Vous êtes sur la page 1sur 119

PAGE DE GARDE

Etude d'impact sur l'environnement de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volets 3 - EIE

B Mars. 2004 Edition Définitive B.L/S.S S.S N.S


ère
A Déc. 2003 1 édition B.L/S.S S.S N.S
Indice Date Objet de la modification Vérifié par Approuvé par Validé par
SCET-TUNISIE
2, Rue Sahab Ibn Abbad N°Affaire : 03-023
Cité Jardins - 1002 Tunis - Belvédère
Tél : 800.033 - 894.100
Fax : 781.441 – 781.956
E.mail : deha@scet-tunisie.com.tn
SCET-TUNISIE Réf.: 03-023
C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

SOMMAIRE
I. INTRODUCTION....................................................................................................................................................1

I.1 - OBJECTIF DE L'ETUDE ........................................................................................................................................1


I.2 - ORGANISATION DE L'ETUDE ...............................................................................................................................1
I.3 - OBJET DU PRESENT RAPPORT.............................................................................................................................1
I.4 - DELIMITATION DU PERIMETRE D'ETUDE .............................................................................................................2
II. EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DE L'ETAT INITIAL.....................................................................4

II.1 - INTRODUCTION..................................................................................................................................................4
II.2 - EVALUATION DE L'ETAT INITIAL A L'ECHELLE DU PERIMETRE D'ETUDE ..............................................................4
II.2.1 Cadre physique............................................................................................................................................4
II.2.2 Cadre socio-économique .............................................................................................................................8
II.2.3 Cadre sanitaire et épidémiologique...........................................................................................................11
II.2.4 Caractéristiques des eaux du réseau hydrographique...............................................................................16
II.2.5 Cadre écologique.......................................................................................................................................20
II.3 - EVALUATION DE L'ETAT INITIAL A L'ECHELLE DES SITES PROPOSES POUR LA STEP .........................................21
II.3.1 Site A : Ouest n°1 ......................................................................................................................................21
II.3.2 Site B : Est n°2...........................................................................................................................................24
II.3.3 Site C : Centre n°3 (écarté) .......................................................................................................................26
III. APERÇU SUR L’ETAT ACTUEL DE L’ASSAINISSEMENT DE LA VILLE DE FES................................28

III.1 - PROJET PILOTE D’EVAPORATION NATURELLE DES MARGINES ..........................................................................28


III.2 - PROJET PILOTE DE RECUPERATION DU CHROME REJETE PAR LES TANNERIES ...................................................30
IV. OBJECTIF DE QUALITE DU MILIEU RECEPTEUR ET OBJECTIF DE TRAITEMENT
CORRESPONDANT.......................................................................................................................................................31

IV.1 - OBJECTIF D’EPURATION DES EAUX USEES DE LA VILLE DE FES ........................................................................31


IV.1.1 Les usages liés à l’oued Sebou et leurs localisations ................................................................................31
IV.1.2 Qualité actuelle de l’oued Fès et objectifs à atteindre ..............................................................................34
IV.2 - RENDEMENTS DE DEPOLLUTION A ATTEINDRE EN FONCTION DES OBJECTIFS DE QUALITE RETENUS .................34
V. DIFFERENTS SCHEMAS D’EPURATION ENVISAGES ...............................................................................39

V.1 - SOLUTION PROPOSEE PAR LE SDAL POUR L’EPURATION DES EAUX USEES DE LA VILLE DE FES .......................39
V.1.1 Présentation de la solution ........................................................................................................................39
V.1.2 Données de base et niveau de traitement retenu .......................................................................................40
V.1.3 Site d’épuration retenu par l’étude d’achèvement du PDA.......................................................................41
V.1.4 Solution envisagée par l’étude de faisabilité.............................................................................................46
VI. EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DU PROJET D’EPURATION .....................................................59

VI.1 - ANALYSE ET DISCUSSION DES DIFFERENTES COMPOSANTES DU PROJET D'EPURATION .....................................59


VI.2 - DISCUSSION DU CHOIX DES SITES D'IMPLANTATION DE LA STATION D'EPURATION............................................59
VI.2.1 Site A : Ouest n°1 ......................................................................................................................................59
VI.2.2 Site B : Est n°2...........................................................................................................................................64
VI.3 - DISCUSSION DU CHOIX DES INFRASTRUCTURES D'ASSAINISSEMENT LIEES A LA COLLECTE DES EAUX USEES ....66
VI.4 - DISCUSSION DU CHOIX DES INFRASTRUCTURES D'ASSAINISSEMENT LIEES AU TRANSFERT DES EAUX EPUREES
VERS LE POINT DE REJET .....................................................................................................................................................67
VI.5 - DISCUSSION DU CHOIX DES POLES ET DES PROCEDES D'EPURATION .................................................................67

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page S1


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

VII. IMPACTS POTENTIELS DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT.......................................................68

VII.1 - ANALYSE DE L'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT...............................................................................................68


VII.1.1 Impacts en phase chantier .........................................................................................................................68
VII.1.2 Impacts potentiels du chantier sur l’environnement humain.....................................................................69
VII.2 - IMPACTS EN PHASE EXPLOITATION ..................................................................................................................71
VII.2.1 Impacts relatifs à l’occupation du sol et au paysage.................................................................................71
VII.2.2 Impacts relatifs aux odeurs, moustiques et bruits......................................................................................71
VII.2.3 Impacts relatifs à la gestion des EUT........................................................................................................71
VII.2.4 Impact sur le cadre biologique et le paysage ............................................................................................73
VII.2.5 Impacts socio-économiques de la phase exploitation................................................................................73
VIII. MESURES D’ATTENUATION PROPOSEES ..............................................................................................74

VIII.1 - MESURES D’ATTENUATION DES NUISANCES DE LA PHASE CHANTIER ...............................................................74


VIII.1.1 Choix des techniques de chantier ..............................................................................................................74
VIII.1.2 Mesures relatives à l’organisation et à la conduite des travaux ...............................................................74
VIII.1.3 Choix des itinéraires lors du transport des matériaux ..............................................................................76
VIII.1.4 Remise en état des lieux.............................................................................................................................76
VIII.2 - MESURES D’ATTENUATION DES NUISANCES DE LA PHASE EXPLOITATION ........................................................76
VIII.2.1 Mesures d’amélioration de la qualité des EUT .........................................................................................76
VIII.2.2 Amendement des sols par des boues..........................................................................................................77
VIII.2.3 Mesures d’intégration du projet dans son site...........................................................................................79
VIII.2.4 Mesures pour assurer la pérennité et le bon fonctionnement des installations .........................................79
IX. RESUME DE L’ETUDE ET BILAN ENVIRONNEMENTAL DU PROJET..................................................80

IX.1 - SITE A : OUEST N°1 .........................................................................................................................................80


IX.2 - SITE B : EST N°2..............................................................................................................................................81
IX.3 - CONCLUSION ...................................................................................................................................................81
BIBLIOGRAPHIE ..........................................................................................................................................................88

ANNEXES.......................................................................................................................................................................A1

A1 - VALEURS LIMITES DE REJETS DIRECTS (PROJET DE NORMES MAROCAINES)........................................A2


A2 - VALEURS LIMITES DE REJETS INDIRECTS (PROJET DE NORMES MAROCAINES) ...................................A5
A3 - VALEURS LIMITES SECTORIELLES DE REJET LIQUIDE (PROJET DE NORMES MAROCAINES) .....................A7
A4 - VALEURS LIMITES GENERALES DE REJETS DANS L’ATMOSPHERE(PROJET DE NORMES MAROCAINES) .A9
A5 – LISTE DES CARACTERISTIQUES DES DECHETS DANGEREUX ................................................................A11
A6 - NORME DE REJET DES EAUX USEES TRAITEES DANS LE DOMAINE PUBLIC (NORME TUNISIENNE NT
106.02)……....................................................................................................................................................................A13
A7 - NORME DE REUTILISATION DES EAUX USEES TRAITEES DANS LE DOMAINE AGRICOLE (NORME
TUNISIENNE NT 106.03) .................................................................................................................................................A16
A8 – OBJECTIFS DE QUALITE A ATTEINDRE EN FONCTION DES USAGES DE L’EAU ..................................A18
A9 – SCHEMAS DE PRINCIPE BOUES ACTIVEES FAIBLE ET MOYENNE CHARGE ........................................A20

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page S2


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Précipitations mensuelles moyennes entre 1987 et 1996, enregistrée à la station pluviométrique de Fès
Sais (in Etude de la pollution par les métaux lourds, ONEP 2002). .................................................................................. 5
Tableau 2 : Situation épidémiologique des maladies à transport hydrique durant les 3 dernières années .................... 12
Tableau 3 : Cas de gastro-entérite de 1999 au 3ème trimestre de l'année 2002 ............................................................ 13
Tableau 4 : Cas de typhoïdes .......................................................................................................................................... 13
Tableau 5 : Germes pathogènes partiellement présents dans l'oued Sebou..................................................................... 19
Tableau 6 : Classes de qualité des eaux du Sebou Amont de la confluence avec l’oued Fès .......................................... 32
Tableau 7 : Classes de qualité des eaux du Sebou à 5 Km à l'aval de la confluence avec l’oued Fès ............................ 32
Tableau 8 : Classes de qualité des eaux du Sebou à 20 km à l'aval de la confluence avec l’oued Fès. .......................... 32
Tableau 9 : Objectifs de la qualité des eaux du Sebou à atteindre après l'assainissement de Fès. ................................. 33
Tableau 10 : Concentration à la sortie des stations d’épuration..................................................................................... 38
Tableau 11 : Charges Polluantes retenues par l’achèvement du PDA ............................................................................ 40
Tableau 12 : Variations des débits et charges Polluantes entre l’hiver et l’été............................................................... 40
Tableau 13 : Phasage du traitement des eaux selon l'objectif des utilisateurs ................................................................ 41
Tableau 14 : Rendement saisonnier du traitement primaire par lagunage anaérobie..................................................... 41
Tableau 15 : Caractéristiques et coût des intercepteurs (Achèvement PDA)................................................................... 44
Tableau 16 : Caractéristiques et coût des ouvrages d’amenée (Achèvement PDA) ........................................................ 44
Tableau 17 : Débits et charges Polluantes des deux scénarios........................................................................................ 47
Tableau 18 : Variantes d'épurations proposées par l'étude de faisabilité technico- économique ................................... 48
Tableau 19 : Données de dimensionnement des STEP – Horizon 2015........................................................................... 49
Tableau 20 : Caractéristiques et coûts d’investissement des ouvrages d’amenée vers les deux pôles d’épuration
proposés ........................................................................................................................................................................... 51
Tableau 21 : Dimensionnement de l'épaississeur............................................................................................................. 52
Tableau 22 : Dimensionnement Décanteur Primaire....................................................................................................... 54
Tableau 23 : Dimensionnement Bassin d’Aération .......................................................................................................... 54
Tableau 24 : Dimensionnement Décanteur Secondaire (Clarificateur)........................................................................... 55
Tableau 25 : Dimensionnement Epaississeur-Aérofloteur ............................................................................................... 56
Tableau 26 : Dimensionnement Stockeur Mélangeur des Boues Digérées ...................................................................... 57
Tableau 27 : Dimensionnement Déshydrateur Mécanique par filtre à bande ................................................................. 57
Tableau 28 : Comparaison de la qualité des eaux de la classe 3 par rapport aux normes de rejet dans le Domaine
Public Hydraulique .......................................................................................................................................................... 60
Tableau 29 : La composition moyenne des boues urbaines comparée à celle du fumier................................................. 78
Tableau 30 : La norme Tunisienne des teneurs en métaux lourds des boues traitées (NT 106.20) ................................. 78
Tableau 31 : Bilan Environnemental du projet de la STEP de la ville de Fès (Site A).................................................... 84
Tableau 32 : Bilan Environnemental du projet de la STEP de la ville de Fès (Site B).................................................... 86

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page S3


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Délimitation du Périmètre de l’Etude ............................................................................................................... 3


Figure 2 : Précipitions mensuelles moyennes à la station de Fès Sais entre 1987 et 1996 ............................................... 5
Figure 3 : Rose des vents enregistrés à la station de Fès (Saïs) sur la période 1987-1996............................................... 6
Figure 4 : Réseau de mesures piézométriques des nappes profondes du bassin de l'oued Sebou...................................... 7
Figure 5 : Niveau piézométriques des nappes profondes du bassin de l'oued Sebou (piézomètre n° IRE 290/22)............ 8
Figure 6 : Schéma Directeur d'Aménagement Urbain (S.D.A.U) de la ville de Fès (source Agence urbaine).................. 9
Figure 7 : Localisation des zones industrielles de la ville de Fès .................................................................................... 11
Figure 8 : Répartition géographique des périmètres irrigués dans le bassin versant de l'oued Sebou. .......................... 15
Figure 9 : Réseau hydrographique de la ville de Fès (Document reçu de l'Agence Urbaine de Fès). ............................ 17
Figure 10 : Réseau principal de suivi des eaux de surface dans le bassin versant du Sebou .......................................... 18
Figure 11 : Classement de la qualité des eaux du réseau hydrographique du bassin versant de l'oued Sebou (Source
ABS).................................................................................................................................................................................. 19
Figure 12 : Projet du Parc Oued Fès selon le plan d'aménagement de la Municipalité d'Agdal homologué en 1997
(source : Agence Urbaine de Fès).................................................................................................................................... 23
Figure 13 : Piézométrie de la nappe phréatique au niveau d'El Marja ........................................................................... 23
Figure 14 : Localisation des nouveaux sites proposés pour l'épuration des eaux usées de Fès ...................................... 27
Figure 15 : Citerne de collecte et bassins d’évaporation des margines (Route des Oudayas) ....................................... 29
Figure 16 : Station de déchromatation à Dokkarat ........................................................................................................ 30
Figure 17 : Localisation du site d'épuration Nord-est proposé par l'étude d'achèvement du PDA................................. 42
Figure 18 : Tracé des intercepteurs et ouvrages d’amenée retenus par l’étude d’Achèvement du Plan Directeur........ 45
Figure 19 : Tracé des intercepteurs et ouvrages d’amenée proposés par l’étude de faisabilité..................................... 50
Figure 20 : Equipements hydrauliques défaillants de l'oued Fès à l'amont de Fès Jdid, entre Fès Jdid et Jnane Sibil et
à l'intérieur de Jnane Sbil ................................................................................................................................................ 61
Figure 21 : Utilisation des eaux usées brutes du réseau traversant la Médina (O. Bou Khrareb) par des artisans ...... 62
Figure 22 : Utilisation des eaux usées brutes pour l'irrigation dans la basse vallée de l'oued Fès. .............................. 63

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page S4


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ABREVIATION

ADER : Agence pour la Dédensification de la Médina


ABS : Agence du Bassin Hydraulique du Sebou
AEP : Alimentation en Eau Potable
APS : Avant Projet Sommaire
AUSF : Agence Urbaine et de Sauvegarde de la ville de Fès
BA : Boues Activées
CF : Coliformes Fécaux
CID : Conseil, Ingénierie et Développement
DBO : Demande Biologique en Oxygène
DCO : Demande Chimique en Oxygène
DPA : Direction Provinciale de l’Agriculture
DPI : Direction Provinciale du Commerce et d’Industrie
DRH : Direction Régionale de l’Hydraulique
DRPE : Direction des Ressources et de Planification en Eau
EP : Eaux Pluviales
EU : Eaux Usées
EUT : Eaux Usées Traitées
FODEP : FOnd de DEPollution industrielle
IDF : Intensités- Durées- Fréquences
MES : Matières En Suspension
MO : Matières Organiques
N : Azote
RD : Rive Droite
RG : Rive Gauche
ONE : Office Nationale de l’Energie
ONEP : Office Nationale d’alimentation en Eau Potable
PDA : Plan Directeur d’Assainissement
SDAL : Schéma Directeur d’Assainissement Liquide
SDAU : Schéma Directeur d’Aménagement Urbain
SNDAL : Schéma National Directeur d’Assainissement Liquide
STEP : Station d’Epuration
ZN : Zinc
ZI : Zone Industrielle

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page S5


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

I. INTRODUCTION

La présente mission s'inscrit dans le cadre du Deuxième Projet d'Assainissement et de Réutilisation des
eaux usées de la ville de Fès. Elle s'intéresse particulièrement à l'élaboration d'une étude d'impact
environnemental relative au projet de station d'épuration des eaux usées de la ville de Fès dont l'appel
d'offres a été lancé par la RADEEF et le financement est assuré par la Banque Mondiale. Le bureau
d'études SCET - TUNISIE a été chargé par la RADEEF pour la réalisation de cette étude.

I.1 - Objectif de l'étude

Comme il est stipulé par les termes de référence, la présente étude a pour objet l'analyse des impacts sur
l'environnement, qu'occasionneraient les hypothèses, les résultats et les recommandations de l'étude de
faisabilité technico-économique des différentes filières d'épuration possibles. Cette étude est
actuellement en cours d'élaboration par le bureau d'étude CID pour le compte de la RADEEF et se
déroule parallèlement à la présente étude d'impact.

En plus de l'évaluation environnementale, il est entendu également, l'élaboration d'un plan de gestion
environnemental tenant compte des aspects connexes tels : le renforcement de capacité du maître
d'ouvrage, la sensibilisation des parties prenantes, le suivi des actions en direction des pollueurs des
industries modernes et artisanales et enfin les modalités de mise en œuvre des mesures
d'atténuation/compensation destinées à limiter les impacts de la station d'épuration.

I.2 - Organisation de l'étude

La présente étude est organisée en quatre volets à savoir :

• Volet 1 - Activités préparatoires


• Volet 2 - Consultation des parties prenantes
• Volet 3 - Etude d'impact sur l'environnement (EIE)
• Volet 4 - Plan de gestion environnemental (PGE)

I.3 - Objet du présent rapport

Le présent rapport traite des résultats de l’évaluation environnementale proprement dite objet du volet III
et dont les résultats escomptés sont stipulés par les termes de références ci-dessous rappelés :

Volet III- Etude d'Impact sur l'Environnement (EIE)

Evaluation de l'état initial

Le Consultant élaborera une évaluation de l'état initial de la zone étendue du projet à travers une
description détaillée des sphères physiques, biologiques et socio-économiques. Le Consultant procédera
ensuite pour chaque site présélectionné par l’étude de faisabilité à une description détaillée de
l'environnement local également pour les sphères physiques, biologiques et socio-économiques. Le
Consultant précisera les limites spatiales et temporelles pour les deux niveaux d'évaluation de l'état
initial.

Détermination de l'objectif de la qualité du milieu récepteur et de l'objectif du traitement


correspondant

Le Consultant déterminera l'objectif de la qualité du milieu récepteur sur la base d'une étude détaillée qui
pourrait être basée en grande partie sur l'Etude sur la Qualité des Ressources en Eau au Maroc. Cet

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 1


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

objectif de qualité du milieu servira à définir un objectif d'épuration pour les eaux usées de la ville de
Fès. Le Consultant précisera les limites supérieures de pollution de la charge à épurer en fonction des
filières de traitement envisagées particulièrement en matière de métaux lourds et autres composés
toxiques. Le Consultant tiendra compte, en variante, de la possibilité de réutiliser les eaux épurées dans
la définition des objectifs d'épuration.

Description des filières de traitement envisageables

Le Consultant présentera les différents schémas envisagés (notamment les 2 retenus au stade de l'APS) et
dont l'étude détaillée sera élaborée dans le cadre de l'étude de faisabilité qui sera réalisée en parallèle et
dont les principaux résultats seront :

• Evaluation de la capacité de traitement à court, moyen et long terme


• Etude des sols au niveau du site retenu.
• Analyse détaillée des filières d'épuration envisageables.
• Recommandation du schéma d'épuration à retenir
• Estimation du planning de réalisation du schéma d'épuration
• Elaboration de l'avant-projet sommaire de l'installation d'épuration

Ce chapitre présentera de façon synthétique les caractéristiques principales des schémas d'épuration
considérés.

Justification du choix de la filière d'épuration retenue

Le Consultant présentera de façon synthétique les justifications pertinentes et rationnelles pour la filière
recommandée par l'étude technico-économique de faisabilité.

Analyse des impacts sur l'environnement de la filière recommandée

Le Consultant entreprendra une analyse détaillée des impacts sur l'environnement de la filière d'épuration
retenue. Les impacts sur les sphères physiques, biologiques et socio-économiques seront présentés et
discutés en distinguant les impacts durant la phase de construction de la station de ceux attendus durant
la phase d'exploitation de la station d'épuration. Une attention particulière sera également accordée par le
Consultant aux problèmes liés à l'évacuation des boues d'épuration ainsi qu'à la réutilisation des eaux
épurées.

La synthèse des impacts sera présentée sous forme matricielle.

Identification et description des mesures d'atténuation et/ou compensation des impacts prévisibles

Le Consultant définira les mesures d'atténuation/compensation à même de mitiger les impacts identifiés
au chapitre précédent.

I.4 - Délimitation du périmètre d'étude

Le périmètre de l'étude a été défini dans le rapport des volets 1 et 2 présenté en septembre 2003 et
n’ayant pas fait l’objet de modification par le comité de suivi. Ce périmètre englobe donc les étendues
ayant :

Une relation directe avec l'infrastructure d'assainissement

C'est-à-dire : le réseau d'interception des eaux usées à l'amont de la station d'épuration, le réseau
d'évacuation des eaux usées épurées à partir de la station et le site d'implantation du/des pôles

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 2


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

d'épuration. Ce périmètre, tel qu'il est décrit peut être qualifié d'immédiat et correspond à l'ensemble de la
ville de Fès raccordée au réseau d'assainissement, toutes activités confondues.

La ville de Fès constituant l’aire de l’étude rapprochée ou immédiate, est située au Nord-ouest du pays
sur le plateau du Saïs entre les chaînons péri- rifains et le causse du moyen Atlas, elle occupe une
position remarquable à la croisée des routes reliant Rabat à Oujda et Tanger au Tafilalet, à travers le
Moyen Atlas. La ville est installée dans la vallée de l’oued Fès, affluent de l’oued Sebou, qui lui procure
une eau abondante. Elle regroupe les Communes Urbaines du Grand Fès à l’exception de la Commune de
Moulay Yacoub : il s’agit des communes urbaines de Saïs, Mechour Fès Jedid, Agdal Fès, Fès Médina et
Zouagha.

Une relation indirecte avec le processus d'assainissement

Cela sous-entend les zones affectées par les résultats de l'assainissement des eaux usées de Fès. Il s'agit
particulièrement du périmètre à l'aval de la ville de Fès comprenant :

• La basse vallée de l'oued Fès jusqu'à la confluence avec l’oued Sebou ;


• Le moyen Sebou à l'aval de la confluence de l'oued Fès sur tout le tronçon dont l'eau est qualifiée
de mauvaise. Cette zone couvre les périmètres irrigués utilisant les eaux de l'oued Sebou,
fortement influencées par la qualité des eaux de l'oued Fès. L'influence de la qualité de l'oued Fès
sur les eaux de Sebou est ressentie au niveau de la station de pompage de l'ONEP à Karia
Mkénsa à environ 80 Km à l'aval de la confluence.

Cette zone telle qu'elle est définie correspond à la zone d'influence de l'oued Fès drainant les eaux usées
de la ville et peut être qualifiée de périmètre d'étude éloigné.

Terrains irrigués
Moyen Sebou
UE

Ouezzane
IQ
NT
LA

GHAFSAI BAB OUNDER


Bge Bouhouda ASFALOU
U
AT

BO
SE Bge SAHLA
D
UE Taounate
O
N

Bge Al Wahda
EA

HA
Bge DE GARDE OUERG
OUED
OC

O
ue
d
Rd
o MECHRAA LAHJER
m
O
.S SIDI ABOU
EB
O
U
O.SEBOU
Taza
TOUAHER
Kenitra
OU

Sidi Kacem
IED

Bge Idriss Ier NE


MIK

Bge Sidi INAOUE


OUED
KES

Echahed

Fès Terrains irrigués


Rabat Bge Allal
El Fassi
BAB LOUTA Basse Vallée de
l’oued FES
OUED BEHT

Sefrou

Khemisset Meknés AIN TIMADRINE

MDEZ

El Hajeb

OULJET SOLTANE
Ifrane

Boulemane
Ville de FES GU
IG
OU

ED
OU Grande Hydraulique
Petite et Moyenne Hydraulique
FOUM KHNEG

20 Km

Figure 1 : Délimitation du Périmètre de l’Etude

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 3


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

II. EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DE L'ETAT INITIAL

II.1 - Introduction

Dans ce chapitre on se propose l'élaboration d'une évaluation spatio-temporelle de l'état initial à


l'intérieur du périmètre d'étude tel qu'il a été délimité ci-dessus. Cette évaluation est basée sur une
description des caractéristiques suivantes :

• Caractéristiques du cadre physique


• Caractéristiques du cadre socio-économique
• Caractéristiques du cadre sanitaire et épidémiologique
• Caractéristiques des eaux du réseau hydrographique et
• Caractéristiques du cadre biologique (écologique).

Cette évaluation spatio-temporelle sera ensuite conduite à l'échelle de l'environnement locale des sites A
et B présélectionnés par l’étude de faisabilité et traités par le rapport des volets 1 et 2 de la présente
étude.

II.2 - Evaluation de l'état initial à l'échelle du périmètre d'étude


II.2.1 Cadre physique

a) Données topographiques

La ville de Fès est située à l’extrémité de Saïs, elle est bordée au Nord par Jbels Tghat et Zalagh, ce qui
confère au quartier Nord une configuration assez pentue s’étalant vers l’oued Fès amont d’une part et
l’oued Mellah d’autre part.

Au Sud de l’oued Fès, la topographie générale du site est orientée vers le Nord avec une pente assez
faible. Les côtes varient de 450 m NGM au niveau de la grande rocade, à 400m NGM au niveau de
l’oued Fès.

Pour l’ancienne médina située à l’aval de la ville nouvelle, la pente du terrain est orientée vers le Nord-
est. A l’ouest de la ville et notamment au niveau de la Merja, on peut constater la présence d’une zone
basse à proximité de la plaine de l’oued Fès constituant une contrainte du drainage des eaux pluviales.

b) Données hydrologiques

Pluviométrie

Sur l'ensemble du bassin du Sebou, la pluviométrie annuelle est hétérogène et fluctue entre 400 mm sur
le haut Sebou et 1800 mm sur les hauteurs du Rif. La moyenne interannuelle est de l'ordre de 750 mm.

En ce qui concerne la ville de Fès, le tableau 1 et la figure 2 suivants récapitulent et illustrent les
précipitations mensuelles moyennes enregistrées entre 1987 et 1996, à la station pluviométrique de Fès
Sais.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 4


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

Tableau 1 : Précipitations mensuelles moyennes entre 1987 et 1996, enregistrée à la station


pluviométrique de Fès Sais (in Etude de la pollution par les métaux lourds, ONEP 2002).
Jan Fév Mars Avril Mai Juin jut Aout Sept Oct Nov Déc ann
1987 100,4 129,4 3,3 16,1 8,7 4,4 0,3 0 39,7 37,7 97,3 56,2 493,5
1988 69,4 63,2 26,7 37 55 0,5 0 0 0,1 57,5 43,3 13,9 366,6
1989 24,2 62,1 66,6 114,4 25,3 4,3 1 1,1 1,8 118,6 98,9 149,8 668,1
1990 47 1,4 70 72,5 29,4 0,3 0,2 0,2 41,1 24,7 66,5 127,2 480,5
1991 8,8 109,9 153,3 37,5 8,5 1,5 2,5 6,7 63,7 49,2 24,6 18,5 484,7
1992 0,3 38,1 102,5 61,1 48,9 78 0,6 23,5 1,4 59,2 29,2 16,3 459,1
1993 12,9 36,4 60,7 59,8 21,7 0,7 0,1 0,5 3,6 36,3 91,7 15,5 339,9
1994 52,7 121,7 23,1 9,2 19,9 0,4 1,2 3,7 25,3 28 23,2 1 309,4
1995 1,6 32,8 36,2 23,5 10 39,3 0 0 10,3 2,7 31,8 97 285,2
1996 164,4 49,8 98,8 44,9 86,5 7 2,8 0,6 34,8 20,6 10,8 202,2 723,2
Moy 48,2 64,5 64,1 47,6 31,4 13,6 0,9 3,6 22,2 43,5 51,7 69,8 461,1
Max 164,4 129,4 153,3 114,1 86,5 78 2,8 23,5 63,7 118,6 98,9 202,2
min 0,3 1,,4 3,3 9,2 8,5 0,3 0 0 0,1 2,7 10,8 1

Précipitation mensuelle moyenne à la station de Fès Sais entre


1987 et 1996 (mm)

80
Précipitations en mm

60

40

20

0
J F M A M J Jt A S O N D
mois

Figure 2 : Précipitions mensuelles moyennes à la station de Fès Sais entre 1987 et 1996

Le régime pluviométrique de la ville de Fès se caractérise par une saison pluvieuse s’étalant de
septembre à mai (avec un mois de décembre considéré comme le plus arrosé) et une saison sèche le reste
de l’année.

D'après la série pluviométrique ci-dessus présentée, la pluviométrie moyenne interannuelle se situe


autour de 460 mm.

L'évaporation

Dans la zone de Fès- Sais, l'évaporation moyenne annuelle est qualifiée d'assez forte. Les valeurs
enregistrées sur l'ensemble du Bassin du Sebou accusent des fluctuations entre 1600 mm sur la cote et
2000 mm vers l'intérieur.

L'évaporation est maximale en juillet et août avec un maximum mensuel de 300 mm et est minimale en
Décembre et janvier avec moins de 50 mm par mois.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 5


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

La température

A Fès, les températures minimales s’observent en janvier (moyenne des minima du mois : 4,5°C) et les
maximales s’observent en juillet (moyenne des maxima du mois : 35,7°C). Mais au cours de ces
dernières années, des températures absolues de – 6°C en février et de 44°C en août 1985 ont été
enregistrées.

Les vents

Les résultats des mesures des vitesses et directions des vents effectuées au niveau de la station de Fès
Saïs sur la période 1987- 1996 sont illustrés par la rose des vents ci-dessous (figure 3). Il résulte de ces
mesures que les vents dominants sont de direction Ouest à Nord-ouest et Est. Par ailleurs, les vents
d'Ouest prédominent et sont plus violents avec des vitesses atteignant les 10 m/s. Ces mesures et
observations révèlent également que 24 % des mesures effectuées au cours de la période 1987-1996, ont
enregistré des vents calmes.

Figure 3 : Rose des vents enregistrés à la station de Fès (Saïs) sur la période 1987-1996

Hydrogéologie

L'hydrogéologie de la région de Fès est caractérisée par l'existence d'une nappe phréatique et d’une nappe
profonde.

Nappe phréatique

Le système aquifère de la zone d’étude est drainé par les oueds qui traversent la plaine et aboutissent
dans le cours inférieur de l’oued Sebou.

Les niveaux aquifères de la nappe phréatique sont constitués principalement par :

• Les alluvions récentes ou anciennes de l’oued Sebou et l’oued Fès ;


• Les conglomérats pliocènes, bien représentés au Sud de Fès et sous les alluvions de
l’oued Fès ;
• Les calcaires lacustres pliocènes qui affleurent dans la région de Bensouda ;
• Les limons plus ou moins encroûtés du quaternaire que l’on rencontre principalement
dans la plaine de Saïs ;
• Les travertins de la médina de Fès ;

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 6


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

• Les grès et calcaires sableux miocènes qui affleurent au Nord et à l’Est de Jbel Traht.

La ville de Fès située dans la bordure NE de la plaine de Sais est caractérisée par l’existence quasi-
généralisée d’une nappe phréatique, circulant dans les formations plio-quaternaires détritiques ou
d’origine lacustre du recouvrement superficiel. Cette nappe est limitée à l’Est par les marnes miocènes
qui affleurent à proximité de l’oued Boufekrane.

La nappe est proche de la surface à proximité des cours d’eau, en particulier le long de la vallée de l’oued
Fès. Par contre le niveau d’eau est beaucoup plus profond vers les limites Nord et Sud où la topographie
est plus prononcée. L’amplitude des fluctuations saisonnières est comprise entre 0 et 3 m selon les
secteurs, elle est inférieure à 1 m dans la partie Nord et atteint 3 m dans la région de Bensouda.

A l’échelle interannuelle, on note une légère tendance à la baisse, s’accentuant lors des périodes de
sécheresse. L’écoulement général s’effectue du Sud vers le Nord en provenance des zones de Bensouda
et de l’oued El Mahrez et du Nord vers le Sud en provenance du flanc sud du Jbel Trhat, le tout en
direction de l’oued Fès qui draine la nappe jusqu’à l’oued Sebou en traversant les travertins de la Médina
de Fès.

Nappe profonde

La nappe profonde de la zone d'étude est dite nappe de Fès Meknès ou nappe de Saïs. Les ressources en
eau souterraines sont limitées et souffrent de l’effet conjugué de la sécheresse et de la surexploitation.
Comme plusieurs aquifères, les nappes de Fès- Meknès connaissent actuellement des régimes de
surexploitation marqués par une baisse importante du niveau piézométrique ayant entraîné, entre autres
l’assèchement de sources. Ces dernières contribuaient, autrefois à l'alimentation de l'oued Fès à l'amont.

Les différentes nappes du bassin de l'oued Sebou sont suivies par un réseau constitué de 500 piézomètres.
La nappe de Saïs est également équipée d'un réseau de mesures piézométriques comme le montre la
figure 4 ci-après.
UE
IQ

Nappe Nappe
Souier Drader Bouagba
NT

Ouezzane
LA
AT
N

Taounate
EA
OC

NAP
PE
D UG
HAR
B

Taza
sa
go pe
us

Kenitra
Ma ap

Sidi Kacem
N

Nappe de
Nappe Taza
Maamora RIDES
E DES
NAPP IFAINES

ION
PRER Fès N A P P E DU COULOIR
EG
A R ET
Rabat EL S FES-TAZA
E D EMIS
PP
NA DE KH S
NE
M EK
S- Sefrou
E FE
ED
Meknés PP
SE

NA
IS
SE

PL

Khemisset
QU

S
LA
SI
LA

AT

El Hajeb
AT

N
YE
N-
E

CAUSSES
OY

M
DU

D'AGOURAI
M
ES

Ifrane
PE
S

P
US

NA
CA

NAPPE DES
S

Boulemane
DE

BASALTES D'AZROU
E
PP
NA

20 Km

Figure 4 : Réseau de mesures piézométriques des nappes profondes du bassin de l'oued Sebou
(Source : ABS - Fès).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 7


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

L'exploitation de la nappe a débuté vers l'année 1963. A partir de l'année 1979/1980, et jusqu'à l'année
2003, le rabattement de la nappe s'est fortement accentué et marque un rabattement de 60 m observé au
niveau du piézomètre n° IRE 290/22 (voir figue 5 ci-après).

