Vous êtes sur la page 1sur 11

X PRÉFACE

l'histoire de celle-ci. C'est le préliminaire obligé, ce


sera l'introduction naturelle à notre enquête sur les
origines de la Chrétienté de demain.
Est-il besoin d'ajouter que notre plus cher désir est
de ne pas écrire un mot qui puisse choquer personne ?
Sans manquer à l'exactitude, nous tâcherons de ne
rien dire qui blesse, ni nos « frères séparés », les Pro
testants, les Orthodoxes et les Musulmans', ni nos
« frères aînés », les Juifs. De tout écart de plume qui
nous échapperait, nous demandons d'avance pardon.
' On considère l'Islamisme comme un Judéo-Christianisme
appauvri de théologie grecque.

1903.
LE PASSÉ CHRÉTIEN

INTRODUCTION

L'histoire de la Chrétienté d'hier qu'on présente au


public se distingue par deux traits de celles qu'il
connaît déjà : elle contient un chapitre intitulé la Révo
lution reli9ieuse ; elle supprime un chapitre intitulé
YÉ9lise et la Renaissance.

Le Christianisme et les autres religions méditerra


néennes offrent, dans leur liturgie et dans leur doc
trine, certaines ressemblances curieuses1.
Ici et là, les cérémonies ont une importance extrême :
l'accomplissement exact des rites sacrés procure le
salut au fidèle2. Le baptême rappelle les exorcismes
par l'eau en raison de la matière qu'il emploie et des
* Ce qui les oppose nettement aux religions de In Chine et de
l'Inde. On le verra plus tard.
2 F.Cumont: Les reli9ions orientales dans le pa9anisme romain
Paris, 1907. p. X1X-XX.
XII LE PASSE CHRETIEN

effets qu'il entraîne ; l'idée de la mort qu'il évoque


reparaît dans le taurobole, par où le fidèle de Mithra
s'incorpore à la milice du ciel 1. Les chrétiens
s'unissent à Jésus en mangeant sa chair et en buvant
son sang; et le poisson est le symbole de cette commu
nion intime. Pareillement, le myste d'Attis dévore la
chair d'un animal divin et boit le sang du taureau sacré
et pen se s'identifier avec le dieu lui-même -, tandis que les
prêtres d'Atargatis voient dans le poisson l'incarnation
de la déesse, qu'ils absorbent dans les repas mysti
ques3. Une discipline semblable enchaîne à la fois ceux
qui croient en Jésus et ceux qui s'initient aux mys
tères : les uns etlesautres connaissent, sinon l'arcane/,
du moins l'extase6, l'incubation6, les mortifications 7,

' Usener : Archiv fur Reli9ionswissenschaft, 1904, 281 ; Hep-


ding : Atlis, seine Mythen und sein Kult. Giessen, 1903, 196 ;
Cumont : op. laud., 84 et 266, note 19; Holztmann : Neuteslam.
Thcolo9ie, II, 178.
* Ilepdiffg, 186; Cumont, 83.
3 Cumont, 142.
* 1'. Batiffol : Etudes d'histoire et de théolo9ie positive. I2 (1902) ,
1-11.
5 Rotule : Psyche. 315 (2° éd.) ; Cumont ;Mon. My.sl. de Mithra,
I, 323 : de long:de Apuleio Isiacorum mysteriorum leste, 1900, 100.
0 rîeubner : De incubatione capila quattor. Lipsiae, 1900; Cav-
vadias ; Ta lepôv -zo-j 'AraX^ittoù èv 'EitiSa'jptji. Athènes, 1900.
256 ; CoHilz-Bechtel : Sammluny der 9riechischen Dialekl-Inschrif-
len, n. 3339-41 ; Delehaye : Les lé9endes ha9io9raphiques.
Bruxelles, 1905. L'incubation est un sommeil rituel, dans un
temple, durant lequel le fidèle doit obtenir un bienfait de Diei.
(guérison ou prédiction). Cf. Ilamillon : Incubation... S. Andrews,
1906.
7 Cumont, 51,112 ; Juvénal, VI, 522; Sénèque: 17/. Beat, XXVI, 84
INTRODUCTION XIII

