Vous êtes sur la page 1sur 102

+

GESTION DU
STRESS

01 & 02 juillet 2015


+ PRESENTATION

Evelyne IVORRA - Psychologue social et du travail

§  17 ans d’expérience en tant que Consultante en


ressources humaines
§  Experte en évaluation des compétences
§  Coach professionnel / coaching de carrière
§  Enseignante de psychologie sociale à HEM
§  Certifiée en approche neuro cognitive (fondamentaux)
et en traitement Hypo / Hyper
+ OBJECTIFS

Faire de ce séminaire un moment de prise de recul et


d’échanges pour répondre aux objectifs suivants :

n  Définir le stress et comprendre comment il nous impacte au


quotidien
n  Comprendre les origines du stress selon le modèle neuro
cognitiviste

n  Mettre en place des actions de régulation et d’anticipation du


stress
n  Appliquer les méthodes de maîtrise corporelle et de
ressourcement

n  Comment accompagner un collaborateur / collègue stressé


+

EXERCICE 1
C’est quoi le stress pour
vous ?
+ Que savez vous du Stress ?

n  David Servan Schreiber dans une interview déclarait lui même
que :

"le stress fait bien plus de dégâts que l'alcool et le tabac »

D'après l'Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au


travail , le stress "survient lorsqu'il y a déséquilibre entre la
perception qu'une personne a des contraintes que lui impose son
environnement et la perception qu'elle a de ses propres ressources
pour y faire face. Bien que le processus d'évaluation des
contraintes et des ressources soit d'ordre psychologique, les effets
du stress ne sont pas uniquement de nature psychologique. Il
affecte également la santé physique, le bien-être et la
productivité."
 
+

Généralités
Stress au travail
+Définition du stress

n  Issu du latin Strictus : serré, pressé 


   
Stress en anglais : contrainte tension  

n  Synonyme de tension, pression, angoisse permanente, le


stress est la « réponse de l’organisme à une agression »  :  
 
- agression physique : blessure, douleurs diverses, choc
opératoire, … 
- agression psychologique : situations alarmantes,
menaçantes (affrontement, fuite, …)    

n  Le stress est donc une réponse en fonction d’une


exigence : s’adapter pour  garder l’équilibre.    

C’est en ce sens que le Stress, depuis 1956 (Hans Selye) est


défini comme Syndrome général d’adaptation (S.G.A.).
+
Les causes du stress

n  Les tracas de la vie quotidienne

n  Les événements de la vie

n  La douleur et l’inconfort physique

n  Les frustrations et les conflits

n  Les croyances irrationnelles

n  Le comportement de type A


!LES TRACAS DE LA VIE QUOTIDIENNE!

Tracas de santé : maladie, effets des médicaments, etc.

Tracas temporels : horaire chargé, etc.

Tracas personnels : solitude, grossesse, etc.

Tracas interpersonnels : relations difficiles entre amis, etc.

Tracas environnementaux : crime, bruit de la circulation, etc.

Tracas financiers : dettes, recherche d’un emploi, etc.


Tracas professionnels : ne pas aimer son travail, etc.
Sécurité à long terme : emploi, être refusé à l’université, etc.
EVÈNEMENTS DE LA VIE

Tout changement de vie => adaptation


=> stress
Changement « + » ou « - » => stress

Trop de changements => problèmes

Échelle d’évaluation de l’ajustement social


de Holmes et Rahe (1967)
+
COMPARAISONS

n  TRACAS n  EVÈNEMENTS

n  Sont toujours n  Ilspeuvent être


négatifs positifs ou négatifs ;
n  Tendance à se n  Certains événements
répéter sont désirables ou
quotidiennement souhaitables.
n  Sont relativement
rares.
LA DOULEUR ET L’INCONFORT PHYSIQUES!

Diminuent la capacité d’adaptation

Expérience de Richter (1957) : rats surnagent normalement


pendant 80 heures

®  si on leur coupe les moustaches et qu’on les met


immédiatement dans l’eau => ne surnagent que quelques
minutes

®  si on leur donne la chance de se rétablir du traumatisme


=> surnagent 80 heures

Donc, il faut espacer les tâches ou les travaux exaspérants


LA FRUSTRATION ET LES CONFLITS!

Frustration : tension engendrée par


un obstacle ou une contrariété
empêchant l’atteinte d’un but

Certaines sources de frustration :


®  conflits de motivation

®  file d’attente, trafic

®  échec
+ LA FRUSTRATION ET LES CONFLITS!

n Tolérance
à la frustration
varie d’une personne à
l’autre

n selon le contexte
LES CROYANCES IRRATIONNELLES

Idées irréalistes de nature émotive menant


à des conclusions erronées
Ces fausses croyances peuvent faire
augmenter le stress

