Vous êtes sur la page 1sur 50

RAPPORT DE TP BOIS

Dimensionnement
d’une Structure Portique en Bois
INTRODUCTION

L’évolution de l’industrie et des changements récents en terme de production de ce materiaux


ainsi que des codes de calcul des structures en bois, ont étendu les possibilités d’utilisation du
bois et des nouveaux systèmes constructifs d’ingénierie en bois capables de plus longues
portées et d’une plus grande capacité portante.

En effet, le bois comme matériaux de construction se prête bien pour la réalisation des
bâtiments commerciaux d’un à quatre étages.

Combinés au Cahier pratique de calcul et d’estimation, l’utilisation du bois dans le domaine


de construction des batiments à faible hauteur, devrait ouvrir de nombreux nouveaux horizons
aux prescripteurs du bois.

Outre les facteurs économiques, les questions environnementales peuvent jouer un rôle dans
la prise des décisions de construction de bâtiments. À ce chapitre, le bois dispose des
avantages suivants :

• Le bois est le seul matériau de construction majeur qui soit renouvelable.


• Le bois génère moins de pollution à l’étape de la fabrication et consomme moins
d’énergie que les autres matériaux de construction.
• Le bois procure de plus grandes économies d’énergie du fait de sa performance
thermique supérieure.

Le présent rapport vise le calcul d’un bâtiments à un niveau constitué de portiques


équidistants et identiques.

En un premier lieu, on abordera les généralités et principes de dimenssionnement, puis on


traitera le calcul et l’estimation des charges sollicitant le batiment, notement celle
climatiques : neige et vent conformément au CPC marocain NV65 Maroc.

En outres, on abordera le calcul et dimenssionnement de la structure conformément aux règles


de calcul EC5 et CB71 (en cas de nécessité).

Ensuite, on établira un modèle de calcul sous le logiciel Robot et on comparera les résultats
de calcul manuel et celui automatique.

Finalement, on élaborera une estimation quantitative et budgetaire du projet.


SOMMAIRE

I- PRESENTATION DU BATIMENT ----------------------------------------------------------------------

II- CALCUL DES CHARGES --------------------- ----------------------------------------------------------

III- CONCEPTION ET PRE-DIMENSSIONEMENT -----------------------------------------------------

IV- DIMENSSIONEMENT DES ELEMENTS DE LA STRUCTURE ----------------------------------

IX- AVANT METRE ET ESTIMATION DES QUANTITES -----------------------------------------

X- ANNEXES ----------------------------------------------------------------------------------------------
PRESENTATION DU BATIMENT
Le batiment, objet de cette étude pratique, est un hangar constitué de 4 portiques de 9m de
portée et espacés de 5m chacun et s’étalant sur un terrain d’une superficie de 180m².
La figure ci-dessous shématise ce batiment :
Géométrie du bâtiment :
Le bâtiment de forme
prismatique simple, comporte 4
façades dont les deux façades
« avant » et « arrière » disposent
de deux grandes portes (L x H =
300 x 300) et deux chassis de
(300 x 100).
Le clos du bâtiment est assuré
par quatre murs en maçonnerie
constituant un appuis linèaire
pour la charpente bois du toit.
La fléche du toit est de 1.5m, soit
un angle d’inclainison à
l’horizontale de 18°.

Localisation du bâtiment :
A fin de pouvoir évaluer les
charges climatiques agissant sur
le batiment, on supposera que
ce dernier est situé en zone
2 d’après le CPC NV65, soit :
Q(10) = 068 daN/m² (normal)
Q(10) = 119 daN/m² (extrème)

La pression statique de calcul


du vent est donnée par la
formule suivante :
On présente ci-dessous en résumé les différentes étapes à suivre pour estimer les pressions du
vent agissantes sur un batiment conformément aux règles NV65 :

En ce qui concerne le coefficient β couvrant les effet dynamique, étant donné que la hauteur
du batimen H est < 10m, on prend : β = 1

Pour la charge due à la neige accumilée sur le toit, on prend :


- Neige normale : Pn1 = 40 daN/m²
- Neige extrème : Pn2 = 80 daN/m²

On suppose : - qu’il y a pas de risque d’accumulation, donca pas de situation accidentelle)


