Vous êtes sur la page 1sur 5

https://www.tresor.economie.gouv.

fr/Ressources/4136_role-et-
fonctionnement-de-lomc

Rôle de l’OMC
L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) a été créée à la suite de l’entrée en vigueur, le 1erjanvier 1995, de
l’accord de Marrakech du 15 avril 1994. Elle a succédé à l’accord général sur les tarifs douaniers et le commerce
(GATT), survenu au lendemain de la seconde guerre mondiale. Le système commercial multilatéral actuel est le
résultat de huit cycles de négociations commerciales : c’est le dernier cycle (cycle d’Uruguay) qui a abouti à la
création de l’OMC. Lors de la conférence ministérielle de Doha en novembre 2001, les membres de l’Organisation ont
décidé de lancer un neuvième cycle de négociation qui se poursuit jusqu’à ce jour.
Assurer liberté, équité et prévisibilité des échanges
Les principaux objectifs de l’OMC consistent à d’assurer la liberté, l’équité et la prévisibilité des échanges en :

 administrant les accords de l’OMC ;


 réglant les différends commerciaux par le biais d’un Organe de règlement des différends ;
 et servant de cadre aux négociations commerciales.

Pour ce faire, chaque membre de l’OMC est tenu de respecter :


Des plafonds de droits de douanes pour les marchandises, agricoles et non agricoles qu’ils ont chacun souscrits. Ces
droits dit « consolidés » sont consignés dans des listes de concessions tarifaires ;
Des plafonds de soutiens interne et à l’exportation de produits agricoles sur lesquels ils se sont engagés. Ces
plafonds sont énumérés dans les listes d’engagements en matière de soutien interne et de subvention à l’exportation ;
Des engagements pris pays par pays en matière d’accès aux marchés et de traitement national dans le domaine du
commerce des services. Ces engagements sont énumérés dans les listes d’engagements spécifiques (ces trois listes
d’engagement pour les 154 membres de l’OMC représentent plus de 30 000 pages d’engagements) ;
Le corpus de disciplines multilatérales, comprenant en premier lieu l’Accord Marrakech instituant l’Organisation
mondiale du commerce et 20 accords en annexe (600 pages de règles) ainsi que les décisions des Conférences
ministérielles et du Conseil général ;
La jurisprudence de l’OMC, régulièrement émises par les panélistes et l’Organe d’Appel (depuis 1995, 427 plaintes,
155 rapports de panels et 104 rapports d’Organe d’Appel représentant plus de 50 000 pages).
Avec la crise, la fonction de surveillance des mesures commerciales des membres a pris une importance
croissante et fait l’objet de rapports réguliers.
Par ailleurs, depuis 2005, l’OMC s’est vue confier un rôle de catalyseur et de fédérateur en matière d’aide pour le
commerce, organisant des examens réguliers sur la coordination et la mise en œuvre des politiques engagées au
niveau national, régional ou multilatéral.

Organigramme de L’OMC
Les pays prennent les décisions au sein de quelques 65 conseils, comités et groupes de travail, composés de représentants de
tous les membres.
L’organe suprême est la Conférence ministérielle qui, selon les statuts, doit se réunir au moins tous les deux ans. La Conférence
ministérielle est habilitée à prendre des décisions sur toutes les questions relevant de tout accord commercial multilatéral.
Le Conseil général agit au nom de la Conférence ministérielle pour toutes les affaires relevant de l’OMC. Il se réunit en tant
qu’Organe de règlement des différends et en tant qu’Organe d’examen des politiques commerciales pour superviser la mise en
œuvre des procédures de règlement des différends entre les membres ou pour procéder à l’analyse de leurs politiques
commerciales.
L’Organe de règlement des différends est chargé de l’administration des litiges entre les membres de l’OMC. Il se réunit au
minimum une fois par mois pour examiner et adopter les rapports des groupes spéciaux et de l’Organe d’appel et pour prendre toute
mesure d’administration concernant le règlement des différends.
L’Organe d’examen des politiques commerciales examine les politiques commerciales des Membres à partir d'une déclaration de
politique générale présentée par le Membre intéressé et d'un rapport établi par les économistes du Secrétariat. Les membres de
l'OMC font régulièrement l'objet d'un examen selon une fréquence qui varie en fonction de leur part dans le commerce mondial.
L’ensemble des quelques soixante organes subsidiaires relèvent soit directement de l’autorité du Conseil général, soit de l’un des
quatre piliers : le Conseil du commerce des marchandises, le Conseil du commerce des services, le Conseil des aspects des
droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce et enfin le Comité des négociations commerciales.
Le Secrétariat de l’OMC a son siège à Genève. Il est composé d’environ 650 fonctionnaires permanents sous l’autorité d’un
Directeur Général, qui depuis le 1er septembre 2005 est Pascal Lamy et son mandat s’achève le 31 août 2013.

