Vous êtes sur la page 1sur 39

2. Propriétés thermiques

Elles permettent d’interpréter les réactions d’un matériau aux

variations de la température

1. Capacité thermique

2. Dilatation thermique

3. Conductivité thermique

Répulsion (+)Attraction

Energie potentielle

(-)

Energie de liaison

E0 correspond à l’énergie potentielle à T=0°K

Distance interatomique r 0 0 E 0 Liaison Forte Energie potentielle Attraction (-) Répulsion (+)
Distance interatomique
r 0
0
E
0
Liaison Forte
Energie potentielle
Attraction (-)
Répulsion (+)

Diagramme de Condon-Morse

E 0

0

r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0

r 0

r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0
r 0

Distance interatomique

Liaison faible

Vibration des atomes (dans les solides)

Vibration des atomes (dans les solides) • Les atomes vibrent à très haute fréquence > (

Les atomes vibrent à très haute fréquence >

( ultrasons ~

9

10 Hz

)

10

12

à 10

14

Hz

Les atomes sont des oscillateurs couplés

Les vibrations produisent des ondes élastiques (phonos ou ondes acoustique, sonores) qui se propagent dans le réseau cristallin

ondes lumineuse

propagent dans le réseau cristallin • ondes lumineuse photons • L’amplitude des vibrations croit avec T

photons

L’amplitude des vibrations croit avec T

Le point d’ébullition est proportionnel à la profondeur du puits

Energies de liaisons et températures de fusion de diverses substances

Energies de liaisons et températures de fusion de diverses substances

2.2 Dilatation thermique

Coeff. de dilatation thermique linéaire

Ou

l f l 0

l 0

= α l (T f T 0 )

Δl

l 0

= α l Δ T

Coeff. de dilatation thermique volumique

ΔV

V 0

= α v Δ T

Pour un matériaux isotrope α v =3 α l

Energie potentielle

Effet de la température sur la distance interatomique

α ∼ ΔrTΔ ∼1 E 0 r r’ 0 Distance interatomique 0 0 T 3
α ∼ ΔrTΔ ∼1 E
0
r
r’ 0
Distance interatomique
0
0
T
3
T
2
T
1
E 0
T 0
(-) Répulsion (+)Attraction

E 0

E 0 r 0 T 3 T 2 T 1 T 0
E 0
r
0
T
3
T
2
T
1
T
0
T 3 T 2 T 1 T 0
T
3
T
2
T
1
T 0

Energie potentielle

Effet de la température sur la distance interatomique

Expansion thermique est reflétée par une augmentation de distance moyenne entre les atomes

Due à la forme asymétrique du puits, plutôt qu’à la cinétique des vibrations atomiques

Pour la majorité des matériaux, plus grande est l’énergie de liaison, plus profonde et plus étroite sera la courbe d’énergie et plus faible sera la dilatation.

r r’ 0 Distance interatomique 0 0 T 3 T 2 T 1 E 0
r
r’ 0
Distance interatomique
0
0
T
3
T
2
T
1
E 0
T 0
(-) Répulsion (+)Attraction

α

(linéaire) pour différentes classes de matériaux

Métaux

Céramiques

Polymères

5x10 -6 à 25x10 -6 (°C -1 )

0.5x10 -6 à 15x10 -6 (°C -1 )

50x10 -6 à 400x10 -6 (°C -1 )

Fe-Ni-Co et Fe-Ni (Kovar): α1x10 -6 (°C -1 )

α petit et matériau isotrope => résistance au choc thermique

Coeff. plus élevé, peu branchés (Faible : bakélite, réticulé)

2.2 La capacité thermique ou calorifique

L’augmentation de température d’un matériau résulte de l’absorption d’énergie.

La capacité calorifique C indique l’aptitude d’un matériau à absorber la chaleur :

[

C J mol K

/

]

=

dQ

dT

dQ

dT

: apport de chaleur

: augmentation de temp.

