Vous êtes sur la page 1sur 34

Ministère de l’Enseignement Supérieur

et de la Recherche Scientifique

Mastère professionnel en Nouvelles Technologies des


Télécommunications et Réseaux (N2TR)

Communications optiques
Chapitre 1 : Fibres optiques et propagation

2016-2017
Objectifs du chapitre 1
 Définir les principaux atouts de la transmission sur fibre optique.
 Étudier la propagation de la lumière dans les fibres multimodes et
monomodes.
 Identifier les caractéristiques des fibres optiques à savoir
l’ouverture numérique, l’atténuation, la dispersion intermodale, et
la dispersion chromatique ;
 Décrire les principaux connecteurs optiques.

Communications optiques 2
Plan du chapitre1
 Introduction aux communications optiques
 Les fibres optiques
 Présentation
 Principe du guidage de la lumière dans une fibre optique
 Structures des fibres optiques
 Fibres multimodes
 Fibres monomodes
 Caractéristiques des fibres optiques
 Ouverture numérique
 Atténuation
 Dispersion modale
 Dispersion chromatique
 Les connexions de la fibre optique

Communications optiques 3
Introduction
aux Communications optiques (1)
SYSTEME DE TELECOMMUNICATIONS

Signal Canal de Signal reçu


Emission Réception
émis transmission

parole, image…. démultiplexage


détection
signal électrique
signal électrique
modulation, codage
multiplexage parole, image...

Communications optiques 4
Introduction
aux communications optiques (2)
Canaux de transmission

 Espace libre
Faisceaux hertziens (≈250 MHz à 22 GHz)
Liaisons satellites (6/4GHz(C),14/11GHz(Ku), 30/20GHz(Ka)

 Guides d ’ondes métalliques


Lignes TEM (du Mhz au GHz)

 Espace libre en optique


(≈3.1014 Hz soit 300 TéraHertz)

 Guides d ’ondes diélectriques (fibres optiques)


(≈3.1014 Hz soit 300 TéraHertz)
Communications optiques 5
Longueurs d'onde utilisées

 La longueur d’onde est la longueur spécifique utilisée par la source de lumière et


elle est mesurée en nanomètre.

(1 nanomètre = 10-9 mètre )


Spectre disponible
 La lumière visible s'étend de 400 000 GHz à 800 000 GHz.
 Trois longueurs d’onde sont utilisées en communications optiques: 800 nm, 1300
nm et 1550 nm.
 Ces fenêtres sont séparées par des pics d’absorption provenant des ions OH
qui proviennent de molécules d’eau intervenant lors de la fabrication de la
fibre optique.

Communications optiques 6
La fibre optique: Avantages pour les
télécommunications
 Nombreux atouts par rapport aux câbles en cuivre :
 Très faible atténuation (0.2 dB/km),
 Très large bande passante (25 TeraHz),
 Faible poids, très petite taille (cœur de quelques microns dans une
gaine de quelques centaines de microns).
 Sécurité électrique : isolation totale entre terminaux, utilisation en
ambiance explosive insensible et non générateur de parasites,
 Inviolabilité : difficile d’interception d’un signal véhiculé sur une fibre
optique.
 Avantage économique: moins cher que sur cuivre.
 La mise en œuvre : connexions, raccordements devient de moins en
moins complexe et coûteuse.

Communications optiques 7
Les fibres optiques
Présentation
Une fibre optique est constituée de trois éléments concentriques comme représentée
ci-dessous:
 Le cœur: dans cette zone, constituée de verre, que la lumière est guidée et se
propage le long de la fibre.
 La gaine: couche de verre qui entoure le cœur. La composition du verre utilisée est
différente de celle du cœur. Lʼassociation de ces deux couches permet de confiner
la lumière dans le cœur, par réflexion totale de la lumière à lʼinterface cœur-gaine.
 La couche de protection: un revêtement de protection mécanique généralement
en PVC.

Constitution d'une fibre optique

Communications optiques 8
Les fibres optiques
Principe du guidage de la lumière dans une fibre

 Un rayon guidé va subir une réflexion totale à l'interface des deux couches optiques.
 Si la lumière pénètre dans le cœur de la fibre avec un angle suffisamment petit, elle subit une
réflexion totale à la surface qui sépare le cœur de la gaine, et elle se propage en zigzag le long
de l'axe de la fibre, suite aux réflexions successives.
 Un rayon peut être simplement réfracté à l'entrée dans la fibre puis à l'interface des deux
couches, il passera alors dans la gaine et sera perdu.
-> Il existe un angle limite d’injection
 Cet angle permet de définir ce qu'on appelle l'ouverture numérique (ON) de la fibre,
ouverture qui dépend bien évidemment des indices respectifs des deux couches optiques.

