Vous êtes sur la page 1sur 56

Université Mohammed V Agdal

Ecole Mohammedia d’Ingénieurs


Département Génie Civil
Section BPC

Rapport de projet de Pont :

Dimensionnement d’un tablier


d’un Pont bipoutre mixte

Réalisé par : Encadré par :


KARIMA ECHCHAHID
FATIMA-Z ELABBASSI
MOHAMED EL BIRIANE M.BOUCHAKOUR
MOHAMED EL MORID
HICHAM FAKKAK
IMANE SENHAJI

Année universitaire: 2009/2010


REMERCEMENT

Au terme de ce projet, nous tenons à exprimer toute notre


gratitude à M. BOUCHAKOUR, pour sa disponibilité, pour
nous avoir donné les moyens et l’assistance nécessaires à la
réalisation du présent projet, et pour nous avoir orienté vers une
bonne formation par ses précieux efforts et conseils.
SOMMAIRE

CHAPITRE 1 ...................................................................................................................5
CONCEPTION ET PREDIMENSIONNEMENT .......................................................5
CHAPITRE 2 ...................................................................................................................8
CHARGEMENT ...........................................................................................................8
CHAPITRE 3 ................................................................................................................. 13
DIMENSIONNEMENT ET VERIFICATION DE LA DALLE ............................... 13
CHAPITRE 4 ................................................................................................................. 24
DIMENSIONNEMENT ET VERIFICATION DES ENTRETOISES ..................... 24
CHAPITRE 5 ................................................................................................................. 38
DIMENSIONNEMENT ET VERIFICATION DES POUTRES PRINCIPALES ... 38
CONCLUSION ...............................................................................................................................54
REFERENCES ...............................................................................................................................55
Introduction

Notre mini-projet s’inscrit dans le cadre de la justification d’un ouvrage d’art. Il


consiste à dimensionner un pont route d’une seule travée isostatique reposant sur deux piliers.
Le choix d’une seule travée isostatique n’est pas optimal, mais vu la contrainte du
temps et pour faciliter les calculs, on a opté pour la solution isostatique.

 Caractéristiques géométriques :
 La portée de la travée est = 40 ;
 La largeur totale du tablier est = 12,5 ;
 La hauteur des piliers est de = 8 ;
 Le sol des fondations est de type III.

40 m

Axe chaussée
Axe pilier
Axe pilier
8m

Sol type III

Figure 1:Définition des axes des éléments du pont (poutres et piliers).

D’abord, on fixe une conception appropriée au site et aux exigences géométriques de


l’ouvrage. Ensuite, on détermine le chargement appliqué à la structure par le fascicule 61. Et
enfin, on étudie chaque élément constituant l’ouvrage et le dimensionner suivant la
réglementation en vigueur.
Le mini-projet est subdivisé en deux grandes parties :
- Une partie sera consacré à l’étude du tablier ;
- Une deuxième qui intéresse la justification des piliers.

La première partie, qui fera l’objet du présent document, concerne l’étude de :


- La dalle en béton armé ;
- Les entretoises ;
- Les poutres principales.
- La deuxième partie ne sera pas traitée dans ce document !
4
CHAPITRE 1
CONCEPTION ET PREDIMENSIONNEMENT

Sommaire de chapitre

I- CONCEPTION ........................................................................................................................ 7
II- PRE DIMENSIONNEMENT .................................................................................................. 7
Chapitre1 Conception et prédimensionnement

I- Conception
La conception d'un pont est un long travail d'études visant à concilier diverses
contraintes dont l'importance et l'ordre de prééminence varient selon les projets : données
naturelles du franchissement, données fonctionnelles de la voie portée, procédés de
construction, insertion dans l'environnement, coûts, délais, …

Il existe une grande variété de ponts que l’on peut les classer suivant :

 la nature de la voie portée :


 Les ponts routes ;
 Les ponts rails ;
 Les ponts canaux ;
 Les ponts servant à faire passer des canalisations.

 la nature des matériaux principaux qui les constituent :


 Ponts en bois ;
 En maçonnerie : pierres et briques ;
 En métal ;
 En béton armé ;
 En béton précontraint.

 le fonctionnement mécanique :
 Ponts à poutres indépendantes : poutres isostatiques ;
 Ponts à poutres continues ;
 Pont cantilever.

 La disposition :
 Ponts droits ;
 Ponts biais ;
 Ponts courbes.

 La section transversale :
 Dalle ;
 Section ouverte ;
 Section en caisson.

Dans notre cas, le pont étudié :


- Il supporte une chaussée : c’est un pont route ;
- Le matériau principal qui le constituera sera l’acier et béton armé (mixte);
- Il est en travée isostatique ;
- Il est droit ;
- La section du tablier sera ouverte.
Le tablier du pont sera un tablier bipoutre. Le plus simple des tabliers métalliques mais aussi
le plus économique !

6
Chapitre1 Conception et prédimensionnement

II- Pré dimensionnement


Les éléments constitutifs du tablier sont :
 Platelage : une dalle en béton armé supportant directement la chaussée et les
surcharges de circulation. Son épaisseur doit vérifier le poinçonnement et le
cisaillement, elle sera 18 cm ;
 Entretoisement : poutre transversale disposée chaque 5 m assurant la stabilité
transversale de la section droite. Et comme la distance entre axe est importante
(7,5m), il participera à la résistance ;
 Poutre raison : système principal transmettant les charges et surcharges aux appuis.
Seront deux poutres en PRS de hauteur ℎ~ à , soit h=2 m espacées de 7,5 m et
éloignées des bords de 2,5 m;
 Appuis

 Equipements :
 Etanchéité : une chape épaisse d’épaisseur de = 30 et de masse
volumique = 2,2 / ;
 Couche de roulement : tapie d’enrobé bitumineux d’épaisseur = 70 et
de masse volumique = 2,5 / ;
 Un trottoir de largeur 1 m ;
 Garde corps + corniche.

Le schéma suivant résume les différentes dimensions des éléments constituant le tablier :

2m

1,5 m 1 m 3,75

Figure 1- 1: Les dimensions de la section transversale de pont

7
CHAPITRE 2
CHARGEMENT

Sommaire de chapitre

I- CHARGES SUR LES CHAUSSEES ......................................................................................... 9


1- Largeur roulable et largeur chargeable .....................................................................9
2- Système de charges B ................................................................................................ 10
3- Charge de freinage .................................................................................................... 11
II- CHARGE SUR LES TROTTOIRS ........................................................................................11
III- EFFETS DU VENT, SEISMES ..............................................................................................11
IV- GARDE-CORPS ET DISPOSITIFS DE SECURITE............................................................12
V- RECAPITULATIF DU CHARGEMENT ADOPTE .............................................................12
Chapitre2 Chargement

Pour concilier une juste appréciation de la sécurité et l’impératif de l’économie, le


règlement impose un programme de chargement bien précis à partir duquel, l’ensemble des
éléments du pont seront justifiés.
Ce programme varie suivant la finalité du pont en question (ferroviaire, route,
passerelle, …). Dans notre cas, on s’intéresse à celui concernant les ponts routes : Fascicule
N°61 Titre II.
Les charges visées par ce titre sont comme suite :
 Charges sur les chaussées ;
 Charges sur les trottoirs ;
 Effets du vent, séismes ;
 Garde-corps et dispositifs de sécurité.