10 croyances irrationnelles très répandues


selon Ellis Cf. encadré 10.2 (p.237)
CROYANCES IRRATIONNELLES

1-Vous devez être aimé et approuvé en tout et toujours par tout le


monde.
2. Vous devez avoir du talent et être capable de vous réaliser dans
quelque chose d'important.
3. La vie est une catastrophe si les choses ne vont pas comme vous
le voulez.
4. Ceux qui vous font du mal sont mauvais et doivent être blâmés.
5. Si quelque chose est menaçant, vous devez en être préoccupé et
boulversé.
6. Vous devez trouver des solutions pour rendre la vie meilleure.
7. La misère intérieure et émotionnelle vient de pressions
extérieures et vous avez peu de possibilités de contrôler vos
sentiments et de vous débarrasser de la dépression et de l'hostilité.
8. Il est plus aisé d'éviter d'affronter les difficultés de l'existence que
d'entreprendre des activités plus fructueuses de maîtrise de soi.
9. Votre passé a une importance capitale et parce que quelque
chose a influencé autrefois votre vie, il doit continuer à gouverner
vos sentiments et votre comportement actuel.
10. Vous pouvez atteindre le bonheur par l'inertie, l'inactivité ou en
vous faisant plaisir passivement et sans vous engager
personnellement.
+
STRESSEURS PROFESSIONNELS
( Adaptation de Cooper, 1986)

RÔLES
TÂCHES
n  AMBIGUÏTÉ
n  SURCHARGE (QUANTITATIF-
QUALITATIF)
n  CONFLITS (intra/inter (autrui -
soi))
n  SOUS-CHARGE

n  RESPONSABILITÉ HUMAINE


n  INSTABILITÉ
ÉLEVÉE
n  PRESSION TEMPORELLE -
n  ABSENCE DE SOUTIEN DE LA
ÉCHÉANCIER COURT
DIRECTION
+
STRESSEURS PROFESSIONNELS

RELATIONS HUMAINES* STRUCTURE &


n  CONFLITS INTERPERSONNELS
CLIMAT
n  SUPÉRIEUR AUTORITAIRE n  ORG. BUREAUCRATIQUE

n  C O M M U N I C A T I O N n  MAUVAIS CLIMAT


DÉFICIENTE
n  CHANGEMENTS ORGANI
n  ABSENCE DE SUPPORT SOCIAL SATIONNELS
n  PERSONNALITÉ ABRASIVE (p
ex. collègues, subordonnés) n  ABSENCE DE PARTICIPA
TION - CONSULTATION

n  R E S T R I C T I O N S
DÉCISIONNELLES

* Autres: pression du groupe, diversité ethnique & densité sociale


+
STRESSEURS PROFESSIONNELS

AUTRES STRESSEURS
n  ABSENCE DE SÉCURITÉ D’EMPLOI

n  ABSENCE/TROP DE PROMOTION


n  DÉFICIENCE EN RESSOURCES ($ - TECHNOLOGIE -RH -
TEMPS - INFORMATION)

n  MAUVAIS ENVIRONNEMENT PHYSIQUE DE


TRAVAIL

n  DÉFICIENCE DE LA GRH


n  SÉLECTION
n  ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE
n  PERFECTIONNEMENT / DÉVELOPPEMENT
n  PLANIFICATION DE CARRIÈRE
n  SANTÉ & SÉCURITÉ AU TRAVAIL
+
STRESSEURS PERSONNELS

n  PERSONNALITÉ DE TYPE A

n  FLEXIBILITÉ SOCIALE ( “YES MAN” )

n  FAIBLE AFFIRMATION DE SOI

n  TENDANCE NÉVROTIQUE ( EX. INSTABILITÉ ÉMOTIONNELLE)

n  PROBLÈME DE COMPÉTENCE

n  SURMOTIVATION / SUR-IMPLICATION

n  CRISES DE LA VIE


+
STRESS ET ENERGIE

Stress positif Stress négatif


+ STRESS

n  Le meilleur    

Le stress vécu positivement rend l’homme plus rapide et


intelligent :    
Le cerveau active l’hypothalamus… L’organisme est rendu plus
efficace par la production d’adrénaline : meilleure ventilation
pulmonaire, accélération du cœur, réserves de sucre en
soutien de l’effort, les muscles répondent mieux et plus fort, le
cerveau est mieux alimenté en oxygène, l’acuité visuelle est
augmentée, …   
 
+ STRESS

n  Le pire
Le stress vécu négativement est ce qu’il peut arriver de pire à
l’homme    
Si l’état d’urgence perdure, l’organisme se fatigue, s’essouffle
puis s’asphyxie :    
L’individu est affaibli ou mal préparé … La réaction n’est
pas adaptée, ou disproportionnée … épuisement des
capacités d’adaptation … le stress s’installe, devient
chronique … cercle vicieux …pathologies …  
+
Les 3 phases du stress

n  1. PHASE D'ALARME


    
Choqué, malmené, l’individu sollicite ses ressources pour
répondre à la demande d’adaptation.    
De grandes quantités d’énergie (sécrétion d’hormones) sont
dépensées.    
Choc :  accélération du rythme cardiaque, chute de la tension et
du tonus musculaire    
Alarme : le corps répond au choc, s’adapte au traumatisme.
Tension et contraction musculaire augmentent.    
Troubles digestifs, mal de tête, … 

  
+
Les 3 phases du stress

   
2. PHASE DE RESISTANCE
    
L'individu s'adapte et s'adapte encore : il résiste. Les réserves
d’énergie baissent.    
Le corps ne récupère pas du traumatisme et de la dépense
d’énergie.
De nouvelles sollicitations le touchent avant qu’il n’est retrouvé
son équilibre.    

Pathologies fonctionnelles, anxiété, somatisations,


  
+
Les 3 phases du stress
  
3. PHASE D'EPUISEMENT    

La situation s’installe et perdure, l’individu s’épuise, ne s’adapte


plus.    

Le stress s’installe de manière permanente. Il devient chronique    

Pathologies fonctionnelles, organiques et psychologiques.


