Vous êtes sur la page 1sur 126

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU AGENCE


NATIONALE DES BARRAGES ET TRANSFERTS
DIRECTION DES ETUDES TECHNIQUES

BARRAGE DE SOUBELLA
(WILAYA DE M’SILA)

AVANT-PROJET DETAILLE
NOTES DE CALCUL

Rapport 12035-RP-0502-B
Mars 2009
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU AGENCE
NATIONALE DES BARRAGES ET TRANSFERTS
DIRECTION DES ETUDES TECHNIQUES

BARRAGE DE SOUBELLA
(WILAYA DE M'SILA)

MISSION 05

AVANT-PROJET DETAILLE
NOTES DE CALCUL

Rapport 12035-RP-0502

COYNE ET BELLIER
Bureau d'lng8nieurs Ccnse.ls

B 20/03/2009
Commentaires ANBT
1 0/AN BT/DET/09
PP--
°.o.A. Toussaint
'.OM. Maeder
?�
C. Daux
- ' �

fi>J. Teyssieux
A. Toussaint

A 28/11 /2008 Premiere emission


M. Maeder C. Daux J. T eyssieux

Revision Date Sujet de la revision Redaction Controle Approbation


APD du barrage de Soubella Notes de calcul Page 1-1

CHAPITRE 1

ANALYSE DE LA STABILITE
DE LA DIGUE ET DE SA FONDATION

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-3
Page 1-3

SOMMAIRE

Ce chapitre contient 46 pages

1.1 Présentation générale ................................................................................................ 9


1.1.1 Objectif de l’étude de stabilité ......................................................................... 9
1.1.2 Méthodologie suivie ........................................................................................ 9
1.1.3 Définition de la coupe-type étudiée ............................................................... 10
1.2 Calculs statiques ...................................................................................................... 13
1.2.1 Méthodologie ................................................................................................ 13
1.2.2 Présentation de STAB................................................................................... 14
1.2.3 Définition des cas de charges ....................................................................... 14
1.2.4 Définition des critères de dimensionnement .................................................. 17
1.2.5 Caractéristiques des matériaux ..................................................................... 17
1.2.6 Résultats obtenus ......................................................................................... 19
1.3 Calculs dynamiques ................................................................................................. 20
1.3.1 Méthodologie ................................................................................................ 20
1.3.2 Présentation de STABDYN ........................................................................... 23
1.3.3 Définition des cas de charges et des critères de dimensionnement .............. 23
1.3.4 Données d’entrée.......................................................................................... 24
1.3.5 Résultats obtenus ......................................................................................... 27
1.3.6 Effet tridimensionnel du site du barrage ........................................................ 28
1.4 Conclusion ................................................................................................................ 31
1.5 Documents de référence .......................................................................................... 33
1.6 Annexes .................................................................................................................... 35
1.6.1 Annexe 1 : Cas de charge étudiés avec le logiciel STAB .............................. 35
1.6.2 Annexe 2 : Accélérogrammes utilisés............................................................ 41

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-4
Page 1-4

LISTE DES FIGURES

Figure 1-1 : Coupe-type étudiée (logiciel STAB) .................................................................. 12


Figure 1-2 : Courbe de Seed et Idriss modifiée par Gazetas ................................................ 25
Figure 1-3 : Cas de charge « Fin de construction » .............................................................. 36
Figure 1-4 : Cas de charge « Régime permanent à la RN » ................................................. 37
Figure 1-5 : Cas de charge « Vidange rapide depuis la RN »,.............................................. 38
Figure 1-6 : Cas de charge « Séisme de Base d’Exploitation » ............................................ 39
Figure 1-7 : Cas de charge « Séisme Maximal de Dimensionnement » ............................... 40
Figure 1-8 : Accélérogramme – Séisme 1 ............................................................................ 42
Figure 1-9 : Accélérogramme – Séisme 2 ............................................................................ 43
Figure 1-10 : Accélérogramme – Séisme 3 .......................................................................... 44
Figure 1-11 : Accélérogramme – Séisme 4 .......................................................................... 45
Figure 1-12 : Accélérogramme – Séisme 5 .......................................................................... 46

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-5
Page 1-5

LISTE DES TABLES

Table 1-1: Paramètres géométriques de la coupe-type étudiée ........................................... 11


Table 1-2: Coefficients de sécurité en fonction des cas de charge....................................... 17
Table 1-3: Caractéristiques de la fondation .......................................................................... 18
Table 1-4: Caractéristiques des matériaux du barrage......................................................... 18
Table 1-5: Résultats des calculs statiques ........................................................................... 19
Table 1-6: Accélérations critiques ........................................................................................ 26
Table 1-7: Réponse du barrage aux sollicitations sismiques (SMD) ..................................... 27
Table 1-8: Déplacements irréversibles à l’amont (SMD) ...................................................... 27
Table 1-9: Réponse tridimensionnelle du barrage aux sollicitations sismiques (SMD) ......... 29
Table 1-10: Déplacements irréversibles à l’amont avec effet tridimensionnel (SMD) ........... 29

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-6
Page 1-6

LISTE DES ANNOTATIONS

g Accélération de la pesanteur m.s-2


σ Contrainte normale kPa
∆σ Variation de la contrainte normale kPa
σ’ Contrainte normale effective (σ’ =σ – u) kPa
σ’0 Contrainte effective moyenne kPa
u Pression interstitielle de l’eau kPa
∆u Variation de la pression interstitielle kPa
Contrainte tangentielle (ou de cisaillement) kPa
max Résistance au cisaillement mobilisable (maximale) kPa
F Facteur de sécurité -
Ε Déformation longitudinale %
γ Déformation de cisaillement (ou distorsion) %
E Module d’Young (ou de compressibilité) MPa
ν Coefficient de Poisson -
G Module de cisaillement MPa
Gmax Module de cisaillement maximal MPa
Geq Module de cisaillement équivalent MPa
Facteur d’amortissement %
Poids volumique des matériaux solides t/m3
s Poids volumique des grains t/m3
h Poids volumique humide du sol t/m3
sat Poids volumique du sol saturé t/m3
c Cohésion d’un sol kPa
c’ Cohésion drainée (effective) d’un sol kPa
φ Angle de frottement interne d’un sol °
φ’ Angle de frottement interne effectif d’un sol °
e Indice des vides d’un sol %
h Hauteur de la colonne sol (ou charge hydraulique) m (mCe)
Hauteur des terres sus-jacentes (fin de construction) m
H Hauteur du barrage m
ru Coefficient de pression interstitielle -
B Coefficient de vidange rapide -
K0 Coefficient de poussée au repos d’un sol -
ξ Taux d’amortissement %
ω Pulsation propre d’un résonateur simple rad/s
N Fréquence propre d’un résonateur simple Hz

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-7
Page 1-7

a Pente amont moyenne aH :1V


b Pente aval moyenne bH :1V
c Largeur en crête m
SMP Séisme Maximum Probable -
SMD Séisme Maximal de Dimensionnement -
SBE Séisme de Base d’Exploitation -
aSMD Accélération maximale horizontale du SMD % de g
aSBE Accélération maximale horizontale du SBE % de g
ac Accélération critique % de g
a(t) Accélération d’un point en fonction du temps m.s-2
v(t) Vitesse d’un point en fonction du temps m.s-1
U(t) Matrice de position d’un point en fonction du temps m
Matrice du mouvement forcé en fondation en fonction
Ue(t) m
du temps
K Matrice de rigidité (équation du mouvement forcé) N.m-1
M Matrice de masse (idem) kg
C Matrice d’amortissement (idem) kg.s-1
RN Retenue Normale m NGA
PHE Plus Hautes Eaux m NGA

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-9
Page 1-9

CHAPITRE 1
ANALYSE DE LA STABILITE
DE LA DIGUE ET DE SA FONDATION

1.1 PRESENTATION GENERALE

1.1.1 Objectif de l’étude de stabilité

L’analyse de stabilité de la digue et de sa fondation permet de valider les pentes des talus de
l’ouvrage, et la longueur des différentes risbermes.

Pour cela l’étude de stabilité détermine les facteurs de sécurité du barrage projeté, pour les
divers cas de charge de dimensionnement.

L’étude s’attache à démontrer que ces facteurs, issus de différents calculs, sont supérieurs
ou égaux aux recommandations internationales et aux règles de l’art en la matière.

1.1.2 Méthodologie suivie

Une fois les paramètres géomécaniques connus et les paramètres géométriques du barrage
fixés, une première série de calculs est effectuée pour des cas de charges statiques (fin de
construction, service normal à la RN et vidange rapide depuis la RN).

Ensuite, les cas de charges dynamiques (SMD et SBE) sont traités par la méthode
« pseudo-statique ». La sollicitation dynamique du séisme est alors prise en compte par une
force purement horizontale, équivalente à 2/3 de l’accélération maximale au sol du séisme
considéré.

Enfin – en anticipant ici sur les résultats – étant donné que les sollicitations sismiques sur le
barrage de Soubella sont importantes, il s’avère nécessaire d’estimer pour le SMD les
déplacements irréversibles par un calcul dynamique.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-10
Page 1-
10

Dans ce dernier cas, le facteur de sécurité n’est pas calculé comme pour les cas statiques. On
se fixe plutôt un déplacement maximal autorisé, dont la valeur est déterminée par les pratiques
internationales, ainsi que par l’expérience et le jugement du Bureau d’Etudes.

1.1.3 Définition de la coupe-type étudiée

La coupe-type étudiée dans la présente étude correspond à la coupe transversale du


barrage, dans la partie la plus haute de l’ouvrage, c’est-à-dire en fond de vallée. La fondation
alluviale, jusqu’à 6 m sous le terrain naturel, ainsi que la fondation marneuse et la fondation
calcaire sont intégrées à la coupe-type du barrage pour les calculs.

La définition de la géométrie de la fondation (profondeur de la couche alluviale, position et


angle de la séparation marne/calcaire) est issue des reconnaissances géologiques (voir
Section 4 du Mémoire Descriptif).

La Table 1-1 récapitule les paramètres géométriques de la coupe-type, qui sont illustrés sur
la Figure 1-1 (issue du logiciel STAB).

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-11
Page 1-11

Table 1-1: Paramètres géométriques de la coupe-type étudiée

Fondation Crête du barrage


Niveau TN 728 m NGA Largeur totale en crête 10 m
Niveau fondation 722 m NGA Niveau de la crête 785 m NGA
Pente discontinuité Marne/Calcaire 3 -
Position par rapport à l'axe 60 m Noyau argileux
Pente excavations alluvions 2 - largeur en crête 10 m
Pente (am & av) 0.21 -
Rip Rap amont - partie haute
Epaisseur normale 1 m Filtres + drains
Pente 3 - largeur 5 m

Risberme amont intermédiaire Parement aval


largeur 10 m Pente 2.5 -
niveau 755 m NGA
Risberme aval intermédiaire1
Batardeau amont largeur 5 m
Pente amont 2.5 - niveau 755 m NGA
Pente aval 2 -
Risberme aval intermédiaire2
Noyau externe du batardeau

amont largeur 10 m
largeur 5 m niveau 735 m NGA
Pente amont 2.8 -
Pente aval 2.5 - Batardeau aval
Pente amont 2.5 -
Surcharge amont Pente aval 2.5 -
largeur 30 m niveau 728 m NGA
niveau 745 m largeur 5 m
pente amont 3 -

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-12
Page 1-12
Figure 1-1 : Coupe-type étudiée (logiciel STAB)

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-13
Page 1-13

1.2 CALCULS STATIQUES

1.2.1 Méthodologie

Le problème de la stabilité d’un massif se résout par les méthodes d’équilibres limites,
encore appelées méthodes de calcul à la rupture [1]. Ce problème peut par ailleurs être analysé
soit en contraintes totales, soit en contraintes effectives. C’est cette dernière méthode
qui est le plus couramment employée et qui est utilisée dans cette étude. Elle nécessite de
faire des hypothèses sur le régime de percolation (fin de construction, régime permanent,
vidange rapide).

Les méthodes de calcul à la rupture divisent la masse glissante en tranches verticales. Elles
résolvent les équilibres en forces et en moments afin d’aboutir à une expression plus simple
des forces s’exerçant sur chacune des tranches, en fonction des caractéristiques
mécaniques et hydrauliques du massif étudié. Ces méthodes reposent sur les hypothèses
suivantes :

- la forme et la position de la ligne de rupture est déterminée,

- le sol a un comportement rigide plastique le long de cette ligne,

- la distribution des contraintes est connue,

- le coefficient de sécurité est uniforme le long de la surface de rupture,

- le coefficient de sécurité est défini par :

F
max

avec : max résistance en cisaillement mobilisable le long de la ligne de rupture,

résistance au cisaillement nécessaire pour maintenir la masse


potentiellement glissante en équilibre.

Le coefficient de sécurité F vis-à-vis de la rupture est évalué pour des lignes de glissement
circulaires, en utilisant la méthode de Bishop, sauf pour le cas de charge dû au séisme (cas
« pseudo-statique ») où la méthode de Fellenius est utilisée (elle est en effet plus
conservative).

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-14
Page 1-14

1.2.2 Présentation de STAB

STAB est un logiciel de calcul de stabilité des pentes appliqué à des massifs quelconques
(versants naturels, barrages et digues, quais, talus, remblais, soutènements, ...) [2 ; 3]. Il
résout ce problème avec des méthodes classiques de tranches verticales :

- pour les lignes potentielles circulaires de rupture : Fellenius - Bishop (résolution en


équilibre de moment global), Spencer (résolution en équilibres totaux),

- pour les lignes potentielles polygonales de rupture : méthode des coins (résolution
en équilibre de forces), Spencer (résolution en équilibres totaux).

Les méthodes les plus employées sont les méthodes incomplètes (Fellenius – Bishop) : elles
ne présentent pas de risque de non convergence, contrairement à la méthode de Spencer.