I- Charges sur les chaussées


Le règlement fixe deux systèmes de charges d’exploitations :
 Système de charges A : charge répartie dépendant de la longueur du pont ;
 Système de charges B : Charges concentrées concernant les essieux des véhicules
circulant sur les chaussées ;

Selon le commentaire 1.2 de l’article 1 :

« La charge B est ordinairement seule à envisager pour la justification des éléments


du tablier, c’est-à-dire dalles sous chaussée, longerons, entretoises, pièces de pont.
Par contre les deux systèmes A et B sont à envisager successivement pour toutes les
justifications dans lesquelles la structure est prise dans son ensemble, sous réserve des cas
particuliers évoqués dans le commentaire précédent. Cependant, suivant les errements
habituels, les justifications peuvent ne faire état que du système dont les effets sont les plus
importants. »
En plus, le règlement définie certains paramètres.

1- Largeur roulable et largeur chargeable :

La largeur roulable est définie comme la largeur comprise entre dispositifs de


sécurité ou bordure elle comprend outre la chaussée proprement dite toutes les sur-largeurs
éventuelles. Et La largeur chargeable se déduit de la largeur rouable en enlevant une
bande de 0.5m de long de chaque dispositif de sécurité lorsqu’il en existe.

9
Chapitre2 Chargement

0,5 0,5
Figure2- 1:La longueur roulable lr et la longueur chargeable lc

Dans notre cas, les deux largeurs sont confondues ( = ).


- Classe des ponts-routes :

Les ponts routes sont rangés en 3 classes, 1ère, 2éme, et 3éme classe, en fonction de la
largeur roulable et leur destination.
Notre pont est considéré en 1ère classe.
Pour des raisons de simplifications, on suppose que le système de charge B est le
prépondérant, et c’est vis à vis ce système, plus exactement le système Bc (partie suivante),
que les éléments de notre pont seront justifiés.

2- Système de charges B :
Il comprend trois systèmes de surcharges distincts dont il y aura lieu d’examiner
indépendamment les effets pour chaque élément d’ouvrage. On ne traitera que le système Bc:
Le système Bc se compose de camions types (trois essieux) :

Figure2- 2: Le système Bc

10
Chapitre2 Chargement

On placera toujours les files dans la situation la plus défavorable pour l’élément
considéré.
Dans le sens transversal, chaque file est supposée circulant dans l’axe d’une bande
longitudinale de 2.50m de largeur ; les diverses bandes peuvent être contiguës ou séparées.
Dans le sens longitudinal, le nombre de camions par file est limité à deux.
En fonction de la classe du pont et du nombre de files considérées, les valeurs des
charges du système Bc prises en compte sont multipliées par des coefficients Bc du tableau
suivant :

Nombre de files 1 2 3 4 ≥
1 1,20 1,10 0,95 0,80 0,70
de pont
Classe

2 1,00 1,00 - - -
3 1,00 0,80 - - -

Donc, dans notre cas, les charges dues au Bc seront considérées à 95%.
3- Charge de freinage :
C’est la force horizontale dans l’un ou l’autre sens de circulation exercée par les
systèmes A et B. Le freinage intéresse seulement la stabilité des appuis et la résistance
d’appareils d’appuis. Pour la charge B, un seul camion et supposé freiner en exerçant une
force horizontale égale à son poids. Les coefficients Bc et  ne sont pas appliqués. La force
de freinage de Bc est limitée à 30t.

II- Charge sur les trottoirs


Le règlement envisage deux types de charges, locales et générales. Les charges locales
servent à la justification des éléments du tablier, alors que les charges générales permettent la
justification des fermes maitresses.
 Suivant l’article 12 les charges locales sont fixées à une charge répartie 4,5kN/m² ;
 L’article 13 définie les charges générales comme une charge répartie 1,5 kN/m²
placée de telle façon à produire l’effet le plus défavorable.

III- Effets du vent, séismes


Pour évaluer l’action du vent sur le pont en service, le règlement admet quelques
hypothèses simplificatrices.
 Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe longitudinal de la
chaussée. Il développe sur toute surface frappée normalement une pression de 2 kN/m² ;
 Lorsque le vent souffle, le pont n’est supposé porter aucune charge de chaussée ou de
trottoir et les effets du vent et des charges ne sont pas susceptibles de se cumuler.

Dans notre projet, on ne tiendra pas des effets des séismes.

11
Chapitre2 Chargement

IV- Garde-corps et dispositifs de


sécurité

Le règlement précise uniquement la conception et le dimensionnement des garde-


corps. Dans notre projet, on estime le poids de l’ensemble garde-corps + la corniche, comme
une charge répartie linéairement aux extrémités du platelage de valeur 4 kN/ml.

V- Récapitulatif du chargement
adopté
Lr = 9,5 m
Pont de 1ère classe.

 Charges permanentes (poids propre) :

La dalle : e x25 kN/m²


La chape : 0,66 kN/m²
Couche de roulement : 1,75 kN/m²
Trottoir : 0,3x25 = 7,5 kN/m²
Garde-corps + corniche : 4 kN/ml

 Surcharges d’exploitation :

Sur trottoirs : 4,5 kN/m² cas local, 1,5 kN/m² cas général ;
Système Bc (camion à 3 essieux avec réduction de 5%) ;
Vent horizontal perpendiculaire à l’axe longitudinal : 2 kN/m²

12
CHAPITRE 3
DIMENSIONNEMENT ET VERIFICATION
DE LA DALLE

Sommaire de chapitre

I- DALLE EN PORTE-A-FAUX................................................................................................14
1- Les dimensions de la dalle ......................................................................................... 14
2- Chargement ............................................................................................................... 14
3- Sollicitations............................................................................................................... 15
4- Dimensionnement vis-à-vis la flexion ........................................................................ 15
a- Caractéristiques matériaux .............................................................................. 15
b- Dimensionnement à l’ELU ............................................................................... 16
c- Vérification à l’ELS .......................................................................................... 16
d- Redimensionnement à l’ELS ............................................................................ 16
e- Vérification vis-à-vis l’effort tranchant ........................................................... 17
f- Vérification vis-à-vis le poinçonnement ............................................................... 17
g- Dispositions constructives ................................................................................. 17
II- DALLE ENTRE LES POUTRES PRINCIPALES ................................................................18
1- Chargement ............................................................................................................... 19
2- Sollicitations............................................................................................................... 20
3- Dimensionnement vis-à-vis la flexion à l’intérieur de la dalle ................................. 21
a- Pour la dalle ...................................................................................................... 21
b- Pour les appuis .................................................................................................. 22
III- CONCLUSION ET REMARQUES DU CHAPITRE.............................................................23

13
Chapitre3 Dimensionnement et vérification de la dalle

La dalle est l’élément qui reçoit les charges et les surcharges, et les transmet aux
poutres principales et éventuellement aux entretoises. Elle participe également à la résistance
longitudinale (pont à poutres mixtes).
Elle doit être dimensionnée vis-à-vis le poinçonnement, le cisaillement, et reprendre la
flexion et les efforts normaux sans se fissurer.
Pour le dimensionnement, la dalle du pont est subdivisée en deux parties : la partie qui
est entre les deux poutres principales, et l’autre qui déborde au-delà de la poutre des deux
cotés (en porte-à-faux). Ces deux parties seront considérées encastrées sur la poutre principale
et seront étudiées séparément.

I- Dalle en porte-à-faux
La dalle se dimensionnée comme suite :
 déterminer le chargement appliqué à la dalle ;
 Calculer les sollicitations correspondantes ;
 Dimensionner la dalle suivant le règlement BAEL91.
 Donner les dispositions constructives des armatures.

