Vous êtes sur la page 1sur 106

ETUDE DU BASSIN‐VERSANT SUD 

DU MASSIF DU « BLAYEUL » OU 
« LES QUATRES TERMES » 
France 

Région Provence‐Alpes‐Côte d’Azur 

Département des Alpes de Haute Provence (04) 

Pays Dignois 

Canton de la Javie 

Classification : Zone de Montagne 
SOURCES CARTOGRAPHIQUES (FOND IGN – GEOPORTAIL) 

REDACTEUR : MICHEL PEQUIGNOT 

BPREA APICOLE – CFPPA DE CHAROLLES – OCTOBRE 2014 

   


 
   


 
Table des matières 
Table des matières ........................................................................................................................................... 3 
Table des illustrations ....................................................................................................................................... 7 
Préambule .......................................................................................................................................................... 11 
Le territoire......................................................................................................................................................... 13 
Localisation ..................................................................................................................................................... 13 
Localisation en région PACA ....................................................................................................................... 13 
Localisation du territoire dans son contexte départemental ..................................................................... 14 
Présentation du territoire .............................................................................................................................. 15 
Délimitation ................................................................................................................................................ 15 
Le relief ....................................................................................................................................................... 16 
Modélisation du relief sur le secteur étudié .......................................................................................... 18 
Géologie & ressources minérales ............................................................................................................... 20 
Réseau hydrographique ............................................................................................................................. 22 
Pédologie du territoire ............................................................................................................................... 24 
Climat ......................................................................................................................................................... 26 
L’habitat ...................................................................................................................................................... 27 
Le parcellaire .............................................................................................................................................. 28 
Les axes de communication ....................................................................................................................... 29 
Le couvert végétal ...................................................................................................................................... 30 
La forêt ....................................................................................................................................................... 30 
Peuplement ............................................................................................................................................ 30 
Milieux remarquables ............................................................................................................................ 33 
Flore ........................................................................................................................................................ 34 
Faune ...................................................................................................................................................... 35 
Aperçu de la palette végétale du territoire ............................................................................................ 36 
Les parcs et zones protégées ..................................................................................................................... 37 
Lecture de paysage ......................................................................................................................................... 38 
Photo A ....................................................................................................................................................... 39 
Photo B ....................................................................................................................................................... 40 
Photo C ....................................................................................................................................................... 41 
Photo D ....................................................................................................................................................... 42 
Conclusion ...................................................................................................................................................... 43 
Les acteurs .......................................................................................................................................................... 45 
Présentation du canton de la Javie ................................................................................................................ 45 
Intervenants monde administratif, politique et agricole ........................................................................... 45 
Les niveaux administratifs et leurs représentants ................................................................................. 45 
Organisations professionnelles agricoles ............................................................................................... 46 


 
Associations ........................................................................................................................................... 47 
Syndicats ................................................................................................................................................ 49 
Environnement .............................................................................................................................................. 51 
Le Pays Dignois ........................................................................................................................................... 51 
Un territoire de projet ........................................................................................................................... 51 
La procédure de création d’un Pays....................................................................................................... 51 
Les innovations portées par le Pays ....................................................................................................... 51 
Présentation du Pays ............................................................................................................................. 51 
Les communes adhérentes .................................................................................................................... 53 
12 années d’existence ............................................................................................................................ 53 
Un outil au service de la ruralité ........................................................................................................ 53 
Le Pays dignois en 2013 ......................................................................................................................... 54 
Données socio‐économiques ................................................................................................................. 54 
L’importance de la ville‐centre : un secteur tertiaire dominant ........................................................ 54 
Une agriculture vivante ...................................................................................................................... 55 
Un artisanat et un commerce à valoriser ........................................................................................... 55 
Un tourisme diversifié ........................................................................................................................ 55 
Des services nécessaires .................................................................................................................... 55 
Richesses naturelles et culturelles ......................................................................................................... 56 
Du patrimoine naturel … .................................................................................................................... 56 
... Au patrimoine culturel ................................................................................................................... 57 
Richesse touristiques ................................................................................................................................. 58 
Le territoire dans son canton ............................................................................................................................. 61 
Données générales ......................................................................................................................................... 61 
La population ................................................................................................................................................. 62 
Densité d’habitants .................................................................................................................................... 62 
Le nombre d’habitants depuis 1765 .......................................................................................................... 64 
Pyramide des âges ..................................................................................................................................... 66 
Revenus et fiscalité .................................................................................................................................... 67 
L’habitat ......................................................................................................................................................... 69 
Situation budgétaire et fiscales des communes ............................................................................................ 71 
Les activités socio‐professionnelles ............................................................................................................... 73 
Infrastructures ............................................................................................................................................... 75 
Le monde agricole dans le canton ..................................................................................................................... 76 
Classification des communes ......................................................................................................................... 76 
Le monde agricole dans le contexte socio‐professionnel du canton ............................................................. 78 
Evolution du monde agricole dans le canton ................................................................................................. 79 
Evolution du nombre d’exploitants agricoles de 1970 à 2010 .................................................................. 79 
Evolution de la SAU de 1970 à 2010 .......................................................................................................... 80 


 
Evolution de la part de la SAU des exploitations de 100 ha et + de 1970 à 2010 .................................. 81 
Les cultures ................................................................................................................................................. 82 
Les orientations technique agricole ........................................................................................................... 84 
Le cheptel ................................................................................................................................................... 84 
Caprin ..................................................................................................................................................... 85 
Ovins ....................................................................................................................................................... 85 
Le prix des exploitations ............................................................................................................................. 87 
Des statistiques .......................................................................................................................................... 88 
Conclusion .......................................................................................................................................................... 89 
Mise en situation ................................................................................................................................................ 91 
Canton de La Javie – CC de Haute‐Bléone ...................................................................................................... 92 
Commune d’Archail ........................................................................................................................................ 94 
Commune de Beaujeu .................................................................................................................................... 96 
Commune de le Brusquet ............................................................................................................................... 98 
Commune de Draix ....................................................................................................................................... 100 
Commune de la Javie .................................................................................................................................... 102 
Commune de Prads‐Haute‐Bléone ............................................................................................................... 104 
Lexique ............................................................................................................................................................. 106 
 

   


 
   


 
Table des illustrations 
Figure 1 ‐ Le secteur étudié (en rouge) sur fond relief ...................................................................................... 13 
Figure 2 ‐ Le secteur étudié (en rouge) sur IGN ................................................................................................. 13 
Figure 3 ‐ Localisation par rapport à Dignes les Bains (préfecture des Alpes de Haute Provence) ................... 14 
Figure 4 ‐ Localisation par rapport à la Javie (chef‐lieu) du canton ................................................................... 14 
Figure 5 ‐ Les limites géographiques du territoire ............................................................................................. 15 
Figure 6 ‐ Contour altimétrique de la zone délimitée en rouge. ........................................................................ 16 
Figure 7 ‐ Les étages alpins ................................................................................................................................. 16 
Figure 8 ‐ Mesures et coupes ............................................................................................................................. 17 
Figure 9 ‐ Coupe altimétrique AB ....................................................................................................................... 17 
Figure 10 ‐ Coupe altimétrique CD ..................................................................................................................... 17 
Figure 11 ‐ Courbe hypsométrique du territoire étudié % cumulé de la surface .............................................. 19 
Figure 12 ‐ Répartition des compartiments bioclimatiques sur le territoire (en km²). ...................................... 19 
Figure 13 ‐ Carte géologique simplifiée des environs du Vernet et de Beaujeu. Redessinée sur la base de la 
carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales,du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), 
publication n° 074 .............................................................................................................................................. 20 
Figure 14 ‐ Légende de la carte géologique ....................................................................................................... 20 
Figure 15 ‐ Vue aérienne (source Géoportail) .................................................................................................... 21 
Figure 16 ‐ Le chevelu hydrographique  (source Géoportail) ............................................................................. 22 
Figure 17 ‐ Profil altimétrique du torrent « le Riou » ......................................................................................... 22 
Figure 18 ‐ Profil altimétrique du torrent « le Galimagne » ............................................................................... 23 
Figure 19 ‐ Profil altimétrique du torrent « le Merderic » ................................................................................. 23 
Figure 20 ‐ Zones peu érodées et terrain stabilisé (fond Géoportail) ................................................................ 24 
Figure 21 ‐ Registre Parcellaire Graphique 2012 ................................................................................................ 25 
Figure 22 – Diagramme ombrothermique (moyennes) pour Embrun 2000 ‐2013 ............................................ 26 
Figure 23 – Modèle climatique ombrothermique pour Beaujeu ....................................................................... 26 
Figure 24 ‐ Carte de Cassini sur le secteur ......................................................................................................... 27 
Figure 25 ‐ Localisation des habitats (gris foncé) et stabules (vert) ................................................................... 27 
Figure 26 ‐ Ancienne maison sur stabule. La Sausée ......................................................................................... 28 
Figure 27 ‐ Le parcellaire sur fond relief ............................................................................................................ 28 
Figure 28 ‐ Schématisation des axes de communication ................................................................................... 29 
Figure 29 ‐ Carte d'Etat‐Major ‐ En orange les chemins et construction disparus............................................. 29 
Figure 30 ‐ Inventaire forestier ONF ................................................................................................................... 30 
Figure 31 ‐ Les types de formations végétales sur le territoire Source : Inventaire forestier V2 ....................... 31 
Figure 32 ‐ Le col du Labouret en 1900 .............................................................................................................. 32 
Figure 33 ‐ Vues du même secteur 1900 ‐ 2014 ................................................................................................. 32 
Figure 34 ‐ Monument DEMONTZEY – Col de Labouret..................................................................................... 32 
Figure 35 ‐ Romarin ............................................................................................................................................ 33 
Figure 36 ‐ Lavande à feuilles étroites................................................................................................................ 33 
Figure 37 ‐ Thym ................................................................................................................................................. 33 
Figure 38 ‐ Ancolie de Bertoloni ‐ Euphorbe de Canuti ...................................................................................... 34 
Figure 39 ‐ Arnica des montagnes & Genévrier thurifère .................................................................................. 34 
Figure 40 ‐ Les oiseaux cités ci‐dessus dans l'ordre ........................................................................................... 35 
Figure 41 ‐ Carabe de Solier (Carabus (Chrysocarabus) solieri) ......................................................................... 35 
Figure 42 ‐ Quelques espèces dans leur contexte .............................................................................................. 36 
Figure 43 ‐ Les parcs et zones protégées ........................................................................................................... 37 
Figure 44 ‐ Les lieux de prise de vue .................................................................................................................. 38 
Figure 45 ‐ Lecture de paysage ‐ Photo A ........................................................................................................... 39 
Figure 46 ‐ Lecture de paysage ‐ Photo B ........................................................................................................... 40 
Figure 47 ‐ Lecture de paysage ‐ Photo C ........................................................................................................... 41 
Figure 48 ‐ Lecture de paysage ‐ Photo D ........................................................................................................... 42 


 
Figure 49 ‐ L'organisation administrative du canton ......................................................................................... 45 
Figure 50 ‐ Le pays dignois ................................................................................................................................. 52 
Figure 51 ‐ Les communes du pays dignois ........................................................................................................ 53 
Figure 52 ‐ Le Parc du Mercantour .................................................................................................................... 58 
Figure 53 ‐ Le Parc Géologique des Alpes de Haute Provence .......................................................................... 59 
Figure 54 ‐ Les axes de penetration vers les activités sportives estivales et hivernales ................................... 60 
Figure 55 ‐ Répartition du territoire .................................................................................................................. 61 
Figure 56 ‐ Superficie (km²) des communes du canton de "la Javie" ................................................................ 61 
Figure 57 ‐ Nombre d'habitants par communes du canton de "la Javie" .......................................................... 62 
Figure 58 ‐ Densité habitants/km² des communes du canton de "la Javie" ...................................................... 62 
Figure 59 ‐ Carte densité population PACA ........................................................................................................ 63 
Figure 60 ‐ Carte densité population extrait Alpes de Haute Provence ............................................................ 63 
Figure 61 ‐ Evolution de la population sur les communes du canton de "la Javie" ........................................... 64 
Figure 62 ‐ Poids démographique en % entre les divisions administratives ...................................................... 65 
Figure 63 ‐ Pyramides des âges des communes du canton exprimées en % du total de la population ............ 66 
Figure 64 ‐ Pyramides des âges du canton, arrondissement, département et région exprimées en % du total 
de la population ................................................................................................................................................. 66 
Figure 65 ‐ Revenu médian par UC ‐ INSEE ........................................................................................................ 67 
Figure 66 ‐ Comparatif revenus ......................................................................................................................... 67 
Figure 67 ‐ Densité habitants/km² des communes du canton de "la Javie" ...................................................... 69 
Figure 68 ‐ Densité habitations/km² des communes du canton ........................................................................ 69 
Figure 69 ‐ Nombre d'habitants par habitation principale ................................................................................ 69 
Figure 70 ‐ Destination des habitations ............................................................................................................. 70 
Figure 71 ‐ Rapport des bases de taxe d'habitation et foncier .......................................................................... 70 
Figure 72 ‐ Poste budgétaire des communes .................................................................................................... 71 
Figure 73 ‐ Résultat comptable, capacité de financement & fond de roulement ............................................. 72 
Figure 74 ‐ Dettes des communes ..................................................................................................................... 72 
Figure 75 ‐ Annuité de la dette en % de A ......................................................................................................... 72 
Figure 76 ‐ Etablissements par secteur d'activité dans le canton de la Javie au 31/12/2010 ‐ CEN T1 ‐ INSEE  73 
Figure 77 ‐ Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010 ................................................ 74 
Figure 78 ‐ Le nombre de salariés par secteur d'activité ................................................................................... 74 
Figure 79 ‐ Les zones défavorisées et types dans les Alpes de Haute Provence ............................................... 76 
Figure 80 ‐ Pourcentage des établissements agricoles par commune .............................................................. 78 
Figure 81 ‐ Poids des établissements agricoles communaux dans le canton .................................................... 78 
Figure 82 ‐ Evolution du nombre d'exploitations agricoles en base 1970 ......................................................... 79 
Figure 83 ‐ Evolution de la SAU en % de 1970 ................................................................................................... 80 
Figure 84 ‐ Moyenne SAU 1970‐2010 rapportée à 1970 ................................................................................... 80 
Figure 85 ‐ Evolution de la part de la SAU des exploitations de 100 ha et + ..................................................... 81 
Figure 86 – Comparaison de la distribution de la SAU par destination ............................................................. 82 
Figure 87 ‐ Canton de la Javie ............................................................................................................................ 83 
Figure 88 ‐ Répartition de la SAU dans les communes en hectares .................................................................. 83 
Figure 89 ‐ Orientation technico‐économique de l'exploitation ....................................................................... 84 
Figure 90 –Répartitions des UGB par commune ................................................................................................ 84 
Figure 91 ‐ Nombre d’exploitations ayant une activité caprine ........................................................................ 85 
Figure 92 ‐ Nombre d'exploitation ayant une activité ovine ............................................................................. 85 
Figure 93 ‐ Nombre d'UGB ovins par commune et exploitation ........................................................................ 86 
Figure 94 – Hectares STH par UGB ..................................................................................................................... 86 
Figure 95 ‐ Répartition des biens à vendre par destination et prix moyen des biens par destination .............. 87 
Figure 96 ‐ La localisation des biens à vendre et prix moyen par localisation ................................................... 87 
Figure 97  ‐ Légende du Registre Parcellaire 2010 (source Géoportail & Ministère de l’Agriculture et de 
l'Agroalimentaire) .............................................................................................................................................. 91 


 
Figure 98 ‐ Registre Parcellaire 2010 Canton de La Javie (source Géoportail & Ministère de l’Agriculture et de 
l'Agroalimentaire) ............................................................................................................................................... 92 
Figure 99 ‐ Modélisation 3D du canton (source EEA EUROPA fichier TIF traité sous QGIS) .............................. 93 
Figure 100 ‐ Drapage RPG 2012 sur fond relief Google Earth ............................................................................ 93 
Figure 101 ‐ Registre Parcellaire 2010 commune de Archail (source Géoportail & Ministère de l’Agriculture et 
de l'Agroalimentaire) .......................................................................................................................................... 94 
Figure 102 ‐ Modélisation 3D de la commune d’Archail (source EEA EUROPA fichier TIF traité sous QGIS) .... 95 
Figure 103 ‐ Registre Parcellaire 2010 commune de Beaujeu (source Géoportail & Ministère de l’Agriculture 
et de l'Agroalimentaire) ..................................................................................................................................... 96 
Figure 104 ‐ Modélisation 3D de la commune de Beaujeu (source EEA EUROPA fichier TIF traité sous QGIS) . 97 
Figure 105 ‐ Registre Parcellaire 2010 commune de le Brusquet (source Géoportail & Ministère de 
l’Agriculture et de l'Agroalimentaire) ................................................................................................................. 98 
Figure 106 ‐ Modélisation 3D de la commune de Le Brusquet (source EEA EUROPA fichier TIF traité sous 
QGIS) ................................................................................................................................................................... 99 
Figure 107 ‐ Registre Parcellaire 2010 commune de Draix (source Géoportail & Ministère de l’Agriculture et 
de l'Agroalimentaire) ........................................................................................................................................ 100 
Figure 108 ‐ Modélisation 3D de la commune de Draix (source EEA EUROPA fichier TIF traité sous QGIS) ... 101 
Figure 109 ‐ Registre Parcellaire 2010 commune de la Javie (source Géoportail & Ministère de l’Agriculture et 
de l'Agroalimentaire) ........................................................................................................................................ 102 
Figure 110 ‐ Modélisation 3D de la commune de La Javie (source EEA EUROPA fichier TIF traité sous QGIS) 103 
Figure 111 ‐ Registre Parcellaire 2010 commune de Prads‐Haute‐Bléone (source Géoportail & Ministère de 
l’Agriculture et de l'Agroalimentaire) ............................................................................................................... 104 
Figure 112 ‐ Modélisation 3D de la commune de Prads‐Haute‐Bléone (source EEA EUROPA fichier TIF traité 
sous QGIS) ........................................................................................................................................................ 105 
 
   


 
   

10 
 
Préambule 
Pourquoi étudier ce territoire situé dans les Alpes de Haute Provence ? 

Le choix est fait sur la base de deux critères.  

Le premier étant ma future activité apicole pour laquelle je projette, à moyen terme, l’implantation d’un rucher 
permanent en zone de montagne méditerranéenne.  

Le  second  est  la  présence  de  terrains  de  faible  surface  mais  correctement  orientés,  disponible  à  la  vente, 
accessibles et éloignés des zones de culture. 

En outre, ma famille possède du foncier bâti et non bâti sur ce territoire ce qui donne un socle au projet. Ayant 
pris contact avec d’autres propriétaires de parcelles, il s’avère que certaines sont prêtes à céder des terrains 
qui, d’un point de vue apicole, sont particulièrement intéressant. 

De plus, il serait possible de créer un emploi à temps partiel en embauchant ou en définissant un partenariat 
avec une personne de mes connaissances qui vit régulièrement sur ce territoire. 

Ainsi donc, l’historique du lieu ainsi que son potentiel mellifère expliquent l’intérêt que je porte à cette zone 
et l’étude de celle‐ci.   

11 
 
   

12 
 
Le territoire 

Localisation 
Localisation en région PACA 

 
FIGURE 1 ‐ LE SECTEUR ETUDIE (EN ROUGE) SUR FOND RELIEF 

 
FIGURE 2 ‐ LE SECTEUR ETUDIE (EN ROUGE) SUR IGN 

13 
 
Localisation du territoire dans son contexte départemental 
Localisé dans la partie centre‐nord du département des Alpes‐de‐Haute‐Provence Française à une quinzaine 
de kilomètres au Nord‐Est de Digne‐les‐Bains, le site étudié, d’une superficie d’environ 15 km² en projection 
horizontale, est établi à cheval sur 3 communes : 

Répartition du territoire 
(estimation en projection horizontale) 
Commune  Superficie (km²)  % 
Beaujeu  3  20% 
Le Brusquet  1,4  9% 
La Javie  10,6  71% 
Total  15  1 
 

 
FIGURE 3 ‐ LOCALISATION PAR RAPPORT A DIGNES LES BAINS (PREFECTURE DES ALPES DE HAUTE PROVENCE) 

 
FIGURE 4 ‐ LOCALISATION PAR RAPPORT A LA JAVIE (CHEF‐LIEU) DU CANTON 

   

14 
 
Présentation du territoire 
Délimitation 
Le territoire est formé d’un ensemble de talwegs et reliefs très marqués qui descendent du versant Sud‐Est du 
Massif du Blayeul. Il est délimité : 

‐ à l’ouest par la crête du Blayeul 
‐ à l’est par la crête de Serre‐Gros 
‐ au nord l’interfluve1 descendant du sommet du Blayeul vers le col de Boullard 
‐ au sud par le lit de la Bléone 

 
FIGURE 5 ‐ LES LIMITES GEOGRAPHIQUES DU TERRITOIRE 

   

15 
 
Le relief 
Nous sommes en zone de montagne, dans la partie Nord des Préalpes. 

