Vous êtes sur la page 1sur 8

ARTICLE

TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR
Techniques L’expertise technique et scientifique de référence
de l'Ingénieur

p2645
c3673
Spectrométrie
Stockage de l'eaude masse en
: ouvrages - Principe
béton -
et appareillage
Maintenance et garanties

Date de publication : 12/09/2014


10/02/1998
Par :
Bruno DUCROT
Guy BOUCHOUX
Ingénieur de l'École Centrale de Lyon, Ingénieur-Conseil
Professeur à l’université Paris XI (Orsay), École Polytechnique, DCMR, Palaiseau
Bernard FARGEOT
Michel SABLIER
Ingénieur-Conseil
Chargé
Gérardde recherches au CNRS, École Polytechnique, DCMR, Palaiseau
MATHIEU
Chargé de recherches au Cemagref (Centre national du machinisme agricole du génie rural des
Guy
Eaux BOUCHOUX
et Forêts)
Professeur à l’université Paris XI (Orsay), École Polytechnique, DCMR, Palaiseau

Michel SABLIER
Chargé de recherches au CNRS, École Polytechnique, DCMR, Palaiseau

Cet article fait partie de la base documentaire :


Mesures
Génie civil- Analyses
- Gestion de l'eau
Dans le pack : GénieMesures civil- Analyses
et dans l’univers : Technolgies de l’information
Construction

Cet article peut être traduit dans la langue de votre choix.


Accédez au service Traduction à la demande dans votre espace « Mon compte ». (Service sur devis)

Document délivré le : 23/06/2014


04/03/2015
Pour le compte : 7200100403 -- techniques
7200023220 ingenieur
universite de lorraine //// marie LESAVRE //
193.50.135.4
217.109.84.129

Pour toute question :


Service Relation clientèle - Techniques de l’Ingénieur
249 rue de Crimée - 75019 - Paris

par mail infos.clients@teching.com ou au téléphone 00 33 (0) 1 53 35 20 20

Copyright
Copyright ©
© 2014
2015 | Techniques
Techniques de
de l’Ingénieur
l'Ingénieur | tous droits réservés
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

Stockage de l’eau : ouvrages en béton


Maintenance et garanties
par Bruno DUCROT
Ingénieur de l’École Centrale de Lyon
Ingénieur-Conseil
Bernard FARGEOT
Ingénieur-Conseil
et Gérard MATHIEU
Chargé de recherches au Cemagref
(Centre national du machinisme agricole du génie rural des Eaux et Forêts)

1. Entretien. Maintenance. Réparations.................................................. C 3 673 - 2


1.1 Entretien ........................................................................................................ — 2
1.2 Maintenance ................................................................................................. — 2
1.3 Réparations ................................................................................................... — 3
1.3.1 Classement des désordres.................................................................. — 3
1.3.2 Réparation de la structure .................................................................. — 3
1.3.3 Réparation de l’étanchéité .................................................................. — 3
2. Responsabilités. Garanties. Assurances. Qualifications ............... — 4
2.1 Responsabilités. Garanties .......................................................................... — 4
2.1.1 Garantie de parfait achèvement......................................................... — 4
2.1.2 Garantie décennale ............................................................................. — 4
2.1.3 Garantie de bon fonctionnement ou garantie de 2 ans ................... — 5
2.2 Assurance...................................................................................................... — 5
2.3 Qualification.................................................................................................. — 5
Pour en savoir plus ........................................................................................... Doc. C 3 674
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

omme toute construction, les ouvrages en béton contenant des eaux pures
C ou chargées n’échappent pas à la loi générale du vieillissement. Ils subis-
sent inévitablement des dommages et dégradations auxquels il importe de
remédier bien avant que ne soit atteint le seuil d’une certaine déchéance qui ren-
drait l’ouvrage impropre à sa destination.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Construction C 3 673 − 1

tiwekacontentpdf_c3673 Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

STOCKAGE DE L’EAU : OUVRAGES EN BÉTON ________________________________________________________________________________________________

