Vous êtes sur la page 1sur 13

Guide Boursier.

com Le guide de l’analyse technique

Le Guide
du l’analyse technique

1 : Les grands principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 2

2 : Les principales figures de style . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 4

3 : Les indicateurs mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 10

–1–
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

1.
Les grands principes

L’analyse technique s’appuie sur l’étude des graphiques boursiers passés pour tenter d’anticiper
l’avenir... Mal vue de certains “fondamentalistes” qui la comparent à une “boule de cristal”, elle
donne pourtant souvent de précieuses indications en matière de timing d’investissement.

L’analyse technique, appelée également analyse graphique ou analyse chartiste, prend en compte
les comportements des investisseurs, qui comme chacun le sait, sont guidés par la raison ou
bien parfois par des éléments irrationnels... L’évolution des cours de Bourse n’est pourtant ni
aléatoire ni imprévisible et obéit à des règles statistiques. Comme l’a montré Gustave Le Bon
dans sa théorie sur la psychologie des foules, un agrégat d’individus qui constituent une foule – et
le marché en est une – est mû par quelques principes récurrents...

• Les origines

Il n’existe pas une théorie de l’analyse technique unifiée, mais plutôt des courants de pensée qui se
sont forgés avec le temps à partir d’une base commune... C’est à la fin du 19ème siècle qu’ont été
établies les bases de la méthode : Charles Dow, journaliste et père de l’indice américain Dow Jones,
a ainsi posé quelques grands principes qui restent encore valables aujourd’hui pour la plupart des
chartistes : Il a développé six grands axes de travail. Parmi ceux-ci, il a énoncé l’idée selon laquelle le
cours de Bourse prend tout en compte. Pour lui, l’information transite d’abord aux mains de quelques
privilégiés et se répand au grand public selon un processus psychologique toujours identique...

Dans les années 30, N.R Elliot est allé plus loin... Selon lui, les valeurs et les indices suivent une
évolution cyclique qui ressemble à des vagues. Chaque grande vague est composée en “sous-vagues”
que l’on peut modéliser à partir de modèles mathématiques. Autrement dit, une grande tendance
peut être décomposées en plusieurs petites tendances...

• Ordinateur à l’appui

C’est à partir des années 1970 que l’analyse graphique a connu un grand essor sur les marchés
financiers, pour gagner le grand public dans les années 80. De nombreuses techniques nouvelles
sont ainsi venues compléter les bases proposées par Dow et Elliot avec l’aide du développement de

–2–
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

l’ordinateur individuel...

En France, pour ne citer qu’un exemple, Philippe Cahen a développé sa théorie de l’ATDMF, l’analyse
technique dynamique des marchés financiers. Selon lui, le principal indicateur à surveiller pour
déterminer des tendances, ainsi que les signaux d’achat et de vente, est l’évolution de la volatilité
des cours...

–3–
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

2.
Les principales figures de style

Il existe trois grandes familles de configurations techniques : les figures de continuité qui
indiquent la poursuite de la tendance haussière ou baissière du titre, les figures de congestion
qui traduisent une incertitude sur l’évolution des cours et celles de retournement qui signalent
une inversion de la tendance.

• Figures de continuité

Ces configurations permettent de repérer une tendance (le «trend») haussière, baissière ou neutre.

- Les lignes de soutien et de résistance obliques


Les résistances et supports ascendants sont la conséquence logique des mouvements cycliques
de court terme qui animent les cours et qui produisent des creux et des sommets... Lorsque l’on
peut tracer sur un graphe boursier une droite oblique inclinée vers le haut entre plusieurs creux
situés chaque fois plus hauts les uns par rapport aux autres, alors, on est en présence d’un support
ascendant. Celui-ci aura tendance à soutenir la hausse du titre chaque fois que celui-ci affichera
une faiblesse et viendra s’appuyer sur la ligne. Si l’on peut tracer une ligne descendante inclinée vers
le bas entre plusieurs points hauts sur un titre situés chaque fois plus bas les uns par rapport aux
autres, alors on est en présence d’une droite de résistance oblique.

–4–
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

- Les canaux
Un canal est formé de deux droites parallèles (droite de support et droite de résistance) qui encadrent
l’évolution haussière ou baissière du marché. Il peut être de deux types. Incliné vers le haut, il s’agit
d’un canal haussier : la tendance est porteuse tant que le cours ne franchit pas en baisse le support,
représenté par la borne basse du canal...

- Les moyennes mobiles


Les moyennes mobiles ne sont pas à proprement parler des indicateurs graphiques, ce sont des
indicateurs techniques. Elles sont calculées à partir des données historiques, en leur appliquant
une pondération qui permet d’éliminer les variations de cours peu significatives. Ce faisant, elles
donnent une bonne indication de la tendance. Elles sont calculées sur une période prédéterminé.
Généralement, les chartistes utilisent les moyennes mobiles à 20, 50, 100 et 200 jours de Bourse,
sachant que ce sont ces deux dernières les plus pertinentes pour évaluer la tendance lourde de
la valeur concernée. Les moyennes mobiles peuvent être utilisées seules, en combinaison avec le
graphe de l’action ou mixées entre elles...

