Vous êtes sur la page 1sur 20

Le magazine des impatients Gratuit

Végétarisme, enfants de prof, Syrie, DJ, Ecrans...


n°57, février 2018
Couv et der ©K’eskon attend
EDITO : « Trop vieux pour la musique »
C’est ce que l’on disait à Laurence, adulte
Février 2018
depuis longtemps, il y a quatre ans, à l’accueil
Imprimé à 900 exemplaires du conservatoire. Depuis, elle s’est inscrite
par Jouve, 733 rue St Léo- dans une harmonie locale et joue du cor avec
nard, 53100 Mayenne passion…Mais ce n’est pas la seule personne
ISSN : 2107-5190 Collège dans cette situation ; en effet, dans votre
René Descartes, 98 bd Blos- entourage, il y a peut-être des amis, des
sac, 86 106 Châtellerault. parents qui pensent la même chose, et
n’osent plus franchir le pas parce qu’ils
Directeurs de publication :
croient « avoir dépassé
Jacques Arfeuillère et
l’âge ». Détrompez-les, il n’y a pas
Séverine Lenhard,
d’âge pour commencer la pratique
Projet soutenu et fi- instrumentale ! Que ce soit dans un
nancé exclusivement conservatoire ou dans toute autre
par la ville de Châ- association, vous pourrez toujours
tellerault et la commencer la musique, que vous
Communauté ayez de 7 à 77 ans ! En tout cas,
d’Agglomération c’est ce que l’on croit, à Keskon
du Pays Châtel- Attend, et ce qu’on défend en
leraudais. Merci ouvrant largement nos co-
à eux ! Parte- lonnes à la pratique instru-
nariat avec le mentale. Encore dans ce
« 4 », pour numéro…
des ateliers Alban Decourt-Mesa
vidéo avec
José Bour-
don et des
ateliers
images avec
Aïssa Kandila.
Merci !

Au sommaire
p.3 : Natation à Châtellerault
Journalistes : Inès Aggairi, Sarah Aggairi,
p.4-5 : Enfants de profs
Maxime Ait-Amara, Maëlys Barbarin,
p.6 : Prof de danse
Maëla Bergonnier, Hugo Blanchet, Arthur
p.7: Les dessins animés de notre enfance
Braguier, Thomas Danigo, Camille
p.8 : Métier DJ
Davignon, Alban Decourt-Mesa, Chloé
Dubreuil, Danlloba Fofana, Yaël Froger, p.9: Les travaux
Elen Gasparyan, Maxine Gillard, Laura p.10 : Journaliste en Syrie
Hoffmann, Noé Jaillot, Eva Labille, Mathieu P.11 : Ecrans, addic ?
Ledoux, Cléo Marcadal, Thomas Moreira p.12-13 : Une semaine végétarienne
Da Silva, Pauline Noiret, Stella Ovsepian, p.14 : Etre jeune SDF
Enzo Paquet, Pauline Poupeau, Lilly p.15 : Les grosses cloches
Schneider, Clarence Taverne, Mélissa p.16: Rencontre écrivaine , illustratrice
Verdin et Louka Jouneau. p.17: La grippe H1N1
p.18 : Quand nos animaux meurent
19 : La nuit du conservatoire
A Châtel’,
nagent des
dauphins
C’est le joli nom que le club de natation de Châtel-
lerault s’est choisi. Les Dauphins, c’est le groupe
©K’eskon attend

qui réunit ceux qui ont choisi une discipline exi-


geante. Plongée au milieu de ces nageurs, dans
leur quotidien à la piscine de la ville.

M elvin est l’un d’entre eux.


Aujourd’hui lycéen, en
seconde, ce nageur du club
des Dauphins a commencé la nata-
tion à l'âge de 5 ans et demi. Et il ne
prenant des étirements, de la muscu-
lation...). Ensuite, pour finir de
s'échauffer, ils effectuent 1 km de
nage, puis ils enchaînent l'entraine-
ment avec des séries de 10 fois 50
(environ 6 nages par nageur) pour la
journée. Lors des compétitions, il y a 4
nages différentes et 18 courses.
Enfin, il y l’aspect financier et l’enga-
gement. Les nageurs doivent avoir
s’est pas contenté, alors d’ap- mètres (c'est la plus grosse charge de une vraie motivation car on doit don-
prendre à nager. Il a intégré le club l'entrainement). Il suffit de voir s’ali-
ner beaucoup de soi. La natation est
6 mois plus tard. Neuf années un sport exigeant "En compét,
donc à enchaîner les longueurs c'est le club qui paye toutes nos
de bassin à l’entraînement mais nages, mais quand c'est loin, on
aussi les compétitions. " Je me participe financièrement au
souviens de ma première com- transport" rappellent Anaïs, une
pétition. J'étais très jeune et j’ai autre nageuse, et Melvin.
été extrêmement déçu parce Le jour de la compét’
que je n’ai fini que deu- Le déroulement d'une journée de
©K’eskon attend

xième. Je voulais absolument compétition est rythmé. Le ma-


gagner cette compétition, et tin, ce sont des nages pour les
remporter la coupe. Je me qualifications puis s'ils sont quali-
rappelle que mes parents fiés, ils nagent pour les demi-
m'ont emmené dans un super- finales l'après-midi. Enfin le soir,
marché pour m'acheter une selon leurs classements, ils font
coupe en plastique en remplace- la finale.
ment!" confie t-il. Depuis, il a Le plus beau souvenir de Louane,
appris, avec l’expérience, à ac- Anaïs et Melvin a été sans aucun
cepter la défaite. Cela ne l’a pas doute le meeting de Montmoril-
empêché de s’aligner dans bien lon. "Il y avait une super am-
d’autres courses. D’ailleurs, à biance et un très grand public !!"
l'avenir, Melvin veut devenir raconte Louane.
entraîneur de natation. gner les nageurs sur les plots d’une Pour gérer les cours et les entraine-
Tous à l'eau ! piscine olympique pour comprendre ments, il est nécessaire à nos nageurs
Les nageurs qui comme Melvin ap- que c’est un sport qui ne peut se faire d'avoir une très bonne organisation.
partiennent à la catégorie compéti- sans muscles donc sans une longue Anaïs, Louane et Melvin n'envisagent
tion nagent environ 8 heures par se- pratique. pas forcément une carrière pro, pour
maine. C’est beaucoup ! Avant de Pour les compétitions, ce n’est pas eux la natation est un loisir avant
mettre les pieds dans l'eau, ils font un non plus de tout repos. Leur entraî- tout.
échauffement à sec en musique com- neur les inscrit sur plusieurs nages Sarah Aggairi et Camille Davignon

3
Enfants de Profs,
galère ou privilège ?
Etre enfant de prof, c’est une situation qui intrigue beaucoup dans les collèges ceux dont les
parents ne sont pas profs. K’eskon attend a donc voulu mener l’enquête. Apres avoir interro-
gé quelques enfants ayant eu ou ayant toujours leurs parents en tant que profs, leur avoir
demandé si ça leur a plu ou si ça leur plait, si ça a de bons côtés, nous leur avons parlé des
cliché à ce propos. Y-a-t-il du vrai dans ces clichés ? Par leurs réponses, nous avons eu un
aperçu de leur quotidien et cela nous a fait remarquer qu'en fait, tout dépend des parents.
Nous avons sélectionné deux exemples que nous trouvons intéressants et qui résument bien
l’ensemble de ce qui nous a été dit.

