Vous êtes sur la page 1sur 20

Chapitre 14 – Gestion des approvisionnements et des stocks

Exercices complémentaires
Exercice 14.7 ** Lot économique - Budget des approvisionnements - Prix d’achat va-
riant selon les quantités
L'article B 219 présente un stock initial de 200 unités. Sa consommation prévisionnelle pour
l'année N est la suivante :
Janvier 180 Mai 380 Septembre 490
Février 300 Juin 450 Octobre 420
Mars 350 Juillet 440 Novembre 360
Avril 360 Août 100 Décembre 170
Le délai de livraison de cet article est de 1,5 mois, le stock de sécurité de 10 à 15 jours de
consommation. Les commandes sont passées le let ou le 15 du mois.
Le coût unitaire de l'article B 219 est de 8 €.
Le coût de passation d'une commande est de 100 €.
Le taux de possession du stock est de 10 %.
Travail à faire
1. Calculer la quantité constante à commander (lot économique).
2. Établir la fiche de stock en quantité et en déduire les budgets des commandes, des livraisons,
des consommations et des stocks.
3. Le fournisseur de cet article, pour inciter ses clients à augmenter l'importance de leurs commandes, pro-
pose les conditions suivantes :
- quantités commandées inférieures à 2 000 unités : prix unitaire 8 €;
- quantités commandées comprises entre 2 000 et 3 500 unités : remise de 2 %;
- quantités commandées supérieures à 3 500 unités : remise de 3 %.
Quelle solution l'entreprise doit-elle adopter?

Corrigé de l’exercice 14.7

1. Lot économique
Q = 4 000 / 12 = 333,33 ; cl = 100 ; cs = 8 × 10 % / 12 = 0,067

2 × 333,33 × 100
q* = = 1 000 unités.
0,067

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


2. Fiche de stock et budgets
Sorties Stock final Entrées Stock final
rectifié
200
Janvier 180 20 1000 1020
Février 300 720 720
Mars 350 370 370
Avril 360 10 1000 1010
Mai 380 630 630
Juin 450 180 1000 1180
Juillet 440 740 740
Août 100 640 640
Septembre 490 150 1000 1150
Octobre 420 730 730
Novembre 360 370 370
Décembre 170 200 200

Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
Commandes 1 000 1 000 1 000 1 000
Livraisons 1 000 1 000 1 000 1 000
Consommations 180 300 350 360 380 450 440 100 490 420 360 170
Stocks 1 020 720 370 1 010 630 1 180 740 640 1 150 730 370 200

3. Propositions du fournisseur
Q < 2 000 Î Q = 1 000
Prix d’achat : 8 × 4 000 = 32 000
Coût de possession : 0,80 × 1 000 / 2 = 400
Coût de lancement : 100 × 4 000 / 1 000 = 400
Total 32 800
2 000 < Q < 3 500 Î Q = 2 000
Prix d’achat : 8 × 4 000 × 98 % = 31 360
Coût de possession : 0,80 × 2 000 / 2 = 800
Coût de lancement : 100 × 4 000 / 2 000 = 200
Total 32 360
Q > 3 500 Î Q = 3 500
Prix d’achat : 8 × 4 000 × 97 % = 31 040
Coût de possession : 0,80 × 3 500 / 2 = 1 400
Coût de lancement : 100 × 4 000 / 3 500 = 114
Total 32 554
La 2e solution est la moins coûteuse.
Exercice 14.8 ** Sensibilité au coût de pénurie
Une usine de peinture produit divers coloris en utilisant le même équipement. La mise en état
de cet équipement pour la fabrication d'un coloris donné coûte 5 000 €. Le coût variable de
production est de 20 € par kg. La demande de peinture verte est de 100 tonnes par an. Le coût de
possession est évalué au taux de 20 % l'an.
Travail à faire
Quel est l'intervalle entre deux productions et le coût de revient global,
1. si le coût de report d'une livraison à un client est de 25 € par kg et par an ?

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


2. si le coût de report d'une livraison est de 5 000 € par kg et par an ?

Corrigé de l’exercice 14.8

1. Coût du report = 25 €
• Volume optimal d’une commande

2 × 100 000 × 5 000 25 + 4


q* = × = 17 029 kg
4 25
• Durée séparant deux réapprovisionnements
17 029
T* = × 360 = 61 jours
100 000

1. Coût du report = 5 000 €


• Volume optimal d’une commande

2 × 100 000 × 5 000 5 000 + 4


q* = × = 15 818 kg
4 5 000
• Durée séparant deux réapprovisionnements
15 818
T* = × 360 = 57 jours
100 000
Exercice 14.9 *** Transposition de la méthode à la gestion de la production
Un atelier a une capacité de fabrication de 2 000 pièces par jour. Les ventes s'élèvent à 500
pièces par jour. On est donc conduit à lancer des séries successives. Le coût de lancement de
chaque série est de 750 €. Le coût du stockage du produit fini est de 0,75 € par pièce et par
jour.
Travail à faire
1. Représenter graphiquement l’évolution du niveau du stock de produits finis au cours d’un cycle
de quatre jours, en supposant qu’on lance la production de 500 pièces tous les quatre jours..
2. Déterminer le volume optimal de chaque série et la période des lancements.
2.1. Exprimer le coût de la série, total et par jour, en fonction de la période t lancement de la
série.
2.2. Calculer la dérivée du coût par unité de temps par rapport à t.
2.3. Annuler la dérivée pour trouver la valeur de t qui minimise le coût.
2.4. Déterminer le volume de la série optimale.
NOTA : Cet exercice n'est pas la simple reproduction des modèles décrits dans le chapitre.

