Vous êtes sur la page 1sur 208

Les AnnALes ArchéoLogiques ArAbes syriennes

MINISTèRE DE LA CULTURE

DIRECTION GéNéRALE DES ANTIQUITéS ET DES MUSéES

RéPUBLIQUE ARABE SYRIENNE

Les AnnALes ArchéoLogiques ArAbes syriennes

Les Annales Archéologiques Arabes Syriennes (AAAS) est une revue d’archéologie et d’histoire publiée par la Direc- tion Générale des Antiquités et des Musées de la République Arabe Syrienne.

La Revue a pour vocation de publier des études, des recherches et des découvertes archéologiques et historiques, de faire connaître les travaux et la contribution scientifique et archéologique de la Direction Générale des Antiquités et des Musées et de diffuser la culture archéologique de la Syrie dans le pays lui-même, dans le monde arabe et dans la com- munauté internationale scientifique.

La revue AAAS accueille tout article de savants arabes et étrangers spécialisés notamment dans l’archéologie et l’histoire, à condition que cette étude se conforme à ses buts et sous réserve de l’accord du comité scientifique.

La revue AAAS publie des articles en arabe, en français, en anglais et en allemand. Pour les articles en langue étrangère, la revue se charge d’en donner un résumé précis en arabe.

Comité SCientifique

Dr. Bassam JAMMOUS Dr. Michel AL-MAQDISSI Mme Muna MOUAzen eng. elias BOUtrOS Dr. Youssef KAnJOU Mr. Ahmad tArAKJI Mr. Moussa Dib AL-KHOUrY

Directeur Général des Antiquités et des Musées Directeur des Fouilles et des études Archéologiques Conservateur du Musée de Damas Directeur de Restauration Direction des Antiquités et des Musées d’Alep Co-directeur des Fouilles Chercheur

Directeur de la revue Rédacteur en chef Membre Membre Membre Membre Secrétaire de rédaction

Toute correspondance relative à la rédaction des articles, abonnement ou échange doit être adressée à :

Les Annales Archéologiques Arabes Syriennes Direction Générale des Antiquités et des Musées Rue Qasr el-Heir Damas, Syrie

E-mail: aaas.dgam@gmail.com

révision des textes en arabe Michel AL-MAQDISSI, Moussa Dib AL-KHOURY

révision des textes français et anglais Michel AL-MAQDISSI, Julien ALIQUOT

résumés des traductions en Arabe Moussa Dib AL-KHOURY, Mayassa DIB

résumés des traductions en français Michel AL-MAQDISSI

Dactylographie

Jouhayna OZON

Mise en page et canevas de couverture Marie OZON

Imprimé sur les presses des imprimeries du Ministère de la Culture à Damas Tous droits résérvés

Ministère de la Culture Direction Générale des Antiquités et des Musées

Sommaire

Preliminary report on the 2002 and 2003 Seasons of the tell Brak Sustaining Area Survey

HENRY T. WRIGHT, ERIC S.A. RUPLEY, JASON UR, JOAN OATES and EYAD GANEM

7

tell Afis 2007 Field Season Preliminary report

STEFANIA MAZZONI

23

La granulation en Méditerranée orientale à l’Âge du Bronze

ROMAIN PRéVALET

31

evaluation de l’état général du site archéologique de Cyrrhus-nebi Houri

JEANINE ABDUL MASSIH

45

La conservation des monuments du site antique d’Amrith

JEAN-CLAUDE BESSAC

61

the Syro-German/Austrian Archaeological Mission at Palmyra in 2007

WALEED AL-AS‘AD and ANDREAS SCHMIDT-COLINET

75

Découverte d’un amphithéâtre à tadmor-Palmyre

MANAR HAMMAD

87

La fouille du marché suburbain de Palmyre (2001-2005), relation préliminaire

CHRISTIANE DELPLACE

91

the Camel-riding God from al-Sbeikha

FINN O. HVIDBERG-HANSEN

113

La dédicace grecque d’Ain el-Fijé

JULIEN ALIQUOT

123

Fouilles à al Andarin/Androna

CHRISTINE STRUBE

127

Sur les traces numismatiques et sigillographiquesdes Perses sassanides en Syrie

RIKA GYSELEN

139

L’art de la peinture murale dans l’Antiquité, un tombeau peint à Palmyre

HéLèNE ERISTOV, CLAUDE VIBERT-GUIGUE et NADA SARKIS

149

Les Omeyyades et l’art de la peinture murale

Qasr al-Hayr al-Sharqi, travaux de la mission archéologique syro-suisse 2003–2007

DENIS GENEQUAND et WALID AL-AS‘AD

résumés des articles en arabes

177

195

David Oates, figure brillante de l’école britannique au Proche-Orient

ADNAN BOUNNI

197

note préliminaire sur les monnaies trouvées à Hosn Souleiman

KHALED KIWAN

199

L’origine de la tour funéraire palmyrénienne et son développement

HAMAM SAAD

201

etude de la production céramologique du site de Jokha, (III e millénaire av. J.-C.)

SALMAN ROUMEID

203

notes d’archéologie levantine XIX. Introduction à l’étude de la production céramologique du Bronze moyen au Levant nord

MICHEL AL-MAQDISSI

Les travaux de nessib Saliby (1921-1992) à Amrith

MICHEL AL-MAQDISSI

205

207

7

Preliminary rePort on the 2002 and 2003 SeaSonS

of the tell Brak SuStaining area Survey

Henry t. WrIGHt, eric S.A. rUPLeY, Jason Ur, Joan OAteS and eyad GAneM

Université du Michigan (USA); Université de chicago (USA); Université d’Oxford (Angletrre); DGAM (Lattaquié)

The first and second seasons of the Tell Brak Sustaining Area Survey took place in the autumn of 2002 and 2003, over seven weeks from mid September through the beginning of November.

introduction

In 2002 our efforts were focused on the immediate neighbourhood of Tell Brak up to a seven km radius from the site itself. In 2003, with the issuance of a new permit, we extended north and west to a radius of 15 km, increasing our coverage to nearly 500 km 2 . Over the two seasons a total of 268 sites have been identified (Figure 1). During the 2003 season, an in- tensive investigation of the outer suburbs of Tell Brak was also initiated. The survey is part of the wider Tell Brak Project under the overall direction of Professor David Oates, whose death on the 22nd March, 2004, we report with sadness. He will be sorely missed. The survey itself is directed in the field by Professor Henry

Wright with the assistance of Eric Rupley, Jason Ur and (in 2003) Helen McDonald, Phil Karsgaard and Harriet Martin. We were further ably assisted in the 2003 season by Fahed Juma and Chris Martin. In 2002 Geoff Emberling, Joint Field Director of the Tell Brak Project together with Helen McDonald, came with us to Damascus and Hasseke to oversee the preparatory stages of the project. Professor David and Joan Oates joined us for part of both seasons. Throughout both seasons, we were incomparably aided by Sd. Eyad Ganem, Representative of the Directorate General of Antiquities and Museums, Damascus. We also wish to thank most warmly Dr. Tammam Fakouch, Director General, Dr Michel Al-Maqdissi, Director of Excava- tions, and Dr. Abdul Razak Mouaz, former Director-

8

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

General, of the Directorate General of Antiquities and Museums, Damascus, for their friendly and unfailing assistance and support. We also wish to thank Sd. Abdul Messih al-Baghdo, Director of Antiquities for Hasseke Province for his continuing efforts on our be- half.

the setting of the survey

The Khabur Plain constitutes the largest tract of land in Upper Mesopotamia suitable for dry farming, although today it suffers unreliable winter rainfall and fierce summer heat, especially toward its southern margins. At the present day the plain receives only erratic and seasonal water from several small streams originating in the Tur Abdin massif to the north or from springs in the foothills, while the flow of the Khabur River itself, as well as its largest tributaries, suffers from the effects of pumping for irrigation. At times rainfall is adequate for grain cultivation and the sustenance of sheep and goat herds throughout the plain. At other times, only the northern third of the area receives sufficient rain for reliable crops. Evi- dence from ancient times suggests long periods of more reliable moisture, and the Khabur plain can be viewed as a microcosm of the north Mesopotamian Jazira with both its potential and its risks.

This plain is important for archaeologists becau- se of the variety of past cultural processes that can be studied within its bounds. Criss-crossed by se- veral important ancient routes (Oates 1977), it is an area in which relationships between changes in in- ter-regional exchange and in social complexity can be investigated (Stein 1999). As a key province in successive imperial domains, its settlement patterns can also provide indices of the degree of imperial control of agriculture and transport, as well as in the defense of frontiers (Oates 1968). The primacy of Brak (ancient Nagar) is understandable as a res- ponse to its ‘gateway’ position (Burghardt 1971) at a major wadi crossing and the intersection of east- west and north-south routes; its gateway role is also reinforced by its position within a narrow band of separation between the fertile heart of the Khabur basin to the north of Brak and the zone of margi- nal cultivation to the south (Brak 2, Ch. 1). Mo- reover, cities like Brak occupy a position of control between the well-watered Khabur heartland and the increasingly arid lands to the south and may have

functioned as an interface between semi-nomadic pastoralists and urban agrarian economies (Wilkin- son 1994; 2000); indeed the importance of wool in the economy is especially noticeable in the fourth millennium evidence from the site (Weber in Em- berling & McDonald 2003; Oates 1993).

Previous ArchAeoLogicAL survey neAr teLL brAk

The Khabur plain was first systematically sur- veyed during the 1920s by Père Poidebard of the Mission Archéologique en Syrie (1934), with a spe- cial emphasis on forts and roads which he believed to date from the period of Roman imperial control. Later in the 1930s Max Mallowan surveyed some of the larger sites in the area of Brak and Chagar Bazar (Mallowan 1936, 1937).

Nearly forty years later, several surveys have been initiated under the direction of David Oates, the first by Oates himself in 1975, with the assistan- ce of Sd Kassem Tuweir of the Directorate-General in Damascus, when Brak was selected for further excavation. In 1978 Kate Fielden recorded a num- ber of fourth millennium sites in the general area of Brak (reported in her dissertation, Fielden 1981). In the late 1980s a more comprehensive survey was initiated under the Brak Project and carried out by Jesper Eidem and David Warburton (1996). This survey focused especially on sites near the Wadi Ja- ghjagh and was chronologically more comprehensi- ve. The Oates also re-examined a number of Poide- bard’s Roman sites; their observations are published in the Adnan Bounni Festschrift (1990).

survey MethodoLogy

While the limited length of this communication precludes a full discussion of our methodology, we wish to mention several key elements. It is our in- tention over four seasons to unite observations of the Tell Brak region to include identification of both multi-component and small single-period sites as well as landscape features of archaeological rele- vance, to identify changes in local settlement pat- terns and to anchor archaeological observation of the Brak local area within a comparative, regional framework. We wish to stress the importance of this last point: surveys focused on the sustaining area of

Henry T. Wright, Eric S.A. Rupley, Jason Ur, Joan Oates & Eyad Ganem

9

a major site, such as the work at Brak or Hamoukar, require comparison with other surveys for their ef- fective interpretation. Thus, a primary concern has been to assure methodological comparability with other surveys within the Khabur watershed (Wilk- inson 2000), in particular those around Tell Beydar, Tell Hamoukar and Tell al Hawa (Ur 2002b; Wilk- inson 2002a, b; Wilkinson and Tucker 1995). Our survey method involves six aspects: (1) initial site identification, (2) definition of site boundaries, (3) sherd collection, (4) landscape observation (5) ty- pological analysis, dating and curation of ceramics, (6) storage of collections.

Initial site identification: Prior to collection, possible site locations are identified by various means, including the use of Corona and other pho- tographs taken before modern agricultural develo- pment. These techniques are supplemented by the use of internationally available Landsat data and GIS software. This combination of techniques with the use of infrared bands to highlight soils characte- ristic of human occupation has enabled our identi- fication not only of sites of very small size but also those which are without relief or have been largely destroyed owing to ploughing and erosion. Our re- covery record is thus closely comparable with that of surveys based on intensive field-walking (Fish and Kowalewski 1990; Wilkinson et al. 2003).

Definition of site boundaries: Collection bounda- ries are determined by consensus among team mem- bers walking transects, based on the following obser- vational criteria: extent of surface remains, primary ceramic scatter, local topography and soil characte- ristics. In conformity with the surveys of Wilkinson and Ur, sites are defined generally as associated with ceramic densities greater than 2-3 sherds per 10 m2 (Ur 2002a; Wilkinson and Tucker 1995). In practice, boundary changes in ceramic density are assessed against local background, to ensure that low density sites such as campsites are included.

On-site collection: Within the boundaries of a site, sectors for collection are defined principally by topography and obvious differences in ceramic scatter; within each sector all visible diagnostics are collected.

Landscape observation: Observations on site morphology as well as proximity to landscape fea-

tures are recorded. Existing cuts revealing site stra- tigraphy are drawn. All identified sites are mapped with GPS at 1:200 and located on our overall map using a UTM Zone 37S, WGS 84 coordinate sys- tem. The presence of so-called ‘hollow ways’ (tra- ces of ancient track-ways) observed on the Corona and satellite images (Wilkinson 1993) are confirmed by surface observation. In 2002 and 2003, several potential canal beds near the Wadi Jaghjagh were recorded, as were sequences of alluvial deposition from bank cuts within the bed of the Jaghjagh.

Analysis and storage of ceramic collections:

Twenty-five years of continuous excavation at Tell Brak and other sites in the area provide an almost unbroken stratigraphic sequence covering more than eight thousand years, upon which our analysis of col- lected ceramics is founded. The excavations at Brak itself provide a fairly complete stratigraphic sequence from the late fifth to the late second millennium BC. For earlier periods we depend on reports from Halaf and ‘Ubaid sites elsewhere in eastern Syria and in nearby northern Iraq. For succeeding Middle Assyrian to Parthian periods, we will soon have the evidence from nearby Tell Barri (Pecorella 1997; 1999a; 1999b; 2000), and there is other relevant evidence from nor- thern Iraq (e.g. C. Postgate et al. 1997; Oates & Oates 1957, 1958) and from preliminary studies elsewhere in the Khabur region. Our initial recording methods follow those of Wilkinson, Tucker (Ball et al. 1989; Wilkinson and Tucker 1995) and Ur (2002b), revised with the help of advice from Joan Oates. A particular phase of occupation is confirmed when two or more diagnostic types are identified. All site collections are washed, recorded, bagged and stored at Tell Brak to enable further study as our chronology is refined.

cerAMic chronoLogy And settLeMent evidence

the foLLowing Are key resuLts of our first two seAsons of survey:

Palaeolithic and Epipalaeolithic Evidence. In 2003, we found our first definitive Palaeolithic spe- cimens -- Levallois flakes with facetted platforms of Mousterian affinity -- on gravel knolls in the north and northwest portions of our survey area.

In addition we recorded two low mounds close the Jaghjagh, composed of burnt stone with small

10

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

blades and microblade industries including baked and truncated blades, denticulated blades and small notched projectile points. The material seems to be most similar to earlier or middle Pre-Pottery Neo- lithic B assemblages (Eric Coquengniot, personal communication).

Seventh to Fifth Millennia BC (Halaf and ‘Ubaid). In 2003, the survey found proto-Hassuna and Samarran-related sherds, including so-called Orange Ware, on sites to the north of Brak.

Succeeding Halaf ceramics have distinctive fine brown to buff clay bodies with few inclusions, and

a consequent blocky fracture. Forms include a range

of straight-necked jars and hemispherical, shallow or carinated bowls. A substantial minority of these sherds have reddish-brown to grey painted desi- gns. Several successive Halaf phases are probably represented. Within the area surveyed to date, 32 Halaf sites have been recorded (Figure 2). They are distributed widely on the plain. Most are relatively small, less than one hectare. In contrast are several larger sites (2-3 ha) on the northern periphery of the survey area. As yet, we have no way of estimating the size of Tell Brak during Halaf times, though jud- ging by the quality and quantity of the pottery it was not then an insignificant site.

In contrast to Halaf, ‘Ubaid ceramics along the

Jaghjagh have buff to reddish clay bodies with sand and/or vegetal inclusions. Identified forms include

a range of straight- or flared-neck jars and hemis-

pherical, shallow or incurved bowls. In better pre- served assemblages a substantial minority of the sherds bear reddish-brown to black painted designs, including bold horizontal lines, curved lines and geometric motifs. A total of 63 sites have been re- corded with ‘Ubaid ceramics. Many are similar in size to the sites of Halaf attribution. We have also identified several distinctly larger, multi-mounded ‘Ubaid sites (for example BKS-65 or BKS-98-100).

These possibly mark distinctly larger ‘Ubaid com- munities, though further assessment of the ceramics may reveal that different mounds were occupied at different periods within the ‘Ubaid time span. Again, we cannot estimate the size of the ‘Ubaid site at Brak

Late fifth to early third millennia BC (the Uruk and Post-Uruk periods). The ceramics of the late

fifth and very beginning of the fourth millennium, long known from excavations at Gawra (Tobler 1950), are of diverse fabrics, including fine buff pot- tery, grey wares with sand or limestone inclusions, buff and green wares with some vegetal inclusions and soft buff or brown wares with heavier vegetal inclusions. Among the commonly recognised forms are fine ware beakers, bowls with inwardly beveled or internally or externally thickened rims on fabrics with vegetal inclusions, hole mouth jars usually of grey or red fabric, large heavy ‘channel rim’ jars and rough, shallow bowls with heavy vegetal inclu- sions. By this time the expansion of Tell Brak to become the dominant centre of the region was well underway, and at least 82 sites other than Brak had ceramics of this Northern Early Uruk assemblage (Phase E, Brak 2, xxx). Preliminary assessment of the sizes suggests a settlement hierarchy with a ma- jor centre at Tell Brak, a few small centres or town sites of 5-7 ha, large villages of 2-3 ha and small village sites of about a hectare.

The Early Northern Uruk assemblage appears to have developed gradually into the distinctive mid- fourth millennium assemblage (Brak Phase F) well described from Tell Leilan (Schwartz 1982), Kur- ban Höyük (Algaze 1990) and Brak itself to which the term ‘Northern Middle Uruk’ has been applied (Oates and Oates 1993). A variety of bowls and jars were made of a very fine buff fabric, including small hemispherical and carinated bowls and small jars with flared rims. More common are vessels made of brown or reddish fabric with copious vegetal in- clusions, perhaps from the addition of dung to the clay. Most of the latter have been wet-smoothed and even burnished, exposing the organic fragments on the surface and giving rise to the Braidwoods’ term ‘chaff-faced ware’ (Braidwood and Braidwood 1960). Among the open forms are small shallow plates, large shallow bowls with thickened ‘ham- mer-head’ rims, and carinated open cooking vessels (‘casseroles’). Among the closed forms are medium to large jars with flared thickened rims and band rims, often with multiple grooving inside the neck. Such grooving is also found in fine ware jars. The urban centre at Brak reached its largest extent during this phase, covering the entire main tell and at least 5 subsidiary mounds, while 92 sites within the sur- vey area produced ceramics of the Northern Middle Uruk assemblage (Figure 3). Preliminary assessment

Henry T. Wright, Eric S.A. Rupley, Jason Ur, Joan Oates & Eyad Ganem

11

of the sizes suggests a settlement hierarchy similar to that of the early fourth millennium. Examination of the settlement distribution map for the mid-fourth millennium shows that sites cluster in a rough ring 3 to 8 kilometres from the edge of the large settlement complex at Brak, with few sites on the right bank of the Jaghjagh close to Brak. This relatively empty area may have been the zone intensively cultivated by the inhabitants of Brak itself.

Occurring occasionally in mid-fourth millen- nium contexts and replacing the local pottery at Brak by c 3400 BC is a buff ware assemblage with sand inclusions, a fabric derived from the Uruk pottery of Lower Mesopotamia (Brak Phase G). Common forms include wheel-thrown conical cups, hemis- pherical bowls with rounded or obliquely cut rims and a diversity of jars with straight or flared necks and simple rounded, ledge, oblique-cut or collared rims, often with handles, perforated lugs or spouts. Bottles with drooping spouts are particularly nota- ble. Characteristic decoration such as horizontal or cross-hatched incising or black-on-red painted de- signs, all found on jar shoulders, are relatively un- common; the former are also found at Brak in early Phase H. A soft ware with vegetal or limestone in- clusions is used to make both ‘beveled rim bowls’ and wheel thrown vessels termed ‘flower pots’. Be- veled rim bowls are also found with the mid-fourth millennium assemblages and are best viewed not as characteristically ‘Uruk’, in a southern sense, but as a widely-used mass-produced form. Southern Late Uruk pottery was identified on only 14 sites, most small with only a few Uruk sherds. There were three larger sites of this date with diverse ceramic assemblages, BKS-124 to the north, BKS-76 to the southeast and BKS 163 to west of Brak. At this time the main settlement at Brak may have been an actual southern ‘colony’. A question that remains to be answered is whether Brak and the 13 rural si- tes were the only settlements of Late Uruk times, or whether there were other contemporary sites conti- nuing to use a later version of the (local) Northern Middle Uruk ceramic assemblage.

During the late fourth millennium (Jamdat Nasr) and early third millennium at Tell Brak itself we have excavated a phase (H) following the Late Uruk settlement, with small quantities of Jamdat Nasr bi- chrome and other shapes identical with those from

the southern repertoire. Local types, which conti- nue well into the third millennium, include very dis- tinctive small cups and bowls, tab-lugged jars and ‘proto-Ninevite 5’ together with a few southern ‘ED I’ types, including reserved slip ware (Oates & Oa- tes 1991, Area TW). A distinctive type of beveled rim bowl is also found.

Possible Jamdat Nasr ceramics are known on only one site other than Tell Brak, BKS-75, lying southeast of Brak on the route to the Sinjar area and thence toward lower Mesopotamia. The recogni- tion of this late-fourth early-third millennium pha- se among surface sherd collections has up to now proved difficult, but further study of the collections should reveal other examples.

Ninevite 5 (second quarter of third millennium, Brak Phases J,K). The succeeding Ninevite 5 cera- mics are known from many excavations in eastern Syria and northern Iraq and are well represented at Tell Brak (Brak 2; Matthews 2003). The most distinctive vessels are those of a fine greenish-grey ware, often small cups with beaded rims and dis- tinctive ogee-curved bases or vessels with easily recognised incised or (later) excised designs. Easily recognised also are cooking jars with coarse crushed rock inclusions, often with crescentic lugs and de- corated with deeply jabbed impressions. Relatively few sherds of Ninevite 5 painted ware have been found among the survey collections, though a num- ber have been recovered at Brak itself. Among the sites surveyed up to now 40 have produced Ninevite 5 ceramics. In addition to the large centre at Brak, with possibly 40 hectares of occupation, there was another substantial settlement 14 km north of Brak on the Jaghjagh, Tell Shaikh Names, BKS 242, with about 5 ha of Ninevite 5 settlement. Among the smaller sites, many are conical mounds, 15-20 me- tres high, on which the sherd distributions tend to indicate thick Ninevite 5 deposits. Lower outlying sites are often found near these high mounds. The settlement distribution is striking, sites being evenly spaced north and east of Brak, west of the Jaghjagh and between the Jaghjagh and the Radd.

Late ED III, Akkadian, and Post Akkadian (c. 2500-2000 BC; Phases N-L). This period of time is represented by large and well-studied excavated as- semblages from Tell Brak (Brak 2). Fine grey wares, highly fired stone wares (Kühne and Schneider 1988)

12

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

and a range of buff wares with sand inclusions ran- ging from fine to coarse, often with a trace of vegetal inclusions, are attested. Throughout these periods, common forms include conical cups, large bowls with flattened rims, medium banded-rim jars, and large jars with folded or thickened rims. Among the surveyed sites at least 90 produced ceramics of the later Early Dynastic III, Akkadian or Post-Akkadian periods. By this time (and probably much earlier) we know that Brak was ancient Nagar, the capital of a regional state controlling much of the central Khabur Plain. During the Akkadian period it became a major imperial ad- ministrative centre. On the rural sites, sherds of these periods comprised only a minority of our survey col- lections and were often weathered. Many of these sites are, however, quite large, for example BKS-48, BKS-98-100, BKS 210 and BKS 220, which had long histories of occupation before and after the late third millennium. In addition to the usual range of small mounds, there are several very small sites, probably farmsteads or hamlets, and isolated third millennium sherds are often found. Within the area surveyed up to now, the largest settlements lie to the north of Brak; settlement is also dense to the east of the Jaghjagh and to the west along the Wadi Khanzir.

