Vous êtes sur la page 1sur 10

-1-

Chapitre 6 : Énergie éolienne


6-1 Historique

 Le mot « éolienne » vient du grec (Éole), le dieu des vents. Le terme signifie
également « rapide », « vif » ou « inconstant ».
 Depuis l'Antiquité, les moulins à vent convertissent l'énergie éolienne en énergie
mécanique (généralement utilisé pour moudre du grain). De nos jours, on trouve
encore des éoliennes couplées à des pompes à eau, généralement utilisées pour irriguer
des zones sèches, assécher des zones humides, ou abreuver le bétail.

 En 1888, Charles F. Brush construit une petite éolienne pour alimenter sa maison en
électricité, avec un stockage par batterie d'accumulateurs.

 La première éolienne « industrielle » génératrice d'électricité est développée par le


Danois Poul La Cour en 1890.

 Une éolienne expérimentale de 800 kVA fonctionne de 1955 à 1963 en France.

 Cette technologie ayant été quelque peu délaissée par la suite, il faudra attendre les
années 1970 et le premier choc pétrolier, pour que le Danemark reprenne les
développements d'éoliennes.

 Depuis les années 90, l'amélioration de la technologie des éoliennes a permis de


construire des aérogénérateurs de plus de 1 MW. Ces unités se sont démocratisées et
on en retrouve aujourd'hui dans plusieurs pays. Ces éoliennes servent aujourd'hui à
produire du courant alternatif pour les réseaux électriques, au même titre qu'un
réacteur nucléaire, un barrage hydro-électrique ou une centrale thermique fossile.
Cependant, les puissances générées et les impacts sur l'environnement ne sont pas les
mêmes.
-2-

L'énergie éolienne n'est pas neuve. Moulins dans la région de La Mancha, Espagne.

6-2 Fonctionnement

 Une éolienne est constituée d’une partie tournante, le rotor, qui transforme l’énergie
cinétique en énergie mécanique en utilisant des profils aérodynamiques. Le flux d’air
crée autour du profil une poussée qui entraîne le rotor.. La puissance mécanique est
ensuite transformée soit en puissance hydraulique avec une pompe, soit en puissance
électrique avec une génératrice.
 Une éolienne est un dispositif qui utilise la force motrice du vent. Cette force peut être
utilisée mécaniquement (dans le cas d'une éolienne de pompage), ou produire de
l'électricité (dans le cas d'un aérogénérateur).

 Toutes les éoliennes commerciales utilisent aujourd’hui ce principe de fonctionnement


elles sont appelées éoliennes à axe horizontal car l’axe de rotation du rotor est
horizontal, parallèle à la direction du vent.

 Plus le diamètre du rotor sera grand, plus la puissance récupérable sera importante
dans un vent donné. La gamme des éoliennes disponible est très large, de 50 Watt
(diamètre de 90 cm) à 2500 kW et plus (+ de 80 m de diamètre).
-3-

Schéma d'une éolienne de type aérogénérateur.

Une éolienne permet de transformer l'énergie cinétique du vent en énergie électrique. Elle se
compose des éléments suivants :

 Un mât permet de placer le rotor à une hauteur suffisante pour permettre son
mouvement (nécessaire pour les éoliennes à axe horizontal) et/ou placer ce rotor à une
hauteur lui permettant d'être entraîné par un vent plus fort et régulier qu'au niveau du
sol. Le mât abrite généralement une partie des composants électriques et électroniques
(modulateur, commande, multiplicateur, générateur, etc.).
 Un rotor, composé de plusieurs pales (en général trois) et du nez de l'éolienne. Le
rotor est entraîné par l'énergie du vent, il peut être couplé directement ou
indirectement à une pompe (cas des éoliennes de pompage) ou plus généralement à un
générateur électrique. Le rotor est relié à la nacelle par le moyeu.
 Une nacelle montée au sommet du mât, abritant les composants mécaniques,
pneumatiques, certains composants électriques et électroniques, nécessaires au
fonctionnement de la machine.
 Dans le cas des éoliennes produisant de l'électricité, un poste de livraison situé à
proximité du parc éolien permet de relier ce parc au réseau électrique pour y injecter
l'intégralité de l'énergie produite par ce mat électromagnetique.

6-3 Types d’éolien

L'énergie éolienne est exploitée à plusieurs échelles. On peut distinguer le grand éolien ou
éolien industriel qui est financé par des collectivités et des grandes entreprises, dans la quasi-
totalité des cas, raccordé à un réseau électrique. Il y a aussi le petit éolien, qui est mis en
œuvre par un individu ou une ferme agricole, en site isolé ou raccordé au réseau.

