Vous êtes sur la page 1sur 37

Master 1 ère année EOPS Parcours Préparation du Sportif

1 è r e année EOPS Parcours Préparation du Sportif Les limitations respiratoires dans la performance
Les limitations respiratoires dans la performance à l’exercice physique
Les limitations respiratoires dans la
performance à l’exercice physique

I

Ventilation et Exercice

Apport d’O 2 et élimination de CO 2 Métabolisme aérobie

Muscles respiratoires

Mouvement d’entrée et de sortie mise en jeux des muscles respiratoires

Ventilation modérée :

- Inspiration: Diaphragme +++ et muscles intercostaux externes

- Expiration: relâchement musculaire + force de rétraction élastique pulmonaire donc passive

Ventilation + intense ~ >50L.min -1 : recrutement des muscles respiratoires accessoires

- Inspiration: scalènes, Sterno-cléïdo-mastoïdien

- Expiration: intercostaux internes et abdominaux +dorsaux, lombaires…

Rappel : Ventilation et intensité d’exercice

- VE ne varie pas linéairement

- Deux Seuils Ventilatoires coïncidant plus ou moins avec seuils lactiques

.

- VE ne varie pas linéairement - Deux Seuils Ventilatoires coïncidant plus ou moins avec seuils
Exercice et Régime ventilatoire Régime Ventilatoire: . . . V E avec l’intensité d’exercice par
Exercice et Régime ventilatoire Régime Ventilatoire: . . . V E avec l’intensité d’exercice par

Exercice et Régime ventilatoire

Régime Ventilatoire:

.

.

.

VE avec l’intensité d’exercice par :

- de V t et f r jusqu’à ~ SV 2

- f r alors que V t plafonne

f r jusqu’à ~ SV 2 - f r alors que V t plafonne Implications sur

Implications sur coût énergétique de la ventilation

Coût de l’augmentation du V T

V Hauts vol pulm P V V CL = Bas vol pulm P P
V
Hauts vol pulm
P
V
V
CL
=
Bas vol pulm
P
P

A fort volume, la même augmentation de volume pulmonaire nécessite de développer des variations de pression plus importantes (W resp +++)

Intérêt de respirer à bas volumes pulmonaire (bien « vidés ») en privilégiant le volume courant

B.Whipp R.Pardy

Au-dessus de SV 2 , le débit ventilatoire est très fortement augmenté et ajusté à des niveaux élevé correspondant - à des valeurs de VE qui peuvent être très importante - à une dépense énergétique (VO 2resp ) relativement élevée

II

Ventilation

et Entraînement

Demande vs Capacité

VO 2 (max) = VE(max) x (FiO 2 -FeO 2 ) (max)

Avec l’entraînement :

demande énergétique maximale d’exercice (VO 2max ), niveaux maximaux de VE max pour apporter l’O 2 nécessaire

( de 80 à 120 L.min -1 150-200L.min -1 )

Limitations mécaniques pulmonaires ?

L’ de VE jusqu’à des valeurs très élevées est-elle suffisante pour répondre

au besoin en O 2 ?

VE et notamment VE max est-il limité à l’exercice par les propriétés mécaniques

du poumon (volume, compliance des structures pulmonaires…)?

Réserve ventilatoire et entraînement

RV RV RV Entraînement intensif Entraînement modéré sédentaire
RV
RV
RV
Entraînement intensif
Entraînement modéré
sédentaire

VE max théorique VE max mesurée

RV (%)= [(VE max théorique - VE max mesurée )

/ VE max théorique] x 100

VE max mesurée = mesurée à VO 2max

Réserves ventilatoires en théorie jamais

épuisées sauf chez des sportifs

d’endurance

D’après B.J.Whipp and R.Pardy modifié, 1986

VE max théorique :

Soit VEMS x 35

Soit Ventilation Maximale Volontaire sur 12s

Limites mécaniques et Entraînement

En théorie, chez la plupart des sujets sains il n’y a pas de limitation mécanique de le respiration sauf :

- chez certains sportifs d’endurance hoùùes et femmes +++

(hauts VO 2max et hauts V Emax )

- ou chez des enfants (croissance pulmonaire)

- ou chez des seniors sportifs (vieillissement pulmonaire)