Mais il y a aussi : « C'est pratique car ça permet


Les clichés d'avoir une ressource. Tu peux faire sauter les
heures de colles. Tu sais tout à l'avance, les notes,
En vrac, voici ce que l’on entend le plus souvent au
les profs absents, les classes de rentrée... » Et en
sujet du fait d’avoir en cours son père ou sa mère.
fin : « Les autres sont persuadés que si t'as des
« C'est nul d'avoir un parent prof parce que le col-
bonnes notes, c'est parce que ton parent est prof.
lège est le monde de l'élève, là où justement on
Ca doit être super gênant d'appeler ton prof ma-
peut faire ce qu'on veut car les parents ne sont pas
man/papa devant les autres. Quand les élèves n'ai-
là et quand ils sont là, tu ne peux pas avoir de vie
ment pas ta mère ou ton père, c'est dur à vivre
cachée. » « C’est nul parce que tu es toujours sous
parce que beaucoup de personnes parlent mal dans
influence, tu te fais influencer par ton père ou ta
ton dos. »
mère. »

©K’eskon attend

4
Ils nous répondent
Alycia : "ça ne me dérange pas que ma
Nathan : "J'ai eu mon mère soit prof dans mon collège mais je ne l'ai pas
père en 6ème et en 3ème mais je suis pour prof et je n'aimerais pas, parce que pour moi,
tombé dessus par hasard. Je n'ai pas c'est ma mère et pas ma prof. Et puis, si j'ai des
vraiment aimé l'avoir pour prof mais bonnes notes avec elle, on va dire que c'est grâce à
c'était pas non plus une catastrophe. elle et qu'elle m'a donné les réponses. Pareil si j'ai
C’est vrai que ce que ne m’a pas plu, une mauvaise note, on va me demander pourquoi
c’est qu’avec lui, j’ai eu ma pire elle ne m'a pas aidée. Dans tous les cas, il y a des
moyenne dans cette matière. J'avais un avantages et des inconvénients. Quand t'oublies de
père assez cool donc il n’était pas vrai- faire signer un mot ou que t'es malade, elle est
ment au courant de tout ce que je fai- directement là mais ce qui n’est pas bien, c'est que,
sais. D'habitude quand mon père ren- quand tu bavardes ou que tu fais quelque chose de
trait, il racontait sa journée mais quand il ce genre en cours, tous les profs vont se précipiter
m'a eu pour élève, il ne le faisait pas car pour aller le dire. Quand j'allais entrer au collège, je
il ne voulait pas m'influencer. pensais donc que ma mère serait au courant de
C'est vrai que le côté positif, c’est que ça tout et que je ne pourrais rien faire mais, au final,
permet d'avoir une ressource, c'est à non c'est pas le cas pour tout. Les heures de colle
dire que quand je ne comprenais pas ou les mots dans le carnet, elle l'apprend de la
quelque chose, il m'aidait. Mais quand je même façon qu'un parent d'un autre élève et puis
réussissais, les autres me disaient : "C'est quand t'es pas un élève très embêtant, ca passe. Je
normal, ton père est prof." Ce qui, je ne pense pas qu'il y ait des personnes qui parlent
pense, est normal. Mon père était plutôt sur ma mère parce qu’elle est plutôt appréciée et
apprécié donc il n'y avait pas de per- puis même si c'était le cas, je m'en foutrais un peu.
sonnes qui disaient des choses dans mon Les élèves ont le droit d'aimer ou pas ma mère,
dos ; ils me disaient plutôt qu'ils l'ai- tout comme moi j'aime et je n'aime pas certains
maient bien. Je vous rassure : on ne peut profs. Ma mère ne veut pas nous faire profiter des
pas faire sauter les heures de colle et trucs du genre « savoir les notes ou les profs ab-
oui, on peut encore beaucoup moins sents ». Dans tous les cas on l'apprend comme tout
sécher mais ca ne m'est jamais venu à autre élève donc il n'y a pas de très grands change-
l'esprit. Moi, c'était mon père dans tous ments."
les cas donc je l'appelais "papa". Il est
vrai que j'étais au courant des notes et
des profs absents plus tôt que les autres Avec tous les témoignages que nous avons pu
mais ce qui est plutôt normal. Après, je avoir, nous savons maintenant que les clichés
sais que certains parents ne veulent pas ne sont pas tous vrais et c'est bien pour ça que
en faire profiter à leurs enfants." ce sont des "clichés". Un enfant de prof n'est
pas forcément "privilégié" par rapport aux

Le saviez-vous ?
autres élèves donc tout dépend des situations
et il y a beaucoup de cas différents.
Costa-
cheuse, Annie Da
En 2013, une cher cette
fait une thèse sur
Lasne a fait même sent
Pauline Noiret, Noé Jaillot, Stella Ovsepian et
nts de profs réussis
question: les enfa , à tous
Thomas Danigo
ux qu e le s autre s à l’école ? Et bien
m ie d’ensei-
olarité, les enfants
les niveaux de la sc
lleurs résultats.
gnants ont de mei

5
Sa passion,
Géraldine Jault est passionnée de danse
un métier
contemporaine. Elle a décidé de faire de sa
passion, un métier. Elle aime être touchée, les spectacles que je vais voir, les
émue et c’est pourquoi elle est enseigne la remises en questions nourrissent ma
danse contemporaine au Conservatoire pédagogie et la font évoluer en per-
Clément Janequin de Châtellerault. manence. De plus, au fil des ans, il se
crée un lien avec les élèves qu'on
suit depuis longtemps. Certains
élèves ont commencé la danse en
éveil ( à 4 ans) et poursuivent toutes
leurs études au conservatoire. Nous

©K’eskon attend
les voyons parfois jusqu'à 6 fois par
semaine! Nous les voyons évoluer,
passer de l'enfance à l'adolescence,
traverser des moments de doute
mais aussi de joie. Chaque parcours
Qu’-est ce qui vous motive à ensei- un regard subjectif sur le monde, est différent. La plupart d'entre eux
gner la danse contemporaine ? part et parle d'un état intérieur. Le resteront des amateurs éclairés, et
travail autour du poids, du lâcher d'autres se destinent à être profes-
Les échanges avec les élèves, le désir
prise, du contact ainsi que le métis- sionnels.
de faire partager ma passion pour la
sage avec les autres arts me plait
danse, de faire ressentir, d'utiliser le 5-Quel est le moment de l'année
beaucoup.
corps de manière expressive, poé- que vous préférez?
tique et musicale. J'ai avant tout Est-ce qu'on ne se lasse pas ?
J'aime particulièrement la période de
envie de transmettre aux élèves le
Oh non ! Je n'enseigne mai-juin où nous travaillons sur la
plaisir de danser, d'utiliser le corps
pas aujourd’hui comme j'enseignais création du spectacle chorégra-
comme vecteur d'expression et de
il y a dix ans mais c'est cela qui est phique. Cela donne lieu à des
dépassement de soi. Le corps n'est
fantastique. La formation continue, échanges très enrichissants
pas une machine mais un circuit
(notamment avec les musiciens et
d'énergie qui offre une
les techniciens du Théâtre).
palette de nuances et
de couleurs. Ce travail 6-Quelle est l'ambiance générale
sur l'intention est pour des cours?
moi primordial. L'ambiance est très bonne. Nous
J'aime être touchée, sommes une équipe très soudée,
émue, amusée, bous- nous échangeons beaucoup. Les mo-
culée...La danse con- ments d'échange et de convivialité
temporaine regroupe avec les élèves sont très impor-
plusieurs courants. tants. L'ambiance de la classe est
Mais il est tou- bien sûr différente entre un cours
jours question de liber- d'initiation ( 20 enfants de 6 ans ),
té, de nouveauté, de un cours ados ou un atelier adultes!
©K’eskon attend

