Vous êtes sur la page 1sur 71

MASTER BANQUE ET FINANCE

OPTION: MARCHES FINANCIERS ET FINANCES D'ENTREPRISE

MEMOIRE DE FIN D'ETUDE

ANNEE : 200512006

GESTION DU RISQUE DE CHANGE

1 DANS UNE BANQUE DE L'UEMOA :

CAS DE ECOBANKSENEGAL

Présenté par Papa Amadou KONATE

Directeur de mémoire M. Ibrahima HATHIE


Ph.D en Economie
Maître de stage AmySYBâ
Trésorier ECOBANK SENEGAL

M0203MBF 1 0
2

111111111111111111111111111
Gestion du risque de change dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

II. TYPES D'OPERATION DU MARCHE DE CHANGE


1
1
2-1 Le marché au comptant ou marché« spot»

Le change au comptant consiste en l'échange certain et immédiat de deux devises;


1 ainsi toutes les devises librement convertibles peuvent faire l'objet d'une transaction sur le
marché spot. Cependant, seule une poignée de devises est régulièrement traitée et elles sont
1 toutes cotées contre l'USD.

Toutes les transactions sur le marché spot entraînent une livraison effective des devises
J+2 ouvrés.

1
GRAPIDOUE 1 : Structure du marché SPOT

r--­
Comptant

Sèches
r-­ (Outright solo) ~

Opérations Terme
f-­ -
1

- Swaps

1
L...-.­
cambistes/
Swaps trésorene

Source: Les marchés de change et leur fonctionnement, Gilles MORRISSON,


Institut Bancaire et FiDancier International (lBFf)

MBF5 13
Marchésfinanciers et Finance d'Entreprise

1
Gestion du risque de change dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

GRAPIDOUE 2 : Structure du marché FORWARD

1 Livraison différée
« Forward-cash forward-tenne
seC» (OTC)

1
r-­ Ferme

--1
Contrats standardisés « future»
1 Opérations à
r-­
(Marchés organisés)
tenne

1 - OTC (gré à gré)


Conditionnelle r--­
""­
(Optionnelle)
Contrat d'option standardisé
- (Marchés organisés)
-
1 Source: Source: Les marchés de change et leur fonctionnement, GiUes MORRISSON, Institut Bancaire et
Financier International (IBFI)
1
2-4 Principe de détermination du cours à terme

ILLUSTRATON:
1 Soit les informations suivantes:

1 Cours EUR/USD : 1,3050/1,3065

Taux d'intérêt USD: 5,25%

Taux d'intérêt EUR: 3,75%

Nombre de jour: 45

1 • Cours à terme EUR/USD= SPOT EUR/USD


(l +txUSDx(n/360))
:J:..:..----..:...--~

(1 +txEURx(n/360))
Après application numérique:

Cours à terme EUR/USD = 1,3074 / 1,3089

1
MBF5 15
Marchésfinanciers et Finance d'Entreprise
Gestion du risque de cbange dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

Chapitre 3 : METHODES DE PREVISION

1
1. MEmODES MACROECONOMIQUES

1 1-1 La parité des pouvoirs d'achat (PPA)

A long tenne, la PPA est un détenninant fondamental du taux de change par la relation
qu'elle établit entre le prix des produits et le taux de change entre deux pays.

Selon la version absolue, le cours de change d'équilibre entre deux devises est le
rapport des indices des prix des deux pays; en d'autres tennes, le différentiel de change est
proportionnel au différentiel des indices des prix.

Dans sa version relative, la variation du cours de change entre deux devises est celle du
rapport des indices de prix des deux pays.

Ainsi, cette théorie soutient que dans le long tenne, le taux de change s'ajuste pour

1 refléter la différence de prix entre les pays.