1- Les dimensions de la dalle :

h 0,18 m
h1 (au niveau de la poutre) 0,20
lx 2,50
ly 5,00
élancement 0,50

2- Chargement :
Le chargement est déjà déterminé dans la partie précédente.
Essieu 12T
Corniche

Dalle

Trottoir+surcharge
Couche
Étanchéité roulement
0,18

1m

1,5 0,25 m
Figure 3- 1: Le chargement de la partie de la dalle en porte-à-faux. 14
Chapitre3 Dimensionnement et vérification de la dalle

3- Sollicitations

La dalle est considérée comme une poutre console encastrée-libre de largeur 1m. Les
sollicitations sont calculées par les méthodes classiques de la RDM pour 1 m linéaire.

140,00
Mu (kN.m)
120,00 Ms (kN.m)
100,00 Vu (kN)

80,00

60,00

40,00

20,00

0,00
0,00 0,50 1,00 1,50 2,00 2,50

Figure 3- 2: Diagramme des sollicitations de la dalle.

Les sollicitations maximales sont au niveau de l’encastrement :

( kN.m) 99,56
(kN.m) 71,25
(kN) 89,75

4- Dimensionnement vis-à-vis la flexion :

Le dimensionnement s’effectue suivant les règles du BAEL91. Les fissurations sont


considérées préjudiciables.

a- Caractéristiques matériaux

fc28 (Mpa) 25
ft28 (Mpa) 2,10
fe (Mpa) 500
Es (Mpa) 200000
εbc (‰) 3,50

15
Chapitre3 Dimensionnement et vérification de la dalle

b- Dimensionnement à l’ELU

Mu (MN.m) 0,11
d (m) 0,18
c' (m) 0,02
fbc 14,17
fs (Mpa) 434,78
εes (‰) 2,17
μu 0,250 OK
μl 0,372
αu 0,366
αl 0,617
Mlb (MN.m) 0,17
Au fragilité (cm²) 2,00

Asx min (cm²) 1,50 section min sens lx (3-alfa)/2Ay


Asy min (cm²) 1,20 section min sens ly (6 epais)

suivant à lx
A'u (cm²/m) 0
Au (cm²/m) 17,19
suivant à ly
A repartition (cm²/m) 4,30

c- Vérification à l’ELS

Mser (MN.m) 0,08


σbcbar (Mpa) 15
σsbar (Mpa) 201,63
Ys (m) 0,074
inertie I (m4) 0,00042
K 191,24
σbc (Mpa) 14,14
σs (Mpa) 304,20

Condition sur Acier plus défavorable, Redimensionner à l'ELS


d- Redimensionnement à l’ELS

αsbar 0,527
Mr 0,11 Pas d'armatures Comprimées
µs 0,01
αs (eq.3eme deg) 0,480
Ys (m) 0,086

16
Chapitre3 Dimensionnement et vérification de la dalle

suivant à lx
A's (cm²/m) 0
As (cm²/m) 26,66
suivant à ly
A répartition (cm²/m) 6,66

e- Vérification vis-à-vis l’effort tranchant

τu (Mpa) 0,53
τu bar (Mpa) 3,33
âme vérifiée

f- Vérification vis-à-vis le poinçonnement :

Comme il y a des charges concentrées (roues de camion), la hauteur de la dalle doit


être suffisante pour les supporter sans qu’il ait un poinçonnement.
La charge concentrée P doit vérifier
≤ 0,045 ℎ

= 2( + ) Le périmètre du contour de l’aire rectangulaire sur laquelle agit la charge
dans le plan du feuillet moyen (a et b sont définis dans la partie suivante) ;
ℎ Hauteur de la dalle.

a 0,63 m
b 0,63
P 0,09 MN

Pmax 0,34 vérifiée

g- Dispositions constructives

phi (mm) nbr e (cm)


principale 20 3 33,33 3HA20 /m
répartition 10 3 33,33 3HA10 /m

L’encastrement est réalisé en prolongeant les armatures principales jusqu’à la moitié de la


dalle entre poutres principales.

17
Chapitre3 Dimensionnement et vérification de la dalle

3,75

3 10 /

3 20 /

Figure 3- 3: Coupe transversale du porte-à-faux de la dalle.

3 20 /
/2 3 10 /

Poutre principale

Axe 5 Axe
entretoise Figure 3- 4: Coupe longitudinale du porte-à-faux de la dalle. entretoise

II- Dalle entre les poutres


principales
La dalle est supposée encastrée sur tous les bords. Elle sera étudiée comme étant une
plaque rectangulaire partiellement encastrée de caractéristiques suivante :

h 0,18 m
5,00
7,50
α 0,67

18
Chapitre3 Dimensionnement et vérification de la dalle

Notation :
 Moment longitudinal permettant le calcul des armatures longitudinales ;
 moment transversal permettant le calcul des armatures transversales ;

Entretoise

Entretoise
Axe poutre principale Axe poutre principale
Figure 3- 5: Notation adoptée pour le calcul.

Les étapes de calcul sont les mêmes étapes adoptées dans la partie précédente.

1- Chargement
Les charges permanentes sont les charges réparties (poids, chape, couche roulement)

ELU ELS
étanchéité 0,66 0,89 0,66 kN/m²
couche de roulement 1,75 2,36 1,75
poids propre 4,50 6,08 4,50
total 9,33 6,91

Les surcharges considérées sont le système de charge Bc.


On détermine d’abord la charge répartie, au niveau du feuillet de la dalle, due à une seule roue
du camion en question.

19
Chapitre3 Dimensionnement et vérification de la dalle

Figure 3- 6: La charge répartie au niveau du feuillet de la dalle

La charge P de la roue est considérée comme appliquée au niveau du feuillet moyen


sur le rectangle ab. Le revêtement est aussi résistant que le béton donc
a = a0 + h + 2 h1 Et b = b0 + h + 2 h1
a0 = b0 = 0,25 m
a = b = 0,63 m

Finalement
ELU ELS
charge Bc répartie ess 6T 107,71 71,81 kN/m²
ess 12T 215,42 143,61

2- Sollicitations :
On cherche les positions de P qui produisant l’effet le plus néfaste. Les moments sont
déterminés par les abaques de Pigeaud, mais vu que l’on en dispose pas ! On les calcule par la
méthode de Navier (série de fourrier) dont on ne présentera pas les détails. On a élaboré un
programme qui donne, pour une charge répartie quelconque, la déformée et la distribution des
moments dans la dalle simplement appuyée.
On fait déplacer les charges des 3 camions sur la dalle, et on détermine leurs position
la plus défavorable et les moments maximaux correspondants.
Ensuite, pour tenir compte de l’encastrement partiel, on multiplie, pour les deux sens,
le moment à l’intérieur de la dalle par 0,85, et on considère un moment d’encastrement, au
niveau des appuis, égale à 0,15 du moment trouvé par le programme.
Pour les deux sens, les moments de calcul sont :
= 0,85
= 0,15
Le moment maximal calculé.
Les calculs étaient faits pour les deux modules de Young du béton
20
Chapitre3 Dimensionnement et vérification de la dalle

