Vous êtes sur la page 1sur 5

Exercice N°3 : Dans cet exercice On utilise l’approximation : 1/2 = 0,71

Le circuit électrique de la figure ci-dessous comporte en série :


-Un résistor (R) de résistance R0
-Une bobine (B) d’inductance L et de résistance interne r.
-Un condensateur (C) de capacité C.
-Un ampèremètre de résistance négligeable
- Un générateur basse fréquence (G) impose aux bornes de l’ensemble {(R),(B),(C)} une
tension alternative sinusoïdale u(t) = UM sin( wt + u ) de fréquence réglable et de valeur
maximale UM et de phase initiale u fixes

(B) (C) (R)

A
G.B.F

On veut visualiser sur un oscillographe bicourbe, les tensions u(t) et u B(t) respectivement aux
bornes du générateur et de la bobine
I- Indiquer en le justifiant, le branchement qu’il faut effectuer entre l’oscillographe et le circuit
pour visualiser u(t) et uB(t)
II- Dans une première expérience on fixe la fréquence du G.B.F à une valeur N 1, on obtient les
oscillogrammes de la figure (2) qui représentent respectivement les tensions u(t) sur la voie A
et uB(t) sur la voie B.
On donne : sensibilité verticale : 20V/div pour la voie A et 1V/div pour la voie B

uB(t) et u(t)
uB(t)

u(t)
1 div

t(s)
O

6.10-3 s
1-Déduire à partir du graphique :
-la fréquence N1 du G.B.F
-Les valeurs maximales de u(t) et uB(t)
2- Ecrire les lois horaires de u(t) et uB(t)
3-Sachant que lorsque N = N1, la loi horaire de l’intensité du courant est i(t) = 0,14 sin (2N1t )
a- Déterminer dans ce cas l’intensité du courant indiquée par l’ampèremètre
b- Sachant que la fréquence N1 est inférieure à la la fréquence propre N0 du circuit, indiquer en le
justifiant si ce circuit est inductif ou capacitif.
4- Etablir l’équation différentielle reliant l’intensité du courant i(t), sa dérivée première di et sa
dt
primitive idt .
5- Faire la représentation de Fresnel pour N = N1 et déduire :
a- Les résistances R0 et r
b- L’inductance L de la bobine 1 .
6- Montrer que la capacité C du condensateur est C = et la calculer
2N1 [ (R0+r) + 2N1L]
7-Calculer de deux façons l’impédance Z du circuit.
III- Dans une deuxième expérience on augmente la fréquence N du G.B.F à partir de sa valeur N1
on constate que l’intensité du courant indiquée par l’ampèremètre passe par un maximum I0 lorsque
N = N0 et reprend sa valeur initiale lorsque N = N2 supérieur à N0 .
a- de quel phénomène s’agit-il lorsque N = N0 ? Calculer l’intensité du courant I0 indiquée par
l’ampèremètre

b- Montrer que N2 - N1 = R0 + r et déduire la valeur de N2 .


2 L
Correction de l’exercice N°3
Y2
I- Les branchements (L , r) C
R0
(A) Y1 uB(t) uC(t) uR(t)
(B) Y2
u(t)
i(t)
Justification : Pour visualiser les tensions aux bornes de deux
dipôles il faut que ces deux dipôles ont une borne commune qui sera liée à la masse. Y1
II- 1- La fréquence N ?
3 2
On a t = 6.10-3 s = T1  T1 = t = 4.10-3 s
2 3
1 1
La fréquence N1 = = = 79,6 Hz
T1 4..10 -3
Umax = 1,4 div . 20V/div = 28 V
UBmax = 2,8 div . 1V/div = 2,8 V
2- u(t) = Umax.sin(2N1t + u ) et u(0) = Umax.sin(u ) = -20V 
u(0) 20 1
sin(u ) = =  = -0,71 = 
U max 28 2

La courbe de u(t) est croissante à t=0s donc cos(u ) >0  u = 
4

Donc : u(t) = 28.sin(500.t  )
4
uB(t) = UBmax.sin(2N1t + uB ) et uB(0) = UBmax.sin(uB ) = 2V 
u B (0) 2 1
sin(uB ) = = =0,71 =
U Bmax 2,8 2

La courbe de uB(t) est croissante à t = 0s donc cos(uB ) >0  uB =
4

Donc : uB(t) = 2,8.sin(500.t + )
4
3-Pour N = N1, la loi horaire de l’intensité du courant est i(t) = 0,14 sin (2N1t )
I max 0,14
a- I1 = = = 0,1 A
2 2
1 1
b- N1 est inférieure à la fréquence propre N0  N12 < N02 =  2.L < donc le circuit
4 .L.C
2
2.L.C
est capacitif
4- L’équation différentielle
On peut utiliser La loi des mailles : uR +uB +uC –u = 0
di q
Ou la loi d’additivité : uR +uB +uC = u or uR = R0.i ; uB = r.i + L et uc =
dt C
di q di 1
Donc R0.i + r.i + L
dt
+
C
= u or q =  idt  L + (R0 + r).i +
dt C 
idt = u c’est l’équation différentielle
en i(t) d’un oscillateur électrique forcé.
La solution de l’équation différentielle est i(t) = Imax.sin(w1.t +i) avec w1 = 2N1

