Vous êtes sur la page 1sur 80

UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA

Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie


Département des Sciences Biologique

Mémoire E n v u e d e l ’ o b t e n t i o n d u d i p l ô me d e

MASTER ACADEMIQUE
Domaine : Science de la Nature et de la Vie
Filière : Biologie

Spécialité : Biotechnologie végétale

Thème
Caractérisation morphologique des «Vitro-plants» du palmier dattier
(Phoenix dactylifera. L) dans la station INRAA de Touggourt

Présente par :
HADJI Fatiha
HAMADA Fethia

Soutenu publiquement
Le : …/06/2014
Devant le jury :

Mr CHELOUFI H. Pr. Président UKM Ouargla


Mme BABAHANI S. M.C.A. Encadreur UKM Ouargla
Mr ALLAM A. Chercheur Co-encadreur INRAA Toug.
Mlle SALHI N. M.C.A. Examinatrice UKM Ouargla
Mr BELAROUSSI M. E. M.A.A. Examinateur UKM Ouargla

Année universitaire : 2013/2014


Liste des abréviations
ACP Analyse en Composantes Principales.
DD Diamètre moyen de la datte.
DN Diamètre du noyau.
Een Epaisseur d’endocarpe.
Eép Epaisseur d’épicarpe.
Esp Espacement entre épines.
I.T.D.A.S Institut Technique de Développement d’Agronomie Saharienne.
INRAA Institut National des Recherches Agronomiques d’Algérie.
LaE Largeur des épines.
LaF Largeur des folioles.
LD Longueur moyenne de la datte.
LN Longueur du noyau.
LoE Longueur des épines.
LoF Longueur des folioles.
LP Longueur totale de la palme.
LPE Longueur de la partie épineuse.
LPVAP Laboratoire de Physiologie Végétale et d’Amélioration des Plantes.
NbE Nombre des épines.
NbF Nombre des folioles.
O.N.M Office Nationale de Météorologie.
PD Poids de pulpe.
PN Poids du noyau.
TA palmier adulte issu de rejet (dans l'exploitation privée).
TJ palmier jeune issu de rejet (dans l'exploitation privée).
VA palmier adulte issu de la culture in Vitro (dans l'exploitation de l'INRAA).
VJ jeune palmier issu de la culture in Vitro (dans l'exploitation de l'INRAA).
Liste des figures
Titre Page
01 Palme du dattier. 06
02 Fruit et graine du palmier dattier. 06
03 Situation géographique de Sidi Mahdi. 13
04 Paysage global des deux parcelles des vitro-plants de l’INRAA - Touggourt 15
05 Répartition des pieds sélectionnés dans les parcelles des vitro plants. 16
06 Méthodologie de travail. 17
07 Méthodes de mesures sur le palme. 18
08 Méthode de mesures sur des folioles (Pennes). 19
09 Méthode de mesures sur la partie épineuse. 19
10 Répartition des variables selon les axes 1 et 2 (In vitro 2008) 23
11 Répartition des individus selon les axes 1 et 2 (In vitro 2008) 26
12 Répartition des variables selon les axes 1 et 2 (In vitro 1999) 27
13 Répartition des individus selon les axes 1 et 2 (In vitro 1999) 27
14 Répartition des variables selon les axes 1 et 2 (in vitro 2008 et 1999) 30
15 Répartition des individus selon les axes 1 et 2 (in vitro 2008 et 1999) 31
16 Répartition des variables selon les axes 1 et 2 (Traditionnels 2008) 33
17 Répartition des individus selon les axes 1 et 2 (Traditionnels 2008) 34
18 Répartition des variables selon les axes 1et 2 (Traditionnels 1999) 36
19 Répartition des individus selon les axes 1 et 2 (Traditionnels 1999) 37
20 Répartition des variables selon les axes 1 et 2 (In vitro et traditionnels 2008) 39
21 Répartition des individus selon les axes 1 et 2 (In vitro et traditionnels 2008) 40
22 Répartition des variables selon les axes 1 et 2 (In vitro et traditionnels 1999) 42
23 Répartition des individus selon les axes 1 et 2 (In vitro et traditionnels 1999) 43
24 Répartition des variables selon les axes 1 et 2 (Analyse globale) 45
25 Répartition des individus selon les axes 1 et 2 (Analyse globale) 47
26 Conformité entre les vitro-plants et les pieds traditionnels 48
27 Effet d’âge sur les vitro plants (différents organes) 48
Liste des annexes
Titre Page
01 Guide d’enquête I
02 Enquête sur les caractères morphologiques III
03 Caractérisation des Vitro- plants 2008 IV
04 Caractérisation des Vitro- plants 1999 V
05 Caractérisation des Vitro- plants 1999 et 2008 VII
06 Caractérisation des Pieds traditionnels 2008 IX
07 Caractérisation des Pieds traditionnels 1999 IX
08 Caractérisation des Vitro-plant et des pieds traditionnels 2008 X
09 Caractérisation des Vitro-plant et des pieds traditionnels 1999 XII
10 Analyse globale XIV
11 Quelques matériaux utilisés XVI
12 Attaque de Cochenille blanche sur les vitro-plants 2008 XVI
Liste des tableaux
Titre Page
Tableau N 01 Extrait de matrice de corrélation des variables (In vitro 2008) 22
Tableau N 02 Cosinus carrés des variables (In vitro 2008) 23
Tableau N 03 Cosinus carrés des individus (In vitro 2008) 24
Tableau N 04 Extrait de matrice de corrélation des variables (In vitro 1999) 25
Tableau N 05 Cosinus carrés des variables (In vitro 1999) 26
Tableau N06 Cosinus carrés des individus (In vitro 1999) 27
Tableau N 07 Extrait de matrice de corrélation des variables (in vitro 2008 et 1999) 29

Tableau N 08 Cosinus carrés des variables (in vitro 2008et 1999) 30


Tableau N 09 Cosinus carrés des individus (in vitro 2008 et 1999) 31
Tableau N 10 Extrait de matrice de corrélation des variables (Traditionnels 2008) 32
Tableau N 11 Cosinus carrés des variables (Traditionnels 2008) 33
Tableau N 12 Cosinus carrés des individus (Traditionnels 2008) 34
Tableau N 13 Extrait de matrice de corrélation des variables (Traditionnels 1999) 35
Tableau N 14 Cosinus carrés des variables (Traditionnels 1999) 36
Tableau N 15 Cosinus carrés des individus (Traditionnels 1999) 37
Tableau N 16 Extrait de matrice de corrélation des variables in vitro et traditionnels 38
2008
Tableau N 17 Cosinus carrés des variables (In vitro et traditionnels 2008) 39
Tableau N 18 Cosinus carrés des individus (In vitro et traditionnels 2008) 40
Tableau N 19 Extrait de matrice de corrélation des variables des in vitro et 41
traditionnels 1999.
Tableau N 20 Cosinus carrés des variables (In vitro et traditionnels 1999) 42
Tableau N21 Cosinus carrés des individus (In vitro et traditionnels 1999). 43
Tableau N 22 Extrait de matrice de corrélation des variables (Analyse globale). 44
Tableau N 23 Cosinus carrés des variables (Analyse globale). 45
Tableau N 24 Cosinus carrés des individus (Analyse globale). 47
Sommaire Page

Introduction 02

Chapitre I: Généralités
1- Taxonomie 05
2- Principaux caractères de reconnaissances des cultivars 06
2.1 – Caractéristiques morphologiques des organes végétatifs et de production 06
2.2 - Caractères morphologiques du fruit et de la graine 06
2.3- Autres méthodes de caractérisation 07

3 – Multiplication des palmiers dattiers 07


3 .1- Vois sexée (Par grain) 07
3.2 – Vois asexuée 07

4- Matériel végétal de propagation 09


4.1- Rejet (Djebbar ou Hachana) 09
4.2- Gourmand (Rekeb) 09
4.3 – Vitro-plant (Embryogenèse somatique indirect) 09
5- Principales opérations culturales du palmier dattier à appliquer 11

5.1 – Fertilisation 11

5.2 – Pollinisation 11
5.3 - Limitation - Ciselage- 11

Chapitre II: Matériel et Méthodes


1- Présentation de la station INRAA Touggourt 13
1.1- Situation géographique 13

1.2 - Facteurs écologiques de la région 14

2 - Vitro plantes du palmier dattier dans la station INRA de Touggourt 15


3 – Méthodologie de travail 17
3.1- Choix des palmiers dattiers 18
3. 2 - Mesure des organes végétatifs et des fruits 18

3.3 – Utilisation de l’Analyse en Composantes Principales (ACP) 20

Chapitre III: Résultats et discussion

1 - Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification des 22


vitro-plants 2008
2- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification des vitro- 25
plants 1999
3- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification des vitro- 28
plants 2008 et 1999
4- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification des 32
pieds traditionnels 2008.
5- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification des pieds 35
traditionnels 1999.
6-Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification des plants 38
In vitro et traditionnels 2008
7- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification des 41
vitro-plants et traditionnels 1999
8- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification des 44
analyses globales
Conclusion 50
Références bibliographiques 53

Annexes 56
Introduction
Introduction

Introduction
Le palmier dattier, Phoenix dactylifera. L, est la culture par excellence des régions
chaudes et sèches du globe (BELGUEDJ, 2002). Il est considéré comme la principale espèce,
cultivée au Sahara.
Le palmier dattier fournit de la nourriture pour les populations locales et sa production
est la seule qui fait l'objet d’un commerce d’exportation (OZENDA, 1991). En effet, le
patrimoine phoenicicole algérien occupe une place stratégique dans l’économie des régions
sahariennes.
Le palmier dattier espèce hétérozygote, Monocotylédone et dioïque est confronté à
deux problèmes majeurs : l’âge avancé des palmiers qui limite le nombre de rejets disponibles
et les maladies cryptogamiques, surtout le Bayoud qui a disséminé plus de 3 millions de palmiers
en Algérie (SAKA et al. 1997).

La culture «In vitro» de tissus se présente comme une alternative pour assurer la
multiplication de génotype d’élite et entrevoir l’amélioration de cette espèce (SAKA et al.
1997).

Depuis plus d’une décennie, le laboratoire de physiologie végétale de l’Institut


National de la Recherche Agronomique d’Algérie (INRAA) s’est investi dans ce domaine.

Des résultats probants sur la multiplication in vitro du palmier dattier par la voie de
l’embryogénèse somatique ont été enregistrés. Des vitro plants issus de ce programme sont
plantés dans leur milieu d’origine et les fruits obtenus sont conformes à la variété mère
(I.N.R.A.A, 2009).

Ce travail vient pour poursuivre ces investigations, il vise à étudier quelques caractères
morphologiques des vitro plants des palmiers dattier, cultivés dans la station INRAA de
Touggourt.

Le travail consiste à comparer les caractéristiques morphologiques des vitro plants de


la variété Deglet Nour, issus par embryogénèse somatique avec celles des pieds issus de
multiplication végétative (rejets). En effet, cette voie de multiplication in vitro pose de
nombreux problèmes de conformité à cause de la phase callogénèse (BOUGUEDOURA,
1991).

2
Introduction

Avec l’absence de toute information sur cette collection de vitro plants et non
existence d’un archive relatif à son installation, nous avons jugé utile de vérifier la conformité
de certains caractères morphologiques de quelques pieds Deglet Nour de cette collection.

3
Chapitre I
Généralités
Chapitre I : Généralités

Chapitre I : Généralités
1 - Taxonomie

Le palmier dattier a été dénommé Phoenix dactylifera par LINNE en 1734. Phoenix
dérive de Phoenix, nom du dattier chez les Grecs qui le considéraient comme l’arbre des
phéniciens. Dactylifera vient du latin dactylus dérivant des Grecs dactylos, qui signifie doigt,
en raison de la forme du fruit (EL BAKER, 1972 ; MUNIER, 1973).
Le palmier dattier est une Monocotylédone de la famille des Arécaceae (palmacées)
(MUNIER, 1973). Il appartient à la sous famille des Coryphoideae et reste le seul genre de la
tribu des Phoeniceae (UHL et DRANSFIELD, 1987). Ce genre comporte douze (12) espèces
(MUNIER, 1973 ; NIXON et CARPENTER, 1978 ; OUDEJANS in FERWERDA et WIT,
1969).
La classification botanique du palmier dattier est :
Groupe: Spadiciflore.
Embranchement: Angiospermes
Classe: Monocotylédones
Ordre: Arécales (Palmales)
Famille: Arécaceae (Palmacées)
Sous famille: Coryphoidées
Tribu: Phoenicées
Genre: Phoenix
Espèce: Phoenix dactylifera L. (DJERBI, 1994)

5
Chapitre I : Généralités

2 – Principaux caractères de reconnaissance des cultivars


2.1 - Caractéristiques morphologiques des organes végétatifs et de production
De nombreux caractères morphologiques peuvent être utilisés pour la reconnaissance
des pieds mâles et femelles du palmier dattier, comme les caractères des inflorescences (spathe,
régime, hampe florale) et les caractères végétatifs (stipe, palmes) (Figure 01).

Figure 01 : Palme du dattier (MUNIER, 1973)

2.2– Caractères morphologiques du fruit et de la graine


La reconnaissance des cultivars du palmier dattier se fait en se basant, surtout sur les
caractères des fruits et de leurs graines (HANNACHI et al., 1998).
Les principaux caractéristiques utilisées sont : la forme du fruit, ses dimensions, sa
couleur, sa consistance, sa composition chimique. Pour la graine, on utilise principalement la
forme, les dimensions, la position du pore, (Figure 02).

Figure 02 : Fruit et graine du palmier dattier (MUNIER, 1973)

6
Chapitre I : Généralités

3.2-Autres méthodes de caractérisation


La caractérisation des glycosides flavoniques de neuf (09) cultivars,en Algérie a permis
d'identifier 15 composés et a montré que la diversité des glycosides des pennes des palmes, en
faits d'intéressants marqueurs moléculaires (OUAFI et al., 2008). L'utilisation de dix systèmes
enzymatiques a montré une importante diversité génétique, qui s'est avérée indépendante
de l'origine géographique des cultivars (OULD MOHAMED SALEM et al.,
2001).
BENNACEUR et al. (1991) qui ont travaillé sur 186 individus et appartenant à 31 cultivars
provenant de diverses palmeraies algériennes, rapportent que sur les 20 systèmes enzymatique
testés, seuls 7 enzymes ont été retenus. Ils présentent une bonne activité du polymorphisme et
la résolution des bandes permet une bonne interprétation.
D'autre part, l'utilisation de plusieurs amorces universelles a permis de générer des
amplimères polymorphes qui ont été exploités pour examiner les relations phylogéniques
entre les variétés et cultivars testés (BAAZIZ et al., 1996 ; SEDRA et al.,1998 ; TIRAIF et
al., 1998).

3-Multiplication des palmiers dattiers


Il existe deux voies de multiplication du palmier dattier, qui sont:

3.1-Voie sexuée (Par graine)


Le palmier dattier est une plante dioïque, comportant des sujets mâles et des sujets
femelles. Il ne se reproduit pas fidèlement par graines. Les semis de noyaux donnent des
individus uniques, chacun, un peu comme les êtres humains, étant différent des autres
(PEYRON, 2000).

3.2 - Voie asexuée :


Cette voie regroupe deux méthodes :
3.2.1 - Par rejet : C’est la méthode classique de multiplication végétative. Les nouveaux
arbres sont génétiquement identiques au pied mère qui leur donne naissance.
(PEYRON, 2000).
3.2.2 - Vitro plants de palmier dattier : La multiplication in vitro une autre méthode de
multiplication végétative, qui doit respecter la conformité variétale des caractères végétatifs et
productifs.

7
Chapitre I : Généralités

Trois méthodes de multiplication in vitro existent : La prolifération par bougonnement


axillaire, réversion des ébauches florales, l’embryogenèse somatique (PEYRON, 2000).