Les principales applications de ce programme sont :

- l’étude d'un massif avec prise en compte d'un champ de pressions interstitielles,

- l’étude d'un massif soumis à un séisme (d'une part, analyse pseudo-statique,


d'autre part, analyse dynamique en déplacement : chaînage avec STABDYN),

- la définition des cas de charges et des critères de dimensionnement,

- l’ajout d'inclusions (tirants d'ancrage, clous), de forces ponctuelles, de surcharges


surfaciques constantes.

1.2.3 Définition des cas de charges

1.2.3.1 Cas de fin de construction

Ce cas de charge correspond à l’analyse de la stabilité du barrage à l’état initial du remblai et


de sa fondation, sous l’effet du seul poids propre des matériaux. Par souci de simplification, il
est d’usage de supposer la construction instantanée.

En fin de construction, les pressions interstitielles dans la digue et la fondation, dues aux
surcharges des remblais, sont encore élevées, notamment dans les matériaux
imperméables, ce qui réduit leur résistance au cisaillement. Ce phénomène de génération de
pression interstitielle à court terme est pris en compte dans les analyses de stabilité par un
coefficient noté ru, qui relie la valeur de la pression interstitielle en un point à la surcharge
des remblais par l’équation :

u ru h

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-15
Page 1-15

où : u = pression interstitielle,

= poids volumique des remblais,

h = hauteur de remblai mis en place.

Le coefficient adimensionnel ru est supposé être une caractéristique de chacun des


matériaux.

1.2.3.2 Cas du régime permanent à la RN

Ce cas correspond à l’établissement du régime hydraulique interne permanent pour un plan


d’eau à la cote de la retenue normale (RN), soit 780.00 m NGA.

Les pressions interstitielles dans le remblai et dans la fondation sont indépendantes des
contraintes dans le sol et ne dépendent que des conditions aux limites hydrauliques.

1.2.3.3 Cas de la vidange rapide

Le cas de vidange rapide correspond à la descente du plan d’eau amont depuis la cote
780.00 m NGA de la RN jusqu’à la cote 728 m NGA du terrain naturel.

La variation du niveau d’eau dans le réservoir est suffisamment rapide pour que la pression
interstitielle dans les remblais n’ait pas le temps de se dissiper complètement. C’est le cas
de remblais imperméables ou semi imperméables lorsque la retenue descend de quelques
dizaines de centimètres par jour.

Ce phénomène est modélisé en reliant la variation de pression interstitielle à celle du niveau


d’eau au-dessus du point considéré par l’équation :

∆u = B . ∆σ

où : ∆u = variation de pression interstitielle par rapport au régime permanent,

∆σ = variation de la contrainte normale totale au niveau du point considéré.

Le coefficient adimensionnel B est supposé être caractéristique de chacun des matériaux


considérés.

Un coefficient B égal à 1 est le cas le plus conservatif, c’est cette valeur qui est
habituellement prise pour les matériaux non drainants. Une valeur égale à -1 est un artefact

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-16
Page 1-16

de calcul et signifie que le matériau est parfaitement drainant (la pression finale en un point
du matériau est égale à la colonne hydrostatique à ce même point).

1.2.3.4 Cas du tremblement de terre

Dans cette situation, la fondation de la digue est soumise à des mouvements horizontaux et
verticaux qui tendent à déstabiliser les remblais. Les accélérations verticales, généralement
estimée à 1/3 des accélérations horizontales, ont des effets moindres que les accélérations
horizontales et seront négligées par la suite.

Les mouvements horizontaux sont modélisés par la méthode d’analyse « pseudo-statique »,


en ajoutant aux forces de pesanteur des forces volumiques dont l’intensité est reliée à
l’accélération en fondation.

Plus précisément, lorsque la digue est soumise à un tremblement de terre, les pics
d’accélération (dans un sens ou dans l’autre) se trouvent déphasés d’un point de la digue à un
autre. Par ailleurs, une partie de l’énergie communiquée au remblai par la fondation est
dissipée par viscosité. On prend en compte ces deux phénomènes tendant à amortir les
sollicitations en appliquant une force de volume « a » reliée à l’accélération de pic en
fondation par la relation :

a = 2/3 aSMD ou 2/3 aSBE

Ainsi, pour un talus stable sous l’action d’une sollicitation sismique égale à 2/3 du pic de
l’accélérogramme (c’est-à-dire avec un coefficient de sécurité égal à 1), un calcul dynamique
prenant en compte 100% de ce même accélérogramme montrerait des déplacements
irréversibles négligeables.

Dans le cas du barrage de Soubella, l’étude sismique indique que l’accélération de pic en
fondation pour le SMD et le SBE vaut respectivement 0.39g et 0.30g.

L’analyse de stabilité pseudo-statique au séisme a donc été menée en appliquant une


accélération horizontale a = 0.26g (pour le SMD) et a = 0.20g (pour le SBE).

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-17
Page 1-17

1.2.4 Définition des critères de dimensionnement

La Table 1-2 ci-dessous indique, pour chacun des cas de charges précédent, le coefficient
de sécurité minimal à atteindre, correspondant aux recommandations internationales et aux
règles de l’art [1] :

Table 1-2: Coefficients de sécurité en fonction des cas de charge

Valeur minimale du
Cas n° Définition du cas de charge coefficient de sécurité
1 Fin de construction 1.3

Régime permanent,
2 1.5
RN 780.00 m NGA
Vidange rapide depuis RN
3 1.2
jusqu’à 728 m NGA

4 Régime permanent + SBE 1.0

5 Régime permanent + SMD (<) 1.0

Nota : Dans le cas du SMD, un coefficient de sécurité inférieur à 1 est accepté, si les
déformations irréversibles subies par l’ouvrage ne mettent pas en péril sa sécurité. Les
recommandations internationales imposent en particulier que dans le cas du SMD les dégâts
éventuels subis par les divers ouvrages ne soient pas de nature à entraîner la rupture du
barrage.

1.2.5 Caractéristiques des matériaux

Outre la géométrie, qui a été définie plus haut, les données d’entrée à l’étude de stabilité
statique sont les caractéristiques des matériaux de la fondation et du barrage, qui sont
présentées respectivement dans les Table 1-3 et Table 1-4 ci-dessous.

Ces données sont issues des reconnaissances géologiques et des essais géotechniques
présentés dans le Mémoire Descriptif (Sections 4, 5 et 6).

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-18
Page 1-18

Table 1-3: Caractéristiques de la fondation

N° c' φ' γh γs ru B
Fondation marneuse 1 3.0 25.0 2.2 2.2 0.4 1.0

Fondation calcaire 2 500.0 45.0 2.2 2.25 0.0 1.0

Fondation alluvionnaire 3 0.0 32.0 2.0 2.0 0.20 1.0

Table 1-4: Caractéristiques des matériaux du barrage

N° c' φ' γh γs ru B
Surcharge amont 1 1.0 30.0 2.0 2.1 0.25 1.0

Batardeau amont 2 1.0 30.0 2.0 2.1 0.25 1.0

Noyau externe 3 2.5 21.0 1.9 2.0 0.00 1.0

RipRap 4 0.0 45.0 2.0 2.3 0.00 -1.0

Recharge amont 5 1.0 33.0 2.0 2.1 0.25 1.0

Noyau argileux 6 2.5 21.0 1.9 2.0 0.50 1.0

Filtres & drains 7 0.0 40.0 1.9 2.2 0.00 -1.0

Recharge aval 8 1.0 33.0 2.0 2.1 0.25 1.0

Batardeau aval 9 1.0 45.0 2.0 2.1 0.25 1.0

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-19
Page 1-19

1.2.6 Résultats obtenus

Les résultats obtenus sont synthétisés ci-après dans la Table 1-5. Les sorties graphiques
correspondant à chacun des cas de charge étudiés sont présentées en Annexe 1. Ces
figures illustrent la grille de recherche sur les centres des cercles qui a été utilisée, les lignes
d’isovaleurs des coefficients de sécurité, et le cercle potentiellement le plus critique, avec
son facteur de sécurité associé.

Table 1-5: Résultats des calculs statiques

Valeur minimale du Coefficient de sécurité


Cas n° Définition du cas de charge coefficient de sécurité obtenu
à l'amont à l'aval

1 Fin de construction 1.3 1.80 1.52

Régime permanent,
2 1.5 2.47 2.00
RN 780.00 m NGA
Vidange rapide depuis RN
3 1.2 1.37 N/A
jusqu’à 728 m NGA

4 Régime permanent + SBE 1.0 0.96 1.14

5 Régime permanent + SMD (<) 1.0 0.79 1.01

On constate que les cas n°1 à 3 ont des coefficient s de sécurité supérieurs aux coefficients
minimaux. Ces cas de charge ne sont donc pas dimensionnant.

Le cas du SBE n’est pas critique pour le parement aval. On obtient un coefficient légèrement
inférieur à 1 pour le parement amont (0.96) [1]. Cette valeur est très proche de la valeur requise,
c’est-à-dire 1. Les calculs dynamiques confirme la validité du dimensionnement de ce
parement puisqu’ils montrent que les déplacements irréversibles de la crête sont négligeables
(voir section suivante).

Dans le cas du SMD, le résultat du calcul sismique effectué en « pseudo-statique » montre


que le parement aval atteint le coefficient de sécurité requis. C’est ce cas de charge qui est
donc dimensionnant.

Cependant, le coefficient de sécurité est largement inférieur à 1 pour le parement amont. Cette
situation est acceptée tant que les déplacements irréversibles associés à un séisme SMD ne
sont pas trop grands.

[1] A noter que ce coefficient serait égal à 0.85 sans la surcharge placée à l’amont du batardeau amont.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-20
Page 1-20

Pour répondre à cette question, il est nécessaire d’étudier plus en détail le comportement du
barrage de Soubella soumis à une sollicitation sismique, ce qui fait l’objet de la section
suivante.

1.3 CALCULS DYNAMIQUES

1.3.1 Méthodologie

L’objectif du calcul dynamique est de déterminer les déplacements irréversibles du remblai


soumis à une sollicitation sismique SBE et SMD, ces déplacements devant rester inférieurs
aux déplacements maximums autorisés.

Le calcul des déplacements irréversibles nécessite deux étapes :

- la détermination de la réponse dynamique du barrage en remblai de Soubella,

- l’application de la méthode de Newmark basée sur la notion d’accélération critique.

1.3.1.1 Réponse dynamique du barrage

Lorsqu’un barrage et sa fondation sont soumis à un séisme, celui-ci y engendre un champ


d’accélération qui dépend de la forme du barrage et des caractéristiques des différents
matériaux. La réponse dynamique du barrage soumis à une sollicitation sismique est
fonction [4] :

- de la raideur des matériaux,

- de la capacité d’amortissement interne des matériaux,

- de la hauteur et la forme du barrage,

- du spectre du séisme.

L’étude de cette réponse est réalisée en résolvant une équation différentielle du second
ordre [5], équation caractérisant le mouvement d’un système soumis à une sollicitation
extérieure (le séisme), dont la forme générale [2] est donnée ci-dessous :

[2] Cette forme générale est matricielle, elle s’applique pour des calculs dynamiques aux éléments finis. La forme
de l’équation à résoudre est identique dans le cas de méthodes simplifiées (comme STABDYN), où les
différentes matrices K, M, C, U et Ue deviennent de simples scalaires.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-21
Page 1-21

d ²U dU d ²U e
M C KU M
dt ² dt dt ²

avec : U = U(t), matrice décrivant la position des points du système dans le repère relatif, lié
à la fondation,
Ue = Ue(t), matrice décrivant le mouvement forcé de la fondation dû au séisme,
K, M, C : matrices de rigidité, de masse et d’amortissement du système.

Cette résolution est théoriquement difficile, puisque d’une manière générale, les
caractéristiques des matériaux (et à travers eux les matrices K et C de l’équation
différentielle) dépendent non-linéairement des déformations auxquelles ils sont soumis, et en
particulier des déformations de cisaillement (ou distorsions). Or, ces distorsions ne sont pas
connues à l’avance, ce qui demanderait de déterminer les valeurs des caractéristiques des
matériaux à chaque pas de temps, rendant le calcul de simulation très lourd.

Cette difficulté est levée en utilisant la méthode « des équivalents linéaires », qui se base sur
l’hypothèse que les matériaux ont à tout moment un comportement mécanique linéaire.

La réponse d'un massif en remblai à une sollicitation dynamique, du type d'un séisme, fait
intervenir différents facteurs viscoélastiques, parmi lesquels figurent :

- le module de cisaillement G (nécessaire à la définition de la matrice de rigidité),

- le facteur d'amortissement (nécessaire à la définition de la matrice


d'amortissement).

L'expérience prouve qu'il existe une relation directe entre la valeur de la distorsion γ à
laquelle est soumis un volume élémentaire de matériau d'une part, et les grandeurs G et
d'autre part. Cette relation est une loi propre à chaque matériau. Il est possible d’établir une
représentation graphique de cette relation : ce sont les courbes de Seed. Celles-ci sont
toujours associées à un matériau particulier.

La méthode des équivalents linéaires considère la distorsion maximale survenue au cours


d'une sollicitation dynamique quelconque. C'est en effet de cette distorsion maximale que
vont dépendre les valeurs de G et associées au remblai à la fin de la sollicitation [3]. On
recommence alors le calcul en supposant cette fois-ci que ces valeurs ont été adoptées dès
le début de l'excitation. Plus rien n'est alors susceptible de faire varier G et , dès lors que la
distorsion maximale atteinte au cours de l’excitation se trouve être celle associée aux valeurs
utilisées pour ces deux paramètres.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-22
Page 1-22

[3] En réalité G et dépendent de la distorsion cyclique équivalente, sensiblement égale à 65% de la distorsion
maximale calculée.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-23
Page 1-23

Sur la base de ces hypothèses, la loi contraintes – déformations peut être considérée
linéaire tout au long de l'excitation.

Les courbes de Seed ne permettent pas directement la définition du module de cisaillement G,


mais seulement du rapport G/Gmax. Gmax est la valeur maximale susceptible d’être atteinte
par le module de cisaillement G. Cette valeur peut être déterminée à l'aide de différentes
formules, comme par exemple la formule proposée par Hardin et Drnevich.

