Vous êtes sur la page 1sur 12

Cours maitrise du projet

Cour 1 :
Définition simple de la maitrise d’ouvrage: processus unique qui consiste en un ensemble d'activités
coordonnées et maîtrisées comportant des dates de début et de fin, entrepris dans le but d'atteindre un objectif
.
conforme à des exigences prédéfinies Telles que les contraintes de délais, de coûts et de ressources.
Maître d'ouvrage :
Le maître d'ouvrage est la personne morale pour laquelle l'ouvrage est construit.
Définition de la réglementation Algérienne : toute personne physique ou morale qui prend la
responsabilité pour elle même de faire réaliser ou transformer une construction sur un terrain
Les objectifs:
A. LA SATISFACTION DES ATTENTES DU CLIENT
B. LE RESPECT DU BUDGET
C. LE RESPECT DE L'ÉCHÉANCIER
Définition d'une Attente : Espérance, souhait exprimé par les utilisateurs et les usagers.
Définition d'un Besoin : Ce qui est retenu par le maître d'ouvrage comme étant nécessaire,en réponse aux
attentes des utilisateurs et des usagers.
Utilisateur : Toute personne physique ou morale qui, par sa profession, utilise ou exploite au moins l'une des
fonctions de l'ouvrage à un moment quelconque de son cycle de vie. Le personnel est ainsi un utilisateur,mais
les sociétés de maintenance ou d'entretien également.
Usager :Toute personne qui utilise l'équipement.
Objectifs : But que se propose une action.

LES OBJECTIFS DE LA MAITRISE D'OUVRAGE SONT:


A. LA SATISFACTION DES ATTENTES DU CLIENT
Chaque projet vise à répondre à des attentes et à des besoins qui lui sont spécifiques. Les intervenants se
doivent de les définir clairement et globalement. Ces définitions composeront le programme des besoins, lequel
constitue l'essence même du projet. li en exprime sa raison d'être et en définit la portée ainsi que les enjeux
majeurs.
B. LE RESPECT DU BUDGET
Considérant que les ressources sont généralement limitées, le budget constitue la contrainte majeure dans
l'atteinte des objectifs du projet. Bien que tous les intervenants s'entendent sur l'importance de respecter les
limites budgétaires du projet, il est très fréquent difficilement contrôlables en cours de réalisation. Il s'avère
donc très important d'identifier et de faire état de toutes les données ayant une influence sur le budget,et ce
préalablement à la phase de réalisation
C. LE RESPECT DE L'ÉCHÉANCIER
Le temps constitue la seconde contrainte en importance dans le processus de réalisation du projet. L'ouvrage
doit être livré à une date déterminée à l'avance qui correspond généralement au calendrier des opérations du
client. Cette situation force le gestionnaire de projet à établir son échéancier en fonction de la disponibilité des
lieux et des ressources, ainsi que de nombreuses contraintes telles que l'accès au financement, la complexité des
interventions projetées, l'ordonnancement des travaux, les saisons et les conditions du marché de la
construction.
Contrainte
Caractéristique, effet ou disposition qui s'impose au maître d'ouvrage et qui constitue des limitations dans la
réalisation de l'opération.
LES DIFFÉRENTES PHASES ET ÉTAPES DU PROCESSUS :
Le métier de maître d'ouvrage immobilier public se décline dans ses trois principales composantes:
1. le rôle de « responsable de la commande»;
2. le rôle « d'opérateur »;
3. le rôle de « gestionnaire".
1) En tant que responsable de la commande de bâtiments publics Le maître d'ouvrage doit en effet:
- déterminer, monter et préciser le "projet" dans toutes ses composantes (urbaines, sociales, politiques,
juridiques et économiques).
- passer une commande claire et cohérente.
2) En plus de définir clairement ses besoins, il va lui falloir être opérateur de son projet c'est-à-dire :
- organiser et gérer le projet;
- choisir ses partenaires et définir leurs missions respectives (maîtrise du processus)
3) Lorsque de plus il est le gestionnaire des équipements réalisés il doit:
- connaître son patrimoine;
- l'adapter aux besoins qui évoluent;
- rationaliser et optimiser son utilisation;
- maintenir son niveau de fonctionnement.

Le processus de gestion d'un projet de construction compte trois grandes phases et dix étapes:
PLANIFICATION
- ETUDEDEMARCHÉ
- ÉTUDES DE FAISABILITÉ
- DÉFINITION DU PROJET
RÉALISATION
- ETUDES PRELIMINAIRES
- CONCOURS D'ARCHITECTURE
- PLANSETDEVIS
- APPELS D'OFFRES
- TRAVAUX
- LIVRAISON DE L'OUVRAGE
EXPLOITATION DE L'IMMEUBLE
- EXPLOITATION DE L'IMMEUBLE
Cour 2 :
PHASE DE PLANIFICATION
Dans tout processus de réalisation d’un projet, les premières étapes, s’avèrent généralement les plus
stratégiques et les plus déterminantes. cette phase de planification, a un impact direct sur les orientations et
l’ampleur du projet. un projet de construction engendre des dépenses considérables et demande la participation
d’un très grand nombre d’intervenants. Le projet de plus se réaliser à l’intérieur de balises, d’ordres
temporel(délais) et financier(budjet), bien définies et établies en fonction des contraintes et des ressources
disponibles. cette première phase déterminée les décisions et les données relativement aux objectifs du projet, à
son contenu et à ses paramètres de réalisation.
LA PHASE DE PLANIFICATION EST SUBDIVISÉE EN TROIS ÉTAPES DISTINCTES :
1-Etude de la demande
2-ÉTUDES DE FAISABILITÉ
3-DÉFINITION DU PROJET