699,00
689,00
Altitude (m)

679,00
669,00
659,00 60 m
649,00
639,00
629,00
63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 20012003

Figure 5 : Niveau piézométriques des nappes profondes du bassin de l'oued Sebou (piézomètre n°
IRE 290/22)

II.2.2 Cadre socio-économique

a) Historique

Fès a été fondée par Idriss I à la fin du 8ème siècle d'abord sur la rive droite d'une cuvette sillonnée par
l'Oued Fès, ensuite, 20 ans plus tard, la ville a subit une première extension sur la rive gauche
comprenant l'emplacement actuel du palais et les mosquées.

Les premières implantations de l'activité artisanales ont été introduites dans la Médina au 13ème siècle.
Un siècle plus tard, au 14ème siècle, Fès Jedid et le palais royal ont vu le jour. Ce n'est qu'à partir de
l'année 1912 que la ville nouvelle de Fès a été créée et par la suite, vers 1950, l'apparition de nouveaux
quartiers tels que Ain Kadous et Bendebbab et été constatée.

La ville de Fès fut jusqu’au protectorat français une métropole religieuse et intellectuelle autant qu’une
métropole économique.

A l’époque coloniale, l’essor de la ville était freiné par la perte de certaines de ses fonctions au profit
d’autres villes et par la crise de l’artisanat.

La croissance plutôt lente pendant près d’un demi-siècle, a nettement repris depuis l’indépendance.
Actuellement, capitale régionale, Fès étend son influence par son commerce, ses services et par ses
fonctions religieuses et intellectuelles, elle rayonne bien au-delà de sa région économique. Son passé
historique prestigieux contribue à faire d’elle un centre touristique important.

L’agglomération se compose de plusieurs secteurs : en aval de l’oued Fès, l’ancienne médina entourée de
ses murailles; plus en amont, la ville des mérinides est formée de palais, de jardins, de casernes et de
quartiers populaires ; sur le plateau, la ville dite «européenne» étend ses quartiers administratifs, ses rues
commerçantes et ses cantonnements militaires.

La croissance récente a fait surgir tout autour de la ville des quartiers modernes, des cités et aussi des
bâtiments.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 8


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

b) Le tissu urbain

Sur le plan aménagement de l'espace, la ville de Fès est organisée en trois entités urbaines distinctes à
savoir :

• La Médina de Fès qui constitue actuellement un patrimoine historique et monumental de


l'Humanité. Cette entité présente un ensemble urbanistique et architectural exceptionnel et classé
par l'U.N.E.S.C.O parmi les cités universelles. L'habitat à l'intérieur de la Médina est traditionnel
et sur-densifié ayant connu des extensions extra-muros au nord d'Ain Kadous et à l'Est des
quartiers Jnanates (source Agence Urbaine).
• La ville nouvelle est édifiée selon un plan d'aménagement urbain européen. Du point de vu
habitat, ce secteur de la ville est sous-densifié et couvre environ 60% de l'ensemble de l'espace
bâti de la ville de Fès.
• Les quartiers Aïn Kadous et Bendebbab qui servaient autrefois à loger les populations d'origine
rurale.

Le plan d'aménagement de la ville ci-dessous présenté (figure 6) illustre la structure urbaine et les
principales infrastructures de la ville de Fès et son environnement immédiat.

Figure 6 : Schéma Directeur d'Aménagement Urbain (S.D.A.U) de la ville de Fès (source Agence urbaine)

Ce Schéma Directeur d'Aménagement Urbain (S.D.A.U) de la ville de Fès a été élaboré en 1991 et
homologué en 1995. Il constitue un document d'urbanisme juridique opposable aux tiers et à
l'Administration et il est constitué d'un document écrit et d'un autre graphique. L'objectif du SDAU est la
planification du développement de la ville de Fès à l'horizon 2010.

Le Schéma Directeur d'Aménagement Urbain (S.D.A.U) estime un besoin en logements de l'ordre de


89.000 unités en l'an 2010 contre un déficit de 35.636 unités identifié en 1986. D'après les informations
et données recueillies auprès de l'Agence Urbaine de Fès, les orientations et préoccupations majeures du
S.D.A.U sont les suivantes :

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 9


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

• La maîtrise et la réorientation de la croissance urbaine en s'appuyant sur la mise en œuvre


d'une politique de développement régional ;
• Le développement d'une offre foncière adéquate pour l'habitat ;
• La mise en valeur de la Médina et son patrimoine culturel ;
• La promotion du développement économique. En effet, le SDAU prévoit l'extension des
zones industrielles existantes et la création de nouvelles zones. La superficie passera ainsi de
270 ha à 660 ha. Il est également envisagé de contribuer à la protection de l'environnement
de la Médina de Fès par le transfert des activités polluantes vers le quartier artisanal Aïn
Nokbi sur une superficie d'environ 45 ha (soit 750 artisans) ;
• L’amélioration des conditions sanitaires et la protection de l'environnement de la ville à
travers la protection de l'oued Fès contre la pollution engendrée par la ville et la création
d'une ceinture verte autour de la ville de Fès sur une profondeur de 2 Km (voir schéma
d'aménagement ci-dessus).

c) Population

La population de la ville de Fès s’élevait à 769.000 habitants selon le RGPH 94. Elle est passée de :
179.000 habitants en 1952, pour atteindre 216.133 en 1961, 325.327 habitants en 1971 puis 448.823
habitants en 1982.

La densité de la population est variable entre les différents secteurs. La densité la plus élevée, d'environ
800 hab./ha est localisée dans la Médina, contre une densité plus faible, de l'ordre de 80 hab./ha occupant
le secteur Sud de la ville. Ce dernier secteur est caractérisé par des villas de grandes superficies.

d) L'infrastructure routière

Le réseau routier existant est composé d'un réseau périphérique et d'un réseau interne.

Le réseau périphérique relie la ville de Fès à ses environs et est constitué essentiellement des axes
principaux suivants :

• RP1 (Rabat, Ouejda, Nador);


• RP20 (Sefrou);
• RP24 (Immouzer, via l'Aéroport Fès- Sais).

L'inconvénient de ce réseau est le drainage des flux de circulation vers le centre de la ville provoquant
des problèmes d'encombrement, de risques d'accidents et de pollution.

Le réseau interne assure, quant à lui, la liaison entre les différentes entités urbaines, industrielles et les
pôles d'activités.

e) Activités économiques

La ville de Fès est caractérisée par son artisanat et le prestige touristique de sa médina.

De par son activité industrielle, Fès occupe aussi la deuxième place derrière le pôle Casablanca-
Mohammedia avec près de 25.000 emplois dans environ 400 entreprises qui sont regroupées
principalement sur les zones industrielles de Dokkarat, Sidi Brahim, Bensouda et Aïn Nokbi (voir figure
7). Les domaines d’activités les plus importants sont l’agro-alimentaire, le textile et le cuir.

Du point de vue organisation spatiale les zones industrielles modernes comme les activités artisanales
sont d'une part mêlées au tissu urbain est d'autre part caractérisées par une dispersion à l'intérieur de ce
tissu. Seules le quartier artisanal Benjelik et le quartier industriel SNEC sont actuellement en dehors de
la ville.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 10


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

L’activité économique au niveau de la basse vallée de l’oued Fès et du moyen Sebou est caractérisée par
une agriculture irriguée. Les eaux d’irrigation utilisées sont fortement influencées par les rejets polluants
de la ville de Fès, dont l’impact a été largement discuté par « l’Etude de l’Impact de la qualité de l’eau de
l’oued Sebou et de l’oued Inaouen sur l’irrigation – BCEOM en association avec DMCI, avril 2003 ».

Quartier
Artisanal
Aïn Nokbi

Quartier
Quartier Artisanal
industriel Benjelik
Dokkarat

Quartier
industriel
Sidi Brahim

Quartier
industriel
Bensouda

Quartier
industriel
SNEC

Figure 7 : Localisation des zones industrielles de la ville de Fès


(Document obtenu de l’Agence Urbaine)
II.2.3 Cadre sanitaire et épidémiologique

Dans ce qui suit, nous allons nous intéresser à la situation épidémiologique des maladies à transport
hydrique aussi bien dans la région de Fès- Boulemane qu'au niveau des périmètres irrigués à partir des
eaux usées brutes ou diluées par les eaux du Sebou.

a) Situation épidémiologique des maladies à transport hydrique dans la région Fès- Boulemane

Les informations que nous avons pu avoir à travers la Délégation Régionale de la Santé, concernent la
situation durant les années 2000, 2001 et 2002 et sont consignés dans le tableau 2 ci-après. Les maladies
ayant faits l'objet de suivi sont : le choléra, la typhoïde, les toxi-infections et l'hépatite virale épidémique.
Il est à préciser que les résultats ici présentés ne comprennent pas les sujets éventuellement traités dans
des établissements privés ou n'ayant pas été traités du tout.

Les zones ayant fait l'objet de suivi par les services publics sont:

• La préfecture Fès Jdid Dar Dbibagh;


• La préfecture Zouagha My Yaakoub;
• La préfecture Fès Médina;
• La province de Sefrou;
• La province de Boulemane

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 11


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES - Volet 3 - EIE

Tableau 2 : Situation épidémiologique des maladies à transport hydrique durant les 3 dernières années
Région Fès- Boulemane (source : Délégation Régionale de la Santé à Fès)

Année 2000 2001 2002

Maladie FJDD ZMY FM Sef Boul Total FJDD ZMY FM Sef Boul Total FJDD ZMY FM Sef Boul Total

Choléra 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

Clinique 18 37 26 88 55 224 19 23 10 58 26 136 4 26 27 49 34 140


Typhoïde
confirmé 7 22 25 8 0 62 4 28 18 13 0 63 4 20 29 8 0 61

Toxi- Alimentaire 0 0 4 0 0 4 0 22 1 0 0 23 1 3 2 1 0 7

infection collective 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 11 21 7 44 0 83

Hépatite virale
22 54 19 83 1 179 4 33 8 57 0 102 11 40 16 15 3 85
épidémique

N.B : FJDD : préfecture Fès Jdid Dar Dbibaagh


ZMY : préfecture Zouagha My Yaakoub
Sef : province de Sefrou
Boul : province de Boulemane

N.B : Ces données ne concernent que le secteur public

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 12


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Lors de l'entretien avec Dr Bijou responsable de l'épidémiologie à l'hôpital de Fès, il nous a été confirmé
que les maladies à transport hydrique, particulièrement le choléra (001), font l'objet d'une surveillance
sérieuse avec un stock de médicaments toujours disponible.

Les constations qualitatives faites par le service montrent une régression des épidémies bactériennes,
principalement suite aux améliorations des infrastructures de branchement aussi bien d'eau potable que
d'eaux usées. Les zones urbaines les plus atteintes restent les bidons villes et la Médina de Fès.
Actuellement ce sont les problèmes de pollution chimique qui se posent au plan sanitaire, mais
malheureusement les études approfondies font défaut à l'exception de quelques expériences limitées sur
la toxicité. La mortalité infantile est qualifiée de très élevée dont la cause principale est la gastro-entérite.

L'étude menée sur l'impact de la qualité de l'eau de l'oued Sebou et de l'oued Inaouen sur l'irrigation
(Délégation de l'agriculture 2003), montre des résultats de la situation sanitaire liée à l'eau, dans les
secteurs de Fès Médina et Zouagha, M. Yaacoub et Fès Jdid D. Dbibagh.

Ces résultats sont ci-après présentés (tableaux 3 et 4), en ce qui concerne deux des principales maladies
transmissibles par l'eau, l'épidémiologie de la région est analysée ci-après au niveau des provinces de
Zouagha My Yaacoub, Fès Jdid et Fès Médina pour les cas de gastro-entérite et les cas de typhoïde. La
comparaison intéresse les données disponibles pour 3 zones : celle du projet d'irrigation, Zouagha My
Yaacoub, la population de la Médina de Fès qui consomme en grande partie les légumes provenant des
zones irriguées avec l'eau extrêmement polluée du Sebou juste à l'aval de Fès, et une zone témoin où au
contraire les approvisionnements de légumes, bien que de sources variées, paraissent plus sains (Fès Jdid
D.Dbibagh).

Tableau 3 : Cas de gastro-entérite de 1999 au 3ème trimestre de l'année 2002

Provinces Fès Médina et Zouagha Fès jdid D.dbibagh Total


M.Yaacoub
Année cas % cas %
1999 2162 98.23 39 1.77 2201
2000 1302 94.08 82 5.92 1384
2001 1455 93.33 104 6.67 1559
2002 1129 94.44 67 5.6 1196
Source : Cellule d'épidémiologie Préfecture Zouagha M. Yaacoub

Il ressort de ce tableau que la majorité des cas de gastro-entérite (93% à 98%) sont enregistrés au niveau
de la préfecture Fès Médina et de la préfecture Zouagha My Yaacoub. Le pourcentage des cas de gastro-
entérites est resté élevé durant les 4 années pour Fès Medina et Zouagha M.Y.(Cela a probablement une
relation avec les cultures maraîchères, l'insuffisance d'hygiène, le manque de traitement des points
d'eaux, l'utilisation de l'eau de l'oued etc..). En pourcentage de la population, il y a eu en moyenne pour
les 4 dernières années 2,84 cas dans les 2 premières préfectures contre 0,28 à Fès Jdid D.D.

Les statistiques étaient groupées avant la séparation des deux préfectures. La Délégation de la Santé a
cependant pu faire une estimation pour Zouagha My Yacoub seule qui donne 3,79 cas, contre 1,90 cas à
Fès Médina.
Tableau 4 : Cas de typhoïdes
Zouagh M.Y Fès Medina Fès Jdid D.Dbibagh Total
Année Cas % Cas % cas %
2000 59 43.38 51 37.50 26 19.12 136
2001 51 50.00 28 27.45 23 22.55 102
2002 48 46.60 47 45.63 8 7.77 103
Source : Cellule d'épidémiologie Préfecture Zouagha M. Yaacoub

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 13


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Le classement des cas de typhoïde durant les trois années pour les 3 préfectures de la wilaya est en
moyenne annuelle (pour 1.000 habitants) :

• Zouagha M.Y. = 2,0


• Fès Médina = 1 ,6
• Fès J.D. Dbibagh = 0,8

Si la situation paraît moins différenciée que pour la typhoïde, on remarquera cependant que pour la seule
année 2002, les chiffres sont de 1,8 pour la zone de projet contre 0,3 pour la zone témoin.

Ces différences sont probablement liées à la localisation d'une grande partie des cultures maraîchères au
niveau de la préfecture Zouagha M.Y. Il convient aussi de rappeler qu'avant le découpage de la
préfecture, Zouagha était considéré comme ceinture noire de la ville de Fès par ses épidémies de choléra.

Ces résultats sont accablants et laissent constater combien les eaux polluées du Sebou peuvent
déterminer l'accroissement des deux pathologies indiquées. Bien entendu on ne peut ici différencier ce
qui vient de l'utilisation directe des eaux du Sebou, ou de leur utilisation par l'intermédiaire de
l'irrigation, mais cette dernière cause est certainement très prédominante, car les populations se méfient
de la qualité du Sebou, au moins pour la boisson et même pour tous usages, lorsqu'elles y trouvent une
eau colorée ou de mauvaise odeur (soit une bonne partie de l'année, saison des margines et saison sèche).

Pour Fès Medina et Zouagha M. Yaacoub., si on rapporte les cas de maladie à la population totale, leur
fréquence est de 10 fois supérieure pour la gastro-entérite à l'échantillon témoin dont 13 fois pour la seule
préfecture de Z.M. Y, et plus de 2 fois pour la typhoïde (Moyennes sur 4 ans, voir ci-après). Les chiffres
sont particulièrement significatifs pour les gastro-entérites, un peu moins pour la typhoïde, car cette
maladie a pas mal régressé dans les dernières années avec l'effort porté sur la qualité de l'eau potable.
Cependant, pour la seule année 2002, si les cas de typhoïde ont fortement régressé à Fes J.D. Dbibagh, il
n'en est pas de même pour Zouagha M. Y et Fès Médina, où leur fréquence a été six fois supérieure à
celle de Fès J.D.D. La situation de Zouagha M.Y., zone du projet, a même été plus mauvaise chacune des
3 dernières années pour cette maladie que celle de Fès Médina, alors que la Médina consomme sans
doute les légumes les plus dangereux de toute la zone du Sebou (mais en quantité moindre par tête que
dans la zone de projet).

Les données épidémiologiques ci-dessus sont la plus belle preuve que l'on puisse fournir sur les risques
associés à l'irrigation avec des eaux ayant une forte charge bactérienne. Elles confirment bien que si l'on
veuille diminuer les risques sanitaires identifiés dans la zone du projet, il faut se conformer au respect
strict des normes de qualité d'eau que nous avons développées en fonction des types d'irrigation et du
choix des cultures.

b) Situation épidémiologique des maladies à transport hydrique dans les périmètres irrigués
par les eaux de l'Oued Sebou

La description de la situation sanitaire au niveau des zones utilisant les eaux polluées de l'oued Sebou
dans l'agriculture est extraite de l'étude récemment conduite par la Délégation Provinciale de
l'Agriculture et dont l'intitulé est : "Etude de l'impact de la qualité de l'eau de l'oued Sebou et de l'oued
Inaouen sur l'irrigation". Les principaux résultats du diagnostic réalisé sont présentés ci-après.

L'impact de la mauvaise qualité des eaux de l'oued Fès sur les différents usagers et secteurs
consommateurs d'eau se fait fortement sentir dans la ville de Fès même et ses environs aval ainsi que
dans la moyenne vallée du Sebou. En effet, dans cette région, de vastes étendues de périmètres irrigués
utilisent les eaux du Sebou pour l'irrigation. La production agricole de ces périmètres est pénalisée tant à
l'échelle nationale qu'internationale. La figure 8 ci-dessous montre la localisation géographique des
périmètres irrigués dans le bassin versant du Sebou en général et particulièrement ceux influencés par les
eaux usées de la ville de Fès.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 14


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

UE
Ouezzane

IQ
NT
LA
GHAFSAI BAB OUNDER
Bge Bouhouda ASFALOU
U

AT
BO
SE
ED Bge SAHLA
OU Taounate

N
EA Bge Al Wahda
GHA
Bge DE GARDE OUER
OUED
OC

Ou
ed
Rd
o MECHRAA LAHJER
m
O
.S SIDI ABOU
EB
OU
O.SEBOU

TOUAHER
Taza
Kenitra

OU
Sidi Kacem

IED
Bge Idriss Ier

M
ENE
Bge Sidi INAOU
OUED

IKK
Echahed

ES
Fès
Rabat Bge Allal BAB LOUTA
El Fassi

OUED BEHT
Terrains irrigués
Sefrou

Khemisset Meknés AIN TIMADRINE


par des eaux
MDEZ
fortement
El Hajeb influencées par les
OULJET SOLTANE
Ifrane eaux usées de Fès
Boulemane

OU
IG
GU
ED
OU Grande Hydraulique
Petite et Moyenne Hydraulique
FOUM KHNEG

20 Km

Source : ABS et DPA


Figure 8 : Répartition géographique des périmètres irrigués dans le bassin versant de l'oued
Sebou.

Différentes études et statistiques ont été établies au niveau de la direction d'épidémiologie du Ministère
de la Santé. En plus, des résultats statistiques des analyses et des recherches scientifiques ont été
effectués au sein du laboratoire d'hygiène alimentaire et au laboratoire de microbiologie clinique de
l'hôpital El Ghassani de Fès. Tous les résultats ainsi obtenus montrent bien les conséquences fâcheuses
de l'utilisation de ces eaux dans l'irrigation sur la santé des paysans et familles (suite à la manipulation de
ces eaux sans contrôle) et sur la santé des consommateurs des produits irrigués par ces eaux. Ceci a
entraîné la présence de plusieurs maladies et de façon permanente au sein de la population de la région,
comme la fièvre typhoïde, l'hépatite A, des amibiases qui sévissent régulièrement sous forme endémo-
épidémique malgré les efforts fournis par les différents partenaires et surtout le Ministère de la Santé
avec ses différents programmes d'éducation sanitaire et ses contrôles permanents des points d'eaux autour
de l'oued Sebou.

Néanmoins, la situation sanitaire de la Préfecture de Zouagha M. Yaacoub qui comprend les secteurs
irrigués II et III est précaire. En effet, environ les deux tiers de la population consomment massivement
les produits agricoles de ces secteurs. Par conséquent, il n'est donc pas surprenant de constater la gravité
des gastro-entérites, principale maladie recensée transmissible par l'eau et qui affecte annuellement plus
1000 personnes. Les cas de gastro-entérite enregistrés dans cette zone sont 13 fois supérieurs à celles
enregistrées dans la zone témoins Fès Jdid D. Dbibagh (moyenne sur 4 ans). En ce qui concerne les cas
de typhoïde, la fréquence est supérieure à 6 fois par rapport à la zone témoin.

Les conséquences des maladies hydriques entraînent soit un absentéisme au travail, soit une moindre
efficacité de la personne atteinte. Il y a aussi des pertes de temps occasionnées par les visites aux
malades, en cas d'hospitalisation, ou par l'accompagnement (au dispensaire), ou encore la garde des
personnes atteintes (particulièrement les enfants). Tout ceci s'accompagne de pertes économiques soit en
dépenses pour les soins aux malades soit celles liées à la baisse corrélative des productions agricoles.

L'analyse des conséquences financières des maladies hydriques tentée dans l'étude de l'impact des eaux
des oueds Sebou et Inaouen sur l'irrigation est à prendre avec précaution comme le mentionne l'étude
elle-même. Il faudrait donc attendre la version validée (étude non encore validée au 24/10/03) de cette

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 15


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

étude pour en exploiter les résultats relatifs à cet aspect. Il est par ailleurs important d'insister sur
le préjudice majeur et l'handicap de la situation actuelle de la qualité des eaux du Sebou sur la poursuite
du programme de périmètres irrigués dans le moyen Sebou qui n'est que partiellement achevé. En effet,
6500 ha sur les 15000 ha programmés sont équipés alors que les 8500 ha restant sont conditionnés par la
dépollution des eaux du Sebou.

II.2.4 Caractéristiques des eaux du réseau hydrographique

La ville de Fès se caractérise par un important réseau hydrographique et une richesse des ressources en
eaux souterraines. Ainsi, ce système hydrographique est axé principalement sur l'Oued Fès qui s'écoule
d'Ouest en Est de la ville de Fès depuis les sources de Ras El Ma jusqu'au Oued Sebou en traversant la
Médina de Fès. Cet oued constitue un axe majeur du paysage urbain de Fès. Il se décompose en cinq
sections distinctes et successives, à savoir :

1 - De la source de Ras El Ma jusqu'à Dokkarat, l'Oued Fès reçoit des affluents sur sa rive droite en
amont qui sont les Oueds Smen, Aïn Chkeff, Miyet et Himmer ;
2 - De Dokkarat au Palais Royal, l'Oued Fès est canalisé et traverse le site du parc Oued Fès ;
3 - Du Palais Royal à la sortie du secteur Fès Jdid, l'Oued Fès est doté d’un système de répartition qui
joue un rôle dans la régulation du débit de l'Oued et assurait l'irrigation des espaces verts ;
4 - La traversée du cœur de la Médina de Fès, par l'Oued Fès se fait en quatre branches majeures qui
rejoignent l'Oued Boukhrareb. Ce dernier reçoit d'autres affluents qui sont Oued Mehraz, Oued
Boufekrane et Oued Mellah.
Ce tronçon pose énormément de problèmes environnementaux et sanitaires liés à la triple fonction
de l'Oued qui sont l'alimentation en eau, l'irrigation et l'assainissement sans compter celle de
dépotoir de déchets solides.
5 - Le tronçon en aval de la Médina de Fès, appelé Oued Fès aval, prend naissance de la sortie du tissu
traditionnel pour rejoindre l'Oued Sebou.

Le réseau hydrographique de la ville de Fès est matérialisé sur la photo-aérienne objet de la figue 9 ci-
après.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 16


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Figure 9 : Réseau hydrographique de la ville de Fès (Document reçu de l'Agence Urbaine de Fès).
D'après l'analyse bibliographique, un certain nombre de documents historiques à été consacré, en totalité
ou en partie, à la place de l'eau (Oued Fès) dans l'histoire de Fès. Pendant le mois d'août 2003 on n’a pu
disposer que de deux articles dont voici une présentation synthétique de leur contenu :

1. Le premier, celui d'un éminent géographe (Mohamed Naciri) reconstitue à travers l'analyse de quatre
actes juridiques (des fatwas) relatives à l'eau l'organisation de la société fassie autour de l'eau et les
enjeux de pouvoir économique, politique et symbolique qu'elle représente dans sa vie.

On a souvent tendance à brosser l'histoire de Oued Fès (donc de l'eau à Fès) un tableau basé sur un
contraste entre deux périodes. Le "passé" euphorique pendant lequel l'Oued Fès structurait l'espace et
rythmait la vie de la cité l'alimentant en eau potable, évacuant les ordures et drainant les rejets de ses
habitants en eaux usées, "passé" chanté par les poètes. Puis le présent marqué par le tarissement de
l'Oued, et par sa transformation en cours d’eau- égout et qui génère de mauvaises odeurs et diffuse
pollution et saleté.

Or l'intérêt de cet article est justement de briser cette vision nostalgique de l'histoire de l'Oued Fès en
mettant en évidence les conflits que la gestion de l'eau de l'Oued a occasionné depuis les temps les plus
reculés de l'histoire de la ville ainsi que le comportement "gaspilleur" qui a toujours caractérisé le
comportement des élites urbaines de Fès vis-à-vis de l'eau.

En fait, l'idée qui semble la plus intéressante dans cet article du point de vue de notre étude est celle
relative au comportement des Fassis vis à vis de l'eau.

Voici ce que l'auteur en dit :

"Le paradoxe (…) est que Fès semble être une ville particulièrement riche en eau. Des mesures du débit
de l'Oued Fès, datant du milieu du XXème siècle, indiquent que chaque habitant dispose de deux mille
litres par jour. Or les villes les plus favorisées, alors dans le monde, ne dépassent pas le millier de litres
journalier par habitant, comme à Rome. Cette richesse en eau, en période normale, expliquerait, peut-
être, l'indifférence à l'égard d'une gestion plus rigoureuse du système hydrique. Peut-on parler de
"culture" de l'abondance, qui induit des pratiques de gaspillage, de laxisme et de transgression de la règle
établie, de laisser-aller, en somme par opposition à une culture de la rareté qui induit des comportements
de rigueur, d'économie et de sévérité du contrôle social de l'usage de l'eau. "

2. Le deuxième article tente un discours sur l'Oued Fès. L'un des points d'intérêt de cet article est qu'il
s'appuie sur de multiples références pour retracer la place de l'Oued Fès dans l'histoire de la ville. Il
rappelle ainsi le système ingénieux qui a fait la fierté de la ville par lequel l'Oued Fès jouait la triple
fonction qu'il a assuré pendant des siècles celle d'alimenter, en eau propre les habitations, les édifices
publics, les jardins, les vergers mais aussi les différents ateliers artisanaux, celle de drainer les eaux usées
et celle d'évacuer les ordures ménagères.

Face à la dégradation de la rivière dont le débit a substantiellement diminué et qui est devenu incapable
de charrier les débits solides et liquides ménagers et industriels sans cesse croissants, et qui, génère
aujourd'hui de mauvaises odeurs et joue le rôle d’égout à ciel ouvert de la ville, ce qui en a fait un
problème principal pour les aménageurs et les gestionnaires de la ville. Face à cette situation l'auteur
relève deux discours dominants : un discours hygiéniste qui préconise de couvrir l'Oued pour faire
escompter au moins la pollution visuelle qu’il génère et un discours culturaliste qui dénonce toute
entreprise similaire comme une atteinte au patrimoine historique que l'Oued constitue pour la ville.

Il y a quelques idées génériques qui reviennent dans tous les écrits relatifs à l'histoire de l'eau à Fès c'est
d'abord le lien entre l'édification de la ville et la richesse en eau du site sur lequel elle a été installée.
Idriss 1er a choisi de construire Fès dans un lieu caractérisé par la confluence de plusieurs cours d'eau
(Oued Fès et ses nombreux affluents d'une part et Oued Sebou d'autre part.).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 17


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

L'eau à Fès, jusqu'au milieu du XXème siècle était en permanence abondante. Malgré le système ingénieux
de canalisation des trois types d'eaux qui traversaient Fès, l'eau de l'Oued, (l'eau des sources et les eaux
usées) sa gestion n'a pas toujours été exempte de conflits qui expriment des conflits de pouvoirs entre les
différentes composantes de la société.

Suivi et contrôle des ressources en eau de surface

Le suivi des ressources en eau du bassin versant du Sebou est l’une des activités principales de l’Agence
du Bassin hydraulique du Sebou. Ce suivi s’effectue à l’aide d’un réseau de mesures qui compte
plusieurs stations hydrologiques, comme le montre la figure 10 ci-après.
UE
IQ
NT

Ouezzane
LA

Bge Asfalou
AT

Bge Bouhouda
N

Ain Bouadel
Taounate
EA

Bge SAHLA
Bge Al Wahda
OC

Taza
Kenitra Sidi Kacem
Bge Idriss Ier
Bge Sidi
Echahed

Fès Bge Bab


Louta
Bge El Kansera Bge Allal
Rabat Ain Atrous
El FassiI

Sefrou
Meknés
Ain Bitit
Khemisset Ain Sebou

El Hajeb

Ifrane
Station Hydrologique
Source Boulemane

20 Km

Figure 10 : Réseau principal de suivi des eaux de surface dans le bassin versant du Sebou
(Source ABS).
Le réseau de mesure des eaux de surface est composé de :

• 38 stations hydrologiques principales dont 14 sont équipées de télémesure dans le cadre du


projet de gestion du barrage Al Wahda
• 9 stations simplifiées
• 33 postes pluviométriques
• 242 points de jaugeages périodiques
• 11 sources et 3 lacs

Le résultat de ce suivi a permis de classer la qualité moyenne des eaux de surface du réseau
hydrographique du Sebou. En ce qui concerne notre zone d'étude, il résulte de ce classement que la
qualité des eaux de l'oued Fès, bonne à l'amont de la ville, devient rapidement très mauvaise à la sortie de
ville et jusqu'à la confluence avec l'oued Sebou. Quant à l'oued Sebou, la qualité de ses eaux est bonne à
l'amont de la confluence avec l'oued Fès. Cette eau est exploitée par l'ONEP au niveau du pont portugais
pour l'adduction d'eau potable après traitement. Non loin de cette station, et juste à la confluence avec
l'oued Fès, l'eau du Sebou chute de qualité pour de venir mauvaise. La qualité mauvaise des eaux du
Sebou se maintient sur une distance appréciable et ce jusqu'aux environ de Sidi Kacem. Le classement de
la qualité des eaux du réseau hydrographique du Sebou est illustré par la figure 11 ci-dessous.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 18


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Figure 11 : Classement de la qualité des eaux du réseau hydrographique du bassin versant de


l'oued Sebou (Source ABS).
Les eaux polluées par les rejets urbains proviennent dans le cas présent presque exclusivement des
effluents non traités de l'agglomération de Fès. Ceux-ci peuvent renfermer une grande variété de germes
pathogènes intestinaux tels que : bactéries, virus, protozoaires et helminthes. Les germes pathogènes
potentiellement présents dans les eaux de l'Oued Sebou, et leurs réservoirs, sont récapitulés dans le
tableau ci-après.

Tableau 5 : Germes pathogènes partiellement présents dans l'oued Sebou

Germes pathogènes Maladie Réservoir


Virus Poliovirus Poliomyélite Homme
paralysie plasque
Virus de l'hépatite A Hépatite Homme
Bactéries Salmonelles typhi Fièvre typhoïde Homme + animaux
Autres Salmonelles Salmonelloses Homme + animaux
Vibrion cholérique cholera Homme
Shigelle Dysenterie bacillaire Homme
Protozoaires Amibe Amibiase Homme + animaux
Cryptospridium Diarrhée Homme + animaux
vomissement
Helminthes Ascaris Ascaribiose Homme
Taenia saginata Taeniasis Homme + animaux
Source : Etude de l’impact de la qualité de l’oued Sebou et de l’oued Inaouen sur l’irrigation
Rapport 3ème phase – avril 2003

En outre, les métaux lourds ont fait l'objet d'une étude géochimique spécifique aussi bien dans l'eau que
dans les sédiments. Cette étude, datée de juillet 2002 a été commandée par l'ONEP et exécutée par le
laboratoire public d'essais et d'études. L'objectif recherché étant le développement d'un modèle
numérique physico-chimique simulant le comportement des métaux chrome (Cr) et plomb (Pb) de l'oued
Sebou.

Le secteur concerné par cette étude couvre le tronçon du Sebou compris entre la prise d'eau de l'ONEP au
niveau de Fès (pont portugais) en amont et la prise d'eau de Mkénsa en aval.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 19


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Les données historiques traitées concernent particulièrement celles des campagnes de suivi de l'oued
Sebou menées par l'ONEP de 1994 à 1997 au niveau de 14 stations et de 1999 à 2001 au niveau 8
stations avec une fréquence d'un à deux mois. Les métaux recherchés sont le chrome, le plomb, le
cadmium, le cuivre, le nickel et le zinc.

Il en résulte des recherches entreprises que l'oued Sebou qu'aussi bien les eaux que les sédiments
présentent des concentrations importantes en chrome et plomb. Les concentrations de ce dernier ont
doublé dans les rejets de l'oued Fès entre l'année 1999 et 2000. Pour le nickel, bien que les mesures ne
sont pas régulièrement faites, les résultats montrent une évolution spatio-temporelle nette de la
contamination par cet élément.