A number of distinctive very late third to early second millennium ceramic types are known from Tell Brak, but these have not proved easy to distin- guish among surface sherds (even on Brak itself). Most easily recognised is wavy combing on the shoulders of large jars or urn-like vessels. Although this type occurs at Brak, it has been found only at a few surveyed sites along the Jaghjagh. Only fur- ther study will show whether there were genuinely fewer rural settlements at this time, or whether the very distinctive pottery types of this date found at Brak were more commonly used in the urban cen- tres where there continues to be evidence of large- scale settlement (for example Brak itself, Mozan, Hamoukar, Chagar Bazar).

Middle – Late Bronze (Old Assyrian to end of Mitanni, c. 1850-1280 BC; Brak Phases P,Q). The most distinctive pottery of this period, Khabur pain- ted ware, was defined by Mallowan at Brak (1947), but recent studies (Brak 1; C. Postgate et al. 1997) provide both broader and sharper definition. The date of the earliest Khabur ware remains a matter of debate, but evidence from Brak clearly indicates a

century or more of early second millennium occu- pation before the introduction of this very common and distinctive painted pottery. The fabric depends in general on the type and content of vessels. The most common surface finds—jars with thickened rims and carinated bowls, bearing horizontal brown or reddish painted bands, simple geometric motifs and horizontal grooving -- continue well into Mi- tanni times. Note also that painted Khabur ware was entirely absent from the final phase of Mitanni oc- cupation at Brak (late 14th century).

At least 74 sites produced Khabur ware. These sites are evenly spaced along the Jaghjagh and the Radd, but are less common on the surrounding plain. Most of these sites are small, but there are also a number of substantial settlements, particularly south of Brak. At this time Brak appears to have dimi- nished in size, though it remained a walled city.

Mitanni ceramics recognized in surface assem- blages are commonly of a fine ware used for small jars, bowls (often of types that occur also in late Middle Bronze contexts) and beakers with pedes- tal bases. A number of types bear designs in black or brown paint on a buff surface or in white paint on a brown or red slip (‘Nuzi ware’). Rare among surface assemblages but common at Brak itself are shallow bowls with red bands around the rim (a type found also in Middle Assyrian contexts). In terms of the survey it is difficult to establish whether sites are of late Middle Bronze or early Late Bronze date, since the pottery, other than the relatively rare Nuzi ware, is virtually indistinguishable. Further refine- ment of our survey data should allow a more precise attribution of the second millennium sites.

At least 38 sites had Mitanni fine wares. Most also had Khabur ware. The larger Khabur ware sites to the south may have been abandoned in the Late Bronze Age, but this observation needs confirma- tion given the difficulty of distinguishing Middle and Late Bronze Age Khabur ware. Brak itself, however, expanded at this time, on the plain to the north and northwest of the main tell.

Late second millennium BC (Middle Assyrian; Phase R). In this period the larger vessels are of a heavy buff to green fabric, the most characteris- tic form being a large pot with square rim. Very distinctive carinated small bowls with outward fla-

Henry T. Wright, Eric S.A. Rupley, Jason Ur, Joan Oates & Eyad Ganem

13

ring sides are made of a finer grit-tempered buff to brown fabric. Jars with rounded, collared rims and shallow bowls continue from Mitanni times.

Regrettably, Middle Assyrian occupation at Brak has largely eroded from the uppermost area of the tell, but within the area intensively surveyed in 2002 and 2003 at least 93 sites produced ceramics of this period, possibly indicating a recovery of rural sett- lement to a level similar to that of the mid-fourth millennium. There is also a substantial town site, BKS-28, on the Jaghjagh southwest of Brak. Most settlements, however, are small and clustered along the Jaghjagh.

First Millennium BC (Neo-Assyrian, Neo-Ba- bylonian, and Achaemenid, c. 900-312 BC). The ceramics of the early Iron Age are diverse. We are fortunate to have recent synthetic studies of the broader region (Hausleiter and Reiche 1999), but still need a comprehensive publication of samples from nearby sites. These ceramics have a range of buff brown and reddish colours with fine sand and vegetal inclusions. Our samples included large shal- low bowls, sometimes carinated, with thickened rounded rims, often with a single exterior groove. There were also a variety of jars with rolled over, rounded rims on slightly flared necks. These jars of- ten had a distinctive swollen, convex, ‘knob’ base.

At least 141 sites had Neo-Assyrian ceramics (Figure 4). This is the largest number of sites recor- ded from a single period within the Brak sustaining area. The rural sites are relatively large and closely spaced, and the right bank of the Jaghjagh is no longer avoided, despite the continuing occupation of Brak at this time. Two towns are situated on the Jaghjagh west of Brak, BKS-27-28 surviving from Middle Assyrian times, and BKS-53, newly re-esta- blished on the other side of the river.

Our ceramic knowledge for the time dominated by the Neo-Babylonian and Achaemenid dynasties is un- satisfactory. There is a range of fabric colours, with sandy inclusions increasingly predominating. Rolled rim jar forms continue, some with multiple exterior grooves. Also associated is a hole mouth jar with grooves on the rim. Heavy-rimmed bowls continue, often with multiple grooves on the top of the rim.

Possible types dating from this mid-first millen- nium phase have been recognized on 90 sites. The

distribution of small sites resembles that of the pre- ceding period but the traces of occupation on larger town sites are irregular, possibly because these late deposits are more eroded.

Late First Millennium BC (Hellenistic, c. 300- 146 BC). For this period, in contrast with the pre- ceding phase, there are a number of common and well-defined types. There are a range of fabric co- lours usually with fine sand or calcite inclusions and fine wares with few inclusions. Common forms include small incurved bowls, often with a reddish or grey streak paint or slip, and a jar with folded rim often with the appearance of a grooved collar and occasionally red paint. Finer ware shal- low plates with ledge rims and ring bases often have a red slip.

The distinctive Hellenistic ceramic assemblage was found at 87 sites. Many new settlements were established at this time, and the banks of the Jaghja- gh were continuously settled. Although there are now within the survey area some large sites with several component mounds, for example BKS-20, there are no sites that might be described as towns. An unusual square fort of Hellenistic date, 200 meters on each side, on the Jaghjagh west of Brak (Khirbet Rashid, BKS-27) has been repeatedly exa- mined, confirming that the associated material is Hellenistic (Oates & Oates 1990, 238).

Parthian-Roman (146 BC - AD 360). Parthian ceramics are typically made of a distinctive light- coloured, hard, finely sand-tempered fabric. Straight jar necks with a groove on the exterior of the rim often have deeply grooved strap handles. There is a small fine ware version of this form. The Hellenis- tic jar with folded rim develops into a low-grooved collar form with flattened lip. A common and easily recognised indicator of Roman/Parthian occupation is an array of diamond-shaped impressions, usually on jar shoulders. This distinctive decoration is fir- mly dated at Hatra and Ain Sinu in the first half of the third century AD, but may also be earlier or later (Oates and Oates 1959). Particularly distinctive is the finely ribbed cooking ware. The equally distinc- tive light-blue Parthian glaze, though known in this area, is rare in surface assemblages.

Historically, Tell Brak was near the easternmost frontier of the Roman empire (Oates and Oates

14

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

1990), and at least 96 sites had ceramics from the period of Parthian and Roman control (Figure 5). The overall pattern of settlement is broadly similar to that of the preceding Hellenistic period, with si- tes distributed throughout the survey area, though many of the Roman sites appear to have been new foundations. There are several large sites, some with multiple mounds (for example BKS-130). Recognizable Roman ceramics – pithoi, mortaria, amphorae, and Arretine ware plates – have been found only on the Saibakh barracks (BKS-95, Fi- gure 5, lower right) and nearby satellites along the Jaghjagh. Sites at this time have again moved close to Brak, with at least one small settlement to the northwest of the main tell and a rectangular fort or castellum of probable Roman origin just to the nor- theast (BKS-1C, see Oates & Oates 1993, fig. 39). Most of the surface pottery here and in the surroun- ding fields is Byzantine or Islamic. The castellum is probably Thebeta, identified on the Peutinger map on the road from Nisibis to Singara, modern Beled Sinjar (Oates & Oates 1990, 235-6).

Sassanian to late Islamic. While we can easily recognize the distinctive and widespread glazed wa- res of these periods, they are unfortunately rare on sites in the Brak area. The plain wares are varied and such common elements as handles will proba- bly provide a means for dating even the most mo- dest sites. This material is still under study, and it is

our intention to produce a more detailed classifica- tion in the future.

concLusion

Our survey and analyses are still incomplete; the density of sites within the Brak sustaining area is high, and we hope to carry out two more seasons of field survey. Geoarchaeological work, necessary to place the identified settlement patterns within a landscape context, will continue. Ongoing stra- tigraphic analysis of the excavated material from Brak itself will also expand our understanding of the ceramic sequence in the Khabur area and the- reby increase our understanding of settlement and land use “in the shadow of Brak”.

We wish also to mention the current threat to many sites from modern agriculture and construc- tion. We ourselves have witnessed major depreda- tions, which our representative, Eyad Ghanim, was able to stop, for example clay removal at BKS-115 and massive bulldozing at BKS-90. It is the steady encroachment of modest houses and ploughing, however, that most threatens sites. We hope that we can contribute to future efforts to preserve sites and especially to inform local people of the legacy of their landscape before additional damage is done.

Henry T. Wright, Eric S.A. Rupley, Jason Ur, Joan Oates & Eyad Ganem

15

Henry T. Wright, Eric S.A. Rupley, Jason Ur, Joan Oates & Eyad Ganem 15 Fig 1:

Fig 1: Sites from 2002 and 2003 seasons

16

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

16 L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes Fig 2: 6th Millennium BC

Fig 2: 6th Millennium BC

Henry T. Wright, Eric S.A. Rupley, Jason Ur, Joan Oates & Eyad Ganem

17

Henry T. Wright, Eric S.A. Rupley, Jason Ur, Joan Oates & Eyad Ganem 17 Fig 3:

Fig 3: Mid 4th Millennium BC

18

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

18 L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes Fig 4: Early-Mid 1st Millennium

Fig 4: Early-Mid 1st Millennium BC

Henry T. Wright, Eric S.A. Rupley, Jason Ur, Joan Oates & Eyad Ganem

19

Henry T. Wright, Eric S.A. Rupley, Jason Ur, Joan Oates & Eyad Ganem 19 Fig 5:

Fig 5: Early 1st Millennium AD

20

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

references

Brak 1 = OATES D., OATES J. & McDONALD H., 1997, Excavations at Tell Brak, Vol. 1: The Mitanni and Old Baby- lonian Periods. Cambridge: McDonald Institute Monographs.

Brak 2 = OATES D., OATES J. & McDONALD H., 2001, Excavations at Tell Brak, Vol. 2: Nagar in the third millen- nium, BC. Cambridge: McDonald Institute Monographs.

ALGAZE G. (editor), 1990, The stratigraphic sequence at Kurban Höyük. 2. 3 vols. Oriental Institute of the University of Chicago, Chicago, Ill.

BALL W., TUCKER D. J. and WILKINSON T. J., 1989, The Tell al-Hawa Project: Archaeological Investigations in the North Jazira 1986-87. Iraq 51: pp. 1-66.

BRAIDWOOD R. J. and BRAIDWOOD L., 1960, Excavations in the Plain of Antioch I: The Earlier Assemblages, Pha- ses A-J 61.

BURGHARDT A. F., 1971, A Hypothesis about Gateway Cities. Annals of the Association of American Geographers 61(2): pp. 269-285.

DILLEMANN R., 1962; Haute Mésopotamie orientale et pays adjacents. Geuthner, Paris.

EIDEM J. and WARBURTON D., 1996, In the Land of Nagar: A Survey around Tell Brak. Iraq 58: pp. 51-64.

EMBERLING

FIELDEN K., 1981, The Chronology of Settlement in Northeast Syria during the Later Fourth and Third Millenia B.C. in the Light of Ceramic Evidence from Tell Brak. Doctoral dissertation, Oxford University.

FISH S. and KOWALEWSKI S. (editors), 1990, The Archaeology of Regions: A Case for Full-Coverage Survey. Smith- sonian Institution Press, Washington D. C.

HAUSLEITER A. and REICHE A. (editors), 1999, Iron Age Pottery in Northern Mesopotamia, Northern Syria and South-Eastern Anatolia. 10. Ugarit-Verlag, Münster.

KOUCHOUKOS N., 1998, Landscape and Social Change in Late Prehistoric Mesopotamia. Doctoral dissertation, Yale University.

KÜHNE H. and SCHNEIDER G., 1988, Neue Untersuchungen zur Metallischen Ware. Damaszener Mitteilungen 3: pp.

and McDONALD H., 2003, Excavations at Tell Brak 2001-2002: Preliminary Report. Iraq: pp.65.

83-139.

MALLOWAN M. E. L., 1936, The Excavations at Tall Chagar Bazar, and an Archaeological Survey of the Habur Region, 1934-5. Iraq 3: pp. 1-59.

MALLOWAN M. E. L., 1937, The Excavations at Tall Chagar Bazar and an Archaeological Survey of the Habur Region, Second Campaign 1936. Iraq 4: pp. 91-154.

MALLOWAN M. E. L., 1947, Excavations at Brak and Chagar Bazar. Iraq 9(1-2): pp. 1-266.

OATES D., 1968, Studies in the Ancient History of Northern Iraq. Oxford University Press, London.

OATES D., 1977, The Excavations at Tell Brak, 1976. Iraq 39: pp. 233-244.

OATES D. and OATES J., 1990, Aspects of Hellenistic and Roman Settlement in the Khabur Basin. In Resurrecting the Past: A Joint Tribute to Adnan Bounni , edited by P. Matthiae, M. van Loon and H. Weiss, pp. 227-248. Uitgaven van het Nederlands Historisch-Archaeologisch Instituut te Istanbul. vol. 67. Nederlands Historisch- Archaeologisch Instituut te Istanbul, Leiden.

OATES D., OATES J. and McDONALD H., 1997, Excavations at Tell Brak Vol. 1: The Mitanni and Old Babylonian Periods. McDonald Institute for Archaeological Research and British School of Archaeology in Iraq, Cambridge and London.

OATES D., OATES J. and McDONALD H., 2001, Excavations at Tell Brak Vol. 2: Nagar in the Third Millennium BC. McDo- nald Institute for Archaeological Research and British School of Archaeology in Iraq, Cambridge and London.

OATES J., 1959, Late Assyrian Pottery from Fort Shalmaneser. Iraq 21: pp. 130-146.

OATES J., 1993, Trade and Power in the Fifth and Fourth Millennia BC: New Evidence from Northern Mesopotamia. World Archaeology 24(3): pp. 403-422.

PECORELLA P. E., 1997, Tell Barri/Kahat. La campagna del 1997, relazione preliminaire , Florence.

Henry T. Wright, Eric S.A. Rupley, Jason Ur, Joan Oates & Eyad Ganem

21

PECORELLA P. E., 1999a, Tell Barri/Kahat. La campagna del 1998, relazione preliminaire , Florence.

PECORELLA P. E., 1999b, Tell Barri/Kahat. La campagna del 1999, relazione preliminaire , Florence.

PECORELLA P. E., 2000, Tell Barri/Kahat. La campagna del 2000, relazione preliminaire , Florence.

PERKINS A., 1949, The Comparative Archeology of Early Mesopotamia. Studies in Ancient Oriental Civilization 25.

POIDEBARD A., 1934, La trace de Rome dans le désert de Syrie. Le limes de Trajan à la conquête arabe; recherches aériennes. Paul Geuthner, Paris.

POSTGATE C., OATES D. and OATES J., 1997, The Excavations at Tell al Rimah: The Pottery. Iraq Archaeological Reports 4. British School of Archaeology in Iraq, Warminster.

ROTHMAN M. S., 2000, Environment and Cultural Factors in the Development of Settlement in a Marginal, Highland Zone. In The Archaeology of Jordan and Beyond: Essays in Honor of James A. Sauer, edited by L. E. Stager,

J. A. Greene and M. D. Coogan, pp. 429-443. Eisenbrauns, Winona Lake, IN.

SCHWARTZ M., 1982, Osseto-Indo-Europaeica. In Societies and Languages of the Ancient Near East: Studies in Honour of I. M. Diakonoff, edited by M. A. Dandamayev, I. Gershevitch, H. Klengel, G. Komoróczy, M. T. Larsen and

J. N. Postgate, pp. 336-344. Aris and Phillips, Warminster.

STEIN G., 1999, Rethinking World-Systems: Diasporas, Colonies, and Interaction in Uruk Mesopotamia. University of Arizona Press, Tucson.

TOBLER A. J., 1950, Excavations at Tepe Gawra 2. University of Pennsylvania Press, Philadelphia.

UR J. A., 2002a, Settlement and Landscape in Northern Mesopotamia: The Tell Hamoukar Survey 2000-2001. Akkadica 123: pp. 57-88.

UR J. A., 2002b, Surface Collection and Offsite Studies at Tell Hamoukar, 1999. Iraq 64: pp. 15-43.

UR J. A., 2002c, Using CORONA Satellite Photography to Study Ancient Road Networks: A Northeastern Syrian Case Study. Antiquity 77.

van LOON M. (editor), 1988, Hammam et-Turkman I. 63. Nederlands Historisch-Archeologisch Instituut te Istanbul, Leiden.

WATKINS T. and CAMPBELL S., 1987, The Chronology of the Halaf Culture. In Chronologies in the Near East: Rela- tive Chronologies and Absolute Chronology 16,000-4,000 B.P., edited by O. Aurenche, J. évin and F. Hours, pp. 427-464. BAR International Series. Oxford.

WILKINSON T. J., 1982, The Definition of Ancient Manured Zones by Means of Extensive Sherd-Sampling Techniques. Journal of Field Archaeology 9: pp. 323-333.

WILKINSON T. J., 1989, Extensive Sherd Scatters and Land-Use Intensity: Some Recent Results. Journal of Field Ar- chaeology 16: pp. 31-46.

WILKINSON T. J., 1993, Linear Hollows in the Jazira, Upper Mesopotamia. Antiquity 67: pp. 548-562.

WILKINSON T. J., 1994, The Structure and Dynamics of Dry-Farming States in Upper Mesopotamia. Current Anthro- pology 35(5): pp. 483-520.

WILKINSON T. J., 2000, Regional Approaches to Mesopotamian Archaeology. Journal of Archaeological Research 8(3):

pp. 219-267.

WILKINSON T. J., 2002a, Physical and Cultural Landscapes of the Hamoukar Area. Akkadica 123: pp. 89-105.

WILKINSON T. J., 2002b, The Settlement Transition of the Second Millennium BC in the Western Khabur. In Of Pots and Plans: Papers on the Archaeology and History of Mesopotamia and Syria Presented to David Oates in Honour of his 75th Birthday, edited by L. al-Gailani Werr, J. Curtis, H. Martin, A. McMahon, J. Oates and J. Reade, NABU Publications, London, pp. 361-372.

WILKINSON T. J. and BARBANES E., 2000, Settlement Patterns in the Syrian Jazira during the Iron Age. Ancient Near Eastern Studies Supplement 7: pp. 397-422.

WILKINSON T. J., CASSANA J. and UR J., 2003, From Nucleation to Dispersal: Trends in Settlement Pattern in the Northern Fertile Crescent. In Side-by-Side Surveys in the Mediterranean World, edited by J. Cherry and S. Alcock. in press.

WILKINSON T. J. and TUCKER D. J., 1995, Settlement Development in the North Jazira, Iraq: A Study of the Archaeo- logical Landscape. Aris and Phillips, Warminster.

23

tell afiS 2007 field SeaSon Preliminary rePort

AbstrAct

Stefania MAzzOnI

Université de Florence (Italie)

The 25th campaign at Tell Afis was directed towards continuing the investigation of the major buildings and units of the acropolis for different periods (Fig. 1): the Iron Age Temples sequence of Area A, the Late Bronze Age II residential unit in Area E, the MB fortification system in Area N, the MB I industrial unit and the EB IVB domestic unit in Area E. (1) They all attest not only to the continuity of occupation of the site even in the so-called transitional phases (EB/MB, LB/IA), but also to its emergence as an economic and political regional centre from the LB to the Iron I-III periods. (2)

excAvAtions in the ArAMAeAn- iron Age town

western AcroPoLis: iron ii-iii - ArAMAeAn Period

the teMPLes sequence in AreA A

The Temple I Area

The last campaigns concentrated on clarifying the extension and nature of the massive building (Areas A1 West, South, East, North, A2, J) topping the western summit of the central mound. This mo- nument which had been built on large stone foun- dations, extensively quarried in Byzantine, Islamic and modern times (Fig. 2), could be identified only in 2006 as a temple dating to Iron Age III. Most of

the operations in 2007, small soundings in the walls and foundations, were aimed at defining the plan and architectural phases and providing a study of the construction technique of this building in spite of its state of spoilage. Further diggings and clea- ning activities were conducted in Area A1West, partially excavated in 1978, (3) in order to bring en- tirely to light the western, north-south wall, which is about 21 m long and 2.70 m wide, the two inner rooms with their whitish plastered floors and walls and the area outside the western façade. This open- air area was exposed in a long trench; it was sealed by a thick layer of mud-bricks from the collapse of the western façade and could furnish evidence of an upper hard floor with sparse pebbles and a lower and earlier hard white plastered floor such as the one

24

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

24 L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes Fig 1 brought to light

Fig 1

brought to light on the southern front of the temple.

A bronze bowl of Assyrian type found in a pit cut-

ting the brick collapse might have been an isolated spoil from the original temple equipment.

The interior of the building was severely dama- ged by the spoliation trenches; most of the cross- walls had disappeared and it was only possible to

restore their lines on the basis of a few stones left in place. The stone foundations of the northern, east- west wall and the eastern and western, north-south walls, all 2.60 wide, consisted of gigantic boulders on the corners and large rough blocks on the sides with a fill of small stones, pebbles and fragments of Iron II-III storage jars. Only on the western wing were the side rooms preserved with their floors and the walls showing some courses of bricks over the foundations made of well-dressed stones. The area

of the entrance and the vestibule, to the south, was

filled by a layer of debris from the quarrying of the

walls. This layer included a mass of cobblestones

of the type used in the thick preparation of the main

floor of the central room, as well as basalt flakes and fragments of sculptures such as a piece of an Old Syrian carved stele. Among these, the main piece

of evidence documenting the institutional nature of

the building in the Iron Age was without doubt the fragment of an Aramaic inscription with the name of Haza’el, probably the powerful late 9th century BC king of Aram.

The area outside the building, being open, did not apparently suffer great spoliation; the original floors were preserved and produced materials and information that clarified the function and date of the structure. On the southern side, the 8.50 m line of a step or threshold made of squared stones fur- nished evidence of the location here of the main en- trance and, consequently, the north-south orientation of the building. It was then possible to recognise a tripartite plan, on a 32 m longitudinal north-south axis, with two rooms or side towers on the southern façade, an inner vestibule, a long central room, a rear cella on the north and a row of rooms on both sides: a probably late plan of the conventional in antis tripartite Syrian temple. (4)

The whitish plastered floor in front of the doorstep and on the sides around the outer walls was sealed by a homogeneous layer of mud brick debris, fallen from the façade. This context contained a few objects and pottery providing evidence of the cultic function of the area, such as several fragments of incense stands

Stefania Mazzoni

25

Stefania Mazzoni 2 5 Fig 2

26

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

in Red-Black painted ware decorated with plastic petals or fragments of the ubiquitous large funnels with one end glazed blue-whitish and topped with a single horn-like bulge. Pottery is represented by an assemblage of standardized simple ware with ridged rim bowls and inflated rim jars often with corrugated bodies belonging to a late Iron III horizon.