la chastetél. Les uns et les autres, parce qu'ils accor


dent aux rites une importance capitale, reconnaissent
l'autorité d'un sacerdoce2; et, parce que leurs rites
sont obscurs et symboliques, les prêtres des uns et des
autres sont des érudits et des docteurs qui de la piété
font une gnose, et de la religion une science3; et,
parce que les rites qu'ils dispensent requièrent des
mortifications, ils deviennent pour leurs ouailles des
directeurs de conscience qui apaisent les remords et
rendent la quiétude *. Lorsque, aujourd'hui même, les
chrétiens demandent à Dieu le « rafraîchissement»
spirituel de leurs frères défunts (vefri9erium) , ils
répèlent la prière que les Egyptiens adressaient ;'i
Osiris pour que l'âme bienheureuse pût éternellement
se désaltérer aux sources fraîches des champs d'Ialou 5.

' Porphyre : de Abslinentia; Farnell : the evolution of reli9ion,


1905, 154 : Plutarque: deIside, 2 ; Apulée: Metam.Xl, 6.1sis même
se convertit, dans le roman deXénophon d'Kphèse (vers 280 p.Chr.
nat.) elle protège la chasteté de l'héroïne. [Cumont. 112-H3J.
- Cumont, 52, 64, 415. Les uns et les autres connaissent des
groupements d'ascètes : prophètes, galles, arehigalles, métra-
gyrtes, Thérapontes, Esséniens.
3 Cumont, 40-4l. Thot et Bel sont les révélateurs de la science.
[Strabon, XVII, 21, XVI. 1 : Pline, II. N. vi,26, S 121 ; cil, VII, 75'J;
1'orphvre : Epist. Aneb. H ; Iamblique: de myst. II. ll|: Mon.
Mysl. 'Mithra, I, 312.
* Cumont, 52.
'- Cumont. 124, 280. Aotr, toi ô "Oiipt; "ô ^j'I '/<>,> ôoiop. Koihel :
IGSf, 1488, 1705. 1782, 1812. Cf. Corpus 1ns. Semit., Il, 141 (stèle
araméenne de Carpentras). — L'expression de « très chers
frères ° avait cours parmi les fidèles de Jupiter Dolichenus [cil,
vi, 406 = 30758|. — Le motif iconographique de la Vierge portant
l'Enfant Jésus dérive du type de» deesses-mères, c'est-à-dire;
Xiv LE PASSÉ CHRÉTIEN

Ici et là, la morale etles croyances sont pareillement


orientées. Faire la volonté de Dieu, c'est la règle de
conduite que Sénèque propose à ses lecteurs i, aussi
bien que l'auteur d'Adapa, et le rédacteur dela Genèse -,
et Jésus dans l'Évan9ile. Et c'est un « combat » qu'im
pose au fidèle devenu un « soldat » cette volonté de
Dieu, selon Mithra et selon Jésus3. Car, Mazdéens et
Chrétiens s'accordent à cet égard, un Esprit mauvais
s'oppose dans le monde au règne de la justice et du
bien : ici Ahriman, là Satan1. Et les fidèles, dans leur

peut-être, d'Isis et Horus [Revue d'histoire et de littérature reli


9ieuses, 1902, 366]. L'art chrétien, chacun Paccorde, est sorti de
l'art païen. — Gevaert a montré l'influence de la musique païenne
sur la musique chrétienne [d'après C. Bellaigue : Revue des deux
Mondes, 15 septembre 1907, p. 449-450].
< De Providentia, V, 5-6. C'est la fameuse prière de Démétrius :
« Hoc unum de vobis, di immortales, queri possum, quod non
ante mihi voluntatem vestram notam fecistis. Prior enim ad ista
yenissem ad qute nunc vocatus adsum. Vultis liberos sumere i
vobis illos sustuli. Vultis aliquam partem corporis 1 sumite...
Nihil cogor nihil patior invitus, nec servio Deo, sed adsentior. »
« Si l'on veut comparer cette prière au Suscipe de saint Ignace, la
belle effusion qui termine le livre des Exercices spirituels, on sera
étonné de la ressemblance des deux morceaux. » C'est un jésuite
qui parle le R. P. Delehaye: Lé9endes ha9io9raphiques, 170, note,
Et il garantit qu'il n'y a pas ici influence directe de Sénèque.
2 Cf infra p 222 Dhormes : Choix de textes reli9ieux assyro-
babyloniens. Paris, 1907, 155-157; Genèse,3 -S.Mathieu, 6, 10.
— Mithra, aussi, impose à ses fidèles ses evcoAo».
3Cumont XHI-XIV 183-184; S. Rcinach: laMoraledu Mithraismc
[Galles, Mythes et Reli9ions, II, 1906, 220] ; A. Harnack : Militia
Christi. Tubingen, 1905.
* Bousset. Die Reli9ion des ludentums im neutestamentlichen
Zeilaller, 483. La question des rapports du Judaïsme et du Maz
déisme est très délicate en raison de l'incertitude ou l'on est de
la date de l'Avesla.
INTRODUCTION XV