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


Corrigé de l’exercice 14.9

1. Représentation graphique

Stock

500

1 2 3 4 jours

2. Détermination de la série optimale


2.1. Expression du coût en fonction de la période
Désignons par q, le volume de la série, et par t, la période (en jours) de lancement de cette
série ⇒ q = 500 t. La durée de la production de cette même série est t/4.
Le coût d’une série est égal à Γ = 750 + 1/2 × 500 t × 0,75 t + 1/2 × 500 t × 0,75 × t/4
= 750 + 234,375 t².
Le coût par unité de temps est γ = Γ/t = 750/t + 234,375 t.
2.2. Dérivée

La dérivée de ce coût unitaire par rapport à t est dγ/dt = - 750/t² + 234,375.


2.3. Annulation de la dérivée
750
Cette dérivée s’annule pour t*² = = 3,2 et t* = 1,79
234,375
Le coût est minimal quand la période est de 1,79 jour.
2.4. Volume optimal
Le volume optimal est q* = 500 × t* = 500 × 1,79 = 895 articles.
Exercice 14.10 ** Gestion des stocks avec ou sans pénurie - Probabilité de rupture
La Société strasbourgeoise d’ameublement de bureau fabrique divers modèles de chaises de
bureau à partir du même piétement mais avec des rembourrages différents. La fabrication est
souvent perturbée par des ruptures d’approvisionnement des piétements. Le comptable sou-
haite améliorer la gestion du stock de piétements.
Le programme de production de sièges de bureau est reproduit dans l'annexe 1 ; les règles de
gestion du stock de piétements sont indiquées dans l'annexe 2.
Travail à faire
1. Gestion du stock sans pénurie.

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


1.1. En notant par N le nombre de commandes, déterminer en fonction de cette variable :
- le nombre optimal de commandes, la quantité économique de commande ;
- le coût minimal de gestion du stock pour l’exercice.
1.2. Présenter un programme annuel de livraison qui minimise le coût d'approvisionnement
et de stockage.
1.3. Calculer, en utilisant l’annexe 3, la probabilité pour qu’il n’y ait pas de rupture de stock,
sachant que le délai de livraison est distribué selon une loi normale de probabilité,
d’espérance mathématique 20 jours et d’écart type 3 jours.
1.4. Calculer le stock de sécurité qui permet de limiter à 5 % le risque de rupture de stock.
2. Gestion du stock avec pénurie.
2.1. Représenter graphiquement l’évolution du niveau des stocks, en désignant par n le
stock de début de période et par Q le volume d’une commande.
2.2. Déterminer le nombre optimal de commandes et la quantité économique de commande.
2.3. Calculer la durée de la pénurie et la durée du service durant un exercice comptable ; en
déduire le coût de pénurie et le coût de stockage.
2.4. Calculer le coût total de gestion du stock.
2.5. Conclure quant à la pertinence de l’étude.

Annexe 1 - Programme de production de sièges (exercice N)

Janvier ...... 860 Mai ..................... 1 020 Septembre ........ 930


Février ...... 880 Juin..................... 1 060 Octobre............. 880
Mars ......... 900 Juillet.................. 870 Novembre......... 900
Avril ......... 950 Août ................... 520 Décembre ......... 920

Annexe 2 - Règles de gestion du stock de piétements de chaises

Le stock était de 40 unités au 1er janvier N et doit être porté à 600 unités au 31 décembre N.
L’approvisionnement est réalisé par quantités constantes.
Le coût de lancement (suivi et réception d’une commande) est de 1 000 €, montant relative-
ment important car ce produit est importé. Le taux de possession du stock (coût financier +
coût de magasinage) est estimé à 12 % de la valeur moyenne du stock.
Le prix d’achat des piétements est de 120 € l’unité.
Les commandes sont passées 20 jours avant que l'on atteigne un stock de sécurité représentant
1/8 de la consommation mensuelle.
Le coût de pénurie dû à la modification du plan de production est estimé à 1 500 € par lot de
1 250 piétements manquants et par période de 10 jours.
Tous les calculs seront menés en retenant la convention d’une année de 12 mois de 30 jours.
Annexe 3 - Extrait des tables de loi normale
P ( T < 1 ) = 0,8413 P ( T < 1,25 ) = 0,8944 P ( T < 1,65 ) = 0,95 P ( T < 1,96 ) = 0,975

Corrigé de l’exercice 14.10

1. Gestion du stock sans pénurie


1.1. Politique d’approvisionnement
Quantité totale à approvisionner = consommation de l’exercice + reconstitution du stock
= 10 690 + (600 − 40) = 11 250 articles
11 250 × 120 × 12 % 81 000
Coût total de stockage = f (N) = 1 000 N + = 1 000 N +
2N N

