Vous êtes sur la page 1sur 75

Yves JANNOT Octobre 2003

Table des matières

1
Thermique solaire

TABLE DES MATIERES

NOMENCLATURE ......................................................................................................4

1 RAPPELS SUR LES TRANSFERTS DE CHALEUR ..........................................6

1.1 Formulation d’un problème de transfert de chaleur ........................................................................... 6


1.1.1 Introduction.......................................................................................................................................... 6
1.1.2 Définitions ........................................................................................................................................... 6
1.1.3 Bilan thermique.................................................................................................................................... 7

1.2 Transfert de chaleur par conduction .................................................................................................... 9


1.2.1 Mur simple ........................................................................................................................................... 9
1.2.2 Mur multicouches .............................................................................................................................. 10
1.2.3 Mur composite ................................................................................................................................... 11
1.2.4 Cylindre creux long (tube) ................................................................................................................. 12
1.2.5 Cylindre creux multicouches ............................................................................................................. 13

1.3 Transfert de chaleur par rayonnement............................................................................................... 14


1.3.1 Généralités. Définitions ..................................................................................................................... 14
1.3.2 Lois du rayonnement.......................................................................................................................... 18
1.3.3 Rayonnement réciproque de plusieurs surfaces ................................................................................. 21

1.4 Transfert de chaleur par convection ................................................................................................... 25


1.4.1 Généralités. Définitions ..................................................................................................................... 25
1.4.2 Expression du flux de chaleur ............................................................................................................ 26
1.4.3 Calcul du flux de chaleur en convection forcée ................................................................................. 28
1.4.4 Calcul du flux de chaleur en convection naturelle ............................................................................. 29

2 L’ENERGIE SOLAIRE .......................................................................................32

2.1 Introduction .......................................................................................................................................... 32


2.1.1 Le contexte......................................................................................................................................... 32
2.1.2 Aperçu de la ressource ....................................................................................................................... 32

2.2 Aspects géométriques ........................................................................................................................... 33


2.2.1 Mouvements de la Terre .................................................................................................................... 33
2.2.2 Mouvement apparent du Soleil .......................................................................................................... 33
2.2.3 Heures et temps.................................................................................................................................. 35
2.2.4 Durée et taux d’ensoleillement........................................................................................................... 37

2.3 Aspects énergétiques............................................................................................................................. 37


2.3.1 L’atmosphère terrestre ....................................................................................................................... 37
2.3.2 Rayonnement solaire au sol ............................................................................................................... 39
2.3.3 Variations types du rayonnement....................................................................................................... 42

3 LES CAPTEURS SOLAIRES PLANS ...............................................................44

3.1 Principe.................................................................................................................................................. 44

3.2 Bilan thermique global de la paroi absorbante .................................................................................. 44

3.3 Expression du coefficient global de pertes.......................................................................................... 46

3.4 Bilan thermique de la couverture transparente ................................................................................. 49

2
Table des matières

3.5 Exemple de calcul du rendement d’un capteur.................................................................................. 49


3.5.1 Profil transversal de température ....................................................................................................... 49
3.5.2 Profil de température dans le sens de l’écoulement du fluide ............................................................ 51
3.5.3 Calcul du rendement global ............................................................................................................... 52
3.5.4 Température moyenne de l’absorbeur................................................................................................ 53

3.6 Rendement des autres types de capteur.............................................................................................. 53


3.6.1 Capteurs de type 1 et 3....................................................................................................................... 53
3.6.2 Capteur de type 4 ............................................................................................................................... 53

3.7 Autres grandeurs caractéristiques ...................................................................................................... 53

3.8 Méthode de calcul d’un capteur solaire .............................................................................................. 55


3.8.1 Conditions de fonctionnement d’un capteur existant ......................................................................... 55
3.8.2 Dimensionnement d’un capteur solaire plan...................................................................................... 55

BIBLIOGRAPHIE ......................................................................................................56
A.1.1 : Propriétés physiques de certains corps ................................................................................................. 57

A.1.1 : Propriétés physiques de l’air et de l’eau ............................................................................................... 58

A.1.2 : Corrélations pour le calcul des coefficients de transfert en convection forcée .................................. 59

A.1.3 : Corrélations pour le calcul des coefficients de transfert en convection naturelle ............................. 61

A.1.4 : Emissivité de certains corps ................................................................................................................... 62

A.1.5 : Fraction d’énergie F0-λT rayonnée par un corps noir entre 0 et λ..................................................... 63

A.1.6 : Facteurs de forme géométrique de rayonnement................................................................................. 64

A.2.2 : Valeurs de l’albédo ................................................................................................................................. 69

A.3.1 : Formules de calcul des pertes de charge singulières ............................................................................ 70

A.3.2 : Courbe caractéristique de fonctionnement d’un ventilateur .............................................................. 71

EXERCICES..............................................................................................................73

3
Thermique solaire

NOMENCLATURE

a azimut °
c capacité calorifique J.kg-1.°C-1
d durée du jour h
D irradiation solaire journalière diffuse W.m-2.j-1
D e, D i diamètres extérieur, intérieur m
D* densité de flux solaire diffus W.m-2
ET équation du temps h
g accélération due à la pesanteur m2.s-1
G irradiation solaire journalière globale W.m-2.j-1
G* densité de flux solaire global W.m-2
G0 irradiation solaire journalière globale hors atmosphère W.m-2.j-1
h hauteur du Soleil °
hc coefficient de transfert de chaleur par convection W.m-2.°C1
hr coefficient de transfert de chaleur par rayonnement W.m-2.°C1
hp coefficient global de pertes W.m-2.°C1
I irradiation solaire journalière directe perpendiculairement aux rayons solaires W.m-2.j-1
I* densité de flux solaire direct perpendiculairement aux rayons solaires W.m-2
j n° du jour de l’année
L latitude, longueur °
ℓ largeur
l longitude °
lref longitude de référence du fuseau horaire °
S irradiation solaire journalière directe W.m-2.j-1
S* densité de flux solaire direct W.m-2
SS durée journalière d’ensoleillement h
SS0 durée journalière maximale d’ensoleillement h
t temps s
T température °C
Tr température de rosée de l’air
TCF temps civil du fuseau h
TL Temps légal h
TS Temps solaire h
TU Temps universel h
W densité de flux rayonné par le ciel W.m-2

α coefficient d'absorption
ρ coefficient de réflexion
τ coefficient de transmission
δ déclinaison °
ε émissivité
ϕ flux de chaleur W.m-2
φ densité de flux de chaleur W.m-2.°C-1
λ longueur d’onde m
λ conductivité thermique W.m-1.°C-1
σ taux d’ensoleillement
ω angle solaire °
ωl angle solaire au lever du jour °
Ω angle solide sr

Indices
a air b Fond du capteur
c couverture transparente ciel ciel
e entrée f fluide
p paroi s sortie
t tube u utile

4
Nomenclature

5
Thermique solaire

1 RAPPELS SUR LES TRANSFERTS DE CHALEUR


1.1 Formulation d’un problème de transfert de chaleur

1.1.1 Introduction
La thermodynamique permet de prévoir la quantité totale d’énergie qu’un système doit échanger avec
l’extérieur pour passer d’un état d’équilibre à un autre.
La thermique (ou thermocinétique) se propose de décrire quantitativement (dans l’espace et dans le temps)
l’évolution des grandeurs caractéristiques du système, en particulier la température, entre l’état d’équilibre initial
et l’état d’équilibre final.

1.1.2 Définitions
Champ de température
Les transferts d’énergie sont déterminés à partir de l’évolution dans l’espace et dans le temps de la
température : T = f (x,y,z,t). La valeur instantanée de la température en tout point de l’espace est un scalaire
appelé champ de température. Nous distinguerons deux cas :
- Champ de température indépendant du temps : le régime est dit permanent ou stationnaire.
- Evolution du champ de température avec le temps : le régime est dit variable ou instationnaire.
Gradient de température
Si l’on réunit tous les points de l’espace qui ont la même température, on obtient une surface dite surface isotherme. La
variation de température par unité de longueur est maximale le long de la normale à la surface isotherme. Cette variation est
caractérisée par le gradient de température :

Isotherme T0
→ → → ∂T
grad (T ) grad (T ) = n (1.1)
∂n


Avec : n vecteur unitaire de la normale
∂T
dérivée de la température le long de la normale.
∂n
Flux de chaleur
La chaleur s’écoule sous l’influence d’un gradient de température par conduction des hautes vers les basses
températures. La quantité de chaleur transmise par unité de temps et par unité d’aire de la surface isotherme est
appelée densité de flux de chaleur :

1 dQ
φ= (W m-2) (1.2)
S dt

où S est l’aire de la surface (m2).


On appelle flux de chaleur la quantité de chaleur transmise sur la surface S par unité de temps :

dQ
ϕ= (W) (1.3)
dt

6
Rappel sur les transferts de chaleur

1.1.3 Bilan thermique


Etablissement du bilan
Il faut tout d’abord définir un système (S) par ses limites dans l’espace et il faut ensuite établir l’inventaire des
différents flux de chaleur qui influent sur l’état du système et qui peuvent être :
(S)

ϕst flux de chaleur stocké


ϕe ϕg ϕs ϕg flux de chaleur généré
ϕst dans le système (S)
ϕe flux de chaleur entrant
ϕs flux de chaleur sortant

On applique alors le 1er principe de la thermodynamique pour établir le bilan d’énergie du système (S) :

ϕ e + ϕ g = ϕ s + ϕ st (W) (1.4)

Expression des flux d’énergie


Il faut maintenant établir les expressions des différents flux d’énergie. En reportant ces expressions dans le
bilan d’énergie, nous obtiendrons l’équation différentielle dont la résolution permettra de connaître l’évolution
de la température en chaque point du système.
Conduction
C’est le transfert de chaleur au sein d’un milieu opaque, sans déplacement de matière, sous l’influence d’une
différence de température. La propagation de la chaleur par conduction à l’intérieur d’un corps s’effectue selon
deux mécanismes distincts : une transmission par les vibrations des atomes ou molécules et une transmission par
les électrons libres.
La théorie de la conduction repose sur l’hypothèse de Fourier : la densité de flux est proportionnelle au
gradient de température :
→ →
ϕ = − λ grad (T ) (1.5)

∂T (W) (1.6)
ou sous forme algébrique : ϕ = −λ S
∂x

avec : ϕ Flux de chaleur transmis par conduction (W)


λ Conductivité thermique du milieu (W m-1 °C-1)
x Variable d’espace dans la direction du flux (m)
S Aire de la section de passage du flux de chaleur (m2)

∂T
T1 T1 > T2 T2 ϕ = −λ S
∂x

x
On trouvera dans le tableau ci-après les valeurs de la conductivité thermique λ de certains matériaux parmi les
plus courants. Un tableau plus complet est donné en annexe A.1.1.

7
Thermique solaire

Matériau λ (W m-1 °C-1) Matériau λ (W m-1 °C-1)


Argent 419 Plâtre 0,48
Cuivre 386 Amiante 0,16
Aluminium 204 Coton 0,059
Acier doux 45 Liège 0,044-0,049
Acier inox 14,9 Laine de roche 0,038-0,041
Glace 1,88 Laine de verre 0,035-0,051
Béton 1,4 Polystyrène expansé 0,036-0,047
Bois (feuillu-résineux) 0,12-0,23 Polyuréthane (mousse) 0,030-0,045
Brique terre cuite 1,1 Polystyrène extrudé 0,027
Verre 0,78 Air 0,026

Convection
C’est le transfert de chaleur entre un solide et un fluide, l’énergie étant transmise par déplacement du fluide.
Ce mécanisme de transfert est régi par la loi de Newton :

Fluide à T∞ ϕ

(
ϕ = h S Tp − T∞ ) (W) (1.7)
Tp
S
Avec :
ϕ Flux de chaleur transmis par convection (W)
h Coefficient de transfert de chaleur par convection (W m-2 °C-1)
Tp Température de surface du solide (°C)
T∞ Température du fluide loin de la surface du solide (°C)
S Aire de la surface de contact solide/fluide (m2)

La convection est dite forcée si le fluide est mis en mouvement par une action extérieure (pompe, ventilateur,
vent…). La convection est dite naturelle si le mouvement du fluide ne résulte que des différences de masse
volumique induite par des différences de températures.
La valeur du coefficient de transfert de chaleur par convection h est fonction de la nature du fluide, de sa
température, de sa vitesse et des caractéristiques géométriques de la surface de contact solide/fluide. On trouvera
en annexe A.1.2 et A.1.3 des corrélations permettant de calculer ce coefficient pour les configurations les plus
courantes.
Rayonnement
C’est un transfert d’énergie électromagnétique entre deux surfaces (même dans le vide). Dans les
problèmes de conduction, on prend en compte le rayonnement entre un solide et le milieu environnant et dans
ce cas nous avons la relation :
Milieu environnant
ϕ à T∞
(
ϕ = σ ε p S Tp 4 − T∞ 4 ) (W) (1.8)
Tp
S

Avec : ϕ Flux de chaleur transmis par rayonnement (W)


σ Constante de Stephan (5,67.10-8 W m-2 K-4)
εp Facteur d’émission de la surface
Tp Température de la surface (K)
T∞ Température du milieu environnant la surface (K)
S Aire de la surface (m2)

8
Rappel sur les transferts de chaleur

Stockage d’énergie
Le stockage d’énergie dans un corps correspond à une augmentation de son énergie interne au cours du
temps d’où (à pression constante) :

∂T
ϕ st = ρ V c (W) (1.9)
∂t

Avec : ϕst Flux de chaleur stocké (W)


ρ Masse volumique (kg m-3)
V Volume (m3)
c Chaleur massique (J kg-1 °C-1)
T Température (°C)
t Temps (s)

ρ, V et c sont supposés constants, le produit ρ V c est appelé la capacitance thermique du corps.

Génération d’énergie
Elle intervient lorsqu’une autre forme d’énergie (chimique, électrique, mécanique, nucléaire) est convertie en
énergie thermique. Nous pouvons l’écrire sous la forme :

ϕg = q V (W) (1.10)

Avec : ϕg Flux d’énergie thermique générée (W)


q Densité volumique d’énergie générée (W m-3)


V Volume (m3)

1.2 Transfert de chaleur par conduction


On se limitera dans ce qui suit à l’étude du transfert de chaleur en régime permanent.

1.2.1 Mur simple

On se placera dans le cas où l’écoulement est unidirectionnel et qu’il n’y a pas de génération ni de stockage
d’énergie.
On considère un mur d’épaisseur e, de conductivité thermique λ, et de grandes dimensions transversales dont
les faces extrêmes sont à des températures T1 et T2 :

T1 λ

ϕx ϕx+dx

Section
transversale S
T2

0 x x + dx e

En effectuant un bilan thermique sur le système (S) constitué par la tranche de mur comprise entre les
abscisses x et x + dx il vient :

9
Thermique solaire

⎛ dT ⎞ ⎛ dT ⎞
ϕ x = ϕ x + dx ⇒ −λ S ⎜ ⎟ = −λ S ⎜ ⎟
⎝ dx ⎠ x ⎝ dx ⎠ x + dx
dT
d’où = A et T(x) = A x + B
dx

Avec les conditions aux limites : T (x = 0) = T1 et T (x = e) = T2

d’où : x
T = T1 − (T1 − T2 ) (°C) (1.11)
e

Le profil de température est donc linéaire. La densité de flux de chaleur traversant le mur s’en déduit par la
dT
relation : φ = −λ , d’où :
dx
λ (T1 − T2 )
φ= (W m-2) (1.12)
e

(T1 − T2 )
La relation (2.7) peut également se mettre sous la forme : ϕ = , cette relation est analogue à la loi
e
λS
d’Ohm en électricité qui définit l’intensité du courant comme le rapport de la différence de potentiel électrique
e
sur la résistance électrique. La température apparait ainsi comme un potentiel thermique et le terme apparait
λS
comme la résistance thermique d’un mur plan d’épaisseur e, de conductivité thermique λ et de surface latérale S,
on a donc le schéma équivalent suivant :

ϕ
T1
T
e
R=
λS

1.2.2 Mur multicouches

C’est le cas des murs réels constitués de plusieurs couches de matériaux différents et où le ne connaît que les
températures Tf1 et Tf2 des fluides en contact avec les deux faces du mur de surface latérale S :

Tf1
λA λB λC
λA
Fluide 1
T1

T3 ϕ
T2
convection
convection
coefficient h2
coefficient h1

T3
T4

Tf2
eA eB eC
Fluide 2

10
Rappel sur les transferts de chaleur

En régime permanent, le flux de chaleur se conserve lors de la traversée du mur et s’écrit :

λ A S (T1 − T2 ) λ B S (T2 − T3 ) λ C S (T3 − T' )


ϕ = h1 S (Tf1 − T1 ) = = = = h 2 S (T4 − Tf2 )
eA eB eC

d’où : Tf1 − Tf2


ϕ = (W m-2) 1.13)
1 eA e e 1
+ + B + C +
h1 S λ A S λ B S λC S h 2 S

Nous avons considéré que les contacts entre les couches de différentes natures étaient parfaits et qu’il
n’existait pas de discontinuité de température aux interfaces. En réalité, compte-tenu de la rugosité des
surfaces, une micro-couche d’air existe entre les creux des surfaces en regard et créé une résistance
thermique R (l’air est un isolant ) appelée résistance thermique de contact. La formule précédente s’écrit
alors :

Tf1 − Tf2
ϕ = (W m-2) (1.14)
1 + e A + R + e B + R + eC + 1
AB BC
h1 S λ A S λB S λC S h 2 S

Le schéma électrique équivalent est le suivant :


ϕ
Tf1 Tf2
1 eA RAB eB eC 1
RBC
h1 S λA S λB S λC S h2 S
eA

Remarques :

- Une résistance thermique ne peut être définie qu’entre deux surfaces isothermes.
- Cette résistance thermique de contact est négligée si le mur comporte une paroi isolante ou si les parois
sont jointes par soudure.