ILLUSTRATION
1 Considérons deux pays A et B

1 • Version absolue

Taux de change d'équilibre (TCE) AIB= N~eaudespr~


NrveaudespraB

1
1

1
MBF5 20
Marchés financiers et Finance d'Entreprise
1
Gestion du risque de change dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

1
• Version relative

1
Taux de change courant AIB= TCE AIB x
VariationprixA
----=---
VariationprixB

1-2 Balance commerciale

Ce compte qui retrace l'ensemble des flux commerciaux d'un pays avec un autre est
aussi fondamental dans la détermination du taux de change. Son appréciation est d'une
certaine simplicité; en effet, dans le cas d'une balance commerciale déficitaire c'est-à-dire

1
lorsque les importations sont supérieures aux exportations, la demande intérieure de la devise
étrangère devient supérieure à la demande étrangère de devise domestique, ce qui conduit à

1
une offre de devise nationale supérieure à la demande, et ainsi la devise domestique se
dépréciera face à celle de contrepartie.

Si la Balance commerciale est excédentaire, il se produira un processus exactement


inverse avec une appréciation de la devise domestique.

1-3 Le différentiel de taux d'intérêt


1

L'impact des taux d'intérêt représente aussi un facteur important dans la détermination

1
de la parité de deux devises.

En se référant à la méthode de détermination des taux à terme, il apparaît que le


différentiel de taux d'intérêt est en corrélation absolue avec le taux de change (Cf. Taux à
terme).
1

Ceci peut d'ailleurs être approché de manière assez fiable par ce schéma de la théorie

1
sur les taux d'intérêt:

1
UTaux d'intérêt <=> Ucoût crédit <=> ft volume crédit <=> ft consommation
<=> ft croissance.

MBF5 21
Marchésjinanciers et Finance d'Entreprise
1

Gestion du risque de cbange dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

De façon inverse:

ft Taux d'intérêt <:=> ft coût crédit <:=> Uvolume crédit <:=> Uconsommation
<:=> Ucroissance.

Notons, que cette stratégie utilisée en politique monétaire peut avoir des objectifs
antagonistes; ainsi une stratégie de croissance, par exemple, qui devrait, a priori avoir un
impact positif sur le taux de change peut avoir un effet totalement contraire puisqu'elle

1 pourrait engendrer une inflation qui, elle est de nature à déprécier une monnaie.

1 1-4 Grands indicateurs

Les différentiels de croissance et d'inflation constituent les deux grands indicateurs


macroéconomiques qui ont une incidence immédiate sur le taux de change.

1 • InOation

1 Elle est un indicateur direct de la valeur d'une devise; plus elle sera importante et
moins la devise en question aura de la valeur et vice-versa

Ainsi, en corrélation avec la PP A ; le différentiel d'inflation entre deux pays reflétera


de manière absolue l'écart de change entre les deux devises concernées.

• Croissance

1 La croissance est un indicateur pertinent d'attractivité de l'environnement économique

1 d'un pays. Une forte croissance représenterait donc un puissant incitatif à l'investissement et
serait donc de nature à apprécier une devise par rapport à une autre jusqu'à un certain point
où elle serait source d'inflation et de dépréciation de la devise concernée.
1
1

MBF5 22
Marchés financiers et Finance d'Entreprise
1

1
Gestion du risque de change dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

II. METHODES NUMERIQUES


1
Indicateurs de tendance 12
1 2-1

Les partisans de l'efficience des marchés supposent que toute l'information disponible
1 est contenue dans le niveau des prix; ainsi, il existerait des tendances, cependant purement
aléatoires dans l'évolution des cours de change.

• Moyennes mobiles

La moyenne mobile simple, de paramètre n, d'une série temporelle est une autre série

1 dont chaque valeur Mt est obtenue en calculant la moyenne arithmétique simple des n
dernières valeurs de la série brute.

Mt= (XI + ... + XI-MI)


n
1 Ainsi, selon la valeur du paramètre n (en général deux moyennes de 50 et 100 jours),

1 l'inertie du mouvement de la moyenne mobile et l'effet du lisage sont plus ou moins grands.

Les règles d'utilisation des moyennes mobiles comme outils de décision sont d'une
1 simplicité remarquable: en phase de hausse, le cours de la série brute coupe la moyenne
mobile vers le haut; tandis qu'en phase de baisse, il coupera cette même moyenne mobile

1 vers le bas.

En utilisant exclusivement les deux moyennes mobiles, il conviendra de considérer


comme signal d'achat le fait que la moyenne courte traverse la moyenne longue vers le haut
tandis que le signal de vente sera le processus exactement inverse.