En général, le relief est prononcé, les vallées sont marquées et le secteur est parcouru par de nombreuses 
gorges (clues). 

Le territoire étudié fait exception. En effet ce bassin‐versant décrit une vallée très ouverte, orientée plein sud 
et  divisée  par  « Les  Adrets »  petite  montagne  qui  marque  la  séparation  entre  le  bassin‐versant  sud‐est  du 
Blayeul (2189 mètres) et le bassin‐versant ouest d’une partie de « Serre‐Gros » (1310 mètres). VOIR CARTE PAGE 
SUIVANTE 

Ouverte plein sud, la majorité des versants peut‐être classifiée en adret. 
La flèche bleue donne le sens du parcours, le point de départ est en A 

 
FIGURE 6 ‐ CONTOUR ALTIMETRIQUE DE LA ZONE DELIMITEE EN ROUGE. 

L’altitude  maximum  est  de  1908  mètres,  étendu  depuis  750  mètres,  le  site  s’inscrit  dans  les  étages  de 
végétation supra‐méditerranéenne, montagnarde et subalpine. 

 
FIGURE 7 ‐ LES ETAGES ALPINS 

   

16 
 
 
FIGURE 8 ‐ MESURES ET COUPES 

 
FIGURE 9 ‐ COUPE ALTIMETRIQUE AB 

 
FIGURE 10 ‐ COUPE ALTIMETRIQUE CD 

17 
 
Modélisation du relief sur le secteur étudié 

Source IGN BDAlti , EEA Europa et Data.gouv avec traitement sous QGIS – ImageJ & Excel – Chaque carré fait 
75 x 75 mètres – Courbes isométriques 100 mètres 

18 
 
De cette modélisation 3D, sur le territoire étudié, nous pouvons générer une courbe hypsométrique (fig. 11) 
permettant d’analyser la proportion de surface par tranche d’altitude. 

2000

1800

Altitude en mètres 1600

1400

1200

1000

800

600
0,00% 10,00% 20,00% 30,00% 40,00% 50,00% 60,00% 70,00% 80,00% 90,00% 100,00%
 
FIGURE 11 ‐ COURBE HYPSOMETRIQUE DU TERRITOIRE ETUDIE % CUMULE DE LA SURFACE 

L’altitude médiane du bassin est égale à 1060 mètres tandis que l’altitude moyenne est de 1112 mètres. 

La courbe générée montre un profil qui, en le comparant avec des profils types, est caractéristique d’un bassin 
jeune très érosif. 

Cette analyse présente un biais car deux exutoires sont étudiés mais le bassin‐versant de l’exutoire ouest n’est 
pas complet, la découpe arbitraire du territoire ne suivant pas exactement les pourtours des bassins. 

En  me  référant  au  « Schéma  régional  d'aménagement  Préalpes  du  sud »  page  15  pour  un  découpage  plus 
précis des étages alpins et en considérant toute le territoire étudié comme une zone d’adret, j’ai pu calculer 
les surfaces respectives par compartiment bioclimatique (fig.12). 

0,51 0,15

1,81

2,83

14,18

Supraméditerranéen Montagnard inférieur Montagnard moyen


Montagnard supérieur Subalpin
 
FIGURE 12 ‐ REPARTITION DES COMPARTIMENTS BIOCLIMATIQUES SUR LE TERRITOIRE (EN KM²). 

Cette répartition est intéressante à plus d’un titre. Elle permet de définir quelle est l’étage le plus présent sur 
le territoire et d’en déduire la flore associée. 

Sur cette base il est possible, dans un cadre apicole, de déterminer le potentiel en plantes mellifères et d’établir 
un calendrier des floraisons précis. Le potentiel, suite à un comptage effectuer in‐situ sur une surface type, 
peut se caractérisé par n occurrences d’un type à l’hectare extrapolé au km². Ce qui pourrait, fonction de la 
plante ciblée, permettre d’estimer la récolte envisageable sur le territoire.   

19 
 
Géologie & ressources minérales 
Le  massif  du  Blayeul  fait  partie  de  l’unité  géologique  « Préalpes  de  Digne ».  Composé  de  marnes‐calcaires 
(violet foncé) supportées par des calcaires argileux (violet clair) du secondaire (fig.13), les « Quatres Termes » 
sont un immense réservoir d’eau. En effet, l’eau d’infiltration est arrêtée par la couche de calcaire argileux, 
s’accumule et rejailli au niveau de cette couche (contact violet foncé – violet clair) par de nombreuses sources. 

 
FIGURE 13 ‐ CARTE GEOLOGIQUE SIMPLIFIEE DES ENVIRONS DU VERNET ET DE BEAUJEU. REDESSINEE SUR LA BASE DE LA CARTE GEOLOGIQUE D'ENSEMBLE DES ALPES 
OCCIDENTALES, DU LEMAN A DIGNE, AU 1/250.000°", PAR M.GIDON (1977), PUBLICATION N° 074 

 
FIGURE 14 ‐ LEGENDE DE LA CARTE GEOLOGIQUE 

Les marnes étant sensibles à l’eau, le terrain est très sensible aux eaux de ruissèlement, ce qui explique la 
forme du relief  aux talwegs très prononcés  mais aux sommets adoucis.  En absence  de  couvert végétal,  la 
déformation des marnes provoque des glissements de terrain et la formation des ravines (zone grises visible 
sur la photo ci‐dessous). 

20 
 
 
FIGURE 15 ‐ VUE AERIENNE (SOURCE GEOPORTAIL) 

Les ressources minérales sont : 

‐ Le gypse > matière première du plâtre 
‐ Le calcaire > matière première de la chaux 

Il est à noter que quelques tentatives d’exploitation d’occurrence de charbon et de plomb ont été faites aux 
nord‐ouest du massif du Blayeul. 

   

21 
 
Réseau hydrographique 

 
FIGURE 16 ‐ LE CHEVELU HYDROGRAPHIQUE  (SOURCE GEOPORTAIL) 

Les eaux de sources et de ruissellement (fig. 16) modèlent ce bassin‐versant. De multiples petits ruisseaux 
permanents ou intermittents participent à l’érosion des versants et à la création de petits talwegs difficilement 
pénétrables. Ces ruisseaux se rejoignent pour former deux affluents torrentiels de la Bléone : 

 A l’ouest : Le Riou et le Galimagne son affluent 

 
FIGURE 17 ‐ PROFIL ALTIMETRIQUE DU TORRENT « LE RIOU » 

22 
 
 
FIGURE 18 ‐ PROFIL ALTIMETRIQUE DU TORRENT « LE GALIMAGNE » 

 A l’est : Le Merderic 

 
FIGURE 19 ‐ PROFIL ALTIMETRIQUE DU TORRENT « LE MERDERIC » 

Une seule source est captée (point bleue sur la carte ci‐dessus) et alimente le hameau de Boullard.

23 
 
Pédologie du territoire 
La faible résistance à l’érosion du substrat (marnes‐calcaire et calcaire argileux), les effets de gel et dégel, la 
topographie accidentée, empêche une maturation des sols dans les zones à forte pente et à faible couvert 
végétal. 

En présence d’un couvert forestier, le sol est plus ou moins protégé en fonction de la pente. 

Les  zones  les  plus  préservées  sont  localisées  sur  des  crêtes  fortement  érodées  et  aplaties,  dans  des  zones 
anciennes  travaillées  par  l’homme  et  dans  les  exutoires  larges  des  affluents  de  la  Bléone  (fig.  20).  En 
l’occurrence,  le  seul  satisfaisant  cette  condition  est  l’exutoire  du  « Le  Merderic ».  Ses  zones  ainsi  que  les 
secteurs boisés à pente moyenne ou faible sont propices à la formation d’humus car faiblement remaniées. 

La  prédominance  du  calcaire  génère  des  sols  carbonatés.  En  fonction  du  substrat  rocheux,  la  texture  sera 
limoneuse  en  terrain  marno‐calcaire  et  argilo‐limoneuse  en  terrain  calcaire‐argileux.  Si  les  conditions  sont 
réunies l’humus  se maintiendra in‐situ permettant la maturation du sol. 

 
FIGURE 20 ‐ ZONES PEU ERODEES ET TERRAIN STABILISE (FOND GEOPORTAIL) 

   

24 
 
Cette division du territoire est à mettre en perspective avec le Registre Parcellaire Graphique 2012 présenté 
ci‐dessous. 

 
FIGURE 21 ‐ REGISTRE PARCELLAIRE GRAPHIQUE 2012 

   

25 
 
Climat 
DONNEES METEOROLOGIQUE DE LA STATION D’EMBRUM 2000‐2013 ‐ SOURCE METEO FRANCE,  INFOCLIMAT ET METEO CIEL 

A défaut de pouvoir avoir les données météo de Digne les Bains, la station météo d’Embrun (40 km au Nord 
du territoire) a servi de référence (fig. 22). Toutefois, le site web Climate‐Data fournit un modèle climatique 
pour Beaujeu (fig. 23). 
Le  climat  est  de  type  méditerranéen  de  montagne  (très  froid  l’hiver,  orageux  l’été).  L’ensoleillement  est 
important ce qui a permis à l’habitat de s’implanter en altitude. 
La température moyenne annuelle à 1000 mètres est de 8 à 9 °C, 0°C en hiver et 18 à 19°C en été. 
L’amplitude thermique diurne est élevée, 10°C en hiver et 15°C en été. La faible humidité de l’air explique ces 
fortes variations. 
Il gèle plus de 100 jours par an en montagne. 
90 25

80

70 20
Cumul des préci^pitations en mm

60

Température en °C
15
50

40
10
30

20 5
10

0 0
janv. fev. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. dec.
 
FIGURE 22 – DIAGRAMME OMBROTHERMIQUE (MOYENNES) POUR EMBRUN 2000 ‐2013 

100 25
90
20
Cumul de précipitation en mm

80
70
Température en °C

15
60
50 10
40
5
30
20
0
10
0 ‐5
janv. fev. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. dec.

Cumul mensuel précipitations Températures moyennes
Températures minimales Températures maximales
 
FIGURE 23 – MODELE CLIMATIQUE OMBROTHERMIQUE POUR BEAUJEU 

Le cumul annuel des précipitations est estimé à 831 mm. Celles‐ci sont brutales et irrégulière, surtout en été. 
Le creux estival des précipitations, caractéristique d’un climat méditerranéen, est influencé par l’altitude et 
l’exposition.  Quelques  orages  d'été  tempèrent  donc  la  sécheresse.  Le  régime  saisonnier  est  de  type  APHE 
(Automne – Printemps – Hiver – Eté). 
Selon la classification Köppen‐Geiger, le climat des de type Cfb climat tempéré chaud sans saison sèche ayant 
un été tempéré. 

26 
 
Le département des Alpes de Haute Provence est l’un des plus orageux de France. Les précipitations sont de 
deux types : le plus souvent des pluies de courte durée (quelques heures) et d'intensité moyenne, et d'autres 
plus courtes (quelques minutes) et d'intensité forte (supérieure à 60 mm/h), notamment lors des orages. 
Les hivers sont froids et peu enneigés. On note environ 120 jours de gel par an; un dégel superficiel journalier 
peut se produire sur les versants exposés au sud.  
La neige tombe en moyenne de novembre à mai. La limite de l’enneigement continu pour le mois de janvier 
est en moyenne de 1000 à 1200 mètres à l’ubac et de 1300 à 1600 mètre à l’adret, cette limite est légèrement 
plus basse sur les massifs à l’ouest et au nord du département. 
Le vent souffle environ 50 jours par an, le relief fait varier fortement la puissance de celui‐ci. 
L'ensoleillement important (fourchette annuelle de 2550 à 2650 heures), la faible capacité de stockage de l'eau 
au  niveau  du  substrat  et  l'irrégularité  des  précipitations  constituent  des  conditions  défavorables  au 
développement  de  la  végétation.  A  cela  s'ajoutent  des  températures  au  sol  très  élevées  :  en  juillet,  des 
températures de 70°C ont été relevées. 

L’habitat 
L’habitat ancien est présent et est localisé aux 
hameaux : 

 De Boullard (partiellement en ruine) – 
Hameau majeur du bassin (Chapelle – 
Ecole) 
 De la Sausée (totalement en ruine) sert de 
stabule 
 De la Bouse (totalement en ruine) sert de 
stabule 
 De la Bouisse‐Basse (totalement en ruine) 
sert de stabule 
 De la Bouisse‐Haute (totalement en ruine) 

La carte de France du XVIIIème siècle (fig. 24), dite 
de Cassini, atteste de l’ancienneté de l’habitat. 

  FIGURE 24 ‐ CARTE DE CASSINI SUR LE SECTEUR

 
 
 
Quelques granges, cabanes de berger et abri sont dispersés (en 
vert). 

Dans  la  partie  sud  du  territoire,  le  hameau  de  « Chaudol »  est 
habité à l’année. Proche de « La Javie » et de la D900 ce hameau 
est  très  facilement  accessible  à  l’année  contrairement  aux 
hameaux susnommés qui ne sont accessibles que par sentier ou 
piste (fig. 25). 

Par exemple, le Hameau de Boullard n’est accessible que par 3,4 
km de piste peu à non praticable l’hiver. 

Nous  pouvons  constater  que  ces  zones  d’habitat  coïncident 


parfaitement avec la localisation des zones peu érodées ainsi que 
celle des terrains stabilisés. 

   
FIGURE 25 ‐ LOCALISATION DES HABITATS (GRIS FONCE) ET 
STABULES (VERT) 

27 
 
De plus, la nature du terrain commandant le mode constructif, ces hameaux et stabules (fig. 26) sont construits 
avec les roches sous‐jacentes (Schistes calcaires et calcaires) et les façades crépies au plâtre gros (mélange 
grossier de gypse et calcaire cuit dans un four à chaux). 

 
FIGURE 26 ‐ ANCIENNE MAISON SUR STABULE. LA SAUSEE 

La répartition de l’habitat défini le parcellaire du territoire. En effet, le parcellaire (fig. 27) est dense (zone 
verte) autour des zones d’habitation, de culture et axes de communication. Le parcellaire est relâché sur les 
zone au relief marqué ou à fort couvert forestier. A noter que l’ubac des « Adrets » est fortement parcellisé 
malgré le couvert forestier et la mauvaise orientation. Il est possible que ces parcelles aient été la réserve de 
bois des anciens habitants de la Bouisse Haute et Basse. 

Le parcellaire 
www.cadastre.gouv.fr ‐ http://www.geoportail.gouv.fr/ ‐ http://archivesenligne.archives04.fr/ 

Le  parcellaire  permet  de  découvrir 


des zones initialement de pâture ou 
de culture qui, au fil des années, par 
manque  d’entretien  ou  disparues. 
Néanmoins, sur photos aériennes, il 
est possible de retrouver trace des 
limites  entre  ces  parcelles,  la 
végétation étant plus marquée. 

Le  relief  étant  prononcé  sur  le 


territoire  étudié,  il  est  intéressant 
de remarquer la forte présence de 
la main de l’homme dans les zones 
à forte densité parcellaire. En effet 
afin d’étendre la surface disponible 
aux  cultures  et  de  limiter  l’érosion 
et  donc  la  dispersion  des  terres 
arables, ces zones ont été modelées 
en terrasses plus ou moins larges en 
fonction de la pente. 

Le  manque  d’entretien  depuis  une 


soixantaine  d’année  ainsi  que  la 
pression  des  terrains  en  amont 
entrainent  la  disparition  FIGURE 27 ‐ LE PARCELLAIRE SUR FOND RELIEF 
progressive de celles‐ci. 

28 
 
Les axes de communication 
Le relief commande les axes de pénétration (fig. 28). 

 Par le sud l’axe part de la Javie (D900), passe par le 
hameau de Chaudol, suit le cours du Merderic afin 
d’atteindre  le  col  au  nord‐est  des  Adrets.  Ce  col 
commande l’accès aux hameaux de la Bouisse, de 
la  Bouse  et  de  Boullard. 
Cette  voie  de  communication  entretenue 
jusqu’aux  années  1950  reste  praticable  de  nos 
jours en petits véhicules tout‐terrain de type quad. 
 
 Par le Nord, l’axe monte de la D900 vers le col de 
Boullard.  Celui‐ci  permet  l’accès  direct  vers  le 
hameau du même nom. Ce hameau comme nous 
avons  pu  le  voir  sur  les  cartes  Cassini  et  d’Etat‐
Major, était et reste encore de nos jours le hameau 
principal du bassin.  
De celui‐ci, la descente vers la Bouse est directe et 
l’accès vers le hameau de la Sausée se fait par un 
chemin praticable exclusivement à pied. 
La piste Nord (D900 – Boullard)  est entretenue par 
la  Commune  de  Beaujeu  ainsi  que  par  le 
département des Alpes de Haute Provence, celle‐
ci  desservant  le  relais  hertzien  du  Sommet  des 
Quatres Termes. 

FIGURE 28 ‐ SCHEMATISATION DES AXES DE COMMUNICATION

  

La  carte  d’Etat‐Major  (1820‐1866)  est  une 


source  d’information  précieuse  en  ce  qui 
concerne  l’habitat  et  les  anciennes  voies  de 
communication (fig. 29). 

L’étude  de  celle‐ci  sur  ce  territoire  permet  de 


redécouvrir  des  chemins  ainsi  que  des 
constructions (moulin) aujourd’hui disparus. 

La lecture de cette carte montre qu’hormis trois 
sentiers et un moulin aujourd’hui introuvables, 
les autres bâtis et chemins sont toujours connus 
et praticables. 
 

FIGURE 29 ‐ CARTE D'ETAT‐MAJOR ‐ EN ORANGE LES CHEMINS ET 
CONSTRUCTION DISPARUS 

29 
 
Le couvert végétal 
Sources : Inventaire Forestier ‐ ONF – Inventaire National du Patrimoine Naturel 

La forêt 
Le  canton  de  la  Javie  est  assis  sur  deux 
sylvoécorégions.  Au nord de la commune 
de Beaujeu et de Prads‐Haute‐Bléone nous 
sommes en zone « Alpes intermédiaires du 
Sud »  tandis  que  le  reste  du  canton  est 
classifié en zone « Alpes externes du Sud ». 
Ce partage est fonction du relief. En effet le 
Nord  du  Canton  est  une  zone  de  haute 
montagne avec des sommets culminants à 
3000 mètres. 

Le territoire est bordé à l’est et au sud de 
forêt communales (Beaujeu, Le Brusquet) 
et à l’ouest de forêts domaniales (fig. 30). 

Pinèdes de Pin noir (Pinus nigra) et de Pin 
sylvestre  (Pinus  sylvestris),  bois  de  Chêne 
pubescent  (Quercus  humilis),  hêtraies 
mésophiles,  garrigues,  landes  et  prairies 
sèches  supra‐méditerranéennes  et 
montagnardes,  prairies  subalpines, 
fruticées  sèches,  pelouses  et  rocailles  de 
FIGURE 30 ‐ INVENTAIRE FORESTIER ONF 
crêtes, éboulis et escarpements composent 
la palette végétale et minérale du site (fig. 31). 

Peuplement 

 Pineraie sylvestre : formation la plus représentée dans la région (plus de 30 %) ; son tempérament de 
pionnier a amené le pin sylvestre à couvrir tous les étages du supraméditerranéen au montagnard, à 
l’occasion  de  l’abandon  progressif  des  terrains  agricoles  et  des  parcours.  Sur  les  terrains  calcaires 
dominants  faiblement  décalcifiés,  il  ne  donne  malheureusement  que  des  produits  généralement 
médiocres. 87 % des peuplements (en classe 2 et 3) ne dépassent pas 11.6 m à 50 ans et les volumes 
ha  moyens  sont  de  l’ordre  de  100  à  150  m3.  Les  dépérissements  actuels  (gui  +  sécheresse)  sont 
inquiétants. Dans beaucoup de cas, on observe une remontée biologique du chêne pubescent dans le 
supraméditerranéen et du hêtre dans le montagnard. Sur les grès et sur terrains décarbonatés, par 
contre, il peut former dans le montagnard des peuplements de qualité. 
 Pineraie noire : formation d’origine anthropique, issue des reboisements en pin noir du XIXe siècle 
spécifiques  des  Préalpes,  elle  représente  plus  de  20  %  de  la  surface  boisée.  En  futaie  régulière, 
omniprésente dans les forêts domaniales, elle a parfaitement joué le rôle de protection pour lequel 
elle avait été introduite et a contribué fortement à la restauration d’écosystèmes dégradés. Dominant 
sous forme de futaies régulières âgées de 100 à 120 ans (volumes/ha moyens de 150 à 200 m3 avec 
un  arbre  moyen  de  faible  dimension),  son  renouvellement  ou  son  remplacement  par  le  chêne 
pubescent dans le supraméditerranéen et le hêtre dans le montagnard constitue l’enjeu principal pour 
les forêts domaniales. 
 Chênaie  pubescente  :  traitée  en  taillis,  elle  couvre  d’importantes  surfaces  dans  le 
supraméditerranéen, près de 20 % de la surface boisée. Le chêne pubescent est très apprécié en bois 
de chauffage. Les taillis moyens ont des volumes/ha variant de 40 à 100 m3. La dynamique actuelle de 
recolonisation des pineraies sylvestres et noires par cette chênaie est en général à accompagner. 