Dans le cadre du projet RAB 98G/31 (200162005) : « Gestion Participative des


Ressources Génétiques du Palmier Dattier dans les Oasis du Maghreb », la technique de
multiplication des plantes in vitro a été développée dans le Laboratoire de Physiologie
Végétale et d’Amélioration des Plantes (LPVAP) de l’INRAA (Mahdi-Boualem, Alger) afin
de multiplier en masse les cultivars rares et ceux sollicités par les agriculteurs (site du projet).

Parmi les modes de multiplication, la réversion florale a été utilisée et pour cela des
séances de formation ont été dispensées aux agriculteurs sur les techniques de prélèvement et
de conservation des embauches florales (BELGUEDJ et al., 2008).

 Méthodes de propagation utilisées :


La Biotechnologie Végétale utilise principalement deux techniques de propagation par
la culture in vitro : premièrement, micropropagation par Organogenèse. Cette méthode est
plus utilisée au Maroc et la deuxième méthode, Embryogenèse somatique, est plus utilisée en
Algérie. En effet pour le cas du palmier dattier, l’INRAA a opté pour la régénération par
embryogénèse somatique indirecte. Cette voie présente une simplicité des milieux de
culture à utiliser et un temps de réponse relativement court (I.N.R.A.A, 2009).
En effet, depuis plus d’une décennie, le Laboratoire de Physiologie Végétale s’est investi
dans ce domaine. Des résultats probants sur la multiplication in vitro du palmier dattier par la
voie de l’embryogénèse somatique sont plantés dans leur milieu d’origine, et les fruits
obtenus sont conformes à la variété mère (I.N.R.A.A, 2009).

- Définition d’embryogénèse somatique indirecte


Un fragment de tissu, feuille, bourgeon axillaire ou terminal est placé sur un milieu
nutritif de culture. Ce milieu contient des auxines et des cytokinines. Les quantités d’auxines
sont élevées pour permettre au végétal de passer à un stade de cellules indifférenciées,
appelées cals (I.N.R.A.A, 2009).

- Définition de l’organogénèse :
La micropropagation du palmier dattier par la technique d’organogenèse s’adresse aux
potentialités méristématiques préexistantes chez les explants, mis en culture et qui permettent
une néoformation directe du bourgeon. La régénération des plantules par cette technique

8
Chapitre I : Généralités

comprend différent étapes, allant de l’initiation de bourgeon à l’obtention de plantules


enracinées (ELHADRAMI I.1993).

4 - Matériel végétal de propagation


4 .1 - Rejet (Djjebar ou Hachana)
Rejeton émis à la base du stipe du dattier et qui est en contact du sol, émet des racines
tout en étant attaché au pied mère.
Les critères de commercialisation et d’autoconsommation familiale de dattes fraîches
et transformées, en rapport aux aptitudes agro écologiques de la région, ont permis depuis des
siècles aux phoeniciculteurs de la région d’arriver à la structure variétale actuelle, répondant
en grande partie aux besoins des populations oasiennes locales. Cette dynamique de sélection
est beaucoup moins présente aujourd’hui et on assiste même à une régression de cette
diversité génétique sous le poids de différents facteurs dont les plus importants sont liés à la
loi féroce du marché qui impose pratiquement une seule variété, la Deglet-Nour (BELGUEDJ
et al, 2008). Les rejets à sevrer doivent être prélevés à la base du tronc, au voisinage du sol.
Leur forme n’a aucune incidence sur la reprise, cependant on préfère les rejets droits et trapus
à ceux longs et courbés. Le poids du rejet est variable, selon les régions, mais les plus
couramment utilisés ont un poids qui varie entre 15 et 20 kg (MUNIER, 1973).

4.2 – Gourmand (Rekeb)


Il est aussi un rejet attaché au stipe, à des hauteurs variables, mais pas au contact du sol. Il
n’a pas donc de racines ; mais comme le Djebbar, il est de même conformité variétale que le
pied mère qui le porte (BELGUEDJ et al. , 2008). Il n’est pas toujours utilisé pour la
propagation.

4.3 – Vitro-plant (Embryogenèse somatique indirecte)


Après récupération du phyllophore (bourgeon apical), les étapes à suivre sont :

4.3.1 - Première étape (Désinfection et mise en culture)


 Rincer le bourgeon apical avec de l’eau distillée, puis mettre le bourgeon dans une
solution contenant des fongicides pour éliminer toute attaque cryptogamique.
 Fragmenter le bourgeon en quatre parties.
 Préparer le milieu de culture (deux jours avant la culture).
 Rincer les fragments des bourgeons bien et les poser dans le milieu d’initiation.

9
Chapitre I : Généralités

4.3.2 - Deuxième étape (Initiation et maturation des embryons) :


Cette étape est appelée phase d’induction de la callogénèse et dure de 5 à 13 mois, en
fonction des cultivars utilisés.

 Initiation des cals embryogénèse : les mises en culture ont lieu entre Mars et
Avril. Pour induire la callogenèse, on utilise un milieu de base, le MS (Murashige
et Skoog, 1962), avec une concentration de 100 mg / l de 2,4-D, est associé à 3
mg /l de IPA (P12-5) et 3 g de charbon actif (M100), sous une température de
28 °C et dans l’obscurité, pendant 6 à 8 mois (SAKA et al., 1997). Le milieu de
culture contient des auxines et des cytokinines. Les quantités d’auxines sont
élevées pour permettre au végétal de passer à un stade de cellule indifférenciée,
appelée cals ; puis prolifération des cals embryogénèse (I.N.R.A.A, 2009).

 Maturation et germination des embryons somatiques :


Pendant un mois jusqu'à 50 jours, mettez les cals dans un milieu de germination
dépourvu de substances de croissance et à une concentration de saccharose plus
élevée. Durant la germination, les embryons sont soumis à un photopériodisme de
16 heures, avec des températures de 28 °C jour et 24 °C, la nuit (SAKA et al,
1997).

4.3.3 - Troisième étape (Développement des vitro-plants et pré-acclimatation)


Après la germination des souches embryogénèses, à différents stades de
développement : des embryons somatiques aux plantes entières. Séparer ces dernières et les
repiquer dans un milieu contenant les éléments nécessaires pour leur développement afin
d’obtenir des plantules vigoureuses prêtes à être acclimater (I.N.R.A.A, 2009).

4.3.4 - Quatrième étape (Acclimatation des vitro-plants)


 Traitement préventif et mise en pot :
- Débarrasser de la gélose et désinfecter préventivement.
- Repiquer le vitro-plant en sachet de plastique, contenant de la tourbe.
- Acclimater le vitro-plant en conditions d’humidité saturante.
- Laisser les vitro-plants en phase de durcissement, pendant 6 mois, avant
leur transfert au champ (I.N.R.A.A, 2009).
 Transfert au champ : Il peut être réalisé à n’importe quel période de l’année, et
par un non spécialiste.

10
Chapitre I : Généralités

5 – Principales opérations culturales du palmier dattier à appliquer


5.1 - Fertilisation
- Fertilisation organique
Le palmier dattier répond très bien à la fumure organique, surtout sous climat chaud et
en culture irriguée; l’humus est détruit très rapidement. La dose recommandée est de 20 Kg /
palmier / an ; pendant les trois premières années et 100 Kg / palmier, pour les arbres de plus
de 10 ans (I.T.D.A.S, 1993).
- Fertilisation minérale
Pour l’azote : 4 à 6 kg d’azote / palmier, fractionné en 3 ou 4 apports ; à partir de
Février ; correspondant aux différents stades (floraison – nouaison – grossissement des fruits).
Pour la fertilisation phospho –potassique ; dans la plupart de nos régions arides, le
palmier n’a pas répondu aux applications de potasse et de phosphate (I.T.D.A.S, 1993).
5.2 - Pollinisation
C’est une opération très délicate ; elle nécessite beaucoup d’attention car elle est
déterminante pour la production. Compte tenu du caractère dioïque, la pollinisation est
effectuée par l’homme, elle consiste à prendre les pédicelles des fleurs mâles (Dakkar) et les
introduire entre les pédicelles des fleurs femelles ; puis les attacher avec une partie de la
penne, pendant les 2 à 3 jours qui suivent l’éclatement des inflorescences.
La période de pollinisation s’étale de Mars à fin Avril. L’opération devra être répétée
3 à 4 fois pour assurer une bonne pollinisation car les spathes femelles ne sortent pas
ensemble et demandent 3 à 4 grimpées pas arbre (I.T.D.A.S, 1993).

5.3 - Limitation - Ciselage-


Comme tout arbre fruitier, le palmier est sujet au phénomène de saisonnement
(alternance des rendements). Pour limiter ce phénomène, il faut limiter le nombre de régimes
par pied à 12 - 14, selon la vigueur du palmier et son âge. Cette opération est effectuée au
mois de juin.
Le ciselage, qui consiste à réduire le nombre de fruits, est pratiqué pour améliorer la qualité
de la production.
Donc, pour donner plus de régularité à la production et améliorer la production, il est
donc nécessaire de prêter une attention particulière à ces deux opérations menées toutes deux
simultanément (I.T.D.A.S, 1993).

11
Chapitre II
Matériel et méthodes
Chapitre II : Matériel et méthodes

Chapitre II : Matériel et Méthodes

1-Présentation de la station INRAA Touggourt


1.1- Situation géographique
La station de Sidi-Mehdi est située à 7 Km au sud-est de Touggourt (I.N.R.A.A,
Touggourt 2014)*. Les coordonnés géographiques de la station sont : latitude de 33° 04’
Nord, longitude de 06° 05’ Est, avec une altitude moyenne de 85 m (O.N.M ., 2005).

Figure 03 : Situation géographique de Sidi Mahdi (Google Earth, 2014).

* : enquête de terrain

13
Chapitre II : Matériel et méthodes

Elle a été crée par le Service des Etudes Scientifiques de l’Hydraulique en 1959 au
sein d’un périmètre irrigué de 150 ha ; puis elle a été transférée à l’INRAA, qui assure sa
gestion depuis 1966 à ce jour. Elle s’étend sur une superficie de 52 ha, dont 25 ha sont
réservés pour le palmier dattier (Variété Deglet-Nour), 1 ha pour la collection des cultivars du
palmier dattier et 4 ha sont réservés pour les essais des cultures maraîchères (06 serres) et
cultures fourragères (I.N.R.A.A, Touggourt 2014).

1.2 - Facteurs écologiques de la région


1.2.1 - L’eau :
Au début des années 60, la station était alimentée par un seul forage de la nappe albienne,
son eau est caractérisée par une température de plus de 50 °C et une salinité oscillant
entre 2.5 et 3 g/l. En 1989, la station a bénéficié d’un forage au Miopliocène. L’eau de ce
forage a une température de 25 °C et une salinité de 5 à 6 g/l (I.NR.A.A, Touggourt
2014).

1.2.2 - Le sol :
Les sols de la station sont généralement sableux avec 70 % de sable fin, et traversés
par des encroûtements gypso-salins. La structure du sol est de type particulaire. Les sols sont
peu évolués et très pauvres en matière organique (inférieure à 0.5 %). La salinité est comprise
entre 2 et 4 mmhos (I.N.R.A.A, Touggourt 2014).

1.2.3 - Le climat :
En général, la région d’Oued-Righ est caractérisée par un climat sec et hyper aride,
accusant des écarts de températures importants entre le jour et la nuit et entre les saisons. La
température moyenne annuelle est de 22 °C. La température moyenne des maxima enregistrée
est supérieure à 40,3 °C; alors que la température moyenne des minimas est de 5,1 °C. Les
précipitations sont rares et irrégulières, elles sont estimées à une moyenne de 61,9 mm par an.

Les vents sont fréquents et violents, surtout durant la période s’étalant de Mars à
Juillet. L’humidité relative de l’air est faible, elle est estimée à une moyenne de 47.4 %
(I.N.R.A.A, Touggourt 2014).

14
Chapitre II : Matériel et méthodes

2 – Vitro-plants du palmier dattier dans la station INRA de Touggourt


Le nombre de vitro- plants du palmier dattier dans la station INRA de Touggourt est
estimé à environ 65 pieds en 2014; ils sont répartis sur deux parcelles : la première crée en
Novembre 1999, de 0,25 ha et contient 17 pieds DEGLET NOUR et un pied «DOKKAR » et
une deuxième parcelle de 0,5 ha, crée le 23-11- 2008 et qui comporte 38 pieds DEGLET
NOUR et 3 pieds GHARS et 6 pieds d’autres variétés (Figures 04 et 05).

Parcelle 2008 Parcelle 1999

Figure 04 : Paysage global des deux parcelles des vitro-plants de l’INRAA - Touggourt

15
Chapitre II : Matériel et méthodes

Nord

Parcelle 2008 Parcelle 1999

Deglet Nour sélectionné.

Deglet Nour.

Autres variétés.

DN Rejet.

Système d’irrigation.

Van.

Figure 05 : Répartition des pieds sélectionnés dans les parcelles des vitro plants.

16
Chapitre II : Matériel et méthodes

3 - Méthodologie de travail
La démarche de l’étude est présentée dans la figure 06.

Formulation du sujet

Recherche bibliographique

Contact avec l’INRA (Touggourt)

Choix des vitro plants du palmier dattier

Enquête et Mesure des organes


végétatifs et des fruits

Dépouillement des résultats

Utilisation de l’ACP

Discussion des résultats

Conclusion

Figure 06 : Méthodologie de travail

17
Chapitre II : Matériel et méthodes

3.1- Choix des palmiers dattiers


Nous avons sélectionné des palmiers dattiers qui présentaient encore des fruits, lors de
notre visite (fin Novembre 2013). Quinze (15) pieds ont été choisis, dans chaque parcelle des
vitro plants. Sept (07) pieds de Deglet Nour de même âge, ont été sélectionnés, pour
comparaison, dans une exploitation du secteur traditionnel (hors station) car les pieds de la
station sont tous âgés.

L’exploitation du secteur traditionnel se situe à coté de la station INRAA et se


caractérise par une biodiversité importante, avec une variabilité d’âge des pieds.

3. 2 - Mesure des organes végétatifs et des fruits


Les mesures ont été réalisées dans les exploitations, elles ont concerné les
caractéristiques suivantes : Nombre, largeur et longueur de (palmes, épines et pennes)
(I.PGRI, 2005)*. Ces mesures sont réalisées entre le 24 et le 31 Décembre 2013.
Nous avons effectué les mesures sur les organes végétatifs et les fruits des deux types du
palmier dattier, comme suit :

- Les palmes : Choisir deux palmes vertes, localisées dans la couronne moyenne
(actives) et saines sur chaque pied. Nous avons mesuré la longueur totale, la longueur
de la partie épineuse, nous avons également observé la courbure de la couronne
foliaire (Figure 07).

Figure 07 : Méthodes de mesures sur la palme

18
Chapitre II : Matériel et méthodes

- Les folioles (pennes) : Choisir trois folioles, sur chaque palme, disposées sur la partie
médiane et mesure de la longueur et de la largeur maximale moyennes ; puis le nombre de
folioles sur une palme (Figure 08).

Longueur de foliole (pennes) Largeur maximale de foliole (pennes)

Figure 08 : Méthode de mesures sur des folioles (Pennes)

- Les épines : Choisir trois épines dans chaque palme, disposées sur la partie médiane et
mesure des longueurs et largeurs maximales moyennes, puis le nombre d’épines sur chaque
palme et l’espace entre les épines (Figure 09) ;

Longueur de l’épine Largeur maximale de l’épine

Figure 09 : Méthode de mesures sur la partie épineuse

19
Chapitre II : Matériel et méthodes

- Les fruits : Prélever le poids de 10 dattes (fruits, pulpes et graines), sur chaque pied et
mesure des moyennes des longueurs et diamètres des dattes et des graines puis l’épaisseur
d’endocarpe et épaisseur d’épicarpe.

3.3 – Utilisation de l’Analyse en Composantes Principales (ACP):


Pour avoir une meilleure interprétation des variables intervenants dans la
caractérisation des différents palmiers échantillonnés, une analyse en Composantes
Principales (ACP) a été réalisée.