En ce qui concerne les autres éléments, fer, manganèse, cuivre, zinc et cadmium, des teneurs faibles ont
été enregistrées et ne présentent actuellement pas de dépassement des valeurs moyennes admises.

Le travail de Khammari M. 2002 (thèse de doctorat), concernant la charge en métaux lourds dans les
eaux, les sédiments, les sols et les productions agricoles irriguées par les eaux de la ville de Fès, montre
en effet que les sédiments de l'oued Sebou reflètent bien le degré de la pollution de cours d'eau. Plusieurs
métaux se trouvent accumulés dans les sédiments à des degrés divers en accusant des enrichissements
entre l'amont et l'aval de la confluence avec l'oued Fès de 5 fois pour le chrome et 12 fois pour le zinc, 12
fois pour cuivre, 27 fois pour le plomb et 2,2 fois pour le cadmium. Ces métaux bien que fixés sur les
sédiments de l'oued, présente un potentiel de relargage dans les eaux.

II.2.5 Cadre écologique

Les études écologiques en liaison avec le réseau hydrographique du périmètre d'étude sont rares et ne
concernent, en grande partie, que les aspects microbiologiques en terme de pollution bactérienne.

Sur le haut Sebou, les premières études en eaux courantes, consacrés aux aspects de "zonation
biologique" ou biotypologie, ont été réalisées par Dakki (1979 à 1986). Des conclusions synthétiques de
ces travaux ainsi que d'autres menées un certain nombre de cours d'eau au Maroc ont montré que les
diptères chironomidés sont très bien représenté dans les eaux courantes et surtout dans les milieux
fortement dégradés où les autres groupes faunistiques sont éliminés ou réduits (Naya A. 1988).

En terme de bio- indicateurs seuls quelques travaux concernant les chironomidiens (Diptera) du bassin du
moyen et du haut Sebou ont été trouvés. Le travail le plus récent concernant ces insectes date de 1988 et
concerne une thèse de troisième cycle soutenue par Abdallah NAYA à l'Université de Mohamed V
laboratoire de biologie générale et de zoologie. Les principaux résultats concernant le secteur d'étude
sont relatifs à 3 stations d'observations situées sur le Sebou de part et d'autre de l'oued Fès une à l'amont
et deux à l'aval sur une distance d'environ 5 km ainsi qu’une station sur l'oued Fès à l'amont de sa
confluence avec le Sebou.

Il en résulte de ces observations, une corrélation avec la population de chironomides et la pollution des
eaux. En effet, la pollution organique des eaux engendre, selon son degré, la disparition ou la réduction
de certains taxons qualifiés de pollu-sensibles et de favoriser le développement de taxons saprophiles,
qualifiés de pollu-résistants. La famille des Chironomidés est un bon indicateur de la qualité de l'eau,
étant donné que contrairement à la plupart des autres groupes faunistiques du peuplement aquatique, les
chironomides abondent en cas de pollution organique.

Il est par ailleurs à signaler, que la description des conditions du milieu tout au long du profile amont
aval de l'oued Sebou laisse montrer, sur le tronçon amont jusqu'au pont portugais, une végétation
aquatique dominante (phanérogames) indicatrice d'eau de bonne qualité. Ce n'est qu'à partir du pont
portugais c'est les algues filamenteuses qui prédominent la végétation lorsqu'elle existe. Cette situation se
maintient jusqu'aux environs de Sidi Abdallah où l'on commence à observer une végétation un peu plus
variée mais toujours dominée par les algues filamenteuses. Cette station peut être considérée comme

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 20


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

indicatrice de début d'amélioration de la qualité des eaux du Sebou. Au niveau de Dar El Arsa la diversité
végétale en phanérogames et algues s'accentue pour devenir très importante au niveau du pont Ouled
Slimane.

Cependant, les informations écrites concernant les poissons des cours d'eau font défaut ou du moins ne
sont pas disponibles. Cette faune est un excellent bio- indicateur de la qualité des eaux, étant donné sa
sensibilité à la pollution et mérite d'être intégrée dans le programme de suivi, vu la facilité de sa
détection.

Les informations recueillies auprès de la population témoignent de la présence de poissons dans les cours
d'eau y compris l'oued Fès, où la pêche y a été jadis pratiquée. Actuellement, cette faune a disparu dans
ce milieu à cause de la forte dégradation de la qualité des eaux du réseau hydrographique (oueds égouts).

Le travail de Khammari M. 2002 (thèse de doctorat), concernant la charge en métaux lourds dans les
eaux, les sédiments, les sols et les productions agricoles irriguées par les eaux de la ville de Fès, montre
en effet que l'analyse des macro invertébrés et des algues illustre bien la détérioration de la qualité des
eaux de l'oued Sebou en aval de la confluence avec l'oued Fès. Le traitement des résultats par ACP
montre une distinction de sites amont peuplés par des espèces sensibles à la pollution en particulier
Baetis pavidus et de sites aval caractérisés par des oligochètes tel que Tubifex.

II.3 - Evaluation de l'état initial à l'échelle des sites proposés pour la STEP

Dans ce qui suit, nous allons présenter les caractéristiques des sites qui ont été étudiés pour la
construction des pôles d'épuration ayant fait l'objet de l'étude de faisabilité technico-économique. Les
sites étudiés sont au nombre de trois (A, B et C). L'emplacement des trois sites est montré par la figure 13
ci-après.

II.3.1 Site A : Ouest n°1


Situation géographique et administrative du site
Administrativement, le site A se trouve sur le territoire de l'arrondissement Agdal qui constitue le cœur
de la ville de Fès. Il correspond au noyau central de la ville qui regroupe l'ancienne ville européenne en
ses premières extensions. C'est la partie de la ville la plus nantie et qui contient les administrations
principales et les équipements principaux de la ville. La station d'épuration est prévue dans la partie Nord
du quartier industriel de Dokkarat qui limite l'arrondissement Agdal à l'Ouest, du côté de Zouagha. Le
site est situé donc en plein milieu urbain mais en dehors des zones d'habitat.

Le site présente une topographie plate avec une légère pente douce, orientée vers l’oued Fès. La
superficie disponible est importante de l’ordre 20 ha, permettant de répondre aux besoins requis par la
station d’épuration (Boues Activées) d'environ 5 ha. Selon l’Agence Urbaine et la Conservation
Foncière, les terrains disponibles appartiennent à la communauté urbaine. Cependant, l’Agence Urbaine,
prévoit l'implantation d'un projet touristique au niveau de ce secteur sur la rive gauche de l'oued Fès. A
ce même endroit, et sur la rive droite de l'oued Fès se tiennent le quartier industriel Dokkarat et la station
de déchromatation.

Accès au site
L'accès au site A du côté Sud peut profiter du réseau viaire dense et en relatif bon état dont est doté le
quartier industriel. Du côté Nord, il est lié à la route nationale Fès-Méknès par une voie carrossable
asphaltée.

Occupation du sol dans le site


Il s'agit d'un terrain vague sur lequel, actuellement, il n'y a aucune activité. Seules des herbes sauvages
(l'année dernière et l'année actuelle sont deux années pluvieuses) et des arbres, (eucalyptus pour
l'essentiel) peuvent y être observés.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 21


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Occupation du sol dans le voisinage et distance par rapport aux zones d'habitat
Le site se situe, comme nous l'avons signalé ci-dessus, au niveau du quartier Dokkarat, un quartier qui a
commencé à se constituer à l'Ouest de la ville dite européenne, après l'indépendance. Il connaîtra son
essor comme quartier industriel à partir des années 60. Malgré l'implantation de quelques immeubles à
cette époque dans la partie est du quartier, sa vocation industrielle demeurera préservée jusqu'aux années
70 qui connaîtront une urbanisation de plus en plus accélérée au Sud et à l'Est de la zone industrielle.
Mais la partie Nord du quartier restera inaccessible à ce mouvement d'urbanisation. Cette partie est
constituée de terrains qui comptent plusieurs dizaines d'hectares appartenant à la Mairie de Fès. C'est sur
ces terrains qu'il est prévu d'installer la station d'épuration à quelques dizaines de mètres de la station de
déchromatation déjà implantée sur le lieu.

A l'Ouest du site, il y a aujourd'hui la pépinière de la Mairie, un grand espace utilisé par le service des
espaces verts de la Mairie pour cultiver les différentes plantes et arbres utilisés pour aménager des
espaces verts, et pour entretenir les jardins et espaces verts déjà existants au sein de la ville. Plus loin, à
environ 1,5 Km dans la même direction un peu vers le Nord (Nord Ouest), une grande institution
commerciale a ouvert ses portes il y a une année, le supermarché Marjane. Au Sud, c'est le quartier
industriel dont la plus grande partie des unités est constitué d'huileries, de conserveries, de moulins et de
tanneries. Mais il compte aussi plusieurs unités de textile et une importante cimenterie qui donne sur le
site de la future station. L'Est et le Nord sont le domaine des terrains vagues ou plantés d'arbres.

Mais Il faut souligner ici qu'au Sud-Est, la zone d'habitat n'est qu'à une distance de quelques centaines de
mètres (2 Km environ). Tout comme au Nord, à une distance d'à peu près 1,5 Km, le terrain qui longe la
route nationale vers Méknès, est déjà loti et équipé pour recevoir des constructions qui serviront à
l'habitat.

En se réfèrant à la rose des vents (figure 3), on constate que les directions des vents dominants vers l’Est
et l’Ouest favorisent la propagation des odeurs nauséabondes vers les agglomérations existantes. Tenant
compte de ce qui précède, la délimitation d’une zone tampon entre la station d’épuration et les
habitations environnantes devient difficile. Cependant l’atténuation de la propagation des odeurs
nauséabondes est techniquement possible. Abstraction faite de la direction des vents, les nuisances
sonores sont négligeables au-delà d’une distance d’environ 500 mètres.

Le projet du parc Oued Fès.


Si l'on envisage l'occupation du sol d'un point de vue dynamique, il faut souligner que selon l'Agence
Urbaine, la zone Oued Fès qui comprend le site de la station A est une zone à vocation touristique. Un
grand projet touristique est par ailleurs prévu dans cette zone. C'est le projet du Parc Oued Fès qui
concerne une superficie de 250 ha s'étendant le long de l'Oued Fès au niveau du quartier de Dokkarat.
Envisagé depuis plusieurs années, ce projet a acquis avec les nouvelles orientations de la politique de
l'Etat dans le domaine du tourisme notamment en matière d'équipement une actualité et de l'importance.

D'après les informations recueillies auprès de l'Agence Urbaine de Fès, le présent projet du Parc Oued
Fès (voir figure 12) fait partie du plan d'aménagement de la municipalité d'Agdal qui a été homologué en
1997. Néanmoins, l'Agence Urbaine de Fès vise la révision des orientations et des prévisions arrêtées par
le plan d'aménagement cité ci-dessous. Dans ce sens, un nouveau projet est en cours d'étude.

En outre, le terrain en question présente des caractéristiques hydromorphiques particulières exprimées


par la présence d'une zone inondable (dite El Marja). En effet, cette zone correspond au lit majeur de
l'oued Fès en cas de crue, d'une part et à l'affleurement de la nappe phréatique alluvionnaire d'autre part.
La batterie de piézomètres de suivi du niveau de la nappe (piézomètres P1, P2, P3, P4), montrent qu'à cet
endroit celle-ci se situe à moins d'un mètre du niveau du sol (voir figure 13).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 22


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Figure 12 : Projet du Parc Oued Fès selon le plan d'aménagement de la Municipalité d'Agdal
homologué en 1997 (source : Agence Urbaine de Fès).

Figure 13 : Piézométrie de la nappe phréatique au niveau d'El Marja


(Forage N° class. 3269-0F-0015)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 23


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

II.3.2 Site B : Est n°2


Situation géographique et administrative du site

Du point de vue administratif, le site B se situe sur le territoire de la commune rurale de Aïn Bouali que
le nouveau découpage administratif (2003) a rattaché à la province de My Yacoub nouvellement créée.
Auparavant, elle faisait partie de la préfecture de Fès Médina. La zone d'impact potentiel du projet inclut
aussi la rive Est de l'Oued Sbou qui se trouve sur le territoire de la commune voisine de Aïn Kansara qui
fait partie de la même province.

Du point de vue géographique, la zone du projet se trouve au pied du Jbel Zallagh. C'est une zone
traversée par l'Oued Sebou et bordée au Nord, à l'Est comme à l'Ouest par des collines, constituant une
sorte de clôture isolant la zone rapprochée du site du reste du territoire environnant. L'altitude est
variable, elle commence à moins de 300m et va en augmentant naturellement en direction de la
montagne.

Le site se trouve juste à l’aval de la station hydro-électrique de l’ONE qui peut servir pour l’alimentation
électrique de la future station d’épuration et de constituer par ailleurs un projet intégré qui utilise les
eaux usées brutes pour produire de l’électricité à la station d’épuration qui, elle à son tour, restituera de
l’eau épurée pour protéger l’oued Sebou et les utilisateurs à l’aval.

Outre cette possibilité d’intégration, le site est relativement plat avec une légère pente dirigée vers l’oued
Fès et dispose d'une surface d’environ 40 ha. Il se trouve à l’intérieur des terrains agricoles et donc loin
des habitations. La seule habitation se trouve à environ 2 Km à vol d’oiseau du site et correspond à une
résidence au milieu d'une vaste ferme privée. Une petite colline située entre le site de la station et la
résidence permet de cacher la vue donnant sur ce site. Sur l'ensemble du secteur y compris au droit du
site de la station, les terrains sont privés et à vocation agricole.

Accès au site

La seule voie carrossable qui relie le site à un axe routier aujourd'hui est une piste en état moyen qui
conduit à la station de l'ONE et qui rejoint la route de Taza. Mais elle n'est pas praticable par temps de
pluie. Il faut signaler que la zone est desservie aussi par un sentier piétonnier qui la relie à la route qui
longe le nord de la médina au niveau du quartier Sidi Boujida (pont Bentato). Mais, il faut préciser qu'à
quelques centaines de mètres du site vers l'Est, passe la route régionale qui relie Fès à Taounate et à
Alhoceima.

Nature du sol

Le sol de la zone est composé de terre végétale sur les alluvions de la vallée.

Occupation du sol

En bas du côté de l'Oued, se sont les cultures légumineuses et fourragères qui dominent. Plus on monte
en altitude plus c'est la culture céréalière qui prend le relais.

Quant aux arbres, leur nombre est très limité. Contrairement aux autres parties du territoire de la
commune dans la zone qui nous concerne, seuls quelques rares eucalyptus et quelques rares arbres
fruitiers (grenadiers et oliviers) sont perceptibles à proximité des habitations.

Usage de l'eau : irrigation et bour

Les terres les plus proches de l'oued, celles où dominent les cultures légumineuses et les cultures
fourragères sont irriguées. Les terres situées plus haut, celles utilisées pour les cultures céréalières, quant
à elles sont bour. Pour irriguer, c'est aux eaux usées bruts qu'on a recours. Une Sakia (canal) est dérivée
pour cela de l'Oued Boukhrareb au niveau du pont Ben Tato à la sortie de Boukhrareb de la médina. La

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 24


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Sakia de Lahbalat qui porte le nom du douar à travers lequel elle passe permet d'irriguer les terres surtout
pendant l'été.

Statut foncier, propriété et exploitation des terres

Les hommes que le projet concernera se divisent en deux catégories selon leur statut par rapport aux
terres touchées par le projet : les propriétaires et les exploitants.

a) Propriétaires et Azzaba : statut foncier et statut d'occupation des terres

Statut foncier

Le statut foncier de l'ensemble des terrains situés dans la zone affectable par le projet est « Melk ».
(Propriété privée). Mais les propriétaires de la plus grande partie des terres sont difficiles à identifier
aujourd'hui étant donné que plusieurs générations d'héritiers (au moins deux) se sont succédées sans que
la répartition des terrains entre les nombreux héritiers soit faite. Si bien que dans plusieurs cas, les
exploitants actuels de ces terrains n'ont pas de lien direct avec leurs propriétaires effectifs. Par ailleurs,
plusieurs exploitants, après leur mort lèguent leur statut de Azzab (locataire) à leurs enfants qui parfois
se répartissent entre eux l'exploitation du terrain hérité.

Il faut signaler ici que le statut foncier des terrains qui composent le site de la station correspond tout à
fait à la situation foncière de la majorité des terres agricoles dans les deux communes concernées par le
projet (Aïn Bouali et Ain Kansara). En effet, dans les deux communes c'est le statut Melk qui domine à
hauteur de 70%.

Statut d'occupation

Mis à part les terres qui appartiennent aux petits propriétaires qui disposent d'un, deux ou trois hectares
dans lesquels ils sont établis avec leurs familles et qu'ils exploitent eux-mêmes, la plus grande partie des
terres (plus de 80 % sur l'ensemble du territoire de la commune) est exploitée par des Azzaba, un régime
qui donne le droit d'exploitation au Azzab moyennant une part des récoltes qui peut aller du tiers à la
moitié et plus parfois.

b) Constructions et habitat

Seules quelques habitations en nombre limité (moins d'une vingtaine sur les deux rives) sont établies
dans le site prévu pour recevoir les installations du projet et son environnement immédiat. Il s'agit dans la
majorité des cas de maisons occupées par les familles des Azzaba. La plupart sont construites en pisé
mais on compte quelques unes en dur (au nombre de quatre).

Un peu plus loin, on trouve quelques petits villages. Les plus proches sont Lahbalat dont les habitations
sont dispersées sur un périmètre beaucoup plus large que celui d'un douar traditionnel et Dhar Makhoukh
situés vers le sud ouest. Du côté l'Est, il y a une résidence privée qui surplombe la vallée, mais duquel la
station reste invisible grâce à une colline qui cache la vue.

c) Activités

Deux activités principales sont pratiquées dans le site du projet : cultiver le sol et élever les animaux.

Les cultures

On trouve trois types de cultures principales dans la zone : les légumes, les céréales, et les cultures
fourragères.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 25


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

• Les légumes : "c'est une terre devenue pauvre à cause de la pollution de l'eau. Ce qui fait que
seuls quelques légumes peu exigeantes daignent y pousser : les fèves, les navets, les artichauts, le
persil, " (un exploitant).
• Les céréales : le blé et le maïs
• Les cultures fourragères : la luzerne essentiellement mais aussi l'avoine et le bersim

L'élevage

L'élevage des vaches laitières est pratiqué à une échelle importante dans le secteur. Le nombre de vaches
dans la zone rapprochée du site est estimé à environ une centaine de tête.

d) Commercialisation et revenus

L'ensemble des produits à commercialiser est acheminé vers Fès où ils sont vendus soit quotidiennement
dans le cas des légumes et du lait soit de manière saisonnière.

e) Emploi

Deux types de travailleurs sont employés dans la zone. Des travailleurs permanents et des travailleurs
saisonniers ou occasionnels. Outre les personnes établies sur place qui travaillent en permanence, les
exploitants recrutent une main d'œuvre extérieure pour exécuter les tâches saisonnières dont ne peuvent
s'acquitter les occupants des lieux. C'est soit dans les villages voisins, Hbalat, Dhar Makhoukh, Kraker,
…. soit au Moukef de Fès qu'on s'adresse pour satisfaire les besoins en travailleurs occasionnels.
II.3.3 Site C : Centre n°3 (écarté)

Le site centre est situé au cœur de la ville dans une zone de dense circulation à proximité du principal axe
routier qui relie le territoire de la préfecture de Fès Médina au reste de la ville. Ce site d’implantation de
la station sera vraisemblablement largement visible à partir d’une importante institution touristique,
l’hôtel Zalagh et il le sera également à partir de Mac Donalds dont la construction est en cours sur le
terrain situé juste en face. Il est inutile de souligner l’opposition des tenants de ces institutions à
l’édification d’une station d’épuration. Par ailleurs, les zones d’habitat sont situées à moins de 500
mètres. Il s’agit donc d’un site dont l’acceptabilité sociale est plutôt négative.

Il faut ajouter que la superficie de ce site est très limitée (3,5 ha) pour traiter 50% de la charge de la ville
de Fès et il se trouve dans un terrain très accidenté nécessitant un coût supplémentaire d’aménagement
non négligeable.

Ce site présente beaucoup d’inconvénients d’ordre technique, économique et social :

• Morphologie du terrain qui va générer des surcoûts en investissement ;


• Contrainte environnementale : zone située au cœur d’une zone très dense ;
• Contrainte d’épuration : effluent à dominante industrielle (60%) du fait qu’il draine le
quartier industriel de Sidi Brahim ;
• Acceptabilité sociale négative.

Tenant compte des arguments ci-dessus, ce site ne présente aucun avantage pour être retenu pour
l’implantation d’une future station d’épuration de la ville de Fès.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 26


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Figure 14 : Localisation des nouveaux sites proposés pour l'épuration des eaux usées de Fès

Localisation des nouveaux sites proposés pour l'épuration des eaux


usées de Fès (Etude technico-économique – Mission A2 - CID)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 27


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

III. APERÇU SUR L’ETAT ACTUEL DE L’ASSAINISSEMENT DE LA VILLE DE FES

La ville de Fès est actuellement desservie par un système d’égouts unitaires.

Le système actuel d’assainissement liquide in situ ne couvre qu’une partie du périmètre urbain. Une
partie des quartiers périphériques de la ville n’est pas encore convenablement desservie par le réseau
public.

La ville nouvelle, les extensions Sud-est et Fès Jdid, sont reliées à un réseau de collecteurs unitaires et
gravitairement reliés au collecteur général qui longe le boulevard Allal Al Fassi de la Place de la
Résistance jusqu’à l’oued Zbel où il se décharge.

Les effluents rejoignant alors l’oued Fès Aval et l’oued Sebou, après avoir traversé la Médina via l’oued
Boukhrareb.

Actuellement, le collecteur Sidi Brahim est en cours de raccordement au collecteur général.

Le Nord-ouest de la ville est desservi par le collecteur My Abdallah qui se raccorde au collecteur général,
à l’exception du quartier Bab Siffer, dont les effluents sont drainés par l’oued Mellah vers l’oued Fès
Aval.

Le Nord-est de la ville, constitué par les quartiers Jnanates, Aïn Nokbi et Sahrij Gnaoua, est desservi par
un réseau unitaire qui se déverse gravitairement dans l’oued Fès Aval.

La quasi-totalité des eaux usées de la ville de Fès (urbaines et industrielles), restent à l’état actuel sans
aucun traitement ou prétraitement préalable, à l’exception d’une partie des rejets des huileries et des
rejets des tanneries.

III.1 - Projet pilote d’évaporation naturelle des margines

Un projet pilote visant l’élimination des margines de Dokkarat a été mis en place en 1996. Il s’agit de la
collecte et du transport des margines à l’aide de camions citernes vers des bassins aménagés en dehors de
la ville sur la route des Oudayas (située à 15 Km au Nord-ouest de la ville), où elles s’y évaporent (voir
figure 15).

La capacité totale de ces bassins d’évaporation est d’environ 17.000 m3 (Rapport sur la qualité des
ressources en eau dans le bassin de Sebou ABS - novembre 2002 - Superficie de 16.000 m2 pour une
profondeur moyenne de 1,85 m), alors que la production moyenne des margines est d’environ 50.000 m3
par campagne, soit un taux d’élimination d’environ 34%. Le reste continu toujours à être rejeté sans
prétraitement préalable vers l’oued Sebou. Il faut signaler qu’à l’état actuel, la capacité des ces bassins
est réduite à environ 5.000 m3, en raison du résidu de margines cumulé et qui n’arrive pas à s’évaporer
naturellement en totalité (communication orale des responsables de la Division Assainissement du
RADEEF). Selon cette même source le coût actuel du traitement du mètre cube de margine est d’environ
300 Dh.

A l’horizon 2015, la production des margines, telle qu’estimée par l’étude de faisabilité, serait d’environ
70.000 m3 en année moyenne. Dans ce cas les bassins actuels ne suffiseront qu’à environ 15% (en tenant
compte des résidus restants dans les bassins) des quantités des margines produites.

Afin de résoudre ces problèmes, l’étude de faisabilité a préconisé des solutions futures basées sur les
expériences acquises jusqu’à présent, en rajoutant à l’évaporation naturelle une évaporation forcée
(extension prévue à côté des bassins actuels).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 28


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Photos BACCAR L. & SANKARI S. (Octobre 2003)

Figure 15 : Citerne de collecte et bassins d’évaporation des margines (Route des Oudayas)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 29


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

III.2 - Projet pilote de récupération du chrome rejeté par les tanneries

Une station pilote de traitement par voie chimique des rejets chromés générés par les tanneries
industrielles a été réalisée en 2000 dans la zone de Dokkarat (voir figure 16). Le procédé consiste à
récupérer le chrome après le traitement chimique, en vue de son recyclage par les mêmes tanneurs.

Le pourcentage de récupération du chrome prévu est de 90%. Cette station a été surdimensionnée (50
m3/j pour un débit réel de 20 m3/j) afin de laisser l’éventuelle possibilité d’y intégrer les rejets chromés
des autres tanneries (Médina et autres), après collecte et transport.

Photos BACCAR L. & SANKARI S. (Octobre 2003)

Figure 16 : Station de déchromatation à Dokkarat

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 30


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

IV. OBJECTIF DE QUALITE DU MILIEU RECEPTEUR ET OBJECTIF DE


TRAITEMENT CORRESPONDANT

IV.1 - Objectif d’épuration des eaux usées de la ville de Fès

La dépollution des eaux usées de la ville de Fès répond à un objectif majeur :

Dépolluer l’oued SEBOU afin de fournir une eau propre aux usagés à l’aval.

Les usages de l'eau du Sebou en aval sont, par ordre de priorité, les suivants :

• La potabilisation au niveau des prises ONEP situées à 88 Km à l’aval au niveau de Mkénsa :


soit avoir une eau de qualité classe 1B ;
• L’utilisation pour l’irrigation immédiatement à l’aval (malgré la qualité actuelle hors classe,
l’irrigation à l’aval est importante) soit une eau au minimum de classe 3.

Un autre objectif, propre à Fès défendu par le comité de suivi, consiste à : Redonner à l’oued Fès, qui
traverse la ville, une hydraulicité et une qualité acceptables. Cet objectif répond à une volonté de
reconstituer le patrimoine historique de la ville de Fès.

IV.1.1 Les usages liés à l’oued Sebou et leurs localisations

Deux usages doivent être considérés dans la détermination des objectifs d’épuration : l’eau potable et
l’irrigation.

L’irrigation a lieu à tous les niveaux du cours d’eau en particulier dans la moyenne vallée.

La première prise d’eau potable à l’aval de la confluence avec l’Oued Fès se situe à environ 88 Km de
cette dernière au niveau de Mkénsa, comme le montre la figue ci-après.

.
Prise d’eau
Prise d’eau Oued ONEP Fès - pont
ONEP - Mkénsa Inaouen portugais

88 Km

31 Km

Oued SEBOU Oued


Fès

Source : Etude de faisabilité technico-économique – Mission A2 – CID – novembre 2003

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 31


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

IV.1.1.1 Qualité générale actuelle de l’oued Sebou

• Amont de la confluence avec l’oued Fès : En amont de la confluence avec l’oued Fès, la qualité
de l’oued Sebou est très bonne (1A et 1B) et permet la potabilisation de l’eau pour
l’alimentation de la ville de Fès.

Le tableau suivant présente cette qualité. Les prélèvements et mesures qui ont été réalisés en
2002 au niveau du Pont Portugais confirment les données recueillies sur 7 ans dans l’étude du
modèle de qualité de l’oued Sebou, NEDECO 1994.

Tableau 6 : Classes de qualité des eaux du Sebou Amont de la confluence avec l’oued Fès

Paramètres (en mg/l) O2 dissous DBO5 DCO NH4 P tot


23/07/02 (été) 7,68 1,1 7,5 0,08 0,19
18/01/02 (hiver) 9 0,2 17,28 0,044 0,045
Qualité correspondante 1A 1A 1A 1A 1A et 1B

• Entre la confluence avec l’oued Fès et la confluence avec l’oued Inaouen : En aval de la
confluence avec l’oued Fès qui draine aujourd’hui l’ensemble des eaux usées de la ville de Fès et
la confluence avec l’oued Inaouen, l’oued Sebou présente une qualité très mauvaise (pollution
excessive).

Le tableau suivant présente une valeur moyenne de qualité à 5 Km en aval de la confluence avec
l’oued Fès (Etude du modèle de qualité de l’oued Sebou, NEDECO 1994).

Tableau 7 : Classes de qualité des eaux du Sebou à 5 Km à l'aval de la confluence avec l’oued Fès

Paramètres (en mg/l) O2 dissous DBO5 DCO


Données moyennes sur 7 ans 3,5 41,7 142
Qualité correspondante 2 HC pollution HC pollution
excessive excessive

Le tableau suivant présente une valeur moyenne de qualité à 20 Km en aval de la confluence avec l’oued
Fès (Etude du modèle de qualité de l’oued Sebou, NEDECO 1994).

Tableau 8 : Classes de qualité des eaux du Sebou à 20 km à l'aval de la confluence avec l’oued Fès.

Paramètres (en mg/l) O2 dissous DBO5 DCO


Données moyennes sur 7 ans 3,9 42,6 171
Qualité correspondante 2 HC pollution HC pollution
excessive excessive

• Aval de la confluence avec l’oued Inaouen : En aval de la confluence avec l’oued Inaouen, la
qualité est mauvaise (classe 3) à moyenne (classe 2) grâce à l’effet de dilution et
d’autoépuration. Cette qualité compromet la potabilisation de l’eau (prise ONEP à 88 Km en
aval de la confluence avec l’oued Fès).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 32


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

qualité O.Fès amont


PRISE
HC qualité O.Fès aval
PRISE ONEP ONEP

Km / confluence -0,5 0 5 20 31 40 50 60 70 88 90 100


DBO5 (mg/l) HORS CLASSE CLASSE 3/2

Oued
Inaouene

Source : Etude de faisabilité technico-économique – Mission A2 - CID – novembre 2003

IV.1.1.2 Les objectifs de qualité en fonction des usages

• Objectifs de qualité à atteindre : le tableau suivant résume les objectifs à atteindre :


Tableau 9 : Objectifs de la qualité des eaux du Sebou à atteindre après l'assainissement de Fès.
Usages Objectifs de qualité retenus
Eau Potable 1A et 1B
La classe 2 implique un niveau de traitement très
poussé pour la potabilisation de l’eau.
Cette classe n’est pas retenue.
Irrigation et abreuvage des animaux 2 ou 3
l’abreuvage des animaux imposerait plutôt une classe 2.

• Localisation des objectifs de qualité à satisfaire :

L'évolution de la qualité des eaux du Sebou en fonction de la distance par rapport à la confluence
avec l'oued Fès a été simulée dans l'étude de faisabilité technico-économique – Mission A2. Les
résultats de ces simulations sont présentés dans les graphiques suivants extraits de cette étude.

qualité O.Fès amont


PRISE
qualité O.Fès aval
PRISE ONEP ONEP

Km / confluence -0,5 0 5 20 31 40 50 60 70 88 90 100


DBO5 (mg/l) CLASSE 3 CLASSE 2 CLASSE 1A/1B

Oued
Inaouene
USAGES AEP IRRIGATION AEP

Source : Etude de faisabilité technico-économique – Mission A2 - CID – novembre 2003

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 33


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

IV.1.2 Qualité actuelle de l’oued Fès et objectifs à atteindre

L’oued Fès amont est à sec en dehors des périodes de pluies.


L’oued Fès retrouve une hydraulicité lors de son transit dans la ville car il reçoit, en majeure partie, les
eaux usées de la ville qui ne sont pas encore interceptées (environ 80 à 90% sont actuellement
interceptées).
La qualité est bien entendue, largement hors classe jusqu’à la confluence avec l’oued Sebou. Malgré
cette qualité, des usages persistent notamment l’irrigation à partir de l’oued Fès aval (voir figures 8 et
11).

A terme, la collecte de la totalité des eaux usées conduira à assécher la plupart du temps l’oued Fès.

Si, une solution de traitement des eaux usées permet de restituer de l’eau à l’oued en partie amont, il est
important de souligner :
• La nécessité d’arriver à un niveau de dépollution très élevé du fait de l’absence de phénomène
de dilution et de limiter les usages en fonction de la qualité des eaux dans l’oued. Il est
important de souligner qu’avec un traitement poussé et l’absence de dilution, il sera difficile
d’envisager une classe de qualité supérieure à la classe 3 ;
• Le parcours des eaux usées dans l’oued permettra une autoépuration supplémentaire.

IV.2 - Rendements de dépollution à atteindre en fonction des objectifs de qualité retenus

Les éléments qui suivent ont pour objet de fixer les rendements de dépollution, concernant la matière
organique, à envisager pour le traitement des eaux usées de la ville de Fès; afin de satisfaire au mieux les
exigences en termes d’objectifs de qualité.

Pour atteindre chacun de ces objectifs, le niveau de dépollution nécessaire a été déterminé par l’examen
des paramètres DBO5 et DCO qui sont les plus utilisés dans le dimensionnement des ouvrages
d’épuration.

Les deux options étudiées dans l’étude de faisabilité sont les suivantes :
• Traitement sur 2 sites dissociés (sites A en partie Ouest et site B en aval près de la
confluence avec Sebou) ;
• Traitement sur un seul site (site B près de la confluence avec Sebou).

Pour l’évaluation des concentrations (DBO5 et DCO) futures en fonction de la distance, une analyse des
données de suivi du milieu depuis 1991 a été effectuée sur les tronçons concernés. Cette analyse a permis
d’établir une équation de l’auto- épuration en fonction de la distance (concentration en mg/l en fonction
de la distance parcourue).
Les simulations entreprises ne tiennent pas compte les pertes quantitatives éventuelles au niveau de
l’oued Fès : on se place donc encore dans la situation la plus défavorable.