1.2.3 Mur composite

C’est le cas le plus couramment rencontré dans la réalité où les parois ne sont pas isotropes. Considérons à titre
d’exemple un mur de largeur L constitué d’agglomérés creux :
e1 e2 e3
Mur en
aggloméré creux
ℓ1
Milieu 1 ℓ2

Convection Convection
h1 h2
Milieu 2
ℓ3

En supposant le transfert unidirectionnel et en tenant compte des axes de symétrie, on peut se ramener au
calcul du flux à travers l’élément isolé sur la droite de la figure et calculer la résistance thermique R équivalente

11
Thermique solaire

d’une portion de mur de largeur L et de hauteur ℓ= ℓ1 + ℓ2 + ℓ3 en utilisant les lois d’association des résistances
en série et en parallèle par la relation :
1
R = R1 + R 2 + +R6 + R7
1 1 1
+ +
R3 R3 R5
avec :
1 e1 e2 e2 e2 e3 1
R1 = ; R2 = ; R3 = ; R4 = ; R5 = ; R6 = ; R7 =
h1 λL λ1 λL λ 2 λ1 L λ1 λ2 L λ 2 λ3 L λ1 λ L h 2 λL

selon le schéma électrique équivalent suivant :


R3

R1 R2 R4 R6 R7

R5

1.2.4 Cylindre creux long (tube)


On considère un cylindre creux de conductivité thermique λ, de rayon intérieur r1, de rayon extérieur r2, de
longueur L, les températures des faces internes et externes étant respectivement T1 et T2. On suppose que le
gradient longitudinal de température est négligeable devant le gradient radial.
Effectuons le bilan thermique du système constitué par la partie de cylindre comprise entre les rayons r et
r + dr :
⎛ dT ⎞
ϕ r = ϕ r + dr avec ϕr = − λ 2 π r L ⎜ ⎟
⎝ dr ⎠ r
ϕ r + dr ⎛ dT ⎞
et ϕ+ drr = − λ 2 π (r + dr ) L ⎜ ⎟
⎝ dr ⎠ r + dr
⎛ dT ⎞ ⎛ dT ⎞
soit − λ 2 π r L ⎜ ⎟ = − λ 2 π (r + dr ) L ⎜ ⎟
r ⎝ dr ⎠ r ⎝ dr ⎠ r + dr
dT
d’où r =C
r+dr dr

Avec les conditions aux limites : T(r1) = T1 et T(r2) = T2

⎛ r ⎞
T2 ln ⎜ ⎟ + T1 ln ⎛⎜ r2 ⎞⎟
D’où : ⎜r ⎟ ⎝ r ⎠
T (r ) = ⎝ 1 ⎠
(°C) (1.15)
⎛r ⎞
ln ⎜⎜ 2 ⎟⎟
⎝ r1 ⎠

dT
Et par application de la relation ϕ = − λ 2π r , on obtient :
dr

2π λ L (T1 − T2 )
ϕ= (W) (1.16)
⎛r ⎞
ln⎜⎜ 2 ⎟⎟
⎝ r1 ⎠

12
Rappel sur les transferts de chaleur

⎛r ⎞
ln⎜ 2 ⎟
T1 − T2 ⎜r ⎟
⎝ 1 ⎠
Cette relation peut aussi être mise sous la forme : ϕ = avec R = et être représentée
12
R 12 2π λ L
par le schéma électrique équivalent suivant :
ϕ

T1 T2

⎛r ⎞
ln⎜ 2 ⎟
⎜r ⎟
R = ⎝ 1⎠
12
2π λ L

1.2.5 Cylindre creux multicouches

C’est le cas pratique d’un tube recouvert d’une ou plusieurs couches de matériaux différents et où le ne connaît
que les températures Tf1 et Tf2 des fluides en contact avec les faces interne et externe du cylindre ; h1 et h2 sont
les coefficients de transfert de chaleur par convection entre les fluides et les faces internes et externes :

Fluide 2 Tf2

h2
T3

λB
T2
λA
T1 ϕ
h1 r1 r2 r3
Fluide 1 Tf1

En régime permanent, le flux de chaleur ϕ se conserve lors de la traversée des différentes couches et s’écrit :

2π λ A L (T1 − T2 ) 2π λ B L (T2 − T3 )
ϕ = h1 2π r1 L (Tf1 − T1 ) = = = h 2 2π r3 L (T3 − Tf2 )
⎛ r2 ⎞ ⎛ r3 ⎞
ln⎜⎜ ⎟⎟ ln⎜⎜ ⎟⎟
⎝ r1 ⎠ ⎝ r2 ⎠

Tf1 − Tf2
ϕ=
⎛r ⎞ ⎛r ⎞ (W m-1) (1.17)
ln⎜ 2 ⎟ ln⎜ 3 ⎟
d’où :
1 ⎜ r ⎟ ⎜r ⎟ 1
+ ⎝ 1⎠ + ⎝ 2⎠ +
h1 2π r1 L 2π λ A L 2π λ B L h 2 2π r3 L

ce qui peut être représenté par le schéma électrique équivalent suivant :


ϕ

Tf1 Tf2
1 ⎛r ⎞ ⎛r ⎞ 1
ln⎜ 2 ⎟ ln⎜ 3 ⎟
h1 2π r1 L ⎜r ⎟ ⎜r ⎟ h 2 2π r2 L
⎝ 1 ⎠ ⎝ 2 ⎠
2π λ A L 2π λ B L

13
Thermique solaire

1.3 Transfert de chaleur par rayonnement

1.3.1 Généralités. Définitions

1.3.1.1 Nature du rayonnement


Tous les corps, quelque soit leur état : solide, liquide ou gazeux, émettent un rayonnement de nature
électromagnétique. Cette émission d’énergie s’effectue au détriment de l’énergie interne du corps émetteur.
Le rayonnement se propage de manière rectiligne à la vitesse de la lumière, il est constitué de radiations de
différentes longueurs d’onde comme l’a démontré l’expérience de W. Herschell :
T

Source à
To

Prisme

Ecran absorbant

Principe de l’expérience de W. Herschell

En passant à travers un prisme, les radiations sont plus ou moins déviées selon leur longueur d’onde. On
envoie donc les radiations émises par une source à la température T0 sur un prisme et on projette le faisceau
dévié sur un écran absorbant (noirci), on obtient ainsi la décomposition du rayonnement total incident en un
spectre de radiations monochromatiques.
Si l’on déplace le long de l’écran un thermomètre, on mesure la température Te caractérisant l’énergie reçue
par l’écran dans chaque longueur d’onde. En construisant la courbe Te = f(λ), on obtient la répartition spectrale
de l’énergie rayonnée pour la température T0 de la source. On constate alors que:
- L’énergie émise est maximale pour une certaine longueur d’onde λm variable avec T0.
- L’énergie n’est émise que sur un intervalle [λ1, λ2] de longueur d’onde caractérisant le rayonnement
thermique.

On trouvera représenté sur la figure ci-dessous les différents types d’ondes électromagnétiques et leurs
longueurs d’ondes correspondantes. On retiendra que le rayonnement thermique émis par les corps se situe entre
0,1 et 100 µm. On notera par ailleurs que le rayonnement est perçu par l’homme :
- Par l’oeil : pour 0,31 µm > λ < 0,79 µm rayonnement visible.
- Par la peau : pour 0,79 µm < λ < 314 µm rayonnement IR.

Thermique log10(λ)

γ -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5
X
IR

UV
visible

Micro-onde Onde radio Téléphone

Spectre des ondes électromagnétiques

14
Rappel sur les transferts de chaleur

1.3.1.2 Définitions
Classification
Les grandeurs physiques seront distinguées selon :
- La composition spectrale du rayonnement
- Si la grandeur est relative à l’ensemble du spectre elle est dite totale.
- Si elle concerne un intervalle spectral étroit dλ autour d’une longueur d’onde λ elle est dite
monochromatique : Gλ.

- La distribution spatiale du rayonnement


- Si la grandeur est relative à l’ensemble des directions de l’espace elle est dite hémisphérique.
- Si elle caractérise une direction donnée de propagation elle est dit directionnelle : Gx.
Définitions relatives aux sources
Flux
- On appelle flux d’une source S la puissance rayonnée notée ϕ par S dans tout l’espace qui l’entoure, sur
toutes les longueurs d’onde. Le flux ϕ s’exprime en W
- Le flux envoyé par un élément de surface dS dans un angle solide élémentaire dΩ est noté d2ϕ
- Le flux envoyé dans tout l’espace par une surface élémentaire dS est noté dϕ.
- Le flux envoyé par une surface S dans l’angle solide dΩ entourant la direction Ox est noté dϕx.

Nous avons donc les relations suivantes : ∫


dϕ = d 2 ϕ

et ∫
S

ϕ = dϕ = dϕ x

Rappel sur les angles solides élémentaires :

L’angle solide sous lequel depuis un point O on voit une surface S est par définition l’aire de la surface
intersection de la sphère de rayon unité et du cône de sommet O s’appuyant sur le contour de la surface S.
L’angle solide dΩ sous lequel est vu d’un point O le contour d’une petite surface dS (assimilée à une
surface plane) peut être calculé par :

dS
O r dS cos α
α dΩ = (1.18)
r2
dS cosα

n

Emittance énergétique
- Monochromatique :
Un élément de surface dS émet dans toutes les directions du ½ espace un certain flux d’énergie par
rayonnement. Ce flux est réparti sur un intervalle de longueurs d’ondes. Si l’on considère le flux
d’énergie dϕλλ + dλ émis entre les deux longueurs d’ondes λ et λ+dλ, on définit l’émittance
monochromatique d’une source à la température T par :

dφλλ + dλ
M λT = (W m-3) (1.19)
dS dλ

- Totale :
C’est la densité de flux de chaleur émise par rayonnement par dS sur tout le spectre des longueurs
d’ondes. Elle n’est plus fonction que de la température T et de la nature de la source :

λ =∞
dϕ (W m-2) (1.20)
MT = ∫M
λ =0
λT dλ =
dS

15
Thermique solaire

Intensité énergétique dans une direction

On appelle intensité énergétique Ix le flux par unité d’angle solide émis par une surface dS dans un angle
solide dΩ entourant la direction Ox :

d 2ϕx
Ix = (1.21)
dΩ

Luminance énergétique dans une direction


Soit α l’angle fait par la normale n à la surface émettrice S avec la direction Ox suivant laquelle la surface S
possède une intensité énergétique Ix . La projection de S sur le plan perpendiculaire à Ox s’appelle la surface
émettrice apparente ∑ et l’intensité énergétique dans la direction Ox par unité de surface émettrice apparente
s’appelle la luminance énergétique L :


n Ix Ix d 2ϕ x
dS Lx = = = (1.22)
α dS x dS cosα dΩ dS cos α

Ox

Application : Formule de Bougouer

On déduit des définitions précédentes l’expression du flux d2ϕx envoyé par un élément dSi de luminance Lx
sur un autre élément dSk :

dSi αk O
r
dSk
2
d ϕx = I x dΩ = L x dSi cos α i dΩ αi

dS k cos α k
Où : dΩ est l’angle solide duquel depuis la surface dSi on voit la surface dSk donc dΩ =
r2
D’où la formule de Bougouer :

dS i cosα i dS k cosα k
d 2ϕ x = L i x (1.23)
r2

Définitions relatives à un récepteur


Eclairement

C’est l’homologue de l’émittance pour une source. L’éclairement est le flux reçu par unité de surface
réceptrice, en provenance de l’ensemble des directions.
Réception du rayonnement par un solide

Quand un rayon incident d’énergie ϕλ frappe un corps à la température T, un partie ϕλ ρλT de l’énergie
incidente est réfléchie par la surface S, une autre partie ϕλ αλT est absorbée par le corps qui s’échauffe et le reste
ϕλ τλT est transmis et continue son chemin :

16
Rappel sur les transferts de chaleur

ϕλ incident
ϕλ ρλT réfléchi

ϕλ αλT absorbé Corps à T

ϕλ τλT transmis

On a évidemment : ϕλ = ϕλ ρλT + ϕλ αλT + ϕλ τλT d’où : ρλT + αλT + τλT = 1 .

On définit ainsi les pouvoirs monochromatiques réfléchissant ρλT, absorbant αλT et filtrant τλT qui sont
fonction de la nature du corps, de son épaisseur, de sa température T, de la longueur d’onde λ du rayonnement
incident et de l’angle d’incidence.

Si l’on considère l’énergie incidente sur tout le spectre des longueurs d’onde, on obtient les pouvoirs
réfléchissants ρT , absorbant αT et filtrant τT totaux. Les valeurs de ρT, αT et τT de certains corps sont donnés
en annexe A.3.1.

Corps noir, corps gris


Corps noir

C’est un corps qui absorbe toutes les radiations qu’il reçoit indépendamment de son épaisseur, de sa
température, de l’angle d’incidence et de la longueur d’onde du rayonnement incident, il est défini par : αλT = 1.
Une surface enduite de noir de fumée est approximativement un corps noir.

Propriétés du corps noir :


- Tous les corps noirs rayonnent de la même manière.
- Le corps noir rayonne plus que le corps non noir à la même température.

Corps gris

Un corps gris est un corps dont le pouvoir absorbant αλT est indépendant de la longueur d’onde λ du
rayonnement qu’il reçoit. Il est défini par : αλT = αT.

En général, on considère les corps solides comme des corps gris par intervalle et on utilise un pouvoir
absorbant moyen vis-à-vis du rayonnement émis pour λ < 3 µm (rayonnement émis par des corps à haute
température comme le Soleil) et un pouvoir absorbant moyen vis-à-vis du rayonnement émis pour λ > 3 µm
(rayonnement émis par les corps à faible température : atmosphère, absorbeur solaire,...). On pourra à titre
d’exemple considérer les valeurs suivantes pour la peinture blanche :
αλT
1

0
λ = 3 µm λ

17
Thermique solaire

1.3.2 Lois du rayonnement

1.3.2.1 Loi de Lambert


Dans le cas où la source est isotrope, la luminance est indépendante de la direction : Lx = L
In In
Or L n =
S


Et Lα =
α S cos α

De l’égalité Ln = Lα on déduit la loi de Lambert pour une source isotrope :


S
I α = I n cos α
(1.24)

Ainsi l’indicatrice de l’intensité est une sphère tangente en O à la surface émettrice lorsque celle-ci suit la loi
de Lambert :
In

L
L α

O O
Luminance d’une source isotrope Intensité énergétique d’une source isotrope

Remarque : Lorsqu’un corps suit la loi de Lambert, on montre qu’émittance et luminance sont proportionnelles :

M=πL (W.m-2) (1.25)

1.3.2.2 Lois physiques


Loi de Kirchoff

M λT
A une température T donnée et pour une longueur d’onde λ donnée, le rapport est le même pour tous
α λT
les corps.
M λT
Pour le corps noir : αλT = 1 , le rapport est donc égal à MολT en appelant MολT l’émittance
α λT
monochromatique du corps noir, donc :
M λT = α λT Mo λT (W.m-3) (1.26)

L’émittance monochromatique de tout corps est égale au produit de son pouvoir absorbant monochromatique
par l’émittance monochromatique du corps noir à la même température, d’où l’intérêt de connaître le
rayonnement émis par le corps noir.
Cas des corps gris : loi de Kirchoff généralisée
Dans le cas du corps gris, on peut généraliser cette loi ce qui facilite les application. En effet pour un corps
gris αλT = αT , donc : λ =∞ λ =∞ λ =∞
MT = ∫M
λ =0
λT dλ = ∫α
λ =0
λT Mo λT dλ = α T
λ =0
∫ Mo λT dλ

18
Rappel sur les transferts de chaleur

En appelant MoT l’émittance totale du corps noir à la température T, nous obtenons pour un corps gris :

M T = α T Mo T (W.m-2) (1.27)

L’émittance totale MT d’un corps gris à la température T est égal au produit de son pouvoir absorbant αT par
l’émittance totale MoT du corps noir à la même température.

Rayonnement du corps noir


Emittance monochromatique

Elle est donnée par la loi de Planck :

C1 λ−5
Mo λT = (W.m-3) (1.28)
⎛ C ⎞
exp⎜ 2 ⎟ − 1
⎜ ⎟
⎝ λT ⎠

avec : C1= 3,742.10-16 W.m-2


C2 = 1,4385.10-2 m.K

La loi de Planck permet de tracer les courbes isothermes représentant les variations de MoλT en fonction de la
longueur d’onde pour diverses températures :

Emittance d'un corps noir à 100°C Emittance d'un corps noir à 5777 K (Soleil)

100 2,50E+08

80 2,00E+08
Mo λt (W.m )
Mo λΤ (W.m )

-3
-3

60 1,50E+08

40 1,00E+08

20 5,00E+07

0 0,00E+00
0 5 10 15 20 25 30 0 1 2 3 4 5

λ (µm) λ (µm)

Remarques :

- La longueur d’onde λM pour laquelle l’émission est maximale varie avec la température de la source :

2,897.10−3
5
(µm) (1.30) et ⎛ T ⎞ (W.m-3) (1.31)
λM = Mo λ M T = 0,410 ⎜⎜ ⎟⎟
T ⎝ 10 ⎠

avec T : Température (K)


- Pour le Soleil ( T≈ 5777 K ), 90% de l’énergie est émise entre 0,31 et 2,5 µm, le maximum étant situé
dans le spectre visible. Par contre, un corps noir à 373 K (100°C) a son émission maximale vers λ = 8 µm
dans l’IR.

19
Thermique solaire

Emittance totale MoT

L’intégration de la formule de Planck pour toutes les longueurs d’onde donne l’émittance totale MoT du corps
noir qui n’est plus fonction que de la température T , on obtient la loi de Stephan-Boltzmann :

Mo T = σ T 4 (W m-2) (1.32)

avec σ = 5,675.10-8 W.m-2.K-4


4
⎛ T ⎞
Dans les calculs on écrira souvent : σ = 5,675 ⎜⎜ ⎟⎟
⎝ 100 ⎠

Fraction de l’émittance dans un intervalle donné de longueurs d’onde [λ1, λ2]

C’est la fraction du flux émis par l’unité de surface du corps noir à la température T entre les longueurs
d’ondes λ1 et λ2 :

λ2 λ2 λ2 λ1 λ2 λ1


λ1
Mo λT dλ ∫
λ1
Mo λT dλ
∫ Mo λT dλ − ∫ Mo λT dλ ∫ Mo λT dλ ∫ Mo λT dλ
0 0 0 0
Fλ1T − λ 2 T = ∞
= = = −
σ T4 σ T4 σ T4 σ T4

0
Mo λT dλ

Ce qui peut également s’écrire : Fλ1T − λ 2T = F0 − λ 2T − F0 − λ1T ; Calculons F0 − λT à T constant :

λ λ λ
1 C1 λ−5 1 C1 (λ T )−5 1 C1 (λ T )−5
F0 − λT = ∫ dλ = ∫ T dλ = ∫ d(λ T )
σ T4 ⎛ C ⎞ σ ⎛ C ⎞ σ ⎛ C ⎞
0 exp⎜⎜ 2 ⎟⎟ −1 0 exp⎜⎜ 2 ⎟⎟ −1 0 exp⎜⎜ 2 ⎟⎟ −1
⎝ λ T ⎠ ⎝ λ T ⎠ ⎝ λT ⎠

Nous constatons que F0-λT ne dépend que du produit λT. Il suffit donc de dresser une fois pour toutes une table
à une entrée unique λT donnant F0-λT et de l’utiliser pour le calcul de Fλ1T − λ 2T = F0 − λ 2T − F0 − λ1T . Le tableau
des valeurs est donné en annexe A.3.2.

