Vous êtes sur la page 1sur 28

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEURE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE MENTOURI CONSTANTINE

FACULTE DES SCIENCES DE LA TECHNOLOGIE

DEPARTEMENT D’ELECTRONIQUE

Licence Professional
<<Réseaux et télécommunication>>

RAPPORT DE STAGE

Le MULTIPLEXAGE
PDH/SDH
Présenté par :

Amine Samiha

Encadré par :

Mr. Prof.
(Algérie télécom, CA2-polygone) (université de Constantine)

Stage effectué a : Algérie télécom (Centre de transmission et amplification, polygone-constantine)

Promotion Juin 2016


Remerciements

Je souhaite remercier toute l’équipe CT2 CENTRE DE


TRANSMISSION POLYGONE qui nous ont suivi et encadre tout au long
de notre stage et particulièrement de leurs bon conseil. Nous tenons
également à remercier FARROUKI Atef qui nous a aussi encadre (aussi
bien sur le plan des concepts que sur celui de la technique), soutenu et
´éclaire sur déférents points tout au Long de cette année !
J’aimerais également remercier tout le personnel de département
(enseignant, personnel administratif, direction des études, ...) qui Nous
ont guidés durant ces trois années sur le chemin du métier d’ingénieur.
Enfin , j’adresse aussi mes remerciements les plus chaleureux `a ma
famille (mes parents, mes grands-parents, mes amis….) qui ont été
toujours la pour moi au cours de ces trois années.
Remerciement
Sommaire

CHAPITRE 1 : Généralité technique sur le multiplexage

1.1 Introduction ………………………………………………………………………………………………….1


1.2 Notion de base ………………………………………………………………………………………………1
1.2.1 Le multiplexage FDM ………………………………………………………………………………….1
1.2.2 Le multiplexage temporel …………………………………………………………………………..2
1.2.3 Multiplexage par longueur d’onde WDM ……………………………………………………3
1.3 Le multiplexage PDH ……………………………………………………………………………………..5
1.3.1 caractéristique du signal PDH ……………………………………………………………………..6
1.4 Technologie SDH …………………………………………………………………………………………….6
1.4.1 Le Module STM-n ………………………………………………………………………………………..7
1.4.2 Caractéristique du signal SDH ……………………………………………………………………..8
1.5 Abréviation des mots clé utiliser…..…………………………………………………………………9

CHAPITRE2 : Présentation de l’entreprise

2.1 Historique……………………………………………………………………………………………………….10
2.2 Mission et objectif…………………………………………………………………………………………..10
2.3 CA2 Polygone Constantine……………………………………………………………………………….11

CHAPITRE3 : Le Multiplexage PDH et SDH (CA2)

3.1 Introduction………………………………………………………………………………………………….. 14
3.2 Le backbone algérien fibre optique………………………………………………………………… 14
3.3 Le Réseau de transport national……………………………………………………………………… 14
3.3.1 Le Réseau
Backbone ……………………………………………………………………………………………………………….14
3.3.2 Le réseau
régional…………………………………………………………………………………………………………………..15
3.3.3 Le réseau métropolitain ………………………………………………………………………………….15
3.3.4 Le réseau d’accès ……………………………………………………………………………………………15
3.4 Le réseau faisceaux hertziens …………………………………………………………………………….15
3.5 Le PDH dans la CA2…………………………………………………………………………………………… 16
3.6 LE Multiplexage SDH au CA2…………………………………………………………………………….. 16
3.6.1 L’ADR 155c ……………………………………………………………………………………………………..16
3.6.2 SAGEM ADR2500c…………………………………………………………………………………………. 17
3.6.3 Huawei OSN2500 ( 622Mbit/s) ………………………………………………………………………..17
3.6.4 Huawie OptiX OSN3500 : ……………………………………………………………………………18
3.7 TACHES DEVOLUES AU PERSONNEL TECHNIQUE …………………………………………..18
3.7.1 TACHE ACCOMPLIES PERSONNELLEMENT…………………………………………………..19
3.8 Conclusion ………………………………………………………………………………..…20
BIBLIOGRAPHIE …………………………………………………………………………………………………21
CHAPITRE 1 : Généralité sur les technique de multiplexage