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


81 000
L’optimum est atteint si f ’(N) = 1 000 − =0
N2
⇒ N* = nombre économique de commandes = 9 commandes.
Q* = quantité économique de commande = 11 250 / 9 = 1 250 unités.
81 000
Coût minimal de gestion du stock = ( 9 × 1 000 ) + = 18 000 €.
9
1.2. Programme de livraisons
Le stock de sécurité représente 1/8 de la consommation mensuelle, soit 3,75 jours de consom-
mation. La livraison est prévue 4 jours (arrondi de 3,75) avant la date théorique de rupture.
Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Stock initial 40 430 800 1 150 200 430 620 1 000 480 800 1 170 270
Consommation 860 880 900 950 1 020 1 060 870 520 930 880 900 920
Livraison 1 250 1250 1250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250
Date de rupture 2/01 15/02 27/03 6/05 12/06 21/07 15/08 27/10 9/12
Date de livraison 1/01 11/02 23/03 2/05 8/06 17/07 11/08 23/10 5/12
Stock final réel 430 800 1 150 200 430 620 1 000 4 80 800 1 170 270 600
Calcul des dates de livraison :
Janvier : consommation de 28,7 unités par jour ⇒ le stock initial représente moins de 2 jours de consommation ; la livraison
aurait dû intervenir en décembre N-1.
Février : consommation de 28,6 unités par jour ⇒ le stock initial représente 430 / 28,6 = 15 jours de consommation ; la livraison
intervient le 11 février.
Remarque : le stock final de décembre est bien de 600 unités (objectif fixé).

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


1.3. Probabilité d’absence de rupture de stock
Le stock de sécurité représentant 3,75 jours de consommation, aucune rupture n’intervient si
le délai de livraison est inférieur à 23,75 jours.
En désignant le délai par D, nous notons : D → & (20, 3) et, par conséquent :
⎛ 23,75 − 20 ⎞
P ( D < 23,75 ) = P ⎜ T < ⎟ = P (T < 1,25 ) = 0,8944 (cf. table de la loi normale)
⎝ 3 ⎠
1.4. Stock de sécurité à constituer pour limiter à 5 % le risque de rupture de stock
Désignons par SS le stock de sécurité.
⎛ SS ⎞
P ⎜T < ⎟ = P ( T < tα ) = 0,95 ⇒ tα = 1,65 ⇒ SS = 1,65 × 3 = 4,95 jours de consomma-
⎝ 3 ⎠
tion, soit 1/6 de la consommation mensuelle.

2. Gestion du stock avec pénurie


2.1. Représentation d’un cycle de stockage

Stock

Q = quantité livrée
n = stock en début de période

n
Q

Temps
0

T = période de réapprovisionnement
T2 = temps
T1 = temps de service de pénurie

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


2.2. Détermination de la politique de commande
Soit cs le coût de stockage et cp le coût de pénurie.
cs = 120 × 12 % = 14,40 € par an et par article, soit 0,04 € par jour et par article.
1500
cp = = 0,12 € par jour et par article.
1 250 × 10

* * c p + cs
- Quantité économique de commande = Q' = Q ×
cp

Quantité économique sans pénurie

0,12 + 0, 04
Q'* = 1 250 × ≈ 1 443
0,12
- Nombre optimal de commandes = 11 250 / 1 443 ≈ 8 commandes par an.

2.3. Durées de pénurie et de service, coûts de pénurie et de stockage

⎛ cp ⎞
- Durée de pénurie = ⎜1 − ⎟ × 360 = 90 jours.
⎜ c + c ⎟
⎝ p s ⎠
- Durée de service = 360 − 90 = 270 jours.
cp 0,12
- Stock en début de cycle = n = Q × = 1 443 × = 1 082 articles.
c p + cs 0,12 + 0,04
1 082
- Coût de stockage = 0,04 × × 270 = 5 842,80 €.
2
1 443 − 1 082
- Coût de pénurie = 0,12 × × 90 = 1 948,40 €.
2
2.4. Coût total de gestion du stock
Coût total = coût de lancement des commandes + coût de stockage + coût de pénurie
= (8 × 1 000) + 5 842,80 + 1 948,40 = 15 792,20 €

2.5. Pertinence de l’étude


La gestion avec pénurie permet théoriquement une économie d’environ 2 200 €. Cependant,
elle désorganise la production puisque l’entreprise connaît une rupture de stock un jour sur
quatre. La prise en considération des seuls coûts de production explicites occasionnés par les
ruptures est insuffisante ; il faudrait intégrer les coûts « cachés », c'est-à-dire :
- le mécontentement des clients servis hors des délais normaux ;
- le coût de gestion des situations de pénurie (temps consacré par les managers).
Exercice 14.11 * Budget des approvisionnements et des stocks
La Société montagnarde de fonderie est une PME familiale, héritière d'une longue tradition
métallurgique comme on en trouvait, au début du siècle, dans maintes vallées isolées. Cepen-
dant, elle a su évoluer avec dynamisme jusqu'à devenir le leader européen de sa spécialité.
Celle-ci consiste à produire des pièces aéronautiques en aluminium par le procédé dit « à la
cire perdue ».
La direction a dû réagir à une détérioration de la rentabilité en raison d'une baisse des prix,
consécutive à l'entrée de nouveaux opérateurs sur ce marché. Elle a décidé de réduire tous les
coûts qui peuvent l'être. Notamment, le service Achats a reçu la mission de réduire le coût du