Rayon
réfracté

n1

Rayon guidé
n2
Guidage de la lumière dans une fibre optique
Communications optiques 9
Structures des fibres optiques

Il existe deux types de fibres optiques :

 La fibre multimode: Multi Mode Fiber (MMF)


 Le diamètre du cœur est grand devant la longueur d’onde.
 Ce diamètre est de l’ordre de 50 à 200 mm pour les fibres de silice.
 La propagation du rayon lumineux se fait selon des milliers de modes grâce à la réflexion
totale sur la surface de séparation cœur-gaine.
 Problème : aucun des modes n'arrive au même moment en bout de fibre.
 Fibre multimodes à saut d’indice et à gradient d’indice.

 La fibre monomode: Single Mode Fiber (SMF)


 Un diamètre de cœur (10 mm), faible par rapport au diamètre de la gaine (125 mm) et
proche de l'ordre de grandeur de la longueur d'onde de la lumière injectée.
 Le cœur est si fin que le chemin de propagation des différents modes est pratiquement
direct (sans réflexion).

Communications optiques 10
Les fibres à saut d'indice
Présentation
 Le type le plus simple de fibre multimode est le fibre optique à saut d’indice (step-
index fiber), directement issues des applications optiques.
 Dans cette structure, le cœur, d’indice de réfraction n1, est entouré d’une gaine
optique d’indice n2 légèrement inferieur. Ces indices sont voisins de 1.5 pour les
fibres de silice.

Profil d’indice des fibres à saut


d’indice

Communications optiques 11
Les fibres à saut d'indice
Propagation de la lumière

 Tracé des rayons optiques pour la fibre multimode

’
à saut d’indice

Plusieurs modes de propagation


t t
Impulsion émise Étalement + atténuation

 Inconvénient: élargissement des impulsions lumineuses émises.

Communications optiques 12
Les fibres à saut d’indice
Ouverture numérique
 L’angle i est déterminé par l’angle d’entrée du rayon dans la fibre, α. Supposons
que la surface d'entrée de la fibre est perpendiculaire à son axe de symétrie. En
passant du milieu extérieur d'indice de réfraction next (généralement de l'air) dans
le cœur de la fibre, l'onde est réfractée en accord avec la loi de Snell. On a :
next sin α = n1 sin β

Propagation à travers une fibre à saut d'indice. L'angle α doit être inférieur à une valeur maximale,
telle que i reste supérieur à l'angle critique pour la réflexion totale (rayon en trait plein). Le trait
interrompu représente un rayon de gaine, qui peut se propager sur une distance plus courte.

Communications optiques 13
Les fibres à saut d’indice
Ouverture numérique
 L'angle d’entrée dans la fibre, α, doit donc être inférieur à αmax:

 Cet angle maximal s'appelle l'angle d'acceptance ou l'angle d'admission de la fibre.


Cet angle d’acceptance, que l’on retrouve dans de nombreux domaines en
optique, est habituellement décrite par une quantité appelée l'ouverture
numérique du système (O.N.) (en anglais, numerical aperture, NA). Par définition,
l’ouverture numérique est donnée par
ON = next sin α

 Il est particulièrement intéressant d’inclure les indices n1 et n2 dans l’ouverture


numérique, car, elle constitue une caractéristique du système optique,
indépendante du milieu extérieur dans lequel celui-ci est placé.

Communications optiques 14
Les fibres à saut d'indice
Dispersion

 L'information est transmise sous la forme d'une série d'impulsions de


lumière.
 En général, les impulsions à la sortie de la fibre sont élargies par rapport
aux impulsions à l'entrée.
 Le phénomène physique responsable de cet élargissement est la
dispersion de la fibre.
 Si l'élargissement est trop important, il n'est plus possible de décoder
correctement l'information à la sortie: il y a perte d'information suite à des
erreurs de transmission.
 L’exemple suivant montre un train d’impulsions lumineuse à l'entrée d'une
fibre optique et l’effet de la dispersion.

