Vous êtes sur la page 1sur 65

Université Lumière Lyon 2

Faculté de droit et de science politique

Rapport de stage pour obtenir le diplôme


de Master Informatique, spécialité OPSIE
« Organisation et Protection des Systèmes d’Information dans les Entreprises »

Mise en oeuvre d'un prototype


d'architecture OSSIM

Présenté par : Philippe Martinet

Maître de stage : M. Maxime Feroul


Tuteur de stage : M. David Pierrot

Année : 2005/2006

1
Sommaire

Remerciements,_____________________________________________________________ 3
Présentation de l’entreprise ___________________________________________________ 4
1. Kyos SARL _______________________________________________________________ 4
2. Les missions ______________________________________________________________ 4
3. L’activité R&D ____________________________________________________________ 5
4. Organigramme ____________________________________________________________ 6
Le stage ___________________________________________________________________ 7
1. Définition du besoin ________________________________________________________ 7
2. Cahier des charges _________________________________________________________ 8
Le projet __________________________________________________________________ 9
1. L’objectif _________________________________________________________________ 9
2. Les coûts _________________________________________________________________ 9
3. Les délais ________________________________________________________________ 10
4. Définition du planning _____________________________________________________ 10
A. Etude de la solution OSSIM _______________________________________________ 12
1. Présentation générale de la solution __________________________________________ 12
2. Principe technique de la solution ____________________________________________ 12
3. Architecture _____________________________________________________________ 13
4. Les flux de fonctionnement d’OSSIM ________________________________________ 16
5. Les fonctionnalité d’OSSIM ________________________________________________ 17
B. Le prototype ____________________________________________________________ 40
1. Architecture cible _________________________________________________________ 40
2. Procédure d’installation du prototype ________________________________________ 43
3. Mode opératoire __________________________________________________________ 46
C. Offre de service OSSIM___________________________________________________ 49
1. Introduction _____________________________________________________________ 49
2. Le cadre de cette offre _____________________________________________________ 49
3. La présentation___________________________________________________________ 52
Conclusion _______________________________________________________________ 53
Annexe 1 : Sources documentaires ____________________________________________ 54
Annexe 2 : Screenshots OSSIM_______________________________________________ 55
Annexe 3 : Présentation offre OSSIM__________________________________________ 58

2
Remerciements,

A tous les membres de la société Kyos et plus particulièrement à M. Maxime Feroul, mon
maître de stage. Merci pour leur accueil, le temps qu’ils ont su m’accorder, leur soutien et
leurs conseils avisés.

Aux intervenants de la formation OPSIE et plus particulièrement à M. David Pierrot, mon


tuteur pour ce stage. Merci pour la qualité des cours dispensés qui m’ont permis de mieux
appréhender les multiples facettes de ce projet.

3
Présentation de l’entreprise

1. Kyos SARL

Kyos est une société de service (SSII) basée à Genève et spécialisée dans le domaine de la
sécurité informatique.
Fondée en 2002, Kyos se positionne comme un opérateur global de la sécurité informatique,
grâce à une expertise dans les métiers de conseil, d’ingénierie et d’infogérance.

Kyos accompagne ses clients dans la mise en œuvre d’une stratégie de sécurité complète,
adaptée à leurs besoins, et surtout efficace dans le temps.

2. Les missions

Conseil

Kyos prend en charge la conception et le pilotage de la mise en oeuvre de


solutions relatives à la sécurisation :

ƒ des points d'accès à Internet


ƒ des réseaux d'entreprises
ƒ des plates-formes e-businness

Les prestations couvrent l'ensemble des phases suivantes :

ƒ Définition de politique de sécurité


ƒ Conception d'architecture de sécurité
ƒ Conduite d'appel d'offre pour le choix de technologies et de
fournisseurs
ƒ Assistance à maîtrise d'ouvrage
ƒ Sensibilisation / Formation

Ingénierie

Kyos met également à disposition des consultants experts en sécurité pour la


réalisation en mode régie ou en mode forfaitaire des projets de ses clients.

De part son expérience, Kyos réalise ou accompagne ses clients durant les
différentes phases du projet et leur apporte son expertise dans les domaines tel
que :

ƒ L’intégration Sécurisée
ƒ Les audits de composants
ƒ Les tests d’intrusion

4
Infogérance

Les entreprises soucieuses de maintenir un niveau de sécurité efficace sont


confrontées aux obstacles suivants :

ƒ disposer de ressources spécialisées


ƒ une complexité croissante des technologies
ƒ un besoin fréquent de formation
ƒ un manque de temps et de moyens à consacrer au suivi quotidien

S’affranchir de ces obstacles, se traduit par des coûts élevés et parfois


exorbitants pour certaines entreprises en regard de leurs besoins de sécurité.
On observe souvent dans ce cas l’abandon pur et simple de cette activité.

Il existe pourtant une solution intermédiaire, l'infogérance (complète ou


partielle) de sécurité.

Afin de permettre un réel contrôle des coûts, Kyos propose une offre modulaire
de services à ses clients.

ƒ Administration & supervision


ƒ Analyse de logs
ƒ Veille technologique
ƒ Tests d'intrusion récurrents

3. L’activité R&D

En parallèle de ses missions, Kyos attribue une part importante de son activité dans le
domaine de la recherche et du développement (R&D) notamment au travers de participations
à des projets de la Commission européenne.

Il s'agit pour Kyos d'une composante fondamentale du métier de la sécurité. La société doit
être en mesure d'anticiper les évolutions des problématiques de sécurité sur les technologies
émergentes du marché.

5
4. Organigramme

Fondée en 2002, Kyos est encore une jeune société en pleine expansion.
Lors de la rédaction de se rapport, elle comptait déjà 8 collaborateurs.

6
Le stage

1. Définition du besoin

Le cœur de métier de la société Kyos est avant tout et surtout la sécurité informatique. De part
cette activité, la société a pu se forger une expérience concrète sur le terrain au contact des ses
clients. De cette expérience la société Kyos en a dressé le bilan suivant.

De nos jours, le système d’information (S.I.) est devenu vital pour la majorité des entreprises.
Garant de l’activité de l’entreprise pour certaines ou simple garant des données confidentielles
pour d’autres, une interruption de service du S.I. induirait des risques majeurs pour
l’entreprise

ƒ Risque de perte financière


ƒ Risque de perte d’image
ƒ Risque d’impact juridique

Face à ces risques, les entreprises n’ont pas d’autre choix que d’investir dans une politique de
sécurité. Cependant le coût de ces investissements est loin d’être négligeable et les entreprises
sont souvent confrontées aux problèmes suivants :

ƒ La multiplicité et la complexité croissante des technologies.


ƒ L’émergence de nouvelles attaques (phishing, virus, etc …) sans cesses plus
pertinentes qui imposent aux entreprises une veille permanente
ƒ La spécificité. Chaque entreprise est différente, donc chaque entreprise à ses
contraintes propres (au niveau stratégique comme au niveau technique)

C’est pour répondre à ces besoins que la société Kyos a été créée. Aujourd’hui la société
souhaite renforcer sa position en articulant bien ses offres autour des problématiques de
sensibilisation et de sécurisation des systèmes d’information de ses clients.

La sensibilisation.
« La sécurité est l’affaire de tous ».

Kyos souhaite assurer une mission de conseil auprès de ses clients pour les former et les
sensibiliser à la sécurité.
Une politique de sécurité sera d’autant plus efficace si tous dans l’entreprise en sont les
acteurs.

L’action.
« Un bon ouvrier travail avec les bons outils »

La mise en œuvre d’une politique de sécurité, c’est identifier les risques, savoir les mesurer et
mettre en œuvre les outils pour diminuer ces risques.

7
Il existe de multiples solutions pour agir à différents niveaux de la sécurité du S.I..

ƒ Solutions antivirales
ƒ Solutions de type Firewall
ƒ Solutions de détection d’intrusion

Ces solutions peuvent être soit matérielles, soit logicielles et peuvent intervenir sur un poste
de travail, sur un serveur de production, sur une architecture de production etc …

Bref il n’existe pas vraiment de standard même si certaines solutions sortent du lot et
s’imposent naturellement de part leur reconnaissance auprès des acteurs de la sécurité.

Autre inconvénient majeur. L’expérience montre que la mise en œuvre de telles solutions
n’est valable que si les remontées d’informations sont suivies et traitées.
En sécurité informatique tout particulièrement, l’outil n’est utile que si les données remontées
sont pertinentes et que celles-ci sont analysées et traitées.

2. Cahier des charges

En partant du postulat énoncé au paragraphe précédent, la société Kyos a décidé de réaliser


une étude sur la solution OSSIM. Cette solution semblant répondre aux problématiques
précédemment citées, permettant ainsi de gérer de manière centralisée les remontées
d’information de différents outils, de les stocker et les traiter afin de faciliter l’administration
et la gestion de la sécurité pour les administrateurs.

Après concertations avec les dirigeants de la société Kyos et aux vues des besoins, j’ai établi
une liste des tâches à réaliser.

A. Etude de la solution OSSIM

ƒ Architecture de la solution
ƒ Analyse des fonctionnalités

B. Réalisation d’un prototype

ƒ Réalisation d’une maquette


ƒ Tests des fonctionnalités

C. Rédaction d’un compte rendu sur cette solution

ƒ Compte-rendu de l’étude
ƒ Compte-rendu des tests

D. Bâtir une offre de service intégrant la solution OSSIM

8
Le projet
Ce stage s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche et développement (R&D) pour le
compte de la société Kyos (Réf INT12008/2).
En tant que tel, le stage a été géré comme tous les autres projets de la société.

J’ai abordé ce projet selon trois axes :

ƒ L’objectif
ƒ Les coûts
ƒ Les délais

Le but étant de bien identifier les tâches de ce projet et d’établir un planning réaliste en
fonction de ces trois contraintes.

1. L’objectif

L’objectif principal est de réaliser l’étude d’une solution technique OSSIM dans le cadre d’un
projet R&D sur la sécurité des systèmes d’information. Cette étude est issue d’un constat
énoncé par la société Kyos concernant les besoins passés, présents et futurs de ses clients.

Les détails du postulat de départ ont été définis dans la section « Stage » du présent document.

Dans un second temps, et en fonction des résultats, l’objectif est de bâtir une nouvelle offre de
service basée sur cette solution.

2. Les coûts

Il est difficile de placer une notion de coûts dans le cadre d’un projet de R&D.
Les coûts associés au projet sont directement indexés aux coûts des intervenants sur ce projet.