- que la toiture ne contienne pas de barre à neige (pas de retenue).
CALCUL DES CHARGES
En plus des charges permanantes et d’exploitation, l'action du vent et l’accumulation de la
neige sur l’ouvrage et sur chacun de ses éléments peuvent etres plus dimenssionnants.
Le vent dépend des caractéristiques suivantes :

• Vitesse du vent.
• Catégorie de la construction et de ses proportions d’ensemble.
• Configuration locale du terrain (nature du site : normal).
• Position dans l’espace : (constructions reposants sur le sol ou éloignées du sol)
• Perméabilité de ses parois : (% de la surface des ouvertures dans la surface totale)

On admet que le vent a une direction d’ensemble moyenne horizontale, mais qu’il peut venir
de n’importe quel côté.

On applique les prescriptions NV65 relatives aux constructions prismatiques


à base rectangulaires reposants sur le sol pour calculer les différent
coefficients de pression/depressions interieurs et exterieurs :
On calcul tout dabor le coefficient γo, comme suit :

On obtient : γa = 1.00 et γb = 0.94

Le règlement NV65 spécifie les étapes de calcul à suivre pour obtenir les coefficients Ce et Ci
en fonction du type du batiment étudié, dans notre cas il s’agit d’un batiment prismatique à
base rectangulaire avec deux ouverture opposées sur les deux façades pigion.

Les organigramme ci-dessus résument les différents cas de calcul enviseageables :

1- Calcul du coefficient d’action resultant Cr = Ce – Ci :


Organigramme global de calcul est comme suit :

- La surface total de la façade pignon est : 4 x 9 + 9 x 1.5 / 2 = 42m²


- La surface des ouvertures est : 3 x 3 + 2 x 3 x 1 = 15m²
- Soit une pérmiabilité de 36%, d’où le calcul peut etre conduit on supposant la
construction ouverte sur les deux façades pignon.

Les calculs sont menés de la manière suivantes pour chaque direction d’incidence du vent
considérée (0° et 90° ; la structure étant symetrique les resultats seront les memes pour les
autres directions de vent 180° et 270°) :

1- Calcul des coefficient d’action Ce agissant sur les paroies verticales au vent et sous le
vent à tour de role pour chaque paroi.
2- Calcul des coefficient d’action Ce agissant sur la toiture au vent et sous le vent à tour
de role pour chaque versant.
3- Calcul des coefficient d’action Ci de la meme manière.
4- Calcul du coefficient resultant Cr et homogénisation en pressions/surpressions.
5- Calcul des pressions resultantes.
On calcul les paramètres :
a b
Région 2 Ks 1 AB 15 BC 9
q(10) normal 68 Kh 0.9 CD 15 DA 9
q(10) N corrigé Km 1 λa = h/a 0.40 λb = h/b 0.67
q(10) extrême 119 ᵟ 0.83 γ0a 1 γ0b 0.94
q(10) E corrigé h 6 f 1.5 Tg α 0.333

2- Calcul du coefficient d’action extérieure Ce :


On suit la démarche suivante (les différentes abaques de calcul sont jointes en annexe 1) :

Pour le calcul des « Ce » relatifs aux parois verticales, on utilise les deux formules indiquées
ci-dessus : (face au vent : CO = +0.8 et face sous le vent : CO = 0.8 – 1.3γ0).
Pour le calcul des « Ce » relatifs à la toiture, on utilise l’abaque des toitures simples uniques
(voire annexe 1) fournissant « Ce » en fonction du rapport f/h.
Dans notre cas (f = 1.5m < h/2 = 5.5/2 = 2.75) et Tg (α) = 0.333 donc : α = 18° ;
avec : γ0a = 1 et γ0b = 0.94 (vu que ces deux valeur sont rapprochées, on peut
prendre pour simplification : γ0a = γ0b = 0.98)
 lecture depuis l’abaque
On obtien les resultats suivant pour le calcul du coefficient Ce (le fichier de calcul excel
établit est joint sur CD et en Annexe 2) :

3- Calcul du coefficient d’action extérieure Ce :


On suit la démarche suivante (ici cas de structure ouverte à deux parois opposées ouvertes) :
Le calcul du coefficient Ci est fonction de la permiabilité et de la face objet du calcul :

On obtien les resultats suivant pour le calcul du coefficient Ci (le fichier de calcul excel
établit est joint sur CD et en Annexe 2) :

