la rigidité propre réelle de l’étage de raidissement.
• Évaluer l’influence des dalles sur le comportement de la structure.
Les dimensions, géométries et matériaux des différents éléments du modèle sont
conformes à ceux donnés au §2 et à la structure réelle.
3.7.1 Colonnes
Les colonnes ont été modélisées par des éléments de type poutre. Leurs conditions
d’appuis sont bi-encastrées de sorte que l’effet cadre puisse être mobilisé. Il faudra
bien entendu s’assurer, lors du dimensionnement, que les détails d’armature puissent
reprendre les moments et efforts tranchants introduits.

Figure 62 : Modélisations 3D, colonnes

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 79 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.7.2 Noyau
Les murs du noyau sont modélisés par des éléments verticaux de type coque. Ils sont
continus sur toute la hauteur de l’édifice afin de pouvoir reprendre un moment de
flexion et un effort tranchant.

Figure 63 : Modélisations 3D, noyau

3.7.3 Dalles
Les dalles sont des éléments horizontaux de type coque. À cause des problèmes de
maillage rencontrés, nous avons choisi de les modéliser de la façon suivante :

Figure 64 : Modélisations 3D, dalles

Les ouvertures centrales sont restées identiques, avec les murs du noyau les
traversant. Par contre, les trois petits évidements en bord de dalle ont été supprimés
(cf §2.2).
Cette nouvelle forme nous permet d’augmenter la taille des éléments du maillage et
donc de diminuer fortement le nombre d’élément total. Le temps de calcul devient
alors nettement plus raisonnable, environ 2h pour la structure complète, tout en
gardant un comportement général très proche de la réalité.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 80 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Le Tableau 5 donne les dimensions réelles des dalles pour ce projet, à savoir
300[mm]. Afin de comprendre un peu mieux l’effet des dalles, surtout en ce qui
concerne leur rigidité flexionnelle hors-plan, nous avons également réalisé cette
modélisation 3D avec des dalles de 10[mm] d’épaisseur.
3.7.4 Appuis
L’appui disposé sous toute la surface de la dalle du rez-de-chaussée est de type
appuis surfacique. Dans tout ce projet, nous avons considéré le bâtiment comme
encastré à sa base, dans les sous-sols. Nous avons donc bloqué tous les degrés de
liberté en déplacement.

Figure 65 : Modélisations 3D, appuis

3.7.5 Étage de raidissement


L’étage de raidissement est l’élément que nous allons déplacer afin de connaître sa
position optimale vis-à-vis des déplacements sommitaux. Les dalles et les murs le
composant sont des éléments de type coque dont les dimensions sont données au
Tableau 6.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 81 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Figure 66 : Modélisations 3D, étage de raidissement

La figure ci-dessus montre un étage de raidissement sur deux niveaux. Le but de


cette modélisation est de créer un étage très rigide afin de se rapprocher au mieux
de certaines modélisations théoriques avec étage ceinture infiniment rigide.
3.7.6 Charges de vent
Les différentes charges appliquées sur la structure ont été déterminées au §3.2.3
(2ème colonne Tableau 11).
La charge de vent, appliquée en bord de dalle, a été modélisée selon une seule
direction en additionnant les pressions et dépressions telle que l’illustre les figures ci-
dessous.

Figure 67 : Modélisations 3D, charges de vent en bords de dalles

Un coefficient de charge ψ = 1 à été appliqué, car nous sommes en train de


calculer des déformations à l’ELS.
Les autres charges, telles que le poids propre ou les charges utiles, n’ont pas été
ajoutées au modèle, car leur influence sur les déplacements horizontaux est nulle.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 82 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.7.7 Maillage
Lors de la pré-étude, nous avons remarqué que le maillage de la structure est un réel
problème. En effet, un maillage fin donne de bons résultats, mais un temps de calcul
très long pour la puissance actuelle de nos ordinateurs. Nous devons alors trouver un
compromis entre une solution parfaite et un temps de calcul important. Nous avons
donc choisi un maillage de taille constante de 3[m] pour les éléments de type
coque et de 1[m] pour les éléments de type poutre.

Figure 68 : Modélisations 3D, maillage des éléments

3.7.8 Modélisation complète


En regroupant tous les éléments décrits ci-dessus composants le modèle complet, on
obtient une structure de 18500 éléments de type poutre et 48000 éléments
surfaciques de type coque.

Figure 69 : Modélisations 3D, Modèle complet

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 83 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.7.9 Résolutions numériques 3D, dalles 300[mm]


Comme susmentionné, nous avons réalisé plusieurs modèles 3D sur une même base
en faisant varier la position de l’étage de raidissement. On obtient les déplacements
suivants pour un étage de raidissement situé à 35[%] de la hauteur :

Figure 70 : Résolutions numériques 3D, déplacements dalles 300[mm]

Au vu du temps de calcul nécessaire, nous avons effectué un nombre réduit de


modèles en plaçant l’étage de raidissement aux positions intéressantes :

Déplacements en tête w(H)


100
Position de l'étage de raidissement [%]

90
80
70
60
dalles 300[mm]
50
40
30
20
10
0
0.5 0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8

w(H) : déplacement sommital [m]

Figure 71 : Résolutions numériques 3D, déplacements sommitaux dalles 300[mm]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 84 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Premièrement, ces deux illustrations nous montrent qu’il y a une cohérence dans les
résultats entre les résolutions théoriques et numériques, ce qui valide donc ces deux
types de résolutions.
La forme de la déformée est relativement difficile à décrire. Elle ressemble à celle du
système noyau - cadres sans étage de raidissement, bien qu’il soit présent dans la
modélisation. On peut également constater que l’étage de raidissement semble
être infiniment rigide, ce qui permettrait de pouvoir établir de bonnes comparaisons
entre les modèles. Par contre, la rigidité à la rotation de l’étage ceinture n’est
clairement pas nulle. En effet, le déplacement vertical de l’étage de raidissement en
bord de dalle vaut environ 13[cm], ce qui crée une grande différence avec les
résolutions théoriques.
La Figure 71 montre que la position optimale de l’étage de raidissement se situe très
bas sur la construction à environ 33[%] depuis la base. L’étage de raidissement
n’influence que peut les déplacements sommitaux du gratte-ciel. En effet, on a une
variation de 13[%] des déplacements w(H) entre un étage ceinture en position
optimale et pas d’étage de raidissement. Cette constatation nous indique que
l’influence du système F sur l’ensemble doit être très importante.
3.7.10 Résolutions numériques 3D, dalles 10[mm]
Ce modèle, avec des dalles très souples, nous servira par la suite à comparer les
résultats entre eux afin de connaître l’influence des dalles sur le comportement
général. Nous avons fait varier la position de l’étage de raidissement jusqu’à
l’obtention de la position optimale vis-à-vis des déplacements sommitaux. On
obtient les déplacements suivants pour un étage de raidissement situé à 50[%] de la
hauteur :

Figure 72 : Résolutions numériques 3D, déplacements dalles 10[mm]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 85 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Le graphique suivant illustre les déplacements sommitaux w(H) pour les quelques
position choisies :

Déplacements en tête w(H)


100
Position de l'étage de raidissement [%]

90

80

70

60

50

40 dalles 10[mm]
30

20

10

0
1.5 2 2.5 3 3.5

w(H) : déplacement sommital [m]

Figure 73 : Résolutions numériques 3D, déplacements sommitaux dalles 10[mm]

Ces dalles très minces, et donc très souples, ont deux impacts majeurs sur la
structure. L’effet de la flexion des dalles est diminué de sorte qu’elles n’aient
pratiquement plus la possibilité de transmettre un moment. Par contre, avec cette
diminution d’épaisseur, nous avons également beaucoup diminué l’effet cadre qui
utilise aussi les dalles. Il n’est donc pas possible de dissocier correctement les deux
impacts afin de connaître l’influence des dalles. En effet, celles-ci pourraient jouer le
rôle d’un pseudo étage de raidissement très souple à chaque niveau.
La forme de la déformée est typiquement celle d’un système noyau - étage de
raidissement infiniment rigide. Les résultats pourront alors être comparés aux
résolutions théoriques tout en sachant que les dalles sont quand même présentes.
On peut également constater que l’étage de raidissement semble être infiniment
rigide, ce qui permettrait d’établir de bonnes comparaisons entre les modèles. Par
contre, la rigidité à la rotation de l’étage ceinture n’est pas nulle. Le déplacement
vertical de l’étage de raidissement en bord de dalle vaut environ 23[cm], ce qui
crée une grande différence avec les résolutions théoriques.
La Figure 73 montre que la position optimale de l’étage de raidissement se trouve à
environ 54[%] de la hauteur, ce qui est exactement le résultat obtenu par les
résolutions théoriques. Contrairement au modèle précédent avec les dalles plus
rigides, on remarque que l’étage de raidissement influence beaucoup les
déplacements sommitaux du gratte-ciel. Cette constatation signifie que l’influence
du noyau sur l’ensemble est importante.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 86 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.7.11 Synthèse des résultats

Déplacements sommitaux w(H) en [mm] Position optimale étage


avec étage de raidissement à : de raidissement
Modèles
Position
50 [%] 100 [%] Niveau % hauteur
optimale [%]
Modélisation
numérique 3D 700 768 ~687 21-22 33-34
(dalles 300[mm])
Modélisation
numérique 3D 2290 >3500 ~2200 35 54
(dalles 10[mm])

Tableau 21 : Synthèse résultats, résolutions numériques 3D

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 87 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.8 Comparaison des modèles et influence des différents paramètres


Les résolutions, matricielle et selon la méthode Khan et Sbarounis, ne sont pas
incluses dans cette comparaison des résultats, car elles ne traitaient que des
modèles très simplifiés. Elles ne permettent donc pas d’établir des conclusions sur le
comportement général de la structure réelle.
3.8.1 Comparaisons entre résolutions théoriques
L’analyse des résultats ci-dessous se base sur la synthèse en annexe 20.