1.3.1.2 Méthode de Newmark

La méthode de Newmark permet de déterminer, une fois les accélérations calculées, les
déplacements irréversibles au sein du massif en remblais étudié [5 ; 6].

Elle fait appel à la notion d’accélération critique, notée ac. Pour une ligne de rupture donnée
(toute circulaire dans le cas présent), l’accélération critique est l’accélération pour laquelle le
moment (ou l’effort) moteur résultant est égal au moment (effort) résistant résultant.
L’accélération critique correspond donc à la valeur au-delà de laquelle l’accélération d’une
sollicitation dynamique sera en mesure de générer des déplacements irréversibles le long de
la ligne de rupture [4].

Le calcul des déplacements irréversibles le long de la ligne de rupture se fait alors de la


façon suivante :

1. Si la vitesse est nulle, elle le reste tant que l’accélération calculée au centre de
gravité de la masse potentiellement glissante ne dépasse pas la valeur critique. Les
déplacements restent alors constants. En effet, les moments résistants sont alors
supposés supérieurs aux moments moteurs.

2. Dès que l’accélération a(t) dépasse la valeur critique, on considère que la vitesse v(t)
du centre de gravité de la masse potentiellement glissante suit la loi suivante :

v(t ) ∫ a(t ) ac dt tant que v(t ) 0

L’équation d’équilibre n’est plus vérifiée (les moments moteurs sont plus importants
que les moments résistants), et les déplacements calculés en intégrant la fonction
v(t) résultent de ce déséquilibre.

3. Dès que v(t ) 0 , on revient à la règle énoncée en 1.

[4] Les lignes (circulaire) utilisées pour le calcul de stabilité sont telles que les déplacements ne peuvent se faire
que dans un sens, et sont donc considérés comme irréversibles

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-24
Page 1-24

1.3.2 Présentation de STABDYN

Le programme STABDYN permet le calcul de la réponse dynamique d’un barrage en remblai


soumis à une sollicitation sismique, ainsi que le calcul des déplacements irréversibles
susceptibles de se produire.

Le programme met en œuvre la méthode de calcul simplifiée de la réponse dynamique du


barrage, développée par B. TARDIEU [4].

Le corps d’un barrage en remblai est assimilé à un résonateur prismatique, le calcul est donc
bidimensionnel et ne considère que la coupe-type du barrage. Le remblai est considéré
fondé sur le rocher. Le séisme est pris en compte par la donnée d’un accélérogramme supposé
défini au niveau du rocher de la fondation.

Le comportement du barrage est caractérisé par :

- les accélérations induites dans l’ouvrage par le mouvement de la fondation,

- l’effet de ce champ d’accélération sur le barrage, c’est-à-dire les déplacements


irréversibles du remblai.

Les accélérations induites dans l’ouvrage sont calculées en résolvant numériquement


l’équation du mouvement appliquée à la crête du remblai prismatique. Cette équation est la
forme simplifiée de l’équation générale du mouvement présentée plus haut.

Quant aux déplacements irréversibles du remblai, ils sont évalués à différentes cotes du
barrage par la méthode de Newmark. Des accélérations critiques spécifiques, en
provenance d’un calcul de stabilité pseudo-statique réalisé avec le logiciel STAB, sont alors
associées à ces différentes cotes. Les cercles de rupture étudiés partent tous de la crête du
barrage, permettant ainsi de s’intéresser plus particulièrement au tassement général du
barrage et à la perte de revanche associée.

1.3.3 Définition des cas de charges et des critères de dimensionnement

1.3.3.1 Sécurité au « Séisme de Base d’Exploitation»

La digue est dimensionnée pour un Séisme de Base d’Exploitation (SBE).

Pour un tel séisme l’ouvrage doit rester opérationnel et seuls des dégâts mineurs sont acceptés
: « le barrage, les ouvrages annexes et le matériel d’équipement devront rester en état de
fonctionner et les dégâts seront faciles à réparer […] » [7, p. 26].

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-25
Page 1-25

En analyse pseudo-statique, ce cas de charge correspond à un coefficient de sécurité égal


à 1. Dans le cas du barrage de Soubella, le coefficient obtenu est légèrement inférieur à
cette valeur, tout en restant acceptable.

L’objet du calcul dynamique est donc de vérifier que les déplacements irréversibles associés
à ce séisme sont effectivement négligeables.

1.3.3.2 Sécurité au « Séisme Maximum de Dimensionnement »

Le dimensionnement du barrage est vérifié pour un Séisme Maximum de Dimensionnement


(SMD).

Pour le séisme d’intensité maximale de dimensionnement, des désordres relativement


importants sont tolérables. On s’attache à minimiser les conséquences et à conserver au
minimum sa capacité de stockage : « L’exigence minimale sera que le barrage soumis à
cette charge sismique conserve sa capacité de stockage » [7, p.24].

La valeur de 1.25 m (la moitié de l’épaisseur du filtre) sera considérée comme admissible
pour les déplacements irréversibles le long de ces lignes de rupture partant de la crête du
barrage. Cette valeur permet par ailleurs de limiter la perte de revanche à 0.5 m.

1.3.4 Données d’entrée

1.3.4.1 Géométrie

La cote de la fondation est placée à l’altitude 722 m. La hauteur maximale de l’ouvrage est
de 63 m. En effet, afin de prendre en compte la fondation alluviale sur laquelle repose le
remblai, et qui joue un rôle non négligeable dans la propagation de l’onde sismique supposé
transmise au niveau du substratum rocheux, il a été décidé d’intégrer dans le modèle
simplifiée cette couche alluviale. On rajoute ainsi 6 m d’épaisseur fictive au barrage, d’une
hauteur normale sur fondation de 57 m.

La pente globale du parement amont est de 3.76 H : 1 V et la pente globale du parement


aval est de 2.81 H : 1 V. La largeur en crête est de 10 m.

1.3.4.2 Matériaux

Le poids volumique humide global du remblai est de 21 000 N/m3, l’angle de frottement des
matériaux est estimé à 32° (voir la Figure 1-1).

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-26
Page 1-26

Les évolutions du module de cisaillement et de l’amortissement sont représentées sous la


forme de « courbes de Seed ». Pour les calculs, on utilise la courbe de Seed et Idriss, qui
caractérise les sables, modifiée par Gazetas [8]. Elle est présentée sur la Figure 1-2 ci-
dessous :

Figure 1-2 : Courbe de Seed et Idriss modifiée par Gazetas


Seed et Idriss - G/Gmax
Seed et Idriss corrigée par Gazetas- G/Gmax
Seed et Idriss - Amortissement
1 25
Seed et Idriss corrigée par Gazetas- Amortissement

0.9

0.8 20

0.7

Amortissement (%)
0.6 15
G/Gmax

0.5

0.4 10

0.3

0.2 5

0.1

0 0
0.0001 0.001 0.01 0.1 1 10
Distorsion (%)

Ces deux courbes représentent plus précisément G/Gmax et en fonction de la distorsion.


Le module de cisaillement maximal Gmax vaut 500 MPa, en application de la formule suivante
[8 ; 9], valables pour un gravier (Hardin and all, 1968) :

(2.97 e)2 0,5


G 103
max ( '0 )
1 e

où : e : indice des vides du matériaux constitutif du remblai (estimé à 30%),

σ’0 : contrainte effective moyenne, en MPa.

σ’0 s’obtient par la formule suivante :

1 2 K0
'0 gH
3

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-27
Page 1-27

où : K0 : coefficient de poussée des terres au repos, estimé à 0.47 par la formule de Jaky,

H : hauteur du barrage sur fondation.

1.3.4.3 Accélérogrammes

Les accélérogrammes utilisés proviennent de l’étude de l’aléa sismique réalisée par le


BRGM [RC-56342-FR]. Cinq accélérogrammes sont ainsi utilisés dans notre étude. Suivant
le cas de charge considéré (SBE ou SMD), les accélérogrammes sont normés à 0.30 g ou
0.39 g.

Ces accélérogrammes sont présentés en Annexe 2.

1.3.4.4 Accélérations critiques

Les accélérations critiques ont été déterminées pour différents cercles de rupture, en
s’intéressant exclusivement au parement amont (les coefficients de sécurité obtenus pour le
parement aval sont en effet suffisants, car supérieurs à 1).

On rappelle que les cercles étudiés interceptent la crête de l’ouvrage. Les centres de gravité
de ces cercles sont connus, et on leur associe une accélération critique.

La Table 1-6 donne pour diverses cotes des centres de gravité les accélérations critiques
obtenues :

Table 1-6: Accélérations critiques

Cote ac
775 0.35
770 0.25
765 0.22
760 0.21
750 0.19
740 0.19

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-28
Page 1-28

1.3.5 Résultats obtenus

1.3.5.1 Réponse du barrage aux sollicitations sismiques

La Table 1-7 donne les paramètres décrivant la réponse du barrage aux sollicitations
sismiques de type SMD, pour les 5 accélérogrammes testés :

Table 1-7: Réponse du barrage aux sollicitations sismiques (SMD)

Fréquence
Séisme fondamentale Vitesse sismique Geq Amortissement Distorsion
(Hz) (m/s) (MPa) (%) (%)
1 0.99 160 53 16.3 0.138
2 1.11 180 66 14.3 0.089
3 1.35 218 97 11.1 0.041
4 1.33 214 94 11.4 0.044
5 1.07 172 61 14.9 0.103

1.3.5.2 Déplacements irréversibles

Les déplacements irréversibles obtenus à l’amont sont donnés dans la Table 1-8 pour
différentes cotes du remblai (correspondant au cercle de glissement considéré lors de la
recherche des accélérations critiques) et pour les 5 accélérogrammes de type SMD testés.
Ils sont par hypothèse horizontaux et s’appliquent au centre de gravité des cercles de
rupture.

Table 1-8: Déplacements irréversibles à l’amont (SMD)

Cote ac Déplacements irréversibles (cm)


(m) (g) Séisme 1 Séisme 2 Séisme 3 Séisme 4 Séisme 5
775 0.35 0.3 0.4 0.0 0.1 0.1
770 0.25 4.1 1.4 0.0 0.3 1.1
765 0.22 4.1 1.3 0.0 0.2 1.0
760 0.21 2.0 0.6 0.0 0.0 0.3
750 0.19 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0
740 0.19 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0

Les déplacements irréversibles ainsi mis en évidence sont centimétriques pour le SMD.

Les déplacements associés à un séisme de type SBE, dont l’accélération de pointe est 25%
moins élevée, sont donc négligeables, ce qui valide bien le choix de la géométrie proposée.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-29
Page 1-29

Les tassements verticaux de la crête associés sont estimés à 50% des déplacements
irréversibles horizontaux (pour une pente du remblai amont de 3 pour 1, cette hypothèse est
conservative). Ils ne posent donc pas de problèmes particuliers.

1.3.6 Effet tridimensionnel du site du barrage

1.3.6.1 Fréquence fondamentale du barrage

Les calculs précédents considèrent la réponse sismique du barrage en déformation plane.


En réalité, cette déformation est tridimensionnelle et la forme de la vallée joue un rôle
important. Cet effet est d’autant plus fort que la vallée se rapproche d’une forme triangulaire
et que le rapport L/H (longueur de la crête sur hauteur du barrage) est faible.

Dans le cas du barrage de Soubella, le ratio L/H est légèrement supérieur à 3, et le verrou
topographique sur l’axe du remblai est bien marqué.

D’après [4, pp. 739-740], la fréquence fondamentale du barrage est alors augmentée d’environ
50% à 80%, c’est-à-dire que le remblai se raidit. Pour le barrage de Soubella, on passe ainsi
d’une fréquence fondamentale de 1.2 Hz (en moyenne) à une fourchette comprise entre
1.9 Hz et 2.1 Hz.

L’influence de ce glissement vers les hautes fréquences sur la réponse transitoire à un séisme
dépend de la composition en fréquence du spectre de réponse. Dans le cas présent, ce
dernier n’est pas favorable dans la gamme de fréquence en jeu : une fréquence
fondamentale plus élevée conduit à une accélération spectrale plus forte.

Pour quantifier l’impact de cet effet tridimensionnel du site du barrage, des calculs similaires
à ceux présentés ci-dessus ont été menés, en considérant cette fois-ci une valeur plus
élevée pour le module de cisaillement maximal (Gmax= 1 200 MPa). Cette valeur permet en
effet de voir augmenter la fréquence fondamentale du barrage de presque 80% par rapport
au cas initial, ce qui est conservatif par rapport à la fourchette précédemment fixée.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-30
Page 1-30

1.3.6.2 Déplacements irréversibles tridimensionnels

La Table 1-9 donne les paramètres modifiés décrivant la réponse tridimensionnelle du


barrage aux sollicitations sismiques de type SMD, pour les 5 accélérogrammes testés :

Table 1-9: Réponse tridimensionnelle du barrage aux sollicitations sismiques (SMD)

Fréquence
Séisme fondamentale Vitesse sismique Geq Amortissement Distorsion
(Hz) (m/s) (MPa) (%) (%)
1 2.07 334 228 11.3 0.043
2 1.95 314 201 12.4 0.057
3 2.07 334 228 11.3 0.043
4 2.12 343 239 10.8 0.038
5 2.01 340 235 11.0 0.040

Les nouvelles fréquences fondamentales sont augmentées de 77% en moyenne.

Les nouveaux déplacements irréversibles sont donnés dans la Table 1-10 et seulement pour
la cote 770 m, qui correspond aux déplacements maximaux calculés :

Table 1-10: Déplacements irréversibles à l’amont avec effet tridimensionnel (SMD)

Cote ac Déplacements irréversibles (cm)


(m) (g) Séisme 1 Séisme 2 Séisme 3 Séisme 4 Séisme 5
770 0.25 2.7 16.0 2.1 3.1 8.9

Excepté pour le séisme 1, tous les déplacements irréversibles sont supérieurs à ceux
calculés lors du cas initial. Les variations entre ces deux cas, mises à jour par les calculs,
sont imputables aux caractéristiques légèrement différentes des spectres de chacun des
séismes.