http://getfrancheville.free.fr/documents/OMC_histo.pdf

Les 5 tâches de l’OMC


La mission de l’OMC est d’organiser la libéralisation du commerce mondial des biens, des services et des investissements au travers de cinq
tâches :
1-Veiller a la bonne mise en ouvre de l’accord de Marrakech : les états membres doivent mettre en conformité leurs législations national
avec les accord conclu lors de cycle d’Uruguay .en effet être membre de L’OMC signifie adhérer a l’ensemble des accords sans exception c’est
le principe de l’engagement unique .
2-Administrer les procédures de règlements des différends pour régler les conflits commerciaux : Avec sa possibilité de sanction au sein
de l’organe de règlement des différends son instance juridique, L’OMC peut donner a ses règles leurs sens et leur force. par ce que l OMC est la
seule organisation multilatérale possédant un système de sanction rapide et efficace, les règles commerciales disposent d’une place prépondérante
dans l’architecture du droit international.
3-servir de cadre pour les négociations internationales : L’OMC sert de cadre a ces négociations et prépare les réunions interministérielles
accord de Marrakech prévoyait que les négociations se déroulent domaine par domaine. Certaines pays membre notamment l’union européenne
ont ressenti la nécessite de mener des négociations globales et non plus secteurs par secteur c’est le nouveau cycle appelé cycle de Doha les
négociations actuelles s inscrivent dans ce cadre
4-gérer le mécanisme d examen des politiques commerciales : cet examen permet de faire un état des lieux précis, a un moment donné ; d’une
politique commerciale.il permet de s’assurer de la bonne mise en œuvre de l accord de Marrakech
5- coopérer avec le fond monétaire international et la banque mondial : compte tenu des liens très forts entre le commerce et le développement
.la coopération entre L’OMC et la BM et le FMI permet de coordonner leurs interventions c est un enjeu majeur pour les pays en développement
dans lesquels ces trois organisations interviennent

Ouverture des échanges et lutte contre la pauvreté


“La bonne gouvernance est peut-être le seul facteur important pour éradiquer la pauvreté et promouvoir le développement ». Kofi Annan,
ancien secrétaire général des Nations Unies La croissance de la population mondiale aggravera les problèmes de pauvreté et de sécurité. L’OMC
s’est engagé à travailler en faveur des PVD et des PMA, mais jusqu’à ce jour, les règles du commerce mondial continuent à être biaisées et à
favoriser les pays développés. Les théories économiques du commerce ont toujours soutenu qu’un pays qui participe au commerce
international bénéficie d’une croissance économique plus soutenue et que cette ouverture peut avoir un impact positif sur la réduction de la
pauvreté. L’analyse de l’impact des accords de l’OMC ne va pas toujours dans ce sens : la croissance économique a eu lieu dans certains pays
mais les PMA n’ont pas atteint le développement espéré ni retiré d’avantages économiques significatifs liés à l’ouverture du commerce.
Rapidement dressé, l’état des lieux de la planète aujourd’hui se présente comme suit : Près de la moitié de la population mondiale vit avec
moins de 2 $US par jour.
 1,2 milliard de personnes vivent dans l’extrême pauvreté.
 Tous les jours, 50 000 personnes meurent de causes liées à la pauvreté.
 Toutes les trois secondes, un enfant meurt de causes liées à la pauvreté.
 Tous les soirs, 800 millions de personnes se couchent en ayant faim.
 880 millions de personnes n’ont pas accès aux soins de santé élémentaires.
 La pauvreté rend également les PMA plus vulnérables aux turbulences économiques (que constitue par exemple la hausse des prix des
aliments et du carburant), au changement climatique, aux 13 Professeur de Sciences Economiques de l’Université Fédérale Fluminese de Rio de
Janeiro. 22 catastrophes naturelles, à la violence et au crime. Les habitants des PMA sont souvent privés d’accès à l’éducation, de services de
soins adéquats, de source d’eau potable et de conditions d’hygiène élémentaires.
http://www.etudier.com/dissertations/l'Omc-Expos%C3%A9/138408.html
introduction
L’OMC est née le 1er janvier 1995, mais le système commercial qu'elle représente a presque un demi-siècle de plus. En effet, en 1947, l'accord
général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) établissait déjà les règles du commerce international. Le siège de l’institution se tient à
Genève (Suisse). En 2005 le français Pascal Lamy obtient le poste de directeur général, succédant ainsi au thaïlandais Supachai Panitchpakdi.
L'organisation mondiale du commerce (OMC ou World Trade Organization WTO), est une organisation internationale qui s'occupe des règles
régissant le commerce internationale entre les pays. Elle négocie des accords commerciaux, règle les désaccords ou problèmes commerciaux qui
peuvent exister entre les pays. C’est elle, par exemple qui est à l’origine des baisses des taxes douanières de certainspays, permettant ainsi une
libre circulation de biens et services, ce qui a favorisé le libre échange, et a permis la propagation de la mondialisation.
On peut donc affirmer que l'OMC tient un rôle important dans la mondialisation puisqu'elle permet le libre échange entre les pays.
Alors, quelle en est son rôle dans la mondialisation?
Après avoir définit ce qu'était l'OMC, nous montrerons qu'elle permet une libéralisation progressive du commerce et de ce fait qu'elle tient un
rôle très important dans la mondialisation