création et de re- Danlloba FOFANA , Stella OVSEPIAN,


cherche. Elle exprime Laura HOFFMANN, Mélissa VERDIN

6
Les dessins animés de
notre enfance !
Collégiens, surveillants, professeurs, tous connaissent, quel que soit leur âge, la
même nostalgie, celle des dessins animées « de notre enfance ». Parcours parmi des
héros qui changent selon les âges, des souvenirs souvent très personnels.

D
u coté des surveillants, Côté élèves, donc, on se souvient « Manège enchanté », animation
c’est très nostalgique et volontiers de ce qui passe encore de marionnettes qui ne passe plus
plus ou moins varié. Ils sur les écrans mais que l'on n'assu- depuis bien longtemps. « Ça reste
ont entre 20 et trente merait pas de déclarer regarder à pour moi un moment bien
ans et il y a donc des dessins ani- nouveau : Les « Mini-Justiciers », agréable », confie-t-elle.
més que l’on connaît encore au- « Miraculus Lady-Bug », « Oui- Verdin Melissa, Davignon Camille
jourd'hui mais aussi d'autres que Oui », «Totaly spies », « Bob
l'on ne connaît plus du tout. l’éponge »,
Pierre, par exemple, cite un dessin les Bisounours », « Télétobies »,
animé inconnu pour « Foot de rue » et « Franklin ».
nous : « Funcky cops » qui a l'air Beaucoup déclarent que cela les
de l'avoir beaucoup marqué. « J'en faisaient vraiment rire mais plus
loupais pas un !, dit-il, et si ça pas- aujourd'hui. Pourtant, on en
sait encore, je le regarderais ! ». trouve qui disent voir volontiers
Nous n'en saurons pas plus. «Oggy et les Cafards » ou « Oui-
Celui d'Emilie, on le connaît. Elle Oui » ; une parle de « Dora »
évoque « Olive et Tom » et ça qu'elle regarde encore.
nous surprend : on a toujours con- « Avant, je faisais ma pé-
sidéré que c'était un dessin animé tasse parce que je con-
de « garçon ». Sa collègue, Anaïs, a naissais des mots
d'autres critères. Elle regardait anglais », avoue-
« Raz Moket » : « Parce que c'était telle.
« con », avoue-t-elle, et c'est ça Enfin pour con-
qui me faisait rire. » Elle regardait clure ce petit
aussi les Cartoon le dimanche, tour vers le pas-
c'était sa routine. Enfin Charlotte sé, on s'aper-
avait des choix plus çoit que le des-
« conformes » : c'était les « Totaly sin animé reste
Spies » qui la rendait contente même souvent
mais qu'elle ne regarde plus et les proche des
« Pokemon » qu'elle aimait beau- adultes plus
coup au point de chanter sur le « anciens. Il y
générique. Et aussi « KD2A » que a, par
nous ne connaissions pas, mais exemple, cette
elle, elle était presque fan. professeure
Jeunes mais déjà nostalgiques de technologie
On a beau n'avoir que 14 ans, on qui ne peut
peut déjà s'offrir le luxe de la nos- s'empêcher
talgie. Et les dessins animés, c'est d'une certaine
encore le meilleur moyen de se tendresse pour
rappeler son enfance même si une animation de
celle-ci est encore très proche. son enfance : le

7
DJ ONE Up :
DJ et danseur !
Nicolas Guilloteau, Dj One Up, 35 ans, nous l’avons rencontré à La
Rochelle où il se produisait pour un spectacle de danse. Portrait d’un
DJ atypique, artiste complet qui met sa science des platines au service
des battle hip hop.

Djyng ? animé par Sydney où l’on pouvait univers de la


Nous connaissons à peu près tous voir des danseurs sur une musique danse. » Le voilà donc
le DJ (Djay) qui sélectionne et hip hop, funk…Il y avait également aujourd’hui à lier les
diffuse des morceaux de musique des artistes derrière les platines qui deux, en composant pour les battle
lors d’une soirée, dans une disco- lançaient le son ! et en mettant ses platines à leur
thèque ou dans des émissions de service.
Dans la culture hip hop, nous re-
radio.
trouvons la danse, le rap, le graffiti Dj One up et la pratique du
Là, nous avons rencontré un DJ
et le djaying. Ces disciplines sont Djaying
bien différent de ceux que l’on
très liées, surtout la danse et le
peut rencontrer en boite de nuit. Nicolas est un artiste, intermittent
djaying comme en témoigne Nico-
Lui, il se produit régulièrement sur du spectacle depuis 2009. Il a un
las : « le djaying est une discipline
scène lors d’événements Hip Hop Bac Génie Mécanique, puis il a fait
très présente dans la culture hi-
et est appelé lors de battle une Fac de Sport pendant 2 ans
phop. J'ai commencé par la danse à
(combat/ affrontement) de danse puis il s’est réorienté dans l'anima-
la fin des années 90, ma musique à
hip hop.. tion sociale « DUT Carrière So-
toujours été liée à la danse. J'ai une
ciale » à Tours.
Le mouvement hip hop est arrivé sœur qui a été danseuse profes-
Dj One up signifie « au-dessus » vis
en France dans les années 80 avec, sionnelle pendant 16 ans. Je suis
à vis de quelqu'un ou de quelque
notamment l’émission H.I.P H.O.P toujours resté très proche de cet
chose… Ce nom exprime sa ma-
nière de penser en essayant « de
©K’eskon attend

faire mieux chaque jour ». Il a dé-


buté à l’âge de 17 ans. Il a appris
tout seul à l’aide de vidéos qu’il
trouvait sur internet. Il essayait de
reproduire ce qu’il voyait. « J’ai
essayé, par curiosité au départ
avec mes amis du lycée et puis
j'écoutais déjà beaucoup de mu-
sique en particulier sur la platine
vinyle à la maison car mon père
avait déjà une belle collection. C'est
devenu naturel et puis ça a pris une
place quotidienne. (…)
(suite page suivante)

8
(…) J'avais
la chance Les travaux de la ville
d'avoir ça à
la maison côté coulisses
depuis tout
petit ; ça a Gyslain est dessinateur à la mairie de Châtellerault.
toujours été Sous son crayon naissent des plans et c’est un peu la
présent » ville transformée qu’il dessine. Ce sont les travaux de
Cela me la ville côté plans. Rencontre dans les coulisses.
procurait et