Ce projet de R&D dans sa définition de départ n’ayant pas pour vocation de fédérer plusieurs
profils de ressources. L’unique ressource associée à ce projet était moi-même.

Cependant dans un souci de bien discerner les étapes clés de suivi et de validation avec la
direction technique de Kyos, j’ai ajouté un ressources générique nommée « Kyos »
représentant le staff technique qui a participé au pilotage de ce projet (réunion de lancement,
réunion d’avancement, etc …)

Les services de R&D ont très souvent pour vocation d’être des centres de coûts et non de
profit ; les projets associés ne générant pas de profits directs pour la société.

Il en a été de même dans le cadre de mon stage, l’objectif étant d’effectuer une étude et de
réaliser un prototype d’une solution technique afin de l’intégrer si cela était pertinent aux
offres de service de la société Kyos.

Partant de ces constats, j’ai considéré que le coût associé à ce projet n’était pas une contrainte
dans l’établissement de mon planning.

9
3. Les délais

Ce projet a été établit pour la durée de mon stage.


Les conventions de stage ont été signées pour un stage du 1er Mars 2006 au 30 Juin 2006.

Cependant, compte tenu de la localisation géographique de la société Kyos et compte tenu de


ma situation professionnelle en France au début de ce stage, nous avons décidé d’un commun
accord avec les dirigeants de la société Kyos que le projet ne démarrerait qu’au 1er Avril
2006. Le premier mois étant mis à profit pour mettre en œuvre toutes les démarches
administratives (déclarations auprès du canton de Genève, Assurance, etc …), et nous
permettre de nous organiser au niveau logistique (problème du logement, mise à disposition
du matériel, etc …)

La durée effective de ce projet a donc été de 13 semaines (3 mois)

Dans le cadre de ce projet de R&D, l’unique contrainte de temps était liée à la livraison des
livrables.

Les dates de restitution des livrables ont été fixées conjointement ainsi :

Livrables Deadline
Etude de la solution OSSIM 09 Juin 2006
Offre de service OSSIM 30 Juin 2006

4. Définition du planning

En fonction des contraintes énoncées précédemment, j’ai établi le planning prévisionnel


suivant :

N° Tâches Ressources Durée Date de Deadline


(en J) début
1 Réunion de lancement du projet PMT, Kyos 1 03/04/2006 -
2 Etude de la solution OSSIM PMT 20 04/04/2006 -
3 Réalisation du prototype PMT 10 02/05/2006 -
4 Point sur l'avancement du projet PMT, Kyos 1 15/05/2006 -
5 Rédaction CR sur la solution OSSIM PMT 20 16/05/2006 09/06/2006
6 Présentation de la solution OSSIM PMT,Kyos 5 13/06/2006 -
7 Réunion de suivi de projet PMT,Kyos 1 20/06/2006 -
8 Réalisation d'une offre de service PMT 10 20/06/2006 30/06/2006
PMT : Mon trigramme, me désigne comme ressource
Kyos : Ressource générique désignant le staff de la société Kyos

10
A. Etude de la solution OSSIM

1. Présentation générale de la solution

OSSIM est un projet open source de « management de la sécurité de l’information ». Cette


solution s’appuie sur une gestion des logs basées sur la corrélation de ceux-ci ainsi qu’une
notion d’évaluation des risques.

Cette solution est née du constat selon lequel il est difficile encore à ce jour d’obtenir un
instantané de son réseau et des informations qui y transitent avec un niveau d’abstraction
suffisant pour permettre une surveillance claire et efficace.

Le but d’OSSIM est donc de combler se vide constaté quotidiennement par les professionnels
de la sécurité.

2. Principe technique de la solution

OSSIM est une solution fédérant d’autres produits open-source au sein d’une infrastructure
complète de supervision de la sécurité (framework1)

Le framework au sens d’OSSIM à pour objectif de centraliser, d’organiser et d’améliorer la


détection et l’affichage pour la surveillance des événements liés à la sécurité du système
d’information d’une entreprise.

La solution OSSIM fournit donc par le biais de son framework un outil administratif qui
permet de configurer et d’organiser les différents modules natifs ou externes qui vont
composer la solution.
La framewok est ainsi constitué des éléments de supervision suivants

ƒ Un panneau de contrôle
ƒ Des moniteurs de supervision de l’activité et des risques.
ƒ Des moniteurs de supervision réseau et des consoles d’investigation (Forensic2)

1
Framework : Littéralement Cadre d'applications
Pour OSSIM le framework représente l’interface d’administration qui permet de fédérer les différents produits
open-source associés.
2
Forensic : Légal. Souvent traduit par Console d’investigation.
Ces éléments s’appuient sur des mécanismes de corrélation, de gestion des priorités et
d’évaluation des risques afin d’améliorer la fiabilité et la sensibilité des détections au sein de
la solution.

3. Architecture

En terme de développement, la solution OSSIM est donc architecturée autour de deux


éléments.

ƒ Le kernel3
ƒ Les logiciels tiers

3
Kernel : littéralement le noyau. Il représente le « cœur » de la solution.

13
Le kernel

Le kernel est le premier niveau de développement d’OSSIM. Il permet de définir les


structures de données.

Il fournit les interfaces qui permettent de communiquer avec les différents produits et travail
sur les mécanismes de post-traitement.

Ces post-traitements assurés par la solution OSSIM s’appuient en fait sur des processus de
post-traitement d’agents connus comme

ƒ La détection des signatures des sondes de détection d’intrusion (IDS)


ƒ La détection d’anomalie
ƒ Les firewall

Le fonctionnement d’OSSIM se peut donc se décliner en deux étapes. Chaque étape


correspondant à une partie bien distincte de l’architecture technique de la solution.

a) Prétraitement (ossim-agent)

Le prétraitement de l’information qui est assuré par les moniteurs d’événements et autres
éléments de détection.

Les équipements qui prennent en charge ce prétraitement peuvent être déployés en même
temps qu’OSSIM ou bien faire partie de l’architecture existante.
On retrouve parmi ces équipements, les sondes de détections d’intrusion (IDS), les Firewall4,
les syslog5, etc …

Le prétraitement de l’information, assuré au niveau de ces équipements, consiste en la collecte


des informations de logs ainsi que la normalisation des celles-ci afin de les stocker de manière
uniforme et de pouvoir les traiter efficacement durant l’étape de post-traitement.

Remarque :
Les logs peuvent être centralisées et/ou consolidées au préalable avant d’être collectées par
les agents OSSIM. Ceci afin de diminuer l’utilisation de la bande passante du réseau.

b) Post-traitement (ossim-server)

Le post-traitement est constitué de l’ensemble des processus interne à la solution OSSIM qui
vont prendre en charge l’information brute telle qu’elle a été collectée (puis normalisée), pour
ensuite l’analyser, la traiter et enfin la stocker.

Les différents traitements appliqués aux informations recueillies dépendent des outils activés
au sein de la solution mais aussi de politiques définies par le biais du panneau de contrôle.
Les informations sont priorisées. Les risques sont évalués en fonction de la politique définie,
et enfin les informations sont corrélées avant d’être stockées dans la base des événements
(EDB).

4
Firewall : Pare-feu.
5
Syslog : Gestionnaire de log système sur les systèmes *NiX. Par abus de langage, définit généralement les
système de gestion des logs sur tous les systèmes / appliances.

14
En parallèle de ces actions, certaines informations comme la supervision réseau sont
directement remontées par le biais de consoles.

Le kernel permet également d’obtenir cette notion de framework au sein d’OSSIM qui assure
le lien avec tous les autres systèmes.

Les logiciels tiers

L’autre niveau de développement de la solution consiste à assurer l’interconnexion de


logiciels tiers avec le kernel.

Il existe actuellement deux types de logiciels tiers pris en charge par OSSIM

ƒ Les produits open-source qui peuvent être modifiés et/ou patchés au besoin et
qui sont généralement fournis dans le package6 OSSIM

ƒ Les produits commerciaux qui ne peuvent être modifiés et/ou patchés pour les
adapter à la solution et qui ne sont donc pas inclus dans le package OSSIM.

Remarque :
L’adaptation des produits à OSSIM est effectivement un élément fondamental, dans le cas
d’un produit qui ne prend pas en charge les standards utilisés par OSSIM, puisque la solution
tente justement de fédérer toutes les sources d’information qu’elle ingère.

6
Package : anglicisme définissant souvent un ensemble de programmes réunis dans un seul paquetage.

15
4. Les flux de fonctionnement d’OSSIM

Pour bien comprendre le fonctionnement interne d’OSSIM, voici un schéma type reprenant le
flux d’information au travers de la solution.

Principe de cheminement du flux d’information

Les détecteurs (quels qu’ils soient) traitent les événements jusqu’à ce qu’une alerte
soit identifiée soit par signature, soit par la détection d’une anomalie.

Remarque
Les alertes peuvent être préalablement traitées par un outil de consolidation avant d’être
envoyées au collecteur OSSIM. Ceci permettant de limiter l’utilisation de la bande passante
du réseau.

Le collecteur reçoit les alertes au travers des différents protocoles disponibles


(SNMP, etc …)

16
Le parser7 normalise ces alertes et les stocke dans la base de donnée des
événements (EDB)

Le parser se charge également de f’affecter des priorités aux alertes en fonction


des politiques définie dans le panneau de contrôle ainsi que de toutes les
informations systèmes dans les inventaires des équipements attaqués.

Le parser évalue aussi les risques immédiats inhérents à l’alerte et remonte si


besoin une alarme au niveau de panneau de contrôle.

Les alertes une fois priorisées sont envoyées à chaque processus de corrélation, qui
met à jour leurs variables d'état et renvoie éventuellement de nouvelles alertes aux
informations plus complète ou plus fiable. Ces nouvelles alertes sont renvoyées au
parser pour être à nouveau stockées, priorisées et évaluées par rapport aux
politiques de risques et ainsi de suite …

Le moniteur de risque affiche périodiquement l'état de chaque index de risque


selon la méthode de calcul CALM8 (Compromise and Attack Level Monitor)

Le panneau contrôle quand a lui remonte les alarmes les plus récentes, met à jour
l'état de tous les métriques qu'il compare à leurs seuils, et envoie alors de nouvelles
alarmes ou effectue les actions appropriées selon les besoins.

Depuis le panneau de contrôle, l'administrateur peut également voir et/ou établir un


lien entre tous les événements qui se sont produit à l'heure de l'alerte à l'aide de la
console d’investigation.

L'administrateur peut enfin vérifier l'état de la machine impliquée en utilisant les


consoles d’utilisation, de profil ou de session.