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


stockage des matières premières, matières consommables et produits intermédiaires. L'entre-
prise travaillant à la commande, les produits finis n'ont pas à être stockés.
Le responsable du service Achats a entrepris une enquête préparatoire à la mise en place d'une
gestion optimale des stocks, au début de l'année N. Il a d'abord dressé une liste alphabétique
des articles stockés avec l'indication du coût unitaire et de la quantité annuelle consommée
(cf. annexe 1). Il classe ensuite les articles en catégories en fonction de l'intensité de la sur-
veillance qu'ils requièrent.
Une fois ce travail réalisé, le responsable du service Achats établit le budget des approvision-
nements du premier semestre de l'année N+1. Les annexes 2, 3 et 4 présentent, à titre d'exem-
ple, les données relatives à l'article C.
Travail à faire
1. Classement des articles en catégories.
1.1. Classer les articles par ordre décroissant de la valeur de la consommation annuelle.
1.2. Représenter par un diagramme de Pareto les valeurs cumulées des consommations en
fonction du rang de l'article dans le classement ci-dessus.
1.3. Classer les articles en :
- deux catégories ;
- trois catégories.
1.4. Lequel de ces deux classements vous semble le plus approprié ?
2. Étude de l'approvisionnement de l'article C.
2.1. Calculer le coefficient de corrélation linéaire entre la consommation mensuelle et le rang
du mois concerné. Un ajustement linéaire vous semble-t-il pertinent ?
2.2. Transformer les données mensuelles de l'année N en les corrigeant des variations sai-
sonnières. Contrôler la validité d'un ajustement de la série ainsi désaisonnalisée.
2.3. Déterminer la tendance de la consommation en ajustant une droite à la série désai-
sonnalisée.
2.4. Prévoir la consommation des six premiers mois de l'année N+1 en extrapolant la ten-
dance et en réintroduisant les variations saisonnières.
2.5. Établir le budget des approvisionnements et des stocks de l'article C pour les six pre-
miers mois de l'année N+1, en utilisant la méthode de la livraison de lots de volume
constant avec une périodicité variable. Considérer des mois de trente jours.
Annexe 1 - Consommation des articles (année N)
Référence de l'article Coût unitaire (en € ) Quantité annuelle consommée (en unités)
A 7,14 2 800
B 2,80 3 600
C 51,40 7 200
D 3,34 6 000
E 9,40 3 200
F 5,50 3 600
G 7,82 6 400
H 12,50 3 200
I 7,10 2 800
J 350,00 1 200

Annexe 2 - Consommation mensuelle de l'article C pour l'année N (unités)

Mois Janvier Février Mars Avril Mai Juin


Consommation 532 518 583 586 443 660
Mois Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Total
Consommation 481 245 796 715 754 878 7 191

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


Annexe 3 - Coefficients saisonniers multiplicatifs

Janvier Février Mars Avril Mai Juin


0,95 0,9 1 1 0,75 1,1
Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Total
0,85 0,4 1,3 1,15 1,2 1,4 12

Annexe 4 - Autres renseignements relatifs à l'article C


Coût de passation d'une commande ........ 500 €
Taux de possession annuel ...................... 24 %
Coût unitaire............................................ 31 €
Stock de sécurité...................................... 10 jours de consommation moyenne
Délai de livraison .................................... 15 jours
Stock au 1.01.N+1................................... 880 unités

Corrigé de l’exercice 14.11

1. Classement en catégories
1.1. Classement par ordre décroissant de la valeur des consommations annuelles

Référence Coût unitaire Quantité annuelle Valeur de la Valeur cumu- Rang Rang en % Valeur cumulée en
de l'article (en € ) consommée (en consommation lée du nombre de % du nombre de
unités) (en € ) références références
J 350 1 200 420 000 420 000 1 10% 42%
C 51,40 7 200 370 080 790 080 2 20% 79%
G 7,82 6 400 50 048 840 128 3 30% 84%
H 12,50 3 200 40 000 880 128 4 40% 88%
E 9,40 3 200 30 080 910 208 5 50% 91%
D 3,34 6 000 20 040 930 248 6 60% 93%
A 7,14 2 800 19 992 950 240 7 70% 95%
I 7,10 2 800 19 880 970 120 8 80% 97%
F 5,50 3 600 19 800 989 920 9 90% 99%
B 2,80 3 600 10 080 1 000 000 10 100% 100%
Total 1 000 000
Remarque : les quatre dernières colonnes du tableau préparent le diagramme de la question suivante.

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


1.2. Diagramme de Pareto

Cumul des valeurs


100%
F B
90% G A I
E D
80% H
C
70%

60%

50 %

40% J

30%

20%

10%

0 10% 20% 30% 40% 50 % 60% 70% 80% 90% 100%

Références

1.3. Classement
• Deux catégories : méthode des 20/80
Les articles J et C représentent ensemble 20 % des références et 79 % de la valeur : ils consti-
tuent le premier groupe dont la gestion doit être suivie avec une attention particulière.
Les autres articles (80 % des références et 21 % de la valeur) peuvent être gérés plus simple-
ment.
• Trois catégories : méthode ABC
Les limites habituelles entre les trois catégories sont :
- catégorie A ........10 % des références et 65 % de la valeur ;
- catégorie B .........25 % des références et 25 % de la valeur ;
- catégorie C .........65 % des références et 10 % de la valeur.
Le classement qui s'en rapproche le plus ici est :
- catégorie A .........article J (10 % des références et 42 % de la valeur), suivi avec le plus
grand soin ;
- catégorie B .........articles C et G (20 % des références et 42 % de la valeur), gérés de façon
plus souple ;
- catégorie C .........les autres articles (70 % des références et 16 % de la valeur) pour lesquels
la seule contrainte est d'éviter les ruptures de stock.
1.4. Pertinence du classement
Le classement en deux catégories (méthode des 20/80) paraît mieux adapté au cas proposé car
on observe une nette coupure entre le groupe des articles J et C et le reste des articles. C'est
très visible sur le diagramme où la pente de la courbe s'infléchit brusquement après l'article C.