La dérivée/T de l’énergie interne molaire du corps

Par unité de masse, on parle de chaleur spécifique c[J/Kg.K]

2.2 La capacité thermique ou calorifique

La capacité calorifique se mesure de deux façons :

A pression constante

En général

C

p

> C

v

C

p et volume constant

C

p

C

v

C

C

p

p

C

v

C

p

=

0.01 pour le cuivre, T=20°C

= 0.67

pour un gaz monoatomique

C

v

Effet de la température sur la capacité calorifique

Variation de

en fonction de la

température

C

v

θ

D

=

h

2

π

k

B

ω

D

R constante des gaz

θ

D

température de Debye

Pour nombreux solides :

θ

D

<

à la température ambiante

C

v

=

3 R =

25 J/mol K (monoatomique)

3

C = Rp

v

x

(p : nmbre d'atomes)

A basse température :

C = AT

v

3 A : constante indép. de T

Capacité calorifique molaire (valeur théorique : 25 J/mol K)

T

300 K

500 K

1000 K

Elément

Be

16.4

22.2

 

C(diamant)

6.24

13.4

21.6

Al

24.3

25.8

Cu

24.2

26.1

28.9

Pb

26.8

29.4

Quelques températures de Debye

Elément

θ

D

(

)

K

C(diamant)

3000

Al

 

390

Cu

320

Mo

380

Ag

226

Pb

90

2.3 Echanges thermiques

Les échanges de chaleur s’effectuent en général par conduction, convection et rayonnement.

2.3.1. Conduction Transmission de chaleur de particule à particule dans les corps solides, liquides ou gazeux sans déplacement global de la matière. Conductibilité thermique : l’aptitude à transmettre la chaleur (loi de Fourrier)

J

=−

λ

S

Δ

T

Δ

x

(régime permanent

ou stationnaire)

J : flux de chaleur

λ : coeff. de conductibilité thermique (W/m°K)

S : surface T/ x : gradient de température

(W)

(m 2 ) (K/m)

S
S
de conductibilité thermique (W/m°K) S : surface ∆ T/ ∆ x : gradient de température (W)

x

2.3.2 Mécanismes de conduction de chaleur

λ

p

λ

e

Dans les solides la chaleur est transportée par la vibration de ondes de réseau (phonons) et par les électrons libres:

λ = λ + λ

p

e

mouvement des phonons de la région de haute température à

la région de basse température dans un corps sous l’effet d’un gradient de température

les électrons libres ou conducteurs d’une région chaude se voient leur énergie cinétique augmenté , ils migrent vers les régions froides

matériaux conducteurs: pierre, béton Isolants briques :

0.6< λ<5 0.2< λ<0.6

Bons isolants: bois, laine minérale

λ<0.2

Air immobile:

λ=0.024

Métaux

λ p

<< λ

e

Conductivité thermique

λ p << λ e • Conductivité thermique Conductivité électrique • Métaux purs : électrons

Conductivité électrique

Métaux purs : électrons plus efficace que les phonons, pas de diffusion + plus rapide λ20 à 400 W/mK

Alliages et métaux avec impuretés => λ plus faible,

Alliage cuivre-zinc

L =

λ th

λ el

T

Céramiques

λ

p

>> λ

e

Peu d’électrons libres

Phonons moins efficaces dus aux imperfections du réseau

Matériaux amorphes plus isolant (diffusion)

λ = 2 à 50 W/m K

λ diminue avec la porosité (λ air = 0.02W/m K)

λ diminue lorsque

la température augmente

= 2 à 50 W/m K λ diminue avec la porosité ( λ a i r

Polymères

λ

p

>> λ

e

λ 0.3 W/mK Transfert de chaleur par vibration et rotation des chaînes λ dépend du degré de cristallinité Matériaux élaborés par moussage, polymères expansés (Sagex: polystyrène expansé)

Testez vos connaissances!

(1)

Conductivité thermique d’un monocristal

A) est plus grand qu’un polycristal

B) plus petite qu’un polycristal

C) est identique à celle d’un polycristal

Conductivité des matériaux amorphes > matériaux cristallins

A) vrai

B) faux

Les métaux ont une plus grande conductivité que les céramiques car

A) contribution de λ p < λ e

B) λ p > λ e

Matériau poreux avec un réseau de pores connectés (porosité ouverte) est plus isolant que le même matériaux avec des pores déconnectés (porosité fermée)

A) vrai

B) faux

Testez vos connaissances!