L’analyse en composantes principales (ACP) est un outil d'analyse de données qui


permet d'expliquer la structure des corrélations ou des covariances en utilisant des combinaisons
linéaires des données originales. Son utilisation permet de réduire et d'interpréter les
données sur un espace réduit (MALIKI, 2000). L’ACP a pour objectif de présenter, sous une
forme graphique, le maximum de l’information contenue dans une table de données, basées
sur le principe de double projection sur les axes factoriels (LAGARDE,
1995).

Pour identifier nos palmiers, nous avons donné les codes suivants :
- VJ: Jeunes palmiers issus de la culture in Vitro (dans l'exploitation de l'INRAA).
- VA: Palmiers adultes issus de la culture in Vitro (dans l'exploitation de l'INRAA).
- TJ : Palmiers jeunes issus des rejets (dans l'exploitation privée).
- TA : Palmiers adultes issus des rejets (dans l'exploitation privée).

20
Chapitre III
Résultats et discussion
Chapitre III : Résultats et discussion

1- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de


fructification des vitro-plants 2008
1.1 - Corrélation entre variables :
Le tableau (02) (Annexe N 03), donne les principales corrélations retrouvées entre les
différentes variables des organes végétatifs et de fructification des vitro plants 2008.

A partir du tableau (01) d’extrait de matrice de corrélation, on note qu’il y a plusieurs


relations entre les variables. Nous avons sélectionnée les principales corrélations, qui sont :

Tableau N 01: Extrait de matrice de corrélation des variables (In vitro 2008).

PD LD DD Eép PN LP LPE NbF LoF NbE


LD 0,985
DD 0,784 0,760
Eép 0,792 0,789 0,674
PN 0,705
LN 0,830 0,841 0,654
DN 0,613
LP -0,581 -0,634
LPE -0,608 -0,657 0,917
NbF -0,597 -0,649 0,867 0,741
NbE -0,644 0,610
LoE 0,894
LaE 0,585 0,654 0,778

Des corrélations positives entre le poids de la datte (PD) avec la longueur de la datte
(LD), le diamètre de la datte (DD), l'épaisseur de l'épicarpe (Eép) et la longueur du noyau
(LN).

D’autres entre la longueur de datte (LD) et le diamètre de la datte (DD), l'épaisseur de


l'épicarpe (Eép) et la longueur du noyau (LN). Le diamètre de la datte (DD) est également
corrélé positivement avec le poids du noyau ou graine (PN). La plupart de ces corrélations
confirment celles rapportées par NIXON (1950).

D’autres corrélations positives sont enregistrées entre la longueur de palme (LP), la


longueur de la partie épineuse (LPE) et le nombre des folioles (pennes) (NbF). D’autres entre
la longueur de la partie épineuse (LPE) avec le nombre de folioles (NbF). Enfin, des corrélations
positives entre la longueur des folioles (LoF) et la longueur d’épines (LoE) et entre le
nombre des épines (NbE) et la largeur d’épine (LaE).

Des corrélations négatives ont été notées entre le poids de la datte (PD) avec la longueur
du palme (LP) et la longueur de la partie épineuse (LPE). D’autres entre la longueur de la datte
(LD) et la longueur des palmes (LP) ; la longueur de la partie épineuse (LPE), le

22
Chapitre III : Résultats et discussion

nombre des folioles (NbF) et le nombre d’épines (NbE). Enfin des corrélations négatives entre
l’épaisseur de l’épicarpe (Eép) et le nombre des folioles (NbF).

1.2 Analyse en Composantes Principales (A.C.P) sur les vitro plants 2008.
Le plan ½ (F1 et F2) représente un pourcentage d’inertie de 54.76 %. Le premier axe
factoriel F1 représente surtout des variables liées à la datte : poids de la date (PD), longueur
de datte (LD), Diamètre moyen de la datte (DD), l'épaisseur de l'épicarpe (Eép), la longueur du
noyau(LN) et des caractères liés à la palme : longueur des palmes (LP), longueur de la partie
épineuse (LPE) et nombre des folioles (NbF).
Le second axe factoriel F2 représente une variable particulière, qui est le diamètre du
noyau (DN) (Tableau N 02 et figure N 10).

Tableau N 02 : Cosinus carrés des variables (In vitro 2008)

F1 F2
PD 0,811 0,099
LD 0,874 0,043
DD 0,601 0,138
Eép 0,628 0,021
Een 0,019 0,000
PN 0,116 0,206
LN 0,554 0,035
DN 0,020 0,588
LP 0,687 0,008
LPE 0,632 0,006
NbF 0,676 0,126
LoF 0,005 0,281
LaF 0,004 0,146
NbE 0,480 0,098
LoE 0,058 0,370
LaE 0,360 0,391 Figure N 10: Répartition des variables, selon les axes 1 et
Esp 0,117 0,109 2 (In vitro 2008)

Ce plan factoriel étant interprété, nous pouvons y projeter les individus (Figure 11).

Après avoir vérifié que les individus étaient bien représentés sur le plan factoriel en
examinant les valeurs des cosinus carrés des angles entre les individus et les axes factoriels
(valeurs des cosinus carrés) (Tableau 03), il semble se dégager 4 groupes d’individus :

23
Chapitre III : Résultats et discussion

– Groupe 1 : Ce groupe est constitué par les individus V1J, V4J, ils se discriminent par une
longueur de palme, une longueur de la partie épineuse et un nombre de folioles élevés
(Annexe 03 : Tableaux 01).

– Groupe 2 : Ce groupe est constitué par l’individu V8J, il se caractérise par un poids de
datte, une longueur de la datte et une épaisseur de l’épicarpe élevés (Annexe 03: Tableaux
01).

– Groupe 3 : Ce groupe est constitué par l’individu V7J, qui se caractérise par le diamètre du
noyau élevé (Annexe 03 : Tableaux 01).

– Groupe 4 : Ce groupe est constitué par le reste des individus, qui ne se discriminent pas par
des caractères particuliers. Ils représentent 66% de la totalité des individus.

Tableau N 03 : Cosinus carrés des individus (In vitro 2008)

F1 F2

V1J 0,597 0,031

V2J 0,422 0,355

V3J 0,147 0,009

V4J 0,514 0,138

V5J 0,206 0,014

V6J 0,383 0,070

V7J 0,001 0,643

V8J 0,711 0,006

V9J 0,394 0,081

V10J 0,178 0,002

V11J 0,385 0,284 Figure N 11: Répartition des individus, selon les axes 1
et 2 (In vitro 2008)
V12J 0,151 0,138

Ces résultats montrent que la plupart des vitro-plants de cette collection sont semblables,
puisqu’il n’y a pas de caractères discriminants entre eux. Les individus des trois groupes
discriminés présentent des spécificités dues principalement à une sur-irrigation par

24
Chapitre III : Résultats et discussion

submersion, au début d’installation de la parcelle (mauvaise répartition de l’eau). Ce système


a été changé en Goutte à Goutte, en 2010.

2- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de


fructification des vitro-plants 1999
2.1 - Corrélation entre les variables :
Le tableau (04) (Annexe N04), donne les principales corrélations retrouvées entre les
différents variables des organes végétatifs et de fructifications des vitro plants 1999.

A partir du tableau (04) d’extrait de matrice de corrélation, on note qu’il y a plusieurs


relations entre les variables. Nous avons sélectionné les principales corrélations, qui sont :

Tableau N 04 : Extrait de matrice de corrélation des variables (In vitro 1999).

PD LD DD Een PN LN DN LP LPE NbF LaF NbE


LD 0,879 1
DD 0,780 0,725 1
Een 0,691 0,644 0,663 1
LN 0,616 0,837 0,536 0,573 1
LP -0,619 -0,724 1
LPE -0,593 -0,549 -0,567 0,625 1
LaF 0,681 1
NbE 0,590 0,771 0,657 1
LaE 0,632 0,529 0,532
Esp -0,581 -0,548 -0,561

Des corrélations positives entre le poids de la datte (PD) avec longueur de la datte
(LD) et le diamètre de la datte (DD), l’épaisseur d’endocarpe (Een) et la longueur du noyau
(LN). Des corrélations positives entre la longueur de datte (LD) avec le diamètre de datte (DD),
l’épaisseur d’endocarpe (Een) et la longueur du noyau (LN). D'autres corrélations positives
entre le diamètre de datte (DD) et l’épaisseur d’endocarpe (Een). La plupart de ces corrélations
confirment celles rapportées par NIXON (1950).

D’autres corrélations positives sont enregistrées entre la longueur des palmes (LP) et
la longueur de la partie épineuse (LPE). Des corrélations positives entre le nombre des
folioles (NbF) avec la largeur des folioles (LaF), le nombre d’épine (NbE) et la largeur
d’épine (LaE). D’autres entre la largeur des folioles (LaF) avec le nombre d’épine (NbE).

Des corrélations négatives ont été notées entre le poids de la datte (PD) et la longueur
de la partie épineuse (LPE). D’autres entre la longueur de la datte (LD) avec la longueur des

25
Chapitre III : Résultats et discussion

palmes (LP), la longueur de la partie épineuse (LPE) et l’espacement d’épine (Esp) et entre le
poids du noyau (PN) et l’espacement épineux (Esp).

Des corrélations négatives ont été également notées entre la longueur du noyau (LN)
avec la longueur des palmes (LP) et l'espacement des épines(Esp). Enfin Des corrélations
négatives entre le diamètre du noyau (DN) et la longueur de la partie épineuse (LPE).

2.2 - Analyse en Composantes Principales (A.C.P) sur les vitro plants 1999.

Le plan ½ (F1 et F2) représente un pourcentage d’inertie de 53.92 %. Le premier axe


factoriel F1 représente surtout des variables liées à la datte : poids de la date (PD), longueur
de datte (LD), la longueur du noyau(LN), et des caractères liés à la palme : longueur des
palmes (LP) et la longueur de la partie épineuse (LPE).

Le second axe factoriel F2 représente seul, les caractères liés à la palme et qui sont :
nombre des folioles (NbF), largeur des folioles (LaF), nombre d’épines (NbE) et largeur
d’épines (LaE) (Tableau N 05 et figure N 12).

Tableau N 05 : Cosinus carrés des variables (In vitro 1999).

F1 F2
PD 0,722 0,014
LD 0,843 0,012
DD 0,461 0,019
Eép 0,117 0,015
Een 0,405 0,146
PN 0,277 0,245
LN 0,659 0,036
DN 0,235 0,033
LP 0,576 0,043
LPE 0,539 0,120
NbF 0,193 0,627
LoF 0,235 0,083
LaF 0,001 0,718
NbE 0,145 0,640
LoE 0,000 0,000
LaE 0,041 0,560 Figure N 12: Répartition des variables, selon les axes 1 et 2
Esp 0,375 0,031 (In vitro 1999)

26
Chapitre III : Résultats et discussion

Ce plan factoriel étant interprété, nous pouvons y projeter les individus (Tableau 06,
Figure 13).

L’analyse de la projection permet de dégager 5 groupes d’individus :


- Groupe 1 : Ce groupe est constitué par les individus V1A, V5A, V7A, caractérisés par un
poids de la datte, une longueur de la datte et une longueur du noyau élevé (Annexe 04 :
Tableaux 03).

- Groupe 2 : Ce groupe est constitué par les individus V10A, V13A, caractérisés par une
longueur des palmes et une longueur de partie épineuse élevée (Annexe 04 : Tableaux 03).

- Groupe 3: Ce groupe est constitué par les individus V2A, V12A, V14A, caractérisés par un
espace partie épineuse élevé (Annexe 04 : Tableaux 03).

- Groupe 4: Ce groupe est constitué par l’individu V11A, caractérisé par une largeur d’épine,
un nombre de foliole et un nombre d’épine élevés (Annexe 04 : Tableaux 03).

- Groupe 5 : Ce groupe est constitué par le reste des individus, qui ne se discriminent pas par
des caractères particuliers. Ils représentent 40 % de la totalité des individus.

Tableau N06: Cosinus carrés des individus (In vitro 1999).

F1 F2
V1A 0,547 0,023
V2A 0,074 0,501
V3A 0,266 0,038
V4A 0,146 0,138
V5A 0,539 0,043
V6A 0,130 0,380
V7A 0,468 0,001
V8A 0,007 0,255
V9A 0,081 0,248
V10A 0,485 0,141
V11A 0,046 0,638
V12A 0,669 0,011
V13A 0,483 0,171
V14A 0,461 0,293 Figure N 13: Répartition des individus, selon les axes 1 et 2

V15A 0,018 0,129 (In vitro 1999)

27
Chapitre III : Résultats et discussion

Ces résultats montrent que la plupart des vitro plants de cette collection se divisent sur
quatre groupes, chaque groupe est discriminé par des caractères spécifiques. Le reste des
individus paraissent semblables, puisqu’il n’y a pas de caractères discriminants entre eux.

Les individus des quatre groupes discriminés présentent des spécificités dues
principalement à cause également d’une mauvaise répartition de l’eau avec le premier
système d’irrigation (submersion). Ces pieds sont souvent prés du bassin d’irrigation.

Les pieds (V1A, V5A, V7A) se trouvent dans l’ombre par rapport aux autres pieds, ce
qui influe sur leur développement.

Il est à noter que les pieds de la collection ont été amendés avec du fumier, une seule
fois au début de la plantation jusqu’à ce jour. Les pieds remplacés n’ont pas été amendés.

3- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification


des vitro-plants 2008 et 1999
3.1 - Corrélation entre les variables :
Le tableau (06) (Annexe N 05), donne les principales corrélations, retrouvées entre les
différentes variables des organes végétatifs et de fructification des vitro plants 2008 et 1999.

A partir du tableau (07) d’extrait de matrice de corrélation, on note qu’il y a plusieurs


relations entre les variables, nous avons sélectionné les principales corrélations et qui sont :

Tableau N 07: Extrait de matrice de corrélation des variables (In vitro 2008 et 1999).

PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE


PD 1
LD 0.95 1
DD 0.81 0.78 1
Eép 0.72 0.71 0.60 1
LN 0.78 0.85 0.52 0.55 1
DN 0.72 1
LP -0.60 -0.51 -0.46 -0.42 -0.48 0.48 -0.51 0.64 1
LPE -0.63 -0.51 -0.47 -0.42 -0.50 0.55 -0.43 0.63 0.96 1
NbF -0.59 -0.48 -0.46 -0.47 -0.46 0.59 -0.43 0.71 0.95 0.96 1
LoF 0.64 0.64 0.72 0.73 0.75 1
LaF 0.57 0.64 0.71 0.76 0.76 0.61 1
NbE -0.63 -0.56 -0.48 -0.45 -0.40 0.55 -0.45 0.66 0.87 0.90 0.90 0.69 0.77 1
LoE 0.42
LaE -0.48 -0.43 0.56 -0.43 0.66 0.77 0.77 0.81 0.57 0.68 0.85
Esp -0.46 -0.40

28
Chapitre III : Résultats et discussion

Des corrélations positives entre le poids de la datte (PD) avec la longueur de la datte
(LD), le diamètre de la datte (DD), l’épaisseur de l’épicarpe (Eép) et la longueur du noyau (LN).
Des corrélations positives entre la longueur de la datte (LD) avec le diamètre de la datte (DD)
et l’épaisseur de l’épicarpe (Eép). La plupart de ces corrélations confirment celles rapportées
par NIXON (1950).

D’autres corrélations positives sont enregistrées entre le poids du noyau (PN) avec le
diamètre du noyau (DN). Des corrélations positives sont également notées entre le diamètre
du noyau (DN) avec le nombre des folioles (NbF). D’autres corrélations entre la longueur des
palmes (LP) avec la longueur de la partie épineuse (LPE), le nombre de folioles (NbF), la
longueur des folioles (LoF), la largeur des folioles (LaF), le nombre d’épines (NbE) et la la
largeur d’épines (LaE). D’autres corrélations positives entre la longueur de la partie épineuse
(LPE) avec le nombre des folioles (NbF), la longueur des folioles (LoF), la largueur des folioles
(LaF), le nombre d’épines (NbE) et la largeur d’épine (LaE). D’autres corrélations positives
sont notées entre le nombre des folioles (NbF) avec la longueur des folioles (LoF), la largeur
des folioles (LaF), nombre d’épines (NbE) et la largeur d’épine (LaE) et entre la largeur des
folioles (LaF) avec le nombre d’épines (NbE).

