Vous êtes sur la page 1sur 6

v.

11 (25/04/2002 08:33)

Céphalées Q 041
Interrogatoire, TA, T°C, raideur de nuque, palper Art temporale, examen neuro complet, faire un FO.

Généralités
 DÉFINITION
 Douleur ressentie au niveau de la boîte crânienne très fréquente du fait de la richesse de l’innervation sensitive de
l’extrémité céphalique.
 Structure crânienne pouvant être à l’origine d’une céphalée
- Toutes structures extra-crâniennes peuvent en être responsable
- Seulement certaines structures intracraniennes : Sinus veineux, cavités orbitaires, Art. méningés, carotides et
vertébrales, paires craniennes sensitives (V+++)
- L’encéphale et la + gde partie des méninges sont insensibles au stimuli nociceptif
 MESSAGES DOULOUREUX TRANSMIS PAR :
 Le trijumeau
- Sinus frontaux, Cavités orbitaires, ATM, Artère temporale superficielle
- Structures intra-craniennes sensibles situées au-dessus de la tente du cervelet
 Les 3 premières racines cervicales
- 1ières articulations vertébrales, muscles cervicaux, Oreille moyenne, mastoïde, portion extra-cranienne de
l’a.vertébrale, A.occipitale
- Structures intra-craniennes sensibles situées au-dessous de la tente du cervelet

Orientation diagnostique
 INTERROGATOIRE +++
 Contexte
- Notion de TC, prise médicamenteuse, Sd infectieux , état psychologique : anxiété, dépression…
 ATCD personnel et familiaux
 Caractéristiques de la céphalée
- Siège, irradiation, horaire, sévérité (incapacité, réveille ou empèche de dormir), facteurs aggravants / calmants
- Existence d’un aura migraineux
- Mode évolutif : début, durée, variations ds le temp, par crise avec intervalle libre, …
 Signes d'accompagnement :
- Fièvre, N/V, AEG, tbles visuels, tbles des fonctions supérieures, photophnonphobie, déficit neurologique focal,
arthralgie/myalgie, hyperesthésie du cuir chevelu, manifestations neurovégatatives , obstruction nasale, rhinorhée
purulente, …
 EXAMEN PHYSIQUE : 6 ITEMS SYSTÉMATIQUES qui ne doivent pas faire oublier que tout examen clinique doit être
complet et exhaustif.
1. Prise de la TA
2. Prise de la température
3. Rechercher une raideur méningée
4. Palpation des artères temporales
5. Examen neuro à la recherche de signes de localisation
6. FO : œdème papillaire
 BILAN PARACLINIQUE
 A adapter en fonction de l'orientation étiologique
 TDM cérébral sans PDC ! ! : systématique devant toute céphalée aigue d’installation très brutale : Hgie méningée
 PL (en cas de suspiscion de méningite ou d’hgie méningée avec TDM normal )
 Angio-IRM (Si suspiscion de thrombophlébite cérébrale )
 Echo-doppler cervical et IRM cérébrale : Si suspiscion de dissection carotidienne ou vertébrale
 VSQ en urgence : Si céphalée aigue du sujet agé (Horton)
2/6