L'OMC compte de nos jours 153 états, ainsi que des observateurs qui sont, soit des états en cours d'intégration ou simplement des organisations
internationales, comme le FMI ou la banque mondiale. Au départ, le traité instituant l'OMC à été signé par 65 pays et est entré en vigueur à
partir du 1er janvier 1995.
Le dernier inscrit est le Cap Vert, une île au large de l'Afrique le 23 juillet 2008. Cette nouvelle intégration montre donc que l'OMC est toujours
une organisation ouverte qui accepte encore de nombreux membres, dont notamment une pluralité de pays en développement : 29 pays sont
candidats, dont 25sont des pays en difficultés ou en voie de développement, et ont le statut d'observateur comme l'Algérie qui est candidat
depuis le 3 juin 1987, la Biélorussie, le Yémen ou encore l'Ouzbékistan.

Il existe plus de 60 accords définissant les règles de fonctionnement de l'OMC. Le principal accord est l'accord cadre instituant l'OMC.
Trois accords importants définissent les règles du commerce dans les domaines des marchandises, des services et de la propriété intellectuelle:

– l'accord général sur les tarifs douaniers et le commerce. («GATT 1994»)

– l'accord général sur le commerce des services. («AGCS»)

– l'accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touche au commerce. («ADPIC»)

De nombreux accords complémentaires et annexes contiennent des prescriptions plus précises pour certains secteurs ou pour certaines
questions spécifiques comme l'accord sur les mesures sanitaires et phytosanitaires, l'accord sur les mesures concernant l'investissement et liées
au commerce ou l'accord sur les obstacles techniques liés au commerce.

3. Les fondements du GATT

Le GATT est un traité inter-gouvernemental signé en 1947 entre Etats souverains. La participation est voloontaire. Les objectifs du GATT sont de
mettre en oeuvre les conditions d’une concurrence loyale entre les nations et de promouvoir la facilitation des échanges commerciaux
internationaux.

Le GATT est fondé sur des principes généraux (general duties and rules) qui créent les fondations d’un code de conduite. Cependant, il est
fortement affaibli par des exceptions.

Le GATT organise des cycles de négociation entre parties contractantes pour négocier une réduction des mesures protectionnistes.

Règles du GATT
• Règle de la nation la plus favorisée (most favored nation article MFN- NPF): “tous les avantages commerciaux... accordés par une partie
contractante à un produit originaire d’un pays signataire du GATT seront sans condition étendus à tout produit similaire originaire de toutes les
autres parties contractantes”.

• La non discrimination: On ne peut pas imposer dse règles plus drastiques aux produits venus de l’extérieur que celles qu’on impose aux produits
nationaux.

• Elimination progressive des barrières non tarifaires aux échanges et des pratiques de dumping (vendre sous le prix de revient). Contrôle très
strict pour éviter le protectionnisme déguisé
Les exceptions
•Les produits: l’agriculture, le textile et les services étaient exclus de fait de l’accord initial

•Les accords préférentiels: pour permettre aux PVD de bénéficier d’accès préférentiel aux marchés des pays développés sans être obligés d’offrir
la réciproque.

-système généralisé des préférences (SGP): tarifs préférentiels et franchises de droits pour les PVD (ex: accord tout sauf les armes avec les PMA)

-accords préférentiels avec les anciennes colonies: Afrique-CaraïbesPacifiques pour l’Europe (accords de Lome, Accords de partenariat
économique désormais).

Autorisation de création d’unions douanières et de zones de libre échange: l’article 24 reconnait “l’intérêt d’augmenter la liberté du commerce à
travers le développement d’une plus grande intégration entre les économies”. Conditions: éliminer les barrières entre participants et ne pas
augmenter la protection vis-à-vis de l’extérieur

Cette exception permettra la création de la CEE … négociée avec les Etats-Unis en contrepartie du renoncement de l’Europe à taxer les produits
de substitution des céréales, principalement importés des US: déficit protéique en Europe et forte dépendance du soja américain depuis.

4. Les résultats du GATT


1951 Torquay Round Cycles Réduction tarifaire Sujets de conflits 23 en 1947 130 en 1994 ! 1956 Geneva round
1964-67 Kennedy round 1973-79 Tokyo round
1986-1994 Uruguay Round

•Accord multi-fibre

•Creation de la CEE et de la PAC

•Concurrence croissante pour les marchés agricoles d’exportation


longues négociations: pourquoi?
Membres
1960-62 Dillon round
Tarifs industriels 40%

5%
5. Le cycle de l’ Uruguay
Cycle le plus ambitieux: plus de pays, plus de produits, plus de conflits

• Nouveaux domaines: agriculture, textile et services 30% des exportations mondiales

• Nouvelles questions: droits de propriété intellectuelle, investissements, commerce et environnement

• Renforcement institutionnel: creation d’une organisation permanente OMC, renforcement des procédures de résolution des conflits

Pourquoi inclure l’agriculture?


Concurrence accrue dans la recherche de marchés de débouchés Entre