30 
 
 Hêtraie : essence montagnarde issue de peuplements traités souvent en taillis jusqu’aux années 1940, 
elle occupe des versants souvent difficiles d’accès. Elle forme actuellement des taillis vieillis ou des 
futaies sur souche sur un peu plus de 10 % de la surface boisée. Elle tend actuellement à recoloniser 
les pineraies de l’étage montagnard. La fertilité générale, moyenne à faible des stations donne des 
peuplements de hauteur comprise entre 10 et 16 m à 60 ans (volume compris entre120 et 200 m3/ha) 

 
FIGURE 31 ‐ LES TYPES DE FORMATIONS VEGETALES SUR LE TERRITOIRE SOURCE : INVENTAIRE FORESTIER V2 

   

31 
 
Le couvert forestier a été fortement remanié. En effet, durant le XVIIIème et XIXème siècle, le couvert forestier 
a  été  fortement  endommagé  par  les  coupes  continues  de  bois  (construction,  chauffage,  four  à  chaux…) 
entrainant une érosion préoccupante des versants causant des coulées de boues et embâcles catastrophiques. 
Sur  l’impulsion  de  Prosper  DEMONTZEY  (1831‐1898),  le  reboisement  débute  fin  XIXème  et  se  poursuit 
aujourd’hui sous la direction de l’ONF (Maison Forestière du Labouret à 3 km au nord du territoire). 

Les photos ci‐dessous, illustrent le travail de reboisement effectué début XXème. 

 
FIGURE 32 ‐ LE COL DU LABOURET EN 1900 
5 KM AU NORD DU TERRITOIRE ETUDIE 

 
FIGURE 33 ‐ VUES DU MEME SECTEUR 1900 ‐ 2014 

 
FIGURE 34 ‐ MONUMENT DEMONTZEY – COL DE LABOURET  
5 KM AU NORD DU TERRITOIRE ETUDIE 

   

32 
 
Milieux remarquables 

SOURCE : Inventaire National du Patrimoine Naturel 

Le site compte trois habitats déterminants : les éboulis calcaires fins thermophiles à Ibéris de Decandolle (Iberis 
nana) [Iberidetum candolleanae], habitats de très grand intérêt botanique et caractérisé par une flore riche en 
plantes endémiques des Alpes sud‐occidentales, les matorrals arborescents à Genévrier thurifère (Juniperus 
thurifera)  [Amelanchiero  ovalis‐Juniperetum  thuriferae]  et  les  hêtraies  et  hêtraies‐sapinières  neutrophiles 
méridionales des Alpes du sud à Trochiscanthe à fleurs nues (Trochiscanthes nodiflora) [Fagion sylvaticae – 
Trochiscantho‐fagetum]. 

 
FIGURE 35 ‐ ROMARIN 

Six autres habitats remarquables sont également présents avec les formations végétales des rochers et falaises 
calcaires  [Potentillion  caulescentis  et  Violo  biflorae‐Cystopteridion  fragilis],  les  éboulis  calcaires  alpins,  à 
éléments moyens, à Tabouret à feuilles rondes (Noccaea rotundifolia) [Thlaspion rotundifolii], qui possèdent 
de nombreuses espèces endémiques des Alpes sud‐occidentales, les landes épineuses oro‐méditerranéennes 
à Astragale toujours verte (Astragalus sempervirens) [Ononidion cenisiae], les pelouses écorchées à Avoine 
toujours  verte  (Helictotrichon  sempervirens)  des  Alpes  du  sud  [Ononido  cristatae‐Helictotrichenion 
sempervirentis], dont certaines sont caractérisées par la présence de l’Avoine des Apennins (Avenula versicolor 
subsp.  praetutiana),  et  les  bas‐marais  alcalins  à  Laîche  de  Davall  (Carex  davalliana)  [Caricion  davallianae], 
formations très ponctuelles sur le site. 

 
FIGURE 36 ‐ LAVANDE A FEUILLES ETROITES 

Parmi les autres habitats d’intérêt patrimonial marqué, le site compte les éboulis thermophiles à Calamagrostis 
argenté (Achnatherum calamagrostis) [Stipion calamagrostis] et les prairies sèches méso‐xérophiles à Brome 
dressé (Bromus erectus) [Mesobromion erecti]. 

 
FIGURE 37 ‐ THYM 

Par ailleurs, les formations arbustives et sous‐arbustives, généralement associées à la dynamique succédant 
aux pelouses et prairies, comprennent un certain nombre d’habitats remarquables ou représentatifs parmi 
lesquels  figurent  :  les  garrigues  supra‐méditerranéennes  à  Thym  (Thymus  vulgaris)  [Helianthemo  italici‐
33 
 
Aphyllanthion monspeliensis], les landes supra‐méditerranéennes et oro‐méditerranéennes à Genêt cendré 
(Genista  cinerea)  et  Lavande  à  feuilles  étroites  (Lavandula  angustifolia)  [Lavandulo  angustifoliae‐Genistion 
cinereae], ainsi que les fruticées d’arbustes divers [Berberidion vulgaris]. Les pinèdes sylvestres sèches supra‐
méditerranéennes  [Cephalanthero  rubrae‐Pinion  sylvestris]  comptent  également  parmi  les  habitats 
représentatifs du site. 

Flore 

Le  site  comprend  cinq  espèces  végétales  déterminantes,  dont  deux  sont  protégées  au  niveau  national  : 
l’Ancolie de Bertoloni (Aquilegia bertolonii), superbe renonculacée endémique liguro‐provençale, et l’Inule à 
deux  faces  (Inula  bifrons),  rare  composée  à  fleurs  jaunes  des  lisières  et  broussailles  sèches,  et  deux  sont 
protégées en région Provence‐Alpes‐Côte d’Azur : l’Ibéris de Decandolle (Iberis nana), crucifère endémique 
delphino‐provençale des éboulis calcaires d’altitude des Alpes sud‐occidentales, et la Lunaire vivace (Lunaria 
rediviva).  L’Euphorbe  de  Canuti  (Euphorbia  hiberna  subp  canutii)  constitue  la  cinquième  espèce  végétale 
déterminante du site. 

 
FIGURE 38 ‐ ANCOLIE DE BERTOLONI ‐ EUPHORBE DE CANUTI 

Par ailleurs, il abrite quarante‐trois autres espèces végétales remarquables. Celles‐ci se répartissent dans des 
milieux divers tels que les pelouses sèches, les zones rocailleuses, les habitats humides et les boisements. Les 
pelouses et formations herbacées hébergent notamment l'Arnica des montagnes (Arnica montana), l'Astragale 
du Danemark (Astragalus danicus), la Croisette du Piémont (Cruciata pedemontana), l'Avoine toujours verte 
(Helictotrichon sempervirens) graminée des pentes sèches écorchées, endémique des Alpes sud‐occidentales, 
la Pédiculaire chevelue (Pedicularis comosa), ou encore l’Orchis grenouille (Coeloglossum viride). Les milieux 
rocheux  sont  particulièrement  riches  en  plantes  patrimoniales  avec  la  Saxifrage  à  feuilles  en  languettes 
(Saxifraga callosa), la Crépide naine (Crepis pygmaea), le Genévrier thurifère (Juniperus thurifera) ou encore 
la Scrophulaire du Jura (Scrophularia canina subsp juratensis). Enfin, les forêts hébergent la Listère à feuilles 
ovales  (Listera  ovata),  les  Céphalanthère  pâle  (Cephalanthera  damasonium)  et  Cephalanthère  à  longues 
feuilles (Cephalanthera longifolia), ou encore la Goodyère rampante (Goodyera repens). 

 
FIGURE 39 ‐ ARNICA DES MONTAGNES & GENEVRIER THURIFERE 

   

34 
 
Faune 

Ce  massif  héberge  un  patrimoine  faunistique  relativement  intéressant,  avec  neuf  espèces  animales 
patrimoniales, dont trois sont déterminantes. 

L’avifaune nicheuse de ce massif s’illustre par la présence de diverses espèces intéressantes comme L’Aigle 
royal (Aquila chrysaetos), la Perdrix bartavelle (Alectoris graeca), le Traquet oreillard (Oenanthe hispanica), le 
Gobemouche gris (Muscicapa striata) et la Pie‐grièche écorcheur (Lanius collurio). 

 
FIGURE 40 ‐ LES OISEAUX CITES CI‐DESSUS DANS L'ORDRE 

Quant  aux  Invertébrés,  ils  comprennent  en  particulier  le  Carabe  doré  (Carabus  (Autocarabus)  auratus 
honnorati),  espèce  déterminante  dite  «  vulnérable  »  de  Carabidés,  protégée  en  France  et  endémique  de 
Provence où on ne le trouve que dans quelques stations du Var, du Vaucluse et des Alpes de Haute‐Provence, 
dans les champs, les cultures et les jardins, là où l’intensification de l’agriculture, avec en particulier l’utilisation 
intensive  de  pesticides  et  d’insecticides,  ne  l’a  pas  éliminé,  le  Carabe  de  Solier  (Carabus  (Chrysocarabus) 
solieri),  espèce  déterminante  dite  «  vulnérable  »  de  Coléoptères  Carabidés,  très  localisée  et  en  régression 
marquée,  endémique  de  Provence,  du  sud‐ouest  des  Alpes  et  de  Ligurie  (endémique  franco‐italien), 
recherchant les hêtraies, chênaies, châtaigneraies et pinèdes humides, notamment en terrain argilo‐siliceux, 
recouvert d’une épaisse couche de feuilles mortes et d’humus, les éboulis et les pierriers entre 100 et 2500 m 
d’altitude,  et  chez  les  Mollusques  Gastéropodes,  signalons  la  présence  de  la  Clausilie  rugueuse  (Clausilia 
rugosa reboudii), espèce remarquable de Clausilidés, endémique de la France méridionale, et de Chondrina 
megacheilos  caziotana,  Chondrininés  Chondrinidés,  protégée  en  France,  d’affinité  méditerranéenne, 
endémique des Alpes méridionales françaises (Alpes de Haute‐Provence et Alpes‐Maritimes), entre 1000 et 
1500 m d’altitude. 

 
FIGURE 41 ‐ CARABE DE SOLIER (CARABUS (CHRYSOCARABUS) SOLIERI) 

   

35 
 
Aperçu de la palette végétale du territoire 

Afin d’illustrer la diversité végétale sur le territoire, j’ai placé quelques espèces et habitus remarquables sur 
une vue aérienne. 

 
FIGURE 42 ‐ QUELQUES ESPECES DANS LEUR CONTEXTE 

   

36 
 
Les parcs et zones protégées 
Cette grande diversité de faune, de flore et géologique a entrainé le classement de certaine zone du canton 
comme décrit dans l’illustration ci‐dessous. 

 
FIGURE 43 ‐ LES PARCS ET ZONES PROTEGEES 

La classification Natura 2000 d’une partie du territoire et du canton, donne lieu à un contrat entre le préfet et 
toute personne morale ou physique, publique ou privée  titulaire de droits réels et personnels sur des terrains 
inclus dans un site classé Natura 2000 permettant, hors contexte agricole, l’exonération de taxe foncières sur 
les terrains non bâtis. 

En ce qui concerne les agriculteurs, une mesure agroenvironnementale territorialisée (MAET), combinaison 
d’un  ensemble  d’obligations  et  d’une  rémunération  qui  couvre  les  coûts  supplémentaires  et  le  manque  à 
gagner, leur est proposée ouvrant droit à des subventions assorties d’obligations : 

 pratique agricole favorable à l’environnement, action ou absence d’action que l’exploitant s’engage à 
respecter dans le cadre de la MAE. Pour chaque obligation sont définis les points de contrôle et le 
régime de sanction correspondant. L’obligation va au‐delà des bonnes pratiques réglementaires.  

Obligations qui sont basées sur un cahier des charges national régionalisé portant sur : 

 Systèmes fourragers à bas niveaux d’intrants (dispositif C)  
 Conversion à l’agriculture biologique (dispositif D)  
 Maintien de l’agriculture biologique (dispositif E)  
 Protection des races menacées de disparition (dispositif F)  
 Préservation des ressources végétales menacées d’érosion (dispositif G)  
 Amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles (dispositif H)    

37 
 
Lecture de paysage 
Les points de prise de vue ont été reportés sur la carte du territoire (fig. 44). Notés de A à D, elles recoupent 
la majeure partie du bassin. 

 
FIGURE 44 ‐ LES LIEUX DE PRISE DE VUE 

38 
 
Photo A 

 
FIGURE 45 ‐ LECTURE DE PAYSAGE ‐ PHOTO A 

Dirigée sud sud‐est, la vue s’ouvre sur une large vallée décrivant le bassin‐versant est du Blayeul. 

Le relief est aplati par l’angle de la prise de vue. Néanmoins, le paysage est fortement marqué par le relief 
comme la déclivité du premier plan le suggère. Hormis au centre, dans le coin haut droit et sur l’avancée du 
mouvement de relief partant du milieu gauche de la photo, la végétation présente un faciès très forestier et 
uni. 

Le tout  premier plan est un exemple de prairie subalpine surmontant l’étage forestier à conifères. Le  plan 


central, outre le fait qu’il illustre une division du terrain par les nombreux ruisseaux et les talwegs, offre un 
exemple de forêt méditerranéenne à base de pin sylvestre chêne pubescent et pin noir. 

Les terres noires (calcaires argileux) se détachent fortement dans le paysage et marque bien les zones de forte 
érosion. Ces zones sont orientées Ouest, les couches géologiques étant relevées vers l’ouest. 

La ligne claire partant du centre de la photo et montant vers la droite délimité le petit massif « les Adrets ». 

Quelques taches de prairies et de cultures se détachent, la première immédiatement en bas à gauche de la 
photo marque l’emplacement des pâtures de « La Sausée », celles partant du milieu gauche laissent apercevoir 
quelques habitations « Boullard » et lignes végétales dessinées par l’homme. La ligne la plus marquée borde 
le  chemin  qui  monte  à  « La  Sausée »,  les  autres  bosquets  parsèment  la  prairie  sont  d’ancienne  haies  de 
délimitation de parcelles et arbres offrants aux troupeaux une protection. 

Le centre de la photo permet d’illustrer ce que pouvait‐être une bonne partie du paysage il y a 60 ans, en effet 
nous  pouvons  y  voir  des  prairies  clairement  délimités  par  des  haies  ainsi  qu’une  construction  qui  sert  de 
stabule aux troupeaux. C’est « le Villaron » situé sur le versant ouest de « Serre‐Gros ». 

39 
 
Plus loin dans la vallée, nous pouvons apercevoir « Chaudol » et une partie du village de « La Javie ». Cette 
zone est l’exutoire du torrent « Merderic » affluent de La Bléone. Celle‐ci est visible et délimite une zone milieu 
droit de la photo qui peut être caractérisée en polyculture‐élevage. 

Au dernier plan, le massif Montagne du Cheval Blanc (2323 mètres) et celui du Couard (1988 mètres) ferme 
l’horizon. 

Néanmoins, la prise de vue illustre l’ouverture de ce bassin‐versant plein sud. 

Photo B 

 
FIGURE 46 ‐ LECTURE DE PAYSAGE ‐ PHOTO B 

Dirigée vers l’est, cette prise de vue est centrée sur le hameau de « Boullard ». Prise de la cabane des Ajustat 
(1500 mètres), la vue plonge sur ce hameau situé à 1170 mètres d’altitude. Les arbres au premier plan, des 
hêtres, sont le dernier étage forestier à cet endroit. Les lignes de végétations aperçues sur la photo A sont 
parfaitement visibles. Ces alignements de feuillus délimitent les chemins ainsi que quelques parcelles. L’habitat 
est très ramassé, le hameau n’est pas dispersé.  

Les prairies ne semblent pas utilisées en pâture, en effet la présence de multiples massifs d’arbustes suggère 
un manque d’entretien. 

L’arrière‐plan  présente  « Serre‐Gros »,  la  végétation  est  présente  (Pins,  Chênes  pubescents),  l’érosion  est 
parfaitement visible, le versant est divisé par de nombreux talwegs plus ou moins abruptes. Le trait clair au 
premier tiers haut de la photo marque l’emplacement d’une couche calcaire plus dure que les terrains sous‐

40 
 
jacents. La pente est plus marquée à cet endroit, les éboulis n’étant pas propice à un fort couvert végétal, la 
roche est visible. 

L’arrière‐plan présente la crête de « Serre‐Gros » sur un fond montagneux extrêmement boisé. 

Le paysage peut sembler « naturel », il n’en n’est rien. Le couvert forestier est récent (début XXème), la zone 
de « Serre‐Gros » et arrière‐plan ayant été reboisée sous l’impulsion de l’ONF. 

Photo C 

 
FIGURE 47 ‐ LECTURE DE PAYSAGE ‐ PHOTO C 

Prise en direction de l’ouest, cette photo détaille l’est du hameau de « Boullard » ainsi que les pentes du massif 
du « Blayeul » en montant vers le sommet des Ajustats. 

Nous  nous  situons  sur  la  ligne  de  crête  de  « Serre‐Gros »,  le  premier  plan  illustre  une  végétation 
méditerranéenne typique, mélange de pins et chênes pubescents dans une garrigue. Les genets sont visibles 
ainsi  qu’une  série  de  plantes  arbustives  (lavande,  thym  …).  Etant  sur  la  ligne  de  crête,  la  pente  bien  que 
marquée n’est pas forte. En effet, le sentier qui chemine du hameau vers la crête, emprunte les dénivelés les 
moins prononcés. 

Le mouvement de terrain au second plan supporte le hameau, comme sur la précédente photo, des lignes de 
végétations marquent l’emplacement de parcelles, l’alignement descendant vers la droite à partir du milieu 
gauche de la photo suit le chemin menant de « Boullard » à « la Bouse ». Les arbres sont en majorités des 
feuillus. 

La piste qui mène au col de Boullard est partiellement visible dans le quart haut droit de la photo. 

L’arrière‐plan  illustre  bien  l’intrication  des  mouvements  de  relief  dessinés  par  les  torrents  et  talwegs 
descendant  du « Blayeul ». La limite de  l’étage forestier n’est pas  clairement  marqué, en  effet des  prairies 
subalpines prennent place au milieu de la forêt dans les endroits à forte pente et faible profondeur de sol, les 
41 
 
arbres ne pouvant y prendre racine et se maintenir. Néanmoins sur le versant est du « Blayeul », au dernier 
plan, cette limite est marquée. 

Dans le coin haut gauche, un plateau se dessine, totalement végétalisé (genets, broussailles) il était encore 
utilisé il y a 30 ans comme pâture pour les bovins. Depuis, laissé à l’abandon, cette prairie a disparu. 

Photo D 

 
FIGURE 48 ‐ LECTURE DE PAYSAGE ‐ PHOTO D 

Cette dernière photo est dirigée vers le nord. Prise au téléobjectif du sommet du Couard (1988 mètres), celle‐
ci surplombe le territoire étudié. Le hameau de « Boullard », visible sur le mouvement de relief dans le quart 
haut gauche de la photo est à 13 km à vol d’oiseau. 

Le temps est à l’orage, le plafond est relativement bas (+‐ 1700 m) et l’atmosphère brumeuse, cette dernière 
impression étant amplifiée par la distance. 

Le premier plan ne présente la ligne de crête d’un relief intermédiaire, sans intérêt pour l’étude. 

S’ouvre immédiatement après, la vallée, avec les pâtures du « le Villaron ». Les alignements d’arbre marque 
les parcelles mais cela est moins prononcé que sur la photo A. Les lignes sont discontinues et laisserai présager 
d’une réunion en même propriété de différentes parcelles. 

Le talweg du « Merderic » est parfaitement visible, partant du milieu bas, il monte vers le centre de la photo. 
La voie d’accès sud suit celui‐ci et passe par la prairie marquant le col au centre de la photo. 

Le versant ouest de « Serre‐Gros » est visible, tout comme l’interfluve descendant du sommet des « Quatres 
Termes » et marquant la limite nord du territoire. 

Autant la vue A montrait un espace ouvert, autant cette vue met en évidence le caractère fermé de ce territoire 
vers le nord. 

42 
 
La végétation est peu  caractérisable, le  manque de luminosité et  le temps brumeux ne  permettant  pas de 
détailler celle‐ci. 

Néanmoins,  nous  pouvons  observer  l’adret  des  « les  Adrets »  et  remarqué  que  ceux‐ci  sont  faiblement 
végétalisés pour la partie basse à forte pente tandis que la partie haute moyennement pentue semble couverte 
de garigue. 