The Phase II and III temples and the Eastern Buil- ding

Walls consisting of one course of stone founda- tions oriented north-south in Area A1East (5) are the only remains of the building or buildings imme- diately predating Temple I. They might document

a first planning of this area (Phase II) with large

stones foundations that were built directly over the

walls of the earlier Temple III. This temple had been built in a very different technique and was better preserved at a lower level, being sealed by a homo- geneous and thick layer of collapse of mud-bricks.

It consists, so far, of a large room, probably a shrine,

measuring 9 m on its north-south axis, while its east- west axis, to date, measures 8.33 m, the eastern end not yet having been found. The south-west corner

is preserved to a height of at least 1.35 m. The nor-

thern wall is buttressed and plastered whitish inside, while outside it is strengthened by three courses of

blocks gently sloping to the level of a street running east-west. Plastered mudbrick benches lean against the southern wall; a mudbrick dais or podium stands nearly in the centre of the excavated area, and was surrounded by thin layers of ashes. A few pedestal- led incense-burners found in these layers of ashes and a painted kernos with a bullhead (Fig. 3) from the collapse might indicate an Iron I date (11/10th

3) from the collapse might indicate an Iron I date (11/10th Fig 3 cent. BC) furnishing

Fig 3

cent. BC) furnishing also evidence of the cultic function of the building. A cylinder seal found in 2006 also from the brick collapse of the room shows a god over a bull, a human figure holding a standard, three caprids and a tree. The combined evidence mi- ght therefore suggest a tentative attribution of this earlier temple to the worship of a weather god.

In Area A2 (6) on the eastern side of Temple I three phases of another monumental building were identi-

fied. Near the topsoil, only the foundations of the wes- tern side of a possibly official building were preser- ved. Pottery, such as Red Slip and simple burnished ware date this building to the same period as Temple I, i.e. the 7th cent. B.C. Materials from the area between the temple and this building consist of painted incen-

se burners and stands similar to those found on the

southern entrance, documenting the cultic function of the whole area. Below, a further phase is related to a 18.40 ms. long western wall of a building, made of a foundation of 4 courses of large stones. A street run- ning north-south connects this phase II building with the temple of phase II; it might also be related to the street to the north of Temple III.

excAvAtions in the bronze Age town

western sLoPe of the AcroPoLis – AreA e

the LAte bronze Age ii unit in AreA e4b

In Area E4b N and S (7) excavations went on, first

removing walls and floors of the phase Vb residence

B (The Pillared Building: (13th B.C.) and then un-

covering the structures of a phase VII (14th B.C.) building. Two rooms of this building were exposed

in E4b South: to the north a kitchen (5 x 4 m.) equip-

ped with two ovens, a large storage jar, a jug, some grinding stones and pestles (Fig. 4); to the south a room (6,30 x 3,50 m.) the floor of which was made

of a hard white plastered soil.

This building of phase VII was apparently aban- doned without traces of destruction; its walls were cut and levelled and the rooms consequently filled with a thick layer of broken mud bricks, as a suita- ble base for the following residence B (phase Vb). While remains of an intermediate phase VI were found to the south and north of this area, here no features of this intermediate occupation were revea- led but some valuable and ceremonial objects were

Stefania Mazzoni

27

instead collected on the top of the levelled fill, just below the stone paved floor of the residence B pilla- red room: a Hittite bronze axe, and a bronze han- dle (probably part of a mace or sceptre) with a fine decoration in relief of wavy lines and sacred trees arranged on four registers.

The intermediate phase VI was better documen- ted in Area E4b North lying directly upon the razed walls and fillings of phase VII and corresponding approximately to the extension of the street C that in the previous phase Vb separated residence A from residence B (the Pillared Building). In the western part of the excavation the structures of Phase VI consisted of an oven, two pits, a working surface showing two fireplaces and a pot, a stone wall, and the rests of a small room with a plastered floor de- limited by two “L” shaped stone walls. In the eas- tern part there were a beaten floor, a deep round pit, two ovens - one subsequently constructed over the

rests of the first-one - and a bench. The discovery of 5 post-holes suggests that part of the working- area was covered by a mobile roof. It is clear that the open area was probably destined to stocking, preparing and cooking foods. The excavation of the northern foundation of residence B revealed some special objects preserved inside the structure of the wall, which might be interpreted as a foundation de- posit: a spear-head and a pin with curled head asso- ciated with a knucklebone.

the MiddLe bronze i - eArLy bronze ivb unit in AreA e3

Excavations in area E3 in 2007 (8) continued the investigation of the industrial area dating to the beginning of the Middle Bronze Age I. An area measuring 10 by 5 m was cleared that contained different open-air installations (Fig. 5): a cobbled platform, a cobbled kiln, 7 tannurs and a large waste-pit. The industrial unit was built over the final Early Bronze Age IVB deposit relating to a domestic unit whose western sec- tor had been excavated in previous years. Three rooms of this complex were exposed, each containing a set of jars and pots; a button stamp seal and a bronze pin were found in the bricks of the EB IVB walls.

eAstern sLoPe of the AcroPoLis

– AreA n (9)

the iron i- LAte bronze ii unit in AreA n1

Three main phases of the Late Bronze I and II Ages, covering the remains of the Middle Bronze fortification, have been excavated in Area N1. (10) In Phase X, graves were cut directly on the top of the MB wall and contained depositions of children and adults with or wi- thout equipment, as well as bones apparently burnt and secondarily deposited in simple earth pits. Two graves contained a necklace with

as bones apparently burnt and secondarily deposited in simple earth pits. Two graves contained a necklace

Fig 4

as bones apparently burnt and secondarily deposited in simple earth pits. Two graves contained a necklace

Fig 5

28

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

more than 80 stone and amber beads, a Mitannian cylinder seal, stone beads, 25 sheep astragali and bone gaming pieces (Fig. 6). In Phase IX the area

housed a domestic unit built along the outer line of

the acropolis. The slope was walled by large stones

placed on the upper part of the older Middle Bronze

rampart, and a mud-brick wall was also built against

the stones. Phase IX is characterized by the presence

of 4 floor levels. In Phase VIII the area was newly planned but the domestic function of the building and the general orientation of the walls were pre- served. In the later Phase VII the area experienced a completely different organization. A fortification wall built with mud-bricks on stone foundations was erected so as to protect the acropolis. In the second part of Phase VII a domestic building was annexed to the fortification wall.

the MiddLe bronze ii-eArLy bronze iv wALLs in AreA n2

The long south slope trench of Area N2 (11) revea-

led at its base the citadel wall of the Middle Bronze

Age erected in different phases over the Early Bron- ze IVB settlement. A first wall, possibly dating at

the beginning of MB, is still preserved to a height

of 5,30 m and a thickness of 3 m, and was built with buff, red and grey mud-bricks measuring 36x36x12

cm on a stone foundation. During the course of the

Middle Bronze period a second wall was built adja-

cent to the former one. The first wall was erected on

top of a rampart, 7,30 meters long, 2,85 high with a

40% gradient, which was protected by a hard glacis made of compact red clay in an older phase, and yel-

glacis made of compact red clay in an older phase, and yel- Fig 6 lowish clay

Fig 6

lowish clay and smashed limestone in a later phase. Large stones protected its base. In the north trench, excavations revealed a stone foundation connec- ted to the Middle Bronze wall and, immediately to the west of this, a 2.60 m wide fortification wall (Fig. 7). This was built with brown mud-bricks of 36x36x12 cm and lined the southern part of the first fortification wall. The last phase of the MB walls is documented by the erection of a supplemental ram- part in the sandwich technique over the core of the old defensive system.

Stefania Mazzoni

29

Stefania Mazzoni 2 9 Fig 7 n otes 1. See for a general updated presentation MAZZONI

Fig 7

notes

1. See for a general updated presentation MAZZONI 2008.

2. Excavations, directed by S. Mazzoni and S.M. Cecchini, were supervised by assistants and students of the universities of Florence, Pisa and Bologna, listed in the Area presentation. Registrar for the objects was G. Scandone Matthiae. V. Melchiorri made the drawing and architectural analysis of Temple I. Drawings are mainly due to S. Martelli with the help of M. Bartalini, Kh. and Kh. el Mohair. G. Buonomini and A. Graziani together with L. Al-Turk and H. el Omar restored bronzes and jars. M. Necci provided the photographic documentation and the illustrations of the final report.

At the end of this campaign we wish to express our gratitude to the director of Antiquities and Museums of Syria, Bassam Jamous, the director of the Service of Excavations, Michel Al-Maqdissi, and the director of the Department of Antiquities of the Idlib Mohafazah, Nicola Kebbad for their invaluable support; the director of the Museum of Idlib, Fajar Hajji Mohammed took care of the delivery of the objects. We could rely on the wise help of the representatives of the Department of Antiquities from the Idlib Museum, Haitham el Omar and Mustafa Kaddur. Hassan Haj Yhya, PHD student at Pisa, took part in the excavation programme, providing also his generous help. Mohammed el Ahmed and Mohammed ‘Ali Shuni participated as students in the fieldwork.

We are especially indebted to Gabriella Fortunato, Director of the Istituto Italiano di Cultura and to Rosanna Ruggiero for their encouragement and help. Financial support was granted by the Italian Ministry of Foreign Affairs (Direzione Generale Coordinazione e Promozione Culturale) and by the Universities of Florence, Pisa and Bologna.

3. Directed by S. Soldi with the assistance of G. Tiziana and A. Dini; previous reports SOLDI 2005 and D’AMORE 2005. The first 1978 presentation in MATTHIAE 1979.

4. The symmetrical long room plan with front door on the short side is the canonical form of the temples dedicated to the main gods since the 3rd millennium BC in northern Levant. A few evolutionary traits are documented in the Iron Age temples, such as the corridor or row of rooms on the sides of the cella and the gradual elevation from the entrance to the vestibule and the cella through steps, as in the temple of ‘Ain Dara. However, despite the diffusion of these canonical

30

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

and traditional formal characters, each site gives evidence of individual cases showing a number of deliberate different solutions and possibly documenting the many cultural components at work in this period.

5. Field supervisor: G. Minunno, assistants: G. Della Lena Guidiccioni, A. Giannese, M.‘Ali Shuni.

6. Directed by S.M. Cecchini with P. Ciafardoni, assistants F. Devoto and V. Petri.

7. Field supervisors: F. Venturi, B. Chiti, assistants: L. Tepedino, B. Fiorelli, I. Carbone, G. Kazantjis, L. Roberti, A. Franco. Previous reports in VENTURI 2005 and CHITI 2005. For the chronology of the Iron I-LB, see VENTURI 2007; Id. 2000.

8. Field supervisor: S. Mazzoni, assistants: L. Angeli, C. Grifoni, F. Manclossi, M. Al Mohammed. Previous reports in FELLI, MAZZONI 2007 and FELLI and MERLUZZI 2005.

9. Coordinated by S.M. Cecchini. Preliminary 2002-2004 report in CECCHINI 2005 : 77-82.

10. Field supervisor G. Affanni; assistants: R. Schiavo. Preliminary reports: AFFANNI 2005: 85-89; AFFANNI, DI MI- CHELE 2007.

11. Field supervisor A. Di Michele; assistants: A. Costantini, H. Haj Yhya, M. Marsili, C. Reggianini, R. Trojanis. Preli- minary reports : DI MICHELE 2005 : 82-85 ; AFFANNI, DI MICHELE 2007.

bibLiogrAPhy

AFFANNI Giorgio, 2005, Area N1 : le fortificazioni del Ferro I, Egitto e Vicino Oriente XXVIII, p. 85-89.

AFFANNI Giorgio, DI MICHELE Angelo, 2007, Le fortificazioni orientali dell’acropoli di Tell Afis (Siria) dal Bronzo Antico al Ferro I, Ocnus 15, p. 9-22.

AMADASI Maria Giulia, 2005, Area 1 : il frammento di stele in basalto con iscrizione, Egitto e Vicino Oriente XXVIII, p. 21-23.

CECCHINI Serena Maria, 2005, Area N : presentazione e cronologia, Egitto e Vicino Oriente XXVIII, p. 77-82.

CHITI Barbara, 2005, Area E4b nord, Bronzo Tardo II – Ferro I, Egitto e Vicino Oriente XXVIII, p. 62-69.

D’AMORE Paola, 2005, Area A1 : il settore centrale, Egitto e Vicino Oriente XXVIII, p. 17-21.

DI MICHELE Angelo, 2005, Area N2 : le fortificazioni orientali dell’acropoli nel Bronzo Medio, Egitto e Vicino Oriente XXVIII, pp. 82-85.

FELLI Candida e MERLUZZI Emanuela, 2005, Area E3 : il quartiere artigianale della fine del III millennio a.C., Egitto e Vicino Oriente XXVIII, p. 45-52.

FELLI Candida, MAZZONI Stefania, 2007, Bridging the 3rd/2nd millennium divide: the Afis and Ebla evidence, in C. Marro, C. Kuzucuoglu, Societés Humaines et Changement climatique à la fin du Troisième millénaire: une crise a-t-elle eu lieu en Haute Mésopotamie ?, (Varia Anatolica XIX), Paris, p. 205-224.

MATTHIAE Paolo, 1979, Sondages à Tell Afis (Syrie), 1978, Akkadica 14, p. 1-5.

MAZZONI Stefania, 2008, New Italian Excavations of Tell Afis (Syria): from chiefdom to an Aramaean state, Pisa.

SOLDI Sebastiano, 2005, Area A1 : il settore occidentale, Egitto e Vicino Oriente XXVIII, p. 24-29.

VENTURI Fabrizio, 2000, Le premier Age du Fer à Tell Afis et en Syrie Septentrionale: in BUNNENS Guy (ed.), Essays on Syria in the Iron Age (Ancient Near Eastern Studies Supplement 7), Louvain-Paris-Sterling, pp. 505-536.

VENTURI Fabrizio, 2005, Area E4b sud : Bronzo Tardo II-Ferro I, Egitto e Vicino Oriente XXVIII, p. 69-76.

VENTURI Fabrizio, 2007, La Siria nell’età delle trasformazioni (XIII-X sec. A.C.). Nuovi contributi dallo scavo di Tell Afis (Studi e Testi Orientali 8, Serie Archeologica 1).

31

la granulation en méditerranée orientale à l’Âge du Bronze

résuMé

romain PrévALet

Université Paris I Panthéon-Sorbonne (France)

La bijouterie d’or apparaît durant la seconde moitié du III e millénaire dans l’ensemble de la Méditerranée orientale comme un artisanat de luxe indispensable essentiellement contrôlé par les élites pour affirmer leur pouvoir. Considérés comme une valeur d’échange et de commerce, les bijoux ont circulés, véhiculant ainsi des messages iconographiques, des styles mais aussi des savoirs et des procédés techniques tels que la granulation. L’approche technologique consistera ici à retracer l’évolution des procédés de granulation, leur utilisation et leur diffusion dans les centres du bassin oriental de la Méditerranée à travers quelques études de cas significatifs.

AbstrAct

The gold jewellery was considered during the se- cond half of the III rd millennium in the whole Eastern Mediterranean as an essential prestige’s craft usually controlled by elites to affirm their power. As a mean to exchange and for commercial relations, the jewels had been moved in this region, thus spreading icono- graphic and stylistic themes as well as knowledges and techniques like the granulation. In this work, we mainly study the evolution of the granulation pro- cess, their use and spreading in the Eastern Mediter- ranean through some revealing examples.

Cet article expose quelques données de mon mémoire de Master II, qui s’intitule Les techni- ques de granulation en Méditerranée orientale à l’Âge du Bronze (1) soutenu, sous la direction conjointe du Pr. Serge Cleuziou et du Dr. Hara Procopiou, à l’université de Paris I Panthéon- Sorbonne. Ce travail avait pour objectif princi- pal, d’une part, de rassembler les connaissances disponibles concernant les techniques de granula- tion et d’apporter une vision critique des sources utilisées et, d’autre part, de reconstituer l’évolu- tion de ces techniques dans l’ensemble de la Mé-

32

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

diterranée orientale (Levant, égypte et Chypre) à travers une première étude technologique du matériel archéologique. Nous avons essentielle- ment orienté notre étude vers les artefacts en or, majoritairement les bijoux, représentatifs de la production bijoutière des grands centres de pro- duction des III e et II e millénaires. Ce choix est dû à l’état des données issues des publications, ne donnant que peu de précisions techniques, au manque d’observations et d’analyses en labora- toire ainsi qu’au corpus restreint des pièces d’or- fèvrerie au vu des milliers de sites archéologiques présents dans ces régions.

En effet, aborder l’étude de bijoux à partir d’une démarche presque exclusivement techni- que nécessite des observations directes des objets eux-mêmes permettant de déceler toutes les tra- ces de production et d’utilisation encore visibles. L’identification des procédés employés et des choix techniques effectués par les artisans nous permettra de proposer une restitution d’une partie des gestes artisanaux intervenant dans la chaîne opératoire de la fabrication des bijoux et de ten- ter de déterminer, à travers l’analyse des pièces granulées dans une approche diachronique et ter- ritoriale, la nature des transferts de savoirs en bi- jouterie en Méditerranée orientale aux III e et II e millénaire B.C.

L’APPArition de LA grAnuLAtion

La granulation est une technique de décoration qui consiste à fixer des granules de métal sphéri- ques sur une surface métallique lisse grâce à un procédé de soudure. Cette ornementation peut être appliquée sur des objets en or et en argent, voire même en cuivre et en bronze. Elle nécessite des connaissances des propriétés physico-chimiques de la matière première et des matériaux mis en œuvre ainsi qu’une certaine habileté. L’emploi d’une telle technique s’avère particulièrement dif- ficile en raison des différentes étapes et méthodes de production qu’elle implique : fabrication des granules, fixation et soudure, finition et rendu de la surface.

Il semble que la granulation soit apparue au milieu du III e millénaire au Proche-Orient et en Troade. En Mésopotamie, le pendant d’oreille de la

tombe 1100 du cimetière royal d’Ur (2) a été identi- fié comme le premier et le seul bijou attestant de la véritable granulation, selon la définition notée précédemment (3) . Il daterait approximativement de la deuxième moitié du III e millénaire, entre 2600 et 2400 B.C (4) . Ce bijou se caractérise par de la granu- lation en ligne et par l’association de granules et de filigranes en spirale. Les granules soudés à l’alliage possèdent un gros calibre d’environ 10/10e (5) . Cet unique objet granulé sur fond, qui présente de forts points communs avec la granulation troyenne et peu avec le reste des productions du cimetière royal d’Ur, est au centre de la polémique des rapports di- rects ou indirects et des influences réciproques entre Sumer et Troie (6) .

À Troie, la disparition d’une grande partie de la production en or et les difficultés à préciser l’horizon chronologiques des Trésors A et B du niveau IIg po- sent le problème de la datation des pièces d’orfèvre- rie. Néanmoins, nous supposons que l’introduction de la granulation en Troade remonterait au moins à la fin du III e millénaire (7) . Ce type d’ornement, dont il subsiste encore de nombreux témoignages sur les prototypes troyens, apparaît stylistiquement très di- versifié en particulier dans la disposition des granules en ligne, isolés, en figure géométrique ou en anneau. Ces caractéristiques techniques révèlent un réel inté- rêt quant à la variation des procédés employés. Ef- fectivement, la confrontation des quelques données concernant le sujet (8) semblent montrer que plusieurs méthodes de fabrication des granules et de soudure étaient maîtrisées par les orfèvres à cette époque. Les calibres oscillant de 5 à 10/10e, selon Nicolini (9) , attestent d’une part d’un choix figuratif correspon- dant à l’effet et au goût recherché et, d’autre part, d’un choix technique entre le brasage à l’alliage et déjà peut-être la soudure aux sels de cuivre.

Outre l’hypothèse que la granulation ait pu être une innovation troyenne, nous pouvons affir- mer qu’elle a pu avoir une certaine influence au Proche-Orient, que ce soit au Nord de la Méso- potamie à Tell Brak ou à Assur (10) , à la fin du III e millénaire, où nous retrouvons un anneau en ar- gent granulé ou des pendants d’oreilles à navicel- le décorée de granulation linéaire, ou au Bronze Moyen au Levant, à Byblos, et en Babylonie, à Larsa, avec les alvéoles de fils entourées de gra- nules (11) (cf. infra).

Romain Prévalet

33

Les techniques de grAnuLAtion

Nos connaissances des techniques de granula- tion sont souvent issues des données des textes clas- siques et des traités scientifiques des alchimistes de la Renaissance.

Ces derniers, se basant sur la réalisation d’ex- périmentations, ont proposé plusieurs méthodes de fabrication des granules, notamment par pro- jection de l’or en fusion (12) . Ces techniques, né- cessitant le contrôle de la quantité de métal, de la hauteur et de la vitesse de projection, produisent des granules de formes parfois irrégulières et de calibres variables (13) . D’autres méthodes utilisant le fil d’or massif ou creux ont notamment fait l’objet de plusieurs études modernes (14) . Des piè- ces égales de fils d’or doivent être disposées dans un creuset rempli de charbon de bois ou directe- ment sur une surface réfractaire puis chauffées jusqu’à atteindre le point de fusion, vers 1063 °C; en fondant, elles se transforment en sphères iso- lées (15) . Concernant cette dernière méthode, nous préférons privilégier une donnée plus récente qui suggère de remplacer le martelage d’une feuille et son découpage en petits paillons identiques par des paillettes d’or naturelles directement utilisa- bles (16) , au moins quand le métal ne circulait pas sous forme de lingots. D’après les résultats ex- périmentaux, cette technique tend à produire des granules relativement égaux de manière facile, ra- pide et efficace.

L’assemblage des granules et des différents éléments du bijou se fait, une fois mis en place et fixés à la colle (17) , au moyen d’un soudage. Là encore, nous distinguons plusieurs méthodes mais nous ne traiterons que de deux d’entre elles, le brasage à l’alliage et la soudure aux sels de cui- vre, employées pour la réalisation des pièces de notre étude.

Le brasage à l’alliage, qui correspond au proces- sus de liaison mécanique et chimique de deux pièces métalliques par l’ajout de métal (18) , existe depuis la seconde moitié du IV e millénaire en Orient et le dé- but de la première dynastie en égypte (19) . L’aspect esthétique, surtout celui des joints de soudure, des premiers bijoux granulés de Sumer et de Troie mon- trent que ce procédé de soudure fut le premier à être appliqué à la granulation.

Il consiste à étaler un fondant à l’emplacement désiré puis d’y poser un mélange de colle et de paillons d’alliage et finalement de chauffer la pièce à une température voisine de 950 °C, point de fusion de l’alliage soudant (20) . Les joints créés, correspon- dant généralement au calibre de granules moyen ou gros, sont épais voire même empâtés (21) . Néanmoins, cette pratique offre la possibilité de souder plusieurs éléments en une unique chauffe, les paillons d’al- liages ayant une température de fusion inférieure à celle des granules d’or et donc d’éviter toute défor- mation de chauffe.

La soudure aux sels de cuivre serait apparue au début du II e millénaire (22) au Levant nord et en Mésopotamie mais il est possible que sa première utilisation puisse remonter à la deuxième moi- tié du IIIe millénaire à travers quelques pièces troyennes (23) . En égypte, son introduction ne se serait effectuée qu’au Nouvel Empire (24) . Ce pro- cédé, qui s’effectue sans apport de matière métal- lique, nécessite un mélange de colle, de sels de cuivre réduits en poudre (chrysocolle, malachite ou recette de santerna notamment (25) ) et un agent riche en carbone, tel que le charbon de bois, ap- pliqué directement sur le support métallique où seront disposés les granules. Sous l’action de la chauffe, vers 100 °C, les composés de cuivre de- viennent des oxydes puis la colle se consume et le matériau organique se carbonise à une tempéra- ture de 600°C. À 850°C, les oxydes de cuivre se transforment en cuivre métallique sous influence réductrice du carbone. La soudure se réalise en- fin vers 890°C lorsque le cuivre se dépose sur les granules. Il est conseillé pour la bonne réalisation du procédé d’introduire abondamment du char- bon afin de renforcer le phénomène de réduction des oxydes et ainsi d’éviter l’oxydation en absor- bant l’oxygène dégagé par les sels de cuivre (26) . Cette technique entraîne la formation de petits joints discrets, en forme de « cous » (27) , très fins voire invisibles, et une surface souvent lisse et brillante.