1-Etude de la demande :Il s’agit de l’étape au cours de laquelle la demande du client est déposée puis analysée
pour juger de sa recevabilité ainsi que de l’opportunité du projet soumis.

Cette phase répond a la question « a- t-on vraiment besoin de répond de cette attente ?»
1.1 - La demande du client : Le client qui dépose une demande d’aide financière, pouvant atteindre
plusieurs millions de dinars, se doit de produire un document exhaustif et suffisamment documenté.
Celui-ci doit permettre une analyse approfondie de la demande et l’évaluation complète du projet
soumis. Pour cette raison, le document doit faire état des données suivantes :
1-MISE EN SITUATION : Présentation de l’organisme, de sa mission, un bref historique, l’objet de la
demande, etc.
2-PROBLÉMATIQUE : Description des problèmes rencontrés et des conséquences sur la mission et les
opérations courantes de l’organisme.
- OBJET DE LA DEMANDE : Présentation de la demande d’aide financière et des objectifs visés.
- PROGRAMMATION : Description de la programmation visée.
-FRÉQUENTATION DE LA CLIENTÈLE : Présentation de la clientèle ciblée ainsi que des objectifs de
fréquentation.
-PLAN D’AFFAIRES : Dépôt du plan d’affaires et des études de marché disponibles.
-BESOINS IMMOBILIERS : Énoncé sommaire des besoins : fonctions, superficies, liens fonctionnels.
-ÉTUDES : Présentation des études déjà réalisées.
-SOLUTIONS IMMOBILIÈRES ANTICIPÉES : Brève description du projet relatif à la demande. Aucune
esquisse ne doit être produite à cette étape-ci.
-LOCALISATION : Énumération des critères relatifs à la localisation souhaitée.
-BUDGET DE RÉALISATION : Mention d’un ordre de grandeur du budget anticipé pour la réalisation
complète du projet.
-BUDGET DE FONCTIONNEMENT : Illustration du budget pro forma, y inclus les hausses des dépenses
récurrentes.
- PLAN DE FINANCEMENT : Présentation de tous les partenaires au projet ainsi que du montage financier
prévu.
- ARGUMENTATION : Exposé de l’argumentation et des justifications pertinentes.
2-Etudes de faisabilité : Cette étape permet de cerner la teneur et la portée du projet par l’énoncé des besoins
et la tenue des études préparatoires.
celle ci répond a la question : « peut on réponde a ce besoin »
2.1 -L’étude d’opportunité : Le professionnel responsable au M d’ouvrage doit procéder à une analyse
exhaustive et critique de la demande reçue. En l’occurrence, il doit en évaluer les aspects suivants

Analyse de la demande : le professionnel responsable doit vérifier les données soumises puis évaluer
l’admissibilité de la demande. Il doit de plus juger de l’opportunité offerte et en évaluer la pertinence ainsi que
la priorité dans un contexte local, régional et national;
Évaluation du projet : il doit analyser le projet soumis sous tous ses aspects, en évaluer le potentiel et les
contraintes puis faire ressortir les avantages ainsi que les inconvénients liés à sa réalisation.
Impact récurrent : il doit vérifier que la réalisation du projet aurait sur le budget de fonctionnement de
l’organisme. Il doit s’assurer que ce dernier disposera des ressources financières et techniques qui doit assumer
la gestion et l’entretien de l’immeuble livré et conséquemment d’assurer la pérennité de l’équipement culturel
faisant l’objet de la demande.
Étude comparative : il doit vérifier l’ordre de grandeur des données budgétaires fournies. Cet exercice
consiste à effectuer une évaluation des coûts unitaires par rapport à des projets comparables déjà réalisés
Rapport : le professionnel responsable doit produire un rapport d’opportunité faisant état des principaux
éléments de son analyse, de ses constatations ainsi que de ses recommandations quant à la poursuite du
processus de réalisation du projet ou de rejet de la demande déposée.
2.2 LA DÉCISION : La direction régionale concernée fait part de ses recommandations aux autorités du
ministère, afin d’obtenir un accord de principe. Le cas échéant, l’organisme demandeur sera autorisé à
poursuivre la planification amorcée, par la réalisation des études de faisabilité et la définition du projet.
Se divise en 2 etapes :