Q
me procure uand on doit faire un détour, quand on doit
encore de attendre qu’un feu provisoire veuille nous don-
bonnes sen- ner le passage, on proteste souvent contre
sations » « tous ces travaux » qui fleurissent dans la ville.
Sa musique Nous avons cherché à savoir comme tout cela se préparait
de prédilec- et nous avons rencontré un de ceux qui prévoient, élabo-
tion rent, dessinent.
Dj One up Gyslain parle d’abord de la longue préparation du chantier.
écoute tous les styles, « j'ai pas de barrière à ce Si l’on prend, par exemple, le chantier qui a présidé à la
sujet ». C’est d’ailleurs ce qui lui permet de création du rond-point du Loft, ou du nouveau parking de la
créer des sons spécifiques pour danser. « On gare, on a dû passer, côté plans, par 6 étapes. La première
fait appel à moi pour des battles et compéti- étape est celle de la conception d’un croquis des travaux
tions de danse, et des soirées lors d’événe- voulus par les décideurs. La deuxième étape est la concep-
ments » tion d’un nouveau croquis plus élaboré. La troisième étape
Nicolas utilise beaucoup de sample pour ses est celle de l’estimation du projet. La quatrième étape est
productions et compose aussi de la musique celle de l’appel d’offres qui veut que la mairie trouve une
pour des compagnies de danse. entreprise qui réaliserait ce projet au plus bas prix. La cin-
Battle quième étape est celle des travaux. La sixième étape est
Nicolas est très sollicité lors de battle de
danse en France et à l’étranger. Il est large-
ment reconnu comme étant un spécialiste
dans le domaine. Il se décrit davantage
« passionné plus que « spécialiste », la re-
cherche de cette musique spécifique aux
battle lui plait beaucoup. Il adore aller dans
les magasins de vinyle écouter des artistes ©Montage K’eskon attend
qu’il ne connait pas, rencontrer de nou-
velles personnes à chaque événement,
celle la réception des travaux qui est effectuée à la fin des
l'ambiance est différente selon les lieux. « Je
travaux.
suis curieux et cette culture (culture hip hop)
Une course derrière les travaux
me le rend bien. Je suis aux platines depuis
Lors des travaux, il peut se produire des imprévus. Le dessi-
2000, les gens me reconnaissent par ma signa-
nateur explique que si cela se produit, l’entreprise qui s’oc-
ture musicale, j'essaie toujours d'amener des
cupe des travaux ne paye pas de pénalité de retard mais
nouveaux morceaux originaux, de surprendre.
doit fournir une preuve des circonstances qui ont justifié ce
Je fais ce que j'aime avant tout!! »
retard. Mais avant cela, l’entreprise a un peu de temps (15
Création en cours … jour à 1 mois) pour préparer son équipe, les matériaux et
Actuellement, Nicolas créé pour la matériels pour les travaux. Sachant que le nombre de maté-
première fois un spectacle avec 3 riel et aussi de personnes sur le chantier dépendent majori-
musiciens et 3 danseurs. Le projet tairement de la taille des travaux, vous saurez enfin pour-
se nomme CROWD et sera termi- quoi il y a parfois des ralentissements en ville.
né fin 2018. Nous avons hâte de
le découvrir! Maxime Aït-Amara
Eva Labille
9
Syrie : les dessous
d’une guerre
Pour comprendre ce qui se cache derrière la guerre en Syrie, nous avons sol-
licité, à Keskon Attend, l’avis d’une spécialiste. Et elle a bien voulu répondre
à nos questions. Correspondante de guerre, écrivaine et journaliste ayant
travaillé pour « Le Monde », voici les puissantes révélations d’Adeline Che-
non Ramlat qui a vécu dix ans en Syrie et qui s’y rend encore chaque année.
Un avis parmi d’autres mais qui s’est construit sur le terrain.

Que pensez-vous de l’opposition qui « Bachar Al-Assad est un président élu,


combat l’armée du régime ? qui a sûrement des torts, je ne veux pas
« Les forces kurdes sont des alliés pré- le défendre mais(…) il est beaucoup
cieux à la stabilité du pays ( …) par plus consensuel que son père. »
contre, je ne crois pas en l’ASL, elle
Guerre civile et…économique ?
était censée être le bras armé du gou-
« L’un des aspects est complètement
vernement « libre » de Syrie (…) ce
politique et géostratégique à cause du
n’est pas une armée de gens syriens
problème israélien et le refus de ce
mais des miliciens payés qui changent
pays à suivre les lois internationales (…)
de camps en fonction du salaire (…) un
La Syrie qui devenait un pays très fort a
groupe qui se présente comme l’armée
suscité des jalousies à cause du chemin
d’un pays mais dont très peu de com-
emprunté par les gazoducs ( qui vont
battants sont citoyens du dit pays n’est
du pays du Golfe à la Méditerranée ).
pas légitime à mes yeux. »
On parle de possibilités d’avoir ensuite
Le rôle de la France au sein de ce con- dans son pays un robinet d’accès direct
flit ? au gaz et au pétrole. »
« La France a formé politiquement des
La Syrie aujourd’hui ?
opposants en vue de destituer le prési-
« Dans le monde arabophone, il y a une
dent ( Bachar Al-Assad ) et a envoyé de
querelle de pouvoir : Qui sera le chef ?
l’argent aux * milices anti-régime . »
(…) Actuellement en Syrie, la guerre tire
Comme les U.S.A, la France a-t-elle péniblement à sa fin. Le pays a retrou-
aussi équipé des groupes terroristes ? vé sa cohésion géographique et poli-
« On a envoyé beaucoup d’armes (…) tique mais il reste des poches de mili-
qui ont été retrouvées dans des entre- ciens aux environ de Hama et de Homs
pôts … de Daech. » (…) la plus grave est celle d’Ildib au Sud
-est d’Alep (…) l’armée syrienne va sû-
Alors, les médias omettent-ils certains
rement attaquer Ildib et se débarrasser
faits ?
des miliciens. Ensuite, le pays sera
« On ne peut pas parler d’omission
‘’juste’’ à reconstruire et les morts à
mais de fake news, voir de désinforma-
pleurer. »
tion (…) L’hypocrisie française ne s’ar-
Interview de Inès Aggairi
rête pas là (…) Je confirme que non
seulement, ils mentent, mais, que par- VOC :
fois, ils inventent carrément. » *ASL ( armée syrienne libre ) : Armée
de groupes rebelles opposée au ré-
De ce fait, nous mentent-ils à propos
gime de Bachar Al-Assad et son armée
de Bachar Al-Assad ?
*Milice : Troupe armée non-officielle
Est-il vraiment cet ‘’ horrible dicta-
teur ‘’ ?

©Adeline Chenon Ramlat, photos

10
Comment décrocher
sans tout couper ?
Les jeunes adolescents sont de plus en plus confrontés aux écrans ( télé-
vision, tablette, téléphone, ordinateur ). Quels en sont les différents
effets sur la santé ? Pascal Boissel, psychiatre, nous explique tout ce
qu’il y a à savoir sur les dangers des écrans.