Quelle que soit la méthode de soudure employée, la maîtrise des températures du fourneau lors des chauffes successives est une consigne déterminante pour la qualité des joints réalisés mais également pour la préservation de la rondeur des granules et l’homo- généité visuelle de la surface dorée de l’objet.

34

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

L’évoLution des techniques de grAnuLAtion en MéditerrAnée orientALe

Les premières attestations de décoration granulée en or sur fond en Méditerranée orientale sont carac- térisées par les productions des dépôts de Byblos. La granulation a tout d’abord été utilisée sur le médaillon circulaire en or, trouvé dans la Jarre Montet (28) et ap- proximativement daté entre la fin du III e et le début du II e millénaire (29) , pour séparer les bords relevés au repoussé de la partie centrale par une simple rangée de granules (18 granules/cm (30) ) et pour souligner les contours des globules et des alvéoles aux formes géométriques variées (pl. 1a). N’ayant pas encore ef- fectué d’observations directes de l’objet, conservé au Musée National de Beyrouth, nous ne pouvons définir avec certitude le procédé de soudure employé. Cette œuvre paraît néanmoins tout à fait inédite par l’as- sociation de la granulation, du filigrane, notamment visible avec les fils ronds qui dessinent les alvéoles, et de l’incrustation de pierres semi-précieuses dans les compartiments alvéolés. Cet intérêt technique qui

sera une des caractéristiques de la bijouterie syro-li- banaise à l’Âge du Bronze résulte peut-être d’influen- ces diverses que se soit avec Sumer qui pratique déjà l’ensemble de ces procédés (31) ou avec l’égypte qui utilise fréquemment, depuis l’Ancien Empire (32) , la couleur des pierres pour donner de l’éclat à leurs bi- joux. Un objet comparable et daté du Bronze Moyen II a été retrouvé dans la nécropole royale d’ébla (33) .

Les dépôts d’offrandes du Temple aux obélis- ques (34) permettent d’envisager la maîtrise techni- que des orfèvres de Byblos ainsi que l’évolution du travail de granulation à travers les vingt-quatre objets granulés, principalement des éléments de haches, qu’ils contenaient. Parmi ceux-ci, pour ne retenir qu’un exemple, la virole de section ellipsoï- dale, référencée par M. Dunand sous le numéro n° 16700 (35) , représentant une scène d’adoration sur ces deux faces (36) , illustre une nouveauté stylistique mais aussi technique où la granulation et le filigrane sont associés pour rendre des dessins simples, des réseaux ajourés ou des motifs géométriques (pl. 1b).

des réseaux ajourés ou des motifs géométriques (pl. 1b). a b Pl. 1: Gbeil/Byblos, début du

a

réseaux ajourés ou des motifs géométriques (pl. 1b). a b Pl. 1: Gbeil/Byblos, début du II

b

Pl. 1: Gbeil/Byblos, début du II e millénaire.

a) Médaillon circulaire (diam.: 5,8 cm), Jarre Montet, Musée national de Beyrouth, d’après Tufnell O. et alii, 1966, fig. 4/n° 85, pl. XV.

b) Virole (L.: 5,5; l. : 3,5 cm), hache fenestrée n° 16715, Temple aux Obélisques, Musée national de Beyrouth, d’après Parrot A. et alii,

Romain Prévalet

35

Des globules, de larges triangles de plus de 80 gra- nules, des traits obliques filigranés bordés de gra- nules et de fines lignes de fil granulé encadrent la représentation. L’accumulation des billes dessine désormais les personnages dont le volume semble obtenu par repoussé ou par estampage (37) .

D’une manière générale, la grosseur des granu- les correspondait, au moins au départ, à un calibre moyen d’environ 35/100e (38) mais s’est peut-être affinée par la suite. Les granules d’or auraient peut- être été fixées à la virole par une soudure aux sels de cuivre (39) témoignant ainsi de la première utilisation du procédé au Proche-Orient. Nous préférons gar- der, sur ce sujet, une certaine réserve tant que nous n’aurons pas analysé la bijouterie giblite et observé les productions troyennes de la deuxième moitié du III e millénaire (cf. supra).

Au cours de la première moitié du II e millénaire, les techniques de granulation atteignent un certain perfectionnement qui se caractérise par les bijoux issus principalement des deux tombes princières de Tell Mardikh/ébla (40) illustrant la maîtrise technique des orfèvres du Levant nord et d’un artisanat de bi- jouterie organisé et spécialisé.

L’embout cylindrique de la Tombe du Seigneur aux Capridés présente la répétition d’un même motif couvrant pratiquement la totalité de la surface (pl. 2a). Des demi-cercles filigranés et granulés entou- rant un grain libre plus imposant témoignent de l’hé- ritage giblite. Le corps de l’objet est recouvert d’au moins 400 gros grains et de plus de 2000 minuscules granules. Les extrémités alternent également, com- me sur les nombreuses douilles de Byblos, de bordu- res de lignes filigranées et granulées. Quel mode de fabrication un tel objet nécessite-t-il ? Le nombre de granules a dû contraindre le bijoutier à les produire en série et a différencier les calibrages, impliquant ainsi une ou plusieurs méthodes de fabrication, pro- ductives, et permettant la variation des calibres de granules désirés. Des résidus de matière carbonique étaient certainement encore fixés aux granules à l’is- sue de cette opération ce qui a sans doute facilité leur soudage au cuivre divisé, seul procédé qui nous semble utilisable au vu de la finesse de l’exécution. Il existait, par conséquent, des correspondances entre le procédé de fabrication des granules et le type de soudure à employer et même probablement avec les techniques de traitement de la matière. Le déroule-

ment des étapes de la chaîne opératoire, certainement codifié ou du moins obéissant à un système d’opéra- tions bien organisé, semble notamment perceptible à travers les six bracelets composés de bandes d’or tordues et décorées de minuscules granules décou- verts dans la tombe de la Princesse (pl. 2c). Nous retrouvons ce type de bracelet, mais sans la décora- tion granulée, dans l’ensemble du Proche-Orient, et notamment au Levant, ainsi qu’à Chypre (41) .

Tout comme ceux de Byblos, les artisans éblaï- tes ont travaillé la pierre. Une chaine en 8 à maille allongée à laquelle sont suspendus deux penden- tifs est particulièrement représentative du niveau de compétence des bijoutiers et/ou des lapidaires d’ébla. En effet, le cristal de roche et la pierre gris- vert translucide ont été finement taillés, polis puis collés à un capuchon en or orné de fils ronds bordés de granules (pl. 2b).

Nous retiendrons finalement que la majorité des artefacts étudiés présentent des similarités stylisti- ques et techniques avec les productions de Byblos, d’égypte, de Tell el-Ajjûl et de Mésopotamie (42) .

Le site de Tell el-Ajjûl, au Levant sud, témoigne également d’une intense production d’artefacts en or. Une quarantaine de pièces en or décorés de gra- nulation en provient ; l’étude des contextes de dé- couverte permet de les dater entre la fin du Bronze Moyen et le début du Bronze Récent (43) . Une par- tie de la production se caractérise par des pendants d’oreilles pénannulaires en forme de faucon ou des pendants cruciformes composés de compartiments ellipsoïdaux et circulaires destinés à recevoir des incrustations de verre.

Par exemple, les bords extérieurs et la partie proximale d’un pendant de la tombe 1740 (44) sont garnis de granules relativement réguliers, espacés et isolés les uns des autres, et s’enfonçant dans des joints de soudure qui semblent assez épais (pl. 3a). Le procédé utilisé était peut-être celui à l’alliage. Nous ne rejetons pas cependant la possibilité de la méthode aux sels de cuivre mais des analyses mé- tallographiques des joints seront particulièrement nécessaires pour expliquer leur aspect. En outre, ils résultent peut-être d’une chauffe excessive de la pièce ayant provoqué la liquéfaction de la soudure sans atteindre le point de fusion de l’or, préservant ainsi l’intégrité esthétique de l’objet.

36

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

36 L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes a b c Pl. 2

a

36 L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes a b c Pl. 2

b

L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes a b c Pl. 2 :

c

Pl. 2 : Tell Mardikh/ébla, Bronze Moyen II.

a) Embout cylindrique (L.: 6,4; diam.: 2,4 cm), Tombe du Seigneur aux Capridés, Musée national d’Alep, d’après Matthiae P. et alii,

1995, p. 466, 479/cat. 385.

b) Chaine à pendentifs en forme de glands (L.: 2,0; diam.: 0,8), Tombe du Seigneur aux Capridés, Musée national d’Alep, d’après

Matthiae P. et alii, 1995, p. 472, 480/cat. 398.

Romain Prévalet

37

Ce défaut technique indique un manque cer- tain de vigilance et de contrôle des températures des sources de chaleur. Il est d’ailleurs visible sur d’autres bijoux, tels ceux de la tombe 1998 (45) , où il semble d’après les photographies que les billes d’or sont parfois irrégulières, les soudures épais- ses et imprécises et la surface brillante et surchauf- fée. Contrairement à K. R. Maxwell-Hyslop et P. E. McGovern, nous n’affirmeront donc pas que la qualité technique des granules et des soudures est comparable aux pendants du collier contemporain de Dilbat (46) et faute d’observations précises de no- tre part il nous paraît plus approprié de parler de style commun.

Hormis ces exemplaires, très instructifs pour comprendre les difficultés techniques, notons l’exis-

comprendre les difficultés techniques, notons l’exis- a b tence d’une paire de petites boucles ( 4

a

comprendre les difficultés techniques, notons l’exis- a b tence d’une paire de petites boucles ( 4

b

tence d’une paire de petites boucles (47) qui rappellent par leur forme et leur ornementation l’anneau de nez d’ébla (pl. 3 b et c). Cette comparaison atteste peut- être d’une certaine influence des ateliers du Levant nord. Néanmoins, la qualité de l’exécution paraît moins aboutie avec des joints de soudure, probable- ment obtenus aux sels de cuivre, mais encore trop apparents, et des granules moyens encore disposés irrégulièrement.

Bien que le procédé de soudure aux sels de cui- vre ait été connu des artisans de la région, il sem- ble qu’il n’atteint pas toujours le degré de perfec- tion des bijoutiers du Levant nord, d’égypte, ou de la Crète à la même période. Certains exemplaires d’Ajjûl ainsi que ceux de Megiddo (48) constituent peut-être des témoins d’essais et de tâtonnements

peut-être des témoins d’essais et de tâtonnements c Pl. 3 : Gaza/Tell el-Ajjûl, Milieu du II

c

Pl. 3 : Gaza/Tell el-Ajjûl, Milieu du II e millénaire.

a) Pendants cruciforme (L.: 3,0; l.: 2,0 cm), Tombe 1740, Mu-

sée Rockefeller, d’après Lilyquist C., 1993, fig. 18 e.

b) Boucle d’oreille (Diam.: 2,5 cm), Tombe 1998, Musée Rock-

efeller, d’après Ziffer I., 1991, fig. 27*.

c) Anneau de nez (Diam.: 3,2; ép.: 0,6 cm), Tombe de la Prin-

cesse, Musée national d’Alep, d’après Matthiae P. et alii, 1995,

p. 470, 480/cat. 394.

38

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

techniques quelque soient les modalités et l’intensi- té des contacts que les artisans du sud ont entretenu avec les grands centres de Byblos, d’Ebla, certaine- ment d’Ougarit (49) et probablement d’égypte. Mais l’intérêt de ces productions réside dans la nature et la diversité des pièces qui nous permettent d’ob- server les étapes de production et de supposer un long apprentissage des techniques de granulation et l’existence probable d’ateliers, au moins au sein de la ville II d’Ajjûl.

En égypte, la granulation apparaît au début du II e millénaire sur le bracelet en argent et en or du trésor de Tôd, les pendentifs de la Princesse Khne- met de la XII e dynastie et les bagues de Sestrosis II et III au milieu du XIX e siècle (50) . Caractérisée par des granules réguliers calibrés à 45/100e (51) et peut- être influencée des techniciens de Byblos, elle fera surtout l’objet d’une réelle attention technique au Nouvel Empire. Cependant, la granulation, qui n’est pas une invention égyptienne (52) , apparaît beaucoup moins fréquemment que le cloisonné de pierres semi-précieuses ou de verre coloré.

Les dagues en or, finement décorées de granu- lation, de cloisonné et de filigrane, des poignards trouvés sur la momie de Toutankhamon illustrent l’association achevée des différents procédés d’ornementation. Les granules disposés en trian- gles, chevrons ou losanges reprennent les motifs déjà employés à la XII e dynastie et au Levant (pl. 4). Les granules réguliers et calibrés étaient pro- bablement fabriqués en série dans plusieurs creu- sets chauffés simultanément au cœur du foyer. En revanche, les artisans devaient certainement les produire sur commande étant donné l’utilisation modérée de cette pratique décorative. Concer- nant leur mode de fixation au manche, la finesse des joints, apparemment invisibles à l’œil nu, et la disposition parfaite des granules nous laissent suggérer avec insistance l’emploi du procédé aux sels de cuivre.

Ces deux armes d’apparat font preuve d’une grande maturité technique et d’une connaissance approfondie des propriétés mécaniques et chimi- ques des matériaux mis en œuvre. Effectivement, l’association de l’or et du verre implique un contrôle attentif des températures de fusion. L’ensemble de la production bijoutière, ou plus largement de luxe, du Nouvel Empire atteste en général des qualités de

luxe, du Nouvel Empire atteste en général des qualités de Pl. 4: Thèbes, Bronze Récent. Dagues

Pl. 4: Thèbes, Bronze Récent. Dagues (L.: 31,8; l.: 3,4 cm), Trésor de Toutankhamon, Musée National du Caire, d’après Toutankhamon, 2004, n° 70.

techniciens des artisans égyptiens ou étrangers tra- vaillant au service des pharaons.

Pour compléter cette vision, trop succinctement développée, de l’évolution des techniques de granu- lation en méditerranée orientale, il nous faut aborder quelque peu le cas de Chypre où elles apparaissent au Chypriote Récent II (1400-1230 B. C.) de ma- nière remarquable en raison d’une connaissance de l’ensemble des procédés et d’une maîtrise parfois assez surprenante dans le traitement et la disposition des grains. Prenons à titre d’exemple les productions d’Enkomi telles que le pendentif en forme de gre- nade décoré de triangles granulés, qui reprend un motif largement diffusé en méditerranée orientale et dans l’ensemble du Proche-Orient (53) , ou la paire de boucles d’oreilles de la tombe 11 (54) dont le petit pendentif suspendu à un anneau figure une tête de taureau rendue par l’association de granules et de fils

Romain Prévalet

39

Romain Prévalet 3 9 a b Pl. 5 : Enkomi, Bronze Récent. a) Pendentif en forme

a

Romain Prévalet 3 9 a b Pl. 5 : Enkomi, Bronze Récent. a) Pendentif en forme

b

Pl. 5 : Enkomi, Bronze Récent.

a) Pendentif en forme de grenade (H.: 4,4 cm), Musée de Nico-

sie, d’après Pierides A., 1971, pl. VIII-5.

b) Pendentif au taureau (L.: 3,3 cm), Tombe 11, Fondation Le-

vantis et Medelhasmuseet, Stockholm, d’après Karageorghis, 2003, cat 111.

en lignes ou ondulés (pl. 5a et b). Comme sur les douilles ou les feuilles historiées de Byblos, les pro- cédés de décoration fine structurent la composition ornementale de l’objet en suggérant chaque détail anatomique. Par ailleurs, les applications de soudu- res semblent parfaites et invisibles à l’œil nu. Nous constatons toutefois des productions plus simples d’anneaux auxquels sont fixés des grappes de granu- les soudés à l’alliage ou au cuivre divisé et stylisti- quement comparables à ceux de Tell el-Ajjûl (55) . Les ressemblances sont également assez frappantes avec certaines productions du nord de la Syrie comme les anneaux ouverts à pendentif triangulaire granulé du niveau IV (vers 1450 B. C.) d’Alalakh (56) .

En général, les productions chypriotes témoi- gnent d’un niveau technique élevé définit par des granules souvent convenablement calibrés, de 3 à 6/10e selon Nicolini (57) , régulièrement sphériques et soudés délicatement sur l’objet par des joints fins et précis. Elles attestent également d’échanges stylis- tiques et/ou techniques avec le Levant et l’égypte, d’une part, mais aussi avec la Crète (58) , d’autre part, posant ainsi le problème des transmissions de sa- voirs et d’artisans en Méditerranée orientale par voie maritime. En effet, les nombreuses analogies avec

le Levant semblent témoigner de la circulation des objets de luxe et probablement aussi des méthodes de confection dans l’ensemble de la Méditerranée orientale et même au-delà en Crète et en Grèce.

Les techniques de granulation semblent donc être connues dans l’ensemble des régions de Médi- terranée orientale au plus tard au milieu du Bronze Récent. L’application intensive de ce procédé déco- ratif sur les armes des ateliers de Byblos témoigne de la maîtrise rapide de la granulation dès le Bronze Moyen, soit en tant qu’élément purement orne- mental soit en tant qu’outil stylistique structurant la composition du décor. Par ailleurs, l’association de la granulation et du filigrane et/ou du cloisonné atteste d’une connaissance des divers matériaux, du contrôle rigoureux des températures de chauffe, de fusion et de soudure ainsi que de la polyvalence des artisans. Toutes ces caractéristiques ont connu une large diffusion dans le bassin oriental de la Méditer- ranée et dans le monde égéen (59) .

Ces données nous amènent finalement à considé- rer et surtout à comprendre la nature des relations et des échanges entre les centres artisanaux. À travers

40

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

l’emploi de la soudure aux sels de cuivre, l’accumu- lation de granules réguliers convenablement soudés pour former une ornementation géométrique et l’as- sociation de plusieurs techniques de décoration fine, Byblos apparaît comme un lieu d’enrichissement et de diffusion des techniques de granulation. C’est peut-être l’adoption de ce style qui a favorisé les transmissions des savoirs de proche en proche et à longue distance créant ainsi une koinè culturelle et artisanale en Méditerranée orientale au cours du II e millénaire. Néanmoins, les modalités et les sens des échanges et des transferts techniques doivent être précisément définis afin de déterminer les foyers d’innovation et de diffusion des procédés.

Nous avons davantage privilégié le rôle de Troie, plutôt que de Sumer, comme foyer d’invention des procédés de granulation et celui du Levant Nord comme récepteur et diffuseur de diverses influences. Mais il faut cependant rester prudent quant à la vali- dité de nos propositions, souvent tributaires de l’état des découvertes et des connaissances disponibles (60) .

Nous n’avons pas traité dans le cadre de cet arti- cle l’ensemble de la production granulée mais nous nous sommes contraint à citer quelques exemples révélateurs rendant compte de la qualité technique

des pièces de chacune des régions considérées. Cette étude n’est donc pas exhaustive et mérite d’être envisagée dans sa totalité (61) . Par ailleurs, nous avons résumé les connaissances techniques des procédés qui soulèvent pourtant de nombreuses interrogations: quels sont notamment les matériaux ou substances minérales et végétales qui intervien- nent lors des opérations de soudures, et quels sont ceux qui ont pu être employés par ces orfèvres ? Quels étaient les outils disponibles pour ce type de production et nous permettent-ils de reconstituer la chaîne opératoire alors que de nombreuses traces ont disparus ?

Il semble que ces questions ne pourront trouver satisfaction qu’à travers une approche pluridisci- plinaire impliquant l’étude directe des bijoux eux- mêmes, que ce soit à travers les nouveaux moyens d’observations ou d’analyses quantitatives non des- tructives tels que la macrophotographie et les ac- célérateurs de particules notamment qui viseront en particulier à valider ou infirmer les hypothèses techniques. L’étude des référentiels ethnographique et expérimentaux ainsi que le travail en atelier (62) seront également utiles pour répondre à ces problé- matiques.

Romain Prévalet

41

notes:

1. Je tiens à cette occasion à renouveler mes sincères remerciements au Dr. Hara Procopiou, Maître de conférences à l’Uni- versité Paris I et membre du Laboratoire CNRS de Protohistoire égéenne (UMR 7041 ArScAn), pour son soutien.

2. Maxwell-Hyslop K. R., 1971, p. 51, fig. 34. Cf. Woolley C. l.,1934, Ur Excavations, volume II, Text and Plates, The Royal Cemetery, A Report on the Predynastic and Sargonid Graves excavated between 1926 and 1931, The Joint Expe- dition of the British Museum and of the Museum of the University of Pennsylvania, The Trustees of the two Museums, Londres, pl. 138 et 219, U 11584. Musée de Bagdad IM 8256.

3. Nous écartons ainsi la perle de collier annulaire, formée de six grains d’or soudés entre eux, trouvée dans la tombe PG 800 du Cimetière Royal d’Ur. Cf. Nicolini G., 1990, p. 130 et Maxwell-Hyslop K. R., 1971, p. 36.

4. Hubert E., 2005, p. 176.

5. Nicolini G., 1990, p. 131. Nous basons une partie de notre travail sur ses données et hypothèses qui se fondent soit sur des observations personnelles des objets de notre corpus, soit sur celles d’autres chercheurs auxquels il renvoit.

6. Nous ne détaillerons pas ici les différents points de vue concernant le sujet mais nous privilégions certaines remarques inédites développées par E. Hubert. Cf. Hubert E., 2005, pp. 176-177 et note 661.

7. Hubert E., 2005, p.177; Nicolini G., 1990, p. 131; Wolters J., 1981, p. 120. Ce dernier place les productions troyennes de Troie IIg vers 2350-2100 B.C. alors que E. Hubert suggère de les situer vers le milieu du IIIe millénaire.

8. Pour une documentation fournie et les références bibliographiques, cf. Hubert E., 2005, pp. 176-189. Pour la documen- tation photographique des bijoux des Trésors, cf. tolStikov v. P., treiSter m. y., 1996, Le trésor de Troie, les fouilles d’Heinrich Schliemann, traduction de A. Klimov, Gallimard-Electa, Paris.

9. Nicolini G., 1990, p. 131.

10. Concernant Tell Brak, cf. notamment Maxwell-Hyslop K. R., 1971, pp. 18-19 et 30-31, fig. 22 c et 38 c-d et Oates D.

et alii, 2001, pp. 242-246. Concernant Assur, cf. notamment Maxwell-Hyslop K. R., 1971, pp. 70-71, fig. 46 b,f,g et H ar P er P. o ., k lengel -B randt e ., a ruz J. et B enzel k ., 1995, Discoveries at Ashur on the Tigris, Assyrians origins, Antiquities in the Vorderasiatisches Museum, Berlin, Metropolitan Museum of Art, New York, p. 44, fig. 35. E. Klengel- Brandt estime, à propos de l’objet cité ci-dessus, que la granulation troyenne n’est pas comparable, ni stylistiquement, ni techniquement, à celle d’Assur qu’elle compare plutôt à celle de Mésopotamie du sud.

11. G. Nicolini estime que la présence de ce motif sur les bijoux troyens résulte d’une imitation technique du mobilier

d’Assur par les ateliers de Troie : cf. Nicolini G., 1990, p. 131. Or, si la bijouterie troyenne est antérieure à celle de Sumer et d’Assur, il semblerait que ce soit l’inverse.

12. Cf. Nicolini G., 1990, pp. 142-144, qui regroupe les différentes méthodes, les références aux traités anciens et la bibliographie.

13. Ibid., pp. 142-143 et Carroll D. L., 1974, p. 34.

14. Celles-ci sont principalement synthétisées dans Nicolini G., 1990, p. 143.

15. Eluère C., 1993, p. 53.

16. Ibid., pp. 45-54.

17. Divers colles et substances ont pu être employées pour la fixation des granules : cf. Nicolini G., 1990, p. 145.

18. Pozarnik F., 1998, p. 89.

19. Nicolini G., 1990, p. 165 et Ogden J., 1982, p. 64.

20. Ibid., pp. 147 et 171.

21. Ibid., p. 147 et pp. 172-175 pour plus de précisions sur l’aspect des joints et des soudures à l’alliage.

22. Ibid., p. 175.

23. E. Hubert s’appuie notamment sur une boucle à pendeloque qui présente au niveau de la navicelle des joints en forme

de petits « cous » caractéristiques : cf. Hubert E., 2005, pp. 188-189. V. P. Tolstikov estime que les empâtements sont rares et que la surface des granules n’apparaît pas grumeleuse et déformée : cf. Tolstikov V. P. et alii , 1996, op. cit., p. 116. Malgré ces deux hypothèses, une observation directe des pièces des Trésors s’avère nécessaire afin de justifier une envisageable coexistence des deux procédés de soudures dans les ateliers du niveau IIg de Troie.