1. Entretien. Maintenance. Pour les ouvrages à marnage important, l’entretien consistera,


après avoir vidangé l’ouvrage, à nettoyer complètement la paroi en
Réparations contact avec le contenu.
Des précautions rigoureuses doivent être prises au cours de ces
opérations pour éviter toutes détériorations du revêtement intérieur
1.1 Entretien par poinçonnements, déchirures ou chutes d’objets lourds. C’est le
cas en particulier lors du changement de canalisations à l’intérieur
En plus de l’environnement extérieur qui est le lot commun de de l’ouvrage.
toutes les constructions, les ouvrages hydrauliques sont soumis à
des agressions internes caractéristiques dues au contenu et éven- Les abords de l’ouvrage doivent être maintenus en bon état afin
tuellement au dégagement de gaz, de vapeur, ou à la formation de d’assurer l’écoulement des eaux superficielles et/ou de drainage,
condensation au-dessus du niveau de remplissage. mais aussi pour éviter que la végétation vienne perforer les étan-
chéités.
Différentes formes d’agressions peuvent ainsi se manifester. Elles
peuvent être d’origines physique et mécanique ou chimique et bio- Les opérations de nettoyage peuvent être complétées par une
logique. intervention bactéricide pour tous les ouvrages contenant de l’eau
Il convient donc d’effectuer une visite complète de l’intérieur d’un destinée à la consommation humaine. La visite technique relève de
ouvrage à l’occasion de sa vidange pour nettoyage qui devrait être l’entretien normal d’un ouvrage.
pratiquée au moins une fois par an.

Trop souvent, cette obligation n’est pas respectée. Elle permet


pourtant au maître d’ouvrage de vérifier, dans les premières 1.2 Maintenance
années de fonctionnement, que l’ouvrage n’est pas affecté par
des défauts de conception, et que les matériaux choisis corres-
pondent bien aux sollicitations auxquelles ils sont soumis. La maintenance a pour objet la réparation des désordres suscep-
En ne pratiquant pas ces visites, le maître d’ouvrage s’expose à tibles d’apparaître au cours de la vie de l’ouvrage, qu’il s’agisse de
ce que, en cas de sinistre, l’application des garanties lui soit refu- désordres limités et localisés, ou désordres évolutifs ou généralisés.
sée au motif d’une « cause étrangère », exonérant de ce fait la
responsabilité des constructeurs.
Il appartient au maître d’ouvrage et au maître d’œuvre de La réparation des désordres peut relever de la garantie des
veiller tout particulièrement, lors de l’établissement du projet, à la constructeurs. Toutefois, il convient de vérifier que les désordres
possibilité des opérations d’entretien. ne proviennent pas d’une utilisation anormale de l’ouvrage. Par
exemple, les perforations de canalisations pourraient être dues
Trop souvent les ouvrages ne sont pas conçus pour permettre
à une teneur en nitrate ou en sulfate dépassant de beaucoup les
ces visites. C’est le cas des ouvrages de traitement des effluents
normes admises. On peut également avoir le cas de l’utilisation
tels digesteurs, cuves de méthanisation, bassins de stockage des
d’une cuve en stockage de boue alors qu’elle était destinée à un
boues..., qui ne peuvent pas être visités sans en arrêter le fonc-
autre usage.
tionnement pour une longue période.
Les désordres fréquemment constatés proviennent de la mau-
Pendant la période de garantie de parfait achèvement (voir vaise adaptation du produit assurant le revêtement d’imperméa-
§ 2.1.1) la première visite est effectuée à la diligence du maître bilisation, le revêtement d’étanchéité ou la protection du béton,
d’ouvrage et sous sa responsabilité. à résister aux attaques auxquelles il est soumis.
Le maître d’ouvrage, l’exploitant utilisateur de l’ouvrage, le maître Trop souvent, le choix s’est porté sur un produit ou une
d’œuvre, l’entrepreneur et les fournisseurs et/ou fabricants des maté- famille de produits qui convient théoriquement aux conditions
riaux d’étanchéité mis en œuvre participent obligatoirement à cette d’utilisation, mais qui ne laisse aucune latitude à une utilisation
visite qui doit donner lieu à l’établissement d’un procès-verbal. différente ou à un dépassement des agressions prévues. Pour-
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