C'est quoi l'addiction aux cannabis aux diverses


écrans ? drogues illicites, à la nourri-
ture (boulimie), au jeu (les
L'addiction aux écrans, ou bien
jeux de casino par exemple)
l'addiction aux jeux vidéos qui
et d'autres encore. Le point
est celle dont on parle le plus
commun est la dépendance
souvent, est une dépendance à
à cette activité, la perte de
ces jeux vidéos. C'est le fait d'y
la liberté de pouvoir l'arrê-
passer des heures, de ne pou-
ter sans effort.
voir s'en empêcher, d'organi-
ser une grande partie de sa vie, Comment se libérer de
voire toute sa vie autour de cette addiction ?
cette activité. C'est plus qu'une
©Montage K’eskon attend

Il faut tout d'abord accep-


passion pour ces jeux, qui
ter ce que l'entourage dit à
pourrait s'associer à d’autres
ce sujet. C'est l'entourage
intérêts. Cela entraine un dé-
qui dit à une personne
sintérêt pour les relations ami-
qu'elle est addict aux jeux
cales et familiales, pour les
vidéos ou au tabac ou à
études ou le travail, donc une
l'alcool ; la personne con-
forme d'isolement C'est décrit
cernée considère en géné-
surtout à partir de l'adoles-
ral qu'elle a un comporte-
cence « Ils ont dit » ment banal, juste un peu
Quels sont les causes de cette excessif ou qu'elle est libre
addiction ? Les consé- Lucie, 14ans : « Quand je rentre des d'exprimer ainsi sa person-
quences ? cours, je suis sur mon portable de 17h à nalité originale. Ensuite, il
19h30, je vais manger, et je repars de 20h à faut accepter l'aide d'une
Les causes peuvent être celles
22h. Pendant tout ce temps, soit 4 h 30 par tierce personne. L'entou-
qui amènent à se retirer du
jour, je regarde des séries. » rage amical et familial peut
monde, ce sont des causes
multiples. Il peut y avoir Morine, 14 ans : « Moi, j’y suis de 17h à suffire, mais pas toujours.
18h, de 18h30 à 19h et après je mange. Je Alors il est possible de con-
comme causes un deuil, une
vais surtout sur les réseaux sociaux. » sulter un psychiatre ou un
déception, par exemple amou-
psychologue. Cette consul-
reuse ou amicale. Souvent la Mattéo, 14ans : « Je parle avec des per-
tation peut être dans une
cause est difficile à trouver, sonnes pendant 2h. Par messages sur mon institution psychiatrique ou
c'est une évolution qui peut téléphone, et seulement cela, pour rester bien chez un praticien qui
être très progressive et qui n’a en contact avec mes amis. » exerce en ville.
pas d’élément déclencheur.
Cilio, 14ans : « Moi c’est pendant 5h et je
Propos recueillis par
Peut on comparer cette ad- parle aussi avec des amis. »
Danlloba FOFANA , Pauline
diction au tabac ?
Ambre, 14ans : « Pendant 8h, pas d’affi- NOIRET, et Thomas MOREI-
On décrit comme addictions, lée, bien sûr, mais égrenée , je vais principa- RA
celles au tabac, à l'alcool, au lement sur les réseaux pour discuter. »

11
Demain, végétariens ?
Seriez-vous capable de rester une semaine sans manger de viande ni poisson ?
Eux l’on fait ! Maëlys, Mélissa, Mathieu, Alban, Elen, Laura et Enzo, journalistes
de « K’eskon attend » ont tenté de réaliser un défi : ne manger ni viande ni
poisson pendant une semaine. Récit et impressions.

JOUR 1 : JOUR 4 :
Pour ce premier jour, nous n’avons pas ressenti un Enzo commence à regretter son choix. Il nous ex-
besoin de manger de la viande. Mais pourtant Ma- plique : « j’ai vraiment envie de manger de la viande
thieu, dès le début, a commis une étourderie en de me faire plaisir sur certain plats ». Alors que Lau-
mangeant du saucisson. Il s’explique : « En sortant ra, Maëlys et Alban ont trouvé plusieurs astuces
des cours, un de mes amis a acheté de la nourriture, pour remplacer les protéines animales en mangeant
un petit sac de saucissons d'apéro. Il m'en a proposé du quinoa, en achetant des produits végétariens
un et, oubliant le projet, j’ai accepté d’en manger. » (steak au soja…) ou en changeant le steak dans un
Il fera mieux demain. hamburger par une tranche de butternut (courge)
une grande découverte !
JOUR 2 :
Nous nous rendons compte que l’on doit se priver JOUR 5/JOUR 6 :
de petits plaisirs de la vie quotidienne comme les Vivement le retour à la normale car les tentations
bonbons qui contiennent des substances animales. sont grandes autour de nous ! L’envie d’un bon
Le père de Maëlys, lui, qui avait accepté de relever le steak se fait sentir. On en a tous marre c’est beau-
défi avec elle, jette déjà l'éponge ! Dans les autres coup trop long !
foyers, certains de nos parents nous narguent en
insistant sur le fait qu’ils mangent de la viande et du JOUR 7 :
poisson. Pas très sport ! Enfin la délivrance, nous sommes tous contents d’en
avoir fini et nous retrouvons le goût des protéines
JOUR 3 : animales à notre manière. Enzo et Maëlys décident
La fatigue commence à se ressentir. En effet, auto- d’aller au fast-food, Laura opte pour une côte de
suggestion ou pas, nous nous sentons « en manque bœuf...
de protéines animales » et nous déconcentrés pen-
dant les cours. « J’ai du mal à me tenir
sur mes jambes et à aligner un pied
devant l’autre, j’ai une grande envie de
dormir » dit Mélissa. Mathieu, quant à
lui, a décidé d’abandonner : « Mon
père m’embêtait en me faisant des
remarques sur ce que je mangeais et
en me mettant son assiette de viande
sous le nez. De plus, j’avais vraiment
©Montage K’eskon attend

envie d’arrêter ». Au contraire, Mélis-


sa, Alban et Maëlys se sentent bien et
continuent leur défi sans aucun regret.
Bravo !

12
©Montage K’eskon attend

Pourquoi avons-nous Bilan de tous les


voulu faire le défi ? participants :
Maëlys : « Ce qui est sûr, c’est que je ne peux pas
Elen voulait voir si elle pouvait se passer com- me passer de viande mais si c’était à refaire, je le
plètement de manger de la viande car elle con- referais sans hésiter !! Grâce à cette semaine de
somme déjà très peu de viande dans la vie de végétarisme, j’ai pu découvrir de nouveaux ali-
tous les jours. ments que j’ai beaucoup appréciés ! »
Enzo révèle : « Devenir végétarien était une Pour Mathieu cela a été une très bonne expérience.
option que j’envisageais déjà, je voulais essayer Pour lui c’est sûr, il ne deviendra pas végétarien, en
mais je n’arrivais pas à m’y mettre alors j’ai trou- tout cas pour l’instant ! Mélissa : « J’ai apprécié de ne
vé que ce défi était une bonne occasion de ten- pas manger de viande, pour moi c’était une semaine
ter l’expérience accompagné de mes amis ». « détox » ». Depuis ce défi elle a pris la résolution, ré-
Maëlys a voulu faire ce défi pour savoir ce que duire sa consommation de viande car pour elle, ce
l’on ressentait lorsque que l’on était végétarien n’est pas un besoin vital.
et de ce fait, se mettre à la place d’une de ses Pour Laura, qui pensait devenir dans un futur proche
cousines qui est végétarienne. végétarienne, cette semaine lui a permis de se rendre
Mélissa, quant à elle, a décidé de réaliser ce défi contre que la viande est une grand passion pour elle.
pour voir si elle pouvait réussir à supprimer les Alban : « Je retenterai volontiers cette expérience mais
protéines animales de son alimentation et aussi je ne pourrai pas tenir un mois car le saucisson me
pour une raison particulière qu’elle nous ex- manquerait trop ! »
plique : « J’ai voulu tenter cette expérience car Elen : « Ce défi m'a fait du bien, mais je pense que ne
je n'accepte pas la manière dont sont traités les plus manger de protéines animales n’est pas la bonne
animaux dans les abattoirs cela me dérange for- solution ; il faut juste en consommer un peu moins.
tement ! » Quelquefois, il m’arrive de ne pas manger de viande
Mathieu, Alban et Laura, très intrigués par ce pendant une semaine et ceci me convient très bien »
sujet, voulaient se mettre à la place d’un végéta- Et vous le feriez-vous ?
rien pendant au moins une semaine pour voir ce
que ça faisait de supprimer la viande et le pois- A la rédaction, Laura Hoffmann, Maëlys Barbarin
son de son régime alimentaire.