5. Les fonctionnalité d’OSSIM

Dans cette partie, j’ai essayé de présenter au mieux les différentes possibilités offertes par la
solution OSSIM.

Les fonctionnalités d’OSSIM peuvent être représentée de manière simple et graphique en un


découpage sur 9 niveaux tel que le montre le schéma suivant :

7
Parser : littéralement l’analyseur. Le parser défini souvent un outil (script) qui parcours des fichiers en vue d’y
effectuer certaines actions.
8
CALM est un algorythme d’évaluation. Cet algorythme sera détaillé un peu plus loin dans ce document.

17
1) La Détection par modèles (Pattern Detector) – Level 1

La plupart des détecteurs traditionnels fonctionnent en utilisant des modèles, le meilleur


exemple étant les systèmes de détection d’intrusion (IDS), qui sont capables de détecter un
modèle d’attaque défini en utilisant des signatures ou des règles.

Le pattern matching est une technique « ancienne » qui identifie une intrusion par le seul
examen d’un paquet et la reconnaissance dans une suite d’octets du paquet d’une séquence
caractéristique d’une signature précise. Très simpliste elle entraîne de nombreux « faux
positifs » et « faux négatifs ». De plus elle est très facilement éludable via la fragmentation de
paquet.

Rappel

a) Faux positifs
Un faux positif est un événement remonté par un dispositif de détection d’intrusion mais qui
ne correspond par réellement à une attaque ou une vulnérabilité. Il s’agit d’une erreur de
détection faite par l’équipement.

b) Faux Négatifs
Un faux négatif est une attaque ou une vulnérabilité valide non découverte par le dispositif de
détection d’intrusion.

18
La plupart des dispositifs comme les routeurs et les firewall incluent également des
mécanismes de détection par modèle. Ils sont ainsi capables de détecter, par exemple, les
scans de port, les tentatives de spoofing, et les attaques par fragmentation.

Il y a également des détecteurs pour les événements de sécurité dans les systèmes
d'exploitation. Ils sont capables d'envoyer des alertes pour d’éventuels problèmes de sécurité,
et presque tous incluent leur propre enregistreur, comme le syslog pour les *nix.

En fait, n'importe quel élément dans le réseau, tel qu'un routeur, un poste de travail, un
firewall, etc., a une certaine capacité pour la détection. Et le but d’OSSIM est justement de
rassembler les événements de tous les systèmes critiques afin d'atteindre un des principaux
objectifs : obtenir une vue complète du réseau.

2) La détection d’anomalies (Anomaly Detector) – Level 2

La capacité à détecter des anomalies est plus récente que la détection par modèles. Le principe
n’est pas d’indiquer au système de détection ce qui est bon et ce qui ne l’est pas.
En fait, le système doit apprendre un modèle de référence qu’il considère comme une
situation normale et remonter une alerte quand le comportement dévie de ce modèle de
référence.

Cette nouvelle fonctionnalité opposée au principe de détection par modèles fournit un point
de vue différent mais complémentaire de la détection par modèles.

Par exemple, dans le cas d’une nouvelle attaque pour laquelle il n'y a toujours aucune
signature qui produirait une anomalie évidente pourtant ignorée par les systèmes de détection
de modèle.

De même, dans le cas d’un ver qui aurait été introduit sur le réseau de l’entreprise, une attaque
de Spamming, et même l'utilisation des programmes de P2P qui produiraient un certain
nombre de connections anormales qu’il est facile de détecter

La détection d’anomalies permettrait également de détecter :

ƒ Une utilisation des services dont la source ou la destination ne serait pas


normale
ƒ Une utilisation à des heures anormales
ƒ Une utilisation excessive du trafic ou des connections
ƒ Une copie anormale de fichiers sur le réseau interne
ƒ Un changement de système d'exploitation sur une machine
ƒ Etc …

La remontée de ces informations est prise en tant qu'information additionnelle qui complète
les alertes traditionnelles par modèles, cela permet de mieux évaluer les alertes et donc de
différencier celles qui pourraient avoir des conséquences plus importantes (plus risquées).

19
3) Centralisation et Normalisation – Level 3

La normalisation et la centralisation (ou l'agrégation) ont pour objectif d’unifier les


événements de sécurité de tous les systèmes critiques de l'entreprise dans un format simple et
sur une seule console.
Cela permet notamment d’obtenir une vue considérablement complète de ce qui se passe
partout sur le réseau. Ainsi, grâce à l’ensemble des fonctionnalités d’OSSIM disponibles par
le panneau de contrôle, il est possible d’établir des procédures pour détecter des scénarii
d’attaques plus complexes et fragmentées.

Tous les produits de sécurité ont normalement une capacité de gestion centralisée en utilisant
des protocoles standard. C’est pour cela qu’OSSIM, en se basant sur ces protocoles, met en
œuvre un processus d’agrégation.

La normalisation exige quand à elle un parser (analyseur) ou un traducteur au courant des


types et des formats d'alertes venant de différents détecteurs. La base de données est organisée
et la console d’investigation adaptée afin d'homogénéiser le traitement et l'affichage de tous
ces événements.

De cette façon il est donc possible d’observer tous les événements de sécurité pendant une
période donnée (qu’ils viennent d'un routeur, d’un firewall, d’un IDS, ou d’un serveur) sur le
même écran et dans le même format.

La normalisation est donc une composante essentielle et pour cela OSSIM s’appuie sur le
standard IDMEF9. L’utilisation de ce standard est également vivement encouragée par la
communauté de développeur d’OSSIM et bon nombre d’acteurs de la sécurité en général.

L’IDMEF est un standard établit par l’IETF10. Le modèle de données de l’IDMEF est une
représentation orientée objet au format XML des alertes envoyées par les équipements de
détection vers OSSIM.

Les équipements qui vont émettre les alertes sont divers et variés. Ils n’ont malheureusement
pas toujours accès aux mêmes informations systèmes et n’ont pas non plus le même niveau de
détails.
C’est pour cela que le standard a été mis au point en se basant sur un modèle de données
flexible, à savoir un modèle objet. Le modèle objet, en effet, permet facilement l’extension
des détails des informations via l’agrégation et l’héritage.

En fait, si l’on considère une alerte remontée à OSSIM par un équipement.


Si cet équipement étend par agrégation ou héritage le modèle de base de l’alerte, et
qu’OSSIM ne sait pas interpréter toutes les informations, OSSIM pourra malgré tout traité la
partie d’information qu’il est capable d’interpréter.

Remarque :
Il faut bien garder à l’esprit que ce standard doit permettre à des équipements de détection
d’être plus ou moins précis mais ne doit pas produire d’informations contradictoires. Les
éléments de base communs à deux alertes provenant d’un même événement mais remontés
par deux équipements différents doivent absolument rester identiques.
9
IDMEF : Intrusion Detection Message Exchange Format
10
IETF : Internet Engineering Task Force

20
IDMEF Message

Alert Heartbeat Analyser


Analyser
Create Time
Create Time
Additional
data
Detection Time

Analyser Time

Source Destinatio
Node Node

User User

Proces Process

Service Service

File List

Classification

Assessment (include Impact, Action and Confidence classes)

Additional Data

Modèle de donnée IDMEF11

4) Gestion des priorités (Priorization) – Level 4

Soit une machine qui tourne sous UNIX avec un serveur web Apache.
Si OSSIM reçoit une alerte pour cette machine au sujet d'une attaque sur Microsoft IIS,
l'alerte devrait se voir attribuer une priorité basse.

11
Extrait du draft publié par l’IETF

21
Autre exemple, si un utilisateur établit une connexion suspecte à un serveur, le système
devrait
ƒ Lui accorder une priorité maximum si l'utilisateur est externe au réseau et
attaque la base de données de client.
ƒ Lui accorder une priorité basse si l'utilisateur est interne au réseau et attaque
une imprimante réseau.
ƒ Ignorer si l'utilisateur est quelqu'un qui test normalement des serveurs de
développement.

On s’aperçoit ici que la priorité d'une alerte dépend donc de la topologie et de l'inventaire des
systèmes de l’entreprise.

La gestion de priorités est pour ainsi dire un processus de contextualisation, en d'autres


termes, l'évaluation de l'importance d'une alerte par rapport à l'environnement de l’entreprise,
qui est décrit dans une base de connaissance (KDB) pour le réseau comportant :

ƒ Un inventaire des machines et réseaux (marques, systèmes d'exploitation,


services, etc.)
ƒ Une politique d'accès (si l'accès est autorisé ou interdit, et d'où à où) :

Les processus de gestion des priorités dans OSSIM sont définis au niveau du framework dans
lequel il est possible de configurer les éléments suivants :

ƒ La politique de sécurité, ou l'évaluation des équipements selon la topologie et


des flux de données.
ƒ Inventaire
ƒ Évaluation de équipements
ƒ Évaluation des risques (Gestion de la priorité des alertes)
ƒ Évaluation de la fiabilité de chacun alerte
ƒ Définition d'alarme

Remarque :
La gestion des priorités est l'une des étapes les plus importantes dans le filtrage des alertes
reçues par les détecteurs. Elle doit être exécutée en utilisant un process continu
d’amélioration et de retour d’expérience de l’entreprise.

5) Evaluation des risques – Level 5

Rappel :
Les risques sont souvent la contrepartie des enjeux dans une entreprise.

Dans OSSIM, l'importance donnée à un événement dépend de trois facteurs :

ƒ la valeur des équipements associée à l'événement


ƒ La menace représentée par l'événement (Impact)
ƒ Le degré d’occurrence

22
a) Risque intrinsèque / Risque inhérent

Communément admise, la définition traditionnelle du risque est la suivante :

Le risque est caractérisé par son impact et son degré d’occurrence

Risque
Résiduel

Faible Modéré Elevé

IMPACT

Traditionnellement l'évaluation des risques est concernée par des risques intrinsèques, ou des
risques latents, en d'autres termes, des risques qu'une entreprise assume en vertu à la fois des
équipements qu'elle possède afin de développer ses affaires mais également des menaces
circonstancielles liées à ces équipements.

Le poids d’un risque peut être corrigé par un dispositif de maîtrise des risques (DMR).
OSSIM tient lieu ici de DMR.

Risque Risque
Inhérent Mesure opérationnelle Résiduel
Contrôle automatisé
(Ossim)

23
b) Risque immédiat

Grâce aux possibilités de contrôle en temps réel qu’offre OSSIM, il est possible de mesurer le
risque lié à la situation actuelle en temps réel.

Dans ce cas-ci la mesure du risque est pondérée par les dommages qu'il produirait et la
probabilité que la menace se produise au moment présent.