lutte contre ses ministres et contre lui, s'appuient sur


le secours d'êtres divins, yazatas, démons ou anges',
comme aussi sur la bénédiction de leurs protecteurs
particuliers, génies domestiques, dieux locaux ou mar
tyrs'. — Chrétiens et Syriens adorent également « une
divinité unique, toute puissante, éternelle, universelle,
ineffable3 » et très sainte. La Trinité que prêche
l'Église rappelle les triades chères aux théologiens de
laChaldée'ctde l'Egypte: l'une et les autres expriment
la richesse infinie de l'Être ineffable. Cet Être a un
vicaire — que Philon et les chrétiens appellent le Verbe
— ici Shou ou Mardouk 5, là Jésus. Jésus a été conçu,
comme Apollon
Persée ou
et Hermès,
Horus, Romulus
dans le sein
et Rémus,
d'une ilvierge
a, dans
•;

son enfance, miraculeusement échappé à la mort1 ; il


' Plutarque: de Iside. 46; Arnobe, IV, 12; Lactance : Insl. div.,
II.9,13;ps.-Iamblique : de Myst., III, 31; Cumont, 184 et 305-307 :
article An9élolo9ie dans le Dictionnaire de théologie catholique;
Hild : les Démons ; Zeller : Philosophie der Griechen, V, 188.
2 Cf. notre Chrislianisation des foules, 3" éd., 1907, Paris ;
Lucius : Vie Anfân9e des Ileili9enkulls. Tubingen, 1904, et, quant
à l'influence des légendes païennes surles légendes chrétiennes,
Delehaye : op. laud.
3 Cumont, 161, 157. 250. Cf. le texte de Maxime de Madaure,
vers 390, P. L. 33, 82 (et 315). Pour le stoïcien Boethus [Zeller,
III, 1. 554], Dieu est transcendant au monde [n" s. av. J.-C.].
* Cf. infra p. 35, 55, 105.
6 Cf. infra p. 41, 108.
0 La remarque est de saint Justin : première Apol. 21-22 [Pauti-
gny, 42-46]. — Cf. Celse, dans Origène : contra Celsum, 1,37. — Iloltz-
mann : Lehrbuch der neulestamentiichen Thcolo9ie, 1 (1897), 409.
7 Gunkel: Zum reli9ions9eschichtlichen Verstândniss des neuen
Testaments. Gottingen, 1903, p. 09.
b
XVI LE PASSÉ CHRETIEN

est mort et il est ressuscité, comme Osiris et comme


Adonis ; pour les chrétiens comme pour les mystes
d'Attis, sa résurrection est le gage de la nôtre '. La
résurrection de Jésus et la résurrection de Tammouz
marquent également le début du printemps 2 ; comme
Osiris et Dionysos, Jésus est par excellence le Sau
veur3; et la misère humaine qu'il a détruite, Chré
tiens et Orphiques s entendent là-dessus, était la consé
quence d'une très ancienne faute4. On sait du reste que
l'idée d'une révolte des hommes contre les dieux est
commune aux Egyptiens, aux Chaldéens5 et aux Juifs ;
que les fidèles de Iahvé et les adorateurs de Thot attri
buent la création du monde au prononcé d'une toule-
puissante parole ; que l'angélologie, la démonologie et
l'eschatologie d'Israël présentent des points de contact
très particuliers avec les doctrines de Babylone et de la
Perse G. Et l'on sait encore que Iahvé le Très-Haut recruta
des prosélytes parmi toutes les nations païennes, sur
tout, semble-t-il, parmi les mystes de Sabazius etd'At-

' Ci.infra; Cumont, 69-73, iil. Gunkel; Zumreli9ions9eschicht.


