Vous êtes sur la page 1sur 3

http://lycee-

cherioux.fr/Mooc/materiau/traitements_sols/~gen/traitement.publi/auroraW/co/traitement_46.ht
ml

2.1. Caractéristiques des matériaux

2.1.1.

Matériaux utilisables dans le corps des remblais courants

La première réflexion à entreprendre dans le domaine de la conception desremblais routiers est celle
de la définition des matériaux pouvant êtreacceptés pour la réalisation de ces ouvrages.Pour ce faire,
on peut considérer comme acquis les éléments suivants :

A.

Les matériaux dont l’utilisation en remblai est la plus critique sont ceuxqui présentent un caractère
soluble, putrescible ou polluant. Vis-à-vis deces caractères, le tableau 1 ci-après propose quelques
valeurs seuilspouvant être considérées comme admissibles.

B.

En deuxième lieu, la nécessité pour un remblai d’avoir acquis sa stabilitédéfinitive quasi


immédiatement après la fin de sa construction, imposeque les matériaux utilisables aient des
caractéristiques géotechniqueselles-mêmes parfaitement stables. Cela exclut l’emploi, d’une part,
desmatériaux très argileux qui sont sujets aux phénomènes de retrait-gonflement en fonction des
conditions climatiques et des modifications deleur environnement hydrique et, d’autre part, des
matériaux issus deroches évolutives, notamment argileuses, dont la structure peut sedégrader
brutalement après quelques cycles d’imbibition-séchageentraînant des déformations et même des
ruptures.Pour les sols très argileux, on peut considérer que le seuil d’acceptabilitégénéralement
admis correspond à un indice de plasticité

50.Pour les matériaux rocheux évolutifs, l’expérience n’est pas suffisantepour fixer des seuils précis.
On retiendra toutefois que les matériaux lesplus critiques sont issus de roches argileuses (schistes,
marnes, argilites,etc.) difficilement fragmentables à l’extraction et durant les différentestriturations
subies à la mise en œuvre, mais par contre très dégradableslorsqu’ils sont soumis à des cycles
saisonniers d’imbibition-séchage

Matériaux utilisables dans les remblais de grande hauteur,dans les remblais “techniques” ou dans
certaines parties sensibles des remblais

A.

Pour les remblais de grande hauteur (> 15 m), la règle habituelle estd’utiliser en totalité des
matériaux insensibles à l’eau (moins de 5 %d’éléments < 63
μ

m) issus de roches saines (non évolutives) ou d’originealluvionnaire et, dans ce cas, les règles de
conception et de constructiondes remblais courants sont pour l’essentiel transposables à
cesouvrages.Bien entendu, les remblais de grande hauteur peuvent également êtreconstruits avec
des matériaux de caractéristiques moins sécuritaires (solsfins argileux notamment). Dans ce cas, leur
conception et leur réalisationne s’appuient plus seulement sur les règles empiriques
évoquéesprécédemment, mais font aussi un large appel à des études spécifiquesde mécanique des
sols et des roches au même titre qu’un ouvrage d’art.

B.

Dans les parties de remblai risquant de se trouver inondées, mêmeexceptionnellement et durant une
période très courte, il est classiqued'utiliser des matériaux insensibles à l’eau (tels que définis ci-
dessus)dont les propriétés mécaniques sont conservées pendant et aprèsimbibition. Des sols traités
avec de la chaux ou des liants hydrauliquespeuvent également être utilisés dans la mesure où leur
stabilité à l’eauà l’âge de l’apparition probable de l’inondation a été vérifiée. Lorsqueaucune des
deux options précédentes ne peut être retenue, d'autrestypes de sols peuvent être utilisés si, au
préalable, la stabilité mécaniquedu remblai a été démontrée en conditions immergées et durant la
baissedu niveau de l'eau (vidange rapide).Si des courants hydrauliques longitudinaux ou du batillage
sontpossibles, des dispositions particulières pour la protection des talus sontà étudier
spécifiquement.

C.

Pour réaliser le mètre supérieur des remblais, il faut organiser lemouvement des terres de manière à
réserver, à cette partie, lesmatériaux les plus frottants et les moins sensibles à l’eau afin
d’optimiserla portance de la plate-forme support de la chaussée. Des gains trèssubstantiels sur le
dimensionnement de la structure de chaussée peuventêtre obtenus par une application rigoureuse
de cette règle.

D.

Pour les remblais de raccordement aux ouvrages d’art, les remblais detranchées, et d’une manière
générale tous les petits remblais degéométrie complexe, il est recommandé d’utiliser dans la mesure
dupossible des matériaux granulaires insensibles à l’eau relativement fins ethomométriques du type
sables de dune, car leur mise en place n’exigepas une énergie de compactage élevée et permet donc
l’utilisation depetits compacteurs très maniables. Lorsque de tels matériaux ne sontpas disponibles,
on peut utiliser les matériaux de corps de remblaisordinaires, mais en accordant une attention
particulière à l’exécution età la vérification du compactage (épaisseur des couches compatibles
avecla puissance des compacteurs utilisés en particulier).

E.

Pour la réalisation d'ouvrages en terre renforcés par différentesinclusions (métalliques, plastiques,


etc.) tels que des murs desoutènement, il est également recommandé d’utiliser dans la mesure
dupossible des matériaux insensibles à l’eau dont le Dmax est compatibleavec le procédé de
renforcement retenu. Cette règle générale esttoutefois précisée par des spécifications particulières
applicablesà chaque type de procédé de renforcement.
https://fr.scribd.com/document/83550718/Recommandations-remblais-routiers

Centres d'intérêt liés