Vous êtes sur la page 1sur 2

Oral : (impact de l’OMC sur la gouvernance financière internationale)

• Le financement du commerce : L'OMC s'efforce d'encourager la reprise


des relations et des réseaux complexes opérant sur le marché du
financement du commerce afin de maintenir les flux de financement pour le
commerce et d'atténuer ainsi au moins l'une des causes de la contraction des
échanges commerciaux.Les programmes de facilitation du financement du
commerce mis en place par les organismes de développement régionaux ou
multilatéraux prévoient aussi la fourniture d'une assistance technique pour
aider les établissements financiers des pays en développement Membres à
créer des départements de financement du commerce. Grâce aux fonds
d'affectation spéciale des donateurs, des équipes de professionnels peuvent
être envoyées auprès de ces banques pour les aider à mettre en place
l'infrastructure nécessaire.

La création d'un groupe de travail du commerce, de la dette et des finances a été


proposée initialement à la Conférence ministérielle de l'OMC tenue à Seattle en
1999, à un moment où de nombreux pays en développement craignaient réellement
que leurs possibilités et leurs politiques commerciales soient compromises par divers
problèmes financiers internationaux, au premier rang desquels les flux de capitaux
instables, la menace de crises financières récurrentes et un endettement extérieur
insoutenable.

 La libéralisation des échanges :L’OMC Favorise autant que possible la


liberté des échanges et poursuit progressivement la libéralisation par
voie de négociation.L’OMC veille à la coopération internationale et la
libéralisation des échanges en contrôlant les tarifs douaniers, elle
repose désormais sur le principe d’absence de discrimination entre les
pays/ l’élimination progressive des barrières tarifaires et non
tarifaires/ l’interdiction de pratiquer le dumping (vente à perte).

L’OMC libéralise et multilatéralise les échanges commerciaux : relatifs


aux marchandises, aux services, à la propriété intellectuelle et aux
investissements liés au commerce. Elle encourage l’échange libre et
concurrentiel par l’abaissement général et progressif des droits de
douanes également la prohibition des restrictions quantitatives qui
nuisent à un développement harmonieux du commerce international.
Ainsi, cette libéralisation vise à permettre un accroissement de
production (se faisant elle aspire à une croissance économique
soutenue) et du bien être international.
 Lutte contre la pauvreté:L’OMC s’est engagé à travailler en faveur des
PVD et des PMA, mais jusqu’à ce jour, les règles du commerce mondial
continuent à être biaisées et à favoriser les pays développés. Les
théories économiques du commerce ont toujours soutenu qu’un pays qui
participe au commerce international bénéficie d’une croissance
économique plus soutenue et que cette ouverture peut avoir un impact
positif sur la réduction de la pauvreté. L’analyse de l’impact des
accords de l’OMC ne va pas toujours dans ce sens : la croissance
économique a eu lieu dans certains pays mais les PMA n’ont pas atteint
le développement espéré ni retiré d’avantages économiques significatifs
liés à l’ouverture du commerce.