Ei 32164,20 MPa
Ed 10818,87

Le coefficient de poisson adopté

ELU ELS
nu 0 0,20

Les sollicitations maximales à l’intérieur de la dalle retenues

direction Mu (kN.m) Ms (kN.m) Vu (kN)


x 47,08 25,59
y 25,78 13,90

Les sollicitations maximales aux appuis

direction Mu (kN.m) Ms (kN.m) Vu (kN)


x 8,31 4,52
y 4,55 2,45

3- Dimensionnement vis-à-vis la flexion à l’intérieur de la dalle :


Les fissurations sont considérées préjudiciables. Le calcul est similaire à celui vu dans
la partie précédente, on se contente donc de présenter uniquement les résultats (Consulter le
fichier Excel pour plus de détail).

a- Pour la dalle :

Dimensionnement à l’ELU

direction y (// lx) x (// ly)


A'u (cm²/m) 0 0
Au (cm²/m) 8,96 4,74

Vérification à l’ELS

σbc (Mpa) 6,59 4,53


σs (Mpa) 198,20 197,63

vérifiée vérifiée

21
Chapitre3 Dimensionnement et vérification de la dalle

Dispositions constructives

φ(mm) nbr e (cm)


Direction y (// lx) 10 3 33,33 3HA10 /m
Direction x (// ly) 8 3 33,33 3HA8 /m

b- Pour les appuis

A L’ELU

direction y (// lx) x (// ly)


A'u (cm²/m) 0 0
Au (cm²/m) 1,96 1,96

Vérification à l’ELS

σbc (Mpa) 2,11 1,15


σs (Mpa) 151,23 82,12

vérifiée vérifiée
Dispositions constructives

φ (mm) nbre e (cm)


principale (lx) 8 1 100 1HA8 /m
répartition (ly) 8 1 100 1HA8 /m

La section des armatures suivant ly (perpendiculaire à l’axe y) au niveau de l’appui


(poutre principale) est le maximum des deux sections calculée pour les deux partie de la dalle
(en porte-à-faux et entre poutres).

3 8/
3 10
/
7,5

Figure 3- 7: Disposition des armatures au milieu de la dalle (schématique).


22
Chapitre3 Dimensionnement et vérification de la dalle

= 7,5

3 20/ 1 8/
(Appui)

3 10/
3 8/ (Milieu)
(Mileu)

Figure 3- 8: Coupe transversale de la dalle entre poutres principales.

III- Conclusion et remarques du


chapitre

L’épaisseur de la dalle est 18 cm avec un élargissement au niveau des poutres


principales de 20 cm.

Par manque de temps et de références :


 On n’a pas eu l’occasion pour vérifier le programme élaboré pour la plaque, et le
comparer avec d’autres applications ;
 On n’a pas vérifié le cisaillement dans la dalle entre poutres maitresses ;

23
CHAPITRE 4
DIMENSIONNEMENT ET VERIFICATION
DES ENTRETOISES

Sommaire de chapitre

I- CHARGEMENT .....................................................................................................................25
II- SOLLICITATIONS ................................................................................................................26
III- DIMENSIONNEMENT .........................................................................................................26
1- Caractéristiques dimensionnelles des sections acier et béton .................................. 27
a- Largeur effective ............................................................................................... 27
b- Coefficient d’équivalence .................................................................................. 27
c- Position de l’axe neutre de la section mixte ..................................................... 28
d- Efforts internes : Analyse élastique .................................................................. 29
IV- CALCUL DE LA CONNEXION .............................................................................................30
1- Resistance de calcul des goujons à tête soudée ......................................................... 30
2- Calcul de la connexion ............................................................................................... 31
V- CONCLUSION ET REMARQUES DU CHAPITRE.............................................................37
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

Les entretoises sont les éléments transversaux du tablier. Ils ont comme rôle
l’augmentation de la rigidité du tablier, la répartition des efforts sur les poutres principales, et
éventuellement le contreventement.
Leur justification dépend de leur mode de fonctionnement (participent ou non à la
flexion locale). Dans notre cas, les entretoises sont liées à la dalle par des connecteurs donc
reprennent une partie de la flexion locale.
Pour les dimensionner, on procède comme suit :
 Déterminer le chargement appliqué ;
 Déterminer les sollicitations correspondantes ;
 Dimensionnement de la section mixte ;
 Calcul de la connexion acier-béton.

La portée et l’entre axe des entretoises sont

portée 7,50 m
entre axe 5

La justification s’effectuera dans le cadre du CM66 pour le profilé métallique, règles BEAL91
et Eurocode 2 pour le béton, et l’Eurocode 4 pour la poutre mixte.

I- Chargement
En plus le poids propre de l’entretoise, les charges permanentes uniformément
réparties sont le poids de la chape et de la couche de roulement. Pour les avoir en par mètre
linéaire, on doit multiplier leurs valeurs par la largeur efficace de la table de compression .
Le chargement variable considéré sera trois essieux de 12T des camions Bc (P=6T)
posés directement sur l’entretoise. On place les trois essieux sur l’entretoise de telle façon à
produire un moment maximal à la section du milieu (isostatique).
La charge due au vent est très faible par rapport à la charge Bc, donc on n’en tiendra pas
compte dans la justification.

Résultat :

Permanent
largeur (m) charge ELU ELS
Etanchéité 1,88 1,24 1,67 1,24 kN/m
Couche de roulement 1,88 3,28 4,43 3,28
Dalle 1,88 8,44 11,39 8,44
Profilé -- 1,40 1,89 1,40

25
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

Exploitation
charge ELU ELS
essieux Bc 60 90 60 kN

II- Sollicitations
L’entretoise est supposée simplement appuyée sur les poutres principales. Les appuis
sont élastiques, mais vu que l’entretoise est isostatique et il y a uniquement deux appuis donc
on peut les confondre à deux appuis simples.
La largeur occupée par un camion Bc est de 2,5 m, donc les 3 camions occupent
exactement toute la portée de l’entretoise ! Et par conséquent on ne les déplace pas.

7,5

0,5 0,25
6 6

Figure 4- 1: Positions de la charge variable Bc sur l’entretoise.

Le moment maximal est celui de la section médiane, et l’effort tranchant maximal est au
niveau des appuis.

Résultat :
ELU ELS
réaction 342,67 233,83 kN
Mmax (x=3,75) 676,25 460,93 kN.m
Vmax 342,67 233,83 kN

III- Dimensionnement
Les vérifications concerneront la vérification de la résistance de la section de la
poutre, le déversement et le voilement du profilé métallique, et la résistance de la connexion.
L’entretoise doit être vérifiée dans les trois cas :

 Profilé métallique seul ;


 Profilé avec béton non durcis ;
 Poutre mixte sous charges à court et à long terme.

26
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

Comme notre mini-projet s’inscrit dans le cadre d’un avant projet sommaire et
non d’exécution, on se contente du dernier cas !

1- Caractéristiques dimensionnelles des sections acier et béton :

a- Largeur effective

Figure 4- 2: Définition de la largeur effective

L’Eurocode 4 partie 1-1 adopte l’approximation suivante


= +

= min ( , )
8
la portée de la poutre.

0,94 m
0,94

1,88 m

Selon l’Eurocode 4, on distingue 4 classes de sections selon leur capacité de


rotation et le voilement local de leur partie métallique. On ne cherchera pas à tirer profit de la
réserve de résistance apporté par l’adaptation plastique en section mixte. Donc notre section
appartiendra à la classe 3.

b- Coefficient d’équivalence

Le coefficient d’équivalence n permet d’homogénéiser la section mixte, il est définit


par le rapport des modules acier béton
=
é

Il dépend de la durée d’application des charges : é instantanné pour les charges


à court terme, et é différé pour celles à long terme qui tient compte des phénomènes
accompagnant le durcissement du béton (retrait, fluage, …).