Chaque année, les nouveaux modèles deviennent plus grands et plus puissants. Le dernier
prototype de REpower avec une capacité de 5 MW, a été installé en 2006, à 25 km de la côte
écossaise à 44 m de profondeur. Cette éolienne avec un diamètre de 126 mètres et un poids de
700 tonnes est un témoin des prouesses de l'industrie.
-4-

Electricité sur un site non raccordé au réseau

Pour une fourniture d’électricité sur un site non équipé en électricité (péniche, grange
isolée…), l’éolienne électrique de petite puissance, de 50 W à 10 kW, est suffisante dans la
plupart des cas. L’éolienne produit du courant qui est régulé et stocké dans des batteries qui
assurent l’autonomie pendant les jours de vent nul ou faible. On utilise ensuite soit
directement du courant continu venant des batteries, soit du courant alternatif produit par un
onduleur alimenté par les batteries.

Fourniture d’électricité sur un site raccordé au réseau électrique

Il s’agit ici d’utiliser l’énergie éolienne pour alimenter une usine, une ferme par exemple déjà
alimentée par le réseau électrique. Dans ce cas, l’énergie produite par l’éolienne viendra
diminuer la facture d’électricité sur le site. L’éolienne est raccordée sur le réseau interne de
l’utilisateur : quand elle produit, l’énergie éolienne sera utilisée en priorité par celui-ci. Si la
production est trop faible, le réseau électrique fournira le complément.

Production d’énergie éolienne vendue sur le réseau

Ce type d’usage correspond en fait à l’installation d’une centrale électrique : toute l’énergie
produite est achetée par le réseau comme s’il s’agissait d’une centrale hydroélectrique ou au
charbon. Un tarif d’achat est prévu. Récente application de l’éolien puisque les
progrès technologiques ont contribué à l’émergence de cette filière. En effet, dans les
années 80, les éoliennes atteignaient des puissances encore faibles et ne pouvaient convenir
à un approvisionnement de « masse ». En 20 ans, la capacité des éoliennes a été multipliée par
un facteur de plus de 10. La stratégie actuelle conduit à regrouper plusieurs machines sur un
même site afin de constituer une « Centrale Eolienne » ou « Wind Farm ». Ces installations
atteignent plusieurs MW de puissance totale. Les recherches se tournent, à présent, vers des
centrales installées en mer (offshore), pouvant représenter une capacité de production de plus
de 50 MW. Ce développement devrait permettre à l’éolien de représenter un moyen de
production significatif.

L'éolien offshore

L'installation de fermes éoliennes offshore est l'une des voies de développement de l'éolien,
car elle s'affranchit en grande partie du problème des nuisances esthétiques et de voisinage,
d'autre part le vent est beaucoup plus fort et constant qu'à terre. Cette solution permet le
développement technique progressif d'éoliennes de très grande puissance.Les projets des
futures éoliennes offshores, à l'horizon 2010, visent une puissance de 10 MW unitaire, avec
un diamètre de pales de 160 mètres.
-5-

Construction de l'éolienne REpower 5 MW dans


la Mer du Nord

L'éolien urbain

L'éolien urbain est un concept qui suppose que l'on peut installer et exploiter des éoliennes en
milieu urbain. L'éolien urbain recherche des turbines éoliennes compactes capables de
proposer une production d'électricité décentralisée, qui s'affranchirait du transport et des
pertes générées.

Ferme éolienne avec 16 machines Bonus de 1,3 MW à Treilles, France

6-4 Quelques ordres de grandeur

 L'énergie éolienne provient à l'origine du soleil , comme toutes les énergies


renouvelables (exceptées les énergies géothermique et marémotrice). Or, la Terre
reçoit en 30 minutes l'équivalent en énergie solaire de la consommation annuelle de
l'humanité, tous types d'énergies confondus. 1 à 2 % de cette énergie provenant du
soleil est convertie en vent, soit 50 à 100 fois plus que l'énergie convertie en biomasse
par la photosynthèse.
 L'énergie éolienne est une forme indirecte de l'énergie solaire, puisque ce sont les
différences de températures et de pressions induites dans l'atmosphère par l'absorption
du rayonnement solaire qui mettent les vents en mouvement.
 Une éolienne de 2 MW alimente en électricité environ 4 000 personnes, soit une
production annuelle de 4 à 5 millions de kWh.
 Au premier semestre 2007, la France possède 2 GW de puissance éolienne installée,
uniquement à terre (il n'y a pas encore de champs offshore). L'Allemagne en possède
20 GW, les USA et l'Espagne 11 GW, l'Inde 6 GW et le Danemark 3 GW.