Enfin des corrélations positives entre le nombre d’épines (NbE) et la largeur d’épine
(LaE). De même des corrélations négatives ont été notées entre le poids de la datte (PD) et la
longueur du palme (LP), la longueur de la partie épineuse (LPE), le nombre des folioles
(NbF) et le nombre d’épine (NbE). D’autres entre la longueur de la datte (LD) et la longueur
de la palme (LP), la longueur de la partie épineuse (LPE) et le nombre d’épines (NbE) et entre
l’épaisseur d’endocarpe (Een) avec la longueur de la partie épineuse (LPE). Enfin des
corrélations négatives entre la longueur du noyau (LN) avec la longueur de la palme (LP).

3.2 - Analyse en Composantes Principales (A.C.P) sur les vitro plants 2008 et 1999.
Le plan ½ (F1 et F2) représente un pourcentage d’inertie de 68.66 %. Le premier axe
factoriel F1 représente une variable liée à la datte : poids de la date (PD) et des caractères liés
à la palme : la longueur des palmes (LP), la longueur de la partie épineuse (LPE), le nombre
des folioles (NbF), la longueur des folioles (LoF), la largeur des folioles (LaF), le nombre des
épines (NbE) et la largeur de l’épine (LaE).

29
Chapitre III : Résultats et discussion

Le second axe factoriel F2 représente les variables liées à la datte : longueur de la


datte (LD) et la longueur du noyau (LN) et une variable liée à la palme : espacement des
épines (Tableau N 08 et figure N 14).

Tableau N 08 : Cosinus carrés des variables (In vitro 2008 et 1999).

F1 F2
PD 0,583 0,348
LD 0,460 0,491
DD 0,349 0,313
Eép 0,349 0,260
Een 0,226 0,000
PN 0,302 0,348
LN 0,346 0,365
DN 0,480 0,171
LP 0,873 0,012
LPE 0,893 0,021
NbF 0,907 0,032
LoF 0,542 0,166
LaF 0,562 0,155
NbE 0,882 0,018
LoE 0,034 0,037
LaE 0,687 0,045 Figure N 14 : Répartition des variables, selon les
Esp 0,004 0,413 axes 1 et 2 (In vitro 2008 et 1999)

Ce plan factoriel étant interprété, nous pouvons y projeter les individus (Figure 15).

Après avoir vérifié que les individus étaient bien représentés sur le plan factoriel en
examinant les valeurs des cosinus carrés des angles entre les individus et les axes factoriels
(valeurs des cosinus carrés) (Tableau 09), il semble se dégager 4 groupes d’individus :

- Groupe 1 : Ce groupe est constitué par les individus V1J, V2J, V3J, V5J, caractérisés par
un espacement d’épine élevé (Annexe 05 : Tableau 05).

- Groupe 2 : Ce groupe est constitué par les individus V6J, V8J, V9J, V10J, V11J, V12J,
caractérisés par un poids de la datte, une longueur de la datte, une longueur du noyau moyenne
(Annexe 05 : Tableaux 05).

30
Chapitre III : Résultats et discussion

- Groupe 3 : Ce groupe est constitué par les individus V10A, V11A, V12A, V13A, V15A,
discriminés par les caractères des palmes : une longueur de la palme, une longueur de la partie
épineuse, une largeur d’épine, un nombre de folioles, une longueur de foliole, une largeur de
foliole et un nombre d’épines élevés (Annexe 05 : Tableaux 05).

- Groupe 4 : Ce groupe est constitué par le reste des individus, qui ne se discriminent pas par
des caractères particuliers. Ils représentent 44.43 % de la totalité des individus.

Tableau N09: Cosinus carrés des individus (In vitro 2008 et 1999).

F1 F2
V1J 0,062 0,519
V2J 0,026 0,511
V3J 0,226 0,366
V4J 0,012 0,193
V5J 0,226 0,498
V6J 0,736 0,214
V7J 0,474 0,051
V8J 0,886 0,021
V9J 0,598 0,182
V10J 0,522 0,035
V11J 0,830 0,013
V12J 0,731 0,000
V1A 0,168 0,222
V2A 0,344 0,135
V3A 0,345 0,186
V4A 0,412 0,323
V5A 0,198 0,475
V6A 0,176 0,040
V7A 0,243 0,347
V8A 0,325 0,054
V9A 0,404 0,269
V10A 0,746 0,041
V11A 0,725 0,121
V12A 0,692 0,108
V13A 0,794 0,045 Figure N 15 : Répartition des individus, selon
V14A 0,360 0,142 les axes 1 et 2 (In vitro 2008 et 1999)
V15A 0,827 0,026

31
Chapitre III : Résultats et discussion

Ces résultats montrent qui' il y a une hétérogénéité au sein des deux parcelles de
l'exploitation de l'INRAA. Les individus des trois groupes se discriminent principalement par

- Le différence évidente entre les deux parcelles en âge.


- L’amélioration culturale de 1999 à 2008.
- Le différence entre les pieds mère.
- La parcelle de 1999 a reçu un amendement ; alors que la parcelle 2008 n’a jamais reçu
de fumure.
- La parcelle 2008 parait plus exposée au soleil par rapport à la parcelle 1999 ; l’âge
reste un facteur déterminant de ce constat.
- Le système submersion a été plus longuement utilisé pour la parcelle 1999, par rapport
à celle de 2008.

4 - Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de


fructification des pieds traditionnelle 2008.
4.1 - Corrélation entre les variables :
Le tableau (08) (Annexe N 06), donne les principales corrélations retrouvées entre les
différentes variables des organes végétatifs et de fructification des pieds traditionnels 2008.

- A partir du tableau (10) d’extrait de matrice de corrélation, on note qu’il y a plusieurs


relations entre les variables :

Tableau N 10: Extrait de matrice de corrélation des variables (Traditionnels 2008)

LP NbF LoF NbE

LPE 0,816
NbF 0,831

LaF -0,863
NbE 0,886 0,944

Esp -0,836 -0,793

32
Chapitre III : Résultats et discussion

Des corrélations positives entre la longueur de la palme (LP) avec la longueur de la partie
épineuse (LPE), le nombre des folioles (NbF) et le nombre d’épines (NbE). D’autres
corrélations positives entre le nombre des folioles (NbF) avec le nombre d’épines (NbE).

Nous avons noté également des corrélations négatives entre le nombre des folioles
(NbF) avec l’espacement des épines (Esp).

D’autres corrélations négatives entre la longueur des folioles (LoF) avec la largeur des
folioles (LaF). Enfin des corrélations négatives entre le nombre d’épines (NbE) avec
l’espacement d’épine (Esp).

4.2 - Analyse en Composantes Principales (A.C.P) sur les pieds traditionnels 2008
Le plan ½ (F1 et F2) représente un pourcentage d’inertie de 74.41 %. Les deux axes
qui représentent les variables liées à la palme. Les pieds ne portent pas de fruits à l’époque de
la caractérisation.
Le premier axe factoriel F1 représente les variables suivantes : longueur des palmes
(LP), nombre de folioles (NbF), nombre d’épines (NbE) et espacement épineux (Esp).
– Le second axe factoriel F2 représente les variables suivantes : longueur de la partie épineuse
(LPE) et la longueur d’épine (LoE) (Tableau N 11 et figure N 16).

Tableau N 11 : Cosinus carrés des variables (Traditionnels 2008).

F1 F2
LP 0,772 0,211
LPE 0,305 0,603
NbF 0,929 0,010
LoF 0,222 0,362
LaF 0,441 0,314
NbE 0,917 0,004
LoE 0,008 0,605
LaE 0,128 0,175
Esp 0,613 0,077

Figure N 16 : Répartition des variables, selon les axes 1 et


2 (Traditionnels 2008)

33
Chapitre III : Résultats et discussion

Ce plan factoriel étant interprété, nous pouvons y projeter les individus (Figure 17).

Après avoir vérifié que les individus étaient bien représentés sur le plan factoriel en
examinant les valeurs des cosinus carrés des angles entre les individus et les axes factoriels
(valeurs des cosinus carrés) (Tableau 12), il semble se dégager 4 groupes d’individus :

- Groupe 1 : Ce groupe est constitué par l’individu T1J, caractérisé par un nombre de
folioles, une longueur de palme et une longueur de la partie épineuse élevée (Annexe 06 :
Tableau 07).

- Groupe 2 : Ce groupe est constitué par l’individu T3J, caractérisé par un espacement
épineux élevé (Annexe 06 : Tableau 07).

- Groupe 3 : Ce groupe est constitué par l’individu T7J, caractérisé par une longueur d’épine
et un nombre de folioles moyens (Annexe 06 : Tableau 07).

- Groupe 4 : Ce groupe est constitué par l’individu T2J, caractérisé par un nombre de folioles
élevé (Annexe 06 : Tableau 07).

- Groupe 5 : Ce groupe est constitué par le reste des individus, qui ne se discriminent pas par
des caractères particuliers. Ils représentent 42 % de la totalité des individus.

Tableau N 12: Cosinus carrés des individus (Traditionnels 2008).

F1 F2
T1J 0,596 0,398
T2J 0,576 0,016
T3J 0,820 0,163
T4J 0,088 0,003
T5J 0,112 0,204
T6J 0,015 0,175
T7J 0,044 0,688

Figure N 17 : Répartition des individus, selon les axes 1


et 2 (Traditionnels 2008)

34
Chapitre III : Résultats et discussion

Ces résultats montrent qui' il y a une hétérogénéité au sein de l'exploitation privée. Les
pieds de cette collection se répartissent en quatre groupes et trois individus semblables,
puisqu’il n’y a pas de caractères discriminants entre eux. Les quatre groupes discriminés
présentent des spécificités dues principalement à :

- L’origine des pieds mère.

- L’âge différent des pieds (dates de plantation différentes).

- L’irrigation par submersion.

- L’écartement variable entre les pieds.

5- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification


des pieds traditionnels 1999.

5.1 - Corrélation entre variables :

Le tableau (10) (Annexe N07), donne les principales corrélations retrouvées entre les
différentes variables des organes végétatifs et de fructifications des pieds traditionnels 1999.

A partir du tableau 13 d’extrait de matrice de corrélation, on note qu’il y a plusieurs


relations entre les variables:

Tableau N 13: Extrait de Matrice de corrélation des variables (Traditionnels 1999).


PD LD Eép PN LPE LoF LaF NbE
LD 0,947
Eép 0,927 0,916
LPE -0,966
NbE -0,886 0,881 0,958
LoE -0,939 0,918 0,915 0,985
LaE 0,966
Esp -0,966 -0,935

Des corrélations positives entre le poids de la datte (PD) avec la longueur de la datte(LD)
et l’épaisseur d’épicarpe(Eép) et entre la longueur de la datte (LD) et l’épaisseur de
l’épicarpe(Eép). La plupart de ces corrélations confirment celles rapportées par NIXON
(1950).

D’autres corrélations positives entre la longueur de la partie épineuse (LPE) avec le


nombre d’épines (NbE) et la longueur d’épine (LoE). Entre la longueur des folioles (LoF) et
largeur d’épine (LaE).

35
Chapitre III : Résultats et discussion

D’autres corrélations positives entre la largeur des folioles (LaF) avec le nombre
d’épines (NbE) et la longueur d’épine (LoE). Enfin des corrélations positives entre le nombre
d’épines (NbE) et la longueur d’épine (LoE).

Des corrélations négatives ont été notées entre le poids de la datte (PD) et
l’espacement entre épines (Esp). D’autres entre l’épaisseur d’épicarpes (Eép) et l’espacement
d’épines (Esp) et entre le poids du noyau (PN) avec la longueur de la partie épineuse
(LPE), le nombre d’épine (NbE) et la longueur d’épine (LoE).

5.2 - Analyse en Composantes Principales (A.C.P) sur les pieds traditionnels 1999

Le plan ½ (F1 et F2) représente un pourcentage d’inertie de 77.77 %. Le premier axe


factoriel F1 représente les variables liées à la datte : longueur de datte (LD), l'épaisseur
d’endocarpe (Een), le poids du noyau (PN) et des caractères liés à la palme : longueur de la
partie épineuse (LPE), longueur des folioles (LoF), le nombre d’épines (NbE), longueur
d’épine (LoE) et largeur d’épine (LaE).

Le second axe factoriel F2 représente surtout des variables liées à la datte : le poids de la
datte (PD), diamètre de la datte (DD) et le diamètre du noyau (DN) et un caractère liée à la
palme : espacement épineux (Esp) (Tableau N 14 et figure N 18).

Tableau N 14 : Cosinus carrés des variables (Traditionnels 1999).

F1 F2
PD 0,461 0,519
LD 0,687 0,230
DD 0,104 0,755
Eép 0,290 0,475
Een 0,773 0,000
PN 0,759 0,143
LN 0,395 0,215
DN 0,000 0,828
LP 0,059 0,001
LPE 0,595 0,241
NbF 0,471 0,007
LoF 0,764 0,021
LaF 0,487 0,356
NbE 0,735 0,226
LoE 0,735 0,264
LaE 0,694 0,026 Figure N18 : Répartition des variables, selon les axes

Esp 0,272 0,631 1et 2 (Traditionnels 1999)

36
Chapitre III : Résultats et discussion

Ce plan factoriel étant interprété, nous pouvons y projeter les individus (Tableau 15 ,
figure 19).
La projection des individus permet de distinguer 5 groupes d’individus :
- Groupe 1 : Ce groupe est constitué par l'individu T2A, caractérisé par un espacement
épineux et un diamètre de la datte élevés (Annexe 07 : Tableau 09).
- Groupe 2: Ce groupe est constitué par l'individu T3A, caractérisé par un poids de la datte,
une longueur de la datte, une épaisseur d'endocarpe, une longueur de la foliole et une largeur
d'épine élevés (Annexe 07 : Tableau 09).
- Groupe 3: Ce groupe est constitué par l'individu T4A, caractérisé par un poids du noyau élevé
(Annexe 07 : Tableau 09).
- Groupe 4: Ce groupe est constitué par l'individu T5A, caractérisé par une longueur du
noyau, une longueur de la partie épineuse et un nombre d’épines élevé
(Annexe 07 : Tableau 09).
- Groupe 5 : Ce groupe est constitué par le reste d’individus, qui ne se discriminent pas par
des caractères particuliers. Ils représentent 20 % de la totalité des individus.

Tableau N 15: Cosinus carrés des individus (Traditionnels 1999).

F1 F2
T1A 0,245 0,099
T2A 0,672 0,125
T3A 0,875 0,040
T4A 0,147 0,778
T5A 0,233 0,404

Figure N 19 : Répartition des individus, selon les axes 1 et 2


(Traditionnels 1999)

37
Chapitre III : Résultats et discussion

Ces résultats montrent que les cinq pieds traditionnels sont tous différents entre eux.
Les individus des cinq groupes discriminés présentent des spécificités dues
principalement à :

- L’origine des pieds mère, différent.


- L’âge des pieds approximatif (date de plantation différente).
- Irrigation par submersion.

6-Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification


des plants in vitro et traditionnels 2008
6.1 - Corrélation entre variables :
Le tableau (12) (Annexe N 08), donne les principales corrélations retrouvées entre les
différentes variables des organes végétatifs et de fructification des pieds in vitro et traditionnels
2008.

A partir du tableau de matrice de corrélation (Tableau N 16), on note qu’il y a


plusieurs relations entre les variables, nous avons sélectionné les principales :

Tableau N 16: Extrait de matrice de corrélation des variables in vitro et traditionnels 2008.

LP LPE NbF LoF NbE


LPE 0,875
NbF 0,851 0,609
NbE 0,611 0,599 0,608
LoE 0,720
LaE 0,591

Les principales corrélations positives sont entre la longueur des palmes (LP) avec la
longueur de la partie épineuse(LPE) et le nombre de folioles (NbF). D'autres corrélations
entre la longueur de la partie épineuse (LPE) avec la longueur d'épine (LoE). Enfin des
corrélations positives entre la longueur des folioles (LoF) avec la longueur d’épine (LaE).