    
Le sujet ne fait plus face.
+ 27

PROFIL PSYCHOLOGIQUE DU
STRESSE

n  Chaque personne étant différente, la réaction au stress va


prendre des formes variées, ce que l’on va appeler « profil du
stressé »

n  EXERCICE N°2


+ 28

Résultat du test :

n  Vous avez une majorité de E :

n  Vous
êtes plutôt type A, extraverti, souvent
agressif, sur actif, dans la compétition.
n  Vous
exprimez toujours vos réactions, parfois de
façon disproportionnée et colérique. C’est le profil
des ambitieux, et des perfectionnistes qui
réagissent par l’action. Le corps lui réponds par
un excès d’adrénaline.
n  Ce
qui rend les types A peu sensibles aux
dépressions nerveuses , mais vulnérables aux
accidents cardio-vasculaires.
+ 29

Résultat du test :

n  Vous avez une majorité de R :

n Vous êtes de types B. Vous savez évaluer


les situations, faire des choix, relativiser et
transformer les situations difficiles en
apprentissage. Vous êtes capable de gérer
votre stress.
+ 30

Résultat du test :

n  Vous avez une majorité de L :


n  Vous êtes plutôt de type C : introverti, renfermé,
anxieux, plutôt passif et défaitiste. Votre réponse
se manifeste par un manque de réaction ou une
inhibition . Sur le plan biologique ce
comportement se traduit plutôt par une sécrétion
massive de cortisol et entraîne une baisse de
défenses immunitaires. Les types C présenteraient
plus de risques de rhumatismes, de dépressions
d’infections, voire de cancer…..

n  Selon le contexte, vos profils peuvent changer et


présenter une combinaison des trois profils.
+ 31

L’extraverti, le sanguin : A

n  C’est un profil de battant, sur les nerfs il carbure a coup


d’adrénaline, et extériorise son stress à grands coups de
colère.
Il exprime ses émotions.
Il est impulsif, agressif, toujours pressé, déteste attendre…
Sa réponse au stress se traduit par des réactions excessives.
La moindre contrariété l’irrite, ses réactions sont
disproportionnées.
Les autres ont tort….pas lui.
+ 32

La force tranquille, l’équilibre : B


n  Il a des réactions adaptées à la réalité.

n  il est réaliste, positif et bien dans sa peau

n  Il sait prendre du recul face aux évènements.

n  Il contrôle naturellement son stress. Réagit avec calme,


assurance, et confiance face aux situations les plus inattendues.

n  Il trouve des solutions, et investit l’énergie nécessaire à la


résolution de problèmes.

n  Il exprime ses émotions, à bon escient.

n  Optimiste il voit la bouteille a moitié pleine, plutôt qu’a moitié


vide. Il trouve un sens a sa et à la vie.
+ 33

L’introverti : C

n  Il
est très habité par le doute. Pas sûre de lui du
tout.
n  Ilà tendance à refouler ses sentiments, son
agressivité. Il intériorise, rumine.
Il s’emporte rarement, mais c’est un faux calme
qui cache sa souffrance. Patient et moins pressé
que le profil A, il n’attaque pas, mais se ronge
de l’intérieur.
n  Comme il secrète trop de cortisol, il s’expose a
de nombreuses maladies…..
+ 34

Symptômes du stress
n  Signes physiques :

n  Troubles de la mémoire, du


sommeil
n  Spasmophilie
n  Boulimie, anorexie
n  Troubles sexuels
n  Migraines

n  Troubles cardio-vasculaire, n  Mal de dos


hypertension
n  Fatigue
n  Allergie
n  Crampes
n  Problèmes digestifs,
ulcères, colites n  Troubles hormonaux

n  Constipation
+ Symptôme du stress : 35

Signes émotionnels :

n  Crises d’angoisse

n  Irritabilité

n  Dépression

n  Apathie

n  Perte de confiance en soi et autodépréciation

n  Tristesse

n  Sentiment d’impuissance et d’échec

n  Perte du sens de l’humour

n  hyperémotivité
+ 36

Symptôme du stress :

n  Signes comportementaux :

n  Consommation plus élevée d’alcool, tabac, chocolat,


sucreries

n  Comportements autodestructeurs

n  Prise de risque au volant

n  Achats inconsidérés

n  Travail excessif


+ 37

Symptômes du stress:

n  Signes sociaux :

n  Isolement

n  Désintérêt
n  Détachement

n  Erreurs

n  Retards

n  Augmentation des conflits


+

LE MODÈLE DU COPING
+ 39

Trouver sa zone d’excellence

n  Le
processus de coping (Richard S. Lazarrus et son
équipe) ou stratégie d’ajustement au stress :

n  Centré
sur l’émotion : je vais respirer, chercher à me
détendre, relativiser, me dire des paroles apaisantes,
ou stimulantes.

n  Centrésur le problème : je vais mettre en place un


certain nombre d’actions. Face à un client agressif, je
vais chercher des informations sur les causes de son
mécontentement, l’écouter, essayer de le rassurer et lui
apporter les réponses dont il a besoin en faisant peut
être intervenir d’autres interlocuteurs.
+ 40

STRATÉGIE

n  1)
Je cherche a prendre du recul pour pouvoir analyser plus
objectivement la situation.

n  2) Je respire et entends dans ma tête ma musique favorite.

n  3) Je râle un bon coup et laisse sortir la pression.

n  4)
Je décide de ne pas me faire de souci, et j’attends que ça
passe.

n  5) Je relativise, et chercher les aspects positifs de la situation.