On constate que les déplacements irréversibles ainsi calculés sont inférieurs à 16 cm, ce qui
reste parfaitement acceptable au regard du critère fixé (déplacement maximal autorisé de
1.25 m)

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du barrage de Soubella Notes de calcul Page 1-31

1.4 CONCLUSION

Cette étude permet de justifier le dimensionnement de la coupe-type du barrage de


Soubella. Deux types de calculs ont été menés pour répondre à cet objectif.

Les calculs statiques, s’appliquant aux cas de charge « fin de construction », « régime
permanent à la RN » et « vidange rapide depuis la RN », conduisent à des coefficients de
sécurité supérieurs aux valeurs requises. Ces cas de charge ne sont pas dimensionnants.

Les cas de charge « Séisme de Base d’Exploitation » et « Séisme Maximal de


Dimensionnement » sont dimensionnants pour le barrage. Les calculs dynamiques
correspondants ont été plus complexes pour le parement amont que pour le parement aval.

Pour le parement aval, la méthode d’analyse « pseudo-statique » conduit pour ces deux
séismes à un coefficient de sécurité respectivement supérieur ou égal à la valeur requise, ce
qui est satisfaisant.

Pour le parement amont, le même type d’analyse conduit à des coefficients de sécurité
inférieurs à 1 (très légèrement pour le SBE) et rend nécessaire une étude dynamique.

L’étude dynamique permet alors de calculer les déplacements irréversibles de la crête


(déplacements horizontaux et tassements). Pour appliquer cette méthode, qui est basée sur
une analyse en déformation plane, l’aspect tridimensionnel fortement marqué du site du
barrage de Soubella a été pris en compte. Les déplacements calculés pour le SMD (16 cm
au maximum) restent tous très largement inférieurs au critère de dimensionnement fixé pour
ce cas de charge, correspondant à 50% de la largeur du filtre cheminée soit 1.25 m.

La sécurité des parements amont et aval en sollicitation sismique est assurée.

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du barrage de Soubella Notes de calcul Page 1-33

1.5 DOCUMENTS DE REFERENCE

[1] Stabilité des barrages en remblai, 1982. Document Technique Interne, Coyne et
Bellier.

[2] STAB, Notice technique du logiciel, révision 3. Document Interne, Coyne et Bellier.

[3] STAB, Notice d’utilisation du programme, révision 3, Juin 2008. Document Interne,
Coyne et Bellier.

[4] “Conception parasismique de barrages”, dans Davidovici “Génie parasismique”,


chapitre VIII-1, 1985. Post G., Tardieu B. Lino M.

[5] Quad 4, Présentation du logiciel et manuel de l’utilisateur. Calcul dynamique de


stabilité de barrages en remblais soumis à un séisme par la méthode des équivalents
linéaires, Juillet 1999. Document Interne, Coyne et Bellier.

[6] STABDYN, Notice et mode d’emploi du programme, Juin 1991. Document Interne,
Coyne et Bellier.

[7] Choix des paramètres sismiques pour grands barrages, Bulletin 72, 1989. ICOLD.

[8] Seismic analysis and design of rockfill dams : state of the art – Gazetas et Dakoulas –
Soils Dynamics and Earthquake Engineering – 1992 – 27-61

[9] Dynamic response of CFRDs to seismic excitation – Mahabadi et Salehi – Hydropower


& Dams, issue 6 - 2000 – p.65-69

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-35
Page 1-35

1.6 ANNEXES

1.6.1 Annexe 1 : Cas de charge étudiés avec le logiciel STAB

Les pages suivantes présentent :

- Le cas de charge « fin de construction »,

- Le cas de charge « régime permanent à la RN »,

- Le cas de charge « vidange rapide depuis la RN »,

- Le cas de charge « Séisme de Base d’Exploitation »,

- Le cas de charge « Séisme Maximal de Dimensionnement ».

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-36
Page 1-36
Figure 1-3 : Cas de charge « Fin de construction »

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-37
Page 1-37

Figure 1-4 : Cas de charge « Régime permanent à la RN »

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-38
Page 1-38
Figure 1-5 : Cas de charge « Vidange rapide depuis la RN »,

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-39
Page 1-39

Figure 1-6 : Cas de charge « Séisme de Base d’Exploitation »

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-40
Page 1-40
Figure 1-7 : Cas de charge « Séisme Maximal de Dimensionnement »

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 1-41
Page 1-41

1.6.2 Annexe 2 : Accélérogrammes utilisés

Les pages suivantes présentent les 5 accélérogrammes utilisés, fournis par l’étude RC-
56342-FR réalisé par le BRGM.

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


Figure 1-8 : Accélérogramme – Séisme 1
APD du

0.40
APD

0.35

12035-RP-0502
barrage

0.30
du barrage

0.25
de Soubella

0.20

0.15
de Soubella

0.10

0.05

0.00

-0.05
Notes Notes
de calcul

Coyne et Bellier
-0.10

-0.15
de calcul

-0.20

-0.25

-0.30

-0.35

-0.40
0 5 10 15 20 25 30 35 40
temps [s]
Page 1-42

Mars 2009
Page 1-42
APD du

Figure 1-9 : Accélérogramme – Séisme 2


APD
barrage

0.40

0.35

12035-RP-0502
du barrage

0.30
de Soubella

0.25
de Soubella

0.20

0.15

0.10

0.05
Notes Notes

0.00
de calcul

-0.05
de calcul

Coyne et Bellier
-0.10

-0.15

-0.20

-0.25

-0.30

-0.35

-0.40
0 5 10 15 20 25 30 35 40
Page 1-43

temps [s]
Page 1-43

Mars 2009
Figure 1-10 : Accélérogramme – Séisme 3
APD du

0.40
APD

0.35

12035-RP-0502
barrage

0.30
du barrage

0.25
de Soubella

0.20

0.15
de Soubella

0.10

0.05

0.00

-0.05
Notes Notes
de calcul

Coyne et Bellier
-0.10

-0.15
de calcul

-0.20

-0.25

-0.30

-0.35

-0.40
0 5 10 15 20 25 30 35 40
temps [s]
Page 1-44

Mars 2009
Page 1-44
APD du

Figure 1-11 : Accélérogramme – Séisme 4


APD
barrage

0.40

0.35

12035-RP-0502
du barrage

0.30
de Soubella

0.25
de Soubella

0.20

0.15

0.10

0.05
Notes Notes

0.00
de calcul

-0.05
de calcul

Coyne et Bellier
-0.10

-0.15

-0.20

-0.25

-0.30

-0.35

-0.40
0 5 10 15 20 25 30 35 40
Page 1-45

temps [s]
Page 1-45

Mars 2009
Figure 1-12 : Accélérogramme – Séisme 5
APD du

0.40
APD

0.35

12035-RP-0502
barrage

0.30
du barrage

0.25
de Soubella

0.20

0.15
de Soubella

0.10

0.05

0.00

-0.05
Notes Notes
de calcul

Coyne et Bellier
-0.10
de calcul

-0.15

-0.20

-0.25

-0.30

-0.35

-0.40
0 5 10 15 20 25 30 35 40
temps [s]
Page 1-46

Mars 2009
Page 2-1
APD du barrage de Soubella Notes de calcul Page 2-1

CHAPITRE 2

CALCUL DES TASSEMENTS


ET ESTIMATION DE LA CONTRE-FLECHE

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-4
Page 2-3

SOMMAIRE

Ce chapitre contient 13 pages

2.1 Avant-propos .............................................................................................................. 7


2.2 Phénomènes physiques en jeu.................................................................................. 7
2.3 Calcul des tassements ............................................................................................... 8
2.3.1 Hypothèses ..................................................................................................... 8
2.3.2 Tassements de la fondation ............................................................................ 9
2.3.3 Tassements de la digue ................................................................................ 10
2.3.4 Caractéristiques des matériaux ..................................................................... 11
2.4 Résultats ................................................................................................................... 12

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-4
Page 2-4

LISTE DES FIGURES

Figure 2-1: Tassements calculés en fonction de la hauteur du remblai ................................ 12

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-4
Page 2-5

LISTE DES TABLES

Table 2-1: Calculs des tassements du barrage de Soubella................................................. 13

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-7
Page 2-7

CHAPITRE 2
CALCUL DES TASSEMENTS
ET ESTIMATION DE LA CONTRE-FLECHE

2.1 AVANT-PROPOS

Ce chapitre expose les calculs effectués pour estimer les tassements de la digue et de sa
fondation après la fin du chantier.

Le calcul de ces tassements permet de déterminer la valeur de la contre-flèche à donner à la


digue en fonction de sa hauteur, le but étant qu'à terme la contre-flèche compense les
tassements postérieurs à la fin du chantier.

Nota :
Les contraintes qui rentrent en compte dans ce chapitre sont des contraintes effectives. Pour
alléger les notations, le signe prime (’) habituellement associé aux valeurs effectives a
cependant été omis.

2.2 PHENOMENES PHYSIQUES EN JEU

Considérons une digue constituée d'un remblai compacté imperméable ou semi-


imperméable posée sur une fondation alluviale. Un élément de remblai ou de fondation situé
sous la crête de la digue supportera au cours de l'histoire de l'ouvrage les sollicitations
suivantes :

- en fin de construction, le matériau supporte une surcharge verticale due au poids des
remblais mis en place au-dessus du point considéré. Cette surcharge est partiellement
contrebalancée par l'apparition de pressions interstitielles (dites pressions interstitielles
de fin de construction) dues au fait que le matériau, peu perméable, ne peut expulser
suffisamment rapidement d'eau qu'il renferme. Ainsi, si la charge verticale en contraintes
totales est à peu près égale au poids des remblais sus-jacents, l'augmentation de
contrainte effective verticale est inférieure,

- à long terme, deux cas de figures sont à envisager :

[a] si le réservoir reste à sec pendant longtemps, les pressions interstitielles de fin
de construction tendent à se dissiper alors que la surcharge verticale ne varie
pratiquement pas, c'est le phénomène de consolidation. Ainsi les contraintes

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-8
Page 2-8

effectives verticales ont tendance à augmenter avec le temps. Cette augmentation


de la contrainte effective verticale entraîne une augmentation des déformations
verticales du matériau, et donc un tassement à long terme de la digue et de la
fondation,

[b] si le réservoir est souvent mis en eau, il s'établit dans le corps du remblai et en
fondation un réseau d'écoulement, et les pressions de fin de construction ne se
dissiperont que partiellement, ce qui entraînera a priori des tassements moindres
que dans le cas ci-dessus. Cet écart entre les deux situations est toutefois en
partie compensé par le fait que lorsque la digue est mise en eau, le matériau de la
recharge amont se sature, et a tendance à tasser brutalement : c'est le
phénomène de tassement à saturation.

On calcule le tassement à long terme en se plaçant dans le cas de figure [a] (digue mise à sec
pendant longtemps, consolidation importante mais non complète). L'incrément de tassement
entre le court terme (fin de construction) et le long terme correspond à la contre- flèche à
donner au remblai.

2.3 CALCUL DES TASSEMENTS

2.3.1 Hypothèses

Le tassement de la fondation après la fin de la construction sera très faible, étant donné la
nature des matériaux de la fondation sous le noyau argileux (marne et marno-calcaire). Cette
hypothèse est vérifiée dans la section suivante, en estimant de façon conservative le
tassement de la fondation par la méthode de L. Ménard.

Pour estimer les tassements de la digue, on émet les hypothèses suivantes :

- la digue peut être modélisée comme une couche infinie de matériau : l'état de
déformations et de contraintes d'un élément de remblai correspond donc aux conditions
oedométriques,

- il s'ensuit que la surcharge verticale (en contraintes totales) est à tout instant égale au
poids h des remblais sus-jacents ( = poids volumique du remblai, h hauteur du
remblai). A court terme, c'est à dire en fin de construction, cette surcharge ne s'est que
partiellement transmise au squelette du matériau, l'autre partie étant reprise par l'eau inter-
granulaire. La pression interstitielle qui s'est développée vaut Ru0 h, Ru0 étant le
coefficient de pression interstitielle du matériau en fin de construction (notion introduite par
ailleurs dans le calcul de stabilité). L'incrément des contraintes effectives vaut donc (1-
Ru0) h.

A long terme, c’est-à-dire dans le cas [a] pour une période raisonnablement longue, les
pressions interstitielles se sont partiellement dissipées (ceci étant valable pour le noyau

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-9
Page 2-9

argileux seulement). L'incrément de contraintes effectives se calcule avec le coefficient


Ru1 et vaut (1-Ru1) h. Ce coefficient de pression interstitielle reflète l’état des pressions
interstitielles dans le noyau argileux et à long terme. Le cas Ru1 = 0 correspondrait à la
désaturation totale du matériau et l’estimation la plus pessimiste pour le calcul des
tassements.

- Les déformations verticales Z du matériau de la digue dépendant des contraintes


effectives. Lorsque la contrainte effective verticale croît de v° à v, la variation de
déformation est donnée par :

Z 0 si v c
Cc v o

Z log si v c et v c
1 eo c

Cc v o

Z log si v c
1 eo v

e0 étant l'indice des vides initial et les paramètres c et Cc étant respectivement, la


pression de consolidation effective et le coefficient de consolidation mesurés à
l'oedomètre. Les tassements dus à une surcharge inférieure à la pression de consolidation
sont donc supposés nuls.

2.3.2 Tassements de la fondation

A priori très faible, ce tassement est estimé par la méthode de L. Ménard. Le tassement du
barrage se décompose en deux parties : un tassement déviatorique et un tassement
sphérique. C’est ce dernier qui nous intéresse car il correspond au phénomène de
consolidation. Il s’estime par la formule suivante :

( Z ) Ménard Spérique q 3R
4.5E

avec :

α, coefficient de structure du sol 2/3

E, module pressiométrique 200 MPa

q, contrainte appliquée par la digue 1.3 MPa

λ3, coefficient de forme de la semelle 1.3

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-
Page 2-
11 11

R, demi-largeur de la semelle 50 m

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-10
Page 2-10

La valeur choisie pour la demi-largeur de la semelle est fixée à 50 m pour obtenir une
estimation prudente du tassement par consolidation de la fondation, raisonnablement
envisageable du côté des valeurs défavorables.