Par elle-même, les moyennes mobiles ont l’avantage de donner rapidement l’orientation de la
tendance sachant que, par nature, elles ont toujours un temps de retard sur le cours de Bourse.
Plus elles sont orientées vers le haut, plus la tendance est haussière. A l’inverse, plus la moyenne
mobile est inclinée vers le bas, plus la tendance sera baissière. Si la moyenne mobile est écrasée, la
valeur sera alors sans tendance.

Les moyennes mobiles sont également utilisées en les comparant à l’évolution du cours. L’essentiel
pour le chartiste sera alors de détecter quand est-ce que le graphe boursier et les moyennes mobiles
se croisent. Lorsque cela se produit, il s’agit en général d’un signal d’achat ou de vente. La règle est
la suivante : quand le cours franchit la moyenne mobile par le haut, cela traduit un signal d’achat.
Quand le cours s’enfonce en dessous de la moyenne mobile, alors il donne un signal de vente.

–5–
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

- Figures de congestion
Elles marquent un arrêt momentané du mouvement haussier ou baissier. Pendant la durée de la
consolidation, les cours sont sans tendance. Ce n’est que lorsque les figures de congestion sont
invalidés (franchissement du support ou de la résistance) que la tendance haussière ou baissière
peut reprendre...

- Canal Horizontal ou zone de trading


Ce type de canal reflète une tendance neutre... Il est caractérisé par deux droites parallèles
horizontales reliant pour l’une des points hauts entre eux, et pour l’autre des points bas entre eux.
Autrement dit, le cours est encadré par un support et de l’autre par une résistance. Si l’on détecte un
trading range signifie que l’orientation du titre reste sans mouvement général tant que le cours ne
sort pas de l’une des deux limites canal.

Si la borne inférieure est franchie, cela donne à priori un signal de vente sur un titre. A l’inverse, si le
seuil supérieur est dépassé, c’est un signal d’achat. Cette figure est idéale pour la réalisation d’allers-
retours entre les deux bornes.

- Les triangles isocèle de consolidation


Après une forte hausse ou une forte baisse, il arrive fréquemment que le titre entre dans une
tendance neutre avec une volatilité qui se réduit. Le titre peut alors marquer une forme de triangle
isocèle. Cela signifie que marché s’interroge sur l’évolution à venir, considérant que le précédent
mouvement haussier ou baissier a peut être été trop rapide. Cette figure est formée de deux
droites, l’une haussière, l’autre baissière, dont les pentes sont de signe opposé mais avec un degré
d’inclinaison identique. Elle se caractérise par des volumes élevés lorsque le triangle commence à se
former et une diminution de ses transactions au fur et à mesure que l’on s’achemine vers une sortie
du triangle isocèle.

La sortie de cette configuration, par le haut ou par le bas, constitue en principe un signal d’achat ou de
vente important. Il faut néanmoins que les volumes de transactions soient importants. Autrement,
il peut d’agir d’un faux signal.

- Les triangles ascendants et descendants


Les triangles ascendant et descendant sont des figures de continuation, elles traduisent un
ralentissement momentané de la tendance. Lorsque la tendance est haussière, la formation
d’un triangle ascendant reflètera une congestion provisoire des cours en attendant un retour de
la hausse. De la même façon, le triangle descendant traduit une stabilisation passagère avant la
poursuite de la correction. Le triangle ascendant se caractérise par une résistance horizontale et par
un support ascendant. Le triangle descendant est formé pour sa part par un support horizontal et
une résistance oblique.

–6–
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

En théorie, le franchissement de la résistance dans un triangle ascendant s’accompagne par un


gonflement des volumes. De même pour la rupture du support dans la configuration du triangle
descendant : les transactions sont normalement en augmentation...

- Figures de retournement
L’inversion d’une tendance de fond sera reflétée par quelques figures caractéristiques de l’analyse
technique. Elles interviennent quasiment systématiquement lors des grandes inflexions du marché,
d’où l’importance de les repérer.

Le “double creux”
La figure du double creux ou «W» marque une inversion de la tendance baissière... Comme son
nom l’indique, elle se caractérise par deux creux successifs, le second étant au même niveau que le
premier, voire plus haut. Dans le détail, le titre qui est en phase baissière inscrit un premier point bas
puis rebondit jusqu’à former un petit pic. Il repart ensuite à la baisse pour inscrire rapidement un
nouveau creux, de préférence plus haut que le précédent. Lors du rebond, lorsque le titre franchit
la ligne horizontale correspondant au dernier pic, il donne un signal d’achat, le titre validant son
inflexion de tendance.