Rayonnement des corps non noirs


Facteur d’émission ou émissivité

On définit les propriétés émissives des corps réels par rapport aux propriétés émissives du corps noir dans les
mêmes conditions de température et de longueur d’onde et on les caractérise à l’aide de coefficients appelés
facteurs d’émission ou émissivités. Ces coefficients monochromatiques ou totaux sont définis par :

M λT MT
ε λT = et εT = (1.33)
Mo λT Mo T

D’après la loi de Kirchoff, on montre que :


α λT = ε λT (1.34)
Cas des corps gris

Ils sont caractérisés par α λT = α T soit d’après ce qui précède : ε λT = ε T

Or : M T = ε T Mo T , nous en déduisons l’émittance du corps gris à la température T :

20
Rappel sur les transferts de chaleur

MT = εT σ T4 (W m-2) (1.35)

1.3.3 Rayonnement réciproque de plusieurs surfaces

Hypothèse : Les surfaces considérées seront supposées homogènes, opaques, isothermes et grises.

1.3.3.1 Radiosité et flux net perdu


Le rayonnement qui quitte une surface Si est la somme de son émission propre et de la réflexion d’une partie
du rayonnement incident sur cette surface. On appelle radiosité, que l’on note Ji, l’émittance apparente de la
surface Si donc :

J i = ε i σ Ti 4 + (1 − ε i ) E (W m-2) (1.36)

Avec Ei : Eclairement de la surface Si (W.m-2)

Considérons maintenant la surface Si choisie parmi n surfaces isothermes et homogènes qui délimitent un
volume :

εi σ Ti4 Ei
(1 - εi) Ei

Si
εi Ei

La densité d’énergie nette perdue par rayonnement par Si s’écrit : φ i net = ε i σ Ti 4 − ε i E i

En introduisant, d’après (2.18), la radiosité Ji par : Ei =


1
1− εi
(J i )
− ε i σ Ti 4 , nous obtenons :

φ i net =
εi
1− εi
(σ T i
4
) ( )
− J i = ε i σ Ti 4 − E i = J i − E i (W m-2) (1.37)

1.3.3.2 Facteur de forme géométrique


On considère une surface Si qui sur toute son étendue a une émission apparente ϕ i = S i J i .
La surface Si est environnée par un nombre n de surfaces et ϕi est envoyé sur toutes ces surfaces ( la surface Si
peut également rayonner vers elle-même si elle est concave). Le flux apparent ϕi peut donc se décomposer de la
manière suivante :
ϕ i = ϕ i →1 + ϕ i → 2 + .............. + ϕ i →i + .............. + ϕ i → n

Calculons ϕ i → k qui est la part du flux quittant Si qui atteint Sk :


D’après la formule de Bougouer, le flux d 2 ϕ i → k envoyé par la surface élémentaire dSi vers la surface
élémentaire dSk s’écrit :
dS i cos α i dS k cos α k
d 2 ϕ i→k = L i
r2

21
Thermique solaire

Ji
avec Li = si la surface Si suit la loi de Lambert.
π

cosα i cosα k
Nous en déduisons : ϕ i → k = J i ∫ ∫ dS i dS k
SS π r2 i k

Le facteur de forme géométrique fik de la surface Si par rapport à la surface Sk est alors défini par la relation :

cos α i cos α k
S i f ik = ∫∫
Si S k
πr2
dS i dS k (1.38)

Il ne dépend que de la géométrie et de la disposition relative des surfaces Si et Sk. Des formules donnent sa
valeur pour les cas de figure les plus courants (cf. annexe A.3.3). Le flux ϕ i → k peut alors s’écrire simplement :
ϕi → k = J i f ik Si

Remarques :

- Le 2ème membre de la formule (3.20) de définition de fik est symétrique en i et k, on en déduit que :

S i f ik = S k f ki (1.39)

- La relation ϕ i = ϕ i →1 + ϕ i → 2 + .............. + ϕ i →i + .............. + ϕ i → n peut s’écrire :

ϕi = J i f i1 Si + J i f i 2 Si + .......... ...... + J i f in Si = J i Si (f i1 + f i 2 + .......... .. + f in ) or ϕi = Si J i

d’où :
f i1 + f i 2 + ............ + f in = 1 (1.40)

Ces deux relations sont utiles pour la détermination des facteurs de formes de plusieurs surfaces en présence.

1.3.3.3 Calcul des flux


n
Le flux ϕ → i reçu par la surface Si s’écrit : ϕ→ i = E i Si = ∑ϕ
k =1
k →i or ϕ k → i = J k S k f ki

n n
D’où : E i S i = ∑
k =1
J k S k f ki = ∑J
k =1
k S i f ik d’après (3.21).

n
En reportant cette expression dans (3.18), nous obtenons : J i = ε i σ Ti 4 + (1 − ε i ) ∑J
k =1
k f ik

n
Ji 1
Soit encore : σ Ti 4 =
εi
+
εi ∑ (1 − ε ) J
k =1
i k f ik

n
En utilisant le symbole de Kronecker, nous pouvons écrire : J i = ∑δ
k =1
ik Jk

D’où : n
1
∑ε
k =1 i
[δik − (1 − ε i ) f ik ] J k = σ Ti 4 (1.41)

22
Rappel sur les transferts de chaleur

Nous écrirons cette relation pour toutes les surfaces Si dont on connaît les températures. Pour celles dont on
n
connaît plutôt la densité de flux net perdue φ i net nous utiliserons la relation : φ i net = J i − E i = J i − ∑f
k =1
ik J k

qui peut encore s’écrire :

∑ (δ )
n

ik − f ik J k = φ i net (1.42)
k =1

Méthode de résolution

Si l’on connaît p températures et (n-p) densités de flux nets φ i net , on écrit p fois l’équation (3.23) et (n-p) fois
l’équation (3.24), on obtient ainsi un système linéaire de n équations à n inconnues : J1, J2, .....Jp,, Tp+1, ......Tn.

La résolution de ce système permet de calculer les (n-p) températures et les p radiosités inconnues. Les p
densités de flux nets inconnues se calculent ensuite par la relation : φ i net =
εi
1− εi
σ Ti 4 − J i ( )
Remarque :

Si une surface est noire (εi = 1), la relation (3. 23) ne peut pas être utilisée. Nous avons alors simplement dans
ce cas la relation : J i = σ Ti 4 et l’on résout le système des (n-1) équations restantes.

Exemple d’application : Cas de deux plans parallèles infinis


S2

ε1 T1

ε2 T2

S1
On suppose que les températures T1 et T2 des deux surfaces S1 et S2 sont connues, on cherche à déterminer le
flux net perdu par chacune de ces surfaces.

Nous avons f11 = f22 = 0 car les surfaces S1 et S2 sont planes et ne peuvent pas rayonner vers elles-mêmes.
n
Nous en déduisons f12 = 1 et f21 = 1 en appliquant la relation ∑f
k =1
ik = 1 pour i = 1 et pour i = 2.

La relation (3.23) s’écrit alors de la manière suivante pour i = 1 et i = 2 :


J1 − (1 − ε1 ) J 2 = σ ε1 T14
− (1 − ε 2 ) J1 + J 2 = σ ε 2 T2 4

ε1 T14 + ε 2 (1 − ε1 ) T2 4
d’où : J1 = σ
1 − (1 − ε1 )(1 − ε 2 )
ε 2 (1 − ε1 )
et : φ1net =
ε1
1 − ε1
(σ T 1
4
) ⎛ ε
− J1 = σ T14 ⎜⎜ 1 −
1 − ε 1
ε1
− ε1

ε1 ⎞
⎟ − σ T2 4
ε1 + ε 2 − ε1 ε 2 ⎟⎠
ε1

1 − ε1 ε1 + ε 2 − ε1 ε 2
⎝ 1

φ1net = − φ 2 nnet = σ (T 1
4
− T2 4 ) ε + εε ε− ε ε
1 2

1 2 1 2

T14 − T2 4
Soit finalement : φ1net = − φ 2 nnet = σ (1.43)
1 1
+ −1
ε1 ε2

23
Thermique solaire

1.3.3.4 Analogie électrique

Flux net perdu par une surface

Nous avons montré que : φi net =


εi
1 − εi
(
σ Ti 4 − J i ) σ Ti 4 − J i
ce qui peut encore s’écrire : ϕi net =
1 − εi
ε i Si
Par analogie, cette relation peut être représentée par le schéma électrique équivalent suivant :
ϕi net
4
σ Ti Ji
1 − εi
ε i Si

On notera que cette résistance thermique de rayonnement ne dépend que des propriétés physiques de la surface
Si et qu’elle est nulle pour un corps noir.

Flux net échangé entre plusieurs surfaces

Le flux net perdu par la surface Si dans ses échanges radiatifs avec l’ensemble des surfaces environnantes
s’écrit d’après la relation (2.) : ϕ i net = (J i − E i ) S i
Le flux ϕi = Ji Si quittant la surface Si peut se décomposer de la manière suivante :
n
ϕ i = ϕ i →1 + ϕ i →2 +.................+ ϕ i →n = ∑J
j=1
i S i f ij

L’éclairement Ei reçu par la surface Si peut se décomposer de la manière suivante :


n n
E i S i = ∑ ϕ j→i = ∑ J j S j f ji
j=1 j=1
Le flux net perdu par Si peut donc s’écrire :
ϕ i ne t = ∑ J i S i f ij − J j S j f j i = ∑ S i f ij (J i − J j ) = ∑ ϕ net i → j
n n n

j=1 j=1 j=1

Ji − J j
Le flux net échangé entre les surfaces Si et Sj s’écrit donc : ϕ net i → j = J i − J j Si f ij = ( ) 1
Si f ij
Cet échange radiatif peut être représenté par le schéma électrique équivalent suivant :
ϕ net i → j

Ji Jj
1
S i f ij

On notera que cette résistance thermique de rayonnement est purement géométrique et qu’elle ne dépend pas
des propriétés physiques des surfaces Si et Sj.

Application : Echange entre deux surfaces grises


Si les deux surfaces S1 et S2 sont seules en présence, le flux net ϕ1net perdu par S1 est égal au flux net ϕ 2 net
gagné par S2 . Ce flux est encore égal au flux net ϕnet1→2 échangé entre S1 et S2, nous avons donc les égalités :
ϕ1net = ϕ net1→ 2 = − ϕ 2 net

σ T1 4 − J 1 J1 − J 2 J 2 − σ T2 4
Soit ϕ1net = = =
1 − ε1 1 1− ε2
ε 1 S1 S1 f 12 ε 2 S2

24
Rappel sur les transferts de chaleur

Cet échange radiatif peut être représenté par le schéma électrique équivalent suivant :
ϕ1net
σ T1 4 J1 J2 σ T2 4

1 − ε1 1 1 − εi
ε 1 S1 S1 f 12 ε i Si

T14 − T2 4
D’où ϕ1net = − ϕ 2 net = σ (W) (1.44)
1 − ε1 1 1− ε2
+ +
ε1 S1 S1 f12 ε 2 S2

Utilisation des schémas analogiques

Dans les systèmes simples, il est plus rapide d’utiliser la technique des schémas analogiques que celle du
système linéaire. Lorsqu’on a établi le schéma analogique, on calcule les différentes résistances du circuit puis
on résout par les techniques habituelles utilisées en électricité : loi d’association des résistances en série et en
parallèle, loi des noeuds,...

Exemple d’application : Cas d’une surface S1 convexe complètement entourée par une surface S2

La surface S1 étant convexe elle ne peut pas rayonner vers elle-même donc : f11 = 0
La relation f11 + f12 =1 nous permet de déduire : f12 = 1

La relation (3.26) s’écrit alors :

T1 4 − T2 4 T1 4 − T2 4
ϕ1net = − ϕ 2 net = σ =σ
1 − ε1 1 1− ε2 1 1 1
+ + + −
ε 1 S1 S1 ε 2 S2 ε 1 S1 ε 2 S2 S2

ϕ1net = − ϕ 2 net = σ
(
S1 T1 4 − T2 4 ) (W) (1.45)
1 S ⎛ 1 ⎞
D’où : + 1 ⎜ − 1⎟
ε1 ⎜
S2 ⎝ ε 2 ⎟

Cas particulier où la surface S1 est « petite » devant la surface S2 :

S1
Nous avons dans ce cas : ≈ 0 et la relation (3.27) s’écrit alors :
S2

(
ϕ1net = − ϕ 2 net = σ ε1 S1 T14 − T2 4 ) (W) (1.46)

1.4 Transfert de chaleur par convection

1.4.1 Généralités. Définitions


Les transferts de chaleur qui s’effectuent simultanément avec des transferts de masse sont dits transferts de
chaleur par convection. Ce mode d’échange de chaleur existe au sein des milieux fluides dans lesquels il est
généralement prépondérant.

Convection naturelle et forcée


Selon la nature du mécanisme qui provoque le mouvement du fluide on distingue :

25
Thermique solaire

- La convection libre ou naturelle : le fluide est mis en mouvement sous le seul effet des différences de
masse volumique résultant des différences de températures sur les frontières et d’un champ de forces
extérieures (la pesanteur).
- La convection forcée : le mouvement du fluide est induit par une cause indépendante des différences de
température (pompe, ventilateur...).

L’étude du transfert de chaleur par convection permet de déterminer les échanges de chaleur se produisant
entre un fluide et une paroi.

Régime d’écoulement

Compte-tenu du lien entre le transfert de masse et le transfert de chaleur, il est nécessaire de considérer le
régime d’écoulement. Considérons à titre d’exemple l’écoulment d’un fluide dans une conduite :

- En régime laminaire, l’écoulement s’effectue par couches pratiquement indépendantes. :

u=0 umax

Entre deux filets fluides adjacents les échanges de chaleur s’effectuent donc :
- Par conduction uniquement si l’on considère une direction normale aux filets fluides.
- Par convection et conduction (négligeable) si l’on considère une direction non normale aux
filets fluides.

- En régime turbulent, l’écoulement n’est pas unidirectionnel :

sous-couche laminaire

umax zone turbulente

u=0
L’échange de chaleur dans la zone turbulente s’effectue par convection et conduction dans toutes les
directions. On vérifie que la conduction est généralement négligeable par rapport à la convection.

1.4.2 Expression du flux de chaleur

Analogie de Reynolds

De même qu’au niveau moléculaire on explique la viscosité des gaz par la transmission des quantités de
mouvement des molécules lors des chocs intermoléculaires, on explique la transmission de la chaleur par la
transmission d’énergie cinétique lors de ces mêmes chocs.
Cette liaison intime des phénomènes de viscosité et de transfert de chaleur conduisent à l’analogie de
Reynolds : dans un écoulement fluide avec transfert de chaleur dans un tube, le profil des vitesses et le profil des
températures sont liés par une relation de similitude :

umax Τmax

Τi

u=0 Τp
26
Rappel sur les transferts de chaleur

Couches limites dynamiques et thermiques

Quelque soit le régime d’écoulement, il demeure une sous-couche laminaire (couche limite dynamique) dont
l’épaisseur est d’autant plus réduite que le nombre de Reynolds est grand. L’épaisseur de cette couche limite
varie en fonction de nombreux paramètres : nature du fluide, température, rugosité de la paroi...
L’analogie de Reynolds montre que le gradient thermique est particulièrement important au voisinage de la
paroi, c’est à dire dans la sous-couche laminaire. Quelque soit le régime d’écoulement du fluide, on considère
que la résistance thermique est entièrement située dans le film laminaire qui joue le rôle d’isolant thermique
(couche limite thermique).

Expression du flux de chaleur

On considère que cette résistance thermique R est équivalente à celle que le flux de chaleur rencontrerait en
conduction à travers une paroi dont l’épaisseur serait celle du film laminaire et qui possèderait les mêmes
caractéristiques thermiques que le fluide soit :
e
R=
λ
avec : e épaisseur du film laminaire
λ conductivité thermique du fluide
Rigoureusement, le flux de chaleur par unité de surface s’écrit alors : φ =
λ
Tp − Ti( )
où Τi est la
e
température à la limite du film laminaire.
Pour un régime thermique bien établi, on peut considérer en première approximation que par suite des courants
de convection la masse fluide au-delà du film laminaire est à une température constante et prendre comme loi de
la densité de flux de chaleur la relation :

φ=
λ
(T p
− T∞ ) (W.m-2) (1.47)
e

Avec : Τ∞ : Température du fluide loin de la paroi (°C)

qui correspond au modèle de Prandtl représenté ci-après à titre d’exemple pour l’écoulement d’un fluide dans
une conduite :

umax Τ∞

Τi

u=0 Τp
Τ∞ , qui est la température moyenne du fluide dans une section perpendiculaire à l’écoulement dans le cas de la
circulation d’un fluide dans une canalisation, dépend du régime d’écoulement. Dans le cas d’un échange paroi-
fluide, on prendra pour Τ∞ la température du fluide loin de la paroi.

Loi de Newton. Valeur du coefficient de transfert

Cette loi simple présente néanmoins une énorme difficulté dans son application puisque l’on ne connaît pas
l’épaisseur e du film laminaire. C’est ce qui amène à définir un coefficient de transfert superficiel ou coefficient
de transfert de chaleur par convection par :

λ (W m-2 °C-1) (1.48)


h=
e

Quelque soit le type de convection (libre ou forcée) et quelque soit le régime d’écoulement du fluide
(laminaire ou turbulent), le flux de chaleur ϕ est donné par la relation dite loi de Newton :

27
Thermique solaire

ϕ = h S ∆θ (W) (1.49)

Le problème majeur à résoudre avant le calcul du flux de chaleur consiste à déterminer h qui dépend d’un
nombre important de paramètres : caractéristiques du fluide, de l’écoulement, de la température, de la forme de
la surface d’échange,...

On trouvera dans le tableau ci–après l’ordre de grandeur du coefficient de transfert de chaleur par convection
pour différentes configurations.

