Vous êtes sur la page 1sur 39

Module I : la BOITE A MERVEILLES d’Ahmed Sefrioui

Le roman autobiographique

1. les objectifs :

 lire un roman autobiographique.


 saisir les caractéristiques de l’écriture autobiographique.
 S’approprier les procédés d’expression et les outils d’analyse.

2. la macro-compétence :

 être capable de produire un texte autobiographique à l’écrit comme à


l’oral.

3. les sous-compétences :

 être capable de produire un récit à la 1ère personne.


 Reconnaître le lyrisme dans un récit.
 Relever les indices de l’énonciation.
 Repérer les tonalités dans le récit
 Etablir le schéma narratif
 Reconnaître la focalisation choisie par le narrateur
 La part du rêve dans le roman, les thèmes, les personnages, les
lieux…

1
L’enseignement de la langue française contribue au développement des
valeurs nationales et universelles, il revient à l’enseignement de mettre en évidence
les valeurs à travers les œuvres intégrales étudiés.
A partir de ce concept on va chercher dans « La Boîte à Merveille » œuvre
d’Ahmed Sefrioui, les valeurs que cet auteur a essayé de passer entre les lignes :

I – La Foi Islamique :
La première valeur qui saute à l’œil c’est la foi islamique ;

1 – la foi en Dieu :

- La croyance en l’existence de dieu :


* « la grandeur et la miséricorde de Dieu, créateur de toutes choses vivantes »

* « Allah l’omnipotent …….qu’il soit glorifié ! Il n y a de Dieu que lui »


p : 82

2 – La foi en anges :

- La croyance en l’existence des anges :


* « une foule immense d’êtres d’une incomparable beauté …c’étaient les anges du
paradis » p : 89

3 – La foi en livres sacrés :

- Sidi Mohamed apprend vite le Coran :


* « j’ai vu le Fqih……..tu travaille bien » p : 155

4 – La foi en l’avènement et la vérité du jour dernier :


* « Mon père me parlait du paradis…….un péché qui interdisait l’accès à ce
royaume » p : 7

5 – La foi en la prédestination avec son bien et son mal :


* « aie confiance en sa miséricorde…. .Le croyant est éprouvé » p : 177

2
II – La citoyenneté :
La citoyenneté se définit par des valeurs qui sont intimement attaché à elle ;
1 – La civilité :
- Le respect à l’égard des autres
o Dans la ruelle
* « Des groupes de femmes c’étaient formées…….Elles étaient une vingtaine qui
manifestaient bruyamment leur douleur » p : 83 - 85
o Dans la maison (les voisins)
* « Ma mère remportait auprès des voisins un gros succès » p : 14
2 – La solidarité :
- Quand Lalla Aicha aide son mari en vendant tout ce qu’elle possède, quand il a
fait faillite ;
* « les malheurs de Lalla Aicha, la vente de ses bijoux…….Sidi Larbi Lalaoui
allait installer un atelier et se remettre au travail » p : 92

- Quand la voisine Fatma vient en aide à la famille de Sidi Mohamed en l’absence


du père ;
* « Entre Fatma ! Entre et donne le lui toi-même…………..Je bus cette bonne
soupe à grandes goulées » p : 184 – 186
* « Se composait de deux beignets………..Cadeau de Fatma Bziouya ou plutôt de
son mari Mohamed le jardinier » p : 187
III – L’identité Culturelle :
C’est l’appropriation et l’incorporation des normes, des valeurs et des
représentations de la culture de son milieu ;
1 – Le rituel de l’enterrement :
* « tout à l’heure, après les ablutions rituelles……..j’en étais tout, heureux » p :