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


2. Étude de l'article C
2.1. Corrélation entre les données mensuelles brutes et le rang des mois

Mois Rang du Consommation


mois mensuelle
x y x.y x² y²
Janvier 1 532 532 1 283 024
Février 2 518 1 036 4 268 324
Mars 3 583 1 749 9 339 889
Avril 4 586 2 344 16 343 396
Mai 5 443 2 215 25 196 249
Juin 6 660 3 960 36 435 600
Juillet 7 481 3 367 49 231 361
Août 8 245 1 960 64 60 025
Septembre 9 796 7 164 81 633 616
Octobre 10 715 7 150 100 511 225
Novembre 11 754 8 294 121 568 516
Décembre 12 878 10 536 144 770 884
Total 78 7 191 50 307 650 4 642 109
78 7 191
x= = 6,5 y= = 599,25
12 12
r=
∑ xi . y i − 12 x. y =
50307 − 12 × 6,5 × 597
= 0,517
(∑ x 2
i )(
− 12 x 2 ∑ y i2 − 12 y 2 ) (650 − 12 × 6,5 ) (4 642 109 − 12 × 599,25 )
2 2

Le coefficient est largement inférieur à 1. La consommation n'est que très faiblement corrélée
avec le rang du mois. Un ajustement linéaire de la série des consommations ne serait donc pas
significatif. Ceci s'explique notamment par l'effet de la saisonnalité qui perturbe les données
mensuelles. La croissance de la droite ajustée pourrait tout aussi bien refléter la forte consom-
mation des derniers mois de l'année (coefficients > 1 de septembre à décembre) qu'exprimer
la tendance pluriannuelle.
Il est donc nécessaire de neutraliser la saisonnalité avant de procéder à l'ajustement.
2.3. Série désaisonnalisée
• Correction des variations saisonnières
Données brutes Coefficients Données désai-
sonnalisées
c d e = c /d
Janvier 532 0,95 560
Février 518 0,9 576
Mars 583 1 583
Avril 586 1 586
Mai 443 0,75 591
Juin 660 1,1 600
Juillet 481 0,85 566
Août 245 0,4 613
Septembre 796 1,3 612
Octobre 715 1,15 622
Novembre 754 1,2 628
Décembre 878 1,4 627

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


• Coefficient de corrélation de la série désaisonnalisée

Mois Rang du Consommation


mois désaisonnalisée
x y x.y x² y²
Janvier 1 560 560 1 313 600
Février 2 576 1 152 4 331 776
Mars 3 583 1 749 9 339 889
Avril 4 586 2 344 16 343 396
Mai 5 591 2 955 25 349 281
Juin 6 600 3 600 36 360 000
Juillet 7 566 3 962 49 320 356
Août 8 613 4 904 64 375 769
Septembre 9 612 5 508 81 374 544
Octobre 10 622 6 220 100 386 884
Novembre 11 628 6 908 121 394 384
Décembre 12 627 7 524 144 393 129
Total 78 7 164 47 386 650 4 283 008
78 7 164
x= = 6,5 y= = 597
12 12

r=
∑ xi . y i − 12 x. y =
47 386 − 12 × 6,5 × 597
= 0,878.
(∑ x − 12 x )(∑ yi − 12 y ) (650 − 12 × 6,5 2 )(4 283 008 − 12 × 597 2 )
2
i
2 2 2

Sans être très proche de 1, le coefficient de corrélation linéaire est assez élevé pour qu'un
ajustement linéaire soit pertinent.
2.4. Détermination de la tendance

a=
∑ xi . yi − 12 x . y = 47 386 − 12 × 6, 5 × 597 = 5,73427
∑ xi2 − 12 x 2 650 − 12 × 6, 52
b = y − a. x = 597 − 5,734 × 6,5 = 559,7
En désignant le rang du mois par x (x = 1 pour janvier N) et la consommation mensuelle par y,
l'équation de la droite est : y = 5,734 x + 559,7. Cette droite représente la tendance de la con-
sommation.
2.5. Prévision de la consommation des six premiers mois de N+1

Mois Rang du mois Tendance Coefficient Prévision


x y = 5,734 x + 559,7 k y.k
Janvier N+1 13 638 0,95 606
Février N+1 14 644 0,9 580
Mars N+1 15 650 1 650
Avril N+1 16 656 1 656
Mai N+1 17 661 0,75 496
Juin N+1 18 667 1,1 734
Total 3 722

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


2.6. Budget des approvisionnements et des stocks
• Détermination du lot économique (modèle de Wilson)
Désignons par Q = 3 722, la consommation semestrielle prévue (voir tableau ci-dessus) ;
cl = 500 € , le coût de passation d'une commande ;
0, 24
cs = 31 × = 3,72 € , le coût de possession d'un article pendant un semes-
2
tre.
2 Q. cl 2 × 3 722 × 500
Le lot économique est : q* = = ≅ 1 000 unités.
cs 3, 72
• Détermination des dates de réapprovisionnement et de commande
La consommation journalière moyenne du semestre est égale à 3 722 / 180 = 20,7 unités. Le
stock de sécurité de 10 jours s'élève donc à 20,7 × 10 = 207 unités. Il faut programmer une li-
vraison de 1 000 unités quand le stock avec rupture est inférieur à 207. Cette livraison doit
être effectuée, en principe, le jour où le stock descend au niveau de 207 unités.

