Vous êtes sur la page 1sur 2

Les modèles de développement

Origine : Guy Bajoit, sociologue du développement, Belgique - UCL

A quoi sert la grille ?


Elle montre que la notion de développement n’est pas neutre et qu’elle
obéit à des logiques de vision du monde différentes et recoupe les
options de type idéologique. Elle rappelle que le discours sur le
développement a succédé au discours colonial et qu’il évolue au fil du
temps. Elle met en évidence la complexité du développement avec ses
facettes technique, culturelle, politique, sociale et économique.

Ce que l’on peut faire de la grille ?


Réfléchir à sa propre conception du développement. Analyser le
discours et l’action d’acteurs (ONG, partenaires, responsable politiques,
secteur public, …) du développement pour voir dans quelle(s) logique(s)
ils s’inscrivent.

Limites :
Comme toute modélisation, la grille tend à déterminer des « idéaux
types » qui aide à analyser une réalité même si celle-ci n’est pas
réductible à un modèle. Il faut éviter une application trop mécanique de
la grille à l’analyse d’une situation.

Référence :
Guy Bajoit, Pourquoi les richesses du monde sont-elles si inégalement
réparties et Repenser le développement, in Antipodes n° spécial Le
développement, ITECO, octobre 1997
L’EVOLUTION DES MODELES DE DEVELOPPEMENT D’APRES GUY BAJOIT
<années 1950 années 1975-85 > < années 1975-85 2000 ?>
Développement Modèle de la Modèle de la Modèle de la Modèle du Modèle de l'identité
Modernité révolution compétition conflit culturelle
amélioration
des conditions
sociales et
matérielles de
vie

Les causes La résistance et L'impérialisme économi- L'interférence de la L'absence de démocratie L'impérialisme culturel
du sous- que, politique,
l'inadaptation des sociétés logique politique étatique qui étouffe les qui étouffe les
traditionnelles et idéologique des pays du sur la rationalité mouvements sociaux et dynamiques
dévelop-
conservatrices au centre sur ceux de la économique empêche la conflictualité socioculturelles locales
pement développement de la périphérie avec la sociale
modernité complicité des élites
locales
La Le passage de la société Le passage de la société Le passage de Le passage de la dictature La récupération par les
définition traditionnelle à une dominée par l’impérialis- l’intervention de l’état à une société peuples de leurs racines
du dévelop- société moderne me allié à la bourgeoisie dans l’économie au libre démocratique identitaires et culturelles
nationale, à la libération jeu de la rationalité
pement nationale et sociale économique
Les La modernisation La révolution nationale et La compétition, la L’organisation des La promotion des
politiques de économique, sociale, sociale : prise du pouvoir privatisation et la mouvements sociaux dynamiques
administrative, politique et mise en place d'un responsabilisation socioculturelles locales
dévelop-
et culturelle, le programme révolution- financière dans des actions
pement changement des naire : nationalisations, communautaires, de
mentalités substitution des subsistance, autocentrées,
importations, … durables, appropriées…
Les acteurs Les élites modernisatrices Les élites révolutionnaires Les élites privées Les élites sociales Les communautés de base
de l’état du parti unique, contrôlant innovatrices solidaires privées
l’état
Les projets L’assistance technique La solidarité politique L’appui au secteur privé La solidarité à la base,
de (petites et moyennes l’appui aux structures de
coopération entreprises) base
Conception Technique Politique Economique Sociale Culturelle
ITECO – Centre de formation pour le développement – Janvier 2000