1.1 Introduction

1.2 Notion de base

1.2.1 Le multiplexage FDM

1.2.2 Le multiplexage temporel

1.2.3 Multiplexage par longueur d’onde WDM

1.3 Le multiplexage PDH

1.3.1 Caractéristique du signal PDH

1.4 Technologie SDH

1.4.1 Le Module STM-n

1.4.2 Caractéristique du signal SDH

1.5 Abréviation des mots clé utiliser


1.1 Introduction :

La bande passante d'un canal de communication typique avec paires torsadées, câble
coaxial, fibre optique, etc… est souvent beaucoup plus large que la bande passante
nécessaire au signal. Pour utiliser plus efficacement la bande passante du canal choisi
et donc en réduire le coût, il est intéressant de pouvoir transmettre en même temps
plusieurs signaux (multiplexage par répartition en fréquence) ou de grouper les voies
de transmission lentes pour les transmettre successivement sur le même canal en
grande vitesse (multiplexage par répartition de temps).

1.2 Notion de base

Le multiplexage a pour objectif de partager la capacité d’un canal de transmission


entre plusieurs voies de communication, sans qu’il y ait d'interférence ou de
perturbation entre les voies. Dans la majorité des cas, il s’agit de répartir, entre
plusieurs utilisateurs, les coûts de mise en œuvre et d’exploitation d’un support
physique de transmission.
En outre, le multiplexage permet aussi d’augmenter la capacité utile d’un support
physique de transmission. La capacité théorique de la fibre optique est de l’ordre de
grandeur des centaines de THz [1]. Or, l’électronique intégrée permet, au mieux,
d’atteindre plusieurs dizaines de GHz.

Fig.1.1. Le Multiplexage temporel

1.2.1 Le multiplexage FDM [2]

Le principe du multiplexage fréquentiel est basé sur une répartition des N voies sur
l'axe des fréquences (figure 1-2). Cette technique de multiplexage se sert de la
modulation d'amplitude à bande latérale unique (SSB : Single Sideband modulation).
Il s'agit d'une technique analogique
.

Fig1.2. Schéma de principe d’un multiplexage par répartition de fréquence

1.2.2 Le multiplexage temporel [3]

Le multiplexage TDM (Time Division Multiplexing) ou MRT (Multiplexage à répartition


dans le temps) consiste à affecter à un utilisateur unique la totalité de la bande
passante pendant un court instant et à tour de rôle pour chaque utilisateur.

Fig1.3. Multiplexage TDM

Le multiplexage TDM permet de regrouper plusieurs canaux de communications à


bas débits sur un seul canal à débit plus élevé.
Exemple de multiplexage temporel : système téléphonique MIC 30 voies

 Il permet de transmettre simultanément sur un même support 30 voies


téléphoniques classiques :
La bande passante du signal à coder est de 300 - 3400 Hz, qui impose une
fréquence d’échantillonnage fe = 8 kHz.
 La numérisation MIC s’effectue avec la loi A (87.6) de compression
approximée avec 13 segments linéaires sur 8 bits, d’où un débit par voie
Dv = débit basse vitesse = 64 kb/s.
 Multiplexage temporel à 32 intervalles de temps (IT) comprenant un IT de
synchronisation de trame (MVT) et un IT de signalisation (SI).
Ceci est illustré par la figure 1.4.

Fig.1.4. Constitution d’une trame MIC30

1.2.3 Multiplexage par longueur d’onde WDM [ 4]

La technologie WDM repose sur le principe du multiplexage optique. Le principe


consiste à transporter plusieurs signaux sur un brin de fibre optique. Chaque signal
est coloré, c'est‐à‐dire placé sur une longueur donnée grâce à un transpondeur. Puis
via un multiplexeur optique, toutes les longueurs d’onde sont envoyées sur le même
brin de fibre optique. A l’autre extrémité, un démultiplexeur va séparer les longueurs
d’onde les unes des autres, puis un transpondeur va reconvertir le signal optique en
signal électrique (voir figure 1.5).
Fig.1.5. Principe de fonctionnement d’un multiplexeur WDM

Dans la technologie WDM, il existe 2 types de longueurs d’onde ; la CWDM et la


DWDM [4]
 CWDM
OEspacement entre 2 longueurs d’onde : 20 nm.
ONombre de longueurs d’onde maximum : 18.
OPortée : 70 km
OPas d’amplification possible