Déplacements sommitaux w(H) pour les différents


modèles EIliés
100
Position de l'étage de raidissement [%]

90 W
80
W ‐ étage raidissement (∞,∞)
70
W ‐ F
60
50 W ‐ F ‐ étage raidissement 
(∞,∞)
40
30
20
10
0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6

Déplacement sommital w(H) [m]

Déplacements sommitaux w(H) pour les différents


modèles EIIndép
100
Position de l'étage de raidissement [%]

90
W
80
70 W ‐ étage raidissement (∞,∞)
60 W ‐ F
50
W ‐ F ‐ étage raidissement 
40 (∞,∞)
30
20
10
0
0 2 4 6 8 10 12

Déplacement sommital w(H) [m]

Figure 74 : Synthèses résultats, résolutions théoriques

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 88 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Les buts de ces modèles théoriques étaient de déterminer l’influence des systèmes
W et F ainsi que de l’étage de raidissement.
3.8.1.1 Influence du rapport EI/GA*
L’analyse détaillée des résultats de chaque modèle ayant déjà été réalisée
précédemment, nous voulons dans ce paragraphe uniquement synthétiser les
conclusions importantes à retenir.
Lorsque le rapport EI/GA* diminue, c'est-à-dire lorsque l’influence des cadres
augmente, trois impacts majeurs peuvent être notés :
• Les déplacements sommitaux w(H) diminuent pour une rigidité du noyau
constante. En effet, les déplacements peuvent diminuer d’un facteur 1.5 à 13
en fonction des modèles et de la rigidité du noyau.
• La hauteur optimale de l’étage de raidissement hopt diminue. La hauteur
optimale dans un système avec étage de raidissement infiniment rigide peut
donc varier entre 0 et 54[%] de la hauteur.
• L’influence de l’étage de raidissement sur le comportement général diminue
du fait que l’étage ceinture travaille avec le système W.
3.8.1.2 Influence de la rigidité à la rotation de l’étage de raidissement
Quelque soit la rigidité EI du noyau considérée, la possibilité de rotation de l’étage
de raidissement n’influence ni sa position optimale ni les déplacements sommitaux.
En effet, les calculs ont montré que la position optimale de l’étage ceinture est
totalement indépendante de cette rigidité à la rotation, contrairement aux
déplacements sommitaux.
On en déduit donc que la rigidité des colonnes liées à l’étage de raidissement est
tellement importante que l’on peut considérer l’étage ceinture comme bloqué à la
rotation. Mathématiquement, les différents calculs montrent que le paramètre en
question α est environ égal à 1 (annexe 15).

3.8.1.3 Influence de la rigidité propre EIr de l’étage de raidissement


L’évaluation de la rigidité EIr de l’étage de raidissement est compliquée à réaliser.
Nous n’avons donc pas obtenu de valeurs concrètes de déplacements sommitaux
pour le modèle de calcul en question. Par contre, nous avons réussi à montrer que
plus EIr diminue plus les déplacements sommitaux augmentent, de même que la
position optimale de l’étage de raidissement.
On peut donc situer les déplacements sommitaux du modèle W - étage de
raidissement (x,x) entre les valeurs des modèles W seul et W - étage de raidissement
(∞,∞). La position optimale de l’étage de raidissement sera alors située entre le
sommet et la valeur du même modèle mais sans étage ceinture.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 89 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.8.2 Comparaisons entre résolutions théoriques et numériques 2D


Avant de passer à la comparaison des différents modèles numériques entre eux,
nous voulions vérifier que la modélisation réalisée à l’aide du logiciel AxisVM soit
correcte.
Nous comparons alors les résultats des résolutions théoriques avec les variantes 1 des
résolutions numériques, car les modèles sont régis par les mêmes hypothèses. Nous
remarquons immédiatement que les déplacements sommitaux et les positions
optimales d’étage de raidissement sont exactement identiques, ce qui valide les
deux modèles.
Nous avons également réalisé un calcul pour le modèle avec une rigidité propre EIr
de l’étage de raidissement. Bien que choisie aléatoirement, la modélisation confirme
les conclusions tirées des modèles théoriques à savoir une augmentation des
déplacements sommitaux et de la position optimale de l’étage de raidissement.
3.8.3 Comparaisons entre résolutions numériques 2D
L’analyse des résultats ci-dessous se base sur la synthèse en annexe 21.

Déplacements sommitaux w(H) W "Variante 1"


100
W "Variante 2"
90 W "Variante 3"

80 W ‐ étage raidissement (∞,∞) 
Position de l'étage de raidissement [%]

"Variante 1"
W ‐ étage raidissement (∞,∞) 
70 "Variante 2"
W ‐ étage raidissement (∞,∞) 
60 "Variante 3"
W ‐ F "Variante 1"
50 W ‐ F "Variante 2"

40 W ‐ F "Variante 3"

W ‐ F ‐ étage raidissement (∞,∞) 


30 "Variante 1"
W ‐ F ‐ étage raidissement (∞,∞) 
20 "Variante 2"
W ‐ F ‐ étage raidissement (∞,∞) 
"Variante 3"
10 W ‐ étage raidissement (x,x)  
"Variante 1"
W ‐ étage raidissement (x,x) 
0
"Variante 2"
0 0.5 1 1.5 2 W ‐ étage raidissement (x,x) 
"Variante 3"
Déplacement sommital w(H) [m]

Figure 75 : Synthèse résultats, résolutions numériques 2D

Les buts de ces modèles numériques 2D étaient de connaître l’influence de la


distribution réelle des charges (variante 2) et d’une répartition des rigidités EI et GA*
sur la hauteur (variante 3).

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 90 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

3.8.3.1 Influence de la distribution de charge réelle


La distribution réelle des charges a pour conséquence une augmentation d’environ
15[%] des déplacements sommitaux w(H). La position optimale de l’étage de
raidissement a également tendance à très faiblement augmenter.
3.8.3.2 Influence de la répartition des rigidités sur la hauteur
La répartition des rigidités EI et GA* sur la hauteur fait diminuer d’environ 5[%] les
déplacements sommitaux w(H). Par contre, la position optimale de l’étage de
raidissement augmente légèrement.
3.8.3.3 Conclusions
Ces deux nouveaux paramètres introduits par les modèles numériques n’influencent
quasiment pas les déplacements maximaux et les positions optimales. Toutes les
conclusions réalisées ci-dessus pour les modèles théoriques restent également
valables pour les modèles numériques.
En combinant les variantes 2 et 3, les déplacements maximaux seraient à peu près
identiques à ceux des résolutions théoriques, par contre la position optimale de
l’étage de raidissement augmenterait de quelques pourcents.
3.8.4 Comparaison finale avec les résolutions numériques 3D

Déplacements sommitaux w(H)


100
W "EIliés"
90
W "EIIndép"
Position de l'étage de raidissement [%]

80 W ‐ étage raidissement (∞,∞)  
"EIliés"
70 W ‐ étage raidissement (∞,∞)  
"EIIndép"
W ‐ F  "EIliés"
60
W ‐ F  "EIIndép"
50
W ‐ F ‐ étage raidissement (∞,∞)  
"EIliés"
40 W ‐ F ‐ étage raidissement (∞,∞)  
"EIIndép"
dalles 300[mm]
30
dalles 10[mm]
20

10

0
0 2 4 6 8 10 12
déplacement sommital w(H) [m]

Figure 76 : synthèse résultats, résolutions théoriques et numériques 3D

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 91 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Cette comparaison avec les modèles numériques 3D nous sert à situer le


comportement de la structure réelle par rapport aux modèles précédents. Étant
donné que les modélisations numériques 2D ne font que changer de quelques
pourcents les déplacements sommitaux et la position optimale d’étage de
raidissement, nous nous basons principalement sur les modèles théoriques pour
réaliser les comparaisons.
La Figure 76, également illustrée en annexe 22 avec les valeurs numériques, illustre
sur un même graphique les résultats des modélisations théoriques et numériques 3D.
La courbe jaune de la Figure 76, dalles 10[mm], nous montre le modèle numérique
3D mais avec des dalles très minces. Cela nous permet de faire pratiquement
disparaître l’effet du système F et ainsi d’établir une comparaison avec les résolutions
précédentes. On constate que les déplacements sommitaux obtenus sont supérieurs
à ceux du système W - étage de raidissement (∞,∞) pour la rigidité EIIndép du système
W. Cette augmentation peut s’expliquer par :
• Une rigidité EIIndép trop faible.
• La rigidité à la rotation de l’étage de raidissement n’est pas parfaitement
bloquée.
Ce premier modèle 3D nous permet donc d’affirmer que la rigidité réelle du noyau
est beaucoup plus proche de EIIndép que de EIliés.
Nous pouvons maintenant représenter graphiquement les déplacements sommitaux
du modèle fidèle à la structure réelle complète, dalle 300[mm], courbe orange dans
la Figure 76. Nous en tirons les conclusions suivantes :
• L’influence de l’étage de raidissement est quasiment négligeable. On a donc
une influence très importante des cadres sur le comportement de l’ensemble
ou une faible rigidité à la rotation de l’étage ceinture.
• Le modèle se situe entre les courbes W - F et W - F - étage raidissement (∞,∞)
avec la faible rigidité du noyau EIIndép.
• Sans étage de raidissement, les déplacements sont légèrement inférieurs à
ceux du modèle théorique. Ce qui pourrait s’expliquer par une des rigidités
réelle EI ou GA* un peu surestimée.
• La position optimale de l’étage de raidissement se situe à environ 33[%] de la
hauteur. Le seul paramètre étudié permettant de faire baisser cette position
hopt est l’augmentation de la rigidité latérale des cadres GA*.
On remarque qu’il y a une contradiction entre les deux modèles numériques 3D. En
effet, le premier indique que la rigidité EIIndép du noyau est inférieure à la rigidité
réelle. On devrait donc obtenir des déplacements supérieurs également sur le
second modèle alors que les résultats indiquent qu’ils sont inférieurs. Cette
différence, relativement faible, montre qu’il y a un paramètre supplémentaire que
nous n’avons pas considéré qui influe sur les déplacements et la position optimale
hopt du modèle dalles 300[mm](cf §3.9.1). Selon les résolutions théoriques, cette
position optimale de l’étage de raidissement devrait se trouver à environ 37[%] alors
qu’elle est plus basse dans le modèle 3D.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 92 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Selon les résultats des modèles 3D, la rigidité à la rotation de l’étage de raidissement
semble ne pas être infinie. Cela pourrait alors indiquer une erreur dans la résolution
théorique sur le bras de levier ou sur tout autre paramètre. Cette possibilité de
rotation pourrait donc également expliquer la faible influence de l’étage de
raidissement sur le comportement de l’ensemble.
À l’inverse, la modélisation 3D semble confirmer que la rigidité propre EIr de l’étage
de raidissement est proche d’être infinie, de même que la rigidité EA des dalles dans
leur plan.