Conséquences possibles :

- Le renouvellement de l’O 2 peut alors être insuffisant par rapport aux besoins

- Apparition d’un gêne respiratoire (Dyspnée)

- Augmentation du coût de la ventilation

III

Implication de limitations

respiratoires dans les

limitations de la

performance physique

Limitations de la performance des sportifs d’endurance
Limitations de la performance des sportifs d’endurance
Limitations de la performance des sportifs d’endurance O 2 O 2 Implication du système respiratoire dans
Limitations de la performance des sportifs d’endurance O 2 O 2 Implication du système respiratoire dans

O 2

Limitations de la performance des sportifs d’endurance O 2 O 2 Implication du système respiratoire dans
Limitations de la performance des sportifs d’endurance O 2 O 2 Implication du système respiratoire dans
Limitations de la performance des sportifs d’endurance O 2 O 2 Implication du système respiratoire dans
Limitations de la performance des sportifs d’endurance O 2 O 2 Implication du système respiratoire dans

O 2

de la performance des sportifs d’endurance O 2 O 2 Implication du système respiratoire dans les
de la performance des sportifs d’endurance O 2 O 2 Implication du système respiratoire dans les

Implication du système respiratoire dans les limites de la performance des sportifs ?

Exemples de limites respiratoires de l’exercice

Hypoxémie Induite par l’Exercice

Coût énergétique de la ventilation et performance

Fatigue des Muscles Respiratoires à l’Exercice

II -- SportifsSportifs etet HypoxémieHypoxémie InduiteInduite parpar l’Exercicel’Exercice (H(HIE)IE)

InduiteInduite parpar l’Exercicel’Exercice (H(HIE)IE) Dempsey et al., J Physiol , 1984 Désaturation à

Dempsey et al., J Physiol, 1984

(H(HIE)IE) Dempsey et al., J Physiol , 1984 Désaturation à l’exercice chez des sportifs
(H(HIE)IE) Dempsey et al., J Physiol , 1984 Désaturation à l’exercice chez des sportifs

Désaturation à l’exercice chez des sportifs d’endurance

(Adapté de Legrand et al. , Med Sci Sports Exerc , 2005)

SaO 2 > 4%

Exceptionnellement SaO 2 jusque des valeurs < 85 % (Dempsey & Wagner, J Appl Physiol, 1999)

et PaO2 d’au moins10 mmHg (Préfaut et al., Sports Med, 2000)

HIEHIE touchetouche uneune partiepartie desdes sportifssportifs d’enduranced’endurance ::

Hommes ~ 40-50% de sportifs élites d’endurance (18-35 ans)

Prévalence + importante chez les sportives (20-45 ans) et les seniors (> 55 ans)

Demspey & Wagner, J Appl Physiol, 1999 Préfaut et al., Sports Med, 2000 Nielsen, Scand J Med Sci Sports, 2003

RéponseRéponse ventilatoireventilatoire inadéquateinadéquate àà lala demandedemande métabométaboliquelique

Exercices sous-maximaux (modérés à intenses):

VE relativement restreinte par une moindre régulation pendant l’exercice physique

(Harms & Stager, J Appl Physiol, 1995 ; Mucci et al., Eur J Appl Physiol, 1998)

sensibilité au CO 2 des centres respiratoires CO 2 à cause d’une moindre utilisation des lipides H + à même niveau d’exercice

Exercices très intenses à maximaux (VO 2max )

Sportifs d’endurance = très hauts débits ventilatoires d’exercice (>150 L.min -1 ) mais insuffisant

Contraintes mécaniques pulmonaires associées à la haute demande ventilatoire

(Derchack et al., Med Sci Sport Exerc, 2000 ; Dominelli et al, J Physiol, 2013)

- Réserves ventilatoires « épuisées »

- Limitations mécaniques de l’expiration

Alréartion des échanges gazeux pulmonaires chez les sportifs

Alréartion des échanges gazeux pulmonaires chez les sportifs

d’endurance

d’endurance

Altération des échanges pulmonaires en O 2

- temps de transit sanguin pulmonaire insuffisant (~0,25s)

- hétérogénéité de l’équilibre entre ventilation et perfusion pulmonaire

(Hopkins et al., Respir Physiol, 1996)