Au-delà de cette période, les visites techniques sont assurées par tant, l’utilisation d’un produit plus performant ou en épaisseur
l’exploitant utilisateur de l’ouvrage. supérieure permettrait, pour un faible surcoût, de résister à des
sollicitations plus importantes. Le choix d’un produit plus per-
Il y a lieu de distinguer entre les ouvrages dont le niveau d’utilisa-
formant permet aussi l’utilisation provisoire de certains ouvra-
tion varie peu, et ceux pour lesquels le marnage peut être important
ges (dans une fonction différente de celle pour laquelle ils ont
(le marnage est la hauteur entre les plus basses eaux et les plus hau-
été conçus) pendant les opérations d’entretien et de mainte-
tes eaux).
nance d’autres ouvrages.
Pour ceux dont le niveau varie peu, c’est le cas des piscines, des
bassins de filtration, des réserves d’incendie, etc., le point à sur-
veiller plus particulièrement est la ligne de plus hautes eaux. On profitera du nettoyage de l’ouvrage, quand cela est possible,
Les différences de température à l’intérieur de l’ouvrage entre l’air pour vérifier les points délicats de la structure, principalement les
et l’eau, ainsi que les dépôts provenant du liquide stocké, peuvent nœuds de la construction (ceintures, jonctions, radiers, parois), les
altérer à la longue la qualité de l’étanchéité. points de traversée des parois par les canalisations, et les points
d’attache des éléments dissociables fixés à la structure (échelles,
L’entretien consistera en un nettoyage soigné de cette zone sans
paliers, etc.).
en altérer la composition.
Dans tous les cas, il est prudent de renforcer, si cela est possible,
Souvent, les revêtements pelliculaires d’étanchéité de protec- l’étanchéité au droit des passages de canalisations qui pourraient
tion des bétons (ou même en cas de béton brut, la peau des transmettre des vibrations à la structure. Ces vibrations, à la longue,
bétons) sont dégradés, voire arrachés au niveau de la zone de sont génératrices de fuites.
marnage par les effets des gradients de température, des cycles
gel/dégel, ou de la dessiccation des dépôts adhérents. Si par ailleurs l’ouvrage est isolé thermiquement, il convient de
Ces désordres proviennent soit d’un mauvais choix du revête- vérifier au moins tous les 2 ans l’isolation.
ment de protection mis en œuvre, soit d’un parement du béton Si une coupole de réservoir est couverte de terre, le développe-
de qualité insuffisante. C’est dans les premières années d’utilisa- ment de végétation peut entraîner la dégradation de l’étanchéité et
tion que ces phénomènes se révèlent. provoquer des dégâts considérables à la structure.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
C 3 673 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Construction

tiwekacontentpdf_c3673 Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

________________________________________________________________________________________________ STOCKAGE DE L’EAU : OUVRAGES EN BÉTON

1.3 Réparations 1.3.3 Réparation de l’étanchéité


Même si la structure n’a pas subi de dégradations importantes,
1.3.1 Classement des désordres mais plus encore dans ce cas, il peut être nécessaire de réparer la
Les désordres généralement constatés peuvent être classés en fonction étanchéité. Suivant la méthode utilisée pour réaliser l’étan-
trois catégories : chéité initiale, les mesures à prendre peuvent être différentes.
a) Les vices de conception, de construction et/ou d’exécution qui
affectent les ouvrages neufs : 1.3.3.1 Ouvrage étanche dans la masse
— erreurs de calcul conduisant à des déformations excessives ; La réfection de l’étanchéité relève de la réparation de la structure.
— mauvaise qualité du béton ; Le rétablissement d’une parfaite étanchéité n’est toutefois pas
— défaut de positionnement des aciers d’armature ; toujours possible. Aussi, la réparation de l’étanchéité des ouvrages
— manque de soins dans l’exécution de détails : goussets, joints, conçus pour être étanches dans la masse peut nécessiter la mise en
reprise de bétonnage, etc. œuvre d’un revêtement d’imperméabilisation ou d’un revêtement
b) Les maladies de vieillesse dues aux agressions du milieu : d’étanchéité complémentaire rapporté.
— corrosion due aux atmosphères industrielles, aux ambiances
marines ; La mise en œuvre d’un revêtement d’imperméabilisation ou
— condensation eau pure ; d’étanchéité complémentaire peut être totale ou partielle. Dans
— actions des intempéries ; tous les cas, il convient de vérifier, comme pour un ouvrage neuf,
— variations brusques de température au cycle gel/dégel. la bonne adaptation aux conditions d’exploitation et aux sollicita-
tions.
c) Les accidents dus à des causes mécaniques :
— charges d’exploitation et/ou charges permanentes non pré-
vues à l’origine ; 1.3.3.2 Étanchéité réalisée par enduit à base de liants
hydrauliques
— chocs dus à des vibrations, à des percussions ;
— dessiccation-réhydratation par suite de sécheresse ; Le même type de réparation est envisageable s’il s’agit de fissures
— secousses sismiques ou mouvements de terrain. d’enduit correspondant aux fissures de la structure.
Si la tenue de l’ensemble de l’enduit est suspectée à caution, il est
Les désordres relèvent souvent de la première catégorie. Les préférable de réaliser un autre revêtement d’imperméabilisation.
vices de conception proviennent de la sous-estimation des
contraintes à subir, ne laissant pas place à un défaut de fonction- 1.3.3.3 Étanchéité réalisée par imprégnation
nement momentané de l’installation.
Suivant l’importance des fuites, et en fonction de la tenue du sub-
Les défauts de construction restent cependant la cause princi- jectile béton, on peut opérer une réfection partielle couvrant très lar-
pale des désordres constatés : gement la zone défectueuse.
— pour les revêtements, les épaisseurs conseillées ou mises S’il y a plusieurs points de fuite, ou une dégradation du support, il
en œuvre sont insuffisantes pour remplir leurs fonctions ; faudra d’abord le réparer avant de procéder à l’imprégnation de
— coffrages mal adaptés à la réalisation d’ouvrages circulai- l’ensemble de la surface concernée.
res, ce qui entraîne des défauts de mise en place de ferraillage ;
— méconnaissance du traitement des points particuliers : re- La réalisation d’une réparation d’étanchéité par imprégnation
prise de bétonnage, joints, goussets, traversées de canalisations. est toutefois aléatoire.
Il peut être plus intéressant de procéder à la réparation par
Suivant leur nature, la correction des désordres relève soit du l’application d’un procédé différent.
confortement et du renforcement par l’entreprise de gros œuvre,
soit de traitements de régénération et de protection qui nécessitent
l’intervention d’entreprises spécialisées. 1.3.3.4 Étanchéité par résines de synthèse
La technique de réparation est analogue à celle du paragraphe
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

1.3.2 Réparation de la structure précédent.


Si l’état du support le permet, on pourra se contenter d’appliquer
Il convient en premier lieu de déterminer les causes de la dégra-
une « rustine » (c’est le cas le plus fréquent).
dation qui peuvent être liées à la conception (vérifier le dossier tech-
nique de l’ouvrage), à la réalisation, ou au fonctionnement. Si l’état du support ne le permet pas, ou si des phénomènes sont
trop dispersés et ne permettent pas de localiser exactement le
Il est indispensable de vérifier l’évolution des désordres par une
défaut, il faudra d’abord agir sur le support (fissures). Il sera néces-
surveillance accompagnée d’une instrumentation ou la pose de té-
saire de refaire la totalité de l’étanchéité.
moins.
Toute solution de réparation et/ou de renforcement devra permet- Les défauts rencontrés sur les revêtements à base de résines
tre d’évaluer, en regard de son coût approximatif, le gain de résis- de synthèse sont malheureusement souvent généralisés. Ils se
tance et/ou de portance pour la structure. traduisent par des cloquages, des écaillages, ou des décolle-
Lorsque l’étanchéité ou la protection d’un ouvrage n’est plus as- ments du revêtement.
surée, il faut agir rapidement. Il en est de même lorsque le rôle de Il est important, avant de procéder à toutes réparations, de
protection des armatures n’est plus assuré par le béton (disparition vérifier :
de l’enrobage ou fissurations excessives). — la bonne adaptation du revêtement mis en œuvre aux
contraintes auxquelles il est soumis ;
Les réparations sont souvent conditionnées par l’accessibilité.
— l’aptitude du support à recevoir à nouveau ce type de revê-
Il est important lors de la conception des ouvrages d’envisager
tement.
qu’ils puissent être réparés, en particulier que les revêtements
puissent être remplacés. Très souvent, les attaques chimiques auxquelles a été soumis
le support du fait de la défaillance du revêtement nécessitent l’uti-
Les réparations devront être conduites conformément aux nor- lisation d’un revêtement aux performances améliorées. C’est
mes en vigueur et plus particulièrement aux normes NF P 95-101 à ainsi que l’on peut être amené à remplacer un revêtement en
106 relatives à la réparation et au renforcement des ouvrages en brai-époxy par un revêtement en époxy, époxy armé, vinyl ester,
béton et en maçonnerie. ou vinyl ester armé.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Construction C 3 673 − 3

tiwekacontentpdf_c3673 Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

STOCKAGE DE L’EAU : OUVRAGES EN BÉTON ________________________________________________________________________________________________

1.3.3.5 Étanchéité par membrane « Toute personne physique ou morale dont la responsabilité peut
être engagée sur le fondement de la présomption établie par les arti-
Si la membrane est non adhérente et qu’elle est bien posée, le cles 1792 et suivants du Code civil à propos de travaux de bâtiment
problème se résume à un accident localisé. La réparation s’effectue doit être couverte par une assurance.
par soudure d’une pièce sur la partie détériorée.