 DWDM

OEspacement entre 2 longueurs d’onde : 100 GHz (environ 8 nm) ou 50


GHz.
ONombre de longueurs d’onde maximum : 160
OPortée : 600 km et plus
OAmplification Possible
1.3 Le multiplexage PDH [5]

La hiérarchie numérique plésiochrone ou PDH (Plesiochronous Digital


Hierarchy) est née avec la numérisation des réseaux téléphoniques dans les
années 1970. La PDH est une technologie utilisée dans les réseaux de
télécommunication afin de véhiculer les voies téléphoniques numérisées. Le
principe de multiplexage PDH est de construire le débit supérieur
directement à partir des débits inferieurs, comme montré à la figure 1.6.
Ainsi, les interfaces et les multiplex normalisés à 8, 34, et 140 Mbit/s
n’imposent pas de contraintes sur le contenu binaire.

Fig.1.6. Niveaux hiérarchiques du multiplexage PDH

Le tableau suivant montre les différents niveaux de multiplexage (E1, E2, E3,
E4) avec leurs capacités et leurs débits respectifs.

Structure Capacité Débit utile Débit réel


MIC E1 30 Voies 1.92 Mbit/s 2.048 Mbit/s
E2=4*E1 120 Voies 7.68 Mbit/s 8.448 Mbit/s
E3=4*E2 480 Voies 30.72 Mbit/s 34.368 Mbit/s
E4=4*E3 1920 Voies 122.88 Mbit/s 139.264 Mbit/s
1.3.1 Caractéristiques du signal PDH :

 Signaux plésiochrones.
 Multiplexage bit par bit.
 Alignement de l’horloge par justification positif bit par bit.
 Une trame de transmission spécifique est définie pour chaque niveau de
multiplexage
 Le multiplexeur n’est pas nécessaire pour la synchronisation sur le signal
d’entrée
 La phase entre la trame de l’information tributaire n’est pas enregistrée. Un
accès direct à chacun des canaux entrelacés dans le signal multiplexé est de ce
fait impossible. L’accès est uniquement autorisé après l’opération de
démultiplexage dans chaque cas.
 Pendant le multiplexage, il n’existe pas de synchronisation entre les signaux
d’entrée.

1.4 Technologie SDH [6]

La demande croissante de services nécessite de large bande passantes a été à


l’origine de la conception de la hiérarchie numérique synchrone (SDH).
Les avantages de cette technologie sont :

 Hiérarchie normalisée
 Réduction du nombre d’équipements,
 Un débit binaire normalisé : débit normalisée de base de 155,52 Mbit/s.

Sa flexibilité et son évolution ont conduit à développer des réseaux synchrones


complexes.

1.4.1 Le Modules STM-n :

La trame STM (Synchronous transport module) est structurée en octets est possède
les caractéristiques suivantes :
taille du conteneur est 2430 octets, organisés en 9 rangées et 270 colonnes. La durée
du multiplex est de 125 µs ce qui permet de se synchroniser sur le 8KHZ. Pour la

Débit = (270*9*8bits)/125µs = 155,520 Mbit/s


trame STM-1 de base, nous avons

Pour la trame de niveau n, STM-n nous avons

Débit = (n*270*9*8bit)/125µs = n * 155,520 Mbit/s

A Partir du STM-1 la norme SDH prévoit la construction de trame de niveau n, les STM-n
proposant des débits supérieurs comme montré dans le tableau suivant

La Trame La Constitution Le nombre de voie Le Débit


STM 1 63 E1 1890 Voies 155,520 Mbit/s
STM 4 252 E1 7560 Voies 622,080 Mbit/s
STM 16 1008 E1 30240 Voies 2,5 Gbit/s
STM 64 4032 E1 120960 Voies 10 Gbit/s
STM 256 16128E1 483840 Voies 40 Gbit/s

Fig.1.7. Trame de Base de la SDH


NB : Le conteneur est la trame de base dans le multiplexage PDH

1.4.2 Caractéristique du signal SDH [6]

 Synchronisation sur le réseau de transmission.


 Technique de multiplexage à pointeur.
 Un fonctionnement plésiochrone est possible si c’est nécessaire grâce à la
compatibilité des équipements SDH qui autorisent des affluents PDH. Si c’est le
cas, l’alignement de l’horloge est effectué par une justification négatif-zéro-positif
octet par octet
 Structure modulaire : des débits binaires supérieurs sont obtenus par un
multiplexage octet par octet de plusieurs signaux STM1 en commençant par le
signal de base STM1.
 La relation de phase entre la trame et la charge utile réelle est enregistrée au
moyen de pointeurs (pointeur de donnée). De ce fait, l’accès à un canal spécifique
dans le signal SDH multiplexé est possible après l’analyse du pointeur.

