Vous êtes sur la page 1sur 5

Exercices de Mathématiques

Arithmétique dans ZZ (I)


Énoncés

Énoncés des exercices

Exercice 1 [ Indication ] [ Correction ]

1. Trouver l’exposant dans la décomposition de 1000! en produits de facteurs premiers.


2. Généraliser avec l’exposant d’un entier premier p dans la décomposition de n!.

Exercice 2 [ Indication ] [ Correction ]


Soient m et n deux entiers naturels, avec m < n, et tels que mn = nm .
Montrer que nécessairement m = 2 et n = 4.

Exercice 3 [ Indication ] [ Correction ]


pgcd (m, n) = m − n

Trouver tous les entiers 0 ≤ n ≤ m tels que :
ppcm (m, n) = 300

Exercice 4 [ Indication ] [ Correction ]


Montrer que pour tous entiers m et n :
m2 + n2 est divisible par 7 ⇔ m et n sont divisibles par 7.

Exercice 5 [ Indication ] [ Correction ]


Quel est le plus petit entier naturel admettant exactement 15 diviseurs positifs ?

Page 1 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Exercices de Mathématiques
Arithmétique dans ZZ (I)
Indications, résultats

Indications ou résultats

Indication pour l’exercice 1 [ Retour à l’énoncé ]

1. Dans {1, . . . , 1000}, il y a 500 entiers pairs, 250 multiples de 4, 125 multiples de 8, etc.
L’exposant de 2 dans la décomposition de 1000! est 994.
m h i
P n
2. Soit p premier, avec 2 ≤ p ≤ n. L’exposant de p dans la décomposition de n! est pk
.
k=1

Indication pour l’exercice 2 [ Retour à l’énoncé ]


ln x
Remarquer qu’on peut supposer m ≥ 2. Passer aux logarithmes, et étudier ϕ(x) = .
x

Indication pour l’exercice 3 [ Retour à l’énoncé ]


Soit d = pgcd (m, n), et m0 , n0 tels que m = dm0 et n = dn0 .
Prouver que m0 = n0 + 1 et dn0 (n0 + 1) = 300, et considérer les diviseurs de 300.
Parmi ces diviseurs, deux doivent être consécutifs.

Indication pour l’exercice 4 [ Retour à l’énoncé ]


Former le tableau des k 2 (mod 7), avec 0 ≤ k ≤ 6.
Considérer alors la valeur modulo 7 des entiers m2 + n2 .

Indication pour l’exercice 5 [ Retour à l’énoncé ]


Calculer le nombre des diviseurs positifs d’un entier n, en fonction de la décomposition en
facteurs premiers de n. En déduire que la décomposition de l’entier n cherché est nécessairement
de la forme n = p14 ou n = p4 q 2 .

Page 2 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Exercices de Mathématiques
Arithmétique dans ZZ (I)
Corrigés

Corrigés des exercices

Corrigé de l’exercice 1 [ Retour à l’énoncé ]

1. Les 500 entiers pairs ≤ 1000 donnent un exposant de 2 (au moins) dans la décomposition.
1000
Puis chacun des 4
= 250 multiples de 4 fournit un exposant supplémentaire.
Les multiples de 2 = 8 donnent alors 1000
3
8
= 125 exposants supplémentaires.
Ceux de 24 = 16 en donnent 1000
 
16
= 62 de plus, etc.
 1000 
Finalement les 256 = 3 multiples de 28 = 256 ajoutent chacun un exposant de 2, et
512 (le seul multiple de 512 = 29 car 1000
512
= 1) fournit un dernier exposant.
Le nombre d’exposants de 2 dans la décomposition de 1000! est donc :
 1000   1000   1000 
+ 22 + 23 + · · · + 1000
   1000 
21 28
+ 29

= 500 + 250 + 125 + 62 + 31 + 15 + 7 + 3 + 1 = 994

2. Les facteurs premiers présents dans la décomposition de n! sont compris entre 2 et n.


On se donne donc un entier premier p tel que 2 ≤ p ≤ n.
Soit m l’entier k maximum tel que pk ≤ n.
h i
m m+1 ln n
Les inégalités p ≤ n < p signifient que m = ln p
.
h i
ln n ln n
Par exemple, si n = 1000 et p = 2, ln p
≈ 9.965784284 donc ln p
= 9.
m h i
P n
On généralise facilement : l’exposant de p dans la décomposition de n! est pk
k=1

Corrigé de l’exercice 2 [ Retour à l’énoncé ]