L’application numérique montre que le tassement de la fondation est ainsi estimé à 6 cm. Il
est donc légitime de le négliger dans la définition de la contreflèche à donner à la crête du
barrage.

2.3.3 Tassements de la digue

Au moment de sa mise en place (ce qui correspond à l'état initial du matériau), un élément
de remblai est soumis à une contrainte effective initiale nulle : 0 = 0.

En fin de construction, lorsqu'une hauteur h de remblai a été mise en place au-dessus de


l'élément considéré, la contrainte effective vaut :

1 1 R u0 h

avec :

Ru0= coefficient de pression interstitielle du matériau du remblai en fin de construction,

γ= poids volumique du matériau du remblai.

Le tassement se produisant entre l'état initial et la fin de construction est le tassement en fin
de construction, qui ne rentre pas en compte pour le calcul de la contreflèche.

A long terme, la contrainte effective que subit l'élément du remblai (situé à une profondeur h
sous la crête), vaut :

2 1 R u1 h

avec :

Ru1= coefficient de pression interstitielle du matériau du remblai à long terme.

On suppose en effet que la dissipation des surpressions interstitielles dans la digue est
partielle dans le cas [a] de long terme envisagé.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-11
Page 2-11

Le tassement se produisant entre l'état fin de construction et le long terme, vaut :

Z 0 si 1 < c
Cc h
ln si < et >
Z
1 e0 c  1 c 2 c

Cc h
Z ln  si c < 1
1 e0 1 Ru h

La valeur de Z ainsi calculée est la valeur de la contreflèche à prendre en compte pour une
hauteur de remblai h donnée.

Le calcul global des tassements se fait alors en calculant, tranche horizontale par tranche
horizontale, la contrainte verticale effective en fin de construction et à long terme, en
calculant les déformations verticales correspondantes et en les intégrant sur la hauteur de la
digue.

2.3.4 Caractéristiques des matériaux

L’analyse des tassements du barrage de Soubella a été réalisée sur le profil le plus haut du
barrage en fond de vallée (hmax=67 m). Les caractéristiques des matériaux de la digue sont
résumées ci-dessous :

- Pression de consolidation, c : 11 t/m²

- Indice de compression, Cc : 0.17

- Indice des vides initial, e0 : 0.65

- Coefficient de pression interstitielle, Ru0 : Var. de 0 à 0.62 (voir Table 2-1)

- Coefficient de pression interstitielle, Ru1 : Var. de 0 à 0.30 (voir Table 2-1)

- Poids volumique des matériaux, γ : 2 t/m²

Le coefficient de pression interstitielle en fin de construction est ici différent de la valeur choisie
pour l’analyse de la stabilité de la digue en fin de construction (Ru=0.5). Ces deux approches
ne sont pas contradictoires : la valeur de ce coefficient varie suivant la position considérée

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-12
Page 2-12

dans le corps du remblai. Le Ru est en particulier sensible au déviateur des contraintes, celui
étant plus grand dans les talus que dans l’axe du barrage.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-13
Page 2-13

Dans les deux cas, les valeurs choisies permettent l’estimation conservative des paramètres
cherchés (facteur de sécurité, tassements à long terme).

2.4 RESULTATS

Les tassements à long terme de l’ensemble digue+fondation, en fond de vallée, sont


représentés en fonction de la hauteur de remblai mise en place sur la Figure 2-1 et sur la
Table 2-1 ci-après.

Figure 2-1: Tassements calculés en fonction de la hauteur du remblai

70

65

60

55

50

45
Hauteur de remblai [m]

40

35

30

25

20

15

10

0
0.00 0.10 0.20 0.30 0.40 0.50 0.60 0.70 0.80 0.90 1.00
Tassement à long terme [m]

Ces tassements sont ceux de la digue seule. On rappelle en effet que les tassements de
consolidation de la fondation sont négligeables.

L’ensemble fondation plus barrage présente un tassement à long terme de l'ordre de 0.80 m
sur le profil le plus haut du remblai. La contreflèche est fixée à 1.00 m de manière
conservative.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 2-14
Page 2-14

Table 2-1: Calculs des tassements du barrage de Soubella

Indice de compression Cc 0.17


Pression de consolidation sigmac (t/m2) 11.0
Indice des vides initial e0 0.65
Poids volumique du matériau en fin de construction (t/m3) 2.0
Poids volumique du matériau à long terme (t/m3) 2.0

Fin de construction Long terme


h Ru0 sig0 eps0 Ru1 sig1 deps1 tass1
(m) (t/m2) (%) (t/m2) (%) (m)
0 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00
5 0.00 10.00 0.00 0.00 10.00 0.00 0.00
10 0.00 20.00 2.61 0.00 20.00 0.00 0.00
15 0.00 30.00 4.39 0.00 30.00 0.00 0.00
20 0.00 40.00 5.64 0.00 40.00 0.00 0.00
25 0.14 43.00 5.96 0.03 48.40 0.52 0.01
30 0.24 45.60 6.22 0.06 56.17 0.91 0.05
35 0.33 46.90 6.34 0.10 63.30 1.31 0.10
40 0.40 48.00 6.44 0.13 69.79 1.64 0.18
45 0.47 47.70 6.41 0.16 75.64 2.02 0.27
50 0.52 48.00 6.44 0.19 80.85 2.28 0.38
55 0.56 48.40 6.48 0.22 85.43 2.48 0.50
60 0.58 50.40 6.65 0.26 89.36 2.50 0.62
65 0.60 52.00 6.79 0.29 92.66 2.53 0.75
67 0.62 50.92 6.70 0.30 93.80 2.67 0.80

signification des différentes variables ci-dessus

h: hauteur de remblai au dessus du point considéré


Ru : coefficient de pression interstitielle
sig0 : contrainte effective verticale en fin de construction sous une hauteur h de remblai
eps0 : déformation verticale en fin de construction sous une hauteur h de remblai
tass0 : tassement en fin de construction à la cote considérée
sig1 : contrainte effective verticale a long terme sous une hauteur h de remblai
deps1 : incrément de déformation sous une hauteur h de remblai
tass1 : tassement à la cote considérée

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du barrage de Soubella Notes de calcul Page 3-1

CHAPITRE 3

ESTIMATION DU NIVEAU AVAL

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-4
Page 3-3

SOMMAIRE

Ce chapitre contient 14 pages

3.1 Données topographiques........................................................................................... 7


3.2 Modèle numérique ...................................................................................................... 7
3.2.1 Logiciel............................................................................................................ 7
3.2.2 Sections en travers ......................................................................................... 7
3.2.3 Coefficients de Strickler .................................................................................. 8
3.3 Loi hauteur-débit ...................................................................................................... 13

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-4
Page 3-4

LISTE DES FIGURES

Figure 3-1 : Vue en plan de l’oued Soubella........................................................................... 9


Figure 3-2 : Loi hauteur-débit à l’aval de la vidange de fond et de l’évacuateur de crues ..... 13

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-4
Page 3-5

LISTE DES TABLES

Table 3-1 : Définition des profils en travers de l’oued (aval de la dérivation provisoire) ........ 10
Table 3-2: Définition des profils en travers de l’oued (aval de la fosse de dissipation) ......... 12
Table 3-3 : Loi hauteur-débit à l’aval de la vidange de fond et de l’évacuateur de crues ...... 14

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-7
Page 3-7

CHAPITRE 3
ESTIMATION DU NIVEAU AVAL

3.1 DONNEES TOPOGRAPHIQUES

Les données topographiques utilisées sont issues des documents suivants :

- plan topographique du site du barrage de Soubella, échelle 1/1 000, établi par la société
GEOCAT (version Octobre 2008),

- les profils en travers établis par GEOCAT en Septembre 2008 (plans n°1, 2, 5 et 6).

3.2 MODELE NUMERIQUE

3.2.1 Logiciel

La loi hauteur-débit à l’aval du barrage de Soubella a été établie avec le logiciel HEC-RAS
de calcul d’écoulements à surface libre.

3.2.2 Sections en travers

Deux jeux de sections ont été définis car deux calculs numériques ont été réalisés.

Le premier calcul a pour objectif de déterminer le niveau aval de l’oued Soubella au niveau
de la sortie de la galerie de dérivation provisoire.

Afin de réaliser ces calculs numériques, le bief de l’oued Soubella situé à l’aval du barrage a
été modélisée par 13 sections. Les sections utilisées sont représentées sur l’extrait de la
carte au 1/1 000 de la Figure 3-1 et leurs caractéristiques géométriques sont décrites dans la
Table 3-1.

La première section décrite représente l’aval immédiat de la dérivation provisoire et de la


vidange de fond, la dernière section représente une section de contrôle de l’écoulement.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-8
Page 3-8

L’écoulement étant torrentiel à l’aval de la section de contrôle, il est suffisant de modéliser


l’oued sur la portion située à l’amont de cette section.

Le deuxième calcul a pour objectif de déterminer le niveau aval de l’oued Soubella à l’aval
de la fosse de dissipation.

Afin de réaliser ces calculs numériques, la partie aval du modèle reste inchangée. Par
contre, les deux premières sections décrites représentent l’aval immédiat de la fosse de
dissipation. Les caractéristiques géométriques des sections utilisées sont présentées dans la
Table 3-2.

3.2.3 Coefficients de Strickler

Le coefficient de Strickler a été pris égal à 25 pour l’oued et à 70 pour la partie bétonnée du
tunnel de vidange de fond. Pour la partie représentant le canal de restitution entre la fosse
de dissipation et l’oued Soubella, le coefficient de Strickler a été pris égal à 30.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-9
Page 3-9

Figure 3-1 : Vue en plan de l’oued Soubella

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-10
Page 3-10

Table 3-1 : Définition des profils en travers de l’oued (aval de la dérivation provisoire)

Distance cumulée Distance partielle Cote TN [m NGA] Abscisse [m]


[m] [m]
Section 900 - Aval vidange de fond
921.5 0
721.5 0
0
721.5 7
921.5 7
Section 800
731.5 0
721.5 20
41 41
721.5 28
731.5 68
Section 700
731.0 0
721.0 20
74 33
721.0 31
731.0 71
Section 600
730.5 0
720.5 25
110 36
720.5 33
730.5 48
Section 500
730.3 0
720.3 25
126 16
720.3 39
730.3 49
Section 400
730.0 0
720.0 25
150 24
720.0 43
730.0 53
Section 300
729.5 0
719.5 25
178 28
719.5 54
729.5 64
Section 290
728.9 0
718.9 25
202 24
718.9 52
728.9 62
Section 280
728.2 0
718.2 20
239 37
718.2 48
728.2 98
Section 250
727.9 0
717.9 30
246 7
717.9 60
719.0 60

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-11
Page 3-11

719.0 76
727.9 120.7

Distance cumulée Distance partielle Cote TN [m NGA] Abscisse [m]


[m] [m]
Section 220 - Aval restitution de l’évacuateur crues
727.4 0
717.4 50
717.4 85
281 35
718.5 85
718.5 125
727.4 169.5
Section 200
727.3 0
717.3 40
717.3 65
321 40
718.6 65
718.6 128
727.3 171.5
Section 180
726.7 0
716.7 20
716.7 50
361 40
718.0 50
718.0 115
726.7 165
Section de contrôle
728.8 0
725.0 50
715.6 70
391 30
715.6 90
717.0 90
722.0 160

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-12
Page 3-12

Table 3-2: Définition des profils en travers de l’oued (aval de la fosse de dissipation)

Distance cumulée Distance partielle Cote TN [m NGA] Abscisse [m]


[m] [m]
Section 240 - Aval fosse de dissipation
725 0
718.5 3
0
718.5 43
725 46
Section 230
725 0
718 3
40 40
718 43
725 46
Section 220 - Jonction avec l’oued
727.4 0
717.4 50
717.4 85
60 20
718.5 85
718.5 125
727.4 169.5
Section 200
727.3 0
717.3 40
717.3 65
100 40 718.6 65
718.6 128
727.3 171.5
Section 180
726.7 0
716.7 20
716.7 50
140 40
718.0 50
718.0 115
726.7 165
Section de contrôle
728.8 0
725.0 50
715.6 70
170 30 715.6 90
717.0 90
722.0 160

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-13
Page 3-13

3.3 LOI HAUTEUR-DEBIT

Les lois hauteur-débit obtenues avec ces hypothèses sont représentées sur la Figure 3-2 et
dans la Table 3-3.