3
2 – Le Fqih :
* « Lalla Aicha ………..lui indiqua un fqih………..dont les talismans faisaient
miracle »
3 – Les « Jnouns » :
* « Les Jnouns aimaient la propreté » p : 5
4 – La visite des Marabouts :
* « Ma mère promit de visiter Sidi Ali Boughaleb » p : 22 – 26 – 27
5 – La Chouafa :
* « Une voyante de grande réputation……………..Des femmes de toutes les
conditions venaient la consulter » p : 4
6 – Le bain maure :
* « Je t’emmène prendre un bain………………L’air épuisé, se plaignait de
violents maux de tête » p : 12
7 – La superstition :
* « Je n’aimais pas beaucoup……….quelque motif de querelle ou de pleurs » p :
14
* « Les yeux du monde sont si mauvais » p : 21
* « Ma mère parlait de l’œil des envieux » p : 37
8 – Achoura :
* « Il était temps de songer à mes habits de fête …………Et une belle sacoche
brodée» p : 103
*« Les femmes de la maison s’achetèrent toutes des
tambourins………….S’élèveront rythmes et chansons » p : 121
* «Les quartiers commerçants avaient un air de fête…………….De vaisselle de
faïence et de bin beloterie » p : 107
9 – Le Souk :
* « J’aperçus les premières boutiques de tissus…………..Elle le paya et nous
partîmes enfin » p : 107 – 112

4
10 – La cuisine :
* « Ma mère avait cuisiné une pile de galettes…………Je pris deux grands verres
de thé à la menthe » p : 145 - 146

5
Projet séquentiel de
LA BOITE A
MERVEILLES
d’Ahmed Sefrioui

6
Objectifs/ Activités de Activités de Activités Activité de observation
capacités lecture langue orales production
écrite

-le rôle de -L’incipit -les temps du -du Msid au - raconter Repères:


l’incipit dans le (chapitre I) : récit : préscolaire expérience à la -biographie
récit. lecture -passé simple maternelle et -autobiographie
-être capable méthodique -imparfait de celle du -littérature
de rédiger narrateur de la Maghrébine
l’incipit boite à
merveilles

-lecture -L’énonciation -Résumé du 1er


-étudier un -rédiger un
méthodique du dans chapitre
extrait lyrique récit
1er l’autobiographie
-relever les autobiographi-
indices chapitre « dans que
énonciatifs ma boîte…
pleurs »

-lecture -les figures de -documentation -le portrait


-étudier le sur la ville de
méthodique du style :
portrait/les Fès élue dans le
chapitre métaphore/
figures de patrimoine
II « lalla comparaison/
style… mondial
Aicha…rue » périphrase/
personnification

-lecture analytique -transposer des -personnage : -comment


-établir le schéma
narratif de la boîte du chapitre III « il phrases la mère/le père expliquer
à merveilles faisait sombre… déclaratives au l’importance
-repérer l’implicite notre voisine » discours indirect d’une lampe à
pétrole

-lecture -comprendre la -S’exprimer au - S’exprimer au


-description d’un
méthodique : progression sujet du rituel sujet du rituel
événement
d’Achoura au
religieux « fête thématique. Achoura au
Maroc en le
-étudier la d’Achoura », Maroc comparant avec
grammaire de chapitre :VII celui d’autrefois
texte.

7
-chapitre IX -la focalisation - débat sur le -comparaison :
-étude d’un
« mes parents… -le champ lexical travail de la femme d’hier/
texte
mon retour », des sentiments femme femme
romanesque
lecture d’aujourd’hui
-l’élément
méthodique
perturbateur

-chapitre -transposer des -les thèmes -la valeur du


-étudier le
IX : « mon père phrases dans la boite à père dans une
pathétique
nous quitta…ma interrogatives au merveilles famille
taille », lecture discours indirect
linéaire

-chapitre XII : -les tonalités -les lieux dans -résumé de la -évaluation


-étudier le
« le retour du dans la boîte à la boîte à boite à
dénouement
père », lecture merveilles merveilles merveilles
méthodique

8
Première séquence
détaillée

9
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : première
 Séance : 2ème
 Durée : 1heure

 Niveau : 1ère année su cycle de Baccalauréat.


 Activité : étude de texte (lecture méthodique).

 Compétence visée : apprécier et étudier le rôle de l’utilité de l’incipit.


 Capacité visée : relevez les caractéristiques de l’incipit.

 Passage à étudier : de : « le soir …plus sûrement l’avenir »p : 3,4 et 5


 Œuvre étudiée : la BOITE À MERVEILLES d’Ahmed Sefrioui

Déroulement de la séance
- lecture silencieuse de l’extrait.
- Lecture magistrale d’une manière attentive.
- Lecture individuelle de certains élèves (par paragraphes).

I- Identification du texte :

Formelle :
 Situation
Événementielle (rappel :

- De quelle œuvre est extrait ce texte ?