Mois Consommation Stock avec Livraison Stock rectifié (a) Date de livrai- Date de
rupture (a) son commande
Décembre N 880
Janvier N+1 606 274 274
Février N+1 580 −306 1 000 694 3 février (b) 18 janvier (c)
Mars N+1 650 44 1 000 1 044 22 mars 7 mars
Avril N+1 656 388 388
Mai N+1 496 −108 1 000 892 10 mai 25 avril
Juin N+1 734 158 1 000 1 158 28 juin 13 juin
Total 3 722 4 000
(a) En fin de mois.
274 − 207
(b) × 30 = 3
580
(c) 15 jours avant la livraison.
Exercice 14.12 *** Modèle à demande aléatoire et période économique fixée
Un commerçant a établi pendant 30 mois une statistique de ventes d'un article de consomma-
tion courante et a obtenu les résultats suivants :
Volume mensuel des ventes 250 275 300 325 350 375 400 425 450 475 500 525
Nombre de mois 1 0 2 2 3 4 5 4 4 3 1 1

Il se réapprovisionne au début de chaque mois. L'article en question est une denrée périssa-
ble : toute unité non vendue en fin de mois est perdue pour le commerçant.
Cet article comporte une faible marge bénéficiaire, que l'on considérera comme négligeable.
Cependant, le commerçant tient tout de même à en poursuivre la vente pour ne pas déplaire à
sa clientèle, le peu de bénéfice sur cette marchandise étant compensé par des marges plus rému-
nératrices sur d'autres articles, dont la vente accompagne souvent celle de l'article considéré.
Par ailleurs, en cas de rupture de stock, il doit se réapprovisionner exceptionnellement, soit
chez un concurrent, soit chez un fournisseur moins avantageux. Le commerçant estime alors
qu'une rupture de stock entraîne un coût supplémentaire égal, en moyenne, à la moitié du
coût de revient par unité pour toute unité demandée et manquant en stock.

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


Travail à faire
1. On admet que cette statistique de ventes traduit convenablement la loi de probabilité de la de-
mande mensuelle de la clientèle.
1.1. Déterminer le nombre d'articles que le commerçant doit commander à son fournisseur
habituel, au début de chaque mois.
1.2. Donner alors une estimation de la probabilité de rupture de stock au cours d'un mois.
1.3. Chaque article coûte au commerçant 4 € chez le fournisseur habituel. Évaluer
l’espérance mathématique du coût de revient unitaire dans le cadre de la politique
d'achat déterminée en 1.1.
2. Une étude de marché a permis de conclure que la demande aléatoire mensuelle, dans le secteur
d’activité du commerçant, est sensiblement distribuée selon une loi normale.
2.1. Ajuster alors une distribution normale à la distribution des ventes observée par le com-
merçant.
2.2. Reprendre la question 1.1. dans le cadre de cet ajustement.

Annexe - Extrait de la table de la fonction de répartition de la loi normale centrée ré-


duite (probabilité π(t) d’une valeur inférieure à t)

t 0,03 0,04 0,05


0,3 0,6293 0,6331 0,6368
0,4 0,6664 0,6700 0,6736
0,5 0,7019 0,7054 0,7088

Corrigé de l’exercice 14.12

1. Loi de probabilité discrète


1.1. Quantité à commander
Désignons la demande par R et la quantité à commander par q*.
1
À l'optimum, le taux de service est : Prob (R < q*) = = 10/30.
2 +1
Volume mensuel des ventes 250 275 300 325 350 375 400 425 450 475 500 525
Probabilité 1/30 0 2/30 2/30 3/30 4/30 5/30 4/30 4/30 3/30 1/30 1/30
Probabilité cumulée 1/30 1/30 3/30 5/30 8/30 12/30 17/30 21/30 25/30 28/30 29/30 30/30

L’optimum est compris entre q = 350 et q = 375.


1.2. Probabilité de rupture de stock
La probabilité de rupture de stock est égale à Prob (R > q*) = 1 - 10/30 = 2/3.
1.3. Espérance du coût unitaire
Retenons q = 375.

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


Demande R Prob (R) Coût des unités Coût des unités
restant en fin de manquant en fin de
mois × Prob (R) mois × Prob (R)
(a) (b)
250 0,03 16,67
275 0,00 0,00
300 0,07 20,00
325 0,07 13,33
350 0,10 10,00
375 0,13 0,00 0,00
400 0,17 8,33
425 0,13 13,33
450 0,13 20,00
475 0,10 20,00
500 0,03 8,33
525 0,03 10,00
Total 60 80

(a) 4 € × (375 - R) × Prob (R) (b) 2 € × (R - 375) × Prob (R)


L’espérance du coût unitaire est égale à 60 + 80 = 140 €.

2. Loi normale
1.1 Paramètres de la loi de probabilité

r P (r) r. P (r) r². P (r)


250 0,03 8,33 2 083,33
275 0,00 0,00 0,00
300 0,07 20,00 6 000,00
325 0,07 21,67 7 041,67
350 0,10 35,00 12 250,00
375 0,13 50,00 18 750,00
400 0,17 66,67 26 666,67
425 0,13 56,67 24 083,33
450 0,13 60,00 27 000,00
475 0,10 47,50 22 562,50
500 0,03 16,67 8 333,33
525 0,03 17,50 9 187,50
Total 400,00 163 958,33
E(R) = Σ r. P (r) = 400 € V(R) = Σ r². P (r) - E²(R) = 163 958 - 400² = 3 958
σ(R) = 3 958 = 63
La loi normale ajustée est la loi & (400 ; 63).
2.2. Quantité à commander
1
À l'optimum, le taux de service est : Prob (R < q*) = = 0,33
2 +1
La table de la fonction de répartition de la loi normale centrée réduite indique que π(t) = 0,67
pour t = 0,44. Par conséquent π(-0,44) = 1 - 0,67 = 0,33 et la variable centrée réduite optimale
est t* = -0,44.