Hypothèse 1 : Deux sites de traitement :

Rendement sur le site A


Compte tenu de la localisation amont de la station A, les effluents traités vont s'acheminer à travers la
partie basse de la ville de Fès. Pour des questions d’hygiène et de salubrité publique, il est indispensable
d’optimiser le traitement. Les rendements pour les stations A et C sont fixés comme suit :

• Rendement sur la DBO5 : 95%


• Rendement sur la DCO : 95%
• Abattement bactériologique 4 à 5 Unité log CF/100 ml (dans le cas où le traitement de
désinfection serait envisagé).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 34


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Rendement sur le site B

Au-dessous de certains rendements l’objectif de qualité 1A ou 1B n’est plus satisfait au niveau de la prise
ONEP. Les rendements pour la station B sont fixés comme suit :

• Rendement sur la DBO5 : 85%


• Rendement sur la DCO : 85%

L’étude de faisabilité n’envisage pas le traitement tertiaire sur le site en aval (B) au vu des coûts
importants que nécessite ce type de traitement. En effet, ce coût ne peut être supporté par la RADEEF
mais plutôt par les bénéficiaires. De toute façon, il est plus économique d’adapter le type et culture et le
mode d’irrigation à la nature des eaux usées épurées, en favorisant l’irrigation restrictive (éviter les
cultures consommées crues..)

Les résultats de l’évolution des concentrations en DBO5 et DCO après installation des stations
d’épuration A et B sont présentés dans les graphiques suivants extraits de cette étude.

Evolution de la DBO5 et qualité obtenue sur le Sebou :

Courbe d'évolution de la concentration en DBO5 en fonction de la distance depuis la confluence avec l'Oued Sébou

Conce ntration en DBO5 (m g/l) pour une c onc entration initiale donnée à la
conflue nce avec l'Oued Fès (Cf = Ci ex p(-0,018 4*dis tanc e c onfluence))

25
DBO 5
20 > 25 mg /l HC : pollution ex ces sive
10 < C < 25 mg/l Clas se 3 mauvais e
5 < C < 10 mg/l Clas se 2 moyenne
15
3 < C < 5 m g/l Classe 1 B bonne
? 3 mg/l Classe 1A très bonne
10

0
0 20 40 60 80 100 120

Evolution de la qua lité sur le pa ra m è tre DBO5

STEP A
25,1 qualité O.Fès am ont

14,9 qualité O.Fès aval


PRISE ONEP
STEP B

Km / c onfluence 0 10 20 31 40 50 60 70 88 90 100
DBO5 (m g/l) 21,4 17,8 14,8 12,1 10,2 8,5 7,1 5,9 4,2 4,1 3,4

Oued Inaouen
Source : Etude de faisabilité technico-économique – Mission A2 - CID – novembre 2003

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 35


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Evolution de la DCO et qualité obtenue sur le Sebou :


C o u rb e d 'é v o lu tio n d e la c o n c en tra tio n en D C O en fo n ctio n d e la d is ta n c e d e p u is la c o n flu e n c e av e c l'O u e d S éb o u

Conc e ntra tion e n DCO (m g/l) pour une c onc e ntra tion initia le donné e à la c onflue nc e
a ve c l'O ue d Fè s (Cf = Ci e x p (-0 ,0 1 4 7 * dis ta nc e c onflue nc e ))

90
D CO
80
> 80 m g /l H C : pollution ex c es s ive
70 40 < C < 80 m g/l C las s e 3
60 25 < C < 40 m g/l C las s e 2
50 20 < C < 25 m g/lC las s e 1 B
40 ? 20 m g/l C las s e 1A
30
20
10
0
0 20 40 60 80 100 120

Evolu tio n d e la q u a lité su r le p a ra m è tre D CO

S TE P A

65,0 qualité O .F ès am ont

O u e d F ès 40,9 qualité O .F ès aval


ON E P
S TE P B

K m / c onfluenc e 0 10 20 31 40 50 60 70 88 90 100
D C O (m g/l) 83,4 72,0 62,2 52,9 46,3 40,0 34,5 29,8 22,9 22,2 19,2

O u e d In a o u e n

Source : Etude de faisabilité technico-économique – Mission A2 - CID – novembre 2003

Hypothèse 2 : Un seul site de traitement – Site B


Les rendements minimaux à satisfaire pour garantir la qualité 1 au niveau de la prise ONEP et la qualité
2-3 en amont de la prise ONEP sont les suivants :

Rendement sur la DBO5 : 85%

Rendement sur la DCO : 85%
Les résultats de l’évolution des concentrations en DBO5 et DCO après installation de la station
d’épuration B sont présentés dans les graphiques suivants extraits de cette étude.
Evolution de la DBO5 et qualité obtenue sur le Sebou :
C o u rb e d 'é v o lu tio n d e la c o n c e n tra tio n e n D B O 5 e n fo n c tio n d e la d is ta n c e d e p u is la c o n flu e n c e a v e c l'O u e d S é b o u

Co nc e ntr a tion e n D BO 5 (m g/l) po ur un e c onc e ntr a tion initia le d onn é e à la


c on flue nc e a ve c l'O u e d Fè s (Cf = Ci e x p(-0 ,0 1 8 4 * dis ta nc e c onflue n c e ))
30
DBO 5
25 > 2 5 m g /l HC : p ollutio n ex c es s ive
10 < C < 25 m g /l C las s e 3 m a uvais e
20
5 < C < 1 0 m g /l C las s e 2 m o y en ne
15 3 < C < 5 m g/l C la s s e 1 B bon ne
? 3 m g /l C la s s e 1A très bon ne
10

0
0 20 40 60 80 1 00 1 20

Ev o lu tio n d e la q u a lité su r le p a ra m è tre DB O 5

Oued F ès
ON E P

S TE P B

K m / c on flue nc e 0 10 20 31 40 50 60 70 88 90 10 0
D B O 5 (m g/l) 2 4,3 20 ,3 1 6,9 1 3,8 1 1,7 9 ,7 8 ,1 6 ,7 4,8 4,6 3,9

O u e d In a o u e n

Source : Etude de faisabilité technico-économique – Mission A2 - CID – novembre 2003

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 36


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Evolution de la DCO et qualité obtenue sur le Sebou :


C o u rb e d 'év o lu tio n d e la c o n c e n tra tio n e n D C O e n fo n c tio n d e la d is tan c e d e p u is la co n flu e n ce a v e c l'Ou e d S é b o u

Conc e ntr a tion e n DCO (m g/l) pour une c onc e ntr a tion initia le donné e à la c onflue nc e
a ve c l'O ue d Fè s (Cf = Ci e x p (-0 ,0 1 4 7 * dis ta nc e c onflue nc e ))

100
DCO
90
> 80 m g /l HC : pollution ex c es s ive
80
40 < C < 80 m g/l Clas s e 3 m auvais e
70
25 < C < 40 m g/l Clas s e 2 m oy enne
60 20 < C < 25 m g/lClas s e 1 B bonne
50 ? 20 m g/l Clas s e 1A très bonne
40
30
20
10
0
0 20 40 60 80 100 120

Evo lu tio n d e la q u a lité su r le p a ra m è tre DCO

Ou e d F ès
ON E P

S TE P B

K m / c onfluenc e 0 10 20 31 40 50 60 70 88 90 100
DCO (m g/l) 91,1 78,7 67,9 57,8 50,6 43,7 37,7 32,6 25, 0 24,3 20,9

Ou e d In a o u e n

Source : Etude de faisabilité technico-économique – Mission A2 - CID – novembre 2003

 Résultats des calculs :

Les résultas de la simulation de l’étude de faisabilité montrent que les objectifs de qualité 1 au niveau de
la prise ONEP et la qualité 2-3 en amont de la prise ONEP, sont satisfaits pour les rendements suivants :

Deux sites de traitement Un seul site de traitement


DBO5 : 95% Pas de traitement –
Site A DCO : 95% tous les effluents sont dirigés
5 U.log/100 ml vers le site B
Site B DBO5 : 85% DBO5 : 85%
DCO : 85% DCO : 85%

Avec ou sans traitement sur le site A, les rendements à fixer sur le site B sont comparables. De plus, les
contraintes sanitaires liées aux rejets de la station A doivent imposer, outre un traitement poussé sur la
pollution organique, la prise en compte d’un abattement sur la pollution bactériologique, donc des coûts
supplémentaires liés à un traitement tertiaire et d’un traitement des odeurs de part la présence de ce site
en zones urbaines.

 Conclusions :

Tenant compte de ce qui précède on retient les conclusions suivantes :

Pour la variante d’épuration avec 2 pôles, cette variante impose :

• Un niveau de traitement poussé sur la STEP A avec des rendements d’épuration de 95%. Malgré
ce rendement, la qualité de l’oued restera au niveau d’une classe 3 qui permet juste l’irrigation
dans sa partie aval faute d’une dilution suffisante ;
• Un niveau de traitement moins poussé sur la STEP B pour maintenir une classe 3 à l’aval de Fès
et garantir une qualité moyenne à bonne au niveau des prises d’eau ONEP.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 37


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

L’éclatement en 2 pôles permet grâce, à l’autoépuration sur l’oued Fès d’envisager un traitement moins
poussé au niveau du pôle B.

Pour la variante d’épuration avec 1 seul pôle :

• cette variante ne répond qu’à l’objectif de dépollution de l’oued Sebou ;


• les rendements de la STEP devront être supérieurs à 85%.

Le tableau suivant récapitule les concentrations à la sortie des stations d’épuration :

Tableau 10 : Concentration à la sortie des stations d’épuration.


Pôles d’épuration Concentrations à la sortie des STEP
DBO5 en mg/l DCO CF/100 ml
Sites A avec traitement 15/30 50/90 10² à 103 cf/100 ml
tertiaire
Sites A sans traitement 15/30 50/90 106 cf/100 ml
tertiaire
Site B - Traitement 30 90 106 cf/100 ml
secondaire

Les abattements en DBO5 et DCO sont fonction de la filière proposée (moyenne charge ou aération
prolongée).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 38


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

V. DIFFERENTS SCHEMAS D’EPURATION ENVISAGES

V.1 - Solution proposée par le SDAL pour l’épuration des eaux usées de la ville de Fès

Cette solution est ici présentée à titre de rappel historique, elle ne sera pas considérée dans l’évaluation
environnementale objet de cette étude. En effet, cette évaluation ne traite que la solution retenue par
l’étude de faisabilité.
V.1.1 Présentation de la solution

 Traitement des effluents des industries polluantes :

Ce volet concerne :
• La collecte et le traitement des margines dans les bassins localisés sur Route des Oudayas ;
• Le traitement spécifique des métaux lourds à Aïn Nokbi. Il y’a lieu de préciser que la station est
aujourd’hui réalisée sur le quartier Dokkarat.

 Epuration des effluents :

Une première tranche permettra de réduire la pollution de 50% de la totalité des effluents par un
lagunage anaérobie. Un traitement secondaire par lagunage aéré sera réalisé dans un deuxième temps.

Le Plan Directeur d’Assainissement Liquide de la ville de Fès a prévu un traitement de l’ensemble des
eaux usées produites par la ville sur un site unique, situé au Nord-est de la ville, entre la route de
Taounate et l’oued Sebou. Le mode de traitement choisi est le lagunage, composé :

• D’un traitement primaire par lagunage anaérobie ;


• D’un traitement secondaire par lagunage aéré.

Ce procédé, certes rustique, impose un traitement de la pollution toxique en amont (métaux lourds,
cyanures, sulfures à forte charge, etc..). De surcroît, une extraction régulière des boues est primordiale
pour le fonctionnement correct des lagunes.

Dans une première tranche de travaux, seul le traitement primaire a été programmé, pour rabattre le
niveau de pollution rejetée d’environ 50%.

Les eaux traitées proviendront de deux collecteurs desservant deux versants distincts :

• D’une part la galerie et la conduite forcée aboutissant à la centrale hydroélectrique de l’ONE,


qui récupéreront les effluents de toute la ville Nouvelle, de Fès Jdid, de l’ancienne Médina, des
quartiers Nord et d’une partie de Jnanate. Ces eaux subiront un prétraitement préalable à la
station Zenjfour (dessablage + dégrillage) ;
• D’autre part l’intercepteur «Jnanate - Aïn Nokbi », qui amènera les effluents issus des quartiers
de Aïn Nokbi et de la partie de Jnanate non collectée au droit de Zenjfour. Un degrilleur est
prévu à l’aval de ce collecteur, près de la centrale de l’ONE, avant que ses eaux ne se
mélangent avec celles turbinées, provenant du premier bassin versant.

Après le rassemblement de tous les effluents à l’aval de la centrale de l’ONE, ces derniers seront
acheminés jusqu’au pied du site des lagunes par un canal couvert, où une station de pompage les
refoulera en tête du dispositif de traitement. Cette station de pompage s’est avérée indispensable à partir
du moment où il a été décidé, à l’époque de l’établissement du Plan Directeur, que les eaux usées
aboutissant à Zenjfour seront utilisées par l’ONE pour produire de l’électricité.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 39


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

V.1.2 Données de base et niveau de traitement retenu

 Estimation de la charge polluante :

L’évaluation des charges polluantes actuelles et les projections en 2010 ont été établies dans le cadre du
Schéma Directeur d’Assainissement et validées par l’Avant Projet Sommaire.

Les projections nécessaires à la définition de la capacité de la station d’épuration ont tenu compte des
éléments suivants :

- D’un équivalent habitant à 45 g de DBO5/jour ;


- D’une stabilisation des flux de pollution grâce à la mise en œuvre de politique de dépollution
industrielle pour compenser la pollution engendrée par la croissance de l’activité ;
- D’une élimination des polluants toxiques (métaux lourds) produits par certaines industries
(traitement à la source et station de traitement spécifique) ;
- D’une réduction des rejets d’eaux parasites.

Les projections des charges polluantes sont présentées dans le tableau suivant :

Tableau 11 : Charges Polluantes retenues par l’achèvement du PDA


ECHEANCE 2000 2010
Population 921 000 1 168 000
DBO5 Kg/j domestique et industrielle 51 000 64 000
% de la pollution industrielle 38% 26%
Débit moyen eaux usées m3/jour 155 000 216 000
Concentration DBO5 mg/l 330 300

Par ailleurs, les variations saisonnières ont été évaluées en tenant compte :

- d’un coefficient de pointe saisonnier de la consommation en eau potable égal à 1,15 ;


- d’une variation du taux de restitution à l’égout : 80% en été, 90% en hiver ;
- d’un coefficient de pointe saisonnier des apports parasites estimé à 1,2 ;
- d’une variation de la pollution industrielle due au fonctionnement des brasseries, limonaderies.

Les variations prévisionnelles entre l’hiver et l’été sont les suivants :

Tableau 12 : Variations des débits et charges Polluantes entre l’hiver et l’été


ECHEANCE 2000 2010
Débit eaux usées hivernal m3/s 1,74 2,4
Débit eaux usées estival m3/s 1,83 2,7
Flux polluant hivernal kg DBO5/jour 51 000 64 000
Flux polluant estival kg DBO5/jour 52 000 65 000
Equivalent habitant (à 45g/hab/j) 1 160 000 1 450 000

 Niveaux de traitement et objectifs de qualité :

Après élimination des pollutions toxiques (métaux lourds) et de la pollution liée aux margines, il a été
retenu d’améliorer la situation en deux phases au regard de la situation actuelle et des usages de l’eau
dans la vallée de l’oued Sebou en aval de Fès.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 40


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Tableau 13 : Phasage du traitement des eaux selon l'objectif des utilisateurs

Objectifs Niveau de traitement


Préserver la qualité de l’eau au niveau Réduire de moitié la pollution
Phase 1 des prises ONEP situées en aval en organique immédiatement en aval de
redonnant une qualité dite bonne toute FES par un traitement biologique
l’année. primaire.
Permettre en aval de Fès une Eliminer 85% de la pollution
Phase 2 utilisation pour l’irrigation (qualité organique immédiatement en aval de
médiocre). FES par un traitement biologique
primaire et secondaire.

Le traitement primaire par lagunage anaérobie permettra d’atteindre le niveau de traitement visé avec les
rendements suivants :
Tableau 14 : Rendement saisonnier du traitement primaire par lagunage anaérobie
HIVER ETE
Rendement sur les MES > 50% > 50%
Rendement sur la DBO5 > 40% 50% - 60%
Rendement sur la DCO > 45% 50% - 60%

V.1.3 Site d’épuration retenu par l’étude d’achèvement du PDA

V.1.3.1 Situation et Superficie

Le site d’implantation de la station d’épuration a été retenu au cours de l’établissement du Schéma


Directeur et de l’Avant projet Sommaire. Il se situe au Nord-est de la ville, sur la rive droite du Sebou,
au-delà de la confluence avec l’oued Fès (voir figure 16).

Les terrains concernés comportent une partie haute d’environ 30 hectares qui est naturellement hors
d’eau même lors des crues exceptionnelles. Mais, il faut noter que ces derniers se situent à une altitude
qui exige un relevage des effluents.

Juxtaposée à ces terrains, une zone plus basse, inondable, a été réservée par l’APS pour les extensions
futures (traitement secondaire en deuxième phase à partir de 2010), d’une superficie d’environ 110 ha.

V.1.3.2 Caractéristiques topographiques et géotechniques

Le site est situé sur les basses terrasses de l’oued Sebou, qui s’étagent entre les nivaux 187 et 205 m
NGM, soit une dénivelée de 18 m.

Cette dénivelée entraînera des mouvements de terre volumineux et des hauteurs de digues de protection
de la station d’épuration relativement importantes.

En outre, les études géotechniques ont mis en évidence une élasticité assez élevée du sous-sol, ce qui
indique un sol médiocre et par conséquent des mesures de stabilité et de protection s’imposent.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 41


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Figure 17 : Localisation du site d'épuration Nord-est proposé par l'étude d'achèvement du PDA

Localisation du site d'épuration


Nord-est proposé par l'étude d'achèvement
du PDA (Etude de faisabilité technico-
économique Mission A2 - CID)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 42


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

V.1.3.3 Caractéristiques techniques de la station d’épuration

Bassins anaérobies

L’importance des superficies requises par les bassins et digues d’environ 110 ha, a nécessité une
réflexion très poussée pour optimiser l’implantation des ouvrages tant sur le plan génie civil
(terrassement) que sur le plan hydraulique.

Le site présente une pente Sud- nord assez importante variant de 4 à 8%. Cette caractéristique impose des
mouvements de terres conséquents et un aménagement en terrasses pour optimiser les déblais/remblais et
l’utilisation de la superficie disponible.

De plus, les quelques irrégularités locales de la pente et de la forme du site conduisent à la conception de
bassins de formes diverses.

Le nombre de bassins anaérobies retenu s’élève à 20, ce qui est également important à gérer en terme de
répartition des débits et charges.

Enfin, plusieurs obstacles ont été pris en compte dans l’implantation définitive des bassins en particulier :

- Les bassins versant nord : l’aménagement d’un fossé de drainage à l’amont et le long du site a
été prévu pour l’évacuation des eaux de ruissellement vers l’oued Sebou ;
- Les pieds de talus des digues aval : une protection par enrochements contre les crues de
l’oued Sebou a été prévue.
Cependant, aucune étude hydrologique n’a été effectuée pour confirmer les niveaux de protection.
La hauteur « hors tout » des digues, entre leurs crêtes et leurs pieds, côté bassin, est de l’ordre de 6,50 à
7,0 mètres.

Bassins aérés

La surface nécessaire pour l’implantation des bassins aérés s’élève à 70 ha. La puissance requise est 2100
Kw et le nombre de modules proposés s’élève à 10 unités.
Ainsi la superficie occupée par les bassins anaérobies et aérés s’élèvent à 100 ha hormis la surface
requise pour les aménagements divers.

Lits de séchages

La production annuelle des boues a été estimée à 10.000 m3, ce qui est énorme et demandera par
conséquent un poste d’exploitation important. La solution retenue pour le traitement des boues est
l’épandage naturel sur environ 3,5 ha.
Les boues séchées sont enlevées des lits de séchage et peuvent être stockées provisoirement sur une aire
prévue à cet effet. Celle-ci est composée de 6 casiers rectangulaires en béton armé juxtaposés chacun de
20 x 25 m2, délimités sur trois côtés par des murs de 3 m de hauteur, soit un volume utile de l’ordre de
1000 m3 par casier, compte tenu d’une revanche qui ne doit pas être inférieure à 0,50 m entre les boues
stockées et le haut du mur.

Protection du site contre les eaux pluviales

Le site de lagunage est dominé, de son côté Sud-est, par des bassins d’apport d’eau de ruissellement
constitués par les flancs des collines suivantes :
• forêt de Koudyat Aïn Jmal caractérisé par des dénivelées entre 100 et 200 mètres et regroupant
six bassins versants dont les eaux de ruissellement arrivent toutes sur la route de Taounate ;
• les collines de Koudyat La’Lama et de Koudyat Al Barwag caractérisée par des dénivelées de

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 43


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

l’ordre de 200 mètres et présentent une morphologie constituée par un grand bassin versant
drainé vers la route de Taounate par le talweg de Chaabat Al Hajjaj.

La pluie de projet a été déterminée à partir des courbes I-D-F établies dans le cadre du Plan Directeur
d’Assainissement. Le choix a été porté sur une pluie cinquantenale.

V.1.3.4 Ouvrages d’interception et d’amenée projetés par l’étude d’achèvement du PDA

Intercepteur amont

L’intercepteur amont (voir figure page suivante) est décomposé en 2 lots 18a et 18b, il totalise un linéaire
de 4,5 km de diamètre allant de Φ 1400 à Φ 2500 y compris les liaisons collecteur Ouest et collecteur
Nord à l’intercepteur ainsi que la conduite de délestage vers l’Ouest Zitoun.(cette solution proposée par
le PDA a été remplacée par la réalisation d’une station de relèvement et la conservation du collecteur
Nord existant dans la duré de vie est estimée à environ 15 ans)

Il prend naissance au Nord-ouest de la zone industrielle de Dokkarat et longe la voie située entre cette
dernière et l’Ouest Fès puis la voie ferrée et le Boulevard des Alaouites pour rejoindre l’intercepteur aval
déjà réalisé.

Le tableau 15 ci-après récapitule les caractéristiques et les coûts des différents tronçons formant cet
intercepteur.
Tableau 15 : Caractéristiques et coût des intercepteurs (Achèvement PDA)

Désignation Linéaire Diamètre Coûts


(m) (MDH)
• Lot 18 a
- Tronçon 1 894 φ1000/φ1400/φ1800 30
- Tronçon 2 1 923 φ1800 70
• Lot 18 b 1 670 φ1800/φ2000/φ2500 100
• Total intercepteur amont 4 487 200

Canal d’amenée et station de relevage

Le canal d’amenée (voir figure page suivante) permet d’acheminer les eaux usées de la ville de Fès
depuis la station ONE jusqu’à la station de relevage qui refoule les eaux vers la future station
d’épuration. Il est composé d’un dalot rectangulaire sur 2,1 Km puis d’un pont canal pour la traversée de
l’oued Sebou sur 700 m environ. L’intercepteur aval est déjà réalisé.

Le tableau 16 ci-après récapitule des caractéristiques et le coût des différents ouvrages formant le canal
d’amenée et la station de relevage.
Tableau 16 : Caractéristiques et coût des ouvrages d’amenée (Achèvement PDA)

Désignation Linéaire Dimensions Coûts


(m) (mxm) (MDH)
• Canal d’amenée
- Tronçon 1 1 717 1,7 x 1,7 16
- Tronçon 2 400 1,7 x 1,7 4
• Pont Canal 663 2x2 13
• Station de relevage - - 22
• Total intercepteur amont - - 55

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 44


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Figure 18 : Tracé des intercepteurs et ouvrages d’amenée retenus par l’étude d’Achèvement du Plan Directeur

Source : Etude de faisabilité technico-économique – Mission A2 - CID – novembre 2003

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 45


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

V.1.4 Solution envisagée par l’étude de faisabilité

V.1.4.1 Principales orientations

Par rapport à la taille de la future station d’épuration de la ville de Fès, les sites pour les procédés
extensifs ou semi-extensifs (mixtes) ne sont plus disponibles même à l’extérieur du périmètre
d’aménagement. Face à cette réalité, il devient nécessaire d’orienter la recherche des sites d’épuration
pour des systèmes compacts, voire même de réfléchir sur l’éclatement du traitement en plusieurs pôles
d’épuration pour :
• Rechercher des sites de petites surfaces à l’intérieur de la ville ;
• Eviter l’accumulation des débits et de la pollution le long d’un seul axe en traversant toute la
ville, ce qui conduira à des surcoûts de transfert, des délais d’exécution long, un phasage
difficile et un risque environnemental important ;
• Réalimenter l’oued Fès par les eaux usées épurées et concevoir des solutions rationnelles,
cohérentes et progressives de traitement des eaux usées en faisant profiter la ville de Fès de
cette ressource en eau non conventionnelle;
• Réduire le risque de gestion d’une station robuste unique (complexité, pannes électriques,
dysfonctionnement…) et faire profiter les choix futurs de l’expérience de la première phase.

N.B. : On considère que le traitement des effluents industriels et des margines est fait ou préalable.

V.1.4.2 Critères de choix - Sites potentiels d’épuration proposés

Les critères de choix de ces sites dans le contexte de Fès ont reposé sur :

Disponibilité de superficie suffisant ;


Eloignement par rapport aux habitations et aux zones d’activités ;
Facilité de transfert d’eaux usées brutes vers les sites ;
Economie significative en matière d’interception et de transferts d’eaux usées vers les sites à
identifier ;
Faisabilité technique (topographie, géotechnique, hydrogéologie,…), foncière et
environnementale des sites.

Plusieurs sites ont été proposés par l’étude de faisabilité technico-économique pour l’implantation des
ouvrages d’épuration tout en répondant aux objectifs du comité de suivi en matière d’épuration. Les sites
proposés sont montrés par la figure 13 et décrits dans le paragraphe II.3 :

Site A Ouest n°1 : La topographie de ce site étant plate avec une légère pente douce, orientée vers
l’oued Fès, avec une superficie disponible est importante, de l’ordre 20 ha, ce site permet de
répondre aux besoins requis par la station d’épuration (Boues Activées) d'environ 5 ha.
En outre l’organisation actuelle et programmée du réseau d’interception reste compatible avec le
choix du site et permet d’éviter la réalisation de l’intercepteur amont dont le coût s’élève à 200
MDH. Ce site peut drainer gravitairement jusqu’à 25% de la surface urbanisable de la ville.

Site Est n°2 : il se trouve juste à l’aval de la station hydro-électrique de l’ONE qui peut servir pour
l’alimentation électrique de la future station d’épuration et de constituer par ainsi un projet intégré
qui utilise les eaux usées brutes pour produire de l’électricité à la station d’épuration qui, à son
tour, restituera de l’eau épurée pour protéger l’oued Sebou et les utilisateurs à l’aval.
Outre cette possibilité d’intégration, le site est relativement plat avec une légère pente dirigée vers
l’oued Fès et dispose d'une surface d’environ 40 ha. Il se trouve à l’intérieur des terrains agricoles
et donc loin des habitations.
Le transfert des eaux usées vers ce site reste compatible avec les orientations du Plan Directeur et
les travaux déjà engagés et permet en plus d’épargner plus de 40 MDH.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 46


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Le choix de ces sites permet de définir les pôles d’épuration dont les limites de chaque pôle restent
tributaires des choix techniques et économiques en particulier en ce qui concerne la réalisation du
pompage pour augmenter les surfaces actives du pôle A (site Ouest n°1) et donc des débits à traiter. Il est
évident que ce pompage reste insignifiant par rapport à la complexité technique de l’épuration au niveau
du pôle A et également par rapport à la volonté de faire bénéficier la ville de Fès de cette usine de
production d’eaux traitées en restaurant les usages actuels dont les enjeux socio-économiques risquent
d’entraîner de graves conséquences (stipulation de l’étude de faisabilité) sur la ville si on met à sec
l’oued Fès.

V.1.4.3 Définition des pôles d’épuration

La définition des pôles d’épuration a été faite en corrélation avec les sites localisés et la configuration du
réseau d’assainissement existant et des intercepteurs en cours.

Ainsi, en écartant le site C, deux scénarios ont été envisagés :

• Epuration des eaux usées de la ville de Fès en deux pôles : Pôle A sur le site Ouest n°1 et pôle B
sur le site Est n°2 ;
• Epuration de la totalité des eaux usées de la ville de Fès sur le site B.

Le pôle A qui englobe la partie ouest de la ville est composé des cinq bassins versants suivants :

• Ferme expérimentale
• Ben Souda et zone ouest
• Oued Aïn Smen Amont
• Oued Aïn Chkef
• Zone industrielle de Dokkarart

Ce pôle drainera à l’horizon 2015 environ 25% de la pollution générée par la ville de Fès.

Le pôle B dans le cas de deux pôles d’épuration englobe les parties Centre, Nord et Est de la ville, il est
composé principalement de la Ville Nouvelle qui englobe les quartiers Montfleuri, Adarissa, Narjiss,
Bou-Roumana, Saada, Bader, hippodrome et quartier industriel de Sidi Brahim, et des quartiers Nord,
Fès Jdid, Bab Sifer, Médina, Jnanat, Sahrij Gnaoua, Aïn Nokbi et oued Boufekrane.

Ce pôle drainera en 2015 environ 75 % de la pollution générée par la ville de Fès.

Les débits et les charges polluantes relatifs aux différents scénarios sont récapitulés dans le tableau
suivant :
Tableau 17 : Débits et charges Polluantes des deux scénarios

Deux pôles DBO5 (T/jour) Débits (l/s) Equivalent


Domestique industrie Total Hiver Eté Habitant
Pôle A (Site Ouest) 13,5 6,6 20,1 986 841 335 000
Pôle B (site Est) 40,5 29,4 69,9 2 782 2 466 1 165 000
Total 54,0 36,0 90,0 1 500 000

V.1.4.4 Choix des filières et description des variantes

Les autorités souhaitent pour les grandes villes s’orienter vers des procédés compacts a priori de type
boues activées traditionnellement utilisés pour des agglomérations importantes. C’est pourquoi, l’étude

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 47


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

de faisabilité s'oriente vers l'analyse des procédés compacts. Le choix entre cultures libres (en aérobie –
Boues Activées) et cultures fixées (Lits Bactériens) repose sur plusieurs critères :

• Adaptation aux grandes agglomérations ;


• Adaptation aux effluents chargés ;
• Rendements sur la pollution carbonée ;
• Possibilité d’un traitement tertiaire au pôle A.

Compte tenu des spécificités de Fès, la solution Boues Activées apparaît mieux adaptée notamment en
raison :

• De l’importance des flux à traiter ;


• Des niveaux de traitement à respecter pour atteindre les objectifs de qualité des eaux
superficielles.

Deux systèmes sont couramment employés dans la famille des boues activées :

• Aération prolongée ou à faible charge ;


• Moyenne charge notamment pour les grandes agglomérations.

Compte tenu des niveaux de rejet imposés par les objectifs de qualité dans l’oued Fès et dans l’oued
Sebou et des tailles respectives de chaque pôle, les variantes suivantes ont été proposées et étudiées dans
l’étude de faisabilité :

Tableau 18 : Variantes d'épurations proposées par l'étude de faisabilité technico- économique

Variante 1 2 pôles d’épuration 4 sous- variantes suivant le procédé Boues Activées


A et B et la mise en place d’un traitement tertiaire au pôle
A:
Variante 11 Pôle A : faible charge
Pôle B : moyenne charge*
Variante 12 Pôle A : faible charge + traitement tertiaire
Pôle B : moyenne charge*
Variante 13 Pôle A : moyenne charge
Pôle B : moyenne charge*
Variante 14 Pôle A : moyenne charge + traitement tertiaire
Pôle B : moyenne charge*
Variante 2 1 pôle d’épuration B unique Pôle unique : moyenne charge

*Des campagnes de mesures devront être réalisées avant le lancement des appels d’offres afin de caractériser
précisément la fraction décantable et par conséquent l’opportunité d’un décanteur primaire au pôle B. Dans le
cas contraire, une boues activées faible charge pourrait être mieux appropriée.

V.1.4.5 Données de bases retenues pour le dimensionnement des variantes d’épuration – horizon 2015

Pour le calcul de la charge hydraulique de chaque pôle, l’étude de faisabilité a procédé au calcul des
débits résultants des eaux usées domestiques et industrielles en tenant compte de l’organisation du réseau
et des caractéristiques des déversoirs d’orage existants compte tenu qu’il s’agit d’un réseau unitaire.

Le tableau suivant donne les charges hydrauliques et les charges polluantes des eaux usées domestiques
et industrielles (en saison estivale et hivernale) pour chacun des deux pôles.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 48


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Tableau 19 : Données de dimensionnement des STEP – Horizon 2015


DONNEES DE BASE Pôle A Pôle B Pôle B unique
Charges Hydrauliques en m3/j
Débit moyen journalier EU domestiques 29 945 89 826 119 771
Débit moyen journalier EU industrielles 8 951 13 530 22 481
Débit moyen journalier EU 38 896 103 356 142 252
Débit de pointe en temps sec 72 662 213 062 282 442
Débit de pointe en temps de pluie 85 190 240 365 322 272
Charges Polluantes en Kg/j
DBO5 domestique 13 500 40 500 54 000
DBO5 industriel 6 600 29 400 36 000
DBO5 total 20 100 69 900 90 000
Equivalent Habitant (60) EH 335 000 1 165 000 1 500 000
DCO total 50 556 167 111 217 667
MES 21 572 64911 86483
NTK 3 900 14 489 18 388
Pt 1 300 4 830 6 129

Pour le pôle A, le déversoir d’orage projeté de la Z.I Dokkarat qui est assainie en unitaire sera
dimensionné pour 4 x Qmoyen de la même manière que le SDAL pour protéger l’Oued Fès amont en tant
que milieu récepteur traversant toute la ville.

Dans un souci d’optimisation de la station d’épuration compacte B projetée, le débit hivernal, pris en
compte est équivalent à 2 x Qmoy en réalisant un déversoir d’orage à l’entrée de la STEP.

V.1.4.6 Ouvrages d’interception et d’amenée projetés par l’étude de faisabilité

Amenée vers STEP pôle A

Pour l’interception des eaux usées vers le site de la future STEP du pôle A (Site Ouest) il faut réaliser le
tronçon 1 du lot 18a de l’intercepteur amont suivi d’un collecteur d’amenée en φ1000 pour la traversée
de l’oued Fès (sur 450 ml) puis d’un relevage à l’entrée de la station (Q = 1 m3/s et Hg = 13,5 m).