- micro-œdème pulmonaire

(Hopkins et al., J Appl Physiol, 1998)

(Zavorsky, Acta Physiol, 2007)

HIEHIE etet limitationlimitation dede lala performanceperformance aérobieaérobie

HIE = moindre SaO 2 et PaO 2 et donc limitation deCaO 2 à l’exercice

et PaO 2 et donc limitation deCaO 2 à l’exercice Limitation de la disponibilité en O

Limitation de la disponibilité en O 2 pour les muscles actifs

à l’exercice Limitation de la disponibilité en O 2 pour les muscles actifs Limitation de la

Limitation de la performance aérobie

HIE et impact sur VO

HIE et impact sur VO 2max

.

2max

HIE

Adapté de Grataloup et al., Eur J Appl Physiol, 2005

Non-HIE

hyperoxie normoxie +6% . VO 2max 13 %
hyperoxie
normoxie
+6%
.
VO 2max
13 %
hyperoxie normoxie +3% . VO 2max 4 %
hyperoxie
normoxie
+3%
.
VO 2max
4 %

Supplémentation en O 2 (FiO 2 = 0,30)

SaO 2 + importante

.

VO 2max + importante

.

VO 2max corrélée à SaO 2 (r=0,71; P<0,01)

m a x corrélée à SaO 2 (r=0,71; P<0,01) . HIE limite de VO 2 m

.

HIE limite de VO 2max par moindre disponibilité en O 2

HIEHIE etet impactimpact sursur lala performanceperformance motricemotrice

Performance cycliste sur 5 km chez des sportifs hypoxémiques avec supplémentation en

O 2 (Amann et al., J Physiol, 2006).

avec supplémentation en O 2 (Amann et al ., J Physiol , 2006). 331 ± 13

331

± 13 W *

314

± 13 W *

HIEHIE etet PERFORMANCEPERFORMANCE

La HIE représente une limitation de la performance aérobie à cause

La HIE représente une limitation de la performance aérobie à cause

d’un apport systémique en O

d’un apport systémique en O 2 restreint :

restreint :

2

Etudes par une supplémentation en O

Etudes par une supplémentation en O 2 (hyperoxie) montrent une

(hyperoxie) montrent une

limitation de :

limitation de :

2

- -

- -

- -

VO 2max (Powers et al., 1989 ; Harms et al., 2000 ; Grataloup et al., 2005)

(Powers et al., 1989 ; Harms et al., 2000 ; Grataloup et al., 2005)

VO

2max

du temps d’exercice à PMA (Powers et al., 1989)

du temps d’exercice à PMA (Powers et al., 1989)

capacité maximale de travail (Koskolou et McKenzie, 1994)

capacité maximale de travail (Koskolou et McKenzie, 1994)

des effets négatifs de l’altitude sur VO 2max : chute

: chute

des effets négatifs de l’altitude sur VO

2max

dès une

dès une

augmentation d’altitude de 600m (Gore et al., 1996)

augmentation d’altitude de 600m (Gore et al., 1996)

II – Travail respiratoire et limitation du débit sanguin

II – Travail respiratoire et limitation du débit sanguin

musculaire

musculaire

. Exercice intense > 80 % VO 2max
.
Exercice intense > 80 % VO 2max
musculaire . Exercice intense > 80 % VO 2max Muscles Locomoteurs (ML) Performance motrice ( travail
musculaire . Exercice intense > 80 % VO 2max Muscles Locomoteurs (ML) Performance motrice ( travail

Muscles Locomoteurs (ML)

Performance

motrice

( travail ML )

Demande en O 2 élevée
Demande en O 2 élevée
Apport sanguin
Apport sanguin
Limites du débit cardiaque
Limites du débit cardiaque
en O 2 élevée Apport sanguin Limites du débit cardiaque Muscles Respiratoires (MR) . . V
en O 2 élevée Apport sanguin Limites du débit cardiaque Muscles Respiratoires (MR) . . V
en O 2 élevée Apport sanguin Limites du débit cardiaque Muscles Respiratoires (MR) . . V

Muscles Respiratoires (MR)

.

.

VE

+

contraintes

mécaniques

( travail MR )

Réponse ventilatoire et VO des muscles respiratoires à l’exercice

Réponse ventilatoire et VO 2 des muscles respiratoires à l’exercice

.

2

VO 2 des muscles respiratoires à l’exercice . 2 Turner et al., J Appl Physiol ,

Turner et al., J Appl Physiol, 2012

. VO 2RM 15-17 % VO 2max

(Aaron et al., J Appl Physiol, 1992)

.

Demande énergétique (en O 2 ) des MR

en concurrence avec celle des ML

.

car Q cardiaque ~ maximal

Harms et al., J Appl Physiol, 1998 Legrand et al., Med Sci Sport Exerc, 2007

.

.

des ML et

Effet des variations du travail respiratoire sur Q sanguin et VO 2 des ML et

Effet des variations du travail respiratoire sur Q

et VO

2

sanguin

) lors d’un exercice maximal

résistances vasculaires du quadriceps (RV Jbe ) lors d’un exercice maximal

résistances vasculaires du quadriceps (RV

Jbe

maximal résistances vasculaires du quadriceps (RV Jbe Assistée N Résistée Assistée N Résistée Assistée N
Assistée N
Assistée
N
Résistée
Résistée
vasculaires du quadriceps (RV Jbe Assistée N Résistée Assistée N Résistée Assistée N Résistée (Adapté de
Assistée N
Assistée
N
Résistée
Résistée
(RV Jbe Assistée N Résistée Assistée N Résistée Assistée N Résistée (Adapté de Harms et al.,
Assistée N
Assistée
N
Résistée
Résistée

(Adapté de Harms et al., J Appl Physiol,1997)

Travail respiratoire

Harms et al., J Appl Physiol, 1997) Travail respiratoire Vasoconstriction des ML Altération de l’apport en

Vasoconstriction des ML

Physiol, 1997) Travail respiratoire Vasoconstriction des ML Altération de l’apport en O 2 au ML .

Altération de l’apport en O 2 au ML

Travail respiratoire Vasoconstriction des ML Altération de l’apport en O 2 au ML . Limitation de

.

Limitation de la VO 2 des ML

TravailTravail respiratoirerespiratoire etet limitationlimitation dede lala performanceperformance motricemotrice

. Temps de maintien à 90%VO 2max chez sportif avec VO 2max > 60 ml.min -1 .kg -1

.

• Respiration « assistée »

• Respiration « normale »

• Respiration « résistée »

Harms et al, J Appl Physiol, 2000

W respiratoire performance (+15%)

VO 2 Totale ( VO 2 MR )

.

.

W respiratoire performance (-14%)

VO 2 Totale ( VO 2 MR )

.

.

Fatigue des Muscles Locomoteurs

Unload ▲Control Load
Unload
▲Control
Load

.

Exercice > 85%VO 2max

Travail respiratoire

Travail respiratoire Fatigue des ML + Fatigue des MR

Fatigue des ML + Fatigue des MR

(Johnson et al., J Physiol, 1993 ; Babcock et al., J Appl Physiol, 2002)

(Johnson et al., J Physiol, 1993 ; Babcock et al., J Appl Physiol, 2002)

W respiratoire Temps (+15%) Meilleure perception de l’effort Plus faible score de dyspnée

W respiratoire performance (-14%) Dégradation perception de l’effort Plus haut score de dyspnée

D’après Harms et al, J Appl Physiol, 2000

Unload ▲Control Load Unload ▲Control Load
Unload
▲Control
Load
Unload
▲Control
Load

FatigueFatigue desdes MusclesMuscles RespiratoiresRespiratoires etet MétaboréflexeMétaboréflexe

D’après Dempsey et al., Respir Physiology Neurobiol, 2006 ; Amann, Exp Physiol, 2012

Métaboréflexe des muscles respiratoires Activité efférences sympathiques Vasoconstriction des ML Apport en O 2
Métaboréflexe des
muscles respiratoires
Activité efférences sympathiques
Vasoconstriction des ML
Apport en O 2
Fatigue des ML
Difficulté perçue
Fatigue des muscles respiratoire
Dyspnée
Accumulation de métabolites
Activation afférences phréniques groupe IV

Perspectives de l’entraînement

Un entraînement spécifique des muscles respiratoires pourrait :