1.5 Abréviation des mots clés utilisés

MIC (Modulateur à impulsions codées) : Sert à multiplexer 30 voies téléphoniques en


un signal numérique a 2Mbit/s (appelé signal E1)
MUX (Multiplexeurs 64K/2M) : Similaires au MIC mais les entrées sont déjà
numériser, donc l’échantillonnage la quantification et le codage ne se font pas.
FMX (Multiplexeur flexible) il peut remplacer les deux équipements précédents, avec
des cartes-modules, les entrées peuvent être soit numériques soit analogiques a 2 fils
ou a 4 fils. En plus les ITs ne sont pas figés mais peuvent être disposés librement dans
la trame.
Modem (modulateur/démodulateur) permet l’acheminement d’un signal numérique
(n*64Kbit/s) sur une assez longue distance (quelques kilomètres) entre un client et le
centre le plus proche.
Routeur : Equipement matériel ou logiciel permettant de diriger les messages vers le
bon destinataire.
Routage : Technique d’envoi des données en mode commutation par paquets.
xDSL : (ADSL, HSDSL, RADSL, SDSL, VHDSL, IDSL, DSL)
Technique qui permettent de disposer de débits de plusieurs Mbit/s sur les lignes
téléphoniques normales. ADSL(1990), ADSL2(1992), VDSL(1995).
ADSL: Asymmetrical Digital SubcriberLine.
HSDSL: High Speed Digital SubcriberLine.
RADSL: Rate-Adaptive Digital SubcriberLine.
SDSL: SymetricDigitalSubcriberLine .
VHSDSL: Very High Speed Digital SubcriberLine .
ISDL: ISDN Digital SubcriberLine : 144kbit/s au lieu de 128 Kbit/s.
GSM: Group Spécial Mobile : Communication radio sur un réseau cellulaire qui utilise
un multiplexage temporal.
CHAPITRE 2 Présentation de l’entreprise

2.1 Historique

2.2 Mission et objectif

2.3 CA2 Polygone Constantine


2. HISTORIQUE :

ALGERIE TELECOM, est une société par actions à capitaux publics opérant sur le
marché des réseaux et services de communication électroniques.

Sa naissance a été consacrée par la loi 2000/03 du 5 aout 2000, relative à la


restructuration du secteur des postes et Télécommunications, qui sépare notamment
les activités postales de celles des Télécommunications.

ALGERIE TELECOM est donc régie par cette loi qui lui confère le statut d`une
entreprise publique économique sous la forme juridique d`une société par actions
SPA.

Entrée officiellement en activité à partir du 1er janvier 2003, elle s`engage dans le
monde des Technologies de l`information et de la communication avec trois objectifs
:

1. Rentabilité
2. Efficacité
3. Qualité de service
Son ambition est d`avoir un niveau élevé de performance technique, économique, et
sociale pour se maintenir durablement leader dans son domaine, dans un
environnement devenu concurrentiel.

Son souci consiste, aussi, à préserver et développer sa dimension internationale et


participer à la promotion de la société de l` information en Algérie.

2.1 Missions et objectifs :


L'activité majeure d`Algérie Télécom est de :

1. Fournir des services de télécommunication permettant le transport et


l'échange de la voix, de messages écrits, de données numériques,
d`informations audiovisuelles;…
2. Développer, exploiter et gérer les réseaux publics de télécommunications ;
3. Etablir, exploiter et les interconnexions avec tous les opérateurs des réseaux.
ALGERIE TELECOM est engagée dans le monde des technologies de l`information et
de la communication avec les objectifs suivants :
4. Accroitre l`offre de services téléphoniques et faciliter l`accès aux services de
télécommunications au plus grand nombre d`usagers, en particulier en zones
rurales ;
5. Accroitre la qualité de services offerts et la gamme de prestations rendues et
rendre plus compétitifs les services de télécommunications :
6. Développer un réseau national de télécommunication fiable et connecté aux
autoroutes de l`information.
3.1 Présentation du Centre d`amplification Polygone (CA2Polygone) :