42

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

24. Aldred C., 1971, p. 100 et Ogden J., 1982, p. 65.

25. Pour plus de précisions sur les minéraux employés et les recettes de pâtes à souder, Cf. Nicolini G., 1990, pp. 175-179 et la bibliographie associée.

26. Cf. les diverses méthodes du procédé et les expérimentations modernes dans Nicolini G., 1990, pp. 179-180.

27. Hubert E., 2005, p. 139.

28. Cf. l’étude des objets de cette jarre dans Tufnell O. et Ward W. A., 1966.

29. Maxwell-Hyslop K. R., 1971, p. 102 et Lilyquist C., 1993, p. 38.

30. Tufnell O. et Ward W. A., 1966, p. 189, fig. 4/n° 85, pl. XV.

31. Concernant les techniques de bijouterie employées par les sumériens : cf. Hubert E., 2005, Chapitre II, pp. 104-166.

32. Wilkinson A., 1971, p. 200.

33. Matthiae P., 1995, pp. 481, 523/cat. 400.

34. Dunand M., 1954-58, pp. 949-954.

35. Cette virole appartient à une série de quatre pièces granulées, qui étaient destinées à orner la hache fenestrée en argent doré n° 16715, trouvées dans le vase 16695. Cf. Dunand M., 1954-58, pp. 853- 857, pl. CXXXII et CXXXIII.

36. Cette image votive serait tirée du registre mésopotamien. Cf. Maxwell-Hyslop, 1971, pp. 102-105.

37. Ce point sera précisé lors d’une prochaine analyse de l’objet.

38. Nicolini G., 1990, p. 132.

39. Idem.

40. La tombe de la Princesse a été datée entre 1825 et 1750 et celle du Seigneur aux Capridés autour de 1750 B. C. Cf. Matthiae P. et alii , 1995, p. 182.

41. Ibid., p. 469/cat. 391. Pour les comparaisons stylistiques et techniques avec Tell el-Ajjûl, Lachish, Ras-Shamra/Ouga- rit, Marlik, Dinkha Tepe et Enkomi, cf. Idem et la bibliographie associée ainsi que Prévalet R., 2007, p. 27.

42. Prévalet R., 2007, pp. 26-28.

43. Pour une grande partie des références et hypothèses concernant la datation d’Ajjûl II, Cf. Lilyquist C., 1993, pp. 47-

48.

44. Lilyquist C., 1993, p. 48, fig. 18 c-e. Cf. également la bibliographie associée et P étrie W. m. f., 1934, Ancient Gaza IV, Tell el-Ajjûl, British School of Archaeology in Egypt, Londres, pl. 18, n° 90.

45. Ibid., fig. 18 f et 19 d.

46. Pour une description de cette œuvre, cf. notamment Maxwell-Hyslop K. R., 1971, pp. 88-91, pl. 61-64.

47. Ziffer I., 1990, p. 55*.

48. Concernant le mobilier en or de ces deux sites, cf. Lilyquist C., 1993, pp. 47-50 et la bibliographie associée.

49. Il s’agit en majorité des pendentifs astraux (circulaire ou en croissant) ainsi que ceux figurant une femme nue à tête hathorique. On en retrouve de semblables à Ougarit au Bronze Récent. Cf. Maxwell-Hyslop K. R., pl. 102-111 ainsi que les rapports de la mission de Ras Shamra/Ougarit de C. Schaeffer dans Syria (1929-1938).

50. Liyquist C., 1993, pp. 35-38, fig. 8 a-d.

51. Nicolini G., 1990, p. 132.

52. Aldred C., 1971, p. 113.

53. Pierides A., 1971, p. 18, pl. VIII-5. Pour les parures en or découvertes à Enkomi, cf. entre autres Courtois J.-C. et

alii, 1986, pp. 107-116. Pour la diffusion du motif de triangle granulé telle qu’à Byblos, ébla et Tell el-Ajjûl au Levant,

Harageh et Lisht en égypte, ainsi qu’Ur et Assur en Mésopotamie, cf. Lilyquist C., 1993.

54. Aström L., Aström P., 1972, p. 517.

55. Cf. notamment Ibid., p. 481, pl. LXXVIII et CXLV : 13 ; Maxwell-Hyslop K. R., 1971, pl. 96 (Chypre) et pl. 77, fig.

79-80 entre autres (Tell el-Ajjûl). Pour une vision plus détaillée des points communs entre Chypre et le Levant sud en

général, cf. Maxwell-Hyslop K. R., 1971, pp. 112-131 et les nombreuses illustrations associées.

Romain Prévalet

43

56. Woolley L., 1955, pp. 273, pl. LXIX g et h.

57. Nicolini G., 1990, p. 136.

58. Prévalet R., 2007, pp. 39-40 et Prévalet R., 2006, Les transferts de techniques de granulation en Crète à l’Âge du Bronze, mémoire de Master I, sous la dir. de S. Cleuziou et H. Procopiou, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne.

59. Ibid., pp. 42-48.

60. En effet, d’après G. Nicolini, certaines données techniques seraient à expérimenter et à actualiser (communication personnelle).

61. Je pense notamment à certaines productions de Mari, dont une synthèse inédite est en cours d’achèvement par G.

Nicolini (au moment de la rédaction de l’article), ainsi qu’à celles d’Ougarit dont j’étudie actuellement quelques exem- plaires et finalement celles récemment découvertes à Qatna qui sont également en cours d’analyse par l’équipe de la mission allemande de Mishrifeh/Qatna. Pour ce matériel aussi, les influences et les comparaisons stylistiques et tech-

niques semblent nombreuses que ce soit avec les productions locales de Syrie occidentale, de Mésopotamie, d’égypte ou du monde égéen.

62. étude en cours dans le cadre de ma thèse de doctorat.

bibLiogrAPhie :

La bibliographie présentée ici est loin d’être exhaustive mais elle regroupe des références significatives, tant pour les informations que pour les illustrations, qui fournissent l’ensemble des publications sur le sujet, les rapports de fouilles et les études de synthèse.

Les Procédés techniques :

CARROLL D.-L., 1974, A Classification for Granulation in Ancient Metalwork, AJA, 78, pp. 33-39.

CARROLL D.-L., 1983, On Granulation in Ancient Metalwork, AJA, 87, pp. 551-554.

CALLATAY F. de, 1983, Granulation, Dans T. HACKENS, R. WINKES (éd.), Gold Jewelry, Craft, Style and Meaning from Mycenae to Constantinopolis, Aurifex 5, Institut Supérieur d’Archéologie et d’Histoire de l’art, collège Erasme, Louvain-la-Neuve, pp. 185-192.

ELUèRE C., 1991, Chercheurs d’or et orfèvres des temps anciens, Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye, Pa- ris.

ELUèRE C., 1993, Outils et ateliers d’orfèvres des temps anciens, Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye, Paris.

HUBERT E., 2005, La Bijouterie d’or sumérienne : approche technique, stylistique et social, Thèse, Université Paris I.

MARYON H., 1971, Metalwork and Enamelling, a Pratical Treatise on Gold and Silversmiths’ Work and their Allied Crafts, 5e edition, Dover Publication, New York.

NESTER G., FORMIGLI E., 1994, Die Granulation. Eine antike Goldschmiedetechnik, Nuova immagine, Sienne.

NICOLINI G., 1990, La technique des ors antiques, la bijouterie ibérique du VIIe au IVe siècle, 2 vol., Picard, Paris.

NICOLINI G., POSSEME E., 1998, Granulation, Dans M. DE CERVAL (s/d), Dictionnaire international du bijou, Du Regard, Paris.

NICOLINI G., 1999, Bijouterie antique : pour une observation nouvelle des ors de Grèce et d’ailleurs (Bull. SFAC), RA, 1999, pp. 191-197.

POZARNIK F., 1998, Brasage, écrouissage, Dans M. DE CERVAL (s/d), Dictionnaire international du bijou, Du Regard, Paris.

THOUVENIN A., 1973, La soudure sans la construction des œuvres d’orfèvrerie antique et ancienne, Revue archéologi- que de l’est et du centre-est, XXIV/1, pp. 11-68.

WOLTERS J., 1981, The Ancient Craft of Granulation, a reassessment of established concepts, Gold Bulletin, 14 (3), pp.

119-129.

WOLTERS J., 1983, Die Granulation: Geschichte und Technik einer alten Goldschmiedekunst, Munich.

44

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

LA MéditerrAnée orientALe :

ALDRED C., 1971, Jewels of the Pharaohs, Egyptian Jewellery of the Dynastic Period, Thames and Hudson, Londres.

ASTRöM L., ASTRöM P., 1972, The late Cypriote Bronze Age, other arts and crafts, Swedish Cyprus Expedition I,

Stockholm.

COURTOIS J.-C., LAGARCE J., LAGARCE E., 1986, Enkomi et le Bronze Récent à Chypre, Fondation A. G. Leventis,

Nicosie.

DUNAND M., 1954-58, Fouilles de Byblos II, 1933-1938, Geuthner, Paris.

KARAGEORGHIS V., 2003, The Cyprus collections in the Medelhavsmuseet, Nicosie.

LILYQUIST C., 1993, Granulation and Glass : Chronological and Stylistic Investigations at selected Sites, ca. 2500-1400

B. C. E., BASOR, 290-291, pp. 29-94.

MATTHIAE P., PINNOCK F., Scandone MATTHIAE G., 1995, Ebla, Alle origini della civilità urbana, Trent’anni di scavi in Siria dell’Università di Roma « La Sapienza », Electa, Milan.

MATTHIAE P., 1981, Osservazioni sui gioielli delle tombe principesche di Mardikh IIIB, Studi Eblaiti, 4, pp. 205-225.

MAXWELL-HYSLOP K. R., 1971, Western Asiatic Jewellery ca. 3000-612 B.C., Methuen and Co LTD, Londres.

M C G OVERN P. E., 1985, Late Bronze Palestinians Pendants, Innovation in a cosmopolitan age , JSOT/ASOR, Shef -

field.

NEGBI O., 1970, The hoards of goldwork from Tell el-Ajjûl, Studies in Mediterranean Archaeology, vol. XXV, Göte-

borg.

OATES D., OATES J., MCDONALD H., 2001, Excavations at Tell Brak, vol. 2: Nagar in the third millennium BC, Bri- tish School of Archaeology in Iraq, McDonald Institute for Archaeological Research, Cambridge.

OGDEN J., 1982, Jewellery of the Ancient World, Trefoil Books, Londres.

PARROT A., CHEHAB M. H., MOSCATI S., 1975, Les Phéniciens, Gallimard, Paris, pp. 66-67, fig. 65-67.

PIERIDES A., 1971, Jewellery in the Cyprus Museum, Department of Antiquities, Nicosie.

PRéVALET R., 2007, Les techniques de granulation en Méditerranée orientale à l’Âge du Bronze, Mémoire de Master II, Université Paris I.

POLITIS T., 2001, Gold and Granulation, dans A. J. SHORTLAND (ed.), The social context of Technological Change:

Egypt and the Near East, 1650-1550 BC. Proceedings of a conference held at St Edmund Hall, Oxford, 12-14 September 2000, Oxbow, Oxford.

Toutankhamon, L’or de l’au-delà, Trésor funéraire de la vallée des rois, 2004, Exposition de l’Antikenmuseum und Sam- mlung Ludwig de Bâle, Cybèle, pp. 294-297.

TROKAY M., 1968, Les origines du décor à granulation dans l’orfèvrerie égyptienne, Chronique d’Égypte, 43, pp. 271-

80.

TUFNELL O., WARD W. A., 1966, Relations between Byblos, Egypt and Mesopotamia at the end of the third millennium

B. C.: a study of the Montet Jar, Syria, XLIII, 4, pp. 166-241.

WILKINSON A., 1971, Ancient Egyptian Jewellery, Methuen, Londres.

WOOLLEY L., 1955, Alalakh, an account of the excavations at Tell Atchana in the Hatay, 1937-1949, Reports of the Research Committee of the Society of Antiquaries of London, XVIII, Londres.

ZIFFER I., 1990, At that time the Canaanites were in the Land : Daily Life in Canaan in the Middle Bronze Age 2, 2000- 1550 B.C.E.

45

evaluation de létat général du Site archéologique de cyrrhuS-neBi houri

résuMé

Jeanine ABDUL MASSIH (1)

Université libanaise (Liban)

La mission archéologique libano-syrienne de Cyrrhus-Nebi Houri a été créée en 2006 par l’Université libanaise et la Direction Générale des Antiquités et Musées de Syrie (2) . Ses principaux objectifs, outre l’approfondissement des connaissances des différentes phases historiques d’occupation, sont d’étudier l’organisation de l’espace et son évolution, tant dans la ville que sur l’ensemble de son territoire.

Pour atteindre les objectifs, de la mission ar- chéologique syria-libanaise, de nouvelles problé- matiques de recherches et méthodes d’investigation ont été mises en place par la mission, avec l’étu- de archéologique détaillée des édifices. Ceux-ci sont également appréhendés en relation avec leur insertion dans le tissu urbain ou dans les axes du parcellaire et des voies d’accès à la ville. Diverses méthodes d’investigation sont appliquées, allant de

l’analyse des sources (textuelles et matérielles) et de la cartographie (topographique, architecturale et SIG), à la prospection (traditionnelle, géophysique, aérienne), et à l’étude archéologique. Une proposi- tion de préservation et de mise en valeur du site est l’un des grands projets essentiels de la mission.

La reprise de l’exploration de Cyrrhus implique impérativement le rassemblement et l’exploitation

46

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

46 L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes Fig 1: Plan de Cyrrhus

Fig 1: Plan de Cyrrhus (Daniel Longepierre).

de l’ensemble de la documentation issue de l’an- cienne mission archéologique (fig 1).

En effet, la mission archéologique (3) française de Cyrrhus-Nebi Houri, créée en 1953, était dirigée par Edmond Frézouls, alors pensionnaire scientifique à l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth puis professeur à l’Université de Strasbourg. Entre 1953 et 1980, les campagnes de fouilles et d’étude me- nées ont permis de mettre au jour le théâtre romain, d’étudier en partie les fortifications, les différentes

portes de la ville, les nécropoles, le mausolée, le té- trapyle, etc., ainsi que la circulation intra et extra muros et sa mise en relation avec les célèbres ponts du deuxième siècle. Une étude poussée a été éga- lement réalisée sur les éléments architecturaux du site, notamment sur le théâtre en vue de sa restaura- tion (4) (fig 2). La mission s’est interrompue en 1995 avec la disparition de son directeur. La recherche et le site de Cyrrhus furent alors abandonnés, avant la publication des travaux (5) .

Jeanine Abdul Massih

47

Jeanine Abdul Massih 47 Fig. 2: Fouilles du théâtre en 1952 (Photo Edmond Frézouls). La fondation

Fig. 2: Fouilles du théâtre en 1952 (Photo Edmond Frézouls).

La fondation de la ville dénommée Kyrrhos (Cyrrhus), toponyme d’une ville de Macédoine, est attribuée à Séleucos I er , soit vers 300 avant notre ère. Cependant, Kyrrhos n’apparaît dans les sources et textes (6) qu’à partir de 220 avant notre ère. Les té- moignages écrits rapportent l’importance de ce cen- tre régional, située au centre de la Cyrrhestique (7) sur l’une des principales voies de communication menant à la Commagène et géographiquement pro- che de la tétrapole.

A partir de la conquête de Pompée, Cyrrhus et la Cyrrhestique se dissolvent dans l’unité de la provin- ce romaine. La ville est présentée par les sources, sous le nom de Cyrrhus, comme un centre militai- re (8) compris dans le dispositif guerrier mis en œu- vre par Rome face aux Arsacides. Le témoignage de

textes tels que celui relatant la présence de la légion

X

Fretensis qui tint garnison à Cyrrhus (9) , souligne

le

caractère militaire de la ville. Cette importance

militaire décline (10) ensuite, et l’on constate un aban-

don partiel de la ville.

Toutefois, avec le V e siècle, Cyrrhus apparaît dans les textes chrétiens comme le centre de l’en-

semble de la région et le siège de l’évêque Théodo-

ret (11) . La ville retrouve encore de l’importance sous

Justinien, qui entreprend un vaste programme de re- construction dont celui des fortifications, comme en témoignent plusieurs inscriptions (12) . La ville prend alors le nom de Hagiopolis.

En 623, la prise de Cyrrhus par les Arabes est rapportée par le récit de Baladuri (13) . Qurus (Cyr- rhus) devient dès lors une forteresse islamique. En

905, les Byzantins reprennent la ville qui est recon- quise en juin 1150 sous le règne de Nour ed Din, jusqu’à son abandon total au XII e siècle (14) .

1. Les Archives et LétAt de LA docuMentAtion

Dès sa création, la mission archéologique liba- no-syrienne a entrepris le rassemblement des archi- ves de la mission française, afin de compléter et de publier les résultats des anciennes explorations. Le regroupement et l’inventaire des archives scientifi- ques et administratives a été réalisé dans les fonds de la DGAMS, de l’IFPO (15) et dans les archives personnelles du directeur et des membres de la mis- sion française (16) .

L’examen de ces archives a mis en évidence l’importance de la documentation relative au théâtre romain. L’avancement des travaux sur ce monument a donné lieu à une abondante documentation graphi- que et écrite, établie en vue de la préparation finale de la publication. En revanche, en ce qui concerne les autres chantiers, portant sur les monuments et les voies de circulation, la documentation s’avère préli- minaire et sporadique. L’étude des anciens chantiers et sondages a donc nécessité la reprise de l’explora- tion de terrain afin d’étayer les informations lacu- naires des archives, notamment en ce qui concerne la stratigraphie et le matériel archéologique (17) .

Le matériel archéologique issu des fouilles de la mission française a été déposé en premier lieu à la Citadelle, puis transféré à l’ancien Musée d’Alep, puis au musée actuel à sa création dans les années soixante-dix. Ce matériel, inventorié lors de sa dé- couverte, semble n’avoir fait l’objet d’aucune ana- lyse, typologie ni datation. La reprise de l’étude de ce matériel et la réouverture des réserves de Cyrrhus ont été l’une de nos premières préoccupations. Cette démarche s’est soldée par un constat alarmant en ce qui concerne l’état de conservation (18) des objets, notamment pour les sacs céramiques dont la ma- jeure partie a disparu ou demeure inexploitable à la suite de l’éventrement des sacs et de la disparition des étiquettes. Toutefois, un inventaire et une étude systématique de ces objets et de leur état de conser- vation ont été commencés, en collaboration avec la Direction des Antiquités d’Alep, afin de préserver et restaurer les pièces détériorées. Une base de données

48

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

informatisée a été mise en place et l’ensemble des pièces a été documenté, dessiné et photographié (19) , en vue de la préparation d’une vitrine d’exposition

et de la publication d’un catalogue des objets.

Cette analyse du matériel et sa mise en rela- tion avec les inventaires retrouvés dans les archi-

ves ont pour objectif de compléter les résultats de

terrain récoltés lors de la réouverture des anciens

sondages.

2. L’étude ArchéoLogique

L’étude archéologique se fonde sur la poursuite

des travaux de l’ancienne mission et le développe-

ment de véritables thématiques de recherche. Celles-

ci

concernent principalement les limites de la ville

et

son système défensif, l’organisation de l’occupa-

tion du terrain intra et extra-muros, ainsi que l’étude

et la préservation de plusieurs monuments du site

appartenant à toutes les périodes historiques.

2.1 Les fortificAtions

Le rempart actuel de Cyrrhus est attribué, d’après l’inscription située de part et d’autre de la

porte nord-est de l’acropole, à Justinien (20) . Toute- fois, l’occupation connue du site jusqu’au début du

XIII e siècle (21) laissent prévoir la présence d’amé-

nagements et de réfections tardives sur le système

défensif. Les observations menées sur le terrain ont démontré que la fortification byzantine et islami-

que reprend le tracé d’une muraille plus ancienne

de type polygonal, datée par les anciens fouilleurs

de la période macédonienne.

2.2 L’urbAnisMe

L’urbanisme à Cyrrhus est établi selon un plan hippodamien, caractéristique des fondations hellénis- tiques. Le tracé du quadrillage orthogonal de la ville

est vraisemblablement dicté par la rue principale, de direction nord-sud, délimitée à ses extrémités par deux portes. Cette rue droite parfaitement rectiligne sur presque la totalité de sa longueur, présente une anoma-

lie dans sa portion méridionale, traduite par une dévia-

tion de la voie vers l’ouest. Cet écart est expliqué par

la position décalée de la porte sud. L’étude de la porte

et l’analyse de l’urbanisme dans ce secteur devraient nous permettre d’en déterminer la raison (Fig. 1).

A la période romaine, le plan quadrillé est res- pecté et complété par la mise en place d’une voie est-ouest, le decumanus maximus, perpendiculaire à la rue principale et reliant la porte orientale à la porte occidentale. L’ouverture occidentale et le pro- longement du decumanus vers l’ouest a permis à la ville de s’étendre extra-muros. Cette extension de l’occupation à l’extérieur de la ville coïnciderait vraisemblablement avec l’arrivée et l’installation des garnisons romaines sur le site. Une occupation importante a été identifiée dans ce secteur, d’après photographie aérienne, par la mission libano-sy- rienne. Elle correspondrait vraisemblablement à l’aménagement d’un camp romain à l’extérieur de la ville. Cette hypothèse est à vérifier au cours des prochaines campagnes. Divers autres types de mo- numents ont également été identifiés, tels que des villas, des citernes etc.

Actuellement, ce plan d’urbanisme est toujours visible dans la partie nord de la ville. Il semblerait avoir été respecté au cours de la période byzantine avec certains réaménagements et empiètements sur les voies de circulation.

2.3 Les bâtiMents

Au cours des travaux de l’ancienne mission, plu- sieurs édifices de la ville ont été dégagés. Des des- criptions sommaires ont été publiées dans des arti- cles de synthèses mais aucun n’a fait l’objet d’une véritable étude. Le monument majeur du site reste toutefois le théâtre romain daté du II e siècle de notre ère. Cet édifice étudié et fouillé par E. Frézouls est l’un des volets importants de notre entreprise de pu- blication et de mise en valeur.

De nombreux édifices (22) sont également visibles sur l’ensemble du site, notamment dans la portion nord. La majeure partie de ces monuments appar- tient à l’époque byzantine. Les vestiges de cette pé- riode constituent, sur une grande partie de la ville, la dernière phase d’occupation et cela malgré la pério- de islamique attestée dans divers secteurs tels que la citadelle (fortification et réduit), le système défensif et les portes, ainsi que les habitations découvertes par Edmond Frézouls dans le théâtre.

Jeanine Abdul Massih

49

Jeanine Abdul Massih 49 Fig. 3: Mausolée du Nebi Houri. Fig. 4: Pont romain. 2.4 L

Fig. 3: Mausolée du Nebi Houri.

Jeanine Abdul Massih 49 Fig. 3: Mausolée du Nebi Houri. Fig. 4: Pont romain. 2.4 L

Fig. 4: Pont romain.

2.4 LA viLLe et son territoire

Le mausolée de Nebi Houri (23) (Fig.3) est le mo- nument le plus célèbre du territoire environnant de Cyrrhus avec les ponts romains (24) (Fig.4). Leurs exceptionnelles conservations en font une des at-

tractions touristiques majeures du site. Ces édifices se situent dans l’environnement immédiat de Cyr- rhus, qui comprend également des voies de circula- tion, des aménagements divers liés à l’exploitation de l’eau et des nécropoles. Actuellement, aucun bâtiment n’y a été identifié. Une prospection du ter-

50

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

ritoire est prévue afin de compléter notre documen- tation et de mettre en relation la ville de Cyrrhus avec son terroir et sa région. L’établissement d’une carte archéologique régionale situant les diverses autres installations (villes, tells, aménagements di- vers) est l’un des axes majeurs de notre recherche fondée sur l’étude de la géographie historique de la Cyrrhestique.