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


t* = - 0,44 ⇒ q* = 400 - 0,44 × 63 = 372. Nous retrouvons une valeur de q* proche de celle
trouvée à la question 1.1.
Exercice 14.13 ** Méthode matricielle de gestion des stocks - Demande aléatoire
Une usine stocke des pièces de rechange d'un coût unitaire de 30 000 € en vue des réparations
de ses machines-outils. Le réapprovisionnement a lieu tous les mois. Le coût de stockage est
proportionnel à la durée du stockage. Il s'élève à 12 % de la valeur du stock par an. Faute de
pièce de rechange, la machine en panne est immobilisée. Le coût de cette immobilisation est
estimé à 200 € par jour.
Les besoins en pièces de rechange ont été observés pendant 24 mois consécutifs. Ces observa-
tions sont résumées par la statistique suivante :
Nombre de pièces consommées par mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Nombre de mois 1 1 2 4 5 3 4 2 1 1
On admet que cette statistique traduit convenablement la distribution de probabilité des be-
soins mensuels et que l'occurrence de ces besoins est uniformément répartie dans le mois.
Travail à faire
1. Combien de pièces de rechange l'usine doit-elle avoir en stock au début de chaque mois ?
2. Quel est alors le coût moyen mensuel de gestion du stock ?

Corrigé de l’exercice 14.13

1. Stock optimal en début de mois


Les coûts de possession et de pénurie sont proportionnels au temps. Le modèle à coûts indé-
pendants du temps (cf. le cas précédent) n'est pas applicable. À défaut, il est possible d'utiliser
la méthode matricielle puisque la demande est une variable discrète.
Désignons par : q................ le stock décidé en début de mois ;
r ................ la demande aléatoire de pièces de rechange dans le mois ;
cs............... le coût de possession mensuel d'une pièce (300 000 × 12 % ×
1/12 = 300 €) ;
cp .............. le coût de pénurie mensuel d'une pièce (200 × 30 = 6 000 €).

Stock Stock

r
q q
Stock
= q − r/2 Stock = q/2 r
moyen
moyen

0 0 Pénurie
= (r − q)/2
moyenne

Mois x q/r Mois x (r − q)/r


Mois
Mois

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


Cas où q > r Cas où r > q
Il y a des articles en stock pendant Il y a des articles en stock pendant une frac-
tout le mois. q
r tion du mois et il y a pénurie pendant la
Le stock moyen est q − r
2 r−q
fraction complémentaire .
r
Pendant la durée du stockage, le stock moyen
q
est et pendant la durée de la pénurie, la pé-
2
r−q
nurie moyenne est .
2
• Matrice des coûts de possession
Demande r
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Stock initial q
1 150 75 50 38 30 25 21 19 17 15
2 450 300 200 150 120 100 86 75 67 60
3 750 600 450 338 270 225 193 169 150 135
4 1 050 900 750 600 480 400 343 300 267 240
5 1 350 1 200 1 050 900 750 625 536 469 417 375
6 1 650 1 500 1 350 1 200 1 050 900 771 675 600 540
7 1 950 1 800 1 650 1 500 1 350 1 200 1 050 919 817 735
8 2 250 2 100 1 950 1 800 1 650 1 500 1 350 1 200 1 067 960
9 2 550 2 400 2 250 2 100 1 950 1 800 1 650 1 500 1 350 1 215
10 2 850 2 700 2 550 2 400 2 250 2 100 1 950 1 800 1 650 1 500

Exemples
• Ligne q = 5, colonne r = 3
⎛ r⎞ ⎛ 3⎞
q > r ÎCoût de possession = ⎜ q − ⎟ × c s = ⎜ 5 − ⎟ × 300 € = 1 050 €.
⎝ 2⎠ ⎝ 2⎠
• Ligne q = 5, colonne r = 8
q q 5 5
r > q ÎCoût de possession = × × cs = × × 300 € ≈ 469 €.
2 r 2 8
• Matrice des coûts de pénurie
Demande r
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Stock initial q
1 0 1 500 4 000 6 750 9 600 12 500 15 429 18 375 21 333 24 300
2 0 0 1 000 3 000 5 400 8 000 10 714 13 500 16 333 19 200
3 0 0 0 750 2 400 4 500 6 857 9 375 12 000 14 700
4 0 0 0 0 600 2 000 3 857 6 000 8 333 10 800
5 0 0 0 0 0 500 1 714 3 375 5 333 7 500
6 0 0 0 0 0 0 429 1 500 3 000 4 800
7 0 0 0 0 0 0 0 375 1 333 2 700
8 0 0 0 0 0 0 0 0 333 1 200
9 0 0 0 0 0 0 0 0 0 300
10 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

Exemples
• Ligne q = 5, colonne r = 3
q > r ÎIl n'y a pas de pénurie : coût de pénurie = 0 €.