Si la membrane est adhérente et qu’elle se déchire par fissura-
tions ou déplacement du support, il faudra en plus prévoir des lyres Il n’y a aucune obligation d’assurance pour les ouvrages dits « de
de dilatation de la membrane, ce qui peut amener dans certains cas génie civil ».
à une réfection totale. Tout contrat d’assurance souscrit en vertu du présent article est
nonobstant toute stipulation contraire, réputé comporter une clause
assurant le maintien de la garantie pour la durée de la responsabi-
Si la réparation d’une étanchéité par membrane est possible, lité pesant sur la personne assujettie à l’obligation d’assurance ».
il est malheureusement souvent difficile de localiser avec préci-
sion l’origine des fuites. Les phénomènes visibles sont souvent Il est donc important de préciser que si les « constructeurs » sont
très éloignés de la zone défaillante, du fait de la circulation d’eau présumés responsables des dommages, ils n’ont aucune obligation
sous la membrane. d’être assurés pour les dommages qui pourraient survenir pendant la
période de 10 ans qui suit la réception à l’ouvrage qu’ils ont construit.

L’obligation d’assurance ne concerne que les ouvrages de


bâtiment et non les ouvrages dits de génie civil.
2. Responsabilités.
Garanties. Assurances. 2.1.1 Garantie de parfait achèvement
Qualifications Le Code civil révisé par la loi n° 78-12 du 4 janvier 1978 précise à
l’article 1792-6 :
« La réception est l’acte par lequel le maître d’ouvrage déclare
2.1 Responsabilités. Garanties accepter l’ouvrage avec ou sans réserve... et définit la garantie de
parfait achèvement à laquelle l’entrepreneur est tenu pendant un
délai de 1 an à compter de la réception... »
Le Code civil modifié par la loi n° 78-12 du 4 janvier 1978, précise La garantie de parfait achèvement de « un an » à compter de la
dans son article 1792 : réception concerne l’entrepreneur seul. Elle s’étend à la réparation
« Tout constructeur d’un ouvrage est responsable de plein droit de tous les désordres signalés par le maître d’ouvrage et notifiés
envers le maître ou l’acquéreur de l’ouvrage, des dommages, même lors de la réception ou postérieurement à la réception.
résultant d’un vice du sol, qui compromettent la solidité de l’ou-
vrage ou qui, l’affectant dans un de ses éléments constitutifs ou l’un
de ses éléments d’équipement, le rendent impropre à sa destina- Cet article vise la réparation des défauts, malfaçons, non-
tion. façons, visibles à réception ou qui se sont révélés au cours de la
première année qui a suivi la réception. Les réparations relèvent
Une telle responsabilité n’a point lieu, si le constructeur prouve donc des obligations contractuelles des constructeurs.
que les dommages proviennent d’une cause étrangère ».
L’article 2270 du Code civil précise que les constructeurs dont la Les travaux de construction d’un ouvrage hydraulique, réservoir
responsabilité peut être engagée sont déchargés des responsabili- ou bassin, et les travaux effectués pour réaliser l’étanchéité d’un
tés et garanties pesant sur eux, en application de l’article 1792, après
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