Configuration h (Wm-2 °C-1)

Convection naturelle
Plaque verticale de hauteur 0,3 m dans l’air 4,5
Cylindre horizontal de diamètre 5 cm dans l’air 6,5
Cylindre horizontal de diamètre 2 cm dans l’eau 890

Convection forcée
Courant d’air à 2 m/s sur une plaque carrée de 2 m de côté 12
Courant d’air à 35 m/s sur une plaque carrée de 0,75 m de côté 75
Eau à 0,5 kg/s dans un tube de diamètre 2,5 cm 3500
Courant d’air à 50 m/s perpendiculaire à un tube de diamètre 5 cm 180

Ebullition de l’eau
Dans un récipient 2500-35000
En écoulement dans un tube 5000-100000

Condensation de l’eau sous 1 atm


Sur une surface verticale 1000-11000
A l’extérieur de tubes horizontaux 10000-25000

1.4.3 Calcul du flux de chaleur en convection forcée

L’application de l’analyse dimensionnelle montre que la relation liant le flux de chaleur transféré par
convection aux variables dont il dépend peut être recherchée sous la forme d’une relation entre trois nombres
adimensionnels :

Nu = f (Re, Pr) (1.50)

Définis par :
hD
Nu = Nombre de Nusselt
λ
ρu D
Re = Nombre de Reynolds
µ
cp µ
Pr = Nombre de Prandtl
λ

Le calcul d’un flux de chaleur transmis par convection forcée s’effectue donc de la manière suivante :

1. Calcul des nombres adimensionnels de Reynolds et de Prandtl.


2. Suivant la valeur de Re et la configuration → choix de la corrélation.
3. Calcul de Nu par application de cette corrélation.
4. Calcul de h =
λ Nu
D
(
et de ϕ = h S Tp − T∞ . )

28
Rappel sur les transferts de chaleur

Pour la convection forcée, les principales corrélations sont données en annexe A.4.1.

1.4.4 Calcul du flux de chaleur en convection naturelle


Mécanisme de la convection naturelle

Considérons un fluide au repos en contact avec une paroi plane à température Τ0. Si l’on porte la paroi à une
température Τ = Τ0 + ∆Τ, le fluide au contact de la paroi va s’échauffer par conduction et la masse du volume
unité va passer de ρ0 à ρ0 - ∆ρ :

Fluide à Τ0, ρ0 Fluide à Τ0, ρ0


→ →
f = ∆ρ g

V=1u V=1u
Τp = Τ0 m = ρ0 Τp = T0 + ∆Τ m = ρ0 - ∆ρ

t=0 t
→ →
Il sera donc soumis à une force ascensionnelle f = − ∆ρ g . Le principe fondamental de la dynamique permet
d’évaluer l’accélération du fluide :
∆ρ
Pour un volume unité : m = ρ d’où : ∆ρ g = ρ γ et γ = g
ρ
1 ∆ρ
En introduisant le coefficient de dilatation cubique β du fluide défini par β = , il vient :
ρ ∆T
γ = β g ∆T

β g ∆Τ est donc le module de l’accélération produite par l’expansion thermique due à la variation ∆Τ de la
température Τ0. Ce mouvement du fluide induit par les différences de masse volumique résultantes des gradients
de température va donner naissance aux courants de convection.

Dans le cas d’un transfert de chaleur par convection naturelle le long d’une plaque plane, le coefficient de
convection dépend des caractéristiques du fluide : λ, ρ, µ, cp, β, g, de la paroi caractérisée par la longueur L, et
de l’écart de température ∆θ aux bornes du film ce que l’on peut traduire par une relation du type :

φ = f (λ, ρ, µ, cp, β, g, L, ∆Τ)

Dans le système M, L, T, θ, Q, cette relation entre 8 grandeurs se réduit à une relation entre trois nombres
adimensionnels :

Nu = f ( Gr, Pr) (1.51)


Définis par :
hD
Nu = Nombre de Nusselt
λ
β g ∆T ρ2 L3
Gr = Nombre de Grashof
µ2
cp µ
Pr = Nombre de Prandtl
λ

Signification physique du nombre de Grashof

Lorsque la masse unité du fluide, soumise à l’accélération β g ∆Τ subit une variation d’altitude L, la
conservation de l’énergie permet d’écrire :

29
Thermique solaire

u2
= β g ∆TL
2
u2
représente la variation d’énergie cinétique et β g ∆Τ L la variation d’énergie potentielle.
2
On voit donc que le nombre de Grashof peut se mettre sous la forme :
2
1 ⎛ u L ρ⎞
Gr = ⎜ ⎟
2 ⎜⎝ µ ⎟⎠
Il est donc proportionnel au carré d’un nombre de Reynolds caractérisant l’écoulement. En pratique, en
convection naturelle, le courant qui prend naissance reste laminaire jusqu’à ce que le nombre de Grashof atteigne
une valeur d’environ 109.

Calcul du flux de chaleur en convection naturelle

L’application de l’analyse dimensionnelle montre que la relation liant le flux de chaleur transféré par
convection aux variables dont il dépend peut être recherchée sous la forme d’une relation entre trois nombres
adimensionnels : Nu = f (Gr, Pr) définis par :

hD
Nu = Nombre de Nusselt
λ
β g ∆T ρ 2 L3
Gr = Nombre de Grashof
µ2
cp µ
Pr = Nombre de Prandtl
λ

Le calcul d’un flux de chaleur transmis par convection naturelle s’effectue donc de la manière suivante :

1. Calcul des nombres adimensionnels de Grashof et de Prandtl .


2. Suivant la valeur de Gr et configuration → choix de la corrélation.
3. Calcul de Nu par application de cette corrélation.
4. Calcul de h =
λ Nu
D
(
et de ϕ = h S Tp − T∞ )
Pour la convection naturelle, les principales corrélations sont données en annexe A.4.2.

30
L’énergie solaire

31
Thermique solaire

2 L’ENERGIE SOLAIRE
2.1 Introduction

2.1.1 Le contexte
L’augmentation brutale du prix du pétrole survenue en 1973 a conduit une première fois l’homme à
s’intéresser à des sources d’énergie renouvelables au premier rang desquelles l’énergie solaire. Les principales
caractéristiques de l’énergie solaire ayant suscité l’intérêt qu’on lui a porté à l’époque étaient sa gratuité (nous y
reviendrons), sa disponibilité sur une grande partie du globe terrestre et l’absence de risque d’épuisement connu
par les sources d’énergie fossile.
On s’est vite aperçu que l’énergie solaire, contrairement à une idée répandue, n’est pas tout à fait gratuite : son
utilisation nécessite un investissement de départ souvent plus lourd que pour les sources d’énergie
conventionnelles et nombre d’installations solaires sont aujourd’hui à l’arrêt faute d’avoir prévu un budget pour
la maintenance des équipements.
Toutefois, sans être totalement gratuite, l’énergie solaire présente des coûts de fonctionnement réduits et offre
dans certains cas une alternative économiquement rentable par rapport aux sources d’énergie conventionnelles.
Le développement de l’utilisation de l’énergie solaire sera lié non seulement à ses avantages économiques (qui
grandiront au fur et à mesure que les réserves d’énergie fossile diminueront) mais surtout à des considérations
liées à la protection de l’environnement : pas de rejets polluants (fumées contenant du CO2 et des NOx par les
centrales thermiques), pas de danger radioactif et de déchets encombrants (centrales nucléaires), possibilité de
limitation de l’emploi des CFC (production de froid solaire par adsorption).

2.1.2 Aperçu de la ressource


Le soleil est une sphère gazeuse composée presque totalement d’hydrogène. Son diamètre est de
1 391 000 km (100 fois celui de la Terre), sa masse est de l’ordre de 2.1027 tonnes.
Toute l’énergie du Soleil provient de réactions thermo-nucléaires qui s’y produisent. Elles transforment à
chaque seconde 564.106 tonnes d’hydrogène en 560.106 tonnes d’Hélium, la différence de 4 millions de tonnes
est dissipée sous forme d’énergie ( E = mc2), ce qui représente une énergie totale de 36.1022 kW. La Terre étant à
une distance de 150 .106 km du Soleil, elle reçoit une énergie de 1,8.1017 W.
La valeur du flux de rayonnement solaire E reçu par une surface perpendiculaire aux rayons solaires placée à
la limite supérieure de l’atmosphère terrestre (soit à environ 80 km d’altitude) varie au cours de l’année avec la
distance Terre/Soleil. Sa valeur moyenne E0 est appelée la constante solaire, elle vaut E0 = 1353 W.m-2. En
première approximation, on peut calculer la valeur de E en fonction du numéro du jour de l’année j par :

E = E 0 [1 + 0,033 cos(0,984 j)] (2.1)

On trouvera sur la figure 2.1 la répartition spectrale du rayonnement solaire hors atmosphère.

2500

2000
Eλ (W.m -2.µ m -1)

1500

1000

500

0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4
λ (µ m )

Figure 2.1 Répartition spectrale du rayonnement solaire hors atmosphère.

32
L’énergie solaire

On notera que 98% du rayonnement solaire est émis dans des longueurs d’onde inférieures à 4 µm. En
première approximation, le rayonnement solaire peut être assimilé au rayonnement d’un corps noir à une
température de 5777 K.

2.2 Aspects géométriques


Nous allons nous intéresser ici aux aspects géométriques du rayonnement solaire intercepté par la Terre dans
le but ultérieur de calculer le flux reçu par un plan incliné placé à la surface de la Terre et orienté dans une
direction fixée. La connaissance de ce flux est la base du dimensionnement de tout système solaire.

2.2.1 Mouvements de la Terre


La trajectoire de la Terre autour du Soleil est une ellipse dont le Soleil est l’un des foyers. Le plan de cette
ellipse est appelé l’écliptique.
L’exentricité de cette ellipse est faible ce qui fait que la distance Terre/Soleil ne varie que de ±1,7% par
rapport à la distnace moyenne qui est de 149 675 106 km.
La Terre tourne également sur elle-même autour d’un axe appelé l’axe des pôles. Le plan perpendiculaire à
l’axe des pôles et passant par le centre de la Terre est appelé l’équateur. L’axe des pôles n’est pas
perpendiculaire à l’écliptique : l’équateur et l’écliptique font entre eux un angle appelé inclinaison et qui vaut
23°27’. Les mouvements de la Terre autour de son axe et autour du Soleil sont schématisés sur la figure 2.2.
21 mars

Tropique du
Cancer Nuit polaire

21 décembre
154.106 km 144.106 km

21 juin
Tropique du
Capricorne

21 septembre

Figure 2.2 : Schématisation des mouvements de la Terre autour du Soleil

On appelle déclinaison δ l’angle formé par la direction du Soleil avec le plan équatorial. Elle varie au cours
de l’année entre -23,45° et +23,45°. Elle est nulle aux équinoxes (21 mars et 21 septembre), maximale au solstice
d’été (21 juin) et minimale au solstice d’hiver (21 décembre). La valeur de la déclinaison peut être calculée par
la relation :
δ = 23,45° sin[0,980° ( j + 284 )] (2.2)

Où j est le numéro du jour de l’année.

2.2.2 Mouvement apparent du Soleil


Le mouvement apparent du Soleil vu par un observateur fixe en un point de latitude L au nord de l’équateur
est représenté sur la figure 2.3

Au midi solaire, l’angle que fait la direction du Soleil avec la verticale du lieu est égal à (L – d).
La durée du jour est de 12h aux équinoxes, elle est inférieure à 12h entre le 21 septembre et le 21 mars,
supérieure à 12h entre le 21 mars et le 21 septembre.

33
Thermique solaire

Verticale

Midi solaire (h maxi)


L-δ
Lever du Soleil
E S

Coucher du Soleil
N O

Figure 2.3 : Mouvement apparent du Soleil observé d’un point de latitude L

Exemple :

Calculer l’angle fait par la direction du Soleil avec la verticale au midi solaire à Ouagadougou le 27 mai. La
latitude de Ouagadougou est L = 12,45°N.
Nous avons : j = (31 + 28 + 31 + 30 + 17 = 147 d’où δ = 23,45° sin[0,980° (147 + 284 )] = 20,78°
L’angle fait par la direction du Soleil avec la verticale du lieu au midi solaire a pour valeur :
L – d = 12,45 – 20,78 = -8,4° . A Ouagadougou le 27 mai, le Soleil passe donc au Nord de la verticale à midi
bien que Ouagadougou soit dans l’hémisphère Nord.

Le repérage du Soleil s’effectue par l’intermédiaire de deux angles :


- L’azimut a : c’est l’angle que fait la direction de la projection du Soleil sur le plan horizontalavec la
direction Sud, cet angle étant orienté positivment vers l’Ouest.
- La hauteur h du Soleil : c’est l’angle que fait la direction du Soleil avec sa projection sur un plan
horizontal.

Ces deux angles sont représentés sur la figure 2.4.


Trajectoire apparente du Soleil

Lever du Soleil
E S

a h

Coucher du Soleil
N O

Figure 2.4 : Repérage de la position du Soleil.

Ces deux angles sont fonction de :


- La latitude L du lieu
- La date j (numéro du jour de l’année)
- L’heure solaire TS dans la journée.

La latitude L et la date j servent à déterminer la trajectoire du Soleil dans le ceil et l’heure TS donne ma
position instantanée sur cette trajectoire.
On définit le jour comme le temps mis par la Terre pour effectuer un tour sur elle-même. Un jour a été divisé
en 24h et on a défini l’heure solaire TS en fixant TS = 12h lorsque la hauteur du Soleil est maximale (le Soleil
est à son « zénith »).

34
L’énergie solaire

On définit également l’angle horaire ω par :

ω = 15° (TS − 12 ) (2.3)

ω est compté positivement l’après-midi.

La hauteur h du Soleil peut alors se déduire de la relation :

sin (h ) = sin (L ) sin (δ ) + cos(L ) cos(δ ) cos(ω) (2.4)

Et l’azimut a par la relation :


cos(δ ) sin (ω)
sin (a ) = (2.5)
cos(h )

Des diagrammes solaires tels que ceux présentés en annexe A2.1 peuvent également permettre une
détermination rapide , en un lieu de latitude L donnée, des valeurs de a et h pour chaque heure (solaire) de la
journée et chaque mois de l’année.

2.2.3 Heures et temps

2.2.3.1 Durée du jour


Le module ωl de l’angle horaire au lever du Soleil s’obtient en écrivant sin(h) = 0 dans la formule (2.4), ce qui
conduit à :
cos(ω l ) = − tan (L ) tan (δ ) (2.6)

L’heure solaire au lever du Soleil a donc pour valeur :

ωl (2.7)
(TS)l = 12 −
15

L’angle horaire ωc au coucher du Soleil est l’opposé de l’angle horaire à son lever, nous avons donc ωc = -ωl et
la durée du jour vaut :

ωl (2.8)
d=2
15

2.2.3.2 Relation entre temps légal et temps solaire


Les relations se raportant au mouvement du Soleil utilisent le temps solaire TS qui diffère généralement du
temps légal TL (heure des montres) du lieu considéré. Cette différence est liée à :
- La différence (fixée par chaque pays) entre l’heure légale TL et l’heure civile TCF du fuseau horaire dans
lequel il se trouve :
C = TL − TCF (2.9)

L’heure civile TCF du fuseau horaire est égale au temps universel TU (temps solaire du méridien de
Greenwich) augmenté de la valeur du décalage horaire que l’on trouvera sur la figure 2.5.

- La variation de la vitesse de la Terre sur sa trajectoire autour du Soleil qui introduit un terme correctif
appelé équation du temps et noté ET :

⎡0,0002 − 0,4797 cos(ω' j) + 3,2265 cos(2ω' j) + 0,0903 cos(3ω' j)⎤


ET = − ⎢ ⎥ (2.10)
⎣+ 7,3509 sin (ω' j) + 9,3912 sin (2ω' j) + 0,3361 sin (3ω' j) ⎦

35
Thermique solaire

Où : j Numéro du jour de l’année


ω’ = 0,984
ET Equation du temps (terme correctif) en mn ;

Figure 3.5 : Décalage horaire par rapport au méridien de Greenwich

- La différence de longitude (l – lref) entre le lieu considéré et le lieu servant de référence au temps légal
(en général le centre du fuseau).

Le temps solaire TS se calcule finalement par la formule :

(l ref − l)
TS = TL − C + ET + (2.11)
15

La correction maximale due à l’équation du temps est de l’ordre de 16 mn, on peut ne pas en tenir compte en
première approximation. On trouvera les variations annuelles de la déclinaison et de l’équation du temps sur la
figure 2.6.

30
δ (°)
20

10
ET (mn) ou δ (°)

ET (mn)
0

-10

-20 mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
n° jour du
1 32 60 91 121 152 182 213 244 274 305 335
1er du mois
-30
0 50 100 150 200 250 300 350
Jour

Figure 2.6 : Equation du temps ET et déclinaison δ en fonction du jour de l’année.

36
L’énergie solaire

Le problème est souvent de déterminer la différence C entre TL et TCF en un lieu donné, on peut procéder de
la manière suivante :
- Il est possible de connaître TL et TU (écouter une radio internationale…) d’où (TL – TU).
- La différence (TCF – TU) peut être lue sur la figure 15.
- On en déduit C = (TL – TU) – (TCF – TU).

Exemple :
Calculer la hauteur du Soleil et l’azimut lorsqu’il est 10h30 le 20 février à Bordeaux. La latitude est
L = 44,5°N et la longitude est l = 0,34°O.
La différence (TL-TU) est égale à 1h en France en février (heure d’hiver), la différence (TCF – TU) lue sur la
figure 15 est nulle.
Nous obtenons par application de la figure 1.6 ou par le calcul : ET = -14,1 mn.
Nous en déduisons : TS = 10,5 + 1 -14,1/60 +(0+0,34)/15 = 11,3 h
D’où ω = 15 (TS – 12) = - 18,2°
Et δ = 23,45° sin[0,980° (51 + 284 )] = −12,32°
sin (h ) = sin (L ) sin (δ ) + cos(L ) cos(δ ) cos(ω) = sin (44,5) sin (−12,32 ) + cos(44,5) cos(−12,32 ) cos(−18.2 ) = 0,536
d’où : h = 32,4°
cos(δ ) sin (ω) cos(−12,32 ) sin (−18,2 )
sin (a ) = = = −0,215 d’où : a = -12,4°
cos(h ) cos(32,4)

2.2.4 Durée et taux d’ensoleillement

2.2.4.1 Durée d’ensoleillement


Selon les conditions atmosphériques, le ciel peut être plus ou moins couvert de nuages au cours d’une journée.
Ceux-ci occultent le Soleil, totalement ou partiellement, empêchant ainsi le rayonnement d’atteindre directement
le sol. On dit que la nébulosité est plus ou moins importante selon qu’il y a beaucoup ou peu de nuages.
On appelle durée effective d’ensoleillement ou insolation SS le temps pendant lequel, au cours d’une
journée, le rayonnement solaire direct a atteint le sol du lieu considéré. On appelle rayonnement direct le
rayonnement qui atteint la surface terrestre sans avoir subi de déviation depuis son émission par le Soleil.

2.2.4.2 Taux d’ensoleillement


Par ceil clair sans nuages, le sol reçoit le rayonnement solaire direct pendant tyoute la durée du jour, ou plus
précisement pendant la durée maximale d’ensoleillement SS0. On appelle taux d’ensoleillement ou taux
d’insolation le rapport entre la durée effective et la durée maximale d’ensoleillement. :

SS
σ= (2.12)
SS 0

La durée maximale d’ensoleillement SS0 pour un site dégagé peut être prise égale à la durée du jour caclulée
par la formule (2.7).

2.3 Aspects énergétiques

2.3.1 L’atmosphère terrestre

2.3.1.1 Composition
L’atmosphère est constituée de plusieurs couches de caractéristiques différentes, ce sont :
- La troposphère, entre le sol et 15 km d’altitude.
- La stratosphère entre 15 et 80 km d’altitude.
- L’ionosphère entre 80 et 200km d’altitude.

Les caractéristiques absorbantes de l’atmosphère sont déterminées par la présence de :


- CO2 (0,03%)
- Vapeur d’eau : en quantité variable caractérisé par l’épaisseur d’eau condensable qui est l’épaisseur d’eau
que l’on obtiendrait en condensant toute la vapeur d’eau contenue dans l’atmopsphère.

37
Thermique solaire

- Ozone O3 située entre 10 et 30 km d’altitude.


- Aérosols : grains de sable, poussières, fumées…

On trouvera sur la figure 2.7 la répartition spectrale du rayonnement solaire au niveau du sol terrestre avec
indication des gaz partiellement opaques qui filtrent ce rayonnement selon la longueur d’onde.

Iλ (W.m-2.µm-1)

2000
Eclairement hors atmosphère
Eclairement au niveau de la mer
Emission du corps noir à 5800K

1500

1000

Composante diffuse (légère brume)

Composante diffuse (ciel clair)


500

0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 1,2 1,4 1,6 1,8 2,0 2,2 2,4 2,6 2,8 3,0
λ (µm)

Figure 2.7 : Répartition spectrale du rayonnement solaire au niveau du sol terrestre.

2.3.1.2 Rayonnement du ciel et de l’atmosphère

Les gaz non transparents de l’atmosphère (CO2, O3, H2O) émettent vers la Terre un rayonnement dans les
principales bandes suivantes :
- vers 14,7 µm pour le CO2.
- Entre 5 et 7 µm et entre 14 et 20 µm pour la vapeur d’eau.
- Vers 9,6µm pour O3.

Ainsi que le montre la figure 2.8, il s’agit d’un rayonnement émis dans les grandes longueurs d’onde (> 3µm)
contrairement au rayonnement solaire émis dans des longueurs d’ondes inférieures à 3 µm.
Emittance
(W.m-3)

2 5 8 12 15 20 25 30
λ (µm)
Figure 2.8 : Spectre du rayonnement atmosphérique.

38
L’énergie solaire

Le flux W rayonné par le ciel et l’atmosphère vers la Terre peut être calculé par :

W = σ Tciel 4 = σ ε a Ta 4 (2.13)

Où Tciel ou εa sont donnés par l’une des corrélations suivantes

Tciel = Ta − 12 (2.14)

[
ε a = 1 − 0,261 exp − 7,77.10 −4 (Ta − 273)2 ] (2.15)

⎛T ⎞
ε a = 0,787 + 0,764 ln⎜⎜ ra ⎟⎟ (2.16)
⎝ 273 ⎠

Où : Tra Température de rosée de l’air en K


Ta Température de l’air en K

2.3.2 Rayonnement solaire au sol

2.3.2.1 Notations
Comme nous l’avons évoqué précédemment, l’atmosphère ne transmet pas au sol la totalité du rayonnement
solaire qu’elle reçoit :
- Le rayonnement direct est celui qui traverse l’atmosphère sans subir de modifications.
- Le rayonnement diffus est la part du rayonnement solaire diffusé par les particules solides ou liquides en
suspension dans l’atmosphère. Il n’a pas de direction privilégiée.
- Le rayonnement global est la somme du rayonneùent direct et diffus.

Les notations utilisées pour les composantes du rayonnement solaire sur une surface horizontale sont données
dans le tableau 2.1.

Directe S
Irradiation solaire
Energie reçue pendant une certaine durée Diffuse D G=S+D
W.m-2.durée-1 ou kWh.m-2.durée-1
Globale G

Direct S*
Eclairement solaire
Flux instantané Diffus D* G* = S* + D*
W.m-2
Global G*

Tableau 2.1 : Rayonnement solaire sur un plan horizontal : notations utilisées.

Le rayonnement direct reçu par une surface orientée en permanence vers le Soleil et qui reçoit donc le
rayonnement solaire sous une incidence normale est désigné par I. Nous désignerons par :
-I l’énergie reçue (irradiation) en W.m-2.durée-1 ou kWh.m-2.durée-1
- I* le flux reçu (éclairement) en W.m-2

Nous avons la relation :


S* = I * sin (h ) (2.17)

39
Thermique solaire

2.3.2.2 Rayonnement direct


Eclairement S*

L’éclairement solaire direct S* sur un plan horizontal peut être déterminé de plusieurs manières en fonction
des données disponibles :
α. Par mesure de G* et D*, on en déduit S* = G* - D*.

β. A partir de la mesure des irradiations journalières globales G et diffuse D sur un plan horizontal, on en
déduit S = G – D et S* par la fonction de répartition suivante :

π cos(ω) − cos(ω l )
S* = [a + b cos(ω)] π ωl
S (2.18)
24 sin (ω l ) − cos(ω l )
180

Où : a = 0,409 + 0,502 sin(ωl – 60°)


b = 0,661 - 0,477 sin(ωl – 60°)

χ. A partir de la mesure de l’irradiation journalière globale G, on évalue l’irradiation journalière diffuse D


par la corrélation de Collares-Pereira et Rabl:

D = 0,99 G KT ≤ 0,17
( 2 3
D = 1,188 − 2,272 K T + 9,473 K T − 21,865 K T + 14,648 K T 4
)G 0,17 < KT ≤0,75
(2.19)
D = (−0,54 K T + 0,632 ) G 0,75 <KT ≤ 0,80
D = 0,2 G KT ≥ 0,80

Où : G
KT = (2.20)
G0

G0 étant l’irradiation journalière sur un plan horizontal placé au-dessus de l’atmosphère calculable par :

⎡ π ωl ⎤
G 0 = 3,795.10 4 cos(L ) cos(δ ) ⎢sin (ω l ) − cos(ω l )⎥ (2.21)
⎣ 180 ⎦

Où ωl est en dégré et G0 en kJ.m-2

On calcule ensuite S = G – D et on est ramené au cas précédent.

δ. A partir de la connaissance de la moyenne mensuelle de l’irradiation globale journalière G , on calcule


l’irradiation diffuse journalière moyenne D par la corrélation de Collares-Pereira et Rabl :

D = {0,775 + 0,00606 (ω l − 90°) − [0,505 + 0,00455 (ω l − 90°)] cos (115 K T − 103)} G (2.22)

Et on est ramené au cas précédent.

A partir de la mesure du taux d’ensoleillement σ, on évalue G par :

G = G 0 [0,29 cos(L ) + 0,52 σ] Zone tropicale (2.23)


G = G0 [ 2σ + 1 − 0,72 ] France

Et on est ramené au cas précédent.

40
L’énergie solaire

ε. On ne dispose d’aucune mesure : on peut évaluer le rayonnement direct sur un plan perpendiculaire au
rayonnement solaire par la relation :

⎡ TL ⎤ (2.24)
I* = 1370 exp ⎢− ⎥
⎢⎣ 0,9 + 9,4 sin (h ) ⎥⎦

Où TL est le facteur de trouble de Linke calculable par :

TL = 2,4 + 14,6 β + 0,4 (1 + 2 β ) ln (p v ) (2.25)

β est le coefficient de trouble atmosphérique que l’on peut prendre égal à :


β = 0,05 en zone rurale
β = 01 en zone urbaine
β = 0,2 en zone industrielle ou polluée
pv est lapression partielle de vapeur d’eau exprimée en mmHg.

On en déduit S* = I* sin(h)

Irradiation directe journalière S

L’irradiation directe journalière S sur un plan horizontal peut être déterminé de plusieurs manières en fonction
des données disponibles :
α. Par mesure directe de G et D on en déduit S = G – D.

β. A partir de G , on calcule D par la formule et on est ramené au cas précédent.

χ. A partir de la mesure du taux d’ensoleillement s on évalue G par la formule et on est ramené au cas
précédent.

δ. Par intégration sur la journée des valeurs de S* = I* sin(h), I* étant calculé par la formule (2.24).

2.3.2.3 Rayonnement diffus


Eclairement D*

L’éclairement solaire diffus D* sur un plan horizontal peut être déterminé de plusieurs manières en fonction
des données disponibles :
α. Par mesure directe.

β. A partir de la mesure de l’irradiation journalière diffuse D sur un plan horizontal, on déduit :

π cos(ω) − cos(ω l )
D* = [a + b cos(ω)] π ωl
D (2.26)
24 sin (ω l ) − cos(ω l )
180

χ. A partir de la mesure de l’irradiation globale G sur un plan horizontal : on évalue D par la formule
(2.22) et on est ramené au cas précédent.

δ. A partir de la mesure du taux d’ensoleillement σ, on évalue G par la formule (2.23) et on est ramené au
cas précédent.

ε. Par utilisation de la corrélation suivante en l’absence de toute mesure :

41
Thermique solaire

[
D* = 54,8 sin (h ) TL − 0,5 − sin (h ) ] (2.27)

Où TL est le facteur de trouble de Linke calculable par la formule (2.25).

Irradiation D

L’irradiation diffuse journalière D sur un plan horizontal peut être déterminé de plusieurs manières en fonction
des données disponibles :
α. Par mesure directe.
β. A partir de la mesure de l’irradiation globale G sur un plan horizontal : on évalue D par la formule
(2.22).
χ. A partir de la mesure du taux d’ensoleillement σ, on évalue G par la formule (2.23) et on est ramené au
cas précédent.
δ. Par intégration des valeurs de D* données par la corrélation (2.27) en l’absence de toute donnée.

2.3.3 Variations types du rayonnement

2.3.3.1 Annuelle
La valeur de l’irradiation globale annuelle sur un plan horizontal dépend fortement de la latitude comme le
montre la carte de l’ensoleillement sur la figure 2.9.

180 150 120 90 60 30 0 30 60 90 120 150 180

180 150 120 90 60 30 0 30 60 90 120 150 180

Figure 2.9 : Irradiation globale moyenne en kWh.m-2.j-1

La valeur mensuelle moyenne de l’irradiation globale sur un plan horizontal subit également des variations
plus ou moins importantes au cours de l’année ainsi que l’indiquent les données du tableau 2.2.

Mois
Lieu 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Bangui 4,50 5,16 5,81 5,67 5,44 4,76 4,45 4,63 5,08 5,26 4,64 4,35
Dakar 5,2 5,93 6,99 7,02 6,95 6,51 5,78 5,10 5,40 5,50 5,00 4,87
Le Caire 3,36 4,40 5,83 6,76 7,2 7,58 7,43 6,96 6,13 4,86 3,58 3,08
Ouagadougou 5,61 6,36 6,28 6,31 6,22 6,06 5,81 5,47 5,94 5,83 5,75 5,19

Tableau 2.2 : Valeurs mensuelles moyennes des irradiations journalières (en kWh.m-2.j-1) en différents lieux.

42
L’énergie solaire

La valeur du flux est élevée et sa valeur minimale est relativement importante en zone tropicale ce qui peut
permettre d’envisager des systèmes solaires autonomes sans stockage d’énergie sur une longue période. En
dehors de la zone tropicale, les écarts de la valeur de l’irradiation entre le mois le plus ensoleillé et le mois le
moins ensoleillé sont importants et il faudra prévoir soit une stockage d’énergie soit une énergie d’appoint pour
couvrir un besoin énergétique donné (séchage de produits, production d’eau chaude sanitaire, pompage
d’eau,…).

2.3.3.2 Mensuelle
En zone tropicale, l’irradiation globale journalière moyenne G sur un plan horizontal varie peu en saison sèche
alors qu’elle subit des variations importantes en saison pluvieuse ainsi que le montrent les valeurs de la station
de Ouagadougou dans le tableau 2.3.

Jour 11 12 13 14 15 16 17
G (kJ.m-2-j-1) 9620 21430 16690 17450 9860 17820 19280
Tableau 2.3 : Valeur de G (kJ.m-2-j-1) à Ouagadougou en août 1987.

Ceci pose le problème de la sécurité de fonctionnement des systèmes solaires : si l’on veut assurer une
couverture complète des besoins chaque jour de l’année, il faut une système de stockage d’énergie permettant de
pallier à une période de non-ensoleillement limitée à 2 jours en zone tropicale sèche. Dans les autres zones où les
périodes d’ensoleillement peuvent être de plus longue durée, il faut obligatoirement utiliser une autre source
d’énergie en appoint. Exemple : chauffe-eau électrosolaire où l’eau est chauffée dans un capteur solaire et par
une résistance électrique si la température atteinte est insuffisante.

2.3.3.3 Journalière
L’éclairement solaire reçu par un capteur varie typiquement de la manière représentée sur la figure 2.10 au
cours d’une journée non-perturbée : nul la nuit , il augmente dès le lever du jour pour atteindre un maximum au
midi solaire avant de décroître de nouveau jusu’à s’annuler à la tombée de la nuit.

Eclairem ent d'une surface horizontale (L =10°, l = 10°, j = 150)


1000
900
800
G*(i,γ)
700
Flux (W.m-2)

600
500
S*(i,γ)
400
300
D*(i,γ)
200
100
0
5 7 9 11 13 15 17
Heure légale (h)

Figure 2.10 : Variation type de l’éclairement solaire au cours d’une journée non-perturbée.

L’utilisation de l’énergie solaire est donc bien adaptée aux applications dont les besoins coïcident avec les
heures d’ensoleillement maximum. Dans la plupart des cas, il existe un décalage qui nécessite un stockage pour
satisfaire les besoins de la période de non-ensoleillement : ballon d’eau chaude associée à un capteur solaire pour
les besoins en eau chaude en début de matinée, château d’eau associé à une pompe solaire pour les besoins
nocturnes en eau.

43
Thermique solaire

3 LES CAPTEURS SOLAIRES PLANS


Nous ferons dans ce paragraphe l’hypothèse que la couverture transparente utilisée dans le capteur solaire est
opaque au rayonnement IR ( λ > 3µm) et n’absorbe pas le rayonnement solaire.

3.1 Principe
Le rôle d’un capteur solaire thermique est de transformer le rayonnement solaire qu’il reçoit en énergie
calorifique utilisable, le plus souvent par l’intermédiaire d’un fluide caloporteur (eau, air, …). Le schéma de
principe d’un capteur solaire plan est donné sur la figure 3.1.

Couverture transparente

Isolant

Air confiné
Paroi absorbante / rayonnement solaire

Fluide entrant à Tfe , sortant à Tfs

Figure 3.1 : Schéma de principe d’un capteur solaire plan

La paroi absorbante s’échauffe sous l’effet de l’absorption du rayonnement solaire incident. Le fluide qui
circule sous cette paroi récupère par convection une partie de cette énergie absorbée et subit une élévation de
température Tfs – Tfe à la traversée du capteur.

3.2 Bilan thermique global de la paroi absorbante


Le bilan thermique de la paroi absorbante s’écrit :

ϕ sa = ϕ p→ + ϕ u + ϕ st (W) (3.1)

Où : ϕsa Flux solaire absorbé


ϕp→ Flux perdu par la paroi absorbante
ϕu Flux utile transmis au fluide caloporteur
ϕst Flux stocké dans le capteur qui s’écrit :

ϕst = M e ceau ∂T (W) (3.2)


∂t

Où : Me Masse en eau du capteur définie par : ∑m c = M


i i e ceau , i représentant les différents
éléments constitutifs du capteur
T Température moyenne du capteur
t Temps

La puissance absorbée par le capteur s’écrit :

ϕsa ≈ τcs α ps G *(i, γ ) S (W) (3.3)

Où : ϕsa Flux solaire absorbé par la surface exposée (W)


G*(i,γ) Eclairement (densité de flux) solaire incident sur le capteur (W.m-2)
αps Coefficient d’absorption de la paroi absorbante par rapport au rayonnement solaire
τcs Coefficient de transmission de la couverture transparente par rapport au rayonnement solaire
S Surface de la paroi absorbante.

44
Les capteurs solaires plans

Dans le cas où le fluide caloporteur ne subit pas de changement d’état, le flux utile s’écrit :

ϕu = q cf ( Tfs − Tfe ) (W) (3.5)

Où : qcf Débit calorifique du fluide caloporteur (W.°C-1) = débit massique x capacité calorifique
Tfe Température d’entrée du fluide caloporteur à l’entrée de l’absorbeur
Tfs Température de sortie du fluide caloporteur à la sortie de l’absorbeur.

Les déperditions thermiques du capteur sont mises sous la forme :

(
ϕ p→ = h p Tpm − Ta S ) (W) (3.6)

Où : hp Coefficient global de pertes du capteur


Tpm Température moyenne de la paroi absorbante
Ta Température de l’air extérieur

Dans le cas d’un capteur plan, la température moyenne Tpm peut en première approximation être calculée par :

3 Tfs + Tfe (°C) (3.7)


Tpm = + ∆T
4

pour tenir compte de la non-linéarité de l’évolution de la température du fluide dans le capteur et de l’écart de
température ∆T existant entre le fluide et la paroi absorbante.

Rendements d’un capteur solaire

Les rendements d’un capteur sont définis par rapport au flux solaire incident de la manière suivante :

- Le rendement global : ϕu
η= (3.9)
G * (i , γ ) S

- Le rendement interne : ϕu
ηi = (3.10)
ϕ sa

- Le rendement optique : ϕ sa
η0 = (3.11)
G * (i , γ ) S

On définit également des rendements moyens sur une période donnée (jour, mois, année). Pour ce faire, on
intègre la relation du bilan (3.1) sur la période choisie :
t t t

∫ϕ
0
sa ∫
0

dt = ϕu dt + ϕp → dt
0
soit : Qsa = Qu + Qp→

On définit alors les rendements global η , interne ηi et optique ηo moyens du capteur sur la période
considérée par :

Qu Qsa
η= ηo =
t Qu t
ηi =
∫ G * (i, γ ) S dt
0
(3.12)
Qsa
(3.13)
∫ G * (i, γ ) S dt
(3.14)
0

45
Thermique solaire

Ces rendements sont à considérer lors d’un calcul de dimensionnement d’un capteur solaire. Il ne faut pas les
confondre avec les rendements instantanés qui sont toujours plus élevés ( un rendement journalier moyen tient
compte du refroidissement nocturne par exemple).