Par la suite on calcul le coefficient resultant homoginisé en pression/dépression : Ce = Ce – Ci


Les valeurs de Cr comprise entre 0 et 0.30 ou entre -0 et -0.30, sont prises remplacées
respectivement par 0.30 ou -0.30, conformément aux priscriptions du CPC NV65.
4- Calcul des pressions dynamiques :

Le CPC NV65 Maroc, prescrit les valeurs minimales et maximales des pressions dynamiques
à corriger comme suit :

Nota : la majorité des logiciels de calcul de


structure permettant de générer les charges du
vent ne tiennent pas compte des limites
minimales et maximales du coefficient d’action
Cr ni des pressions dynamiques corrigées
limites, de ce fait, les resultats obtenus par
calcul manuel seront différents.

Après correction on a :
Ces pressions sont à multiplier par le coefficient reducteur δ lors des vérifications et calculs
locaux en fonction de la longueur de l’élément objet concerné par le calcul :

élément Dimension δ
poteau 4.00 0.88
chevron 5.00 0.86
arbalétrier 4.75 0.86
poinçon 1.50 0.93
entrait 9.00 0.83
5- Estimation des charges gravitaires verticales :
Pour estimer les charges permanante
agissante sur une toiture en ferme
traditionelle en bois, on tien compte
des charges suivantes (cf. aux
indications NFP 06-001 et/ou EC1) :
- Poids propre (γbois = 7 KN/m3)

- Acier ondulé : 0,074 kPa


- Contreplaqué 12,5mm : 0,079 kPa
- Isolant termique175mm : 0,035 kPa
- Panneaux sec 12,5mm : 0,125 kPa
- Divers équipements : 0,250 kPa
--------------
Soit une charge G totale de : 0,563 kPa
(hors poids propre de la toiture)

En ce qui concerne les charges d’exploitation, la toiture ne contenant pas de comble on ne


tient compte que d’une charge de service et d’entretien telles qu'elles sont définies par la
norme NF P 06-001.

Elles doivent être appliquées pour les barres d'arbalétriers, et pour les barres d'entraits des
combles perdus, dans les zones où la hauteur libre pour la circulation au-dessus de ces barres
est au moins égale à 1,20 m.
Dans la présente étude, on appliquera ces charges que sur les arbaletriers, vu que la fleche de
la toiture est trop faible (1,50m), donc on suppose qu’elle ne reprendrera pas directement des
actions de service et d’entretien.
On prend comme valeur le poid de deux personnes avec leurs équipement de travail répartie
sur chaque arbaletrier, soit : q = (2x100daN)/4.75m = 42daN/m (soit : Q = 43/5 = 9daN/m²).
Cette charge n’est jamais ponderée lors des calculs (Kq = 1).
Donc on a les cas de charge suivant :
- Charges dues au vent (normal ou extreme : cas par cas)
- Charges dues à la neige (gravitaire verticale)
(neige normale = 40 daN/m² ou neige extreme = 80 daN/m²)
- Charges permanantes : G = 60 daN/m²
- Charge d’exploitation : Q = 10 daN/m²
En cas de structure portique (ferme sur poteaux) et à
fin de répartir les charges surfaciques dues au vent et à
la neige en charges linéaires sur les chevrons et
poteaux des portiques, on supposera que chaque
portique reprend deux demi-espacements de 2.5m de
large, soit une largeur totale de 5m par portique, sauf
les deux extremes.
Pour le dimenssionnement, on se base sur les portique
intermediaires.
La longueur du batiment (15m) étant relativement pas trop importante (γa = h/a > 0.5), on
admet que l’effort du vent est répartie constament sur toute la grande façade (a).