Communications optiques 15
Les fibres à saut d'indice
Dispersion

(a) Intensité lumineuse à l'entrée d'une fibre optique.


Propagation de la lumière dans une fibre (b) Après une certaine distance, les impulsions ont été
à saut d'indice élargies par la dispersion de la fibre.
(c) Lorsque cet élargissement devient trop important, il n'est plus
possible de distinguer deux impulsions voisines.

Communications optiques 16
Les fibres à saut d’indice
Dispersion modale
 Dans une fibre multimode, la lumière peut se propager suivant différentes
directions, correspondant à des modes différents.
 La distance parcourue entre les extrémités de la fibre dépend de la direction de
propagation.
 Pour une fibre de longueur L, un mode qui se propagerait parallèlement à l'axe de
la fibre doit parcourir une distance L,
 Un mode correspondant à un angle i doit parcourir une distance L /sin(i) .
 Les angles de propagation permis sont définis par le cône d'acceptance; ils sont
compris entre ic et 90°.
 La différence de temps de propagation entre les directions extrêmes vaut donc:
L / sin ic L
 m od  
c / n1 c / n1

 En remplaçant ic par sin(ic)=n2/n1, la dispersion modale s’écrit comme suit:

avec ∆=n12-n22/2n12 ≈(n1-n2) /n1(l’approximation est vraie si ∆ est petit)et c=3.108m/s.

Communications optiques 17
Les fibres à gradient d'indice
Présentation
 Les fibres à gradient d’indice (graded-index fibers) ont été spécialement conçues
pour les télécommunications, afin de minimiser l’effet de dispersion intermodale
sans trop réduire l’ouverture numérique, donc la puissance couplée.
 Le cœur est constitué de couches de verre successives à indice de réfraction de
plus en plus grand. L’indice de leur cœur diminue suivant une loi d’allure
parabolique depuis l’axe jusqu’à l’interface cœur-gaine. De la sorte, les rayons
suivent une trajectoire d’allure sinusoïdale, et ceux ayant le trajet le plus long
passent par des milieux d’indice plus faible, ce qui augmente leur vitesse et
permet d’égaliser approximativement les temps de propagation.
 La gaine n’intervient pas dans le guidage lui-même, mais joue un rôle de filtrage
spatial en élimant les rayons les plus inclinés.

Profil d’indice des fibres à gradient d’indice


Communications optiques 18
Les fibres à gradient d'indice
Propagation de la lumière

Tracé des rayons optiques pour la fibre multimode


à gradient d’indice

 ’
Plusieurs modes de propagation
t Atténuation t
Impulsion émise Etalement moins important

Communications optiques 19
Les fibres à gradient d'indice
Dispersion intermodale

 Les rayons qui s'écartent de l'axe suivent donc un chemin plus long, mais
comme l'indice de réfraction diminue vers le bord du cœur, la vitesse de
propagation augmente.
 Par conséquent, les modes d'ordre supérieur (c.à.d. qui s'écartent
davantage de l'axe) peuvent compenser le chemin plus long par une
vitesse moyenne plus grande.
=> La dispersion intermodale diminue.
 Dans le cas d'une source monochromatique, on obtient alors un
élargissement donné par:
n1 2
 mod  L
8c

 On constate donc une réduction de la dispersion modale d'un facteur 8/∆


par rapport à une fibre à saut d'indice.

Communications optiques 20
Les fibres monomodes

 Lorsque le diamètre de cœur est petit (moins de 10 µm) et la différence d'indice


faible (moins de 0,5 %) il est possible de sélectionner un seul mode qui se propage
au voisinage de l'axe.

3 à 10mm

Profil d’indice des fibres monomodes


 La fibre ne propage qu'un seul mode si la fréquence normalisée vérifie la condition
suivante :
2a
V n12  n22  2.405
0
où a est le rayon du cœur de la fibre.