2.2.1 – La programmation des besoins :Le programme détaillé des besoins constitue l’assise même du projet.
L’architecte du maitre d’ouvrage doit participer activement à cette opération par le gestionnaire du projet. Ce
document doit faire état des besoins et des liens relatifs à chacune des fonctions et des constituantes du projet
il doit comprendre les données suivantes :
ORGANIGRAMME : Cet organigramme permet la compréhension du fonctionnement administratif et
hiérarchique de l’organisme client.
TABLEAU DES SUPERFICIES :Ce tableau synthèse fait état des superficies nettes des principales
composantes et des entités administratives pour l’ensemble du projet.(de chaque local)
DIAGRAMME FONCTIONNEL : Expression graphique illustrant l’organisation spatiale et les liens
fonctionnels des différentes entités du programme.
FICHES TECHNIQUES : Propres à chaque fonction ou local, ces fiches comprennent notamment les éléments
suivants :
- une description sommaire de la fonction du lieu;
-les superficies des locaux concernés; ƒ les dimensions minimales requises (longueur, largeur et hauteur);
-les liens fonctionnels et visuels recherchés;
-revêtements particuliers (plancher, plafond, murs, portes, etc.);
-condition ambiante
-les services spécifiques requis en électricité, alarmes, communication, plomberie, ventilation, etc.;
-les listes du mobilier et de l’équipement
- les exigences spécifiques des locaux (capacité portante des planchers, éclairage acoustique, conditions
ambiantes, etc.;
SUPERFICIES DU PROJET : Comptabiliser les superficies nettes puis majorer de 25 % à 30 % pour prendre
en compte les superficies de support (salles électromécaniques, circulations horizontales et verticales, locaux
sanitaires et d’entretien, colonnes et murs, etc.) et ainsi déterminer la superficie de construction.
BUDGET : Évaluation sommaire des coûts par la méthode à prix unitaires ($/m2) appliquée en fonction de la
superficie de construction.
ÉCHÉANCIER : Afin de permettre l’établissement de l’échéancier de réalisation, le promoteur doit faire état
des contraintes de délais et d’échéance pouvant influencer le processus de réalisation : saison artistique,
disponibilité des lieux, etc.
Cour 3 :
2.2.2 – Les études techniques : afin de faciliter le travail de recherche qui s’amorce, il faut rassembler les
informations et les documents disponibles :
-plans de cadastres
-plans topographiques,
-études diverses, et autre
il faut aussi de procéder à l’organisation de l’équipe des professionnels : architecte, ingénieurs en mécanique,
en électricité, en structure et génie civil aboratoires d’expertise en sol et en matériaux, arpenteur-géomètre,
estimateurs, économistes en construction, scénographe, acousticien, urbaniste, paysagiste, archéologue, et tout
autre spécialiste en relation directe avec le projet.
L’embauche et la coordination de ces professionnels requièrent les tâches suivantes de la part du gestionnaire
du projet :
 Préparation du mandat propre à chacun d’eux;(provisionnel)
 Appels de candidatures, généralement sur invitation, et l’analyse;
 Négociation des honoraires;
 Préparation des contrats pour signature par le donneur d’ouvrage;
 Supervision et coordination lors de l’exécution des mandats;
 Analyse et recommandation des paiements d’honoraires
 Organisation et présidence des réunions de démarrage et de coordination.
Cette liste présente les principales études susceptibles d’être effectuées dans le cadre de la préparation d’un
projet de construction :
ÉTUDES GÉOTECHNIQUES ET DE CARACTÉRISATION DES SOLS :Ces expertises servent à connaître
la nature du sol et du soussol, à vérifier la présence de contaminants, à déterminer la hauteur de la nappe
phréatique ainsi qu’à identifier les risques liés aux inondations, aux glissements de terrain et aux secousses
sismiques. Ces données serviront à la conception des assises, de la structure du bâtiment et d’autres
interventions en sous-sol.

