Vous êtes sur la page 1sur 9

10/03/2017 Musique de Chambre à Giverny : programme du 21 aôut

  mercredi 31 août 2016

▉ Biographies musicales
▉ Encyclopédie musicale 
▉ Analyses musicales 
▉ Articles et documents 
  ▉ Nouveaux livres  ▉ Bibliothèque 
  ▉ Nouveaux cédés  ▉ Presse internationale 
  ▉ Petites annonces ▉ Agenda 
▉ Analyses musicales

Musique de Chambre à
Giverny 2016 : programme
du 21 aôut
Ce  programme  a  été  joué  dimanche  21  août  2016  au  Musée  des
impressionnismes de Giverny, sous le générique « Le Boléro, L'Espagne  à
Paris »

A près  l'échec  de  Roland  au  Concours  international  d'olifant  de


Roncevaux  au  Pays  basque,  le  contact  avec  la  culture  espagnole
semble passer par l'Italie ou la Flandre ou les champs de bataille. En fait,
c'est un domaine peu étudié. Les princes faisant déjà du coupé­collé à qui
aurait le plus beau château, le plus beau portrait ou la plus belle musique,
l'âge  d'or  espagnol  des  XVIe  et  XVIIe  siècles  a  certainement  laissé
d'autres  traces  que  celle  du  «  captan  fanfaron  »,  avec  Miguel  de
Cervantes  (Don  Quijote)  ou  Félix  Lope  de  Vega,  des  peintres  comme
Diego  Velasquez  ou  El  Greco,  des  musiciens  tels  Cristobal  de  Morales,
Antonio de Cabezón, Francisco Correa de Arauxo, Diego Ortiz… Partie la
plus visible d'une intense activité créatrice. Les gens bien nés du royaume
de France s'entichent tout de même du luth et de la guitare. Le Roi soleil,
dont  la  présence  n'empêche  pas  la  nuit  d'étaler  ses  astres,  accueille  à
Versailles dans les Yvelines, deux troupes de théâtre d'outre Pyrénées et

https://www.musicologie.org/16/mcg_programme_21_aout_2016.html 1/9
10/03/2017 Musique de Chambre à Giverny : programme du 21 aôut

prend des cours de guitare avec un professeur espagnol. Et cette Folia ?
Ce  thème  et  danse  portugaise  puis  espagnole  du  XVe  siècle,  dont  le
XVIIe  s'est  emparé  y  compris  en  France  avec  Lully,  D'Anglebert,  Marin
Marais … Jusqu'à Grétry en 1778 ! … Ces « Folies espagnoles » dont on
faisait une folie.

Au XIXe siècle, des compositeurs comme Glinka, Liszt, vont en Espagne
écouter les musiques locales, l'inspiration populaire prenant le pas sur les
traditions  aristocratiques.  Berlioz  adore  les  œuvres  de  Joseph­Melchior
Gomis  (né  en  1793),  on  apprécie  les  œuvres  de  Dionisio  Aguado.  Pour
les  Espagnols  (chez  eux  Giacomo  Meyerbeer,  allemand  parachuté  en
France, ne  quitte  pas  les  programmes  d'opéra),  le  siècle  commence  par
des  troubles  politiques  qui  poussent  les  artistes  vers  Paris,  par  ailleurs
capitale  des  arts,  fort  attirante,  passage  obligé,  où  une  colonie  hispano­
américaine  fortunée  et  dynamique  offre  une  source  de  revenus  pour  les
artistes  ibériques  à  partir  des  années  1920.  Dans  les  années  1830,  les
danseurs espagnols assurent des intermèdes, comme il était de tradition,
dans les opéras.

Au  cours  du  siècle,  on  peut  dénombrer  environ  70  musiciens  espagnols
de  passage  ou  installés  à  Paris  :  guitaristes,  pianistes,  violonistes,
chanteuses, chanteurs, compositeurs. De 1821 à 1841, un décret interdit
l'accès  des  étrangers  au  Conservatoire  national  de  Paris.  Les  étudiants
refusés  (y  compris  pour  limite  d'âge)  se  tournent  alors  vers  la  Schola
cantorum  de  Vincent  d'Indy,  ou  suivent  des  cours  privés.  Les  pianistes
affectionnent  ceux  de  Friedrich  Kalkbrenner.  Quand  les  règles
s'assouplissent,  les  pianistes  choisissent  Paris,  mais  les  violonistes  se
partagent  entre  la  capitale  française  et  Bruxelles.  En  1842,  l'espagnol
Gabriel Garcia est nommé professeur de chant au Conservatoire.