3.9 Position optimale de l’étage de raidissement


3.9.1 Paramètres non considérés
L’influence des dalles sur le système W est le paramètre le plus important non
considéré dans les résolutions théoriques et numériques 2D. En effet, les dalles n’ont
été prises en considération que dans le système F en calculant la rigidité GA* ainsi
qu’en imposant un déplacement égal entre les deux systèmes à chaque niveau. Par
contre, nous n’avons pas déterminé la possibilité de transmission d’un moment de
flexion du noyau vers les colonnes par l’intermédiaire des dalles. Cette rigidité
flexionnelle des dalles créerait un pseudo étage de raidissement très souple à
chaque niveau. Ils activeraient alors certaines colonnes en traction-compression
avec pour conséquence une diminution des déplacements et de l’influence de
l’étage de raidissement. Il pourrait alors être une des causes des différences entre les
modèles 3D et les autres.
Les deux autres paramètres non considérés sont les ouvertures dans les murs du
noyau et la prise en considération de la fissuration du béton, qui diminueraient la
rigidité générale du système. Dans le cadre de ce travail, ces paramètres n’ont été
pris en considération dans aucun modèle, ce qui n’influence donc pas nos
conclusions. À l’inverse, dans le dimensionnement d’un projet réel, ces paramètres
doivent impérativement être pris en compte afin d’assurer la sécurité structurale et
l’aptitude au service de la structure.
3.9.2 Position optimale vis-à-vis des déplacements sommitaux
Les comparaisons des modèles ci-dessus ont montré que les modèles numériques 3D
donnent des résultats cohérents. Nous avons également pu expliquer les différences
entre ces modèles et les autres en tenant compte des différents paramètres
considérés ou non.
Nous pouvons donc dire que la position optimale de l’étage de raidissement se situe
à 33[%] de la hauteur, soit aux 21ème et 22ème étages.
3.9.3 Autres critères d’optimisation
Les autres critères d’optimisation du système de raidissement sont les suivants :
• Optimisation vis-à-vis de la répartition des efforts intérieurs dans les systèmes W
et F. Elle pourrait être justifiée dans le cas où l’ingénieur souhaiterait diminuer
au maximum les efforts dans l’un des systèmes au profit de l’autre. On

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 93 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

disposerait par exemple l’étage de raidissement au sommet de la


construction pour obtenir les efforts maximaux dans le noyau.
À notre avis, ce critère n’est pas déterminant ou considéré dans les projets
réels, car il dépend énormément de la rigidité des cadres, souvent négligée.
• Optimisation vis-à-vis des coûts, le nerf de la guerre dans la plupart des projets
de construction. Les différents coûts d’étude ou de mise en œuvre sont très
importants. En effet, il est souvent financièrement avantageux de réaliser un
étage chapeau afin de ne pas interrompre l’avancement des travaux par la
construction d’un étage de raidissement à mi-hauteur. De même, lors de la
phase de conception, les ingénieurs préféreront négliger l’effet des cadres
qui complique beaucoup la résolution et le dimensionnement des détails
d’armature des colonnes et des dalles.
3.9.4 Position retenue dans le cadre d’un projet réel
Dans le cas où la structure réelle est exactement construite telle que décrite aux
paragraphes 2 et 3.7, nous ne disposerions pas d’étage de raidissement. En effet, la
norme SIA260 (2003) donne un déplacement horizontal limite d’environ 850[mm] qui
est toujours supérieur aux déplacements du modèle 3D. L’étage de raidissement
permet de diminuer les déplacements mais n’est donc pas nécessaire.
Il faudra quand même porter une attention particulière à chaque élément,
notamment aux colonnes et aux dalles qui doivent reprendre des efforts
supplémentaires. En effet, la prise en considération de l’effet cadre introduit par les
colonnes et les dalles augmente les moments de flexion dans les dalles. De même
pour les colonnes qui se voient attribuer des moments de flexion et efforts tranchants
supplémentaires. Il faudra donc bien vérifier lors du dimensionnement, en particulier
lors du calcul des détails d’armature, que ces éléments soient capables de
reprendre ces efforts.

3.10 Questions générales


3.10.1 Règle empirique de la position optimale à 2/3H
Selon les praticiens, l’expérience voudrait que l’on dispose l’étage de raidissement à
66[%] de la hauteur. Cette règle empirique est bien entendu très grossière tant les
possibilités de systèmes structuraux sont importantes aussi bien au niveau des
matériaux utilisés que des rigidités des éléments.
D’après l’étude que nous venons de réaliser dans ce chapitre 3, nous expliquons
cette règle de la façon suivante :
• Cette position empirique est uniquement due à une optimisation vis-à-vis des
déplacements sommitaux. En effet, nous avons constaté que les optimisations
par rapport aux coûts et aux efforts intérieurs ne nous amènent jamais à une
hauteur optimale d’environ 2/3.
• Comme nous l’avons souvent mentionné, les ingénieurs dans ce genre de
projet ne tiennent pas compte du système W, car les éléments ne sont pas
assez résistants et les calculs deviennent trop importants. De ce fait, nous

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 94 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

obtenons les systèmes statiques simplifiés des résolutions théoriques sans


l’influence du système F.
Le modèle W - étage de raidissement (∞,∞) nous donne une position optimale
située à 54[%] de la hauteur.
Le modèle W - étage de raidissement (∞,x) montre que la rigidité à la rotation
n’influence pas la hauteur optimale.
Le modèle W - étage de raidissement (x,x) fait augmenter cette hauteur
optimale d’autant plus que l’étage de raidissement devient souple. Elle peut
varier alors entre 54[%] et 100[%]. Il suffirait alors de déterminer une rigidité
d’étage de raidissement EIr moyenne des gratte-ciel rigidifiés par ce système
pour savoir si on obtient bien cette valeur de 66[%] (Figure 77).

Figure 77 : Règle empirique 2/3H

3.10.2 Position sommitale de l’étage de raidissement dans le projet réel à Madrid


Comme pour la règle empirique des 2/3H, nous supposons que les ingénieurs du
projet n’ont pas considéré le système F dans la rigidité latérale de l’ensemble. Cette
hypothèse s’est confirmée en lisant la base de projet réelle qui stipule que le noyau
est capable de résister seul aux charges horizontales dues au vent.
Nous avons donc une position optimale de l’étage de raidissement qui doit se situer
entre 54[%] et le sommet, et qui augmente plus l’étage de raidissement devient
souple. Au vu de l’étage de raidissement réellement mis en place, uniquement six
murs supplémentaires par rapport au noyau des autres étages, on suppose qu’il est
très souple et donc qu’il doit se situer le plus haut possible. Même si la position
optimale déterminée par les ingénieurs était légèrement inférieure à 100[%], nous
pouvons supposer que les gains financiers étaient suffisamment importants pour
décaler l’étage de raidissement en position sommitale.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 95 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

4 Redistribution des efforts, effets différés différentiels


La compréhension du comportement d’une structure en béton, soumise aux effets
différés, est l’un des sujets les plus compliqués et les moins bien appréhendés lors du
dimensionnement par les ingénieurs. En effet, les effets non linéaires du fluage et du
retrait sont très difficilement quantifiables, ce qui est fréquemment la cause d’une
aptitude au service défaillante.
Le présent chapitre a les objectifs suivants :
• Définir le comportement différé du béton.
• Présenter les bases de calcul de la réponse d’une structure en béton au cours
du temps.
• Calculer la redistribution des efforts dans les différents éléments (colonnes et
noyau) due aux effets différés différentiels.
• Évaluer l’importance de ces redistributions par rapport aux charges déjà
appliquées aux éléments.
Nous nous limitons dans le cadre de ce projet à l’étude du retrait et du fluage.

4.1 Problématique
Le fluage et le retrait vont provoquer des déformations verticales dans les différents
éléments verticaux, colonnes et murs. Dans un bâtiment traditionnel, sans étage de
raidissement, les déformations différentes dans les éléments ne vont pratiquement
pas induire de contraintes, car ce sont des déformations plus ou moins libres. Or,
avec un étage de raidissement, les déformations sont bloquées et identiques pour
tous les éléments. Il naîtra alors des efforts dus aux déformations différées dans les
éléments.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 96 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Figure 78 : Problématique effets différés différentiels [38]

4.2 Modèle théorique de comportement


Cette partie théorique, sur le comportement des pièces en béton soumises aux
effets du retrait et du fluage se base, principalement sur le traité de Génie Civil
Volume 8 [3].
La déformation relative totale ε à l’instant t d’un élément chargé en béton, pour une
température constante, est donnée par la somme de la déformation instantanée ε0,
de la déformation de fluage εϕ et de la déformation de retrait εcs :

ε = ε 0 + εϕ + ε cs

La Figure 79 illustre les différentes composantes de la déformation totale d’un


élément soumis à une contrainte de compression constante, appliquée à t0.