6-2- Analyse en Composantes Principales (A.C.P) sur in vitro et traditionnels 1999


Le plan ½ (F1 et F2) représente un pourcentage d’inertie de 60.07%. Le premier axe
factoriel F1 représente surtout des variables liées à la palme : longueur de palme (LP), la
longueur de la partie épineuse (LPE), le nombre des folioles (NbF), nombre d’épines (NbE).

38
Chapitre III : Résultats et discussion

Le second axe factoriel F2 représente une variable particulière, qui est la longueur du
foliole (LoF) et longueur d’épines (LoE) (Tableau 17 et figure 20).

Tableau N 17 : Cosinus carrés des variables (In vitro et traditionnels 2008).

F1 F2
LP 0,811 0,018
LPE 0,649 0,083
NbF 0,800 0,025
LoF 0,110 0,723
LaF 0,044 0,068
NbE 0,614 0,109
LoE 0,184 0,657
LaE 0,390 0,031
Esp 0,089 0,000

Figure N 20 : Répartition des variables, selon les axes 1 et 2


(In vitro et traditionnels 2008)

Ce plan factoriel étant interprété, nous pouvons y projeter les individus (Figure 21). Après

avoir vérifié que les individus étaient bien représentés sur le plan factoriel en
examinant les valeurs des cosinus carrés des angles entre les individus et les axes factoriels
(valeurs des cosinus carrés) (Tableau 18), il semble se dégager 4 groupes d’individus :

– Groupe 1 : Ce groupe est constitué par les individus V2J et V6J, caractérisés par une
longueur de foliole et une longueur d'épine élevées (Annexe 08 : Tableau 11).

– Groupe 2 : Ce groupe est constitué par les individus V8J, V9J, V11J, caractérisés par un
espacement d’épine élevé (Annexe 08 : Tableau 11).

– Groupe 3 : Ce groupe est constitué par les individus T1J, T2J et T4J, caractérisés par une
longueur de palme, une longueur de la partie épineuse, un nombre de folioles et un nombre
d'épines élevés (Annexe 08 : Tableau 11).

39
Chapitre III : Résultats et discussion

– Groupe 4 : Ce groupe est constitué par le reste des individus, qui ne se discriminent pas par
des caractères particuliers. Ils représentent 57 % de la totalité des individus.

Cette ACP confirme globalement les ACP partielles, effectuées sur les vitro plants 2008
seuls et les traditionnels 2008, seuls.

Tableau N 18: Cosinus carrés des individus (In vitro et traditionnels 2008)

F1 F2
V1J 0,418 0,246
V2J 0,016 0,800
V3J 0,056 0,000
V4J 0,374 0,236
V5J 0,013 0,002
V6J 0,028 0,573
V7J 0,343 0,011
V8J 0,890 0,037
V9J 0,573 0,206
V10J 0,071 0,005
V11J 0,897 0,001
V12J 0,381 0,192
T1J 0,905 0,002
T2J 0,547 0,233
T3J 0,208 0,184
T4J 0,082 0,458
T5J 0,005 0,064
T6J 0,010 0,008 Figure N 21: Répartition des individus, selon les axes 1 et
T7J 0,041 0,225 2 (In vitro et traditionnels 2008)

Ces résultats montrent que la plupart des vitro plants de cette collection et les pieds
traditionnels sont semblables, puisqu’il n’y a pas de caractères discriminants entre eux.
Toutefois il y’a quelques pieds qui sont discriminés, dans les 3 groupes, par des caractères
spécifiques. Ce sont globalement les mêmes individus qui présentaient des particularités sur
les ACP précédentes.

Les pieds traditionnels paraissent globalement discriminés par rapport aux vitro plants à
cause de certaines différences entre les deux sites et qui peuvent se résumer en :
- Différence de système d’irrigation.
- Localisation des sites et disposition des pieds dans les parcelles.
- Différence dans l’origine des rejets.

40
Chapitre III : Résultats et discussion

7- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification


des vitro-plants et traditionnels 1999
7.1 - Corrélation entre variables :
Le tableau (14) (Annexe N 09) donne les principales corrélations retrouvées entre les
différentes variables des organes végétatifs et de fructification des pieds d’in vitro et
traditionnels 1999.

A partir du tableau de matrice de corrélation (Tableau N19), on note qu’il y a plusieurs


relations entre les variables. Nous avons sélectionné les principales et qui sont :

Tableau N 19 : Extrait de matrice de corrélation des variables des pieds in vitro et


traditionnels 1999.

PD LD DD PN LN LP LPE LoF LaF NbE


LD 0,860
Eép 0,542 0,478
Een 0,715 0,690
LN 0,557
DN 0,646 0,535
LP -0,557 -0,444 -0,586
LPE -0,515 -0,523 0,596
LaF 0,465
NbE 0,635 0,694
LoE 0,444 0,607
LaE 0,459 0,579
Esp -0,544 -0,470 0,453 -0,513

Des corrélations positives entre le poids de la datte (PD) avec la longueur de la datte
et l'épaisseur d'endocarpe (Een), entre la longueur de la datte (LD) et l’épaisseur de l’endocarpe
(Een). Le diamètre de la datte (DD) est corrélé positivement avec le diamètre du noyau (DN).
La plupart de ces corrélations confirment celles rapportées par NIXON (1950).

D'autres encore entre la longueur de la partie épineuse (LPE) avec le nombre


d’épines (NbE), la largeur des folioles (LaF) avec le nombre d’épines (NbE) et entre le
nombre d’épines (NbE) avec la longueur d'épine (LoE).

Des corrélations négatives ont été notées entre le poids de la datte (PD) avec la longueur
de la partie épineuse (LPE). D'autres entre la longueur de la datte (LD) avec la longueur
des palmes(LP), la longueur de la partie épineuse (LPE), l’espacement d’épine (Esp)
; la longueur du noyau (LN) avec la longueur des palmes (LP) et entre la longueur des folioles
(LoF) avec l’espacement d’épine (Esp).

41
Chapitre III : Résultats et discussion

7.2 – Analyse en Composantes Principales (A.C.P) sur les pieds in vitro et traditionnels
1999
Le plan ½ (F1 et F2) représente un pourcentage d’inertie de 48.36 %. Le premier axe
factoriel F1 représente surtout des variables liées à la datte : poids de la datte (PD), la longueur
de la datte (LD) et des caractères liés à la palme : longueur des palmes (LP) et la longueur
de la partie épineuse (LPE).

Le second axe factoriel F2 représente une variable particulière, qui est la largeur des
folioles (LaF), nombre d’épines (NbE) et la longueur d’épine (LoE) (Tableau 20 et figure 22).

Tableau N 20 : Cosinus carrés des variables (In vitro et traditionnels 1999).

F1 F2
PD 0,620 0,041
LD 0,819 0,003
DD 0,034 0,289
Eép 0,238 0,054
Een 0,351 0,002
PN 0,107 0,157
LN 0,318 0,457
DN 0,000 0,471
LP 0,561 0,010
LPE 0,528 0,108
NbF 0,134 0,003
LoF 0,196 0,111
LaF 0,007 0,573
NbE 0,154 0,597
LoE 0,014 0,504
LaE 0,042 0,256 Figure N 22: Répartition des variables, selon les axes 1 et 2 (In

Esp 0,402 0,059 vitro et traditionnels 1999)

Ce plan factoriel étant interprété, nous pouvons y projeter les individus (Tableau 21,
figure 23).La projection des individus dégage 5 groupes, qui sont :

– Groupe 1 : Ce groupe est constitué par l’individu V1A caractérisé par une longueur de la
datte et un poids de la datte élevés (Annexe 9 : Tableau 14).

42
Chapitre III : Résultats et discussion

– Groupe 2 : Ce groupe est constitué par les individus V10A, V12A et V13A, caractérisés
par une longueur de la palme, une longueur de la partie épineuse élevées (Annexe 9 :
Tableau 14).

– Groupe 3 : Ce groupe est constitué par l’individu T4A, caractérisé par un poids de la datte
élevé (Annexe 9 : Tableau 14).

– Groupe 4 : Ce groupe est constitué par le reste des individus, qui ne se discriminent pas par
des caractères particuliers. Ils représentent 75% de la totalité des individus.

Tableau N21: Cosinus carrés des individus (In vitro et traditionnels 1999).

F1 F2
V1A 0,510 0,004
V2A 0,082 0,274
V3A 0,139 0,041
V4A 0,168 0,093
V5A 0,452 0,220
V6A 0,251 0,005
V7A 0,263 0,151
V8A 0,033 0,013
V9A 0,002 0,365
V10A 0,647 0,035
V11A 0,045 0,322
V12A 0,696 0,010
V13A 0,599 0,100
V14A 0,418 0,083
V15A 0,116 0,167
T1A 0,077 0,145
T2A 0,006 0,460
T3A 0,242 0,011
T4A 0,027 0,750 Figure N 23 : Répartition des individus, selon les axes 1 et 2 (In
T5A 0,053 0,001 vitro et traditionnels 1999)

Ce résultat montre que la plupart des pieds traditionnels et les vitro plants sont semblables.

43
Chapitre III : Résultats et discussion

8- Caractérisation morphologique des organes végétatifs et de fructification


des analyses globales
8.1 - Corrélation entre variables :
Le tableau (16) (Annexe N 10), donne les principales corrélations retrouvées entre
les différentes variables des organes végétatifs et de fructification.

A partir du tableau (22) d'extrait de matrice de corrélation, on note qu’il y a plusieurs


relations entre les variables nous avons sélectionné les principales et qui sont :

Tableau N 22: Extrait de matrice de corrélation des variables (Analyse globale).

PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE


LD 0.94
DD 0.56 0.60
Eép 0.73 0.70 0.40
LN 0.63 0.73 0.51 0.47
DN 0.43
LP -0.52 -0.47 -0.49 -0.38 -0.43 0.43 -0.52

LPE -0.56 -0.47 -0.48 -0.38 -0.46 0.50 -0.42 0.35 0.96
NbF -0.51 -0.43 -0.49 -0.41 -0.40 0.53 -0.47 0.95 0.95

LoF 0.58 0.73 0.74 0.75


LaF 0.43 0.52 0.64 0.71 0.68 0.58
NbE -0.58 -0.53 -0.45 -0.42 -0.37 0.50 -0.39 0.43 0.86 0.90 0.87 0.70 0.74

LaE -0.39 -0.38 -0.38 0.46 0.35 0.72 0.73 0.71 0.57 0.63 0.82

Esp -0.39 -0.47 -0.40

De principales corrélations positives entre le poids de la datte (PD) avec la longueur de


la datte (LD) et l'épaisseur de l'épicarpe (Eép). D’autres corrélations positives entre la
longueur de la datte (LD) avec l’épaisseur de l’épicarpe (Eép) et la longueur du noyau (LN).
La plupart de ces corrélations confirment toujours celles rapportées par NIXON (1950).

D'autre corrélations positives entre la longueur des palmes (LP) avec la longueur de la
partie épineuse (LPE), le nombre de folioles (NbF), la longueur du foliole (LoF), la largeur de
la foliole (LaF), le nombre des épines (NbE), la largeur des épines (LaE). La longueur de la
partie épineuse (LPE) est corrélée positivement avec le nombre de folioles (pennes) (NbF), la
longueur de la foliole (LoF), la largeur du foliole (LaF), le nombre des épines (NbE) et la
largeur des épines (LaE). D'autres entre le nombre de folioles (NbF) avec la longueur du foliole
(LoF), la largeur du foliole (LaF), le nombre des épines (NbE) et la largeur des épines

44
Chapitre III : Résultats et discussion

(LaE). La longueur du foliole (LoF) est corrélée avec le nombre des épines (NbE), la largeur
des épines (LaE); la largeur du foliole (LaF) avec le nombre des épines (NbE). En fin des
corrélations positives entre le nombre des épines (NbE) avec la largeur des épines (LaE).

De principales corrélations négatives ont été notées entre le poids de la datte (PD) avec
la longueur de la palme (LP), la longueur de la partie épineuse (LPE), le nombre des folioles
(pennes) (NbF), le nombre des folioles (pennes) (NbE).

D'autres entre la longueur de la datte (LD) avec la longueur de la palme(LP) et entre


la longueur du noyau (LN) avec la longueur de la palme (LP).

8.2 - Analyse en Composantes Principales (A.C.P) sur analyse globale


Le plan ½ (F1 et F2) représente un pourcentage d’inertie de 62.64 %. Le premier axe
factoriel F1 représente surtout des variables liées à la datte : poids de la datte (PD) et des
caractères liés à la palme : longueur de la palme (LP), longueur de la partie épineuse (LPE),
nombre de folioles (NbF), la longueur des folioles (LoF), le nombre des épines (NbE), la largeur
des épines (LaE).

Le second axe factoriel F2 représente une variable particulière, qui est l'espacement entre
les épines (Esp) (Tableau 23 et figure 24).

Tableau N 23 : Cosinus carrés des variables (Analyse globale).


F1 F2
PD 0.529 0.283
Variables (axes F1 et F2 : 62.64 %)
LD 0.443 0.435
DD 0.309 0.211 1

Eép 0.323 0.244 LD


LN
PD Eép PN
Een 0.215 0.000 0.5 DD LaF
LoF
-- axe F2 (17.43 %) -->

DN
PN 0.250 0.253 LoE
LaG
LN 0.304 0.379 LP
0 Een
DN 0.179 0.138
LP 0.859 0.009
LPE 0.892 0.024 -0.5

NbF 0.867 0.020 Esp

LoF 0.536 0.164


LaF 0.482 0.209 -1
-1 -0.5 0 0.5 1
NbE 0.873 0.030
-- axe F1 (45.21 %) -->
LoE 0.001 0.090
LaE 0.614 0.061
Esp 0.008 0.413 Figure N 24: Répartition des variables selon les axes 1 et 2
(Analyse globale)

45
Chapitre III : Résultats et discussion

Ce plan factoriel étant interprété, nous pouvons y projeter les individus (Figure 25).
Après avoir vérifié que les individus étaient bien représentés sur le plan factoriel en
examinant les valeurs des cosinus carrés des angles entre les individus et les axes factoriels
(valeurs des cosinus carrés) (Tableau 24), il semble se dégager 5 groupes d’individus :

- Groupe 1 : Ce groupe est constitué par les individus V1J, V2J, V3J et V5J, ils se discriminent
par un espacement d'épine élevé (Annexe 1 : Tableau 15).

- Groupe 2 : Ce groupe est constitué par les individus V6J, V7J, V8J, V9J, V10J, V11J,
V12J, qui se caractérisent par un poids de la datte élevé (Annexe 10 : Tableau 15).

- Groupe 3 : Ce groupe est constitué par les individus V4A, V5A et V7A, qui se
caractérisent par une longueur de la foliole (pennes) élevé (Annexe 10 : Tableau 15).

- Groupe 4: ce groupe est constitué par les individus V10A, V11A, V12A, V13A et V15A,
caractérisés par une longueur de palme, une longueur de la partie épineuse, un nombre de
folioles (pennes), un nombre d'épines, une largeur d'épine élevé (Annexe 10 : Tableau 15).

- Groupe 5 : Ce groupe est constitué par le reste des individus, qui ne se discriminent pas par
des caractères particuliers. Ils représentent 40 % de la totalité des individus.

46
Chapitre III : Résultats et discussion

Tableau N 24: Cosinus carrés des individus (Analyse globale).