3.3 Expression du coefficient global de pertes


Capteur solaire couvert de type 1
Les échanges thermiques convectifs entre la paroi absorbante et l’extérieur dans un capteur solaire couvert que
nous appellerons de type 1 peuvent être schématisés comme indiqué sur la figure 3.2 .
Air à Ta
hvent
Couverture à Tcm

hc,p-c Plaque abs. à Tpm


h1 ≈ h2
Fluide à Tf

hvent Air à Ta
Figure 3.2 : Schématisation des flux convectifs dans un capteur couvert de type 1.

Pertes thermiques vers le haut

Les pertes thermiques vers le haut peuvent s’écrire : ϕ ↑ = ϕ c, p − c + ϕ r ,p −c = ϕ c,c − a + ϕ r ,c − c


Où : ϕ c, p − c Flux échangé par convection-conduction entre la paroi absorbante et la couverture
ϕ r ,p −c Flux échangé par rayonnement entre la paroi absorbante et la couverture
ϕ c,c − a Flux échangé par convection entre la couverture et l’air extérieur
ϕ r ,c − a Flux échangé par rayonnement entre la couverture et le milieu extérieur.
Chacun de ces flux peut s’exprimer de la manière suivante :

• (
ϕ c,p − c = h c,p − c T pm −Tcm S ) où hc,p-c est le coefficient de transfert de chaleur entre deux surfaces
parallèles délimitant un espace clos contenant de l’air, calculable par la corrélation présentée en
annexe A.1.3.
• ϕ r ,p −c peut être calculé en considérant la paroi absorbante et la couverture comme deux surfaces
parallèles infinies (la distance les séparant est faible devant leur largeur et leur longueur) grises et
opaques (hypothèse de la couverture opaque au rayonnement IR), ces hypothèses permettent
d’écrire :

Tpm 4 − Tcm 4
ϕ r ,p −c = σ
1 1
S ( )
que l’on peut aussi écrire : ϕ r ,p −c = h r ,p − c T pm −Tcm S
+ −1
α pi α ci

(T pm
2
)(
+ Tcm 2 Tpm + Tcm )
avec : h r , p − c = σ S
1 1
+ −1
α pi α ci
Avec : αpi Coefficient d’absorption de la plaque par rapport au rayonnement IR
αci Coefficient d’absorption de la couverture par rapport au rayonnement IR.

46
Les capteurs solaires plans

• ϕ c,c − a qui dépend principalement de la vitesse du vent peut se calculer par :


ϕc,c − c = h c, p − a ( T cm −Ta ) S
le coefficient de convection étant calculable par la corrélation suivante où uvent est la vitesse moyenne
du vent :
h c,c − a = h vent = 5,7 + 3,8 u vent (W.m-2.°C-1) (3.15)

• ( ) (
ϕ r ,c − a = σ α ci Tcm 4 − ε a Ta 4 S = σ α ci Tcm 4 − Tciel 4 S )
Où : εa Emissivité de l’atmosphère calculable par les relations (2.15) ou (2.16)
Tciel Température équivalente du ciel
Tcm Température moyenne de la couverture.

Que l’on peut mettre sous la forme :


(
σ α ci Tcm 4 − ε a Ta 4 )
ϕ r ,c −a = h r ,c − a (Tcm − Ta ) S avec : h r ,c − a =
Tcm − Ta

Le flux perdu vers le haut par la plaque absorbante peut alors s’écrire :
ϕp↑ = (h c, p − c + h r,p −c )(Tpm − Tcm ) S = (h vent + h r,a −c ) ( Tcm − Ta ) S

soit encore :
Tpm − Tcm Tcm − Ta Tpm − Ta
ϕp↑ = S= S= S
1 1 1 1
+
h c ,p −c + h r ,p − c h c , a − c + h r ,a − c h c,p −c + h r , p − c h vent + h r ,a −c

Pertes thermiques vers le bas


Tb − Ta
Les pertes thermiques vers le bas peuvent s’écrire : ϕ ↓= ϕc,p − b + ϕr,p − b =
ei 1
+
λi S h vent
Où : ϕ c,p − b Flux échangé par convection-conduction entre la paroi et le bas
ϕ r ,p −b Flux échangé par rayonnement entre la paroi et le bas
ei, λi Epaisseur et conductivité thermique de l’isolant.

Les deux flux échangés par la paroi absorbante avec le bas du capteur peuvent s’écrire :

Tp − Tb Tp − Tb
ϕc, p − b = ≈ car h1 ≈ h2 = hi = coefficient de convection fluide/paroi, calculable par les
1 + 1 2
h1 h 2 hi
corrélations données en annexe A.1.2.

( )
et : ϕr, p − b = h r, p − c T pm −Tb S avec : h r,p − b = σ
(T pm
2
)(
+ Tb 2 Tpm + Tb
S
)
1 + 1 −1
α pi α bi
Avec αbi Coefficient d’absorption du fond du capteur par rapport au rayonnement IR.

Tpm − Tb Tb − Ta Tpm − Ta
On en déduit : ϕp↓ = S= S= S
1 ei e
+ 1 1 + i + 1
h c,p − b + h r, p − b λi S h vent h c, p − b + h r,p − b λi S h vent

47
Thermique solaire

Pertes thermiques totales


Tpm − Ta Tpm − Ta
On obtient finalement : ϕ p = ϕ p ↑ + ϕ p↓ = +
1 1 1 ei 1
+ + +
h c, p − c + h r , p − c h vent + h r ,a −c h c, p − b + h r , p − b λi S h vent

que l’on peut mettre sous la forme : ϕ p = h p Tpm − Ta S avec : ( )


1 1
hp = + (W.m-2.°C-1) (3.16)
1 1 1 ei 1
+ + +
h c, p − c + h r , p − c h vent + h r ,a − c h c, p − b + h r , p − b λi S h vent

Capteur solaire couvert de type 2


Air à Ta

hvent Couverture à Tcm

hc,p-c Plaque abs. à Tpm

Fluide à Tf

hvent Air à Ta
Figure 4.3 : Schématisation des flux convectifs dans un capteur solaire couvert de type 2.

Une analyse similaire conduit au résultat suivant :

1 1
hp = + (W.m-2.°C-1) (3.17)
1 1 ei 1
+ +
h c, p − c + h r , p −c h vent + h r ,a − c λi S h vent

Capteur solaire non-couvert de type 3


Air à Ta

hvent
Plaque abs. à Tpm
h1 ≈ h2
Fluide à Tf

hvent Air à Ta

Figure 34 : Schématisation des flux convectifs dans un capteur solaire non-couvert de type 3.

1
On établit la relation : h p = h vent + h r ,a − c + (W.m-2.°C-1) (3.18)
1 ei 1
+ +
h c, p − b + h r , p − b λi S h vent

48
Les capteurs solaires plans

Capteur solaire non-couvert de type 4


Air à Ta

hvent Plaque abs. à Tpm

Fluide à Tf

hvent Air à Ta

Figure 3.5 : Schématisation des flux convectifs dans un capteur solaire non-couvert de type 4.

1
h p = h vent + h r ,a − c + (W.m-2.°C-1) (3.19)
ei 1
On établit la relation : +
λi S h vent

3.4 Bilan thermique de la couverture transparente


Le bilan thermique de la couverture transparente s’écrit d’après ce qui précède:

(h c, p −c
)( ) ( )
+ h r , p − c Tpm − Tcm S = h vent + h r ,a − c (Tcm − Ta ) S (3.20)

(
σ α ci Tcm 4 − ε a Ta 4 ) (T pm
2
)(
+ Tcm 2 Tpm + Tcm )
Avec : h r ,c − a = ; hvent = 5,7 + 3,8 uvent ; h r ,p −c = σ S
Tcm − Ta 1 1
+ −1
α pi α ci
et hc,p-c coefficient global de convection dans la cellule fermée délimitée par la paroi absorbante et la
couverture transparente, il peut être calculé par la corrélation donnée en annexe A.1.2. La connaissance de Tpm
permet de calculer Tcm par résolution de l’équation (3.20) par une méthode itérative.

3.5 Exemple de calcul du rendement d’un capteur


Nous allons à titre d’exemple développer le calcul du rendement d’un capteur solaire couvert de type 2, les
résultats relatifs aux autres types de capteur seront donnés par la suite au § 3.6.

3.5.1 Profil transversal de température


Nous allons dans un premier temps déterminer le profil de température de la paroi absorbante dans la direction
Oy perpendiculaire à la direction Ox de l’écoulement du fluide (cf. figure 3.6).
Ox l Tube à température
extérieure uniforme Tt
Tp(y)

φDe φDi

0 y y + dy
Figure 3.6 : Schéma en coupe de l’absorbeur.

49
Thermique solaire

Le bilan thermique du morceau de plaque de longueur unité compris entre y et y + dy s’écrit :

⎛ ∂T ⎞ ⎛ ∂T ⎞
φ sa − λ p e p ⎜ ⎟ = −λ p e p ⎜ ⎟
⎜ ∂y ⎟ ⎜ ∂y ⎟
+ h p Tpm − Ta dy ( )
⎝ ⎠y ⎝ ⎠ y + dy
où : ep, λp Epaisseur et conductivité thermique de la paroi absorbante
hp Coefficient global de pertes de la paroi absorbante
φsa Densité de flux solaire absorbé par la plaque

∂ 2Tp hp ⎛ ⎞
ce qui peut s’écrire : = ⎜ T − T − φsa ⎟
⎜ p a ⎟
∂y 2 λ p e p ⎜⎝ h p ⎟⎠
2
φ sa 2
hp ∂ Tp 2
on peut poser : Tp = Tp − Ta − et ω = , on obtient : 2
− ω Tp = 0
hp λp ep ∂y
d’où : Tp ( y ) = C1 sinh (ω y ) + C 2 cosh (ω y )
On utilise les conditions aux limites pour calculer C1 et C2 :

∂Tp ∂Tp
En y = 0 : = = 0 par raison de symétrie, on en déduit : C1 = 0
∂y ∂y
φsa
Tt − Ta −
λ− D hp
En y = : Tp = Tt , on en déduit : C2 =
2 ⎡ ⎛ λ − De ⎞⎤
cosh ⎢ ω ⎜ ⎟⎥
⎣ ⎝ 2 ⎠⎦
φsa
Tp( y ) − Ta −
hp cosh ( ω y )
D’où : =
φsa ⎡ ω ( λ − De ) ⎤
Tt − Ta − cosh ⎢ ⎥⎦
hp ⎣ 2

Le flux transféré (par unité de longueur selon Ox) à la base de la plaque en y =


(λ − De ) vers un tube s’écrit :
2
φsa
Tt − Ta −
⎛ ∂Tp
⎞ hp ⎡ ω ( λ − De ) ⎤ 1 ⎡ φ ⎤ ⎡ ω ( λ − De ) ⎤
dϕp→ t = −λ p e p ⎜⎜⎟⎟ =− ω λ p e p sinh ⎢ = ⎢ Tt − Ta − sa ⎥ tanh ⎢
⎝ ∂y
⎠ y = λ− D e ⎡ ω ( λ − De ) ⎤ ⎣ 2 ⎥
⎦ ω ⎣⎢ h p ⎦⎥ ⎣ 2 ⎥⎦
cosh ⎢ ⎥
2 ⎣ 2 ⎦

La plaque comprise entre y = 0 et y =


(λ − De ) joue en fait le rôle d’ailette de chauffage par rapport au tube.
2
Si toute cette ailette était à la température uniforme Tt, le flux transféré de l’ailette au tube s’écrirait :

dϕ p → t
max
[
= φsa − h p (Tt − Ta ) ] (λ −2D )
e

Le rendement de l’ailette est défini par :

⎡ ω ( λ − De ) ⎤
dϕp → t tanh ⎢ ⎥⎦
F= = ⎣ 2 (3.21)
dϕp → t ω ( λ − De )
max
2

Le tube gagne également un flux capté directement sur sa largeur apparente De supposée à la température
uniforme Tt :

50
Les capteurs solaires plans

(
dϕ→ t = De ⎡φsa − h p Tt − Ta ⎤
⎢⎣ ⎥⎦
)
Le flux utile total gagné par un tube par unité de longueur selon la direction Ox de l’écoulement du fluide
s’écrit finalement en considérant que chaque tube reçoit le flux de deux ailettes de longueur
(λ − De ) :
2

( )[
d ϕ u = ⎡φ sa − h p Tt − Ta ⎤ D e + F λ − D e
⎢⎣ ⎥⎦
( )]
Ce flux utile gagné par le tube est transmis au fluide à travers la résistance de conduction du tube d’épaisseur
et et la résistance de convection entre la paroi interne du tube et le fluide, soit :
Tt − Tf
dϕ u =
1 + et
h i π Di λ t π Di

On peut éliminer Tt en égalant les deux expressions de ϕu et l’on obtient finalement l’expression du flux utile
gagné par chaque tube par unité de longueur dans la direction Ox de l’écoulement du fluide :

dϕu =
[φ sa ]
− h p (Tf − Ta ) [De + F (λ − De )]
(W.m-1)
⎡ et ⎤
1+ hp ⎢ 1 + ⎥ [De + F (λ − De )]
⎢⎣ h i π Di λ t π Di ⎥⎦

que l’on écrit sous la forme simplifiée :


⎢⎣
( )
dϕu = λ F' ⎡φsa − h p Tf − Ta ⎤
⎥⎦
(W.m-1)

1
hp
avec : F' =
⎡ et ⎤ (3.22)
λ⎢ 1 + 1 + ⎥
⎢⎣ [(λ − De ) F + De ] h p h i π Di λ t π Di ⎥⎦

F’ apparaît comme le rapport de la résistance thermique au transfert entre la plaque et l’extérieur sur la
résistance thermique au transfert entre le fluide et l’extérieur. F’ est donc un nombre inférieur ou égal à l’unité
appelé facteur d’efficacité de la plaque absorbante.

3.5.2 Profil de température dans le sens de l’écoulement du fluide


Considérons un tube de longueur L parmi les n tubes du capteur, le fluide entre dans le tube à la température
Tfe et en ressort à la température Tfs. D’après ce qui précède, chaque tube gagne un flux utile dϕu par unité de
longueur dans le sens Ox de l’écoulement du fluide.

Effectuons un bilan thermique sur la portion de fluide contenue dans un tube entre les distances x et x +dx à
partir de l’entrée du tube, il s’écrit :

mf ∂Tf
cf = dϕu dx
n ∂x

où : mf Débit total du fluide dans l’absorbeur constitué de n tubes en parallèle (kg.s-1)
cf Capacité calorifique du fluide (J.kg-1)

on en déduit :
mf
n
cf
∂Tf
∂x
[
= λ F' φsa − h p (Tf − Ta ) dx ]

51
Thermique solaire

Par intégration entre 0 et x, on obtient le profil de température longitudinal du fluide :

φsa
Tf ( x ) − Ta −
hp ⎛ n λ F' h ⎞
= exp ⎜⎜ − • x ⎟⎟
p
φsa ⎜ ⎟
Tfe − Ta − ⎝ m f cf ⎠
hp

et par intégration entre x = 0 et x = L, on obtient l’expression suivante de la température de sortie Tfs du


fluide dans laquelle S = λ L est la surface de l’absorbeur :

φsa
Tfs − Ta −
hp ⎛ n S F' h ⎞
= exp ⎜⎜ − • ⎟
p

Tfe − Ta −
φsa ⎜ mf cf ⎟⎟
⎝ ⎠
hp

On peut également calculer la température moyenne du fluide dans l’absorbeur par :


L
Tf
moy
= 1
L ∫ T ( x ) dx qui conduit à l’expression suivante :
0
f

⎛ ⎞ m• c ⎡ ⎛ ⎞⎤
Tf = Ta +
φsa φ
+ ⎜ Tfe − Ta − sa ⎟ f f ⎢1 − exp ⎜ − n S F' h p ⎟⎥
⎜ ⎟ n S F' h ⎢ ⎜ • ⎟⎥
moy
hp ⎝ hp ⎠ ⎜ m f cf ⎟
p
⎣⎢ ⎝ ⎠ ⎦⎥

3.5.3 Calcul du rendement global


Le flux utile gagné sur la surface totale S = λ L de l’absorbeur peut se calculer par :

φsa
Tf ( x ) − Ta −
⎛ n λ F' h ⎞
[ ] hp
L
ϕu = λ F' φsa − h p (Tf − Ta ) = exp ⎜⎜ − • x ⎟⎟
p
ϕ u = n ∫ dϕ u dx avec et
φsa ⎜ ⎟
0 Tfe − Ta − ⎝ m f cf ⎠
hp

Le calcul de cette intégrale conduit à : ϕ u = S FR ⎡φ sa − h p Tfe − Ta ⎤


⎢⎣ ⎥⎦
( )
Où FR est le facteur de conductance de l’absorbeur défini par :


mf cf ⎡⎢ ⎛ n S F' h ⎞⎤
1 − exp ⎜⎜ − • ⎟⎥
p
FR = ⎟⎟ ⎥ (3.23)
S hp ⎢ ⎜ m f cf
⎣ ⎝ ⎠⎦

Le rendement global du capteur tel que défini par la relation (3.9) s’écrit finalement :

⎡ h p (Tfe − Ta )⎤
η = FR ⎢η o − ⎥ (3.24)
⎢⎣ φ sa ⎥⎦

Où η0 est le rendement optique défini par la relation (3.11).

52
Les capteurs solaires plans

3.5.4 Température moyenne de l’absorbeur


⎡ ⎤
Par définition du coefficient global de pertes défini par la relation (3.6) , on a : ϕu = S ⎢φsa − h p ⎛⎜ Tpm − Ta ⎞⎟⎥
⎣ ⎝ ⎠⎦
On en déduit :
φ sa ϕu
Tpm = Ta + − (°C) (3.25)
hp S hp

(
où : ϕ u = S FR ⎡φ sa − h p Tfe − Ta ⎤
⎢⎣ ⎥⎦
)
3.6 Rendement des autres types de capteur

3.6.1 Capteurs de type 1 et 3


Dans ces deux types de capteurs, l’énergie absorbée est transmise au fluide sur toute la surface de captation, il
n’y a pas d’effet d’ailette à prendre en compte et par conséquent : F = 1.

1 1
F' = ≈
hp hp
et on montre que : 1+ 1+ (3.26)
1 1
h1 + hi +
1 1 1 1
+ +
h2 h r,p−b hi h r ,p − b

Les formules de calcul du facteur de conductance FR et de l’efficacité η restent inchangées, mais le rendement
optique a l’expression simplifiée suivante dans le cas d’un capteur de type 3 : η o = α ps .
Les expressions du coefficient global de pertes hp sont également différentes pour les deux types de capteur
(cf. § 3.3).