1
1 12 Cf Annexes

MBF5 23
Marchés financiers et Finance d'Entreprise

1
Gestion du risque de change dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

• Lissage exponentiel

Alors que les moyennes mobiles accordent autant de poids à toutes les observations de
la série, le lissage pondère les valeurs par des coefficients décroissants en fonction de
l'éloignement, dans le passé, de la valeur; ainsi, les valeurs les plus récentes auront une
importance accrue.

Soit le nombre 0 ~ a ~ 1, une suite de n coefficients décroissants est obtenue par la

1 c .'
lonctlOn • Il e: 1,a, a2, . . ., a n-1
exponentle

Ainsi, la série lissée Lt devient:

2
Lt= X, + aX,_1 + a X'_2 +...+ aII-I XI-I.+ 1

1 1 + a + a 2 +...+ aII-I

Le lissage exponentiel peut être utilisé de la même manière que celle des moyennes
1 mobiles, avec l'avantage certain de prendre en compte des données comparativement plus
fiables.
1
2-2 Indicateurs de puissance 13
1
La nécessité de gérer les retournements de tendance a contribué à l'élaboration

1 d'indicateurs étudiant l'évolution des pentes des courbes observées.

Le terme « puissance» traduit la constance de la tendance, sa force et la garantie de sa


persistance. Il est bien évident qu'il existe une infinité d'indicateurs; ceux-ci sont les pus
fréquemment utilisés.

• Momentum (MO)

1 Le momentum permet de mesurer directement la variation entre des valeurs brutes


observées, distantes de n observations.

MÛt - Xt- Xt-I


1
1 13

MBF5
J. M. DaU>arade, Cours Marché de Change, 2006, CESAG/ Cf. Annexes
24
Marchésfinanciers et Finance d'Entreprise

1
Gestion du risque de change dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

1 te signal d'achat survient lorsque le momentum passe d'une valeur négative à une

1 valeur positive tandis que le signal de vente sera le cas contraire.

Exemple: Cf. Annexe - Indicateurs de puissance­


1 • Rate of Change (ROC)14

1 Le calcul du ROC est similaire à celui du momentum à l'exception du fait que la


comparaison des valeurs se fait par leur rapport.

1
1 L'interprétation du ROC se fera par rapport à la valeur 100, à l'instar du momentum
par rapport à O.

1 Exemple: Cf. Annexe - Indicateurs de puissance­

• Relative Strength Index CRSI)15

La base de la construction du RSI est une distinction entre les variations haussières et
1 les variations baissières pour des observations consécutives. A partir de la moyenne des
hausses HI et celles des baisses Bt sur la période considérée de longueur t, on calcule la part
1 relative de la variation.

1 RSI=lOO H,

H, +B,

1 Pour une compréhension aisée du RSI, si la moyenne des hausses est égale à celle des
baisses, le RSI sera égal à 50. Ainsi, historiquement, les seuils préfixés de 30 et 70 indiquent
1 respectivement des marchés « survendus » et « surachetés ».

1
14 En anglais

15 En anglais

MBF5 25
MaTchésfinanciers et Finance d'Entreprise
1
Gestion du risque de change dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

GRAPIDQUE 3 : Produits de cbange ECOBANK

Produits de change

XOF
Millions

2003 2004 2005


Années

Source: Rapport Annuel Ecobank Sénégal, 2005

Globalement, l'activité de ECOBANK SN est en progression constante; le total bilan


est ainsi passé de XOF 48 591 Millions à XOF 75 199 Millions entre 2003 et 2005 soit une
croissance de 54,75%.

TABLEAU 2 :Résultats financiers ECOBANK Sénégal (en Millions FCFAl

2003 2004 2005


Produit de change
(FX)
-885 1028 Il 1435
Produit net Bancaire
(PNB) 1701 4277 6061

Résultat Net (RN)


628 1104 1558
FXlPNB 24,04% 23,68%
FXIRN 1 129,98% 92,11%
Source: Rapport Annuel Ecobank Sénégal, 2005

Durant cette même période, les gains de change sont passés de XOF - 885 Millions à
XOF 1558 Millions, ce qui représente en 2005 23,68% du Produit net bancaire.