+ 41

STRATÉGIE

n  6) J’analyse la situation étape par étape.

n  7) J’identifie l’objectif a atteindre.

n  8) Je cherche des solutions et j’identifie les ressources dont j’ai


besoin.

n  9) Je rencontre des spécialistes, et je leur demande de l’aide.

n  10) Je dresse mon plan d’actions et j’y vais.

Les 5 premiers points sont centrés sur l’émotion. Les cinq

suivants sont des copings centrés sur le problème.


+ 42

Et vous quelle est votre stratégie ?


+

L’ANALYSE
TRANSACTIONELLE
+
L’ANALYSE TRANSACTIONNELLE

n  L’analyse transactionnelle a éte créée par Eric BERNE à la fin


des années 50. Médecin psychiatre américain, il a mis au
point une approche pragmatique et simple des rapports
humains expliquée est vulgarisée dans 2 ouvrages de
référence : (Des jeux et des hommes, 1966 ; Que dites- vous
après avoir dit bonjour ? 1977)

n  L’AT a connu un succès important auprès du public, avant


d’être reconnue par les professionnels. Aujourd’hui cette
approche comportementaliste des relations humaines est
très utilisée pour étudier les relations dans les organisations,
les entreprises, l’éducation.
+
L’AT repose sur trois concepts :

n  Nous abritons simultanément trois personnages en nous : un


parent, un enfant un adulte et selon les situations,

n  les personnes rencontrées, nous adoptons tel ou tel


personnage,

n  Certains comportements sont répétitifs et donnent naissance


à des jeux,

n  Nous avons tous en nous un plan de vie que nous nous
sommes défini très jeune et dont le déroulement donne
naissance à un scénario de vie.
+
Les différents états du moi :
P, A, E
n  De la naissance à l’âge adulte l’être grandit et passe par des
états différents. Aussi, à l’âge adulte, y a-t- il cœxistence en
nous de tous ces états. Les états sont les suivants :

n  Le Parent est la partie du "moi" qui s'est constitué dans


l'enfance sous l'influence du modèle parental et de
l'entourage.

n  L'Adulte est le dernier état du "moi" qui se développe. C'est


lui qui observe, comprend, agit décide, analyse...

n  L'Enfant est le premier état du moi qui s’est constitué après
la naissance, il exprime sans réserve l’affectivite, les besoins,
les sensations, les émotions de la personne.
+
Les positions de vie en AT

n  Á l’origine des scénarios de vie existent des positions de vie.


Elles correspondent à la façon dont on se voit et à la façon
dont on voit les autres. Ces positions existentielles sont
largement le fruit de notre enfance, de nos expériences et de
l’image que les autres nous ont renvoyée de nous-même.

n  (Un enfant à qui l’on a toujours dit qu’il était nul et bon à rien
se verra négatif, inversement un enfant à qui l’on a toujours dit
qu’il était merveilleux peut penser l’être...)

n  Chaque état du moi correspond à une position de vie. Il y a


ainsi quatre positions existentielles principales :
+
Les positions de vie en AT

n  JE + TU + => Personne bien dans sa peau et bien avec les autres.

Cette position (+ +) est la plus satisfaisante pour soi-même et les autres, elle
signifie que l'on s'accepte, que l'on est bien dans sa peau, en harmonie avec
soi-même et le monde, car on accepte aussi les autres tels qu'ils sont, sans
avoir de projets sur eux. Dans cette configuration toutes les formes de
transaction sont possibles,

n  JE + TU - => Persécute les autres ou veut les sauver Solution : Réapprendre à
valoriser les autres.

Dans cette configuration (+ -) je me sens supérieur à l'autre. J'aurais donc


tendance à le critiquer ou à le protéger.
C'est la position de celui qui laisse constamment parler son Parent Critique qui
ne veut croire qu'en ses propres valeurs, ne faire confiance qu'en lui-même en
même temps qu'il méprise ou néglige les autres.
Dans la version protectrice cela peut conduire au paternalisme, dans la version
critique au harcèlement et à des comportements pervers.
+
Les positions de vie en AT

n  JE - TU + => Personne qui se sent mal dans sa peau, s’infériorise et rumine
sur son sort. Solution : Comprendre que la tare est imaginaire

n  Dans ce cas, (- +), j'ai tendance à me dévaloriser, à regarder les autres avec
admiration. Mon comportement sera soit de soumission soit de contestation.
Il doute de lui, ne se sent pas à la hauteur et donne à chacun le privilège
exorbitant d'être son juge.

n  JE - TU- => Position désespérée qui conduit à l’isolement, à la dépression


voir au suicide

n  Solution : se valoriser et valoriser les autres.

n  Cette position (- -) est la plus désespérée. Elle conduit à ne faire confiance
ni à soi ni aux autres, à refuser tout espoir. Dans sa forme extrême, elle peut
se traduire par le repliement voire la dépression, car le monde n'est fait que
de perdants, il n'y a aucun espoir à avoir.
+
Les jeux psychologiques

n  Les jeux ou stratagèmes sont les jeux psychologiques que nous
jouons avec notre entourage de manière consciente ou
inconsciente. Dans tout jeu, il y a manipulation d’une personne
par une autre. (En général une personne laisse penser qu’il agit
pour une raison et en réalite ses mobiles sont autres).

