Vous êtes sur la page 1sur 2

Pacte d’actionnaires : Un contrat complémentaire des

statuts
Charaf Jaidani Publié dans Finances news le 30 - 10 - 2008

* Comme pour le mariage, les clauses du pacte d’actionnaires stipulent les


conditions de l’union comme celle de la séparation entre associés.
* Contrairement aux statuts, c’est un document dont l’exécution des clauses
n’est pas forcée. Son inobservation donne lieu à des dommages et intérêts.
Les sociétés marocaines recourent de plus en plus aux pactes d’actionnaires. Un
contrat complémentaire des statuts régi par le droit civil. «C’est un document
qui engage les différents signataires et concerne notamment des clauses
spécifiques qui n’ont pas forcément un caractère obligatoire», a indiqué Maria
Bahnini, avocat d’affaires et professeur universitaire. Ces clauses ont trait au
capital, à l’exercice de droit de vote ou aux conditions dans lesquelles
l’entreprise va être gérée. Me Bahnini, qui intervenait dans le cadre d’un
séminaire organisé par AOB Consulting sous le thème : «Le pacte d’actionnaires
et la communication financière», a expliqué que «les dispositions d’un pacte
d’actionnaires n’ont pas un caractère forcé. Dans le cas de leur non-respect, elles
ne peuvent donner lieu qu’à des dommages et intérêts». A titre d’exemple, Me
Bahnini a évoqué un cas qui a défrayé la chronique dans les milieux d’affaires. Il
s’agit du litige qui a opposé Marjane Holding à Auchan. Le groupe français de
distribution a estimé que la partie marocaine n’avait pas respecté le pacte
d’actionnaires concernant un changement au niveau du Directoire. Une fois
l’affaire portée en Justice, l’arbitrage a donné lieu à un retour aux statuts. Selon
les statuts, Marjane n’a pas violé la loi mais, selon le pacte d’actionnaires, elle
est tenue de verser des dommages et intérêts.
Pour Didier Guigou, consultant, «le pacte d’actionnaires, c’est comme un contrat
de mariage. Il fixe les conditions de cohabitation des partenaires comme il
stipule les conditions de leur séparation».
Ces conditions sont édictées le plus souvent pour protéger les intérêts des
minoritaires et sauvegarder les positions des majoritaires. A cet effet, le pacte
d’actionnaires prévoit des clauses de préemption en cas de cession de parts. Il
peut fixer également le prix en cas de cession entre associés et les modalités de
l’opération. Par ailleurs, certaines clauses peuvent obliger les minoritaires à
céder leur part au cas où les majoritaires disposeraient d’une offre sur
l’ensemble des titres de la société. Le même document peut prévoir des clauses
stipulant la limitation de pouvoir des dirigeants. Le pacte d’actionnaires permet
également de conférer aux fondateurs un accès à l’information plus étendu,
notamment financière.
Le recours au pacte d’actionnaires se fait soit au moment de la fondation de la
société, ou pendant son exercice en faisant appel à de nouveaux investisseurs.
Dans le premier cas, il y a moins de problèmes, mais c’est dans le second où les
difficultés surgissent. Entre investisseurs et fondateurs, il n’y a pas forcément
une certaine homogénéité.

Vous aimerez peut-être aussi