Vous êtes sur la page 1sur 3

1

DYNAMISER EN CLASSE DE FLE


Article sur les jeux en classe de FLE
Auteur : professeur Florescu Ramona-Elena
École "Pan M. Vizirescu", Olt

« Dynamiser » nous fait penser à bouger, changer, activer, encourager et stimuler l’élève et
le professeur, faciliter l’apprentissage et éviter au maximum l’ennui.
Je vous propose une série d’activités que j’ai connues à l’occasion de mon stage à
Besançon, l’été 2011, des jeux qu’on peut faire avec les petits écoliers, les élèves de collège et de
lycée aussi.
1. « Prénoms en chaîne ». Un apprenant dit son prénom et le suivant le répète en y
ajoutant le sien et ainsi de suite. Attention, il ne faut pas noter les prénoms mais bien regarder la
personne dont on entend le prénom. L’objectif ici est de mémoriser ensemble le prénom et le
visage et la répétition aide à la mémorisation. Pas de stress ! Tout le monde a le droit de souffler !
Cette activité est très utile à l’enseignant qui aura plus de chances de connaître rapidement ses
élèves et pourra s’adresser à eux nommément, ce qui ajoute à la convivialité du groupe et au
sentiment de reconnaissance de chacun
2. « À qui est-ce ?». Noter 4 questions au tableau et chacun écrit les réponses sur un papier
(tous les papiers identiques). Ramasser et distribuer les papiers ; tous les apprenants se lèvent et
vont à la recherche de la personne qui l’a écrit pour discuter avec elle et lui rendre sa fiche. Chacun
retourne à sa place quand il a récupéré sa fiche.
Exemples de questions : - Quel est ton plus gros défaut ?
- Où aimerais-tu être en ce moment ?

- Tu es plutôt sucré ou salé ?

- Quelle serait ta devise ?


Remarque : Avec les débutants, leur proposer de dessiner ce qu’ils aiment ou pas puis ramasser
leurs fiches et les montrer à la classe en cherchant l’auteur.
3. « Balle au prénom ». Lancer la balle et toute la classe dit le prénom de la personne qui
la reçoit (révision/imprégnation du prénom connu) OU la personne qui reçoit la balle dit son
propre prénom (découverte du prénom).
2

4. « Lire sur les lèvres ». On ne produit pas de son à proprement parler mais les
mouvements qui produiraient ces sons. On peut faire cette activité par 2 ou bien 1 face à 4 ; une
personne prononce un mot sans son et l’autre/les autres doivent lire sur les lèvres et dire tout haut
ce qu’il/ils a/ont compris. Cette activité pourra venir après un travail sur un texte pour permettre
d’en revoir le vocabulaire.
5. « Balle au son ». Proposer un son et lancer la balle à une personne qui doit dire un mot
contenant ce son. Si la personne n’en trouve pas, elle passe son tour en relançant la balle. Il s’agit
de ne pas répéter un mot déjà prononcé et il faut aussi être attentif à ce que disent les autres. Pour
augmenter l’implication de ceux qui n’ont pas la balle, on peut les charger de se manifester quand
le mot prononcé n’est pas conforme à la consigne. On peut aussi demander à deux des élèves de
venir noter au fur et à mesure les mots prononcés ; on corrigera à la fin l’orthographe si nécessaire.
6. « Cambrioleur ». Poser une image (ou plusieurs images d’objets isolés) sur la table et
demander aux apprenants (en temps limité) de venir l’observer et de revenir à leur place noter ce
qu’ils ont vu. On peut aussi afficher (ou projeter) une image au tableau pendant une ou deux
minutes. On peut leur dire qu’ils sont des cambrioleurs qui doivent repérer ce qu’il y a
d’intéressant à voler dans tout ce qui leur est présenté. Pendant qu’ils font la liste, on peut modifier
(enlever/ajouter) des photos et les inviter à venir pour le cambriolage et constater ce qui est
différent.
7. Qu’est-ce que ça cache ? Masquer une partie d’une image et demander aux apprenants
de faire des hypothèses sur ce qu’il y a derrière le cache ou couper une image en 2 et donner une
partie à A et l’autre à B. Chacun devra imaginer, décrire ou dessiner le reste de l’image et ils
compareront ensuite leur production.
8. Qui est-ce ? Afficher au tableau des images mettant en scène plusieurs personnes et
demander à chaque groupe de 2 d’en choisir une et d’imaginer le type de relations existant entre
les personnages. Ils viennent ensuite donner leur interprétation à la classe qui doit deviner de
quelle image il s’agit. Leur proposer les questions guides suivantes :
- sont-ils amis ? copains ? parents ? membres d’un même groupe (association, entreprise,
club sportif, parti politique…) confrères, voisins ? collègues de travail ? mari et femme ?
partenaires ? associés ?
- se connaissent-ils de longue date ? ont-ils fait connaissance récemment ? où, quand,
comment se sont-ils rencontrés ?
3

- comment s’adressent-ils les uns aux autres ? se tutoient-ils ? comment se disent-ils


bonjour ?
- quels sentiments éprouvent-ils les uns pour les autres ? amour, affection, antipathie,
sympathie, estime, indifférence, respect… ?
8. Où est ma moitié ? Découper des photos en 2 (verticalement) et de les distribuer à la
classe. Le premier élève se lève et décrit sa moitié (sans la montrer) ; la personne qui possède
l’autre moitié doit la montrer.
9. Cadavre exquis. Proposer au tableau une structure à imiter et donner une feuille blanche
à un élève qui y note la première partie de la structure, puis plie la feuille de manière à cacher ce
qu’il y a écrit et passe la feuille à son voisin et ainsi de suite. La première personne qui reçoit la
feuille déplie et doit lire la phrase obtenue en faisant les changements nécessaires (accords, ajouts,
changements de place…).
Exemples de structures à proposer : 1.article+nom, adjectif, verbe, article, nom, adverbe,
2. article, adjectif, nom, verbe, adverbe, préposition de lieu, pronom tonique, etc.
10. Et si et si…Un personne dit une phrase sur le modèle « si + imparfait/conditionnel
présent » et son voisin reprend la partie au conditionnel comme base de sa propre phrase et ainsi de
suite.
Exemple : A. « Si j’étais un oiseau, je chanterai » B. « si je chantais, je deviendrai
célèbre ». C. « Si je devenais célèbre, je gagnerais beaucoup d’argent. » etc.
11. Pourquoi ? Parce que. Comme pour les cadavres exquis, il s’agit d’associer de façon
aléatoire des morceaux de phrases mais ici, on demande à chacun de noter sur son cahier une
phrase (ou deux) selon un schéma noté au tableau. Au moment de la lecture des phrases, un élève
lit le début de la phrase et un autre la suite.
Exemples :
- Pourquoi tu…………. ?/Parce que je …………….
- ……………..pronom relatif ……………
- ……………..gérondif …………………….
- Si (+imparfait)……………….. (conditionnel présent)……………