Cette probabilité est en fait un dérivé de l'imperfection des sondes et s'avère n'être rien de plus
que le degré de fiabilité des sondes qui détectent une potentielle intrusion en cours.

Le risque immédiat peut donc être définit par l'état de risque produit quand une alerte est
reçue et évaluée instantanément comme une mesure des dommages qu'une attaque pourrait
produire, pondérée par la fiabilité du détecteur qui a remonté l’information.

OSSIM calcule le risque immédiat de chaque événement reçu, et utilise cette mesure objective
pour évaluer l'importance de l'événement en termes de sécurité. OSSIM utilise cette mesure
seulement pour évaluer la nécessité d’agir.

6) Corrélation – Level 6

La corrélation est au cœur de la solution OSSIM.

Remarque :
La fonction de corrélation peut être définie comme un algorithme qui exécute une opération
sur des données en entrée et renvoie des données en sortie.

Les informations collectées par les détecteurs et les moniteurs sont spécifiques et encore
partielles. Elles ne représentent qu’une petite partie de la quantité d’information que nous
souhaiterions obtenir au final.

Le mécanisme de corrélation peut donc être vu comme la possibilité d’utiliser les


informations remontées par les détecteurs et, en utilisant un nouveau niveau de traitement, de
compléter et d’améliorer le niveau d’information.
Le but étant de rendre cette remontée d’information le plus efficace possible par rapport à
l’étendue de la quantité d’information disponible sur le réseau d’entreprise.

Le mécanisme de corrélation est en quelque sorte un moyen de gommer un certain manque de


fiabilité ou un sensibilité insuffisante au niveau des détecteurs.

En fait, si l’on voulait obtenir un maximum d’efficacité au niveau des détecteurs, il faudrait
imaginer un détecteur capable de capter tous les événements disponibles sur le réseau. Il lui
faudrait ensuite les stocker et les afficher.
Etant donné le volume des informations qui transitent sur un réseau d’entreprise, cette
solution n’est tout simplement pas envisageable !

24
Principe technique de la corrélation sous OSSIM

a) En entrée (input) :

Deux éléments bien définis fournissent des informations aux fonctions de corrélation :

ƒ Les moniteurs, qui fournissent normalement des indicateurs


ƒ Les détecteurs, qui fournissent normalement des alertes

b) En sortie (output) :

On retrouve également l'un de ces deux éléments : alertes ou indicateurs.


Les fonctions de corrélation deviennent en fait de nouveaux détecteurs et moniteurs. (cf flux
de fonctionnement OSSIM - §4 de cette étude).

Le modèle de corrélation d'OSSIM a pour objectif de :

ƒ Développer des modèles spécifiques pour détecter le connu et le détectable.


ƒ Développer des modèles non spécifiques pour détecter l'inconnu et
l'indétectable
ƒ Fournir une machine d'inférence qui peut être configurée en utilisant des règles
en corrélation et qui a la capacité de décrire des modèles plus complexes
ƒ Fournir la capacité de lier des détecteurs et des moniteurs de manière récursive
pour créer des objets plus détaillés et plus utiles
ƒ Développer les algorithmes pour montrer une vue générale de la situation de la
sécurité

25
Pour atteindre ces objectifs, OSSIM utilise deux méthodes de corrélation très différentes,
basées sur les deux principes suivants :

ƒ Corrélation en utilisant des séquences d’événements

Concentrées sur des attaques connues et détectables qui relie les modèles et les
comportements connus qui définissent une attaque en utilisant des règles mises
en application par un état de référence.

ƒ Corrélation en utilisant des algorithmes heuristiques.

Cette méthode utilise une approche opposée, mettant en application des


algorithmes qui essayent de détecter des situations risquées en utilisant
l'analyse heuristique.

Cette méthode permet de compenser les imperfections de la corrélation par


séquences d’événements en détectant des situations sans connaître ou montrer
les détails. Ceci est utile pour détecter des attaques inconnues et montrer une
vue générale de l'état de la sécurité pour un grand nombre de systèmes.

Détails des mécanismes de corrélation

a) Méthode 1 : Corrélation en utilisant des algorithmes heuristiques

Pour cette méthode, OSSIM met en application un algorithme heuristique simple en utilisant
l'accumulation d'événements (CALM12) afin d'obtenir un indicateur ou un instantané de l'état
général de la sécurité du réseau.

Dans ce processus l’objectif premier est d'obtenir le risque immédiat tout d’abord puis une
valeur que l’on pourrait définir comme le risque accumulé.

En fait cette méthode de corrélation permet d’obtenir une sorte de « thermomètre » des
situations à risque, et ce, sans jamais connaître aucun détail au sujet des caractéristiques du
problème.

Cet indicateur permet donc de montrer le risque accumulé sur une période donnée.

12
CALM : Compromise and Attack Level Monitor. Cet algorithme sera détaillé un peu plus loin dans ce
document.

26
Pour reprendre l’exemple du « thermomètre », la valeur de l’indicateur va monter
proportionnellement à la quantité des événements reçus récemment et en fonction de leur
criticité.
Cette valeur baissera par contre si au bout d’un certain temps, aucun nouvel événement n’est
survenu.

Cette méthode de corrélation complète la corrélation par séquences d'événements avec une
approche opposée. Dans cette dernière nous essayons donc de caractériser des attaques
possibles avec le plus haut niveau de détail possible.

En conséquence de quoi, la valeur de la corrélation employant des algorithmes heuristiques


est doublée au sein d’OSSIM.

Cette méthode fournit donc une vue globale de la situation. Elle permet également de détecter
les modèles possibles que d'autres systèmes de corrélation pourraient ne pas voir, soit parce
que les attaques sont inconnues, soit à cause d’une certaine imperfection.

Algorithme CALM

CALM (Compromise and Attack Level Monitor) est un algorithme d'évaluation qui emploie
l'accumulation d'événements et leur rétablissement dans le temps.

En entrée, il récupère un volume élevé d'événements, et en sortie il fournit un indicateur


unique de l'état général de la sécurité.

Cette accumulation est valable pour n'importe quel objet sur le réseau (n'importe quelle
machine, groupe de machines, segment de réseau, etc.) que l’on souhaite surveiller.

Accumulation d’événements (Event Accumulation)

L'accumulation est calculée simplement par la somme de deux variables d'état qui
représentent le risque immédiat de chaque événement :

ƒ « C » ou le niveau de la compromission, qui mesure la probabilité qu'une


machine est compromise

ƒ « A » ou le niveau de l'attaque à laquelle un système est soumis, qui mesure le


risque potentiel dû aux attaques lancées

27
Exemple de configuration des seuils C et A pour un host ou un réseau

Ces deux variables ont été séparées pour la surveillance parce qu'elles caractérisent deux
situations :

Le niveau de l'attaque indique la probabilité qu'une attaque ai été lancée, une attaque qui peut
ou peut ne pas être réussie ; tandis que le niveau du compromission fournit l'évidence directe
qu'il y ai eu une attaque et qu'elle ai réussie.

De plus, l'importance des deux variables dépend de la situation des machines.

Par exemple, en raison de l’exposition de réseaux en DMZ13, qui peuvent être exposés à un
énorme nombre d'attaques, la plupart d'entre elles automatisées, une valeur A (niveau
d’attaque) sera considérée comme une situation « normale ».
Par contre, n'importe quel signe de compromission ou d’utilisation qui pourrait nous mener à
penser qu’un attaquant ai pénétré le réseau devrait être immédiatement remonté et traité.

D'une autre manière, il y a des cas dans lesquels une machine produit des anomalies dans le
réseau dû à la nature de sa fonction (telles que les scanners de sécurité, un service avec des
ports passifs aléatoires, développement, etc.) et ceux-ci auront normalement une valeur élevée
de C et une valeur de A plus basse.

13
DMZ : Zone démilitarisée ou zone sacrifiable.

28
En fait, la valeur assignée à la variable C ou A pour une machine sur le réseau se fera selon
trois règles :

ƒ N'importe quelle attaque possible lancée de la machine 1 sur la machine 2


augmentera le A (niveau des attaques éprouvées) de la machine 2 et le C
(niveau de compromission, ou des actions suspectes normalement commises
par un hacker) de la machine 1.
ƒ Quand il y a une réponse d'attaque (une réponse qui pourrait indiquer le succès
de l'attaque), la valeur de C augmentera pour les deux machines 1 et 2.
ƒ Si les événements sont internes, la valeur de C montera seulement pour la
machine de commencement.

CALM est donc prévu pour la surveillance en temps réel, de ce fait l’algorithme doit accorder
de l’importance aux événements les plus récents et jeter les plus vieux.
Pour ce faire, l’implémentation actuelle utilise une variable unique pour le rétablissement
dans le temps.
Le système abaissera en fait périodiquement les niveaux de C et de A pour chaque machine
par une valeur constante.

b) Méthode 2 : Corrélation en utilisant des séquences d'événements

L'idée de base pour la détection d’une séquence par modèle est simple. Il suffit juste de créer
une liste de règles de façon a établir un scénario tel que :
« Si réception de l'événement A et puis B et puis C, alors effectuer l'action D. »

Exemple de directive OSSIM

C’est dans cette optique qu’il est nécessaire de définir des listes de règles pour chaque
séquence d’événements que nous voulons surveiller.

29
A cet effet, OSSIM intègre un éditeur de règles pour ajouter ou affiner de nouvelles séquences
d’événements.

Cet outil permet notamment d’exécuter des séquences avec les caractéristiques suivantes :

ƒ La capacité de définir des origines et des destinations variables


ƒ Accepte en entrée à la fois les modèles des détecteurs et les indicateurs des
moniteurs
ƒ Définit la priorité et la fiabilité de nouvelles alertes
ƒ Utilise des variables « élastiques », ou variables qui peuvent mesurer un
événement pour définir la priorité ou la fiabilité (par exemple déni de service
total - > priorité haute, déni de 50% - > priorité moyenne, déni de 15% - >
priorité basse)
ƒ Architecture récursive. Il est possible de créer des objets par des règles de
corrélation qui fonctionnent ensuite comme des détecteurs ou des moniteurs
pour de nouvelles règles

30
Les niveaux de corrélation

La nature récursive du modèle permet la création d'une hiérarchie presque infinie des niveaux
de corrélation, mais pour bien comprendre le processus dans un exemple simple j’ai détaillé
une hiérarchie sur trois niveaux suivant les indications du diagramme ci-dessous :

Niveau Corrélation en utilisant des séquences d’événements

3 Comportement de
l’attaque
(3)

2 Attaque Activité
spécifique Générale
(2.1) (2.2)

1 Modèles Activité
(1.1) Spécifique
(1.2)

Chacun de ces trois niveaux est expliqué plus en détail ci-après, mais dans un souci de clarté
les niveaux seront traités dans le désordre.