Remarquons que m = 0 et m = 1 ne donnent aucune solution.
On supposera donc m ≥ 2.
L’équation mn = nm s’écrit n ln m = m ln n.
ln x
Cette égalité s’écrit donc ϕ(m) = ϕ(n), avec ϕ(x) = .
x
1 − ln x
On calcule la dérivée de l’application ϕ : ∀ x > 0, ϕ0 (x) = < 0.
x
ϕ est strictement croissante sur ]0, e] et strictement décroissante sur [e, +∞[.
Or ϕ(m) = ϕ(n) avec m < n. On en déduit m < e < n.
La seule possibilité (car m est entier ≥ 2) est m = 2.
ln 2
On constate ensuite que ϕ(4) = ϕ(2) = . On en déduit n = 4.
2

Page 3 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Exercices de Mathématiques
Arithmétique dans ZZ (I)
Corrigés

Corrigé de l’exercice 3 [ Retour à l’énoncé ]


m = dm0

0 0
Notons d = pgcd (m, n). Il existe m et n , premiers entre eux, tels que .
n = dn0
Avec ces notations, on a alors : ppcm (m, n) = dm0 n0 .
 0
d = (m0 − n0 )d m = n0 + 1

Les hypothèses s’écrivent donc c’est-à-dire
dm0 n0 = 300 dn0 (n0 + 1) = 300
L’entier 300 = 22 · 3 · 52 possède 3 · 2 · 3 = 18 diviseurs.
Ces diviseurs sont en effet les 2α · 3β · 5γ , avec 0 ≤ α ≤ 2, 0 ≤ β ≤ 1 et 0 ≤ γ ≤ 2.
La liste de ces diviseurs, dans l’ordre lexicographique de (α, β, γ) est :
1, 5, 25, 3, 15, 75, 2, 10, 50, 6, 30, 150, 4, 20, 100, 12, 60, 300
Puis par ordre croissant : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 10, 12, 15, 20, 25, 30, 50, 60, 75, 100, 150, 300.
Les entiers n0 et n0 + 1 doivent diviser 300. Les seules solutions sont n0 ∈ {1, 2, 3, 4, 5}.
Les couples (n, m) s’obtiennent alors dans le tableau suivant :

n0 m0 = n0 + 1 d = 300
m0 n0
n = dn0 m = dm0
1 2 150 150 300
2 3 50 100 150
3 4 25 75 100
4 5 15 60 75
5 6 10 50 60

Corrigé de l’exercice 4 [ Retour à l’énoncé ]


On forme le tableau des k 2 (mod 7), avec 0 ≤ k ≤ 6 :
k 0 1 2 3 4 5 6
k2 0 1 4 2 2 4 1

Pour tout n (en notant r son reste modulo 7) on a donc (modulo 7) : n2 = r2 ∈ {0, 1, 2, 4}
Pour tous entiers n, m, la valeur modulo 7 de m2 + n2 se lit donc dans le tableau suivant :
+ 0 1 2 4
0 0 1 2 4
1 1 2 3 5
2 2 3 4 6
4 4 5 6 1

On voit que m2 + n2 n’est congru à 0 modulo 7 que s’il en est de même de m2 et de n2 .


Or le premier tableau montre que ça signifie que m, n sont eux-mêmes congrus à zéro.
Conclusion : ∀ (m, n) ∈ IN2 , (7 | m2 + n2 ) ⇔ (7 | m) et (7 | n).

Page 4 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Exercices de Mathématiques
Arithmétique dans ZZ (I)
Corrigés

Corrigé de l’exercice 5 [ Retour à l’énoncé ]


Soit n un entier naturel, et n = pα q β · · · rγ sa décomposition en facteurs premiers.
Dans cette écriture, on peut toujours supposer α ≥ β ≥ · · · ≥ γ ≥ 1.
Les diviseurs positifs de n sont les m = pa q b · · · rc , avec 0 ≤ a ≤ α, 0 ≤ b ≤ β, 0 ≤ c ≤ γ.
Le nombre de ces diviseurs est (α + 1)(β + 1) · · · (γ + 1).
Pour que ce nombre soit égal à 15 = 5 × 3, les seules décompositions possibles de n en facteurs
premiers sont du type n = p14 ou n = p4 q 2 .
Puisqu’on cherche n minimum, il ne reste que les possibilités 214 = 16384 et 24 32 = 144.
Conclusion : 144 est le plus petit entier positif ayant exactement 15 diviseurs positifs.

Page 5 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.