Figure 79 : Déformation relative d’un élément en béton [3]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 97 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Le retrait commence immédiatement après la prise du béton et continue à


augmenter avec une vitesse décroissante. Lorsque la contrainte est appliquée à
l’instant t0, la déformation subit un saut instantané suivi par une augmentation de la
déformation également avec une vitesse décroissante due au fluage.
Afin de pouvoir prédire le comportement différé d’un élément en béton, il est
nécessaire de connaître précisément chacune des composantes de la déformation
totale du béton. Pour cela, il faut avoir connaissance de l’histoire des contraintes,
des propriétés mécaniques et des propriétés rhéologiques du matériau.
4.2.1 Déformation instantanée
La déformation instantanée ou élastique se produit simultanément à l’application de
la contrainte sur l’élément. Elle dépend de la valeur de la contrainte, de la vitesse
d’application de la contrainte et de l’âge du béton. Selon le niveau de contrainte,
la déformation instantanée peut être complètement réversible lors du
déchargement ou comporter une part irréversible si le niveau de contrainte est
élevé.
L’expérience a montré que, sous des charges de service, les contraintes n’excèdent
que rarement la moitié de la résistance caractéristique du matériau. Dans ce cas, il
est raisonnable de négliger la part inélastique de la déformation instantanée qui
devient très faible.
L’expression de la déformation instantanée est donnée par le rapport entre la
contrainte initiale σ0 et le module d’élasticité du béton Ec0 :

σ0
ε0 =
Ec 0

Le module d’élasticité augmente avec le temps et dépend de la vitesse de


chargement, ce qui rend sa détermination très compliquée. Cependant, dans les
situations pratiques, ces variations sont petites et normalement négligeables.
4.2.2 Déformation de retrait
Le retrait du béton est défini comme la diminution de volume graduelle du matériau
au cours de son durcissement. Actuellement, on dénombre cinq types différents de
retrait pour le béton. L’ingénieur doit analyser les effets que ces retraits peuvent
provoquer à la structure dans le temps.
Si la structure est libre de se déformer, et si l’effet des armatures est négligeable, le
retrait ne peut provoquer ni des contraintes, ni des augmentations de courbures. Par
contre, si la structure ne peut pas se déformer librement à partir d’un âge donné, les
déformations de retrait vont engendrer des contraintes de traction et des fissures
apparaîtront. Ce phénomène se produit dans les gratte-ciel dès la construction d’un
étage de raidissement, très rigide, qui empêche les éléments verticaux de se
déformer librement.
Les différents retraits thermique et endogène ne sont pas négligeables mais peuvent
être maîtrisés par des mesures constructives telles que des types de coffrage
adéquats ou encore des compositions appropriées du béton utilisé. Par contre, le

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 98 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

retrait de dessiccation se développe très lentement dans le temps, ce qui rend


inefficace les solutions provisoires mises en place. C’est pourquoi ce retrait de
dessiccation doit être bien pris en compte lors de la conception et de l’exécution
d’un ouvrage en béton. Par exemple, la norme SIA262 (2003) propose la relation
suivante pour le calcul des déformations de retrait :

ε cs = ε cs ,∞ β ( t − t s )

Les paramètres ε cs ,∞ et β ( t − t s ) sont donnés par des figures dans la norme et sont
respectivement fonction de l’humidité relative et de la durée considérée. Le
paramètre ts désigne l’âge du béton au début de sa dessiccation, autrement dit au
début du retrait.
4.2.3 Déformation de fluage
Le fluage est défini comme l’augmentation graduelle dans le temps de la
déformation relative du béton sous une contrainte appliquée. Lorsque cette
contrainte est maintenue constante dans le temps, on parle de fluage intrinsèque.
On verra par la suite que l’on peut décomposer les contraintes variables en une
somme de contraintes constantes afin d’obtenir une somme de fluages intrinsèques.
Comme pour le retrait, si la structure ne peut pas se déformer librement à partir d’un
âge donné, les déformations de fluage vont engendrer des contraintes dans les
différents éléments.
Un autre impact important du fluage est la réduction considérable de certaines
contraintes indésirables dans le béton, introduites par des déformations imposées
comme les tassements d’appuis, le retrait et les gradients de température. Le fluage
relaxe la concentration des contraintes et donne au béton sa capacité de
déformation. Nous verrons par la suite comment tenir compte de cet aspect à l’aide
de la méthode du module effectif ajusté.
La norme SIA 262 (2003) définit les déformations de fluage du béton à partir des
déformations élastiques ε0 multipliées par un coefficient de fluage ϕ ( t , t0 ) :

ε ϕ = ϕ ( t , t0 ) ε 0

Le paramètre t0 désigne l’âge du béton au début de la mise en charge. Bien que


défini dans la norme comme fonction de l’humidité relative, du type de béton, de
l’âge de la mise en charge et de la durée considérée, le coefficient de fluage n’est
en fait que le rapport entre la déformation de fluage et la déformation instantanée.
La détermination de la valeur finale du coefficient de fluage est un problème
délicat, surtout au stade d’avant-projet comme lors de ce travail. Dans la pratique,
une valeur raisonnable entre 1 et 3 est choisie plus ou moins arbitrairement selon
l’expérience de l’ingénieur.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 99 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

4.2.4 Principe de superposition


Dans le cadre de ce travail, comme dans la plupart des modèles usuels de fluage,
nous appliquons une analyse rhéologique linéaire qui suppose la proportionnalité
entre les causes et les effets. Les hypothèses sont les suivantes :
• σ c < 0.4 f c

• Signe de ne change pas.
dt
• Température normale
• Δσ modérées
Le principe de superposition, qui découle d’une analyse rhéologique linéaire, stipule
que les déformations relatives, produites par un incrément de contrainte appliquée
à n’importe quel instant, ne sont pas influencées par les contraintes préalablement
ou ultérieurement appliquées. En d’autres termes, les déformations relatives dues à
des fractions de contraintes appliquées à des instants différents sont considérées
comme additives. Ce principe, illustré à la Figure 80, est à la base de tous les
algorithmes de calcul des déformations résultant d’histoire de contraintes variables
dans le temps.

Figure 80 : Principe de superposition [3]

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 100 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

4.3 Analyse des effets différés


L’analyse d’une structure en béton en tenant compte du retrait et du fluage n’est
pas fondamentalement différente d’une analyse structurale traditionnelle. En effet,
les trois conditions de base de la mécanique des structures doivent être satisfaites :
• Équilibre des forces.
• Compatibilité des déformations.
• Lois constitutives des matériaux.
La première difficulté de l’analyse est de déterminer la relation contraintes-
déformations. Dans le cas d’une analyse élastique linéaire, la loi de Hooke est
utilisée.
L’autre facteur important compliquant l’analyse est l’interdépendance entre les
déformations de fluage et l’histoire des contraintes, qui elle-même dépend de
l’importance et de la vitesse du fluage et du retrait. La résistance et le module
d’élasticité du béton, matériau vieillissant, augmentent avec le temps, avec pour
conséquence que plus la contrainte est appliquée tard, moins la déformation finale
de fluage sera importante. Ainsi, la prédiction précise et efficace du fluage dû à une
histoire de contraintes variables est la clé du succès d’une analyse avec effets
différés.
Dans le cadre de ce travail, nous avons uniquement travaillé avec la loi de Hooke,
c’est-à-dire en élastique linéaire non fissuré. Nous verrons également par la suite que
le problème de l’histoire de chargement nous oblige à effectuer certaines
simplifications.
4.3.1 Équation intégrale de Volterra
Nous considérons ici que le béton est un matériau viscoélastique linéaire. Grâce à la
linéarité, réponse ε proportionnelle à la sollicitation initiale σ0, le principe de
superposition est applicable et permet d’écrire la réponse ε à une sollicitation σ
quelconque.
On a alors, pour une histoire de contrainte σ quelconque, et en introduisant la
variable indépendante τ ( t0 ≤ τ ≤ t ) , l’intégrale de superposition de Stieltjes :

1
ε ( t , t0 ) = ∫ (1 + ϕ ( t ,τ ) ) ⋅ dσ (τ )
t

t0 E (τ )

Par conséquent, pour une sollicitation σ ( t ) = σ 0 + Δσ , où Δσ varie graduellement, et


en ajoutant la déformation de retrait, on obtient l’équation de Volterra :

σ0 dσ (τ )
ε (t ) = (1 + ϕ ( t , t ) ) + ∫ (1 + ϕ ( t ,τ ) ) + ε cs ( t , t0 )
t

Ec 0
0
( )
t0 E τ

Afin de déterminer si cette structure satisfait les critères fixés pour l’aptitude au
service, l’ingénieur doit être capable d’évaluer, à n’importe quel instant t, la
contrainte ou la déformation de n’importe quel point de la structure. Pour ce faire, il
faut pouvoir donner une solution à l’équation ci-dessus.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 101 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

La résolution de cette équation de Volterra est extrêmement compliquée puisque


l’on a affaire à des équations intégrales et non à des intégrales simples. En effet, le
coefficient de fluage ϕ dépend des deux variables t (bornes d’intégration) et τ
(variable d’intégration), ce qui rend la recherche d’une solution analytique quasi
impossible. Il faut donc soit effectuer une recherche numérique de solution à l’aide
de logiciels performants, soit trouver une solution algébrique approchée qui permet
de faire rapidement ressortir les éléments essentiels du comportement dans le temps.
Plusieurs méthodes existent, McMillan ou Dischinger, mais nous choisissons d’utiliser la
méthode du coefficient de vieillissement, également appelée méthode du module
effectif ajusté.
4.3.2 Méthode du coefficient de vieillissement
La méthode a été élaborée par Trost et plus tard complétée par Bazant, surtout en
ce qui concerne le coefficient de vieillissement χ.
Elle permet de traiter les problèmes des effets différés linéaires de structures plusieurs
fois hyperstatiques, homogènes ou hétérogènes, constituées d’éléments avec des
propriétés viscoélastiques différentes. Elle autorise également l’étude des problèmes
de structures en béton armé, supposées non fissurées, où le béton peut avoir des
âges différents.
En partant de l’équation intégrale de Volterra, représentant le théorème de
superposition, et en transformant l’intégrale, nous pouvons écrire cette équation de
la forme suivante :

σ0 Δσ ( t )
ε (t ) =
Ec 0
(1 + ϕ ( t, t ) ) +
0
Ec 0
(1 + χ ( t, t ) ⋅ϕ ( t , t ) ) + ε ( t, t )
0 0 cs 0

⎧Δσ ( t ) = σ ( t ) − σ ( t0 )