ÉTUDES ENVIRONNEMENTALES : Évaluation de l’impact du projet sur le milieu naturel et bâti ainsi que
sur la qualité de vie dans le voisinage et le quartier.
POTENTIEL HISTORIQUE ET PATRIMONIAL : Consultation auprès de la Commission des biens culturels
(CBC) et, s’il y a lieu, évaluation et recommandations.
POTENTIEL ARCHÉOLOGIQUE : Évaluation et recommandations.
ANALYSE DE L’IMPACT URBAIN :Règlements d’urbanisme, impact sur la circulation et le stationnement,
accès au transport en commun.
RELEVÉS ET MESURAGE : Réalisation des relevés des informations manquantes aux plans et devis.
Mesurage des superficies conformément aux normes BOMA pour tout édifice faisant l’objet d’une location ou
d’un PPP.
AUDIT TECHNIQUE SUR LE BÂTIMENT EXISTANT : Architecture Structure Mécanique Électricité
Ouvrages spécialisés :Agents contaminants Site
CONDITIONS PARTICULIÈRES DE MISE EN OEUVRE :Les données qui suivent auront un impact sensible
sur le budget de construction :
o Accès au site : éloignement ou centre-ville, service routier, etc.;
o Services disponibles : stationnement, entreposage, locaux sanitaires, bureau de chantier, etc.;
o Limites des horaires et des périodes de travail;
o Travaux dans un édifice occupé;
o Proximité de constructions susceptibles d’être affectées par le bruit, la poussière, les vibrations du sol, les
excavations;
o Aire de protection d’un bâtiment classé;
o Environnement naturel et sensible;
o Services et installations souterrains existants : fils, conduites, etc.;
o Grèves ou conflits potentiels;
o Disparités régionales, etc.;
o Tous autres risques.
DÉVELOPPEMENT DURABLE : Stratégie bioclimatique, approche écologique, certification LEED, CMNEB,
PEBC et autres.
QUALITÉ RECHERCHÉE : Définition claire de la qualité de l’architecture, de l’ingénierie, de l’équipement et
des performances à atteindre, etc.
SUBVENTIONS :Identification des programmes disponibles et applicables, notamment en économie d’énergie
(OEE, AEE, H.Q., etc).
FINANCEMENT : Confirmation du plan de financement et des engagements des partenaires.
EXPLOITATION : Établissement des besoins financiers pour assurer la pérennité de l’ouvrage et la capacité de
l’organisme à assumer ces coûts.
PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ : Évaluation du potentiel et de la pertinence d’un Partenaire Public Privé
(dossier d’affaires).
2.2.3 – Le rapport de faisabilité Le gestionnaire de projet (le maitre d’ouvrage) doit procéder à l’analyse du
résultat des différentes études et expertises au fur et à mesure de la disponibilité de l’information. Il en informe
le promoteur régulièrement et lui fait part sans tarder de tout imprévu et de toute constatation pouvant avoir un
impact sur le scénario initial. À la fin de cette étape, il doit produire un rapport faisant état de l’ensemble des
résultats, tirer les conclusions qui s’imposent et faire les recommandations pertinentes aux fins de prise de
décision par le promoteur et ses partenaires à l’égard du projet à définir.
2.2.4 – la décision : À la lumière des conclusions et recommandations issues des études de faisabilité, le
promoteur (m d’ouvrage) informera le ministère de :
-sa programmation définitive.
-de ses besoins.
-du résultat des études effectuées.
-de ses choix et décisions.

Cour 4 : ETUDE DU PROJET


3-DÉFINITION DU PROJET :Cette troisième étape consiste à définir le projet planifié en fonction des besoins,
des contraintes, des solutions préconisées, des décisions prises et des paramètres de réalisation établis ainsi que
de la description du projet planifié.
3.1 - La modélisation : Afin de cerner tous les éléments essentiels à l’élaboration du budget de construction
détaillé, l’architecte procédera à l’établissement d’un « modèle théorique » de projet en collaboration avec
les ingénieurs, estimateurs et autres spécialistes mandatés pour les études. Le but de la modélisation n’est
pas d’en arriver à un recueil d’exigences fermes. Elle vise plutôt à décrire les solutions qui ont été retenues
aux fins d’établissement du budget de construction.
3.2 - Le budget : constitue la clé de son succès, mais aussi, la raison de son échec. Le budget s’avère le
paramètre le plus laborieux à déterminer et généralement l’objectif le plus difficile à respecter. Dans le
concours d’architecture, la question budgétaire devient un sujet des plus sensibles et son suivi requiert
beaucoup de doigté
- de manière à assurer
- respect des engagements
-respect de l’ouvre de l’architecte
Le budget du projet doit être établi sur des bases solides, à partir de données fiables et complètes. Pour ce
faire, les études préliminaires s’avèrent donc essentielles. Elles permettent de déterminer les prémisses liées
à la réalisation du projet. Les estimations doivent de plus tenir compte de la qualité et des performances
recherchées, de la conjoncture des marchés.
3.2.1 – L’établissement et la vérification du budget :La responsabilité d’établir rigoureusement et
précisément le budget de réalisation incombe au gestionnaire du projet. Néanmoins, la détermination des
coûts de construction doit être effectuée par des estimateurs professionnels avec la participation des
architectes, ingénieurs et autres spécialistes concernés
3.2.2 - Les constituantes principales d’un budget de projet :Le tableau qui suit résume les postes budgétaires
importants pour l’établissement du budget d’un projet.
Matériaux et main d’oeuvre ……… $
Mobilier intégré ……… $
Équipement spécialisé intégré ……… $
Conditions particulières de mise en œuvre ……… $
Frais généraux de l’entrepreneur ……… $
Administration et profit de l’entrepreneur ……… $
Taxes applicables ……… $
Contingences d’estimation et de design ……… $
Total Budget de soumission : ……………….. $
Autres frais (permis, déménagements, …) ……… $
Œuvre d’art ……… $
Taxes applicables à ce chapitre ……… $
Indexation ……… $
Contingences de construction ……… $
Total Budget de construction : .………………. $
Coût des études préparatoires ……… $
Coût du concours ……… $
Honoraires professionnels ……… $
Équipement autre qu’intégré ……… $
Financement du projet ……… $
Acquisition édifice et/ou terrain ……… $
Financement des acquisitions ……… $
Coûts afférents ……… $
Taxes applicables à ce chapitre ……… $
Inflation ……… $
Contingences de projet ……… $
Total BUDGET DU PROJET : ……………….. $

