Vous êtes sur la page 1sur 3

ANALYSE D'EXEMPLES MIP MAP

Consigne
Pour chaque cas étudié, adoptez la démarche suivante :
− faites une lecture du plan de mécanisme ;
utilisez des couleurs pour distinguer les différents ensembles cinématiques
− identifiez la liaison à analyser, et répondez sur papier aux questions posées
;
si besoin, utilisez de la documentation, « GDI » ou « Fanchon » par exemple.
− comparez vos réponses aux éléments de réponse donnés.

1 Chapeau de montage de roulements Doc. 1, liaison 3 – 24

Q1. Comment sont réalisés MiP et MaP ?


Q2. Pour quelle raison faut-il un positionnement précis ?
Q3. Quel est le nom de la contrainte géométrique correspondante ?
Q4. Quelle serait votre choix d'ajustement sur le diamètre de la liaison 3 – 24 ?

R1. MiP = appui plan + centrage court ;


MaP = probablement par vis situées hors du plan de coupe
R2. Le joint à lèvre exige un assez bon centrage chapeau / arbre
R3. contrainte de coaxialité entre le chapeau et l'arbre
R4. On pourra trouver un ajustement H7g6 par exemple pour avoir un guidage assez
précis. On trouve ce même type de liaison sur le Doc 3. pour les 2 chapeaux du côté
de l’arbre moteur (partie gauche du dessin).

2 Jante sur axe de roue Doc. 1, liaison 7 – 8

Q1. Comment sont réalisés MiP et MaP ?


Q2. Que peut-on dire des conditions de fonctionnement pour cette liaison ?
Q3. Comment peut-on décomposer les efforts transmis par cette liaison ?
Q4. Que peut-on dire de la transmission du couple « moteur » dans cette liaison ?
Q5. Que cela implique-t'il au niveau des vis de fixation ?
Q6. Comment pourrait-on augmenter le couple transmissible de cette liaison ?

R1. MiP = appui plan + centrage court sur φ ext.


MaP = par vis
R2. Cette liaison transmet des charges « élevées »
R3. Essentiellement :
- un effort radial vertical, correspondant à une part du poids de la machine
- un moment dit « moment de déversement », dû au porte-à-faux du premier
- le couple « moteur » transmis de l'axe à la roue
- un effort radial horizontal, dû à l’effort d’avancement par adhérence sur le sol.
R4. Le couple « moteur » est transmis par adhérence entre 7 et 8.
R5. Les vis doivent être suffisamment serrées, sinon on aura glissement et les vis
seront sollicitées en cisaillement : une des causes de problèmes avec les vis.
R6. Ajouter des pions de cisaillement par exemple
Le collage peut être une alternative avantageuse
Augmenter le rayon sur lequel sont serrées les vis
Augmenter le nombre de vis
3 Liaison entre morceaux de carters Doc. 1, liaison 1 – 3

Q1. Comment sont réalisés MiP et MaP ?


Q2. Que peut-on dire de l'isostatisme de la MiP ?
Q3. A quelle condition géométrique cela correspond-il ?
Q4. Quelle condition géométrique doit-on avoir entre le plan et chaque perçage ?
Q5. Donner un moyen simple d'assurer cette condition en usinage
Q6. Quel type d'outil est généralement utilisé pour réaliser un logement de pion ?

R1. MiP : appui plan + 2 pions de centrage


MaP : probablement éléments filetés en dehors du plan de coupe
R2. La MiP est hyperstatique d'ordre 1 (en faisant l'hypothèse que chaque pion
réalise une liaison type linéaire annulaire, et non pivot glissant)
Exemple p24 du polycop TI de 2eme année.
R3. Cet hyperstatisme correspond à la condition d'égalité d'entraxe : l'entraxe des
perçages sur 1 doit être le même que sur 3. Le montage sera aisé si les jeux
générés par les ajustements sur les pions sont supérieurs à l'erreur sur l'entraxe.
Exemple p24 du polycop TI de 2eme année.
R4. Contrainte de perpendicularité
R5. Usiner les perçages et le plan dans la même phase suffit généralement
R6. Précision dimensionnelle faible : perçage simple, au foret (qualité 11 à 9)
Précision bonne : perçage + alésage à l'alésoir cylindrique (qualité 8 à 6)

4 Pignon sur son axe Doc. 2, liaison pignon 35 – arbre 3

Q1. Comment sont réalisés MiP et MaP ?


Q2. Combien de jeu peut-on avoir entre la goupille et l'axe ?
Et entre la goupille et le pignon ?

R1. MiP : portée cylindrique + goupille


MaP : par la goupille
R2. Généralement les goupilles sont montées avec ajustement serré afin de les
bloquer. C'est vrai avec la goupille élastique de ce mécanisme. Si les perçages sur 3
et 35 sont fait dans la même opération (ce qui est souhaitable) alors la goupille
élastique va se serrer sur les deux pièces.

5 Plaque Doc. 2, liaison 31 – 1

Q1. Comment sont réalisés MiP et MaP ?


Q2. Quelle est la fonction de 31 ?

R1. MiP : appui plan (positionnement incomplet)


MaP : par 4 vis
R2. 31 est une plaque d’étanchéité simple.
6 Liaison volant de manoeuvre – arbre de réglage Doc. 3, liaison entre « axe du
système de variation de débit » et le volant de Manœuvre

Q1. Comment sont réalisés MiP et MaP ?


Q2. Que peut-on dire de la précision de positionnement espérée ?
Q3. Comment fabrique-t'on en général les rainures de clavettes sur arbres ?
Q4. Et dans les alésages ?

R1. MiP : appui plan + centrage + clavette


MaP : anneau élastique sur l'axe (circlips)
R2. Une précision de positionnement médiocre suffit ici.
R3. En usinage conventionnel : fraisage, soit avec un outil type « fraise disque »,
soit avec un outil type « fraise 2 tailles » en mode « usinage en bout ».
N.B. : connaître ces outils et les conséquences sur les formes usinées et
l'encombrement nécessaire => des vidéos seront présentées en cours
R4. Par brochage. => des vidéos seront présentées en cours

7 Roue dentée sur son arbre Doc. 1, liaison roue dentée 14 – arbre intermédiaire 4

Q1. Comment sont réalisés MiP et MaP ?


Q2. Tracer le chemin des efforts de serrage de l'écrou (effort axial et couple)

R1. MiP : portée cylindrique + appui plan


MaP réalisé par l'écrou 20 en bout d'arbre.
R2. => détaillé en cours

8 Poulie sur son arbre Doc. 4, liaison poulie – arbre de roue

Q1. Quel peuvent être les avantages de cette solution par rapport à l'ajout d'un arrêt
par obstacle sur l'arbre de roue (par exemple : goupille, ou encore
épaulement+circlips+clavette) ?

R1. Le positionnement axial roue / arbre est ajustable lors du montage ;cela permet
de positionner facilement cette poulie dans le plan de la poulie motrice