(2)

Quelle configuration choisir pour un matériau isolant

Α) λ e élevé et λ p faible C) λ e et λ p faibles

B) λ p élevé et λ e faible

D) λ e et λ p élevés

Conductivité d’un matériau humide > matériau sec

A) vrai

B) faux

2.3.3 Résistance thermique

Dans la pratique du bâtiment on désire des matériaux isolants , on introduit la notion de la résistance thermique.

Δ

T

R = d

λ

=

d J

S

λ

Résistance thermique (m 2 K/W)

=

d

λ

Φ

Φ =

J

S

Densité de flux(W/m 2 )

Par analogie électrique : loi d’Ohm

ΔT = R ⋅Φ

<=>

ΔU = R I

Conduction de chaleur à travers d’un mur en composites (éléments en série)

ΔT = R ⋅Φ

Δ U = R I

R 1 T int R 2 R 3 R 1 R 2 R 3 ∆U
R 1
T int
R 2
R 3
R 1
R 2
R 3
∆U 1
∆U 2 ∆U 3
T ext
∆U tot
∆T 1
∆T 2
∆T 3
∆T tot
I

Matériaux isolants

Matériaux dépourvus d’électrons libres (liaison ionique ou covalente)

Réduire les libres parcours moyens des phonons

Emprisonner une grande quantité d’air ou de gaz

Exercice 1

Calculer le flux de chaleur passant à travers un mur de 1m 2 de surface en terre cuite et de 22 cm d'épaisseur dans le cas stationnaire connaissant les températures des surfaces extérieures. Connaissant la conductivité de la laine de verre (=0.05 W/mºC), calculer l’épaisseur de ce matériau pour conserver le même flux.

de ce matériau pour conserver le même flux. T i n t =20ºC T e x

T int =20ºC

T ext =-5ºC

λ b =0.5 W/mºC

de ce matériau pour conserver le même flux. T i n t =20ºC T e x

d=0.22m

Comparaison des propriétés thermiques des matériaux

Composé

Phase

α (10 -6 .K -1 )

λ (W/m -1 .K -1 )

Azote

gaz

-

0.03

Eau

Liquide

200

0.050

Aluminium

Solide

24

350

Fer

solide

12

120

granite

polycristal

7-9

3

Verre de silice

Solide amorphe et inorganique

0.5

1

Polystyrène

Solide amorphe et organique

150

0.15

2.3.4 Convection

Dans les fluides, la transmission de la chaleur a lieu principalement par transfert de matière entre les zones froides et les zones chaudes. Dans le cas d'un échange entre un fluide et un solide, il se forme à la surface de séparation un film immobile dont l'épaisseur dépend de l'importance de la convection et de l'état de la surface.

T s

T

film immobile

et de l'état de la surface. T s T film immobile région de convection solide fluide
et de l'état de la surface. T s T film immobile région de convection solide fluide

région de

convection

de la surface. T s T film immobile région de convection solide fluide Φ = h

solide

fluide

Φ

= h T T

(

s

)

h : coefficient de convection (W/m 2 K) T s : température à la surface du solide T : température du fluide loin de la surface

Résistance thermique d’un élément de construction avec couches limites

d’un élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d

T ext

élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4
élément de construction avec couches limites T ext d 1 d 2 d 3 d 4

d 1

d 2

d 3

d 4

T

int

R =

tot

1

h

int

+

n

j = 1

R

j

+

1

h

ext

« Valeur K » (W/m 2 .K) :

K =

1

R tot

Exercice 2

Exercice 2 T d 1 d 2 d 3 int = T 1 T ext =
Exercice 2 T d 1 d 2 d 3 int = T 1 T ext =
Exercice 2 T d 1 d 2 d 3 int = T 1 T ext =
T d 1
T
d 1

d 2

d 3

d 2 d 3

int =T 1

T ext =T 4

Calculer le flux de chaleur passant par un mur multicouche :

briques , laine de verre, brique de 1m 2 de surface avec les données suivantes:

T 4 = -2 C° ; T 1 = 20 C°

d 1

d 3 = 0.11 m λ b = 0.5 W/m/C° λ 1 = 0.05 W/m/C°

= 0.22 m

d 2

= 0.06 m

Exercice 3

Calculer la valeur de K et la température de surface d’un mur en béton de 15 cm.