ouvrage hydraulique sont couverts par cette garantie ; la détériora-


10 ans à compter de la réception des travaux. tion d’un produit, d’un matériau ou d’un système d’étanchéité dans
les conditions normales d’exploitation de l’ouvrage définies dans
Ces articles du Code civil signifient que si un dommage appa- les pièces du marché, les pertes d’efficacité au cours de l’année qui
raît sur l’« ouvrage construit » dans un délai de 10 ans qui suit sa suit son application ne sont pas admissibles.
réception, les constructeurs (ils sont définis dans l’article 1792-1)
en doivent réparation, si le dommage compromet la solidité de L’article 1641 du Code civil précise « le vendeur est tenu de la
l’ouvrage ou le rend impropre à sa destination. garantie à raison des défauts cachés de la chose vendue qui la
Cette notion d’impropriété à destination est très importante. rendent impropre à l’usage auquel on la destine, ou qui dimi-
Elle conditionne souvent l’application des garanties. nuent tellement cet usage que l’acheteur ne l’aurait pas acquise
Il est donc nécessaire que le maître d’ouvrage précise bien ou n’en n’aurait donné qu’un moindre prix s’il les avait
dans les documents contractuels les exigences de l’utilisateur, connus ».
par exemple la classe d’étanchéité exigée, le caractère « alimen- Même si les défauts constatés ne compromettent pas la soli-
taire » du revêtement, les agressions particulières auxquelles il dité de l’ouvrage ou ne le rendent pas impropre à sa destination,
est susceptible de résister, ou les usages particuliers auquel il l’ouvrage doit être conforme aux prescriptions ou aux spécifica-
est destiné. tions techniques contractuelles.

Il est d’ores et déjà important de préciser que le Code civil pré-


sume de la responsabilité du constructeur. Il lui appartient de prou- 2.1.2 Garantie décennale
ver le cas échéant que les dommages proviennent d’une cause
étrangère à la construction, ce qui les exonérerait de leur responsa- La garantie de 10 ans, ou garantie décennale, est à la charge des
bilité. constructeurs, pour les dommages qui surviennent après la récep-
La même loi n° 78-12 du 4 janvier 1978 précise dans son article tion et portent atteinte à la solidité de l’ouvrage ou le rendent impro-
L-241-1 : pre à sa destination.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
C 3 673 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Construction

tiwekacontentpdf_c3673 Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

________________________________________________________________________________________________ STOCKAGE DE L’EAU : OUVRAGES EN BÉTON

Les dommages qui peuvent survenir après la construction d’un Aux termes de la loi, la durée de cette garantie est de deux ans
réservoir, ou d’un bassin, ou après l’application d’un produit ou d’un minimum. Il est possible de fixer contractuellement une durée plus
système d’étanchéité à l’intérieur d’un réservoir ou d’un bassin à longue.
rénover peuvent apparaître ou se manifester dès la mise en eau ou
de façon progressive. Ces dommages peuvent revêtir plusieurs
aspects : Il ne faut le faire que pour des motifs sérieux et en ayant
conscience que l’allongement de la garantie aura nécessaire-
— altération de la qualité de l’eau, tout particulièrement pour les
ment une répercussion sur le prix de l’entrepreneur.
réservoirs d’eau destinés à la consommation humaine ;
— défaut d’étanchéité de l’ouvrage, avec manifestations de fuites
d’eau ; En général, pour définir qu’un élément n’est pas indissociable-
— détérioration des produits, des matériaux ou des systèmes ment lié à l’ouvrage, on retient que sa dépose ne nécessite pas
d’étanchéité (déchirure, déplacement, décollement, désagréga- d’enlèvements de matières de gros œuvre.
tion, décomposition, transformation, formation de cloques et de
pustules) ;
— dégradation et corrosion du béton et des enduits au mortier de
ciment. 2.2 Assurance
Les dommages peuvent rendre l’ouvrage impropre à sa destina-
tion.
Les assurances obligatoires visées par les articles L-241.1
Ils peuvent aussi affecter le gros œuvre et porter atteinte à la soli-
« assurance de responsabilité » et L-242.1 « assurance de dom-
dité.
mages » ne sont obligatoires que pour les ouvrages de bâtiments.
Elles ne le sont pas pour les ouvrages de gros œuvre.
Les documents techniques du marché trouvent toute leur Le terme de « génie civil » est communément utilisé par les maî-
importance. En particulier, la détérioration d’un revêtement tres d’ouvrage par référence à la destination des ouvrages plus qu’à
d’étanchéité par agression chimique non prévue dans les clauses des techniques particulières de construction et recouvre les travaux
techniques particulières du marché, pourrait constituer une appartenant au domaine « infrastructures et industrie » et en parti-
cause étrangère qui pourrait exonérer les constructeurs de leurs culier les travaux relatifs à la distribution des eaux, à l’assainisse-
responsabilités. ment, et au transport de fluides.
Pour les travaux de construction d’un réservoir, d’un bassin, d’une
Les constructeurs (entrepreneurs, bureaux d’études, etc.) liés
station de traitement d’eaux ou d’une canalisation, pour la rénova-
directement au maître d’ouvrage sont responsables des désordres
tion d’une étanchéité d’un réservoir, ce sont les constructeurs qui
et des dommages qui peuvent survenir ou se manifester au cours de
assument, chacun pour sa part, la garantie de l’ouvrage construit et
la période de 10 ans à compter de la réception des travaux. Ils peu-
ceci pendant la période où leur responsabilité est engagée.
vent cependant rechercher une éventuelle responsabilité de leurs
sous-traitants et de leurs fournisseurs. Toutefois, rien n’empêche qu’ils souscrivent volontairement soit
Les fournisseurs et fabricants peuvent accorder une garantie de leur propre initiative, soit sur demande du maître d’ouvrage, un
décennale aux produits mis en œuvre et à leur application. Ces contrat d’assurance couvrant leur responsabilité sur les fondements
garanties peuvent faire l’objet de contrats d’assurance. des articles 1792 et suivants du Code civil.
Le marché peut prévoir contractuellement les dispositions néces- Cette demande peut être contractuelle et figurer dans les docu-
saires pour assurer la couverture et les frais annexes entraînés par ments du marché.
une réparation éventuelle. Elle représente alors un surcoût qui est répercuté dans le prix du
La garantie d’étanchéité procède de la garantie décennale. marché mais doit faire l’objet d’une ligne spéciale du devis estimatif
et d’un poste spécial du descriptif avec définition des clauses de
l’assurance.
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