9 Niveau 2.1 : Attaque spécifique

Ce niveau dépend directement des détecteurs et des moniteurs. Le but est d'inclure à la fois les
signatures et l'activité liées aux attaques concrètes, par exemple les attaques avec un nom
connu, comme identifié par le détecteur (exemple : «compromised by ftp cwd overflow»).

L'objectif principal du niveau d'attaque spécifique est d'améliorer la fiabilité de détection.


Ceci signifie qu’au lieu d'être satisfait d'une signature d'attaque possible, nous recherchons
plus d'évidence démontrant que l'attaque est en cours ou a échoué.

Cette évaluation permet de faire la différence en limitant les « faux positifs » et en donnant la
priorité à de vraies attaques dans le système de détection. Cette évaluation est importante car
comme cela a été évoqué dans la partie « évaluation du risque », la fiabilité d’un événement
affecte directement le calcul du risque.

Rappel

c) Faux positifs
Un faux positif est un événement remonté par un dispositif de détection d’intrusion mais qui
ne correspond par réellement à une attaque ou une vulnérabilité. Il s’agit d’une erreur de
détection faite par l’équipement.

d) Faux Négatifs
Un faux négatif est une attaque ou une vulnérabilité valide non découverte par le dispositif de
détection d’intrusion.

31
Pour bien comprendre, prenons un exemple simple de corrélation entre un détecteur de
modèle (pattern detector) et un moniteur :

En utilisant une signature IDS, on détecte une possible attaque par déni de service par
synflood. On envoie alors une alerte déclenchant une requête au moniteur de service pour
voir s'il a constaté une chute en terme de disponibilité et si oui à quel degré.
En fonction du retour, on peut donc assigner à notre alerte « denial of service via synflood »
un degré plus élevé de fiabilité.

OSSIM utilise évidemment des séquences plus complexes dans lesquelles sont corrélées les
alertes produites par des signatures avec le comportement caractéristique d'une attaque
spécifique.
Si l’on prend l’exemple de la détection d’un cheval de Troie (Trojan Horse). L’utilisation de
signatures IDS permet de détecter différentes opérations :

ƒ Connect, active
ƒ get info
ƒ access
ƒ server2client_flow
ƒ client2server_flow
ƒ response
ƒ traffic_detect

La détection d'une tentative de connexion n'est en soit pas une information très utile toute
seule.
Il y en a en effet des douzaines chaque jours dans les environnements DMZ, mais si l’on
détecte par contre n'importe quelle autre opération (notamment une réponse à une attaque), il
devient alors nécessaire d’envoyer une alerte à priorité élevée.

9 Niveau 1.2 : Détection en utilisant une activité spécifique

Pour expliquer le concept de l'activité spécifique, je reprendrai ici l'exemple de Trojan.


Après une tentative de connexion, si le Trojan utilise le port P, il suffit d’examiner ce port
pour contrôler l'activité spécifique du Trojan, c’est-à-dire la transmission de données.
Si l’on détecte une activité, cela confirme donc que la tentative de connexion a probablement
réussie. La différence, c’est que cette fois l’identification s’est faite en surveillant l'activité du
Trojan elle-même au lieu d'employer une signature IDS.

9 Niveau 1.1 : Détection en utilisant des modèles (pattern)

La détection par modèles ayant déjà été expliquée dans la présentation du « Level 1 » des
fonctionnalités d’OSSIM (§5 de ce document), je ne développerai pas ici.

Cependant, il semble intéressant de compléter ces explications avec la notion de « réponses


aux attaques ».

32
En se basant sur les deux points précédents, on s’aperçoit que les réponses aux attaques sont
importantes parce qu'elles permettent de vérifier l'existence d'un événement, ce qui équivaut
directement à une augmentation de la fiabilité de l'alerte.

Le moteur de corrélation d’OSSIM est donc conçu pour rechercher de manière permanente
ces réponses aux attaques, et les signes d’attaques éventuelles. Le but étant de trouver la
confirmation que l'attaque est vraiment en cours. Cela permet notamment de différencier les
attaques échouées des attaques réussies.

Si l’on reprend encore l’exemple du Trojan, le principe est le suivant :

On distingue deux étapes dans l’événement.

Etape 1 : Compromission par le Trojan ou tentative de connexion.

L’événement est détecté et une alerte est remontée, caractérisée par :

ƒ La signature.
Connection, client2server, access, getinfo

ƒ L’activité spécifique
Flux détecté entre l’attaquant et la victime.

La fiabilité associée à cette alerte sera donc faible.

Etape 2 : Détection d’une réponse typique à une attaque aboutie ou d’une réponse aux actions
du Trojan.

L’alerte sera cette fois caractérisée par :

ƒ La signature.
server2client

ƒ L’activité spécifique
Flux détecté entre la victime et l’attaquant.

De par ces nouvelles informations, l’alerte sera cette fois qualifiée comme élevée.

33
On peut résumer ce fonctionnement dans le tableau suivant :

Succession des événements Type d’alerte Fiabilité


Signature : connection
Compromission par le Tojan client2server, access, getinfo
ou tentative de connexion Faible
Activité spécifique :
Flux attaquant Æ victime

Signature : response,
Détection d’une réponse server2client
typique à une attaque aboutie Elevée
ou d’une réponses aux Activité spécifique :
actions du Trojan Flux victime Æ attaquant

9 Niveau 2.2 : Détection en utilisant l’activité général

Par détection utilisant l'activité générale il faut comprendre l’utilisation de règles visant à
détecter des attaques inconnues ou indétectables, car les signatures ou les modèles qui les
caractérisent ne sont pas disponibles.

Ces attaques peuvent être identifiée grâce à l'activité anormale produite par l'attaquant.
Cette activité est détectée en surveillant les indicateurs d'activité générale d'un utilisateur (tels
que des ports ou des services, le trafic, les horaires, etc.) pour tous les utilisateurs.

Parfois il est possible de caractériser des attaques avec un bon niveau de détails en utilisant
cette technique. Mais le plus souvent, la détection de ces comportements suspects est moins
précise que dans le cas d’une détection d'attaque spécifique

Voici quelques exemples de détection possibles en surveillant l'activité générale :

ƒ Détection d'un ver inconnu qui produit du trafic anormal et un certain nombre de
connexions atypiques sur des ports et des destinations normalement inutilisés.
ƒ Détection d’un accès suspect, tel qu'un utilisateur établissant une connexion
persistante sur un port d’administration pour la première fois
ƒ Trafic excessif, avec des destinations et des utilisations anormales.

9 Niveau 3 : Comportement de l’attaque

Le troisième niveau est justement la corrélation de diverses attaques spécifiques ou d'activités


générales identifiées aux niveaux précédents.

34
Rappel :
L'architecture de la corrélation dans OSSIM est récursive, et les règles peuvent inclure les
nouveaux objets qui fonctionnent cette fois comme des détecteurs (qui envoient les alertes) ou
comme des moniteurs (qui fournissent les valeurs) et qui sont compris dans un ensemble de
règles du niveau précédent.

Cependant, il ne faut pas uniquement définir ce niveau par le fait que les objets des
précédents niveaux agissent comme point d’entrée car ce n’est pas toujours le cas !
OSSIM peut en fait mélanger ou associer les méthodes en fonction des besoins.

Chaque niveau correspond en réalité à un certain degré d'abstraction, et donc ce niveau doit
permettre l'identification des modèles de comportement, sensés aider à identifier l'objet, le
chemin pris, le comportement et la méthode de l'attaquant.
Le comportement d'attaque se définit donc comme les séquences de l’attaque ainsi que
l’activité générée par un utilisateur sur une ou plusieurs machines compromises.

Voici quelques exemples de comportements d'attaques :

ƒ Les attaques distribuées, caractérisées par la relation entre les différents attaquants et
attaques éprouvées.
ƒ Accès à un réseau critique depuis l'Internet par rebonds en utilisant les flux provenant
d’une DMZ
ƒ Compromission interne d’un utilisateur malveillant, identifié par les diverses activités
anormales détectées pour cet utilisateur.

7) Console / Moniteurs – Level 7

Ces consoles ne sont pas à proprement parlé des fonctionnalités puisque ce sont en fait de
simples représentations des processus précédemment expliqués, mais il me semble important
de les présenter pour bien comprendre leur intérêt au sein de la solution OSSIM.

a) Moniteur de risque

OSSIM possède un moniteur de risque appelé RiskMeter qui montre les valeurs produites par
l'algorithme CALM.

35
Ces valeurs mesurent le niveau de compromission (C) et le niveau d’attaque (A).
Ces indicateurs de risque sont dérivés des alertes et indiquent la possibilité qu'une machine ai
été compromise.

b) Moniteurs d’utilisation, de session et de profils

Comme expliqué dans la section sur « la détection d’anomalies » (§5-2 de ce document),


OSSIM place beaucoup d'importance dans la surveillance détaillée de chaque machine et
profil.

Il y a trois types de consoles pour ce genre de surveillance :

ƒ Le moniteur d'utilisation qui fournit des informations générales au sujet de la machine,


telle que le nombre de bytes transmis par jour.

ƒ Le moniteur de profil qui fournit des informations spécifiques au sujet de l'activité


d'utilisateur, permettant d'établir un profil.
Par exemple, l’utilisation de SMTP, POP et http constitue un profil d'utilisateur
« normal ».

ƒ Le moniteur de session qui fournit un affichage en temps réel des sessions associées à
un utilisateur, ainsi qu'un instantané de cette machine sur le réseau.

Ces trois moniteurs sont essentiels pour un système de sécurité. En leur absence
l'administrateur de sécurité serait aveugle aux événements passés et ne pourrait pas distinguer
une activité normale d’une activité anormale.
Ce secteur de la sécurité coïncide avec l'administration de réseau, mais un certain
chevauchement est inévitable puisque, par exemple, la saturation d'un réseau ou le

36
comportement anormal d'une machine pourrait indiquer un problème de réseau ou un
problème de sécurité.

OSSIM offre à travers ces trois consoles de surveillance la capacité, en s’appuyant sur des
produits, d’agir en tant que sniffers et de la situation du réseau au degré de détail le plus élevé.

c) Moniteur de chemin (Path monitor)

Ce moniteur peut tracer en temps réel les chemins utilisés par les différentes machines sur le
réseau au niveau des communications ou des liens.
Ce diagramme est régénéré à un certain intervalle de temps, créant un graphique dont les
branches apparaissent et disparaissent dans le temps.