- Qui en est l’auteur ou « le narrateur » ?
- Il est né et mort en quelle année ?
- Il s’agit de quel genre romanesque ?
- Situez le texte dans son contexte par rapport à l’œuvre entière !

10
II- Hypothèse de lecture :

1)- reconnaître les personnages présents dans l’extrait choisi


2)- dégager les temps évoqués par le narrateur
3)- repérer les lieux

 1er axe : reconnaître les personnages présents dans l’extrait choisi

- Identifier et interpréter le pronom personnel « nous » :

Ce pronom réfère à qui ? Il réfère à l’auteur, narrateur,


personnage et sa famille qui est inconnue dans ce stade de lecture.
L’hauteur fait un va et vient entre le point de vue du narrateur
adulte et celui du narrateur enfant.

- Identifier le personnage de « la Chouafa » :

Le personnage de « la Chouafa » : peu sorcière d’après le récit


en question. Elle est désignée aussi par :( voyante, elle).

 2ème axe : dégager les temps évoqués par le narrateur

Nous remarquons que le narrateur fait un récit au passé dont le


temps dominant est l’imparfait (« nous habitions », « habitait », « elle
s’offrait », « je ne comprenais », « je distinguais »).
L’imparfait est employé pour décrire la scène comme une suite
de situations. C’est un temps qui dure et qui se répète.

 3ème axe : repérer les lieux

Dar Chouafa se trouve au rez-de-chaussée et elle est présentée


pour la première fois d’une manière générale.
Ce lieu est présenté par le biais d’amalgame des deux
thèmes : « dar » et « Chouafa »
Le Msid ou école coranique qui se situe à deux pas de la maison
(dar chouafa)
La présentation de ce lieu s’inscrit dans le cadre de vouloir
présenter et préserver, par l’auteur, les points d’appui d’une « identité culturelle »
purement marocaine.
« De notre fenêtre du deuxième étage » : ces deux lieux sont
présentés de façon imprécise et indéterminée mais qui laisse une marge
d’imagination surtout quand il s’agit d’un lecteur marocain.

11
III- synthèse :

Faire ressentir le rôle et l’utilité de l’incipit.


L’incipit ou situation initiale est le début d’un roman. Dans
celle-ci, l’auteur est censé fournir au lecteur toutes les informations susceptibles
de l’aider à mieux comprendre le texte et à mieux s’interroger sur la manière
dont il faut « entrer » en l’œuvre (les personnages, le temps, le lieu et l’action).

12
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : première
 Séance : 1ère
 Durée : 1heure

 Niveau : 1ère année su cycle de Baccalauréat.


 Activité : de langue.

 Compétence visée : être capable de dégager les temps du récit.


 Capacité visée : Comprendre / repérer / analyser.

Déroulement de la séance

I- Observation :

Les élèves lisent silencieusement les phrases suivantes :


- les deux jours passèrent très vite.
- Le maître se réveilla, distribua…
- Le maître ouvrit les yeux, bâilla, distingua, rectifia et chercha…
- Il se frotta les yeux.

- Une mèche de cheveux ornait.


- Mes doigts me fais faisait mal.
- Le maître somnolait.
- Elle tournoyait pendant que j’apprenais.

II- Conceptualisation :

- les élèves dégagent les temps du récit employés dans les phrases au-
dessus :

13
 Les premières phrases sont conjuguées au passé simple, qui
donne une suite d’actions, des verbes qui se succèdent en maintenant
une cohérence, indiquant un temps du passé qui s’écoule plus ou
moins vite où le rythme s’accélère. Il exprime une action achevée
produite à un temps déterminé du passé.
Quel nom peut-on donner à la structure des phrases au passé
simple ?
► Structure narrative.

 Dans les phrases suivantes, nous avons des verbes conjugués


à l’imparfait. Ce sont des phrases descriptives, marquant un état, un
décor, un sentiment… et qui laissent les phrases pendantes.

Quel nom peut-on donner à la structure des phrases à


l’imparfait ?
► Structure descriptive.

III- Appropriation :

Cette partie est consacrée à une synthèse ou récapitulation de tout ce


qui est dit lors de la séance : les caractéristiques des temps du récit.