Depuis  1875,  le  monde  entier  est  amoureux  de  Carmen,  parfois  de  ses
interprètes, et en 1883, Emmanuel Chabrier, alcoolique vulgaire plus que
truculent,  racontant  avec  plaisir  sa  vision  des  fesses  des  danseuses  de
flamenco dans les estaminets, rapporte aussi (et surtout) de son voyage
espagnol  un  magnifique  et  flamboyant  poème  symphonique  :  España.
L'« espagnolade » est à la mode.

https://www.musicologie.org/16/mcg_programme_21_aout_2016.html 2/9
10/03/2017 Musique de Chambre à Giverny : programme du 21 aôut

Michel  Strauss  présente  le  concert  à  l'auditorium  du  Musée  des


impressionnismes de Giverny. Photographie © Jean­Marc Wardzawski.

Manuel de Falla, né à Cadix le 23 novembre 1876, est mort à Alta Gracia
en Argentine le 14 novembre 1946. Pianiste qui ne peut rivaliser avec des
Ricardo  Viñes  ou  Isaac  Albéniz,  ses  compositions  n'ayant  pas  grand
succès,  sans  fortune,  il  se  retrouve  à  Paris  comme  accompagnateur  en
1907, rencontre tout ce qui compte au monde musical, fait des escapades
à  Milan,  Londres,  Bruxelles,  Nice,  popularise  ses  œuvres,  y  compris  à
l'Opéra­Comique et retourne an Espagne en 1914. Il émigre en Argentine
en 1939.

Enrique  Granados  (1867­1916)  a  étudié  le  piano  deux  années  au


Conservatoire  national  de  Paris  sous  la  direction  de  Charles  Wilfrid  de
Bériot.  Il  habite  un  temps  chez  le  grand  virtuose  Ricardo  Viñes.  Le
premier  livre  de  sa  suite  pour  piano  Goyescas  est  créé  à  Paris,  après
Madrid, en 1911. La création parisienne  de sa Zarzuela  (opéra) Ovillejos,
en 1914, est reportée pour cause de guerre, mais pas sa mort : le bateau
qui le ramène de Londres après une tournée new­yorkaise est torpillé par
la marine allemande.

Joaquín Turina (1882­1949), séjourne à Paris de l'automne 1905 à 1914,
il suit les cours de composition de Vincent d'Indy à la Schola cantorum. Il
se perfectionne au piano auprès  de  Moritz  Moszkowski  qui  est  installé  à
Paris depuis 1897.

https://www.musicologie.org/16/mcg_programme_21_aout_2016.html 3/9
10/03/2017 Musique de Chambre à Giverny : programme du 21 aôut

Manuel  De  Falla,  Concerto,  pour  clavecin  et  5  instruments  :  1.


Allegro,  2.  Lento  (giubidoso  ed  energico),  3.  Vivace  (flessibile,
scherzando).  Composé  en  1923­1926,  créé  le  5  novembre  1926  à
Barcelone.

Edgardo  Campos­Seguel  (clavecin),  Irina  Stachinskaïa  (flûte),  Philibert


Perrine  (hautbois),  Bogdan  Sydorenko  (clarinette),  Solenne  Païdassi
(violon), Anastasia Feruleva (violoncelle).

Bogdan  Sydorenko,  Philibert  Perrine,  Solenne  Païdassi,  Anastasia


Feruleva, Irina Stachinskaïa, Edgardo Campos­Seguel. Photographie ©
Jean­Marc Warszawski.

Manuel  de  Falla,  Suite  populaire  espagnole,  d'après    Siete  canciones


populares españolas,  opus 37, pour soprano et piano, sur des poèmes
traditionnels : 1.  El paño moruno : Allegretto vivace, 2.  Nana :  Calmo e
sostenuto,  3.  Canción :  Allegretto, 4.  Polo :  Vivo, 5.  Asturian  :  Andante
tranquillo, 6. Jota : Allegro Vivo. Composé en 1914, créée le 14 janvier
1915  à  Madrid.  Arrangement  pour    violon  et  piano  de  Paul
Kochansky  (1925),  puis  pour  violoncelle  et  piano  par  Maurice
Maréchal (1925), sans la septième, Polo.