3.3 - Le plan de financement :Avant de passer en mode réalisation, le promoteur se doit d’obtenir la
confirmation de son montage financier. Il doit, s’assurer de l’accessibilité des sources de financement prévues,
conformément à l’échéancier de réalisation.
3.4 - Le mode de réalisation des travaux : Dès la phase de planification, le mode de réalisation des travaux doit
être déterminé (conventionnel, par phases et lots multiples, accéléré, etc.). Le mode retenu aura un impact direct
sur le budget et l’échéancier du projet. le mode de réalisation dit conventionnel est celui qu’exige le m
d’ouvrage.
3.5 - Le scénario et l’échéancier de réalisation :L’échéancier des travaux doit être établi en fonction des
objectifs du client ainsi que des contraintes d’ordre financier et organisationnel du projet. En cette étape , le
gestionnaire du projet doit prévoir l’ordonnancement des activités ainsi que les délais requis pour leur
exécution.
il doit déterminer :
les phases de réalisation en fonction du mode retenu. Le calendrier des activités du client, les saisons, la
conjoncture de l’industrie de la construction, la disponibilité des ressources et des espaces.
-Le gestionnaire doit notamment prévoir les délais requis pour les approbations et les prises de décision,
-les appels de candidatures
-les appels d’offres, les travaux,
- les délais de livraison particuliers,
-les réceptions de travaux,.
Il devra prendre les dispositions qui s’imposent dès qu’un retard est anticipé.
3.6 - Le programme de construction :Le programme de construction constitue le résultat concret de tous les
efforts déployés durant la phase de planification d’un projet.
Il devrait faire état des données suivantes :
PRÉSENTATION DU PROJET :Sommaire, contexte, site, liste et rôle des divers intervenants.
PARAMÈTRES DE MISE EN ŒUVRE :Budget, échéancier, modes de gestion et de réalisation des travaux,
terrain, contrôle de la qualité, mise en service.
CRITÈRES DE DESIGN :Considérations architecturales, urbaines et environnementales, implantation et
intégration,
PROGRAMME DÉTAILLÉ DES BESOINS : Exigences fonctionnelles et opérationnelles, tableau des
superficies, fiches descriptives des besoins, etc.
EXIGENCES TECHNIQUES GÉNÉRALES ET SPÉCIFIQUES DU PROJET : Infrastructures, structure,
aménagement intérieur, services, équipements, ameublement, etc.
ÉCHÉANCIER DE RÉALISATION : Identification et ordonnancement des activités, évaluation des délais,
expression graphique, outil de suivi et de gestion, etc.
DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE : Études des sols, plan de cadastre, règlement de zonage, plan d’urbanisme,
etc.
3.7 - L’analyse de la valeur : Dès cette étape, le projet peut être soumis à une analyse systématique afin de
réévaluer la pertinence et de la justesse des informations et des décisions prises. L’analyse de la valeur constitue
une procédure structurée de travail dont l’objectif est de trouver un compromis entre le coût et la solution, tout
en assurant le niveau de qualité recherché. Le programme de construction doit être soumis à l’approbation du
ministère, préalablement à la phase de réalisation.
3.8 - LA DÉCISION :À cette étape-ci du processus de réalisation, le promoteur doit s’assurer d’obtenir
l’approbation de tous les intervenants au dossier ;ainsi que toute autorité concernée. Le projet est maintenant
prêt pour annonce.
PHASE DE RÉALISATION
Cour 5 : Réalisation « phase »
LES ÉTAPES DE LA PHASE DE RÉALISATION : Au cours de la phase de réalisation, nous verrons se
concrétiser le projet que tous les intervenants ont longuement étudié et défini dans ses moindres détails. Les
étapes qui caractérisent cette phase sont :
Étape 4 Concours d’architecture;
Étape 5 Élaboration des plans et devis;
Étape 6 Appels d’offres;
Étape 7 Travaux;
Étape 8 Livraison de l’ouvrage.
1-Concours d’architecture : À cette première étape de la phase de réalisation, le gestionnaire du projet doit
constituer une nouvelle équipe de professionnels. Cette équipe n’est pas la même que la précédente mandatée
pour les études et la définition du projet. Il faut d’abord considérer que, pour les projets de catégorie (CDE)le m
d’ouvrage exige la tenue de concours d’architecture pour la sélection de l’architecte.
1.1- Les étapes du concours

○ Embauche du conseiller professionnel : . mandats, propositions, , contrat, etc.;