Figure 3-2 : Loi hauteur-débit à l’aval de la vidange de fond et de l’évacuateur de crues


727
Cote de la ligne d'eau dans l'oued
Soubella à l'aval de la galerie de
726 dérivation provisoire

725

724
723
Hauteur d'eau [m]

Cote de la ligne d'eau dans


l'oued Soubella à l'aval de la
722 fosse de dissipation

721

720

719

718
717
0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220 240 260 280 300 320 340 360 380 400 420 440 460 480 500
Débit évacué [m3/s]

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 3-14
Page 3-14

Table 3-3 : Loi hauteur-débit à l’aval de la vidange de fond et de l’évacuateur de crues

Niveau d’eau
Restitution DP Restitution
Débit
et vidange de fond Evacuateur de crues
3
[m /s] [m NGA] [m NGA]
10 722.90 718.06
20 723.24 718.35
30 723.51 718.58
40 723.75 718.77
50 723.96 718.92
60 724.14 719.05
70 724.32 719.16
80 724.50 719.25
90 724.68 719.34
100 724.79 719.42
110 724.95 719.49
120 725.11 719.56
130 725.27 719.63
140 725.43 719.7
150 725.60 719.76
160 725.76 719.82
170 725.92 719.88
180 726.06 719.94
190 726.21 720.00
200 726.35 720.05
220 720.16
240 720.26
260 720.36
280 720.45
300 720.54
320 720.63
340 720.71
360 720.79
380 720.87
400 720.95
420 721.03
440 721.10
460 721.18
480 721.25
500 721.32

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du barrage de Soubella Notes de calcul Page 4-1

CHAPITRE 4

PERFORMANCE DE L’EVACUATEUR DE CRUES

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-4
Page 4-3

SOMMAIRE

Ce chapitre contient 21 pages

4.1 Caractéristiques du seuil ........................................................................................... 7


4.2 Loi Hauteur-Débit du seuil ......................................................................................... 9
4.3 Laminage des crues ................................................................................................. 11
4.3.1 Méthodologie ................................................................................................ 11
4.3.2 Hypothèses ................................................................................................... 11
4.3.3 Résultats ....................................................................................................... 12
4.4 Ligne d’eau dans le coursier.................................................................................... 16
4.5 Cuillère aval et fosse de restitution......................................................................... 18
4.5.1 Impact de la lame d’eau ................................................................................ 18
4.5.2 Fosse de dissipation ..................................................................................... 19
4.6 Documents de référence .......................................................................................... 21

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-4
Page 4-4

LISTE DES FIGURES

Figure 4-1 : Profil du seuil de l’évacuateur ............................................................................. 8


Figure 4-2 : Loi hauteur-débit de l’évacuateur de crues........................................................ 10
Figure 4-3 : Résultats des calculs de laminage (Cp = 10) .................................................... 13
Figure 4-4 : Résultats des calculs de laminage (Cp = 4.5) ................................................... 14
Figure 4-5 : Hydrogrammes et niveau d’eau pour la crue de projet (T = 10 000 ans) ........... 15
Figure 4-6 : Hydrogrammes et niveau d’eau pour la CMP .................................................... 15
Figure 4-7 : Ligne d’eau de la crue décamillennale dans le coursier de l’évacuateur ........... 18
Figure 4-8: Trajectoire du jet à l’aval de la cuillère ............................................................... 19

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-4
Page 4-5

LISTE DES TABLES

Table 4-1 : Loi hauteur-débit de l’évacuateur de crues......................................................... 10


Table 4-2 : Résultats des calculs de laminage (Cp = 10) ..................................................... 13
Table 4-3 : Résultats des calculs de laminage (Cp = 4.5) .................................................... 14
Table 4-4 : Ligne d’eau de la crue décamillennale dans le coursier de l’évacuateur ............ 17
Table 4-5: Estimation de la profondeur de la fosse de dissipation........................................ 20

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-7
Page 4-7

CHAPITRE 4
PERFORMANCE DE L’EVACUATEUR DE CRUES

4.1 CARACTERISTIQUES DU SEUIL

L’évacuateur de surface est dimensionné pour pouvoir faire transiter la crue décamillénale
sous la cote 783 m NGA des Plus Hautes Eaux (PHE). En outre, les ouvrages d’évacuation
sont dimensionnés pour permettre de se prémunir contre le déversement par-dessus la crête
du barrage dans le cas de la Crue Maximum Probable (CMP).

L’évacuateur de crue comprend pour l’essentiel :

- un seuil libre composé d’une passe unique de 40 m de large à la cote de 780 m NGA,

- un coursier de pente variable,

- une cuillère de restitution,

- une fosse de dissipation,

- un chenal de restitution.

Le débit évacué est restitué en rive gauche au droit du lit naturel.

La géométrie du seuil déversant est présentée en Figure 4-1. La charge de


dimensionnement (hD) retenue est de 3 m, correspondant à la charge sous les Plus Hautes
Eaux.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-8
Page 4-8

Figure 4-1 : Profil du seuil de l’évacuateur

L’équation de la partie aval du seuil est donnée par la formule :

x 
n
y
K
h
D
hD 

Les coefficients K et n sont des paramètres dépendants des caractéristiques géométriques


et hydrauliques de l’ouvrage : inclinaison du parement amont, importance de la pelle, vitesse
d’approche, hauteur de la charge amont (voir Référence [1]).

Les valeurs retenues sont :

- K = 0.50

- n = 1.87

- hD= 3 m

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-9
Page 4-9

Selon les conditions géométriques et hydrauliques du barrage de Soubella, l’équation


obtenue est :

y 0.19( x) 1.87

4.2 LOI HAUTEUR-DEBIT DU SEUIL

Le débit évacué s’obtient par la formule :


3
Q m 2g L H Z0 2

avec :

- Q [m3/s] débit

- H [m NGA] charge amont

- Z0 [m NGA] cote du seuil déversant

- m [-] coefficient de débit

- L [m] longueur effective du seuil déversant

La longueur effective L prend en compte les effets de la contraction autour des bajoyers
latéraux et des piles éventuelles par l’intermédiaire des coefficients de contraction. La
réduction de la longueur pour l’écoulement hydraulique est donnée par la formule :

L L0 2 K a (H Z0 )

avec :

- L [m] longueur effective du seuil déversant

- L0 [m] longueur géométrique du seuil déversant

- Ka [m] coefficient de contraction pour un bajoyer, estimé à 0.1

- H [m NGA] charge amont

- Z0 [m NGA] cote du seuil déversant

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-10
Page 4-10

Le coefficient de débit m est fonction de la géométrie du seuil (hauteur de pelle et pente du


parement amont) et de la charge effective sur le seuil (Voir Référence [1]).

La Table 4-1 et la Figure 4-2 présentent la loi hauteur-débit de l’évacuateur de crues du


barrage de Soubella.

Figure 4-2 : Loi hauteur-débit de l’évacuateur de crues

785.5

785.0

784.5

784.0
Cote du plan d'eau [m NGA]

783.5

783.0

782.5

782.0

781.5

781.0

780.5
780.0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1 000 1 100
Débit de l'évacuateur de crue [m3/s]

Table 4-1 : Loi hauteur-débit de l’évacuateur de crues

Cote
Débit
du plan d’eau
[m NGA] [m3/s]
780.00 0
780.50 26
781.00 76
781.50 145
782.00 229
782.50 328
783.00 441
783.50 566
784.00 705
784.50 855
785.00 1 017

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-11
Page 4-11

4.3 LAMINAGE DES CRUES

4.3.1 Méthodologie

L’équation de continuité appliquée au réservoir s’écrit :


dV
Qin (t ) Qout (t )
dt

avec :
z(t ) V Cote du réservoir

(t ) Qin f (z) Volume du réservoir

(t ) Hydrogramme de crue en entrée de réservoir

Qout (t ) g(z) Hydrogramme de crue en sortie de réservoir

La fonction f(z) relie le volume du réservoir à sa cote tandis que la fonction g(z) correspond à
la loi débit-hauteur du système d’évacuation de la crue (soit, dans le cas étudié ici, l’évacuateur
à seuil libre).

Cette équation peut être intégrée par différences finies ou par la méthode de Puls (voir
Références [2] et [3]).

4.3.2 Hypothèses

Les calculs d’amortissement des crues en phase définitive ont été effectués sur la base des
hypothèses suivantes :

- la courbe hauteur-surface-capacité est identique à celle présentée dans le cahier de


plans,

- les hydrogrammes de crues sont identiques à ceux présentés dans le cahier de


plans,

- la cote initiale du plan d’eau correspond au niveau de la retenue normale


780 m NGA,

- l’effet de la vidange de fond n’a pas été pris en compte (hypothèse conservative).

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-12
Page 4-12

L’hydrogramme de crue avec un coefficient de pointe égal à 10 correspond à des


événements pluvieux intenses mais localisés uniquement sur une partie du bassin versant. Il
ne s’applique qu’aux crues de période de retour inférieure à 100 ans.

L’hydrogramme de crue avec un coefficient de pointe égal à 4.5 correspond à des événements
pluvieux intenses et généralisés à l’ensemble du bassin versant. Il s’applique aux crues de
grandes périodes de retour.

4.3.3 Résultats

Les calculs d’amortissement de crue ont été effectués pour toutes les périodes de retour
pour les crues avec un coefficient de pointe de 4.5, et pour les périodes de retour inférieures
à 100 ans pour les crues avec un coefficient de pointe de 10.

Les résultats numériques obtenus sont synthétisés, suivant le coefficient de pointe


considéré, dans les Table 4-2 et Table 4-3, et illustrés en Figure 4-3 et Figure 4-4.

Les résultats montrent que l’ouvrage n’est submergé dans aucune situation, et en particulier
pour la crue décamillénale (crue de projet) et la Crue Maximale Probable (CMP), voir Figure
4-5 et Figure 4-6.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-13
Page 4-13

Figure 4-3 : Résultats des calculs de laminage (Cp = 10)


1200 786.0
Coefficient de pointe = 10
1100 785.5

1000 785.0

900 784.5

Cote du plan d'eau [m NGA]


800 784.0

700 783.5
Débit [m3/s]

600 783.0

500 782.5

400 782.0

300 781.5

200 781.0

100 780.5

0 780.0
1 10 100 1 000 10 000 CMP
100 000
Période de retour T [ans]

Débit de pointe entrant Débit de pointe sortant Cote maximale atteinte

Table 4-2 : Résultats des calculs de laminage (Cp = 10)

Débit de Débit de Cote


Période Volume de Coefficient
pointe pointe maximale
de retour la crue de pointe
entrant sortant atteinte
[ans] [hm3] [m3/s] [m3/s] [m3/s] [m NGA]
2 0.3 10 31 6 780.14
5 0.8 10 87 19 780.40
10 1.2 10 140 36 780.61
20 1.7 10 202 58 780.84
50 2.6 10 298 98 781.17
100 3.3 10 383 136 781.44

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-14
Page 4-14

Figure 4-4 : Résultats des calculs de laminage (Cp = 4.5)


1200 786.0
Coefficient de pointe = 4.5
1100 785.5

1000 785.0

900 784.5

Cote du plan d'eau [m NGA]


800 784.0

700 783.5
Débit [m3/s]

600 783.0

500 782.5

400 782.0

300 781.5

200 781.0

100 780.5

0 780.0
1 10 100 1 000 10 000 CMP
100 000
Période de retour T [ans]

Débit de pointe entrant Débit de pointe sortant Cote maximale atteinte

Table 4-3 : Résultats des calculs de laminage (Cp = 4.5)

Débit de Débit de Cote


Période Volume de Coefficient
pointe pointe maximale
de retour la crue de pointe
entrant sortant atteinte
[ans] [hm3] [m3/s] [m3/s] [m3/s] [m NGA]

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-15
Page 4-15

2 0.3 4.5 14 6 780.13


5 0.8 4.5 39 16 780.36
10 1.2 4.5 63 30 780.55
20 1.7 4.5 91 48 780.75
50 2.6 4.5 135 79 781.02
100 3.3 4.5 172 107 781.23
200 4.1 4.5 216 141 781.47
500 5.4 4.5 279 191 781.78
1 000 6.4 4.5 333 236 782.03
2 000 7.5 4.5 392 286 782.29
5 000 9.1 4.5 477 359 782.64
10 000 10.5 4.5 544 418 782.90
CMP 21.3 4.5 1 107 934 784.75

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-16
Page 4-16

Figure 4-5 : Hydrogrammes et niveau d’eau pour la crue de projet (T = 10 000 ans)

Figure 4-6 : Hydrogrammes et niveau d’eau pour la CMP

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-17
Page 4-17

4.4 LIGNE D’EAU DANS LE COURSIER

A l’aval du seuil libre, l’écoulement sur le coursier se fait en régime torrentiel. Le profil du
coursier se définit comme suit :

- une pente de 4% sur une longueur maximale de 72 m environ (jusqu’au droit du pont),

- une pente de 12% sur une longueur de 192 m,

- une pente de 24% sur une longueur de 36 m, jusqu’à la cuillère du saut de ski.

Juste avant que la lame d’eau n’entre dans la cuillère, la cote du radier du coursier est égale
à 742 m NGA.

Le calcul de la ligne d’eau dans le coursier a été réalisé avec le logiciel d’écoulement à
surface libre HEC-RAS.

Les principales hypothèses de cette modélisation sont :

- la surface de la ligne d’eau est modélisée en régime permanent pour le débit laminé de
la crue décamillennale, soit pour un débit de 418 m3/s,

- la géométrie du seuil déversant est prise en compte de manière simplifiée. On considère


dans le modèle un seuil de largeur 40 m, perpendiculaire à l’axe du coursier, et situé à
70 m en amont du pont, dont la cote est égale à 780.00 m NGA,

- la hauteur d’eau sur le seuil est égale à la hauteur critique, soit hc= 2.23 m,

- le coursier de l’évacuateur a une largeur de 16 m,

- le coefficient de Strickler du béton dans le coursier de l’évacuateur est pris égal à 70.

Les principaux résultats obtenus sont présentés pour la crue décamillennale dans la Table
4-4, la ligne d’eau est tracée le long du coursier de l’évacuateur de crues sur la Figure 4-7.

La ligne d’eau calculée pour la crue décamillennale montre que la revanche (différence entre
le niveau d’eau et le sommet des murs bajoyers) est comprise entre 2.30 et 2.90 m environ,
ce qui est satisfaisant compte tenu des conditions réelles de l’écoulement.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-18
Page 4-18

Table 4-4 : Ligne d’eau de la crue décamillennale dans le coursier de l’évacuateur

Abscisse Cote de la
Cote du radier Tirant d’eau Vitesse
cumulée ligne d’eau

[m] [m NGA] [m NGA] [m] [m/s]


0 780.00 782.23 2.23 4.69
10 776.25 777.33 1.08 10.35
20 775.85 777.04 1.19 10.46
30 775.44 776.80 1.36 10.52
40 775.03 776.61 1.58 10.56
50 774.62 776.53 1.91 10.52
60 774.21 776.67 2.46 10.24
70 773.81 776.31 2.50 10.43
80 772.50 774.75 2.25 11.62
90 771.29 773.37 2.08 12.53
100 770.09 772.05 1.96 13.32
110 768.89 770.76 1.87 14.03
120 767.70 769.48 1.78 14.68
130 766.50 768.21 1.71 15.28
140 765.31 766.96 1.65 15.83
150 764.11 765.71 1.60 16.33
160 762.92 764.47 1.55 16.79
170 761.72 763.24 1.52 17.23
180 760.52 762.01 1.49 17.64
190 759.33 760.78 1.45 18.02
200 758.13 759.56 1.43 18.37
210 756.94 758.33 1.39 18.70
220 755.74 757.12 1.38 19.01
230 754.55 755.90 1.35 19.30
240 753.35 754.69 1.34 19.57
250 752.15 753.47 1.32 19.83
260 750.96 752.26 1.30 20.08
270 748.78 750.04 1.26 20.72
280 746.36 747.58 1.22 21.43
290 743.94 745.13 1.19 22.08
298 742.11 743.27 1.16 22.52

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-19
Page 4-19

Figure 4-7 : Ligne d’eau de la crue décamillennale dans le coursier de l’évacuateur


785 25

Axe du pont de
780 l'évacuateur

Ligne d'eau
775 20

770

765 15

Vitesse [m/s]
Cote [m NGA]

760
755 Vitesse de l'écoulement 10

Radier de l'évacuateur

745 5

740
735 0
0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220 240 260 280 300
Abscisse [m]

4.5 CUILLERE AVAL ET FOSSE DE RESTITUTION

4.5.1 Impact de la lame d’eau

La cuillère aval est constituée d’un cylindre horizontal de rayon 16 m. L’angle α de sortie du
jet est de 30°sur l’horizontale.

En négligeant le frottement de l’air, une lame d’eau de vitesse initiale V0 décrit à la sortie de
la cuillère une parabole d’équation :

gx 2
y x tan( )
2V02 cos 2 ( )

dans un repère Oxy où O est l’extrémité de la cuillère.

Pour tenir compte du frottement de l’air, la vitesse initiale V0 peut être multipliée par un
coefficient K (V’0 = K.V0 avec K < 1).

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-20
Page 4-20

La trajectoire réelle du jet est encadrée par les trajectoires obtenues pour les valeurs
suivantes de K :

- K=1 aucun frottement dans l’air n’est pris en compte,

- K = 0.85 le frottement dans l’air est surestimé.

Les résultats obtenus pour un angle de 30° et pour des vitesses V0 de 22.5 m/s, 20.2 m/s et
17.4 m/s (correspondant respectivement à la crue décamillénale, millennale et centennale),
sont présentés en Figure 4-8.

Figure 4-8: Trajectoire du jet à l’aval de la cuillère


760
Crue décamillénale
755 Q= 418 m3/s
V = 22.5 m/s
750

745

740 Crue millénale


Q= 236 m3/s
735 V = 20.2 m/s
Cote du jet libre [m NGA]

730
725
Crue centennale
720 Q= 136 m3/s
V = 17.4 m/s
715

710
705
LEGENDE:
700
Trajectoire avec K=1
695
Trajectoire avec K=0.85
690
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 100 105 110 115 120
Distance depuis le début de la cuillère [m]

4.5.2 Fosse de dissipation

La dissipation de l’énergie est assurée au niveau d’une fosse de dissipation située entre 50
et 90 m de distance de la cuillère de l’évacuateur de crue.

La profondeur limite de cette fosse a été estimée d’après la formule de Véronèse :

P 1.9.H 0.225 .q 0.54

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-20
Page 4-20

avec :

P profondeur de la fosse comptée depuis la surface du niveau de l’eau dans la fosse,


exprimée en mètres,

H différence entre la charge de l’écoulement au niveau du saut de ski (soit la charge


totale depuis le niveau de la retenue moins les pertes de charges sur le coursier) et
la charge de l’eau au sortir de la fosse, exprimée en mètres,

q débit spécifique évacué (m3/s/ml).

Les résultats obtenus sont présentés dans la Table 4-5 ci-dessous en fonction de la période
de retour des crues principales.

Table 4-5: Estimation de la profondeur de la fosse de dissipation

Période de retour T (ans)


Données caractéristiques
100 1 000 10 000
3
Débit évacué m /s 136 236 418
3
Débit spécifique évacué m /s/ml 9 15 26
Niveau aval de l'oued m NGA 719.8 720.4 721.0
Niveau de la retenue m NGA 781.5 782.0 783.0
Charge totale m 61.7 61.6 62.0
Charge restante sur le tremplin m 37.5 42.4 46.8
Profondeur de la fosse sous 718.50 m NGA m 12.3 17.0 23.8
Cote du fond de la fosse m NGA 706.2 701.5 694.7

Le passage d’une crue sur l’évacuateur du barrage de Soubella entraînera donc le creusement
d’une fosse de dissipation sous l’impact du jet. Pour la période de retour T= 100 ans,
la formule de Véronèse estime que le fond de la fosse sera proche de la cote
707 m NGA. Pour les périodes de retour 1 000 et 10 000 ans, le fond de la fosse estimé
s’approfondit respectivement de 5 et 12 m environ.

Afin de maîtriser la dissipation d’énergie du jet lors de l’évacuation des crues, une fosse de
dissipation de profondeur 8 m (soit à la cote 710.00 m NGA) est « pré-excavée » dans la
zone d’impact du jet, correspondant à la crue décamillénale.

Cette profondeur de fosse pré-excavée est suffisante, compte-tenu des facteurs suivants :

- la formule de Véronèse donne la profondeur maximale de la fosse d’érosion,


sans tenir compte de la nature géologique des matériaux constituant la fosse,

- la fosse est pré-excavée dans les calcaires, dont la résistance est assez élevée,

- les crues de l’oued Soubella sont de durées courtes (quelques heures), ne


permettant pas un creusement rapide de la fosse de dissipation.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 4-21
Page 4-21

Il ne serait donc pas économique de sur-creuser plus la fosse de dissipation. Lors de


l’évacuation de crues importantes, la fosse atteindra éventuellement un nouvel état d’équilibre.
Le point important est que ce processus sera maîtrisé dans une zone éloignée des autres
ouvrages et ne les mettra donc pas en danger.

4.6 DOCUMENTS DE REFERENCE

[1] USBR – Design of Small Dams, Third edition – 1987.

[2] Chow V. T., Maidment D. R. & Mays L. W. – Applied Hydrology – McGraw-Hill – 1988

[3] Llamas J. – Hydrologie Générale – Gaëtan Morin éditeur – 1992

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du barrage de Soubella Notes de calcul Page 5-1

CHAPITRE 5

PERFORMANCE DE LA DERIVATION PROVISOIRE


ET DE LA VIDANGE DE FOND

12035-RP-0502 Coyne et Bellier Mars 2009


APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-4
Page 5-3

SOMMAIRE

Ce chapitre contient 22 pages

5.1 Dérivation provisoire .................................................................................................. 7


5.1.1 Caractéristiques de la dérivation provisoire ..................................................... 7
5.1.2 Loi Hauteur - Débit .......................................................................................... 8
5.1.3 Laminage de la crue de chantier ................................................................... 13
5.1.4 Dimensionnement des batardeaux................................................................ 14
5.2 Vidange de fond........................................................................................................ 14
5.2.1 Règles de dimensionnement ......................................................................... 14
5.2.2 Caractéristiques de la vidange de fond ......................................................... 15
5.2.3 Loi Hauteur - Débit ........................................................................................ 15
5.2.4 Vidange de la retenue ................................................................................... 17
5.2.5 Ligne d’eau dans la galerie de vidange ......................................................... 18
5.2.6 Restitution ..................................................................................................... 20

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-4
Page 5-4

LISTE DES FIGURES

Figure 5-1 : Géométrie du modèle numérique de la dérivation provisoire............................... 9


Figure 5-2 : Dérivation provisoire – Lignes d’eau : Q < 10 m3/s............................................ 10
Figure 5-3 : Dérivation provisoire – Lignes d’eau : 20 m3/s < Q< 50 m3/s ............................. 11
Figure 5-4 : Dérivation provisoire – Lignes d’eau : 60 m3/s < Q < 200 m3/s .......................... 11
Figure 5-5 : Dérivation provisoire – Cotes amont et aval en fonction du débit ...................... 12
Figure 5-6 : Dérivation provisoire - Laminage de la crue de chantier (T=100 ans)................ 13
Figure 5-7 : Loi hauteur-débit de la vidange de fond ............................................................ 17
Figure 5-8 : Vidange de la retenue du barrage de Soubella ................................................. 18
Figure 5-9 : Evolution du tirant d’eau dans la galerie de vidange ......................................... 21
Figure 5-10 : Trajectoire du jet à la sortie de la vidange de fond .......................................... 21

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-4
Page 5-5

LISTE DES TABLES

Table 5-1 : Dérivation provisoire – Loi Hauteur-Débit ........................................................... 12

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-7
Page 5-7

CHAPITRE 5
PERFORMANCE DE LA DERIVATION PROVISOIRE
ET DE LA VIDANGE DE FOND

5.1 DERIVATION PROVISOIRE

5.1.1 Caractéristiques de la dérivation provisoire

5.1.1.1 Phasage des travaux.

Pendant la construction de l’aménagement, l’oued Soubella doit être dérivé pour permettre la
réalisation des travaux à l’abri de l’eau.

Les ouvrages de dérivation sont dimensionnés pour protéger le chantier contre la crue
centennale dont le volume et le débit de pointe sont estimés respectivement à 3.3 hm3 et
383 m3/s.

Le contrôle des eaux est assuré au moyen d’un tunnel de dérivation provisoire implanté en rive
droite, associé à deux batardeaux en remblai tout venant, permettant la mise à sec du fond de
fouille.

La dérivation provisoire devra être opérationnelle durant toute la durée du chantier.

L’objectif de cette partie est de déterminer :

- la loi hauteur - débit de la dérivation provisoire,

- les hauteurs minimales des batardeaux amont et aval.

5.1.1.2 Description des ouvrages

La dérivation sera assurée par un tunnel en rive droite de 3.0 m de diamètre intérieur et
d’environ 430 m de long. Le radier est calé à la cote 730 m NGA à l’amont et à la cote
722 m NGA à l’aval. La pente moyenne du tunnel est égale à 1.86%.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-8
Page 5-8

5.1.2 Loi Hauteur - Débit

5.1.2.1 Caractéristiques de l’écoulement

Le fonctionnement hydraulique de cette dérivation varie en fonction du débit évacué (et donc
de la charge) de la manière suivante :

- aux faibles débits (Q < 10 m3/s), l’écoulement dans le tunnel s’effectue à surface
libre et le contrôle du débit est assuré par l’entonnement qui fonctionne comme un
seuil libre,

- aux débits intermédiaires (20< Q < 50 m3/s), l’écoulement dans le tunnel est
toujours à surface libre et l’entonnement est en charge. Le contrôle du débit s’effectue
alors par l’amont qui fonctionne comme un orifice,

- aux forts débits (Q > 60 m3/s), l’écoulement dans le tunnel se met en charge et le
contrôle du débit est assuré par l’aval.

5.1.2.2 Modélisation numérique

Afin d’obtenir les lignes d’eau dans le tunnel de dérivation, un modèle numérique
unidimensionnel de la dérivation provisoire a été réalisé à l’aide du logiciel HEC-RAS.

La Figure 5-1 présente la géométrie utilisée pour le modèle numérique de la dérivation


provisoire. Le modèle fait 600 m de long au total. L’écoulement en aval de la dérivation étant
torrentiel, la modélisation sur la zone étudiée est donc suffisante.

Le coefficient de Strickler du tunnel de dérivation a été pris égal à 70, valeur caractéristique
d’un tunnel revêtu en béton. Les pertes de charge linéaire dans l’oued ont été pris en compte
en considérant un coefficient de Strickler de 25.

Les coefficients de pertes de charge singulières, à l’entonnement et à la restitution du tunnel,


ont été pris respectivement égaux à 0.5 et 1.0.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-9
Page 5-9

Figure 5-1 : Géométrie du modèle numérique de la dérivation provisoire

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-10
Page 5-10

5.1.2.3 Résultats

Pour des débits inférieurs à 10 m3/s (voir Figure 5-2), l’écoulement est contrôlé par la section
à l’entonnement du tunnel qui fonctionne comme un seuil épais. L’écoulement dans le tunnel
est torrentiel et à surface libre.

Pour des débits compris entre 20 et 50 m3/s (voir Figure 5-3), l’écoulement est toujours à
surface libre à l’intérieur du tunnel de dérivation. En revanche, l’entonnement se met en charge
et le contrôle est assuré par la section à l’entrée du tunnel qui fonctionne comme un orifice.

Pour des débits supérieurs à 60 m3/s (voir Figure 5-4), le tunnel de dérivation se met en
charge et l’écoulement est alors contrôlé par l’aval.

La Table 5-1 donne les niveaux d’eau à l’amont et à l’aval de la dérivation provisoire en fonction
du débit. Ces lois hauteur-débit sont illustrées en Figure 5-5.