Versl, 81.
* Gunkel, p. 79.
3 Cf. Wendland : Zeilschrift fur neutest. Wiss., V. 1904, 355.
Comparer surtout à cet égard Jésus et Mithra.
' Cf. infra p. 128.
5 Les Chaldéens et les Juifs, peut-être même les Egyptiens,
connaissent un déluge vengeur du ciel.
Les points de contact de l'histoire de la tour de Babel et de
l'histoire des Titans sont relevés depuis longtemps [Philon : de
confusione lin9uarwm, I, 405. Mangey d'après Tauchnitz. — Voir
Odyssée, XI, 315, et Genèse, 11. Jules Martin : Philon, 27].
" Voir l'histoire de l'époque syncrétisle.
INTltODUCTION XVII

tis ; que beaucoup de Juifs, à la suite d'Hermippc,


d'AristobouIe et de Philon, tentèrent d'accorder la sa
gesse de Moïse et la sagesse de la Grèce ; et que le
Gnosticisme enfin exprime avec ampleur un grand tra
vail de conciliation judéo-païenne.
Le Judéo-Christianisme se présente donc au regard
sous les traits d'un syncrétisme'.
L'historien ni le théologien ne peuvent s'en montrer
surpris. Les âmes qui embrassaient la « bonne nou
velle » avaient été façonnées par une longue tradition
religieuse. Le monde était très vieux lorsqu'il enten
dit prêcher les apôtres ; si vieux, que beaucoup croyaient
sa fin toute proche. Les apôtres refoulaient ,certaines
tendances, ils en exaltaient certaines autres. On ne
peut pas envisager leur action indépendamment des
forces qui la secondèrent ou des réactions qu'elle pro
voqua. Pour comprendre les unes et les autres, l'histo
rien doit les rattacher à ces traditions et à ces tendan
ces du monde païen et du monde juif2. Il est vrai de dire
que, en un sens, le Christianisme est sorti de terre.

' Cf. Hcrmann Gunkel : Zum reli9ions9eschichtlichen Verslând-


niss des neuen Testaments Gôtlingen, 1903 ; Clemen : Die reli-
9ions9eschichtliche Melhode in der Theolo9ie. Giessen, 1001: Geff-
cken : Aus der Werdezeit des Christentums . Leipzig, 1001 ;
llarnack : Ausbreitun9 des Christentums, 2" Édition, 1000. Noter
un mot curieux de saint Basile sur l'utilité de comparer les reli
gions, rappelé dans Max Millier : Essais sur l'hisl. des reli9ions,
3° éd., p. xix.
" VA. lorsqu'il n'y a pas coïncidence de mouvements sponta
nés et distincts, c'est donc que l'un copie l'autre. Le fait s'explique
historiquement avec plus d'aisance encore.
XVIII LE PASSE CHRETIEN

Est-ce à dire qu'il ne soit pas descendu du ciel ? La


lutte doctrinale du Christianisme contre le Gnosticisme
montre qu'ils ne sont pas identiques. Pareillement, la
guerre de l'État romain contre l'Eglise chrétienne
prouve que les conditions de la vie dans l'empire ne
sulfisent pas à expliquer la nature de la vie chrétienne
dans l'Église. Le Christianisme est une doctrine enve
loppée dans une histoire très particulière : cela ne se
retrouve nulle part ailleurs. Tous les rites, toutes les
croyances qui lui sont communs avec les religions
païennes sont mêlés ici d'inepties et d'obscénités ; ils
s'organisent, là, pour former la doctrine la plus haute,
la plus pure et tout ensemble la plus logique et la plus
une qu'on ait constatée jamais'. L'Eglise catholique a
rejeté le fidéisme exaspéré qui inspire les doctrines de
Luther et de Calvin,,de Baïus et de Jansénius et main
tenu que la nature humaine, dans son état actuel, est
capable de quelque bien, que la loi de Dieu est gravée
dans la conscience, que Dieu peut même donner un
secours surnaturel aux païens indépendamment des
sacrements ecclésiastiques : « l'identité des instincts
religieux (naturels) auxquels les diverses religions doi-

' De Broglie : Problèmes et conclusions de l'histoire des reli9ions.