13
Sans-abri :
un combat quotidien
Marronnier de l’hiver, le thème des sans-abris est forcé-
ment arrivé jusqu’à nous. Pour que nous nous rendions
compte que cette situation n’est jamais banale, toujours
difficile. Nous proposons donc d’aller à la rencontre de
deux jeunes, endurcis par la vie. Touchants et attachants,
ils se sont confiés à nous avec la plus grande des sincérités.

par exemple pour trouver des ressources :


Wanadi fabrique des bijoux et William mixe
en soirée et dans des festivals. Ils sont aussi
saisonniers quand la saison arrive de trouver
des bras disponibles ici ou là. « Une vie faite
de difficultés, une vie où la rue s’impose à
eux », regrettent-ils.

« Soit tu marches, soit tu crèves »

Ils sont passés par tous les pièges sournois


de la rue : la prostitution, la drogue, et aussi
les « sales boulots » qu’ils ont toujours re-
fusés avec dignité. Malheureusement, Wa-
nadi et William ne reçoivent aucune aide
sociale. Ils essaient de garder leur autono-
mie. Par ailleurs, les forces de l’ordre ne les
©K’eskon attend

respectent pas, au lieu de leur apporter un


certain soutien, les chassent d’ici, ls repous-
sent là. Le couple pense qu’ils ne respectent
ni leur liberté ni leurs droits. Ils ne peuvent
compter que sur eux-mêmes. Pour le reste, il

W
anadi, elle, était assise, là, à même le pense aussi que la plupart des gens les regardent
sol, bravant une pluie glaciale. Son co- avec indifférence, ou les considère comme des vo-
pain, William, arrêtait quelques pas- leurs, des clochards. A l’inverse, la rue leur a permis
sants avec égard et politesse pour demander de faire d’inoubliables rencontres dont ils se souvien-
quelques pièces qui leur serviraient à subvenir à nent un peu émus mais qu’ils ne partagent pas.
leurs besoins primaires : voilà notre première ren- Aujourd’hui, ils s’efforcent de profiter de leur jeu-
contre. nesse et de poursuivre leurs rêves. « Notre objectif ?
Elle a 21 ans, lui, 22. Ils sillonnent les routes de France Rejoindre l’Amérique du Sud », confient-ils.
depuis deux ans. Aujourd’hui, malgré toutes des dé- Bon courage à eux.
ceptions qu’ils ont pu connaître au fil des rencontres,
Cléo Marcadal, Inès Aggairi
ils ne rechignent pourtant pas à raconter leur combat
quotidien pour survivre. Comment ils s’organisent,

14
Y a quelque chose
qui cloche ?
C'est un nom peu vendeur : une cloche, c’est pas bien malin.
Et pourtant à Châtellerault, on en fait l'objet d'une exposi-
tion sur toute l’année. On peut la voir à l'Hôtel Alaman jus-
qu'au 17 juin et s'y persuader que c'est même une richesse
patrimoniale. On a visité pour vous...
©K’eskon attend

trument. ET tout de suite après se


rappeler qu'elle a aussi un effet mé- Carillonneur de
diateur car la cloche est une messa- Châtellerault
gère : elle appelle, elle rassemble, elle
Jacques Daunizeau : En
délivre un message sonore. N'ou-
avançant dans l’exposition

L
e nom de l'expo, c'est sim- blions pas l’angélus !
plement « cloches », tout Histoires de cloches nous pouvons regarder des
bêtement. Mais on précise On explique aussi que la cloche a un documents vidéo et c'est là
tout de suite que l'objet, effet protecteur car, au Moyen Age, que l'on peut rencontrer
c’est «l'extraordinaire patrimoine sa voix divine était sensée éloigner les Jacques Daunizeau un carillon-
campanaire » et là, lexique savant intempéries, mais que c’est égale- neur de Châtellerault. Une ren-
aidant, on ne peut plus ne pas pren- ment, en soi, une œuvre d’art. On contre qui permet de com-
dre au sérieux l'événement. On entre parle plus loin de la fonction spiri- prendre comment marche le
et on se renseigne. On découvre tuelle de la cloche qui est le lien entre système qui actionne les
d'abord les nombreuses affiches de l’humain et le divin quand elle est cloches et les problèmes du
l’exposition qui contiennent, de nom- cloche d'église. On s'intéresse enfin système électrique. Il explique
breuses informations sur les cloches. aux histoires de cloches comme celle comment utiliser les carillons
Il n'y a plus qu'à se laisser guider. La de la cloche de Jeanne d’Usseau ou et aussi à quoi ils servent, dé-
première affiche explique le passage encore l’histoire des fondeurs qui monstration à l'appui puisque
du mécanisme manuel au mécanisme sillonnent les campagnes pour fabri- des morceaux sont joués. C'est
électrique : il y a donc une histoire quer de nouvelles cloches. On ra- en vidéo aussi qu'on peut faire
des cloches. La deuxième affiche conte la cloche Russe, célèbre à Châ- le tour des cloches de Châtelle-
parle des inscriptions gravées sur les tellerault, et on n'oublie pas les caril- rault, un voyage qui s'achève
cloches qui ont toutes une significa- lons historiques, rares, car le fonc- par le toucher, une grosse
tion particulière : il y une littérature tionnement du mécanisme est très cloche trône dans la salle. De
des cloches ! La suivante dit que la compliqué à produire. quoi satisfaire le curieux.
cloche est un instrument à percus- Enzo, Hugo, Maëlys, Clarence
sion, qu'elle
©K’eskon attend

produit une
vibration so-
nore en étant
frappée par
un battant ou
un marteau
de fer ou
d’acier. On
peut donc la
prendre dans
son aspect
musical,
comme ins-

15
©K’eskon attend
Écrivaine, illustratrice
et... secrétaire
Son rêve était de dessiner pourtant elle est devenue secrétaire. Après un
détour, elle a réalisé son rêve. Aujourd'hui, elle est écrivaine-illustratrice.