F1 F2
V1J 0.082 0.559
V2J 0.041 0.434
V3J 0.236 0.385
V4J 0.034 0.135
V5J 0.235 0.467
V6J 0.766 0.187
V7J 0.538 0.046
V8J 0.902 0.015
V9J 0.678 0.133
V10J 0.533 0.047
V11J 0.876 0.009
V12J 0.746 0.000
V1A 0.088 0.257
V2A 0.352 0.165
V3A 0.318 0.195
V4A 0.383 0.413
V5A 0.143 0.523
V6A 0.115 0.087
V7A 0.142 0.386
V8A 0.269 0.045
V9A 0.321 0.304
V10A 0.785 0.034
V11A 0.699 0.185
V12A 0.643 0.081
V13A 0.776 0.034
V14A 0.347 0.102
V15A 0.778 0.033
T1A 0.124 0.008
T2A 0.212 0.204
T3A 0.073 0.135 Figure N 25: Répartition des individus selon les axes 1 et 2
T4A 0.009 0.108
(Analyse globale)
T5A 0.529 0.000

Ce résultat montre que la conformité des vitro-plant avec les pieds traditionnels est
très acceptable. Le pourcentage des individus non discriminés représentent 40% (Figure 26).
On note l’apparition de quatre groupes, discriminants par des caractères spécifiques ; sachant
que nous n’avons pas intégrer les individus traditionnels 2008 qui ne représentaient pas des
fruits.

Les différences entre les quatre groupes sont dues principalement à la différence d’âge
(Figure 27).

47
Chapitre III : Résultats et discussion

Vitro-plant du palmier dattier 2008 Pieds traditionnel 2008

Figure 26 : Conformité entre les vitro-plants et les pieds traditionnels

Pied de 1999 Pied de 2008

1999 1999

2008 2008

Figure 27 : Effet d’âge sur les vitro plants (différents organes)

48
Conclusion générale
Conclusion

Conclusion générale

L'étude sur la caractérisation morphologique de deux collections de vitro plants, installés


à l'INRAA de Touggourt depuis 1999 et 2008 a permis de constater que la plupart des
corrélations entre les variables qui caractérisent les individus de ces deux collections sont liées
surtout au fruit (datte) puis à la palme.

L'ACP sur les vitro plants 2008 a montré que 66 % des individus sont semblables.
Quelques individus qui présentaient des particularités à cause d'une sur-irrigation
(submersion), avant l'installation du système goutte à goutte en 2010.

Les vitro plants 1999, paraissent moins homogènes, puisque seulement 40 % des
individus ne sont pas discriminés par caractères spécifiques. L'enquête a confirmé que le
laboratoire ne maîtrisait pas à l'époque la méthode d'embryogénèse somatique comme il le
faisait en 2008. Les conditions de culture de quelques pieds ont accentué ce constat.

La comparaison des deux collections montre clairement l'effet de l'âge. En effet, l'ACP
sur les vitro plants 1999 et 2008 les discrimine, globalement, en deux groupes distincts selon
l'âge.

Les analyses sur les individus propagés par rejets (traditionnels) montrent une
hétérogénéité entre les individus à cause de l'origine des plants, les pieds mères et les conditions
de culture. Seulement 20 % des pieds issus de rejets 1999 paraissent non discriminés par des
caractères spécifiques. Ce taux augmente à 42 % pour les individus issus des rejets 2008.

Néanmoins, les comparaisons entre les vitro plants et les plants issus de rejets
montrent une conformité entre les vitro plants et leurs correspondants traditionnels choisis ;
même ceux de la collection de vitro plants 1999, qui présentaient, seuls, quelques
hétérogénéités. L'analyse globale confirme ce résultat.

50
Conclusion

Ce résultat confirme, globalement, la maîtrise de cette technique par les laboratoires de


l'INRAA.

Le développement de cette technique à travers sa vulgarisation à travers toutes les


stations de l'INRAA, surtout celles qui se localisent dans les zones de culture du palmier
dattier reste indispensable.

Le passage à l'étape d'exploitation industrielle reste obligatoire, surtout que la conformité


a été vérifiée par les travaux de l'INRAA et par cette présente étude.

La sensibilisation des agriculteurs sur l'intérêt de cette technique dans la préservation


de la diversité et la promotion des cultivars de qualité et la nécessité de leur contribution, surtout
en matière de collecte d'explants adéquats sont importantes.

Des études similaires restent indispensables pour toutes les collections de vitro plants
qui existent dans les stations de recherche (INRAA d'Adrar) ou même de chez des privés
(Daouia à El Oued).

51
Références bibliographiques
Références bibliographiques

Références bibliographiques

1. BAAZIZ, M.; MOKHLISSE, N.; BENDIAB, K.; KOULLA, L.; AOUAD,


A.; HDADOU, H. et MAJOURHAT, K.,1996. Peroxidases as markers in date
palm culture. In : peroxidases, biochemistry and Physiolog. C.Obinger,
U.Burner, R.Ebermann, C.Pen, H.GrEds. University of Agriculture, Vienna and
University of Geneva. pp: 298-302.
2. BELGUEDJ M., 2002. Les ressources génétiques du palmier dattier :
Caractéristiques des cultivars de dattiers dans les palmeraies du Sud. Est
algérien. INRAA, p 9.
3. BELGUEDJ M., TIRICHINE A., GUERRADI M., 2008. La culture du palmier
dattier dans les oasis de Ghardaïa (ALGERIE) pp ,40-42.
4. BENNACEUR M., LANAUD C., CHEVALLIER M. H. et BOUNAGA N.,
1991. Genetic diversity of the date palm (Phoenix dactylifera L.) from Algeria
revealed by enzyme markers. Plant breeding, 107 : 56 – 69.
5. BOUGUEDOURA N., 1991. Connaissance de la morphogénèse du palmier
dattier (Phoenix dactylifera L.). Etude in situ et in vivo du développement
morphogénétique des appareils végétatifs et reproducteur. Thèse Doctorat d’Etat.
USTHB. Alger. 201 p.
6. DJERBI M., 1994. Précis de phoeniciculture, FAO. Rome, 191 p.
7. EL BAKER A., D., 1972. Le palmier dattier, son présent et le nouveau dans sa
culture, son industrie et sa commercialisation. Imprimerie. EL Watan.
Bagdad.1085 p (en arabe).
8. ELHADRAMI I.1993. Rapport de synthèse de l’atelier culture in vitro du
palmier dattier. In Le palmier dattier dans l’agriculture d’oasis des pays
méditerranéens. Options Méditerranéennes : Serie A. Séminaires
Méditerranéens N° 28. pp : 167-168.
9. FERWERDA et WIT F., 1969. Otlines of perennial crop breeding in the
tropics, pp, 243-257.
10. HANNACHI S., KHITRI D., BENKHALIFA A., BRAC de la perrière R.A.
1998. Inventaire variétal de la palmeraie algérienne. Agence Nationale
d'Education et de Publication (ANEP). Alger. 225 p.

53
Références bibliographiques

11. Institut International des Ressources Phytogénétiques (IPGRI), 2005.


Descripteurs du palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) IPGRI/INRA. 71 p.
12. Institut National de la Recherche Agronomique d’Algérie (I.N.R.A.A),
2009. Micropropagation des cultivars de palmier dattier (poenix dactylifera L.)
par la technique d’embryogénèse somatique. Dépliant de vulgarisation.
13. Institut National de la Recherche Agronomique de Marrakech
(I.N.R.A. M), 1993. Multiplication in vitro du Palmier dattier par la technique
d’organogenèse.
14. Institut Technologique de Développement d’Agriculture Saharienne
(I.T.D.A.S), 1993. Institut Technique de Développement de l'Agronomie
Saharienne. Rapport d’activités. pp:13-15.
15. -LAGARDE J., (1995) Initiation à l’analyse des données. Ed. Dunod. Paris
157 p.
16. -MALIKI A. M., (2000) Etude hydrologique hydro chimique et isotopique de
la nappe profonde de Sfax (Tunisie). Thèse de Doctorat. Fac. Sci. Sfax. 301 p.
17. MUNIER P., 1973. Le palmier dattier. Ed. Maison Neuve et Larousse, Paris.
pp : 211-221.
18. NIXON R. W. 1950. Imported varieties of dates in the United States. USDA
Circ. 834 : 144 p.
19. NIXON R. W. and CARPENTER J., 1978. Growing dates in the United
States, Washington D.C. 20402, pp: 57.
20. Office Nationale de Météorologie (O.N.M) 2005 – Données climatiques de la
région de Touggourt.
21. OUAFI S., BOUNAGA N., LEBRETON Ph. et BOUGUEDOURA N., 2008.
Contribution à l’étude des hétérosides flavoniques du palmier dattier.
Recherche de marqueurs des cultivars Algériens. Revue des régions Arides, vol
(2), 379-385.

22. OZENDA P .1991.Flore et végétation du Sahara. Edition du CNRS, paris. pp:


92-93.
23. OULD MOHAMED SALEM A., TRIFI M., SAKKA H., RHOUMA A.,
MARRAKCHI M.,2001a. Genetic inheritance analysis of four enzyme
systems in date-palm(Phoenix dactylifera L.). Genetic Resources and Crop
Evolution, 48, 361 – 368.

54
Références bibliographiques

24. PEYRON G., 2000. Cultiver le palmier dattier. Ministère de l’agriculture et du


développement rural de Djibouti. pp: 23 – 29 - 30.
25. SAKA K., 1997. Recherche agronomique. Institut National de la Recherche
Agronomique d’Algérie (INRAA). pp : 2-3.
26. SEDRA M. H., LAZURUM P. and HAMON S., 1998. Genetical diversity
and identificationof some Moroccan date palm cultivars through (RAPD).
Symposium of palm's research. Marrakech. 198 – 208.
27. TIRAIF A. A., RAHOUMA A and MARAKICHI M., 1998. Identificationof
some Tunisian date palm cultivars through RAPD. Symposium of palm's
research. Marrakech. 193 – 197.
28. UHL. W. et DRANSFIELD J., 1987. Genera Palmarum. Allen Press.
Lawrence. Kansas. 610 p
29. WWW Google Earth.2014. Consulter le 20/02/2014. 17:53

55
Annexes
Annexes

Annexe 01 : Guide d’enquête

Fiche d’enquête sur terrain

Information sur les parcelles


Nombre de parcelle :
Nom des parcelles :
Nombre des pieds :
Cultivars :
Age des pieds :
Système d’irrigation :
Cratérisation morphologique des organes végétatifs
Stipe :
Port : 1-élancé 2-Trapu 3- Autres
Forme : 1-Cylindrique 2- Conique 3-Bobine
Life : 1- Faible 2-Moyenne 3-Dense
Palme :
La longueur totale (cm) :
La longueur partie épineuse (cm) :
Couleur :
Courbure des palmes : 1- Faible 2-Moyenne 3-Fort
Pennes (folioles): Nombre
des folioles : Longueur des
folioles (cm) :
Consistance : 1-Souple 2- Très souple 3-Raide
Largueur des folioles (cm) :
Epines :
Nombre d’épines :
Longueur d’épines (cm) :
Consistance d’épine : 1-Souple 2- Très souple 3-Raide
Disposition d’épine :
Largeur d’épine (cm) :
Espacement épineux (cm) :

I
Annexes

Cratérisation morphologique des organes de fructification


Fruit :

Forme du fruit : 1-ronde 2-allongée 3- ovoïde


Épaisseur d’épicarpe :
Épaisseur d’endocarpe :
Couleur de fruit :
Consistance : 1- molle 2- demi molle 3- sec
Texture : 1-fibreuse 2- farineuse
Longueur (cm) :
Diamètre (cm) :
Poids 10 dattes/g :
Graine :
Longueur (cm) :
Diamètre (cm) :
Poids 10 noyau/g

II
Annexes

Annexe 02 : Enquête sur les caractères morphologiques

PALME FOLIOLE EPINE


STIPE
Code
cultivar
For
Port Lif LP LPE Col C.F NbF LaF Cons LoF NbE LaE Cons Dipo LoE Esp
me

FRUIT
PALMIER PULPE NOYAU
FF Eep Eén CT Consistance Texture PD LD DD PN LN DN

III
Annexes

Annexe 03 : Caractérisations des Vitro- plants 2008


Tableau N 01 : Caractères morphologiques des organes végétatifs et de fructification
(In vitro 2008)

Datte Noyau Palme Foliole Epine


PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
V1J 54,77 3,47 1,66 0,13 0,33 7,31 2,2 0,7 221 63 104 34,5 2,4 31 10,5 0,6 9
V2J 43,03 3,27 1,6 0,19 0,33 6,39 2,2 0,7 222 78,5 78 48,8 2,6 36 16 0,5 9
V3J 57,69 3,56 1,87 0,17 0,22 7,78 2,3 0,7 180 60,8 82 40,3 2,7 32 12 0,45 11
V4J 58,93 3,45 1,75 0,19 0,29 7,94 2,3 0,8 201 65 85 41 2,6 55 13,8 0,67 8
V5J 56,28 3,47 1,75 0,2 0,21 7,19 2,3 0,7 180 55,5 75,5 38,5 2,8 36 12 0,5 11
V6J 101,2 4,25 1,98 0,27 0,3 7,7 2,6 0,7 200 60 79 42,8 2,6 29 14 0,5 7,8
V7J 76,61 3,85 1,95 0,27 0,3 7,63 2,3 0,7 189 64 80 36,5 2,8 36 11,5 0,6 6,6
V8J 91,28 4,19 1,87 0,26 0,32 7,75 2,6 0,7 142 42 53 38,3 2,5 24 13,5 0,45 9,3
V9J 90,48 4,06 1,98 0,22 0,29 8,74 2,4 0,8 158 46 62 45,3 2,8 26 14 0,5 8
V10J 87,44 4,13 1,77 0,24 0,18 6,46 2,7 0,7 172 53,5 74 39,3 2,7 28 12,7 0,5 5,5
V11J 78,5 3,97 1,9 0,24 0,31 7,45 2,3 0,6 142 33,5 55,5 41 2,5 24 14,3 0,45 7,8
V12J 75,8 3,93 1,91 0,22 0,22 8,06 2,4 0,7 187 55 70,5 42,9 2,4 27 14,7 0,5 8,8

Tableau N 02: Matrice de corrélation des variables (In vitro 2008)


PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
PD 1
LD 0,985 1
DD 0,784 0,760 1
Eép 0,792 0,789 0,674 1
Een -0,037 -0,085 -0,078 0,004 1
PN 0,385 0,317 0,705 0,116 0,117 1
LN 0,830 0,841 0,453 0,654 -0,371 0,054 1
DN 0,110 -0,012 0,224 -0,116 0,169 0,613 0,023 1
LP -0,581 -0,634 -0,570 -0,520 0,169 -0,331 -0,444 0,182 1
LPE -0,608 -0,657 -0,544 -0,403 0,081 -0,375 -0,401 0,237 0,917 1
NbF -0,546 -0,597 -0,499 -0,649 0,024 -0,235 -0,431 0,286 0,867 0,741 1
LoF -0,030 -0,047 0,003 0,081 0,093 0,022 -0,044 -0,100 0,086 0,191 -0,324 1
LaF 0,083 0,006 0,187 0,296 -0,285 -0,026 0,130 0,363 -0,103 0,170 -0,068 0,087 1
NbE -0,547 -0,644 -0,413 -0,329 0,041 -0,051 -0,446 0,327 0,537 0,610 0,512 -0,006 0,253 1
LoE 0,110 0,120 0,044 0,283 0,188 0,003 0,081 -0,299 -0,081 -0,013 -0,522 0,894 -0,159 -0,058 1
LaE -0,305 -0,403 -0,281 -0,274 0,233 0,076 -0,361 0,487 0,585 0,503 0,654 -0,296 0,053 0,778 -0,309 1
Esp -0,521 -0,506 -0,217 -0,545 -0,017 0,156 -0,406 0,053 0,090 0,110 0,101 0,035 -0,181 0,045 -0,073 -0,288 1

IV
Annexes

Annexe 04 : Caractérisations des Vitro- plants 1999


Tableau N 03 : Caractères morphologiques des organes végétatifs et de fructification (In vitro 1999)