Amenée vers STEP pôle B (Variante 2 pôles)

Pour l’amenée des eaux usées vers le site de la future STEP du pôle B (Site Est) il faut réaliser le tronçon
1 du canal d’amenée suivi d’un collecteur en φ1400 sur 300 ml puis d’une station de relevage à l’entrée
de la station (Q = 2,9 m3/s et Hg = 5 m).

Amenée vers STEP pôle B (Variante pôle unique)

Pour l’amenée des eaux usées vers le site de la future STEP unique du pôle B (Site Est) il faut réaliser
l’intercepteur amont, le tronçon 1 du canal d’amenée suivi d’un collecteur en φ1600 sur 300 ml puis
d’une station de relevage à l’entrée de la station (Q = 3,8 m3/s et Hg = 5 m).

Les caractéristiques et les coûts des investissements des ouvrages d’amenée vers les deux pôles
d’épuration proposés sont récapitulés dans le tableau ci-après :

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 49


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Figure 19 : Tracé des intercepteurs et ouvrages d’amenée proposés par l’étude de faisabilité

Source : Etude de faisabilité technico-économique – Mission A2 - CID – novembre 2003

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 50


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Tableau 20 : Caractéristiques et coûts d’investissement des ouvrages d’amenée vers les deux pôles
d’épuration proposés
Variante 1 : 2 pôles A et B Variante 2 : pôle B unique
Désignation Linéaire Section Coûts Linéaire Section Coûts
(m) Φ ou mxm (MDH) (m) Φ ou mxm (MDH)
• Intercepteur amont - - - 4 487 φ1000 à
2500 200,0
• Tronçon 1 du lot 18 a 894 (A) φ1000 30
• Tronçon 1 du canal d’amenée 1 717 (B) 1,7x1,7 16 1 717 1,7x1,7 16
• Collecteur d’amenée 450 (A) φ1000 9,5
300 (B) φ1400 1,5 300 φ1600 1,9
• Station de relevage Q=1,0 m3/s Hg=13,5 m 3,0
Q=2,9 m3/s Hg=5,0 m 3,0 Q=3,8 m3/s Hg=5,0 m 4,0
Total y compris 10% 70,0 244,0
pour divers et Imprévus

V.1.4.7 Description des filières d’épuration proposées

L’étude de faisabilité nous présente les principaux critères permettant le dimensionnement des ouvrages
structurant afin de fournir les caractéristiques principales des ouvrages. Les notes de calculs et la
description détaillées des ouvrages seront présentées dans la phase APS.

 Boues Activées à faible charge – Aération prolongée (Pôle A : Variantes 11 et 12) :

On entend par aération prolongée les systèmes fonctionnant avec une biomasse libre à faible charge (<0,1
kgDBO5/kgMVS/j) sans décantation préalable. Ce système est en réalité un procédé à boues activées à
très faible charge. Il permet la stabilisation des boues bien minéralisées, sans séparation et durant de
longues périodes de séjour dans le bassin d’aération (de l’ordre d’une vingtaine de jours).

Le système d’aération prolongée se différencie du lagunage aéré par le fait que les boues séparées issues du
bassin d’activation sont, pour la plupart, recyclées en tête du même bassin. Cet artifice permet de travailler avec
des concentrations en boues importantes (4 à 5 g/l) d’où la puissance du procédé.

Les données de base retenues sont :

- La charge massique retenue : 0,1 Kg DBO5/Kg MES.j.


- La concentration des matières en suspension prévue dans les bassins : 3,5 Kg MVS/m3.
- La charge volumique : Cv < 0,35 Kg DBO5/ m3aéré/j.

L’aération prolongée classique peut se concevoir avec différents types d’aérateurs, allant même
jusqu’aux aérateurs à grande vitesse, sans réducteur.
Cette flexibilité est un atout qui peut être exploité pour le perfectionnement du procédé en vue de la
réduction de certains éléments tels que le phosphore (par précipitation).

Les longues périodes de séjour hydraulique provoquent une haute maturation des boues, ce qui garantie
la nitrification. De ce fait, dans le décanteur secondaire, il se produit souvent une dénitrification avec
formation correspondante de boues superficielles. Pour éviter ce phénomène, il y a lieu soit de diminuer
le temps de séjour dans les décanteurs, soit d’intégrer la dénitrification dans le système de traitement.
C'est dans la zone d’anoxie, que la dénitrification aura lieu.

Les différents ouvrages proposés par l’étude de faisabilité sont les suivants :

 Prétraitement : le prétraitement consiste à un dégrillage suivi d’un tamisage fin qui permet un
abattement de l’ordre de 15% de la pollution (le débit de dimensionnement pris en compte et le
débit de pointe en hiver).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 51


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

 Bassins d’Aération : 4 bassins rectangulaires (50x70 m2) équipés des aérateurs de surface (8
turbines par bassin / besoins en O2 horaire = 3.928 kg/h avec un temps maximum d’aération de 14
heures), et des agitateurs immergés (6 par bassin pour un temps de fonctionnement des brasseurs
de 10 heures). Le volume total est de 50.137 m3, la surface au miroir totale est de 14.325 m2 pour
une hauteur de l’ouvrage de 3,50 m.
La configuration retenue consiste à traiter l’azote par syncopage c'est-à-dire dans un bassin unique
où une alternance des phases aérobie et anoxie est assurée.
Durant les phases anoxies obtenues par l’arrêt des dispositifs d’aération, il est nécessaire d’assurer
un brassage à partir d’agitateurs immergés.
Une seconde solution consiste à traiter l’azote en créant une zone anoxie indépendante du bassin
d’aération. Celle-ci permet d’atteindre de meilleurs rendements mais ne semble pas être adaptée au
contexte. En effet, cette alternative impose des contraintes d’exploitation supplémentaires
(recirculation supplémentaire, volume total réacteur identique mais 2 bassins) ; de plus, dans notre
situation le traitement de l’azote est préventive.
 Ouvrage de dégazage : le rôle de cet ouvrage est de limiter l’apparition de flottants dans le
clarificateur. Il est équipé d’une gouttelette de récupération de mousse. Pour une vitesse
ascensionnelle maximale de 50 m/h, la surface totale est de 66 m2 pour une hauteur de 2,50 m ce
qui correspond à un volume total de 162 m3 (soit 4 unités circulaires d’un diamètre de 5 m
chacun).
 Clarificateur : Cet ouvrage permet la décantation de la boue, la recirculation des boues
(réensemencement) dans le bassin d’aération, l’extraction des boues en excès vers la filière de
traitement des boues, et l’évacuation des eaux épurées par surverse. Pour une vitesse
ascensionnelle maximale de 0,6 m/h (concentration en MES = 5 g/l dans le bassin d’aération et 11
g/l dans le clarificateur, taux de circulation de 100%), la surface totale est de 5.402 m2 pour une
hauteur de 3,50 m ce qui correspond à un volume total de 18.908 m3 (soit 4 bassins circulaires
d’un diamètre de 4,1 m chacun pour un temps de séjour de 12 heures). Le traitement du phosphore
n’est pas prévu ; par contre un traitement par injection de FeCl3 dans le bassin d’aération sans
modification de la structure de la filière eau. Ce traitement induit une production supplémentaire
de boues qui pourra nécessiter un réaménagement de la filière boues. La quantité des boues
produites au total sans phosphore est de 13.387 kg MS/j.
 Silo Epaississeur de Boues (type raclé) : le rôle de cet ouvrage est de concentrer les boues avant
déhydratation et de posséder une zone tampon. Le principe de dimensionnement repose, comme
pour le décanteur secondaire, sur la charge superficielle applicable. Cette charge superficielle est
prise égale à 20 Kg MS/m2.j.

La fonction de l’épaississeur est notamment de réduire le volume des boues et ainsi de diminuer la
charge appliquée au traitement suivant. Nous optons pour cette station pour un épaississeur raclé.

Le dimensionnement de cet ouvrage est récapitulé dans le tableau ci-après :


Tableau 21 : Dimensionnement de l'épaississeur

Désignation Unité Valeur


Charge spécifique à appliquer kgMS/m2.j 20
Concentration des boues - entrée épaississeur g/l 5,4
Concentration des boues - sortie épaississeur g/l 30
Surface totale au miroir m2 669
Hauteur de l’ouvrage m 3,50
Volume total épaississeur m3 2.343
Nombre de bassins u 2
Surface d’un bassin m2 335
Volume d’un bassin m3 1.171
Diamètre d’un bassin m 21
Volume boues à extraire m3/j 446
Temps de séjour des boues jours 5,3

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 52


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Les boues issues de l’épaississeur suffisamment stabilisées sont refoulées vers les installations de
traitement des boues.
 Déshydratation mécanique par filtres à bandes : Le rôle de cet ouvrage est de déshydrater les
boues (réduction des volumes) avant stockage et évacuation. La capacité de production du filtre à
bande prise en compte est de 120 kg MS/h.m de largeur de bande. La largeur utile de filtre à
bande est de 4 m, le temps de fonctionnement journalier est de l’ordre de 6 heures, et le nombre
de filtre est de 5 unités. La siccité des boues déshydratées est de 150 kg/m3 et le volume journalier
de boues déshydratées est évalué à 89 m3/j.
 Aire de stockage des boues déshydratées : Pour une durée de stockage de 3 mois, le volume
correspondant est de 8.032 m3, ce qui correspond à une superficie de 4.016 m2 pour une hauteur de
stockage de 2,0 m.
 Traitement Tertiaire : Dans la variante 12, l’étude de faisabilité propose la réalisation d’un
traitement tertiaire des eaux traitées rejetées par la station d’épuration A. Cette proposition est
basée sur l’objectif de faire abattre les charges bactériennes de rejet des eaux traitées dans un
milieu sensible, il s’agit de l’oued Fès amont qui traverse la Médina. L’étude de faisabilité ne
précise pas le type de traitement tertiaire préconisé.

L’emprise nette de la station d’épuration A, y compris l’aire de stockage, est d’environ 25.000 m2 (soit
une emprise brute d’environ 5 hectares.

 Boues Activées moyenne charge (Pôle A : Variantes 13 et 14 ; Pôle B : Variantes 1 et 2) :

On entend par boues activées à moyenne et à fortes charges (>0,2 kg DBO5/kgMVS/j), un système
incluant une unité de prétraitement, une décantation primaire, un bassin d’aération, un clarificateur et une
filière de traitement des boues.

Le procédé par boues activées consiste pratiquement à mélanger et à agiter les effluents bruts d’eau usée
avec des boues liquides, bactériologiquement très actives. Ces boues activées provoquent la
décomposition des matières organiques dissoutes ou colloïdales présentes dans les eaux usées. Elles sont,
par la suite, décantées dans un clarificateur (décanteur secondaire).
Afin de maintenir une biomasse suffisante, la boue nécessaire est recirculée du décanteur secondaire vers
le bassin d’aération. Les boues en excès sont évacuées vers le système de traitement des boues.
Normalement, la teneur en boues dans le bassin d’aération est maintenue entre 2 et 4 Kg MES/m3.

La stabilisation des boues peut être entreprise en milieu aérobie dans un bassin de stabilisation séparé ou
bien dans un digesteur de façon anaérobie, ce qui est, généralement, lié à un moindre besoin en énergie.
Ce procédé de boues activées à moyenne charge est adapté aux grandes villes. Il permet d’atteindre des
rendements en DBO5 de l’ordre de 90% et nécessite l’apport d’environ 1 kg d’oxygène par kg de DBO5
éliminé.

Les différents ouvrages proposés par l’étude de faisabilité sont les suivants :

 Prétraitement : Le prétraitement consiste à un dégrillage qui permet de retenir les matières solides de
grosses tailles. Ce dernier est moins poussé que pour la filière boues activées faible charge car un
traitement primaire est prévu avant les bassins d’aération.
 Traitement Primaire par décanteur : permettre une rétention des MES (50%) et un abattement de la
DBO5 de 30%. Les critères de dimensionnement pour les différentes variantes étudiées sont les
suivantes :

 Charge superficielle maximale par temps sec = 1,80 m/h


 Charge superficielle maximale par temps de pluie = 2,20 m/h
 Temps de séjours minimale = 30 minutes

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 53


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Les caractéristiques géométriques de cet ouvrage pour les différentes variantes sont récapitulées
dans le tableau ci-après :
Tableau 22 : Dimensionnement Décanteur Primaire

Désignation Unité Pôle A Pôle B Pôle B Unique


Caractéristiques géométriques
Surface au miroir totale m2 1.682 4.858 6.470
Hauteur utile de l’ouvrage m 3,00 3,00 3,00
Volume utile m3 5.045 14.575 19.410
Nombre de bassins u 2 3 4
Surface d’un bassin m2 841 1.619 1.619
Volume d’un bassin m3 1.682 4.858 6.470
Diamètre d’un bassin m 33 45 45
Vérification paramètres de Fonctionnement
Temps de séjour moyen h 3,1 3,3 3,2
Temps de séjour (pointe temps sec) h 1,7 1,7 1,7
Temps de séjour (pointe temps de pluie) h 1,4 1,4 1,4
Rendement d’épuration
Abattement DBO5 % 30 30 30
Abattement DCO % 30 30 30
Abattement MES % 50 50 50
Charge résiduelle en DBO5 Kg/j 13.648 50.711 64.360
Charge résiduelle en DCO Kg/j 35.389 116.978 152.367
Charge résiduelle en MES Kg/j 10.786 32.456 43.242

L’objectif n’est pas de traiter l’azote mais le fonctionnement en moyenne charge du bassin
d’aération est soumis à une nitrification lorsque la température des effluents est supérieure à 20°C.
Afin d’éviter le déclenchement de dénitrification non contrôlé (dégagement d’azote gazeux) très
nuisible notamment si elle a lieu dans le clarificateur (remontée de boues), il est nécessaire de
calculer les apports en oxygène en intégrant les besoins pour la nitrification.
Ainsi, au dessus de 20°C, la nitrification et la dénitrification auront lieu dans le bassin d’aération
(traitement par syncopage).

 Bassins d’Aération : Le bassin d’aération constitue le cœur même du procédé, dans lequel s’effectue
le métabolisme bactérien à l’origine du phénomène aboutissant à l’épuration. Il convient donc
d’accorder une attention particulière au dimensionnement de cette étape. Les critères de
dimensionnement pour les différentes variantes étudiées sont les suivants :

 Charge massique Cm = 0,40 Kg DBO/Kg MVS/j


 Concentration des MVS dans le bassin = 2,50 Kg MVS/m3
 Charge volumique Cv < 1 Kg DBO5/m3 aéré/j

Les caractéristiques géométriques de cet ouvrage pour les différentes variantes sont récapitulées
dans le tableau ci-après :

Tableau 23 : Dimensionnement Bassin d’Aération


SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 54
C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Désignation Unité Pôle A Pôle B Pôle B Unique


Caractéristiques géométriques
Volume total m3 13.648 50.711 64.360
Hauteur de l’ouvrage m 3,50 3,50 3,50
Surface au miroir totale m2 3.900 14.489 18.388
Nombre de bassins u 2 4 6
Volume d’un bassin m3 6.824 12.678 10.727
Surface au miroir d’un bassin m2 1.950 3.622 3.065
Largeur d’un bassin m 40 60 60
Longueur d’un bassin m 49 60 51
Cas d’un bassin circulaire :
Diamètre d’un bassin m 50 68 62
Volume d’un bassin m3 6.824 12.678 10.727
Surface d’un bassin m2 1.950 3.622 3.065
Vérification paramètres de Fonctionnement
Temps de séjour moyen h 8,4 11,5 10,6
Temps de séjour (pointe temps sec) h 4,5 5,8 5,5
Temps de séjour (pointe temps de pluie) h 3,8 5,0 4,7
Age des Boues j 3,8 3,7 3,7
Rendement d’épuration
Abattement DBO5 % 85 85 85
Abattement DCO % 85 85 85
Abattement MES % 85 85 85
Charge résiduelle en DBO5 Kg/j 2.047 7.607 9.654
Charge résiduelle en DCO Kg/j 5.308 17.547 22.855
Charge résiduelle en MES Kg/j 1.618

 Décanteur Secondaire ou Clarificateur : Cet ouvrage permet la décantation de la boue, la


recirculation des boues (réensemencement) dans le bassin d’aération, l’extraction vers boues en
excès vers la filière de traitement des boues, et l’évacuation des eaux épurées par surverse. Le critère
de dimensionnement pour les différentes variantes étudiées est le suivant :

 Vitesse ascensionnelle = 1,0 m/h

Le calcul de recirculation et les caractéristiques géométriques de cet ouvrage pour les différentes
variantes sont récapitulées dans le tableau ci-après :

Tableau 24 : Dimensionnement Décanteur Secondaire (Clarificateur)

Désignation Unité Pôle A Pôle B Pôle B Unique


Recirculation
Concentration en MES Bassin d’Aération g/l 4,72 4,72 4,72
Concentration en MES Clarificateur g/l 9 9 9
Taux de recirculation % Qmj 100% 100% 100%
Vérification paramètres de Fonctionnement
Temps de séjour moyen h 3,0 3,0 3,0
Caractéristiques géométriques
Surface totale m2 3.241 8.850 12.092
Hauteur souhaitée m 3 3 3
Volume total m3 9.724 26.551 36.275
Nombre de bassins u 2 4 6
Diamètre d’un bassin m 45 53 51
Surface d’un bassin m2 1.950 3.622 3.065
Volume d’un bassin m3 4.862 6.638 6.046
Le traitement du phosphore n’est pas prévu ; par contre un traitement par injection de FeCl3 dans le
bassin d’aération sans modification de la structure de la filière eau. Ce traitement induit une
production supplémentaire de boues qui pourra nécessiter un réaménagement de la filière boues. Les

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 55


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

quantité des boues produites totales (boues produites dans le décanteur primaire et boues produites
dans le bassins d’aération) sans phosphore sont respectivement 20.067 kg MS/j (pôle A), 66.939 kg
MS/j (pôle B, cas des dux pôles) et 87.006 kg MS/j (pôle B unique).
 Silo Epaississeur de Boues (type raclé) : le rôle de cet ouvrage est de concentrer les boues avant la
digestion afin de réduire le volume de digesteur. Les boues issues des décanteurs primaires et
secondaires sont généralement épaissies par un épaississeur gravitaire pour les boues primaires, par
flottation pour les boues biologiques. Les critères de dimensionnement d’un épaississeur gravitaire
(boues primaires) et d’aérofloteur (boues secondaires) pour les différentes variantes étudiées sont les
suivants :
o Epaississeur gravitaire ;
 Charge spécifique à appliquer de 80 Kg MS/m2.j
 Siccité des boues en sortie de l’ordre de 8%

o Aérofloteur ;
 Charge spécifique à appliquer de 80 Kg MS/m2.j
 Siccité des boues en sortie de l’ordre de 4%

Les caractéristiques géométriques pour les différentes variantes sont récapitulées dans le tableau ci-après:

Tableau 25 : Dimensionnement Epaississeur-Aérofloteur

Désignation Unité Pôle A Pôle B Pôle B Unique


Epaississement Gravitaire des Boues Primaires
Volume journalier de boues m3/j 251 837 1.088
Caractéristiques géométriques
Surface au miroir totale m2 135 406 541
Hauteur de l’ouvrage m 3,0 3,0 3,0
Volume total m3 404 1.217 1.622
Nombre de bassins u 1 1 1
Diamètre d’un bassin m 13 23 26
Volume d’un bassin m3 404 1.217 1.622
Surface d’un bassin m2 135 406 541
Aéroflottation des Boues Biologiques
Volume journalier de boues m3/j 232 862 1.094
Caractéristiques géométriques
Surface au miroir totale m2 116 431 547
Hauteur de l’ouvrage m 3,0 3,0 3,0
Volume total m3 348 1.293 1.641
Nombre de bassin u 1 1 1
Diamètre d’un bassin m 12 23 26
Volume d’un bassin m3 348 1.293 1.641
Surface d’un bassin m2 116 431 547
 Stockage des Mélangeurs des boues digérées et conditionnement chimique des boues : digesteur
anaérobie des boues mixtes (primaires et biologiques). Le rôle de ce digesteur est de réduire la
quantité des boues produites et notamment de la part fermentescible grâce à la transformation de la
matière organique en énergie (biogaz) par des bactéries en l’absence d’oxygène. Le conditionnement
chimique a pour rôle de favoriser la formation de floc et ainsi la déshydratation. Les critères de
dimensionnement sont les suivants :
o Digesteur anaérobie ;
 Digestion mésophile (c'est-à-dire à une température de l’ordre de 35 à 37°C) dans un
réacteur
 Charge spécifique en matière organique 1,2 Kg MVS/m3.j

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 56


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

 Temps de rétention hydraulique entre 20 et 30 jours


 Abattement de l’ordre de 50% sur le MS
o Conditionnement chimique des boues ;
 Consommation en polymères de 7 kg/T MS

Les caractéristiques géométriques pour les différentes variantes sont récapitulées dans le tableau ci-
après :
Tableau 26 : Dimensionnement Stockeur Mélangeur des Boues Digérées

Désignation Unité Pôle A Pôle B Pôle B Unique


Autonomie j 2 2 2
Caractéristiques géométriques
Volume total m3 803 2.768 3.480
Hauteur m 3,0 3,0 3,0
Surface au miroir totale m2 268 893 1.160
Nombre de digesteurs u 2 2 2
Diamètre d’un bassin m 13 24 27
Volume d’un bassin m3 401 1.339 1.740
Surface d’un bassin m2 134 446 580
 Déshydratation mécanique par filtres à bandes : Le rôle de cet ouvrage est de déshydrater les boues
(réduction des volumes) avant stockage et évacuation. La capacité de production du filtre à bande
prise en compte est de 120 kg MS/h.m de largeur de bande.

Les caractéristiques géométriques pour les différentes variantes sont récapitulées dans le tableau ci-
après :
Tableau 27 : Dimensionnement Déshydrateur Mécanique par filtre à bande

Désignation Unité Pôle A Pôle B Pôle B Unique


Consommation en polymères Kg/T MS 5,50 5,50 5,50
Consommation journalière en floculant Kg/j 11 37 48
Capacité production du filtre bande S/h.m 250 250 250
Largeur utile de filtre à bande retenue m 4 4 4
Temps de fonctionnement journalier h 6 6 6
Nombre de filtres u 3 11 15
Siccité des boues déshydratées Kg/ m3 200 200 200
Volume journalier des boues déshydratées m3 50 167 218
 Aire de stockage des boues déshydratées : Pour une durée de stockage de 3 mois et une hauteur de
stockage de 2,0 m, les volumes et les surfaces des aires de stockage sont les suivants :
o Volumes et surfaces de l’aire de stockage ;
 Pôle A : V = 4.515 m3 et S = 2.258 m2
 Pôle B (V1) : V = 15.061 m3 et S = 7.531 m2
 Pôle B unique : V = 19.576 m3 et S = 9.788 m2
 Traitement Tertiaire : Dans la variante 14, l’étude de faisabilité propose la réalisation d’un
traitement tertiaire des eaux traitées rejetées par la station d’épuration A. Cette proposition est basée
sur l’objectif de faire abattre les charges bactériennes de rejet des eaux traitées dans un milieu
sensible, il s’agit de l’oued Fès amont qui traverse la Médina. L’étude de faisabilité ne précise pas le
type de traitement tertiaire préconisé.
Les emprises nettes et brutes des stations d’épuration proposées, y compris l’aire de stockage, sont
les suivantes :
o Emprises nettes et brutes des différentes stations d’épuration étudiées ;
 Pôle A : Snet = 12.724 m2 et Sbrut = 2,5 ha

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 57


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

 Pôle B (V1) : Snet = 38.965 m2 et Sbrut = 7,9 ha


 Pôle B unique : Snet = 50.618 m2 et Sbrut = 10,1 ha

V.1.4.8 Réseau de transfert des eaux épurées

L’étude de factibilité ne présente pas le réseau de transfert des eaux épurées nécessaire pour les
différentes variantes. Normalement le rejet des eaux épurées du pôle A se fera directement dans le lit de
l’Oued Fès et le rejet des eaux épurées du pôle B (variantes 1 & 2) sera effectué dans l’oued Sebou à
l’aval de la confluence de l’oued Fès et Sebou

V.1.4.9 Gestion des eaux épurées et des boues produites

La station d’épuration de la ville de Fès permettra de produire journalièrement un volume moyen d’eaux
usées épurées d’environ 140.000 m3 et une quantité de boues de 45 Tonnes MS. Ce potentiel réutilisable
assez important présente une qualité répondant aux normes en vigueur pour une irrigation restrictive.

D’ailleurs la station a été conçue pour favoriser la réutilisation restrictive en réduisant à l’amont les
concentrations en métaux lourds qui constituent généralement un handicap pour la réutilisation de part
leur effet toxique. Il est donc impensable de mettre en décharge ces volumes alors qu’ils présentaient un
intérêt pour l’agriculteur, notamment que les terrains agricoles qui bordent la ville et l’oued Sebou.

Ce potentiel permet d’irriguer environ 1000 à 1500 ha et l’utilisation des boues traitées permet de couvrir
une superficie d’environ 700 à 1000 ha en fonction de la nature du sol, du type de cultures et enfin des
besoins en nutriment.

Les terrains agricoles relevant de la Direction Provinciale de l’Agriculture (DPA) couvrent environ
147.000 ha dont 10.200 ha irrigué et 136.700 en bour. D’où l’importance des superficies agricoles
disponibles dans la région de Fès.

Les cultures pratiquées sont très diversifiées dont les plus importantes sont les céréales, l’arboriculture et
les cultures légumineuses.

L’arboriculture et les céréales occupent 80% des terrains agricoles de la DPA. Les cultures exigeant un
contrôle rigoureux en terme sanitaire (pour éviter les risques sur la santé publique) ne représentent que
20% des superficies totales. Déjà on peut penser à favoriser l’épandage des boues sur 80% des terrains
agricoles pour éviter à la limite l’épandage sur les terrains concernant les cultures légumineuses
alimentaires.

En outre les terrains agricoles de la DPA se caractérisent par une gamme très diversifiée (Tirs : 73% de la
surface totale, Hamri : 15%, R’mel : 70%, Dels : 5%). Les deux premiers sols se caractérisent par une
perméabilité faible permettant ainsi de favoriser l’épandage des boues en réduisant les infiltrations
d’azote et de phosphore vers la nappe.

A cela, il faut ajouter que la réutilisation présente plusieurs avantages écologiques dont les plus
pertinents sont la préservation ou l’utilisation plus rationnelle des ressources en eau douce et la réduction
des besoins en engrais artificiels d’où parallèlement les réductions en dépense d’énergie et de pollution
industrielle.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 58


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

VI. EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DU PROJET D’EPURATION

VI.1 - Analyse et discussion des différentes composantes du projet d'épuration

Avant d'évaluer les impacts potentiels sur l'environnement qu'occasionneraient les différentes étapes de la
réalisation de(s) la station(s) d'épuration de Fès, Il nous parait fondamental de discuter en premier lieu :

• Le choix des sites d'implantation de la station d'épuration ;


• L'infrastructure d'assainissement liée à la collecte des eaux usées vers la(es) station(s) d'épuration
(intercepteurs amont et conduite d'amenée) ;
• L'infrastructure d'assainissement liée au transfert des eaux épurées vers les points de rejet ;
• Le choix des pôles d'épuration ;
• Le choix du procédé d'épuration.

VI.2 - Discussion du choix des sites d'implantation de la station d'épuration

Les sites soumis à cette discussion sont ceux retenus par l'étude de faisabilité technico-économique, à
savoir : les sites A et B. Le site C central proposé par l’étude de faisabilité a été écarté d’un commun
accord avec la RADEEF et le Bailleurs de fonds. De même, le site au Nord-est de la ville proposé par le
Schéma Directeur d’Assainissement de la ville de Fès a été écarté d’une part en conformité avec les
orientations du Comité de Suivi (voir § IV.1.4.1) et d’autre part à cause de l’indisponibilité de terrains
suffisants pour le lagunage.

VI.2.1 Site A : Ouest n°1

Nous rappelons les principales particularités de ce site.

a) Au plan environnemental et milieu naturel :

La zone de Dokkarat pouvant accueillir l'implantation de la station d'épuration (boue activée à faible ou
moyenne charge), se situe sur les rives de l'oued Fès. En effet, sur la rive gauche on dispose d'un terrain
communal, nu et vaste. Ce terrain correspond à une zone inondable en liaison avec le lit majeur de l’oued
Fès. Cette zone est également caractérisée par la présence d’une Marja (zone humide). En ce qui
concerne le sous-sol, le site renferme une nappe phréatique presque affleurante (voir figure 4). Du point
de vue écologique, ce site ne présente aucune particularité en terme de présence d’espèces végétales ou
animales pouvant être qualifiées de rare ou menacée. La seule végétation existante correspond à une
végétation herbacée des plus communes et à quelques eucalyptus.

b) Au plan occupation du sol :

Les terrains sur la rive gauche de l’oued Fès sont des terrains communaux à vocation touristique où il est
projeté la création du parc urbain oued Fès (voir § II.2.2 b et § II.3.1).

Les terrains de la rive droite sont des terrains privés appartenant à plusieurs propriétaires dont en
particulier : la cimenterie et l’ONCF.

Discussion :

D’après ce qui précède, il est clair de constater que ce site présente plusieurs contraintes
pour accueillir une station d’épuration, et ce pour les raisons suivantes :

Compatibilité avec le milieu naturel :

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 59


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

• Sur le plan milieu naturel ce site pose un problème sérieux de risque d’inondation, même
occasionnel, par débordement de l’oued dont le régime est aussi irrégulier autant que le
régime climatique de la région où les extrêmes (sécheresse prolongée et inondation
exceptionnelle) s’observent régulièrement ;
• De même, la présence d’une nappe phréatique proche de la surface est aussi une contrainte
à double sens. En effet, la première contrainte est d'ordre génie civil puisque les fondations
de la construction (ouvrages de la station) seront affectées et déstabilisées par la fluctuation
de la piézométrie de la zone non saturée. Concernant la deuxième contrainte, il s'agit de la
contamination que les rejets de la station engendreraient à la nappe;
• Les rejets des eaux épurées de la station dans l'oued Fès en tant que milieu récepteur
sensible (Domaine public hydraulique), pose les problèmes suivants :
- La qualité des eaux traitées ne dépassera pas, dans le meilleur des cas, la classe 3.
Cette classe de qualité est définie par un certain nombre de paramètres dont l'étude de
faisabilité ne considère que seulement deux à savoir : la DBO5 et la DCO. Or, en ce
qui concerne les autres paramètres aucune indication n'est donnée. A titre d'exemple,
nous donnons dans le tableau ci-dessous quelques paramètres caractérisant la classe 3,
en comparaison avec la norme marocaine de rejet direct (en projet) et la norme
tunisienne (voir annexes) en vigueur limitant la qualité des eaux rejetées dans le
Domaine Public Hydraulique (DPH). Il en découle de cette comparaison, que même si
les rejets traités de la station respectent la norme marocaine (en projet) pour les
paramètres DBO5 et DCO, il n'en est pas de même pour le pH, la MES et la
température dont les valeurs peuvent dépasser les limites inférieures et supérieures
pour le pH et la limite supérieure pour la MES et la température. En d'autres termes,
en se référant à ce qui précède, si l'eau épurée par la station serait de classe 3, elle ne
serait pas conforme aux normes de rejet dans le domaine public hydraulique étant
donné que seuls les deux paramètres DBO5 (25,1 mg/l) est proche de la limite
supérieure et la DCO respecte les limites tolérées. Par ailleurs, on peut d'ors et déjà
signaler qu'une épuration donnant une eau conformément à la norme de rejets ci-
dessus mentionnée, serait acceptée par le milieu naturel.
Tableau 28 : Comparaison de la qualité des eaux de la classe 3 par rapport aux normes de
rejet dans le Domaine Public Hydraulique

Paramètres Caractéristique de Norme marocaine de Norme tunisienne de


la classe 3 rejet directe (en rejet directe dans le
projet) DPH (NT 106.02)
Temp. en (°C) 25 à 30 < 30 < 25
pH 5,5 à 9,5 6,5 à 8,5 6,5 à 8,5
DBO5 (mg/l) 10 à 25 100 30
DCO (mg/l) 40 à 80 500 90
MES (mg/l) 30 à 70 50 30
NO3 (mg/l) 50 à 100 - 50
Ptotal (mg/l) 0,5 à 2,5 10 0,05
- En plus des problèmes ci-dessus mentionnés, il est important de signaler que les
infrastructures hydrauliques installées sur l'oued Fès au niveau de l'entrée et à la sortie
de Fès Jdid passant par Jnane Sbil sont toutes défaillantes (voir photos de la figure ci-
après). En effet, ces équipements hydrauliques servaient autrefois à la gestion des
eaux de l'oued Fès, lorsque son écoulement était pérenne, pour différents usages
tels que ; l'irrigation des jnanates, l'approvisionnement des fontaines publiques et des
maisons de la Médina... Or, depuis la dégradation des eaux de l'oued Fès transformé

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 60


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

en oued égout, cet oued a perdu ces fonctionnalités historiques et ses équipements ont
été délaissés. En définitif, dans sont état actuel, l'oued Fès est dans l'incapacité de
gérer les eaux épurées qui y seraient éventuellement rejetées.
-

Figure 20 : Equipements hydrauliques défaillants de l'oued Fès à l'amont de Fès Jdid, entre Fès
Jdid et Jnane Sibil et à l'intérieur de Jnane Sbil
Compatibilité avec l’usage de l'eau de l'oued Fès et les objectifs de qualité :

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 61


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

• En dépit de la transformation du réseau hydrographique en réseau d'eaux usées à ciel


ouvert, la population riveraine continue à utiliser ses eaux pour différents usages tels que
l’artisanat (dinanderie ou la poterie), comme en témoignent les photos de la figure ci-
après, prises en juillet 2003. Cette figure montre que les usagers sont aussi bien à
l'intérieur de la Médina qu'à l'extérieur. Est-ce par nécessité, par ignorance ou par
indifférence, particulièrement pour les usagers à l'intérieur de la Médina, où les solutions
de rechanges ne manquent pas, comme l'eau de la RADEEF. Quoi qu'il en soit, le fait de
rejeter les eaux usées à peine conformes aux normes de rejet dans un cours d'eau et ne
pouvant être que restrictivement réutilisées, continuera à constituer une menace pour la
santé dont les conséquences ont été largement décrites au § II.2.3.