Conclusion 
Territoire montagneux, au relief prononcé, cette vallée est largement ouverte au sud et fermée sur ses autres 
cotés. Découpé de nombreux talwegs, il peut être divisé en deux parties longeant le « Ravin du Riou » et le 
« Ravin de Merderic ». Fortement boisé avec une dominante pour l’association garigue – pin – chêne, ce terroir 
laisse peu de place aux pâtures. L’action de l’homme, encore nettement visible, s’estompe et rares sont les 
prairies  entretenues  pouvant  servir  aux  ovins  et  bovins.  L’habitat,  anciennement  dispersé,  est  maintenant 
concentré en fond de vallée, le long des axes de communication. 

Le  hameau  de  « Boullard »  reste  anecdotique,  celui‐ci  ne  devant  sa  conservation  à  sa  transformation  en 
hameau de vacance. Néanmoins, il reste le centre de la seule présence humaine dans ce territoire, « Chaudol » 
périphérique à celui‐ci étant rattachable au village de « la Javie ». 

Il s’agit donc d’une zone préservée, sans culture ni pollution de proximité, propice à une activité apicole. 

   

43 
 
   

44 
 
Les acteurs 

Présentation du canton de la Javie 
Intervenants monde administratif, politique et agricole 
Les niveaux administratifs et leurs représentants 

Niveau  Chef‐lieu ou  Code  Code  Surface 


Code  Nom 
administratif  …  géographique  postal  (km²) 
Provence‐Alpes‐Côte 
Région  93  Marseille        31400 
d'Azur 
Alpes‐de‐Haute‐ Digne‐les‐
Département  4  04     6925 
Provence  Bains 
Digne‐les‐
Arrondissement  3  Digne‐les‐Bains  04 3     2465 
Bains 
Canton  11  La Javie La Javie 04 11     306,87
9  Archail 04009  04420 12,99

Haute Bléone 
EPCI La CC de 

(240400507) 
24  Beaujeu 04024  04420 45,68
36  Le Brusquet 04036  04420 22,25
Communes 
72  Draix 04072  04420 23,04
97  LA JAVIE 04097  04420 37,27
155  Prads‐Haute‐Bléone 04155  04420 165,64
FIGURE 49 ‐ L'ORGANISATION ADMINISTRATIVE DU CANTON 

1. Préfecture de Région : http://www.paca.pref.gouv.fr/ 
2. Conseil Régional : Président M. Michel VAUZELLE http://www.regionpaca.fr/ 
 Membre de la Commission Agriculture, Forêt, Mer, Pêche et Littorale : Mme Danielle CLARIOND 
3. Préfet : Mme le Préfet Patricia WILLAERT http://www.alpes‐de‐haute‐provence.pref.gouv.fr/ 
4. Conseil Général : Président M. Gilbert SAUVAN http://www.cg04.fr/ 
5. Sénateur : M. Jean‐Yves ROUX (PS) jy.roux@cg04.fr 
• 2e Vice‐président du Conseil général 
• Délégué aux infrastructures routières et au patrimoine départemental 
• Membre de la commission "Aménagement du territoire" 
• Membre de la commission "Finances, patrimoine et administration générale" 
• Président de la Communauté de Commune de Haute‐Bléone 
‐ Suppléante :  
• Mme Nathalie AUZET 
ère
6. Député de la 1  circonscription de Digne les Bains : M. Gilbert SAUVAN (Socialiste Radical) 
 Membre de la  Commission Développement du Conseil Général (Agriculture) présidé par le 4ème Vice‐
président du Conseil Général M. Roland AUBERT 
7. ECPI « La CC de Haute‐Bléone » (240400507) L’Arzieras 04420 Le Brusquet 
 Président : M. Jean‐Yves ROUX – 04 92 35 49 63 ‐ communautecommunes.bleone@wanadoo.fr 
8. Maires 
 Archail (04009) 
‐ M. Maurice FERRARY ‐ 04 92 35 41 46 
 Beaujeu (04024) 
‐ Mme Brigitte BONNET ‐ 04 92 34 91 74 ‐ mairiedebeaujeu@yahoo.fr 
 Le Brusquet (04036) 
‐ M. Gilbert REINAUDO ‐ 04 92 35 69 00 ‐ mairie‐le‐brusquet@wanadoo.fr 
 Draix (04072) 
‐ Jean‐Marie BELTRANDO ‐ 04 92 35 40 85 ‐ mairie.draix@nordnet.fr 
 La Javie (04097) 
‐ M. Eric AUZET ‐ 04 92 34 91 76 ‐ mairie.javie@wanadoo.fr 

45 
 
 Prads‐Haute‐Bléone (04155) 
‐ M. Bernard BARTOLINI ‐ 04 92 34 90 81 ‐ prads.mairie04@hotmail.fr 

Le découpage cantonal va changer en 2015, et donc prévu un canton englobant les actuels cantons de La Javie, 
qui perdrait ainsi son caractère de chef‐lieu au profit de Seyne les Alpes. Le décret d’application n°2014‐226 
détermine la nouvelle entité dénommée canton n°13 constitué des communes de :  

 Archail  
Draix   Selonnet 
 Auzet  
Faucon‐du‐Caire   Seyne 
 Barles  
Gigors   Sigoyer 
 Bayons  
La Javie   Thèze 
 Beaujeu  
Melve   Turriers 
 Bellaffaire  
Montclar   Valavoire 
 Le Brusquet  
La Motte‐du‐Caire   Valernes 
 Le Caire  
Nibles   Vaumeilh 
 Châteaufort  
Piégut   Venterol 
 Clamensane  
Prads‐Haute‐  Verdaches 
 Claret  Bléone   Le Vernet 
 Curbans   Saint‐Martin‐lès‐
 
Seyne 
Cela donnera une grande entité s’étendant de Digne vers le Lac de Serre‐Ponçon et Gap. Gagnant d’un point 
de vue administratif et comptable, cette nouvelle entité couvrira des territoires à forte disparité de climat, 
végétation et relief. 

Les  barrières  géographiques  très  présentes  en  montagne  seront  autant  de  frein  à  la  bonne  gestion  de  ce 
nouveau canton. 

Organisations professionnelles agricoles 

 Chambre d’agriculture http://www.ahp.chambagri.fr/ 
Les activités techniques de la Chambre d’Agriculture sont organisées autour de 6 programmes 
techniques : 
‐ Elevage et pastoralisme 
‐ Productions végétales, environnement et développement durable 
‐ Aménagement et développement local 
‐ Formation 
‐ Services aux agriculteurs et multifonctionnalité 
‐ ODASEA (Installation – Transmission) 
Les activités des différents programmes sont discutées annuellement au sein des commissions 
professionnelles et du comité d’orientation. Après validation par le Bureau puis de la Session, ces 
programmes sont mis en œuvre par l’équipe technique de la Chambre d’Agriculture. 
66 boulevard Gassendi 
BP 117 
04004 DIGNE LES BAINS Cedex 
Tél : 04 92 30 57 57 Fax : 04 92 32 10 12 
Email : accueil@ahp.chambagri.fr 

Président : M. Frédéric ESMIOL 
Délégation de la Javie : SEGOND Sylvie, domiciliée à Prads‐Haute‐Bléone (04420) 

   

46 
 
 MSA http://www.msa‐alpesvaucluse.fr/lfr 
Fédération MSA Alpes Vaucluse 
25 bis avenue Commandant Dumont 
BP 79 
05015 Gap 
Tél : 04 92 40 11 00 
 Fédération départementale des CUMA des Alpes de Haute‐Provence http://www.cuma.fr/ 
Chambre d'Agriculture 66 boulevard Gassendi 
04004 DIGNE 
Email: cuma04@free.fr 
Téléphone: 04 92 30 57 69 
 
 Syndicat Apicole des Alpes de Haute Provence http://syndicat‐apicole04.fr/ 
Syndicat Apicole des Alpes de Haute Provence 
Chez Marie‐Pierre MARTIN 
Le Village 
04150 Montsalier 
Email : syndicat.apicole04@gmail.com 
Président : Fabrice MACCARIO (04 92 62 55 02) 

Associations 

 Association pour le développement de l’apiculture provençale http://www.adapi.itsap.asso.fr/ 
‐ EXPERIMENTATION 
 Expérimenter de nouvelles techniques apicoles 
 Connaître les miellées et les miels de Provence 
‐ ASSISTANCE TECHNIQUE ET ECONOMIQUE 
 Appui technico‐économique individuel 
 Appui technique auprès des apiculteurs pour la signature de Mesures Agri 
Environnementales, 
 Participation à la formation professionnelle des apiculteurs 
‐ ENJEUX ECONOMIQUES ET COMMERCIAUX 
Mène  avec  les  professionnels  une  véritable  politique  de  filière  en  créant  des  structures 
économiques  ou  en  investissant  dans  une  démarche  Qualité.  Ces  actions  visent  aussi  à 
favoriser la commercialisation des miels de Provence. 
Suscite  la  création  d’une  Coopérative  d’apiculteurs  qui  regroupe  aujourd’hui  plus  de  30 
professionnels, et pour laquelle l’ADAPI assure un rôle de conseil en cas de besoin. 
A l’origine de deux labels rouges pour le miel de lavandes et le miel toutes fleurs de Provence 
ainsi que de l'IGP (Indication Géographique Protégée) Miel de Provence.  
Assure leur gestion et leurs contrôles. 
Soutient les professionnels dans l'organisation d'actions de promotion (telles que les fêtes du 
miel ou le Salon international de l’agriculture) ou dans la mise en œuvre de projets comme La 
route des miels.  
‐ ANIMATION DES STRUCTURES REGIONALES  
L’ADAPI anime et coordonne l’activité des différentes structures qui la composent : 
 le CETA Alpilles Luberon, 
 le CETAPIALP pour les Alpes du Sud, 
 le CETA du Var, 
 le Syndicat des Apiculteurs Professionnels de Provence et les syndicats départementaux, 
 le Syndicat de Miels de Provence et des Alpes du Sud (SYMPAS), 
 le GRAPP Méditerranée (Groupement Régional des Apiculteurs Professionnels 
Pollinisateurs). 

47 
 
Chacune d’entre elles développe plus particulièrement un ou plusieurs thèmes qui correspondent aux 
affinités et aux préoccupations des apiculteurs adhérents. 

 APAL ‐ Association des Producteurs d’Huiles Essentielles de Lavande – AOC de Haute‐Provence ‐ 
http://www.lavande‐provence‐aoc.com/ 
route de St Christol 
84390 SAULT  
Tél : 04 75 28 53 52 
Président : M. Francis Vidal  
Email : francis.vidal@gmx.fr 
 
 CRIEPPAM – Centre Régionalisé d’expérimentation PPAM – http://www.crieppam.fr/ 
‐ EXPÉRIMENTATIONS AGRONOMIQUES 
Recherche  de  solution  de  lutte  contre  les  bioagresseurs  des  cultures  de  plantes  à 
parfum et aromatiques 
Recherche  d'amélioration  des  itinéraires  culturaux  des  plantes  à  parfum  et 
aromatiques 
Sélection et amélioration génétique en plantes à parfum et plantes aromatiques 
Conservation de plantes à parfum et aromatiques 
‐ EXPÉRIMENTATIONS SUR LE MACHINISME ET LA TRANSFORMATION 
Mise au point de prototypes en matière de désherbage mécanique, machine de récolte 
Amélioration des procédés de distillation et de séchage 
Economies d’énergies (travaux sur la biomasse, le séchage solaire…) 
Qualité des huiles essentielles 
 
‐ DIFFUSION DE L’INFORMATION 
Messages techniques (fiches et flashs Horizons Bleus) 
Surveillance phytosanitaire (B.S.V.) 
Informations technico économiques (L’Essentiel) 
Appui technique auprès des producteurs de plantes à parfum de PACA et Rhône–Alpes 
Conventions de partenariat avec plusieurs OP 
Formation 
CRIEPPAM 
Route de Volx ‐ Les Quintrands 
04100 Manosque – France 
 
 AGRIBIO 04 http://www.civampaca.org/bio04.htm 
AGRIBIO 04 est l’association qui rassemble les producteurs bio des Alpes de Haute‐Provence. Fondée 
en novembre 1997, ses membres constitutifs sont issus du Syndicat des producteurs agrobiologiques 
du  04  qui  regroupait,  depuis  1988,  des  producteurs  suivant  le  cahier  des  charges  de  l’agriculture 
biologique. 
L’association  fédère  aujourd’hui  la  majorité  des  agriculteurs  biologiques  qui  représente  14.2%  des 
surfaces cultivées en bio et en conversion (soit environ 330 fermes). 
L’association adhère aux réseaux régionaux CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture 
et  le  Milieu  rural),  FNAB  (Fédération  Nationale  de  l’Agriculture  Biologique)  et  au  réseau  Semences 
Paysannes. 
Agribio 04  
Village Vert  
5 Place de Verdun  
04 300 FORCALQUIER 
Email : agribio04@bio‐provence.org  
Tel. 04 92 72 53 95 

48 
 
 

 TERRE DE LIENS PROVENCE‐ALPES‐CÔTE D'AZUR http://www.terredeliens.org/ 
Terre de Liens est né en 2003 de la convergence de plusieurs mouvements liant l’éducation populaire, 
l’agriculture biologique et biodynamique, la finance éthique, l’économie solidaire et le développement 
rural. 
Pour permettre à des citoyens et des paysans de se mobiliser et d’agir sur le terrain, le mouvement a 
inventé de nouveaux outils de travail capables d’enrayer la disparition des terres et de faciliter l’accès 
au foncier agricole pour de nouvelles installations paysannes. Ces outils sont à la portée de tous, de 
sorte  que  chacun  puisse  s’impliquer  de  façon  effective  dans  l’avenir  de  nos  fermes  et  de  notre 
agriculture. 
CFPPA de Digne‐Carmejane  
04510 Le Chaffaut 
09 70 20 31 24 

Syndicats 

 Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles http://www.fdseapaca.fr/ 
Documents intéressants dont entre autres : Info PAC 2013 
Immeuble MSA 
12, Avenue Demontzey 
04000 DIGNE LES BAINS 
Tél : 04.92.32.02.06. 
Email : fdsea04@wanadoo.fr 
 
 Coordination rurale http://www.coordinationrurale.fr/ 
Bureau CR Régional 
PROVENCE ALPES‐CÔTE D'AZUR 
Mme Céline Roumieux 
3 bis rue Salaison 
Rés. le Méridien ‐ Bât A 
34740 VENDARGUES 
Tél : 04 67 47 52 30 
Portable : 06 95 91 52 43 
 
 Jeunes Agriculteurs http://www.jeunes‐agriculteurs‐paca.fr/ 
JA PACA : Les buts ?  
‐ Appuyer et coordonner les actions syndicales des six structures départementales Jeunes 
Agriculteurs. 
‐ Représenter et défendre les idées des jeunes agriculteurs de la région.  
‐ Proposer des idées novatrices pour l’avenir.  
‐ Former les jeunes responsables. 
‐ Coordonner et mutualiser les actions en faveur de l'installation dans les départements. 
‐ Evaluer les attentes et besoins des nouveaux installés avec ou sans aides et faire évoluer les 
programmes en leur faveur. 
‐ Défendre, renforcer et co‐gérer le Programme Régional d’appui à l'Installation. 
‐ Promouvoir une image positive du métier à travers des opérations d’information et de 
sensibilisation auprès du grand public. 
Maison des Agriculteurs 
22 avenue Henri Pontier 
13626 Aix‐en‐Provence cedex1 
Tél.: 04 42 21 27 43 
Email : crja‐aix@wanadoo.fr 

49 
 
 

 La  Confédération  Paysanne  04  http://www.confederationpaysanne.fr/  &  http://alpes‐de‐haute‐


provence.confederationpaysanne.fr/ 
La Confédération paysanne est, depuis 1987, un acteur majeur du syndicalisme agricole français qui 
porte des valeurs de solidarité et de partage. Le projet pour une agriculture paysanne qu'elle défend 
avec constance depuis sa création est cohérent et global. Il intègre pleinement les dimensions sociales, 
agronomiques et environnementales dans la production agricole. C'est une alternative réaliste à un 
modèle d'agriculture industrielle qui élimine trop de paysans et de structures agricoles diversifiées. 
Créée en 1989, la Confédération Paysanne 04 regroupe aujourd'hui environ 110 adhérents sur tout le 
département et dispose d'un local au Chaffaut Saint Jurson. 
La Confédération Paysanne 04 est représentative depuis 2001 (CDOA*, Safer* et CDCEA en particulier). 
Le  Comité  départemental  se  réunit  tous  les  mois,  et  ces  réunions  sont  ouvertes  à  tous. 
Elle diffuse un bulletin mensuel destiné à ses adhérents. 
 
Contact Porte‐parole départemental:  
M. Richard ROUGON 
04510 LE CHAFFAUT‐ST‐JURSON  
Tél : 04 92 34 78 18  

Louise Calais, éleveuse (fromages de chèvres, poules pondeuses), et productrice de plantes 
aromatiques à Reillanne : SAFER, sanitaire, lien avec le Collectif pour la Liberté de l'Elevage en PACA 
Yannick Becker, arboriculteur, maraîcher et éleveur de chevaux islandais au Brusquet : co‐porte‐
parole, CDCEA 

 Confédération Syndicale Agricole des Exploitants Familiaux http://www.modef.fr/ & http://modef‐
paca.over‐blog.com/ 
MODEF – ALPES DE HAUTE PROVENCE 
Vallon de troubilloues 
04500 ROUMOULES 
Président : Bruno CARRON 04 92 71 11 59 brunocarron@hotmail.com 

   

50 
 
Environnement 
Le Pays Dignois 
Le Pays a été créé par la LOADT du 04 février 1995, modifiée par la LOADDT du 25 juin 1999. Dernièrement, la 
loi Urbanisme et Habitat du 2 juillet 2003 est venue en simplifier la procédure. 

 Le Pays est un territoire présentant une cohésion géographique, économique, culturelle ou sociale : 
 Le Pays est un espace de réflexion, de mise en cohérence : il constitue un cadre d’action collective. 
 Le  Pays  n’est  pas  un  nouvel  échelon  administratif  :  il  n’y  a  pas  de  délégation  de  compétence  ni 
d’impôts... 
 Le Pays est un territoire de projet qui associe des collectivités et la société civile. 

Un territoire de projet 

 Le Pays est au service d’un projet de territoire qui est exprimé dans la Charte de développement. 
 Un territoire pertinent, c’est‐à‐dire un « territoire vécu », correspondant à un bassin de vie et d’emploi. 
Le Pays est l’échelle à laquelle les gens se déplacent quotidiennement, pour aller travailler, pour les 
loisirs, pour les services, etc. 
 Le Pays est lui‐même composé de micro‐territoires, organisés autour de « bourgs‐centre » (les cantons 
par exemple). 

La procédure de création d’un Pays 

 Libre volonté des communes et de leur groupement (ayant compétence en matière d’aménagement 
de l’espace et de développement économique) 
 Arrêt  du  périmètre  d’étude  par  le  Préfet  de  Région  Création  d’un  Conseil  de  développement 
représentant les milieux économiques, sociaux, culturels et associatifs 
 Élaboration de la Charte de développement 
 Arrêt du périmètre définitif (par le Préfet de Région) 
 Élaboration du Contrat de Pays 

Les innovations portées par le Pays 

 Le Pays permet de travailler sur un territoire suffisamment vaste, « pertinent » : le Pays est au 
service d’un projet de territoire qui est exprimé dans le Charte de développement. 
 Il permet d’associer la société civile puisqu’il doit regrouper l’ensemble des « forces vives » du 
territoire. 
 Avec l’élaboration du diagnostic, la mise en place du Pays permet une véritable réflexion sur le 
territoire. 
 Le Pays permet de réfléchir (et d’agir) à moyen et long terme.  

Présentation du Pays 

Espace  de  transition  entre  Alpes  et  Provence,  le  Pays  dignois  se  caractérise  par  une  grande  diversité  de 
paysages et par un climat exceptionnel. 

Les espaces naturels, qui recouvrent 53% de sa superficie, sont indéniablement la plus grande richesse de ce 
territoire encore préservé. 

La qualité de ces espaces s’explique notamment par le faible taux de densité dû à la composition rurale du 
territoire. 

La pression démographique reste également relativement faible même si elle s’est accélérée ces dernières 
années dans les communes les plus proches de la ville centre qui accueillent une population de plus en plus 
jeune et active. 
51 
 
Cette qualité environnementale se double d’une richesse culturelle faite de nombreux acteurs, d’une richesse 
patrimoniale reconnue et d’une grande dynamique associative. 

Quant  à  sa  situation  économique,  le  Pays  dignois  se  définit  comme  un  territoire  rural  en  mutation,  très 
organisé  autour  de  sa  ville  centre  Digne‐les‐Bains,  et  dont  l’économie  est  essentiellement  tournée  vers  le 
secteur  tertiaire  (tourisme  et  administration)  et  le  secteur  primaire  avec  une  part  encore  importante  de 
l’activité agricole. 