MBF5 30
Marchésfinanciers et Finance d'Entreprise
1

1
Gestion du risque de cbange dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

1 Par ailleurs, cette activité de change concourt pour 45,41 % du total des opérations
financières en augmentation de 2 points par rapport à 2004.

Cette importance de l'activité de change dans l'activité globale de la banque est le


1 détenninant principal d'une gestion efficiente du risque de change.

GRAPmoUE 4 : Produits de change des banques au Sénégal

Produits de changes

1600 ----------~=-------~

1 1400
1200
1000
1 XOF 800
Millions 600 . 2005
400 . 2004
200
o
-200 .J-........~~.....................

III
Ci) jk ~
ft!
,... Qj
~
CJ

Source: Rapports Annuels Banques Sénégal, 2005

1 En comparaison, et ce pour les banques les plus importantes (tableau ci-dessus) et dont
les données sont disponibles, il apparaît que ECOBANK SN est leader en tenne de produits
de change avec environ 36,25% du total réalisé, en progression de 12 points par rapport à
l'année précédente.

MBF5 31
Marchésfinanciers et Finance d'Entreprise
Gestion du risque de change dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

Il existe deux types d'options: le « put» et le « cali ».

• Put

1 Le « put» confère à son détenteur le droit de vendre une certaine quantité d'un actif à
un prix donné, à une date future; et ce moyennant le versement d'une prime.

1 • Cali

1 Inversement, le « cali» confère à son détenteur le droit d'acheter une certaine quantité
d'un actif à un prix donné, à une date future; toujours moyennant le versement d'une prime.

L'illustration suivante, un graphique de « profit/perte» permet de mettre en évidence le


montant des pertes maximums que pourrait subir le détenteur d'une option.

GRAPIDOUE 5 : PROFITIPERTE Option

PUTICAlL

1 3

2
u:: 1
e
I-~II
~

l 0
- Ptt

: -1

-2

-3
Prix (soLBjaœt1)

1
MBF5 36
Marchés fllUlnciers et Finance d'Entreprise
Gestion du risque de cbange dans une banque de l'UEMOA : Cas de ECOBANK Sénégal

2-2 Analyse macroéconomique des marchés

Outre la limitation de l'activité de change, une analyse quotidienne des marchés


financiers internationaux est requise dans le but de prévoir l'évolution que pourrait avoir les
cours des principales devises, sur la base des déterminants des taux de change
susmentionnés.

Il convient, cependant, de préciser ici que l'évolution des cours sur la paire EUR/USD
ne suit pas toujours la logique des fondamentaux économiques. C'est tout le sens de la
question de l'Euro pro cyclique évoqué.

GRAPIDOUE 6 : Ecarts macroéconomiques UE/USA

Ecarts macroéconomiques UElUSA

3 T-----------------------------~-----=~

2+---------~~------------------------~

1 1 ~~~~~--~~----------------------~ r------------------~
-+-- Différentiel de taux (longs
nominaux à 10 ans)
- Différentiel d'nflation

Différentiel de croissance

-2

1 -3

~ _.~------------------------------------~

Source: La question du taux de cbange de l'Euro, La lettre de l'OFCE nO 247

MBF5 40
Marchésfinanciers et Finance d'Entreprise
Gestion du risque de ehange dans nne banque de l'UEMOA : Cas de ECO BANK Sénégal

GRAPmOUE7

Volatilité llistorique ElRUSD

4O,ŒXXJlib

35,ŒXXJlib

1 3),ŒXXJlAl

25,ŒXXJlib

i 2l,<XXVYo

15,ŒXXJlAl

10,<XXVYo

5,ŒXXJlAl

Casees
1
1

ILLUSTRATION

Sans entrer dans la démonstration de la formule de la VaR, et si l'on postule que la

1 distribution de la volatilité suit une Loi Normale, celle-ci s'établit comme suit:

Soit, VP= Valeur du portefeuille; o=écart type ; Va = Volatilité annuelle; 8 = 1,65 =