6-5 Comparatif des installations productrices d'électricité

 un aérogénérateur : de quelques kW jusqu'à 5 MW (la plupart des grandes éoliennes


installées aujourd'hui en France ont une puissance de 1 à 3 MW)
 une centrale solaire photovoltaïque : de quelques centaines de watts à 20 MW (record
20 MW : centrale solaire de Beneixama en Espagne)
 une centrale solaire thermodynamique : de 2 à 350 MW (record : 354 MW avec la
centrale de Luz Solar Energy dans le désert de Mojave en Californie , USA)
-6-

 une centrale hydro-électrique : de quelques kW à 3 000 MW (record : 32 turbines de


700 MW soit 22 400 MW au Barrage des Trois Gorges en Chine)
 un réacteur nucléaire : de l'ordre de 900 à 1 300 MW en général (record : 1 550 MW à
la centrale nucléaire de Civaux au sud de Poitiers) .

6-6 Utilisation de l'énergie éolienne en site isolé

L'énergie éolienne est aussi utilisée pour fournir de l'énergie à des sites isolés, par exemple
pour produire de l'électricité dans les îles, pour le pompage de l'eau dans des champs, ou
encore pour alimenter en électricité des voiliers, des phares et des balises. Ces éoliennes de
petite puissance sont dites appartenir au petit éolien, par opposition au grand éolien ou à
l'éolien industriel.

Schéma des pales d'une petite éolienne

6-7 Economie mondiale de l'énergie éolienne

Des milliers d'éoliennes fonctionnent à l'heure actuelle dans diverses régions du monde, avec
une capacité totale de plus de 73 900 MW, et l'Europe y prend part à 65 % (fin 2006). Ne sont
pas comptabilisées dans ce total quelques compagnies privées reliées ou non au réseau.
-7-

Capacité totale installée (MW) et prévisions 1997-2010, source:

L'Allemagne est le principal producteur d'électricité éolienne avec 20 622 MW de puissance


installée à la fin de l'année 2006. L'Espagne est le deuxième producteur mondial avec
11 615 MW. Fin 2006, les États-Unis avaient une puissance installée de 11 603 MW, en
troisième position derrière l'Allemagne et l'Espagne. La France était en 2006 le 10 e producteur
d'énergie éolienne en Europe avec 1567 MW .À titre de comparaison, la puissance installée en
énergie nucléaire est de 21 000 MW en Allemagne, de 63 000 MW en France et de
98 000 MW aux États-Unis (chiffres de 2003 9) .Le Maroc produit 140 MW par an (2007)
cette production va s'accroitre dans les années à venir. Le Maroc est le premier producteur
d'énergie éolienne en Afrique.

Une éolienne du Plateau de Millevaches


-8-

Éoliennes dans l'Aude

6-8 L'avenir de l'énergie éolienne

La montée du prix des énergies fossiles a rendu les recherches dans le domaine de l’éolien
plus attirantes pour les investisseurs.

La technologie actuellement la plus utilisée pour capter l’énergie éolienne consiste à placer au
bout d’un axe horizontal des pales formant une hélice

6-9 Inconvénients de l’emploi de l'énergie éolienne

La technologie à axe horizontal présente certains inconvénients :

 L'encombrement spatial est important, il correspond à une sphère d’un diamètre égal à
celui de l’hélice, reposant sur un cylindre de même diamètre. Un mât de hauteur
importante est nécessaire pour capter un vent le plus fort possible.
 Le vent doit être le plus régulier possible, et donc interdit des implantations en milieu
urbain ou dans un relief très accidenté.
 Une pale de 40 mètres qui décrirait une rotation par seconde verrait son extrémité
avancer à une vitesse de 250 m/s, soit environ 900 km/h. C'est la raison qui explique le
bruit aérodynamique des pâles et une des raisons de la mise en arrêt des éoliennes par
vent fort. Dans la pratique, les pales des grandes éoliennes ne dépassent jamais une
vitesse de l'ordre de 100 m/s à leur extrémité.
 La production énergétique dépend directement de la force du vent, indépendamment
des besoins, il faut donc prendre en compte l'évolution journalière ou saisonnière de la
courbe de charge, voire le stockage de l’énergie produite.

6-10 Aspect environnemental de l'énergie éolienne


-9-

L'énergie éolienne est une énergie renouvelable dont le gisement n'est pas épuisable à l'échelle
de temps des civilisations humaines.

