Vous êtes sur la page 1sur 4

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Carthage

2015-2016

TD Entraînement Electrique à vitesse variable

Exercice 1.
Soit un moteur à courant continu à excitation séparée alimenté par un pont monophasé tout
thyristor. Le moteur est accouplé à un monte-charge. La machine fonctionne à flux constant et
elle est supposée parfaitement compensée ; un essai en génératrice à vide, pour ce flux, a
donné une f.é.m E= 150 V à la vitesse n = 1200 tr/min.
En série avec l’induit de la machine, on dispose une bobine de lissage, L assez grande pour
avoir un courant d’intensité pratiquement constante I = 25 A.
La résistance de l’induit est Ra = 1ohm et la résistance de la bobine étant supposée nulle.
Le pont est alimenté par une tension sinusoïdale v(θ) = Vm sin ωt de période T= 20 ms et de
valeur efficace veff =220 V.

A. 1ère phase de fonctionnement : montée à vitesse constante.


Le retard à l’amorçage vaut : ψ =π/4; la machine fonctionne en moteur élevant le monte-
charge.
a) Indiquer les intervalles de conduction et de blocage des 4 thyristors.
b) Représenter le graphe de la tension u(θ) aux bornes de la charge en fonction du
temps. Quelle est la période de cette tension ? Donner l’expression de u(θ)
entre ψ et ψ +π
c) Déterminer l’expression de la tension moyenne Umoy aux bornes de la charge
en fonction de ψ. A.N : ψ = π/4.
d) Calculer la f.é.m de la machine et préciser les polarités de la machine.
e) Calculer la fréquence de rotation de la machine.
f) Quel angle d’amorçage on doit y avoir pour obtenir une vitesse de rotation de
1250 tr/min ?
g) Dans ce cas, dans quel régime fonctionne le convertisseur?

B. 2ème phase de fonctionnement : descente à vitesse constante.


Le retard à l’amorçage est de ψ = 3π/4. la masse est supposée constante, la même, la machine
fonctionne alors à couple constant et le courant dans l’induit conserve le même sens et la
même intensité I = 25 A.
a) tracer le graphe de la tension u(θ)
b) calculer la valeur moyenne de la tension aux bornes de la charge.
c) Calculer la f.é.m de la machine ; quelles sont ses polarités ?
d) Fonctionne-t-elle en génératrice ou récepteur ?
e) Comment se comporte le pont à thyristors ?
Exercice 2.
A. Une machine à courant continu est alimentée par 2 ponts triphasés totalement
commandés en montage « tête bêche ». La tension entre phase et neutre étant V = 220
V, 50 Hz.

Figure 1

La machine est parfaitement compensée et à pertes à vide négligeables. Elle a les


caractéristiques suivantes :
2p = 2a
N = 550 conducteurs actifs
R = 2 ohms (résistance d’induit)
Un = 440 V
In =20A
1° représenter graphiquement les variations de la f.é.m E de en fonction de l’intensité
I :E=f(I), pour les valeurs +440 V et -440 V de la tension U d’alimentation et pour les valeurs
de I comprises entre +In et -In.

2° donner les expressions de la f.é.m E et du couple électromagnétique C de la machine en


fonction de : I, Φ et Ω.
On sait que la machine tourne à vide à 960 tr/min avec une tension aux bornes de 440 V et
une valeur de flux maximale. Calculer ce flux maximal.

3°montre que les courbes E=f(I) tracées en 1° peuvent aussi bien représenter, à un
changement d’échelles près , les caractéristiques mécaniques de la machine pour une valeur
constante du flux. Préciser le régime de fonctionnement de la machine en indiquant le sens du
Ω et du C.

4° indiquer le type de commande obtenue avec un seul pont et avec les deux ponts. Préciser
pour chacun des quadrants quel est le pont en fonctionnement et quel est son rôle.