3.6.2 Capteur de type 4


Les formules de calcul du facteur d’efficacité F’, du facteur de conductance FR et de l’efficacité η sont les
mêmes que celles du capteur de type 2, par contre le coefficient global de pertes hp n’a pas la même expression
dans les deux cas (cf. § 3.3) et le rendement optique a pour expression : η o = α ps

3.7 Autres grandeurs caractéristiques

Rayonnement de seuil

( )
Nous avons établi précédemment les expressions : ϕu = q cf Tfs − Tfe = S FR ⎡φsa − h p Tfe − Ta ⎤
⎢⎣ ⎥⎦
( )
Pour une valeur de Tfe donnée (par exemple la température en début de journée de l’eau issue d’un ballon de
stockage redescendue à 45 °C pendant la nuit), il apparaît que l’éclairement solaire G*(i,γ) atteignant un capteur
doit être supérieur à un certaine valeur appelée rayonnement de seuil que nous noterons G*s pour que le flux
utile soit positif. Cette valeur G*s est donnée par :

h p (Tfe − Ta )
G *s = (W.m-2) (3.27)
α ps τ cs

53
Thermique solaire

Cette valeur est importante en pratique car pour des valeurs de l’éclairement solaire inférieures à Es, le flux
utile est nul. Il ne faut donc pas prendre en compte les valeurs G*(i,γ) < G*s. On cherchera à obtenir un
rayonnement de seuil le plus faible possible.

Température limite
Si, pour un éclairement solaire G*(i,γ) donné le débit du fluide caloporteur s’annule, la température moyenne
Tpm de la paroi absorbante va augmenter jusqu’à atteindre une valeur d’équilibre appelée température limite Tpl
solution de l’équation du bilan thermique global de l’absorbeur :

(
φ sa − h p Tpl − Ta = 0 )
φsa
d’où : Tpl = (°C) (3.28)
hp

Il faut considérer le comportement des matériaux utilisés à la température limite de fonctionnement


correspondant à l’éclairement solaire maximum (G*(i,γ) ≈ 1000 W.m-2) pour éviter tout risque de dégradation du
capteur.

Inertie thermique
Avant d’atteindre un fonctionnement en régime semi-permanent (bien que l’éclairement solaire varie de façon
continue, on pourra le considérer constant sur une période d’une heure par exemple), le capteur passe par une
phase de régime variable qui l’amène de la température ambiante Ta (à laquelle il se trouve en début de journée)
à sa température de fonctionnement Tfe.
Le bilan global de la phase de mise en température d’une durée tm peut être mis sous la forme :

M e ceau (Tfe − Ta )
(
φsa S = h p Tpm − Ta S + )
tm

Où : φsa Flux solaire moyen absorbé lors de la phase de mise en température


Tpm Température moyenne de l’absorbeur lors de la phase de mise en température
tm Temps nécessaire à la mise en température.

La durée de la phase de mise en température s’écrit donc :

(
M e c eau Tp − Ta ) (s) (3.29)
tm =
[φ sa
−h p (T − T )]S
pm a

Pertes de charge
Les frottements du fluide caloporteur dans les conduits entraînent des pertes de charge qui sont principalement
fonction de la vitesse d’écoulement du fluide.
La connaissance des pertes de charge permet d’assurer un écoulement suffisant du fluide en convection
naturelle (thermosiphon pour l’eau, effet de cheminée pour l’air) ou de calculer la puissance de la pompe de
circulation ou du ventilateur en convection forcée.
Les pertes de charge en ligne (régulières) dans un conduit à parois lisses sont données par :

uf 2 L (Pa) (3.30)
∆p = λ c ρf
2 Dh

64
λc = si Re < 2000
Re
Avec :
0,3164
λc = si Re > 2000
Re 0, 25

54
Les capteurs solaires plans

Où : ρf Masse volumique du fluide


uf Vitesse du fluide
L Longueur du conduit
Dh Diamètre hydraulique du conduit (= 4 x section de passage / périmètre mouillé)

On trouvera en annexe A.3.1 des formules permettant d’évaluer les pertes de charges singulières dans un
certain nombre de configurations courantes : coudes, variations de section par exemple.
La connaissance du couple (débit volumique , pertes de charges) permet de sélectionner dans un catalogue
constructeur la pompe ou le ventilateur adapté. Le constructeur fournit en effet pour chaque appareil sa courbe
caractéristique de fonctionnement : pertes de charge = f (débit volumique) comme le montre l’exemple de
l’annexe A.3.2.

Le choix de la vitesse du fluide caloporteur et donc de son débit résulte d’un compromis pour obtenir des
pertes de charges limitées (elles augmentent avec la vitesse) et un coefficient de transfert de convection
fluide/paroi absorbante élevé (il augmente lui aussi avec la vitesse).
On retiendra les valeurs pratiques suivantes :
Eau : u = 0,5 à 2 m.s-1 h = 250 à 15 000 W.m-2.°C-1
Air : u = 5 à 10 m.s-1 h = 10 à 50 W.m-2.°C-1.

3.8 Méthode de calcul d’un capteur solaire

3.8.1 Conditions de fonctionnement d’un capteur existant


On se place ici dans le cas de figure où l’on dispose d’un capteur solaire plan dont on connaît les dimensions
et les propriétés thermiques et optiques des différents éléments constitutifs. Le problème est de déterminer son
rendement dans des conditions météorologiques données. Les inconnues du problème sont : Tpm, Tcm, hpet η .

On utilise une méthode itérative :


- On fixe une valeur arbitraire « réaliste » de Tpm
- On calcule Tcm par résolution de l’équation (3.20)
- On calcule les différents coefficients d’échange par convection et rayonnement puis le coefficient
global de pertes hp par l’une des relations (3.16) à (3.19)
- On calcule F, F’, FR et η par les relations (3.21) à (3.24)
- On recalcule Tpm par (3.25)
- On compare la valeur recalculée à la valeur de départ. Si la différence dépasse un critère de
convergence à fixer (écart > 0,05°C par exemple), on réitère la boucle de calcul en prenant comme
valeur intiale la valeur recalculée. Sinon, on arrête le calcul en retenant les résultats de la dernière
boucle effectuée.

Remarque :
Ces calculs itératifs peuvent être effectués très simplement dans un tableur en créant une feuille de calcul dans
laquelle on affectera une case à chacune des grandeurs Tpm, Tcm, hp, F, F’, FR, η. On entre dans ces cases
respectivement les formules (3.25), (3.20), l’une des relations (3.16) à (3.19) et les relations (3.21) à (3.24). On
créé ainsi des références circulaires que le tableur peut résoudre automatiquement si l’on choisit l’option
itération proposée dans le menu calcul.

3.8.2 Dimensionnement d’un capteur solaire plan


On veut maintenant dimensionner un capteur solaire capable d’élever la température d’un débit de fluide de
Tfe à Tfs dans des conditions météorologiques données. Les inconnues du système sont maintenant Tpm, Tcm, hpet
S . On résoud également le problème par une méthode itérative :
- On fixe une valeur « réaliste » de S
- On effectue la boucle de calcul décrite ci-dessus pour déterminer η
ϕu
- On recalcule S par S = jusqu’à convergence.
[
FR φ sa − h p (Tfe − Ta ) ]

55
Thermique solaire

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages :

1. Chassériaux, Conversion thermique du rayonnement solaire, Dunod, Paris, 1984.


2. AFEDES, Memosol, mémento d’héliotechnique, Editions Européennes Thermique et Industrie, Paris, 1979.
3. Perrin de Brichambaut C., Lamboley G., Le rayonnement au sol et ses mesures, Cahier AFEDES n°1,
Editions Européennes Thermique et Industrie, Paris, 1968.
4. Peri G., Les capteurs convertisseurs héliothermiques sans concentration, Cahier AFEDES n°4, Editions
Européennes Thermique et Industrie, Paris, 1977.
5. Duffie J.A., Beckman W. A., Solar engineering of thermal processes, John Wiley and Sons, New York,
1980.
6. Bernard R., Menguy G., Schwartz M., Le rayonnement solaire, conversion thermique et applications,
Technique et Documentation, Paris, 1980.
7. Sfeir A.A., Guarracino G., Ingéniérie des systèmes solaires, Technique et Documentation, Paris, 1980.
8. Huet R., Celaire R., Bioclimatisme en zone tropicale, La Documentation Française, Paris, 1986.

Sites Web :
1. http://www.tecsol.fr : Programme de dimensionnement d’un chauffe-eau solaire.

2. http://www.librelec.fr/linksoltherm.htm : Liste de sites parlant de thermique solaire.

3. http://www.ac-nantes.fr/peda/disc/svt/raysol/simulmesure.htm : Programme de calcul de l’ensoleillement


solaire

4. http://www.giordano.fr : Fabricant de capteurs et systèmes solaires.

5. http://www.apex-bpsolar.fr : Fabricant de systèmes photovoltaïques.

6. http://www.debat-energie.gouv.fr/site/pdf/rapport-besson1.pdf : Rapport Besson sur l’énergie en France.

7. http://www.ademe.fr : Site de l’ADEME, agence publique chargée notamment de promouvoir les énergies
renouvelables.

8. http://www.systemes-solaires.com/s_accueil.asp : Site de la revue « Systèmes solaires » spécialisée dans le


domaine des énergies renouvelables.

9. http://www.fondem.org : Site de la Fondation Energies pour le Monde qui réalise des projets d’utilisation
des énergies renouvelables dans les pays du Tiers-Monde.

10. http://www.infoclimat.com/ : Données de températures, humidité, précipitations et durée d’ensoleillement


de nombreuses stations météo en France et en Europe.

56
Exercices

A.1.1 : Propriétés physiques de certains corps

Nature θ ρ cp λ Nature θ ρ cp λ
°C kg m- 3 J kg-1°C-1 W m-1°C-1 °C kg m- 3 J kg-1°C-1 W m-1°C-1
Métaux, alliages et céram iques Matériaux de construction
20 7833 465 54 Ardoise 20 2400 879 2,2
Acier au carbone 200 48 Basalte 20 2850 881 1,6
600 35 Béton caverneux 20 1900 879 1,4
Acier inox 15%Cr, 10%Ni 20 7864 460 20 Béton plein 20 2300 878 1,75
20 7816 460 16,3 Bitume (cartonné) 20 1050 1305 0,23
Acier inox 18%Cr, 8%Ni
600 22 Bois feuillus légers 20 525 3143 0,15
Acier inox 25%Cr, 20%Ni 20 7864 460 13 Bois feuillus mi-lourds 20 675 3156 0,23
Alumine 20 29 Bois feuillus très légers 20 375 3147 0,12
20 2707 896 204 Bois résineux légers 20 375 3147 0,12
Aluminium
400 249 Bois résineux mi-lourds 20 500 3160 0,15
Argent 20 10525 234 407 Bois résineux très légers 20 375 3147 0,12
Bronze 75%Cu, 25%Sn 20 8666 343 26 Brique terre cuite 20 1800 878 1,15
Carbone 20 147 Calcaire dur 20 2450 882 2,4
Carbure de silicium 20 13 Calcaire tendre 20 1650 879 1
Chrome 20 2118 7160 449 Carrelage 20 2400 875 2,4
Constantan 60% Cu, 40%Ni 20 8922 410 22,7 Contre-plaqué okoumé 20 400 3000 0,12
20 8954 383,1 386 Contre-plaqué pin 20 500 3000 0,15
Cuivre
400 363 Granite 20 2600 881 3
Duralumin 20 2787 883 164 Gravier (vrac) 20 1800 889 0,7
Etain 20 7304 226 64 Grès 20 2500 880 2,6
Fer 20 7870 452 73 Lave 20 2350 881 1,1
Fonte 20 7849 460 59 Marbre 20 2700 881 2,9
20 8522 385 111 Parquet 20 700 3143 0,2
Laiton 70%Cu, 30%Zn
400 147 Plâtre 20 0,48
Magnésie 38 270 0,067 Schiste 20 2400 879 2,2
Or 20 1336 19300 129 Matériaux isolants
Platine 20 72 Balsa 20 85 0,054
Plomb 20 11373 130 35 Copeaux bois 23 0,059
Sodium liquide 100 81,5 Coton 20 80 1300 0,06
Titane 20 16 Kapok 30 0,035
Tungstène 20 19350 134 163 20 20 880 0,047
Zinc 20 7144 384 112 Laine de roche 20 55 880 0,038
Zircone 20 4 20 135 880 0,041
Matériaux divers 20 8 875 0,051
Amiante 20 0,16 20 10 880 0,045
Laine de verre
Asphalte 20 2115 920 0,062 20 15 880 0,041
Caoutchouc (naturel) 20 1150 0,28 20 40 880 0,035
Caoutchouc (vulcanisé) 20 1100 2010 0,13 Liège expansé 20 120 2100 0,044
Carton 20 86 2030 0,048 Moquette 20 200 1300 0,06
Cuir 20 998 0,159 20 32 1300 0,03
Polyuréthane (mousse
Glace 0 920 2040 1,88 20 50 1360 0,035
rigide)
Papier 20 0,48 20 85 1300 0,045
Plexiglass 20 1190 1465 0,19 20 30 1300 0,031
PVC (mousse rigide)
Sable 20 1515 800 0,2-1,0 20 40 1300 0,041
Sciure 20 20 12 1300 0,047
Terre mouillée 20 1900 2000 2 20 14 1300 0,043
Polystyrène expansé
Terre sèche 20 1500 1900 1 20 18 1300 0,041
Verre 20 2700 840 0,78 20 28 1300 0,037

57
Thermique solaire

A.1.1 : Propriétés physiques de l’air et de l’eau

Propriétés de l'eau à saturation Propriétés de l'air à 1 atm


4 7
θ ρ cp λ 10 . µ 10 . α Pr θ ρ cp λ 105. µ 105. α Pr
3 2 3 2
(°C) (kg/m ) (J/kg.°C) (W/m.°C) (Pa.s) (m /s) (°C) (kg/m ) (J/kg.°C) (W/m.°C) (Pa.s) (m /s)
0 1002 4218 0,552 17,90 1,31 13,06 0 1,292 1006 0,0242 1,72 1,86 0,72
20 1001 4182 0,597 10,10 1,43 7,02 20 1,204 1006 0,0257 1,81 2,12 0,71
40 995 4178 0,628 6,55 1,51 4,34 40 1,127 1007 0,0272 1,90 2,40 0,70
60 985 4184 0,651 4,71 1,55 3,02 60 1,059 1008 0,0287 1,99 2,69 0,70
80 974 4196 0,668 3,55 1,64 2,22 80 0,999 1010 0,0302 2,09 3,00 0,70
100 960 4216 0,680 2,82 1,68 1,74 100 0,946 1012 0,0318 2,18 3,32 0,69
120 945 4250 0,685 2,33 1,71 1,45 120 0,898 1014 0,0333 2,27 3,66 0,69
140 928 4283 0,684 1,99 1,72 1,24 140 0,854 1016 0,0345 2,34 3,98 0,69
160 910 4342 0,680 1,73 1,73 1,10 160 0,815 1019 0,0359 2,42 4,32 0,69
180 889 4417 0,675 1,54 1,72 1,00 180 0,779 1022 0,0372 2,50 4,67 0,69
200 867 4505 0,665 1,39 1,71 0,94 200 0,746 1025 0,0386 2,57 5,05 0,68
220 842 4610 0,652 1,26 1,68 0,89 220 0,700 1028 0,0399 2,64 5,43 0,68
240 816 4756 0,635 1,17 1,64 0,88 240 0,688 1032 0,0412 2,72 5,80 0,68
260 786 4949 0,611 1,08 1,58 0,87 260 0,662 1036 0,0425 2,79 6,20 0,68
280 753 5208 0,580 1,02 1,48 0,91 280 0,638 1040 0,0437 2,86 6,59 0,68
300 714 5728 0,540 0,96 1,32 1,02 300 0,616 1045 0,0450 2,93 6,99 0,68

Corrélations entre 0 et 100 °C


(θ : température en °C , T température en K)

Pour l’air
353
ρ= kg m-3
( θ + 273 )
cp = 1008 J kg-1 °C-1
λ = 7,57.10-5 θ + 0,0242 W m-1 °C-1 r2 = 0,9999
-5
µ = 10 (0,0046 θ + 1,7176) Pa s r2 = 0,9997
α = 10-5 (0,0146 θ + 1,8343) m2 s-1 r2 = 0,9986
Pr = -2,54.10-4 θ+ 0,7147 r2 = 0,9767
1
β≈ K-1
T
Pour l’eau

ρ = -0,00380 θ2 – 0,0505 θ + 1002,6 kg m-3 r2 = 0,9982


cp = 4180 J kg-1 °C-1
λ = -9,87.10-6 θ2 + 2,238.10-3 θ + 0,5536 W m-1 °C-1 r2 = 0,9987
-4 2
µ = 10 (0,00200 θ – 0,3389 θ + 17,199) Pa s r2 = 0,9815
α = 10-7 (-0,00360 θ + 1,340) m2 s-1 r2 = 0,9734
Pr = 1,577.10-3 θ2 – 0,261 θ + 12,501 r2 = 0,9796
gβ ρ2 c p
µλ
(
= 0,0105 θ 2 + 0,477 θ − 0,0363 10 9 °C-1 m-3 ) r2 = 0,9992

log10 [p s at (T )] = 20,3182 −
2795
− 3.868 log10 (T ) mmHg -50°C < θ > 200°C
T
Lv = 2495 -2,346 θ kJ.kg-1 0°C < θ < 100°C

58
Exercices

A.1.2 : Corrélations pour le calcul des coefficients de transfert en convection


forcée
θp + θ∞
Caractéristiques du fluide calculée à θf =
2

Géométrie Corrélation

Nu(x) : Nu à la distance x du bord du plan


Nu L : Nu moyen sur la longueur L du plan

Ecoulement turbulent :

Nu(x ) = 0,0288 Re(x )


0,8
Pr 1 / 3
Ecoulement sur un Re > 5.105 et Pr ≥ 0,5
0,8 1/ 3
plan NuL = 0,035 ReL Pr

Ecoulement laminaire :

Nu(x ) = 0,324 Re(x )


0,5
Pr 1 / 3
Re < 5.105 et 10 ≥ Pr ≥ 0,5
0,5 1/ 3
NuL = 0,628 ReL Pr

Ecoulement turbulent : Nu = 0,023 Re0,8 Prn

n = 0,3 si θfluide > θparoi


n = 0,4 si θfluide < θparoi Re > 5000 et 0,6 < Pr < 100

Ecoulement dans Re calculé pour DH = 4S / P où : S = section de passage du fluide