 Si V >> 1, le nombre de modes est donné par :


N≈V2/2

Communications optiques 21
Les Fibres monomodes
Propagation de la lumière

 Tracé des rayons optiques pour la fibre monomode

Un seul mode de propagation


t t
Impulsion émise
Faible atténuation
Faible étalement

Communications optiques 22
Caractéristiques des fibres optiques
Atténuation

 Les imperfections et d’autres propriétés de la fibre donnent une atténuation non


linéaire en fonction de la fréquence.
 Si on injecte une puissance lumineuse P0 alors sa décroissance linéique est donnée
par la relation suivante :
P0 P
L
L
PL   P0 10

10 (W ou dBW)
P0
 dB  10 log P
P 0  atténuation
linéique en
 P0  (dB/km)
 dB / km  10 log   / L
P
L en km

Communications optiques 23
Caractéristiques des fibres optiques
Atténuation
 Aujourd’hui  vaut typiquement 0,1 dB/km,
 Certaines plages de fréquences favorables ont une faible atténuation
 Ces sont les fréquences utilisées pour les communications optiques.
 Le figure ci-dessous montre que l'affaiblissement est plus important vers (850nm)
que dans l'infrarouge (1300-1550nm).
 L‰’atténuation varie suivant la longueur d’onde.

Fenêtres de transmission des fibres en silice


Communications optiques 24
Caractéristiques des fibres optiques
Dispersion chromatique

 Une source parfaitement monochromatique n'existe pas.


 La lumière émise par une source réelle est donc constituée de la somme de
différentes longueurs d'onde.
 La dispersion chromatique (appelée aussi spectrale) est liée à une différence
de vitesse de propagation dans la fibre en fonction de la longueur d’onde qui
provoque un élargissement des impulsions optiques. Par conséquent, une
interférence entre symboles conduit à une augmentation du taux d'erreur
binaire (BER : bit error rate) du système de communication.
 La dispersion limite essentiellement la bande-passante du signal pouvant être
transmis par la fibre.
 Utiliser les composants émetteurs les plus monochromatiques possibles.

Influence de la dispersion chromatique sur une impulsion optique.

Communications optiques 25
Caractéristiques des fibres optiques
Dispersion chromatique

 L'indice de réfraction d'un matériau dépend de la longueur d'onde. Il en


résulte que la vitesse de propagation de la lumière dans un matériau
dépend également de sa longueur d'onde.
 Il en résulte un temps de propagation différent pour les différentes
composantes spectrales, et donc un élargissement des impulsion de
lumière émises par une source non monochromatique.
 L'élargissement par dispersion chromatique du matériau dépend de la
largeur spectrale de la source et du paramètre D du cœur, appelé
coefficient de dispersion du cœur:

 c ,m  0 DL

 D dépend des caractéristiques physiques du cœur et de la longueur


d'onde.

Communications optiques 26
Caractéristiques des fibres optiques
Dispersion chromatique du guide d’onde

 Il faut tenir compte d'une autre phénomène. En effet, le calcul des modes
montre que la direction de propagation dépend, pour un mode donné, de
la longueur d'onde
 Par conséquent, pour un mode donné, le temps de propagation dépendra
de la longueur d'onde, même si on choisit la longueur d'onde
correspondant à une dispersion matériau nulle.
 La dispersion de guide d'ondes est donnée par une formule analogue à la
dispersion matériau:  d n 
2

 c, g  0 0  eff
 L
 2 
c  d 
0

 La dispersion chromatique totale tient compte des deux effets: dispersion


matériau et dispersion de guide d'ondes:
 c   c ,m   c , g

Communications optiques 27
Caractéristiques des fibres optiques
Dispersion totale

 Il faut combiner la dispersion modale et les deux sources de dispersion


chromatique:
   c 2   mod 2

 Dans une fibre multimode, la dispersion modale est principalement responsable


de l'élargissement des impulsions et donc de la limitation de la bande passante.
 Dans une fibre monomode également, la dispersion totale doit tenir compte de la
dispersion chromatique matériau et de la dispersion chromatique de guide
d'ondes, car ces deux effets sont semblables au cas des fibres à saut d'indice.

Dispersion chromatique totale dans une fibre en


silice à saut d'indice.
Communications optiques 28
Comment raccorder deux fibres optiques

 Il existe deux manières de raccorder entre elles deux fibres optiques:


L’épissure
 Cette opération consiste à raccorder directement les deux fibres par soudure
au moyen dʼun arc électrique, en alignant le mieux possible les deux cœurs de
fibre. Elle se fait grâce à un appareil appelé soudeuse ou épissureuse.
Avantages:
 Cette méthode de raccordement est rapide et relativement simple à mettre en
œuvre.
 La perte de lumière engendrée par la soudure, due à un alignement des cœurs
imparfait, reste très faible.
Inconvénients:
 Ce type de raccordement est relativement fragile (malgré une protection de la
fusion par un tube thermo-rétractable).
 Cʼest un raccordement définitif.
 Il faut investir dans une soudeuse.