6- Présentation graphique des différents cas de charge :


A présent, on néglige le poids propre des éléments barres du portique et on en tiens compte
par la suite lors de la re-vérification des contraintes et des déformations.
Les shéma ci desous résume les charges équivalentes linéaires non pondérées et réparties par
portique, ces charges sont répartie par la suite plus précisement en fonction de l’élément à
dimenssionner, le vent étant normal (choix du maitre d’ouvrage et en fonction de l’importance
vitale du batiment) pour faire un dimenssionnement normal :

Les différents cas de charge dues à la neige se présentent comme suit :


Pn =0.4 [kN/m2] Surcharge normale de neige [NV65 2,2 & 3,1]

P'n =0.6 [kN/m2] Surcharge extrême de neige [NV65 2,2 & 3,1]

P''n =0.8 [kN/m2] Surcharge accidentelle de neige [NV65 2,2 & 3,1]

Dans le présent cas, on ne tiendra compte que de la surcharge normale qui sera pondérée par
la suite pour le dimensionnement des éléments de la structure. Soient :
- Charge de neige normale horizontale uniforme : q  P .e = 1.8 daN/m²
un i n

- Charge de neige normale uniforme sur le rampant : quni ,r  Pn .e. cos( ) = 1.7 daN/m²

A fin de tenir compte du risque d’accumulation excessive de la neige sur la toiture, ces valeur
peuvent etre multipliée par un coefficient de 2.
Les charges de la neige normale horizontales (projection à la verticale) sont comme suit :

Dans le present sujet, on tien pas compte des valeurs limites des charges dynamique corrigées
du vent conformement aux prescriptions (NV65) àfin de modérer les cas des charges
sollicitant le batiment :

Vent en surpression gauche et droite

Vent en dépression gauche et droite

Le vent perpendeculaire aux façades pignons génére les cas de charge ci-dessous :
Ces charges sont affectées par portique ; non-ponderées ; non réduit dynamiquement et
calculées à base d’une bande de largueur de 5m (= entre-axe des portique).
7- Combainisons de charge :
En fonction de l’état limite de calcul et de l’élément à calculer, il faut les multiplier par le
coefficient pondérateur « Kp » suivant :
Pondérations à l’ELU Pondérations à l’ELS
élément L δ Kp (G) Kp (Q) Kw (G) Ks (Q) Kp (G) Kp (Q) Kw (G) Ks (Q)
poteau 4 0.88 1.19 0.88 1.25 1.17 0.88 0.88 0.88 0.88
chevron 5 0.86 1.16 0.86 1.22 1.14 0.86 0.86 0.86 0.86
arbalétrier 4.75 0.86 1.16 0.86 1.22 1.14 0.86 0.86 0.86 0.86
poinçon 1.5 0.93 1.26 0.93 1.32 1.24 0.93 0.93 0.93 0.93
entrait 9 0.83 1.12 0.83 1.18 1.10 0.83 0.83 0.83 0.83
d'après NV65 on a : Kg = 1.35 Kq = 1.00 Kw = 1.42 Ks = 1.33 Kg = 1.00 Kq = 1.00 Kw = 1.00 Ks = 1.00

A base de ces cas de charges simples on établit les combainisons des charges qui serviront
pour le dimenssionnement et les vérifications par la suite :
- A l’ELU : δi x (Kg x G + Kq x Q + Ks x S + Kw x W)
- A l’ELS : δi x (G + Q + S + W)
Les charges à effet favorable sont à negliger lors de leur combainison avec d’autres charges à
effet défavorable, par exemple : en cas de dépression exterieur du vent, cette charge n’est pas
combinée avec la surcharge d’entretien et de service Q).
Les resultas envellopes de ces cas représentent les cas de charge de dimenssionnement et de
vérification à considérer pour le calcul de chaque élément .
Lors des vérification globales, il n’est pas necessaire de multiplier ces charges par le
coefficient reducteur δi.
CONCEPTION ET PREDIMENSSIONNEMENT
Elles existent de nombreuses possibilités de conception des fermes de structure en bois, dont
le mode de fonctionnement et de transfert des charges différent énormément en fonction du
montage et de la répartition des différents éléments entre eux.
Dans la présente etude on adoptera une ferme traditionelle à entrait, poinçon et contreforts
sous l’arbaletrier (tel que indiqué sur le shéma ci-contre).

1- Mode de fonctionnement et de transmission des charges dans la ferme :


Les charges surfaciques acceullies par les
liteaux sous la couverture de la toiture sont par
la suite réparties sur les chevrons qui
transmettent à leur tour ces dernières aux
l’arbaletriers par le biais de deux pannes
intermediaires disposées à l’oblique (suivant la
pente de la toiture) entre la panne sabliaire et la
pannes faitière.

