Vous êtes sur la page 1sur 8

Faculté des Science et Techniques Fès

Département de Génie Industriel


2017 LST G.I

RAPPORT

Sujet :

Méthode MINTO
Critère de choix

Réalisé par : Encadré par :

• FATHI Karim Pr. Mohammed El HAMMOUMI


• Cohen Omar
PARTIE 1 : METHODE MINTO
Introduction
Aujourd’hui, communiquer est un jeu d’enfant ! Grâce à des solutions technologiques d’une
efficacité et d’une simplicité sans pareil. Mais ces outils technologiques ont une lacune ! Ils
agissent sur la "forme", pas sur le "fond" ! Aucun n'offre une méthode globale pour formuler
et structurer des propos afin de les transmettre le plus efficacement possible . Pour cela on
utilise les techniques rédactionnelles , car ils sont axées sur la maîtrise de la langue, le style
ou la lisibilité de la tout professionnel amené à rédiger un document important.
Que dire ? Comment le dire ? Comment organiser ses idées ?
Le principe pyramidal de Barbara Minto est une des rares techniques qui s’attache davantage
à la structure de l’argumentation, c'est-à-dire au fond et au déroulement d’un discours,
plutôt qu’à sa forme.

Description
1-QU'EST-CE QUE LE PRINCIPE DE LA PYRAMIDE ?

Le principe de la pyramide de MINTO est une technique de


structuration de l'information qui précède l'écriture d'un texte
(article, mémorandum, rapport, etc.). développée il y a plusieurs
années par la consultante Barbara Minto.

Barbara Minto a débuté sa carrière chez McKinsey. Elle fut la


première femme à devenir consultant dans les années 60. Le
"Pyramid Principle" est aujourd’hui utilisé par les plus grands
cabinets de conseil en management à travers le monde pour
rédiger des rapports d’audit et concevoir des présentations .

2-UTILISATION DE LA METHODE MINTO :


La technique est la plus utile aux personnes dans une entreprise qui doivent écrire des
documents analytiques, sur la base desquels les cadres dirigeants doivent prendre des
décisions .

1
Etapes Construction de la pyramide de Minto
1-L’introduction et l'idée générale

Selon B. Minto, la meilleure façon de commencer votre présentation est de présenter votre
introduction suivant un schéma narratif précis : Situation, Complication, Question et Réponse , et
une idée générale pour d'interpeller le destinataire, de rendre son esprit disponible et de cadrer le
sujet.
Pour la communication d'entreprise, il est important de donner au public une idée claire de la
direction dans laquelle vous vous dirigez

2 - L'argumentation : INDUCTION ET DÉDUCTION

Un argument peut être présenté de deux manières, soit en opérant une déduction, soit par induction.
Un raisonnement déductif débute par une prémisse ou une théorie qui, appliquée à la réalité,
aboutit à une conclusion générale. Exemple :
La vitesse maximale autorisée sur autoroute est 130 km/h (prémisse
"majeure")
Vous avez été contrôlé à 146 km/h (prémisse "mineure")
Vous êtes en infraction ! (implication = déduction)
Un raisonnement inductif part de l’observation de la réalité pour
aboutir à une inférence puis à une théorie générale. Exemple :
La valorisation de votre entreprise est optimale (prémisse A)
Votre outil industriel est obsolète (prémisse B)
Votre secteur d'activités est en déclin (prémisse C)
C'est le moment de vendre votre entreprise ! (inférence = conclusion inductive)

Pour Barbara Minto, il est plus facile de bâtir une structure pyramidale logique à partir
de raisonnements inductifs. Les arguments déductifs, parce qu'ils alourdissent généralement la
charge cognitive, ne devraient être utilisés que dans certains cas particuliers.

3 - La granularité ou les niveau d'abstraction

Pour construire la pyramide, les arguments sont regroupés et hiérarchisés par niveaux
(d’abstraction). En respectant deux règles fondamentales :
les idées à un niveau N représentent le développement (l'argumentation) de l'idée de synthèse
au niveau N+1,
et inversement, une idée à un niveau N est la synthèse (l'abstraction) des idées développées au
niveau N-1.

2
Pour être regroupées, ces idées doivent être de même nature ou catégorie. Il y a quatre - et
seulement quatre - types de regroupements envisageables : le regroupement déductif et trois profils
de raisonnements inductifs :
Chronologique : les arguments sont présentés dans l'ordre
l'ordre de leur survenance dans le temps.
Structurel : les arguments forment un ensemble et sont regroupés comme tel ; ex : production,
achats, vente...
Hiérarchique : les arguments sont exposés par ordre d’importance, du plus important au moins
important.