Exemple:

n  Ghita s’adresse à son petit frère en lui montrant une part de
gâteau :

n  - «Tu la veux» lui demande-t-elle


- «Oui», répond le petit garçon crédule.
- «Et bien tu ne l’auras pas ».
Ce faisant, elle mange le gâteau. Ne vous y trompez pas, le
bénéfice, c’est la tête déçue du petit frère !
+
Les jeux psychologiques
n  Exemples de jeux courants :

n  •  Sauveteur : "Je peux t'aider", "Allez laisses moi faire à ta place ",
"Je veux seulement t'aider"... La personne laisse penser qu’elle agit
par esprit désintéresse pour aider l’autre alors qu’elle agit d’abord
pour flatter son ego et se donner bonne conscience. Si la victime
vient à refuser l’aide, le sauveteur se met en colère ou est vexé.

n  •  Victime : "Cela n'arrive qu'à moi", "Mais qu'est-ce j’ai fait pour
mériter ça", "J'ai jamais de chance", "pardonne- moi", "j'essaie, mais
je n'y arrive pas " ... La personne se fait passer pour une victime
pour obtenir autre chose.

n  •  Persécuteur : " Tu veux ma mort", "Tu veux vraiment que je


parte", "Toi, toi il n'y en a que pour toi", "Tu n'es pas assez bien pour
" ... Le persécuteur fait croire à sa victime qu’elle est la cause de ses
malheurs alors que le persécuteur agit d’abord pour son plaisir
personnel.
+

LE MODÈLE DU NEURO
COGNITIVISME
+
n  Le modèle de l'ANC du D. Jacques FRADIN met en évidence
quatre parties du cerveau humain, quatre centres de décision
qui ont chacun leur utilité propre. Ces centres de décision
sont apparus dans un ordre chronologique, en suivant
l'évolution des espèces.

Territoires
Territoire Néo limbiques
Préfrontaux

Territoires
paléo limbiques

Territoires reptiliens
+
Les modes mentaux
n  Le plus ancien, le reptilien époque des dinosaures.
n  Il assure la survie individuelle placé juste au-dessus de la
moelle épinière et peut ainsi envoyer immédiatement des
impulsions aux muscles dès que le moindre danger nous
menace.

n  En temps normal, le reptilien gère l'activation de l'action, état


dans lequel nous subvenons à nos besoins vitaux – manger,
boire, nous reproduire, etc. - dans le calme et l'observation.

n  Lorsqu'il y a danger ou prédateur, le reptilien passe par trois


états, trois stratégies de survie – fuite, lutte, inhibition.

n  Le reptilien est instinctif, inconscient. Il retourne immédiatement


au calme dès que le danger est écarté...
+
Les modes mentaux

n  Le paléo-limbique est apparu lorsque les mammifères ont


commencés à s'organiser en troupeau. Il assure la survie du troupeau,
son organisation

n  Pour garantir une stabilité dans l'organisation, le positionnement


grégaire de chaque individu revient toujours à son point de
consigne ; Un soumis aura beaucoup de difficulté à dominer et
inversement...

n  Le paléo-limbique est inconscient chez la plupart des individus ; le


positionnement grégaire varie selon l'environnement ; un même
individu peut être très dominant chez lui et plutôt soumis à son
travail...
+ Les modes mentaux

n  Letroisième centre de décision du cerveau est


le néo-limbique. Le néo-limbique est le siège de
l'apprentissage.
n  Depuis
notre naissance, il a emmagasiné dans la
mémoire, par l'expérience qui débouche sur la
punition ou la récompense, nos croyances, nos
valeurs, nos pensées, nos peurs, nos
comportements conscients et inconscients.
n  Le
néo-limbique est aussi le siège du mental, vous
savez, cette grosse voix que nous avons dans la tête
et qui nous parle sans arrêt, ce monologue
incessant qui dicte notre conduite, nous critique
souvent, nous félicite plus rarement...
+
Les modes mentaux

n  Le mode pré frontal

il a accès aux trois étages plus anciens du cerveau ainsi qu'à la


mémoire. Le préfrontal accède aussi à des informations que les autres
centres ne peuvent percevoir ; un peu comme l'aigle qui visualise tout
ce qui se passe chez l'être humain tout en ayant accès, du haut de son
vol, à des informations que l'être humain ne voit pas  ; il accède aux
informations contenues dans l'espace des variantes qui lui
permettent l'anticipation, la justesse, l'acceptation...
+

L’origine du stress
n  Dans le monde animal le stress agit comme un mécanisme de
défense et de survie, tout à fait adapté à l’environnement :
véritable signal d’alarme qui déclenche un certain nombre de
processus physiologiques programmés pour faire face au
danger.

n  Le stress humain se présente de la même manière lorsque


l’individu pressent une menace quelconque. Et ce même si
objectivement sa vie n’est pas en danger.