3. étAt du site en 2006 et PersPectives dAction

La ville de Cyrrhus se situe à 70 km au nord- est d’Alep, à moins de 5 km de la frontière turque et à mi-chemin entre Antioche et Zeugma. Cette implantation a été établie en bordure de la rivière Saboun et occupe un espace protégé constitué de deux collines escarpées, le Qalaat et le Golgovan, et d’un plateau en pente descendant vers la val- lée.

C’est sur ce plateau, et sur la moins élevée des deux collines (Qalaat), que se déploie la ville de Cyrrhus, d’origine hellénistique. Une muraille en pierre de taille, généralement érigée suivant la to- pographique naturelle du site et souvent installée en rupture de pente, encercle l’ensemble de la ville qui occupe une superficie de plus de 60 hectares, sub- divisée en ville basse et ville haute. L’acropole était dotée de son propre rempart, dont les faces nord- ouest et sud-ouest se confondent avec l’enceinte de la ville alors que les faces nord-est et sud-est lui sont propres. (Fig.1)

3.1 étAt générAL

Les principales causes de dégradation sont de caractère naturel mais également humain. L’aban- don sans protection des vestiges et des sondages aux intempéries, a causé la mise en danger de nombreuses maçonneries et favorisé l’état géné- ral de délabrement. À cela viennent s’ajouter des aménagements modernes installés dans le site où à proximité tels que les voies de circulation, la station de pompage construite sur la nécropole sud-ouest mais aussi la mise en culture de certai- nes parcelles du site. Ce constat est aggravé par le développement et l’expansion des activités de vandalisme et de pillage.

3.1.1 L’exploitation agricole

Le site de Cyrrhus se trouve dans une région dont l’exploitation agricole est la principale res- source économique (25) . Les champs cultivés se déve- loppent de manière intensive au détriment d’autres installations. La culture est omniprésente sur le site archéologique, aussi bien sur l’étendue de son ter- roir extra-muros comme les nécropoles sud-ouest et nord-ouest que, intra-muros, sur tout le secteur oriental de la ville basse. Cette exploitation sur le site protégé de Cyrrhus a été autorisée, uniquement sur les parcelles privées, par la direction Généra- le des Antiquités et Musées de Syrie. La mise en culture de ces terrains a été limitée à l’olive et aux céréales, connues pour leur faible enfoncement dans le sol. Ainsi, les couches stratigraphiques et les ves- tiges enfouis sont relativement protégés de la des- truction. Malheureusement, la préparation des sols pour la plantation qui s’effectue au tracteur cause des dégâts considérables sur l’architecture. De nom- breux blocs et autres parties sont arrachés lors des travaux de terrassement et sont par la suite traînés hors des champs servant de délimitation parcellaire. Cet épierrement programmé, visible par les accumu- lations de pierres aux abords des champs, est l’une des causes directes de la destruction de nombreux monuments et vestiges dans la ville basse (26) et sur l’ensemble du terroir de la ville antique (Fig. 5).

3.1.2 Les pistes modernes

La ville de Cyrrhus est actuellement traversée par deux voies carrossables aménagées pour le pas- sage des véhicules agricoles. Ces derniers pénètrent dans le site par la porte sud et se dirigent vers les parcelles cultivées situées au nord et vers la rivière Saboun à l’est. La voie orientale a dernièrement fait l’objet d’un élargissement au bulldozer (27) , passant à proximité de la fortification et perturbant l’ensemble des installations et de la stratigraphie. Sur les bordu- res de cette voie, en section, il est possible d’obser- ver les vestiges construits de nombreuses structures aujourd’hui disparues. La route a été entièrement damée, recouvrant totalement les occupations et le tracé de la circulation ancienne de la ville (Fig. 6).

Le cheminement de la piste orientale dessert la ri- vière en contrebas qui est régulièrement et intensément fréquentée, ainsi que l’ensemble des champs agricoles exploitants les parcelles orientales de la ville basse.

Jeanine Abdul Massih

51

Jeanine Abdul Massih 51 Fig. 5: Champs cultivés. Fig. 6: Pistes traversant le site (établi sur

Fig. 5: Champs cultivés.

Jeanine Abdul Massih 51 Fig. 5: Champs cultivés. Fig. 6: Pistes traversant le site (établi sur

Fig. 6: Pistes traversant le site (établi sur le plan de Daniel Longepierre).

3.1.3 Le vandalisme et le pillage

La richesse du site, de ses abords et de l’en- semble de la région, nécessite la présence de plu- sieurs gardiens qui assureraient la protection jour et nuit du patrimoine archéologique. Or, le site de Cyrrhus et l’ensemble de la région environ-

nante sont sous la protection d’un seul et unique gardien.

Cette situation est aggravée par le passage per- manent de véhicules agricoles et de tourisme local, qui ne permet ni un bon gardiennage, ni une bonne surveillance des visiteurs (28) . Des actes de vandalis-

52

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

me par ignorance sont régulièrement perpétrés sur les monuments sans que le gardien puisse intervenir ou les prévenir.

Ces actions ne sont malheureusement pas les seules ingérences que subit le site de Cyrrhus. Le paysage général traduit l’existence d’un pillage or- ganisé sur l’ensemble du site intra et extra-muros. Il se traduit par la présence de nombreuses cavités de fouilles clandestines creusées d’une manière systé- matique, qui détruit de nombreux vestiges et monu- ments.

Le secteur nord (29) , le plus éloigné du poste de gardiennage (30) , présente un véritable paysage lu- naire. Le reste du site, également pillé, fait l’objet de remblaiement et de rebouchage des trous dans certains secteurs proches de l’entrée principale. Ces bouchages sont de nature différente selon que les pillages sont achevés ou en cours. L’organisation est professionnelle, elle touche un nombre de secteurs important et concerne de manière particulière les sols en mosaïque. De nombreuses tesselles colorées ont été récoltées auprès de ces zones pillées.

Un autre secteur est sévèrement touché par cette activité destructrice, la nécropole nord-ouest. Les hypogées et les sarcophages, inhumations riches dans lesquelles des traces de peintures ont été rele- vées, sont méthodiquement et entièrement volés et détruits (Fig. 7 et 8).

3.2 étAt des MonuMents

L’ensemble des monuments de Cyrrhus a souf- fert de pillage, non seulement archéologique, mais également et surtout de matériaux de construction. L’architecture du site est caractérisée par l’emploi de pierres du substrat local (31) qui présente diverses qua- lités de calcaires (32) dont la plus usitée en parement est dure et résistante aux variations climatiques, en particulier aux chocs thermiques. La qualité de ce matériau et sa bonne conservation ont entraîné dès l’antiquité son remploi dans les divers monuments du site et par la suite pour la construction de divers édifices (33) et habitations ; cela jusqu’au classement du site sur la liste du patrimoine archéologique na- tional par les autorités syriennes. Les principaux monuments de Cyrrhus illustrant cette réutilisation des édifices en carrière sont le théâtre romain, la ca- thédrale et les fortifications.

le théâtre romain, la ca- thédrale et les fortifications. Fig. 7: Hypogée pillé. Fig. 8: Hypogée

Fig. 7: Hypogée pillé.

thédrale et les fortifications. Fig. 7: Hypogée pillé. Fig. 8: Hypogée peint pillé. L’ensemble du site

Fig. 8: Hypogée peint pillé.

L’ensemble du site porte la trace de cette activité qui est actuellement accentuée par le pillage et le vandalisme. L’abandon des creusements et sonda- ges produits par les fouilles clandestines et archéo- logiques a causé des dégradations importantes dans les édifices, du fait de la mise à nu des fondations des différentes structures laissées à l’air libre et à la merci des intempéries. La principale cause des dé- faillances est l’accumulation de l’eau de pluie et de l’humidité au pied des maçonneries favorisant :

- le développement d’une végétation qui prend ra- cine dans les structures,

- l’effondrement de ces maçonneries,

- et l’affaissement de terrain qui déstabilise l’en- semble de la construction.

Ceci est particulièrement visible avec la chute des parements externes de l’ensemble de la fortification de la ville, notamment ceux de la citadelle (Fig. 9).

Jeanine Abdul Massih

53

3.2.1 La citadelle

La citadelle se développe sur la colline de la Qalaat surplombant l’ensemble du site. Elle est do- tée d’une fortification en pierre de taille érigée en rupture de pente, qui représente plusieurs phases de construction qui se sont succédées au cours de l’histoire du site. Deux qualités principales de pierre locale y sont employées : un calcaire dur et un cal- caire marneux tendre. C’est ce dernier qui a le plus souffert des altérations naturelles. Les structures en calcaire dur ont davantage été soumises à des dés- tabilisations ainsi qu’à des remplois. Cette fortifi- cation menace actuellement de s’écrouler du fait de l’abandon total du site. L’ensemble des parements extérieurs (Fig. 9) présente des dangers d’effondre- ments et dans certains secteurs, les problèmes de stagnation d’humidité aux pieds des remparts pro- voquent le démantèlement des blocs des assises in- férieures et leur écroulement. Ainsi, des cavités se forment à la base de la muraille fragilisant et me- naçant de nombreux segments de la muraille (Fig. 10). Pour prévenir ce danger, il est primordial de canaliser les eaux de pluie vers des zones d’évacua- tion et de récupération situées loin des structures construites. Eventuellement, dans un projet à long terme, elles pourraient être acheminées vers l’exté- rieur de l’enceinte.

3.2.2 Le théâtre

Ce problème d’évacuation des eaux de pluies est également présent sur le théâtre qui est aménagé sur les flans de la colline ouest de l’acropole, adossé à la pente naturelle. La position centrale du théâtre, son exceptionnelle conservation ainsi que l’état avancé de son dégagement en font le monument phare du site à la période romaine. Son exploration systé- matique, par la mission archéologique française, a permis de mettre au jour l’ensemble architectural dans sa totalité. Le théâtre est bâti en pierre calcaire dure en parement extérieur. Le remplissage interne des murs de l’édifice se compose de pierre calcaire marneuse sous forme d’une impressionnante masse de moellons mêlée a de la pierre taillée (Fig. 11). Un premier constat sur l’état sanitaire a montré que seule la partie enterrée de l’édifice a été préservée (34) et que la totalité des pierres en calcaire dur des par- ties supérieures a été pillée, vraisemblablement au cours de l’occupation historique du site. Actuelle- ment, il ne reste de cette élévation que le remplissa-

ment, il ne reste de cette élévation que le remplissa- Fig. 9: Fortification de la citadelle.

Fig. 9: Fortification de la citadelle.

que le remplissa- Fig. 9: Fortification de la citadelle. Fig. 10: Parement écroulé, citadelle. ge de

Fig. 10: Parement écroulé, citadelle.

ge de pierre marneuse en moellon pour la totalité de la partie supérieure de l’édifice et en pierre de taille pour la partie située sous les gradins qui malheureu- sement tend aujourd’hui à s’écrouler. Cette mise en danger est accentuée par les nombreux sondages et fouilles (35) effectués au pied des différentes structu- res et maçonneries du théâtre.

La reprise de l’étude du monument a nécessité la mise en place d’un programme d’intervention sur la

54

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

54 L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes Fig. 11: Théâtre, vue générale.

Fig. 11: Théâtre, vue générale.

structure et de consolidations d’urgence. Il est établi en parallèle avec l’achèvement de l’étude graphique et sanitaire, avec la préparation de la publication et avec les premières actions de mise en valeur de l’édifice.

Ce projet est accompagné de plusieurs opéra- tions menées sur les vestiges périphériques (Fig. 12). Le positionnement du théâtre par rapport aux autres monuments du secteur (les thermes et l’église à l’est, les maisons à l’ouest et le temple au nord) of- fre une occasion exceptionnelle d’étude historique d’un quartier au cours des occupations successives. A cet effet, le projet d’étude et d’aménagement du théâtre comprend une intervention sur les différents édifices dans un souci de préservation de l’intégrité historique et environnementale du secteur.

3.2.3 Les habitations à l’ouest du théâtre

Un ensemble d’habitations, daté de la période ro- maine, situé à l’ouest du théâtre, menace de s’écrou-

ler. Les causes de l’instabilité de ces structures sont dues à leur construction dans la pente directement sur le rocher sans aucun creusement de fondation. L’écoulement des eaux de pluie sur les flancs de la colline de la citadelle est stoppé par les maçonneries des habitations et accumule dans les pièces déga- gées une humidité et une végétation qui provoquent une mise en danger permanente (Fig. 12).

3.2.4 L’église à l’est du théâtre

À l’est du théâtre, une église s’étend le long de la voie principale nord-sud. Dégagée par la mission précédente, elle présente des surcreusements au ni- veau des fondations et le développement d’une vé- gétation luxuriante liée à l’accumulation de l’eau et de l’humidité dans l’édifice (Fig. 12). Cette église serait le seul exemple connu à ce jour d’édifices re- ligieux chrétiens du site daté d’avant le VIe siècle. Cette hypothèse est soutenue par la direction méri- dionale de son abside (36) .

Jeanine Abdul Massih

55

Jeanine Abdul Massih 55 Fig. 12: Le théâtre et les monuments à proximité (photo cerf-volant Yves

Fig. 12: Le théâtre et les monuments à proximité (photo cerf-volant Yves Guichard).

2.2.5 La basilique

Située au nord de la ville, la basilique et son complexe religieux sont dans un état de dégradation avancée dû principalement au pillage et au vandalis- me. La totalité de la surface de cette église est percée de trous béants, résultats de fouilles clandestines.

L’ensemble des monuments de la ville de Cyrrhus présente un état de dégradation avancé due en grande partie à la mauvaise gestion du site et à l’absence d’en- tretien. Les édifices dans leur majorité ne sont conser- vés que sur très peu de hauteur et cela en conséquence

du pillage des blocs de pierre pour leur remploi dans d’autres chantiers de construction. Il est également essentiel de souligner la disparition des pierres im- portées et décoratives telles que le granite, le marbre, etc., dont quelques exemples, difficiles d’accès aux pilleurs, subsistent dans l’orchestre du théâtre.

3.3 PersPectives dAction

Les premières observations menées sur le site nous ont permis de préciser deux grands axes d’in- tervention pour sa préservation :

56

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

- la protection du site

- la sauvegarde et l’aménagement.

3.3.1 La protection du site

Face aux agressions naturelles et humaines per- pétrées de manière continue à Cyrrhus, il est capital d’entreprendre en urgence la protection du site. À cet effet, plusieurs types d’interventions sont prévus.

La condamnation de la circulation dans le site est une des priorités pour assurer une véritable et effica- ce prévention de toute transgression. La réalisation de cet objectif ne peut se faire qu’en parfaite colla- boration avec les autorités locales. L’établissement d’une nouvelle circulation évitant les passages di- rects dans le site nécessite une étude du parcellaire, des travaux d’aménagement et de terrassement.

L’étude menée par la mission archéologique li- bano-syrienne a établi une cartographie des prin- cipales pistes traversant le site et souligné leur fré- quentation élevée.

Une condamnation de ces voies de circulation ne peut donc se faire sans la proposition de solu- tions alternatives. Ainsi, la piste nord desservant les territoires agricoles passe par la porte sud, chemine devant le théâtre, et ressort par la porte ouest. L’ana- lyse du système de circulation des terrains au nord du site a permis de mettre en évidence une piste de terre alternative contournant le Golgovan (37) . Cette voie relierait le mausolée du Nebi Houri par la rou- te asphaltée, en contournant le Golgovan, à tout le secteur nord et éventuellement aux rives du Saboun Souyou en dessous du site. Cet unique cheminement possible se caractérise par un parcours beaucoup plus long et des difficultés de passage à certains en- droits, dans l’état actuel. La mise en fonction de cet accès nécessite donc des travaux de terrassement qui devraient être exécutés, en cas d’adoption de cet itinéraire, par les instances régionales. La piste orientale est plus difficile à condamner. Elle se situe à proximité de la rivière Saboun Souyou et surplom- be une exploitation poissonnière qui barre le che- min d’accès reliant les abords de la rivière, sous le site, à la route asphaltée menant vers l’est, aux ponts romains, au village de Deir es Saouan. À ce jour, aucune solution n’a pu être proposée pour pallier la condamnation de cet accès. Toutefois, il est possible de desservir les terrains agricoles de la ville basse par la route passant en contrebas du site accessible

par la voie qui contourne la colline du Golgovan ou à travers l’initiation d’un passage à travers l’exploi- tation poissonnière qui s’ouvre directement sur la route actuelle passant par les ponts romains.

La fermeture du site à la circulation permettrait de faciliter la surveillance et donc la protection des vestiges de la ville. Cependant, la présence de plu- sieurs gardiens reste indispensable pour optimiser cette solution. La nomination de plusieurs gardiens assignés uniquement à la surveillance du site de Cyrrhus et de son environnement immédiat prévien- drait toutes transgressions. Ces actions devraient être soutenues par les autorités locales, police, mu- nicipalités, etc.

3.3.2 L’aménagement et la gestion du site

L’ensemble des interventions de terrain doit être mené dans un souci de sauvegarde et d’aménage- ment du site en vue de favoriser et de faciliter sa gestion sur le long terme. A cet effet, l’établissement d’une documentation complète de l’état actuel des vestiges et une cartographie générale (38) déterminant les priorités d’intervention doivent être mis en place. Ils serviront de support de travail pour souligner les zones à risque et évaluer les degrés d’intervention.

Des travaux de consolidation et de remblayage seront menés directement sur les secteurs en dan- ger afin de les stabiliser. Des travaux de plus grande envergure sont également programmés, à moyen et long terme, sur les édifices du site tels que le théâtre et les monuments environnants, les remparts, no- tamment la muraille de la citadelle et divers autres bâtiments comme la cathédrale et la basilique. Des études et des cahiers des charges seront établis par secteur et type d’intervention, afin d’assurer une gestion cohérente gérée par un plan directeur géné- ral de mise en valeur. Des aménagements de circuits de visites et de panneaux explicatifs accompagne- ront les publications scientifiques aussi bien que celles destinées au grand public.

L’objectif à long terme est de promouvoir ce pa- trimoine culturel régional et national en impliquant activement la population locale dans les diverses activités de conservation et d’aménagement dirigées par la DGAMS. Cette implication active dans des activités de sensibilisation, protection, préservation aboutira à une meilleure gestion du site et donc, à l’efficacité de notre intervention sur la longue durée.

Jeanine Abdul Massih

57

concLusion

Les problèmes de gestion, les dangers sur les monuments et les lacunes historiques et archéologi- ques que connaît Cyrrhus - Nebi Houri ont fait de la création de la mission un élément primordial pour la sauvegarde du site.

Cyrrhus est une des rares villes conservée sur toute son étendue sans aucune réoccupation ou construction consécutive à son abandon. Elle pré- sente un état de conservation exceptionnel et la pré- sence de vestiges monumentaux apparents couvrant toutes les périodes et civilisations qui ont contribué à sa construction. La préservation de ce patrimoine implique en premier lieu la reprise de la recherche

notes

historique et l’exploration archéologique de toutes les périodes d’occupation de la ville. Cette occupa- tion permanente depuis la fondation hellénistique jusqu’aux périodes islamiques en fait un sujet ex- ceptionnel d’étude de l’urbanisme (39) et de l’occu- pation d’une ville sur une tranche chronologique importante et continue. La corrélation des données historiques archéologiques et urbaines sur les dif- férents monuments permettra également d’établir une chronologie évolutive de l’architecture dans un contexte riche en interactions entre les traditions anatoliennes (Commagène, Arménie, etc.), la Syrie du Nord, l’Euphrate et les régions orientales. Le dé- veloppement de la ville dans son environnement fait de Cyrrhus un sujet de recherche primordial pour la compréhension de l’histoire générale de la région.

1. Je tiens à remercier l’Université Libanaise en la personne de ses présidents successifs, le Dr Brahim al Kobeissi et le Dr. Zuheir Shukair, ainsi que Mme Bernadette Abi Saleh et le Dr Hareth Boustany. Pour la partie syrienne, le Dr. Bassam Jamouss Directeur de la DGAMS et le Dr Michel Maqdissi Directeur du service des Fouilles et études archéologiques, qui ont bien voulu m’accorder leur confiance. Mes remerciements vont également à toute l’équipe de la DGAMS d’Alep, à l’équipe de la mission de Cyrrhus, ainsi qu’à l’Institut Français du Proche-Orient et notamment Bertrand Lafont, Directeur scientifique de l’Antiquité et l’Archéologie, pour son soutien inconditionnel.

2. Depuis 2006, la mission libano-syrienne de Cyrrhus-Nebi Houri est co-dirigée par Jeanine Abdul Massih (UL) et Shaker Shbib (DGAMS).

3. Accord de création de la mission entre l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth en la personne de son directeur Henri Seyrig et la Direction Générale des Antiquités de Syrie en la personne de son directeur Selim Abdulhak.

4. Malheureusement, ce travail n’a jamais été publié ni réalisé.

5. Actuellement, on ne connaît que très peu de publications sur Cyrrhus :

Frézouls E., 1997, « Les maisons à l’ouest du théâtre de Cyrrhus », dans Les maisons dans la Syrie antique du III e millénaire aux débuts de l’Islam, BAH CL, Beyrouth ; 1994-1, « Une nouvelle inscription latine à Cyrrhus », MEFRA 106, pp. 71-77 ; « Mission archéologique de Cyrrhus », dans Contribution Française à l’archéologie syrienne 1969- 1989, pp. 175 à 180 ; 1977, « Cyrrhus et la Cyrrhestique jusqu’à la fin du Haut-Empire », ANRW II, pp.164-197 ; 1969, « L’exploration archéologique de Cyrrhus », Actes du colloque Apamée de Syrie, Bruxelles, pp. 81-93 ; 1954-1955, « Recherches historiques et archéologiques sur la ville de Cyrrhus », AAAS IV-V, pp. 89-128 ; 1953, « Inscription de Cyrrhus relative à Q. Marcius Turbo », Syria XXX, fasc. 3-4, pp. 246-278.

6. Notamment Plutarque, Démétrios, 48, 4 ; Ptolémée, V, 17.

7. La Cyrrhestique se situe au sud de la Commagène et s’étend jusqu’à Bérée. Elle s’articule autour de la ville de Cyrrhus localisée à sa limite nord. Cette délimitation géographique régionale de la période hellénistique est incorporée par la suite à la province romaine de Syrie.

58

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

9. Tacite, Annales, II, 57.

10. D’après F. Cumont, Etudes Syriennes, p. 16 ; le déclin militaire de Cyrrhus est placé au début du III e siècle, au moment de l’émergence de Hiérapolis, qui concentre les troupes romaines sur l’Euphrate.

11. Théodoret nous renseigne avec précision sur l’histoire de la ville et des monuments de Cyrrhus. Il mentionne la

présence de plusieurs bâtiments religieux tels que la basilique des saints Côme et Damien, la chapelle des apôtres, la chapelle des prophètes et le cloître voisin (Théodoret, Histoire religieuse).

12. Inscription de la porte de la citadelle dédiée à Justinien, Théodora, Bélisaire. Jalabert L. et Mouterde R., 1929, Inscrip- tions Grecques et Latines de la Syrie (IGLS) I, Paris, p. 90, n°145-147 ; Procope, De aedificiis, II, 11.

13. Baladuri, Kitab futuh al-buldan, 149.

14. Un passage de Yakut, qui date du début du XIII e siècle, semble bien indiquer que la ville était alors complètement morte. Yakut, Kitab mu’jam al-buldan, IV, 199.

15. L’IFPO, dépositaire des archives de l’ancien Institut français d’Archéologie de Beyrouth, nous a permis de consulter l’ensemble de la documentation administrative et scientifique relative à la mission française de Cyrrhus.

16. Je voudrais remercier Mme Andrée Frézouls de m’avoir confié les archives de son époux concernant Cyrrhus, ainsi

que M. Daniel Longepierre, architecte de la mission française, avec qui une collaboration est en cours pour la publica- tion des anciens plans et relevés de l’ensemble du site.

17. La réouverture et le réexamen, en priorité, de certains anciens sondages sont réalisés en fonction du programme scien- tifique de recherche de la mission libano-syrienne.