Avant d’entreprendre des travaux de réparations il y a lieu de


respecter pour éviter les difficultés entre intervenants les recom-
mandations non limitatives suivantes : En général, les contrats d’assurance souscrits ne comportent
— diagnostic de l’ouvrage existant, pas de clauses assurant le maintien de la garantie pour la durée
— constat contradictoire de l’état des lieux en début de tra- de 10 ans. Si le souscripteur vient à disparaître et/ou si les pri-
vaux ou en cours de travaux en cas de difficultés, mes ne sont plus payées aux échéances les garanties du contrat
— attention particulière dans le choix des produits, des maté- ne seront pas acquises.
riaux, ou des systèmes d’imperméabilisation ou d’étanchéité, et
à leur adaptation aux structures, Le fabricant d’un produit destiné à être incorporé dans un ouvrage
— vérification des procès-verbaux d’essais et de conformité et lié avec l’entrepreneur par un contrat de vente est tenu dans des
des produits et matériaux avec les dispositions réglementaires conditions édictées par les articles 1641 et suivants du Code civil de
en usage pour l’eau destinée à la consommation humaine, ou garantir la chose vendue.
pour la protection de l’environnement,
— définition précise des essais et conditions de contrôle,
— mode de règlement des travaux non prévus.
2.3 Qualification
2.1.3 Garantie de bon fonctionnement
ou garantie de 2 ans La première précaution à prendre consiste à faire réaliser un
ouvrage par un entrepreneur qualifié. Ce peut être la qualification
132 des ouvrages « génie civil » ou l’identification technique 5.2
Cette garantie couvre les désordres affectant les éléments d’équi-
délivrée par la FNTP (Fédération nationale de travaux publics).
pement des seuls ouvrages de bâtiments qui ne font pas indissocia-
blement corps avec les ouvrages de viabilité, de fondation, Des qualifications particulières sont aussi délivrées pour les
d’ossature, de clos, ou de couvert. ouvrages d’étanchéité ou pour les traitements spéciaux.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Construction C 3 673 − 5

tiwekacontentpdf_c3673 Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR
UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS

Plus de 8000 articles scientifiques et techniques en français et


les services associés pour aller plus loin dans vos recherches
documentaires et bibliographiques.
Techniques de l’ingénieur est la base de référence des bureaux d’études et
de la conception, de la R&D, de la recherche et de l’innovation industrielle.

Les experts de Techniques de l’Ingénieur partagent leurs savoir-faire


techniques et organisationnels.
Montez en compétence grâce aux journées techniques et formations HSE ou
privilégiez un parcours sur mesure développé par les conseillers formation et
réalisé à vos dates et dans votre établissement.

Tout l’ADN de Techniques de l’Ingénieur à votre disposition.


Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

Les experts et spécialistes scientifiques de Techniques de l’Ingénieur, praticiens


expérimentés, vous accompagnent tout au long de vos projets pour vous
conseiller : diagnostics, recommandations techniques et montée en capacité de
votre R&D jusqu’à l’innovation.