Le poinçon, l’entrait et les contre-forts


permettent de réduir la flexion des arbaletriers, ainsi le poinçon constituant l’appuis des
arbaletriers et de la panne faitière receuillit les charges et les transmet à l’entrait, ce dernier
reposant sur deux poteaux (ou sur un mur) les leur transmet par la suite … jusqu’au fondation.
En vu de faciliter les calcul, on décompose les charges dans les repères locaux :

Cette décomposition facilite aussi les calculs


et vérifications des éléments sous les
différents charges projetées verticalement
aussi que horizontalement sur l’élément
concerné.
Les semelles de fondation (sous les poteaux) reçoivent les efforts horizontaux agissant aux
appuis de la ferme sous forme de moments renverssants transmis par les poteaux travaillant en
flexion composée.
2- Prédimenssionnement des éléments de la toiture :
En vu de pré-définir les sections des éléments d’une manière rapide et pouvoir estimer leur
poids propre des élément par la suite, ils existent des des tableaux pratiques qui proposent les
sections à donner aux membrures d’une charpente, en fonction de leur portée et de leur
écartement (cf. annexe 3).
Les sections définitives à retenir ne seront justifiées que par calcul complet à base des
sollicitations et efforts internes dans l’élément ainsi que des conditions admissibles de
déformation et de fléche.
Prédimenssionnement des pannes :
Les pannes reposant sur les fermes, présentent des portées
L = 5m et étant placées le long de l’arbatelier qui fait
4.75m < 5m, on adopte un ecartement C = 4.75/2 =
2.35m (soit C = 3m). D’après le tableau 3.3 de l’annexe
3, on opte à la section suivante :

Pannes (b x h) = (125mm x 160mm)


Prédimenssionnement des chevrons :
Les chevrons reposant sur les pannes dont l’écartement est
L = 2.35m (soit C=3m), on adopte donc pour leur
ecartement Cmax = 1.6m < 2.40m.
D’après le tableau 3.2 de l’annexe 3, on opte à la section
suivante :

Chevrons (b x h) = (60mm x 100mm)

Prédimenssionnement du lattage (liteaux) :


Les liteaux de la toiture reposant sur les chevron dont l’écartement est L = 1.60m, on adopte
donc pour leur ecartement Cmax = 0.5m < 1.60m.
D’après le tableau 3.2 de l’annexe 3, on opte à la section suivante :

Liteaux (b x h) = (48mm x
40mm)

3- Pré-détérmination de la
section des
Arbaletriers :
En ce qui concerne
l’arbaletrier, pour effectuer
son pré-dimenssionnement, on effectue tout d’abord la descente et répartition des charges G et
Q.
Le chevron repose sur 3 pannes (faitière –
intermediaire – sablière), la panne
intermediaire transmet en force concentrée
au milieu de l’arbaletrier l’ensemble des
charges pouvant agir sur la toiture. Pour ce
pré-dimenssionnement on ne tient compte
que des charges G et Q :
- Charge linéaire : g = 303 daN/m + 700x(0.06x0.10) daN/m = 310 dan/m
- Charge linéaire : q = 050 dan/m
Soit la charge totale : qt = g + q = 360 daN/m
Les réactions à l’appuis intermediaires sont donc (dans le repère local du chevron) :
- Réaction normale : Rin = 360 x cos(18°) x 2,35 = 805 daN
- Réaction tangante : Rit = 360 x sin(18°) x 4,75 x 2/3 = 352 daN (simplifiée)
Donc l’arbaletrier reçoit une force concentrée verticale (dans son repère local) de 805 daN,
cela permet d’effectuer sont prédimenssionnement comme suit (on néglige le contre-fort) :
I > 200.F.l²/(48xE) - pour f < L/200 : cas des arbaletriers,
d’où I=bh3/12 > 6840 cm4
En adoptant b=100mm, on obtient h>220mm, soit : Arbaletrier (bxh) = (100x220)mm²

4- Pré-détérmination de la section des Poteaux :