1
quantile d'ordre 95%

VaR= 1,65 x Va x VP

Ce tableau met en évidence la volatilité historique de la paire EURfUSD avec les


valeurs suivantes:

0= 0,53620%; Va= 10,2442%

1 MBF5
Pour une position longue de 20 000 000 USD:

46
Marchésfinanciers et Finance d'Entreprise
1

1
Cours
0 0 ~

-CA>
~ ~ ~

(X) CO
-
~ 1\) ~
01101'1999
0110311999
0110511999
0110711999
0110911999 m
0111111999 <
1

...-_.
0110112000 0
011031200
011051200 C
1
011071200
011091200
0111112000
0
0110112001
j

1
0110312001
0110512001
0110712001
-1
m
0110912001 C
0111112001
0110112002
><
011031200 C.
011051200 ft)
011071200
011091200 n
C 0111112002
::r
D)
Ci
0110112003
011031200 m
01.1051200 j
011071200
011091200
CC
ft)
0111112003
0110112004
011031200 m
1
011051200
011071200 c:
011091200
~
0111112004
0110112005 c:
011031200
011051200
en
011071200 C
011091200
0111112005
011011200'
1
011031200
011051200
011071200
011091200
011111200'

1
DISTRIBUTION STATISTISQUE TAUX DE CHANGE EURUSD

1 Rendement Effectif Frequence Freq.theor.


Début -1,8726% 6 0,2065% 0,0233%
-1,7385% 3 0,1033% 0,0344%
3sigma -1,6045% 8 0,2754% 0,0773%

1 -1,4704%
-1,3364%
8
6
0,2754%
0,2065%
0,1630%
0,3230%
-1,2023% 19 0,6540% 0,6015%
2sigma -1,0683% 32 1,1015% 1,0526%
-0,9342% 48 1,6523% 1,7309%
-0,8002% 71 2,4441% 2,6748%
-0,6661% 76 2,6162% 3,8843%
slama -0,5321% 110 3,7866% 5,3005%
-0,3980% 114 3,9243% 6,7972%
-0,2639% 152 5,2324% 8,1910%
-0,1299% 179 6,1618% 9,2156%

1 Moyenne 0,0042%
0,1382%
1079
210
37,1429%
7,2289%
9,8706%
9,8706%
02723% 172 5,9208% 9,2756%
1
sigma
0,4063%
0,5404%
127
119
4,3718%
4,0964%
8,1910%
6,7972%

1
0,6744%
0,8085%
0,9425%
102
74
57
3,5112%
2,5473%
1,9621%
5,3005%
3,8843%
2,6748%

1
2sigma 1,0766%
1,2106%
48
30
1,6523%
1,0327%
1,7309%
1,0526%
1,3447% 20 0,6885% 0,6015%
1,4787% 11 0,3787% 0,3230%
3slama 1,6128% 9 0,3098% 0,1630%
1,7468% 11 0,3787% 0,0773%
Fin 1,8809% 4 0,1377% 0,0344%
2905 100,0000%

1
1

1
Principaux Indicateurs macroéconomiques
SENEGAL
ANNee - ~
-~ ,---,;, -- ..,".­ "' .. - - zooct '.. ZOO1"'2002 20œ 200~
..

, :zoott, ,,:2Oo.e
INDICATEURS DE CONVERGENCE
Premier rang 1

1
Solde budgétaire de base avec PPTE sur PIB nominal (en %)
Solde budgétaire de base hors PPTE sur PIB nominal (en %)
Taux d'inflation annuel (glissement des indices moyens en %)
1,4

0,7 ,
-1,4
1,4 1 -1,0
3,0
1,1
1,2
~,3
0,0
08
0,0
0,0
1,1
0,5
0,0
1,6'
1,7
-1 ,3
-0,2
0,8
Encours de la dette publique totale rapporté au PIB nominafcen %) 76,0 74,8 70,6 63,9 48,2 45,9 44,3