INHIBITION
FUITE LUTTE DE
LACTION
+
Différents types de stress

ETAT DE ETAT DE ETAT


FUITE LUTTE D’INBITION
OBJECTIFS

Chercher à
Chercher à fuir, Chercher à être
impression à ne
échapper à protégé à ne pas
pas se faire
l’agresseur être abandonné
dominer

Agressivité
Anxiété défensive
VECUS

Découragement
Agitation Susceptibilité Vision pessimiste
Angoisse Impatience Non désir
Peur Enervement
+
Différents types de stress

FUITE LUTTE INBITION


Comportements / symptômes

Trac Impatience
Abattement
Gene Avoir raison
Lassitude
Confusion Intolérance aux
reproches Voix basse
Honte Tonus bas
Traits tendus
Insomnie Pleurs
Regard fixe
Tension dans les Fatigue
jambes Voix forte
Tension A quoi bon…
Palpitations
musculaire

Envie
Sensation de Sensation
d’être
supériorité d’impuissance
ailleurs
+
Les états d’urgence de l’instinct

CALME

PERCEPTION INSTINCTIVE
DU DANGER

DECLANCHEMENT
CASCADE DU STRESS
FUITE

LUTTE

INHIBITI
ON
+
Le modèle de personnalité
ANC
n  Les recherches en neurosciences ont mis en évidence
les fondements neuro-biologiques de deux constituants
de la personnalité, source de motivation de différente
nature : le tempérament (personnalités dites primaires)
et le caractère (personnalités dites secondaires).

n  20 ans de recherche sur l’étude de la personnalité et 11


ans d’exploitation de questionnaire ont contribué à ce
résultat.
+
La personnalité dans le modèle ANC
Huit manières de voir les choses

n  Le cerveau du nouveau-né réagit à son environnement de


manière stéréotypée. Ses réactions instinctives structurent
rapidement sa personnalité. Le modèle A.N.C. répertorie huit
structures fondamentales de personnalité. Associées à la
satisfaction de nos premiers besoins, elles conduisent à
idéaliser certaines attitudes. Elles déterminent largement nos
préférences et nos facilités.

Une infinité de combinaisons

n  La présence et l’amplitude de ces « structures » découle


largement de l’activation de tels ou tels circuits cérébraux
durant la période néonatale puis, dans une moindre mesure,
tout au long de la vie. Le nombre des combinaisons possibles
étant presque illimité, chaque personne est unique.
+La personnalité -modèle ANC
Source de motivations diverses…
n  Nos gênes s’associent à nos expériences précoces (pendant les
premiers mois après la naissance) pour définir le socle de notre
personnalité, ou personnalité primaire, qui sera ensuite modulée au
fil des événements de la vie (personnalité secondaire).

En simplifiant, on distingue quatre textures de motivations :

n  Celle liée au plaisir de faire (exemple : « j’aime faire des efforts  »),
n  Celle liée au plaisir anticipé du résultat (exemple : « il faut se
dépasser pour être le meilleur »),

n  Celle liée à l’aversion (exemple : « je ne supporte pas la facilité »),

n  Celle liée à l’envie, mais non suivie d’effet (exemple : « j’aimerais
être un grand compétiteur »).
n  Le modèle A.N.C. des personnalités offre un nouvel éclairage sur
leur intégration par notre cerveau. Il explique leur influence sur nos
attitudes et comportements.
+
La personnalité - modèle ANC

n  Les personnalités primaires représentent notre nature


profonde, elles sont peu perméables aux influences
culturelles.

n  Elles contribuent dans une large mesure à constituer nos


motivations

n  Il est souhaitable qu’elles soient très impliquées dans nos


orientations culturelles, professionnelles, sociales ou
relationnelles
+
Les personnalités primaires

n  Le philosophe (positivité et recul)


n  Épicurisme : plaisir de l’instant, flâner, paresser
n  Curiosité : pour toute chose, émerveillement
n  Insouciance, optimisme, pensée positive, intériorité, calme
n  Recherche de compromis
n  Mobilité, simplicité sociale, souplesse, adaptation, bonne
humeur, jovialité, discussions, partage des loisirs

Activation réussie)
+ Les personnalités primaires

n  Le novateur (autonomie et responsabilité)


n  Réflexion, logique, grands sujet traités avec profondeur,
abstraction, théorisation, modélisation, goût pour comprendre
plus que pour faire, pour les sciences et les techniques
n  Responsabilité : personnelle, de l’entourage, anticipation
réfléchie, respect des autres et de la vie en général
n  Construction, innovation : initiative, recherche scientifique ou
appliquée, pensée évolutive
n  Vision globale : complexité, interdisciplinarité, histoire et
philosophie des sciences

Activation empêchée
+
Les personnalités primaires

n  L’animateur (mouvement et créativité)

n  Jeu : rire et humour léger, à tout propos, y compris soi même
n  Liberté, mouvement, aventure, voyages, exotisme, sensation
(forte).
n  Changement : renouvellement, diversité des activités et des
relations, le provisoire, l’éphémère
n  Créativité : débridée et permanente, innovation, désordre

Fuite réussie)
+
Les personnalités primaires

n  Le gestionnaire (gestion et sécurité)


n  Sécurité : maîtrise financière, économie, gestion, épargne,
prévoyance, prévision
n  Possession: acquérir, aménager, ranger, bricoler, stocker,
capitaliser, accumuler, collectionner, assurer, protéger du
regard d’autrui, intimité, conformité
n  Santé : forme, prévention des maladies du vieillissement,
pratique raisonnée du sport, alimentation saine, sommeil