Ce moniteur reçoit des données de deux autres moniteurs :

ƒ Le moniteur de session qui identifie tous les liens en cours sur le réseau
ƒ Le moniteur de risque qui envoie le niveau de risque de toutes les machines

Deux modes d’utilisation sont disponibles :

Hard Link Analysis (TCP Link Analysis)

En utilisant cette méthode le graphique représente seulement les connexions persistantes de


type TCP.
Le but de cette méthode est d'identifier les attaques réseaux impliquant l'intrusion simultanée
de différentes machines.

Soft Link Analysis

OSSIM utilise le « soft link analysis » pour représenter graphiquement tous les liens perçus
sur le réseau. UDP mais aussi TCP ou encore ICMP.
Il en résulte souvent une représentation chaotique de la cartographie du réseau.

8) Console d’investigation (Forensic Console) – Level 8

La console d’investigation permet d'accéder à toute informations recueillies et stockées par les
collecteurs.

Cette console est un moteur de recherche qui opère sur la base de données d'événement
(EDB).
Elle permet à l'administrateur d'analyser des événements de sécurité par rapport à tous les
éléments critiques du réseau a posteriori et d'une façon centralisée.

37
À la différence du moniteur de risque détaillé dans la section précédente, cette console permet
d'explorer chaque événement qui se produit dans le système avec un maximum de détails

Exemple de remontée d’événement


Affichage détaillé disponible dans la console d’investigation

9) Panneau de contrôle (Control Panel) – Level 9

Le panneau de contrôle permet de regarder l’état de la sécurité du réseau au niveau le plus


haut. Il surveille une série d'indicateurs qui mesurent l'état de l'entreprise par rapport à la
politique de sécurité qu’elle a décidé de mettre en œuvre.

Le panneau de contrôle permet de définir une série de seuils ou d'objectifs que l’entreprise
devrait rencontrer.
Ces seuils sont définis en tant que valeurs absolues ou relatives comme par exemple le degré
d'anomalie.

Il est possible également d’assigner pour des alarmes des processus pour envoyer une alerte à
l’administrateur ou exécuter n'importe quel processus automatique, quand des seuils définis
sont dépassés.

38
Remarque :
La manière dont l'information est affichée dans le panneau de contrôle est importante, ainsi
elle doit être aussi concise et simple que possible. Seule l'information qui est appropriée au
moment qui nous intéresse doit être affichée.

Le panneau de contrôle est le « thermomètre » général pour tout qui se produit sur le réseau. Il
permet également d’accéder à tous les outils de surveillance pour inspecter n'importe quel
problème qui a été identifié.

A titre d’exemple, le panneau de contrôle peut remontrer les informations suivantes :

ƒ La surveillance constante du niveau de risque pour les réseaux principaux de


l’entreprise.
ƒ La surveillance des machines ou des sous réseaux qui dépassent le seuil de sécurité
ƒ La surveillance constante du réseau global, des hosts, et des niveaux de paramètre des
services :

9 Sortie et trafic sur les réseaux principaux


9 Ressources principales de base de données
9 Latence des services critiques
9 Nombre de transactions des services critiques

ƒ La surveillance des réseaux ou des niveaux de paramètres des services qui surpassent
un seuil établi :

9 Nombre d'email, de virus, et d'accès externes


9 Latence des services, et leur utilisation du trafic

ƒ La surveillance des profils qui surpassent les seuils pour :

9 Utilisation du trafic
9 Utilisation des services critiques
9 Utilisation des services anormaux
9 Changements de configuration
9 Toute autre activité anormale

Remarque :
Le panneau de contrôle est totalement adaptable aux besoins du client.
À la différence de toutes les autres fonctions, il inclura seulement un échantillon
personnalisé en fonction des besoins.

39
B. Le prototype
Le prototype a été réalisé en complément de l’étude préalable de la solution. C’est en fonction
des résultats obtenus sur le prototype en regard de l’étude préalable que j’ai pu rédiger ce
document.

Les fonctionnalités ayant déjà été traités et illustrées précédemment, je vais surtout dans cette
partie expliquer le contexte technique du prototype. L’architecture choisie et réalisé, en
expliquant mes choix.

1. Architecture cible

La solution OSSIM est découpée selon trois axes (Server, Framework et Agent). Etant donné
le nombre de logiciels tiers pouvant être couplé à un agent OSSIM, il existe un certain
nombre d’architecture possible aux interactions aussi diverses que variées.

40
Mon choix s’est donc porté sur une architecture basée sur un NIDS Snort.

Snort est un système de détection d'intrusion réseau, capable d'effectuer l'analyse du trafic en
temps réel et de la journalisation de paquets sur des réseaux IP
Il peut effectuer de l'analyse de protocoles, de la recherche / correspondance de contenu et
peut être utilisé pour détecter une variété d'attaques et de scans, tels que des débordements de
tampons, des scans de ports furtifs, des attaques CGI, des scans SMB, des tentatives
d'identification d'OS, et bien plus.

Snort utilise un langage de règles flexible pour décrire le trafic qu'il devrait collecter ou
laisser passer, ainsi qu'un moteur de détection qui utilise une architecture modulaire de
plugins.
Snort possède aussi des capacités modulaires d'alertes temps réel, incorporant des plugins
d'alerte et de journalisation pour syslog, des fichiers textes en ASCII, des sockets UNIX, des
messages WinPopup à des clients Windows en utilisant smbclient de Samba et des base de
données.

Snort est assez complet en terme de détection d’intrusion réseau et largement reconnu par les
professionnels de la sécurité informatique.
Son architecture axée autour de sa propre base de donnée m’a semblée intéressante à mettre
en œuvre au sein de la solution OSSIM.

a) Environnement technique

Au niveau de l’environnement de test, mon choix s’est porté sur des machines virtuelles de
type VMWare.

Ce choix a été motivé par le souhait exprimé par la société Kyos d’avoir un prototype à
présenter à ses clients lors de la présentation de son offre de service.

Le prototype a été divisé en deux machines virtuelles

ƒ Athena
Qui correspond à la partie « server » de la solution et qui héberge le cœur d’OSSIM,
son framework et les bases de données.

ƒ Hestia
Qui correspond à la partie « agent » de la solution et qui héberge donc la sonde Snort
et tous les mécanismes de collecte d’OSSIM.

La solution VMWare permet donc d’obtenir une certaine mobilité en offrant la possibilité par
le biais de « player » d’exécuter le même prototype sur n’importe quelle machine quelque soit
son OS.

41
b) Environnement applicatif

Le choix de l’OS pour le prototype a été édicté par les contraintes suivantes
Le choix s’est porté sur une installation basée sur Linux Debian 3.2 Etch/Testing pour trois
raisons.

ƒ Problème sur les fichiers sources disponible sur le site officiel d’OSSIM

Après plusieurs tentatives d’installation depuis les sources (ossim 0.9.8), il semblerait que
certains fichiers soient manquants. Notamment un script python qui assure la collecte au
niveau des agents.
Les sources ainsi endommagées ne permettaient pas l’installation complète de la solution.

ƒ Stabilité des packages et niveau de mise à jour

Au moment des tests, il semblerait que les packages OSSIM (0.9.8) disponibles pour Debian
(dans sa version Etch/Testing) étaient les plus à jour et largement utilisés.

ƒ Facilité d’installation et de configuration

L’avantage notable du système Debian est l’utilisation des commandes « apt et dpkg» pour
l’installation et la configuration des packages.

OSSIM a été parfaitement porté sous Debian et propose des packages spécifiques à chacune
de ses briques. On trouve ainsi les packages :

ƒ Ossim-mysql : pour l’installation des composants relatif à la base de donnée mysql


ƒ Ossim-server : pour l’installation du moteur d’OSSIM
ƒ Ossim-framework : pour l’installation du Framework
ƒ Ossim-agent : pour l’installation des composant de l’agent OSSIM

Chaque package peut être installé séparément et possèdent ses propres paramétrages.

Les packages se chargent d’installer la solution OSSIM dans son ensemble en installant les
versions nécessaires des applicatifs tiers tel que mysql (en version 4) pour la base de donnée,
php (en version 4) pour l’interface HTTP, ou encore apache pour le moteur web …

Remarque
Pour le serveur web apache, j’ai choisi d’utiliser la version 2, plutôt que la 1.3, pour son
architecture et ses fonctionnalités. Par contre pour faciliter les choses je n’ai pas pris en
charge l’HTTPS.

42
2. Procédure d’installation du prototype

Configuration du fichier sources.list pour définir le dépôt officiel OSSIM pour une
installation via APT.

[ -- /etc/apt/sources.list -- ]
deb http://ftp.debian.org/debian/ testing main
deb http://secure-testing.debian.net/debian-secure-testing testing/security-updates main
deb http://www.ossim.net/download/ debian/

Installation des bases de données

Il faut au préalable créer la base de donnée. La structure de la base est fournie dans la solution
OSSIM et dépend du choix de la base de donnée (mysql) et des éventuels plugins installés
(snort). La base de donnée est modifiée pour s’interfacer avec Snort.

# apt-get install ossim-mysql


# mysqladmin -u root password mon_mot_de_passe
# mysql -u root -p

Création des bases

mysql> create database ossim;


mysql> create database ossim_acl;
mysql> create database snort;
mysql> exit;

Import des structures et modification de structure pour Snort

# zcat /usr/share/doc/ossim-mysql/contrib/create_mysql.sql.gz \
/usr/share/doc/ossim-mysql/contrib/ossim_config.sql.gz \
/usr/share/doc/ossim-mysql/contrib/ossim_data.sql.gz \
/usr/share/doc/ossim-mysql/contrib/realsecure.sql.gz | \
mysql -u root ossim -p
# zcat /usr/share/doc/ossim-mysql/contrib/create_snort_tbls_mysql.sql.gz \
/usr/share/doc/ossim-mysql/contrib/create_acid_tbls_mysql.sql.gz \
| mysql -u root snort -p

43
Installation de la partie « Server »

# apt-get install ossim-server

La configuration se fait par l’intermédiaire de l’interface debconf.


Le fichier de configuration d’OSSIM server se trouve dans /etc/ossim/server/config.xml

Installation de la partie « Framework »


Cette étape permet également d’ajouter la partie phpgacl qui permet la gestion des contrôles
d’accès à OSSIM.