IV- Exercice d’application :

Soulignez et précisez les temps du récit dans les phrases suivantes :


- Je me retrouvai seul, je marchai à côté de la rivière.
- Elle tournoyait pendant que j’apprenais mes leçons.
- J’avais chaud.
- Son visage s’éclaira.
- Le bruit des élèves cessa tout à coup.
- Nous quittions la salle.
- La baguette nous fit signe.

V- Créativité personnelle :

Les élèves essayent de formuler leurs propres phrases en donnant des


phrases où il y a les temps du récit et en même temps ils essayent de changer le
temps de la phrase proposée (imparfait passé simple et vice versa).

14
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : première
 Séance : 1ère
 Durée : 1heure

 Niveau : 1ère année du cycle de Baccalauréat.


 Activité : Orale (discussion).

 Compétence visée : S’exprimer sur la différence existante entre le Msid et la


maternelle.
 Capacité visée : Le désir et le besoin de prendre la parole et exprimer son
point de vue personnel.

Déroulement de la séance

 Présentation du sujet :

Poser les questions suivantes aux élèves :


-Vous avez passé par combien d’étapes concernant le niveau de
scolarité ?
► Le primaire, le collège et maintenant c’est le lycée.
- Est- ce qu’il y a quelqu'un d’entre vous qui est passé par une étape
avant le primaire ?
► La maternelle dans une école privée, le Msid.

 les thèmes de la discussion :

o Définition du Msid.

o Quelles sont ses caractéristiques :


- décrire le lieu.
- Le portrait du « Fqih »
- Citer le matériel utilisé.

15
- Parler du programme de l’année.

o Définition de la maternelle.

o Quelles sont ses caractéristiques ?


- décrire les classes, leur décor.
- Le portrait physique et moral des maîtresses.
- Citer les fournitures scolaires.
- Parler des cours de toute l’année.

o Comparaison faite entre le Msid et la maternelle en essayent en


même temps de récapituler tout ce qui est évoqué lors de la
séance pour inciter les autres élèves qui n’ont pas encore
pris la parole à parler.

16
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : première
 Séance : 1ère
 Durée : 1heure

 Niveau : 1ère année su cycle de Baccalauréat.


 Activité : Production écrite (essai).

 Compétence visée : S’exprimer sur la différence existante entre le Msid et la


maternelle.
 Capacité visée : Le désir et le besoin de prendre la parole et exprimer son
point de vue personnel.

Déroulement de la séance
1. Présentation et analyse de l’énoncé.

- Ecriture de l’énoncé du sujet au tableau.

Sujet :

A partir de ton expérience à la maternelle et de celle du narrateur de la


boite à merveilles, décris la différence entre l’école traditionnelle et l’école
moderne.

- Lecture magistrale du sujet d’une manière attentive.


- Lecture individuelle de certains élèves.
- Soulignement des mots-clés.

2. Elaboration du plan :

 Introduction :

- définition de l’école traditionnelle et l’école moderne.

17
 Développement :

- évoquer les spécificités de chaque expérience.


- Avantage et inconvénient de ces deux expériences
(école traditionnelle et école moderne).
- L’élève intègre son expérience et celle du narrateur dans
la boite à merveilles.

 Conclusion :

- Point de vue personnel de l’élève en choisissant ce qu’il


préfère, est-ce l’école coranique, traditionnelle « le Msid » ou
« l’école moderne » en justifiant à l’aide des arguments.

18
Deuxième séquence
détaillée

19
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : cinquième
 Séance : 1ère
 Durée : 1heure

 Niveau : 1ère année su cycle de Baccalauréat.


 Activité : étude de texte.

 Compétence visée : s’initier aux enjeux du récit autobiographique.


 Capacité visée : être capable de décoder les composantes du récit
autobiographique.

 Démarche utilisée : lecture linéaire.


 Œuvre étudiée : la BOITE À MERVEILLES d’Ahmed Sefrioui

Déroulement de la séance
- lecture silencieuse de l’extrait.
- Lecture magistrale d’une manière attentive.
- Lecture individuelle de certains élèves (par paragraphes).

I- Mise en situation :

- De quelle œuvre est extrait ce texte ?


- Qui en est l’auteur ?
- Situer le texte dans son contexte immédiat.
- Il s’agit de quel type de texte ?
- Quel est le genre littéraire de cet extrait ?

