Vous êtes sur la page 1sur 3

INTRODUCTION : L'HOMME DE VÉRITÉ

Yves Charles Zarka

Centre Sèvres | « Archives de Philosophie »

2002/2 Tome 65 | pages 227 à 228


ISSN 0003-9632
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-archives-de-philosophie-2002-2-page-227.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.0.26.235 - 07/11/2017 02h42. © Centre Sèvres


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Yves Charles Zarka, « Introduction : l'homme de vérité », Archives de Philosophie
2002/2 (Tome 65), p. 227-228.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.0.26.235 - 07/11/2017 02h42. © Centre Sèvres

Distribution électronique Cairn.info pour Centre Sèvres.


© Centre Sèvres. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


MICHEL FOUCAULT ET LA SUBJECTIVITÉ

Introduction : l’homme de vérité


YVES CHARLES ZARKA
CNRS Paris

Les textes réunis dans ce dossier sur « Foucault et la subjectivité »


concernent la dernière partie de l’œuvre, celle que Foucault élabore, entre
1980 et 1984, en particulier dans ses cours au Collège de France, autour
d’une analyse des modalités d’accès du sujet à la vérité, analyse qui va
prendre la forme d’une histoire de la subjectivité. La publication de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.0.26.235 - 07/11/2017 02h42. © Centre Sèvres

l’éblouissante première leçon du cours de l’année universitaire 1981-1982 (il


s’agit de la leçon du 6 février 1982) dans la revue Cités 1, puis la publication
intégrale du cours de 81-82 2 permettent de renouveler non seulement la
lecture des deux derniers volumes de l’Histoire de la sexualité 3, mais aussi
l’ensemble de l’œuvre. On peut même aller plus loin : la vigueur des
positions de Foucault conduit à une nécessaire réévaluation du statut de la
subjectivité dans le Monde antique et à l’Epoque moderne.
De quoi s’agit-il ? D’une question que n’aurait sans doute pas soupçon-
née le lecteur de l’Histoire de la folie ou celui de Les mots et les choses, à
savoir de l’homme comme sujet pour lequel il y va, dans son être même, de
la vérité. La constitution de l’homme comme sujet, de quelque manière
qu’elle se produise, engage un rapport à lui-même qui est en même temps un
rapport à la vérité. L’accès de l’homme à lui-même est une façon d’être par
rapport au vrai et au faux. De sorte que, pour Foucault, l’histoire de la
subjectivité est indissociable d’une histoire de la vérité :

1. Cités, 2/2000, Paris PUF, p. 143-178. Le dossier principal de cette revue est en outre
composé d’études entièrement consacrées à Foucault.
2. Michel F, L’herméneutique du sujet, Cours au Collège de France, 1981-1982,
édité par Frédéric Gros, Paris, Gallimard/Le Seuil, 2001.
3. Michel F, Histoire de la sexualité, vol. 2, L’usage des plaisirs, Paris, Gallimard,
1984 ; et Histoire de la sexualité, vol. 3, Le souci de soi, Paris, Gallimard, 1984.
228 Y.C. ZARKA

« Il apparaissait qu’il fallait entreprendre maintenant un troisième déplacement


pour analyser ce qui est désigné comme ‘le sujet’ ; il convenait de chercher
quelles sont les formes et modalités du rapport à soi par lesquelles l’individu se
constitue et se reconnaît comme sujet [...] Une histoire qui ne serait pas celle de
ce qu’il peut y avoir de vrai dans les connaissances ; mais une analyse des jeux de
vérité, des jeux du vrai et du faux à travers lesquels l’être se constitue historique-
ment comme expérience, c’est-à-dire comme pouvant et devant être pensé. A
travers quels jeux de vérité l’homme se donne-t-il à penser son être propre quand
il se perçoit comme fou, quand il se regarde comme malade, quand il se réfléchit
comme être vivant, parlant, travaillant, quand il se juge et se punit comme
criminel ? A travers quels jeux de vérité l’être humain s’est-il reconnu comme
être de désir ? »4

C’est probablement autour de cette question du sujet et de la vérité que


la pensée de Foucault atteint sa portée philosophique la plus profonde, non
qu’elle se constitue en un quelconque système, mais parce que s’y nouent
très intimement la relecture d’un champ historique et la question philoso-
phique majeure de l’accès à la vérité.
Les trois textes qui suivent ont pour objet de mettre en évidence la force
de renouvellement engagée dans l’idée d’une histoire de la subjectivité, mais
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.0.26.235 - 07/11/2017 02h42. © Centre Sèvres

aussi ses difficultés, en particulier dans le rapport entre l’Antiquité et


l’Epoque moderne. Ils avaient primitivement été présentés sous la forme de
trois leçons à la Bibliothèque Nationale de France dans le cadre d’une
journée consacrée à « Foucault et la subjectivité ». Je remercie les responsa-
bles des manifestations culturelles de la BNF d’avoir autorisé cette publica-
tion, ainsi que les Archives de Philosophie de les avoir accueillies.

4. L’usage des plaisirs, Paris, Gallimard, 1984, p. 12.