Vous êtes sur la page 1sur 3

EXPLOITATION DES DOCUMENTS AUTHENTIQUES

Article sur les documents authentiques en FLE


Auteur : professeur Florescu Ramona-Elena
École Bîrza, Olt

L’amour de la profession est l’une des pierres de touche du comportement


pédagogique. L’objectif de notre profession, de notre travail, est, en général, de sortir et
de faire nos apprenants sortir de la routine, d’essayer de transformer la salle de classe en
un espace où il se passe quelque chose.
Le professeur de français a le devoir de montrer que la langue qu’il enseigne est
une langue vivante, et cela parce que le français en particulier est aperçu par les élèves
comme une matière comme toutes les autres, une matière enseignée. C’est pourquoi nous,
les enseignants, on doit au moins tâcher de changer cette opinion, de motiver
l’apprentissage de cette langue, et cette motivation va dépendre du succès ou de l’échec
de la relation enseignant - apprenant. On doit aussi apprendre – parce qu’enseigner c’est
apprendre- nos élèves se rendre compte du fait qu’on est en quelque sorte des
ambassadeurs de la langue et de la culture française.
Apprendre une langue c’est avoir la disposition de voir le monde d’une autre
manière, découvrir un univers autre que le sien. Pour créer le désir d’apprendre on doit se
créer une stratégie à l’intermédiaire de laquelle réaliser un lien affectif positif entre
l’élève et la langue. On doit envisager l’apprentissage du français comme une approche
qui fait appel à tous les sens: l’ouïe, le toucher, le goût, l’odorat, la vue. Et d’ici le besoin
de diversifier les outils pédagogiques. La valeur des activités dépend en bonne mesure de
la formation et de la personnalité de l’enseignant, mais aussi des matériels pédagogiques
et des aides divers dont il dispose.
Le professeur doit s’arrêter premièrement aux manuels qui ne sont que des recueils
de documents et d’activités qui doivent répondre aux nécessités de la méthodologie qu’on
choisit d’appliquer. Un tel manuel doit favoriser les échanges authentiques entre les
apprenants, présenter un contenu socioculturel riche, proposer des documents
authentiques, équilibrer les activités communicatives et celles qui concernent le
fonctionnement de la langue, proposer des fiches d’auto-évaluation. Mais, on sait qu’il
n’y a pas aucun manuel qui puisse satisfaire tous les besoins de l’enseignant.
Alors, à part les manuels, celui-ci va consulter des matériels complémentaires,
d’ensembles pédagogiques, qui proposent des gammes entières d’activités, des supports
variés (sonores, visuels, audiovisuels, documents écrits, etc.), afin d’inscrire la langue
enseignée dans la réalité socioculturelle du pays cible.
À l’aide des supports sonores par exemple, dès la leçon zero, on fait entendre à nos
élèves des voix, autres que celles des professeurs, on les fait écouter le français parlé par
les natifs. On les aide ainsi d’acquérir l’aptitude de découvrir les accents différents, de
faire la discrimination auditive, de connaître des faits de civilisation, etc.
Les chansons en particulier peuvent être associées avec succès avec
l’apprentissage du FLE grâce à leurs mission de transmettre un message encré dans la
réalité socioculturelle de même qu’à leur mission de divertissement, de plaisir, parce que
le plaisir de l’écoute reste une priorité. En utilisant la chanson pour enseigner ou
apprendre le FLE c’est donner à cette langue son statut de langue vivante.
En ce qui concerne le choix d’une chanson, on peut faire cela en tenant compte de
quelques critères : elle est proposée par les élèves parce qu’elle a du succès, elle plaît au
professeur, elle surprend, son thème correspond au theme du cours. Quant à l’approche
d’une chanson, on peut appliquer plusieurs méthodes : on peut commencer par l’écoute
active, mais, aussi on peut découvrir les paroles avant l’écoute et puis on peut proposer
toute sorte de tâches à accomplir en fonction du type de la chanson et, bien sûr, des
objectifs poursuivis.
Tout comme document sonore on peut utiliser à tout niveau des enregistrements
des émissions radio, ou des enregistrements des conversations téléphoniques qu’on fait
écouter aux élèves qui doivent prendre des notes.
Comme support visuel on peut utiliser des images-illustration, des images-
situation, réalisées à des fins pédagogiques, images qui servent à montrer des réalités
(objets, personnages) mais aussi des situations (affectives, spatiotemporelles, etc.). On a
aussi l’image authentique qui n’est pas crée à des fins pédagogiques. Si on sait faire nos
élèves lire ces images, on va voir qu’elle apporte autant d’informations que le texte. On
peut utiliser ainsi des cartes postales, des affiches, des annonces publicitaires, des photos,
des B.D., etc.
On peut se servir encore des documents vidéo comme l’enregistrement d’une
émission sur TV5 par exemple, ou un clip vidéo. Cela nous aide à analyser l’expression
non-verbale : les gestes, la mimique, les regards, puisqu’on commence par visionner la
séquence sans le son. Le non-verbal s’avère être très utile pour faire les élèves timides à
s’exprimer à travers les gestes ou les regards.
Un grand succès peut avoir le clip vidéo, comme document vivant qui a le format
idéal à cause de sa durée, inséré dans une séance où on peut travailler sur le texte de la
chanson, mais aussi sur le visuel et le son.
L’enseignant peut apporter en plus des documents écrits, comme : un article d’un
journal ou d’une revue, un petit texte narratif, descriptif ou poétique. On ne doit pas
perdre de vue l’importance de la source de curiosité et d’information que le texte doit
constituer. On doit encourager et donner envie à nos élèves de lire pas seulement pour
comprendre le texte, mais, surtout, pour les aider à maîtriser la lecture, pour les faire
pratiquer les particularités du français.
Tous ces outils dont j’ai parlé nous aident nous-mêmes à bien faire notre travail,
mais aussi à nous approcher nos élèves qui deviendront de plus en plus branchés sur le
français grâce à l’utilisation de ces documents sonores, visuels et écrits, parce que les
élèves sont plus réceptifs à l’image qu’à la parole que leur offre généralement l’école.
Le professeur de français doit toujours éprouver le souci de venir à l’accueil de
son élève, de stimuler son imagination, de lui donner l’envie de connaître de plus en plus
des choses sur la France, sur les Français, sur la francophonie, et cela parce que notre
principal objectif pédagogique est de DONNER ENVIE D’APPRENDRE.

BIBLIOGRAPHIE/WEBOGRAPHIE :

TAGLIANTE, Christine. Techniques de classe-La classe de langue, Paris: Cle


International, 1991. passim.
www.francealacarte [online] Accesat 20 aprilie 2017. Disponibil la:
www.tv5.org [online] Accesat 20 aprilie 2017. Disponibil la: