Vous êtes sur la page 1sur 9
Master Professionnel N2TR – S2 – P1 2016 – 2017 Transmission analogique numérique Cours élaboré

Master Professionnel

N2TR – S2 – P1

2016 – 2017

Transmission analogique numérique

N2TR – S2 – P1 2016 – 2017 Transmission analogique numérique Cours élaboré par : Khaled

Cours élaboré par : Khaled Ghorbel

Février 2017

Sommaire Chapitre 1 Structure des systèmes téléinformatiques

I- Introduction

II- Les éléments d’un système téléinformatique II-1- La nécessité de l’interconnexion II-2- Les équipements terminaux II-3- les équipements d’interconnexion

Chapitre 2 Le codage et la transmission

I-

Le codage

II-

la transmission

III-Les interfaces électriques DTE-DCE IV- La bande passante numérique et le débit binaire V- Le temps de transfert VI- L’affaiblissement du signal et la largeur de bande

Chapitre 3 Les techniques de transmission

I- Introduction

II- La transmission en bande de base

II-1- Le codage NRZ II-2- Le codage biphasé Manchester II-3- Le codage biphasé différentiel

II-2- Le codage Miller

III-

La transmission à large bande

IV-

La modulation du signal

IV-1- Les techniques de modulation

IV-2- Les modems

V- La détection et le contrôle des erreurs

V-1- Le contrôle simple par bit de parité V-2- Le contrôle croisé par bit de parité

Chapitre 4 Les différents modes de transmission

I- Les modes d’exploitation d’une ligne

I-1- Le mode simplex I-2- Le mode half duplex

I-3- Le mode full duplex

II- Les transmissions en série et les transmissions en parallèle

II-1- La transmission série II-2- la transmission parallèle

III- La synchronisation

III-1- La transmission en mode synchrone III-2- La transmission en mode asynchrone

IV- Le partage d’une voie de transmission

IV- 1- Le multiplexage IV- 2- La concentration

Chapitre 5 Les réseaux numériques de transmission

I- L’interconnexion entre réseaux

I-1- Présentation

I-2- Classification des réseaux WAN

II- Le fonctionnement des réseaux de transmission numériques

II-1- Le réseau frame relay

II-2- Le réseau RNIS

II-3- Le réseau IP MPLS

Chapitre 1 Structure des systèmes téléinformatiques
Chapitre 1
Structure des systèmes téléinformatiques

I- Introduction

Généralement, un réseau est le résultat de la connexion d’entités informatiques (ordinateurs, imprimantes, switchs, …) pour permettre à ces dernières de partager des ressources afin d’échanger des données entre les hôtes.

Le terme réseau en fonction de son contexte peut désigner plusieurs choses.

Il peut désigner l’ensemble des machines, ou l’infrastructure informatique d’une organisation

avec les protocoles qui sont utilisés, ce qui est le cas lorsqu’on parle d’Internet.

Le terme réseau peut également être utilisé pour décrire la façon dont les machines d’un site

sont interconnectées. C’est le cas lorsqu’on dit que les machines d’un site (sur un réseau local) sont sur un réseau Ethernet, Token Ring, réseau en étoile, réseau en bus

Le terme réseau peut aussi être utilisé dans le cadre de la spécification du protocole qui est utilisé pour que les machines communiquent. On peut parler du protocole TCP/IP, IPX/SP, NetBeui (protocole Microsoft), DecNet (protocole DEC)…

En effet, les réseaux sont nés d’un besoin d’échanger des informations de manière simple et

rapide entre les machines. Lorsqu’on travaillait sur une même machine, toutes les

informations nécessaires au travail étaient centralisées sur la même machine. Presque tous les utilisateurs et tous les programmes avaient des accès à ces informations.

Les réseaux locaux ou LAN (Local Area Network) qui correspondent par leur taille à des réseaux intro - entreprises. La distance de câblage peut s'étendre sur quelques kilomètres. (Distance géographique restreinte).

On trouve aussi les réseaux distants ou WAN (Wide Area Network) destinés à transporter des données entre deux ou plusieurs sites géographiquement éloignés. Un réseau local est un ensemble d’équipements informatiques, qui sont interconnectés ensemble à travers des équipements réseau et des câbles réseau spécifiques dépendant du type de réseau. Ces réseaux sont caractérisés par la distance courte restreinte et qui dépend du type de média (câble). Pour interconnecter plusieurs réseaux locaux distants entre eux, on fait appel aux réseaux WANs qui sont généralement des services à la propriété des opérateurs télécom. Ces réseaux WANs sont caractérisés par le type de service WAN et les équipements d’interconnexions nécessaires.

Au niveau des réseaux, la transmission numérique consiste à faire transiter les informations sur le support physique de communication sous forme de signaux numériques. Ainsi, des données analogiques devront préalablement être numérisées avant d'être transmises.

Toutefois, les informations numériques ne peuvent pas circuler sous forme de 0 et de 1 directement, il s'agit donc de les coder sous forme d'un signal possédant deux états, par exemple :

deux niveaux de tension par rapport à la masse

la différence de tension entre deux fils

la présence/absence de courant dans un fil

la présence/absence de lumière

Cette transformation de l'information binaire sous forme d'un signal à deux états est réalisée par l'ETCD, appelé aussi codeur bande de base, d'où l'appellation de transmission en bande de base pour désigner la transmission numérique

II- Les éléments d’un système téléinformatique

II-1- La nécessité de l'interconnexion

Un réseau local sert à interconnecter les ordinateurs d'une organisation, toutefois une organisation comporte généralement plusieurs réseaux locaux, il est donc parfois indispensable de les relier entre eux. Dans ce cas, des équipements spécifiques sont nécessaires.

Modem Switch Ethernet Routeur Switch Ligne spécialisée Routeur Hub Ethernet Hub Ethernet
Modem
Switch Ethernet
Routeur
Switch
Ligne spécialisée
Routeur
Hub Ethernet
Hub Ethernet

Lorsqu'il s'agit de deux réseaux de même type, il suffit de faire passer les trames de l'un sur l'autre. Dans le cas contraire, c'est-à-dire lorsque les deux réseaux utilisent des protocoles différents, il est indispensable de procéder à une conversion de protocole avant de transférer les trames. Ainsi, les équipements à mettre en œuvre sont différents selon la configuration face à laquelle on se trouve.

II-2- Les équipements terminaux

On appelle équipements terminaux les équipements périphériques du réseau, les principaux équipements terminaux sont :

Les Serveurs Fournissant des ressources partageables (Base de données, applications)

Les micro-ordinateurs et postes de travail accédant aux ressources des serveurs

Les imprimantes permettant des impressions en réseau

Les Téléphones IP permettant de passer des appels téléphoniques en IP sue le réseau

Les Scanners Générer des pages scannées et les transférer à travers le réseau

 

II-3- Les équipements d'interconnexion

Les principaux équipements matériels mis en place dans les réseaux locaux sont:

Les répéteurs, permettant de régénérer un signal

Les concentrateurs (hubs), permettant de connecter entre eux plusieurs hôtes

Les ponts (bridges), permettant de relier des réseaux locaux de même type

Les commutateurs (switchs) permettant de relier divers éléments tout en segmentant le réseau

Les passerelles (gateways), permettant de relier des réseaux locaux de types différents

Les routeurs, permettant de relier de nombreux réseaux locaux de telle façon à permettre la circulation de données d'un réseau à un autre de la façon optimale.

a) Les répéteurs

Sur une ligne de transmission, le signal subit des distorsions et un affaiblissement d'autant plus importants que la distance qui sépare deux éléments actifs est longue. Généralement, deux nœuds d'un réseau local ne peuvent pas être distants de plus de quelques centaines de mètres, c'est la raison pour laquelle un équipement supplémentaire est nécessaire au-delà de cette distance.

Un répéteur (en anglais repeater) est un équipement simple permettant de régénérer un signal entre deux noeuds du réseau, afin d'étendre la distance de câblage d'un réseau. Le répéteur travaille uniquement au niveau physique (couche 1 du modèle OSI), c'est-à-dire qu'il ne travaille qu'au niveau des informations binaires circulant sur la ligne de transmission et qu'il n'est pas capable d'interpréter les paquets d'informations.

Répéteur

Répéteur Signal affaibli Signal régénéré

Signal affaibli

Signal régénéré

D'autre part, un répéteur peut permettre de constituer une interface entre deux supports physiques de types différents, c'est-à-dire qu'il peut par exemple permettre de relier un segment de paire torsadée à un brin de fibre optique (convertisseur de signal)

b) Le concentrateur (HUB) Un concentrateur est un élément permettant de concentrer le traffic provenant de plusieurs hôtes, et de régénérer le signal. Le concentrateur est ainsi une entité possédant un certain nombre de ports (il possède autant de ports qu'il peut connecter de machines entre elles, généralement 4, 8, 16 ou 32). Son unique but est de récupérer les données binaires parvenant sur un port et de les diffuser sur l'ensemble des ports. Tout comme le répéteur, le concentrateur opère au niveau 1 du modèle OSI, c'est la raison pour laquelle il est parfois appelé répéteur multiports.

laquelle il est parfois appelé répéteur multiports . Le concentrateur permet ainsi de connecter plusieurs

Le concentrateur permet ainsi de connecter plusieurs machines entre elles, parfois disposées en étoile, ce qui lui vaut le nom de hub (signifiant moyeu de roue en anglais; la traduction

Transmission analogique numérique Mastère N2TR

Cours élaboré par Khaled Ghorbel

- 6 -

française exacte est répartiteur), pour illustrer le fait qu'il s'agit du point de passage des communications des différentes machines.

On distingue plusieurs catégories de concentrateurs :

* Les concentrateurs dits "actifs" : ils sont alimentés électriquement et permettent de régénérer le signal sur les différents ports

* Les concentrateurs dits "passifs" : ils ne permettent que de diffuser le signal à tous les hôtes connectés sans amplification

c) Le commutateur (Switch)

Le commutateur (en anglais switch) est un pont multiports, c'est-à-dire qu'il s'agit d'un élément actif agissant au niveau 2 du modèle OSI.

élément actif agissant au niveau 2 du modèle OSI. Le commutateur analyse les trames arrivant sur

Le commutateur analyse les trames arrivant sur ses ports d'entrée et filtre les données afin de les aiguiller uniquement sur les ports adéquats (on parle de commutation ou de réseaux commutés). Si bien que le commutateur permet d'allier les propriétés du pont en matière de filtrage et du concentrateur en matière de connectivité.

d) Le Pont

Les ponts sont des dispositifs matériels permettant de relier des réseaux travaillant avec le même protocole. Ainsi, contrairement au répéteur, qui travaille au niveau physique, le pont travaille également au niveau logique (au niveau de la couche 2 du modèle OSI), c'est-à-dire qu'il est capable de filtrer les trames en ne laissant passer que celles dont l'adresse correspond à une machine située à l'opposé du pont. Ainsi le pont permet de segmenter un réseau en conservant au niveau du réseau local les trames destinées au niveau local et en transmettant les trames destinées aux autres réseaux. Cela permet de réduire le traffic (notamment les collisions) sur chacun des réseaux et d'augmenter le niveau de confidentialité car les informations destinées à un réseau ne peuvent pas être écoutées sur l'autre brin. En contrepartie l'opération de filtrage réalisée par le pont peut conduire à un léger ralentissement lors du passage d'un réseau à l'autre, c'est la raison pour laquelle les ponts doivent être judicieusement placés dans un réseau.