1
Variation des arriérés de paiement (en milliards de FCFA)
Arriérés de paiement de la période de la gestion courante
Accumulation d'arriérés de paiement intérieurs
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0,
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0'
0,0
0,0
0,0
0,0
Accumulation d'arriérés de paiement extérieurs 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
1
Réduction d'arriérés de paiement (en milliards de FCFA)
Réduction d'arriérés de paiement intérieurs
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
D,DI
0,0
0,0
0,0
Réduction d'arriérés de paiement extérieurs 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 , 0,0
Variation des arriérés de ,paiement intérieurs (en mds FCFA) 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Variation des arriérés de paiement extérieurs (en mds FCFA) 0.0 0,0 0.0 0.0 0.0 0.0 0,0
Second rang
Sala.ires et tra~ements en % des recettes fISCales (RF) 32,7 30,7 31,7 30,1 29,5 30,0 1 29,8

1
Dépenses en capital sur financement interne en % RF
Recettes Fiscales sur PIB en %
19,8
17,3
-9,3
23,2
17,3
23,5
18,1
28,1
18,2
30,0
17,6
31,4
18,7
34,3
18,7
Balance courante hors dons en 'JI) PIB -6,6 -6,2 -6,6 -6,0 -9,7 -9,2
AUTRES INDICATEURS BUDGETAIRES 1
Solde global hors dons sur PIB en % -1,6 -4,2 -2,4 -3,8 -4,5 -2,8 -5,8
Solde global sur PIB en % 0,1 -2,4 -0,6 -1,7 -2,4 -1,0 -3~
Solde global base caisse sur Pla en % 0,1 -2,4 -0,6 -1,7 -2,4 -1,0 -3,9
Solde primaire de base en % des RF. 16,8 -3,0 12,4 6,6 6,6 , 4,8 -1,6
COMPTES NATIONAUX 1 1
PIB nominal (en milliards de FCFA) 3113,913342,7 3472,7 3725,4 4198,5 4561,2 4673,0
PIB en volume (prix constant 85) 2078,3: 2175,8 '2191,0 2337,8 2469,2 2620,5 2754,2
Taux de croissance du PIB en volume 5,1 4,7 0,7 6,7 5,6 6,1 5,1
SITUATION MONETAIRE ,
Avoirs extérieurs nets 88,7, 169,6 296,8 550,8 670,3 659,7 785,6
- Banque centrale -5,6 66,7 137,7 351,6 471 ,1 486,5 n.d .
- Banq,u es 943 102,9 159,1 199,2,1 199,2 173,2 ,n.d.
Créd~ intérieur 785,3 837,4 793,0 848,81 880,9 1032,1 968,4
Pos~ion Nette du Gowernement 160,2 181,9 , 106,5 64,2 24,1 -34,9 -2,4

1
Créd~s à l'économie
Masse monétaire
COMMERCE EXTERIEUR ET BALANCE DES PAIEMENTS
625,1 1
790,4
655,5
905,2
686,5
974,1
784,6 , 856,8 1067,0 970,8
1280,6 1445,7 1565,2 1648,7
1

Importations FOB 951,6 1047,1 11117,9 1200,5 1318,5 1507,8 1567,8


Exportations FOB 654,9 735,3 743,4 730,6 1 797,4 810,1 867,7
Bal. commerciale FOB-FOB -296,7 -311,8 -374,51-469,9 i -521,1 -697,7 -700,1
Balance des services -12,9 -11 ,4 -12,7 -13,01 -14,8 -16,3 -17,5
Balance courante -236,6 -180,0 -220,9 -253,7 -271 ,0 -382,9 -368,5
Balance courante hors dons -288,8 -227,2 -285,7 -321,0 1-335,3 -440,8 -430,2 ,
Balance globale -8,6 75,9 111, n 220,4 106,.4 -10,7 136,9
Taux de couverture: EJII)UI .n. en% 68.8 70.2 66.5 60.9 60.5 53,7 55.3
1
Balance courante en % PIB
DETTE EXTERIEURE
-7,6 -5,4 -6,4 -8,8 -6,5 ' -8,4 -7,9

Encours de la dette extérieure 215812203,8 2278,612212,1 '1867,0 1832,8 1806,8 '