Avec : ⎨ 1 ⎛ Ec 0 t dσ (τ ) ⎞
⎪ χ ( t , t0 ) = ϕ t , t ⎜⎜ Δσ t ⋅ ∫t0 E τ (1 + ϕ ( t ,τ ) ) − 1⎟⎟
⎩ ( 0)⎝ ( ) ( ) ⎠
En introduisant le module effectif ajusté E* dans l’équation ci-dessus, on peut écrire
l’équation de base suivante :

Δσ
ε = ε 0 + εϕ + + ε cs
E*
Δσ
Où ε =
*
est la déformation relative due aux augmentations graduelles des
E*
contraintes provoquées par des entraves diverses. Cette déformation est liée au
module d’élasticité effectif ajusté du béton, définit par :

Ec 0
E* =
1 + χ ( t , t0 ) ⋅ ϕ ( t , t 0 )

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 102 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Le produit χ ( t , t0 ) ⋅ ϕ ( t , t0 ) représente une valeur de ϕ ( t , t0 ) réduite du fait que la


contrainte Δσ croit de 0 à Δσ et qu’en moyenne le fluage se produit sur un béton
plus vieux que celui correspondant à une mise en charge de σ0 au temps t0.
La valeur théorique du coefficient de vieillissement χ est comprise entre 0.5 et 1. Il
existe différentes formulations de ce coefficient pour certaines histoires de
contraintes ou de déformations. Nous n’allons pas entrer dans de tels détails dans le
cadre de ce projet, mais uniquement prendre les deux valeurs suivantes en fonction
du chargement :
• χ = 0.80 pour le poids propre, les charges permanentes ou de manière
générale pour toutes les charges appliquées rapidement et qui subiront donc
beaucoup de fluage.
• χ = 0.60 pour les effets de retrait, de relaxation, de tassement d’appuis ou
pour toutes autres charges appliquées progressivement dans le temps.
L’équation de base permet alors de résoudre de manière simple et élégante
beaucoup de problèmes concernant les effets différés, aussi bien dans une section
que dans un système statique complexe.
4.3.3 Redistribution des efforts dans les éléments verticaux
Lors de la construction d’un gratte-ciel, deux phases importantes du point de vue de
la répartition des efforts à travers les éléments sont à considérer :
• Avant la construction de l’étage de raidissement, toutes les déformations se
font librement si l’on ne considère pas l’influence de la rigidité flexionnelle des
dalles. Il faut donc prévoir des sur-hauteurs afin que la hauteur finale des
différents éléments, après déformation, corresponde à ce qui était demandé.
• Après la mise en place de l’étage de raidissement, on considère que les
efforts se redistribuent entre les colonnes et le noyau. Dans le cadre de ce
projet, nous considérons l’étage ceinture comme infiniment rigide. Cette
hypothèse semble être confirmée par les modélisations 3D du chapitre 3, mais
devrait être vérifiée lors d’un projet réel.
Nous cherchons dans ce paragraphe à déterminer cette redistribution des efforts
due à la construction de l’étage de raidissement. Pour ce faire, nous nous basons sur
la méthode de superposition illustrée dans le cours de béton chapitres choisis [40]. Le
détail de calcul est donné en annexe 23. Les valeurs numériques seront calculées
par la suite dans les paragraphes sur le fluage et le retrait.
4.3.4 Facteur de correction dû aux barres d’armature
Le facteur de correction dû aux barres d’armature sert à corriger le calcul des
déformations différées qui se fait généralement pour une section entièrement
constituée de béton. En raison des exigences de compatibilité des contraintes, dues
au retrait et au fluage, entre les barres d'armature et le béton dans un élément en
béton armé, les barres d'armature doivent attirer plus de contraintes de compression
et de forces pour maintenir la même déformation que le béton. La charge totale
dans la colonne en béton armé reste la même au fil du temps et donc une partie de

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 103 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

la charge est transféré du béton à l'armature. Par conséquent, ce déchargement du


béton réduit également le fluage du béton.
Le calcul du facteur de correction est donné en annexe 24. On obtient :

1
Rca =
ρn
1+
(1 − ρ )
Dans la suite de ce travail, il faudra alors multiplier les déformations différentielles de
fluage et de retrait calculées par ce facteur de correction afin de connaître les
déformations réelles dans les éléments avec les armatures. La prise en compte de ce
facteur est primordiale, en particulier dans les constructions de grande hauteur, car
les déformations sont importantes et les taux d’armature élevés. Dans ce gratte-ciel,
nous avons des taux d’armature dans les éléments verticaux de 4 à 6[%], ce qui
diminue les déformations d’environ 30[%].
Le tableau ci-dessous donne les valeurs de ce facteur de correction pour les
différents types d’éléments verticaux et pour les dimensions d’éléments illustrées au
Tableau 4.

Colonnes
Étages
Ec Es
Type béton n [-] ρ [%] Rca [-]
[N/mm2] [N/mm2]

44 - toiture C40/50 36400 205000 5.6 6 0.736

8 - 43 C50/60 38700 205000 5.3 6 0.747

0-7 C75/90 43620 205000 4.7 6 0.769

Murs du noyau
Étages
Ec Es
Type béton n [-] ρ [%] Rca [-]
[N/mm2] [N/mm2]

44 - toiture C30/37 32000 205000 6.4 4 0.789

8 - 43 C30/37 32000 205000 6.4 4 0.789

0-7 C30/37 32000 205000 6.4 4 0.789

Tableau 22 : Facteur de correction dû aux barres d’armature

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 104 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

4.4 Descente de charges


Une descente de charges a déjà été réalisée lors de la pré-étude du projet de
Master. Nous avons dû la corriger, car nous avions omis de considérer le poids propre
des dalles, qui représente environ 50[%] des charges totales. De plus, le calcul avait
été réalisé dans le but de dimensionner les éléments verticaux alors que dans cette
partie du travail nous cherchons à déterminer des déformations puis des contraintes
à l’état limite de service.
La combinaison de charges retenues considère des valeurs caractéristiques du poids
propre, des charges permanentes et utiles. Nous avons déterminé une surface
d’influence maximale pour chaque type d’éléments afin de savoir quelles sont les
charges réparties appliquées. Cette descente de charges nous servira par la suite à
comparer les efforts dus aux effets différés différentiels avec les efforts déjà dans les
colonnes dus aux charges.
Les graphiques représentant les descentes de charges pour chaque type
d’éléments sont donnés en annexe 25. Le tableau ci-dessous résume les charges
maximales dans les éléments du rez-de-chaussée :

Éléments Colonnes Colonnes Colonnes de


Murs du noyau
verticaux intérieures centrales bords

Surface
d’influence 6 47 20 7.3 [m]
[m2]

Poids propre
des colonnes 1.5 3.1 2.6 3.3 [MN/m]
[MN]

Poids propre
3.0 23.3 9.9 3.6 [MN/m]
des dalles [MN]

Charges
permanentes 0.9 7.1 3.0 1.1 [MN/m]
[MN]

Charges utiles
0.9 1.4 0.6 0.2 [MN/m]
[MN]

Charges
6.2 34.4 15.8 8.1 [MN/m]
cumulées [MN]

Tableau 23 : Descente de charges, colonnes du rez-de-chaussée

Les charges et les dimensions des éléments sont conformes au paragraphe 2. On


constate que le poids propre des éléments représente environ 75[%] des charges.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 105 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

4.5 Retrait
Comme nous l’avons vu précédemment, le but de cette étude sur les effets différés
est de connaître l’influence des déformations différentielles entravées par la
présence de l’étage de raidissement.
4.5.1 Situation de charge déterminante
Les différents calculs effectués nous ont montrés que le cas de charge déterminant
est de prendre en considération le dernier niveau construit avant la mise en place
de l’étage de raidissement. Il sera donc possible de considérer la totalité des
déformations de retrait agissant avec l’étage de raidissement en place.
Les déformations différentielles les plus importantes dépendent des éléments
verticaux du niveau inférieur à la position de l’étage de raidissement. Les calculs
seront réalisés aux trois catégories de niveaux définies au Tableau 4, afin de trouver
la position déterminante.
4.5.2 Déformations différées de retrait
Pour calculer les déformations de retrait selon la formule de la norme SIA262 (2003),
nous devons commencer par déterminer la valeur du paramètre h0 qui représente
la hauteur relative d’un élément de construction à l’aide de la formule suivante.
2 Ac
h0 =
u
Avec Ac : aire de la section de béton

u : périmètre de la section de béton

La norme SIA262 (2003) donne la relation suivante pour le calcul des déformations
de retrait (§4.2.2) :

ε cs = ε cs ,∞ β ( t − t s )

Dans le cadre de ce projet, nous avons choisi les paramètres suivants :

• ε cs ,∞ : déterminer selon la valeur caractéristique de la résistance à la


compression sur cylindre f ck et pour une humidité relative de 70[%].
• β ( t − t s ) : tout le retrait est considéré, car on suppose que l’étage de
raidissement est construit dès le commencement du retrait dans les éléments
verticaux du niveau inférieur. On utilise les valeurs fournies par les graphiques,
en fonction du paramètre h0 , pour une durée ( t − t s ) de 100 ans.