Datte Noyau Palme Foliole Epine


PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
V1A 73,63 3,8 1,8 0,19 0,28 8,06 2,35 0,85 334 95,8 141 59 2,9 49 14,3 0,6 8,3
V2A 51,2 3,36 1,73 0,21 0,18 8,61 2,12 0,78 339 118 138 50 2,7 47 11,8 0,6 9,3
V3A 62,97 3,68 1,83 0,18 0,22 9,38 2,33 0,8 361 128 131 54 2,8 50 12 0,65 7
V4A 65,47 3,76 1,81 0,24 0,24 8,79 2,27 0,76 374 125 147 56 3,1 51 13,3 0,7 7,8
V5A 61,34 3,85 1,74 0,2 0,23 9,91 2,56 0,79 247 120 140 58 3,1 52 14 0,65 6,5
V6A 60,27 3,71 1,73 0,2 0,23 8,16 2,27 0,75 331 110 132 53 2,8 51 15,8 0,53 6,8
V7A 59,88 3,85 1,83 0,18 0,26 8,84 2,43 0,82 330 117 135 46 3,2 50 14,3 0,6 7,5
V8A 59,56 3,63 1,81 0,19 0,26 7,92 2,26 0,75 356 137 135 49 2,8 50 14,5 0,6 10
V9A 67,97 3,8 1,88 0,2 0,24 8,81 2,33 0,79 365 129 146 48 3,1 56 15 0,7 8,9
V10A 50,75 3,41 1,73 0,16 0,22 8,29 2,12 0,78 381 132 150 48 3,3 55 12,3 0,7 8,8
V11A 59,72 3,6 1,72 0,21 0,24 8,84 2,26 0,76 399 139 154 58 3,1 61 14,5 0,75 7,3
V12A 43,72 3,32 1,65 0,15 0,17 7,87 2,1 0,78 392 133 142 49 3 54 15,8 0,7 8,5
V13A 46,97 3,34 1,71 0,15 0,24 8,67 2,26 0,77 397 147 154 51 3,2 59 13,8 0,6 9,5
V14A 46,16 3,46 1,67 0,22 0,17 7,45 2,23 0,73 398 140 140 48 2,8 50 14,5 0,6 9
V15A 48,22 3,47 1,75 0,2 0,24 9,12 2,2 0,84 385 127 147 57 3 51 13,8 0,7 8,5

5
Annexes

Tableau N 04: Matrice de corrélation des variables (In vitro 1999)

PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
PD 1
LD 0,879 1
DD 0,780 0,725 1
Eép 0,372 0,399 0,217 1
Een 0,691 0,644 0,663 0,023 1
PN 0,281 0,394 0,368 0,098 0,274 1
LN 0,616 0,837 0,481 0,184 0,536 0,573 1
DN 0,303 0,268 0,384 -0,229 0,455 0,390 0,264 1
LP -0,457 -0,619 -0,261 -0,143 -0,252 -0,477 -0,724 -0,261 1
LPE -0,593 -0,549 -0,319 -0,202 -0,342 -0,089 -0,336 -0,567 0,625 1
NbF -0,232 -0,354 -0,247 -0,086 0,079 0,072 -0,260 -0,031 0,503 0,477 1
LoF 0,417 0,310 0,018 0,342 0,367 0,439 0,320 0,338 -0,268 -0,378 0,152 1
LaF -0,008 0,124 0,077 -0,244 0,329 0,325 0,209 0,123 0,087 0,273 0,681 -0,047 1
NbE -0,153 -0,204 -0,205 -0,317 0,092 0,120 -0,074 -0,226 0,427 0,590 0,771 0,019 0,657 1
LoE 0,040 0,197 -0,164 -0,049 0,092 -0,373 0,143 -0,175 0,019 -0,020 -0,039 -0,048 0,073 0,251 1
LaE -0,043 -0,103 0,019 0,044 -0,060 0,318 -0,183 0,117 0,370 0,372 0,632 0,202 0,529 0,532 -0,110 1
Esp -0,405 -0,581 -0,095 -0,217 -0,141 -0,548 -0,561 -0,157 0,493 0,426 0,256 -0,511 -0,122 0,001 -0,093 -0,075 1

6
Annexes

Annexe 05 : Caractérisations des Vitro- plants 1999 et 2008


Tableau N 05 : Caractères morphologiques des organes végétatifs et de fructification (In vitro 1999 et 2008)
Datte Noyau Palme Foliole Epine
PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
V1J 54,77 3,5 1,66 0,13 0,33 7,31 2,19 0,73 220,75 63 104 34,5 2,35 31 10,5 0,6 9
V2J 43,03 3,3 1,6 0,19 0,33 6,39 2,17 0,68 221,5 78,5 78 48,75 2,6 36 16 0,5 9
V3J 57,69 3,6 1,87 0,17 0,22 7,78 2,28 0,72 179,5 60,75 82 40,25 2,66 32 12 0,45 11
V4J 58,93 3,5 1,75 0,19 0,29 7,94 2,26 0,75 201 65 85 41 2,6 55 13,75 0,67 8
V5J 56,28 3,5 1,75 0,2 0,21 7,19 2,33 0,7 180,25 55,5 75,5 38,5 2,75 36 12 0,5 10,5
V6J 101,2 4,3 1,98 0,27 0,3 7,7 2,6 0,72 199,5 60 79 42,75 2,6 29 14 0,5 7,75
V7J 76,61 3,9 1,95 0,27 0,3 7,63 2,3 0,74 188,5 64 80 36,5 2,8 36 11,5 0,6 6,6
V8J 91,28 4,2 1,87 0,26 0,32 7,75 2,6 0,72 142 42 53 38,25 2,5 24 13,5 0,45 9,25
V9J 90,48 4,1 1,98 0,22 0,29 8,74 2,42 0,78 158 46 62 45,33 2,75 26 14 0,5 8
V10J 87,44 4,1 1,77 0,24 0,18 6,46 2,68 0,68 171,5 53,5 74 39,25 2,7 28 12,65 0,5 5,5
V11J 78,5 4 1,9 0,24 0,31 7,45 2,26 0,63 141,5 33,5 55,5 41 2,45 24 14,25 0,45 7,75
V12J 75,8 3,9 1,91 0,22 0,22 8,06 2,43 0,69 187 55 70,5 42,87 2,35 27 14,7 0,5 8,75
V1A 73,63 3,8 1,8 0,19 0,28 8,06 2,35 0,85 333,5 95,75 141 59,25 2,85 49 14,25 0,6 8,25
V2A 51,2 3,4 1,73 0,21 0,18 8,61 2,12 0,78 339 118 138 50 2,65 47 11,75 0,6 9,25
V3A 62,97 3,7 1,83 0,18 0,22 9,38 2,33 0,8 361 127,5 131 54 2,75 50 12 0,65 7
V4A 65,47 3,8 1,81 0,24 0,24 8,79 2,27 0,76 374 125 147 56 3,1 51 13,25 0,7 7,75
V5A 61,34 3,9 1,74 0,2 0,23 9,91 2,56 0,79 246,5 119,5 140 57,75 3,1 52 14 0,65 6,5
V6A 60,27 3,7 1,73 0,2 0,23 8,16 2,27 0,75 330,5 110 132 53 2,8 51 15,75 0,53 6,75
V7A 59,88 3,9 1,83 0,18 0,26 8,84 2,43 0,82 329,5 116,5 135 46 3,15 50 14,25 0,6 7,5
V8A 59,56 3,6 1,81 0,19 0,26 7,92 2,26 0,75 355,5 136,5 135 49 2,8 50 14,5 0,6 10
V9A 67,97 3,8 1,88 0,2 0,24 8,81 2,33 0,79 365 129 146 47,5 3,1 56 15 0,7 8,85
V10A 50,75 3,4 1,73 0,16 0,22 8,29 2,12 0,78 381 131,5 150 47,5 3,25 55 12,25 0,7 8,75
V11A 59,72 3,6 1,72 0,21 0,24 8,84 2,26 0,76 398,5 138,5 154 57,5 3,1 61 14,5 0,75 7,25

VII
Annexes

V12A 43,72 3,3 1,65 0,15 0,17 7,87 2,1 0,78 392 132,5 142 49,25 2,95 54 15,75 0,7 8,5
V13A 46,97 3,3 1,71 0,15 0,24 8,67 2,26 0,77 396,5 146,5 154 50,75 3,15 59 13,75 0,6 9,5
V14A 46,16 3,5 1,67 0,22 0,17 7,45 2,23 0,73 397,5 139,5 140 47,5 2,8 50 14,5 0,6 9
V15A 48,22 3,5 1,75 0,2 0,24 9,12 2,2 0,84 384,5 126,5 147 56,75 3 51 13,75 0,7 8,5

Tableau N 06 : Matrice de corrélation des variables (In vitro 1999 et 2008)

PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
PD 1
LD 0.95 1
DD 0.81 0.78 1
Eép 0.72 0.71 0.60 1
Een 0.37 0.29 0.29 0.18 1
PN -0.10 0.01 0.15 -0.15 -0.20 1
LN 0.78 0.85 0.52 0.55 0.13 -0.01 1
DN -0.25 -0.19 -0.08 -0.35 -0.18 0.72 -0.16 1
LP -0.60 -0.51 -0.46 -0.42 -0.48 0.48 -0.51 0.64 1
LPE -0.63 -0.51 -0.47 -0.42 -0.50 0.55 -0.43 0.63 0.96 1
NbF -0.59 -0.48 -0.46 -0.47 -0.46 0.59 -0.43 0.71 0.95 0.96 1
LoF -0.33 -0.23 -0.29 -0.18 -0.29 0.64 -0.20 0.64 0.72 0.73 0.75 1
LaF -0.35 -0.23 -0.19 -0.24 -0.36 0.57 -0.16 0.64 0.71 0.76 0.76 0.61 1
NbE -0.63 -0.56 -0.48 -0.45 -0.40 0.55 -0.45 0.66 0.87 0.90 0.90 0.69 0.77 1
LoE -0.05 0.04 -0.11 0.05 -0.00 0.03 0.006 0.02 0.23 0.24 0.14 0.42 0.17 0.24 1
LaE -0.48 -0.43 -0.36 -0.34 -0.28 0.56 -0.43 0.66 0.77 0.77 0.81 0.57 0.68 0.85 0.03 1
Esp -0.37 -0.46 -0.13 -0.37 -0.01 -0.18 -0.40 -0.08 0.03 0.008 -0.03 -0.20 -0.15 -0.05 -0.09 -0.19 1

VIII
Annexes

Annexe 06 : Caractérisations des Pieds traditionnels 2008


Tableau N 07 : Caractères morphologiques des organes végétatifs et de fructification
(Traditionnels 2008)

Palme Foliole Epine


LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
T1J 239 88 107 38,5 2,56 42 9,5 0,57 6,75
T2J 206 59,5 96 36,8 2,7 35 10 0,52 6,75
T3J 174 59 55 40,5 2,07 23 9 0,45 10
T4J 199 52,5 90 37,3 2,37 33 11 0,52 8,87
T5J 182 56,5 75 37 2,67 31 12,5 0,55 9
T6J 196 57 95 39,1 2,45 37 13 0,37 5,75
T7J 191 50,5 93 36,3 2,85 32 11 0,45 7

Tableau N 08: Matrice de corrélation des variables (Traditionnels 2008)

LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp


LP 1
LPE 0,816 1
NbF 0,831 0,406 1
LoF -0,121 0,303 -0,466 1
LaF 0,276 -0,044 0,606 -0,863 1
NbE 0,886 0,599 0,944 -0,273 0,477 1
LoE -0,276 -0,446 0,152 -0,283 0,326 0,187 1
LaE 0,465 0,486 0,184 -0,383 0,244 0,252 -0,351 1
Esp -0,571 -0,250 -0,836 0,236 -0,553 -0,793 -0,298 0,274 1

Annexe 07 : Caractérisations des Pieds traditionnels 1999


Tableau N 09 : Caractères morphologiques des organes végétatifs et de fructification
(Traditionnels 1999)
Datte Noyau Palme Foliole Epine
PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
T1A 64,1 3,71 1,78 0,21 0,26 8,44 2,25 0,79 348,5 116 154,5 48 3,05 48 10,8 0,5 8,5
T2A 56,3 3,61 1,71 0,17 0,24 8,32 2,18 0,81 353 116 146 48,75 2,65 45 10 0,57 9,37
T3A 80 3,86 1,56 0,24 0,27 7,6 2,43 0,71 355,3 124,5 137 52,75 3,1 51 12,8 0,7 7,75
T4A 74,7 3,74 1,56 0,22 0,25 8,5 1,91 0,47 369 114 151 50,5 2,5 44 9 0,6 7,75
T5A 64 3,7 1,77 0,18 0,26 7,52 2,18 0,75 380 130,5 149 52,25 3,15 51 12,8 0,65 8,75

9
Annexes

Tableau N 10: Matrice de corrélation des variables (Traditionnels 1999)

PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
PD 1
LD 0,947 1
DD -0,810 -0,640 1
Eép 0,927 0,916 -0,701 1
Een 0,660 0,846 -0,137 0,670 1
PN -0,277 -0,451 0,000 -0,057 -0,639 1
LN 0,134 0,426 0,118 0,237 0,633 -0,584 1
DN -0,625 -0,349 0,722 -0,488 0,051 -0,269 0,687 1
LP 0,105 -0,005 -0,008 -0,225 0,043 -0,441 -0,460 -0,413 1
LPE 0,133 0,306 0,198 -0,091 0,589 -0,966 0,466 0,296 0,566 1
NbF -0,474 -0,558 0,562 -0,347 -0,364 0,620 -0,621 -0,101 0,120 -0,399 1
LoF 0,639 0,662 -0,456 0,347 0,594 -0,850 0,250 -0,267 0,603 0,775 -0,648 1
LaF 0,098 0,388 0,418 0,124 0,804 -0,731 0,767 0,573 0,035 0,764 -0,218 0,385 1
NbE 0,264 0,520 0,207 0,196 0,845 -0,886 0,752 0,432 0,187 0,881 -0,421 0,630 0,958 1
LoE 0,215 0,467 0,183 0,112 0,767 -0,939 0,766 0,469 0,210 0,918 -0,519 0,673 0,915 0,985 1
LaE 0,607 0,625 -0,549 0,320 0,482 -0,819 0,312 -0,213 0,468 0,693 -0,805 0,966 0,280 0,545 0,620 1
Esp -0,966 -0,878 0,751 -0,935 -0,599 0,085 0,036 0,724 -0,107 0,018 0,235 -0,483 -0,011 -0,131 -0,049 -0,412 1

Annexe 08 : Caractérisations des Vitro-plant et des pieds traditionnels 2008


Tableau N 11 : Caractères morphologiques des organes végétatifs et de fructification
(In vitro et traditionnels 2008)

Palme Foliole Epine


LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
V1J 220,75 63 104 34,5 2,35 31 10,5 0,6 9
V2J 221,5 78,5 78 48,75 2,6 36 16 0,5 9
V3J 179,5 60,8 82 40,25 2,66 32 12 0,45 11
V4J 201 65 85 41 2,6 55 13,75 0,67 8
V5J 180,25 55,5 75,5 38,5 2,75 36 12 0,5 10,5
V6J 199,5 60 79 42,75 2,6 29 14 0,5 7,75
V7J 188,5 64 80 36,5 2,8 36 11,5 0,6 6,6
V8J 142 42 53 38,25 2,5 24 13,5 0,45 9,25
V9J 158 46 62 45,33 2,75 26 14 0,5 8
V10J 171,5 53,5 74 39,25 2,7 28 12,65 0,5 5,5
V11J 141,5 33,5 55,5 41 2,45 24 14,25 0,45 7,75
V12J 187 55 70,5 42,87 2,35 27 14,7 0,5 8,75
T1J 239 88 107 38,5 2,56 42 9,5 0,57 6,75
T2J 206 59,5 96 36,75 2,7 35 10 0,52 6,75
T3J 174,25 59 55 40,5 2,07 23 9 0,45 10
T4J 199 52,5 90 37,25 2,37 33 11 0,52 8,87
T5J 181,5 56,5 75 37 2,67 31 12,5 0,55 9
T6J 195,5 57 95 39,12 2,45 37 13 0,37 5,75
T7J 190,75 50,5 93 36,25 2,85 32 11 0,45 7

10
Annexes

Tableau N 12: Matrice de corrélation des variables (In vitro et traditionnels 2008)

LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp


LP 1
LPE 0,875 1
NbF 0,851 0,609 1
LoF -0,076 0,109 -0,425 1
LaF -0,003 0,031 0,193 -0,050 1
NbE 0,611 0,599 0,608 -0,071 0,289 1
LoE -0,291 -0,234 -0,424 0,720 0,160 -0,047 1
LaE 0,447 0,445 0,337 -0,177 0,171 0,591 -0,121 1
Esp -0,171 -0,060 -0,338 0,151 -0,296 -0,198 0,024 -0,036 1

11
Annexes

Annexe 09 : Caractérisations des Vitro-plant et des pieds traditionnels 1999


Tableau N 13 : Caractères morphologiques des organes végétatifs et de fructification (In vitro et traditionnels 1999)

Datte Noyau Palme Foliole Epine

PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp

V1A 0,19 0,28


73,63 3,8 1,8 8,06 2,35 0,85 334 95,75 141 59,25 2,85 49 14,25 0,6 8,25
V2A 0,21 0,18
51,2 3,36 1,73 8,61 2,12 0,78 339 118 138 50 2,65 47 11,75 0,6 9,25
V3A 0,18 0,22
62,97 3,68 1,83 9,38 2,33 0,8 361 127,5 131 54 2,75 50 12 0,65 7
V4A 0,24 0,24
65,47 3,76 1,81 8,79 2,27 0,76 374 125 147 56 3,1 51 13,25 0,7 7,75
V5A 0,2 0,23
61,34 3,85 1,74 9,91 2,56 0,79 247 119,5 140 57,75 3,1 52 14 0,65 6,5
V6A 0,2 0,23
60,27 3,71 1,73 8,16 2,27 0,75 331 110 132 53 2,8 51 15,75 0,53 6,75
V7A 0,18 0,26
59,88 3,85 1,83 8,84 2,43 0,82 330 116,5 135 46 3,15 50 14,25 0,6 7,5
V8A 0,19 0,26
59,56 3,63 1,81 7,92 2,26 0,75 356 136,5 135 49 2,8 50 14,5 0,6 10
V9A 0,2 0,24
67,97 3,8 1,88 8,81 2,33 0,79 365 129 146 47,5 3,1 56 15 0,7 8,85
V10A 0,16 0,22
50,75 3,41 1,73 8,29 2,12 0,78 381 131,5 150 47,5 3,25 55 12,25 0,7 8,75
V11A 0,21 0,24
59,72 3,6 1,72 8,84 2,26 0,76 399 138,5 154 57,5 3,1 61 14,5 0,75 7,25
V12A 0,15 0,17
43,72 3,32 1,65 7,87 2,1 0,78 392 132,5 142 49,25 2,95 54 15,75 0,7 8,5
V13A 0,15 0,24
46,97 3,34 1,71 8,67 2,26 0,77 397 146,5 154 50,75 3,15 59 13,75 0,6 9,5
V14A 0,22 0,17
46,16 3,46 1,67 7,45 2,23 0,73 398 139,5 140 47,5 2,8 50 14,5 0,6 9
V15A 0,2 0,24
48,22 3,47 1,75 9,12 2,2 0,84 385 126,5 147 56,75 3 51 13,75 0,7 8,5
T1A 0,21 0,26
64,07 3,71 1,78 8,44 2,25 0,79 349 116 154,5 48 3,05 48 10,75 0,5 8,5
T2A 0,17 0,24
56,26 3,61 1,71 8,32 2,18 0,81 353 116 146 48,75 2,65 45 10 0,57 9,37
T3A 0,24 0,27
80,03 3,86 1,56 7,6 2,43 0,71 355 124,5 137 52,75 3,1 51 12,75 0,7 7,75
T4A 0,22 0,25
74,65 3,74 1,56 8,5 1,91 0,47 369 114 151 50,5 2,5 44 9 0,6 7,75
T5A 0,18 0,26
64,03 3,7 1,77 7,52 2,18 0,75 380 130,5 149 52,25 3,15 51 12,75 0,65 8,75

XII
Annexes

Tableau N 14: Matrice de corrélation des variables (In vitro et traditionnels 1999)

PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
PD 1
LD 0,860 1
DD -0,027 0,224 1
Eép 0,542 0,478 -0,187 1
Een 0,715 0,690 0,204 0,158 1
PN -0,024 0,174 0,370 -0,012 0,033 1
LN 0,261 0,557 0,398 0,134 0,318 0,339 1
DN -0,347 -0,107 0,646 -0,366 -0,020 0,208 0,535 1
LP -0,323 -0,557 -0,184 -0,131 -0,211 -0,444 -0,586 -0,166 1
LPE -0,515 -0,523 -0,066 -0,217 -0,351 -0,084 -0,096 -0,032 0,596 1
NbF -0,084 -0,236 -0,144 -0,068 0,165 0,027 -0,407 -0,186 0,440 0,264 1
LoF 0,283 0,254 0,028 0,276 0,265 0,358 0,312 0,150 -0,232 -0,245 0,001 1
LaF -0,058 0,092 0,276 -0,146 0,240 0,108 0,465 0,411 0,063 0,363 0,321 0,057 1
NbE -0,283 -0,254 0,154 -0,275 -0,080 0,146 0,251 0,277 0,332 0,635 0,304 0,159 0,694 1
LoE -0,277 -0,062 0,297 -0,145 -0,182 -0,071 0,444 0,436 0,006 0,253 -0,335 0,171 0,398 0,607 1
LaE -0,017 -0,083 -0,042 0,059 -0,112 0,167 0,068 0,067 0,326 0,442 0,162 0,328 0,459 0,579 0,287 1
Esp -0,386 -0,544 0,048 -0,309 -0,115 -0,470 -0,409 0,099 0,453 0,355 0,267 -0,513 -0,103 -0,060 -0,122 -0,154 1

1313
Annexes

Annexe 10 : Analyse globale


Tableau N 15 : Caractères morphologiques des organes végétatifs et de fructification (Analyse globale)

Datte Noyau Palme Foliole Epine


PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
V1J 54.77 3.47 1.66 0.13 0.33 7.31 2.19 0.73 220.75 63 104 34.5 2.35 31 10.5 0.6 9
V2J 43.03 3.27 1.6 0.19 0.33 6.39 2.17 0.68 221.5 78.5 78 48.75 2.6 36 16 0.5 9
V3J 57.69 3.56 1.87 0.17 0.22 7.78 2.28 0.72 179.5 60.75 82 40.25 2.66 32 12 0.45 11
V4J 58.93 3.45 1.75 0.19 0.29 7.94 2.26 0.75 201 65 85 41 2.6 55 13.75 0.67 8
V5J 56.28 3.47 1.75 0.2 0.21 7.19 2.33 0.7 180.25 55.5 75.5 38.5 2.75 36 12 0.5 10.5
V6J 101.2 4.25 1.98 0.27 0.3 7.7 2.6 0.72 199.5 60 79 42.75 2.6 29 14 0.5 7.75
V7J 76.61 3.85 1.95 0.27 0.3 7.63 2.3 0.74 188.5 64 80 36.5 2.8 36 11.5 0.6 6.6
V8J 91.28 4.19 1.87 0.26 0.32 7.75 2.6 0.72 142 42 53 38.25 2.5 24 13.5 0.45 9.25
V9J 90.48 4.06 1.98 0.22 0.29 8.74 2.42 0.78 158 46 62 45.33 2.75 26 14 0.5 8
V10J 87.44 4.13 1.77 0.24 0.18 6.46 2.68 0.68 171.5 53.5 74 39.25 2.7 28 12.65 0.5 5.5
V11J 78.5 3.97 1.9 0.24 0.31 7.45 2.26 0.63 141.5 33.5 55.5 41 2.45 24 14.25 0.45 7.75
V12J 75.8 3.93 1.91 0.22 0.22 8.06 2.43 0.69 187 55 70.5 42.87 2.35 27 14.7 0.5 8.75
V1A 73.63 3.8 1.8 0.19 0.28 8.06 2.35 0.85 333.5 95.75 141 59.25 2.85 49 14.25 0.6 8.25
V2A 51.2 3.36 1.73 0.21 0.18 8.61 2.12 0.78 339 118 138 50 2.65 47 11.75 0.6 9.25
V3A 62.97 3.68 1.83 0.18 0.22 9.38 2.33 0.8 361 127.5 131 54 2.75 50 12 0.65 7
V4A 65.47 3.76 1.81 0.24 0.24 8.79 2.27 0.76 374 125 147 56 3.1 51 13.25 0.7 7.75
V5A 61.34 3.85 1.74 0.2 0.23 9.91 2.56 0.79 246.5 119.5 140 57.75 3.1 52 14 0.65 6.5
V6A 60.27 3.71 1.73 0.2 0.23 8.16 2.27 0.75 330.5 110 132 53 2.8 51 15.75 0.53 6.75
V7A 59.88 3.85 1.83 0.18 0.26 8.84 2.43 0.82 329.5 116.5 135 46 3.15 50 14.25 0.6 7.5
V8A 59.56 3.63 1.81 0.19 0.26 7.92 2.26 0.75 355.5 136.5 135 49 2.8 50 14.5 0.6 10
V9A 67.97 3.8 1.88 0.2 0.24 8.81 2.33 0.79 365 129 146 47.5 3.1 56 15 0.7 8.85
V10A 50.75 3.41 1.73 0.16 0.22 8.29 2.12 0.78 381 131.5 150 47.5 3.25 55 12.25 0.7 8.75
V11A 59.72 3.6 1.72 0.21 0.24 8.84 2.26 0.76 398.5 138.5 154 57.5 3.1 61 14.5 0.75 7.25
V12A 43.72 3.32 1.65 0.15 0.17 7.87 2.1 0.78 392 132.5 142 49.25 2.95 54 15.75 0.7 8.5
V13A 46.97 3.34 1.71 0.15 0.24 8.67 2.26 0.77 396.5 146.5 154 50.75 3.15 59 13.75 0.6 9.5
V14A 46.16 3.46 1.67 0.22 0.17 7.45 2.23 0.73 397.5 139.5 140 47.5 2.8 50 14.5 0.6 9
V15A 48.22 3.47 1.75 0.2 0.24 9.12 2.2 0.84 384.5 126.5 147 56.75 3 51 13.75 0.7 8.5
T1A 64.07 3.71 1.78 0.21 0.26 8.44 2.25 0.79 348.5 116 154.5 48 3.05 48 10.75 0.5 8.5
T2A 56.26 3.61 1.71 0.17 0.24 8.32 2.18 0.81 353 116 146 48.75 2.65 45 10 0.57 9.37
T3A 80.03 3.86 1.56 0.24 0.27 7.6 2.43 0.71 355.25 124.5 137 52.75 3.1 51 12.75 0.7 7.75
T4A 74.65 3.74 1.56 0.22 0.25 8.5 1.91 0.47 369 114 151 50.5 2.5 44 9 0.6 7.75

14
Annexes

Tableau N 16: Matrice de corrélation des variables (Analyse globale)

PD LD DD Eép Een PN LN DN LP LPE NbF LoF LaF NbE LoE LaE Esp
PD 1

LD 0.94 1

DD 0.56 0.60 1

Eép 0.73 0.70 0.40 1

Een 0.37 0.30 0.21 0.19 1

PN -0.11 -0.00 0.13 -0.14 -0.20 1

LN 0.63 0.73 0.51 0.47 0.12 -0.05 1

DN -0.28 -0.17 0.23 -0.33 -0.13 0.43 0.17 1

LP -0.52 -0.47 -0.49 -0.38 -0.43 0.43 -0.52 0.31 1

LPE -0.56 -0.47 -0.48 -0.38 -0.46 0.50 -0.42 0.35 0.96 1

NbF -0.51 -0.43 -0.49 -0.41 -0.40 0.53 -0.47 0.34 0.95 0.95 1
LoF -0.28 -0.20 -0.33 -0.15 -0.27 0.58 -0.21 0.34 0.73 0.74 0.75 1

LaF -0.29 -0.18 -0.13 -0.19 -0.29 0.43 -0.03 0.52 0.64 0.71 0.68 0.58 1
NbE -0.58 -0.53 -0.45 -0.42 -0.37 0.50 -0.39 0.43 0.86 0.90 0.87 0.70 0.74 1

LoE -0.07 0.02 0.16 0.04 -0.01 -0.03 0.28 0.26 -0.009 0.05 -0.11 0.23 0.18 0.13 1
LaE -0.39 -0.38 -0.38 -0.28 -0.25 0.46 -0.33 0.35 0.72 0.73 0.71 0.57 0.63 0.82 0.06 1

Esp -0.39 -0.47 -0.06 -0.40 -0.02 -0.16 -0.34 0.04 0.03 0.01 -0.01 -0.19 -0.13 -0.04 -0.09 -0.20 1

15
Annexes

Annexe 11 : Quelques matériaux utilisés

Mètre ruban

Scie

Annexe 12 : Attaque de Cochenille blanche sur les vitro-plants 2008

XVI
Caractérisation morphologique des vitro-plants du palmier dattier dans la station INRAA de
« Touggourt »
Résumé :
L’objectif de cette étude est de caractériser par les caractères morphologiques : végétatifs et des
fruits les individus de deux collections de vitro plants de Deglet Nour (2008 et 1999) issues
d’embryogénèse somatique.
L’étude a montré que 66 % des individus étudiés de la collection 2008 semblent être semblables
par rapport seulement 40 %, pour ceux de la collection 1999.
Les individus issus de rejets sont plus hétérogènes, seulement 20 % d’entre eux paraissent
semblables ; contre 42 % des individus 2008.
Les caractères liés aux fruits puis à ceux de la palme sont les plus discriminatifs.

Mots clés : Conformité, Deglet Nour, embryogénèse somatique, Touggourt, Vitro-plant

"‫ ةيجولوفرملا صئاصخلا ةيجيسنلا ةعارزلا ليخنل يف ةطحم ةيرئازجلا ةيعارزلا ثاحبألا دهعم " ترقتب‬: ‫صخلم‬

‫ و ةيزضخلا ةيزمثال ليخىل ةعارشلا يتعطق ةيجيسىال ةلقد عىىل رىو‬: ‫فذهال هم ةسارذلا يذه ىه فصو صئاصخلل ةيجىلىفزمال‬
. ‫( و اهيلع لصحتمال هم لالخ ةيذسجلا ةىجلأا ةعارس‬2008 ‫ و‬1999)
%40 ‫ يهف ةهباشتم ةبسىب‬1999 ‫ صورذمال ةهباشتم امأ ةعطقال ليخو‬2008 ‫ هم ةعطقال ليخو‬% 66 ‫ ةسارذلا يذه نأ حضىت‬-
.‫طقف‬

.2008 ‫ دازفألل‬% 42 ‫لباقم‬,‫ هم اهىيب اوذبت ةهباشتم‬% 20 ‫ طقف ةبسىب‬,‫ دازفلأا ةجتىمال هم لئاسفال )رابجلا( زيغ ةسواجتم‬-

‫ف‬
.‫ صئاصخلا ةطبتزمال ذيزجلا و رامثلاب زثكلأا ىه يصىت ا‬-

.‫ ةعارشلا ةيجيسىال‬,‫ تزقت‬,‫ ةىجلأا ةيذسجلا‬,‫ ةلقد رىو‬,‫ ةهباشتم‬: ‫ةيحاتفملا تاملكلا‬

Summary: Morphological characteristics of vitro-plants in the National Institution of


Algerian Agricultural Research (N.I.A.A.R) Touggourt

The objective of this study is characterized by morphological characters: vegetative and fruit
individuals of two collections of vitro plants Deglet Nour (2008 and 1999) derived from somatic
embryogenesis.

The study showed that 66% of individuals samples studied in the 2008 collection appear to be
similar, compared to only 40% for those from the 1999 collection.

Individuals from offshoot are more heterogeneous, only 20% of them appear similar; against
42% of 2008 individuals.

Characters related to fruit and those of the palm are the most discriminative.

Keywords: Compliance, Deglet Nour, somatic embryogenesis, Touggourt, Vitro-plant