Communications optiques 29
Comment raccorder deux fibres optiques

L’utilisation de connecteurs
Il faut réaliser le câblage du connecteur à chacune des extrémités des fibres à
raccorder. On peut alors raccorder les deux fibres en raccordant les deux
connecteurs.
Avantages:
 Ce type de raccordement est robuste. On peut choisir le type de connecteur et la
robustesse de celui ci en fonction du domaine dʼapplication du système.
 Le raccordement est amovible. On peut connecter et déconnecter les deux fibres
plusieurs centaines à plusieurs milliers de fois sans détérioration.
Inconvénients:
 La mise en œuvre est moins rapide que la fusion, et requiert une expérience ainsi
que des outillages spécifiques.
 La perte de lumière due à la connexion est plus élevée que dans le cas dʼune
épissure.

Communications optiques 30
Les différents types de connecteurs

 Il existe nombre de connecteurs pour la fibre optique. Les plus répandus sont les
connecteurs ST et SC qui font partie des solutions les plus courantes pour des
réseaux fiables.
 Pour les réseaux informatiques Fiber Distributed Data Interface (FDDI), on utilise
les connecteurs doubles MIC .
 Il y a aussi les connecteurs SMA (SubMiniature version A) qui sont des connecteurs
à écrou fileté avec un joint torique et sans CP (contact physique), et les
connecteurs FCPC qui sont des connecteurs à écrou fileté, très courts et rigides,
utilisés pour la fibre monomode.

Connecteur ST Connecteur FDDI ou MIC


Connecteur SC

FCPC
SMA Communications optiques 31
Les différents types des connecteurs

 Il y a plusieurs manières pour coupler de la fibre optique:


 Le couplage mécanique de deux connecteurs mis bout à bout au moyen d'une
pièce de précision. Le dessin ci-dessous montre l'union de deux connecteurs ST,
mais il existe des coupleurs ST/SC ou ST/MIC.
 Le raccordement par Splice mécanique qui est utilisé pour les réparations à la suite
de rupture ou pour raccorder une fibre et un connecteur déjà équipé de quelques
centimètres de fibre que l'on peut acquérir dans le commerce(Pig tail).
 La fusion au moyen d'un appareil à arc électrique appelé fusionneuse.

Trois exemples de connexions en fibre optique


Communications optiques 32
Mesures optiques

 Elles désignent, en standard, la mesure par affaiblissement, c’est-à-dire la perte


engendrée par la fibre et l’ensemble des composants de la liaison optique. Elle
englobe 2 méthodes : la mesure de perte par insertion ou mesure par
rétrodiffusion (réflectométrie).
 Mesure par insertion
 Cette méthode est utilisée sur site pour effectuer des mesures de puissance de l’énergie
lumineuse qui est émise et reçue via une liaison optique. Elle permet de mesurer la
perte d’une liaison. Elle utilise un émetteur de lumière stabilisé et un récepteur
(mesureur de puissance) étalonné ainsi qu’un jeu de bobines ou de cordons de
référence.
 Réflectométrie
 Méthode de mesure basée sur l’injection et la réception d’une impulsion lumineuse à
une même extrémité de la fibre. Elle permet de visualiser et caractériser l’ensemble des
éléments constitutifs de la liaison optique (Cartographie) : le calcul de l’affaiblissement
et de la réflectance de chaque élément de la liaison optique. L’équipement de mesure
utilisé est le réflectomètre, également appelé OTDR (Optical Time Domain
Reflectometer).

Communications optiques 33
Spécificités des réseaux tout optique

 Fibres à saut d’indice conviennent bien aux transmissions à très courte distance
(réseaux LAN et MAN) pou un débit <50Mb/s.
 Plusieurs standards de fibres toute silice à gradient d’indice (GI) ont été
normalisés pour des applications en télécommunications courtes
distances (fibre 50/125, utilisée pour les réseaux locaux à très haut débit),
réseaux locaux informatiques (62.5/125) et distribution vidéo de 1ere
génération (85/125 peu utilisée). Des fibres plastiques à gradient d’indice
apparaissent pour le gigabit Ethernet.

 Fibres monomodes: plus puissantes


 utilisées pour les grandes distances : réseaux MAN et WAN
 permettent des débits importants

Communications optiques 34