 
FIGURE 50 ‐ LE PAYS DIGNOIS 

52 
 
Les communes adhérentes 

 
FIGURE 51 ‐ LES COMMUNES DU PAYS DIGNOIS 

Le comité du Pays dignois est une association regroupant 27 communes et 3 communautés de communes. 

Les communes adhérentes sont celles de : Archail, Aiglun, Barras, Beaujeu, Beynes, Bras d'Asse, Le Brusquet, 
Le Castellard Melan, Le Chaffaut Saint Jurson, Champtercier, Chateauredon, Digne‐Les‐Bains, Draix, Entrages, 
Estoublon, Les Hautes Duyes, La Javie,  Majastres, Mallemoisson, Marcoux,  Mézel,  Mirabeau, Prads‐Haute‐
Bléone, La Robine sur Galabre, Saint Jeannet, Saint‐Julien d'Asse et Thoard. 

Chacune de ces communes est membre d'une des trois communautés de communes suivantes (elle‐même 
adhérente au Pays) : 

 Communauté de communes Asse‐Bléone‐Verdon (CCABV) 
 Communauté de communes des Duyes et Bléone (CCDB) 
 Communauté de communes de Haute Bléone (CCHB)  

12 années d’existence 

  UN OUTIL AU SERVICE DE LA RURALITE 
Depuis la création du Pays dignois, ce sont en tout plus de 200 projets qui ont été accompagnés sur l’ensemble 
du territoire pour un montant total de 11,5 millions d’euros et un taux moyen de subventions de 75 % au profit 
des  collectivités  et  des  acteurs  de  terrain  permettant  la  mise  en  œuvre  de  véritables  dynamiques  de 
développement autour : 

 de la culture avec l'accompagnement de plusieurs manifestations phares, 
 de l’agriculture, avec d’abord le site pilote d’agriculture durable, qui a débouché sur des projets précis 
ou sur des dynamiques nouvelles comme la charte forestière de territoire ou l’étude foncière, 

53 
 
 du  tourisme,  avec  un  accompagnement  important  de  l’office  de  tourisme  en  termes  de  moyens 
financiers grâce aux différents programmes et avec un travail sur les activités de pleine nature. L’office 
de tourisme de Digne‐les‐Bains est devenu l’office de tourisme de Digne‐les‐Bains et du Pays dignois 
et développe désormais son action à l’échelle du territoire, 
 de  l'aménagement  avec  l'inscription  du  territoire  dans  la  démarche  régionale  des  Programmes 
d'aménagement solidaire, 
 de l'économie via le programme européen Leader.  

Depuis sa création le Pays a porté plusieurs dispositifs : 

 Le Contrat Montagne a financé 54 projets sur la période 2001‐2003 
 Le Contrat de Pays sur la période 2004‐2006 
 Le programme Leader+ 2003‐2007 Mise en place d’un itinéraire pédestre et de circuits de découvertes 
géologiques  qui  permettent  aux  randonneurs  de  rencontrer  des  œuvres  inscrites  dans 
l’environnement rural. 
 La Charte forestière de territoire 
 Le Pôle d’Excellence Rurale : le Pays a été labellisé en 2006 

Depuis 2007, le pays s’est engagé sur des nouveaux dispositifs : 

 Le programme Leader 2007‐2013 avec la thématique Entreprendre durablement en Pays dignois, 
 Le programme de développement des Activités de Pleine Nature le pays a été labellisé site pilote APN 
en 2007 
 Le Programme d’Aménagement Solidaire, le Pays coordonne la démarche sur les 4 communautés de 
communes et est maître d’ouvrage délégué de la phase étude qui s'est déroulé en 2010 et 2011. 
 La coordination du programme ITMR 

Le Pays dignois en 2013 

En 2013, le Pays va poursuivre les actions dans lesquelles il est impliqué : accompagnement de porteurs de 
projet du territoire via le programme européen Leader et le Fond d'initiative locale du Conseil régional PACA, 
suivi du projet Refuge d'Art avec ses différents partenaires (Musée Gassendi, Réserve géologique, Office de 
tourisme, communes concernées...) 

De plus, le Pays dignois entend développer quatre nouveaux axes d'interventions prévus dans sa "stratégie de 
développement 2013" : 

 « Outils de planification» avec notamment une étude/animation autour du déploiement d'outils SIG 
 « Mobilité » avec l'arrivée d'un chargé de mission en mai 2013 
 « Energie » avec la participation au programme MARIE/renover + 
 « Circuits courts » avec l'arrivée d'un chargé de mission en mai 2013 

Enfin,  le  Pays  dignois  resserre  ses  liens  avec  son  Conseil  de  développement  notamment  par  la  mise  à 
disposition d'une chargée de mission à mi‐temps.  

Données socio‐économiques 

L’IMPORTANCE DE LA VILLE‐CENTRE : UN SECTEUR TERTIAIRE DOMINANT 
L’organisation du territoire se fait autour de la ville‐centre : Digne‐les‐Bains. Préfecture des Alpes de Haute‐
Provence,  elle  regroupe  de  nombreuses  administrations  :  Conseil  général,  services  départementaux  (DDT, 
DDAF, etc.), Chambres consulaires... C’est aussi le plus important centre hospitalier du territoire, en faisant 
par là même le premier employeur. Digne‐les‐Bains accueille la presque totalité des élèves du secondaire du 
département.  Ainsi,  le  secteur  tertiaire  est  la  principale  activité  du  Pays  en  raison  de  la  présence  de  la 
préfecture. La forte activité touristique et des services associés ajoutent à cette dominance du tertiaire. 

54 
 
UNE AGRICULTURE VIVANTE 
L’agriculture demeure un élément important de l’économie locale du Pays dignois. Les principales activités 
représentées sont principalement l’élevage ovin‐viande, bovin‐lait sur le nord du territoire. Sont également 
présents mais dans une moindre mesure le maraîchage, l’élevage caprin, la culture des plantes à parfums. La 
production en agriculture biologique, la valorisation des produits de Pays, la pluriactivité constituent autant 
de pistes d’évolution de l’agriculture traditionnelle. Cette importante activité agricole contribue à une gestion 
de l’espace et de l’environnement, élément important des paysages et de l’identité du territoire. Cependant, 
ce secteur est particulièrement sensible à la pression foncière, rendant difficile les installations nouvelles. 

UN ARTISANAT ET UN COMMERCE A VALORISER 
L’artisanat est bien présent en Pays dignois. Il est surtout axé sur le bâtiment. En effet, les richesses de ce 
territoire sont depuis longtemps utilisées à des fins de constructions, engendrant un savoir‐faire important. 
L’artisanat d’art est présent par le biais de santonniers, céramistes, potiers, faïenciers, tourneurs sur bois. 

Le commerce du centre‐ville de Digne‐les‐Bains se trouve actuellement en difficulté, concurrencé par la zone 
d’activité qui se développe en périphérie et dont la zone de chalandise dépasse largement le Pays dignois. 

UN TOURISME DIVERSIFIE 
Le  Pays  dignois  se  trouve  à  proximité  de  grands  espaces  touristiques  jouissant  d’une  identité  affirmée  :  le 
Luberon,  le  Verdon,  les  Ecrins,  le  Mercantour.  Cependant,  notre  territoire  bénéficie  d’un  potentiel 
remarquable, permettant une diversité intéressante des différentes formes de tourisme. 

 un  tourisme  de  santé  :  Digne‐les‐Bains  est  connu  depuis  de  nombreuses  générations  pour  son 
thermalisme.  Le  climat  exceptionnel  dont  bénéficie  ce  territoire  (ensoleillement,  pureté  de  l’air) 
renforce les possibilités d’un tourisme de santé. 
 un tourisme vert : la randonnée est une discipline de plus en plus pratiquée. Les espaces préservés du 
Pays dignois se prêtent à la pratique de ce sport. Les projets concernant la randonnée sur le territoire 
sont nombreux. 
 un tourisme culturel : La Réserve géologique de Haute‐Provence est un acteur essentiel du tourisme 
culturel en Pays dignois. En effet, cette structure permet une approche scientifique, mais aussi une 
vision plus large de cette discipline grâce à un partenariat avec le musée départemental Gassendi. Ce 
partenariat,  nommé  le  «  CAIRN  »  est  axé  sur  l’art  contemporain  et  propose  régulièrement  des 
expositions au sein de la réserve géologique. 
 un tourisme sportif : Les qualités environnementales du territoire permettent le développement d’un 
tourisme sportif : vol libre, canyoning, escalade... Digne‐les‐Bains possède plusieurs établissements 
sportifs : complexe nautique, centre nautique de plein‐air, golf, circuit de VTT comptant plus de 100 
km de pistes balisées. 

DES SERVICES NECESSAIRES 
La ville de Digne‐les‐Bains concentre la majorité des services. Cette polarisation des services essentiels à la 
population engendre une dépendance des populations du Pays à cette ville‐centre : services scolaires, services 
médicaux, etc. 

De plus, l’habitat en périphérie rend nécessaire un service de transport adapté. En parallèle, le maintien des 
services de proximité est nécessaire. La question de l’habitat en Pays dignois se pose de façon cruciale. En 
effet, une augmentation du nombre de logements en quantité et en qualité est indispensable dans les années 
à venir. Un autre des secteurs qui se développe depuis les années 2000 est le domaine de la formation (création 
d’un  IUT,  UPRO,  CFPPA  de  Carmejane....).  L’emploi  du  Pays  dignois  est  en  conséquence  très  lié  à  l’activité 
tertiaire.  

   

55 
 
Richesses naturelles et culturelles 

DU PATRIMOINE NATUREL … 
Paysage, faune et flore. Conséquence de la faible pression des activités humaines sur le territoire, les espaces 
naturels occupent environ 2/3 de la surface du Pays. La grande diversité du patrimoine environnemental est 
le fruit d’un relief et d’un climat contrastés. Cette variété des milieux écologiques du Pays dignois apporte une 
grande richesse et une biodiversité significatives dans ce patrimoine. Les qualités paysagères, faunistique et 
floristique du Pays en font un espace refuge de préservation de la nature. 

Cette richesse paysagère se retrouve également dans les larges espaces boisés qui composent le Pays. L’espace 
forestier des siècles passés avait largement reculé, du fait des défrichements à des fins agricoles, mais aussi 
des  besoins  en  bois  de  chauffage  et  de  construction,  si  bien  qu’au  début  du  XIXème  siècle,  bois  et  forêts 
recouvraient à peine 10% du périmètre du Pays dignois. Afin de pallier les catastrophes naturelles engendrées 
par  l’absence  de  couvert  végétal  (ravinements,  érosions...),  une  politique  de  reboisement  massif  a  été 
engagée. Nommé chef de reboisement à Digne en 1868, Prosper Demontzey est à l’origine des travaux de 
reforestation. Ces actions entreprises il y a plus de cent ans façonnent aujourd’hui les paysages boisés que 
nous  connaissons.  La  forêt  occupe  désormais  en  Pays  dignois  de  très  vastes  espaces  aux  altitudes 
intermédiaires en recouvrant des versants autrefois utilisés pour l’agriculture. 

MONTAGNE 
La richesse du Pays s’appuie également sur les larges espaces préservés de moyenne montagne, comme en 
témoigne le nom originel du département : les Basses‐Alpes. Cette spécificité n’échappa pas à l’exploratrice 
Alexandra David‐Neel qui choisit, après de longues années de voyages, de venir s’installer à Digne. Passionnée 
par  l’Orient,  ses  nombreux  voyages  lui  ont  permis  d’approfondir  sa  connaissance  des  rites  et  coutumes 
orientaux, et de s’imprégner de la philosophie bouddhiste. 

Première  porte  des  Alpes,  le  Pays  dignois  concentre  en  son  sein  de  nombreux  sommets  de  moyenne 
montagne,  allant  parfois  côtoyer  par  leur  enneigement  et  leur  dénivelé  les  caractéristiques  des  grands 
sommets alpins. Le relief préalpin de cette zone possède une altitude qui croît progressivement du Sud‐Ouest 
(environ  500m)  vers  le  Nord‐Est  (Massif  de  l’Estrop  culminant  à  2961  m).  Le  canton  de  la  Haute  Bléone 
correspond  aux  "pré‐espaces  alpins".  Les  espèces  floristiques  et  faunistiques  témoignent  également  de 
l’influence alpine en Pays dignois. Ce canton symbolise l’appartenance aux espaces alpins du Pays dignois et 
l’entrée dans les Alpes. 

EAU 
L’eau en Pays dignois apparaît comme une richesse potentielle importante, tant au titre des cours d’eau que 
des torrents de montagne et autres lacs. Les précipitations de neige de l’hiver assurent l’approvisionnement 
des  torrents  et  rivières.  Cette  richesse  en  eau  fait  l’objet  d’aménagement  et  de  protection  au  titre  de 
programmes spécifiques : schéma d’aménagement de rivière, protection par des normes environnementales... 

CLIMAT 
Le climat participe également des richesses naturelles du territoire, par un ensoleillement exceptionnel, des 
amplitudes thermiques particulièrement fortes assurant la diversité de la flore et de la faune, et des vents 
faibles favorables. Toutes ces composantes favorisent l’observation astronomique sur le territoire. 

GEOLOGIE 
Le territoire du Pays dignois fut de tout temps reconnu pour sa richesse géologique. 300 millions d’années 
d’histoire de la Terre sont lisibles dans les grands espaces naturels qui composent le Pays. Ce foisonnement 
géologique est à l’origine de la création en 1984 de la Réserve Géologique de Haute‐Provence. Cette réserve 
naturelle,  la  plus  grande  d’Europe,  est  née  sous  l’impulsion  de  l’Université  de  Provence  et  de  la  Mairie  de 
Digne,  dans  un  contexte  grandissant  de  pillages  des  sites  fossilifères,  l’objectif  étant  de  sensibiliser  la 
population  et  de  faire  prendre  conscience  de  la  richesse  patrimoniale  que  constituent  ces  grands  espaces 
géologiques  spécifiques.  D’un point de vue structural on retrouve en  terme  géologique la différence entre 
l’espace provençal et l’espace alpin sur le territoire. Cette limite Provence/Alpes est marquée par des gorges : 
clues  de  Chabrières,  de  Barles,  de  Trevans.  Dans  la  partie  provençale,  plusieurs  domaines  géologiques  se 

56 
 
distinguent, l’espace principal étant celui de la formation du plateau de Valensole entaillée par la vallée de 
l’Asse, formée de nappes de galets issus du piedmont des Alpes soumises à une importante érosion. Dans la 
partie  proprement  alpine,  de  nombreuses  barres  calcaires  surmontées  de  calcaires  marneux  forment  des 
montagnes fortement marquées par les influences oroméditerranéennes : la Barre des Dourbes surplombant 
Digne‐les‐Bains est un exemple remarquable de ces montagnes avec une longueur de 19 km. De même, les 
terres noires du Jurassique inférieur et moyen forment des collines marneuses largement soumises à l’érosion, 
collines souvent appelées « robines ». 

Ces  richesses  naturelles  et  géologiques  sont  désormais  consacrées  par  des  systèmes  de  protection 
environnementale : 

 La  Réserve  géologique  de  Haute‐Provence  a  en  charge  la  réglementation  et  la  protection  du 
patrimoine géologique (18 sites classés et un périmètre de protection autour de ces sites). 
 D’autres  nombreux  dispositifs  de  protection  se  superposent  sur  le  territoire  :  arrêtés  de  biotope, 
réserves de chasse et réserves de pêche. Les classements en Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, 
Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de nombreux espaces, ainsi qu’en sites Natura 2000 ajoutent à la 
prise de conscience environnementale du territoire. Sont principalement classées en sites Natura 2000 
des zones de montagne reconnues pour leur caractère préservé et leur biodiversité. 

 ... AU PATRIMOINE CULTUREL 
De ce fabuleux patrimoine naturel découle une richesse culturelle. En effet, l’Homme s’est implanté en certains 
sites de ce territoire (Digne, Thoard) dès l’époque gallo‐romaine, et de nombreux vestiges de voies romaines 
sont encore visibles. Ainsi, la main de l’Homme a modelé ces paysages, offrant aujourd’hui des témoignages 
de cette activité humaine plus ou moins ancienne : patrimoine bâti, patrimoine paysager (vergers, pâturages, 
forêts reboisées, etc.), patrimoine oral, etc. Les habitants ont par exemple su utiliser les ressources naturelles 
à  des  fins  de  construction  (gypse  et  la  chaux).  De  nombreux  vestiges  témoignent  encore  de  ce  passé.  Le 
territoire compte aussi de nombreux éléments de petit patrimoine sacré et vernaculaire : chapelles, oratoires, 
lavoirs, etc. Le mode de vie de nos aïeux nous est également transmis par voie orale : manifestations culturelles 
et festives. 

Cette culture, héritage du passé, constitue un socle pour un art qualifié de « contemporain ». Ainsi, le Musée 
départemental Gassendi et la Réserve géologique de Haute‐Provence se positionnent dans ce domaine.  

   

57 
 
Richesse touristiques 
Dans les Alpes de Haute‐Provence, le tourisme représente une activité économique majeure : 

 40 % du PIB du département. 
 380 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. 
 15 millions de nuitées par an. 

Le Parc du Mercantour est à proximité. L’axe Digne‐Barcelonnette étant une des voies d’accès au Nord du Parc 
(Lac d’Allos, Massif du Pelat). 

 
FIGURE 52 ‐ LE PARC DU MERCANTOUR 

Au cœur de la Réserve naturelle nationale géologique de Haute Provence (FR3600073 ‐ Région de Digne)  c’est 
un territoire labellisé dans les Alpes‐de‐Haute‐Provence et le Var pour la diversité de ces paysages, témoins 
du passé géologique de ce massif et de la Terre. C'est la plus grande réserve de ce type en Europe.  

Le site est géré par l'association pour la gestion de la réserve géologique de Haute Provence (loi 1901), créée 
en  1984.  Une  loi  votée  en  1976  a  classé  18  sites  en  Réserve  Naturelle.  Une  réglementation  y  interdit 
l'extraction et le ramassage de toute forme fossile. Seul le ramassage des pièces dégagées naturellement est 
toléré,  mais  en  quantité  limitée8.  C'est  un  territoire  labellisé  par  l'UNESCO  et  affilié  au  réseau  de  « Global 
geoparks network », elle est membre fondateur des « European geoparks network ».  

58 
 
 
FIGURE 53 ‐ LE PARC GEOLOGIQUE DES ALPES DE HAUTE PROVENCE 

La Haute‐Provence est une région privilégiée pour la pratique des sports de plein air, qu’ils soient aériens, vol 
à voile (Château Arnoux), parapente, terrestres (escalade, randonnée pédestre, randonnée équestre, VTT ou 
aquatiques (rafting, canyoning). Les gorges du Verdon abritent des sites d’escalade réputés et se prêtent à de 
nombreuses  autres  activités  sportives.  Les  lacs  artificiels  de  Serre‐Ponçon,  de  Sainte  Croix,  et  de  Castillon 
(Moyen Verdon) permettent la pratique de sports nautiques. 

Les sports d’hiver sont également bien représentés avec les stations des vallées de l’Ubaye : Pra Loup, Le Sauze, 
de la Blanche près de Seyne‐les‐Alpes: Montclar Station, Le Grand Puy et Chabanon‐Selonnet ainsi que les 
stations du Val d'Allos : Val d'Allos. Les stations de Pra‐Loup et de la foux d'Allos forment l'Espace Lumière, un 
domaine relié de 180 km, le plus grand des Alpes du Sud.  

59 
 
 
FIGURE 54 ‐ LES AXES DE PENETRATION VERS LES ACTIVITES SPORTIVES ESTIVALES ET HIVERNALES 

Le  territoire  étudié  se  trouve  donc  en  bordure  d’un  axe  majeur  vers  des  activités  touristiques  estivales  et 
hivernales.   

60 
 
Le territoire dans son canton 

Données générales 
Répartition du territoire 
Commune  Superficie (km²)  %  % de la commune 
Beaujeu  3  20%  7% 
Le Brusquet  1,4  9%  6% 
La Javie  10,6  71%  28% 
Total  15  100%    
FIGURE 55 ‐ REPARTITION DU TERRITOIRE 

Le territoire étudié est principalement assis sur la commune de « la Javie » et recoupe 28% du territoire de 
celle‐ci. 

Néanmoins, nous nous attacherons à étudier l’ensemble des communes constituant le canton de « La Javie » 
ainsi  que  l’EPCI  « La  Communauté  de  Communes  de  Haute  Bléone »  qui  est  composée  exclusivement  des 
mêmes communes que le canton. 

La superficie de ces communes est extrêmement variable comme le montre le graphique ci‐dessous. 

12,99

45,68

22,25
165,64 23,04

37,27

Archail Beaujeu Le Brusquet


Draix LA JAVIE Prads‐Haute‐Bléone
 
FIGURE 56 ‐ SUPERFICIE (KM²) DES COMMUNES DU CANTON DE "LA JAVIE" 

La  commune  de  Prads‐Haute‐Bléone  couvre  plus  de  50%  de  la  superficie  du  canton.  Cette  proportion  est 
inversée en ce qui concerne la démographie (INSEE recensement 2009). 