langue française
et son côté poé-

«
tique a, à nou-
à dix ans je veau, subjugué
voulais faire Hélène. Puis, la
les Beaux naissance de ses
Arts ». Elle enfants lui a
s'appelle Hélène Valentin. Depuis donné envie
toute petite, elle adore dessiner. d'écrire des
©K’eskon attend

L'envie d’écrire l'a prise bien plus livres pour la


tard, vers vingt ans. A dix ans, quand jeunesse : « Je
elle voulait faire les Beaux Arts, mais regardais mon
ses parents s'y montrés opposés : « fils, et mon fils
ça ne faisait pas partie de leur culture dans sa main,
». quand il était
tout petit, il avait un truc minuscule scène. « Cœur de rosée » traitera,
Comme elle était forte en langues,
et dans ce truc minuscule il y avait un pour chaque livre, d'un trait de carac-
après son bac, elle a donc décidé de
univers. Et je me suis dit ; mais il ne tère différent ou d'un thème de la vie
poursuivre avec un BTS secrétariat
faut pas qu'on oublie ça, nous les courante : l'amour, la fierté, la gour-
trilingue. Une fois qu'elle eu son BTS,
adultes, c'est les enfants qui ont rai- mandise, être un artiste et le cou-
elle est partie vivre en Allemagne.
son ». rage.
Elle y reste huit ans, durant lesquels
elle ne pratique plus que la langue La bibliothèque d'Hélène Valentin Ses enfants grandissants, Hélène a
anglaise et allemande, qui était deve- commencé à écrire des romans
Hélène lance ses collections de livres
nue comme sa langue maternelle. (illustrations noires et blanches avec
après la création de son édition «
Elle avait déjà commencé à écrire en plus de texte). Récemment, elle s'est
Cybellune » en 2011. Tous ses livres
Allemagne, mais en allemand : « lancée dans une collection pour
font partie d'une série. Ses premiers
J’écrivais des nouvelles pour adultes adultes sous forme de recueil. Le
albums ont été : « Zoé bout d'nez »
». premier tome, « Perle de temps »
en neuf volumes. Ensuite, il y a eu «
traite le sujet de l'instant présent. Le
Enfin, elle est rentrée en France, le livre des mondes » en trois albums,
deuxième tome, parle de l'amour
après avoir passé huit ans sans parler qui racontent la différence entre les
sous 4 formes différentes : « Bulles
français. La redécouverte de la filles et les garçons. Puis une série
d'amour ».
avec des lutins abordant les
thèmes de l'orthographe, du Un livre : toute une histoire
temps et de la géographie.
« Écrire des livres, c'est bien, mais der-
La dernière série pour les 3-8 rière il faut vendre » : Hélène explique
ans est en cours. C'est « tout le processus qui dure environ 3
©K’eskon attend

Cœur de rosée », qui met en mois. Tout d'abord : le texte. Beaucoup


scène des animaux. Cette de ratures, des pauses et une relecture
collection ira jusqu'à 24 à chaque épreuve. La relecture, c'est la
livres, accompagnée d'une lecture de chaque texte par un comité
collection de cartes représen- de lecture (ici l'entourage d'Hélène),
tant les animaux mis en afin d'avoir un point de vue extérieur

16
Souvenir de
la grippe
H1N1

©K’eskon attend
Louka, 15 ans, est un rescapé de la grippe H1N1 qui
a tant fait parler d'elle en 2009. Il était encore petit
mais se souvient très bien de cet épisode qui l'inscrit
un peu dans l'histoire du début du siècle. Rappelons-
(…) Une fois le manuscrit réalisé, on passe à la deuxième nous la panique à l 'époque, la campagne de vacci-
étape : le scénario. Le scénario, c'est la disposition des per- nation catastrophique qui coûta 2 milliards d'euros
sonnages pour avoir une certaine dynamique et une cer- pour n'aboutir qu'à 8% de français vaccinés. Louka,
taine cohérence dans les illustrations. lui, se souvient de l'inquiétude de ses
Une fois le scénario réalisé, Hélène fait les illustrations : proches et de la peur des autres d'être con-
d'abord au crayon à papier puis elle repasse au stylo indé- taminés.
lébile et, enfin, elle met de la couleur. La couleur, elle la fait
à l'aquarelle pour la fluidité, les nuances et l'intensité.
Après ça se corse : une fois l'original réalisé, Hélène le
Ç a a commencé tout bête-
ment par une visite chez le
decin qui lui a dit : « Tu es ma-
mé-

scanne dans un logiciel de mise en page. Elle colle le texte lade ». Il n'a pas compris tout de suite,
sur les illustrations tout en respectant une liste de règles trop petit pour dramatiser son entrée à
pour l'imprimeur, puis, une fois scanné, le livre (pas encore l'hôpital. Il s'est donc rendu en urgence à
monté) est envoyé à l'imprimeur. Ensuite un « bon à tirer » l’hôpital de Châtelle- rault. Et c'est là, qu'ils
lui est renvoyé par l'imprimeur ; c'est une sorte de contrôle ont commencé à s'agiter : « Ils m’ont donc endormi,
puis de retour dans une chambre, ils m'ont posé des
pour vérifier que tout fonctionne bien.
patchs spéciaux. »
Une fois le tout vérifié et revérifié l'impression est lancée Il a très mal vécu cet épisode. Il était souffrant, il
(ici 1000 livres). avait du mal à respirer et trouvait le temps très
long : il devait rester allongé et ne pouvait donc pas
Un métier varié et riche de rencontres faire grand chose. Il avait bien sûr la visite de sa fa-
Hélène Valentin ne se contente pas seulement d'écrire et mille mais ça l'impressionnait. Il pleurait en les
d'illustrer ses livres. Sur demande, elle illustre des poèmes, voyant obligés de mettre un masque pour pénétrer
dans sa chambre. Il ne comprenait pas vraiment ce
des événements comme des mariages : « Une dame est
qu'il se passait. De temps à autre, plus habitué, il
venue me voir un jour sur mon stand et m'a dit : « Vous
commença à jouer à des jeux de société avec sa fa-
allez peut-être me prendre pour une folle, mais je voudrais mille. C'était à peu près son seul passe-temps entre
que vous illustriez mon mariage ». Elle a également fait des les piqûres. Les bons moments ? Il devait boire beau-
affiches et des cartes postales. coup de jus de fruits et il recevait des dessins de ses
camarades de l'école qui voulaient l'encourager à
Dans ce métier, Hélène apprécie beaucoup le fait de ren-
garder l'espoir.
contres du monde.
La sortie de l’hôpital
A la question de savoir si elle compte s'arrêter un jour,
« Quand je suis sorti de l’hôpital, je me sentais super
elle répond : « J'aurais du mal ! J'aurais du mal car c'est un
bien. Je sautais partout et j’avais envie de tout cas-
métier, une passion, une façon d'être. Je ne suis pas aux 35
ser tellement j'étais heureux. Ma mère était heu-
heures, mon travail c'est tout le temps : quand je fais un reuse aussi de me voir dans cet état. » Cependant,
dessin d'autres prennent un tricot. Des fois, je reste le soir ce qui l'a troublé, c'est l'histoire du masque.
jusqu'à 23 heures car j'ai besoin, j'ai envie. Quand je pars « Quand je suis sorti, j’ai dû porter un masque pour
en vacances, je prends mes ne pas donner ma maladie et je suis resté un mois et
carnets de croquis parce que demi chez moi avant de retourner à l’école pri-
j'éprouve le besoin de dessi- maire ». Une expérience qu'il n'oublie pas et qui lui
ner. C'est mon tout ». fait sentir aujourd'hui qu'il est heureux d'avoir
échappé à quelque chose : ça donne du prix à sa
Gasparyan Elen et Schneider famille et à ses mais. « Je n'ai besoin de rien
Lilly d'autre », dit-il.