Les exigences de confort thermique K adm =0.8 W/m 2 K sont elles respectées?

T

T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T
T

T

T
T
T

int =20ºC

ext =-10ºC

elles respectées? T T i n t =20ºC e x t =-10ºC λ b é t

λ béton = 2.2 W/mK h i =8 W/m 2 K h e =25 W/m 2 K

Exercice 4

Les couches limites contribuent de manière significative à l’isolation thermique fournie par les vitrages. Calculer la résistance thermique surfacique d’un vitrage simple de 4mm d’épaisseur

h int = 8 4mm
h int = 8
4mm

h ext = 25

λ v = 0.81 h i =8 W/m 2 K h e =25 W/m 2 K

2.3.5 Rayonnement

A tout température (>-273ºC), un corps matériel émet de l’énergie sous forme de rayonnement électromagnétique dû aux fluctuations des charges électriques provoquées par l’agitation thermique des molécules.

Φ = ε

12

k S T

B

(

2

4

T

1

4

)

k B = constante de Boltzmann

ε 12 = facteur d'émission équivalente de l'ensemble paroi 1 - paroi 2

k B = constante de Boltzmann ε 1 2 = facteur d'émission équivalente de l'ensemble paroi

Energie de radiation

ε = émissivité =capacité d’une surface à émettre la chaleur = (quantité d'énergie calorifique émise par la surface)/ (la quantité d'énergie calorifique émise par un corps noir à la même temp é rature)

Effet de serre

un corps noir à la même temp é rature) Effet de serre Radiation du soleil Radiation
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil

Radiation du soleil

Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil
Radiation du soleil

Radiation des objets à l’intérieur de la serre

0

5

10

15

Longueur d’onde (µm)

2.3.6 Contraintes thermiques

Contraintes provenant d’une restriction de expansion/contraction thermique

σ = Eα l (T 0 T f ) = Eα l Δ T

Contrainte résultant du gradient de température

Choc thermique des matériaux fragiles

3. Propriétés optiques

3.1 Interaction de la lumière et d’un solide

La réponse du matériaux à une exposition à une radiation électromagnétique en particulier la lumière

Interaction de la lumière avec un solide

L’intensité du faisceau incident est égale à la somme des intensités transmises

I 0 = I t + I a + I r

Matériaux transparents : transmettent la lumière avec peu d’absorption et réflexion

Matériaux translucides : la lumière est transmise de manière diffuse

Matériaux opaques : pas de transmission

3.2 Comportement du rayon lumineux interagissant avec divers milieux

du rayon lumineux interagissant avec divers milieux a) Corps transparent (Verre minéral, monocristal de Al 2

a) Corps transparent (Verre minéral, monocristal de Al 2 O 3 , PMMA)

(Verre minéral, monocristal de Al 2 O 3 , PMMA) b) Corps translucide (PE, Al 2

b) Corps translucide (PE, Al 2 O 3 fritté)

de Al 2 O 3 , PMMA) b) Corps translucide (PE, Al 2 O 3 fritté)

b) Corps opaque et brillant (métal)

3.3 Spectre de rayonnement

3.3 Spectre de rayonnement Spectre solaire comparé à la sensibilité de l’œil et au rayonnement thermique
3.3 Spectre de rayonnement Spectre solaire comparé à la sensibilité de l’œil et au rayonnement thermique

Spectre solaire comparé à la sensibilité de l’œil et au rayonnement thermique

3.4 Transparence

3.4 Transparence Transparence d’un verre courant, d’un verre réfléchissant et d’un verre acrylique Transparence

Transparence d’un verre courant, d’un verre réfléchissant et d’un verre acrylique

Transparence d’un verre en fonction de la teneur en oxyde de fer