P = périmètre de contact fluide/paroi
un tube
1/ 3 0,14
⎛ D ⎞ ⎛ µ ⎞
Ecoulement laminaire : Nu = 1,86 (Re Pr ) ⎜ ⎟
1/ 3
⎜ ⎟
⎝ L ⎠ ⎜ µp ⎟
⎝ ⎠

D
Valable pour Re Pr ≥ 10 , µp calculé à θp
L

Nu = C Ren Pr1/3 , vitesse u∞ calculée en amont du tube

Ecoulement Re C n
perpendiculaire à 0,4 – 4 0,989 0,330
un cylindre 4 – 40 0,911 0,385
circulaire 40 – 4000 0,683 0,466
4000 – 40000 0,193 0,618
40000 - 250000 0,0266 0,805

Géométrie Re C n

Ecoulement u∞
perpendiculaire à d 5 103 - 105 0,102 0,675
un cylindre non
circulaire u∞
d 4 103 – 1,5 104 0,228 0,731

59
Thermique solaire

A.1.2 : Corrélations pour le calcul des coefficients de transfert en convection


forcée

θp + θ∞
Caractéristiques du fluide calculée à θf =
2

Géométrie Corrélation

Nu = C Ren Pr1/3 , vitesse uS∞n calculée en amont du tube


d
Sp 1,25 1,5 2,0 3,0
d C n C n C n C n
Disposition en ligne
0,
1,25 38 0,592 0,305 0,608 0,111 0,704 0,070 0,752
6
1,5 0,407 0,586 0,278 0,620 0,112 0,702 0,075 0,744
2,0 0,464 0,570 0,332 0,602 0,254 0,632 0,220 0,648
3,0 0,322 0,601 0,396 0,584 0,415 0,581 0,317 0,608
Disposition en quinconce
0,
- - - - - - 0,236 0,636
Ecoulement 6
perpendiculaire à 0,9 - - - - 0,495 0,571 0,445 0,581
un faisceau de 10 1,0 - - 0,552 0,558 - - - -
tubes
1,125 - - - - 0,531 0,565 0,575 0,560
1,25 0,575 0,556 0,561 0,554 0,576 0,556 0,579 0,562
1,5 0,501 0,568 0,511 0,562 0,502 0,568 0,542 0,568
Sp Sp
Sp d

Sn Sn

Disposition en ligne Disposition en quinconce

hn
Ecoulement N=
h10
perpendiculaire à
un faisceau de n
Nombre rangées 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
rangées de tubes
(n ≤ 10) N en ligne 0,64 0,80 0,87 0,90 0,92 0,94 0,96 0,98 0,99 1,0

N en quinconce 0,68 0,75 0,83 0,89 0,92 0,95 0,97 0,98 0,99 1,0

60
Exercices

A.1.3 : Corrélations pour le calcul des coefficients de transfert en convection


naturelle

Corrélations valables pour tous fluides : Nu = C (Gr Pr) m

Géométrie Gr Pr C m

104 - 109 0,59 1/4


Plaques et cylindres verticaux
109 - 1013 0,021 2/5

10-10 - 10-2 0,675 0,058


10-2 - 102 1,02 0,148
Cylindres horizontaux 102 - 104 0,850 0,188
104 - 107 0,480 0,25
107 - 1012 0,125 0,33

Face supérieure d’une plaque chaude ou 2.104 - 8.106 0,54 0,25


face inférieure d’une plaque froide 8.106 - 1011 0,15 0,33

Face inférieure d’une plaque chaude ou


105 - 1011 0,27 0,25
face supérieure d’une plaque froide

Cellule fermée rectangulaire inclinée ⎛


Nu = 1 + 1,44 ⎜⎜1 −
1708
⎟⎟ ⎢1 −
(
⎞ ⎡ 1708 sin (1,8 ϕ )1,6 ⎤
⎥+
)
⎝ Gr Pr cos ϕ ⎠ ⎣⎢ Gr Pr cos ϕ ⎥⎦

L ⎡ Gr Pr cos ϕ 13 ⎤
d ⎢⎛⎜ ⎞
⎟ − 1⎥ si 0<ϕ <ϕ*
⎢⎝ 5830 ⎠ ⎥
Convection ⎣ ⎦
T1
Nu = (sin ϕ )
naturelle 1
4 Nu(90°) si ϕ * < ϕ < 90°

Nu = 1 + [Nu(90°) − 1] sin ϕ si 90° < ϕ < 180°


T2 ϕ T1 < T2
Avec ϕ* = tan-1 (4800 Pr)

Relations simplifiées pour de l’air à pression atmosphérique

Laminaire Turbulent
Géométrie
104 < Gr Pr > 109 Gr Pr > 109

1/4
⎛ ∆θ ⎞
Plaque ou cylindre vertical h = 1,42 ⎜ ⎟ h = 1,31 (∆θ )1/3
⎝ L ⎠
1/4
⎛ ∆θ ⎞
Cylindre horizontal h = 1,32 ⎜ ⎟ h = 1,24 (∆θ )1/3
⎝ D⎠
Face supérieure d’une plaque horizontale 1/4
⎛ ∆θ ⎞
chaude ou face inférieure d’une plaque h = 1,32 ⎜ ⎟ h = 1,52 (∆θ )1/3
froide ⎝ L ⎠
1/4 1/4
Face inférieure d’une plaque chaude ou ⎛ ∆θ ⎞ ⎛ ∆θ ⎞
h = 0,59 ⎜ ⎟ h = 0,59 ⎜ ⎟
face supérieure d’une plaque froide ⎝ L ⎠ ⎝ L ⎠

61
Thermique solaire

A.1.4 : Emissivité de certains corps

Albédo = facteur de réflexion par rapport au rayonnement solaire (λ < 3 µm)

62
Exercices

A.1.5 : Fraction d’énergie F0-λT rayonnée par un corps noir entre 0 et λ

100

90

80
λ
70
∫ Mo λT dλ
60 0
F0− λT =
F0-λT (%)

50 σT4

40

30

20

10

0
0 5000 10000 15000 20000 25000 30000
λ T ( µ m .K)

b 0 40 80 120 160 b 0 40 80 120 160


a a
1000 0,03 0,05 0,08 0,11 0,16 7 800 84,80 84,97 85,14 85,30 85,47
1200 0,21 0,29 0,38 0,49 0,62 8 000 85,63 85,78 85,94 86,10 86,25
1400 0,78 0,96 1,17 1,41 1,68 8 200 86,40 86,55 86,69 86,83 86,98
1600 1,97 2,30 2,66 3,06 3,48 8 400 87,12 87,25 87,39 87,52 87,66
1800 3,94 4,42 4,94 5,49 6,07 8 600 87,80 87,92 88,04 88,17 88,29
2 000 6,68 7,31 7,97 8,65 9,36 8 800 88,41 88,53 88,65 88,77 88,88
2 200 10,09 10,84 11,61 12,40 13,21 9 000 88,89 89,11 89,22 89,33 89,44
2 400 14,03 14,86 15,71 16,57 17,44 9 200 89,55 89,65 89,76 89,86 89,96
2 600 18,32 19,20 20,09 20,99 21,89 9 400 90,06 90,16 90,26 90,35 90,45
2 800 22,79 23,70 24,61 25,51 26,42 9 600 90,54 90,63 90,72 90,81 90,90
3 000 27,33 28,23 29,13 30,03 30,92 9 800 90,99 91,08 91,16 91,25 91,33
3 200 31,81 32,70 33,58 34,45 35,32 10 000 91,42
3 400 36,18 37,03 37,88 38,71 39,54
3 600 40,36 41,18 41,98 42,78 43,56 b
a 0 200 400 600 800
3 800 44,34 45,11 45,87 46,62 47,36
4 000 48,09 48,81 49,53 50,23 50,92 10 000 91,42 91,81 92,19 92,54 92,87
4 200 51,60 52,28 52,94 53,60 54,25 11000 93,18 93,48 93,76 94,02 94,27
4 400 54,88 55,51 56,13 56,74 57,34 12 000 94,50 94,73 94,94 95,14 95,33
4 600 57,93 58,51 59,09 59,65 60,21 13 000 95,51 95,68 95,84 96,00 96,14
4 800 60,66 61,30 61,83 62,35 62,87 14 000 96,29 96,42 96,54 96,67 96,78
5 000 63,38 63,88 64,37 64,85 65,33 15 000 96,89 97,00 97,10 97,19 97,29
5 200 65,80 66,26 66,72 67,16 67,60 16 000 97,37 97,46 97,54 97,62 97,69
5 400 68,04 68,46 68,88 69,30 69,70 17 000 97,77 97,83 97,90 97,96 98,02
5 600 70,11 70,50 70,89 71,27 71,65 18 000 98,08 98,14 98,19 98,24 98,29
5 800 72,02 72,38 72,74 73,09 73,44 19 000 98,34 98,38 98,43 98,47 98,51
6 000 73,78 74,12 74,45 74,78 75,10 20 000 98,55
6 200 75,41 75,72 76,03 76,33 76,63 30 000 99,53
6 400 76,92 77,21 77,49 77,77 78,05 40 000 99,78 Utilisation :
6 600 78,32 78,59 78,85 79,11 79,36 50 000 99,89 λ T = a +b
6 800 79,61 79,86 80,10 80,34 80,58 60 000 99,93
7 000 80,90 81,04 81,26 81,47 81,70 70 000 99,96 Exemple : λ T = 2720 µm.K
7 200 81,92 82,13 82,34 82,55 82,75 80 000 99,97 se lit à 2600 + 120
7 400 82,95 83,15 83,34 83,53 83,72 90 000 99,98 d'où : F0-λΤ = 20,99 %
7 600 83,91 84,09 84,27 84,45 84,62 100 000 99,98

63
Thermique solaire

A.1.6 : Facteurs de forme géométrique de rayonnement

Configuration Schéma Valeur du facteur de forme

Surface dS parallèle à
un plan rectangulaire

Source linéaire
parallèle à un plan
rectangulaire

Source linéaire
parallèle et plan
rectangulaire se
coupant avec un angle
φ

Deux plans parallèles


rectangulaires de
même aire

Deux bandes
parallèles infinies de
largeurs différentes

64
Exercices

A.1.6 : Facteurs de forme géométrique de rayonnement

Configuration Schéma Valeur du facteur de forme

Deux plans
rectangulaires
perpendiculaires
ayant un côté
commun

Deux plans identiques


ayant un côté commun

Deux rectangles
perpendiculaires

Deux rectangles
parallèles

Un plan rectangulaire
et un cylindre à axe
situé dans le plan
médian au rectangle

65
Thermique solaire

F1-2
F1-2 A.1.6 : Facteurs de forme géométrique de rayonnement

F1-2
F1-2

F1-2

66
Exercices

F1-2
F1-2
F1-2 A.1.6 : Facteurs de forme géométrique de rayonnement

67
Thermique solaire

A.2.1 : Diagramme solaire cylindrique

Détermination de l’azimut a et de la hauteur h en fonction de la latitude L

Latitude : 10° Nord

Latitude : 30° Nord

68
Exercices

A.2.2 : Valeurs de l’albédo

(Coefficient de reflexion global vis-à-vis du rayonnement solaire)

Valeurs de l’albedo pour le rayonnement solaire global

Albedo

TERRE (Planète) 0,20 à 0,60

SOL
Couverture de neige fraîche 0,80 à 0,90
Couverture de neige tassée et vieillie 0,50 à 0,70
Terre cultivée nue 0,08 à 0,25
Prairie et herbages verts 0,12 à 0,25
Terre sableuse 0,15 à 0,25
Sable clair, sec ou mouillé 0,25 à 0,45
Forêts d’arbres à feuilles caduques en été 0,10 à 0,20
Forêts d’arbres à feuillage persistant en été 0,05 à 0,15
Forêt et neige 0,25 à 0,50
Herbe et végétation sèche 0,28 à 0,33

ETENDUES D’EAU (MERS, LACS)


Eau parfaitement calme, h > 30° 0,0,6 à 0,02
Eau parfaitement calme, h < 10° 0,35 à 0,60
Mers et océans, h > 30° 0,02 à 0,05
Mers et océans, h < 10° 0,02 à 0,20
Vastes surfaces glacées 0,25 à 0,40

MATERIAUX DIVERS
Argent poli 0,94
Argent oxydé 0,50
Aluminium poli 0,97
Aluminium oxydé 0,85
Béton 0,50
Charbon 0,15
Graviers 0,25
Asphalte 0,18
Chaux blanche 0,75
Papier blanc 0,85
Peintures blanches 0,90
Peintures noires mates 0,07
Verre à vitres 0,10
Plâtre blanc sec 0,90
Fibrociment 0,20

NUAGES
Stratiformes 0,40 à 0,75
Cumuliformes 0,60 à 0,85

69
Thermique solaire

A.3.1 : Formules de calcul des pertes de charge singulières

Pertes de charges par changement de direction

ρu2
∆p = R
2
Avec : ρ masse volumique du fluide
u vitesse du fluide
R coefficient donné dans les tableaux ci-dessous.

Conduites circulaires
α
r 10° 20° 45° 60° 90° 120°
d
0,5 0,18 0,33 0,59 0,70 0,86 0,97
0,6 0,13 0,26 0,48 0,55 0,68 0,72
0,8 0,10 0,19 0,33 0,39 0,48 0,52
1 0,07 0,15 0,27 0,32 0,38 0,43
2 0,04 0,09 0,17 0,19 0,23 0,26
5 0,03 0,05 0,12 0,13 0,14 0,16
10 0,03 0,05 0,09 0,10 0,12 0,14

Conduites rectangulaires
r/d
0,5 0,6 0,7 0,8 1,0 1,5
h/c

0,5 1,3 0,8 0,55 0,41 0,3 0,2


1 1 0,65 0,44 0,35 0,25 0,16
2 0,8 0,5 0,35 0,28 0,2 0,13

Coefficient multiplicateur k à appliquer à R pour α ≠ 90°

α 15° 30° 45° 60° 90° 135° 180°


k 0,31 0,53 0,69 0,81 1,00 1,21 1,34

Pertes de charges par changement brusque de direction

Elargissement brusque

(u 1 − u 2 )2 ⎛ S ⎞u
u1 u2
∆p = ρ = ρ ⎜1 − 1 ⎟
2 ⎜ S ⎟
S1 ⎝ 2 ⎠
S2

Rétrécissement brusque

ρ u22
∆p = R
S1 2
u1 u2
S2
S1/S2 0,01 0,1 0,2 0,4 0,5 0,6 0,8 1
R 1,5 1,45 1,35 1,2 1,1 0,9 0,5 0

70
Exercices

A.3.2 : Courbe caractéristique de fonctionnement d’un ventilateur

71
Thermique solaire

72
Exercices

EXERCICES
1. Calcul de la constante solaire

En supposant que le soleil rayonne comme un corps noir à la température de 5762 K et en ne considérant que
les échanges radiatifs Terre / Soleil :
a) Calculer la fraction de flux émise dans le domaine du rayonnement visible.
b) Montrer que l’on peut considérer que tout le flux solaire est émis dans des longueurs d’onde inférieures
à 2,5 µm.
c) Calculer la constante solaire = éclairement solaire sur 1 m2 de la surface de la Terre.
d) Calculer la température moyenne de la Terre en ne considérant que les échanges radiatifs.
e) L’atmosphère émet également un rayonnement que l’on caractérise par la « température du ciel » Tc :
c’est la température du corps noir qui émettrait la même densité de flux que l’atmosphère. On peut
prendre en première approximation Tc = Ta –12, où Ta est la température de l’air à la surface de la
Terre. Calculer la densité de flux émis par l’atmosphère si Ta = 20°C et si Ta = 35°C et montrer que ce
flux est entièrement émis dans des longueurs d’ondes supérieures à 2,5 µm.
Données : rayon du Soleil : 696 700 km ; distance Terre / Soleil : 149 637 000 km.

2. Calcul de l’éclairement d’une surface quelconque

Calculer la durée du jour et l’irradiation journalière maximale G0 à Bordeaux le 14 juillet.


Calculer l’heure solaire, la hauteur du Soleil, l’azimut à12 h (temps civil) le 14 juillet à Bordeaux.
Calculer l’éclairement solaire d’une surface inclinée d’un angle i =45° et faisant un angle γ = 0° avec la
direction Sud située à Bordeaux à 12 h si :
- La fraction d’ensoleillement est de 0,6.
- L’irradiation globale journalière est de 6,5 kWh.m-2
Données : Bordeaux, latitude : 44° 51’ Nord, longitude : 0°34’.

3. Calcul de l’orientation et de l’inclinaison optimale

- Calculer l’inclinaison et l’orientation permettant de maximiser le flux solaire reçu par un capteur. On
pourra maximiser soit le flux total reçu sur l’année soit le flux reçu au cours d’une journée du mois le
moins ensoleillé.
- Calculer l’orientation permettant de minimiser le flux solaire reçu par un bâtiment parallélépipèdique de
dimensions 10 x 5 x 3m. On pourra minimiser soit le flux total reçu sur l’année soit le flux reçu au cours
d’une journée du mois le plus ensoleillé.

Données :
- Lieu = Ouagadougou, latitude = 12,23 N , longitude = 1,30 O
- Albedo =0,2
- Données métérologiques :

mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Τra (°C) 2,5 3,5 8,0 14,0 19,5 21,0 21,5 22,0 22,0 19,0 11,0 5,0
G (kJ.m-2.jour-1) 20,2 22,9 22,6 22,7 22,4 21,8 20,9 19,7 21,4 21,0 20,7 18,7

4. Etude du refroidissement nocturne

Un récipient de section rectangulaire parfaitement isolé contient une hauteur x cm d’eau à la température
initiale de 18°C. Il est ouvert sur sa face supérieure et exposé à l’extérieur à partir de 22h, les conditions
atmosphériques sont : Ta = Tra= 5°C (humidité relative de 100%) et vitesse du vent v = 0,5 m.s-1.
- Déterminer l’expression de la température de l’eau en fonction du temps (entre 22h et 6h) si l’on
considère les conditions atmosphériques constantes.
- Quelle est l’épaisseur maximale d’eau pour que l’on puisse observer un début de congélation à 6h ?

5. Etude de la formation de la rosée

On se propose d’étudier la formation de rosée sur une toiture que l’on supposera en tôle en acier galvanisé
d’épaisseur 1 mm parfaitement isolée sur sa face inférieure avec un isolant de masse nulle. On considérera que

73
Thermique solaire

les conditions nocturnes extérieures suivantes : Ta = 20°C, Hra = 80% que l’on considérera constantes entre 22h
et 6h. Calculer le temps au bout duquel de la rosée va apparaître sur la tôle.

74

Vous aimerez peut-être aussi