Pour prédimenssionner les poteaux (de section rectangulaire ou circulaire) on évalue la charge
axiale les sollicitant d’une manière rapide comme suit :
- charge totale projetée : qt = 1.35g + q = 1.35x300 + 50 daN/m = 455
- résultante : 455daN/m x 4.75m = 2200 daN
On vérifie ce poteau à la compression et au flambement pour une section Bmin = 140 cm²
conformément aux prescriptions de l’EC5 :
On adopte : Poteaux (bxh) = (120x120)mm²
5- Pré-détérmination de la section du Poinçon et des contreforts :
De la méme manière que les poteaux, on vérifie les poinçons sous le chargement :
2x(455daN/m x 4.75m) = 4400 daN.
Pour simplification on adopte la meme section aux contre-forts des arbaletriers et on revérifie
lors du dimenssionnement. On adopte : Poinçon et contreforts (bxh) = (90x90)mm²
6- Pré-détérmination de la section de l’Entrait :
L’entrait est une poutre horizontale (bi-
encastrée ou birotulée aux extrimités) qui
reçoit, à son milieu, une charge concentrée
représentant la moitié du chargement
agissant sur un portique :
F = 1.35x1475 + 240 = 2200 daN

I > 200.F.l²/(48xE) - pour f < L/200 : cas des entraits, d’où I=bh3/12 > 67 500 cm4
En adoptant b=100mm, on obtient h>500mm, soit : Entrait (bxh) = (100x500)mm²

7- Récapitulatif :
CALCUL DES PORTIQUES
PAR LA METHODE DES DEPLACEMENTS
DIMENSSIONNEMENT SELON EC5
A base des charges estimées et du prédimenssionnement des éléments, on effectue le
dimenssionnement des éléments de la structure conformément à l’EC5.
En un premier lieux on calcul les sollicitations internes dans les différents éléments à savoir :
1- Les liteaux
2- Les chevrons
3- Les pannes faitière, intermediaire et sablière
4- Les poinçons et les contre-fort
5- Les Arbaletriers et les poteaux
Ce calcul se fait sous les différents cas de charge évoqués précédement, à savoir :
1- Charges permanantes
2- Charges d’exploitation
3- Charges de neige normale
4- Charge du vent normal
En raison de simplification, on remplace les force concentrées sur l’arbaletriers par la charge
linéaire répartie équivalente tant pour les charges G, Q et S aussi bien que W.
1- Dimenssionnement des liteaux :
Les liteaux constituent les petites poutrelles recevant la couverture de la toiture et
transmettant ainsi l’ensemble des charges projetées et gravitaires sur le plan incliné de la
toiture aux chevrons (les liteaux étant deversés).
Espacés de 0.5m (d’après le prédimenssionnement) et ayant une portée de 1.6m ; (on adopte
1.5m) pour mieux adapter la répartition des chevrons ( 15ml/1.5ml = 10 espacements, soit 11
chevrons) ; chaque liteau reçoit les charges suivantes :
- g = 0.5m x 40daN/m² = 20 daN/m (on néglige le poid propre du liteau)
- q = 0.5m x 10daN/m² = 05 daN/m
- s = 0.5m x 40daN/m² = 20 daN/m
- w = 0.5m x 35daN/m² = 18 daN/m
(d’après les cas de charge de vent normal le plus défavorable calculés précédement)
Soit la charge totale à l’ELU (pas de réduction dynamique δ) :
Pu = (1.35x20 + 5 + 1.33x20 + 1.42x18) daN/m = 85 daN/m
Soit la charge totale à l’ELS (pas de réduction dynamique δ) :
Ps = (20 + 5 + 20 + 18) daN/m = 63 daN/m
Dans le présent cas le dimenssionnement tiendra compte de :
- la panne deversée suivant le rampant (α=18° / pente 33%) de section 4x6 cm²
- la non présence d’un dispositif d’anti-deverssement des panne
- l’effort latéral ramené par les chevrons
- du cas de soulèvement en dessous par le vent
- le bois est massif de classe C24
Liteaux (bxh) = (40x60)mm²

2- Dimenssionnement des Chevrons :


Les chevrons repose sur 3 appuis (pannes) et reçoivent
les charges issues des liteaux, 11 liteaux transmettent au
chevrons espacés de 1.5m :
- g = 1.5m x 40daN/m² = 60 daN/m
- q = 1.5m x 10daN/m² = 15 daN/m
- s = 1.5m x 40daN/m² = 60 daN/m
- w = 1.5m x 35daN/m² = 53 daN/m
La section initiale étant : 60x100
Chevrons (bxh) = (60x120)mm²

3- Dimenssionnement des Pannes :


Les pannes de la toiture sont constituées à partir de poutres longs de 15/3 = 5ml, reposant sur
les portiques, soit des poutres de 5m de portée.
Chacune des pannes (La section initiale étant : 60x100) reçoit les charges depuis 6 cheverons
(3 par travée), ces charges doivent etre projetées dans le repère local de chaque panne.