○ Élaboration du programme du concours : . ce document renferme les données que le conseiller
professionnel juge essentielles à l’élaboration du projet. Le programme de construction demeure disponible
pour les finalistes retenus. Il ne doit subsister aucune contradiction entre les deux documents;
○ Rédaction du règlement du concours : . celui-ci regroupe l’ensemble des règles déterminées par le
conseiller professionnel à l’intention des participants au concours;
○ Approbation par l’Ordre des architectes et le ministère : . le programme et le règlement doivent
recevoir l’approbation du responsable des concours d’architecture au niveau du ministère
○ Document d’appel de candidatures : . il s’agit de l’ensemble des documents relatifs à la demande de
proposition de services professionnels par appel d’offres public;
○ Formation du jury : . ce jury est formé de personnes reconnues pour leur compétence en architecture
et/ou dans le domaine concerné;
○ Formation de la commission technique : . elle est composée des spécialistes de différents domaines dont
les services sont retenus afin d’analyser les aspects technique et budgétaire des projets soumis et de faire leurs
recommandations au jury;
○ Appel de candidatures : . publication de l’appel de candidatures. Cet appel doit être public et ouvert à tous
les architectes de la province. Il doit donc paraître dans les grands quotidiens nationaux l’un de lange arabe et
lange française
○ Visite du site : . visite guidée du site pour les soumissionnaires;
○ Candidatures : . les architectes
○ Choix des architectes retenue: . le jury évalue les propositions et choisit les offres a retenue
○ Analyse technique : . la commission technique analyse les projets soumis et fait rapport au jury;
○ Choix du jury : . le jury évalue les prestations des finalistes et fait part de son choix par le m d’ouvrage.
LA DÉCISION : Le m d’ouvrager entérine les recommandations du jury et confirme le choix de l’architecte
retenue a lauréate.
1.2-plans et devis :
La tenue du concours a permis de choisir l'architecte et de le mandater.
Le maître de l'ouvrage élabore le programme de l'opération sur la base duquel seront lancées les consultations
des maîtres d'oeuvres.
Ce programme comporte:
 . Les données physiques essentielles relatives aux:
- plan de situation et plan topographique
- études préliminaires de sol
- voies et réseaux existants
- Relevés d'ordre climatique et sismique.
 Les besoins à satisfaire en termes de surface, volumes..., les objectifs en matière de coût, de détail et de qualité
des ouvrages.
 Les contraintes résultant de diverses réglementations techniques, urbanistiques ainsi que les prescriptions
 techniques et fonctionnelles et les coûts des ouvrages.
 Les exigences d'ordre technique et architectural.
Le maître d'oeuvre présente, dans les délais fixés par le maître de l'ouvrage :
 le coût d'objectif de l'ouvrage.
 le coût et le contenu de chacune des missions de maîtrise d'oeuvre.
 le délai et le planning d'exécution de ces différentes missions.
 le délai de réalisation de l'ouvrage.
 les normes de qualité des ouvragés retenus.
 ses références professionnelles.
Parmi les missions constituant la maîtrise d'oeuvre figure l'élaboration de l'esquisse, de l'avant-projet et du
projet d'exécution.
1.2.1. L'esquisse :
Représentation volumétrique de l'ouvrage, comprend les indications relatives à l'implantation de l'ouvrage, aux
accès, aux espaces et aux conditions de mitoyenneté ainsi qu'une estimation du coût de l'opération . Le dossier
esquisse, accompagné de la notice descriptive du programme et de l'estimation approximative des coûts, est
transmis à l'organisme de contrôle technique de la Construction en vue de l'établissement de la convention de
contrôle technique de la construction de l'opération.
1.2.2. L’avant-projet :
Est une étude sommaire chiffrée d'une solution d'ensemble permettant de réaliser le programme arrêté. Cette
étude comprend :
 le plan d'aménagement, le plan d'implantation, et le plan de masse.
 les élévations des façades principales, les coupes transversales et longitudinales.
 la notice descriptive et justificative de la solution envisagée.
 la note de calcul définissant les descentes de charges.
 le tableau comparatif des surfaces par rapport au programme.
 la définition des lots techniques.
Au cours de cette phase, le dossier de permis de construire (partie architecturale) est formalisé et est transmis
aux services compétents pour l'obtention de l'accord préalable. Par ailleurs et sur la base du plan de masse, le
maître d'oeuvre en relation avec le laboratoire désigné par le maître d'ouvrage et avec le concours de
l'organisme de contrôle technique de la construction, arrête le programme des essais et sondages à effectuer au
titre de l'étude de sol.
1.2.3. Le projet d'exécution : Constitue l'étude descriptive, explicative et justificative des dispositions
techniques proposées et comprend :
- les pièces écrites
- les pièces graphiques
- des pièces annexes
Cour 6 : la préparation du chantier
2.Préparation du chantier :
L'ouverture d'un chantier est soumise à une série de préalables,
2.1. Les mesures administratives:
2.1 .1. Les raccordements en eau et en énergies:
Des engagements doivent être pris auprès de différents services concernés par les divers réseaux. Les dates de