# apt-get install phpgacl


# apt-get install apache2 ossim-framework

Pour reconfigurer le framework OSSIM, il est conseiller d’utiliser les interfaces debconf
(dpkg-reconfigure ossim-utils et dpkg-reconfigure ossim-framework)
Le fichier de configuration est situé dans /etc/ossim/framework/ossim.conf

A partir de là, OSSIM est accessible depuis un navigateur Internet à l’adresse


http://athena/ossim/

Remarques:
ƒ Dans le cas d’une installation avec apache2, il installer obligatoirement le package
libapach2_mod_php4 pour la prise en charge de php par apache2. Dans le cas
contraire, les scripts php ne seront pas interprétés et le framework d’OSSIM
inutilisable.

ƒ Lors de l’installation du framework OSSIM, j’ai rencontré l’erreur suivante.

dpkg: error processing ossim-framework (--configure)


subprocess post-installation script returned error exit status 1

Le problème est lié au package ossim-framework-daemon.deb, package qui a été corrigé mais
qui n’a pas encore été mis à jour dans sa dernière version lors de l’installation par apt-get du
package ossim-framework

44
Pour contourner ce problème, il faut exécuter le code suivant

# Start Script
#!/bin/sh
apt-get install -u ossim-framework
mkdir -p /tmp/ossim_daemon
cd /tmp
wget http://www.ossim.net/download/debian/ossim-framework-daemon_0.9.8-13_i386.deb
dpkg -x ossim-framework-daemon_0.9.8-13_i386.deb ossim_daemon/
cp /tmp/ossim_daemon/etc/default/ossim-framework /etc/default/ -rf
cp /tmp/ossim_daemon/etc/init.d/ossim-framework /etc/init.d/ -rf
cp /tmp/ossim_daemon/usr/bin/ossim-framework /usr/bin/ -rf
cp /tmp/ossim_daemon/usr/share/ossim-framework/ /usr/share/ -rf

# Reinstall OSSIM Framework


apt-get install -u ossim-framework
# End Script

Installation de la partie « Agent »

Il faut au préalable installer Snort.

# apt-get install snort-mysql

Ici, il ne faut pas configurer les paramètres de base de donnée Snort via l’utilitaire debconf car
on veut utiliser Snort avec OSSIM. La configuration se fera donc manuellement après
l’installation dans le fichier /etc/snort/snort.conf


var HOME_NET [192.168.1.0/24]
var EXTERNAL_NET !$HOME_NET
..
# splitted in two lines for readability
output database: alert, mysql, user=root password=yourdbpass dbname=snort
host=yourdbhost sensor_name=your_sensor_ip logfile=alert
..
# if you want spade support obtain a valid spade.conf file
# (for example from ossim source or from ossim-contrib package)
include spade.conf

On récupère les dernières règles pour Snort et on les charge dans la base OSSIM.

# cd /etc/snort/rules/
# wget http://www.bleedingsnort.com/bleeding-all.rules
# echo "include \$RULE_PATH/bleeding-all.rules" >> /etc/snort/snort.conf
# /usr/share/ossim/scripts/create_sidmap.pl /etc/snort/rules | \
mysql -u root ossim -p

45
Ensuite on installe la partie « Agent »

# apt-get install ossim-agent

Le fichier de configuration d’OSSIM agent se trouve dans /etc/ossim/agent/config.xml

Remarque
Il est nécessaire de passer l’interface eth0 de la machine en mode « promiscuous » pour la
collecte des informations. Pour VMWare il faut exécuter la ligne suivante

chmod a+rw /dev/vmnet0

3. Mode opératoire

A partir de là, on peut considérer le prototype comme installé.


Pour qu’il soit véritablement opérationnel, il reste à déclarer la sonde au sein de la solution et
à configurer les différents outils et moniteurs.

Dans la section « Configuration » il est possible d’agir sur les paramètres suivants :

ƒ Vérifier la configuration générale d’OSSIM et de Snort (Chemins, comptes de


connexion, etc)
ƒ Gérer les ACL du framework OSSIM.

Remarque :
Par défaut le compte d’administration d’OSSIM est admin:admin
Pour des raisons de sécurité, il est conseillé de changer le mot de passe.

ƒ Modifier les paramètres de fiabilité et de priorité des plugins installés

ƒ Déclarer les profils pour les graphiques RRDtool des moniteurs

46
ƒ Effectuer des scans de machines depuis différents outils (nessus, nmap, etc…),
à condition que les outils soient préalablement installés sur le server OSSIM.

ƒ Définir les actions qui seront tracées pour les utilisateurs du framework
(exemple : connexion, déconnexion, suppression d’un utilisateur etc …)

ƒ Définir le modèle HTML des mails remontés aux administrateurs sécurité.

Dans la section « Policy » il est possible d’agir sur les paramètres suivants :

ƒ Définir les politiques

La politique est caractérisée par :


- La source (host ou réseau)
- La destination (host ou réseau)
- Les groupes de ports
- Sa priorité (1 à 5 avec 5 comme valeur la plus importante)
- Les groupes de plugins
- La sonde qui lui est associée

ƒ Définir les hosts

La machine est caractérisée par :


- Son hostname
- Son adresse ip
- Sa priorité (1 à 5 avec 5 comme valeur la plus importante)
- Les seuils A et C pour l’évaluation des risques
- Le profil de graphique RRDTool
- La sonde qui lui est associée

47
ƒ Définir les réseaux et groupes de réseaux

La réseau est caractérisée par :


- Son nom
- L’adresse ip du reseau
- Sa priorité (1 à 5 avec 5 comme valeur la plus importante)
- Les seuils A et C pour l’évaluation des risques
- Le profil de graphique RRDTool
- La sonde qui lui est associée

ƒ Définir les sondes

La sonde est caractérisée par :


- Son nom
- Son adresse ip
- Sa priorité (1 à 5 avec 5 comme valeur la plus importante)

ƒ Définir les ports et groupes de ports (à gérer ensuite dans les politiques)

ƒ Définir les actions à mener et les règles de réponses en fonction des alarmes.

ƒ Définir les groupes de plugins (à gérer ensuite dans les politiques)

Pour commencer, le mode opératoire est le suivant.

Déclarer la sonde.
Déclarer les réseaux et groupes de réseaux
Déclarer les ports et groupes de ports qui nous serons utiles dans les politiques.
Ajustement des paramètres de fiabilité et de priorité des plugins installés
Déclarer un host
Déclarer ses politiques

48
C. Offre de service OSSIM

1. Introduction

L’objectif final de cette étude de R&D était d’établir un prototype fonctionnel basé sur la
solution OSSIM et de bâtir, si la solution était intéressante pour la société, une nouvelle offre
de service pour Kyos.

Avantages et inconvénients majeurs de la solution OSSIM

Avantages Inconvénients

ƒ Solution open-source avec une ƒ Solution open-source. Pas de


communauté active possibilité de souscrire un support
auprès d’une société. Support
ƒ Solution basée sur des outils de communautaire uniquement.
sécurité open-source. Permet une
grande modularité et offre un panel ƒ Solution complexe à mettre en
de fonctionnalité conséquent. œuvre. Nécessite une démarche
d’audit et d’évaluation des risques
ƒ Pas de solution vraiment concurrente pour être pertinent dans la
à ce jour (commerciale ou open- configuration de la politique de
source). La solution la plus proche est sécurité souhaitée.
Prelude mais la solution est beaucoup
moins modulaire qu’OSSIM. ƒ Configuration difficile de part le
grand nombre de paramètres pouvant
ƒ Fonction d’apprentissage qui permet rentrer en jeu
à la solution d’accroître la fiabilité
des ses remontées d’information.

ƒ Interface intuitive grâce à la


modularité du panneau de contrôle
qui s’adapte aux besoins du client.

Compte tenu de ce tableau et après avoir étudié et testé les différentes fonctionnalités de cette
solution il a donc été décidé, d’un commun accord avec la direction de la société, d’établir
cette offre de service.

2. Le cadre de cette offre

Au vue des possibilité de la solution et compte tenu de la complexité de mise en œuvre, je


considère que cette offre n’a de sens qu’au sein de la mise en œuvre d’une réelle politique de
sécurité au sein du SI. C’est donc dans ce sens que j’ai essayé d’articuler cette offre.

49
a) Le contexte

« Gouverner c’est prévoir, prévoir c’est s’informer ! »


L’information est fondamentale que ce soit à l’intérieur mais aussi et surtout à l’extérieur de
l’entreprise. L’information est cœur de la stratégie d’entreprise.

b) Les enjeux

Un des enjeux majeurs, aujourd’hui, pour les entreprises est donc de se prémunir de la fuite
d’information, car ces dernières années le poids relatif à la malveillance a augmenté.
La malveillance est désormais aussi importante en externe qu’en interne (50/50). Elle a de
nouvelles finalités mais surtout de nouvelles formes.

ƒ Spamming
ƒ Agressions virales
ƒ Intrusions multiples
ƒ Moteurs d’extraction de données
ƒ Analyses comportementales indues…

Parallèlement, les contrôles du respect des réglementation s’est durcit.

ƒ Protection des logiciels (piratage)


ƒ Protection des données…
- personnes physiques (CNIL)
- stratégiques (intelligence économique)
ƒ Respect des normes et réglementations (ISO 17799, BS 7799-1, etc ....)

c) Les risques

Le système d'information est pour l'entreprise un outil facteur de productivité et de rentabilité.


Il est à la fois un outil de maîtrise des risque (DMR) mais intrinsèquement un facteur de
risque de part sa complexité.
Pourtant le système d’information se doit de répondre aux certains impératifs (DICA), à
savoir qu’il se doit de garantir :

ƒ Disponibilité
ƒ Intégrité
ƒ Confidentialité
ƒ Auditabilité (Tracabilité)

d) La démarche

Le risque informatique n'est pas une nouveauté mais il a évolué dans le temps.

Face à ces risques les entreprises sont dans une logique de protection.
C'est-à-dire qu’elles ont une approche technique sécuritaire, qu’elles s’orientent vers la
sécurisation de l’outil informatique. Le tout dans une logique basée sur les moyens.

50
Tout ceci rend le suivi et la représentation difficilement abordables par les directions
générales. Ces mêmes directions qui doivent prendre des orientations stratégiques pour
l’entreprise.

L’orientation que devrait prendre ces entreprises serait plutôt d’aller vers une approche de la
maîtrise des risques.
Il faut arriver à bien définir les risques et les enjeux.
Il ne faut pas décorréler la stratégie du système d’information de la stratégie d’entreprise.

e) La méthode

Cette démarche qui a pour objectif la maîtrise des risques peut être obtenue en adaptant la
méthode qualité PDCA (Plan Do Check Act)

Si l’on reprend le principe de la roue de Deming. La méthode comporte quatre étapes,


chacune entraînant l'autre, et vise à établir un cercle vertueux. Sa mise en place doit permettre
d'améliorer sans cesse la qualité d'un produit, d'une œuvre, d'un service...