61 
 
La population 

14

175 152

391

78
969

Archail Beaujeu Le Brusquet


Draix LA JAVIE Prads‐Haute‐Bléone
 
FIGURE 57 ‐ NOMBRE D'HABITANTS PAR COMMUNES DU CANTON DE "LA JAVIE" 

La commune de « le Brusquet » abrite plus de 50% de l’ensemble des habitants du canton. 

Densité d’habitants 
Sans surprise, la commune de « le Brusquet » a la plus forte densité d’habitants au km². 

1,06 1,08

3,33
10,49

3,39

43,55

Archail Beaujeu Le Brusquet


Draix LA JAVIE Prads‐Haute‐Bléone
 
FIGURE 58 ‐ DENSITE HABITANTS/KM² DES COMMUNES DU CANTON DE "LA JAVIE" 

Cette répartition inégale illustre le phénomène d’expansion de la ville de Digne. En effet, nous sommes en 
région montagneuse avec peu de surface en fond de vallée. Préfecture des Alpes de Haute Provence cette ville 
est un des pôles économiques du département, elle voit donc sa population augmenter. Sa surface étant peu 
ou prou figée, la pression démographique se fait sentir dans les communes limitrophes possédant de grande 
surface en fond vallée, en l’occurrence la commune de « Le Brusquet ». 

Cela illustre parfaitement la relation entre vallées et habitats en zone de montagne (fig. 59 & 60). 
 
 

62 
 
 
FIGURE 59 ‐ CARTE DENSITE POPULATION PACA 

 
FIGURE 60 ‐ CARTE DENSITE POPULATION EXTRAIT ALPES DE HAUTE PROVENCE 

Les zones le long des lits majeurs de la Durance et de la Bléone sont densément peuplées. Par exemple, la 
densité en habitants/km² de la commune de Digne est de 146 hab./km², celle de la commune de Manoque est 
de 393 hab./km². 

   

63 
 
Le nombre d’habitants depuis 1765 
Cette disparité ainsi que la désertification des campagnes est illustrée par le graphique suivant qui présente, 
pour les périodes de 1765 à 2009, l’évolution du nombre d’habitant pour les communes du canton. 

3250

3000

2750

2500

2250

2000

1750

1500

1250

1000

750

500

250

0
1760 1785 1810 1835 1860 1885 1910 1935 1960 1985 2010

Commune de Archail Commune de Beaujeu Commune de Le Brusquet


Commune de Draix Commune de Prads‐Hte‐Bléone Canton de La Javie
Canton de La Javie
 
FIGURE 61 ‐ EVOLUTION DE LA POPULATION SUR LES COMMUNES DU CANTON DE "LA JAVIE" 
SOURCE : INSEE, EHESS  & ARCHIVES DEPARTEMENTALES  

Nous  remarquons  immédiatement  la  diminution  continue  de  1836  à  1968.  L’augmentation  continue  de  la 
population du canton depuis 1968 est clairement le fait de la commune de « le Brusquet » donc, de la pression 
démographique de Digne les Bains. 

La  commune  de  Prads‐Haute‐Bléone  (issue  de  la  réunion  dans  les  années  1970  des  communes  de  Prads, 
Blégiers et Mariaud), commune purement agricole en 1836 est l’exemple parfait de l’exode rural. Exode qui 
vient d’atteindre un seuil planché dans les années 2000 du fait de l’arrivée de nombreux retraités. 

La stabilité de la population de « le Brusquet de 1999 à 2009 peut s’expliquer de deux manières : 

 Le PLU qui bloque de nouvelles constructions 
 Le prix de l’immobilier qui freine les achats 

La commune de la Javie semble prendre la relève, l’augmentation de sa population est donc plus le fait de la 
pression de Digne les Bains qu’un « retour à la campagne ». 

Il est remarquable que malgré la progression de la population française sur cette période, le canton n’ait pas 
retrouvé, à ce jour, sa population de 1831. L’exode rural ne s’est donc pas inversé. 

   

64 
 
Pour appuyer un peu plus cette analyse nous allons étudier la place de 1968 à 2009 : 

 du canton dans l’arrondissement 
 de l’arrondissement dans le département 
 du département dans la région  
 de la région dans la France métropolitaine 

L’étude s’appuie sur les données INSEE 

 Le canton représente 12,4% de la superficie de l’arrondissement 
 L’arrondissement représente 35,6 % de la superficie du département 
 Le département représente 22,1 % de la superficie de la région 
 La région représente 5,7% de la superficie du territoire métropolitain 

35,0%

30,0%

25,0%

20,0%

15,0%

10,0%

5,0%

0,0%
1968 1973 1978 1983 1988 1993 1998 2003 2008

Canton de La Javie Arrondissement de Digne les Bains Alpes de Hte Provence PACA


 
FIGURE 62 ‐ POIDS DEMOGRAPHIQUE EN % ENTRE LES DIVISIONS ADMINISTRATIVES 
Il est à noter la stabilité du poids des entités administratives par rapport à leur échelon supérieur (fig. 62). En 
prenant en compte les causes propres à l’augmentation de la population des communes de « le Brusquet » 
et de « la Javie », nous pouvons en conclure que la population du canton est plus péri‐urbaine que rurale.

65 
 
Pyramide des âges 
L’étude des pyramides des âges (fig. 63 & 64) a été faite sur la base des données INSEE 2009. Pour chacune 
des communes du canton une pyramide a été créée. Celles‐ci seront comparées entre elles, à celle du 
canton, de l’arrondissement, du département et de la région. 

Archail (04009) Beaujeu (04024) Le Brusquet (04036)

90+ 90+ 90+


75 ‐ 89 75 ‐ 89 75 ‐ 89
60 ‐ 74 60 ‐ 74 60 ‐ 74
45 ‐ 59 45 ‐ 59 45 ‐ 59
30 ‐ 44 30 ‐ 44 30 ‐ 44
15 ‐ 29 15 ‐ 29 15 ‐ 29
0 ‐ 14 0 ‐ 14 0 ‐ 14

25 20 15 10 5 0 5 10 15 20 25 20 10 0 10 20 20 10 0 10 20

Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes


 

Draix (04072) La Javie (04097) Prads‐Haute‐Bléone (04155)

90+ 90+ 90+


75 ‐ 89 75 ‐ 89 75 ‐ 89
60 ‐ 74 60 ‐ 74 60 ‐ 74
45 ‐ 59 45 ‐ 59 45 ‐ 59
30 ‐ 44 30 ‐ 44 30 ‐ 44
15 ‐ 29 15 ‐ 29 15 ‐ 29
0 ‐ 14 0 ‐ 14 0 ‐ 14

20 10 0 10 20 30 20 10 0 10 20 20 10 0 10 20

Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes


 
FIGURE 63 ‐ PYRAMIDES DES AGES DES COMMUNES DU CANTON EXPRIMEES EN % DU TOTAL DE LA POPULATION 

La Javie (0411 ‐ Canton) Digne‐les‐Bains (043 ‐ Arrondissement)

90+ 90+
75 ‐ 89 75 ‐ 89
60 ‐ 74 60 ‐ 74
45 ‐ 59 45 ‐ 59
30 ‐ 44 30 ‐ 44
15 ‐ 29 15 ‐ 29
0 ‐ 14 0 ‐ 14

15 10 5 0 5 10 15 15 10 5 0 5 10 15

Hommes Femmes Hommes Femmes

Alpes‐de‐Haute‐Provence (04 ‐ Dépt) Provence‐Alpes‐Côte d'Azur (93 ‐ Région)

90+ 90+
75 ‐ 89 75 ‐ 89
60 ‐ 74 60 ‐ 74
45 ‐ 59 45 ‐ 59
30 ‐ 44 30 ‐ 44
15 ‐ 29 15 ‐ 29
0 ‐ 14 0 ‐ 14
15 10 5 0 5 10 15 15 10 5 0 5 10 15

Hommes Femmes Hommes Femmes

FIGURE 64 ‐ PYRAMIDES DES AGES DU CANTON, ARRONDISSEMENT, DEPARTEMENT ET REGION EXPRIMEES EN % DU TOTAL DE LA POPULATION 
66 
 
La  comparaison  entre  commune  montre  une  population  vieillissante  sur  les  communes  d’Archail,  Beaujeu, 
Draix et Prads. Les communes de La Javie et de Le Brusquet présentent un déficit dans la tranche d’âge 0 – 29  
ans.  La  compilation  des  données  au  niveau  du  canton  illustre  donc  une  population  vieillissante,  le 
renouvellement de celle‐ci n’est donc pas assuré sur le territoire. 

Cette  analyse  est  corroborée  par  la  comparaison  avec  les  pyramides  des  âges  de  l’arrondissement,  du 
département et de la région, même si le déficit sur la tranche d’âge 0‐29 ans reste préoccupant à ces échelles. 

Revenus et fiscalité 
Cette approche est corroborée par les statistique INSEE (fig. 65) portant sur le revenu médian par unité de 
consommation, le pourcentage des foyers fiscaux imposable et la moyenne des revenus imposables. 

 
FIGURE 65 ‐ REVENU MEDIAN PAR UC ‐ INSEE 
La  commune  de  Draix  et  Archail  étant  soumis  au  secret  statistique  (faible  nombre  d’habitant  donc  faible 
dispersion), l’analyse ne portera que sur les autres communes constitutives du canton. 

€30 000,00  63% 70%

€25 000,00  52% 60%


51%
42% 50%
€20 000,00  40%
40%
€15 000,00 
30%
€10 000,00 
20%
€5 000,00  10%
0% 0%
€‐ 0%

Revenu médian par unité de consommation
Moyennes des revenus imposables
Pourcentage des foyers fiscaux imposable

 
FIGURE 66 ‐ COMPARATIF REVENUS 
La commune de « le Brusquet » accueille donc une population nombreuse à fort pouvoir d’achat qui tranche 
avec le reste du canton et avec Dignes les bains. 

67 
 
Nous pouvons conclure que le territoire du canton de la Javie est un territoire rural, touché depuis 1831 par 
un  exode  rural  prononcé.  La  tendance  démographique  s’inverse  dans  le  sud  du  canton  (commune  de  Le 
Brusquet) qui, fonction des données INSEE, se transforme zone péri‐urbaine à fort pouvoir d’achat de la ville 
de Digne les Bains. 

De façon logique les bureaux de l’ECPI CC de Haute Bléone sont situés au Brusquet. 

   

68 
 
L’habitat 
Les sources INSEE permettent d’analyser le nombre d’habitations par commune ainsi que la destination de 
chaque habitation (résidence principale, secondaire, vacant). 

Un calcul de densité d’habitation au km² (fig. 66) montre une ressemblance frappante de répartition avec le 
calcul de la densité d’habitant au km² (fig. 67). 

1,06 1,08

3,33 1,64 1,85


10,49 2,47

7,00

3,39

2,13

43,55 20,18

Archail Beaujeu
Le Brusquet Draix Archail Beaujeu
Le Brusquet Draix
LA JAVIE Prads‐Haute‐Bléone La Javie Prads‐Haute‐Bléone
 
FIGURE 67 ‐ DENSITE HABITANTS/KM² DES COMMUNES DU CANTON DE "LA JAVIE"  FIGURE 68 ‐ DENSITE HABITATIONS/KM² DES COMMUNES DU CANTON 

Le Brusquet et la Javie sont les communes à plus forte densité d’habitants et d’habitats. 

Connaissant le nombre d’habitations principales par commune ainsi que le nombre d’habitants recensés, 
nous pouvons calculer le taux d’occupation des habitations principales : 

2,80
2,70
2,60
2,50
2,40
2,30
2,20
2,10
2,00

 
FIGURE 69 ‐ NOMBRE D'HABITANTS PAR HABITATION PRINCIPALE 

Ces taux, conjugués à la répartition habitation principale – habitation secondaire (fig. 70), permettent de 
classifier les communes. 

69 
 
0% 20% 40% 60% 80% 100%

Archail

Beaujeu

Le Brusquet

Draix

La Javie

Prads‐Haute‐Bléone

Résidences principales
Résidences secondaires et logements occasionnels
Logements vacants
 
FIGURE 70 ‐ DESTINATION DES HABITATIONS 

Les communes d’Archail et de Prads‐Haute‐Bléone sont clairement des lieux de villégiature. Dans ces deux 
entités, la part des maisons d’habitation principale est inférieure à 30%. 

Les  communes  de  Beaujeu  et  Draix  restent  des  communes  d’habitation  principale  mais  ont  une  forte 
proportion  d’habitation  secondaire.  L’effet  « bord  de  vallée »  permet  à  Draix  de  bénéficier  de  la  poussée 
démographique de Digne les Bains. 

Le  Brusquet  confirme  son  statut  de  zone  péri‐urbaine  avec  80%  d’habitations  principales.  La  Javie  bien 
qu’ayant  une  forte  proportion  d’habitation  secondaire,  par  son  taux  d’occupation  prends  le  relais  de  Le 
Brusquet. 

En prenant les bases nettes de la taxe d’habitation (logements vacants inclus) et la taxe foncière bâti, en les 
rapportant  aux  nombres  d’habitations  pour  chaque  commune,    une  classification  (fig.  71)  peut  s’établir 
donnant ainsi une représentation des besoins en financement des communes. 

3 500 €

3 000 €

2 500 €

2 000 €

1 500 €

1 000 €

500 €

‐€
Archail Beaujeu Le Brusquet Draix La Javie Prads

Taxe d'habitation (y compris THLV) Foncier bâti
 
FIGURE 71 ‐ RAPPORT DES BASES DE TAXE D'HABITATION ET FONCIER 
AU NOMBRE D'HABITATIONS SUR LES COMMUNES DU CANTON DE LA JAVIE 

Ce  calcul  ne  reflète  en  rien  la  disparité  des  habitations  au  sein  des  communes.  Il  permet  néanmoins  de 
confirmer la hiérarchie entre les communes du canton. 

Cette répartition très inégale sur le Canton de La Javie aura une incidence sur les dépenses d’infrastructures 
et les recettes fiscale des communes. 

   

70 
 
Situation budgétaire et fiscales des communes 
Les données ont été extraites du site : http://www.conseil‐general.com 

Seront mis en parallèle pour l’année 2013 : 

1. Total des produits de fonctionnement (A) = Impôts locaux + Autres impôts et taxes + Dotation 
globale de fonctionnement. 
2. Total des charges de fonctionnement (B) = Charges de personnel + Achat et charges externes + 
Charges financière +Contingents + Subventions versées. 
3. Résultat comptable (A‐B) 
4.  Total des ressources d'investissement (C) = Emprunts bancaires et dettes assimilées + Subventions 
reçues + FCTVA (Fonds de compensation de la taxe sur la valeur ajoutée) + Retour de biens affectés, 
concédés, … 
5. Total des emplois d'investissement (D) = Dépenses d’équipement + Remboursement emprunts et 
dettes assimilées + Charges à répartir + Immobilisations affectés, concédées, … 
6. Besoin ou capacité de financement de la section d'investissement (D‐C = E) 
7. Capacité d'autofinancement (CAF) 
8. Fond de roulement (FDR) 
9. Encours de la dette au 31/12/2012 
10. Annuité de la dette 

1 200 000 €

1 000 000 €

800 000 €

600 000 €

400 000 €

200 000 €

0 €
Produits de Charges de Ressources Emplois
fonctionnement (A) fonctionnement (B) d'investissement (C) d'investissement (D)

Archail Beaujeu Le Brusquet Draix La Javie Prads‐Haute‐Bléone


 
FIGURE 72 ‐ POSTE BUDGETAIRE DES COMMUNES 

Le Brusquet à des produits et charges de fonctionnement en rapport avec son statut de zone résidentielle de 
Digne les Bains. 

Malgré son nombre d’habitants (inférieur à La Javie mais supérieur à Beaujeu), Prads‐Haute‐Bléone à des 
produits et des charges de fonctionnement élevés, la surface du territoire induit des dotations globales de 
fonctionnement (versées par l’Etat) en proportion avec celle‐ci, ce qui explique cette particularité. 

Les petites communes, peu étendues et peu peuplées ne bénéficient pas de même produits et dotations ce 
qui explique la faiblesse de leurs budgets. 

71 
 
300 000 €
250 000 €
Résultat comptable (A‐B)
200 000 €
150 000 €
100 000 € Besoin ou capacité de
financement de la section
50 000 €
d'investissement (D‐C =E)
0 €
FDR
‐50 000 €
‐100 000 €
CAF

 
FIGURE 73 ‐ RESULTAT COMPTABLE, CAPACITE DE FINANCEMENT & FOND DE ROULEMENT 

Toutes les communes hormis Drais ont un résultat comptable positif. Le Brusquet et Draix sont les deux 
seules communes ayant une capacité d’investissement. Prads‐Haute‐Bléone et Beaujeu ont un besoin de 
financement en rapport avec l’annuité de leur dette et leurs dépenses d’équipement. 

600 000 €
500 000 €
400 000 €
300 000 €
200 000 €
100 000 €
0 €

Encours de la dette au 31/12/N Annuité de la dette
 
FIGURE 74 ‐ DETTES DES COMMUNES 

Sans surprise, les communes les plus développées sont les plus endettés. N’ayant que l’encours de la dette et 
non le montant initial de celle‐ci, il est difficile de conclure. Néanmoins, au regard des produits de 
fonctionnement (A), les annuités de la dette sont de l’ordre, frais financiers inclus, de : 

16%
14%
12%
10%
8%
6%
4%
2%
0%
Archail Beaujeu Le Draix La Javie Prads
Brusquet
 
FIGURE 75 ‐ ANNUITE DE LA DETTE EN % DE A 

Draix et Prads‐Haute‐Bléone sont donc les deux communes les plus endettées au regard de leurs produits de 
fonctionnement. Pour Draix cela peut s’expliquer par les conditions d’accès difficiles et donc l’importance 
des travaux de voiries rapportés au nombre d’habitants. Pour Prads, sa faible densité d’habitant et l’étendu 
du réseau cantonal peuvent apportés une explication.   

72 
 
Les activités socio‐professionnelles 
Sources : INSEE 2012, www.stats.agriculture 2010 : 

 
FIGURE 76 ‐ ETABLISSEMENTS PAR SECTEUR D'ACTIVITE DANS LE CANTON DE LA JAVIE AU 31/12/2010 ‐ CEN T1 ‐ INSEE 

73 
 
30

25
Nombre d'établissements

20

15

10

0
Archail Beaujeu Le Brusquet Draix La Javie Prads
Communes

Agriculture, sylviculture et pêche Industrie
Construction Commerce, transport et services divers
dont commerce, réparation auto Administration publique, enseignement, santé, action sociale
 
FIGURE 77 ‐ ÉTABLISSEMENTS ACTIFS PAR SECTEUR D'ACTIVITE AU 31 DECEMBRE 2010 

Les communes d’Archail et de Draix sont peu développées, la difficulté d’accès ainsi que la faible population 
en sont sans doute la cause. 

La  commune  de  Le  Brusquet  draine  la  majorité  des  établissements  actifs  hormis  en  agriculture.  Il  est 
intéressant  de  remarquer  la  place  de  l’agriculture  dans  les  communes  de  Le  Brusquet  et  de  Prads‐Haute‐
Bléone.  En  effet  le  secteur  agricole  est  largement  présent  sur  ces  deux  communes  au  même  titre  que 
l’industrie. Une explication peut être trouvée dans la morphologie des terrains, ces deux communes possédant 
de vaste espace plat en fond de vallée. 

La commune de la Javie est équilibrée en termes de secteur d’activité. Néanmoins, la poussée démographique 
devrait changer cette répartition dans les années à venir. 

0 salarié  1 à 9 salariés  10 à 19 salariés 


Ensemble  85%  14%  1% 
Agriculture, sylviculture et pêche  93%  7%  0% 
Industrie  69%  31%  0% 
Construction  86%  14%  0% 
Commerce, transport et services divers  87%  13%  0% 
dont commerce, réparation auto  83%  17%  0% 
Administration publique, enseignement, santé, action sociale  71%  21%  7% 
FIGURE 78 ‐ LE NOMBRE DE SALARIES PAR SECTEUR D'ACTIVITE 

Les entreprises et exploitation sans salarié reste très largement majoritaire sur le canton. Le Brusquet, La Javie 
et    Prads‐Haute‐Bléone  accueillent  quelques  entreprises  de  1  à  9    salariés.  Le  Brusquet,  siège  de  la 
communauté de commune et possédant une bibliothèque, une déchetterie et un accueil collectif éducatif est 
la seule commune employant plus de 10 salariés. 

En résumé : 

 La commune d’Archail est confirmé dans son rôle de commune à vocation « séjour de vacance ». 
 La commune de Beaujeu reste une commune rurale à très forte dominante agricole. 
 Le  Brusquet  est  bien  la  zone  péri‐urbaine  de  Digne  les  Bains  mais  garde  une  très  forte  proportion 
d’activité agricole. La pression immobilière risque de modifier ce ratio dans les années à venir. 
 La commune de Draix reste une petite commune agricole. Sa difficulté d’accès et son charme risque 
de la rapprocher de la situation de sa voisine Archail. 
 La  commune  de  La  Javie,  chef‐lieu  du  canton,  possède  encore  une  forte  composante  agricole. 
Néanmoins, l’amorce d’un changement apparaît et risque de transformer ce village en « dortoir » de 
Digne les Bains. 