Figure 21 : Utilisation des eaux usées brutes du réseau traversant la Médina (O. Bou
Khrareb) par des artisans

• La réutilisation des eaux usées dans l'agriculture est très large, étant donné que dans les
environs de la ville de Fès au niveau de la basse vallée, environ 1.500 ha sont
annuellement irrigués par environ 20 Mm3 (Benchakroune et Bouchama 1991, in Khamar
M. 2002). Les photos de la figure ci-après montrent les pratiques culturales à partir des
prises d'eaux usées sur l'oued Fès. Or, si l'on admet que les eaux épurées seraient de
classe 3, ces eaux seraient toujours à usage restrictif pour une irrigation sélective
excluant les productions baignant dans l'eau et à consommation crue. Par ailleurs, ce type
de produits est largement cultivé sur ces surfaces irriguées tels que la menthe, les
carottes, les laitues…, en plus de l'abreuvement des animaux. Les menaces sur la santé
ainsi que la dégradation de la qualité des sols persistent. Les simulations de la qualité de
l'eau épurée basée sur la DBO5, entre le point de rejet dans l'oued Fès amont (au niveau
du Site A) et le site B, montrent l'effet de l'autoépuration ramenant la DBO5 d'environ 25
mg/l à 14 mg/l, mais rien n'est mentionné sur les autres paramètres, tels que les métaux
lourds et la pollution bactériennes. Quoi qu’il en soit l’étude de faisabilité montre que le
traitement des eaux au niveau du site A n’améliore pas le rendement de la STEP au site B
aval, et par conséquent il n’a aucune incidence sur les objectifs de la qualité des eaux
escomptés au niveau de l’oued Sebou.
Ces paramètres sont très important pour la réutilisation des eaux épurées aussi dans
l'irrigation et font l'objet de limites restrictives par différentes normes. Reste encore le
problème de prétraitement des eaux usées industrielles et l'élimination des margines dont
l'indétermination n'est que partiellement levée.

Les usages de l'eau à l'aval du site A constituent une contrainte sérieuse vis-à-vis du
niveau de traitement assurant une eau sans risque d'usage et aussi de stabilité de la
qualité à la sortie de la station. En effet, un dysfonctionnement ou débordement de la
station causerait de multiples problèmes aux usagers aval et aux produits qui en
dépendent.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 62


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Figure 22 : Utilisation des eaux usées brutes pour l'irrigation dans la basse vallée de l'oued Fès.

Compatibilité avec l'occupation du sol :

• Au plan foncier, l'implantation de la station sur la rive gauche de l'oued Fès ne poserait
aucun problème ; étant donné que le terrain est communal. Ceci n'est pas le cas de la rive
droite où les terrains sont privés et en cas de litige avec les propriétaires, un retard pourrait
être engendré pour la réalisation du projet.
• Au plan environnement urbain, on constate une incompatibilité, étant donné que l’on se
trouve en plein milieu urbain. Par ailleurs, la réalisation imminente du projet Parc Oued
Fès est incompatible avec la proximité d'une station d'épuration en raison des nuisances
multiples qui peuvent être occasionnées.
Avantages du site A

En dépit des arguments défavorables pour l'implantation d'une station d'épuration au niveau
du site A ci-dessus discutés, ce site présente quand même un certain nombre d'avantages qui
méritent d'être énumérés.

• Compatibilité avec le réseau d'assainissement projeté par l'achèvement du Schéma


Directeur. Le maintien des recommandations du schéma directeur d’assainissement,
assure la cohérence du système et n’engendre pas des coûts supplémentaires par rapport
aux prévisions ;

• Traitement séparatif sectoriel pour environ 335.000 EH correspondant à 25% de la charge


polluante globale de la ville de Fès à l'horizon 2015. Cette solution de traitement par
plusieurs pôles permet une souplesse et plus de sécurité en cas de dysfonctionnement dans
l’un des pôles. En effet, sauf en cas de dysfonctionnement total, au moins une partie des

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 63


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

eaux usées sera traitée. Par ailleurs, en cas de pôle unique, un dysfonctionnement
engendrerait l’arrêt total de l’épuration et un retour à l’état initial avant traitement ;

• Les eaux traitées rejetées au niveau de l’oued Fès par la future station d’épuration du pôle
A, seront sans doute de meilleure qualité par rapport à la situation actuelle. En effet,
actuellement à l’intérieure de Fès comme à l’extérieur, il y a une utilisation des eaux
usées brutes à partir de l’oued Fès pour diverses activités. D’après les informations
recueils auprès de la RADEEF un arrêt des eaux dans l’oued Fès même usées induirait des
problèmes sociaux considérables pouvant avoir des conséquences néfastes avec même un
risque de destruction des ouvrages d’assainissement par les utilisateurs indispensables
pour leurs activités ;

• L’implantation d’une station d’épuration au site A est compatible avec la station de


déchromatation et la zone industrielle de Dokkarat déjà existantes (même si à côté de
cette zone à activité industrielle sur la rive droite de l’oued Fès on dispose d’un terrain à
vocation touristique sur la rive gauche de l’oued Fès sur laquelle un parc urbain est
projeté) ;

• Avantage économique (selon l’étude de faisabilité – Mission A2 - CID) pour l'intercepteur


amont et ouvrage d'amené des eaux usées vers la (es) station (s) d'épuration. En effet, dans
le cas de l’implantation de plusieurs pôles d'épuration (sites A et B), l’intercepteur amont
ne sera pas réalisé que dans le cas d'un seul pôle B, où l'on profite en grande partie du
réseau hydrographique existant après épuration au niveau du pôle A (voir § V.1.4.6). En
réalité cet intercepteur amont a été abandonné et remplacé par une station de relèvement
dont l’objectif est de conserver le collecteur existant dont la durée de vie est estimée à
environ 15 ans.

VI.2.2 Site B : Est n°2

Les principales caractéristiques de ce site sont ci-dessous rappelées :

a) Au plan environnemental et milieu naturel :

Les terrains pouvant accueillir l'implantation d'une station d'épuration sont des terrains agricoles situés
sur la rive gauche de l'oued Fès, non loin de sa confluence avec l'oued Sebou (également sur la gauche de
ce dernier). Sur le plan écologique, ce site ne représente aucune caractéristique particulière (voir §
II.3.2). Le terrain est en légère pente vers l'oued Fès. Il faut noter, que selon le plan de situation du site,
fournie par l'étude de faisabilité, cette zone est située sur les alluvions des oueds de Sebou et de Fès,
présentant un risque d'inondation. En effet, le comportement méandriforme du lit de l'oued Sebou à cet
endroit (voir carte topographique), témoigne de la nature lithologique tendre du terrain sur les rives de
l'oued. De même, la carte topographique montre un très faible dénivelée entre les berges de l'oued et le
terrain en question. Ce n'est qu'en s'éloignant de l'oued que la topographie accuse une élévation. Par
ailleurs, vers le sud-ouest du site, on constate un ensemble de petits ravins dont l'écoulement est dirigé
vers ce site.

b) Au plan occupation du sol :

L'occupation actuelle de ce site est exclusivement agricole dominée par les cultures irriguées fourragères
et de légumineuses dans sa partie plate, d'environ 40 ha. Du point de vu foncier, ces terrains sont privés.

Discussion :
De même que le site A, le choix du site B mérite d'être discuté sur la base de ses
caractéristiques propres d'une part et de la nature du projet d'épuration que l'on compte

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 64


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

installé d'autre part. Le même type de raisonnement pour le site A sera ici
conduit, à savoir :
• La compatibilité avec le milieu naturel
• La compatibilité avec l'usage de l'eau et les objectifs de qualité de l'oued Sebou
• Compatibilité avec l'occupation du sol

Compatibilité avec le milieu naturel :

• Du point de vu topographique, le terrain potentiel pour l'implantation de la station


d'épuration présente des risques éventuels d'inondation pour les raisons ci-dessus évoquées
et qu'il faudrait vérifier par des levés topographiques précis. Cela dit, ce paramètre doit
obligatoirement être considéré, étant donné qu'il représente un critère de choix fondamental
et même éliminatoire pour l'implantation d'une station d'épuration.

• Du point de vue écologique, vu l'état actuel du cours d'eau, toute action d'amélioration de la
qualité des eaux ne peut être que positive. Malheureusement, nous n'avons pas trouvé des
informations sur l'hydrobiologie des oueds Fès et Sebou antérieures à la contamination de
leurs eaux. Ces situations antérieures auraient été prises comme situation de référence pour
mesurer l'impact réel de l'épuration des eaux de Fès sur les écosystèmes aquatiques. Par
ailleurs, la recolonisation des eaux par des poissons serait une indication incontestable de
l'amélioration de la qualité des eaux.

En tant que milieu naturel récepteur d'eaux usées traitées, les rejets reçus au niveau de l'oued
Sebou, doivent respecter les normes de relatives au DPH. Or, si l'on observe la qualité des eaux
à la sortie de la station B après épuration, on constate que cette qualité est à la limite de la
conformité aux normes de rejet dans le DPH, en raisonnant uniquement sur les paramètres
DBO5, DCO (respectivement 21,4 mg/l et 83,4 mg/l pour 2 pôles d'épuration et 24,3 mg/l et
91,1 mg/l pour un pôle unique. Voir § II-2). Ce cas de figure ne laisse aucune sécurité sur la
stabilité de la qualité à la sortie de la station.

La compatibilité avec l'usage de l'eau de et les objectifs de qualité de l'oued Sebou :

Les usages de l'eau de l'oued Sebou entre l'oued Fès et la prise de l'ONEP aval au niveau de
Mekènsa sont multiples. Cependant, on ne traitera dans ce qui suit, que les usages pour
l'agriculture et l'eau potable. Comme il a été mentionné dans le chapitre relatif à la description
de l'état initial, la qualité actuelle de l'eau dans ce tronçon du Sebou est très défavorable pour
les usages indiqués. Toutefois, toute action de dépollution aussi minime soit-elle, ne peut être
que bénéfique pour le milieu. Cela dit, si l'on traite objectivement les conséquences de
l'épuration des eaux sur l'oued Sebou un certain nombre d'anomalies peut être constaté.
Tout d'abord en ce qui concerne la définition des objectifs de qualité à atteindre. En effet, les
objectifs de la dépollution tels que définis dans l'étude de faisabilité, ne concernent que "la
dépollution de l'oued Sebou afin de permettre les usages à l'aval". Ces usages sont en ordre
de priorité :
1. la potabilisation au niveau des prises ONEP situées à 88 Km à l'aval : soit une
classe 1 B ;
2. l'utilisation pour l'irrigation immédiatement à l'aval malgré la qualité actuelle hors
classe, l'irrigation à l'aval est importante : soit une classe ;
3. objectif propre à Fès et défendu par le comité qui consiste à redonner à l’Oued Fès
qui traverse la ville une hydraulicité et une qualité acceptabilité.

La première anomalie constatée est relative à l'objectif de potabilité. En effet, cet objectif ne
sera, dans le meilleur des cas, atteint qu'après 88 Km à l'aval de la station d'épuration. Cela veut

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 65


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

dire que ce tronçon du Sebou restera pénalisé en terme de production d'eau potable et ne
permettra pas l'installation d'une nouvelle station ONEP à l'amont de la station Mekènsa.

La deuxième anomalie est relative à l'objectif de l'usage de l'eau pour l'irrigation


immédiatement à l'aval avec une eau de classe 3. Or, cet objectif est contradictoire avec
l'abreuvement des animaux nécessitant une eau de classe 2 (selon les objectifs de qualité en
fonction de l'usage de l'eau présenté dans l'étude de faisabilité tableau 5.3). Si l'on observe les
résultats de simulation de la qualité des eaux du Sebou on constate que la classe 2 ne sera
atteinte qu'après une distance d'environ 50 Km à l'aval du point de rejet. Le long de ce tronçon,
comme pour le reste de la vallée du Sebou, l'agriculture irriguée est intense et à laquelle
l’élevage des animaux est intimement lié. Comme le Sebou constitue la principale ressource en
eau pour les riverains, les problèmes sanitaires du secteur de l'élevage ne seront pas résolus.

La troisième anomalie concerne l'objectif propre à Fès de reconstitution de l'hydraulicité de


l'oued Fès avec une qualité d'eau acceptable. Cet objectif ne sera que partiellement atteint. En
effet, seule l'hydraulicité peut être reconstituée par les rejets permanents de la station du pôle A,
alors qu'en terme de qualité acceptable, il a été démontré plus haut que la qualité des eaux
rejetées par la station A (classe 3) n'est acceptable ni par le milieu récepteur (oued Fès) ni par
les usagers de l'eau de la ville de Fès. Seule une amélioration de la qualité des eaux sera atteinte
par rapport à la situation actuelle.

Compatibilité avec l'occupation du sol :

La seule contrainte est le statu foncier des terrains agricoles en tant que domaines privés qui
nécessite une expropriation selon les procédures en vigueur au Maroc.

Avantages du site B

L'implantation d'une station d'épuration au niveau du site B a les avantages suivants :

• être en dehors de la ville ;


• sur des terrains à usage agricole et a topographie douce ;
• sans caractéristiques écologiques particulières ;
• très proche du milieu récepteur (Oued Sebou) ;
• à accès facile.

VI.3 - Discussion du choix des infrastructures d'assainissement liées à la collecte des eaux usées

Cas de deux pôles d'épuration A et B :

L'étude de faisabilité a montré que la réalisation du pôle A est conforme à l'organisation


actuelle et programmée du réseau d'interception et reste compatible avec le choix du site et
permet d'épargner environ 200 millions de Dirhams nécessaires à la réalisation de l'intercepteur
amont (projeté par le SDAL). Or, avec la station de relevage récemment réalisée, cette option
d’intercepteur amont devient caduque. On ne peut plus parler d’avantage économique.

Cas d'un seul pôle d'épuration sur le site B :

Contrairement au stipulation de l’étude de faisabilité, il n’y a aucune différence de


l’infrastructure d’assainissement que l’on opte pour un seul pôle ou deux pôles d’épuration.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 66


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

VI.4 - Discussion du choix des infrastructures d'assainissement liées au transfert des eaux épurées
vers le point de rejet

L'étude de faisabilité ne donne aucune indication sur le réseau de transfert et les points de rejet des eaux
épurées. Par ailleurs, la proximité des STEP’s des milieux récepteurs (Oueds Fès et Sebou) ne nécessitent
pas des réseaux de transfert conséquents.

VI.5 - Discussion du choix des pôles et des procédés d'épuration

Dans n'importe quel cas de figure, en ce qui concerne le choix du nombre des pôles d'épuration, il a été
ci-dessus démontré que la qualité des eaux épurées atteinte par le niveau de traitement retenu par l'étude
de faisabilité (procédé de boue activée à faible et moyenne charge), reste insuffisant en ce qui concerne
les exigences du milieu récepteur (DPH) et aussi les exigences des usages de l'eau à l'aval, aussi bien
dans l'oued Fès que dans le Sebou.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 67


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

VII. IMPACTS POTENTIELS DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT

L’identification des conséquences d’un projet sur son environnement constitue l’étape clé de toute étude
d’impact. Ces conséquences, appelées plus couramment impacts, sont déduites de l’analyse par
superposition du contenu du projet, tant en phase de réalisation qu’en phase d’exploitation, et des
composantes des domaines ou milieux affectés.

Ce chapitre portera donc sur :

• L'identification des impacts prévisibles, directs et indirects, du projet sur les composantes de son
environnement, tant pour l’aspect humain que naturel ;
• L'évaluation de l’envergure ou de l’intensité de ces impacts, appréhendée tout aussi bien sur des
critères qualitatifs que quantitatifs.

Les domaines ou milieux affectés ont été scindés en deux groupes :


- Le milieu naturel.
- Le milieu humain et socio-économique qui regroupera tout aussi bien les questions de
perceptions, de sécurité, de qualité de vie, que les questions socio-économiques.

Cette démarche sera appliquée successivement aux sites A et B.

VII.1 - Analyse de l'impact sur l'environnement


VII.1.1 Impacts en phase chantier

La phase chantier est une étape transitoire limitée dans le temps et dans l’espace mais dont les impacts ne
doivent pas être négligés. Les nuisances qu’elle est susceptible d’engendrer ne sont pas toujours
provisoires et leurs effets peuvent persister après les travaux ou même ne se manifester
qu’ultérieurement.

Malgré le caractère temporaire des travaux comparativement à la durée de vie de l’ouvrage, les impacts
peuvent être importants :

- Les impacts peuvent présenter une forte rémanence, les effets n’étant pas toujours limités à la phase
des travaux (pollution de la nappe, destruction de biotope, etc.).
- Ils peuvent également entraîner de fortes dégradations à caractère quasi irréversible (atteinte aux
biocénoses, par exemple).
- Ils concernent une zone géographique plus importante que l’emprise directe de(s) la STEP(s)
(matériaux de carrière, circulation, etc.).
- La perception des désagréments peut se faire à de grandes distances (nuisances aux riverains, aux
usagers de la route, pollution, etc.).

Les impacts du chantier sur l’environnement naturel s’établissent en terme de nuisances occasionnées au
milieu environnant. Ils sont considérés comme impacts sur le milieu humain parce qu’ils sont
directement perceptibles par la population voisine du chantier.

Par sa situation en pleine zone urbaine, le site A présente des impacts sur l’environnement naturel des
nuisances potentielles du chantier non négligeables sur l’environnement humaine et socio-économique.

La situation du site B à l’écart de la zone urbaine nous a amené à focaliser l’analyse des impacts sur
l’environnement naturel pour ne traiter qu’en second lieu des nuisances potentielles du chantier sur
l’environnement humain et socio-économique.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 68


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

VII.1.1.1 Impacts potentiels du chantier sur l’environnement naturel

Le stockage de certains matériaux du chantier, tels que les ciments et les hydrocarbures servant au
fonctionnement des engins, peuvent constituer une source de pollution pour les sols et la nappe.

Entreposés dans des aires non aménagées (sans abri contre les eaux pluviales et le ruissellement ou sur
des sols non imperméabilisés), ces produits peuvent contaminer le sol et être entraînés en surface vers les
terres agricoles et en profondeur par infiltration, vers la nappe phréatique. De tels accidents
environnementaux sont liés au non-respect des règles de stockage des produits ainsi qu’à la mauvaise
gestion du chantier et de ses équipements.

Parmi les opérations pouvant engendrer la pollution du sol et de la nappe, on cite :

- la vidange non contrôlée des engins du chantier, hors des zones imperméabilisées et spécialement
aménagées à cette fin ;
- l’approvisionnement des engins en fuel dans des conditions ne permettant pas d’éviter ou de contenir
les fuites et déversements accidentels de ces hydrocarbures.

Dans le cas présent, il est peu probable de réaliser de telles opérations hors des stations-service, étant
donné la relative proximité de la ville. Les opérations de vidange et d’approvisionnement en
hydrocarbures sur place se limiteront donc aux engins lourds et peu mobiles.

VII.1.2 Impacts potentiels du chantier sur l’environnement humain

Dans ce paragraphe, nous commencerons par établir un inventaire de la population susceptible d’être
directement touchée par les travaux de construction de(s) la STEP(s). Par la suite, nous aborderons
successivement l’analyse des impacts potentiels de la phase chantier sur les perceptions humaines, sur la
sécurité humaine et sur la qualité de vie du citoyen et on termine par les impacts des travaux sur les
infrastructures existantes et les impacts socio-économiques.

VII.1.2.1 Impacts potentiels de la phase chantier sur les perceptions humaines


a) Impacts visuels et paysagers

Il est incontestable que tout chantier porte atteinte aux valeurs paysagères de son environnement, mais
ces atteintes varient largement en fonction de la zone d'implantation du projet.

L’existence du chantier dans de tels espaces va certainement transformer le paysage local par la présence
d’équipements lourds de chantier, de matériaux stockés et des clôtures en tôle qui entourent la zone des
travaux. Ceci est susceptible de générer des nuisances à l’environnement humain fréquentant la zone des
travaux. Toutefois, vu le caractère temporaire du chantier, son impact n'est pas aussi important surtout
moyennant une organisation du chantier.

b) Impacts par les émissions de gaz et de poussières

Les émissions atmosphériques (gaz et poussières) dépendent des distances à parcourir, de la vitesse des
engins, des caractéristiques et de l’état d’humidité des routes et sols parcourus.
Les émissions atmosphériques de gaz provenant des échappements des machines, engins et camions
utilisés par le chantier sont une forme de pollution qui va constituer une nuisance non négligeable pour
les personnes vivant ou travaillant dans le voisinage.
L’impact négatif, sur la qualité de l’air, est matérialisé par l’augmentation des gaz d’échappements
polluants et le dégagement de poussières. Bien que ces impacts représentent une nuisance pour les
riverains, ils ne sont pas très importants car ils sont temporaires et limités.
Ces impacts négatifs sont plus importants pour le site A vue sa proximité des zones urbaines.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 69


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

c) Impacts par le bruit et les vibrations

Pendant la phase des travaux, les bruits et vibrations proviennent essentiellement des engins de chantier
(pelles mécaniques, grues, rouleaux compresseurs, centrale à béton, etc.) et des camions et semi-
remorques chargés de transporter les matériaux. Ces impacts restent négligeables pour le site B étant
donné la distance qui sépare les premières habitations de la zone du projet, soit plus de 3 km. Ils sont non
négligeables dans le cas du site A, vu sa proximité des zones urbaines, environ 1,5 km.

d) Impacts des eaux usées, des ordures ménagères et des rebuts du chantier

En cas d'installation de camp de chantier, on sera alors confronté à un certain nombre de problèmes
environnementaux dont principalement celui de la gestion des eaux vanne.

Le rejet de ces eaux usées dans le milieu naturel génère de mauvaises odeurs, des conditions insalubres et
des problèmes de pollution de la nappe phréatique en particulier au niveau du site A. Même si de telles
nuisances seront très limitées en rapport avec le nombre de personnes présentes sur le chantier, des
mesures préventives sont nécessaires à prendre par l’entreprise.

D’autre part, les ordures ménagères en provenance de l’activité humaine sur le chantier ne doivent pas
poser de problèmes majeurs, du moment où elles sont mises à la portée des agents municipaux de collecte
des déchets de la ville ou collectées et acheminées directement par l’entreprise vers le dépotoir.

Quant aux rebuts du chantier, ils seront évacués au fur et à mesure de leur génération et le risque de leur
abandon sur place à la fin des travaux est écarté puisque la dernière étape du chantier est consacrée pour
le nettoyage des lieux et leur remise en état.

Les impacts de ces déchets sont donc sans aucune importance, à moins de ne pas respecter les règles
minimales de gestion du chantier ou de rejet anarchique des ordures.

VII.1.2.2 Impacts potentiels de la phase chantier sur la sécurité humaine

Un chantier mal organisé et où les mesures de sécurité ne sont pas respectées, constitue une menace à la
sécurité publique et à celle des ouvriers. Le respect des règles relatives à la limitation de l’accès du
public au chantier, à la circulation des véhicules à l’intérieur de celui-ci et au port de casques, gants et
chaussures de sécurité par les ouvriers, constitue l’élément de base que la direction du chantier est tenue
d’appliquer avec rigueur. Faute de quoi, la sécurité humaine est mise en danger.

VII.1.2.3 Impacts des travaux sur les infrastructures et les ouvrages existants

L’important trafic des camions de transport de matériaux et équipements susceptibles d’avoir lieu en
phase chantier ne peut qu’altérer plus rapidement les voies de circulation les plus sollicitées.

VII.1.2.4 Impacts socio-économiques de la phase chantier

Pratiquement, les seuls impacts positifs de la phase chantier sont socio-économiques : création d’emplois
directs et indirects, augmentation des échanges, absorption d’un certain nombre de chômeurs parmi la
population de Fès.

Une part relativement importante des travaux est généralement réalisée par des entreprises locales ou
régionales (terrassements, fournitures et amenée de matériaux, génie civil, voiries et réseaux divers, pose
des conduites).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 70


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

VII.2 - Impacts en phase exploitation

La phase exploitation d’un projet commence à la fin des travaux et à la mise en service des ouvrages
réalisés. Les impacts potentiels d’un tel projet en phase exploitation sont de différents types : occupation
du sol, modification du paysage, bruits et vibrations, odeurs et moustiques, pollution des milieux
récepteurs par les sous-produits de(s) la STEP(s) (EUT et boues d’épuration) ou par les eaux brutes
(Pannes ou fuites accidentelles), impacts socio-économiques relatifs à la valorisation des EUT, etc.

VII.2.1 Impacts relatifs à l’occupation du sol et au paysage

De par sa situation sur un terrain public (rive gauche oued Fès amont) ou un terrain privé (rive droite
oued Fès amont) en plein milieu urbain, la STEP site A ne devrait pas avoir d’impact paysager majeur,
malgré sa proximité de la route nationale de Méknès et la zone commerciale. En effet, la clôture de la
STEP est susceptible d’atténuer toute nuisance éventuelle aux perceptions visuelles. Dans tous les cas,
des mesures d’intégration du projet dans son site resteront recommandés. Cependant, cette station aurait
un impact psychologique indirect dans le cas de la réalisation de la zone touristique du Parc oued Fès.

La STEP site B se trouve dans un terrain agricole privé. Cette station ne devrait pas également avoir
d’impact paysager majeur, malgré sa proximité d’une résidence privée et de la route de Taounate. En
effet, la clôture de la STEP est susceptible d’atténuer toute nuisance éventuelle aux perceptions visuelles.
Dans tous les cas, des mesures d’intégration du projet dans son site resteront recommandés.

VII.2.2 Impacts relatifs aux odeurs, moustiques et bruits

La concentration des odeurs dans l’air ambiant dépend de l’état d’arrivée de l’effluent et de sa qualité
bactériologique et chimique, de l’état de fonctionnement de la station, et surtout des conditions
climatiques, principalement la température et le vent qui régissent la diffusion et la dispersion dans l’air.

Les odeurs sont provoquées essentiellement par les hydrogènes sulfurés (H2S), les composés azotés (tels
que l’ammoniac) et les refus du prétraitement.

Il s’avère que le fonctionnement des différents procédés de l’épuration pourrait être à l’origine
d’émanation d’odeurs et de diffusion d’aérosol. Cependant, les émanations d'odeurs dans le cas d'un
procédé boues activées (faible charge : aération prolongée ou moyenne charge) sont maîtrisables.

Quant aux refus du prétraitement physique, ils seront évacués une fois par semaine vers la décharge.

Quoi qu’il en soit, et malgré toutes les sophistications possibles des procédés, les odeurs persistent. C’est
pour cela que le choix du(s) site(s) a(ont) pris en compte cette nuisance, en plaçant la(s) station(s) le plus
loin possible, et en prenant soin de ne pas la(s) mettre sous le vent dominant vers la ville.

L’agitation des eaux dans les bassins de la station, empêchera la prolifération de moustiques. Par ailleurs,
les canaux de transfert à ciel ouvert permettent le développement de moustiques, en particulier les culex.

Les moteurs, pompes, surpresseurs et aérateurs sont généralement sources d’émissions sonores lors du
fonctionnement de(s) la station(s). Ils seront isolés dans des locaux ou sous des capots isolants,
permettant de rabattre le niveau sonore à des valeurs admissibles.

VII.2.3 Impacts relatifs à la gestion des EUT

Les impacts relatifs à la gestion des EUT ne peuvent être considérés comme nuisances (impacts négatifs
de moyenne ou d’importante amplitude), que si la qualité des EUT est médiocre comparativement aux
normes (projet de norme Maroc, ou Nomes Tunisiennes : NT106.03 et NT106.02 ; voir annexes),

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 71


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

respectives à l’utilisation des eaux usées traitées à des fins agricoles et aux rejets d’effluents dans le
milieu hydrique (Le domaine public hydraulique dans le cas présent).

L’extension du secteur irrigué (4 & 5 : Moyen Sebou et Inaoune aval) est tributaire de la dépollution des
eaux de Sebou à travers la STEP site B de Fès. Une fois les eaux épurées, une étude détaillée de leur
réutilisation est nécessaire.

VII.2.3.1 Impacts relatifs au rejet des EUT dans le milieu récepteur

Dans les zones de rejet, la pollution peut se traduire par une eutrophisation, une contamination
bactérienne des eaux et un enrichissement des sédiments en matières organiques et en substances nocives
(micropolluants métalliques).

Une fois conforme aux normes de rejet dans le milieu naturel hydraulique, ces eaux n'auront plus d'effet
dégradant sur la qualité des ressources en eaux souterraines.

En cas de mauvais fonctionnement de la STEP, et donc de rejet non conformes, deux situations sont
prévisibles :

1. En période estivale : la stagnation des eaux rejetées dans le milieu récepteur entraînera des
nuisances olfactives, eutrophisation des eaux et prolifération de moustiques. En tous les cas,
malgré ce risque, les conditions seront de loin meilleures que l'état actuel sans épuration.
2. En période hivernale : la présence d’eau au niveau de l’oued aura l’avantage de mélanger
rapidement les eaux de rejet. La pollution que pourraient engendrer ces eaux à moitié
épurées dans le milieu naturel n’est pas très importante vu le pouvoir de dilution et l'auto-
épuration du sol au niveau de l’oued.

VII.2.3.2 Impacts relatifs à la réutilisation des EUT à des fins agricoles

L'emploi des eaux usées en agriculture est très ancien et les champs d'épandage ont constitué les premiers
systèmes d'épuration. Le sol est un filtre efficace et un hectare contient jusqu'à deux tonnes de micro-
organismes. Aujourd'hui, l'intérêt principal de la réutilisation des eaux usées en agriculture correspond le
plus souvent à un apport d'eau indispensable aux plantations en région arides et semi-arides plutôt qu'à
l'épuration par le sol ou à l'apport d'éléments nutritifs.

Il faut signaler qu'il existe deux catégories de risques liés à l'usage des eaux usées en irrigation.

Les risques sanitaires

Ils concernent les populations avoisinantes et les consommateurs de produits agricoles. Suivant l'état
sanitaire local, les méthodes culturales, les habitudes de vie et les conditions climatiques, les risques sont
très différents.

Cependant, on peut considérer que de façon générale, il faut éviter l'utilisation d'eaux usées traitées
sur/ou à proximité de végétaux à consommer crus. La gestion correcte de période d'arrêt de l'épandage
ainsi que le séchage de la récolte réduit ce risque.

Les cultures les plus adaptées sont l'arboriculture, les céréales, soit des cultures coutumières à la région.
Il faut signaler que l'épandage par irrigation est préférable à celui par aspersion.

Les risques pour les sols et les cultures

Le risque majeur est le colmatage du sol avec un accroissement de la salinité. En effet, les propriétés
physiques du sol peuvent être modifiées par les pratiques d'épandage. La structure peut en particulier être

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 72


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

détruite par un apport excessif de sodium et une absence de lessivage, et ce en particulier dans les zones
de faible pluviométrie.

VII.2.3.3 Impacts relatifs à la gestion des boues d’épuration

Les boues d’épuration peuvent contenir des germes pathogènes provenant surtout des excréments
humains. Le risque sanitaire lié à l’utilisation des boues se présente surtout par deux agents pathogènes :
Salmonelles et Taenia saginata. Mais les boues d’épuration ne devront être réutilisées en agriculture
qu’après une longue phase de stabilisation au cours de laquelle la charge bactérienne est nettement
réduite.

L'étude de faisabilité prévoit, la réutilisation des boues dans l'agriculture par épandage sur une superficie
d'environ 1000 ha. Cette réutilisation n'est pas sans risque tant que les prétraitements des eaux usées
industrielles ne sont pas à cent pour cent assurés. Ci cette qualité de boue n'est pas assurée soit par sa
forte teneur en germes pathogène et/ou en métaux lourds, il est recommander de les acheminer vers la
nouvelle décharge contrôlée sur la route de Sidi Hrazem. La mise en service de cette décharge est
éminente, selon les informations recueillies auprès de la commune de Fès. Cela dit, une évaluation des
coûts de transfert de ces boues vers la décharge doit être faite afin de les inscrire dans le budget de
fonctionnement de la station.

VII.2.4 Impact sur le cadre biologique et le paysage

Le couvert végétal dans la zone du site ne présente aucune particularité écologique. Ce sont des terrains
naturels sans aucun aménagement. La création d'un espace vert autour de la station est fortement
recommandée afin de cacher cette dernière et de l'intégrer dans le paysage.

VII.2.5 Impacts socio-économiques de la phase exploitation

Le projet de la station ne pourrait être que bénéfique. Traiter les eaux usées urbaines, c’est en fait
débarrasser la ville et ses alentours des eaux usées brutes sources de pollution, d’odeurs nauséabondes et
de prolifération de moustiques.

Par ailleurs, si le projet d'extension des périmètres irrigués d'Inaouen aval et du moyen Sebou à partir des
de Sebou de meilleure qualité se concrétise, il aura des impacts socio-économiques fortement positifs
puisqu’il permettra la création d’un certain nombre d’emplois (Directement dans l’agriculture ou
indirectement dans le secteur des services), en plus de l’accroissement de la production agricole de la
région et la mise en valeur de terrains agricoles.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 73


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

VIII. MESURES D’ATTENUATION PROPOSEES

Dans ce chapitre, nous tâcherons de définir de manière détaillée et opérationnelle les mesures que les
maîtres d'œuvre et de l’ouvrage sont tenus de prendre pour prévenir, atténuer, réparer ou compenser les
conséquences dommageables du projet sur l’environnement humain et naturel.

Les mesures d’accompagnement visent à supprimer ou au moins à atténuer les impacts négatifs du projet
et à mettre en valeur ses impacts positifs. Les mesures compensatoires interviennent lorsqu’un impact ne
peut être supprimé ou réduit. La mise en œuvre de ces mesures n’a plus pour objet d’agir directement sur
les effets dommageables du projet, mais de leur offrir une contrepartie. Celle-ci se caractérise par la
"distance" spatiale et temporelle entre l’impact observé (ou prévisible) et la compensation proposée.

Il est évidemment important de privilégier la mise en œuvre de mesures de suppression ou de réduction


des impacts. Les mesures compensatoires devront intervenir uniquement lorsque subsistent des impacts
résiduels non réductibles.

Dans le cas présent, bon nombre de mesures ont été conçues, développées et proposées ci-après pour être
intégrées au projet de station d’épuration de Fès aussi bien dans la conception du projet que dans les
phases chantier et exploitation.