17
Plus que de simples
animaux de compagnie...
Que ressentez-vous lorsque vous perdez votre animal de compagnie? Pour
répondre, rencontre avec le vétérinaire Christian Collinot de la clinique du
Roc à Châtellerault et quelques personnes du collège Descartes .

Vanille, c'était le chat de Jude. Il a été empoisonné à


6 ans. Cela remonte à 5 ans. Vanille a été enterré
dans le jardin de son maître. Aujourd'hui Jude en
cherche un de nouveau. Dans ses souvenirs, son
chat avait mordu son chien, ils se chamaillaient sou-

©Montage K’eskon attend


vent. Jude va même jusqu’à parler de son poisson
qui est mort noyé, Jude était petit à cette époque et
pour changer l'eau du bocal, il l'avait rempli d'eau de
rivière mais cette eau là n'avait pas assez d'oxygène
pour permettre au poisson de respirer, le poisson
s'était donc noyé.
Il y a encore la chienne de Charlotte, Yara, qui est

C
hristian Collinot, vétérinaire, sait bien
décédée d'une tumeur. Elle avait 7 ans. C'était il y a
combien il est difficile et délicat d'annon-
une quinzaine d'années. Charlotte nous a raconté
cer le décès d'un être cher à la famille.
qu'un jour pour faire taire sa chienne qui aboyait
Les vétérinaires ne sont pas préparés à
dehors, elle avait passé sa main à travers la vitre et
ce genre de difficulté. Quand il faut annoncer un
sans s'en rendre compte elle s'était ouvert le bras.
décès, il faut juste avoir de l'empathie et du respect
Quand Yara était petite, elle se cachait tout le temps
pour l'animal. « Toutes les familles savent qu'elles
sous les meubles, ç'a l'amusait beaucoup.
peuvent venir nous reparler ou se faire expliquer des
causes ou des raisons qu'elles n'auraient pas com- Téophan lui, a juré de ne plus en avoir après le dé-
prises » affirme Christian. cès de son chien Amel il y a deux ans.

Ensuite, il faut faire une déclaration de décès si l'ani- Julie, elle, a fait pousser un prunier juste devant la
mal est pucé ou tatoué. Pour l'enterrement de son tombe de sa chienne Ophélie.
animal de compagnie, on peut se rendre dans un Quant à Fidji, le petit chat de Noé, décédé devant la
cimetière spécialisé d'une compagnie, de même maison familiale à seulement 8 mois, il a été enterré
pour l'incinération. On peut aussi enterrer son ani- dans le jardin. . Noé et sa famille l'avait recueilli à
mal dans son jardin à condition qu'il soit léger ; les ses deux mois, ils lui donnaient le biberon. Réglisse
animaux lourds et grands sont interdits. Le pro- avait 7/8 ans et commençait à se faire vieux. Ce chat
blème dans ce métier, c'est d'oublier les petits pa- s'est fait renverser par une voiture et Pierre, son
tients qu'ils ont souvent soignés." De plus, parfois jeune propriétaire, nous fait part de sa tristesse : il a
quand la douleur est trop importante, il nous faut les vraiment été touché par le décès de son ami.
aider à partir par euthanasie, ce qui est le plus com-
pliqué dans notre métier". Pour conclure, l'animal de compagnie est un
membre de la famille à part entière.
L'euthanasie chez le vétérinaire est l'ultime recours
pour épargner à un animal sa douleur. On remarque aussi qu'une grande partie des fa-
milles enterrent leurs animaux dans leur jar-
Quelques témoignages de collégiens din. Beaucoup de gens sont nostalgiques en repen-
Quand les jeunes parlent de la disparition de leurs sant à leurs compagnons défunts.
animaux de compagnie, ils ne peuvent le faire sans Sarah Aggairi et Chloé Dubreuil
rappeler le souvenir de leur vie. C’est le cas pour

18
La nuit des conservatoires
en pleine lumière

On y découvre le monde des artistes et des danseurs, un monde qui pourrait donner
envie à certains. La nuit des conservatoires, c’est partout en France mais aussi à Châtel-
lerault. Des lumières de partout, une soirée bien animée, une ambiance plutôt
agréable… Direction le conservatoire Clément Jannequin !
©K’eskon attend

L
a nuit des conservatoires, c’est un événe- La nuit des conservatoires demande beaucoup d'orga-
ment national qui a lieu depuis 5-6 ans sur nisation. À Châtellerault, cela fait longtemps que les
toute la France. Sur Châtellerault, c'est la professeurs, la direction et l'administration travaillent
deuxième année qu'a lieu cette soirée, à pour organiser cette soirée. C'est un événement qui a
l’initiative de plusieurs professeurs qui, connaissant prit plus d'ampleur que l'année dernière car organisé
cet événement qui se déroulait dans d'autres conser- autour de petites séquences qui durent entre 10 et 15
vatoires, ont eu envie de le faire à Châtellerault. minutes qui se passent simultanément et sont jouées
L’objectif est simple. Il s’agit dans un temps court de plusieurs fois de façon à ce que le plus de monde pos-
révéler la grande diversité de ce qui se passe dans un sible puisse y assister.
lieu comme celui-ci. C'est l'occasion de montrer au
L’accueil par le public ? Il est plutôt bon. Les réac-
public tout ce qui peut se passer dans un conserva-
tions tournent toutes autour de « on découvre un
toire en terme de musique, de danse et de théâtre,
autre monde » ou « c'est une soirée fantastique ». Un
dernière discipline qui vient d'arriver au conserva-
retour très positif, dont le seul bémol est qu'il y avait
toire de Châtellerault. Les prestations sont faites par
beaucoup de monde et que c'était dur de pouvoir voir
et pour les petits élèves, par des adolescents, par des
toutes les prestations. Cependant, pour garder la dy-
adultes et il y a aussi des représentations qui sont
namique, éviter la lassitude du public, cette nuit des
faites pour les touts petits puisque qu'à Châtellerault,
conservatoires ne sera peut être organisée que tous
le conservatoire accueille de très petits enfants. Il y a
les deux ans.
de l'éveil musical pour les élèves venant des crèches
de Grand Châtellerault. Stella

Une soirée pleine de lumières


©K’eskon attend

Cette année, la soirée était illuminé par des lumières


de couleurs, et par une idée qui visait à lier impro et
danse. Dans tous les coins, on voyait des danseurs qui
improvisaient, dans plein de salles, il y avait des musi-
ciens qui se produisaient. Jusqu’à se rencontrer : cer-
tains danseurs étaient en raccord avec un musicien et
on avait choisi de faire entendre toutes les 15 minutes
quatre notes de musique, signal déclenchant une im-
pro, fil rouge de la soirée.
19
Souvenirs des rencontres
théâtrales lycéennes avec les 3T
et la comédie Poitou-Charentes