Michel Strauss (violoncelle), Yun­Yang Lee (piano).

https://www.musicologie.org/16/mcg_programme_21_aout_2016.html 4/9
10/03/2017 Musique de Chambre à Giverny : programme du 21 aôut

Enrique Granados, « Andaluza », 5e des Doce Danzas españolas, opus
37,  composé  entre  1892  et  1900.  Arrangement  pour  violoncelle  et
piano de Manuel Calvo.

Lisa Strauss (violoncelle), Yun­Yang Lee (piano).

Yun­Yang Lee et Lisa Strauss. Photographie © Jean­Marc Warszawski.

Cette  danse,  orientalisante,  évoque  l'Andalousie.  Mais  d'autres  régions


sont  évoquées  dans  l'ensemble  de  la  suite  :  la  cornemuse  (gaïta,)  de
Galice, la jota (danse) d'Aragon, la sardane de Catalogne.

Joaquín Turina, Quatuor avec piano en  la mineur, opus 67 : 1.  Lento ­


Andante  mosso,  2,  Vivo,  3.  Andante  ­  Allegretto.  Composé  en    1931,
dédicacé à José María Guervós.

Yun­Yang  Lee  (piano),  Fedor  Rudin  (violon),  Xavier  Jeannequin  (alto),


Cameron Crozman  (violoncelle).

https://www.musicologie.org/16/mcg_programme_21_aout_2016.html 5/9
10/03/2017 Musique de Chambre à Giverny : programme du 21 aôut

Yun­Yang  Lee,  Fedor  Rudin,  Xavier  Jeannequin,  Cameron  Crozman.


Photographie © Jean­Marc Warszawski.

Maurice  Ravel,  Boléro,  ballet,  en  do  majeur,  opus  81.  Composé  en
1928,  dédicacé  à  la  commanditaire  Ida  Rubinstein,  créé  le  22
novembre 1928 à l'Opéra de Paris. Arrangement pour 4 violoncelles
de James Barralet.

Joris  Van  den  Berg,  Lisa  Strauss,  Cameron  Crozman,    Anastasia


Feruleva

https://www.musicologie.org/16/mcg_programme_21_aout_2016.html 6/9
10/03/2017 Musique de Chambre à Giverny : programme du 21 aôut

Cameron  Crozman,  Joris  Van  den  Berg,  Lisa  Strauss,  Anastasia


Feruleva. Photographie © Jean­Marc Warszawski.

Tombée  tout  récemment  dans  le  domaine  public,  cette  œuvre


célébrissime va relever les concerts. Sa forme étant une longue variation
du timbre orchestral sur fond de caisse claire solo, c'est une gageure de
la mettre à quatre violoncelles.

Jean­Marc Warszawski.

Les concerts, programmes, photographies, extraits


sonores

18 août ; 19 août ; 20 août après­midi ; 20 août au soir ; 21 août ; 24 août
; 25 août ; 26 août ; 27 août après­midi ; 27 août au soir ; 28 août ; article.

(Le  démocrate  Vernonnais)  Musique  de  chambre  :  quel  avenir  pour  le


festival ?

Musique de chambre à Giverny.

https://www.musicologie.org/16/mcg_programme_21_aout_2016.html 7/9
10/03/2017 Musique de Chambre à Giverny : programme du 21 aôut

musicologie.org  ▉ Contacts ▉ Collaborations


56 rue de la Fédération  éditoriales
F ­ 93100 Montreuil  ▉ À propos
06 06 61 73 41  ▉ Cours de musique
▉ S'abonner au bulletin
ISSN  2269­9910
▉ Téléchargements 

▉ Soutenir
© musicologie.org 2016
musicologie.org

▉ Colloques &
conférences

▉ Universités en France

https://www.musicologie.org/16/mcg_programme_21_aout_2016.html 8/9
10/03/2017 Musique de Chambre à Giverny : programme du 21 aôut

Vendredi 2 Septembre, 2016 1:38

https://www.musicologie.org/16/mcg_programme_21_aout_2016.html 9/9