II- Compréhension globale :

- Qui raconte ?
- Quel est le point de vue du narrateur ?
- Découpage en unité de sens.

20
- Etude des unités une par une.
- Quels sont les personnages du texte ?
- Quelles relations entretiennent-ils entre eux ?

III- Etude du fonctionnement de la langue en rapport


avec le sens :

- Etude des connecteurs et liens entre les différentes


unités : (le fil conducteur).
- Repérer les indicateurs de l’espace dans ce contexte.
- Retrouvez les temps verbaux employés dans ce passage
et précisez ceux qui sont dominants.
- Dressez le schéma actantiel de ce passage.

IV- Trace écrite :

Cette phase est consacrée à une récapitulation de tout ce qui est dit lors de la
séance en insistant surtout sur le genre autobiographique de la boite à merveilles.

21
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : cinquième
 Séance : 1ère
 Durée : 1heure

● Niveau : 2ème année du cycle de Baccalauréat.


● Activité : Niveau de langue.

● Compétence visée : Etudier la grammaire de texte.


● Capacité visée : comprendre la progression thématique.
● Passage à étudier : Support p : 40 et 41.

●Déroulement de la séance●
I. Observation :

Les élèves observent les exemples tirés de l’extrait choisi et écrits au


tableau :

 Le maître remarqua que le soleil avait disparu. Il se frotta les


yeux.
 Nous avons saluer le maître et lui baiser la main. Celle-ci était
très froide.
 Les élèves chantèrent la première sourate du coran. Les plus petits
comme les plus grands la connaissaient.

II. Conceptualisation :

1er exemple :

- Un élève lit l’énoncé.
- Un autre élève détermine le nombre de phrases (deux).
- On décompose les phrases en thèmes et propos.

22
P1 : thème1 propos1
[le maître] [remarqua que le soleil avait disparu]

P2 : thème2 propos2
[il] [se frotta les yeux]

- Est-ce que le thème et le propos changent ?


- Le thème reste le même et c’est le propos qui change.

1ère petite conclusion :


Puisque le thème ne change pas, on appelle cette démarche : la
progression à thème constant. On la trouve surtout dans les textes narratifs.

 2ème exemple :

- Un élève lit l’énoncé.


- Un autre élève détermine le nombre de phrases (deux).
- On décompose les phrases en thèmes et propos.

P1 : thème1 propos1
[nous] [avons saluer le maître et lui baiser la main]

P2 : thème2 propos2
[celle-ci] [était très froide]

- qu’est ce que vous remarquez ?


- Il y a un rapport, un enchaînement entre le propos et le thème qui le suit.
la progression ressemble à une chaîne.

2ème petite conclusion :


Dans cet exemple nous avons une progression linéaire puisqu’il y a
un enchaînement, une liaison entre le propos et le thème qui le suit.

23
 3ème exemple :

- Un élève lit petit texte.


- Un autre élève détermine le nombre de phrases.
- On décompose les phrases en thèmes et propos.

P1 : thème1 propos1
[les élèves] [chantèrent la première sourate du coran]

P2 : thème2 propos2 P3 : thème3 propos3


[les plus petits] [la connaissaient] [les plus grands] [ la connaissaient]

- qu’est ce que vous remarquez ?

3ème petite conclusion :


Il s’agit d’une progression à thème dérivé .c’est à dire que les thèmes
font toujours partie ou dépendent du premier thème.

III. Trace écrite :


La synthèse ou la trace écrite est consacrée à la récapitulation de tout ce
qui est déjà mentionné lors de la séance (les règles de la progression thématique).

IV. Phase d’application :

 Précisez le genre de progression dans les énoncés suivants :

- le petit garçon se cache du mieux qu’il put. Il mange une pomme.


- Toute la famille se réunit le jour de l’Aïd. Mon père égorge le mouton. Ma
mère prépare le brazéro.
- Les petits garçons découpent les fruits. Ces derniers sont délicieux.

24
V. Créativité personnelle :

Les élèves essayent de formuler leurs propres phrases en précisant le


type de chaque progression thématique.

25
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : cinquième
 Séance : 1ère
 Durée : 1heure

 Niveau : 1ère année du cycle de Baccalauréat.


 Activité : Orale (discussion).