Dans le cadre de notre stage de fin de cycle, nous avons effectué notre stage pratique
au niveau du centre d’amplification CA2 situé au Polygone (Constantine) et
appartenant à l’entreprise publique Algérie Télécoms. Ce centre a été créé en 1980,
le personnel technique se compose essentiellement d’un chef du centre, d’un
ingénieur, et de deux techniciens en télécommunication. Les principales missions
assurées par le CA1 sont l’amplification, le multiplexage et la transmission sur RTC, en
outre il dispose d’un service ADSL pour abonnés de l’Internet. Le centre utilise deux
types de support de transmission à savoir la fibre optique et le faisceau hertzien
Numérique (FHN).

Les principaux équipements utilisés dans le CA2 sont :

 Equipements de Multiplexage SDH


1. Des multiplexeurs filaires du type ADR155 avec un débit 155 Mbits/s.
2. Des multiplexeurs à fibre optique TNOL, 622Mbits/s.
3. Un multiplexeur à fibre optique ADR2500C, 2.5Gbits/s.
4. Un multiplexeur à fibre optique OSN Optix 3500, 10Gbits/s
5. Un nouvel équipement FO, récemment acquis à 20Gbits/s.

 Equipements de Multiplexage DWDM


Un multiplexeur/Démultiplexeur DWDM à 100 Gbits/s

 Equipements de Multiplexage PDH :


1. Le MUX 14OMbit.
2. Les MUX 34Mbit.

 Equipements de concentration et de distribution du signal :


1. L`armoire de distribution de fibre optique.
2. FHN STI et FH DMR700.
3. Un brasseur

 Equipements pour connecter des sociétés et entreprises :


1. Les BTS pour opérateur Mobilis
2. L`armoire des modems (COOJAL,SEACO,...etc).
3. FHN LACOM et ADR d`OTA.
CHAPITRE 3 LE MULTIPLEXAGE PDH ET SDH

3.1 Introduction

3.2 Le backbone algérien fibre optique

3.3 Le Réseau de transport national

3.3.1 Le Réseau Backbone

3.3.2 Le réseau régional

3.3 Le réseau métropolitain

3.3.4 Le réseau d’accès

3.4 Le réseau faisceaux hertziens

3.5 Le PDH dans la CA2

3.6 LE Multiplexage SDH au CA2

3.6.1 L’ADR 155c

3.6.2 SAGEM ADR2500c

3.6.3 Huawei OSN2500 ( 622Mbit/s)

3.6.4 Huawie OptiX OSN3500 :

3.7 TACHES DEVOLUES AU PERSONNEL TECHNIQUE

3.7.1 TACHE ACCOMPLIES PERSONNELLEMENT

3.8 Conclusion
3.1 Introduction :

La fibre optique associée au multiplexage et au brassage SDH a profondément


modifié l’architecture des réseaux de transmission. Tout fois la SDH est limité en
débit, 10 Gbit/s au maximum. Pourtant dans les cœurs de réseau, en particulier sur
artère international, voir national, des débits supérieur à 10 Gbit/s sont nécessaire.
Ceci est désormais rendu possible par une nouvelle technologie de multiplexage,
c’est la WDM (wavelength division multiplexing ).
Dans ce chapitre on va détailler de point de vue pratique les deux technique de
multiplexage PDH et SDH dans le CA2 Constantine ou nous avons passé notre stage
pratique.

3.2 Le backbone Algérien à fibre optique : [7]

 Deux systèmes d’anneaux SDH parallèle à (10 Gbit/set 2,5 Gbit/s) reliant les
trois grandes villes Alger-Oran-Constantine, en bouclant le trafic par la côte
etles hauts plateaux.
• Un système d’anneau SDH à 2,5 Gbit/s pour la connexion du grand sud.
• Une passerelle à 10 Gbit/s entre Boughezoul et Laghouat pour l’interconnexion du
Backbone Nord au Backbone Sud.
• Les Boucles Régionales à 2.5gb/s.
• Une boucle fibre optique DWDM à 100 Gb/s.

3.2 Le Réseau de transport national :


Le réseau de transport national est basé sur une architecture hiérarchique composé
de 4 réseaux qui sont :
 Réseau Backbone.
 Réseau régional.
 Réseau métropolitain.
 Réseau d’accès.