Diagnostic étiologique
CÉPHALÉES ANCIENNES CÉPHALÉE RÉCENTE
Stable, permanente Céphalées récurrentes Installation brutale Installation progressive
-Migraines
-Hgie méningée :Q229 très
-Algies vasculaires de la brutaleQ, en cp de poignard avec
face :Q235 photo/phonophobie -PEIC: céphalée
-Névralgie du -Méningite aiguë : Q198 matinale avec
trijumeau :Q235 vomissements en jet,
Céphalées psychogénes : -HTIC aigue : Q225
-Névralgie du glosso
très fréquentes, permanentes, pharyngien (base de la langue intermittente, sans topoG, surtt HTIC, examen neuro
anormal ,TDM en
vertex ou nuque, résistantes en fin de nuit ou au réveil, urgence (hématome SD,
loge amygdalienne paroi
aux antalgiques, état général postérieure du pharynx augmentée par la toux, les tumeur, abcès)Q225
conservé irradiation vers l'oreille) efforts et la position allongée
Céphalées post + raideur -Horton : Q299 > 50 ans
-Sd subjectif des Trauma -Encéphalopathie hypertensive quasi constant, région
traumatiques : hématome sous
craniens : Eliminer un HSD Q124 : frontooccipitale
dural, syndrome subjectif des fronto temporale,
chronique. pulsatile, phosphénes, 
traumatisés crâniens, exacerbées par le contact,
hémorragie méningée acouphénes, épistaxis,  violentes, pulsatiles ;
-Médocs : pilule, nitrésQ,
Céphalées des spécialistes : confusion, vomissement H+esthésie cuir chevelu,
abus chroniq d’antalgiques
ATM (SADAM : D.C.R.S.) claudicat° machoire, toux
ou d’ergotamine -Dissection carotidienne ou
sinusites chroniques, névralgie sèche rebelle ± PPR
vertébrale : Q228
-Intox au CO : Q240 d’Arnold (dl en éclair partant de
-Hématome intra cérébral
la partie latérale de la nuque et -Thrombophlébite
remontant jusqu’à l’œil) , PR et -Thrombophlébite cérébrale:
-Anémie, polyglobulieQ Q228 cérébrale Q228
SPA, malformat° de charnière
cervico-occipitale… -Glaucome AAFQ : Q213
-Insuff.respi et hypercapnie DlQ oculaire intense avec BAV -Méningite subaigue
poussée d’HTA:Q123 : HTA Q
chronique légère ou modérée brutale, œil rouge (cpk)
-Hypoxie (altitude) photophobie, mydriaseQ
n’entraine pas de céphalée. Seul -Sd subjectif des TC
areflexique et svt nauséeQ,
-Tble de la réfraction ou de une poussée hypertensive avec vomissement
la vision binoculaire élavation de la diastolique > 25
% peut faire une céphalée aigue -Sinusite aigue : Q203 pulsatile, -Sd post PL
sous orbitaire, majorée par
Malformation artério proclive, toux éternuement et -Céphalée post effort
veineuse : céphalée de effort, + Obstruct° et rhinorrhé
topographie constante continues
-Crise de migraine : diagnostic -Fièvre qqsoit sa cause
ou intermittentes quasi-
d’élimination
migraineuse mais FIXE, tjs du
même côté ± crises comitiales

 LES 2 CAUSES LES + FRÉQUENTES SONT LES CÉPHALÉES PSYCHOGÈNES ET POST TRAUMATIQUE

 CÉPHALÉES DE TENSION = PSYCHOGÈNES


 Cause la + fréquente de céphalées
 Céphalée typique ds un contexte anxiodépressif
- Siège : bilatérale, cervico-occipital
- Type : gène, impression de tête vide plus qu’une réelle douleur
- Mode évolutif : Quotidienne sur des mois ou des années, s’aggrave lors des périodes de tension psychologique et
s’atténue pdt les vacances , n’entrave ni le sommeil, ni les activités quotidiennes
- SA : pas de N, ni de V
 Ex. clinique neurologique normal avec douleur lors de la pression des muscles du cou car ils sont contractés
 Traitement :
- Abord psychothérapeutique
- Massages
- Hygiène de vie
- Anxiolytiques : Bzd ou ADT
- Mettre en garde contre le risque de dépendance liée à l’utilisation excessive de médicaments antalgiques
3/6
 POST-TRAUMATIQUES
 Céphalées à la phase aigue d’un TC : penser Hgie méningée, Hématome intra ou extra-cérébral
 Céphalées à la phase subaigue d’un TC : éliminer la dissection carotidienne (Cl B HQ) ou vertébrale
 Céphalée + tardive : éliminer un HSD chronique (S focaux, Sd confusionnel, somnolence associées ; le tout s’aggrave
sur plusieurs semaines progressivement => TDM cérébral = diagnostic)
 Céphalée post-traumatique chronique (ds le cadre du Sd subjectif des traumatisés du crâne)
- Intensité sans rapport avec gravité du traumatisme Q
- Signes associées : fatigabilité, irritabilité anormale, incapacité à se concentrer, sensations vertigineuses Q ou flou
visuel, tbles du sommeil et de l’humeurQ
- Examen clinique et complémentaires : N
- Peut évoluer jusqu’à la névrose post-traumatique selon la personnalité ant sous jacente Q
- Ttt difficile : cf céphalée de tension
 Céphalée post-traumatique dysautonomique
- Atteinte des fibres sympatiques du cou responsable d’une céphalée en tout point prôche d’une algie vascu de face
- Ttt par β bloquants
 MIGRAINE
 Terrain
- Pathologie très fréquente : 10% de la pop avec sex ratio en faveur des femmes plutôt jeunes : entre 10 et 40 ans
- Rechercher un ATCD présent ds 70% des cas
 Définition
- Céphalées répondant aux critères cliniques de l’International headache society (IHS)
1. Dl dure de 4 à 72hQ
2. au moins 2 des carctéristiques suivantes :
o Unilat
o Pulsatile
o Entravant activités quotidiennes = modérée à sévère
o Aggravée par effort physique
3. Durant la crise, au moins 1 des caractères suivants :
o Photo ou phonophobie
o N ou VQ
4. Au moins l'un des caractères suivants :
o l'histoire, l'examen physique et neurologique ne suggèrent pas une céphalée secondaire à une
affection organique
o ou bien ces affections ont été écartées par les investigations complémentaires
o ou bien elles existent mais les crises migraineuses ne sont pas survenues pour la première fois en
relation temporelle étroite avec ces affections
5. Existence d’au moins 5 crises remplissant les conditions 1 et 3
 Diagnostic clinique
- Céphalées survenant par accès intermittents séparés par des intervalles libres. La fréquence des accés est variable
d’un sujet à l’autre et chez un même patient
- Facteurs influençant le nbre de crises : CASSE TETE
Climat : orage, vent chaud, chaleur humide TC
Alimentation : alcool, chocolat, certains Estrogènes
fromages, vin blanc migraine cataméniale
Stress ½ femmes migraineuses ont recrudescence des crises pdt
Sommeil (excès) période périmenstruelle
Effort violent nette diminution des crises pdt grossesse et après
ménopause
Tabac
Excitation sensorielle : lumières clignotantes, bruit…
4/6