 Compétence visée : S’exprimer au sujet du rituel Achoura au Maroc.


 Capacité visée : le désir et le besoin de prendre la parole.

Déroulement de la séance

 Présentation du sujet :

Poser les questions suivantes aux élèves :


- Quelles sont les fêtes que vous connaissez et qu’on célèbre au
Maroc ?
- proposez aux élèves qu’on va entamer une discussion à propos
d’Aïd Achoura.

 Les thèmes de la discussion :

o La date de la célébration d’Aïd Achoura.


o L’origine ou l’histoire de son origine.
o L’état d’âmes des gens le jour d’Aïd et surtout les enfants.
o Les repas préparé pour célébrer cette cérémonie.

 Récapitulation :

Aïd Achoura ou la fête du Nouvel An est célébrée le : 10


Muharram.
26
C’est le jour où les juifs fêtent la sortie de Moïse à la tête des
Hébreux de l’Egypte et son triomphe sur les armés du Pharaon.
Les musulmans jeûnent deux jours (le 9 et le 10 Muharram)
pour fêter la justice d’Allah et son pouvoir d’aider ceux qui ont besoin
d’aide.
Les marocains préparent un bon repas traditionnel dont ils
donnent une partie aux plus pauvres, achètent des vêtements neufs et des
jouets aux enfants et proposent des fruits secs et des confiseries aux
voisins. Ainsi les gens visitent les cimetières.
Le soir, les adolescents allument un grand feu et des pétards
pour chanter et danser très tard dans la nuit sous les rythmes des
« Tâarija »
Nous préparons comme repas : du couscous, « guedid » etc et
on mange aussi des noix, des amandes, des dattes…

27
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : cinquième
 Séance : 1ère
 Durée : 1heure

 Niveau : 1ère année du cycle de Baccalauréat.


 Activité : Production écrite (essai).

 Compétence visée : S’exprimer au sujet du rituel d’Achoura au Maroc en le


comparant avec celui d’autrefois.
 Capacité visée : Exprimer son point de vue personnel et apprendre à
argumenter.

Déroulement de la séance

3. Présentation et analyse de l’énoncé.

- Ecriture de l’énoncé du sujet au tableau.

Sujet :

Aïd Achoura est l’un des fêtes les plus célébrées au Maroc. d’après ton
expérience, raconte les moments forts de cette cérémonie en la comparant avec
celle d’autrefois.

- Lecture magistrale du sujet d’une manière attentive.


- Lecture individuelle de certains élèves.
- Soulignement des mots-clés.

4. Elaboration du plan :

28
 Introduction :
- définir Aïd Achoura et le situer par rapport aux autres
cérémonies.

 Développement :

 Raconter les moments forts de cette fête célébrés autrefois :

- Les musulmans jeûnent deux jours (le 9 et le 10


Muharram) pour fêter la justice d’Allah et son pouvoir
d’aider ceux qui ont besoin d’aide.
- Les marocains préparent un bon repas traditionnel dont
ils donnent une partie aux plus pauvres, achètent des
vêtements neufs et des jouets aux enfants et proposent
des fruits secs et des confiseries aux voisins. Ainsi les
gens visitent les cimetières.
- Le soir, les adolescents allument un grand feu et des
pétards pour chanter et danser très tard dans la nuit sous
les rythmes des « Tâarija »
- Nous préparons comme repas : du couscous, « guedid »
etc. et on mange aussi des noix, des amandes, des
dattes…

●Comparaison entre la célébration d’autrefois et celle de nos


jours.

 Conclusion :

- point de vue personnel : il faut inciter les gens à être fier de


leur culture parce que cela fait partie de leur identité.

29
Séance détaillée de
groupement de texte
Etude 3 textes précédents :  Pouvoir comparer un groupement
de groupement de p.p.40-41, p.p.78-79, de texte
texte p.p.152-153  Souligner le changement de
l’espace de la terreur à celui de
l’amour

30
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : cinquième
 Séance : 1ère
 Durée : 1heure

 Niveau : 1ère année su cycle de Baccalauréat.


 Activité : étude de texte.

Compétence visée : Souligner le changement de l’espace de la terreur à celui


de l’amour.
Capacité visée : Pouvoir comparer un groupement de texte.