5- La représentation de Fresnel : w1 = 2N1


di 
i(t) = Imax.sin(w1.t +i)  = w1.Imax.cos(w1.t +i) = w1.Imax.sin(w1.t +i+ ) et
dt 2
I max I max I 
 idt = - w 1
cos(w1.t +i) =
w1
cos(w1.t +i-) = max .sin(w1.t +i- )
w1 2
A chaque grandeur on associe un vecteur de Fresnel
A la grandeur (R0 + r).i = (R0 + r).Imax.sin(w1.t +i) on associe :le vecteur de Fresnel V1  (R0 +r).Imax
i 0

A la grandeur L
di
dt

= L.w1.Imax.sin(w1.t +i+ ) on associe le vecteur de Fresnel V2
2  L.w.Imax
i  2  2

  Imax
A la grandeur
1

I
idt = max .sin(w1.t +i- ) on associe le vecteur de Fresnel V3 Cw  
C C.w1 2  i 2 2


A la grandeur u = Umax.sin(w1t) on associe le vecteur de Fresnel V  Umax
 u  4


UBmax
L.w1.Imax

uB
R0.Imax 4
r.Imax Axe des phases = 0

u 
4 Imax
C.w1

Umax

r.Imax U 2,8
a- cos(uB ) =  r = Bmax cos(uB ) = . 0,71 = 14 
U Bmax I max 0,14
(R +r).Imax U U
cos(u ) = cos(-u ) = 0  R0+r = max cos(u )  R0 = max cos(u ) - r
U max I max I max
28
AN: R0 = 0,71 – 14 = 128 .
0,14

b- L’inductance L de la bobine ?
L.W1.Imax U Bmax 2,8
sin(uB ) = L= sin(uB ) = .0,71 = 0,028 H
U Bmax W1.Imax 500.0,14
1
6- Montrons que la capacité C du condensateur est C =
2 N1[ (R 0 +r) + 2 N1L]
(R 0 +r) 1 1 1
tg(-u ) = 1=   L.W1  R 0 +r   R 0 + r  L.W1  C.W1  
1
 L.W1 C.W 1 C.W 1 R 0 + r  L.W1
C.W1
1 1
C =
W1. R 0 + r  L.W1  2 N1[ (R 0 +r) + 2 N1L]
1
AN : C = = 1,28.10-5 F
500.142  0,028.500
7- L’impédance Z du circuit ?
U 28
1ère méthode : Z = max = = 200 
I max 0,14
1 2 1
2ème méthode : Z = (R 0 +r)2 +(Lw1 - ) = (142)2 +(0,028.500- )2 = 200 
Cw1 1,28.10-5 .500

III-
U max 28
a- Lorsque N = N0 on a la résonance d’intensité donc Z = (R0 + r) et I max  = = 0,197A
R 0 +r 142
L’intensité du courant I0 indiquée par l’ampèremètre est la valeur efficace de i(t)
I max
I0  = 0,14 A
2
R +r
b- Montrons que N2 - N1 = 0
2..L
On a trouvé la valeur efficace du courant pour la fréquence N1 est I1 = 0,1 A cette valeur est la même
pour la fréquence N2.
U eff U (2) Z I
On a I1 = I2 = (1) et I0  eff (2) si on fait le rapport on trouve = 0= 2
Z R 0 +r (1) R 0 +r I1
1 2
Donc Z = 2 .(R0 + r)  Z² = 2.(R0 + r)² avec Z² = (R 0 +r) 2 +(Lw- ) = 2.(R0 + r)² 
Cw
1 2 1
(Lw- ) = (R0 + r)²  Lw- = (R0 + r)
Cw Cw
1 1
Lorsque w =w1, le circuit est capacitif  Lw1 <   Lw1 = (R0 + r) (3)
Cw1 Cw1
1 1
Lorsque w =w2, le circuit est inductif  Lw 2   Lw 2  = (R0 + r) (4)
Cw 2 Cw 2
1 1 1 1
La différence (3)-(4) nous donne  Lw1 - Lw 2  = 0 + = Lw1  Lw 2 = L(w1  w 2 )
Cw1 Cw 2 Cw 1 Cw 2
1 1 (w1  w 2 )
 + = L.C.(w1  w 2 ) = . Si on réduit au même dénominateur on aura :
w1 w 2 w 02
(w1  w 2 ) (w1  w 2 ) 2 w 02
= on déduit alors que w1.w 2 = w 0 et w1 =
w1.w 2 w 02 w2
1 1 1 1
La somme (3)+(4) nous donne  Lw1 + Lw 2  = 2.(R0 + r)  - + Lw1  Lw 2 =2.(R0 + r)
Cw1 Cw 2 Cw 1 Cw 2
(w -w ) (w -w ) 1
 2 1 + L(w 2 -w1 ) = 2.(R0 + r)  2 21 + L(w 2 -w1 ) = 2.(R0 + r) or = L donc
C.w1.w 2 C.w 0 C.w 02
2.(R 0 +r) (R 0 +r) (R +r) (R +r)
2. L(w 2 -w1 ) = 2.(R0 + r)  w 2 -w1 = =  2. .(N2 -N1 ) = 0  N2 -N1 = 0
2.L L L 2. .L
(R +r) 142
N2 = 0 + N1 ; AN : N 2 = + 79,6 = 887,1 Hz
2. .L 6, 28.0,028