27
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

Généralement = é
é é é 3

Et é = 11000
la résistance du béton à 28j.

25 MPa

210000 MPa
é 32164,20
é é é 10721,40

Puisque le raisonnement est le même pour les deux cas, et pour rester dans le cadre
pédagogique, on se contente du calcul sous charges à long terme :
6,53
19,59

c- Position de l’axe neutre de la section mixte

Figure 4- 3: Caractéristiques géométriques de la section mixte.

Le profilé métallique adopté est comme suit :

Désignation HEA 450

h 440 mm
h1 344
b 300

28
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

a 11,50
Section 178 cm²
masse /m 139,80 kg/m
Ix / vx 2896,40 cm3
Ix 63721,60 cm4

On néglige généralement la contribution de l’armature en compression dans la dalle.


Le béton tendu n’est pas considéré dans la résistance.
On suppose que l’axe neutre se situe en de hors de la dalle, l’égalité des moments
statiques par rapport à la face supérieure de la dalle donne :
= ( +ℎ )+

Soit = +ℎ + Et = +

et sont respectivement la section d’acier et de béton.
Et on vérifie que
>ℎ
L’inertie de la section homogène , par rapport à son centre de gravité G, est
/
= / +

/ +( − )
= / +( − ) +

Résultat

Section ℎ( ) ( ²) ( ) / ( )
Acier 0,440 0,01780 0,2200 0,000637
béton 0,180 0,33750 0,0900 0,000911
mixte 0,620 0,03503 0,2475 0,001125 Vérifiée

2- Efforts internes : Analyse élastique

Après avoir déterminé les caractéristiques géométriques de la section homogène, les


contraintes dans les deux matériaux se calculent par les relations usuelles de la RDM.
 Contrainte de compression dans la face supérieure de la dalle

=−
 Contrainte dans la semelle supérieure du profilé métallique

=− ( −ℎ )

29
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

 Contrainte dans la semelle inférieure du profilé métallique

= (ℎ + ℎ − )
Les contraintes développées dans les deux matériaux doivent être inférieures à leurs
contraintes admissibles fixées par le règlement.
Béton = 0,6
Acier = 240

Résultat
matériau sup inf
acier -40,60 223,95 240 MPa Vérifiée
béton -7,60 --- 15 Vérifiée

En ce qui concerne le cisaillement, la contribution de la dalle à la résistance est assez


modeste pour en tenir compte. Seul le profilé métallique qui équilibre l’effort de cisaillement.
Par le CM66 Art 3,31 p.43
=
Et on vérifie
1,54 ≤
La vérification du déversement de la semelle supérieure n’est pas nécessaire puisque l’on
suppose qu’elle bien maintenue par la dalle, sous réserve que la largeur de la dalle est
supérieure à la hauteur du profilé.

0,00396 m²
86,62 MPa
1,54 133,39 Vérifiée
240

IV- Calcul de la connexion


Parmi les hypothèses de calcul, on a supposé qu’il n’y a pas de déplacement relatif
entre l’acier et le béton. De ce fait, comme l’adhérence entre les deux matériaux est aisée à
évaluer et est peu fiable, on a mis en place des éléments, appelés connecteurs, qui reprendront
l’effort de cisaillement et ainsi assurer la fonction d’adhérence.

1- Resistance de calcul des goujons à tête soudée


Il existe une multitude de types de connecteurs. On opte pour le goujon à tête soudée
dont l’utilisation est très fréquente.

30
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

Figure 4- 4: Goujon à tête soudée.

La résistance de ces goujons présentant un bourrelé et soudés par un pistolet


automatique est déterminée, selon l’Eurocode 4, comme suit :

= min (0,8 ; 0,29 )


4

Avec
diamètre du fut du goujon, avec la condition : 16 < < 25 ;
un facteur correctif, égal à 1 pour > 4 et égal à 0,2 + 1 pour 3 ≤ ≤4;
ℎ la hauteur hors tout du goujon ;
la résistance ultime en traction spécifiée de l’acier du goujon ( ≤ 500 / ²) ;
la résistance caractéristique du béton en compression ;
la valeur moyenne du module sécant du béton ;
la facteur partiel de sécurité, pris égale à 1,25.

Résultat

18 mm
ℎ 60
0,87
240 MPa
15
10721,40
1,25

39,09 kN

2- Calcul de la connexion

Il existe deux méthodes pour calculer la connexion : une élastique valable pour tout
type et catégorie de connecteur (ductile ou non) et toutes les classes de section, et autre
plastique concernant uniquement les connecteurs ductiles et les sections de classe 1 et 2.
Notre section est de classe 3 et le calcul s’effectuera suivant la première méthode.
Cette méthode consiste à déterminer le flux du cisaillement longitudinal par unité de
longueur le long de la surface de contact acier-béton. Ensuite, par la résistance du goujon

31
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

calculée précédemment, on détermine leur le nombre nécessaire par unité de longueur pour
équilibrer ce flux.

- Par la théorie élastique des poutres, le flux de cisaillement longitudinal est défini par :

( )
( )= ( )
( )

l’abscisse des sections suivant l’axe longitudinal de la poutre mixte ;
( ) l’effort tranchant à l’abscisse x ;
( )=( − ) moment statique par rapport l’axe neutre de la section béton
homogénéisée en compression ;
( ) l’inertie de la section mixte calculée précédemment.

- Le nombre minimum longitudinal des goujons à placer sur une longueur est (1
goujons par ligne)

( )
( )=

Nombre transversal des goujons (nombre par ligne).


On adopte un espacement uniforme, soit sur une longueur (voir fig.)

/2 /2

Figure 4- 5: Espacement longitudinal des goujons.

32
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

Avec et sont respectivement le diamètre et le nombre des goujons à disposer sur la


longueur .

Résultat

Disposition transversale
2
( ) 10

Disposition longitudinale
0,00271 m3
4
0,00112 m

( ) ( / ) é é ( / ) ( )
0 826,91 2,64 3 938,07 8,33
0,25 598,03 1,91 3 938,07 8,33
0,50 586,34 1,88 2 625,38 12,50
0,75 574,65 1,84 2 625,38 12,50
1 562,96 1,80 2 625,38 12,50
1,25 551,27 1,76 2 625,38 12,50
1,50 539,58 1,73 2 625,38 12,50
1,75 527,89 1,69 2 625,38 12,50
2 516,20 1,65 2 625,38 12,50
2,25 287,33 0,92 1 312,69 25
2,50 275,64 0,88 1 312,69 25
2,75 46,76 0,15 1 312,69 25
3 35,07 0,11 1 312,69 25
3,25 23,38 0,07 1 312,69 25
3,50 11,69 0,04 1 312,69 25
3,75 0 0 ---- 312,69 ----

33
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

1000,00
flux appliqué (kN/m)
900,00 flux équilibré (kN/m)

800,00

700,00

600,00

500,00

400,00

300,00

200,00

100,00

0,00
0,00 0,50 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00

Figure 4- 6: Flux de cisaillement appliqué et équilibré par les goujons de l’entretoise.

Donc pour une demi-entretoise (symétrie), on adopte la disposition longitudinale suivante :

3,75

0,5 2,25 1

= 12 = 38 = 12
= 25
= 8,33 = 12,5

Figure 4- 7:Disposition longitudinale des goujons sur une demi-entretoise.