Le “double top”
C’est la figure exactement inverse à celle du double creux. Le titre réalise un «W inversé, donc un M»
Avec deux pics successifs, le second étant normalement plus bas que le premier... Cette figure traduit
la fin d’une phase haussière et le début d’une tendance baissière. Pour que la figure du double top
soit validée, il faut que lors du second repli, le titre franchisse la ligne horizontale correspondant au
creux du milieu du W inversé.

–7–
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

Tête et épaules
Plus difficile à détecter que le double top, la figure de tête et épaules marque également la fin d’une
période haussière et le début d’un mouvement de baisse. Elle se déroule en trois phases. Dans la
première, la hausse du titre produit un premier pic (une « épaule ») puis se replie pour former un
premier creux. Dans la seconde, un pic plus haut est inscrit (la «tête»). Il s’ensuit un repli sensible
jusqu’à un deuxième creux. La ligne horizontale formée des deux creux est appelée ligne de cou.
Dans la troisième phase, un rebond se produit conduisant à un point haut (la deuxième épaule) plus
bas que la tête, puis un nouveau repli. Si lors de cette dernière baisse, le titre casse la ligne de cou,
un signal de vente est donné.

Tête et épaules inversées


Cette figure est la même que la tête et épaule, mais retournée... Elle marque la fin d’une phase
de baisse et le début d’une tendance haussière. La tête est en fait un “creux”. On peut tracer la
ligne de cou entre les deux pics dans les phases de rebonds inscrits de chaque côtés de la tête. Le
franchissement à la hausse de la ligne de cou, qui est cette fois une résistance, donne un signal
d’achat...

–8–
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

“Etoile du matin” et “étoile du soir”


L’étoile du matin est une figure de retournement haussier faisant apparaître :
- une première bougie rouge,
- une seconde petite bougie caractérisant une faible variation du cours et donc une hésitation du
marché,
- une troisième bougie verte avec un plus bas qui est plus haut que le cours de clôture de la période
précédente.

L’étoile du soir est une figure de retournement baissier faisant apparaître :


- une première bougie verte,
- une seconde petite bougie caractérisant une faible variation du cours et donc une hésitation du
marché,
- une troisième bougie rouge avec un plus haut qui est plus bas que le cours de clôture de la période
précédente.

La bougie du milieu est idéalement séparée par deux gaps...

–9–
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

3.
Les indicateurs mathématiques

Outils purement mathématiques, les indicateurs techniques sont le complément idéal à l’analyse
graphique. Ils cherchent à mesurer la force des mouvements boursiers, permettant ainsi
d’anticiper les grandes tendances de marchés.

• Le RSI (Relative Strength Index)

Cet indicateur détermine des zones de “surachat” ou de “survente” pour un titre ou pour un indice
boursier... Le RSI est déterminé pour une période donnée, en règle générale, de 14 jours. Le RSI
est borné, c’est-à-dire qu’il oscille dans un intervalle compris entre 0 et 100. C’est précisément les
mouvements du RSI entre ces deux bornes qui intéressent les adeptes de l’analyse technique. En
principe, un signal d’achat est donné lorsque le RSI sort par le haut de la zone de “survente”...

– 10 –
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

• Le Momentum

Le momentum permet d’estimer la force d’une tendance. Le calcul se fait en soustrayant, séance
après séance, le dernier cours de Bourse au cours correspondant à la séance de l’intervalle choisi... La
période de référence est en principe de 10 jours, le momentum représentant donc au dernier cours
auquel on retranche le cours d’il y a dix jours. N’ayant pas de bornes comme le RSI, cet indicateur
peut être positif ou négatif. Plus il est haut, plus il indique que la tendance haussière est forte. Plus
il est négatif, et plus il indique que la tendance baissière est forte.

Cependant, le momentum trouve vraiment son intérêt dans la détection des retournements de
tendance. Cela se produit en effet lorsque le momentum évolue, en tendance, en sens contraire
du cours de Bourse. Ces divergences prédisent en général une inflexion de la tendance de court ou
moyen terme.

– 11 –
Guide Boursier.com Le guide de l’analyse technique

• Le MACD (Moving Average Convergence Divergence)

Le MACD est à utiliser de préférence dans les marchés en tendance... Plus complexe que le RSI et
le Momentum, il combine une moyenne mobile et un oscillateur de moyennes mobiles. Par nature,
son mode de calcul permet de lisser les cours. Le MACD permet de signaler les retournements avant
l’heure, surtout quand une tendance est bien installée... Les signaux sont obtenus à chaque fois
que le MACD franchit la ligne O. Lorsque le franchissement a lieu à la hausse, c’est un signal d’achat.
Quand il le fait à la baisse, c’est un signal de vente...

Le RSI, Le Momentum et le MACD sont automatiquement calculés par les logiciels d’analyse technique.

– 12 –