 Démarche utilisée : Etude comparative de groupement de texte


 Œuvre étudiée : la BOITE À MERVEILLES d’Ahmed Sefrioui

Déroulement de la séance
Etapes de la leçon :
Récapitulation de l’étude des 3 textes :
Le 1er texte : le Msid, espace de terreur chaque vendredi
1.
Le 2ème texte : le Msid à Achoura : un mercredi gai
2.
Le 3ème texte : le Msid : de l’espace clos à l’espace ouvert et la renaissance
3.
d’une nouvelle histoire avec l’école.
 Le Msid : une constante spatiale et une variante temporelle
 Les états d’âme du narrateur : un miroitement des humeurs d’un fqih qui fait
et le beau temps et le mauvais.
 Le bilan /la synthèse
Le déroulement :

Les étapes Le professeur Réactions ou


réponses prévues
Récapitulation de l’étude
des 3 textes :
 Le 1er texte : le Msid, -par quoi commence ce -par une indication
espace de terreur texte ? temporelle. (le

31
chaque vendredi -Pourquoi les deux jours vendredi)
et demi de repos -Car il s’agit d’un
passèrent très vite pour temps subjectif,
le narrateur ? l’arrivée du temps de
-Que peut on dire de l’école coranique n’est
l’espace du Msid ? pas souhaitable.
-Quel est le rôle du -Un espace de terreur.
cognassier du fqih dans -la torture, la
cette scène ? punition,la crainte …

 Le 2ème texte : le -De quel jour s’agit-il


Msid à Achoura : un dans ce 2ème texte ? -le mercredi
mercredi gai -Comment est le maître
du Msid ? -souriant
-Quelle forme utilisée
pour montrer que cette -la négation et en
bonne humeur du fqih lettres capitales,
est une exception ? l’auteur y insiste.
-Quel rôle assume le
cognassier le mercredi ? -un accessoire de
fantaisie

 Le 3ème texte : le -Pourquoi le fqih et ses


Msid : de l’espace élèves déménagèrent- -la salle du Msid jugée
clos à l’espace ouvert ils ? trop étroite et chaude
et la renaissance -Le changement de -Oui ,positivement
d’une nouvelle décor affecte-t-il
histoire avec l’école. l’ambiance générale du
Msid? positivement ou
négativement ?
 Le Msid : une constante -Où se passent les trois -au Msid
spatiale et une variante scènes des trois
temporelle extraits ? -le vendredi pour le
-Y –a-t-il un changement 1er , le mercredi pour le
dans le temps et les 2eme et l’été pour le
saisons ? 3ème
 Les états d’âme du -Quels sont les états -la terreur, puis la joie
narrateur : un d’âme desquels est et finalement le
miroitement des passés le narrateur au comble de la fierté
humeurs d’un fqih qui Msid ?
fait et le beau temps et
le mauvais.

 Le bilan /la synthèse Prenez la synthèse Trace écrite


32
Analyse de deux
poèmes lyriques

33
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : huitième
 Séance : 1ère
 Durée : 1heure

 Niveau : 1ère année du cycle de Baccalauréat.


 Activité : lecture linéaire.

 Compétence visée : Lire méthodiquement un poème maghrébin.


 Capacité visée : L’apprenant doit être capable de lire méthodiquement un
poème.

Déroulement de la séance
Mon cher double
Mon double
une vieille connaissance
que je fréquente avec modération
C’est un sans-gêne
qui joue de ma timidité
et sait mettre à profit
mes distractions
Il est l’ombre
qui me suit ou me précède
en singeant ma démarche
Il s’immisce jusque dans mes rêves
et parle couramment
la langue de mes démons
Malgré notre grande intimité
il me reste étranger
Je ne le hais ni ne l’aime
car après tout
il est mon double
la preuve par défaut
de mon existence

Abdellatif Laâbi, poème portant le même titre que le recueil : Mon cher double

34
Les opérations d’enseignement apprentissage
Les étapes
Activités proposées (professeur) Tâches à réaliser (apprenant)
1- situation:

poser des questions qui interrogent le


support déjà distribué sur les
apprenants:

qui est l'auteur de ce poème?