Elle est considérée comme une énergie propre qui ne produit directement ni dioxyde de
carbone, ni dioxyde de soufre, ni mercure, ni fines particules, ou n'importe quel autre type de
pollution de l'air ou de l'eau. Elle ne produit pas de déchets radioactifs à vie longue.

Toutefois, du dioxyde de carbone et d'autres types de pollution de l'air et de l'eau sont dégagés
lors de l'extraction et de la fabrication des matériaux de construction d'une éolienne. A noter
cependant qu'en moyenne une éolienne restitue en 2 à 3 mois l'énergie qu'elle a consommée
pour sa construction (pour une durée de fonctionnement de 20 ans).

6-11 Nuisance sonore

Selon une recommandation aux pouvoirs publics de l'Académie de Médecine, le risque bruit
implique de ne pas construire d'éolienne de 2,5 MW à moins de 1 500 m d'habitations : « Il
peut avoir un impact réel et jusqu’ici méconnu, sur la santé de l’homme, et par ailleurs, à des
intensités modérés, le bruit peut entraîner des réactions de stress, perturber le sommeil et
retentir sur l’état général ». Cependant, ce rapport applique plus un principe de précaution
sans fondement scientifique, car le bruit d'une éolienne n'est pas lié à sa puissance nominale.
C'est pourquoi des expertises acoustiques sont systématiquement réalisées dans le cadre d'une
étude d'impact environnementale. En Australie, en mars 2005, le Dr. Foster dit avoir
répertorié une centaine de personnes victimes de nuisances dues aux éoliennes

Une éolienne produit un bruit de 55 dBA au pied de sa tour, ce qui correspond à l'ambiance
sonore d'un bureau. Ce niveau sonore est en général considéré comme acceptable. La
réglementation française ne se base pas sur le bruit intrinsèque mais sur la notion d'émergence
sonore, c’est-à-dire la différence entre le niveau sonore ambiant et celui-ci plus celui des
éoliennes. Il s'agit de rester en deçà de 5 dBA le jour et 3 dBA la nuit, ce quelle que soit la
vitesse du vent. Une nouvelle réglementation vient renforcer ce critère, en introduisant la
notion d'émergence spectrale, avec des niveaux d'émergences à respecter par fréquence (7 dB
à 125 Hz et 250 Hz, 5 dB entre 500 Hz et 4000Hz). Cela en fait une des réglementations les
plus strictes en Europe.

6-12 Risque d'accident éolien

Les éoliennes présentent des risques d'accidents : un fort vent est susceptible de rompre les
structures des éoliennes. En 2000, la rupture d'hélices au parc de Burgos a envoyé des débris
tournoyer à plusieurs centaines de mètres

La majorité des accidents connus sont liés à l'utilisation de matériels d'occasion, ou manquant
de retour d'expérience, risque inhérent à toute technologie émergente. Les éoliennes
aujourd'hui installées bénéficient de certifications réalisées par des organismes indépendants,
et sont construites sous contrôle qualité sévère, réduisant significativement les risques de
rupture du matériel. Dans le monde, personne n'a encore jamais été reconnu victime d'un
accident éolien.

6-13 Encombrement des éoliennes


- 10 -

La surface au sol nécessaire pour produire une part importante des besoins énergétiques d’un
pays à partir de l’énergie éolienne est sujette à débat.

Les éoliennes actuelles nécessitent une importante surface au sol, imposée par la rotation
nécessaire en fonction de la direction du vent, par la taille des pales, par l’interférence entre
éoliennes voisines sur le flux de vent, par mesure de sécurité en cas de chute.

Les éoliennes actuelles permettent dans le meilleur des cas une densité de 10 MW/km², soit
10 W/m² ; en pratique, la moyenne est de l’ordre de 0,5 W/m². Les éoliennes à turbine, à l’état
de prototype en 2006, sont destinées à fonctionner posées sur des toitures de bâtiment et
n'occuperont donc pas d'espace destiné à d'autres usages.

6-14 Insertion dans le réseau électrique

Le raccordement d'éoliennes au réseau global de distribution électrique (sans stockage local


de l'énergie) nécessite, comme pour les autres centrales de production électrique, des lignes
haute tension. La concentration des éoliennes en parc terrestres, côtiers ou maritimes
correspond à une logique de centralisation de l'offre de courant, à contre-courant de la vision
souvent évoquée d'une production décentralisée.

en particulier grâce à la présence en France de 3 gisements de vent indépendants, qui


permettront un lissage de la production bien meilleur qu'en Allemagne ou au Danemark.

Vous aimerez peut-être aussi