- améliorer la capacité oxydative, la force… des m.

respiratoires

- diminuer ainsi la fatigue des m. respiratoires et la

compétition de l’apport en O 2 avec muscles locomoteurs

Utilisé chez les BPCO

Exemple d’un appareil permettant de respirer contre résistances et utilisé pour l’entraînement des muscles
Exemple d’un appareil permettant de respirer contre résistances et utilisé pour l’entraînement des muscles

Exemple d’un appareil permettant de respirer contre résistances et utilisé pour l’entraînement des muscles respiratoires

Étude sur la vitesse critique

8 hommes (sport loisir) : 23 ± 2ans ; 73 ± 7 kg ; 179 ± 7 cm

6 semaines d’EMR : 5 séances/sem 10 minutes matin et soir 30s respiration contre résistance 30s respiration normale

Tests avant et après EMR:

– Épreuve incrémentale maximale en course à pieds (tapis roulant)

détermination de VMA et VO 2max

.

– Détermination des T lim à 90, 100, 110 %VMA pré-entraînement et de la V crit (modèle linéaire)

Résultats Pré Post Gain Entraînement Entraînement 14,2± 1,3 14,44± 1,3 ($) 1,8% ±1,9 ($) VMA
Résultats
Pré
Post
Gain
Entraînement
Entraînement
14,2± 1,3
14,44± 1,3 ($)
1,8% ±1,9 ($)
VMA (km.h -1 )
-1
46,12± 7,3
43,49± 4,3
4,8%± 9,3
VO2Max (ml.kg
.min -1 )
Tlim 90% (s)
743,8± 252,3
917,3± 243,7 ($)
26,3% ±18 ($)
Tlim 100% (s)
384,3± 59,9
454,3± 103,2 ($)
17,4% ±14,1 ($)
Tlim 110% (s)
227,3± 24,2
247,3± 46,3
8,5%± 14,3
11,39±1,1
11,69± 1,1 ($)
2,7% ±3 ($)
Vcrit (km.h -1 )
$ = significativement différent entre Pré et Post Entraînement

.

VMA et VO 2max ~ VMA et VE max ~

Tlim 110 ne varie pas

Meilleure efficience motrice

Meilleure efficience respiratoire (EMR)

efficience motrice Meilleure efficience respiratoire (EMR) Ventilation pas suffisamment impliquée Tlim 100 et 90 de 17

Ventilation pas suffisamment impliquée

Tlim 100 et 90 de 17 et 26%

pas suffisamment impliquée Tlim 100 et 90 de 17 et 26% Nets effets de EMR Amélioration

Nets effets de EMR

Amélioration globale de la performance aérobie (VMA, Tlim 90 et 100 , V crit )

• D’autres études ont aussi montré que des améliorations de la performance aérobie sur des exercices sous-maximaux ou maximaux étaient liées à une augmentation de la force et de l’endurance des muscles respiratoires

• Une diminution de lactatémie pour une intensité d’exercice donnée a été aussi décrite

En conclusion :

En conclusion :

En conclusion : En conclusion : Le système respiratoire peut connaître des limitations mécaniques Le système

Le système respiratoire peut connaître des limitations mécaniques

Le système respiratoire peut connaître des limitations mécaniques

et fonctionnelles à l’exercice, en dehors de toute pathologie, dans

et fonctionnelles à l’exercice, en dehors de toute pathologie, dans

une partie de la population des sportifs d’endurance (HIE)

une partie de la population des sportifs d’endurance (HIE)

Chez tous, l’activité du système respiratoire est un des facteurs

Chez tous, l’activité du système respiratoire est un des facteurs

limitant la performance motrice à des intensités > 80-85% de

limitant la performance motrice à des intensités > 80-85% de

.

VO

VO 2max par :

par :

2max

- -

- -

le métabolisme des Muscles Respiratoires

le métabolisme des Muscles Respiratoires

la fatigue des Muscles Respiratoires

la fatigue des Muscles Respiratoires

le métabolisme des Muscles Respiratoires la fatigue des Muscles Respiratoires la fatigue des Muscles Respiratoires

MerciMerci dede votrevotre attention…attention…

MerciMerci dede votrevotre attention…attention…