démarrage et de fin de travaux doivent être connues pour le branchement de l'alimentation en énergies
électrique et gazière, le branchement en eau potable et l'évacuation des eaux usées.
Une commande peut être passée lors de ['esquisse du projet, pour l'alimentation-en énergie auprès de la
SONELGAZ. L'approbation de cet organisme est également requise pour l'implantation du poste transformateur
et de la niche de gaz sur le plan de masse.
Ce plan de masse doit être transmis au service de l'hydraulique et à I'A.P.C pour prise en charge de l'adduction
en eau potable, de la détermination du point de rejet pour le raccordement de l'assainissement et la réalisation
du réseau collecteur.
2.1.2. Le dossier de mise en route du chantier :
Constitué des documents suivants:
- les pièces relatives aux autorisations diverses concernant l'ouverture du chantier.
- les plannings et documents divers concernant le gros-œuvre (rotation de coffrage, cycle des travaux,
répartition des effectifs, bordereau des tâches et temps élémentaires), la coordination des opérations ICE, le
contrôle du chantier et l'exploitation des résultats.
- des pièces concernant la nomenclature des matériaux, le bordereau des approvisionnements.
- les documents établis par le service des travaux relatifs au plan d'aménagement général du chantier.
- la liste du matériel, les fiches d'instruction pour faciliter l'exécution des travaux.
- un planning d'occupation progressive du chantier.
4.1.3. Les assurances:
L'assurance incendie: Cette assurance est obligatoire pour tout organisme public exerçant une activité
industrielle, commerciale et artisanale.
L'assurance chantier : Cette assurance permet de couvrir tous les dommages que peuvent subir les biens faisant
partie de l'ouvrage en construction, dans un chantier donné. Une assurance "tous risques chantier" doit être
souscrite par l'entrepreneur avant le début des travaux pour couvrir les risques liés à l'exécution de l'ouvrage.
L'assurance civile professionnelle : tout architecte, entrepreneur, contrôleur technique et autre intervenant,
personne physique ou morale dont la responsabilité professionnelle peut être engagée en matière de travaux
de construction, de restauration ou de réhabilitation d'ouvrage, est tenu d'être couvert par une assurance, il doit
être en mesure de justifier à l'ouverture du chantier qu'il a souscrit un contrat d'assurance le couvrant pour sa
responsabilité civile professionnelle. En matière de réalisation de travaux cette assurance s'étend de l'ouverture
du chantier jusqu'à la réception définitive des travaux.
L'assurance décennale : Cette assurance souscrite à la réception définitive des travaux, couvre les risques de la
destruction totale ou partielle d'un ouvrage, destruction pour laquelle l'architecte et l'entrepreneur répondent
solidairement pendant 10 ans.
L'assurance des catastrophes naturelles: toute personne physique ou morale exerçant une activité industrielle
et/ou commerciale, de souscrire un contrat d'assurance contre les effets des catastrophes naturelles.
2.2. Les mesures de sécurité, de santé et d'hygiène:
2.2.1. En matière de sécurité :
les mesures à prendre afin d'assurer la protection des moyens humains et matériels d'un chantier consistent
notamment en :
- la prévention des dommages et accidents sur le chantier et sur l'environnement immédiat et la voie publique.
Les précautions appropriées doivent être prises pour protéger les personnes se trouvant à l'intérieur ou à
proximité du chantier.
- la protection des personnes dans l'accomplissement de leurs tâches.
- le respect des obligations de sécurité et de la réglementation y afférente.
- la protection contre les risques d'incendie.
- la propreté permanente du terrain.
- le gardiennage en permanence, de jour comme de nuit du chantier.
- une clôture solide et inaccessible aux personnes étrangères au chantier.
- un éclairage suffisant et approprié du chantier.
2.2.2. En matière d'Hygiène:
L'entreprise doit tenir compte de toutes les exigences d'hygiène et prendre les dispositions qui s'imposent pour
que les travaux se déroulent dans des conditions saines et salubres pour les ouvriers. Elle installe des vestiaires,
des sanitaires, un réfectoire, en tenant compte des normes d'hygiène et de sécurité et de la réglementation en
vigueur.
2.2.3. Les soins d'urgence:
Une salle doit être équipée et aménagée afin de permettre de prodiguer des soins d'urgence aux travailleurs.
Un(e) infirmier(e), une boite à pharmacie, une civière et dans la mesure du possible une ambulance, doivent
être disponibles, pour permettre les premiers soins et l'évacuation immédiate vers les hôpitaux en cas
d'accidents graves.
Cour 7: l’implantation du chantier
3. l’implantation du chantier :
Dès la notification de l'ordre de service de démarrage des travaux, l'entrepreneur procède à l'implantation du
chantier. Cette implantation qui se traduit par la mise en oeuvre du plan d'installation.
Ce dernier, devra être réceptionnée par le service contractant et faire l'objet d'un procès verbal de réception
contresigné par les deux parties.
3.1. La clôture et la signalisation du chantier:
L'espace mis à la disposition de l'entreprise pour la réalisation des travaux doit être délimité et clôturé :