Nous obtenons alors les déformations de retrait pour les différents éléments
verticaux :

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 106 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Colonnes intérieures
Étages
εcs,∞
Diamètre [mm] fck [N/mm2] u [m] Ac[m2] h0 [m] Β(t-ts) [-] εcs(∞) [‰]
[‰]
44 -
480 40 1.508 0.181 0.240 0.825 0.330 0.272
toiture

8 - 43 550 50 1.728 0.238 0.275 0.781 0.290 0.227

0-7 600 75 1.885 0.283 0.300 0.750 0.240 0.180

Colonnes centrales
Étages
εcs,∞
Diamètre [mm] fck [N/mm2] u [m] Ac[m2] h0 [m] Β(t-ts) [-] εcs(∞) [‰]
[‰]
44 -
660 40 2.073 0.342 0.330 0.745 0.330 0.246
toiture

8 - 43 810 50 2.545 0.515 0.405 0.733 0.290 0.212

0-7 920 75 2.890 0.665 0.460 0.723 0.240 0.174

Colonnes de bords
Étages
εcs,∞
Diamètre [mm] fck [N/mm2] u [m] Ac[m2] h0 [m] Β(t-ts) [-] εcs(∞) [‰]
[‰]
44 -
680 40 2.136 0.363 0.340 0.743 0.330 0.245
toiture

8 - 43 700 50 2.199 0.385 0.350 0.742 0.290 0.215

0-7 820 75 2.576 0.528 0.410 0.732 0.240 0.176

Murs du noyau
Étages
Épaisseur murs εcs,∞
fck [N/mm2] u [m] Ac[m2] h0 [m] Β(t-ts) [-] εcs(∞) [‰]
[mm] [‰]
44 -
400 30 27.8 5.400 0.388 0.735 0.370 0.272
toiture

8 - 43 550 30 27.5 7.260 0.528 0.712 0.370 0.263

0-7 600 30 27.4 7.860 0.574 0.704 0.370 0.261

Tableau 24 : Déformations de retrait, selon SIA262 (2003)

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 107 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Afin d’illustrer de manière claire la problématique de ce chapitre, nous avons


transformé les déformations obtenues ci-dessus en déplacements pour tous les
éléments verticaux du gratte-ciel. En leur appliquant le facteur de correction dû aux
armatures, on obtient les graphiques suivants :
• Déplacements de retrait pour chaque type d’éléments.
• Déplacements relatifs de retrait entre les colonnes et les murs. Pour ce faire,
nous avons calculé un déplacement moyen pondéré des colonnes.

Déplacements des éléments déplacements relatifs


verticaux dus au retrait noyau - colonnes
300 300

250 250

Hauteur du gratte-ciel [m]


Hauteur du gratte-ciel [m]

200 200

150 150

Colonnes 
100 intérieures 100
Colonnes 
centrales
50 Colonnes de 
bords 50
Murs du noyau

0 0
0 20 40 60 0 5 10 15
Déplacement vertical de retrait Déplacement relatifs [mm]
[mm]

Figure 81 : Déplacements et déplacements relatifs de retrait

Le graphique de gauche montre bien que le noyau se déforme plus que les
colonnes sous l’effet du retrait, car il est composé de béton de moins bonne qualité.
En effet, plus la classe et la résistance du béton diminuent, plus les déformations de
retrait seront importantes, car le rapport E/C augmente.
Le déplacement sommital des colonnes vaut environ 45[mm], alors qu’il est de
55[mm] pour le noyau. Le graphique de droite illustre bien cette différence d’environ
10[mm] au sommet de la construction. Rappelons tout de même que ces
graphiques ne sont pas donnés pour le cas de charge déterminant mais
représentent uniquement les déplacements de tous les éléments sans étage de
raidissement.
Le Tableau 24, nous a permis de déterminer les déformations relatives de retrait entre
les colonnes et les murs. Le maximum s’obtient pour la partie basse du gratte-ciel

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 108 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

entre le rez-de-chaussée et le 7ème étage. Cette situation de charge déterminante


sera considérée jusqu’à la fin de ce chapitre.
Les essais en laboratoire montrent que des variations d’environ 30[%] des
déformations différées sont très fréquentes. Le tableau ci-dessous reprend les valeurs
des déformations de retrait déterminantes (0-7ème) en les corrigeant premièrement
par le facteur de correction dû aux armatures. Deuxièmement, nous appliquons
cette variation de 30[%], positive pour les murs et négative pour les colonnes, afin
d’obtenir les déformations différentielles maximales. Finalement, nous soustrayons à
tous les éléments la déformation la plus faible dans le but de connaître enfin les
déformations différentielles. On obtient :

εcs(∞) εcs, corrigé(∞) +/- 30% εdifférentielle(∞)


Eléments verticaux
[‰] [‰] [‰] [‰]

Colonnes intérieures 0.180 0.138 0.097 0.003

Colonnes centrales 0.174 0.134 0.094 0

Colonnes de bords 0.176 0.135 0.095 0.001

Murs du noyau 0.261 0.206 0.268 0.174

Tableau 25 : Déformations différentielles de retrait

Les déformations différentielles des colonnes sont presque nulles, alors qu’une valeur
⎡ μm ⎤
d’environ 170 ⎢ est obtenue pour le noyau.
⎣ m ⎥⎦
4.5.3 Redistribution des efforts due aux déformations différentielles de retrait
Le calcul de la redistribution des efforts due aux déformations différentielles de retrait
précédemment calculées s’effectue selon méthode expliquée au §4.3.3. Pour ce
faire, nous devons déterminer un coefficient de fluage ϕ pour chacun des éléments
afin de pouvoir utiliser la méthode du coefficient de vieillissement.
Comme l’explique le §4.2.3, le fluage diminue les contraintes dues au retrait. Le choix
d’un coefficient de fluage ϕ = 0 serait alors trop conservatif, car les contraintes de
retrait se développent dans le temps sur un béton dont le fluage est déjà
partiellement effectué.
La norme SIA262 (2003) définit le coefficient de fluage de la façon suivante :

ϕ ( t , t0 ) = ϕ RH β fc β ( t0 ) β ( t − t0 )

Dans le cadre de ce projet, Les paramètres suivants sont utilisés :

• β ( t − t0 ) = 0.6 : valeur moyenne du coefficient, qui signifie que nous


considérons que 60[%] du fluage a déjà été effectué.
• h0 : valeurs conformes à celles du Tableau 24.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 109 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

• t 0 = 15 jours : le cas de charge déterminant indique que le niveau considéré


se situe juste sous l’étage de raidissement. Les charges agissement donc dès
la fin de la construction de l’étage ceinture.
• β fc : pour les colonnes, nous avons effectué une moyenne pondérée des
bétons utilisés et l’on obtient un béton moyen type C50/60.
• ϕ RH : obtenu pour une humidité relative de 70[%].

On obtient alors les valeurs suivantes :

Eléments verticaux h0 [m] ϕ RH [-] β fc [-] β ( t0 ) [-] β ( t − t0 ) [-] ϕ ( t , t0 ) [-]

Colonnes intérieures 0.300 1.2 2.2 0.55 0.6 0.87

Colonnes centrales 0.405 1.15 2.2 0.55 0.6 0.83

Colonnes de bords 0.410 1.15 2.2 0.55 0.6 0.83

Murs du noyau 0.574 1.10 2.7 0.55 0.6 0.98

Tableau 26 : Coefficients de fluage

Selon l’annexe 23, la force de compatibilité Fco s’obtient avec :

• χ = 0.6 : selon §4.3.2 pour les effets agissant dans le temps.


• Ec0 : valeurs moyennes pondérées des modules d’élasticité, selon le Tableau 4.
• Ac : somme des aires de tous les éléments d’une même catégorie.

ϕ ( t , t0 ) Ec0 εdifférentielle(∞) σ co
Eléments verticaux E * [N/mm2] Ac [m2] Fco [MN]
[-] [N/mm2] [‰] [N/mm2]

Colonnes intérieures 0.87 38562 25336 0.003 -0.076 1.345

Colonnes centrales 0.83 38562 25742 0 0 8.562


-141.7
Colonnes de bords 0.83 38562 25742 0.001 -0.025 13.034

Murs du noyau 0.98 32000 20151 0.174 -3.51 40.276

Tableau 27 : Force de compatibilité Fco

Toujours selon l’annexe 23, les contraintes de réapplication puis les contraintes
totales à l’état final sont calculées. Afin de pouvoir effectuer des analyses et des
comparaisons avec la descente de charge (§4.4), nous déterminons également la
répartition de la force de compatibilité à travers chaque type d’élément Ftot.
Finalement, on obtient la charge supplémentaire Fi due aux déformations
différentielles de retrait dans chaque élément vertical.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 110 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

∑E *
i Ai Ei* Ai
σ re σ tot
Eléments verticaux [MN] ∑ Ei* Ai [N/mm2] [N/mm2]
Ftot [MN] Fi [MN]
x 103 [%]

Colonnes intérieures 2.4 2.561 2.485 3.34 0.56

Colonnes centrales 14.7 2.602 2.602 22.78 1.24


1402
Colonnes de bords 23.9 2.602 2.576 33.58 1.02

Murs du noyau 57.9 2.037 -1.470 -59.19 -0.74 [MN/m]

Tableau 28 : Redistribution des efforts due aux déformations différentielles de retrait

Pour une charge appliquée sur les éléments verticaux avec un étage de
raidissement infiniment rigide, le rapport des rigidités montre que le noyau reprend
environ 58[%] de la charge, les colonnes de bords environ 24[%] et les colonnes
centrales environ 15[%].
D’une manière générale, les déformations de retrait introduisent d’importants efforts
dans les éléments verticaux qui se calculent en méga Newton. Comme nous l’avions
prédit, le noyau tire les colonnes vers le bas alors que les colonnes essaient de le
retenir. C’est pourquoi nous obtenons avec des efforts de signes opposés.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 111 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

4.6 Fluage
Comme nous l’avons vu précédemment, le but de cette étude sur les effets différés
est de connaître l’influence des déformations différentielles de fluage entravées par
la présence de l’étage de raidissement.
4.6.1 Hypothèses de calcul
Le calcul exact des déformations de fluage est extrêmement compliqué, car il
nécessite une connaissance détaillée de l’histoire de chargement. Lors des différents
calculs réalisés, nous nous sommes rapidement rendu compte qu’il était impossible,
dans le laps de temps imparti, d’effectuer une étude complète.
Le problème principal qui se pose est la prise en considération détaillée de l’histoire
de chargement pour chaque pas de temps, avec un coefficient de fluage ϕ qui
varie pour :
• chaque type d’éléments verticaux.
• chaque chargement.
• chaque durée ( t − t0 ) considérée.