Fuite empêchée )
+Les personnalités primaires

n  Le stratège (leadership et convivialité)


n  Art de vivre : synergie, paix, harmonie, élégance, art, mécénat,
noblesse d’esprit, magnanimité
n  Vie sociale et mondaine : respect, courtoisie, tact, convivialité
n  Ce qui se réfère à une organisation supérieure, donnant sens au
monde : le sacré, le noble, le hiérarchique, le progrès, le grand
d’où la beauté, la culture etc…
n  Loyauté : respect de la hiérarchie des engagements, de la parole
donnée
n  Leadership : stratégie, organisation, coordination, hiérarchisation,
prise de décision mais aussi écoute, délégation, formation,
encouragement, reconnaissance

Lutte réussie)
+
Les personnalités primaires
n  Le compétiteur (initiative et compétition)
n  Combativité : courage, sang froid, héroïsme, persévérance,
progression, conquête, surpassement, défi, bataille
n  Pouvoir : pouvoir décisionnel, autorité, ambition sociale, esprit de
compétition, argent
n  Originalité personnelle : esprit critique, différence, unicité,
marginalité affirmée (ce qui témoigne d’une position haute et à
l’écart : le culte du héros, du rebelle de la révolte..)

Lutte empêchée
+
Les personnalités primaires

n  Le participatif (affectivité et synergie)


n  Affectivité : contact chaleureux, affectif, voire fusionnel, amour,
intimité, douceur, gentillesse, sourire, sensualité
n  Environnement à l’échelle humaine, où l’on se connait, où l’on se
parle
n  Travail en équipe : attente d’encadrement rôle d’assistant,
reconnaissance, formation, encouragement, soutien, consolation
n  Vulnérabilité, sous protection
n  Les sujets naïfs ou innocents, émerveillement, les contes, le
merveilleux, happy-ends.

Inhibition réussie)
+ Les personnalités primaires

n  Le solidaire : Altruisme et social


n  Altruisme : plaisir de faire plaisir, disponibilité, serviabilité,
tolérance, pardon, discrétion, aide aux autres (spirituelle ou
matérielle) générosité
n  Utilité, indispensable : tout le reste semble superflu et futile
n  Modestie, exigence envers soi même, tolérance envers autrui
n  Dépouillement : simplicité esthétique, style « monocal » austérité,
ascèse
n  Art religieux et art en général, à travers le plaisir qu’il peut
procurer à autrui

Inhibition empêchée
+
Exercice A

n  1) qu’est ce qui vous motive en général ?

n  2) Qu’aimez vous faire spontanément, sans besoin


d’encouragement, sans exigence de résultats, quelles que
soient les difficultés rencontrées?
+
Exercice B

n  1)quelles sont les valeurs qui vous font vibrer, qui représentent
pour vous un idéal de vie? Valeurs = toujours

n  2)Qu’est ce que vous ne supportez pas, vous n’aimez pas faire,
qui vous démotive fondamentalement ?

n  3)Qu’est ce qui génère chez vous une profonde intolérance


(cela ne devrait pas exister?) et que vous ne feriez jamais si vous
pouviez ?
2  types  de  motivation  

Motivation  durable   Motivation  fragile  issue  


issue  du  tempérament     du  caractère    
       
-­‐  Plaisir  dans  l’action,   -­‐  Plaisir  dans  le  résultat  
indépendamment  du  résultat  
-­‐  Point  fort  :  compétences  
-­‐  Point  fort  :  source  de   complémentaires  orientées  
proactivité  et  de  talent   résultats  
   
-­‐  Si  échec  :  persévérance  mais   -­‐  Si  échec  :  démotivation  et  
sans  recherche  de  résultat   stress  
   
-­‐  Origine  :  empreinte   -­‐  Origine  :  éducation,  culture  

Obligations  :  
«  J’aime  faire    
«  il  faut,  je  dois  »  
de  façon  spontanée,  
Intolérances  :    
ça  me  ressource  »  
«  je  n’aime  pas  »  
Au  cœur  de  la  motivation  
 
JE  METS  DE  L’ORDRE  
 
PARCE  QUE  …  
 

Le  désordre  
J’aime  ranger.   m’énerve…  

J’éprouve  du  plaisir   Cela  me  coûte  

Personnalité  primaire   Personnalité  secondaire  


VALEURS  &  ANTI-­‐VALEURS  
attitude  négative,  
Positivité,  authenticité   PHILOSOPHE   exigences  sociales  
conception,   incohérence,  
responsabilité   NOVATEUR   irresponsabilité  
mouvement,   contraintes,  
créativité   ANIMATEUR   rigueur,  conflit  
organisation,   imprévu,  insécurité,  
sécurité   GESTIONNAIRE   changement  
leadership,   dysharmonie,  
stratégie   STRATEGE    laisser-­‐aller  

Initiative,     Infériorité  
compétition   COMPETITEUR   inefficacité  
affectivité,   PARTICIPATIF   Autonomie,  
synergie   Initiative,  technicité  
égoïsme  
solidarité,  aide   SOLIDAIRE   individualisme  
+
Je n’arrive pas Je peux mieux
à faire passer faire passer
mes valeurs mes valeurs

VALEUR
Mon stress augmente

Esprit d’équipe
Responsabilité

Mon stress diminue


Professionnalisme
L’interlocuteur Respect
me vit Honnêteté L’interlocuteur
Négativement me vit
De façon neutre
ou positive
ANTI VALEUR
Egoïsme
Irresponsabilité
Communication et Négligence Communication et
management négatif management positif
Irrespect, violence
Je ne supporte Mauvaise foi
Je m’adapte
pas
+

Action de régulation et
anticipation du stress
+ 81

Une démarche en 3 temps


n  Adoptez la démarche en 3 temps :
n  La prise de conscience : d’où vient mon stress? (travail,
ambiance, embouteillage…)
n  L’analyse : il s’agit là de déterminer le ou les meilleurs
moyens de gérer ce stress.
Mettez en place des moyens d’action, changer de trajet,
embellir mon bureau…
L’action : Qu’allez vous faire de votre stress?