Un pont sert habituellement à faire transiter des paquets entre deux réseaux de même type.

Un pont possède deux connexions à deux réseaux distincts. Lorsque le pont reçoit une trame sur l'une de ses interfaces, il analyse l'adresse MAC du destinataire et de l'émetteur. Si jamais le pont ne connaît pas l'émetteur, il stocke son adresse dans une table afin de se "souvenir" de quel côté du réseau se trouve l'émetteur. Ainsi le pont est capable de savoir si émetteur et destinataire sont situés du même côté ou bien de part et d'autre du pont. Dans le premier cas le pont ignore le message, dans le second le pont transmet la trame sur l'autre réseau.

Fonctionnement d'un pont : Un pont fonctionne selon la couche Liaison données du modèle OSI, c'est-à-dire qu'il opére au niveau des adresses physiques des machines. En réalité le pont est relié à plusieurs réseaux locaux, appelés segments. Le pont élabore une table de

locaux, appelés segments . Le pont élabore une table de Transmission analogique numérique Mastère N2TR Cours

correspondance entre les adresses des machines et le segment auquel elles appartiennent et "écoute" les données circulant sur les segments.

Lors d'une transmission de données, le pont vérifie sur la table de correspondance le segment auquel appartiennent les ordinateurs émetteurs et récepteurs (grâce à leur adresse physique, appelée adresse MAC, et non leur adresse IP. Si ceux-ci appartiennent au même segment, le pont ne fait rien, dans le cas contraire il va faire basculer les données vers le segment auquel appartient le destinataire.

Utilité d'un tel dispositif : Le pont permet de segmenter un réseau, c'est-à-dire que, dans le cas présenté ci-dessus, les communications entre les 3 ordinateurs représentés en haut n'encombrent pas les lignes du réseau entre les 3 ordinateurs du bas, l'information passera uniquement lorsqu'un ordinateur d'un côté du pont enverra des données à un ordinateur situé de l'autre côté. D'autre part ces ponts peuvent être reliés à un modem, afin d'assurer la continuité d'un réseau local à distance.

f) Le routeur

Les routeurs sont les machines clés d'Internet car ce sont ces dispositifs qui permettent de "choisir" le chemin qu'un message va emprunter. Lorsque vous demandez une URL, le client Web interroge le DNS, celui-ci indique l'adresse IP de la machine visée. Votre poste de travail envoie la requête au routeur le plus proche (en général la passerelle du réseau) qui choisit la prochaine machine à laquelle il va faire circuler la demande de telle façon que le chemin choisi soit le plus court.

De plus, les routeurs permettent de manipuler les données (qui circulent sous forme de datagrammes: paquets) afin de pouvoir assurer le passage d'un type de réseau à un autre (contrairement à un dispositif de type pont). Ainsi, les réseaux ne peuvent pas faire circuler la même quantité simultanée d'information en terme de taille de paquets de données. Les routeurs ont donc la possibilité de fragmenter les paquets de données pour permettre leur circulation.

Les routeurs sont capables de créer des cartes (tables de routage) des itinéraires à suivre en fonction de l'adresse visée grâce à des protocoles dédiés à cette tâche. Les premiers routeurs étaient de simples ordinateurs ayant plusieurs cartes réseau (on parle de machines multihôtes), dont chacune était reliée à un réseau différent. Les routeurs actuels sont pour la plupart des matériels dédiés à la tâche de routage.

Un routeur possède plusieurs interfaces réseau, chacune connectée sur un réseau différent. Un routeur possède ainsi autant d'adresses IP que de réseaux différents sur lesquels il est connecté.

que de réseaux différents sur lesquels il est connecté. Transmission analogique numérique Mastère N2TR Cours
que de réseaux différents sur lesquels il est connecté. Transmission analogique numérique Mastère N2TR Cours