34
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

- Armatures transversales (selon Eurocode 2)

En reprenant l’effort de cisaillent de l’interface acier-béton, les connecteurs le


transmettent à la dalle et par conséquent, cette dernière fera l’objet d’un renforcement par des
armatures transversales afin de mieux résister à cet effort supplémentaire.
La section de ces armatures par unité de longueur doit vérifier
> tan
2
= / = /1,15 résistance de calcul des armatures.
Parallèlement, on doit éviter la ruine des bielles, soit
<2 ℎ sin cos
= = 0,66 Contrainte admissible de compression du béton ;

Un coefficient d’efficacité du béton en compression. Selon l’Eurocode 2


= 0,6(1 − 250) Où en / ²

ℎ = (2ℎ + + )/2 La demi-longueur d’intersection de la surface de rupture et la section


droite du béton.

Ligne
de
rupture

Figure 4- 8: Disposition transversale des goujons et ligne de


rupture du béton.
Selon l’Eurocode 2, si la dalle est compression
26,5° ≤ ≤ 45°
Donc on choisit un de telle façon à ce que l’on évite la ruine des bielles et avoir une section
réduite des armatures transversales.
Le diamètre des armatures doit permettre une bonne disposition des armatures. Leur
espacement est calculé de la même façon vue pour les goujons.
Espacement horizontal minimal
= min (2,5∅ ; 3,75 )

35
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

Résultat
26,5 deg
400 MPa
347,83
25
16,50
ℎ 0,12 m
0,54

∅ 12 mm
3,75 cm

( ) ( ²) nbre ( )
0 5,93 6HA12 /m 4,17
0,25 4,29 4HA12 /m 6,25
0,50 4,20 4HA12 /m 6,25
0,75 4,12 4HA12 /m 6,25
1 4,03 4HA12 /m 6,25
1,25 3,95 4HA12 /m 6,25
1,50 3,87 4HA12 /m 6,25
1,75 3,78 4HA12 /m 6,25
2 3,70 4HA12 /m 6,25
2,25 2,06 2HA12 /m 12,50
2,50 1,98 2HA12 /m 12,50
2,75 0,34 1HA12 /m ---
3 0,25 1HA12 /m ---
3,25 0,17 1HA12 /m ---
3,50 0,08 1HA12 /m ---
3,75 0 1HA12 /m ---

( / ) 846,79 Vérifiée

36
Chapitre4 Dimensionnement et vérification des entretoises

Donc pour une demi-entretoise (symétrie), on adopte la disposition suivante :

3,75

0,5 2 1,25
= 14
= , = 40 = 15
=5 = 8,3

Figure 4- 9: Disposition des armatures transversales

V- Conclusion et remarques du
chapitre
Les entretoises seront des HEA 450 sur lesquelles soudés des goujons de diamètre 18
mm et de hauteur 100 mm.
La participante à la compression est renforcée par des armatures transversales HA12.
Contrainte de temps, manque de documentation, et pour des raisons de simplification, on a
négligé certains points :
- Pour le chargement, on n’a pas tenu compte des deux autres essieux qui produiront une
charge répartie supplémentaire et un moment de torsion (réaction des appuis de la dalle). En
plus, les charges des roues sont des charges réparties et non concentrées ;
- Pour les sollicitations, l’entretoise est partiellement encastrée sur les poutres principales
vu la continuité de la dalle ;
- Pour la justification, elle doit être effectuée soit sous l’ancien règlement relatif au pont
mixte ! soit sous les Eurocodes. En outre, elle doit envisager tous les cas possibles de
l’ouvrage (exécution et exploitation à court et long terme) ;
- La nuance de l’acier considéré est E24, le béton est de résistance à 28j 25MPa, valeurs
retenue généralement pour les bâtiments et les structures usuelles et non les ponts !

37
CHAPITRE 5
DIMENSIONNEMENT ET VERIFICATION
DES POUTRES PRINCIPALES

Sommaire de chapitre

I- CHARGEMENT : ...................................................................................................................39
1- Charges permanentes : .............................................................................................. 39
2- Charges d’exploitation .............................................................................................. 39
II- LIGNE D’INFLUENCE ..........................................................................................................39
III- SOLLICITATIONS ................................................................................................................41
IV- REPARTITION TRANSVERSALE ......................................................................................42
V- DIMENSIONNEMENT DES POUTRES PRINCIPALES ...................................................45
1- Pré dimensionnement ................................................................................................ 45
2- Caractéristiques dimensionnelles du PRS ................................................................ 46
3- Vérifications............................................................................................................... 47
a- Caractéristiques dimensionnelles de la section mixte ...................................... 48
b- Efforts internes : Analyse élastique .................................................................. 48
VI- CALCUL DE LA CONNEXION .............................................................................................49
VII- CONCLUSION ET REMARQUES DU CHAPITRE.............................................................53
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

Les poutres ou fermes principales, sont des éléments porteurs permettant de supporter et
transmettre les charges et les surcharges du platelage aux appuis.
Leur dimensionnement peut être subdivisé comme ce qui suit :
- Déterminer le chargement dans le sens longitudinal ;
- Déterminer les lignes d’influences des surcharges mobiles ;
- Calculer les sollicitations maximales et leur répartition transversale ;
- Dimensionner les poutres principales suivant le règlement en vigueur.

I- Chargement
1- Charges permanentes

Les charges permanentes sont celles vues dans les parties précédentes multipliées par
leurs largeurs correspondantes pour les avoir par mètre linéaire. En outre, on ajoute le poids
propre des fermes après la répartition transversale.

largeur (m) charge ELU ELS


Etanchéité 12,50 8,25 11,14 8,25 kN/m
Couche de roulement 9,50 16,63 22,44 16,63
Dalle 12,50 56,25 75,94 56,25
Trottoir 1,50 11,25 15,19 11,25
Corniche + garde-corps -- 4,00 5,40 4

2- Charges d’exploitation :

charge ELU ELS


charge trottoirs 1,50 3,38 2,25 kN/m
60 90 60 kN
charge Bc
120 180 120

On considère deux camions Bc dans chaque voie, soient 6 camions qui se déplacent
sur le pont chacun est indépendant des autres.

II- Ligne d’influence


Comme la travée est isostatique, et par le théorème de superposition, la ligne
d’influence sera déterminée uniquement pour une seule voie (deux camions Bc). Les autres
les positions des camions dans les voies restantes seront identiques à la voie étudiée.
Afin de déterminer les positions des deux camions produisant l’effet le plus néfaste, et la
section la plus sollicitée, on procède par tâtonnement. On déplace les deux camions l’un

39
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

indépendamment de l’autre avec un certain pas. Et pour chacune de leurs positions, on calcul
le diagramme du moment le long du le pont.
A l’aide d’un petit algorithme élaboré en Matlab, on arrive détermine les positions
recherchées, le diagramme du moment correspondant, et ensuite la section la plus sollicitée.
Avec un pas de 25 cm, on obtient ce qui suit :

>> ligne_inf_2_BC(120,60,40,0.25)

Position 1 (m) : 11.25


Position 2 (m) : 21.75
Mom_u max (kN.m) : 6033.9938
Mom_s max (kN.m) : 4469.625
Abscis. Sect (m) : 21.75

21,75

12 12 12 12
11,25
6 6

O Figure 5- 1: Le repère utilisé

Le diagramme de moment correspondant

40
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

Figure 5- 2: Diagramme du moment le plus défavorable du au charge Bc

Pour les voies restantes, les camions seront positionnés de la même manière afin de
produire l’effet le plus défavorable. Ainsi, le diagramme du moment total résultant des trois
voies sera celui de la 1ère multiplié par 3.

