Vous êtes sur la page 1sur 29

CHAPITRE 5

Conduction en régime transitoire

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.1


Approximation LCM

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.2


Approximation LCM
Si on désire connaître le temps requis pour qu’un solide
atteigne une certaine température, on peut utiliser:
Vc pi
t ln( )
hAs 
Par contre, si on désire déterminer la température que le
solide atteindra après un certains lapse de temps, on a:

 T  T hAs
  exp(( )t ))
i Ti  T Vc p

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.3


La constante de temps

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.4


La méthode LCM
Vc p
Sur ce graphique, nous avons fixé hA  1 et avons posé que Ti  200 ,
que T  20 et avons analysé sur un lapse de temps de 10 secondes.
s

On peut remarquer la rapidité avec laquelle T tends vers T

T
t

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.5


Effet du nombre de Biot

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.6


La méthode LCM
La méthode est valide et peut être utilisé si:
hLc
Bi   0.1
k

Attention, ici on base le nombre de Biot sur une longueur


caractéristique Lc . On base cette longueur caractéristique sur le
rapport entre le volume du solide et l’aire en contact avec le fluide:
V
Lc 
As
Ainsi, pour un mur plan soumis à la même convection de part
et d’autre, la longueur caractéristique sera L/2, tandis que
pour un cylindre, elle sera de r/2 tandis que pour une sphère,
elle sera de r/3. Notons que pour un mur plan ou un côté est
adiabatique, la longueur caractéristique sera la longueur du
mur.

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.7


Exemple

Des billes en acier de 12 mm de diamètres sont cuites en les chauffant à 1150


K pour être ensuite refroidies à 400 K à l’air ambiant (325 K et un coefficient
de convection de 20 W/m2*K). En utilisant les propriétés suivantes de l’acier:

• k = 40 W/m*K;
• ρ = 7800 Kg/m3;
• cp = 600J/kg*K.

Estimez le temps requis pour le procédé de refroidissement.

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.8


Exemple

Un thermocouple, qui peut-être approximé comme une sphère, est utilisé pour
mesuré la température dans un écoulement de gaz. Le coefficient de
convection entre le thermocouple et le gaz est de 400 W/m2*K. Les propriétés
du thermocouple sont k = 20 W/m*K, cp = 400J/kg*K et ρ = 8500kg/m3.
Déterminez le diamètre du thermocouple requis pour avoir une constante de
temps de 1 s. Si ce thermocouple est à 25ºC et est placé dans un écoulement
de gaz à 200ºC, quel est le temps requis pour qu’il atteigne 199ºC?

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.9


Méthode LCM générale
À la section précédente, nous avons « construit » la méthode LCM en
effectuant un bilan autour d’une pièce de métal dans un écoulement
d’eau. Nous avons émis implicitement l’hypothèse que seul la convection
entrait en jeu et c’est ainsi que nous avons déduit certaines formules.
Pourtant, d’autres situations peuvent être à l’origine de phénomène
transitoire:

– Génération d’énergie à l’intérieur du solide considéré


– Irradiation
– Convection sur une seule face du solide

Tout ces phénomènes induisent un régime transitoire.

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.10


Effets combinés

dT
Vc  qsA1  (h T  T    T 4  Tsur  2
4 ) A  Eg
dt

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.11


Exemple
Une bille d’acier sortant d’un four à une température de 1200K est insérée dans un
écoulement d’air ambiant à une température de 273K (h = 1 W/m2K).
1. En considérant que l’environnement émets à une température de 273 K, intégrez
pour obtenir l’équation de distribution de température en fonction du temps.
2. En supposant que l’environnement est à 0 K, résolvez cette intégrale en
remarquant le faible coefficient de convection.

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.12


T.D. numéro 4.30
Une plinthe électrique est composé d’une longue tige de diamètre D dans laquelle
de l’énergie thermique est générée par le passage d’un courant électrique. Cette
tige est encapsulé dans des manchons munis de N ailettes. Chaque ailette à une
épaisseur t, une longueur L. Le manchon est carré de longueur w. En régime
permanent, la génération d’énergie thermique est égale au transfert de chaleur du
manchon à l’air ambiant.
1. Sous la condition qu’une température uniforme Ts est maintenue autour de la
tige et que le coefficient de convection h est connu, obtenez une expression pour
le transfert de chaleur par unité de longueur de la tige. Évaluez ce transfert de
chaleur pour Ts=300ºC, D=20mm, kailette = 240W/m*K, w = 40mm, N = 16, t =
4mm, L = 20mm, T∞ = 50 et h = 500W/m2*K.
2. Pour ce transfert de chaleur trouvé au numéro précédent et pour une tige en
cuivre de kcuivre = 400W/m*K, quel est le taux de génération d’énergie requis.
Déterminez la température au centre de la tige.