1
Service de la dette extérieure
EncOlJrs de la dette extérieure en % du PIB
Service de la dette extérieure en % des Exportations totales (1)
104,8 1 87,9
69,3
11,3
116 113,2 168,0 149,5 1172,91
65,9 ' 65,6
8,6 1 11 ,0
59,41 44,5
10,6 14,8
40,2
12,5
36,7
13,6
Service de la dette ext. en % des Recettes totales hors dons 18,6 14,6 ' 17,5 15,7 1 21,6 17,0 16,8
.. .
(1) source. comptabilite nationale
FOREX llIADER'8 BLOTTER ANNEXES'" 5 BlOTTER & INDICATEURS MACRO (ANNEXE 4)
Impl'fme 'e : 1~.1081200g

OPEN PROFIT .......................................... ............ ... ... ............................ ...... .... .... .... , .... ...... . ...... ........ .......
DAY PROFIT ............................................................................... .
NEW MTD PROFIT ..... ...... . .. ...... ................... ... ... ........... . PLSTD PROFIT AT 24-...-06

l~DOV-06 Amou." • 1.010'S SOLDES l N USD

CONTRE­ EUR USD IPY CVE OBP CHF SA.R C/'J) ZAR DEVISE MONTANT
VAL. CFA AIC R AIC R AIC R AlC R AlC R AlC R AlC R AIC E1Jl 0
OPENINOBAL USD 0
NREF! JPY 0
~REF! GBP 0
NREF! CIl' 0
1 #REF! CVE 0
fREF! SAR­ 0
.REF! CAO 0
~REF! ZAR 0

1 NREFI
NREF!
L NREFI
#REFI TOTAL 0
#REF!
fREFI
#REFI :
#REFI K=USD OOIV/OI
#REFI
NREFI
NREFI BlDGING 'DIVIO!
NREFI
NREFI
fREFI
NREFI
NREFI
NREFI
NREFI
NREFI
#REFI
#REFI
NREFI
NREFI
'REFI
'REFI

NREFI
NREFI

a.ouNC POlIT. IN USD


LDIl1'S 011 IN USD
-
LDGTS MIN USD
FCCL ADJtrITIŒHT
C L _ l'OIIT1ON
- ClOSING POSITION IN USD - - -­

LIMIT OK OK OK OK OK OK OK
TRANS o
o

Tndt-r Autboriller I.C.U . M.D .

-
-
-
1 1
-Jo. -Jo.
1 1 1 1
tv 0 (X) 0) ~ 1\.) 1\.) ~ 0)
0 0 0 0 0 0 0 0 0
0
0
0
0
..0
0 -
0
0
..
0
0
0
0
..
0
0
0
0 -
0
0
..
0
0
1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

1
....i. ....i. I\J I\J (.ù
(11 0
0
(11
0
0

(11
0 8 0 p
-0
0 8~ ""0
0
""0
0
""0
0
-8 8
~ '#. ~ '#. ~ ~
12/02/2002
12/04/2002
12/06/2002
12/0812002
12/10/2002
12/12/2002
12/02/2003
12/0412003
12/06/2003
12/08/2003
12/10/2003
~
.....,
12/12/2003 tT1
12/0212004 0
"Tj
Cl
12/04/2004
52
12/0612004 Z
0
1 12/08/2004
tT1
,-..
:;tI
12/10/2004 8

'-'

12/12/2004
12/02/2005
12/04/2005
12/06/2005
12/08/2005
12/10/2005

1 12/12/2005
12/02/2006

1 12/0412006

1 1
0-0
» (J)
oC§
1
~
o
-

(J)
0

METHODES CHARTISTES DE PREVISION

Tête et épaules Les soucoupes

J J tête
A
J
=j
---,
~aule .L...1
~aule
-
aL...!. -
L
L.
..s:..
r..
ll9.ne de cou
-1 .!
..J.L
.....l
~l. ~~i :3
al ..:l j
~
L
-
~
l l l --"""
Triangles Fanions ou Drapeaux

.MI

A.l "­ AI!.. /


r J\...... ~-'L
V,-/
/\ J\ r ~ -......... /v
.1 l l'~ ....­ ~
JI!
.....
.~ '\. ~ r
A II ./' /

--­
1.
J \ .JJ "\ .IV
( tri ~ .A .. l
1,., v 11'- V'" v