ƒ Plan : ce que l'on va faire


ƒ Do : production
ƒ Check : mesure, vérification
ƒ Act : décision amélioration, corrective

Plan, consistera à analyser les risques en regard des enjeux afin d’établir les axes précis de la
politique de sécurité du système d’information de l’entreprise.
Do, consistera à mettre en œuvre un dispositif de maîtrise des risques.
Check, consistera à contrôler au moyen d’indicateurs pertinents le niveau de sécurité du
système d’information et le niveau des risques résiduels.
Act, consistera à affiner le dispositif de maîtrise des risques en vue de réduire le de risques
résiduels

51
f) OSSIM

La solution OSSIM est un parfait outil au niveau de l’administration du système


d’information. C’est un outil de management de la sécurité de l’information (SIM) qui peut
être considéré comme une approche proactive dont le but est d’assurer un bon niveau de
sécurité, au bon moment, sur des informations pertinentes et pour un coût raisonnable.

Accessible aux différents niveaux d’interlocuteurs, la solution s’intègre parfaitement à une


analyse de risque au niveau du système d’information et va permettre d’apporter les métriques
nécessaires pour suivre l’évolution et éventuellement agir de manière proactive pour
minimiser certains risques.

OSSIM est une solution centralisée qui s’appuie sur d’autres solutions de sécurité.
Articulée autour d’un framework, OSSIM permet de piloter ces produits afin de collecter tous
les événements liés à la sécurité de manière centralisée et normalisée.
Les informations sont ensuite stockées dans une base de donnée des événements.

Par son framework, la solution OSSIM permet d’afficher les alertes en temps réel par le biais
de consoles de supervision ou sur une fenêtre de temps donnée grâce à sa base de donnée des
événements.

Basé sur l’algorithme de corrélation CALM, et sa méthode d’évaluation des risques, la


solution OSSIM accroît la fiabilité des informations remontées. OSSIM est ainsi capable
« d’apprendre » et d’affiner jusqu’à l’infini le niveau de pertinence de ces alertes.

En ce sens, la solution OSSIM fait partie intégrante des moyens à mettre en œuvre dans un
dispositif de maîtrise des risques (DMR).

3. La présentation

Pour finaliser cette offre de service, j’ai également rédigé une présentation power-point
comme support de présentation.
Ce support reprend en quelques slides14 le cadre de l’offre de service définit dans le
paragraphe précédent. Il permettra à la société Kyos de présenter dans le futur la solution
OSSIM à ses clients.

Le contenu de la présentation est disponible en Annexe 3.

14
Slides : Diapositives

52
Conclusion
L’étude réalisée dans le cadre de ce projet de R&D, au sein de la société Kyos, m’a permis de
découvrir une solution de management de la sécurité de l’information.

OSSIM est une solution composée de trois briques.

ƒ une partie serveur


Qui contient les différents moteurs d’analyse, de corrélation et les bases de données.

ƒ une partie agent


Qui prend en charge la collecte et la mise en forme des événements

ƒ une partie framework


Qui regroupe les consoles d’administrations et les outils de configuration et de
pilotage. Le framework assure également la gestion des droits d’accès.

Cette solution offre une grande modularité de part sa capacité à s’appuyer sur des outils de
sécurité open-source. OSSIM est en quelque sorte le chef d’orchestre des différentes solutions
déjà existante et permet de fédérer, d’agréger, d’analyser et de stocker les informations de
manière centralisée et normalisée.

OSSIM s’appuie sur des mécanismes de corrélation (basé notamment sur l’algorithme
CALM), de gestion des priorités et d’évaluation des risques pour qualifier les alertes.
OSSIM traite les informations soit en temps réel soit sur une fenêtre de temps données grâce à
ses bases de données (EDB et KDB).
Son panneau de contrôle complètement modulaire s’adapte très bien aux besoins spécifiques
de chaque client. OSSIM offre ainsi des informations essentielles et concises.

Tout ceci fait d’OSSIM une solution globale de management de la sécurité.


Cependant, les mécanismes mis en œuvre au sein d’OSSIM sont tout aussi complexes à
configurer que précis dans leur utilisation.

En fait, la solution OSSIM n’a de sens (à mon avis) qu’inscrit au sein de la mise en œuvre
d’une réelle politique de sécurité au sein du SI. Cela passe par des audits techniques et des
évaluations des risques afin de bien identifier les métriques à surveiller.
Ce n’est qu’à cette condition que la solution OSSIM sera véritablement efficace.

OSSIM en tant que simple outil de surveillance n’a pas vraiment de sens. Si l’on ne sait pas
exactement ce que l’on attend de la solution, sa mise en œuvre et sa configuration en fait un
outil particulièrement complexe qui demandera un temps fou pour le paramétrage et
l’apprentissage. Dans ce cas de figure, on retombe à mon sens dans les travers des solutions
actuelles, à savoir que la remontée d’information est telle qu’il faut beaucoup d’énergie et de
temps pour arriver à en extraire une information pertinente. (« Trop d’information tue
l’information »).

53
Annexe 1 : Sources documentaires
La principale source de documentation utilisée pour la rédaction de ce rapport a été Internet
donc voici les principaux sites.

IDMEF : http://www.ietf.org/internet-drafts/draft-ietf-idwg-idmef-xml-16.txt
IETF : http://www.ietf.org/home.html
Clusif : https://www.clusif.asso.fr
OSSIM : http://www.ossim.net
ISO : http://www.iso.org/iso/fr/ISOOnline.frontpage
BSI : http://www.bsonline.bsi-global.com/server/index.jsp
VmWare : http://www.vmware.com/
Clusif / Clusis : https://www.clusif.asso.fr/index.asp et http://www.clusis.ch/
Debian : http://www.debian.org
Kyos : http://www.kyos.ch
Snort : http://www.snort.org
SSI : http://www.ssi.gouv.fr/fr/index.html

En plus des informations recueillies sur Internet, je me suis appuyé sur les cours OPSIE :

ƒ Analyse et Gestion des Risques (M. Caubère)


ƒ Sécurité (M. Pierrot)
ƒ Gestion de projet (M. Chettouh)

54
Annexe 2 : Screenshots OSSIM

Moniteur résau (basé sur Ntop)

55
Fig 1

Fig 2

Détail d’une alarme dans la console d’investigation (fig 1 & 2)

56
Exemple d’un ticket d’incident

Exemple d’affichage

57
Annexe 3 : Présentation offre OSSIM

KYOS OSSIM

OSSIM p. 1

Sommaire

> OSSIM
 Présentation d’OSSIM
 Les fonctionnalités
 L’architecture

> OSSIM dans l’entreprise


 Les enjeux et les risques du SI
 Vers une solution globale de sécurisation

> L’offre de service KYOS OSSIM

OSSIM p. 2

58
OSSIM
Open Source Security Information Management

OSSIM p. 3

Présentation OSSIM

> OSSIM c’est


 Un projet Open-Source de SIM
 Un framework qui fédèrent d’autres produits open-source
 Des agents qui collecte les informations des sondes
 Un serveur qui traite et stocke les alertes

> Le framework OSSIM


 Centralise
 Organise
 Améliore la détection
 Améliore l’affichage

OSSIM p. 4

59
Fonctionnalités (1)

> Détection
 Par modèles (type IDS)

 D’anomalies (p/r à un système de référence)

 Détections complémentaires

> Centralisation / Normalisation


 Collecte

 Consolidation

 Mise en forme (IDMEF)

OSSIM p. 5

Fonctionnalités (2)

> Gestion des priorités


 Priorisation des événements

> Evaluation des risques


 Pondération des alertes en fonction du risque
 Risque : Impact / Degré d’occurrence

> Corrélation
 C.A.L.M – Algorithme basé sur l’accumulation d’événements
 Améliore la détection / Requalifie les alertes pour détecter des
comportements

OSSIM p. 6

60
Fonctionnalités (3)

> Consoles / Moniteurs


 Remontées d’information Temps Réel

 Console d’investigation

> Panneau de contrôle


 Affichage personnalisé

 Accessible à différents niveaux d’interlocuteurs (techniques ou


non)

 Accès gérés par ACL

OSSIM p. 7

Architecture interne d’OSSIM

OSSIM p. 8

61
OSSIM
DANS L’ENTREPRISE

OSSIM p. 9

Risques & enjeux (1)

> Les enjeux des entreprises


 Sécurisation du S.I (DICA)
• Disponibilité
• Intégrité
• Confidentialité
• Auditabilité

 Protéger l’information

> Les causes de ces enjeux


 Augmentation du poids de la malveillance

 Obligation de respect des réglementations

OSSIM p. 10

62
Risques & enjeux (2)

> Les risques pour l’entreprise


 Perte d’image

 Pertes financières

 Impact Juridique

> Le S.I. est à la fois un DMR mais également un facteur de


risque de part sa complexité

> Le risque informatique n’est pas une nouveauté mais il a


évolué dans le temps

OSSIM p. 11

La solution OSSIM

> Actuellement : approche technique sécuritaire


 Logique basée sur les moyens

> OSSIM participe à une solution globale de sécurisation …


 Dispositif de Maitrise des Risques

 Définition des risques et enjeux

 Corrélation entre stratégie du S.I. et stratégie d’entreprise

OSSIM p. 12

63
Architecture OSSIM dans l’entreprise

OSSIM p. 13

KYOS OSSIM
OFFRE DE SERVICE

OSSIM p. 14

64
Démarche

> OSSIM est une solution complète mais complexe à mettre en


œuvre

> OSSIM s’inscrit dans une démarche globale de sécurisation

> Cette solution nécessite


 Une analyse complète des risques p/r aux enjeux

 Une maîtrise de l’activité

 Une politique de sécurité bien définie

OSSIM p. 15

L’offre KYOS OSSIM

> Dans cette optique KYOS propose d’établir un projet global de


sécurisation avec
 Un accompagnement dans les phases d’audit et de cartographie
des risques

 Du conseil pour établir une politique de sécurité réaliste et


fonctionnelle

 L’intégration de la solution OSSIM au sein de l’entreprise

 La formation du personnel de sécurité pour l’utilisation d’OSSIM

 Un contrat de support pour assurer le suivi des paramétrage

> Une offre complète pour une solution complète.

OSSIM p. 16

65