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


• Ligne q = 5, colonne r = 8
r−q r−q 8−5 8−5
r > q ÎCoût de pénurie = × × cp = × × 6 000 € = 3 375 €.
2 r 2 8

• Somme des deux matrices : coûts de possession + coûts de pénurie

Demande r
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Stock initial q
1 150 1 575 4 050 6 788 9 630 12 525 15 450 18 394 21 350 24 315
2 450 300 1 200 3 150 5 520 8 100 10 800 13 575 16 400 19 260
3 750 600 450 1 088 2 670 4 725 7 050 9 544 12 150 14 835
4 1 050 900 750 600 1 080 2 400 4 200 6 300 8 600 11 040
5 1 350 1 200 1 050 900 750 1 125 2 250 3 844 5 750 7 875
6 1 650 1 500 1 350 1 200 1 050 900 1 200 2 175 3 600 5 340
7 1 950 1 800 1 650 1 500 1 350 1 200 1 050 1 294 2 150 3 435
8 2 250 2 100 1 950 1 800 1 650 1 500 1 350 1 200 1 400 2 160
9 2 550 2 400 2 250 2 100 1 950 1 800 1 650 1 500 1 350 1 515
10 2 850 2 700 2 550 2 400 2 250 2 100 1 950 1 800 1 650 1 500

• Distribution de probabilité de la demande mensuelle

Nombre de pièces 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Total


Nombre de mois 1 1 2 4 5 3 4 2 1 1 24
Probabilité 4,17% 4,17% 8,33% 16,67% 20,83% 12,50% 16,67% 8,33% 4,17% 4,17% 100%

• Espérances mathématiques des coûts


Le produit matriciel de la matrice des coûts par le vecteur des probabilités est égal au vecteur
des espérances mathématiques de coûts.
1 150 1 575 4 050 6 788 9 630 12 525 15 450 18 394 21 350 24 315 4,17% 11 123
2 450 300 1 200 3 150 5 520 8 100 10 800 13 575 16 400 19 260 4,17% 7 236
3 750 600 450 1 088 2 670 4 725 7 050 9 544 12 150 14 835 8,33% 4 517
4 1 050 900 750 600 1 080 2 400 4 200 6 300 8 600 11 040 16,67% 2 812
5 1 350 1 200 1 050 900 750 1 125 2 250 3 844 5 750 7 875 × 20,83% = 1 904
6 1 650 1 500 1 350 1 200 1 050 900 1 200 2 175 3 600 5 340 12,50% 1 529
Ö7 1 950 1 800 1 650 1 500 1 350 1 200 1 050 1 294 2 150 3 435 16,67% Ö 1 491
8 2 250 2 100 1 950 1 800 1 650 1 500 1 350 1 200 1 400 2 160 8,33% 1 648
9 2 550 2 400 2 250 2 100 1 950 1 800 1 650 1 500 1 350 1 515 4,17% 1 894
10 2 850 2 700 2 550 2 400 2 250 2 100 1 950 1 800 1 650 1 500 4,17% 2 181
Exemple
• Ligne q = 5
1 350 × 4,17 % + 1 200 × 4,17 % + 1 050 × 8,33 % +... + 7 875 × 4,17 % = 1 904
L'espérance mathématique du coût est 1 904 € si le stock en début de mois est q = 5 pièces.
Nous observons que l'espérance mathématique est minimale (1 491 €) pour q = 7. La politique
optimale est donc de stocker 7 pièces de rechange au début de chaque mois.
Remarque : il existe un modèle mathématique dans le cas où les coûts de possession et de pénurie sont proportionnels au
temps et où la période de réapprovisionnement est fixée.
Désignons par : Pr .............. la probabilité pour que la demande soit égale à r ;
F(r) ............ la fonction de répartition de la demande pendant la période de réapprovisionnement ;

⎛ 1⎞ + ∞ p
⎜q ⎟ ∑
r
L(q) ........... une fonction du stock q de début de période telle que L(q) = F(r) + + .
⎝ 2⎠
r =q + 1
r

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11


On démontre que l'espérance du coût d'approvisionnement est minimale pour la valeur entière q du stock initial telle que
cp
L(q - 1) < < L(q).
c p + cs

cp 6 000
Ici, = = 95,2 % et L(6) < 95,2 % < L(7) (voir les calculs ci-dessous). La valeur optimale du stock initial
c p + cs 6 000 + 300
est donc q = 7.

r, q pr F(s) pr +∞ p
r
1 ⎛ 1 ⎞ +∞ p r L(s)
∑ q + ⎜q + ⎟∑
r
q +1 r
2 ⎝ 2 ⎠ q +1 r

1 4,17% 4,17% 0,04167 0,1958 1,5 0,2937 33,54%


2 4,17% 8,33% 0,02083 0,1750 2,5 0,4374 52,08%
3 8,33% 16,67% 0,02778 0,1472 3,5 0,5152 68,18%
4 16,67% 33,33% 0,04167 0,1055 4,5 0,4749 80,82%
5 20,83% 54,17% 0,04167 0,0639 5,5 0,3512 89,29%
6 12,50% 66,67% 0,02083 0,0430 6,5 0,2796 94,63%
7 16,67% 83,33% 0,02381 0,0192 7,5 0,1441 97,74% Õ
8 8,33% 91,67% 0,01042 0,0088 8,5 0,0748 99,14%
9 4,17% 95,83% 0,00463 0,0042 9,5 0,0396 99,79%
10 4,17% 100,00% 0,00417 0,0000 10,5 0,0000 100,00%

2. Coût moyen mensuel de gestion du stock


Le coût moyen (ou espérance mathématique du coût) de gestion des stocks est 1 491 € comme
il a été montré à la question précédente.

©Éditions Foucher – Expertise comptable – DCG 11