-
- Diagnostic d’interrogatoire + ex. clinique normal , pas d’ex.complémentaire si typique
 Crise migraineuse sans aura = ancienne « migraine commune »
- Mode d’installation : Début au petit matin, S’installe rapidement, Précédée de 24h par des prodromes
- Prodromes (≠ de l’aura) : modification de l’humeurQ, tble de l’appetit ou du sommeil, asthénie, somnolence
- Céphalées
 Siège : Typiquement unilatérale : hémicranie, sus-orbitaire, temporale, occipitale ou diffuse, parfois bilatérale
mais asymétrique. Peut toucher alternativet un coté ou l’autre d’une crise à l’autre = hémicranie alternanteQ
 Pulsatile, augmentée à l’effort physique : incite le patient à s’aliter
- S.d’accompagnement
 NQ et VQ
 Phonophobie¨et photophobie
 Asthénie jusqu’à la prostration
 ± rougeur ou pâleur de la face
- Durée
 4 à 72 hQ (une journée en moyenne)
- En fin de crise : récupération rapide + euphorie libératoire
 Migraine avec aura = ancienne « migraine accompagnée »
- Céphalée précédée ou accompagnée par des manifestations neurologiques focalisées et transitoires = aura
 Interesse le + svt la vision, la sensibilité, le langage
 Se développe progressivement en qqs min = marche migraineuseQ
 Durée < 1 h
 Régression sans séquelle
 La céphalée peut suivre l’aura migraineuse directement ou après intervalle libre < 1 h. Rarement, l’aura n’est
pas suivie de céphalée.
 Une même crise peut associer successivement plusieurs de ces manifestations. De plus, l’aura peut changer de
côté et se modifier d’un accès à l’autre
 L’EEG peut être modifiéQ. Diagnostic d’élimination même chez un migraineux connu.
- Aura la + fréquente = Aura ophtalmiqueQ
 Scotome scintillantQ = point lumineux qui s’étend graduellement ds un hémi-champ visuel, sous forme d’une
ligne polygonale en zig zag réalisant une étoile ou des fortifications et laisse en s’effaçant un scotome
 ± HLH transitoireQ associée ou faisant suite au scotome scintillant (origine rétrochiasmatique)
 ± phosphènesQ, ou hallucinations visuelles élémentaires svt brillantes et colorées, ou hallu visuelles plus
complexes (parfois métamorphopsies chez l’enfant = déformation de la forme des objets)
- Aura sensitive
 Assez fréquenteQ, paresthésiesQ d’un hémi-corps surtout cheiro-oralesQ
- Aura avec tble transitoire du langage (aphasieQ, manque du mot, …)
- Aura atypique rare, pb diagnostic
 Aura brusque (AIT ?) ou prolongée (AVC ?)
 Migraine hémiplégique : forme héréditaire à transmission autosomique dominante, rare Q
 Migraine basillaireQ : dysfonctionement du TC ou des 2 lobes occipitaux
 Migraine ophtalmoplégique : paralysie occulomotrices au cours ou au décours d’un accés migraineux
 Migraine rétinienne : Scotome ou cécité monoculaire (pas sur un hémichamps)
 Migraine avec aura auditive, olfactive, gustative
 Migraine avec aura à type de Tble psy.
 Complications
- Etat de mal migraineux
 crise de migraine persistant ou se répétant
quotidiennement au-delà de 72h malgré un ttt Indications du TDM cérébral :
adapté -Céphalées et/ou aura tjrs localisée du même coté
 Svt intrication avec céphalées de tension et usage -Migraine + aura de début brusque ou durée > 1 h
abusif de DHE /d’antalgiques -Migraine + aura atypique
- Infarctus migraineux (rare) suspecté si :  Hémiparésie
 Si passé confirmé de migraine avec aura  Dysfonctionnement du TC
 Signes déficitaires = ceux de l’aura habituelle  Ophtalmoplégie
 Bilan complet éliminant toute cause d’AVC (TDM  Tble psy
cérébral)  Tbles sensoriels non visuels
-Crise inhabituelle par sa durée ou son intensité
-Migraine d’aggravation récente / modif profil évolutif
-Début > 40 ans
5/6
 Diagnostic différentiel d’une migraine
- Céphalées psychogènes
- MAV avant rupture
- Algie vasculaire de la face
- Poussée hypertensive
- Hgie méningée
 Diagnostic différentiel d’une « aura » migraineuse
- AITQ
- Crise d’épilepsie partielle
- Hypoglycémie