B. Etude d’un cycle de fonctionnement particulier :


On veut commander le déplacement dans les deux sens d’un système mécanique, avec
freinage en récupération avant inversion du sens de déplacement. On précise que ψmin=8° et
ψmax =150°

1. Démarrage et marche en sens direct :


On veut démarrer à couple maximal. A partir de quelle valeur de ψ obtiendra-t-on ce couple ?
Quelle fréquence de rotation maximale (en tr/min) pourra-t-on atteindre à couple maximal si
ψ = 30° ?
2. Freinage par récupération
Le couple résistant s’annule : quelle est alors la fréquence du moteur ? toujours ψ = 30°.
On veut freiner le système mécanique en faisant fonctionner la machine en génératrice.
Quel pont devra alors fonctionner et avec quelle valeur initiale de ψ ?
Comment devra évoluer ψ et jusqu’à quelle valeur pour ramener la fréquence de rotation à
zéro en conservant au courant débité par la machine la valeur In=20A ?

3. Marche en sens inverse : réglage de la vitesse


a) Le couple résistant dans ce fonctionnement est donné par la relation : C = 0,4.Ω
Quelle vitesse de fonctionnement maximale peut-on obtenir sans modifier le flux
inducteur, en tenant compte des limitations de ψ.
b) On veut obtenir la vitesse la plus grande possible sans dépasser le courant nominal
dans l’induit.
Quelle sera cette vitesse et pour quelle valeur du flux l’obtiendra-t-on ?
Exercice 3.
Etude d’un moteur à courant continu commandé par un hacheur série.
A. Etude de la machine à courant continu :
La machine est parfaitement compensée, l’excitation est constante et la f.é.m est : E = KE.Ω.
Les données de la machine sont :
- tension nominale Un = 200 V
- courant nominal In = 15 A
- constante de f.é.m KE = 0,61 V.s.rad-1
- couple de pertes à 3000 tr/min Cp = 0,7 Nm (supposé proportionnel à la vitesse)
- résistance de l’induit Ra = 0,45 Ω
- inductance de l’induit La = 1,6 mH

1° Déterminer, au point de fonctionnement nominal, en fonctionnement moteur :


- la vitesse de rotation : nn et Ωn
- le couple électromagnétique Cém
- le couple utile

2° Le moteur tourne à vide. Calculer le courant dans l’induit pour les deux vitesses de rotation
suivantes : 3000 tr/min et 1000 tr/min.

3° La machine fonctionne en génératrice à vitesse nominale. Le moment du couple résistant


total est Cr = 8 Nm.
Calculer le courant d’induit et la puissance électrique échangée avec le réseau continu, lors de
fonctionnement en récupération.

4° À partir point de fonctionnement nominal en moteur, on réalise un freinage en récupération


à courant d’induit constant Ia = 30 A et à couple Cr = 8 Nm= cte.
L’ensemble (rotor de la machine - charge) présente un moment d’inertie ramené sur l’arbre de
la machine J = 0,33 kg.m2 .On négligera le couple de pertes de la machine.
a) écrire l’équation différentielle régissant l’évolution de la vitesse angulaire Ω en
fonction du temps.
b) résoudre cette équation et donner l’allure de la courbe Ω = f (t)
c) en déduire la durée t1 nécessaire pour atteindre la vitesse nulle avec récupération.

B. Etude du hacheur série associé à la machine à courant continu


Figure 2

- Ur est une tension continue constante : Ur = 200 V.


- L c’est l’inductance globale de l’induit et de la bobine de lissage : L =11,8 mH
- E, la f.é.m développée par l’induit. Dans les conditions de fonctionnement on a toujours
0<E<Ur
On néglige la résistance d’induit.

1° indiquer, sur une période, les intervalles de conduction de chaque élément.


2° faire le schéma utile pour chaque séquence de fonctionnement du hacheur
3° écrire les équations différentielles vérifier par le courant i(t) durant chaque séquence.
4° en déduire l’expression i(t) pendant chaque séquence, en appelant Im et IM les valeur
extrêmes de i(t).
5° monter que ΔI = α (Ur –E)/ L.f et E = α.Ur

Application numérique :

En régime établi, le hacheur fonctionne à ondulation du courant ΔI=1A=cte et fréquence et


rapport cyclique variable.
- calculer, pour n=1200 tr/min ; n=1500 tr/min et n=3000 tr/min les valeurs de α et de f.
- représenter i(t) si la valeur moyenne du courant est de 15 A.
- déterminer la valeur maximale de la fréquence f, en précisant la valeur de α.