3.2.1 Le Réseau Backbone :


Il existe en Algérie 4 types de boucle dans le backbone national selon le débit de
transfert :
 Les boucles DWDM 80 Gbit/s.
 Les boucles DWDM 40 Gbit/s.
 Les boucles SDH 10 Gbit/s.
 Les boucle SDH 2,5 Gbit/s.

3.2.2 Le réseau régional :


Le réseau régional est composé des boucles de 2,5 Gbit/s et 10 Gbit/s répartis comme
suit :

 Les boucles de 2,5 Gbit/s


La boucle Est.
La boucle Ouest.
La boucle Sud-est.
 Les boucles 10 Gbit/s
La boucle Est.
La boucle Ouest.
La boucle vers le sud

3.2.3 Le réseau métropolitain


Un réseau qui relie plusieurs centres d’amplification dans la même zone
géographique.

3.2.4 Le réseau d’accès


Le réseau d’accès est le premier point d’entrée au réseau pour les différents
abonnées et qui assure différents services parmi lesquels (la commutation,
internet,…..)

Le réseau faisceaux hertziens [8]


Les systèmes SDH sont constitués de :
• Liaisons nationales :
Une liaison à 07 canaux 155mb/s (7+1) reliant les nœuds principaux :
Oran-Alger et Constantine
• Une liaison à 04 canaux 155mb/s (4+1) reliant le nord et le sud entre
Alger –Ouargla
• Liaisons régionales :
• Une liaison à 03 canaux 155mb/s (3+1) reliant Alger-Lakhdaria-Bouira
• Une liaison à 02 canaux 155mb/s (2+1) reliant Ain Defla-Tiaret-Saida
• Une liaison à 02 canaux 155mb/s(2+1) reliant Souk Ahras-Tebessa
• Une liaison à 02 canaux 155mb/s(2+1) reliant In Amenas , Hassi Messaoud
à Ouargla
• Une liaison à 155mb/s(1+1) reliant Adrar-Timimoun-El.Golea
• En cours de réalisation :
• Une liaison à (4+1) Batna-biskra-El-oued-ouargla.
• Une liaison à (4+1) Constantine-O.E.B-Tebessa.

3.3 Le PDH dans le CA2 :

Au niveau du centre CA2, il y a 3 équipements qui font le multiplexage PDH :

 Le MUX 34 : Multiplexe 16 signaux de 2Mbit/s en un signal de sortie de


34Mbit/s.

 Le MUX 140 : 4 signaux d’entrée de 34 Mbit/s en un signal de 140 Mbit/s.

NB : A l’heure actuelle, les techniques MUX34 et MUX140 ne sont plus utilisées dans
le centre CA2.

3.4 Le Multiplexage SDH dans le CA2 :

Pour gérer ce réseau La CA2 utilise les équipement suivant :

3.4.1 L’ADR 155C [9]

SAGEM ADR 155C est un multiplexeur SDH compact de nouvelle génération, pièce
maîtresse dans la mise en œuvre des services qui accompagnent l’émergence
d’Internet dans le monde des télécommunications. SAGEM ADR 155C peut être
employé comme

• multiplexeur terminal
• multiplexeur à insertion-extraction
• répéteur
• brasseur

Il est composé d’une carte mère supportant les fonctions principales et de 4 alvéoles
banalisés destinées à recevoir affluents et résultants. SAGEM ADR 155C constitue un
modèle de souplesse dans son déploiement et flexibilité au niveau du trafic
transporté, qualités indispensables dans les réseaux d’accès.
Il peut ainsi être équipé de cartes traditionnelles (2, 34, 45 Mbit/s, STM-1) mais aussi
de cartes d’accès LAN (Ethernet 10 et 100, V.11 et HSSI). Il permet le transport de flux
de données (IP, ATM,...) au travers d’infrastructures SDH ce qui constitue une
innovation majeure.
fig 3.1 Sagem ADR155C

3.4.2 SAGEM ADR2500C :

SAGEM ADR2500C a été conçu par SAGEM dans la continuité de SAGEM ADR 155C:
L’équipement se présente avec un aspect plus compact et plus flexible pour ses
clients. Actuellement, sa capacité maximale atteint le niveau STM-16. Avec cet
équipement, SAGEM propose une solution homogène pour le backbone et les réseaux
d'accès optiques. L’ADR 2500C peut être utilisé en :

 Multiplexeur terminal avec une capacité maximal de 16 STM-1.


