Vous êtes sur la page 1sur 8

LES REDRESSEURS A MLI

Les redresseurs à thyristors fonctionnant à commutation naturelle présentent des inconvénients graves tels que :

Ils injectent dans le réseau des courants harmoniques ;

Ils consomment de la puissance réactive ;

Fp =

P

=

U

do

I

d

cosα

=

(

I

)

1 eff

cosα

S

S

I

eff

avec α : angle d’allumage des thyristors.

Ce problème du facteur de puissance est généralement rencontré en traction électrique avec une caténaire alimentée en alternatif.

Pour résoudre ce problème, il faut substituer la commutation forcée à la commutation naturelle en effectuant plusieurs commutations par alternance, c'est-à-dire travailler en modulation de largeurs d’impulsions.

1) Le montage de GAUDET :

La figure ci-dessous schématise le montage d’un redresseur à facteur de puissance unitaire réalisé par un hacheur H alimenté par un pont à diodes.

I H L f D D’ 2 H i DRL 1 i s ~ v
I
H
L
f
D
D’ 2
H
i DRL
1
i
s
~
v
DRL
u d
s
D
D’ 1
2

Le montage comporte un filtre d’entrée, un pont à diodes et un hacheur H.

Intervalles de conduction :

Si H est conducteur :

- le courant i s passe par D 1 et D’ 1 si V>0 d’où : I H =i s et u d =v ;

- le courant i s passe par D 2 et D’ 2 si V<0 d’où : I H =-i s et u d =-v ;

Si H est ouvert :

- La DRL conduit et I H =i s = 0 et u d =0 ;

: I H =-i s et u d =-v ; • Si H est ouvert :

Le découpage se fait de telle manière à faire coïncider le fondamental du courant i s sur la tension du réseau v, ce mode de découpage permet d’annuler la consommation de l’énergie réactive. Le développement en série de Fourier du courant d’entrée i s ne comporte que les harmoniques impairs :

i

s

=

avec

k = 0

2
2

I

2

k +

1

sin(2

k

+

1)

ω t

4 I d 2 I = 2 k + 1 (2 k + 1) π
4
I
d
2 I
=
2
k +
1
(2
k +
1)
π

k

=

0,1,

[cos(2

k

+

1)

θ

1

cos(2

k

+

1)

θ

2

]

et θ 1 et θ 2 sont déterminés selon le mode de découpage choisi.

Le fondamental s’écrit :

I =

1

4 I d 2 π
4 I
d
2
π

[cos

θ

1

cos

θ

2

]

Comme le fondamental de i s est en phase avec v, d’où ϕ=0, le facteur de puissance s’écrit :

Fp =

4 I 1 I d = 2 π I I eff eff
4
I 1 I
d
=
2
π I
I eff
eff

[cos

θ

1

cos

θ

2

]

2) Redresseur en pont :

Le redresseur est formé de quatre interrupteurs bidirectionnels et est alimenté par une source de courant et débite sur un récepteur de tension. La commande des interrupteurs est une commande MLI synchronisée sur la fréquence du réseau.

Une capacité de valeur suffisante C est insérée à la sortie du convertisseur pour que la tension u’ soit constante. Les interrupteurs commandés peuvent être des transistors bipolaires, MOSFET ou IGBT.

peuvent être des transistors bipolaires, MOSFET ou IGBT. Avantages : • réglage du facteur de puissance

Avantages :

réglage du facteur de puissance coté réseau

réduction des harmoniques coté réseau ;

réversibilité fonctionnelle assurée.

Commande des interrupteurs :

Utilisation de la MLI triangulo-sinusoidale :

: Utilisation de la MLI triangulo-sinusoidale : • Pendant la 1 è r e alternance :

Pendant la 1 ère alternance :

K’ 2 fermé

- K 1 fermé :

u=u’

et

i’=i

- K’ 1 fermé :

u=0

et

i’=0

Pendant la 2 ème alternance :

K 2 fermé

- K 1 fermé :

u=0

et

i’=0

- K’ 1 fermé :

u=-u

et

i’=-i

Formes d’ondes obtenues :

• Formes d’ondes obtenues : On montre que dés que l(‘indice de modul ation est suffisant,

On montre que dés que l(‘indice de modulation est suffisant, le fondamental de

la tension d’entrée u avoisine la valeur ( r .U ' /

est supérieure à tension.

la valeur ( r . U ' / est supérieure à tension. 2) . Ainsi, la

2) . Ainsi, la tension de sortie U’

à tension. 2) . Ainsi, la tension de sortie U’ 2 U . Ce montage fonctionne

2U . Ce montage fonctionne en redresseur élévateur de

1

Application

Dans le cas des systèmes de traction électrique performants (redresseur- onduleur-machine), on remplace le redresseur à thyristors fonctionnant en commutation naturelle par un redresseur en pont commandé en MLI de telle manière que le fondamental du courant de la source soit en phase avec la tension du réseau (ϕ=0 donc Q=0).

la source soit en phase avec la tension du réseau ( ϕ =0 donc Q=0). Topologies

Topologies de fonctionnement du convertisseur :

la source soit en phase avec la tension du réseau ( ϕ =0 donc Q=0). Topologies

Formes d’ondes dans le cas d’une réalisation expérimentale :

• Formes d’ondes dans le cas d’une réalisation expérimentale : 8