III- Sollicitations
On détermine les diagrammes du moment résultant des différentes charges réparties.
Par superposition, on calcul le diagramme total du aux charges réparties et concentrées,
ensuite la section la plus sollicitée et le moment correspondant aux deux états limites ELU et
ELS.
Le poids corniche + garde-corps et celui des trottoirs et leurs surcharges seront multipliées par
2 (de part et d’autre du pont).

Mom_t_u max (kN.m) : 50995.0124


Mom_t_s max (kN.m) : 36226.1353
Abscis. Sect (m) : 20.75

41
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

EL

ELS

Figure 5- 3: Diagramme du moment total le plus défavorable

Une fois le moment longitudinal maximal est déterminé, on doit le répartir sur les deux
poutres principales.

IV- Répartition transversale


Il existe plusieurs méthodes approximatives déterminant la répartition des
sollicitations longitudinales sur les poutres principales (entretoises rigides, torsion gênée,
Guyon Massonnet, …) en se basant chacune sur des hypothèses.
Dans notre pont, les entretoises sont espacées de 5m, donc le tablier est suffisamment
rigidifie pour justifier l’utilisation de la méthode des entretoises rigides comme méthode de
répartition transversale.
La méthode des entretoises rigides stipule que l’entretoise est infiniment rigide par
rapport les poutres et l’ensemble des points homologues se déplacent d’une façon linéaire
(appartiennent à une droite) sous l’effet des charges appliquées.
La détermination des coefficients de la répartition revient à déterminer les réactions au
niveau des appuis élastiques (poutres) de la poutre infiniment rigide (entretoise).
Dans notre cas le platelage repose sur deux poutres, et sur lequel 3 camions se déplacent. On
ne considère que la largeur roulable du tablier et l’origine du repère sera à son extrémité.
Les poutres sont localisées par leurs ordonnées yi, et les charges concentrées par les distances
di de l’origine du repère.
42
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

9,5 m

1m

Figure 5- 4: Les notations utilisées

Soient I1 et I2 respectivement les inerties des poutres numérotées de gauche à droite 1 et 2, et


z1 et z2 respectivement leurs déplacements verticaux.
Les réactions du système R1 et R2 sont
R1 = z1I1 et R2 = z2I2
Par l’hypothèse d’entretoise infiniment rigide, les points homologues appartiennent à la même
droite, soit
z1 = A + By1 et z2 = A + By2
A et B sont à déterminés.
Donc
R1 = (A + By1) I1 et R2 = (A + By2) I2
Par l’équilibre des forces et des moments, on forme le système :
R1 + R2 = 6P
R1 y1 + R2 y2 = Pd1 + P(d1+2) + Pd2 + P(d2+2) + Pd3 + P(d3+2)
Soit
A(I1 + I2) + B(y1I1 + y2I2) = 6P
A(y1I1 + y2I2) + B(y1²I1 + y2²I2) = Pd1 + P(d1+2) + Pd2 + P(d2+2) + Pd3 + P(d3+2)
Avec
I1 = I2 =
y1 = 1 m et y2 = 8,5 m
P = 60 kN

43
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

La résolution du système nous fournit A et B, puis z1 et z2, et finalement R1 et R2.


Et les coefficients de partage seront ainsi
C1 = R1/(R1+R2) et C2 = R2/(R1+R2)
Comme les charges se déplacent transversalement, on doit calculer ces coefficients pour les
différentes combinaisons du triple (d1, d2, d3), et déterminée celle qui donne un coefficient
maximal !
Pour cet effet, on a procédé par tâtonnement. On a élaboré un programme permettant de
calculer les coefficients de partage pour n poutres avec m charges (dans notre cas n=2 et m=6)
dont les distances di sont variables. Et ainsi, on pu avoir les résultats suivants pour un pas de
0,0125 m :
>> Repart_3_Bc(b,I,y,q,pas)
Cmax
0.6500
D =
2.6250 4.8750 7.1250

2,625

4,875

7,125
Figure 5- 5: Le cas le plus défavorable de la répartition transversale

Donc chacune des poutres va reprendre, en plus son poids propre, 65% du moment
longitudinal calculé précédemment.

44
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

V- Dimensionnement des poutres


principales
1- Pré dimensionnement :
Le profilé métallique sera un PRS, ses dimensions sont choisies de telle façon à ce que
la résistance soit garantie tout en évitant les phénomènes d’instabilité possible (voilement et
déversement).
Cette étape demande l’expérience et les formules de bonne pratique. Mais avec l’outil
informatique, il suffit de fixer des valeurs initiales puis avec des itérations on parvient à une
solution optimisée.

Figure 5- 6: Les notations des dimensions de la section transversale de


poutre principale

Hauteur de l’âme

Comme vu précédemment ℎ~ à
Epaisseur min de l’âme

45
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

≥ 12
≥ 0,005ℎ
Semelle

Les conditions d’usinage et de voilement local conduisent en général à


400 ≤ ≤ 1300
≤ 30 Pour de l’acier E36 ou E355 (article 18-3 du titre V – fascicule 61)

Pour un pont de largeur avoisinant les 10 m, la largeur des semelles adoptées selon la portée :

2- Caractéristiques dimensionnelles du PRS

Pour une section rectangulaire de hauteur h et largeur b


Sa section est = ℎ
Et son inertie par rapport un axe distant de son centre de gravité de vaut

= + ²
12

On subdivise le PRS en trois sections rectangulaires et on calcule pour chacune la section et


l’inertie / centre de gravité du PRS.
Le centre de gravité du PRS / limite supérieure de la semelle supérieure


=

46
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

Le centre de gravité de la section i / l’axe défini avant.


Finalement la section et l’inertie de PRS sont respectivement la somme des sections et des
inerties calculées précédemment.

( , )

( , )

( , )

Figure 5- 7: Les notations des inerties de la section de la


poutre

Résultat
Les dimensions présentées sont vérifiée.

ℎ 2000 mm
800
900
80
90
25
1907,50 cm²
/ 1497,39 kg/m
3
/ 133449,91 cm
4
14442410,58 cm

1- Vérifications
La vérification de la poutre principale concerne les cas suivants :
- Poutre seule ;
- Poutre avec béton non durci ;
- Poutre mixte sous chargement court et chargement long.
Comme on l’a justifié précédemment, seule la poutre mixte sous charges de longue durée qui
sera traitée par la suite.
La procédure et les relations de calcul sont identiques à celles vue pour le calcul des
entretoises. Donc on se contente de présenter uniquement les résultats.