74 
 
 Prads‐Haute‐Bléone est  très fortement agricole, les vastes espaces en fond de vallée, l’étendue de 
son territoire et son excentrement par rapport à l’axe de communication majeur la D900 protège ce 
territoire de la pression démographique mais est la cause d’un dépeuplement continu et du fort ratio 
d’habitation secondaire. 

Infrastructures 
Sur  les  6  communes  constituant  le  canton,  seule  trois  possèdent  des  services  publics  (hors  mairie)  et  des 
commerces. 

Le Brusquet : 

 Un Groupe Scolaire 
 Un centre d’Accueil Collectif Educatif de Mineurs 
 Une bibliothèque municipale 
 Une Déchetterie 
 Une Agence Postale Communale 
 Un Garage Automobile 
 Un coiffeur 
 Une boulangerie 

La Javie : 

 Une école publique 
 Une gendarmerie 
 Un centre de secours 
 Une poste 
 Une déchetterie 
 Un garage automobile 
 Une épicerie 
 Une boulangerie 
 Un hôtel 
 Un café‐restaurant 
 Un écomusée 

Prads‐Haute‐Bléone: 

 Une école publique 
 Une bibliothèque 
 Un café 

   

75 
 
Le monde agricole dans le canton 
 Sources : DRAAF, Chambre d’agriculture des Alpes de Haute Provence, Statistiques agricole 2010, INSEE, 
AGRESTE, Observatoire des Territoires 

En fin de document, plusieurs cartes sont présentées permettant de visualiser les zones agricoles sur un fond 
relief. 

Classification des communes 

 
FIGURE 79 ‐ LES ZONES DEFAVORISEES ET TYPES DANS LES ALPES DE HAUTE PROVENCE 

Le canton de la Javie est en Zone Défavorisée Nationale 1, les communes d’Archail, Le Brusquet, Drais et La 
Javie sont classifiées « Montagne sèche », Beaujeu et Prads‐Haute‐Bléone sont classifiées « Haute‐montagne 
sèche » (fig. 79). 

Le soutien spécifique ou renforcé de l'agriculture dans les zones défavorisées mobilise de multiples aides:  

 la mesure clé des ICHN Indemnités compensatrices du handicap naturel  
 les  mesures  structurelles,  ciblées  ou  modulées  en  fonction  des  zones  défavorisées  :  aides  à 
l'investissement et à l'installation et l'aide au pastoralisme,  
 les mesures agro‐environnementales : les MAE (Mesures Agro‐Environnementales) et la PHAE (Prime 
Herbagère Agro‐Environnementale) en particulier, 
 les aides différentes selon les types d'élevage (et, parfois, comme certaines primes ovines, spécifiques 
aux zones de montagne),  
 des aides aux filières hors dispositif communautaire (collectivités territoriales et offices d'élevage). 

Cette  classification  ouvre  droit  aux  ICHN  (Indemnités  Compensatoires  de  Handicaps  Naturels)  dont 
l’attribution obéit aux règles suivantes : 

 Diriger une exploitation agricole d’au moins 3 hectares de superficie agricole utilisée. 
 Avoir le siège de leur exploitation et au moins 80% de la SAU en zone défavorisée. 
 Détenir un cheptel d’au moins trois unités de gros bétail en production animale avec au moins trois 
hectares en surfaces fourragères éligibles ou détenir au moins un hectare en culture éligible. 

76 
 
 Retirer  au  moins  50%  de  leur  revenu  professionnel  de  l’exploitation  agricole  —  les  agriculteurs 
pluriactifs, qui ont une activité extérieure non agricole, sont également éligibles lorsque leurs revenus 
non agricoles sont inférieurs à un pourcentage du SMIC défini par type de zone. 
 Respecter le chargement défini au niveau départemental et compris entre des seuils définis par zone 
ou sous‐zone. 

Elles ont pour but de : 

 assurer l’exploitation continue des superficies agricoles de manière à contribuer au maintien d’une 
communauté agricole viable ;  
 préserver l’espace naturel ;  
 maintenir et promouvoir des modes d’exploitation durables, qui tiennent compte en particulier des 
exigences environnementales. » 

Le principe d’action spécifique des ICHN est la compensation d’un handicap naturel permanent lié à la zone 
afin de permettre aux exploitations de s’adapter à ce milieu, de se maintenir et d’assurer une exploitation 
continue des superficies agricoles.  

La finalité est avant tout économique par la compensation du handicap. Mais le dispositif s'inscrit aussi dans 
les autres objectifs du règlement de développement rural (RDR) à savoir la préservation de l'environnement 
et le développement des territoires. 

   

77 
 
Le monde agricole dans le contexte socio‐professionnel du canton 
Le monde agricole représente 30% des établissements du canton de la Javie. 

Par commune, le ratio s’établit ainsi : 

0%

49% 53%

23%
21%

50%

Archail Beaujeu Le Brusquet Draix La Javie Prads


 
FIGURE 80 ‐ POURCENTAGE DES ETABLISSEMENTS AGRICOLES PAR COMMUNE 

Beaujeu,  Prads‐Haute‐Bléone  et  Draix  ont  une  majorité  d’établissements  tournés  vers  le  monde  agricole. 
Toutefois cette représentation juste au niveau communal ne reflète pas l’état du canton. 

0%

14%

35%

33%

14%
4%

Archail Beaujeu Le Brusquet Draix La Javie Prads


 
FIGURE 81 ‐ POIDS DES ETABLISSEMENTS AGRICOLES COMMUNAUX DANS LE CANTON 

En calculant pour chaque commune le ratio entre le nombre d’établissement agricole présent sur celle‐ci et le 
nombre  d’établissements  agricoles  présents  sur  le  canton,  nous  nous  apercevons  que  deux  communes 
concentrent  à  elle  seule  68  %  des  établissements.  Ce  sont  les  communes  de  Prads‐Haute‐Bléone  et  de  Le 
Brusquet. 

 Suivant les statistiques INSEE 2012, 191 établissements tout secteurs sont implantés sur le canton dont 57 
établissements agricoles soit 30%. 

Draix,  Prads‐Haute‐Bléone  et  Beaujeu  restent  des  communes  à  dominante  agricole,  Archail  devient  une 
commune annexe de Digne les Bains tout comme Le Brusquet et dans une moindre mesure La Javie. 

Néanmoins, Le Brusquet et Prads‐Haute‐Bléone concentrent à elles seules 68% des établissements agricoles 
du canton. Cette situation est à mettre en rapport avec l’environnement géographique de ces deux communes 
qui possèdent de vaste zone au relief peu prononcé. 

78 
 
Evolution du monde agricole dans le canton 
Evolution du nombre d’exploitants agricoles de 1970 à 2010  
Source : www.stats.agriculture.gouv.fr 

  Nb d'exploitation agricole 
   1970  1979  1988  2000  2010 
  France  1587639  1262669  1067082  698444  514694 
PACA  73435  57160  44579  29093  22103 
  Alpes de Hte Provence  5711  5085  4466  2947  2181 
Canton de La Javie  132  84  68  42  37 
  Commune de Archail  4  3  2  1  1 
Commune de Beaujeu  17  12  9  6  8 
  Commune de Le Brusquet  34  21  20  13  12 
Commune de Draix  5  3  3  1  2 
  Commune de La Javie  28  20  16  10  5 
Commune de Prads‐Hte‐Bléone  44  25  18  11  9 
 

100%

90%

80%

70%
Pourcentage de 1970

60%

50%

40%

30%

20%

10%
1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010

France PACA Alpes de Hte Provence


Canton de La Javie Commune de Archail Commune de Beaujeu
Commune de Le Brusquet Commune de Draix Commune de La Javie
Commune de Prads‐Hte‐Bléone
 
FIGURE 82 ‐ EVOLUTION DU NOMBRE D'EXPLOITATIONS AGRICOLES EN BASE 1970 

Depuis  1970  le  nombre  d’exploitation  agricole  ne  cesse  de  décroître.  La  tendance  est  la  même  de  l’entité 
nationale à la commune.  

Sur les communes de Draix et de Beaujeu, nous observons une augmentation du nombre d’exploitation entre 
2000 et 2010. Cette augmentation semble être purement mathématique pour la commune de Draix qui passe 
d’une exploitation en 2000 à deux en 2010. Pour Beaujeu, cette croissance semble être réaliste en regard des 
six exploitations en 2000. 

   

79 
 
Evolution de la SAU de 1970 à 2010 
 Source : www.stats.agriculture.gouv.fr 

SAU (hectares) 
   1970  1979  1988  2000  2010 
France  29904735  29496572  28749066  27995743  27087794 
PACA  719107  653233  661542  693252  609368 
Alpes de Hte Provence  166952  158712  140923  165807  145106 
Canton de La Javie  3196  3885  2995  4656  2716 
Commune de Archail  144  170  135  104  71 
Commune de Beaujeu  385  203  226  468  561 
Commune de Le Brusquet  515  411  410  879  180 
Commune de Draix  242  295  283  744  631 
Commune de La Javie  702  808  998  1035  684 
Commune de Prads‐Hte‐Bléone  1208  1998  943  1426  589 
 

350%
Variation en % de la SAU base 1970

300%

250%

200%

150% 1970

100% 1979
1988
50%
2000
0%
2010

 
FIGURE 83 ‐ EVOLUTION DE LA SAU EN % DE 1970 

Autant la tendance française, régionale et même départementale est à la baisse, autant l’évolution de la SAU 
sur le canton de la Javie ne permet pas une analyse globale sur le territoire. La variabilité est trop importante 
sauf pour Archail qui voit sa SAU décroître de façon constante. 

En prenant les moyennes de SAU sur 40 ans de 1970 à 2010 et en rapportant cette moyenne à la SAU de 1970 
nous pouvons lisser cette variabilité et dégager une tendance propre au territoire concerné (fig. 84). Ainsi en 
moyenne et sur cette période la SAU évolue de la façon suivante. 

190%
170%
150%
130%
110%
90%
70%

 
FIGURE 84 ‐ MOYENNE SAU 1970‐2010 RAPPORTEE A 1970 

80 
 
La SAU du canton de la Javie a tendance à croire tout comme celle des communes de Draix et de la Javie. La 
SAU de la commune de Prads‐Hte‐Bléone est constante. Par contre Archail, Beaujeu et Le Brusquet voient leur 
SAU décroître à un taux égal ou supérieur aux moyennes régionale et française. 

En ce qui concerne la commune de Draix, l’augmentation spectaculaire de la SAU est un épiphénomène du au 
déboisement massif de parcelles montagneuses. 

Evolution de la part de la SAU des exploitations de 100 ha et + de 1970 à 2010 

Source : www.stats.agriculture.gouv.fr 

100%

90%

80%

70%

60%
% de la SAU

50%

40%

30%

20%

10%

0%
1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010

France Alpes de Hte Provence
Canton de La Javie Commune de Archail
Commune de Beaujeu Commune de Le Brusquet
Commune de Draix Commune de La Javie
Commune de Prads‐Hte‐Bléone
 
FIGURE 85 ‐ EVOLUTION DE LA PART DE LA SAU DES EXPLOITATIONS DE 100 HA ET + 

Hormis les communes d’Archail et de Draix qui sont deux cas spécifiques vu la faible étendu de leur territoire 
et le relief particulier, une tendance nette se dessine, celle de la concentration de plus en plus poussée de 
l’espace  agricole  qui  va  de  pair  avec  la  diminution  du  nombre  d’exploitations.  Il  est  à  noter  que  cette 
concentration s’est faite  plus vite qu’à l’échelle  du territoire métropolitain.  L’élevage étant  dominant  dans 
cette région, les surfaces disponibles était initialement plus grande et donc la concentration plus rapide. 

   

81 
 
Les cultures 
Les statistiques communales étant touchées en partie par le secret statistique, l’étude ne pourra porter sur les 
communes. Seul le canton de la Javie sera étudié. Dans les cas ou des données propres aux communes serait 
disponibles celles‐ci seront analysée. 

Dans un premier nous allons mettre en perspective le canton par rapport aux entités administratives (France, 
Région, Département). 

France PACA

2,0%
4,0%
9,7%
28,3% 21,8%
44,8%
23,9%
15,6%
34,1%
15,8%

STH 2010 STH 2010
Terre Labourable Céréales SAU Terre Labourable Céréales SAU
Terre Labourable Autres cultures SAU Terre Labourable Autres cultures SAU
Autres SAU Autres SAU
Terre Labourable Oléo‐protéagineux SAU Terre Labourable Oléo‐protéagineux SAU
 

Alpes de Hte Provence Canton de La Javie

3,0% 0,3%
3,6%

18,2%
22,3% 7,4%
54,2%
16,9% 74,1%

STH 2010
Terre Labourable Céréales SAU STH 2010
Terre Labourable Autres cultures SAU Terre Labourable Céréales SAU
Autres SAU Terre Labourable Autres cultures SAU
Terre Labourable Oléo‐protéagineux SAU Autres SAU
 
FIGURE 86 – COMPARAISON DE LA DISTRIBUTION DE LA SAU PAR DESTINATION 

Nous observons une augmentation de la proportion des STH, caractéristiques de terrain pauvres et de zones 
de montagne. 

La part des oléo‐protéagineux est très faible dans les Alpes de Haute Provence et inexistante sur le canton de 
La Javie. 

La proportion des terre labourables dévolue aux céréales équivalente entre PACA et Alpes de Haute Provence, 
sur le canton cette proportion est faible (terrains inadéquates). 

Le  canton  de  la  Javie  représente  4,43%  du  territoire  des  Alpes  de  Haute  Provence  mais  que :  1,7%  des 
exploitations agricoles, 1,87% de la SAU, 2,56% de la STH, 0,82% des terres labourables en céréales, 1,54% des 
terres labourables en autres cultures et 0,12% de la SAU à autre destination et 2,95% des UGB du département 
des Alpes de Haute Provence.  

82 
 
Sur le canton de la Javie, 75% de la SAU est caractérisée en STH et 25 % l’est en terre labourable. Nous sommes 
bien en montagne. 

Céréales

7,36% Vignes, légumes frais, Plantes
0,23% à Parfum, Aromatiques et
6,75% Médicinales horticulture
4,08%
Arboriculture, y compris
oléiculture
7,47%
Prairies temporaires

62,09% 12,01%
Prairies artificielles

STH productive

STH peu‐productive

 
FIGURE 87 ‐ CANTON DE LA JAVIE 

Commune de Archail Commune de Beaujeu Commune de Le Brusquet

1,5

61,1

79,2

100,8
499,9
69,5

STH 2010 Terre Labourable SAU STH 2010 Terre Labourable SAU STH 2010 Terre Labourable SAU


 

Commune de Draix Commune de La Javie Commune de Prads‐Hte‐Bléone

76,6
242,9 220,2

388,1 463,8
512,4

STH 2010 Terre Labourable SAU STH 2010 Terre Labourable SAU STH 2010 Terre Labourable SAU


 
FIGURE 88 ‐ REPARTITION DE LA SAU DANS LES COMMUNES EN HECTARES 

   

83 
 
Les orientations technique agricole 
 

Orientation technico‐économique de l'exploitation 

dont 
dont  dont Ovins et  dont  dont 
Toutes  Maraîchage 
   Grandes  Autres  Elevages  Polyculture, 
orientations  et 
cultures  herbivores  hors sol  Polyélevage 
Horticulture  
Commune  2010  2010  2010  2010  2010  2010 
04009 ‐ Archail  1        1       
04024 ‐ Beaujeu  8        secret  secret    
04036 ‐ Le Brusquet  12  7     secret  secret  3 
04072 ‐ Draix  2  1           1 
04097 ‐ La Javie  5  secret     secret       
04155 ‐ Prads‐Haute‐Bléone  9     secret  secret       
FIGURE 89 ‐ ORIENTATION TECHNICO‐ECONOMIQUE DE L'EXPLOITATION 

Le secret statistique ne permet l’étude des orientations technico‐économique des exploitations du canton. 

Il n’en reste pas moins que la commune de Le Brusquet concentre un grand nombre d’exploitations faisant 
des « Grandes Cultures », cela va de pair avec la proportion de terres labourables sur celle‐ci. 

Néanmoins,  la  DRAAF  ainsi  que  l’Agreste  publient  des  données  permettant  de  classifier  les  communes  en 
fonction des productions. 

Le cheptel 
Tout d’abord, il faut souligner la disparité entre le nombre d’UGB sur le canton fournit par la DRAAF (1574 ‐
18% par rapport à 2000) et celui fournit par l’Agreste (1397). Par contre la DRAAF, contrairement à l’Agreste 
fournit un descriptif du cheptel sur le canton en 2010 : 

 8106 ovins dont 7061 brebis mères nourrices. En baisse de ‐29% pour les ovins et de ‐6% pour les 
brebis par rapport à 2000 
 169 caprins en baisse de ‐3% par rapport à 2000 
 Aucun bovin 

Le  nombre  d’UGB  par  commune  est  illustré  ci‐dessous.  Trois  communes  ressortent :  Prads‐Haute‐Bléone, 
Beaujeu et le Brusquet. Autant les deux premières peuvent se prévaloir d’un territoire propice à la présence 
d’ovins, autant, le Brusquet situé en fond de vallée serait propice à la  culture céréalière.  Néanmoins  cette 
commune ayant le plus grand nombre d’exploitations agricoles, nous pouvons expliquer ces 289 UGB par la 
présence de stabulation permettant l’hivernage et une transhumance sur des parcelles d’autres communes 
aux beaux jours.    

48

386
386

192
289
96

Commune de Archail Commune de Beaujeu
Commune de Le Brusquet Commune de Draix
Commune de La Javie Commune de Prads‐Hte‐Bléone
 
FIGURE 90 –REPARTITIONS DES UGB PAR COMMUNE 

84 
 
 

Caprin 

La  production  caprine  est  anecdotique,  en  prenant  169  caprins  pour  0,17  UGB  par  caprin,  nous  pouvons 
estimer le cheptel caprin à 29 UGB soit, fonction du nombre d’UGB retenu sur le canton, entre 1,8 et 2,1% des 
UGB cantonaux. De plus, la baisse du nombre de caprins entre 2000 et 2010 (‐3%), mis en rapport avec la 
baisse ovine (‐29%), confirme l’épiphénomène caprin dans le canton.  

Seul trois communes (selon l’Agreste) ont des exploitations agricoles comprenant un atelier caprin. 

2 2

Commune de Archail Commune de Beaujeu
Commune de Le Brusquet Commune de Draix
Commune de La Javie Commune de Prads‐Hte‐Bléone
 
FIGURE 91 ‐ NOMBRE D’EXPLOITATIONS AYANT UNE ACTIVITE CAPRINE 

Sans  grande  surprise,  eu  égard  aux  besoins  des  caprins,  ces  trois  communes  sont  celles  ayant  une  forte 
proportion de zone de montagne, ou, pour la Javie, une grande partie de son territoire assis sur des zones à 
fort relief. 

Ovins 

La baisse notable du nombre d’ovins (‐29%) laisse donc penser à une érosion de la production, vendues pour 
des  raisons  économiques,  contrairement  à  la  baisse  du  nombre  de  brebis  mères  nourrices  (‐3%)  qui  se 
maintient. La capacité productive est préservée mais la production est vendue plus rapidement. 

5
6

2
2
2

Commune de Archail Commune de Beaujeu
Commune de Le Brusquet Commune de Draix
Commune de La Javie Commune de Prads‐Hte‐Bléone
 
FIGURE 92 ‐ NOMBRE D'EXPLOITATION AYANT UNE ACTIVITE OVINE 

En considérant le cheptel caprin anecdotique, et sans tenir compte des disparités entre exploitations au sein 
des communes, le nombre d’ovins par exploitation ayant un atelier de ce type est de : 

85 
 
160

UGB / Exploitation
140
120
100
80
60
40
20
0

 
FIGURE 93 ‐ NOMBRE D'UGB OVINS PAR COMMUNE ET EXPLOITATION 

Nous remarquons immédiatement que la commune de Le Brusquet a la plus forte charge en UGB ovin par 
exploitation. Cela est contradictoire avec la répartition des STH et Terres Labourables de cette commune. 

En effet, en calculant la charge à l’hectare de STH par commune nous avons : 

4,5
4
3,5
Hectare/UGB

3
2,5
2
1,5
1
0,5
0

 
FIGURE 94 – HECTARES STH PAR UGB 

Nous remarquons immédiatement que la commune de Le Brusquet à la plus forte charge. Sachant que la 
charge en zone de montagne est de 1,54 hectare/UGB en moyenne en Europe (cf – chambres agricultures), 
que nous sommes en zone de montagne sèche et en climat méditerranéen, la charge devrait être revue à la 
baisse. En effet, le couvert végétal est fragile en montagne, de croissance plus lente. 