Comme pour l’identification des impacts potentiels du projet, nous avons distingué séparément les
phases chantier et exploitation.

VIII.1 - Mesures d’atténuation des nuisances de la phase chantier

Les incidences du chantier peuvent être limitées dans une large mesure ou supprimées en respectant les
normes réglementaires en vigueur et en privilégiant certaines techniques de chantier.

L’expérience montre que d’une façon générale, la prise en compte de l’environnement lors de la phase
chantier d’un projet, par quelques dispositions, parfois simples, concernant la conduite et
l’ordonnancement des travaux, permet de réduire considérablement les nuisances.

C’est pour cela que, dans ce qui suit, une importance sera donnée aux mesures relatives à l’organisation
et à la conduite des travaux comme mesures essentielles de réduction des nuisances de la phase chantier.

VIII.1.1 Choix des techniques de chantier

A titre d’exemple, l’entrepreneur peut utiliser du béton manufacturé, livré sur le chantier par des
véhicules spécialement équipés. De telles options sont au regard de l’EIE une contribution du maître de
l’ouvrage à la limitation des nuisances de la phase chantier à l’environnement humain et naturel :
simplification des procédés de mise en œuvre, limitation de l’emprise, raccourcissement des durées,
limitation des risques de pollution des sols et de la nappe au voisinage des centrales à béton, etc.

VIII.1.2 Mesures relatives à l’organisation et à la conduite des travaux

Lors du choix de l’entrepreneur, le maître de l’ouvrage est tenu d’imposer des critères sélectifs en faveur
de ceux qui fourniront les prestations les plus respectueuses de l’environnement.

A titre d’exemple, une préférence est à accorder à tout entrepreneur capable de fournir le matériel et le
personnel suffisants pour réduire la durée des travaux. En effet, la limitation de la durée des travaux,
constitue une bonne action pour limiter les impacts de la phase chantier sur l’environnement humain.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 74


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

D’autre part, l’entrepreneur doit engager sa responsabilité en ce qui concerne l’organisation du chantier,
notamment en matière de sécurité et d’environnement. Les principales actions en la matière se résument
comme suit :

• Signaler clairement l'existence du chantier aux endroits les plus sensibles : aux environs de la station
de pompage, aux traversées de la conduite de refoulement du principal axe routier, etc.
• Faire usage de rigueur dans la réalisation des travaux, ce qui impose une coordination rationnelle
des chantiers.
• Réduire le bruit par l’emploi d’engins insonorisés (compresseurs, groupes électrogènes, marteaux
piqueurs, etc.).
• Réduire les poussières produites surtout en période estivale par l’arrosage des pistes et aires non
goudronnées, et assurer l'entretien des chaussées dégradées par les engins de chantier, les véhicules
de transport et d'approvisionnement, pour éviter toute nuisances aux usagers.
• Garantir la sécurité du personnel et l’hygiène du chantier. Pour la protection des ouvriers, il est
nécessaire de les équiper de casques, gants et chaussures de sécurité et de veiller à leur utilisation
par toutes les personnes travaillant dans l’emprise du chantier. Quant à la protection du public, c’est
la clôture du chantier et l’interdiction d’y accéder qu’il faut garantir.
• Présenter, d’après les délais d’exécution contractuels, l’échéancier d’exécution des travaux dans ses
différentes phases et respecter les durées d’exécution prévues.
• Contribuer à informer le public, aussi souvent que nécessaire, par la presse, la radio et par une
signalisation sur place, en précisant le but et la durée probable des opérations en cours au moyen de
grands panneaux très visibles. Ce n'est que dans ces conditions et en assurant une information
régulière du public que l'opérateur du projet s'assurera une image globalement positive qui viendra
limiter l'impact des nuisances générées par le chantier.
• Vérifier régulièrement le bon fonctionnement de tous les engins du chantier en vue d’éviter toute
consommation excessive de carburants ou émissions intolérables de gaz et générant du bruit.
• Gérer les déchets liquides des ouvriers dans le respect de l’environnement. De part la nature du
projet, sa situation en milieu périurbain et la disponibilité de la main d'œuvre localement, il ne sera
pas nécessaire de mettre en place de campement. Dans le cas contraire, l’aménagement d’une fosse
septique permettant la collecte des eaux sanitaires produites par les ouvriers devient nécessaire.
L’objectif est d’éviter toute nuisance de ces rejets à l’environnement humain et naturel proche.
• Gérer les ordures ménagères produites par les ouvriers dans le respect de l’environnement. Ces
déchets doivent être ramassés, entreposés dans des récipients adaptés que l'on placera en un point
correctement aménagé à cet effet, en vue d'éviter la dispersion des déchets (soit par les agents
naturels, soit par des animaux errants). Ces déchets seront acheminés régulièrement au dépotoir au
sein du chantier.
• S’assurer dès le départ que les équipements du chantier répondent bien aux besoins des travaux
surtout pour les opérations non conventionnelles. L’objectif est d’éviter au maximum que des
problèmes techniques ne causent l’arrêt du chantier ou son ralentissement avec toutes les
conséquences néfastes de la prolongation de la période des travaux. Les arrêts prolongés du chantier
par suite de contraintes non prises en considération dès le départ ne sont pas tolérables.
• Veiller à un stockage des matériaux du chantier et des hydrocarbures à l’abri des intempéries (pluies
et vents) et des eaux de ruissellement :
- Les matériaux susceptibles d’être emportés par le vent (comme le sable et le ciment) doivent
être couverts ou déposés derrière un abri. D’autres, susceptibles d’être entraînés avec les eaux
de ruissellement, doivent être stockés sur des aires imperméabilisées (réservoirs de carburant,
s’ils existent) et loin des lignes d’écoulement préférentiel de l’eau.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 75


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

- Les matières qui risquent d’être endommagées par l’eau de pluie sont à stocker sous des aires
couvertes ou à couvrir par des films plastiques. Quant aux réservoirs à fuel (quand ils existent),
ils doivent être disposés sur une aire isolée du terrain naturel, ceinturée d’une rigole permettant
la collecte de toute fuite éventuelle et son drainage vers un regard, à partir duquel, en cas de
fuite accidentelle, l’on pourra réaliser leur pompage.

• Compte tenu des pratiques constatées sur les chantiers, l’entretien périodique des engins doit se faire
dans une station-service qui dispose de l'ensemble des moyens adaptés à cette tâche (local
d'entretien muni d'une fosse, dispositif de collecte des huiles, drain relié à une fosse de collecte des
fuites conçue pour stopper les sables et les huiles).
• Si pour certains équipements lourds, l'entrepreneur se voyait obligé de réaliser ces opérations sur
place dans le parc matériel, il doit prévoir auparavant les structures adéquates qui lui permettront
d'éviter de contaminer le sol, de stocker les huiles et les filtres en vue de les mettre à disposition d'un
recycleur.

Pour conclure, il est utile de préciser que cette liste de recommandations n’est pas limitative et que toutes
les initiatives sont à considérer en vue d'éviter le moindre problème qui ne pourrait qu'avoir des
conséquences négatives sur la bonne marche du chantier.

VIII.1.3 Choix des itinéraires lors du transport des matériaux

Dans la mesure du possible, on évitera l’utilisation des routes les plus sollicitées, on évitera les heures de
pointe et on essayera d’éviter le passage par les centres urbains.

VIII.1.4 Remise en état des lieux

Pour en finir avec les impacts liés au chantier, il serait utile de remettre dans les conditions initiales le
domaine touché par le chantier. Les opérations de réhabilitation doivent être programmées dès ce stade
de conception du projet et intégrées au planning général des travaux.

Le moment venu, il conviendra que l’opérateur vérifie la bonne exécution du programme prévu et le
complète si nécessaire aux endroits les plus touchés. A titre d’exemple, les terrains voisins du site de la
STEP qui auront subi d’importants compactages en rapport avec les mouvements des véhicules du
chantier peuvent être labourés superficiellement permettant au milieu de se reconstituer plus rapidement.

VIII.2 - Mesures d’atténuation des nuisances de la phase exploitation


VIII.2.1 Mesures d’amélioration de la qualité des EUT

En pratique, la réutilisation des eaux épurées au profit de l'agriculture constituera une solution propice au
développement de l'arboriculture et de certaines cultures irriguées. Cette dernière activité permet l'emploi
de main-d’œuvre, et aura des répercussions sur l'économie de la zone du projet.

VIII.2.1.1 Législation et normes

Etant donné, l’absence de normes en vigueur au Maroc, nous présentons dans ce qui suit l’expérience
tunisienne dans ce domaine.

En Tunisie, la réutilisation des eaux usées en agriculture se justifie par la possibilité d’économiser de
l’eau et la préservation du milieu récepteur de la pollution résiduelle présente dans les eaux usées
traitées. L’irrigation avec les eaux usées épurées a débuté dès les années 1965, mais la pratique n’a connu
de véritable organisation qu’à partir de l’année 1989, date d’apparition du premier texte de la loi
spécifique.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 76


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Le décret n° 89/1047 du 28/07/89 fixe les conditions d’utilisations des eaux usées traitées à des fins
agricoles. Il impose particulièrement le suivi de la qualité des eaux par les organismes distributeurs.

Les autorisations relatives à l’irrigation à l’aide des eaux usées épurées sont accordées par le Ministère
de l’Agriculture en concertation avec le Ministère de la Santé Publique et le Ministère de
l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire. Celles-ci se réfèrent au décret n° 89/1047, à la liste
des cultures et à un cahier des charges fixant les modalités et les conditions particulières d’utilisations
des eaux épurées à des fins agricoles.

Quant au contrôle de la qualité des eaux usées traitées, il est à la charge des représentants régionaux du
Ministère de l'Agriculture et du Ministère de la Santé Publique, responsable du contrôle de tous les
aspects relatifs à l’hygiène sanitaire. Le contrôle de la pollution du milieu récepteur est assuré par
l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement (A.N.P.E).

La norme NT 106.20 fixe les dénominations et les spécifications techniques des boues des ouvrages de
traitement des eaux usées urbaines et les conditions de leurs utilisations. Elle fixe aussi les restrictions
d’emploi de ces boues en présence des éléments traces métalliques et des agents pathogènes.

VIII.2.1.2 Qualité des eaux usées épurées

Les eaux traitées moyennant le procédé de boue activée (faible et moyenne charge) telle que présenté par
l'étude de faisabilité, seront d'une qualité à peine acceptable par le milieu naturel comparée aux exigences
de la norme tunisienne de rejet dans le domaine hydraulique public (NT 106-02). Le traitement
complémentaire au procédé ci-dessus mentionné au niveau du site B est nécessaire pour rendre la qualité
acceptable par le milieu récepteur.

VIII.2.1.3 Potentiel d’utilisation

A l’horizon 2015, le volume total des eaux usées atteindrait environ 140 000 m3/j. En cas de qualité
acceptable, ce volume aurait un potentiel d'irrigation d'environ 1500 ha (étude de faisabilité). En tous les
cas ces eaux épurées ne sont recommandées que pour une irrigation sélective telle que l’irrigation en
arboriculture et des cultures fourragères.

VIII.2.2 Amendement des sols par des boues

Les boues produites par la station d’épuration peuvent présenter un intérêt réel pour l’agriculture en
apportant aux sols de la matière organique et des éléments fertilisants. L'intérêt agricole d'une boue est
déterminé par :

• la teneur en azote, phosphore et carbone,


• la valeur du rapport carbone sur azote qui doit être inférieur à 20,
• l'état physique de la boue (solide) qui conditionne son mode d'épandage.

Leur épandage sur des terres agricoles ne peut cependant être effectué sans observer certaines précautions
pour tenir compte des besoins en azote et en phosphore des cultures et pour limiter les risques sanitaires et
les risques d’apports d’éléments indésirables qui seraient contenus dans les boues en concentration
excessive.

VIII.2.2.1 Composition générale des boues

 Les éléments majeurs

La composition moyenne des boues urbaines comparée à celle du fumier est la suivante :

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 77


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Tableau 29 : La composition moyenne des boues urbaines comparée à celle du fumier


Matière Matière Azote Acide Potasse
Sèches organique en total phosphorique Kg/TMS
M.S. kg/TMS Kg/TMS Kg/TMS
Fumier 25 % 600 10 à 30 3 à 25 25 à 35
Boue liquide urbaine
stabilisée aérobie 6% 450 à 600 45 à 60 40 à 85 5 à 15
TMS : tonne de matière sèche. Référence : NT 106.20

On constate d’après ce tableau une teneur en matière organique/TMS analogue à celle du fumier :
• Une tonne de matière sèche de boue apporte ainsi au sol entre 100 et 200 kg d’humus environ.
• L’azote se trouve dans les boues sous différentes formes plus ou moins rapidement
assimilables par les plantes : l’azote des MES est essentiellement organique, celui contenu
dans la phase liquide est souvent sous forme minérale (nitrate ou ammonium) directement
assimilable. Les boues déshydratées perdent ainsi une partie de leur valeur azotée.
• Le phosphore se trouve entre 50 à 60 % environ, sous forme minérale assimilable par les
plantes.
• Les boues sont assez pauvres en potassium. L’épandage de fortes doses de boues ne dispense
donc pas l’agriculteur d’apporter un engrais minéral potassique normal.

Avec l’humification des boues, la qualité des boues produites présente les caractéristiques nécessaires à
leur bonne réutilisation.

VIII.2.2.2 Contrôle de la qualité des boue

 Les éléments traces :

La plupart des métaux lourds contenus dans les eaux usées brutes se concentrent dans les boues lors du
traitement. Les boues contiennent généralement en proportion plus ou moins importante des oligo-
éléments qui peuvent être :
• nécessaires à la production végétale dans la limite d’un certain seuil : Ca, Fe, Mn, Mg, Br,
Zn, Cu ;
• non utiles à la vie des plantes : Pb, Hg, Cd, Cr, Ni.

En Tunisie, les teneurs en métaux lourds des boues traitées sont référencées par la norme NT106.20
(2002).
Tableau 30 : La norme Tunisienne des teneurs en métaux lourds des boues traitées (NT 106.20)
Paramètres Valeurs en (mg/Kg MS)
Cadmium (Cd) 20
Chrome (Cr) 500
Cuivre (Cu) 1 000
Mercure (Hg) 10
Nickel (Ni) 200
Plomb (Pb) 800
Zinc (Zn) 2 000

Ces teneurs de référence ne présentent aucun inconvénient direct ou indirect vis à vis de l’homme, des
animaux et de leur environnement. La teneur des boues ne doit pas excéder le double de la teneur de
référence.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 78


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

 Les germes pathogènes :

Si les boues d’origine domestique présentent des teneurs en oligo-éléments compatibles avec les besoins
de l’agriculture, elles peuvent contenir des germes pathogènes provenant pour l’essentiel des excréments
humains. On estime que le risque sanitaire lié à l'utilisation des boues est présenté par deux agents
pathogènes: la Salmonelle et le Taenia saginata.

Afin d'éviter les risques de toxicité des cultures et de stérilisation des sols par la réutilisation des boues, il
est proposé d'assurer en continu :

• un contrôle de la qualité des boues résiduaires des stations d'épuration à effectuer par la
RADEEF et/ou par le Ministère de l'Agriculture (ABS), des analyses de sols pour lesquels un
amendement par les boues aurait été réalisé,
• attendre un ou deux mois pour la mise à l’herbe des animaux sur des prairies ayant reçu des
boues (la teneur en germes chute dans le sol, car le milieu est très défavorable, en raison des
conditions de températures d’une faible humidité relative, de la mise en compétition avec des
micro-organismes bien adaptés au milieu, et de l’action des radiations solaires),
• interdire l’utilisation de boues sur des cultures maraîchères susceptibles d’être consommées
crues.

Toutefois, des précautions sont à prendre concernant le conditionnement adéquat des boues d'une part et
la vulgarisation et la sensibilisation par les organismes compétents quant aux avantages à tirer de cette
utilisation ainsi que le mode de leur épandage d'autre part.

Si des problèmes de commercialisation de la boue sont rencontrés, la solution alternative est la mise en
décharge contrôlée (pour ordures ménagères : soit nouvelle de Sidi Hrazm). En effet, la boue produite
peut être assimilée à un déchet domestique à partir du fait où le rejet d'origine est soit une eau usée
domestique soit une eau usée industrielle ayant subi un prétraitement adéquat (exigé en vue d'un
raccordement au réseau public).

VIII.2.3 Mesures d’intégration du projet dans son site

Il est recommandé d’agrémenter la clôture par un écran d’arbres à hautes tiges. Ces arbres joueront aussi
le rôle de brise-vent permettant de limiter la dispersion des mauvaises odeurs en direction des habitations
voisines. Il est important, aussi pour intégrer la STEP dans le paysage, d’aménager des espaces verts
(solution conforme au projet de ceinture verte de Fès voir plan d'aménagement) et de planter des arbustes
(plantes grimpantes) à l'intérieur et aux alentours de la station.

VIII.2.4 Mesures pour assurer la pérennité et le bon fonctionnement des installations

Il est évident que la bonne gestion des ouvrages et des équipements conditionne leur pérennité et leur bon
fonctionnement. Elle englobe les deux aspects préventif et curatif. Dans ce sens, une série de dispositions
doit être prise pour empêcher que des eaux brutes non conventionnelles n’atteignent la STEP sans
prétraitement et ne viennent perturber son fonctionnement. Cependant, sans le nettoyage et l’entretien
fréquent de ces installations de la STEP, leur efficacité ne peut être assurée. Le rôle du gestionnaire de la
station sur place devient là primordial pour inscrire les moyens techniques et financiers nécessaire à
l'exécution de cette tâche.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 79


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

IX. RESUME DE L’ETUDE ET BILAN ENVIRONNEMENTAL DU PROJET

A ce stade de l’étude, il convient de réaliser une évaluation globale des impacts du projet sur
l’environnement de manière à mettre en lumière les points forts et les défaillances.

Il s’agit de fournir un bilan le plus complet possible des enjeux du projet afin de permettre aux décideurs
de se prononcer objectivement sur la pertinence des choix et des mesures proposées.

Nous avons tenté de fournir dans le tableau suivant un résumé exhaustif de tout ce qui a été dit dans
l’étude, incluant :

• la consistance des différentes composantes du projet dans ses phases chantier et exploitation ;
• les particularités et la vulnérabilité de l’environnement humain et naturel dans le périmètre du
projet ;
• les impacts potentiels du projet sur l’environnement, leur importance et leur nature aussi bien en
phase chantier qu’en phase exploitation ;
• les mesures proposées pour éviter, réduire ou compenser les nuisances identifiées ;
• les impacts résiduels susceptibles de persister après atténuation des nuisances.

L'évaluation environnementale à travers la discussion des différentes composantes du projet d'épuration


des eaux de Fès nous remet de retenir les principaux résultats suivants :

En ce qui concerne le choix des sites d'implantation des stations d'épuration, il a été démontré que :

IX.1 - Site A : Ouest n°1

Le site A présente d'importants inconvénients, eu égard à plusieurs aspects relevant de sa situation


géographique, du milieu naturel ainsi que de l'impact sur le milieu récepteur et les usages de l'eau à l'aval.
Les principaux inconvénients retenus sont les suivants :

Milieu naturel

• Zone inondable correspondant au lit majeur de l'oued Fès et à une Marja ;


• Nappe phréatique quasi affleurante ;
• Milieu récepteur Oued Fès (milieu sensible) nécessitant des rejets d'eaux usées épurées
respectant les normes du DPH ;
• Du point de vue écologique, le site ne présente aucune particularité.

Usages de l'eau épurée à l'aval

La qualité des futures eaux épurées et rejetées dans l'oued Fès, ne répond pas aux exigences des
usages de l'eau à l'aval de la station, étant donné que ces eaux vont traverser la ville de Fès et
particulièrement la Médina à forte densité de population.

Occupation du sol

• Site urbain ;
• Incompatibilité avec les projets d'aménagement de la zone (parc oued Fès) ;
• Vocation touristique du terrain communal sur la rive gauche de l'oued Fès ;
• Statut foncier des terrains de la rive droite (terrains privés).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 80


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Compatibilité avec les objectifs de qualité des eaux du Sebou

Aucune incidence sur le rendement épuratoire de la STEP aval au niveau du site B et par
conséquent sans incidence sur la future qualité des eaux rejetées dans l’oued Sebou.

Acceptabilité sociale

La réalisation d’un grand projet touristique est éminente sur l’oued Fès à cet endroit même sur
une superficie qui inclut le site proposé pour la station. Ceci explique les fortes réserves émises
par l’Agence Urbaine et la Mairie à l’implantation de la station à cet endroit.

IX.2 - Site B : Est n°2

En ce qui concerne le site B, nous retenons ce qui suit :

Milieu naturel

• Topographie plane avec un risque d'inondation ;


• Les rejets dans le milieu récepteur (oued Sebou) respectent à peine les normes de rejet
dans le DPH pour la DBO5 (projet de norme marocaine de rejet) ;
• Du point de vue écologique, le site ne présente aucune particularité, d'autant plus que les
rejets auront une qualité de loin meilleure que la qualité actuelle.

Usages de l'eau à l'aval

La qualité de l'eau du Sebou à l'aval du point de rejet de la station B reste inacceptable pour
l'irrigation sur une distance d'environ 50 Km, et pour la production d'eau potable sur une
distance de 88 Km et par conséquent les objectifs de la qualité sont partiellement atteints.

Occupation du sol

Le site projeté pour l'implantation de la station d'épuration est un site rural à vocation agricole ;
la seule contrainte reste donc l'acquisition du terrain auprès des propriétaires privés.

Acceptabilité sociale

L’acceptabilité sociale d’une station d’épuration sur ce site ne semble pas poser de problèmes
majeurs. En effet, du point de vue de la localisation par rapport aux zones résidentielles, en
dehors d’habitat éparpillé ça et là dans la zone. C’est un site situé bien loin des zones d’habitat.

IX.3 - Conclusion

Les analyses et les arguments jusque là avancés nous permettent de tirer les conclusions suivantes :

• Dans le cas où le pôle A serait retenu, afin de redonner à l'oued Fès son hydraulicité avec
une qualité d'eau acceptable, il est primordial que cette eau soit d'une qualité exempte de
tout risque sur :

- la santé humaine ;
- les usages de l'eau entre le point de rejet et l'oued Fès aval ;
- l'oued Fès en tant que milieu récepteur sensible.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 81


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

La conformité à la qualité sans risque pour la santé, garantie la conformité aux autres
contraintes, étant donné qu'il s'agit d'une qualité d'eau supérieure. Pour ce faire, l'épuration
des eaux usées doit être très poussée.

• Le choix du site B semble le plus favorable à plus d'un titre, particulièrement en terme
d'éloignement de la zone urbaine et de disponibilité de terrain. Par ailleurs, des
précautions sont nécessaires à prendre pour s'assurer de l'implantation de la STEP sur un
terrain non inondable. Tenant compte des résultats de l'épuration des eaux tels que décrits
et simulés dans l'étude de faisabilité, il est fortement conseillé de renforcer le traitement
prévu par des rabattements des charges polluantes plus importants que prévus
(prétraitement, traitements primaires, etc..).

Afin de garantir la réussite du projet d'épuration il est primordial de mettre en place et d'assurer le bon
fonctionnement du système de prétraitement des eaux résiduaires industrielles ainsi que l'élimination
totale des margines avant la mise en service de la STEP. La réussite de cette étape ne peut, quant à elle,
être garantie à son tour que grâce à la mise en place des mesures institutionnelles et des normes appuyées
par un système de police très vigilant pour l’application de ces mesures. En d'autres termes, l'édification
rationnelle du projet d'épuration des eaux usées dans le contexte actuel de la ville de Fès et du Maroc en
général doit obéir à la mise en place :

• Des mesures institutionnelles ;


• D’un système normatif ;
• D’un cadre juridique.

Ces étapes constituent une condition sine qua none et la base sur laquelle tout l'édifice de
l’assainissement des eaux va s'appuyer. En effet, ce n'est que grâce à ces outils que l'on peut imposer une
procédure de dépollution réglementaire, fondée et opposable à des tiers. Une fois acquis, ces outils
peuvent servir d'appui à l'obligation des industriels à l'élimination ou à la réduction de leurs charges
polluantes à la sortie de leurs unités et avant de rejeter dans le réseau d'assainissement ou le milieu
récepteur naturel. On peut donc passer à la phase suivante :

• La garantie du prétraitement des rejets industriels ;


• La garantie de l'élimination des margines.

Une fois ces conditions préalables mises en place on peut donc :

• Mettre en service la station dépuration sur le site B;

Et dans une seconde étape :

• Renforcer l'épuration des eaux pour atteindre une qualité acceptable par le milieu récepteur à
la sortie de la station et par les principaux usages de l'eau à l'aval tel que, l'irrigation,
l'abreuvement des animaux et la production d'eau potable.

En terme d'échéance de réalisation des différentes phases ci-dessus mentionnées, certaines peuvent être
réalisées en parallèle ou légèrement différées, comme la mise en place des mesures institutionnelles,
normatives et juridiques. Les autres phases peuvent succéder en commençant par le prétraitement des
eaux usées industrielles et l'élimination des margines avant la mise en service de la STEP du site B.
Avant de passer à la réalisation des systèmes de renforcement de l'épuration de la STEP B, il est
important de disposer de résultats de mesures directes des effets du fonctionnement de la STEP sur
l'amélioration de la qualité des eaux du Sebou, afin de pouvoir optimiser le complément de traitement à
rajouter.

En ce qui concerne l'oued Fès et le réseau hydrographique de la ville de Fès, il est temps de les inscrire à
la tête des priorités de dépollution par l'interception de toutes les eaux usées qui s'y déversent, même si ce

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 82


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

réseau tombe complètement à sec pour une période de l'année. Etant donné la haute sensibilité sanitaire
de la zone sillonnée par le réseau hydrographique de Fès, il faut être très vigilant concernant la qualité
des eaux usées traitées rejetées dans le système, car l'expérience a montré qu'un processus d'épuration
n'est jamais exempt de tout risque.

Dans le cas où le scénario de deux pôles d’épuration au niveau des sites A et B serait retenu, nous
recommandons une réalisation respectant le phasage de réalisation et de contrôle suivant :

- Réalisation de la station au niveau du pôle B ;


- Mesures de l’impact réel de la STEP B sur la qualité des eaux du Sebou, moyennant
un programme de suivi régulier ;
- Si nécessaire, renforcer le procédé d’épuration de la STEP B ;
- Poursuite des mesures de l’impact réel de la STEP B sur la qualité des eaux du
Sebou ;
- Réalisation de la STEP au niveau du pôle A ;
- Mesures de l’impact réel de la STEP A sur la qualité des eaux de l’oued Fès,
moyennant un programme de suivi régulier ;
- Si nécessaire, renforcer le procédé d’épuration de la STEP A ;
- Poursuite des mesures de l’impact réel de la STEP A sur la qualité des eaux de
l’oued Fès.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 83


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Tableau 31 : Bilan Environnemental du projet de la STEP de la ville de Fès (Site A)


Composantes de Phase chantier Phase exploitation
l’environnement Impacts Mesures Impacts Mesures
Occupation La STEP occupera environ 2,5 Sécuriser l’enceinte du chantier. Limitation de l’occupation du sol et la Délimitation de la STEP par une clôture
du sol ha de terre communale (Rive vocation du terrain aux environs de la et une zone tampon extérieure.
gauche) ou privée (Rive droite). STEP.
Environnement naturel

Qualité des eaux épurées inacceptable Pousser l’épuration à un niveau


Risque de contamination de Organisation du chantier du point de par le milieu récepteur sensible. acceptable par le milieu récepteur et
l’oued Fès par les vue entretien des engins, gestion des garantir une qualité d’eau traitée stable
hydrocarbures, le rejet de matériaux et salubrité. et instaurer un système de contrôle
Milieu matériaux et des déchets strict.
récepteur solides et liquides du chantier. Déposer les déblais en excès dans
oued Fès une décharge publique et éviter oued Générer une hydraulicité permanente de Nécessiter de réhabilitation des
Fès. l’oued Fès infrastructures hydrauliques existantes à
l’aval du point de rejet des eaux épurées

Prévoir une protection contre les


Risque d’inondation par débordement de inondations de la STEP.
l’oued Fès.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 84


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Risque de contamination du sol Interception des déchets solides et Risque de contamination par les eaux Analyses régulières de plusieurs
Nappe et de la nappe par les liquides et transfert vers la décharge traitées (Azote, Phosphore, germes paramètres indicateurs de la bonne
hydrocarbures, le rejet de publique et le réseau d’eaux usées. pathogènes). qualité des eaux à la sortie de la station
matériaux et d’eaux usées. et en particuliers les teneurs en germes
pathogènes, Phosphore et Azote.

Suivi rigoureux de la piézométrie


Risque de recharge et de remonté de la
nappe actuellement quasi affleurante.

Risque de déstabilisation des ouvrages Prévoir d’un réseau de drainage pour


de la STEP par fluctuation du niveau rabattre le niveau de la nappe
piézométrique de la nappe sub-
affleurante.
Pas de risques. Pas de mesures particulières. Favoriser l’installation d’un écosystème Nécessité d’études écologiques pour la
Ecosystème aquatique adapté à la qualité et le niveau caractérisation et l’évolution des
d’eau introduite dans l’oued Fès à l’aval écosystèmes introduits.
du rejet.
Paysage Création d’une zone de chantier Bien organiser le chantier de sorte à Transformation du paysage. Intégration de la STEP dans le paysage :
en milieu urbain. ne pas perturber le réseau de aménagement d'espaces verts.
transport et les agglomérations
voisines.
Risques d’accidents de travail. Mesures de sécurité du chantier. Risque permanent sur la santé des Un contrôle strict de la qualité des eaux
habitants le long du tronçon aval de épurées avec système d’alerte en cas de
Environnement humain

Cadre l’oued Fès et émanation d’odeurs problèmes.


sanitaire nauséabondes.
Des mesures techniques d’atténuation
des odeurs nauséabondes.
Usages de Pas de risques. Pas de mesures particulières. Risque de non-conformité de la qualité Garantir une qualité des eaux épurées
l'eau des eaux épurées aux normes de répondant aux normes de réutilisation.
réutilisation.
Impacts positifs : création Intégration de la main d’œuvre Acceptabilité négative et incohérence
Acceptabilité d'emploi. locale. avec la vocation de la zone urbaine à
sociale activité économique et touristique.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 85


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Tableau 32 : Bilan Environnemental du projet de la STEP de la ville de Fès (Site B)


Composantes de Phase chantier Phase exploitation
l’environnement Impacts Mesures Impacts Mesures
Occupation La STEP occupera environ 8 ha Sécuriser l’enceinte du chantier. Limitation de l’occupation du sol et la Délimitation de la STEP par une clôture
du sol (Variante 2 pôles, 10 ha : vocation du terrain aux environs de la et une zone tampon extérieure.
variante pôle unique) de terre STEP.
agricole.
Qualité des eaux épurées inacceptable Pousser l’épuration à un niveau
Risque de contamination de Organisation du chantier du point de par le milieu récepteur. acceptable par le milieu récepteur et
l’oued Sebou par les vue entretien des engins, gestion des garantir une qualité d’eau traitée stable
hydrocarbures, le rejet de matériaux et salubrité. et instaurer un système de contrôle
Milieu matériaux et des déchets strict.
récepteur solides et liquides du chantier. Déposer les déblais en excès dans Risque d’inondation par débordement de
oued Sebou une décharge publique et éviter oued l’oued Sebou et par les ravins des Prévoir une protection contre les
Sebou. collines amont. inondations de la STEP.
Environnement naturel

Très nette amélioration de la qualité des


eaux de Sebou par rapport à l’état
actuel.
Risque de contamination du sol Interception des déchets solides et Risque de contamination par les eaux Analyses régulières de plusieurs
Nappe et de la nappe par les liquides et transfert vers la décharge traitées (Azote, Phosphore, germes paramètres indicateurs de la bonne
hydrocarbures, le rejet de publique et le réseau d’eaux usées. pathogènes). qualité des eaux à la sortie de la station
matériaux et d’eaux usées. et en particulier les teneurs en germes
pathogènes, Phosphore et Azote.
Pas de risques. Pas de mesures particulières. Impacts positifs sur les écosystèmes
Ecosystème aquatiques de l’oued Sebou (sur environ
88 Km à l’aval de la STEP).

