Vous êtes sur la page 1sur 23

Contrainte dans les sols

Dr Adama DIONE
Notion de contrainte

Soit un solide S sur lequel s'exercent des forces de


surface et de volume. Coupons ce solide par un plan
fictif P et enlevons la partie supérieure I. Pour rétablir
l'équilibre de II, il faut appliquer sur la surface S un
certain système de force. Avec ce système, la force qui
agit sur une surface élémentaire δS entourant le point
M est δF ; la contrainte en M sur la facette δS est par
définition égale à

On décompose cette contrainte suivant la normale à


la facette et un axe perpendiculaire situé dans le plan
de la facette (ou plan tangent).
σ: contrainte normale
τ: contrainte tangentielle
APPLICATIONS PRATIQUES AU CALCUL DES CONTRAINTES DANS LES SOLS

La plupart des problèmes de mécanique des sols peuvent se ramener à des problèmes plans soit
pour des raisons géométriques des ouvrages (talus, remblais, semelles filantes ...), soit parce
qu'ils présentent une symétrie axiale (fondations circulaires, pieux ...).
Sols partiellement saturés

Lorsque les sols ne sont que partiellement saturés, la répartition des contraintes entre les
phases solide, eau et air est plus complexe.
Afin d'étendre le principe de la contrainte effective aux sols partiellement saturés, Bishop a
établi la formule suivante :
Calcul des contraintes dans quelques cas particuliers

Sol infini à surface horizontale


Cas des sols lités
Sol infini à surface inclinée
SOLS SATURÉS
CONTRAINTE AU SEIN D’UN MASSIF DE SOL: PRINCIPE DE SUPERPOSITION

(a) (b)

Schéma de superposition des contraintes en un point du sol


(a): Etat initial
(b) : Après construction d’un ouvrage
CONTRAINTE AU SEIN D’UN MASSIF DE SOL: PRINCIPE DE SUPERPOSITION

Le sol est assimilé à un milieu semi infini élastique à surface horizontale. Le calcul
des contraintes dans un massif pesant et chargé est basé sur l'utilisation du principe de
superposition1. Ce dernier résulte de I'hypothèse sur la loi de comportement du sol
élastique linéaire.
La contrainte réelle s'exerçant à la profondeur z sur une facette horizontale, sz =, est
égale à la somme de la contrainte naturelle sv0, due au poids du sol sus-jacent et de
la contrainte due aux surcharges Dsz
CAS D'UNE CHARGE CONCENTRÉE : Q – RELATIONS DE BOUSSINESQ
Boussinesq a développé une théorie permettant de déterminer le tenseur des
contraintes en un point situé à la profondeur z dans un milieu semi-infini, élastique, non
pesant, chargé par une force ponctuelle verticale Q.
Les composantes de la contrainte s'exerçant sur une facette horizontale ont pour
expression :
Cas d'une charge répartie
Pour mieux saisir la répartition dans le sol des contraintes dues à une charge concentrée Q on
peut considérer:
la distribution des contraintes verticales , suivant des plans horizontaux
les courbes d'égale contrainte verticale. On obtient une famille de courbes constituant
le"bulbe des contraintes

suivant des plans horizontaux bulbe des contraintes

Distribution des contraintes dues à une charge


Cas d’un sol à surface horizontale uniformément chargé

Considérons un massif à surface


horizontale uniformément chargé
par une distribution de charge
d’intensité. La contrainte totale à
la profondeur H est d’après le
principe de superposition égale à
la contrainte due à la pesanteur
augmentée de la contrainte due
à la surcharge.

Massif uniformément chargé


Charge uniforme circulaire

La contrainte verticale en un point situé à la verticale du centre de la surface circulaire


uniformément chargée est :
Charge uniforme rectangulaire
L'abaque de Steinbrenner
permet de calculer Dsz.
s'exerçant sur une facette
horizontale à la
profondeur z sous un angle
de l'aire chargée
Charge en remblai de longueur infinie

La contrainte verticale sous le coin d’une


distribution de charges de longueur infinie en forme de remblai et à la profondeur Z est
donnée par