18. Il est important de souligner l’état déplorable de la réserve de Cyrrhus située dans le sous-sol du Musée d’Alep. Les

objets sont conservés dans un environnement humide et fermé qui favorise la détérioration des pièces (métaux, éléments architecturaux, sculptures en pierre ou en plâtre, etc.).

19. L’étude et la restauration de ces objets sont en cours. Différents experts (céramologue, spécialiste du verre, numisma- tes, spécialiste en sculpture, etc.) sont intervenus pour la réalisation de ce travail.

20. Voir note 17

21. Voir note 19.

22. La plupart des monuments du site conservés sont attribués par Edmond Frézouls au Bas-Empire ou à la haute époque byzantine, comme les ponts, une petite église paléochrétienne et la basilique nord.

23. Daté dans sa dernière phase de la période islamique, il est installé dans un mausolée byzantin.

24. Trois ponts romains ont été identifiés datant du II e siècle de n. ère. Deux complètement préservés, qui enjambent le Saboun Souyou et le Afrin, ont fait l’objet de restauration de la part de la Direction Générale des Antiquités et Musées de Syrie. Le troisième pont se présente sous forme de ruines non praticables, contrairement au deux autres. Il est situé au nord-est du site sur la rivière du Saboun probablement sur la voie qui mène en commagène.

25. Lors de la réforme agricole de 1963, la région de Afrin a adopté une culture intensive de l’olivier comme principale ressource.

26. Une prospection rapide a permis de récupérer de nombreux vestiges de blocs sculptés, de colonnes et de tesselles de mosaïque. Il est fort probable que ce secteur a été intensivement occupé à la période byzantine.

27. Les pistes traversant le site ont toujours existé. Elles sont relevées sur les anciennes cartes et les photos d’archives.

Il est cependant important de souligner que les travaux récents sur la piste orientale existaient déjà lors de notre visite en 2004.

28. Le passage n’étant pas régulé, les raisons de la présence de certains véhicules sur le site ne sont pas toujours claires.

29. Secteur occupé par un ensemble important d’églises de la période byzantine notamment la basilique et la cathédrale (pseudo Agora).

30. Construction dotée de projecteurs, installée sur les remblais de fouille à l’est de la porte sud.

31. Similaire au Massif Calcaire géologiquement et topographiquement.

32. Ponikarov V. (dir.), 1962 (carte), 1966 (livret), Geological map of Syria, Map J-37-I, II, Damascus, Department of

geological and mineral research, Ministry of Industry of Syrian Arab Republic. Besancon J. et Geyer B., 2001, « Contri- bution à l’étude géomorphologique de la vallée de l’Afrin (Syrie) », AAAS XLIV, pp. 11-37

Jeanine Abdul Massih

59

33. Cette réutilisation des monuments de Cyrrhus en carrière est illustrée à la période islamique par l’édification de la grande mosquée d’Alep, d’après Sauvaget J., 1933, Perles choisies d’Ibn ach Chihna, Beyrouth, p.57 : On dit qu’elle fut construite par al Walid, car il fit transporter le matériel de l’église de Cyrrhus.

34. Les blocs chus des gradins et des parties supérieures de l’édifice (mur de scène, etc.) sont actuellement toujours en place, accumulés dans l’orchestre.

35. Les déblais de la fouille du théâtre ont été, au cours des travaux d’excavation, déposés devant le monument, recou- vrant un ensemble important de vestiges archéologiques et menaçant la sécurité des visiteurs.

36. A partir du VI e siècle, toutes les absides ont été orientées vers l’est.

37. La deuxième colline qui se situe à l’arrière de la citadelle.

38. Risk mapping.

39. Le développement urbain des villes hellénistiques en Syrie a été étudié sur de nombreux sites (Doura-Europos, Dje-

bel Khaled, Apamée de l’Oronte) mais très peu ont eu la possibilité d’analyser le type d’occupation sur une fourchette chronologique si importante.

61

la conServation deS monumentS

du Site antique d’amrith

résuMé

Jean-Claude BeSSAC

UMIFRE 6, CNRS-MAE; IFPO, Damas (Syrie)

Quatre monuments d’Amrith ont été expertisés en vue de leur conservation : le temple, le stade, les tombeaux royaux et une tombe rupestre. Ils sont taillés dans le grès dunaire très sen- sible aux remontées salines par capillarité. Les altérations ont été aggravées par l’absence de gestion des eaux. Les solutions générales proposées sont une meilleure gestion des eaux, le ren- fort et la protection des pierres les plus fragiles, l’usage de matériaux souples pour la protection des gradins rupestres du stade et le remplacement des bois par des renforts imputrescibles dans le tombeau rupestre.

LA ProbLéMAtique générALe et Les conditions de LexPertise

Une expertise visant la mise au point de spécifi- cations pour la conservation et la mise en valeur des monuments principaux d’Amrith m’a été demandée par le Docteur Michel Maqdissi, Directeur du Ser- vice syrien de l’Archéologie à la DGAM à Damas. Avant ma visite sur le terrain du 27 septembre 2007, une réflexion préliminaire portant sur la conserva- tion et la présentation du site avait été déjà engagée par Monsieur Alaa Hammoud, architecte spécialiste de la restauration des Monuments Historiques, à la demande du Docteur Marwan Hassan, Directeur du Service des Antiquités de la région de Tartous (1) .

Quatre monuments essentiels du site antique d’Amrith ont été concernés par la présente exper- tise : le temple, le stade, les tombeaux royaux et le tombeau rupestre découvert fortuitement en 2003 en bordure orientale du site à l’occasion de l’élargisse- ment d’une route. Le cas de chacun de ces ouvrages sera traité dans l’ordre où ils m’ont été présentés sans préjuger de leur importance ou de l’éventuelle urgence des interventions préconisées. Plusieurs questions m’ont été posées touchant en premier lieu la conservation générale de ces monuments mais aussi leur présentation aux visiteurs et leurs possi- bilités de réutilisation pour des spectacles. Chacun de ces points majeurs du site offre des particularités

62

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

62 L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes Fig. 1: Le temple d’Amrith,

Fig. 1: Le temple d’Amrith, vue générale : A) principale arrivée d’eau ; B) canal d’évacuation vers la mer.

propres qu’il est indispensable de résumer en quel- ques lignes avant d’aborder les propositions scienti- fiques et techniques de l’expertise.

Le teMPLe

Le temple se caractérise par un édicule cultuel central édifié en très grands blocs que l’on peut qua- lifier de mégalithiques. Il est placé au centre d’un bassin monumental en partie rupestre dans le bas et en pierre de taille dans sa partie supérieure (fig.1). Celui-ci pouvait être mis en eau à la demande, lors de cérémonies spécifiques. Il constitue le seul té- moin de cette catégorie d’aménagements cultuels pour le monde phénicien mais aussi pour le monde antique en général. Sa conservation s’avère donc une priorité absolue.

Par ordre d’importance, les problèmes spécifi- ques de conservation de ce temple sont liés à l’hu- midité permanente du lieu, à la mise en œuvre de blocs en délit, à la malveillance des riverains, au stockage inadapté des pièces architecturales libres, à leur remploi éventuel in situ et à la présentation finale du monument.

Le stAde

Le stade d’Amrith est totalement rupestre, mis

à part un mur hellénistique rajouté postérieurement

à l’arrière de son hémicycle oriental. Il est taillé à

flanc de coteau d’une petite éminence plus élevée que l’emplacement du temple mais en pente douce (fig. 2). Bien que sa datation n’ait pu être détermi- née archéologiquement avec certitude, il est com- munément considéré comme l’un des plus anciens stades, voire le plus ancien du monde antique. Sa nature rupestre, sa roche tendre et sa situation dans un environnement maritime l’apparentent un peu à l’hippodrome d’Apollonia de Cyrénaïque (Libye) en dépit de sa destination différente et de sa plus haute position chronologique. Malgré la faiblesse des données archéologiques actuelles, il faut placer le stade au second niveau des priorités techniques, juste après le temple. Il nécessite donc une attention presque aussi importante en matière de conservation et de présentation.

La problématique technique de la conservation et de la mise en valeur du stade est néanmoins très différente de celle du temple et des grands tombeaux royaux. Elle concerne des aspects aussi divers que :

Jean-Claude Bessac

63

Jean-Claude Bessac 63 Fig. 2: Stade rupestre d’Amrith. la consolidation de ses structures rupestres, en par-

Fig. 2: Stade rupestre d’Amrith.

la consolidation de ses structures rupestres, en par- ticulier sa base ; la diminution et, si possible, l’arrêt des remontées d’humidité capillaires ; l’étude d’une protection du monument bien adaptée au projet de présentation de spectacles estivaux durant environ un mois.

Les deux grAnds toMbeAux royAux

Ils sont situés sur un point culminant du site et sont constitués extérieurement de mégalithes de plus d’une dizaine de tonnes pour certains. La par- tie souterraine forme un hypogée dont la chambre funéraire est creusée dans la roche tendre du subs- trat, juste en dessous des monolithes (fig. 3). Ces tombeaux phéniciens sont tout aussi uniques que le temple ; leur conservation est donc du même niveau de priorité historique et monumentale que celui-ci.

La partie supérieure des mégalithes est fissurée et certaines de ces fissures sont très ouvertes et ont provoqué la disparition de fragments de pierre plus ou moins volumineux. Une consolidation ancienne de ces fissures, datant probablement de l’époque du Mandat, ou de peu de temps après, a consisté à

maçonner avec des petites pierres et du mortier de ciment les creux de la roche. En dépit des problèmes supplémentaires qui résultent de cette consolidation ancienne médiocre et réalisée avec des matériaux peu compatibles avec la roche locale, la conserva- tion de ces deux tombeaux royaux présente surtout les difficultés habituelles posées par les blocs mis en œuvre en délit. Il est possible de régler les moda- lités pratiques de consolidation et protection de ces monuments en appliquant des solutions de renfort relativement routinières, même si la position et le poids inhabituels des blocs qui les composent né- cessitent des dispositions et des matériaux spéciale- ment adaptés à ces ouvrages.

Le toMbeAu ruPestre et son contenu LAPidAire

Le tombeau rupestre nouvellement découvert à l’est du site a été creusé par les Phéniciens puis rem- ployé à l’époque romaine. C’est surtout ce second état caractérisé par des enduits peints et par l’apport de sarcophages monolithes richement sculptés qui constituent son intérêt archéologique et historique. Le caractère plus précieux et particulier de ces ves- tiges ne m’autorise qu’à proposer des objectifs de

64

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

64 L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes Fig. 3: Chambre funéraire souterraine

Fig. 3: Chambre funéraire souterraine et tombeaux méga- lithiques édifiés au sommet du site d’Amrith : les mégalithes sont tous employés en délit.

conservation très généraux qui pourront être com- plétés avantageusement par des spécialistes des mo- numents sculptés, notamment pour les sarcophages.

Plusieurs solutions de conservation semblent envisageables a priori pour ce monument selon la destination muséographique finale des œuvres sculptées et des peintures murales. Mais le déplace- ment en lieu sûr des sarcophages sera certainement la meilleure solution pour leur conservation à long terme. Le véritable problème posé est donc celui de la manutention de ces œuvres d’art dans un espace très étroit.

LA roche LocALe et Les roches iMPortées dAns Le site

Le substrat local est formé de grès dunaire ré- cent (nommé ramleh au Proche-Orient) compara- ble à la majorité de cette catégorie de formations

ble à la majorité de cette catégorie de formations Fig. 4: Tombeau mégalithique d’Amrith : détail

Fig. 4: Tombeau mégalithique d’Amrith : détail de la struc- ture très litée du grès dunaire local utilisé dans l’ensemble du site.

côtières du Quaternaire que l’on trouve presque partout en Méditerranée, de la côte tunisienne jus- qu’au sud-ouest de la Turquie. Sur la côte syrienne, outre le site d’Amrith, ces roches ont été également exploitées durant l’Antiquité, notamment à Jabla et surtout à Ugarit. Il s’agit d’une variété tendre de calcarénite issue d’un sable de mer faiblement quartzeux et plus ou moins bien consolidé par un ciment calcaire géologique. Sa compacité et son homogénéité sont très variables selon les emplace- ments et la profondeur où ils sont extraits. En règle générale, cette roche est assez tendre, perméable et souvent vacuolaire en surface. Sa stratification est très marquée et comporte de nombreuses lignes de faiblesse d’épaisseur centimétrique et exceptionnel- lement de l’ordre du décimètre (fig. 4). Employée horizontalement dans le sens de sa stratification, cette roche supporte assez bien les contraintes de compression. En contrepartie, lorsqu’elle est mise en œuvre verticalement, les charges ont tendance à

Jean-Claude Bessac

65

l’ouvrir comme un livre qui serait posé avec le côté libre de ses pages tournées vers le haut et sa reliure vers le bas. Par ailleurs, les pierres ainsi mises en œuvre sans protection sont plus sensibles aux effets directs de la pluie et surtout aux remontées d’humi- dité par capillarité.

Lorsque le grès dunaire est exposé à la pluie soit sous la forme du rocher naturel taillé, soit en œu- vre une fois réduit en blocs quadrangulaires, il for- me à sa surface, au cours des siècles, un dépôt dur de calcin protecteur (carbonate de calcium sous la forme de calcite). Le processus de cette formation superficielle s’accompagne d’une légère dissolution de l’épiderme de la roche dont l’épaisseur peut être évaluée entre 1 et 3 mm en moyenne pour cette caté- gorie de grès dunaire. Cette action naturelle accentue aussi son aspect alvéolaire en surface en dissolvant les remplissages des alvéoles qui sont parfois com- posés de calcaire terrigène de très faible résistance. En contrepartie, le grès dunaire acquiert une dureté superficielle bien supérieure à sa dureté interne grâ- ce à ce processus de recalcification. Ce durcissement est plus efficace lorsque la pierre est mise en œuvre dans la position géologique de ses lits de carrière (dans le sens quasi horizontal de sa sédimentation) qu’en délit (avec sa stratification verticale).

Le processus de cette transformation est directe- ment lié à la fréquence des alternances pluie/enso- leillement. Dans un premier temps, en imprégnant en profondeur la roche, l’eau de pluie chargée de gaz carbonique dissout une partie du liant calcaire du grès dunaire et l’éloigne de sa surface. Lors du séchage de la pierre, cette eau saturée de carbonate de calcium remonte vers la surface et le dépose en très fines couches d’une épaisseur de l’ordre du mi- cron. C’est donc un processus comparable à celui de la formation de la calcite dans les grottes mais moins permanent et à une échelle beaucoup plus réduite puisque lié directement, sans recul, aux pré- cipitations saisonnières. Après un certain nombre d’années, qui varie selon l’exposition aux intem- péries des blocs, ce processus de dissolution et de dépôt diminue, puis s’arrête. Actuellement les sur- faces supérieures du grès dunaire n’évoluent donc pratiquement plus dans ce domaine. En revanche, le lent clivage des blocs placés en délit (autrement dit, avec leurs strates verticales) semble évoluer lente- ment mais sûrement.

Quelques éléments sculptés, en particulier, les gargouilles du temple et les sarcophages romains du tombeau nouvellement découvert sont taillés dans des calcaires beaucoup plus fins et homogènes que le grès dunaire local. Ces roches semblent prove- nir de l’intérieur des terres ou, plus probablement, d’affleurements assez lointains mais facilemement accessibles par transport maritime. Ces calcaires sont beaucoup plus résistants au ciseau que la ro- che locale du substrat mais ils restent sensibles aux mauvais effets des ambiances salines et humides.

reMArques et ProPositions à LA suite de LexPertise

Le teMPLe et son bAssin

Les circulations d’eaux et les remontées d’humidité dans la roche et les pierres

L’humidité permanente dans le bassin du temple est le principal facteur de sa détérioration générale tant pour ses pierres en œuvre ou gisant au sol que pour ses parties rupestres. Il est donc indispensable de réguler le flux des eaux et leur stagnation dans le bassin, mais aussi en amont, à leur arrivée ( voir fig. 1A), et aval, du côté de leur évacuation vers la mer (voir fig. 1B). Le temple et son bassin ont été délibérément installés à l’emplacement d’une émer- gence d’eau douce qui vient au jour à travers les fis- sures qui se sont développées dans les faiblesses de la stratification du grès dunaire. Dans l’Antiquité, il semblerait que les responsables du temple géraient cette circulation d’eau en fonction des besoins cé- rémoniels. Cette régulation se faisait par l’intermé- diaire d’une ou plusieurs vannes vraisemblablement aménagées au départ du petit canal d’évacuation de l’eau qui est creusé dans la roche à proximité de l’angle nord-ouest du bassin où il apparaît encore aujourd’hui.

Rétablir ce dispositif hydraulique antique ne ré- glera pas totalement les mauvais effets des remon- tées capillaires d’eau saline dans la roche, mais il les réduira sensiblement puisqu’il diminuera la hauteur de l’eau et supprimera sa stagnation dans le bassin. Rappelons que ce n’est pas le contact permanant de l’eau pure avec les roches perméables qui créé des altérations. La détérioration de la roche tient à l’action combinée de la croissance des sels et de

66

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

l’activité bactériologique qui désagrègent ses grains dans les zones d’évaporation de l’humidité. Entre la source d’arrivée d’eau et le canal d’évacuation, une circulation quasi permanente d’eau pure au fond du bassin ne peut, au contraire, que dissoudre et entraîner vers la mer les sels présents en surface de la roche à ce niveau. D’un autre côté, fermer de temps à autre, pour de courtes durées (deux ou trois jours) les vannes du canal remis en état de marche et remplir le bassin jusqu’à son niveau antique ne peut que contribuer à étendre à des niveaux supérieurs cette dissolution des sels concrétionnés en surface de la roche. Cette circulation d’eau vive devrait également réduire la prolifération des bactéries, des lichens et des algues dans le bassin et ses environs immédiats. Par ailleurs, une remise en eau épiso- dique du bassin pourrait très bien s’accorder avec une présentation archéologique du temple puisque ce remplissage correspond à une réalité historique.

La solution d’une remise en état du système hydraulique antique doit être néanmoins précédée d’une étude hydrologique des environs du bassin pour s’assurer que les circulations d’eaux souter- raines dans ce secteur du site n’ont pas été irrémé- diablement modifiées ou trop perturbées par des actions anthropiques. Il est important, entre autres choses, de vérifier l’état sanitaire actuel de cette eau de source et de la protéger, pour le futur, de tou- tes intrusions d’eaux usées dans le sol au sein d’un large périmètre de protection sanitaire, en particu- lier vers l’amont. Cela implique indirectement une collecte et un traitement des eaux usées domesti- ques et industrielles dans la proche région du site pour qu’elles ne viennent pas aggraver et accélérer la pollution et l’altération du grès dunaire. Celui-ci constitue le substratum côtier du site. Il doit donc être protégé dans son ensemble pour une conserva- tion à long terme des vestiges archéologiques et du littoral, d’une manière plus générale.

La maîtrise et la protection des abords du temple

Lors de l’expertise, les terrains agricoles adja- cents formaient un talus de pierres et de terre assez élevé et instable au-dessus du côté nord du bassin vers lequel s’ouvre l’édicule central. Des pierres provenant de ce talus avaient été jetées dans le bas- sin où se trouvent de nombreux éléments de com- posantes architecturales moulurées ou sculptées. La conservation du temple et de son bassin exige un

retrait et une stabilisation de ces terrains dont les pierres libres constituent des matériaux trop faciles à jeter dans le bassin. Après un retrait d’au moins 6 m des terrains formant ce talus, cette stabilisation pourrait être renforcée par un solide grillage enrobé d’une gaîne plastique verte et fixé au sol, comme il en existe pour stabiliser les talus des routes. Sur la pente du talus, une barrière végétale discrète pourrait compléter efficacement ce dispositif en le camouflant. Il faudrait cependant éviter les arbus- tes épineux à feuilles caduques dont la perte des feuilles pourrait contribuer à salir l’eau du bassin. En d’autres pays méditerranéens, notamment en Tu- nisie, les plantations de figuier de barbarie ont prou- vé leur efficacité dans des situations comparables pour constituer des barrières vertes très efficaces et sans danger pour la conservation de la roche.

Par ailleurs, la remise en état du canal d’évacua- tion de l’eau du bassin antique vers la mer néces- site la maîtrise publique du tracé de cet ouvrage. Il faut aussi réserver une marge suffisante de terrain, de part et d’autres de ses bords (au moins 2 m de chaque côté) pour pouvoir commodément assurer son entretien et sa protection. Même dans l’hypo- thèse où le canal antique aurait été à ciel ouvert dans l’Antiquité, il serait préférable de prévoir mainte- nant son couvrement avec de solides dalles pour éviter qu’il ne soit bouché accidentellement ou par malveillance.

La conservation et le stockage des blocs d’architec- ture du bassin

De nombreux blocs d’architecture gisent au fond du bassin du temple et se trouvent régulièrement dans l’eau stagnante et au milieu des plantes aquati- ques (voir fig. 1). Il est indispensable de réactualiser l’inventaire réalisé lors de la fouille initiale de ce temple en pratiquant un nouveau relevé informatisé de ces blocs qui inclurait toutes les données archéo- logiques les concernant. Cette opération permettrait d’étudier les possibilités d’anastylose complémen- taires à celles déjà réalisées et de prévoir un stoc- kage mieux adapté à ces blocs. Les moyens actuels de collage et de renfort des blocs cassés ouvrent cer- tainement des perspectives plus larges dans ce do- maine qu’il y a quelques décennies. Les fragments ou les blocs qui ne trouveraient pas leur place dans le cadre d’une anastylose devraient être stockés en lieu sûr, en dehors du bassin. Le stockage des blocs

Jean-Claude Bessac

67

de grès dunaire, mais aussi des autres variétés de calcaire, doit respecter un minimum de règles élé- mentaires. Notons en particulier : un isolement du contact avec la terre à l’aide de cales dures et sta- bles permettant une reprise facile avec des engins mécaniques sans endommager la pierre, un posi- tionnement horizontal des lits naturels de la roche, l’absence de contacts avec des métaux oxydables, des bois à tanin et des végétaux en général.

Dans tous les cas, les tâches de repêchage des blocs dans le bassin ne devraient être réalisées qu’après l’étude archéologique in situ de ces frag- ments et avec le concours d’un archéologue et d’un architecte spécialistes des ouvrages antiques en pierre, avant et pendant les travaux. Sans cette pré- sence, l’intervention d’une entreprise, même spé- cialisée, serait plus néfaste pour la conservation de ces pierres que de les laisser à leur place actuelle. Une opération de cette nature ne peut être engagée qu’en période sèche, après la remise en service du canal d’évacuation de l’eau du bassin vers la mer.

La protection des blocs employés en délit et la consolidation de la roche en place

L’anastylose initiale des piliers bordant le bassin, réalisée il y a quelques décennies, n’a pas permis alors de mettre en place suffisamment de linteaux monolithes par dessus pour assurer la protection de ces pierres verticales employées en délit. Elles se détériorent donc peu à peu à cause de cette absence de protection à leur sommet (fig. 5). Après l’analyse archéologique et architecturale des blocs gisant dans le bassin, il faudrait étudier la possibilité d’ajouter de nouveaux linteaux au-dessus des piliers. En cas d’impossibilité d’employer des monolithes origi-

En cas d’impossibilité d’employer des monolithes origi- Fig. 5: Piliers du temple d’Amrith employés

Fig. 5: Piliers du temple d’Amrith employés systématiquement en délit.

naux, il faudrait envisager la taille de quelques nou- veaux linteaux dans le même type de pierre. Ceux-ci pourraient être placés au-dessus des piliers suffisam- ment résistants pour les supporter. La surface des nouvelles pierres devrait être traitée de manière à lui donner le même aspect que les blocs antiques. Mais, il faudrait signaler toutes les nouvelles pierres et éventuels bouchages avec du mortier de chaux par une discrète inscription de la date des travaux.

Dans le même ordre d’idées de conservation, de protection et de présentation du monument, il conviendrait de restituer le promontoire et les de- grés en pierre qui font face à l’ouverture de l’édi- cule central du temple, côté nord du bassin. Mais cette opération, comme la précédente, ne pourrait être envisagée qu’après une remise à jour détaillée de l’étude architecturale de restitution du temple réalisée par l’architecte Nassib Saliby (1985).