Paysage Création d’une zone de chantier Bien organiser le chantier de sorte à Transformation du paysage. Intégration de la STEP dans le paysage :
en milieu agricole. ne pas perturber le réseau de aménagement d'espaces verts (conforme
transport. à la ceinture verte).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 86


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Risques d’accidents de travail. Mesures de sécurité du chantier. Risque permanent sur la santé des Un contrôle strict de la qualité des eaux
Environnement humain habitants le long de l’oued Sebou sur épurées.
Cadre environ 55 Km à partir du point de rejet
sanitaire de la STEP.
Usages de Pas de risques. Pas de mesures particulières. Risque de non-conformité de la qualité Garantir une qualité des eaux épurées
l'eau des eaux épurées aux normes de répondant aux normes de réutilisation.
réutilisation (particulièrement
abreuvement des animaux).
Impacts positifs : création Intégration de la main d’œuvre Pas de problème d’acceptabilité sociale
Acceptabilité d'emploi. locale.
sociale

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 87


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

BIBLIOGRAPHIE

1. ETUDES GENERALES ET ETABLISSEMENTS DU PLAN DIRECTEUR DE


L’ASSAINISSEMENT DU GRAND FES – Groupement Balfour, Manusell & Maghreb Projets

- MISSION B – RAPPORT FINAL – VERSION MINUTE AOUT 1992


- MISSION C – RAPPORT FINAL – VERSION MINUTE DECEMBRE 1992
- MISSION D – RAPPORT FINAL – VERSION MINUTE AVRIL 1993

2. ACHEVEMENT DU PLAN DIRECTEUR D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE DU GRAND FES


Société des Eaux de Marseille (SEM) & ISKANE – Ingénieur Conseil Casablanca - Maroc

- MISSION I.2 – RAPPORT FINAL – VERSION MINUTE – TOME 2 – ETUDE


D’IMPACT Décembre 1995
- MISSION I.1 – VOLUME 1 - RAPPORT FINAL – PLAN DIRECTEUR – TOME 1
Février 1996
- MISSION I.1 – VOLUME 1 - RAPPORT FINAL – PLAN DIRECTEUR – TOME 2
Février 1996
- MISSION I.1 – VOLUME 2 - ANNEXES - RAPPORT FINAL – PLAN DIRECTEUR-
Février 1996
- MISSION I.1 – RAPPORT FINAL – PLAN DIRECTEUR – TOME 2 Mars 1996
- MISSION I.2 – RAPPORT FINAL – APS DE LA 1ère TRANCHE DE TRAVAUX –
TOME 2 Mars 1996
- MISSION II.1 – RAPPORT FINAL – ETUDE ORGANISATIONNELLE DECHETS
SOLIDES EN MEDINA – Mars 1996
- NOTE DE SYNTHESE DURAPPORT FINAL – Mars 1996

3. ETUDE DE L’IMPACT DE LA QUALITE DE L’EAU DE L’OUED SEBOU ET DE L’OUED


INAOUEN SUR L’IRRIGATION (Financement : Agence Française de Développement)
BCEOM En Association avec DMCI

- PREMIERE PHASE : NORMES DE POLLUTION ET ETAT DES LIEUX DE LA


POLLUTION
 RAPPORT (PROVISOIRE) – Juillet 2002
 ANNEXES – Juillet 2002

- TROISIEME PHASE : RAPPORT FINAL – AVRIL 2003

4. CAHIER DES CHARGES – ASSAINISSEMENT LIQUIDE – RADEEF

5. ETUDE DE FAISABILITE (TECHNICO-FINANCIERE) DE L’EPURATION DES


EFFLUENTS LIQUIDES DE LA VILLE DE FES - CID

 METHODOLOGIE – AVRIL 2003


 SOUS MISSION A1 : ACTUALISATION DES DONNEES CONCERNANT
LES FLUX DE POLLUTION, TECHNIQUES D’ELIMINATION A LA
SOURCE DE LA POLLUTION INDUSTRIELLE, ELIMINATION DES
MARGINES ET GESTION DE LEUR SYSTEME D’ELIMINATION –
JUILLET 2003

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 88


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

6. ASSAINISSEMENT LIQUIDE DE LA VILLE DE FES

Etude de faisabilité (technico - financière d’une station d’épuration de la ville de Fès)


Soumission A1 : Actualisation des données concernant les flux de pollution, technique
d’élimination à la source de la pollution industrielle, élimination des margines et gestion de leurs
systèmes d’élimination- CID juillet 2003.

7. ASSAINISSEMENT LIQUIDE DE LA VILLE DE FES


Etude de faisabilité (technico - financière d’une station d’épuration de la ville de Fès)
Soumission A2 : Présentation et comparaison des solutions possibles de traitement – CID
(décembre 2003).

8. ACHEVEMENT DU PLAN DIRECTEUR D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE DU GRAND FES


Société des Eaux de Marseille (SEM) & ISKANE – Ingénieur Conseil Casablanca - Maroc
MISSION I.2 – RAPPORT FINAL – VERSION MINUTE– TOME 2 : Etude D’Impact
Décembre 1995

9. LA RESTAURATION DU RESEAU HYDRAULIQUE TRADITONNEL DE LA MEDINA DE


FES, ADER, Nicolas BOUVIER, août 1995

10. RESTAURATION DES RESEAUX D’EAUX TRADITIONNELS DE LA MEDINA DE FES :


ADER – Architectes : Amrani Abourouhi Med, Lazrak Abdelfattah et B .E.T : Bennani Khalid

11. RAPPORT SUR LA QUALITE DES RESSOURCES EN EAU DANS LE BASSIN DU


SEBOU : Année 2000/2001 – ABS Novembre 2002

12. OUED SEBOU : Etude DE LA POLLUTION PAR LES METAUX LOURDS – Laboratoire
public d’essais et d’études – ONEP : Juillet 2002

13. DOCUMENTS DE LA CELLULE FODEP – RABAT :

- Brochure de présentation
- Termes de référence des études pour les projets de dépollution industrielle
- Formulaire de demande de bénéfice du fond de dépollution industrielle
- Projet de normes relatives aux valeurs limites de rejets directs (Annexes)

14. M. Naciri, "Gestion du réseau traditionnel de l'eau à Fès, Miroir social d'une ressource et source
de conflits d'une société", in La rivière et la ville dans le contexte méditerranéen, p.13-34,
Publications du Conseil municipal de Sefrou, 2002

15. Y. Hamdouni-Alami, Oued Fès ou la mémoire sacrifiée d'une ville, op.cit, p.83-95.

16. Mohamed Yakhlef, La municipalité de Fès à l'époque du Protectorat (1912-1956), Thèse de


Doctorat, Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Lettres, 1990.

17. Roger Letourneau, Fès avant le protectorat, étude économique et sociale d'une ville de l'Occident
musulman, Editions La porte, Rabat, 1987.

18. IMPACT DES REJETS DE L’OUED FES (EGOUTS A CIEL OUVERT) SUR L’OUED
SEBOU – Etude Bactériologique) – Mémoire présenté par Jamila BAHHOU pour l’obtention du
C.E.A. d’Ecologie et Génétique des Populations – Université Med V Faculté des Sciences
RABAT (Laboratoire de Zoologie et de Biologie Générale – Soutenu le 12 novembre 1987.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 89


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

19. PEUPLEMENTS CHIRONOMIDIENS (Diptera) DU BASSIN DU HAUT ET MOYEN


SEBOU : BIOTYPOLOGIE ET VALEURS BIO-INDICATEURES – THESE présentée par
Abdallah NAYA pour l’obtention du Doctorat de 3ème cycle (Option Ecologie) – Université Med
V Faculté des Sciences RABAT (Laboratoire de Zoologie et de Biologie Générale – Soutenu le
25 juin 1988.

20. ETUDE DE LA CHARGE EN METAUX LOURDS DANS LES EAUX, LES SEDIMENTS,
LES SOLS ET LES PRODUCTIONS AGRICOLES IRRIGUEES PAR LES EAUX USEES DE
LA VILLE DE FES – THESE de Doctorat présentée par Mohamed KHAMAR (Discipline :
Biologie, Spécialité : Environnement / U.F.R : Biologie appliquée à la production végétale et à
l’environnement – Université Sidi Mohamed BEN ABDELLAH / Faculté des Sciences DHAR
EL MAHRAZ – FES.

21. ETUDE DE LA FLORE LEVURIFORME ASSOCIEE AUX REJETS DE L’INDUSTRIE


OLEICOLE : Impact sur la biodiversité du Peuplement associé aux eaux – THESE de Doctorat
de 3ème cycle présentée par Ihssane SIDIKI – Université Sidi Mohamed BEN ABDELLAH /
Faculté des Sciences DHAR EL MAHRAZ – FES (Copie provisoire).

22. CARARACTERISTIQUES DU BASSIN VERSANT DE SEBOU : HYDROLOGIE, QUALITE


DES EAUX ET GEOCHIMIE DES SOURCES THERMALES – THESE présentée par Lahcen
BENAABIDATE pour l’obtention du grade de Docteur Es-Sciences (Discipline : Sciences de la
terre / Spécialité : Hydrogéologie – Université Sidi Mohamed BEN ABDELLAH / Faculté des
Sciences et Techniques FES-SAISS – Département des Sciences de la Terre – Soutenue le
04/02/2000.

23. ETUDE DE LA SURVIE DES INDICATEURS DE LA POLLUTION FECALE ET DE LA


REPARATION DES BACTERIES BLESSEES DANS LES EAUX USEES DE LA VILLE DE
FES - THESE de Doctorat de 3ème cycle présentée par Melle Lamyae KHAMLICHEI
(Spécialité : microbiologie de l’environnement) – Université Sidi Mohamed BEN ABDELLAH /
Faculté des Sciences DHAR EL MAHRAZ – FES / Soutenue le 27 juin 1997.

24. VARIATIONS REGIONALES DU FLUX GEOTHERMIQUE AU MAROC, APPLICAYIONS


– Thèse présentée par Abdelkrim RIMI pour l’obtention du grade de Docteur d’Etat es sciences
Option : Géophysique – Université Med V-AGDAL Faculté des Sciences RABAT-AGDAL –
Soutenu le 30 JUIN 1999.

25. ETUDE HYDROBIOLOGIQUE DE L’OUED BOUFEKRANE (MEKNES) – IMPACT SUR


L’ENVIRONNEMENT ET LA SANTE – Thèse présentée par Abdelkader CHAHLOAOUI pour
l’obtention du grade de Docteur d’Etat spécialité Biologie – Université Moulay ISMAMIL
Faculté des Sciences MEKNES – Soutenu le 13 janvier 1996.

26. ETUDE DE FAISABILITE SUR LA GESTION DES DECHETS SOLIDES – EVALUATION


PRELIMINAIRES DES SITES – Préparé par : le Groupement : SADAT INTERNATIONAL,
INC. PRINCTON, USA et SADAT MAGHREB ASSCIATES, RABAT, MAROC (Mars 1998).

27. EXPERTISE SUR LE PROJET DE LA GESTION DES DECHETS SOLIDES DE LA WILAYA


DE FES (FAO – Novembre 2001).

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page 90


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ANNEXES

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A1


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

A1 - VALEURS LIMITES DE REJETS DIRECTS


(Projet de normes marocaines)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A2


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ANNEXE I

VALEURS LIMITES DE REJETS DIRECTS (Projet de normes marocaines)


Projet
N° Paramètre Maroc Méthodes de Référence
5. DRAFT
1 Température 30°C Thermométrique
2 PH 6,5 – 8,5 Electrométrique
3 MES mg/l 50 Gravimétrique (filtration sur membrane de 0,45 µm)
- Volumétrique (distillation et complexation à
4 Azote K.ieldahl mgN/I 30 l’acide borique)
- Méthode après minéralisation au sélénium
5 Phosphore total P mgP/l 10 Colorimétrique à l’aide du molybdate d’ammonium
- Oxydation par un excès de bichromate de
6 DCO mg O2/l 500
potassium en milieu acide
Manométrique
7 DBO5 mg O2/l 100
Winkler
- Iodométrique
8 Chlore actif Cl2 mg/l 0,2
- Colorimétrique (voir ISO)
9 Dioxyde de chlore ClO2 mg/l 0,05 Colorimétrique
10 Aluminium Al mg/l 10 Spectrométrie d’absorption atomique
Détergents (mg/l) (anioniques,
11 3 Colorimétriques
cationiques et non ioniques)
12 Conductivité en µs/cm 2700 Electrométrique
Concentration par filtration sur membrane.
13 Salmonelles/5000 ml Absence Incubation sur milieu type. Enrichissement,
repiquage sur gélose d’isolement, identification.
14 Vibrions cholériques/5000 ml Absence Enrichissement dans un milieu approprié
Colorimétrique (complexation à l’acide barbiturique
15 Cyanures libres (CN) mg/l 0,1
pyridine après distillation)
- Potentiometrique par électrode sélective des ions
sulfures
16 Sulfures libres (S2-) mg/l 1
- Méthodes iodométriques
- Méthode colorimétrique au bleu de méthylène.
17 Fluorures (F) mg/l 15 Potentiométrique
Colorimétriques (attaque par l’amino-4-Antipyrine
18 Indice de phénols mg/l 0,3
après distillation)
Hydrocarbures par infra-rouge Extraction au solvant et absorption dans
19 10
mg/l l’infrarouge

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A3


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

20 Huiles et Graisses mg/l 30 Gravimétriques après extraction au solvant


21 Antimoine (Sb) mg/l 0,3 Spectrométrie d’absorption atomique
22 Argent (Ag) mg/l 0,1 Spectrométrie d’absorption atomique
23 Arsenic (As) mg/l 0,1 Spectrométrie d’absorption atomique
24 Baryum (Ba) mg/l 1 Spectrométrie d’absorption atomique
25 Cadmium (Cd) mg/l 0,2 Spectrométrie d’absorption atomique
26 Cobalt (Co) mg/l 0,5 Spectrométrie d’absorption atomique
27 Cuivre total (Cu) mg/l 0,5 Spectrométrie d’absorption atomique
28 Mercure total (Hg) mg/l 0,05 Spectrométrie d’absorption atomique
29 Plomb total (Pb) mg/l 0,5 Spectrométrie d’absorption atomique
30 Chrome total (Cr) mg/l 2 Spectrométrie d’absorption atomique
Chrome hexavalent (Cr VI) Spectrométrie après réaction avec le
31 0,2
mg/l diphénylcarbazide
32 Etain total (Sn) mg/l 2 Spectrométrie d’absorption atomique
33 Manganèse (Mn) mg/l 1 Spectrométrie d’absorption atomique
34 Nickel total (Ni) mg/l 0,5 Spectrométrie d’absorption atomique
35 Sélénium (Se) mg/l 0,1 Spectrométrie d’absorption atomique
36 Zinc total (Zn) mg/l 5 Spectrométrie d’absorption atomique
Spectrométrie d’absorption atomique
37 Fer (Fe) mg/l 3
Chlorométrique à la phénanthroline-1.10
Adsorption au charbon actif, décomposition
38 AOX 5
thermique et dosage coulombmétrique
• 1= 6.5 à 9 si la neutralisation est faite par la chaux
• 2= Des valeurs plus sévères doivent être exigées dans l’arrêté d’autorisation en fonction des objectifs
de qualité du milieu récepteur.
• 3= Dans le cas de rejet dans les eaux intérieures de surface

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A4


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

A2 - VALEURS LIMITES DE REJETS INDIRECTS


(Projet de normes marocaines)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A5


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ANNEXE II

VALEURS LIMITES DE REJET INDIRECT


Projet
N° Paramètre Maroc Méthodes de Référence
5.DRAFT
1 Température 35°C Thermométrique
2 PH 6,5 – 8,5 Electrométrique
3 MES mg/l 600 Gravimétrique (filtration sur membrane de 0,45 µm)
4 Phosphore total P mgP/l 10 Colorimétrique à l’aide du molybdate d’ammonium
5 DCO mg O2/l 1000 - Oxydation par un excès de bichromate de
potassium en milieu acide
6 DBO5 mg O2/l 500 Manométrique
Winkler
7 Sulfates SO4 2- mg/l 400 Gravimétrique au chlorure de baryum
8 Salmonelles/5000 ml Paramètre à Concentration
Incubation sur
par filtration sur membrane.
milieu type. Enrichissement,
éliminer repiquage sur gélose d’isolement, identification.
9 Vibrions cholériques/5000 ml Paramètre
éliminer
à Enrichissement dans un milieu approprié

10 Cyanures libres (CN) mg/l 1 Colorimétrique (complexation à l’acide barbiturique


pyridine après distillation)
- Potentiométrique par électrode sélective des ions
11 Sulfures libres (S2-) mg/l 1 sulfures
- Méthodes iodométriques
- Méthode colorimétrique au bleu de méthylène.
12 Fluorures (F) mg/l 15 Potentiométrique
13 Indice de phénols mg/l 5 Colorimétriques (attaque par l’amino-4-Antipyrine
après distillation)
14 Hydrocarbures
mg/l
par infra-rouge 20 Extraction au solvant et absorption dans
l’infrarouge
15 Huiles et Graisses mg/l 50 Gravimétriques après extraction au solvant
16 Antimoine (Sb) mg/l 0,3 Spectrométrie d’absorption atomique
17 Argent (Ag) mg/l 0,1 Spectrométrie d’absorption atomique
18 Arsenic (As) mg/l 0,1 Spectrométrie d’absorption atomique
19 Baryum (Ba) mg/l 1 Spectrométrie d’absorption atomique
20 Cadmium (Cd) mg/l 0,2 Spectrométrie d’absorption atomique
21 Cobalt (Co) mg/l 1 Spectrométrie d’absorption atomique
22 Cuivre total (Cu) mg/l 1 Spectrométrie d’absorption atomique
23 Mercure total (Hg) mg/l 0,05 Spectrométrie d’absorption atomique
24 Plomb total (Pb) mg/l 0,5 Spectrométrie d’absorption atomique
25 Chrome total (Cr) mg/l 2 Spectrométrie d’absorption atomique
Chrome hexavalent (Cr VI) Spectrométrie après réaction avec le
26 mg/l 0,2
diphénylcarbazide
27 Etain total (Sn) mg/l 2 Spectrométrie d’absorption atomique
28 Manganèse (Mn) mg/l 1 Spectrométrie d’absorption atomique
29 Nickel total (Ni) mg/l 0,5 Spectrométrie d’absorption atomique
30 Sélénium (Se) mg/l 0,1 Spectrométrie d’absorption atomique
31 Zinc total (Zn) mg/l 5 Spectrométrie d’absorption atomique
32 Fer (Fe) mg/l 3 Spectrométrie d’absorption atomique
Chlorométrique à la phénanthroline-1.10
33 AOX 5 Adsorption au charbon actif, décomposition
thermique et dosage coulombmétrique
• 1= 6.5 à 9 si la neutralisation est faite par la chaux
• 4= Des valeurs plus permissives peuvent être tolérées en commun accord avec le gestionnaire de la
station d’épuration communale.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A6


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

A3 - VALEURS LIMITES SECTORIELLES DE REJET LIQUIDE


(Projet de normes marocaines)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A7


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ANNEXE III

PROJET DE VALEURS LIMITES SECTORIELLES DE REJET LIQUIDE


* Levureries

VALEURS LIMITES DES


REJETS INDIRECTS
VALEURS LIMITES DES
PARAMETRES (AU NIVEAU DE LA
REJETS DIRECTS
CANALISATION
PUBLIQUE)
15 m3/tonne de mélasse
DEBIT SPECIFIQUE 15 m3/tonne de mélasse traitée
traitée
DEMANDE CHIMIQUE EN
7 000 mg/l 7 000 mg/l *
OXYGENE (DCO)
DEMANDE BIOCHIMIQUE
2 000 mg/l 2 000 mg/l*
EN OXYGENE (DBO5)
SULFATES (SO4--) VLGR 600 mg/l*
MATIERES EN
50 mg/l 600 mg/l
SUSPENSION (MES)
PH VLGR 6,5 – 8,5
TEMPERATURE °C VLGR 35°c
* sauf dispositions particulières des Autorités Locales

* Sucreries
• Pour les nouvelles unités sucrières

PARAMETRES VALEURS LIMITES


0,9 m3/tonne de betterave
DEBIT SPECIFIQUE 0,7 m3/tonne de canne

DEMANDE BIOCHIMIQUE EN OXYGENE


200 mg/l
(DBO5)
DCO/DBO5 5
MATIERES EN SUSPENSION (MES) 300 mg/l

• Pour les unités sucrières existantes

PARAMETRES VALEURS LIMITES


1ère étape 2ème étape
ECHEANCIER 5 ans 5 ans
0,9 m3/tonne de betterave 0,9 m3/tonne de betterave
Débit spécifique 0,7 m3/tonne de canne 0,7 m3/tonne de canne

DBO5 400 mg/l 200 mg/l


DCO/DBO5 5 5
MATIERES EN SUSPENSION
300 300
(MES)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A8


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

A4 - VALEURS LIMITES GENERALES DE REJETS DANS


L’ATMOSPHERE(Projet de normes marocaines)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A9


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ANNEXE IV

Valeurs limites générales de rejets dans l’atmosphère

Classe Limites(mg/m3) Exemples de substances

1. Poussières 50
2. substances inorganiques sous forme de poussières
1 0.2 Cd, Hg, TI: élément et composé

2 1 As (excepté hydrogène arsenisé), Co, Ni, Se, Te: élément et composés

3 5 Sb, Cr, Cu, CN (soluble), Sn, F (poussière), Mn, Pd, Pt, Pb,
SiQ2 (poussière cristalline, Rh, V: éléments et composés).

3. Substances inorganiques sous forme de gaz ou de vapeur


1 1 Chlorure de cyanogène, Phosgène, Hydrogène arséniés,
Hydrogène phosphorisé

2 5 Acide cyanhydrique, Brome et composés, Chlore, Fluor et composés,


Hydrogène sulfuré
3 30 Ammoniac, composés chlorés inorganiques à l'exception du chlorure
de cyanogène et du phosgène
4 500 Oxydes de souffre, Oxydes d'azote.

4. Substances organiques sous forme de gaz, de vapeur ou de particules


1 20 Acide acrylique. acide formique, Biphènyle, alpha-Chlorotoluène,
Dichlorophénols, Ethylamine, Formaldéphyde, Méthylamine,
Nitrobenzène, Tétrachlorméthane
2 100 Acide acétique,Chlorobenzène, Cyclohexanone, Disulfure de carbone,
Formiate de méthyle, Isopropylbenzène, Méthylcyclohexanone,
Styrène...
3 30 Ammoniac, composés chlorés inorganiques à l'exception du chlorure de
cyanogène et du phosgène.
3 150 Acétate d'éthyle1 Chloréthane, Dichlorométahne, Diéthyléther,
Ethylèneglycol, 4-Méthyl-2-pentone, Pinène...

5. Substances cancérigènes
1 0.1 Amiante en poussières fines, Benzo(a)pyrène, Béryllium et ses
composés, Dibellzo (a,h) anthracène.
2 1 Composés de chrome (VI) sous forme respirable, composés de chrome
(III), Cobalt métallique et ses sels sous forme respirable (poussières ou
aérozone )
3 5 Acrylonitrile, Benzéne, l-3Butadiène 1-Chloro-2,3- époxypropane,
chlorure de vinyle, 1,2-Dibromométhane

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A10


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

A5 – LISTE DES CARACTERISTIQUES DES DECHETS DANGEREUX

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A11


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ANNEXE V

LISTE DES CARACTERISTIOUES DES DECHETS DANGEREUX

Est considéré comme déchet dangereux tout déchet contenant des matières ayant les caractéristiques

suivantes :

Matière explosive : Une matière ou un déchet explosif est une matière (ou un mélange de matières)
solide ou liquide qui peut elle-même, par réaction chimique, émettre des gaz à une température, une
pression et à une vitesse tel qu'il en résulte des dégâts dans la zone environnante.
Matière inflammable : Les liquides inflammables sont les liquides, mélanges de liquides ou liquides
contenant
Les solides en solution ou suspension (peinture, vernis, laques, etc.), qui émettent des vapeurs
inflammables à une
Température ne dépassant pas 60.5°C en creuset fermé ou 65,6°C en creuset ouvert.
Matière solide inflammable : Les solides ou déchets solides inflammables sont les matières solides
autres que,

Celles classées comme explosives qui s'enflamment facilement ou peuvent causer ou favoriser un
incendie sous.

L’effet du frottement
Matière spontanément inflammable : Matières ou déchets susceptibles de s'échauffer spontanément
dans des ions normales de transport, ou de s'échauffer au contact de l'air, et pouvant s'enflammer.
Matière ou déchet Qui. au contact de l'eau émet des gaz inflammables : Matières ou déchets qui, par
réaction avec l'eau, sont susceptibles de s'enflammer spontanément ou d'émettre des gaz inflammables en
quantité dangereuse.
Matière comburante : Matières ou déchets qui, sans être toujours combustibles eux-mêmes, peuvent en
général en cédant de l'oxygène, provoquer ou favoriser la combustion d'autres matières.
Peroxyde organique : Matières organiques ou déchets contenant la structure bivalente sont des matières
thermiquement instables, qui peuvent subir une décomposition auto-accélérée exothermique.
Matière toxique (aiguë) : Matières ou déchets qui, par ingestion, inhalation ou pénétration cutanée,
peuvent causer la mort ou une lésion grave ou nuire à la santé humaine
Matière infectieuse : Matières ou déchets contenant des micro-organismes viables ou leurs toxines, dont
on sait, ou dont on a de bonnes raisons de croire, qu’ils causent une maladie chez les animaux ou chez l
homme.
Matière corrosive : Matières ou déchets qui, par action chimique, causent des dommages graves aux
tissus vivants, qu'elles touchent, ou qui peuvent en cas de fuite endommager sérieusement, voire détruire
d'autres matières.
Matière libérant des gaz toxiques au contact de l'air ou de l'eau : Matières ou déchets qui, par
réaction avec l'air ou l'eau sont susceptibles d'émettre des gaz toxiques en quantités dangereuses.
Matière toxique effets différés ou chroniques : Matières ou déchets qui, par inhalation, ingestion ou
pénétration cutanée, peuvent entraîner des effets différés ou chroniques ou produire le cancer.

Matière écotoxique : Matières ou déchets qui, s'ils sont rejetés, provoquent ou risquent de provoquer,
par bio- accumulation et/ou effets toxiques sur les systèmes biologiques, des impacts nocifs immédiats ou
différés sur l'environnement.

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A12


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

A6 - NORME DE REJET DES EAUX USEES TRAITEES DANS LE


DOMAINE PUBLIC (Norme Tunisienne NT 106.02)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A13


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ANNEXE 6 : Norme de rejet des eaux usées traitées dans le domaine public (NT 106.02)

Paramètres Expression Domaine public Domaine public Canalisations Méthodes de


des résultats maritime hydraulique publiques dosage
Température En degré La température Doit être Doit être
mesure au Celsius du rejet ne doit inférieure à inférieure à -
moment du prélèvement (° C) pas dépasser (1) (2) (2)
35 ° C 25° C 35° C
pH 6,5 < pH < 8,5 6,5 < pH < 8,5 6,5 < pH < 9 NT 09 . 05
NT 09 . 06
Matières en suspension : MES mg/l 30 30 400 NT 09. 21
Matières décantables ml/l après deux heures 0.3 0.3 - -
Demande chimique en oxygène : mg 02 /l 90 sur un échantillon 90 sur un 1000 NT 09 . 23
DCO moyen de 24 H échantillon (4)
(pour la mer à moyen de 24 H
l'exclusion des zones
de baignade et (3)
d'aquaculture)
Demande biochimique en mg O2 /l 30 30 400 NT 09 . 20
Oxygène : DBO5 en moyenne de 24 H (5)
Chlorures : Cl mg/l sans exigence 600 700 NT 09 . 77
(6) (7)
Chlore actif Cl2 mg Cl2 /l 0.05 0.05 1 NT 01 . 31
Bioxyde de chlore : CLO2 mg/l 0.05 0.05 0.05 -
Sulfate : SO4 mg/l 1000 600 400 NT 09 . 78
(8)
Magnésium : Mg mg/l 2000 200 300 NT 09 . 09
(9)
Potassium : K mg/l 1000 50 50 NT 09 .66
(10) NT 09 .65
Sodium : Na mg/l sans exigence 300 1000 NT 09 .66
(11) NT 09 .65
Calcium : Ca mg/l sans exigence 500 fixer selon NT 09 .09
le cas NT 09 .10
Aluminium : Al mg/l 5 5 10 -
(12) (12) (13)
Couleur mg/l 100 70 fixer selon
Echelle au platine le cas NT 09. 16
cobalt
Sulfures : S mg/l 2 0.1 3
(14) -
Fluorures dissous : F mg/l 5 3 3
(15) -
Nitrates : NO3 mg/l 90 50 90 NT 09. 30
(16)
Nitrites : NO2 mg/l 5 0.5 10
(17) (18) -
Azote organique mg/l 30 1 100
et ammoniacal (18) NT 09 . 18
PO4 ou P total 0.1 0.05 10 -
Phénols, composés phénoliques mg/l 0,05 (en mer ) 0.002 1 -

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A14


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

Paramètres Expression Domaine public Domaine public Canalisations Méthodes de


des résultats maritime hydraulique publiques dosage
Graisses et huiles mg/l 20 10 30
saponifiables (19) -
Hydrocarbures aliphatiques mg/l 10 2 10 -
totaux (huiles, graisses et (20)
goudron) d'origine minérale
Solvants / chlorures mg/l 0.05 0.1 -
Détergents anioniques du type mg/l 2 0.5 5 NT 09. 26
alkyl Benzene sulfanate (ABS)
Bore : B mg/l 20 2 2 -
(21)
Fer : Fe mg/l 1 1 5 NT 09. 26
(22)
Cuivre : Cu mg/l 1.5 0.5 1 NT 09 . 07
Etain : Sn mg/l 2 2 2 -
Manganèse :Mn mg/l 1 0.5 1 NT 09 . 28
(23)
Zinc : Zn mg/l 10 5 5 NT 09 . 07
(24)
Molybdène :Mo mg/l 5 0.5 5 -
Cobalt : Co mg/l 0.5 0.1 0.5 NT 09 . 07
Brome actif : Br2 mg/l 0.1 0.05 1 -
Baryum : Ba mg/l 10 0.5 10 -
Argent : Ag mg/l 0.1 0.05 0.1
Arsenic : As mg/l 0.1 0.05 0.1 NT 09 . 08
Berylium : Be mg/l 0.05 0.01 0.05 -
Cadium : Cd mg/l 0.005 0.005 0.1 NT 09 . 35
(26)
Cyanures : CN mg/l 0.05 0.05 0.5 NT 09 . 41
Chrome hexavalent : VI Cr mg/l 0.5 0.01 0.5 -
Chrome tri valent : III Cr mg/l 2 0.5 (25) -
Antimoine : Sb mg/l 0.1 0.1 0.2 -
Nickel : Ni mg/l 2 0.2 2 NT 09 . 07
Sélénium : Se mg/l 0.5 0.05 1 NT 09 . 36
Mercure : Mg mg/l 0.001 0.001 0.01 NT 09 . 37
Plomb : Pb mg/l 0.5 0.1 1 NT 09 . 07
Titane : Ti mg/l 0.001 0.001 0.01 -
Pesticides et produits mg/l 0.005 0.001 0.01 -
similaires :
- Insecticides
- Composes organophosphores
- Herbicides
- Fongicides
- PCB et PCT
Coliformes fécaux par 100 ml 2000 2000 - NT 16 . 21
NT 16 . 22
Streptocoques fécaux par 100 ml 1000 1000 - NT 16 . 23
NT 16 . 24
Salmonelles par 5000 ml Absence Absence - -
Vibrions cholériques par 5000 ml Absence Absence - -

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A15


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

A7 - NORME DE REUTILISATION DES EAUX USEES TRAITEES DANS LE


DOMAINE AGRICOLE (Norme Tunisienne NT 106.03)

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A16


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ANNEXE 7 : Norme de réutilisation des eaux usées traitées dans le domaine agricole (NT 106.03)

Paramètres symbole unités Pour une utilisation agricole


Restrictive des eaux usées traitées
NT 106.03 (1989)
pH 6,5-8,5
Conductivité électrique CE µ S /cm 7000
Demande chimique en oxygène DCO mg O2 /l 90 (*)
Demande biochimique en oxygène DB05 mg O2 /l 30 (**)
Matières en suspension MES mg/l 30 (*)
Chlorures Cl mg/l 2000
Fluorures F mg/l 3
Organochlorés mg/l 0,001
Arsenic As mg/l 0,1
Bore B mg/l 3
Cadmium Cd mg/l 0,01
Cobalt Co mg/l 0,1
Chrome Cr mg/l 0,1
Cuivre Cu mg/l 0,5
Fer Fe mg/l 5
Manganèse Mn mg/l 0,5
Mercure Hg mg/l 0,001
Nickel Ni mg/l 0,2
Plomb Pb mg/l 1
Sélénium Se mg/l 0,05
Zinc Zn mg/l 5
Moyenne arithmétique des < 1/1
oeufs de nématodes intestinaux

* sur moyenne de 24 heures


** sauf dérogation particulière

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A17


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

A8 – OBJECTIFS DE QUALITE A ATTEINDRE EN FONCTION DES


USAGES DE L’EAU

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A18


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ANNEXE VIII

Objectifs de qualité à atteindre en fonction des usages de l’eau

HC
Qualité (Classe) 1A 1B 2 3 pollution
excessive
Irrigation, eau
Irrigation,
industrielle, eau potable
autoépuration,
Eau potable, (traitement poussé),
navigation,
Usage (qualité minimale abreuvage des abreuvage des animaux,
refroidissement,
demandée selon la vocation Tout usage animaux, loisirs avec contacts
poisson (survie
du cours d'eau) baignade, exceptionnels avec
aléatoire dans
loisir, poisson l'eau, poisson
certaines
(reproduction peut-être
conditions)
aléatoire)
Paramètres Unité
Température °C < 20 20 à 22 22 à 25 25 à 30 > 30
PH unité pH 6,5 à 8,5 6,5 à 8,5 6,5 à 8,5 5,5 à 9,5
DBO5 mg/l ≤3 3à5 5 à 10 10 à 25 > 25
DCO mg/l ≤ 20 20 à 25 25 à 40 40 à 80 > 80
MES mg/l < 30 < 30 < 30 30 à 70 > 70
O2 dissout mg/l ≥7 5à7 3à5 <3 -
Taux de saturation % ≥ 90 70 à 90 50 à 70 < 50 -
+
NH4 mg/l ≤ 0,1 0,1 à 0,5 0,5 à 2 2à8 >8
-
NO3 mg/l <5 5 à 25 25 à 50 50 à 100 > 100
P total mg/l < 0,1 0,1 à 0,25 0,25 à 0,5 0,5 à 2,5 > 2,5
2-
PO4 mg/l < 0,2 0,2 à 0,5 0,5 à 1 1à5 >5

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A19


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

A9 – SCHEMAS DE PRINCIPE BOUES ACTIVEES FAIBLE ET MOYENNE


CHARGE

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A20


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc
Etude d'Impact Environnemental de la station d'épuration des eaux usées de la ville de FES – Volet 3 - EIE

ANNEXE IX

Schéma de principe Boues activées faible et moyenne charge

Boues activées faible charge (Pôle A, Variantes 11 et 14)

Bassin d’aération
clarificateur
Prétraitement
Dégazeur Désinfection
Comptage
Oued Fès
EAUX BRUTES

Recirculation des boues

Boues en excès

Valorisation agricole
Déshydratation Epaississeur

Boues activées moyenne charge (Pôle A : Variantes 12 et 13 et Pôle B : Variantes 1&2)

Décanteur primaire Bassin d’aération Décanteur secondaire


Prétraitement
Dégazeur
UV et Comptage
O. Fès (A)
O.Sebou (B)
EAUX BRUTES

Boues fraîches
Recirculation des boues
Epaississeur

Digesteurs Boues en excès

Groupe gaz Gazomètre


Flottateur
Valorisation agricole Déshydratation

SCET-TUNISIE Réf.: 03-023 page A21


C:\Users\Mr Soudi\Desktop\EIE FES_31.doc