Vous pouvez choisir de faire l’un des exercices de


relaxation, de déléguer plus efficacement, méditer, dormir,
faire du sport…
+
Conseils anti stress

n  Construction d’un Programme d’actions


n  Augmenter sa concentration, intégrer des outils
pour améliorer son attention
n  Améliorer sa capacité de récupération
n  Déterminer les bonnes réactions face aux
différentes situations de stress

Ø  Exemples : vousdevez gérer les conflits de vos


collaborateurs, vous conduisez des
changements importants, vous êtes confronté à
des clients insatisfaits, vous êtes promu, etc.
+ Déceler votre niveau de stress

Stress élevé

Attention

Tout va bien
+ Gestion du stress

EX : Codes couleur.
J'utilise des codes couleur sur mon agenda.

Code vert: Code orange: Code rouge:


selon la règle horaires où je Zones pour les
des 80/20, suis moins imprévus, ces
seules les efficace espaces ne
choses (fatigue, peuvent être
vraiment faim...), on ne utilisé que 4
importantes place ici que les jours avant,
pourront être choses faciles à ainsi, j'ai
placée dans faire ou peu toujours de la
ces zones. fatigantes. place pour un
imprévu.
Inventez vos
propres codes.
Gestion des priorités…

Avant Après
+
Gestion du temps

Alternance
+
Gestion des autres

Stress collectif
+
Le langage
Non exprimé Exprimé

Imaginaire Symbole Pensée


Langage
exprimé
(
(((
( (( ( Langage
reçu

Ecouter ce qui est dit


+
Communiquer

Régulation

Silence Parole
+ Gestion de votre énergie
120
Trop

100

Suffisant
60

30

0
+ Recherche d’équilibre

n  Professionnel et personnel


n  Contrôle des émotions
n  Faire face aux pressions
n  Evacuer le stress
n  Apprendre à se détendre
n  Augmenter son niveau de résistance
n  Ce qui vous dynamise
+
Agir sur son environnement

n  Espace de travail - ergonomie


n  Bruit
n  Sommeil
n  Sollicitation
n  Mail etc. …
n  Téléphone
n  Viande
n  Alcool
n  Cigarette
+ Agir sur ses comportements

n  Renforcer sa confiance en soi


n  Améliorer son écoute
n  Gérer les déstabilisation
n  S’entrainer pour développer son adaptabilité
n  Anticiper les situations
n  Lâcher prise
n  Ne pas dépasser ses limites ( ni celles des autres ..)‫‏‬
n  Se laisser déborder
n  Savoir dire non
n  Faire tomber les masques
+ Agir sur ses comportements

n  Faire tomber les masques


n  Eviter les manipulations
n  Sortir des jeux de pouvoir
n  Harmoniser les rapports à l’autorité
n  Développer des stratégies relationnelles adaptées
n  Anticiper les réactions de son entourage
n  Gérer les personnalités difficiles
n  Empathie : comprendre les émotions des autres
n  Désamorcer des situations conflictuelles
+
Règle des 15/ 25

•  Dans les 15 à 25 secondes qui suivent une


émotion, essayez de l’enlever de vos pensées
•  Pensez immédiatement à une idée positive et

•  Remplacez là …….

•  ( vous évitez ainsi d’engraver l’information dans


votre système biologique)
+ Récupération 96

Après 1H 30 - 2 heures de travail

Pause de 7/8/9 mn par discipline

Ø Rupture de rythme

Ø Médiation
Ø Contemplation
Ø Musique
+ 97

Points clés

Penser à son cerveau :

• Ne penser qu'à un problème à la fois


• Prendre des notes
• Renoncer à résoudre les questions insolubles
• Ne pas ruminer sur le passé
• Travailler à un rythme régulier
• Faire des breaks
+ 98

RELAXATION

n  L’esprit commande le corps.

n  Commandez a votre corps :

n  Je me détends, je suis bien, cette situation ne m’appartiens


pas….je suis bien, il fait chaud, il fait beau, je sens la
respiration dans mes poumons, je me détends……
+ 99

Visualisation :
n  Trouvez un endroit ou vous êtes bien, ou vous ne serez pas
dérangé.

n  Installez vous confortablement, détendez vous, respirez


calmement….

n  Pensez à une image qui vous détend, un lieu, une scène ou un
souvenir…..faites appel a tous vos sens, ressentez, sentez,
voyez…..

n  Imaginez vous complètement dans cette image, en la laissant


vous détendre complètement.

n  Partez pour les caraïbes, la piscine, un forfait en hiver, un


souvenir agréable….. Permettez vous ce que vous voulez…..
+

EXERCICE DE
COHÉRENCES
CARDIAQUES
+ 101

OUTILS :

n  Cessez de vous trouver des excuses pour ne pas


AGIR………………

n  SEULE L’ACTION VOUS LIBERERA DE VOTRE


STRESS…….
+ 102

MERCI DE VOTRE ATTENTION