Vous êtes sur la page 1sur 4

Fiche de sécurité

A6 F 01 02

Tour Amboise
204, rond-point du Pont-de-Sèvres
92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX
Tél. : 01 46 09 26 91
Tél. : 08 25 03 50 50
Fax : 01 46 09 27 40 Les extincteurs portatifs
INTRODUCTION : Plusieurs milliers d’incendies ont lieu, chaque année, dans les chantiers ou ate-
liers du bâtiment (bitumes surchauffés, travaux par point chaud, arcs électriques, etc.).
Certains ont des conséquences graves pour le personnel (brûlures, blessures).
Aussi est-il nécessaire, avant tout, de les éviter, mais quand ils se sont déclarés, de combattre le
feu le plus rapidement possible.
Les extincteurs portatifs sont un moyen efficace de combattre le feu, mais encore faut-il savoir les
choisir et les utiliser.
Ce mémo-pratique présente l’essentiel de ce qu’il faut connaître pour choisir un extincteur portatif
et donne quelques conseils sur leur utilisation.
Ces conseils prodigués sont cependant insuffisants car, pour être efficace, un extincteur doit être
utilisé après avoir suivi une formation appropriée.

GÉNÉRALITÉS
Un extincteur est un appareil qui permet, sous l’effet
d’une pression intérieure, de projeter et diriger un agent
extincteur sur un foyer d’incendie.

LES CLASSES DE FEUX


On distingue quatre classes de feux :
Classe A
Feux de matériaux solides tels que bois, tissus, papier,
fourrages, etc., présentant une combustion vive avec
flammes ou lente avec formation de braises incandes-
centes pouvant continuer à brûler en l’absence de
flammes.
Classe B
Feux de liquides ou de solides liquéfiables ne laissant
pas de braises durables. Ce sont des feux du type
hydrocarbures, liquides (essences, huiles, cétones,
DR

alcools, etc.) ou solides (brai, bitume, etc.) - Panneau d’affichage précisant le type d’extincteur
Il faut distinguer dans cette catégorie les feux de type en place.
alcool-liquide polaires (heptane, acétone) et les feux
d’huile de cuisson pour lesquels de nouveaux moyens LES DIFFÉRENTS TYPES
d’intervention sont à l’étude. D’EXTINCTEURS
Classe C
Une combustion ne peut avoir lieu qu’en présence
Feux de gaz comme par exemple le méthane, propane,
d’oxygène le plus souvent contenu dans l’air ambiant.
butane, gaz naturel, ne devant jamais être éteints avant Les extincteurs doivent donc agir pour éteindre la com-
que la fuite ne soit arrêtée bustion et empêcher la reprise de l’incendie en limitant
Classe D l’arrivée d’oxygène.
Feux de métaux réducteurs comme le sodium, magné- Il faut cependant avoir recours à un extincteur approprié
sium, aluminium, etc. ou d’alliages légers qui peuvent au type de feux à éteindre :
brûler en présence de l’oxygène contenu dans l’eau ou Extincteurs à eau
le dioxyde de carbone. L’extinction de ces feux n’est pas Ils contiennent de l’eau qui est éjectée sous forme pul-
traitée dans ce mémo-pratique, car elle nécessite des vérisée en très fines gouttelettes refroidissant le foyer et
équipements spéciaux. formant une vapeur l’entourant complètement et arrêtant

Edition novembre 2002.


1
FICHE N° A6 F 01 02

Extincteurs à mousse
Ils contiennent un émulseur donnant de la mousse sous
l’effet de la pulvérisation dans l’air. Ils servent contre les
feux d’hydrocarbures et éventuellement d’alcools ou
cétones. Leur coût est modéré mais il faut les vider com-
plètement après emploi et les recharger. Ils sont sen-
sibles au froid et à la chaleur et la mousse émise
détériore les matériaux qu’elle a recouverts.
Extincteurs à poudre
Ils contiennent du bicarbonate de soude, du kaolin, ou
autre poudre qui vont être expulsés après mise en pres-
sion par rupture d’une cartouche de gaz carbonique.
Leur portée est réduite et leur action de courte durée
entraînant un risque de reprise du foyer. Selon le type de
poudre employé, ils peuvent être utilisés contre la plu-
part des feux même de métaux. Ils sont sans danger
pour le matériel et peuvent s’utiliser en milieu confiné et
ne sont pas sensibles au froid et au chaud.
Extincteurs à gaz carbonique
A base de gaz carbonique liquéfié (CO2), ils agissent par
effet de souffle chassant l’air ambiant et rendant l’atmo-
sphère incomburante. Ils ne présentent pas de risques
d’intoxication pour l’utilisateur et peuvent s’utiliser sur
DR