47
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

a- Caractéristiques dimensionnelles de la section mixte

Largeur effective

2,50 m
3,75

6,25 m

Le coefficient d’équivalence

Les caractéristiques des matériaux sont identiques à celles des entretoises, donc

6,53
19,59

Position axe neutre

On fait l’hypothèse que l’axe neutre est hors la dalle

ℎ( ) ( ²) ( ) / ( )
Acier 0,250 0,00810 0,1049 0,000091
béton 0,180 1,12500 0,0900 0,003038
mixte 0,430 0,06553 0,1141 0,000280 NON vérifiée

b- Efforts internes : Analyse élastique

Le coefficient de répartition transversal

0,65

Les sollicitations maximales après répartition

( . ) 37,45
( ) 2,66

Les contraintes normales maximales dans le béton et l’acier

matériau sup inf adm


acier -157,54 231 240 MPa Vérifiée
beton -9,83 --- 15 Vérifiée

48
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

Le cisaillement dans l’âme

Aame 0,050 m²
τo 53,21 MPa
1,54 τo 81,95 Vérifiée
σe 240

VI- Calcul de la connexion


Comme le cas des entretoises, on adopte les goujons à tête soudé comme type de
connecteurs.
Le diagramme de l’effort tranchant n’est pas antisymétrique, et comme les charges
variables peuvent se déplacer de gauche à droite et de droite à gauche, la justification des
connecteurs concernera la moitié de la poutre la plus défavorable.
A la différence de ce qui es vue pour les entretoises, on placera deux goujons par ligne
au lieu d’un seul. Donc, dans ce suit, représentera le nombre des paires de goujons.

Résistance goujons
d 20 mm
h 80
α 1
fu 240 MPa
fck 15
Ecm 10721,40
γv 1,25

Prd 48,25 kN

Disposition transversale des goujons


n trans 4
et (cm) 20

Disposition longitudinale des goujons


m 0,04054 m3
I 0,19279 m4

49
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

n v équilibré
x (m) v (kN/m) n min e (cm)
retenu (kN/m)
0 4093,17 21,21 22 4246,43 4,55
1 3942,85 20,43 22 4246,43 4,55
2 3792,53 19,65 22 4246,43 4,55
3 3642,21 18,87 22 4246,43 4,55
4 3491,89 18,09 22 4246,43 4,55
5 3341,56 17,31 18 3474,35 5,56
6 3191,24 16,53 18 3474,35 5,56
7 3040,92 15,75 18 3474,35 5,56
8 2890,60 14,98 18 3474,35 5,56
9 2740,28 14,20 18 3474,35 5,56
10 2589,96 13,42 14 2702,27 7,14
11 2439,64 12,64 14 2702,27 7,14
12 1749,32 9,06 14 2702,27 7,14
13 1059,00 5,49 14 2702,27 7,14
14 908,68 4,71 14 2702,27 7,14
15 758,35 3,93 4 772,08 25
16 608,03 3,15 4 772,08 25
17 457,71 2,37 4 772,08 25
18 307,39 1,59 4 772,08 25
19 157,07 0,81 4 772,08 25
20 6,75 --- --- 772,08 ---

50
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

4500,00
flux appliqué (kN/m)
4000,00 flux équilibré (kN/m)

3500,00

3000,00

2500,00

2000,00

1500,00

1000,00

500,00

0,00
0,00 5,00 10,00 15,00 20,00 25,00

Figure 5- 8: Flux de cisaillement appliqué et équilibré par les goujons de la poutre


principale.

Calcul des armatures transversales

θf 26,50 deg
fsk 500 MPa
fsd 434,78
fck 25
fcd 16,50
hf 0,39 m
γ 0,54

HA 20 mm
Espacement horizontale min 3,75 cm

51
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

Ligne de rupture

Figure 5- 9: Disposition transversale des goujons, armature, et ligne de rupture


du béton.

( ) ( ²) nbr ( )
0 23,47 8HA20 /m 12,50
1 22,61 8HA20 /m 12,50
2 21,75 7HA20 /m 14,29
3 20,88 7HA20 /m 14,29
4 20,02 7HA20 /m 14,29
5 19,16 7HA20 /m 14,29
6 18,30 6HA20 /m 16,67
7 17,44 6HA20 /m 16,67
8 16,57 6HA20 /m 16,67
9 15,71 6HA20 /m 16,67
10 14,85 5HA20 /m 20
11 13,99 5HA20 /m 20
12 10,03 4HA20 /m 25
13 6,07 2HA20 /m 50
14 5,21 2HA20 /m 50
15 4,35 2HA20 /m 50
16 3,49 2HA20 /m 50
17 2,62 1HA20 /m 100
18 1,76 1HA20 /m 100
19 0,90 1HA20 /m 100
20 0,04 ----- -----

( / ) 73127,23 Vérifiée

52
Chapitre5 Dimensionnement et vérification des poutres principales

VII- Conclusion et remarques du


chapitre
La poutre principale est un PRS de caractéristiques

h 2000 mm
bs 800
bi 900
es 80
ei 90
ea 25

Connecté à la dalle par des goujons à têtes soudées de diamètre 20mm et hauteur 80mm. La
connexion est renforcée par des armatures transversales afin d’éviter le cisaillement de la
dalle.
En plus de certains points cités précédemment dans le chapitre Entretoise, on n’a pas pris en
considération des points suivants :
- Pour le chargement, on n’a pas tenu compte du poids des entretoises qui sont des
charges concentrées espacées de 5 m le long de la poutre principale ;
- Pour la répartition transversale, il parait que les entretoises ne sont assez rigides, par
comparaison aux poutres principales, pour s’arrêter à la méthode des entretoises
rigides ;
- Pour un souci d’économie, on devrait adopter des poutres à inertie variable ;
- On doit prévoir des raidisseurs au niveau de l’assemblage des entretoises (effort
tranchant important !) ;
- La longueur des éléments dépasse la longueur transportable, on doit prévoir des
assemblages.

53
Conclusion

Finalement, il s’avère que la justification d’un tablier d’un pont ne relève pas du facile. En
effet, pour étudier un tablier il faut parcourir un ensemble d’étapes :

- Détermination des charges appliquées ;


- Répartition correctement ces charges sur l’ensemble des éléments du tablier et
détermination des sollicitations qui en résultent ;
- Justification des éléments du tablier.

Pour sortir ainsi avec un plan présentant les dimensions de chacun des éléments
constituant ce tablier et garantissant la bonne tenue de celui-ci.
Cette tache lourde devient de plus en plus fastidieuse et compliquée, avec des tabliers
présentant un grand nombre d’éléments avec des formes géométriques compliquées, d’où
l’appel à l’outils informatique qui devient une composante indispensable voir incontournable
dans les projets actuels.

Durant ce mini-projet, qui était d’ailleurs très bénéfique et fort utile, on a pu être
conscient de l’énorme travail et les difficultés rencontrées lors du dimensionnement des ponts,
que ca soit au niveau de la conception ou bien au niveau du calcul. Il nous a permis aussi
d’élargir nos connaissances en manipulant l’Eurocode 4 et le fascicule 61, ainsi que
d’élaborer quelques algorithmes de calcul, et surtout de développer un esprit d’analyse et de
réflexion.
Finalement, on remercie M.BOUCHAKOUR pour ses efforts et ses explications
durant le cours, et surtout sur le fait de nous avoir incités à travailler ce projet, car le cours
seul n’était pas suffisant pour assimiler les méthodes et les difficultés rencontrées dans le
dimensionnement des ponts.

54
Références

 Construction mixte acier-béton - Calcul des poutres mixtes, par Jean-Marie


ARIBERT. Techniques de l’Ingénieur C 2 561 ;
 Projet de construction PONT MIXTE ACIER-BETON par les élèves ARAYE Radji,
COLLON Samuel, et VERZAT Benoît à ENTPE;
 Ponts mixtes acier-béton bipoutres : Guide de conception. Service d'Etudes
Techniques des Routes et Autoroutes (SETRA).

55
56