 Traitement (HP?)
- De la crise migraineuse
 Crise mineure :
 Paracétamol, AINS et dérivés salicylés : ex aspirine 1 g per os
 Si résistance :
 Dérivés de l’ergot de seigle ( ! vasoconstricteur : ergotisme)
 Tartrate d’ergotamineQ Gynergène caféiné® Qou Migwell®Q PO ou suppo : agoniste α totalQ
 Dihydroergotamine (DHE) Q Diergo spray® SC ou nasale : agoniste α partielQ, α bloquant adrénergiqueQ,
vasoC veineuse > artérielleQ , ttt hypoTA orthostatiqueQ
 Effets secondaires : N/V, vasoconstriction arterielle (ergotisme = gangrène des extrémités)
 CI : Raynaud, ins coronaire, AOMI, HTA sévère, Ins hptq, grossesse
 IM contre-indiquée : Macrolide, Vibramycine, Methysergide, Triptan : risque d’ergotisme
 Crise sévère résistante aux autres ttt :
 Agoniste spécifique des récepteurs sérotoninergiques 5-HT1 D sans effet sur les autres récepteurs
sérotoninergiques, ni sur le système sympathique.
 Action en inhibant la libération de peptide (CGRP, VIP, substance P ),en inhibant le trijumeau et en
induisant une vasoconstriction.
 SumatriptanQ Imigrane® ou Zolmitriptan Zomig® PO,
 Effets secondaires : sensat° de chaleur, dl transitoires, paresthésie, vertige au max spasme coronaire
 CI : Ins coronaire, Angor de Prinzmetal, HTA mal controlée , ± grossesse
 IM : dérivés de l’ergot de seigle ; respecter un délai de 24 h entre la prise de ces 2 médocs.
 Modalités
 Dès début de crise ou lors prodromes (le + tôt possible)
 ± primpéran® métoclopramide
 Voie : orale, nasale, SC, selon s.dig associés
 Prise exclusive lors des crises ; sinon : accoutumance, céphalées de sevrage, toxicomanie
 Mesures associées
 Repos, calme, obscurité, sommeil
 Chaud et/ou froid ou pression tete et cou
 Acupuncture, relaxation
- De fondQ+++
 But
 Réduire significativement la fréquence et la sévérité des crises mais ne dispense pas du ttt des crises
 Indiqué si : > 2 ou 3 crises/moisQ et/ou crises invalidantes
 Modalités
 Monothérapie pdt 4 mois = période test
 Cahier de surveillance par patient
 Si efficace, poursuivi 6 mois puis arrêt très progressif
 Produits
 Dérivés de l’ergot de seigle : DHEQ per osQ , Méthysergide Désernil® per os avec fenêtres thérapeutiques
car ce médicament favorise la survenue de fibrose rétropéritonéale.
 β bloquantsQ : Avlocardyl® : non cardiosélectif sans ASI
 Antisérotoninergiques PO : PizotifèneQ Sanmigran®, oxétoroneQ Nocertone® (ES :somnolence, prise de
poids)
 Inhibiteurs calciques : seul IC efficace : Flunazine Sibelium® (effets secondaires)
6/6
 α bloquant : Indoramine Vidora®
 Antidépresseur tricyclique : amitryptiline Laroxyl®Q
 Mesures associées
 Eviter facteurs déclenchants
 Règles HD : repos, arrêt du tabac, activité physique régulière, alimentation équilibrée
 Relaxation, psychothérapie
 Acupuncture
 NB : Migraine cataméniale : oestradiol per cutané (patch), commencé 2 jours avt les règles, pdt 7 jours
- Etat de mal migraineux
 Hospitalisation en neuro pour bilan : TDM cérébral sans injection, Doppler Vx du cou, FO, EEG
 Repos au lit en chambre seule + réassurance verbale
 Sumatriptan SC (dérivées ES arrêtés depuis >24h) ± Tranxène per os si anxiété++
 Rehydratation IV si V++, Primpéran® si V à la demande
Source : Fiches Rev Prat, medline neuro, rdp99.