Les parois rupestres du bassin présentent quel- ques cavités qui sont susceptibles, à long terme, d’affaiblir le sommet de la roche. Boucher tous ces trous sans étude hydraulique préalable serait pourtant une solution très néfaste puisque cette opération risquerait fort de perturber la ou les ar- rivées d’eau dans le bassin. En s’appuyant sur les résultats d’une étude hydrogéologique détaillée, des bouchages partiels des cavités les plus creuses avec une maçonnerie au mortier de chaux terminé par un enduit imitant le rocher naturel sont néanmoins envisageables. Mais il serait préférable de différer cette intervention après le rétablissement de la cir- culation antique de l’eau dans le bassin de manière à pouvoir observer quels sont les passages actuels de l’eau qu’il faut absolument laisser libres et éven- tuellement les canaliser par des gargouilles, comme c’était le cas dans l’Antiquité. Ce renforcement de la roche du bassin devrait concerner également ses bords qui sont encore plus fragiles que le centre des parois du fait de leur angle saillant. Soulignons que les mélanges pierres et chaux utilisés pour les bou- chages doivent toujours se faire sans calibrage des granulats de pierre. Au contraire, il faut varier au maximum le diamètre de ces granulats entre un mm et un cm. La proportion chaux/granulats doit être de 1 pour 5 en faveur du second. Pour les mortiers de la partie interne des bouchages fréquemment en contact avec l’eau, il est préférable de remplacer un tiers des granulats par de la brique pilée.

68

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

Pour ce qui concerne la partie centrale du mo- nument, le bouchage des cavités avec le même type de maçonnerie est envisageable sans précaution hy- draulique particulière. N’ayant pu approcher l’édi- cule sommital lors de l’expertise, il est difficile de savoir si l’état de cette partie du temple nécessite un renforcement avec des tiges en inox pour consoli- der ses pierres les plus fragiles. Un diagnostic plus détaillé de cette partie sera donc nécessaire ultérieu- rement.

La présentation du temple et de son bassin

Les préconisations proposées ci-dessus de- vraient faciliter la mise en valeur et la présentation archéologique finale du temple et de son bassin. On ne peut envisager, cependant de laisser les visiteurs s’approcher de l’abrupt de ses bords en raison du danger qu’ils présentent et pour éviter les dégrada- tions de la pierre. Il faudrait donc prévoir un che- minement périmétral facile et stable qui pourrait être délimité, du côté du bassin, par une barrière de sécurité simple et très discrète maintenue par des pi- quets. Ceux-ci pourraient être stabilisés par l’inter- médiaire d’un lestage de leur base à l’aide de blocs de pierre, de manière à ne pas créer de scellements

irréversibles dans les structures antiques. Malgré tout l’intérêt esthétique d’un écrin de végétation composé de buissons d’épineux ou d’arbustes, sou- lignons, à nouveau, que la solution de la plantation de ces végétaux à proximité des constructions ou des structures rupestres en pierre tendre est à écarter pour éviter la prolifération des micro-organismes et garantir ainsi la bonne conservation du monument.

Le stAde

La consolidation des gradins

À la base des gradins du stade, plusieurs cavités naturelles se sont formées à l’emplacement des fai- blesses stratigraphiques du grès dunaire et se sont élargies au cours du temps. Le développement de ces altérations semble particulièrement prononcé au niveau de la zone d’évaporation de l’humidité natu- relle du terrain. Il a été aggravé par les écoulements des eaux pluviales de surface qui dévalent le flanc de la colline contre lequel le stade est taillé (fig. 6).

Le bouchage de ces creux avec une maçonnerie liée au mortier de chaux et enduite en imitant les

liée au mortier de chaux et enduite en imitant les Fig. 6: Altérations naturelles de la

Fig. 6: Altérations naturelles de la base des gradins rupestres d’Amrith.

Jean-Claude Bessac

69

rugosités du rocher est envisageable à condition de laisser, approximativement tous les mètres, un trou d’environ un décimètre carrée pour faciliter l’écou- lement ou l’évaporation de l’eau. Il serait préférable que cette sorte de barbacane présente une forme ir- régulière simulant un trou naturel du rocher. Comme pour le temple, les bouchages d’une certaine impor- tance doivent être datés par l’intermédiaire d’une discrète inscription dans le mortier frais.

Quelques gradins ont perdu leur forme origi- nelle, mais, dans leur ensemble, ils sont assez bien conservés. Contrairement aux pratiques habituelles des restaurations dans les théâtres et les amphi- théâtres antiques construits, on ne peut envisager ici de changer des parties de roche en y incrustant des pierres sans totalement dénaturer le monument vu qu’il est taillé à même la masse rocheuse de la colline. La seule intervention qu’on pourrait éven- tuellement envisager sur la surface horizontale des gradins comportant des très grosses cupules d’alté- ration consisterait à les boucher avec un mélange de chaux naturelle et de grès dunaire pilé de même nature que le substrat local. Mais sur cette par- tie supérieure des gradins, il s’est formé, presque partout, un calcin protecteur qui stabilise naturelle- ment les altérations et, la plupart du temps, il n’est pas nécessaire d’intervenir. Tant d’un point de vue éthique, esthétique et technique, il importe donc de limiter au minimum ces éventuels bouchages en les réservant aux trous horizontaux les plus gros dont la présence menacerait à terme la solidité générale des gradins du stade.

La diminution des remontées capillaires dans la roche

La réduction et, si possible, l’arrêt des remontées capillaires de l’eau dans les structures rupestres et dans les quelques pierres appareillées hellénistiques de l’hémicycle ouest du stade doit aller de pair avec la consolidation des altérations profondes provo- quées essentiellement par ce phénomène. Deux so- lutions complémentaires doivent être mis en œuvre pour tenter d’arrêter cette altération très commune dans toutes les pierres à porosité ouverte très fine. La première consiste à collecter les eaux d’écoule- ment tout le long du côté amont du stade en creusant un caniveau qui les dirigerait en aval du monument. Ce caniveau devrait être confectionné suffisamment en retrait des structures supérieures du stade pour rester invisible aux yeux des visiteurs.

Mais la prise en charge des écoulements de sur- face ne suffit pas pour arrêter les remontées d’eau par capillarité. Il faut aussi concentrer l’humidité périmétrale interne de la roche dans des forages en profondeur pour ensuite évacuer cette eau vers le point le plus bas de la pente. La profondeur de ces forages devrait être d’au moins 3 à 4 m en dessous du niveau inférieur de la piste. En raison de l’im- portante longueur du stade, il faudrait prévoir au moins trois forages un peu en retrait de la bordure de son côté amont et la même opération de son côté aval. Le diamètre minimal de ces forages devrait être de 10 cm ; leur profondeur serait un peu plus importante côté aval pour tenir compte de la pente naturelle du terrain. Chacun de ces forages devrait être équipé, dans leur fond, d’une pompe tubulaire électrique refoulante à déclenchement automatique de manière à ce qu’elle se mette en marche chaque fois que l’eau l’immerge, selon le principe de fonc- tionnement des vides-caves. Un tuyau enterré près de la surface réunirait ces forages pour conduire l’eau collectée vers le point bas du secteur.

Il existe peut-être une alternative à cette solu- tion, mais elle n’est connue pour l’instant qu’à l’état de prototype. Il s’agit d’un appareil mis au point par la société “Géotronique”, qui fonctionne sur la base d’une émission électronique permanente d’ondes spécifiques bloquant la remontée capillaire de l’eau dans la roche sur un rayon variable de 5 à 20 m, selon la puissance de l’appareil. Cet appareil a été testé dans des murs construits en pierres perméa- bles mais jamais dans réalisations rupestres. Il n’est donc cité ici qu’à titre documentaire dans l’attente de résultats probants à moyen ou long terme dans un milieu rupestre comparable.

L’adaptation du monument en vue de la présenta- tion de spectacles estivaux

La préservation d’un stade rupestre antique constitué d’une roche peu résistante est toujours très délicate. Il est certain que le monument peut subir des altérations importantes s’il devient l’objet d’une fréquentation très dense. C’est pourquoi, le projet de son utilisation comme lieu de spectacle doit être étudié avec la plus grande prudence et faire l’objet éventuel d’une rapide remise en cause si, d’aven- ture, on constatait une accélération des dégradations existantes ou l’apparition de dégâts spécifiques à

70

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

une telle réutilisation, lors de la période d’essais. Par ailleurs, de nombreuses précautions doivent être prises, même dans le cadre d’essais provisoires.

Comme on vient de le voir, il n’est pas souhai- table de reconstituer les gradins disparus en encas- trant d’autres pierres dans les structures rupestres qu’il faudrait alors retailler, détruisant ce qui reste de leur forme antique. Les règles d’éthique en ma- tière de conservation de monuments historiques to- lèrent quelques bouchages isolés avec du mortier de chaux et de la pierre brisée pour des cavités très lo- calisées et de volume assez réduit. En contrepartie, la solution consistant à mouler de nouveaux gradins en “pierre reconstituée” dans les secteurs détruits est totalement irrecevable, tant d’un point de vue éthi- que qu’esthétique. L’authenticité globale de ce stade exceptionnel doit être impérativement préservée.

L’absence de quelques gradins, en particulier dans l’hémicycle, peut être palliée par l’installa- tion provisoire d’une structure tubulaire équipée de degrés en planches ou d’une sorte d’estrade. Cette structure temporaire devrait être démontée aussitôt après la période des spectacles pour ne pas dénatu- rer le site historique et pour éviter que l’oxydation des tubes métalliques ne tâche irrémédiablement la roche. Par ailleurs, en raison du transfert très locali- sé de la charge importante de cette structure par l’in- termédiaire du pied des tubes sur la roche, il faudrait interposer entre ces deux matériaux une protection souple pour éviter les détériorations du monument. Cette protection posée sur la roche pourrait être constituée d’épaisses planches de bois en évitant les essences à forte teneur en tanin qui tachent la pierre. D’un autre côté, sur les gradins rupestres en état, un revêtement temporaire en textile souple et épais, de nature comparable à celle des paillassons, pourrait être mis en place avant chaque spectacle et retiré après les représentations. Ainsi la roche serait bien protégée et le confort des spectateurs en serait net- tement amélioré.

Les grAnds toMbeAux royAux

Le bouchage des fentes larges

L’état des blocs des grands tombeaux semble un peu moins alarmant que le reste des monuments, mais il nécessite quelques mesures conservatoires pour les protéger à moyen et long terme. Détruire

les anciens bouchages au ciment des fentes des monolithes pour les refaire convenablement serait maintenant une opération qui risquerait de provo- quer trop de dégâts annexes par rapport à ses avan- tages (fig. 7). Il vaut donc mieux limiter l’interven- tion dans ce domaine au bouchage des trous existant en prenant bien soin d’employer des mélanges de chaux naturelle et de pierre locale brisée de même nature que celle du monument. La surface du mor- tier utilisé pour cela devra être traitée selon le même aspect rugueux que la pierre antique avoisinante en évitant les lissages. Rappelons qu’il faut respecter les règles de proportion entre chaux et granulats déjà proposées pour le temple. Afin de les distinguer facilement, les bouchages devront être confection- nés en retrait de 1 à 2 cm par rapport à la surface de la pierre d’origine de part et d’autre des fentes à remplir. Pour finir, la surface du mortier devra être patinée de manière à ce que sa teinte s’assimile à celle de la pierre ancienne. Comme pour le temple et le stade, il est indispensable de marquer discrète-

et le stade, il est indispensable de marquer discrète- Fig. 7: Réparation ancienne sur l’un des

Fig. 7: Réparation ancienne sur l’un des deux grands tombeaux mégalithiques d’Amrith.

Jean-Claude Bessac

71

ment, mais lisiblement dans le mortier frais la date des travaux de consolidation.

C’est surtout au sommet des monolithes mis en œuvre en délit qu’il faut essayer de protéger au mieux les pierres de la pénétration de l’eau de pluie qui peut aggraver la fissuration à ce niveau particu- lièrement sensible des blocs. L’imperméabilisation du sommet de ces pierres avec des résines doit être écartée du fait de la grande sensibilité de ces maté- riaux composites aux rayons ultraviolets et surtout parce qu’ils empêchent la pierre de respirer. En re- vanche, comme mesure conservatoire sans danger pour la pierre, le bouchage des cavités d’altération avec un mortier de chaux plus fin que celui employé pour obstruer les fissures verticales peut être envisa- gé à ce niveau peu visible. Même si ces bouchages sont moins visibles que les précédents, leur traite- ment et leur patine doivent être l’objet d’autant de soins.

La consolidation avec des tiges des monolithes fracturés

N’ayant pu observer de très près les monoli- thes supérieurs et leurs fentes, faute d’échafau- dage, il m’est difficile de préconiser d’emblée un renforcement avec de longues tiges jouant un rôle d’agrafe. Si après un examen plus rapproché cette solution s’imposait, il faudrait prévoir un tel ren- fort. Dans cette éventualité, je propose quelques recommandations élémentaires qui devraient alors être respectées. En premier lieu, il faudrait réaliser le percement de la pierre pour placer les tiges par un système de forage agissant uniquement par ro- tation, sans percussion. Ce percement devrait être aussi doux que possible : il ne faudrait pas qu’il engendre de vibrations toujours néfastes aux pier- res déjà affaiblies par des fissures. Le diamètre des trous devrait être plus important d’au moins 4 mm que celui des tiges de manière à laisser un espace suffisant pour l’écoulement de la résine de scel- lement. Le percement devrait aussi présenter une pente minimale de 15 à 20° entre l’entrée et le fond du trou, ou sa sortie, pour que la résine s’écoule par simple gravitée. Une fois le trou percé, il faudrait réaliser son dépoussiérage total à l’air comprimé. Pour cette opération, l’usage de l’eau devrait être impérativement écarté car les résines adhèrent très mal sur la pierre humide.

La question du choix du matériau à utiliser pour les tiges de renfort est un peu plus délicate ici, au sommet de l’éminence, où sont placés les tom- beaux. Ailleurs, dans des situations moins exposées aux intempéries, il serait possible d’employer de simples tiges en inox. Ce métal, comme la grande majorité des métaux, est très conducteur de l’élec- tricité et, une fois placé au sommet des éminences où se trouvent les tombeaux, il peut devenir très sensible à la foudre qui pourrait alors créer d’im- portants dégâts internes dans ces monuments. Sou- lignons que les premières hauteurs en bordure des rivages constituent des points d’impacts privilégiés pour la foudre. Il serait donc plus sage de faire réali- ser une étude spécialisée en vue de la protection de ces tombeaux contre la foudre avant d’engager de telles consolidations avec du métal. Il existe aussi des nouveaux composants très résistants, comme le carbone, qui sont peut-être moins dangereux dans ce domaine pour constituer des tiges de renfort.

Le toMbeAu ruPestre et son contenu LAPidAire

Les structures rupestres du tombeau

Un drainage périphérique superficiel de l’emprise du tombeau rupestre pourrait être envisagé pour écar- ter un peu les eaux d’écoulement qui viennent de plus haut et imbibent la roche. Toutefois, cette précaution

n’arrêtera pas totalement les infiltrations d’eau dans

la roche. Sans régler définitivement la question, la

couverture du tombeau par une structure en matériau plastique léger serait un peu plus efficace, mais se- rait, d’un point de vue esthétique, une très mauvaise solution. Cet investissement économique assez lourd ne pourrait se justifier que dans le cadre d’une pré- sentation muséographique des peintures murales et des sarcophages sculptés in situ. Dans l’hypothèse d’un tel choix, la fréquentation permanente du tom- beau par les visiteurs ferait trop augmenter le taux d’humidité dans la chambre funéraire pour garantir la conservation à long terme des sarcophages sculptés

et, à plus forte raison des peintures murales, si celles-

ci étaient replacées dans leur position originelle.

Les sarcophages sculptés

La conservation in situ des sarcophages, qui sem- ble a priori la solution la plus satisfaisante d’un point de vue historique, me paraît trop risquée à moyen

et long terme pour être tentée. Mais la sortie des

72

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

sarcophages du tombeau pose aussi des problèmes très délicats de manutention du fait de l’étroitesse de l’entrée rupestre. Il sera difficile, notamment de disposer une volumineuse protection autour des pa- rois sculptées latérales des sarcophages car la moin- dre épaisseur supplémentaire risquerait d’empêcher le passage des sarcophages dans l’entrée. Pour les mêmes raisons, les renforts et les prises de traction devront être aménagés à l’intérieur des cuves des sarcophages. La traction ne pourra donc s’effectuer que par-dessus les sarcophages, après avoir disposé des rouleaux sur leur face inférieure et avoir confec- tionné un chemin de planches dans la pente précé- dent l’entrée du tombeau. La traction des sarcopha- ges pourra être complétée par une poussée arrière à l’aide de crics hydrauliques. L’opération de bardage devra donc être réalisée avec une extrême précision vu les conditions topographiques très difficiles, la pente étant très forte. Dans tous les cas, ce travail ne pourra être entrepris qu’après une étude préalable en vue d’établir tous les détails des diverses étapes de ce bardage et du transport. Il ne pourra être confié à une entreprise, même spécialisée dans la manuten- tion de lourdes charges, sans une surveillance tech- nique et muséographique permanente.

Visite complémentaire du tombeau le 4 mai 2008

En vue de la présente publication, une courte vi- site complémentaire à l’expertise initiale a été né- cessaire pour réaliser quelques prise de vues numé- riques des quatre points du site présentés ci-dessus. Elle a permis également d’examiner l’évolution de la conservation du tombeau rupestre et des sarcopha- ges durant sept mois. Pour des raisons de sécurité, l’entrée du tombeau avait été fermée avec une porte en bois assez hermétique. Par ailleurs, un plancher de bois soutenu par des étais constitués de solides chevrons avait été installé pour protéger les sarco- phages de toutes chutes de pierres qui auraient pu se détacher du plafond, en particulier à l’emplacement de fissures de la roche. Lors de notre première visite, l’ensemble de cet étaiement était encore en bon état. Actuellement tous les bois de cet agencement sont moisis et les micro-organismes de cette moisissure menacent de s’étendre aux sarcophages sculptés. L’origine de cette prolifération de micro-organismes tient à l’introduction de bois à l’intérieur et surtout à la fermeture actuelle du tombeau qui n’assure plus une ventilation suffisante de la structure rupestre.

Il serait donc indispensable de remédier très ra- pidement à cette situation préjudiciable à la conser- vation des œuvres d’art contenues dans ce tombeau ainsi qu’à la roche de la structure rupestre. Pour cela, il faut supprimer tous les bois et les remplacer par du métal revêtu d’une peinture spéciale pour le ren- dre inoxydable. Cela concerne la porte, les étais et le plancher de protection. Par ailleurs, il est primor- dial d’établir une circulation d’air dans le tombeau pour assécher et ventiler l’ensemble de la structu- re rupestre et des sarcophages. Par conséquent, la porte actuelle devrait être remplacée par une solide grille fixée sur un châssis métallique, quant au plan- cher de protection placé au-dessous du plafond, le même système de grilles sur cadre pourrait conve- nir pour sa réfection. Des étais métalliques ordinai- res suffiraient pour maintenir ce nouveau plancher. Toutefois, il ne s’agit là que de dispositions tempo- raires : les sarcophages ne seront bien et définitive- ment protégés que lorsqu’ils seront à l’abri et au sec dans un musée. La pierre et le climat de la région d’Amrith ne sont pas aussi favorables qu’à Palmyre

à une bonne conservation en place de cette catégo-

rie d’œuvres d’art. Une conservation sur place se- rait donc d’un coût disproportionné par rapport aux faibles garanties de sécurité et de durabilité qu’elle apporterait.

concLusion

Le caractère historique et monumental tout à fait unique des ouvrages en pierre du site phénicien d’Amrith nécessite qu’un maximum de précautions soient prises en vue de leur conservation. Le dia- gnostic et les propositions de conservation présen- tées ci-dessus à la suite de cette expertise doivent être considérées comme une base préliminaire pour une réflexion plus élargie et non comme un des- criptif exhaustif et définitif pour engager immédia- tement des travaux. Mis à part la suppression des

bois et l’aération du tombeau présenté ci-dessus, le diagnostic ne révèle pas de dégradations majeures

à évolution très rapide qui impliqueraient la mise

en œuvre de solutions pratiques d’extrême urgence, comme celles récemment préconisées pour le site de Hosn Souleiman. Au contraire, l’importance histo- rique du site de Amrith doit nous inciter à l’extrême prudence avant d’engager des travaux de fond. Par conséquent, la consultation d’autres experts me pa- raît plus qu’utile. Il serait même souhaitable qu’une

Jean-Claude Bessac

73

commission d’experts soit créée pour assurer un suivi scientifique des opérations de conservation et de mise en valeur archéologique, muséographi- que et touristique de ce site antique de tout premier plan en Méditerranée orientale sans le dénaturer ou le mettre en danger pour l’avenir. Rappelons, pour

note

finir que, pour tout ce qui concerne les prestations pratiques en matière de consolidation ou de restau- ration (bouchages et taille de nouvelles pierres), les contrats passés avec les entreprises doivent inclure des essais préalables de convenance à caractère réd- hibitoire en cas de résultats insatisfaisants.

1. Monsieur Alaa Hammoud m’a guidé sur le terrain et m’a exposé les problèmes généraux de conservation du site tout en assurant les traductions. J’étais également accompagné de l’archéologue qui a dirigé divers sondages, notamment dans le stade et qui nous a documenté d’un point de vue archéologique et historique. À notre groupe, s’était joint un juriste travaillant pour le Service des Antiquités. Que tous soient remerciés ici pour leur accueil et leur aide.

référence bibLiogrAPhique

Dunand M. et Saliby N. 1985, Le temple d’Amrit dans la pérée d’Aradus, Bibliothèque archéologique et historique 121, Institut français d’archéologie du Proche-Orient, Paris.

75

the Syro-german/auStrian archaeological miSSion at Palmyra in 2007

Waleed AL-AS‘AD and Andreas SCHMIDt-COLInet

DGAM (Palmyre) et Université de Vienne (Autriche)

AbstrAct

History and culture of the pre-Roman/‘Hellenistic’ settlement of Palmyra was known till now by literary evidence only. A cooperation project of the DGAM, the DAI and the University of Vienna has the aim to localize pre-Roman Palmyra and to inquire the urbanistic structures of this early town. Architectural structures nowadays hidden under the sand were discovered outside the later Roman town by geophysical prospection. Two test trenches (I and II) have the aim to gain criterias for the relative and absolute chronology of the corresponding building structures by stratigraphical investigation, and thus to receive archaeological evidence for the ‘Hellenistic’ settlement of Palmyra. Due to the evidence of the sequence of pottery, the architectural structures excavated until now can be dated from the 3rd century BC until the 3rd century AD. With this – for the first time in Palmyra – we get a secure sequence of pottery and of settlement from the Hellenistic up to the Roman period. Moreover, the analysis and interpretation of many small findings, especially pottery, glass and metal ware, through new light on the economic and social history of early Palmyra.

According to the agreement between the Direc- torate General of Antiquities and Museums in Syria (DGAM) and the Damascus Branch of the German Archaeological Institute (DAI), the joint Syro-Ger- man/Austrian Archaeological Mission at Palmyra worked again in the area of the so called Hellenistic town south of the wadi from August 20th to Octo- ber 3rd 2007 (fig. 1). Both directors of the mission would like to thank the DGAM and the DAI in Da-

mascus for logistic and administrative support as well as the Austrian Science Fund (FWF) and the University of Vienna for financing the work of the mission. (1)

Preliminary results of the work of the mission have been presented in public lectures, have been published or are currently in print (cf. list of publi- cations at the end of this report). In preparation of

76

Les AnnAles Archéologiques ArAbes syriennes

76 L es A nnAles A rchéologiques A rAbes s yriennes Fig. 1: Magnetogramm of the

Fig. 1: Magnetogramm of the so called hellenistic town with trenches I and II

the season, archaeological research as well as tech- nical and chemical analyses and the restoration of small finds (pottery, glass, metal, coins) and of co- lourings of wall paintings and of ar