tous types de feux, et la neige carbonique formée n’est


pas conductrice d’électricité.
 - Extincteur de classe A et B. Ils peuvent s’employer à la demande, au coup par coup,
mais ils sont lourds et de faible portée. On tiendra
l’arrivée d’air contenant l’oxygène. Ils provoquent peu de compte dans le choix de l’emplacement de stockage
dégâts, toute l’eau étant vaporisée mais restent sen- que la bouteille peut exploser si elle est exposée à une
sibles au gel sans complément d’antigel. forte température pendant une longue période.
Ils peuvent être utilisés contre les feux d’hydrocarbures
avec un additif spécifique, élément chimique tensioactif, Extincteurs à gaz inertes
facilitant l’étalement et le mouillage de l’eau. Parmi ces Ils remplacent les halons estimés nocifs et dangereux
additifs, citons la famille les AFFF, Agents formant un pour l’environnement. Ils peuvent être utilisés pour des
film flottant. feux de gaz.

Le feu – Moyens d’extinction


Classes Exemples de combustibles Agents extincteurs Observations
A bois, charbon, eau avec ou sans additif
feux de matériaux solides, généralement végétaux, poudre polyvalente
de nature organique, dont la combustion papier, carton, mousse
se fait normalement avec formation de braises textiles naturels
liquides inflammables tels que poudre polyvalente
éthers, cétones gaz inerte (CO2, …)
alcools halons, mousse
B liquides inflammables tels que poudre polyvalente si le liquide
feux de liquides ou de solides pétrole, white-spirit, gaz inerte (CO2, …) est répandu en nappe,
liquéfiables fioul, huiles halons, mousse utiliser le sable sec
eau avec additif AFFF afin d’effectuer un barrage
poudre polyvalente
matières plastiques, mousse
REPODUIT AVEC L’AUTORISATION DE L’INRS

caoutchouc eau avec additif AFFF


C gaz de ville, méthane, poudre polyvalente en cas de fuite enflammée
feux de gaz butane, propane, gaz inerte (CO2,…) ou non, FERMER LA VANNE
acétylène D’ARRIVÉE DE GAZ
D aluminium, poudres et liquides
feux de métaux magnésium, spéciaux
sodium, potassium sable sec

2
FICHE N° A6 F 01 02

• Marquage CE avec numéro de l'organisme notifié


ayant vérifié la conformité.
• Estampille de la marque NF, comportant les mentions :
de l’organisme mandaté par l’AFNOR pour instruire la
certification : le CNMIS de la norme harmonisée appli-
cable : exemple norme « EN-3 » du numéro d'identifica-
tion du fabricant.
• Nature et volume de l’agent extincteur.
• Types de feu pour lesquels ils peuvent être employés
avec indication de la capacité. Ainsi un marquage 13A
signifie que l’extincteur peut éteindre 13 kg de matériaux
de classe A, un marquage 21B signifie que l’extincteur
peut éteindre 21 kg de matériaux de classe B.
• Températures limites auxquelles ils doivent être
conservés pour garder leur efficacité.
• Mode d’emploi.
• Dangers et restrictions éventuels.
• Eléments nécessaires aux opérations de recharge-
ment.
De plus , pour tout achat , il est conseillé de demander
la déclaration de conformité de l'extincteur attestant le
respect de la directive équipements sous pression et
mentionnant clairement le nom de l'organisme notifié qui
a effectué l'examen.

VÉRIFICATIONS
Les vérifications à effectuer sur les extincteurs sont les
suivantes :
• Tous les trois mois, le personnel de l’établissement
s’assure que les appareils sont à la place prévue, parfai-
tement accessibles et en bon état extérieur.
• Tous les six mois, le personnel de l'établissement pro-
cède à certaines vérifications prévues par la notice du
constructeur (principalement pesées).
DR

 - Marquage CE et NF.