Pour cela on calcul


les réactions des
appuis du
cheveron sous les
différents cas de
charges à l’ELU :
Panne intermediaire :
Chaque chevron applique sur la panne deversée de 18° et articulés à ces extrimités les efforts
dus aux différent cas de charge comme suit :
- RH = 1.50/5x(1.35x60+15+1.33x60)x4,75x2/3xsin(18°) = 52 daN
- Rv = 1.50/5x[((1.35x60+15+1.33x60)xcos(18°)+1.42x53)x4,75/2] = 173 daN

Soit le shéma de charge suivant :


La panne intermediare étant
deversée, on peut disposer des
antideverseurs dans le sens du
deverssement, en un premier lieu
on y opte pas.

Pour la vérification des fléches l’EC5 prescrit pour les pannes :


Pannes intermediaires (bxh) = (125x160)mm² Insuffisante

On remarque qu’avec la section 125x160mm² le taux de travail en flexion dan la panne


dépasse 100% (Vfy = 152% et Vfz = 132%) ainsi que celui du cisaillement Vd = 125%, d’où
la nécessiter d’augmenter la section (bxh) jusqu’à atteidre une solution optimale (% travail <
100% obligatoir et < 90% recommandé). Avec une section de 160x200mm² :
On remarque que l’ELS est dimenssionnant de la panne intermediaire :
- Pour satisfaire les conditions de résistance à l’ELU la section minimale est : 160x180mm²
- Pour satisfaire les conditions de fléche à l’ELS la section minimale est : 160x200mm²

Pannes faitière :
De la meme manière on évalue les
charges sur les pannes faitières
étant non-deversées, on peut
disposer des antideverseurs dans le
sens du deverssement, en un
premier lieu on y opte pas.

- RH = [1.50/5x1.42x53x4,75/4xcos(18°)] x 2 = 52 daN

- Rv = 1.50/5x[(1.35x60+15+1.33x60+1.42/2x53xsin(18°))x4,75/2] x 2 = 268 daN

On multiplie la composante vertiocale par 2 vu que la panne faitière reprend


les 2 versants de la toiture, cela n’est pas valable pour la composante
horizontale due au vent vu qu’elle n’en reprend qu’une part du coté d’un
seul versant.

On remarque que la pose d’aplombe des pannes les fait soulager vis-à-vis de la flexion,
toutefois, cette pose necessite une bonne preparation, plus de travail et finition pour amènager
des pieds horizontaux intermediaires dédiés à cette pose sur les arbaletriers notement pour les
pannes intermediares.
Panne faitière (bxh) = (160x200)mm²
Pannes sabliaire :
Le pannes sablières sont identiques aux pannes faitières en ce qui concerne le mode de pose et
la reprise des charges, à l’exception qu’elles ne supportent que la motié des charges que
supporte la panne faitière plus une part d’effort équivalent à la présence de partie en porte-à-
faux (console de 50cm), d’où leur largeur de chargement : 4.75/4+0.50 = 1.70m.
Panne sablière (bxh) = (160x180)mm²

4- Dimenssionnement des Anti-deverseurs (entretoises) :

Afin de minimiser le deversement des pannes sous l’effets des


composantes horizontales inclinées suivant la pente du toit
(33%) et qui sont acheminées par les chevrons posés sur les
pannes, on place des anti-deverseurs (entretoises).

A l’issu du dimenssionnement des pannes, on déduit à partir


des composantes horizontales transmises aux arbaletriers, les
charges à acheminer par les anti-deverseurs :

Donc chaque entretoise reprend les composante


maximales suivantes :
- GH = 85x2 = 170 daN
- QH = 100x2 = 200 daN

Pour des entretoises de section 80x80mm², on obtien les resultats suivants :


Anti-deverseurs (bxh) = (80x80)mm²

5- Dimenssionnement des Arbaletriers :


Afin de pouvoir étudier facilement l’arbaletrier, il vaut mieux distinguer entre deux cas à
calculer, comme suit :

