Vous êtes sur la page 1sur 2

mort de son fils.

Pour cela, nous avons souvent présenté la satisfaction du christ comme une dette
payée en quelque sorte à la justice de Dieu, qui devait d’abord être ainsi satisfaite pour que nous
puissions être pardonnés. Jésus aurait subi sur la croix la peine due au pêché et la colère divine étant
apaisée ; Dieu voulait pardonner a voulu mettre à son pardon cette condition préalable que sa justice
reçoive une satisfaction. La souffrance et la mort du christ seraient donc avant tout une satisfaction
offerte à la justice de Dieu comme elle est offerte en notre nom, à notre place celle-ci est appelée
satisfaction vicaire.

VI. Le Christ médiateur

Jésus Christ est celui qui est au milieu de l’homme à Dieu, c’est lui qui s’entremet pour amener un
accord entre l’homme et Dieu, Christ est le médiateur de l’homme devant Dieu parce que l’homme a
pêché, il ne sait comment régularise le pêché, c’est ainsi que Christ est venu sur la terre et s’est livré
sur la croix pour devenir le médiateur de l’homme à Dieu. Jésus Christ est l’unique médiateur de
l’homme et c’est lui l’avocat de l’humanité dans le lieu céleste, la main de l’éternel n’est pas courte
pour sauver, ni son oreille trop dure pour entendre mais ce sont nos crimes qui mettent une
séparation entre nous et Dieu, ce sont nos pêchés qui nous cachent sa face (Esaïe 59.2-3). C’est à
cause de nos pêchés que jésus christ est descendu du ciel, pour ramener vers Dieu, en livrant son
corps et s’est crucifié sur la croix pour que son sang a coulé pour nous libérer sous condamnation du
pêché c’est en cet évènement là que Dieu d’est réconcilié à l’homme, Christ est devenu le médiateur
en jour jusqu’aujourd’hui, il nous défend dans le temps de la grâce, et de nous racheter auprès de
son père, pour que nous puissions hériter le royaume de Dieu.

Jésus Médiateur selon le nouveau testament

Jésus est l’unique médiateur entre Dieu et l’homme, l’expérience concentrée de la médiation du
christ se trouve dans le nouveau testament :

1 Timothée : car il n’y a qu’un seul médiateur entre l’homme et Dieu et un seul Dieu, un homme
comme Jésus Christ, s’est donné eu rançon pour nous tous (1 Timothée 2.5-6). Dans le terme
christologique désigne le christ est à la fois selon son identité et selon son action. Celui-ci est
confessé comme le médiateur entre Dieu et les hommes le terme remplace ici les titres de seigneur
et un seul fils. Le christ est donc du côté de Dieu et du côté de l’homme. Le médiateur est du côté de
Dieu et vient de Dieu. Mais cette origine ne suffit pas à constituer le médiateur : il faut aussi que
celui-ci soit du côté de l’homme. En sa personne se trouvent le fondement et la condition de
possibilité de toute médiation entre Dieu et les hommes. Toute cette chose gravite autour de la mort
et la résurrection de Jésus.

Ainsi tout s’achève eu mentionnant que le christ s’est donné eu rançon pour tous. Alors que dans
l’ancienne alliance de Dieu c’est Moïs qui était le médiateur qui avait promulgué l’ancienne loi.

En effet dans l’ancienne loi le sacerdoce se définit comme une entreprise de médiation, car le rôle du
prêtre est de donner au peuple la possibilité de communier avec Dieu le sacerdoce permet un accueil
favorable obtenu auprès de Dieu. Pour tous ces aspects du rôle de prêtre il y a un sacrifice qui établit
ou répare le lieu avec Dieu. Pour toutes ces anciennes lois, le christ obtient cette gloire par la voie de
l’abaissement et de la mort, le christ au contraire assure une solidarité qui l’assimile en tout et ses
frères. Dans la personne de Jésus se produit un mystérieux échange entre Dieu et les hommes, cela
ne s’agit pas de sa divinité et notre humanité. Il s’agit de sa richesse et de notre pauvreté, c’est aussi
l’échange de sa force et notre faiblesse, mais il est vivant par la puissance de Dieu. Et nous aussi nous
sommes faibles en lui, mais nous serons vivants avec lui par la puissance de Dieu. Nous poussons à la
limite, cet échange devient celui de sa plénitude contre notre néant. Car l’amour du christ qui
surpasse toute connaissance qui nous comblera jusqu’à recevoir toute la plénitude de Dieu.