Quel en est le titre? Les apprenants répondent aux

questions du professeur.
Phase
2- caractéristiques: Les élèves suivent la lecture magistrale
d'identification du texte:
Amener les apprenants à dégager les du professeur et l'un d’eux fera
caractéristiques de ce poème à travers
un jeu de question /réponse, et une lecture individuelle.
insister sur les propriétés de ce poème

Genre: un poème lyrique

Le vers: Donner l'exemple du


découpage d’un vers.

35
Phase des
Les apprenants suivent les
hypothèses Les élèves cherchent les champs lexicaux consignes du professeur en
répondant aux questions posées.
de lecture

-étude du poème sémantiquement et syntaxiquement


(le fond et la forme).
Les élèves cherchent les champs lexicaux : Les apprenants participent à la
-l’humanité vérification des hypothèses de
des axes de lecture -répartition du poème en unités de sens. lecture, en dégageant du poème
-dégager les figures de style les éléments de la comparaison et
- chercher les rimes, le nombre de syllabes les champs lexicaux dominants.

quand le poète se réveille en lui, il apparaît comme une « vieille connaissance ».


L’être normal est « timide », « distrait ». Il est donc passif, sur le plan de la langue et de
l’action.
bilan/synthèse L’émergence du poète de ses tréfonds le rend « réel », vivant. Ainsi, la présence verbale
et intérieure du poète est une « preuve » que l’être normal existe.

prolongements Demander aux apprenants d'apprendre par cœur ce poème


qui devra être scandé tour à
tour par les élèves dans la séance des activités orales.
possibles
Prévoir une récompense pour les meilleures lectures.

36
 Année scolaire : 2007-2008
 Semestre : 1ère
 Module : I
 Séquence : huitième
 Séance : 1ère
 Durée : 1heure

 Niveau : 1ère année du cycle de Baccalauréat.


 Activité : lecture linéaire.

 Compétence visée : Lire méthodiquement un poème africain.


 Capacité visée : L’apprenant doit être capable de lire méthodiquement un
poème.

Déroulement de la séance
Poème à mon frère blanc
« Cher frère blanc,
Quand je suis né, j’étais noir,
Quand j’ai grandi, j’étais noir ?
Quand je suis au soleil, je suis noir,
Quand je suis malade, je suis noir,
Quand je mourrai, je serai noir,

Tandis que toi, homme blanc,


Quand tu es né, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
Quand tu as froid, tu es bleu,
Quand tu as peur, tu es vert,
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris.

Alors, de nous deux,


Qui est l’homme de couleur ? »

37
Signé : Léopold-Sédar Senghor (1906-2001)

Les opérations d’enseignement apprentissage


Les étapes
Activités proposées (professeur) Tâches à réaliser (apprenant)
1- situation:

poser des questions qui interrogent le


support déjà distribué sur les
apprenants:

qui est l'auteur de ce poème? Les apprenants


répondent aux
Quel en est le titre? questions du
professeur.
Phase d'identification du
texte: Les élèves suivent la
2- caractéristiques: lecture magistrale du
professeur et l'un d’eux
Amener les apprenants à dégager les
fera une lecture
caractéristiques de ce poème à travers
individuelle.
un jeu de question /réponse, et insister
sur les propriétés de ce poème

Genre: un poème lyrique

Le vers: Donner l'exemple du


découpage d’un vers.
Les apprenants suivent
-étude du poème sémantiquement et les consignes du
se d les hypothèses de lecture syntaxiquement (le fond et la professeur en
forme). répondant aux
questions posées.

Les élèves cherchent les champs Les apprenants


lexicaux : participent à la
-les couleurs, l’humanité vérification des
hypothèses de
-répartition du poème en unités de
lecture, en
sens.
Phase des axes de lecture dégageant du
-dégager les figures de style :
poème les éléments
répétition, parallélisme… de la comparaison
- chercher les rimes, le nombre de et les champs
syllabes et de strophes. lexicaux dominants
dans le sonnet.

38
- La différence entre l’homme blanc et l’homme noir
(racisme)
- Inciter les gents à être tolérants
bilan/synthè - c’est le cœur et l’esprit qui font la différence chez un être
se humain et non pas la peau

Demander aux apprenants d'apprendre par cœur ce


Prolongements poème qui devra être scandé tour à tour par les élèves
possibles dans la séance des activités orales. Prévoir une
récompense pour les meilleures lectures.

39

Vous aimerez peut-être aussi