 Pseudo-répéteur, avec aptitude à régénérer 16 VC4.
 Multiplexeur a insertion/extraction avec une capacité maximale de 2 STM-16
en ligne et de 24 STM-1 ou 6 STM-4 ou 2 STM-16 en affluents.

3.4.3 Huawei OSN2500 (622Mbit/s) :

L’OSN 2500 est un système amélioré de transmission optique STM1/STM4 développé


par Huawei pour faire évoluer les applications de couches.
L’équipement a une forte protection au niveau réseau et transmet efficacement des
services voix et données sur la même plat forme
Fig.3.2 Huawie OSN2500

3.4.4 HuawieOptiX OSN3500 :

L’OptiX OSN 3500 est une plate-forme 2.5Gbits-10Gbits/s de nouvelle génération de


transport qui fournit de multiples services avec l'architecture de « double noyau »
C'est--dire, l'OptiX OSN 3500 peut être employé dans d'exploitation par groupes de
bits ou dans le mode de TDM.
L’équipement prend en charge la commutation par paquets et la transmission des
données, voix, …etc.

3.5 TACHES DEVOLUES AU PERSONNEL TECHNIQUE :

Le rôle principal du CA2 est de dispatcher et répartir les liaisons de


télécommunication. Dans certains cas il oriente les lignes (Données ou téléphoniques)
vers d’autres directions, tout en traversant le plus court chemin possible avec le
maximum de débit.
Pour atteindre cet objectif, le CA2 s’est équipé de systèmes et de supports à haut
débit pour assurer l’établissement maximal des communications afin de satisfaire les
besoins des abonnées et autre travaux comme :

 Rétablissement des différents dérangements.


 Constructions de nouvelles lignes spécialisées.
 Contrôle des équipements.
 Changement des cartes endommagées.
 Assurer la permanence ou brigade.
3.5.1 TACHES ACCOMPLIES DANS LE CADRE DU STAGE

Pendant les quatre semaines qu’on a passées au centre CA2 d’Algérie Télécoms, nous
avons assisté et/ou participé à quelques tâches, à titre d’exemple nous citons :

 Le rétablissement du support de transmission en cas de coupure.


 Localisation et rétablissement des pannes en cas des défauts extérieurs.
 Rétablissement du bouclage physique.
 Mesures effectuées sur certains équipements.
 Comment remplir et tenir à jour le cahier de dérangement.
 Inscrire et consigner toutes les informations relatives aux liaisons sur des
cahiers (N°de châssis, support utilisé, …).
 Contrôle des MUX.
 Réalisation et mise en place de nouvelles liaisons suite à des demandes venant
de la direction des transmissions d’Algérie Télécom.
 Répondre aux différents appels relatifs aux dérangements.
 Surveillance des alarmes.
3.6 Conclusion :

Le Stage effectué au centre de transmission et d’amplification CA2 de Constantine


nous a permis malgré sa court durée de prendre connaissance des différentes tâches
et fonctions assurées par le service technique pour l’exploitation et la maintenance
des systèmes de transmission. Ces tâches qui incombent au personnel sont d’autant
plus importantes car elles assurent la continuité du fonctionnement des équipements.
Ceci nous a permis aussi d’avoir une idée assez précise sur l’organisation du travail le
monde des télécommunications.
BIBLIOGRAPHIE

 [1] http://antoine.delley.home.hefr.ch/Didacticiel_TIF-FR/1.5.html

 [2]http://docplayer.fr/storage/24/2134404/1463437916/dRnkk4EZXBsOeDJtZipJrw/213
4404.pdf

 [3]http://deptinfo.cnam.fr/Enseignement/Memoires/LUSTEAU.Franck/Pages/Lesmultipl
exages.html

 [4]www.interdata.fr/files/uploads/Technologie_WDM.pdf

 [5] http://www.efort.com/r_tutoriels/Transmission_EFORT.pdf

 [6] Document pris de centre

 [7] http://www.algerietelecom.dz/siteweb.php?p=rms

 [8] Document technique (Séminaire régional sur l’accès hertzien mobile et fixe pour les
applications large bande dans la région des Etats arabes .Co organisé par UIT/BDT et
Algérie Telecom Alger, 19 au 22 juin 2006)

 [9] http://www.hypcom.fr/doc/ADR155C%20.pdf