Nous allons donc, dans la suite de ce paragraphe, effectuer un calcul simplifié à


l’aide de valeurs moyennes et pouvoir ainsi connaître l’influence du fluage différé sur
la structure.
Les différents ouvrages dédiés à ce sujet donnent quelques exemples de résultats
obtenus pour des projets similaires, qui pourront alors nous servir de comparaison
pour l’ordre de grandeur de nos résultats. Lors d’un dimensionnement réel, les
ingénieurs choisissent une valeur moyenne pour le coefficient de fluage ou utilisent
des logiciels informatiques performants.
4.6.2 Déformations différées de fluage
La norme SIA262 (2003) propose la relation suivante pour le calcul des déformations
de fluage (§4.2.3) :
σ0
ε ϕ ( t ) = ϕ ( t , t0 ) ε 0 = ϕ RH β fc β ( t0 ) β ( t − t0 )
Ec 0

Dans le cadre de ce projet, les paramètres suivants sont considérés :

• β ( t − t0 ) = 0.6 : valeur moyenne du coefficient qui tient compte du fait que les
éléments verticaux ne sont pas construits en même temps. Certains auront
donc déjà subit beaucoup de fluage avant la construction de l’étage de
raidissement alors d’autres pas du tout.
• h0 : valeurs conformes à celles du Tableau 24, qui représentent la hauteur
relative d’un élément de construction. Pour ce calcul simplifié, nous avons
effectué une moyenne pondérée de ce coefficient pour chaque type
d’éléments.
• β ( t0 ) = 0.4 : valeur moyenne du paramètre qui tient compte des charges
appliquées à des temps différents. En effet, le poids propre agit presque

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 112 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

instantanément alors que les charges utiles peuvent n’intervenir qu’après une
année.
• β fc : pour les colonnes, nous avons effectué une moyenne pondérée des
bétons utilisés. Nous obtenons un béton moyen type C50/60. Le noyau est
composé d’un seul et même type de béton.
• ϕ RH : pour une humidité relative de 70[%].
• E c 0 : valeurs moyennes pondérées des modules d’élasticité.
F
• σ0 = : contraintes initiales dans le béton. Pour ce calcul, nous avons utilisé
Ac
la descente de charge du §4.4 en ne considérant que 20[%] des charges
utiles. En effet, pour que le fluage ait lieu, les charges doivent être présentes
en permanence. Ce pourcentage représente donc les meubles ou toute
autre charge « utile permanente ». Étant donné que chaque élément vertical
a sa propre histoire et son propre chargement, nous choisissons une valeur
moyenne F de la charge dans chaque type d’élément. De la même manière,
la valeur de l’aire est issue d’une moyenne pondérée.
À l’aide des graphiques de la norme suisse et pour les valeurs exprimées ci-avant,
nous obtenons les coefficients de fluage puis les déformations de fluage pour les
différents éléments verticaux :

Eléments verticaux h0 [m] ϕ RH [-] β fc [-] β ( t0 ) [-] β ( t − t0 ) [-] ϕ ( ∞, t0 ) [-]

Colonnes intérieures 0.267 1.25 2.2 0.4 0.6 0.66

Colonnes centrales 0.388 1.17 2.2 0.4 0.6 0.62

Colonnes de bords 0.354 1.15 2.2 0.4 0.6 0.61

Murs du noyau 0.488 1.12 2.7 0.4 0.6 0.73

Tableau 29 : Coefficients de fluage

εϕ (∞ )
Eléments verticaux F [MN] Ac [m2] σ 0 [N/mm2] E c 0 [N/mm2] ϕ ( ∞, t0 ) [-]
[‰]

Colonnes intérieures 2.6 0.225 11.56 38562 0.66 0.198

Colonnes centrales 16.9 0.478 35.36 38562 0.62 0.569

Colonnes de bords 7.8 0.395 19.75 38562 0.61 0.312

3.9
Murs du noyau 0.508 [m] 7.68 32000 0.73 0.175
[MN/m]

Tableau 30 : Déformations de fluage

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 113 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

La dernière étape consiste à multiplier ces déformations par le facteur de correction


dû aux barres d’armature issu d’une valeur selon le Tableau 22. Finalement, nous
soustrayons à tous les éléments la déformation la plus faible afin de connaître enfin
les déformations différentielles de fluage. On obtient :

Eléments verticaux ε ϕ ( ∞ ) [‰] Rca [-] ε ϕ ,corrigé ( ∞ ) [‰] εϕ ,différentielle [‰]

Colonnes intérieures 0.198 0.746 0.148 0.010

Colonnes centrales 0.569 0.746 0.424 0.286

Colonnes de bords 0.312 0.746 0.233 0.095

Murs du noyau 0.175 0.789 0.138 0

Tableau 31 : Déformations différentielles de fluage

Bien qu’ayant le même coefficient de fluage que le noyau, les valeurs obtenues
montrent que les colonnes se déforment plus sous l’effet du fluage. Ce qui s’explique
par une sollicitation plus importante.
Les déformations différentielles sont nulles pour le noyau et des valeurs d’environ
⎡ μm ⎤ ⎡ μm ⎤
10 ⎢ ⎥ à 286 ⎢ sont obtenues pour les différents types de colonnes.
⎣ m ⎦ ⎣ m ⎥⎦
4.6.3 Redistribution des efforts due aux déformations différentielles de fluage
Le calcul de la redistribution des efforts due aux déformations différentielles de
fluage s’effectue selon la méthode expliquée au §4.3.3. Nous réutilisons le coefficient
de fluage ϕ  déterminé au §4.6.2 pour l’utilisation de la méthode du coefficient de
vieillissement.
Selon l’annexe 23, la force de compatibilité Fco s’obtient avec :

• χ = 0.6 : selon §4.3.2 pour les effets agissant dans le temps.


• Ec0 : valeurs moyennes pondérées des modules d’élasticité, selon le Tableau 4.
• Ac : somme des aires de tous les éléments d’une même catégorie.

ϕ ( ∞,t0 ) Ec0 ε
* [N/mm2] ϕ ,différentielle
( ∞ ) σ co A [m2] F [MN]
Eléments verticaux E c
[N/mm2]
co
[-] [‰] [N/mm2]

Colonnes intérieures 0.66 38562 27623 0.010 -0.276 1.345

Colonnes centrales 0.62 38562 28106 0.286 -8.038 8.562


-104.2
Colonnes de bords 0.61 38562 28230 0.095 -0.095 13.034

Murs du noyau 0.73 32000 22253 0 0 40.276

Tableau 32 : Force de compatibilité Fco

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 114 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

Toujours selon l’annexe 23, les contraintes de réapplication puis les contraintes
totales à l’état final sont déterminées. Afin de pouvoir effectuer des analyses et des
comparaisons avec la descente de charge (§4.4), nous déterminons également la
répartition de la force de compatibilité à travers chaque type d’élément Ftot.
Finalement, on obtient la charge supplémentaire Fi due aux déformations
différentielles de fluage dans chaque élément vertical (Tableau 33).

∑E *
i Ai Ei* Ai
σ re
Eléments verticaux [MN] ∑ Ei* Ai [N/mm2]
σ tot [N/mm2] Ftot [MN] Fi [MN]
x 103 [%]

Colonnes intérieures 2.4 1.866 1.590 2.13 0.36

Colonnes centrales 15.6 1.898 -6.140 -52.57 -2.92


1542
Colonnes de bords 23.9 1.907 1.812 23.61 0.72

Murs du noyau 58.1 1.503 1.503 60.54 0.76 [MN/m]

Tableau 33 : Redistribution des efforts due aux déformations différentielles de fluage

La répartition des charges avec un étage de raidissement infiniment rigide est à peu
près identique à celle déterminée pour le retrait. Les colonnes tirent le noyau vers le
bas, ce qui explique les efforts de signes opposés dans les éléments verticaux.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 115 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

4.7 Synthèse effets différés


Pour terminer, nous effectuons une comparaison entre les efforts obtenus par la
descente de charges et les efforts dus aux déformations de retrait et de fluage. Pour
ce faire, nous regardons les éléments verticaux les plus chargés du rez-de-chaussée :
Fi
Fi
Fi descente déformations
Rapport déformations Rapport
Eléments verticaux de charges différentielles
[%] différentielles [%]
[MN] de fluage
de retrait [MN]
[MN]

Colonnes intérieures 6.2 0.36 5.8 0.56 9.0

Colonnes centrales 34.4 -2.92 8.5 1.24 3.6

Colonnes de bords 15.8 0.72 4.6 1.02 6.5

Murs du noyau 8.1 [MN/m] 0.76 [MN/m] 9.4 -0.74 [MN/m] 9.1

Tableau 34 : Récapitulatifs résultats effets différés

Les efforts introduits par les déformations différentielles de retrait et de fluage


représentent au maximum 10[%] des efforts maximaux dans les éléments verticaux.
Ce pourcentage paraît relativement négligeable, mais les efforts dans les colonnes
d’un gratte-ciel sont tellement importants que nous ne disposons pas toujours de
cette réserve de résistance nécessaire. Le problème des effets différentiels dans les
éléments verticaux doit donc être attentivement étudié lors du dimensionnement
surtout pour les colonnes situées dans la partie haute du bâtiment. Ces colonnes sont
peu chargées et ce supplément de charge peut être proportionnellement très
important.
Les effets de température n’ont pas été pris en considération dans ce chapitre, bien
qu’ils puissent poser les mêmes problèmes que le retrait et le fluage. En effet, les murs
auraient tendance à subir plus fortement les variations de température que les
colonnes, car leur hauteur relative h0 est supérieure. Cela dit, il serait tout à fait
raisonnable de considérer l’intérieur du gratte-ciel comme climatisé et donc de
négliger ces effets.
Finalement, nous soulignons que cette redistribution des efforts est également
valable pour toutes les charges verticales appliquées après la construction de
l’étage de raidissement. Une fois transmises par les colonnes jusqu’au niveau de
l’étage ceinture, les charges vont être redistribuées à travers les différents éléments
verticaux. Il faut alors s’assurer que les murs de l’étage de raidissement soient
suffisamment résistants pour répartir ces efforts. Ce phénomène est une analogie à
celui d’un radier de fondation sur un lit de ressort.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 116 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