POINTS
NTS FORTS DU PRINCIPE DE LA PYRAMIDE
Réduisez le temps qui est normalement nécessaire pour produire une première version.
Augmentez sa clarté.
Diminuez sa longueur.
Le résultat général de la méthode est que les idées jaillissent de la page, dans l'esprit du
lecteur. Avec un effort minimum de la part du lecteur.

LIMITES DU PRINCIPE DE LA PYRAMIDE


Il faut beaucoup de discipline pour à la fois apprendre et appliquer les méthodes
invariablement.
Quelques critiques disent que le livre original en fait un argument peu convainquant pour
prendre le temps d'utiliser les méthodes.

CONCLUSION
Certes, la méthode exige de l’entraînement et de la rigueur, mais une fois maîtrisée, elle permet
de réduire considérablement le temps consacrés à produire des lettres, rapports, diaporamas,
...tout en augmentant la structure logique et donc la force de conviction des arguments
communiqués.

3
PARTIE 2 : CRITERE DE CHOIX
Introduction
Pour prendre une décision éclairée, il faut disposer de touts les critères de choix concernant
chacune des alternatives et connaître les conséquences que chacune de celles-ci pourrait engendrer
par rapport aux objectifs définis. En utilisant les données recueillies comme matière première, un
traitement correct des critère de choix permet de mieux discerner l'action qu'il convient d'appliquer.

Description
1-Définition:
Les critères de choix dans un modèle de décision sont des objectifs qui peuvent être quantifiés. En
d'autres termes, ce sont des objectifs mesurables et quantifiables.

2-Que signifient les critères de choix?

Cela peut sembler étrange, mais de nombreux objectifs dans une entreprise ne sont pas mesurables.
Ces objectifs ont tendance à tomber dans le domaine du marketing. Par exemple, lorsqu'Apple a
réengagé Steve Jobs en tant que PDG à la fin des années 1990, l'un de ses objectifs était d'améliorer
la marque et la perception des produits Apple auprès des consommateurs. Comment mesurez-vous
la perception du consommateur? Vous ne pouvez pas vraiment, mais vous pouvez mesurer les
ventes.

4
Exemple:

Des ventes accrues, des délais de production plus courts et des livraisons plus rapides sont autant
d'exemples d'objectifs organisationnels pouvant être mesurés et atteints. Chacun d'entre eux est
considéré comme un critère de choix dans un modèle ou un tableau de décision.

DIFFÉRENTS TYPES DE CRITÈRE DE CHOIX

Quand les gens prennent des décisions, ils basent leur choix sur des critères de choix , certains
logiques et certains personnels.

Les critères de valeur :


La logique de base des décisions est d'évaluer les coûts et de comparer ceux-ci avec les bénéfices
d'obtenir un «retour sur investissement» (ROI).
Les coûts et bénéfices peuvent être significativement affectés par le temps car les effets immédiats
et futurs sont pris en compte.

Le critère de Coût
Le «Coût» est un terme générique pour tous les éléments qui donnent une raison d'être contre une
décision, d'être en désaccord ou ne pas être persuadé. Les critères de coûts comprennent:
• Prix: L'argent qui sera dépensé.
• Temps: Le temps qui sera pris, à la fois en termes de temps total investi et la durée globale.
• Effort: La quantité d'effort physique ou mental requis.
• Stress: Les tracas et l'inconfort qui seront causés.
• Perte: quoi d'autre être perdu si ce choix est fait, comme la réduction capacité à atteindre les
objectifs
• Coût d'opportunité: effets basés sur le temps et l'argent ont été dépensés ailleurs

Le critère de Bénéfice
Le «Bénéfice» est l'opposé du coût en ce qu'il est un terme général pour pourquoi une décision
devrait être prise.
• Money: montant qui sera enregistré.
• Temps: temps qui sera sauvegardé.
• Effort: Effort physique ou mental qui sera gagné.
• Stress: Stress qui sera réduit.
• Potentiel: La capacité de faire les choses.
• Gain personnel: Qu'y a-t-il pour moi?
• Gain de groupe: Qu'y a-t-il pour nous?

5
Les critères de personnalité :
Les coûts et les bénéfices sont évalués et pondérés différemment par différentes personnes, en
particulier pour des choses qui ne peuvent être évalués de façon subjective. Ceux-ci peuvent être
trouvés par la compréhension de la personnalité et les préférences, telles que :

• L'individu contre les autres: Valeur pour moi vs valeur pour les autres.
• Attraction contre évitement: Tendance à chercher des avantages en évitant les coûts.
• Polarisation de risque: Capacité à accepter les risques.
• Pensée ou sentiment: Prise de décision logique ou émotionnelle.

CONCLUSION
Les critères de choix sont utilisés pour aider à prendre des décisions, pas tous les critères sont égaux
et chacun peut avoir l'influence différente, ou pondérer sur la décision.