Figure 5-2 : Dérivation provisoire – Lignes d’eau : Q < 10 m3/s

Cote
[m NGA]

3
10 m /s

Abscisse [m]

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-11
Page 5-11

Figure 5-3 : Dérivation provisoire – Lignes d’eau : 20 m3/s < Q< 50 m3/s

Cote
[m NGA]

3
50 m3/s
40 m /s
3
30 m /s
3
20 m /s

Abscisse [m]

Figure 5-4 : Dérivation provisoire – Lignes d’eau : 60 m3/s < Q < 200 m3/s
3
90 m /s
Cote
[m NGA]
3
80 m /s

3
70 m /s

3
60 m /s

Abscisse [m]

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-12
Page 5-12

Figure 5-5 : Dérivation provisoire – Cotes amont et aval en fonction du débit


775
Ecoulement à
Ecoulement contrôlé par orifice Ecoulement en charge
surface libre
770
Transition Transition
765

760
755
Cote amont
(résultats HEC RAS)
Cote [m NGA]

750

745

740
735
Cote aval
(résultats HEC RAS)
730

725
720
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
3
Débit [m /s]

Table 5-1 : Dérivation provisoire – Loi Hauteur-Débit

Débit Cote amont Cote aval


[m3/s] [m NGA] [m NGA]
10 732.15 722.90
20 733.24 723.24
30 734.33 723.51
40 736.16 723.75
50 738.51 723.96
60 741.39 724.14
70 746.62 724.32
80 753.24 724.50
90 760.74 724.68
100 769.12 724.79

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-13
Page 5-13

5.1.3 Laminage de la crue de chantier

5.1.3.1 Hypothèses

Le calcul d’amortissement de la crue de chantier a été effectué sur la base des hypothèses
suivantes :

- la courbe hauteur-surface-capacité est identique à celle présentée dans le cahier de


plans,

- l’hydrogramme de crues est identique à ceux présentés dans le cahier de plans, la


crue de chantier est la crue de période de retour 100 ans et de débit de pointe
383 m3/s,

- la cote initiale du plan d’eau correspond au niveau de l’oued 730 m NGA,

- la loi hauteur-débit de l’ouvrage de dérivation est celle présentée au chapitre


précédent (voir Table 5-1).

5.1.3.2 Résultats

La Figure 5-6 illustre le laminage de la crue de chantier. Le plan d’eau atteint la cote
maximale de 749.7 m NGA et le débit maximal transitant alors à travers le tunnel s’élève à
74 m3/s.

Figure 5-6 : Dérivation provisoire - Laminage de la crue de chantier (T=100 ans)

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-14
Page 5-14

5.1.4 Dimensionnement des batardeaux

5.1.4.1 Batardeau amont

Le batardeau amont doit avoir une cote au minimum égale à 750 m NGA, correspondant au
niveau amont atteint par les eaux lors de la crue centennale.

La cote du batardeau amont a été prise égale à 755 m NGA afin de s’assurer une revanche
suffisante pour la crue centennale et pour garantir la stabilité du parement amont du barrage
sous les différents cas de charge dimensionnants (voir Chapitre 1).

5.1.4.2 Batardeau aval

Le batardeau aval doit avoir une cote minimale de 725 m NGA, correspondant au niveau
aval atteint par les eaux lors de la crue centennale.

La cote du batardeau aval a été fixée à la cote 728 m NGA.

5.2 VIDANGE DE FOND

5.2.1 Règles de dimensionnement

La vidange de fond répond au besoin de pouvoir vider la retenue en cas de risque


d’exploitation, lié par exemple à l’endommagement du barrage suite à un séisme, ou pour
effectuer une inspection complète du barrage et de ses ouvrages.

Les règles suivantes sont issues des recommandations du « Guide pour le contrôle des
barrages en exploitation » du BETCGB, édition 2002.

Les règles de dimensionnement des vidanges de fond couramment admises pour les ouvrages
nouveaux sont :

- diminution de 50 % de la poussée sur le barrage en 8 jours en supposant les


apports nuls,

- vidange totale de la retenue en 21 jours dans les mêmes conditions.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-15
Page 5-15

5.2.2 Caractéristiques de la vidange de fond

Le tunnel de la dérivation provisoire sera équipé en vidange de fond en phase définitive


d’exploitation de l’ouvrage.

Les débits évacués transiteront en charge depuis l’ouvrage de prise d’eau amont jusqu’à la
vanne de réglage située au niveau du puits. La vanne de réglage de la vidange de fond a
une section de 1 m2 (1.0 m x 1.0 m). Cette vanne est protégée par une vanne de garde
immédiatement à son amont, d’une section de 1.30 m2 (1.0 m x 1.3 m).

5.2.3 Loi Hauteur - Débit

Les débits évacués par la vidange de fond se déterminent à partir du calcul des pertes de
charge de l’écoulement depuis l’entonnement jusqu’à la vanne de réglage. Le débit de la
vidange de fond en fonction de la cote du plan d’eau est calculé pour la vanne de vidange
entièrement ouverte.

On a :

2
Z – Zo = j1 + j2 + j3 + j4 + V /2g

avec :

- Z cote du plan d’eau amont ; comprise entre 780.00 m NGA et 730 m NGA
- Z 728.10 m NGA, cote du centre de la section de la vanne de réglage
- V vitesse de l’eau à la sortie aval du pertuis de vidange
- j1 à j4 pertes de charges, explicitées ci-après.

j1 : pertes de charges au droit de l’entonnement du pertuis


j1 = 0.50 (Q/S)2/2g = 3.15 10-4 Q2
avec :
- Q (m3/s) : débit évacué
- S = 9.00 m2, section du pertuis à l’entonnement (3 x 3 m²)

j2 : pertes de charges au passage des rainures de la vanne de garde


j2 = 0.10 (Q/S)2/2g = 1.78 10-3 Q2
avec :
- Q (m3/s) : débit évacué
- S = 1.30 m2, section du pertuis au droit de la vanne de garde (1.0 x 1.3 m²)

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-16
Page 5-16

j3 : pertes de charges au passage des rainures de la vanne de réglage


j3 = 0.10 (Q/S)2/2g = 5.10 10-3 Q2
avec :
- Q (m3/s) : débit évacué
- S = 1.00 m2, section du pertuis au droit de la vanne de réglage (1 x 1 m²)

j4 : pertes de charges à travers la conduite bétonnée


j4 = L(Q/S)2/(Ks2+Rh4/3) = 6.13 10-4 Q 2
avec :

- Q (m3/s) : débit évacué


- S = 7.1 m2, section moyenne du pertuis blindé
- L = 150 m, longueur de la galerie (avant les vannes)
- Ks = 70, coefficient de Strickler pour le revêtement en béton
- Rh = 0.75 m, rayon hydraulique

La vitesse aval est donnée par V = Q/S avec S = 1.00 m2.

On obtient finalement :

Z – Zo = 5.88 10-2 Q2

Soit une loi hauteur / débit :

Q = 4.12 (Z – 728.10)1/2

La loi de débit obtenue en fonction de la hauteur de la retenue est présentée sur la Figure
5-7.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-17
Page 5-17

Figure 5-7 : Loi hauteur-débit de la vidange de fond

785

780

775

770

765
Cote du plan d'eau

760

755

750

745

740

735

730
725
0 5 10 15 20 25 30 35
Débit [m3/s]

5.2.4 Vidange de la retenue

Le calcul de la vidange complète du réservoir amont a été effectué sur la base des hypothèses
suivantes :

- la courbe hauteur - capacité de la retenue est celle présentée dans le cahier de


plans,

- la cote initiale du plan d’eau correspond au niveau de la retenue normale, soit


780 m NGA, la cote finale du plan d’eau correspond à la cote du centre de la
section de la vanne de réglage, soit 728.10 m NGA,

- les apports de l’oued Soubella sont nuls,

- la loi hauteur-débit de la vidange de fond est celle présentée précédemment.

Dans ces conditions, l’ouvrage de vidange de fond permet de baisser le plan d’eau amont à
la « mi-charge » (soit environ 2/3 de la hauteur du barrage, i.e. la cote 760 m NGA) en moins
de 6 jours.

La retenue est entièrement vidée en moins de 9 jours.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-18
Page 5-18

Les performances de la vidange de fond sont donc conformes aux recommandations


présentées plus haut.

Les évolutions de la cote du niveau du réservoir et des débits restitués par la vidange sont
représentées sur la Figure 5-8. Le débit maximum évacué par la vidange de fond est de
30 m3/s.

Figure 5-8 : Vidange de la retenue du barrage de Soubella

60 785

55 780

50 775
45 Cote du plan d'eau 770

40 765

Cote du plan d'eau [m NGA]


Débit [m3/s]

35 760
30 Débit sortant 755

25 750

20 745

15 740

10 735

5 Débit entrant nul 730

0 725
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Temps [jours]

5.2.5 Ligne d’eau dans la galerie de vidange

A pleine ouverture, la vidange est donc capable de débiter au maximum 30 m3/s pour un
plan d’eau à la cote de retenue normale 780 m NGA.

L’écoulement dans le tunnel de vidange à l’aval de la vanne de réglage est torrentiel à


surface libre.

Pour le débit maximum, le calcul de la ligne d’eau dans le tunnel doit être réalisé pour s’assurer
que le tirant d’air sous la conduite DN 1000 mm accrochée à la voûte de la galerie reste
suffisant tout au long du tunnel.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-19
Page 5-19

Au sortir de la vanne de réglage, l’écoulement s’élargit brusquement entre les sections de la


vanne et du tunnel. Une perte de charge par élargissement brusque se produit. Le calcul de
la hauteur d’eau dans le tunnel se fait par application du principe de Bernoulli entre deux
sections (section 1 au droit de la vanne de vidange ; section 2 dans le tunnel de restitution,
cette deuxième section correspondant à la surface mouillée de l’écoulement).

La charge H1 au droit de la vanne de vidange (section 1) est :

h1 V12
H1 z1
2 2g

avec :

- h1 = 1 m hauteur de la vanne de réglage


- V1 = 30 m/s vitesse de l’eau dans la section complètement ouverte de
la vanne de réglage
- z1 = 727.60 m NGA cote du radier de la vanne de réglage

La charge H2 dans le tunnel de vidange (section 2) est :

V22
H2 z2 h2
2g

avec :

- h2 hauteur d’eau (cherchée) de la surface mouillée du tunnel


- V2 vitesse de l’eau dans la section mouillée du tunnel, avec
V2 = Q/S2

- z2 = 727.00 m NGA cote du radier du tunnel

Le principe de Bernoulli s’écrit :

H1 H2 H

La perte de charge H est de la forme :


2
V
H K 1
2g

avec K, coefficient de perte de charge dépendant de S1 et S2, et estimé ici à 0.2.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-20
Page 5-20

Les relations ci-dessus conduisent à estimer la hauteur d’eau dans la galerie de vidange à
0.64 m.

La ligne d'eau dans la galerie a été calculée avec un tirant d'eau amont de 0.64 m. Ce calcul
a été réalisé à l'aide du logiciel HEC-RAS d’écoulement à surface libre.

Les principales hypothèses de cette modélisation sont :

- la surface de la ligne d’eau est modélisée en régime permanent pour un débit de


30 m3/s,

- la géométrie du tunnel de la vidange est prise en compte de manière


conservative (section circulaire de rayon 1.5 m),

- la hauteur d’eau initiale est fixée à 0.64 m, la section correspondante est fixée à
l’aval immédiat de la vanne de réglage (hypothèse conservative du point de vue
des hauteurs de lame d’eau dans la galerie),

- enfin, le coefficient de Strickler du béton dans le coursier de l’évacuateur est pris


égal à 70.

L'évolution du tirant d'eau dans la galerie est représentée sur la Figure 5-9.

Au sortir de la galerie, la hauteur de la lame d’eau calculée est de 1.43 m ce qui laisse un
tirant d'air suffisant d’environ 0.5 m sous la conduite DN 1000 (l'encombrement vertical de la
conduite et de ses attaches est de l'ordre de 1.1 m sous le toit de la galerie).

La vitesse V de l’écoulement à la sortie de la galerie est d’environ 9.0 m/s.

5.2.6 Restitution

L’écoulement à la sortie de galerie est guidé dans un chenal de 30 m de longueur et de 3 m


de largeur et est restitué dans le lit de l’oued par une cuillère en forme de saut à ski.

Devant la cuillère, la lame d’eau de l’écoulement est de 1.29 m, et la vitesse est de 7.8 m/s.

L’impact de la lame d’eau à la sortie de la cuillère a été estimé selon la même méthode
présentée précédemment pour l’évacuateur de crues (voir Chapitre 4 du Mémoire
Justificatif). Compte tenu de la faible extension longitudinale du jet, le calcul de la trajectoire
avec frottement de l’air n’a pas été effectué.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-21
Page 5-21

Figure 5-9 : Evolution du tirant d’eau dans la galerie de vidange

30 731

27 730

Voûte du tunnel
24 729

21 728
Vitesse de Ligne
l'écoulement
18 d'eau 727

Cote [m NGA]
Vitesse [m/s]

15 726

12 725

Radier du tunnel
9 724

6 723

3 722
0 721
300 275 250 225 200 175 150 125 100 75 50 25 0

Distance depuis la vanne de réglage [m]

Figure 5-10 : Trajectoire du jet à la sortie de la vidange de fond


730
Rayon de
définition
729 R=10 m

728

727
Cote du jet libre [m NGA]

726
725 35°

724 30°

723 25° Terrain naturel


(722 m NGA)
20°
722

721
720
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18
Distance depuis le début de la cuillère [m]

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009
APD du
APD
barrage
du barrage
de Soubella
de Soubella Notes Notes
de calcul
de calcul Page 5-22
Page 5-22

Le mur bajoyer gauche du chenal d’amené ne se prolonge pas jusqu’à l’extrémité aval de la
cuillère, permettant ainsi l’évacuation des eaux résiduelles et la dissipation des faibles débits
sur le côté gauche de l’ouvrage. Par ailleurs, afin de limiter l’impact érosif de la lame d’eau
sur les fouilles en rive droite, la cuillère est « coupée » suivant un plan orienté de la rive
droite aval vers la rive gauche amont (définissant un angle d’environ 38°). Cela permet de
répartir longitudinalement le jet, puisque les angles de la cuillère varient alors progressivement
de 20 à 35°.

L’impact du jet (comptabilisé à partir de l’extrémité aval de la cuillère) se situe dans une
fourchette comprise entre 4 m et 7 m. La forme de la lame d'eau est représentée sur la
Figure 5-10.

La profondeur maximale de la fosse de dissipation créée par ce jet à la sortie de la galerie de


vidange de fond a également été estimée de la même manière que pour l’évacuateur de
crues (voir Chapitre 4 du Mémoire Justificatif). Pour le débit maximum restitué de 30 m3/s le
niveau minimal de la fosse de dissipation se situe à la cote 717 m NGA.

12035-RP-0502
12035-RP-0502 CoyneCoyne
et Bellier
et Bellier Mars 2009
Mars 2009