Un panneau de chantier est obligatoire Il comporte les indications suivantes:
- Opération et intitulé du projet
- Nature des travaux
- Délai d'exécution
- Nom et adresse du maître d'ouvrage
- Nom et adresse. du maître d'oeuvre
- Nom et adresse de l'entreprise
- Nom et adresse de l'organisme de contrôle.
- Date d'obtention et n° du permis de construire.
- Références du permis de démolir s'il y a lieu.
- Date de début des travaux
3.2. Les voies d'accès et de circulation:
Le chantier doit disposer de voies d'accès et de circulations. Ces voies doivent être en bon état et praticables par
n'importe quel temps. Elles doivent être suffisamment larges pour permettre le croisement de deux véhicules et
permettre la desserte de tous les points d'approvisionnement. Elles doivent permettre une circulation aisée et en
toute sécurité.
Les principales voies d'accès au chantier doivent être suffisamment traitées afin de permettre l'activité et
l'approvisionnement même en cas de fortes intempéries.
A ce titre il y a lieu de prévoir à l'avance :
- les travaux de dégagement des voies
- les aménagements de drains
- la pose de couches de tuf ou de matériau résistant à la pluie.
Une plaque signalant l'existence du chantier avec la mention sortie et entrée d'engins, doit être prévue aux
différents accès qui mènent au chantier.
3.3. Les locaux du chantier:
Le bureau du chantier:
Ce local est aménagé par l'entreprise sur ordre du maître d'ouvrage. Il comporte une table, des chaises, un
tableau, un téléphone, les panneaux d'affichage, les photos d'avancement des travaux, les documents relatifs au
dossier du chantier dont:
- un jeu des plans d'exécution à jour classés et visés par le bureau du contrôle,
- les plannings affichés
- un exemplaire du dossier descriptif et du cahier des charges
- le canier des ODS et des PV des rendez-vous de chantiers
- les échantillons des matériaux agréés par le maître de l'ouvrage et le maître d'oeuvre.
Les locaux du personnel de chantier:
li y a lieu de prévoir des baraquements situés le plus près possible des emplacements de travail et destinés aux
aires de repos, de préparation de repas et de restauration. Ils doivent être équipés de façon à permettre aux
ouvriers de se laver, de se restaurer et de dormir et leurs surfaces adaptées au nombre d'ouvriers travaillant dans
le chantier.
Les locaux du personnel de chantier (dortoirs, vestiaires, réfectoires) doivent disposer de conditions de viabilité
conformes aux normes D’hygiène et de sécurité. Des appareils sanitaires doivent être prévus et le chantier doit
disposer dans son périmètre de points permettant:
- le raccordement aux réseaux d'électricité et d'eau potable
- l'évacuation des eaux usées.
3.4. LE MATERIEL ET L'EQIJIPEMENT DE CHANTIER:
3.4.1. Les installations électriques:
Les matériels et installations électriques doivent être montés et entretenus par une personne compétente. La
pose et l'entretien des câbles et appareils électriques, doivent répondre aux normes et règles techniques en
vigueur. Leur existence sous tension, en dessous ou au dessus du chantier doit être vérifiée avant et pendant la
durée des travaux.
3.4.2. Les installations ou parc de stockage:
Les installations pour stockage des agrégats, du ciment et des fers de construction doivent être accessibles et
être conçues de sorte qu'elles permettent une réserve d'approvisionnement sur le chantier.
3.4.3. Les engins de levage et de transport:
L'installation des engins de levage doit permettre une maniabilité aisée, une utilisation variée et un rendement
maximum. Ils doivent être bien conçus et de bonne qualité, correctement utilisés et bien entretenus.
Une zone pour un entreposage ou un stationnement aisé et rapide de ces engins doit être prévue.
3.4.4. Les échafaudages:
Les échafaudages sont des constructions provisoires offrant des planchers de travail permettant d'accéder à tous
les points d'un ouvrage. Les principes essentiels qui guident le choix et la conception d'un échafaudage sont:
- la sécurité, la solidité.
- la rapidité de montage et de démontage.
- la légèreté des éléments constitutifs.
- la possibilité de réemploi du matériel et des matériaux utilisés.
3.4.5. L'inventaire du matériel de chantier:
A l'équipement prévu sous l'appellation "installation de chantier" vient s'ajouter l'inventaire de l'outillage et du
matériel indispensable sur un chantier. Une liste préalablement établie par le chef de chantier, en fonction de
ses besoins, est remise au siège de l'entreprise.
3.4.6. L'entretien du matériel:
L'entretien du matériel de chantier se fait régulièrement.
Le matériel afférent aux installations de bétonnage (bétonnières, silos à béton, brouettes, bennes...) doit être
immédiatement lavé au jet dès qu'un bétonnage est terminé, Il est ensuite giclé par un mélange de mazout et de
vielle huile sur toute la surface pour créer une couche de protection empêchant l'adhérence du béton.
La vidange des moteurs se fera périodiquement et les graisseurs de machines régulièrement remplis et
accessibles.
Le matériel servant à la construction (machines de chantier, échelles, passerelles, étais, câble, cordages...) doit
être soigneusement vérifié avant son emploi sur un chantier par une personne qualifiée de l'entreprise.