LES THÉMATIQUES COUVERTES

Sciences fondamentales Électronique - Automatique


Génie industriel Technologies de l’information
Procédés Chimie-Agro-Bio Construction
Mesures - Analyse Innovations
Matériaux Environnement - Sécurité
Mécanique Transports
Énergies Biomédical - Pharma

tiwekacontentpdf_c3673 Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

Accédez à l’information la plus pertinente,


approuvée par plus de 300 000 utilisateurs parmi
vos clients, fournisseurs ou partenaires, grâce à
votre abonnement aux ressources documentaires
et services inclus (1) :

SÉMINAIRES EN LIGNE : profitez, tout COMPLÉMENT 360 : en complément des


au long de l’année, de formations à distance ressources documentaires comprises dans votre
sur le thème : « Optimiser sa veille scienti- abonnement, utilisez cet outil pour approfondir vos
fique et technologique avec Techniques de recherches en découvrant les autres publications éga-
l’Ingénieur ». Ces séminaires vous montrent lement disponibles sur internet.Vous accédez à toutes
comment exploiter au mieux les ressources les références bibliographiques liées au sujet qui vous
et fonctionnalités de techniques-ingenieur.fr concerne.
et améliorer la pertinence de vos résultats de
recherche.
ANNUAIRE DES LABORATOIRES ET
CENTRES DE RECHERCHE : pour chacune
SERVICE QUESTIONS-RÉPONSES : des bases documentaires, vous avez à disposition
Besoin de compléments d’information ou de une sélection pertinente des 15 premiers centres de
validation pour mieux prendre vos décisions ? recherche, profils de chercheur, projets et publica-
Posez des questions techniques, scientifiques, tions parmi les données de plus de 50 000 centres de
réglementaires, juridiques ou encore éco- recherche privés et publics.
nomiques aux plus grands spécialistes des
domaines couverts par vos bases documen-
taires, c’est compris dans votre abonnement ! ARCHIVES : accédez aux versions antérieures de
vos articles, ainsi qu’à ceux qui traitent des technolo-
gies plus anciennes.
DICTIO N N A IRE T E CH N IQ U E
MULTILINGUE : cet outil en ligne pro-
pose plus de 45 000 termes scientifiques et SERVICE ACTUALITÉ : pour une vision globale et
techniques relatifs aux domaines qui vous quotidienne de l’actualité et des innovations tech-
concernent. Pour 10 000 d’entre eux, retrouvez nologiques, Techniques de l’Ingénieur met à votre
des illustrations, avec légendes, elles aussi disposition un service de Veille & Actualités. Ce service
toujours traduites en 4 langues. regroupe en 11 thématiques les grands domaines de
l’ingénierie pour donner au lecteur une visibilité glo-
bale des dernières innovations.
ARTICLES DÉCOUVERTE : bénéficiez
d’un crédit de 1 à 5 articles au choix, à consul-
ter gratuitement, dans les bases documen- MOBILITÉ : Techniques de l’Ingénieur propose
taires auxquelles vous n’êtes pas abonné. un site internet intégralement compatible mobile et
tablettes (iPad).

ET AUSSI : le statut d’abonné vous donne accès à des prestations complémentaires, sur devis : l’impression à la demande
Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4

pour obtenir un ou plusieurs ouvrages supplémentaires (versions imprimées de vos bases documentaires) ou encore la traduc-
tion d’un article dans la langue de votre choix.

✁ (1) La disponibilité des services dépend du périmètre de votre abonnement.

En savoir plus ou découvrir le contenu de Techniques de l’Ingénieur ?


Les conseillers régionaux de Techniques de ❏ M. ❏ Mme
l’Ingénieur sont à votre écoute pour vous
Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
proposer des solutions sur mesure.
Société / Organisme : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..
Pour recevoir, sans engagement de votre part, toute
l’information sur les produits des Techniques de Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
l’Ingénieur, complétez cette demande d’information.
CP : |__І__|__І__І__| Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

A retourner à : Tél. : |__І__|__І__|__І__|__І__|__І__| Fax : |__І__|__І__|__І__|__І__|__І__|


72/WQ/VBM1201

Techniques de l’Ingénieur
249 rue de Crimée Email : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
75925 Paris cedex 19
Effectif : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Techniques
Tél. : 01 53 35 20 20
de l'Ingénieur Fax : 01 53 26 79 18 NAF : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
email : infos.clients@teching.com

tiwekacontentpdf_c3673 Ce document a été délivré pour le compte de 7200023220 - universite de lorraine // 193.50.135.4