MARQUAGE ET CONFORMITÉ
Les extincteurs sur le marché doivent être conformes
aux normes harmonisées européennes et ainsi qu’aux
exigences du marquage CE et donc respecter deux
réglementations :
1) La réglementation des appareils à pression ayant pour
objectif de protéger les personnes qui utilisent les
extincteurs contre les risques liés à la pression
comme l'explosion.
Depuis le 30 mai 2002, la réglementation française
reprend dans ce domaine le contenu de la directive
européenne 97/23 CE transposée en droit français par le
décret 99-1046 du 13/12/1999.
Avant leur commercialisation, les extincteurs doivent
subir une épreuve hydraulique et un examen technique
réalisés par un organisme notifié, qui aura vérifié entre
autres, la conception, les matériaux et les procédés de
fabrication.
2) La réglementation garantissant l’aptitude à l'emploi de
l’extincteur et sa performance d’extinction.
Cette réglementation rend la conformité à une norme
européenne obligatoire. La présence sur l’extincteur de
la marque « NF » est une présomption de conformité.
La conformité à ces deux réglementations est fonda-
mentale pour la prévention des incendies et donc pour la
sécurité des personnes et des biens.
Celle-ci, vérifiée par le CNMIS, Comité national du maté-
DR

riel d’incendie et de sécurité, donne l’obligation aux


constructeurs de faire figurer les informations suivantes  - Le mode d’emploi fait partie des inscriptions obliga-
sur les extincteurs : toires sur les extincteurs.

3
FICHE N° A6 F 01 02

• Tous les ans, il est procédé à une vérification plus CONDUITE A TENIR EN CAS D’INCENDIE
complète par l’installateur ou par un vérificateur agréé
avec qui il est recommandé de passer un contrat d’en- Après avoir donné l’alarme, toute personne ayant aperçu
tretien. un début d’incendie attaquera immédiatement le feu à
• A partir de dix ans d’âge, tout appareil doit être vérifié l’aide des extincteurs correspondant à la classe de feu à
par le constructeur : combattre, situés à proximité, en respectant les règles
• Tous les cinq ou dix ans, selon qu’ils ont été ou non suivantes :
utilisés, les extincteurs contenant du CO2 et les appa- • Tourner le dos au vent ;
reils à pression permanente doivent être passés à • Tenir l’appareil droit ou proche de la verticale ;
l'épreuve de pression sous contrôle d’un expert de la • Attaquer le feu à la limite de portée de l’extincteur, puis
Direction régionale de l’industrie de la recherche et de se rapprocher progressivement en dirigeant toujours le
l’environnement (DRIRE). jet vers la base des flammes et en balayant lentement
pour atteindre toute la surface enflammée.
• Ne pas faire agir une pression trop forte sur des liquides
UTILISATION
enflammés, de crainte d’élargir la surface dangereuse et
de provoquer des projections de matières enflammées.
Choix et emplacement • N’avancer que si l’on est sûr que le feu ne reprendra
Le choix de l’agent extincteur doit être fait en fonction pas derrière soi.
des classes de feux les plus probables.
Le nombre et la capacité des extincteurs doivent être
déterminés en rapport avec l’importance du risque et il
RÉGLEMENTATION
faut au minimum un appareil de 6 litres d’eau pulvérisée
Prévention des incendies, Section 4 du Chapitre 2, Titre
pour 200 m2 de plancher. Il est indispensable de consul-
3, Livre II du Code du travail.
ter des spécialistes et notamment avoir un avis des
Décret 99-1046 du 13/12/1999 relatif aux équipements
pompiers du secteur et des sociétés d’assurances.
sous pression.
Les emplacements des extincteurs doivent être choisis à
proximité des points où un début d’incendie est à
craindre. Ils doivent être visibles et facilement acces- DOCUMENTS A CONSULTER
sibles.
Mise en œuvre • “Règle d’installation R4 : Extincteurs mobiles”,
Un mode d’emploi spécifique à chaque type d’extincteur APSAD Assemblée Plénière des sociétés d’assurances
figure parmi les inscriptions obligatoires qui sont men- dommages, 26 Bd Haussmann, 75311 Paris cedex 9,
tionnées sur le corps de chaque appareil. Tél. : 01 42 47 90 00.
La mise en œuvre d’un appareil exige soit son renverse- • “Guide pour la maintenance des extincteurs mobiles”,
ment, soit l’ouverture d’un robinet, ou bien la pression CNMIS, Comité national du matériel d’incendie et
sur un levier, parfois même plusieurs de ces opérations : de sécurité, 16 av. Hoche, 75008 Paris,
Il est nécessaire que le personnel soit entraîné à l’utilisa- Tél. : 01 42 89 17 17.
tion des extincteurs, car la lecture du mode d’emploi • “Incendie et lieux de travail”, ED789, INRS, Institut
n’est pas suffisante et, à cette fin, des exercices doivent national de recherche et de sécurité, 30 rue Olivier
avoir lieu au moins tous les trois mois. Noyer, 75680 Paris cedex 14, Tél. : 01 40 44 30 00.