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.13


T.D. numéro 5.14
Un contenant sphérique utilisé comme un réacteur pour produire de produits
pharmaceutiques a une épaisseur de 5 mm d’acier (k = 17W/m*K) et un diamètre
intérieur de 1.0 m. Durant la production, le contenant est remplie de réactifs d’une
densité de 1100 kg/m3 et de cp = 2400J/kg*K pendant qu’une réaction
exothermique libère de l’énergie thermique à un taux de 104 W/m3. L’extérieur du
contenant est soumis à l’air ambiant (T∞ = 25ºC, h = 6W/m2*K). Si la température
initiale des réactants est de 25ºC, quelle sera leur température après 5 heures ?
Quelle sera la température de la surface du contenant ? (Vous pouvez supposer
une chaleur spécifique nulle pour l’acier).

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.14


T.D. numéro 5.16
Le mur d’une fournaise est fait en acier (k = 60W/m*K, ρ = 7850kg/m3, cp =
430J/kg*K) d’une épaisseur de 10 mm. Pour protéger le mur des effets corrosifs de
la combustion des gaz, on recouvre une surface d’un film de céramique de telle
sorte que la résistance soit 0.01 m2*K/W. L’autre coté est adiabatique. Au départ,
la température est Ti = 300K et les gaz sont à 1300K (avec h = 25W/m2K). En
émettant l’hypothèse que le cp de la céramique soit nul, combien de temps faudra-
t-il pour que la surface intérieur de l’acier atteigne 1200K? Quel sera alors la
température sur la surface de céramique à ce moment?

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.15


L’équation de diffusion de la chaleur

• En géométrie cartésienne et avec k constant


dans le cas d’un mur plan traité en 1D:
  T  1 T
 
 x  x   t
• La solution analytique de cette équation si
simple est la série infinie suivante:

 *   Cn exp( n2 Fo) cos( n x* )
n 1

4sin( n )
Cn 
2 n  sin(2 n )
Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.16
La solution mur plan 1D approximative

La solution approximative est donc


 *  C1 exp( 12 Fo) cos( 1 x* )
T  T
 
*

Ti  T

La température à x*=0 est donc

0*  C1 exp( 12 Fo)

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.17


Solution à un terme

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.18


Énergie emmagasinée dans le mur

• Énergie emmagasinée dans le mur:

 sin  1 * 
Q  Q o 1  o
 1 

où : Q o   cV T i  T  

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.19


Solution à un terme, cylindre infinie
L’approximation à un terme pour le cylindre infinie nous
donne:

 *  C1 exp( 12 Fo) J 0 ( 1r * )
2 J1 ( 1 )
C1 
 1 J 0 ( 1 )
J ( ) hr
 1 1 1  Bi  0
J 0 ( 1 ) k
Les valeurs de J (fonctions de Bessel du premier ordre) sont tabulés à
l’annexe B-4 tandis que ζ et C1 sont tabulés dans le tableau 5.1.
L’énergie emmagasinée dans le cylindre durant un intervalle de temps est
donnée par:
Q 20*
 1 J1 ( 1 )
Q0 1

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.20


Solution à un terme, sphère
L’approximation à un terme pour la sphère nous donne:

1
  C1 exp( Fo) * sin( 1r * )
* 2

 1r
1

4(sin( 1 )   1 cos( 1 ))
C1 
2( 1 )  sin(2 1 )
hr0
1   1 cot( 1 )  Bi 
k
ζ et C1 sont tabulés dans le tableau 5.1.
L’énergie emmagasinée dans la sphère durant un intervalle de temps est
donnée par:

Q 30*
 1  3 (sin( 1 )   1 cos( 1 ))
Q0 1

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.21


Solide semi-infini

Cas 1: Température de surface imposée


 *  erf  
x

2 t
Ici, erf est la fonction d’erreur de Gauss. Cette
erreur est du au fait que l’intégrale du carré de
l’exponentielle ne possède pas de primitive, ce qui
est contraire au théorème fondamental du calcul
différentiel et intégral. Ces valeurs sont tabulés à
l’annexe B-2. Finalement, le flux nous est donné
par:

k T s  T i 
qs 
 t
Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.22
Solide semi-infini

Cas 2: Flux de chaleur imposée

2qo  t /  
1
2
 x 2  qo x  x 
T  x, t   T i  exp    erfc  
k  4 t  k  2  t 

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.23


Solide semi-infini

Cas 3: Convection avec coefficient h

T  x, t   T i  x    hx h 2 t    x h  t 
 erfc    exp  k  k 2  erfc   
T Ti  2 t       2 t k  

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.24


Solide semi-infini

Lors de l’installation de tuyau transportant de l’eau dans une ville, l’ingénieur


doit se préoccuper de la profondeur minimale requise du tuyau pour éviter le
gel. Pour ce faire, on suppose que l’eau est stagnante dans le tuyau et donc
qu’elle gèle à 0°C et on modélise l’hiver québécois en supposant une
température de surface du sol de -15°C pendant 60 jours.
Quelle distance recommanderiez-vous pour la pose d’un nouveau système
d’égout si on suppose que la température du sol est initialement à 20°C?

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.25


T.D. numéro 5.40
L’acier est séquentiellement chauffé et refroidie pour augmenter sa résistance
(en fait, en diminuant le tenseur de stress de l’acier). Considérez une plaque de
100 mm d’épaisseur (k = 45W/m*K, ρ = 7800kg/m3, cp = 500J/kg*K) initialement
à une température de 300ºC qui est chauffée (des deux côtés) dans une
fournaise au gaz à 700ºC avec un coefficient de convection évalué à 500
W/m2*K.

1. Estimez le temps requis pour que la plaque atteigne 550ºC en son centre.

2. Durant cette intervalle de temps, calculez le rapport entre l’énergie


emmagasinée et le transfert de chaleur maximal possible dans ce problème.

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.26


T.D. numéro 5.54

Durant un procédé manufacturier, de longues tiges de différents diamètres sont


maintenues uniformément à 400ºC dans un four. Lorsqu’elles sont retirées du
four, elles sont refroidies par convection dans l’air ambiant à 25ºC. Un opérateur
a remarqué qu’il faut 280 secondes pour qu’une tige de 40 mm de diamètre
atteigne une température de 60ºC au centre de la tige.

•Combien faut-il de temps pour qu’une tige de 80 mm de diamètre atteigne


cette même température avec le même coefficient de convection.

Vous pouvez prendre les propriétés suivantes pour les tiges.


ρ = 2500 kg/m3, cp = 900 J/kg*K, k = 15 W/m*K.

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.27


T.D. numéro 5.58

Une chambre froide est proposé pour refroidir des billes d’acier de 0.2 m de
diamètre à une température initiale de 400ºC. L’air dans la chambre est
maintenue à -15ºC par un système de réfrigération. Les billes traversent la
chambre froide sur un convoyeur. Des analyses ont démontrés que pour obtenir
des roulement à billes optimaux, 70% de l’énergie thermique initiale doit être
extraite lors du passage de la bille dans le convoyeur.

•En assumant un coefficient de convection de 1000 W/m2*K, estimez le


temps de résidence d’une bille dans la chambre et recommandez une
vitesse du convoyeur.

Vous pouvez prendre les propriétés suivantes pour l’acier:


k = 50W/m*K, α = 2x10-5m2/s, cp = 450J/kg*K.

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.28


T.D. numéro 5.75

Un processus pour déterminer la conductivité thermique d’un solide requiert


consiste en l’insertion d’un thermocouple profondément dans le solide pour
mesurer la réponse au changement de température soudain de la surface.
Considérez un arrangement pour lequel un thermocouple est inséré à 10 mm de
profond d’une surface d’un solide qui est soudainement amené à 100ºC par
exposition à l’eau bouillante. Si la température initiale du solide est de 30ºC et
que le thermocouple mesure une température de 65ºC après 2 minutes:

1. Quelle est la conductivité thermique?

Les propriétés du solide sont: ρ = 2200kg/m3 et cp = 700J/kg*K.

Martin Gariépy MEC3200 Transmission de chaleur Chapitre 1 p.29