Il est donc probable que le cheptel ovin sur la commune de Le Brusquet soit transhumé vers Draix et la Javie, 
les autres communes étant proche du seul de saturation. 

Nous pouvons afin remarquer la forte présence d’exploitations à atelier ovin dans les communes de Beaujeu 
et de Prads‐Haute‐Bléone (cf – fig 92). Cela est à mettre en parallèle avec la classification de ces deux 
communes en Zone Défavorisée N°1 de type «Haute‐montagne sèche ». Cette zone ayant le plus fort taux 
d’ICHN il est difficile de savoir quel est le facteur premier à l’implantation de telles exploitations. Est‐ce 
l’attrait des aides ou est‐ce un terroir propice ? 

Quoiqu’il en soit, Archail, Beaujeu, et Prads‐Haute‐Bléone ont atteint leur niveau optimal en charge ovine. 
Seules les communes de la Javie et de Draix offrent encore un potentiel qui doit être sérieusement grevé par 
l’estive des deux exploitations de Le Brusquet et d’une partie du cheptel ovin de la Javie. 

   

86 
 
Le prix des exploitations 
Source : Safer ‐ Safer PACA – Propriétés rurales – Le prix des terres 

Afin  d’établir  un  comparatif,  seront  étudiés  les  prix  dans  les  Alpes  de  Haute  Provence  (04)  et  ceux  du 
département de Saône et Loire (71). 

13 biens sont en vente dans les Alpes de Haute Provence et 11 le sont en Saône et Loire. 

7 1 400 000 €
6 1 200 000 €
5 1 000 000 €
4 800 000 €
3 600 000 €
2 400 000 €
1 200 000 €
0 0 €

04 71 04 71
   
FIGURE 95 ‐ REPARTITION DES BIENS A VENDRE PAR DESTINATION ET PRIX MOYEN DES BIENS PAR DESTINATION 

4,5 1 200 000 €
4 1 000 000 €
3,5 800 000 €
3
600 000 €
2,5
400 000 €
2
200 000 €
1,5 04 04
1 0 €
71 Haute Vallée du… 71
Bresse

Manosque
Morvan

Valensole
Vallée de la Durance
Proche Jura

Vallée du Jabron
Lac de Serre‐Ponçon

Verdon
Côte chalonnaise

Luberon
Mâconnais
Charollais

0,5
0

   
FIGURE 96 ‐ LA LOCALISATION DES BIENS A VENDRE ET PRIX MOYEN PAR LOCALISATION 

Le prix moyen d’un bien en vente est de : 

 Saône et Loire : 410 000 €  
 Alpes de Haute Provence : 850 000€ 

Le prix médian d’un bien en vente est de : 

 Saône et Loire : 350 000 €  
 Alpes de Haute Provence : 895 000€ 

Malgré la forte disparité des biens, le tableau « Prix moyen par localisation » illustre bien la différence entre 
la Saône et Loire et les Alpes de Haute Provence. En effet le prix moyen le plus bas du 04 correspond au prix 
moyen du Mâconnais. Sachant que La Haute Vallée du Verdon ne bénéficie pas des infrastructures et axes de 
communication du Mâconnais, nous pouvons aisément en déduire que le prix des exploitations agricoles dans 
les Alpes de Haute Provence n’est pas en adéquation avec des activités agricoles traditionnelles. 

Le canton de La Javie n’est pas représenté dans les biens en vente. Même si cette entité est excentrée par 
rapport aux localisations des propriétés mis en vente dans le 04, les déductions faites de façon générale sont 
transposables au particulier du canton. 

Cela explique, la diminution de la SAU ainsi que la baisse et le vieillissement de la population agricole dans le 
canton, les agriculteurs à l’âge de la retraite vendant les terrains en zone constructible au prix du marché tandis 
que les jeunes agriculteurs trouvent difficilement des financements à hauteur des prix pratiqués.

87 
 
Des statistiques 
Sur la période 2000 ‐2010, selon les statistiques de la DRAAF : 

1. Le nombre d’exploitations chute de ‐12% 
 Les moyennes et grandes exploitations (Production Brute Standard > 25000 €) = ‐6% 
 Exploitations individuelles = ‐ 19 % 
Les petites exploitations ont du mal à survivre. 
2. La population active agricole décroit de ‐13% 
‐ Chefs et coexploitants = ‐11% 
‐ Autres actifs familiaux = ‐67% 
Les enfants ne travaillent plus sur l’exploitation familiale. 
 Salariés permanents = +350% 
 Saisonniers et occasionnels = +23% 
3. Le nombre d’UTA (Unité de Travail Annuel) augmente de +13% 
 UTA familiales : 
‐ Chefs et coexploitants = +7% 
‐ Conjoints non coexploitant = +24% 
‐ Autres actifs familiaux = ‐93% 
Les enfants ne travaillent plus sur l’exploitation familiale. 
 Salariés permanents = +288% 
Compense la diminution des actifs familiaux. 
 Saisonniers et occasionnels = +89% 
 ETA et CUMA = ‐95 % 
4. Le nombre de chefs et coexploitants régresse de ‐11% 
 Les moins de 40 ans = ‐29% 
La relève n’est pas assurée. 
 De 40 à 54 ans  = ‐15 % 
Vieillissement de la population agricole. 
 Plus de 54 ans = +17% 
5. La SAU régresse de ‐42 % 
 Superficie irrigable = ‐19% 
 Superficie en faire‐valoir direct* = ‐45% 
 Superficie en fermage = ‐41% 
 Terres labourables = +115% 
6. Destination de la SAU 
Destination  Variation 2000‐2010 
Céréales  10% 
Vignes, légumes frais, PAPAM, horticulture  227% 
Arboriculture, y compris oléiculture  ‐2% 
Prairies temporaires  446% 
Prairies artificielles  189% 
STH productive  ‐15% 
STH peu‐productive  ‐57% 
7. Les UGB diminuent de ‐18% 
 Il n’y a aucune exploitation avec bovins en 2000 et 2010 
 Ovins = ‐ 29% 
‐ Le nombre de brebis mère nourrices chute de ‐6% 
 Caprins = ‐3% 

* Superficie en faire‐valoir direct = L’exploitant est le propriétaire du terrain 

88 
 
Conclusion 
Les  exploitations  se  concentrent  provoquant  la  baisse  du  nombre  d’exploitations  agricoles  sur  le  canton.  Néanmoins 
celles‐ci ne sont pas épargnées avec une régression de ‐6%. La concentration pour survivre ou gagner en productivité 
semble être une tendance confirmée en France et en Europe. 
Corollaire  de  cette  décrue,  le  nombre  de  chef  d’exploitation  diminue  mais  la  diminution  est  dramatique  en  ce  qui 
concerne  les  autres  actifs  familiaux.  Ces  actifs  peuvent  être  des  ascendants  qui,  l’âge  moyen  de  l’exploitant  agricole 
augmentant,  quittent  ce  monde  ou  des  descendants  pour  lesquels  les  difficultés  de  vie,  l’absence  d’emploi  dans  le 
secondaire ou le tertiaire, la hausse de l’immobilier et la saturation des espaces dans le canton, sont autant de motivation 
de départ. Il va sans dire que le déficit de naissance et plus largement de la tranche 0‐29 ans dans le canton était, de 
longue date, un signal d’alerte fort envoyé aux pouvoirs publics. 
Toutefois, il est à remarquer que le non renouvellement de la population agricole permet de créer des emplois comme 
l’augmentation spectaculaire des UTH saisonniers et salariés permanents le laisse entendre. Néanmoins, la question du 
renouvellement demeure.  
Nous sommes au sein de populations attachées à leurs terres. La succession le moment venue sera‐t‐elle : un signal de 
vente pour le descendant au profit d’un repreneur ? , une mise en fermage ? , du métayage ? De mon expérience, sur ce 
territoire, il est plus que probable de voir se développer de la friche agricole dans l’espoir, pour les fonds de vallée et 
plateaux, d’une plus‐value si les terres venaient, sous la pression de Digne, à être déclarée constructibles. Cet avis peut 
être tempéré par l’augmentation des surfaces en terres labourables, mais en soit, je relierais cette accroissement à une 
l’augmentation des prix des céréales sur les marchés internationaux et donc à un choix soit purement spéculatif ou une 
volonté d’autosuffisance sur le terroir. 
Il est intéressant de voir se réimplanter une culture de la lavande sur les communes de Draix et d’Archail. Sous l’impulsion 
de  l’AOC  Huile  essentielle  de  lavande  de  Haute‐Provence,  la  destination  des  terres  labourables  des  communes  de  Le 
Brusquet, La Javie et Prads‐Haute‐Bléone, suivra‐t‐elle l’exemple de ces deux petites communes ? Il est probable que 
l’arrivée de néo‐ruraux serait un amplificateur en la matière. 
En ce qui concerne les STH d’altitude, la concentration est, d’ores et déjà, maximale, ces terres, primes PAC aidants, étant 
dans  les  mains  que  quelques  grands  propriétaires.  Le  changement  de  mode  de  calcul  en  2015  portera‐t‐il  les  fruits 
attendus ? 
Pouvoirs publics ou représentants élus semblent, pour des raisons sans doute financières et électorales, privilégier le 
développement de leurs communes (Draix, Archail, La Javie, Le Brusquet) au profit de Digne les Bains et façonner ainsi 
une vallée dortoir qui, certes, attirera les urbains pour son cadre rural mais, transformera (c’est déjà le cas de Le Brusquet) 
ce bassin sur un modèle économique et social péri‐urbain. 
Il n’en reste pas moins vrai, que cette tendance se heurte à la réalité du bassin économique de Digne qui hormis le service 
à  la  personne,  secteur  aisément  justifiable  eu  égard  au  vieillissement  général,  et  le  tourisme,  secteur  hautement 
dépendant des conjonctures économiques, n’offre pas un cadre propice au développement d’industries à haute valeur 
ajoutée ou génératrice d’emploi. 
Le modèle PACA, eldorado du retraité, semble avoir vécu son âge d’or, les générations des trente glorieuses passent et 
celles qui viennent n’auront sans doute pas les mêmes moyens que leurs ainés. Le prix médians des biens affichés à la 
SAFER  me  semblent  être  l’exemple  type  d’une  région  dont  la  politique  est  décorrélée  du  bien  commun.  Les  freins 
économiques  actuels  risquent  pourtant  de  brouiller  la  situation,  la  dégradation  du  marché  de  l’immobilier  neuf, 
l’attentisme  ambiant  pourrait  permettre  une  baisse  drastique  des  prix  ce  qui  permettrait  à  de  nouveaux  exploitants 
d’accéder à la propriété. 
Stratégiquement parlant, sans prendre en compte l’environnement culturel et social définis au sens moderne du terme, 
un nouvel exploitant aurait tout intérêt à réinvestir les habitats délaissés en moyenne montagne. Il y trouverait, à défaut 
d’un cadre de vie moderne, un terroir préservé propice à des productions « bio » à haute valeur ajoutée ainsi qu’une 
habitation pour un coût modeste. Se pose alors la question de la vente de sa production. La vente en circuit‐court est‐
elle envisageable ? Un partenariat ville‐campagne est‐il possible ? 
L’exemple de l’IGP Agneau de Sisteron ouvre la voie à de telles solutions, la table de l’Elysée ayant fait honneur, le 6 juin 
dernier, à cette production de très haute qualité. 
L’apiculture me semble donc toute adaptée au territoire étudié, les caractéristiques de celui‐ci permettant d’espérer une 
production labellisée biologique.   

89 
 
   

90 
 
Mise en situation 

 
FIGURE 97  ‐ LEGENDE DU REGISTRE PARCELLAIRE 2010 (SOURCE GEOPORTAIL & MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L'AGROALIMENTAIRE) 
   

91 
 
Canton de La Javie – CC de Haute‐Bléone 
30687 hectares ‐ SAU 2716 hectares ‐ 1397 UGB – 37 exploitations  

 
FIGURE 98 ‐ REGISTRE PARCELLAIRE 2010 CANTON DE LA JAVIE (SOURCE GEOPORTAIL & MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L'AGROALIMENTAIRE) 

Cette vue générale montre bien la concentration des zones de cultures (terres labourables) sur l’axe de fond 
de vallée Le Brusquet – La Javie. 

Canton de La Javie PACA vs France ‐ 04 vs PACA ‐ Canton vs 04


0,3% 40% 35,7%
34,0%
35%
28,8%
30% 25,5%
18,2% 22,1%
23,8% 24,1%
25%
20%
15% 12,3%
7,4% 9,9%
10% 5,7% 4,4%
3,6% 2,6% 3,9% 3,0%
5% 4,5% 2,2% 1,5% 1,5%
1,7% 1,9% 1,0% 0,8% 0,5% 0,0% 0,2%
0,8%

74,1% 0%

STH 2010
Terre Labourable Céréales SAU
Terre Labourable Autres cultures SAU
Autres SAU PACA Alpes de Hte Provence Canton de La Javie
 
 

92 
 
 
FIGURE 99 ‐ MODELISATION 3D DU CANTON (SOURCE EEA EUROPA FICHIER TIF TRAITE SOUS QGIS) 

 
FIGURE 100 ‐ DRAPAGE RPG 2012 SUR FOND RELIEF GOOGLE EARTH 

   
93 
 
Commune d’Archail 
1299 hectares – SAU 71 hectares – 48 UGB – 1 exploitation 

 
FIGURE 101 ‐ REGISTRE PARCELLAIRE 2010 COMMUNE DE ARCHAIL (SOURCE GEOPORTAIL & MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L'AGROALIMENTAIRE) 

Répartition intra‐communale Commune de Archail
% du même type canton de la Javie
2,1%
50%

40%

30% 23,80%
20%

10% 4,23% 2,70% 2,61% 3,45% 3,44%


0%
97,9%

STH 2010

Terre Labourable Céréales SAU

Terre Labourable Autres cultures SAU

Autres SAU
 
Les données du cheptel sont couvertes par le secret statistique.   

94 
 
 
FIGURE 102 ‐ MODELISATION 3D DE LA COMMUNE D’ARCHAIL (SOURCE EEA EUROPA FICHIER TIF TRAITE SOUS QGIS) 

   

95 
 
Commune de Beaujeu 
4568 hectares – SAU 561 hectares – 386 UGB – 8 exploitations 

 
FIGURE 103 ‐ REGISTRE PARCELLAIRE 2010 COMMUNE DE BEAUJEU (SOURCE GEOPORTAIL & MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L'AGROALIMENTAIRE) 

Répartition intra‐communale Commune de Beaujeu
7,3% % du même type canton de la Javie
3,6%
50%

40%
27,63%
30% 24,83%
21,62% 20,66%
20% 14,89%
10,09% 8,24%
10%
89,1%
0%

STH 2010
Terre Labourable Céréales SAU
Terre Labourable Autres cultures SAU
Autres SAU
 
6 exploitations en élevage de brebis nourrices, en progression de 50% par rapport à 2000. Cheptel de 2445 
têtes en 2010, soit une augmentation de 27% par rapport à 2000. 

Cheptel caprin couvert par le secret statistique en 2010. (Anecdotique en 2000)   

96 
 
 
FIGURE 104 ‐ MODELISATION 3D DE LA COMMUNE DE BEAUJEU (SOURCE EEA EUROPA FICHIER TIF TRAITE SOUS QGIS) 

   

97 
 
Commune de le Brusquet 
2225 hectares – SAU 180 hectares – 289 UGB – 12 exploitations 

 
FIGURE 105 ‐ REGISTRE PARCELLAIRE 2010 COMMUNE DE LE BRUSQUET (SOURCE GEOPORTAIL & MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L'AGROALIMENTAIRE) 

Répartition intra‐communale Commune de Le Brusquet
1,6% % du même type canton de la Javie

50% 45,98%

14,9% 40% 35,53%


32,43%
30%
44,0% 20,69%
20%
7,25% 6,63% 5,40%
10% 3,93%
39,5%
0%

STH 2010
Terre Labourable Céréales SAU
Terre Labourable Autres cultures SAU
Autres SAU
 
Cheptel ovin couvert par le secret statistique en 2010. (520 têtes et 3 exploitations en 2000) 

98 
 
 
FIGURE 106 ‐ MODELISATION 3D DE LA COMMUNE DE LE BRUSQUET (SOURCE EEA EUROPA FICHIER TIF TRAITE SOUS QGIS) 

   

99 
 
Commune de Draix 
2304 hectares – SAU 631 hectares – 96 UGB – 2 exploitations 

 
FIGURE 107 ‐ REGISTRE PARCELLAIRE 2010 COMMUNE DE DRAIX (SOURCE GEOPORTAIL & MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L'AGROALIMENTAIRE) 

Répartition intra‐communale Commune de Draix
0,3% % du même type canton de la Javie

50%

40% 35,94%
28,3% 31,21% 30,22%
30% 23,23%
19,28%
20%
7,51% 5,41% 6,87%
61,5% 10%
9,9%
0%

STH 2010
Terre Labourable Céréales SAU
Terre Labourable Autres cultures SAU
Autres SAU
   
Cheptel ovin et caprin couvert par le secret statistique.   

100 
 
 
FIGURE 108 ‐ MODELISATION 3D DE LA COMMUNE DE DRAIX (SOURCE EEA EUROPA FICHIER TIF TRAITE SOUS QGIS) 

   

101 
 
Commune de la Javie 
3727 hectares – SAU 684 hectares – 192 UGB – 5 exploitations 

 
FIGURE 109 ‐ REGISTRE PARCELLAIRE 2010 COMMUNE DE LA JAVIE (SOURCE GEOPORTAIL & MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L'AGROALIMENTAIRE) 

Répartion intra‐communale Commune de La Javie
% du même type canton de la Javie

50%
41,17%
40%
29,9%
30% 25,18% 23,04%

20% 13,74%
12,15% 13,51%
67,8% 7,86%
10%
2,3%
0%

STH 2010
Terre Labourable Céréales SAU
Terre Labourable Autres cultures SAU
Autres SAU
   
Cheptel ovin couvert par le secret statistique en 2010. (2032 têtes et 5 exploitations en 2000). 

Cheptel caprin couvert par le secret statistique en 2010. (44 têtes et 4 exploitations en 2000) 

102 
 
 
FIGURE 110 ‐ MODELISATION 3D DE LA COMMUNE DE LA JAVIE (SOURCE EEA EUROPA FICHIER TIF TRAITE SOUS QGIS) 

   

103 
 
Commune de Prads‐Haute‐Bléone 
16564 hectares – SAU 589 hectares – 386 UGB – 9 exploitations 

 
FIGURE 111 ‐ REGISTRE PARCELLAIRE 2010 COMMUNE DE PRADS‐HAUTE‐BLEONE (SOURCE GEOPORTAIL & MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L'AGROALIMENTAIRE) 

Répartion intra‐communale Prads‐Haute‐Bléone
5,2% % du même type canton de la Javie
7,8%
50%

40%
25,46% 27,63%
30% 24,32%
21,69%
20% 15,30%
9,25%
10%
87,0%
0%

STH 2010
Terre Labourable Céréales SAU
Terre Labourable Autres cultures SAU
Autres SAU
   
7 exploitations en élevage de brebis nourrices, en régression de 22% par rapport à 2000. Cheptel de 1757 
têtes en 2010, soit une régression de 14,3% par rapport à 2000. 

Cheptel caprin couvert par le secret statistique en 2010. (29 têtes et 4 exploitations en 2000) 

104 
 
 
FIGURE 112 ‐ MODELISATION 3D DE LA COMMUNE DE PRADS‐HAUTE‐BLEONE (SOURCE EEA EUROPA FICHIER TIF TRAITE SOUS QGIS) 

   

105 
 
Lexique 
1. Un interfluve est un relief compris entre deux talwegs2. Il est constitué de versants, séparés ou non par 
une surface plane. La crête d'interfluve désigne la ligne où se partagent les eaux de pluie. 

2. Un talweg (ou thalweg) correspond à la ligne qui rejoint les points les plus bas d'une vallée, ou la ligne qui 
rejoint les points les plus bas du lit d'un cours d'eau 

3. L’adret (terme géographique de 1927, issu du vieux français adrecht ‐ adroit, endroit ou bon côté) désigne 
les versants d’une vallée de montagne qui bénéficient de la plus longue exposition au Soleil. Le versant 
opposé de la vallée est l'ubac (envers en vallée d'Aoste). 

4. L’ubac (du franco‐provençal, opacus : obscur, sombre) ou localement envers désigne les versants d’une 
vallée de montagne qui bénéficient de la plus courte exposition au soleil. Les termes employés dans les 
Pyrénées sont aussi celui de bac et d'ombrée, en Corse d'umbrìa. Le versant opposé de la vallée est l'adret. 

5. Saisons météorologiques :  
 Printemps boréal du 1er mars au 31  mai 
 Eté boréal du 1er juin au 31 août 
 Automne boréal du 1er septembre au 30 novembre 
 Hiver boréal du 1er décembre au 28 février 

106