5 Conclusion
Le premier objectif de ce travail était l’optimisation du système de raidissement du
gratte-ciel. Nous avons commencé par traiter des modèles très simples en
augmentant au fur et à mesure leur complexité. L’influence de chacun des
paramètres du modèle a été déterminée tant d’un point de vue de la position
optimale de l’étage de raidissement que du point de vue pratique pour l’ingénieur.
Ces premiers résultats ont alors été comparés à plusieurs modèles numériques de
calcul. Cette comparaison entre les modèles fait la force et la richesse de ce travail
en confirmant la cohérence des résultats. Nous sommes à présent également
capables d’expliquer la règle empirique 2/3H utilisée par les ingénieurs praticiens lors
du dimensionnement des gratte-ciel. Les autres critères, et particulièrement le critère
économique, nous ont permis de compléter cette étude. D’une manière générale,
une sensibilité au raidissement des constructions en hauteur a été acquise.
Le deuxième objectif était l’évaluation des efforts dus aux effets différés différentiels.
Le travail réalisé nous a permis de comprendre en détail la problématique liée aux
effets différés et les difficultés lors des calculs. En effet, un calcul complet s’est avéré
trop compliqué dans le cadre de ce projet, notamment en ce qui concerne
l’évaluation du coefficient de fluage dans le temps. Les calculs simplifiés que nous
avons alors réalisés nous ont permis d’obtenir des résultats correspondant aux ordres
de grandeur fournis par la littérature.
Ce projet nous a montré l’importance des hypothèses, qui sont à la base de chaque
modèle de calcul. Nous avons également compris l’utilité de réaliser des modèles
très simples afin de se sensibiliser aux problèmes et aux différents ordres de grandeur.
Il est toujours important de comprendre quelles sont les hypothèses qui se cachent
derrière un logiciel de calcul et avoir une idée du résultat à obtenir. Les erreurs seront
alors rapidement identifiées et les résultats analysés avec intelligence et non les yeux
fermés.
Ce travail de Master n’inclut pas l’étude détaillée des autres systèmes de
raidissement décrits au chapitre 1. Bien que prévue initialement, nous avons préféré
étudier de manière plus approfondie le système avec étage de raidissement ainsi
que les effets différés différentiels.

À titre personnel, je tiens à remercier encore sincèrement M. Aurelio Muttoni pour


une phrase qu’il m’a dite au début de ce travail :
« Étudie en détail les aspects du raidissement des gratte-ciel que tu veux, pour
autant qu’ils soient intéressants et surtout qu’ils t’apprennent le plus ».
Cette façon de penser le projet m’a alors fait comprendre et apprendre
énormément de notions qui n’avaient pas été traitées lors de mon cursus
universitaire. Je pense également que tout ce travail traitant des rigidités me sera
très utile pour la suite de ma vie professionnelle.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 117 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

6 Bibliographie
6.1 Livres, polycopiés, publications
1 FREY, F. (2005). Analyse des structures et milieux continus : Statique appliquée.
Lausanne : Presses polytechniques universitaires romandes.
2 FREY, F. (2000). Analyse des structures et milieux continus : Mécanique des
structures. Lausanne : Presses polytechniques universitaires romandes.
3 FAVRE, R. & JACCOUD, J-P. & BURDET, O. & CHARIF, H. (2004).
Dimensionnement des structures en béton : Aptitude au service et éléments
de structures. Lausanne : Presses polytechniques universitaires romandes.
4 HIRT, M. & BEZ, R. & NUSSBAUMER, A. (2006). Construction métallique : Notions
fondamentales et méthodes de dimensionnement. Lausanne : Presses
polytechniques universitaires romandes.
5 HIRT, M. & CRISINEL, M. (2004). Charpentes métalliques : Conception et
dimensionnement des halles et bâtiments. Lausanne : Presses polytechniques
universitaires romandes.
6 LEBET, J-P. & HIRT, M. (2004). Ponts en acier : Conception et dimensionnement
des ponts métalliques et mixtes acier-béton. Lausanne : Presses
polytechniques universitaires romandes.
7 PETER, M. (2003). Normes suisses SIA. Zurich : Société suisse des ingénieurs de
des architectes.
8 MUTTONI, A. (2006-2007). Polycopié « Structures en béton ». Lausanne, EPFL.
9 LESTUZZI, P. & BADOUX, M. (2008). Génie parasismique : Conception et
dimensionnement des bâtiments. Lausanne : Presses polytechniques
universitaires romandes.
10 MUTTONI, A. & SCHWARTZ, J. & THÜRLIMANN, B. (1997). Design of Concrete
Structures with Stress Fields. Basel : Birkhäuser Verlag.
11 Steelwork C5/05. (2005). Tables de construction. Zurich : éditions du centre
suisse de la construction métallique.
12 Steelwork C4/06. (2006). Tables de dimensionnement. Zurich : éditions du
centre suisse de la construction métallique.
13 RAPPAZ, J. & PICASSO, M. (2004). Introduction à l’analyse numérique.
Lausanne : Presses polytechniques universitaires romandes.
14 LESTUZZI, P. (2006). Policopié « Analyse des structures et milieux continus :
Structures hyperstatiques ». Lausanne, EPFL.
15 CALAVERA, J. (1984). Proyecto y cálculo de Estructuras de Hormigón Armado
par Edificios. Sondika : Imprenta Industrial, S. A.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 118 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

16 REESE, R. (1978). Structural Design of Tall Concrete and Masonry Buildings.


USA : American Society of Civil Engineers.
17 Publication SP-36. (1973). Response of Multistory Concrete Structure to Lateral
Forces. Detroit : American Concrete Institute.
18 Publication SP-76. (1982). Designing for Creep & Shrinkage in Concrete
Structures. Detroit : American Concrete Institute.
19 SCHUELLER, W. (1990). The vertical building structure. Van Nostrand Reinhold.
20 TARANATH, B. (1998). Steel, Concrete, and Composite Design of Tall Buildings.
McGraw-Hill Companies.
21 CHEW, Y. (2009). Construction Technology for Tall Buildings. Singapore :
FuIsland Offset Printing (S) Pte Ltd.
22 BACHMANN, H. (1997). Hochbau für ingenieure : Eine Einführung. Zürich : vdf
Hochschulverlag AG & B.G. Teubner Stuttgart.
23 VITTONE, R. (2006). Bâtir : Manuel de la construction. Lausanne : Presses
polytechnique universitaires romandes.
24 BUXADÉ, C. & MARGARIT, J. (1977). Calculo de estructuras con porticos y
pantallas. Barcelona : Editorial Blume.
25 VISWANATH, H.R. & TOLLOCZKO, J.J.A. & CLARKE, J.N. (1997). Multi-purpose,
High-rise Towers and Tall Buildings. Suffolk : St Edmundsbury Press Ltd.
26 ADELI, H. & SARMA, K.C. (2006). Cost Optimization of Structures : Fuzzy Logic,
Genetic Algorithms, and Parallel Computing. Chichester : John Wiley & Sons
Ltd.
27 POPESCU, C.M. & PHAOBUNJONG, K. & OVARARIN, N. (2003). Estimating
Building Costs. New York : Marcel Dekker, Inc.
28 FAVRE, R. & KOPRNA, M. & RADOJICIC, A. (1980). Effets différés, fissuration et
déformations des structures en béton. Saint-Saphorin : Georgi
29 Comité Mixte International sur la conception et l’étude des immeubles de
grande hauteur, Volume III-25. (1973). Structures et béton et en maçonnerie :
Fluage, retrait et actions thermiques. Paris
30 HOLCK, C. (1974). Thèse de docteur ingénieur (mathématiques) :
Contribution à l’étude des structures en béton compte tenu du fluage et de
la relaxation.
31 KOPRNA, M. (1986). Effets Différés : Fluage, retrait, relaxation. Lausanne, EPFL.
32 Association internationale des ponts et charpentes. (1970). L’influence du
fluage et du retrait, l’effet des changements de température sur les
constructions en béton. Madrid.

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 119 - Lausanne, le 25.06.2010


Dimensionnement d’un gratte-ciel et Laboratoire de
étude des possibilités de raidissement construction en béton
d’une construction en hauteur

6.2 Articles
33 KHAN, F. & SBAROUNIS, J. (June 1964). Interaction of shear walls and frames.
Journal of the Structural Division American Society of Civil Engineers.
34 TOUTANJI, H. (1997). Enginneering Structures, Vol. 19, No.12, pp. 1036-1042 :
The effect of foundation flexibility on the interaction between shear walls and
frames. Department of Civil Engineering, University of Puerto Rico.
35 GARDNER, N.J. (Oct 2004). Comparaison of predictions for drying shrinkage
and creep of normal strength concretes. Canadian Journal of Civil
Engineering, Vol.30, pp 767-775.
36 MARTÍNEZ, J. & GÓMEZ, M. (2008). Torre Sacyr-Vallehermoso : Building
structure. Hormigón y Acero, Vol. 59, n°249, pp 123-150.
37 BAKER, W.F. & KORISTA, D.S. & NOVAK, L.C. & PAWLIKOWSKI, J. & YOUNG, B.
(2007). Structural Implications of Shrinkage and Creep of Concrete : Creep
and Shrinkage and the Design of Supertall Buildings – A case Study : The Burj
Dubai Tower. Michigan : American concrete institute.
38 ULAGA, T. (2010). Load redistribution in the Prime Tower high-rise building.
Basel.

6.3 Notes de cours


39 MUTTONI, A. & BURDET, O. (2006-2007). Cours de béton I et II. Lausanne, EPFL.
40 FERNANDEZ RUIZ, M. (2009). Cours de béton chapitres choisis. Lausanne, EPFL.
41 BUFFONI, B. & CIBILS, M. (2005-2006). Cours d’analyse I et II. Lausanne, EPFL.

6.4 Sites Web


42 http://www.ancotech.ch/fr/home.php
43 http://www.johnhancockcenterchicago.com/
44 http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Hancock_Center
45 http://www.burjdubai.com/the-tower/structure.aspx#Structural_System
46 http://www.skyscrapercity.com/showthread.php?t=160293
47 http://urbangreenberg.wordpress.com/2008/11/14/the-sears-tower/

Léonard Lopez (Projet Master printemps) - 120 - Lausanne, le 25.06.2010

Vous aimerez peut-être aussi