Chargements réactions aux appuis

Dans le présent cas, on suppose que les pannes sablière et faitière sont idépendantes de
l’arbaletrier et ne lui transmettent aucune charge (en A et B), la seule cahrge appliquée est la
charge transmise par la panne intermediaire :
- Charge (G+Q) verticale (repère global) : Gk = (254² + 84²)1/2 = 268 daN
- Charge neige verticale (repère global) : Qn = (217² + 72²)1/2 = 229 daN
- Charge vent inclinée (repère local) : Gv = 210 daN
La liaison contreforts/arbaletrier est une rotule, l’appui A est double et l’appuis B est un
encastrement rigide.
On étudie le système ci-dessous :
Moments de flexion My :

D’après le diagramme
envellope, le moment
maximal dans l’arbaletrier à
l’ELU atteint : 510 daN.m

On vérifie par la suite que la


section (100x220)mm²
permet de reprendre ce
moment conforméments aux
prescription de l’EC5.
Effort Axial Fx :

D’après le diagramme envellope,


l’effort axial maximal dans
l’arbaletrier à l’ELU atteint :
6250daN.

On vérifie par la suite que la section


(100x220)mm² permet de reprendre
cet effort conforméments aux
prescription de l’EC5.
Effort Tranchant Fz :

De la meme manière, on trace


le diagramme envellope de
l’effort tranchant pour en
déduire l’effort maximal dans
l’arbaletrier à l’ELU dont
l’ordre est : 1090daN.

On vérifie par la suite que la


section (100x220)mm² permet
de reprendre cet effort
conforméments aux
prescription de l’EC5.

Résistance et stabilité de la section comprimée:


- Vérification de la contrainte de compression :

- Condition non-flambement :

Résistance de la section fléchie:


Résistance de la section Cisaillée:

Vérification de la fléche :

Réactions aux appuis dans le repère local :

Arbaletrier (bxh) = (100x220)mm²


6- Dimenssionnement du Poinçon :
Le poinçon reçoit les charges depuis l’arbaletrier comme suit :

Soit, à l’ELU : Nu = 1.35 Pg + 1.33 Ps + 1.42 Pv = 2060 daN


On peut négliger les moments agissant sur le poinçon vu leur faible valeur.
Pour la section 90x90mm², le poinçon étant supposé (articulé-articulé à ces extrémités) on a :

Poinçon (bxh) = (90x90)mm²


7- Dimenssionnement des contreforts :
Pour le dimenssionnement des contre-forts, on a les efforts exterieurs agissants suivants :

Soit, à l’ELU : Pu = 1.35 Pg + 1.33 Ps + 1.42 Pv = 2482 daN


On peut négliger les moments agissant sur le poinçon vu leur faible valeur.
Pour la section 90x90mm², les contre-forts étant supposés (articulés-articulés à leurs
extrémités) on a :

Contre-Forts (bxh) = (90x90)mm²


8- Dimenssionnement de l’Entrait :
D’après les diagrammes du portique, l’entrait est une poutre chargée au milieu par une force
concentrée de l’ordre de 2100 daN :

Le moment maximal en travée de l’entrait est de l’ordre de 453 daN.m, le dimenssionnement


est comme suit :
Pour la section 100x500mm², la résistance est suffisante, toutefois les conditions de fléche ne
sont pas satisfaites, on augmente cette section jusqu’à 100x700 :

Avec la section 100x700, on a les fléches suivantes :

Entrait (bxh) = (100x700)mm²


9- Dimenssionnement des Poteaux :
Les poteaux des portiques du hangar sont sollicités en flexion composée :

E.Moments E.Compression E.Cisaillement

Les poteaux sont justifiés vis-à-vis des efforts les sollicitant, lorsqu’on opte à une section de
200x200mm², la vérification du non-flambement sous flexion composée :

On vérifie la contrainte de flexion et de cisaillement :

Poteaux (bxh) = (200x200)mm²


AVANT METRE ET ESTIMATION DES QUANTITES
Suite au dimenssionnement de cette structure, on récapitule les sections et les taux de travail
dans chacune calculées comme suit :

On établit par la suite le quantitatif du bois comme suit :


ANNEXE 1

ABAQUES NV65
ANNEXE 2

CALCULS NV65
ANNEXE 3

TABLEAUX DE
PRE-DIMENSIONNEMENT