Paris, 4° éd., p. 292. « Rassembler tout ce qu'il y a de bon dans
les diverses religions ne serait rien, si ces divers éléments
n'étaient associés ensemble avec ordre et unité, s'ils ne formaient
qu'un chaos et non une harmonie. Si, en effet, les éléments des
diverses religions étaient ainsi assemblés pêle-mêle, l'œuvre for
mée de la sorte serait incohérente et pleine de contradictions... »,
p. 292, Cf. p. 2G0.
INTRODUCTION XIX

vent nécessairement s'adapter » explique certaines


des coïncidences qu'on a dites1. Saint Paul enseigne,
enfin, que « Dieu a envoyé sen Fils lorsque est venue
la plénitude des temps » , 6'te Si ?,lfkv xà rskfyupjx
xoO joivo\i, â^azéiTEtÀEv 6 0eo; Tov otiv aûToû [Galales.
iv 4] ; il indique par là qu'il y a eu une préparation
particulière à l'œuvre de Jésus et de ses disciples. Les
chrétiens l'ont entendue de bonne heure de l'œuvre
d'unification politique et économique accomplie du
dehors par les Romains. N'y a-t-il pas eu une évolution
intérieure des sentiments et des croyances analogue
à la première ? Les faits ne l'indiquent ils pas très clai
rement? Est-il sûr que la pensée de l'Apôtre ne déborde
pas l'interprétation traditionnelle ? Il se pourrait que la
plus vieille théologie ne s'accommodât pas moins bien
que la critique la plus récente du syncrétisme que
l'on a constaté d'abord.
Mais l'étude des traditions religieuses des Juifs et
des Païens qui confluent dans le Christianisme montre
qu'il convient d'en diviser l'histoire en deux époques :
elles sont séparées l'une de l'autre par les conquêtes
d'Alexandre. La seconde est caractérisée par une agita-

' De Broglic : op. laud., 219, 271,273, 284. « Choisissons un...


exemple, celui des fêtes d'Osiris, d'Adonis et d'Attys, dont la res
semblance est si grande avec la fête de Pùques, puisqu'il s'agit
d'un Dieu mort et ressuscité... Nous retrouvons... dans les
profondeurs du cœur humain le lien qui rattache ces fêtes, si
diverses sous d'autres rapports, la folie désordonnée et furieuse
des pleureuses d'Adonis et la noble folie des amants du cruci
fié. °
6.
XX LE PASSE CHRETIEN

tion profonde des âmes et par l'apparition de ces


tendances conciliatrices dont on a parlé déjà : je
l'appelle Yépoque syncrétiste. — La première comprend
ces longues périodes où, de la nuit qui couvre le reste
du monde, émergent seules à la lumière de l'histoire
les civilisations d'Egypte, de Chaldée et de Grèce : je
l'appelle l'époque orientale. Les religions païennes et
la religion juive divergent : celles-là sont pénétrées
jusqu'aux moelles par cette essentielle irréligion qu'est
la magie, elles s'inspirent de cette croyance que Dieu
est dépendant de l'homme ; celle-ci se révolte tenace-
ment et finit par s'évader de cette ambiance folle : elle
enseigne que la fidélité à Iahvé est la condition du
salut '.

II

Comme on a coutume de faire un bloc de toute


l'époque païenne anté-chrétienne et de l'opposerà
celle qui voit se dérouler la vie de l'Église, on a
aussi l'habitude de distinguer, au sein de l'époque
chrétienne, deux périodes, le moyen âge et les temps
' Voici les titres des six chapitres de chacune des deux
époques. I. L'époque orientale : 1. Les religionségyptiennes; 2. Les
religions sémitiques; 3. Les religions aryennes; 4. La religion
juive : A. Moise ; 5. La religion juive : B. les Prophètes; 6. La
religion juive : C. l'Eglise d'Israël. Dans cette troisième édition,
je développe les quelques pages consacrées à ces problèmes dans
les deux premières. — II. L'époque syncrétiste : 1. La révolution
religieuse; 2. Jésus de Nazareth; 3. Saint Pierre et les Apôtres :
4. Saint Paul; 5. Saint Jean; 6. Saint Irénée.