Vous êtes sur la page 1sur 7

De nouvelles exigences pour les chaînages

de maçonnerie
Batirama.com

02/10/2008 0

Les exigences du futur DTU maçonnerie vont se renforcer vis-à-vis des chaînages. Les
bâtiments devront comporter plus d’armatures, éléments favorables en termes de
limitation de sinistralité… Le point sur quelques bonnes pratiques et sur les principaux
changements…

Un chaînage est un élément en béton armé horizontal, vertical, voire incliné, composé d’armatures hautes
adhérences en FeE500 (exigez la certification NF de l’AFCAB), noyées dans un béton de consistance minimale
très plastique (S3) et d’une granulométrie au moins égale à 16 mm, ceci afin de garantir un remplissage du
coffrage et un enrobage* satisfaisants des armatures. Les chaînages doivent être liaisonnés entre eux, au moyen
d’équerres ou de boucles.

Le DTU impose de nouvelles exigences

Dans un précédent article, nous avions évoqué les principales évolutions du DTU maçonnerie et celles
concernant les chaînages de maçonnerie. Rappelons que cet incontournable référentiel, disponible à l’automne
2008 (www.afnor.fr ou www.cstb.fr ) va imposer des quantités d’acier plus importantes pour les chaînages. Pour
certains artisans, cela ne constituera pas une révolution, mais plutôt l’entérinement de bonnes pratiques de
chantiers…

Source: batirama.com / Hubert Koenig

* 5 cm : atmosphère marine ou agressive?; 3 cm : parois soumises aux intempéries et 1 cm : locaux couverts


sans condensation.
Cas n° 1 : Les chaînages en zone non sismique
1/ LES CHAINAGES HORIZONTAUX

Exemple d'équerres de liaisons associées au chaînage horizontal de 2 Ø 10 (les chaînages verticaux ne sont pas
représentés sur le dessin)

La section transversale du béton de ces chaînages doit être limitée en façade. Les sections importantes de béton
constituent, en l’absence de précautions particulières, une source de désordres dans les maçonneries enduites. En
général, la hauteur d’un chaînage de façade est celle du plancher qui lui est associée. Dans le cas de planchers
autres que les planchers en béton armé (par exemple, planchers à solivages en bois ou en métal, certains
planchers en béton précontraint ne comportant pas d’armatures dépassant en about…), des chaînages plats
peuvent être réalisés.

Des liaisons efficaces doivent être assurées entre les armatures des divers chaînages, à cet effet, deux possibilités
de liaisons sont possibles : par équerres ou par boucles en “U” (dessin ci-dessus). Ces liaisons doivent être de
même diamètre que les chaînages courants et les recouvrements droits de 50 Ø.

3 points à retenir concernant les chaînages horizontaux

1. La section des armatures longitudinales des chaînages ne peut être inférieure à 1,50 cm2, dans le cas d’acier de
nuance FeE500, soit 2 Ø ou 3 Ø 8.

2. Dans le cas de planchers-terrasses en béton armé, la section minimale des armatures longitudinales des
chaînages est de 3,08 cm2, dans le cas d’acier de nuance FeE500, soit 4 Ø 10 (attention ces armatures sont
distinctes de celles des voiles d’acrotère ou des corniches).

3. Les murs de combles, dont la hauteur est supérieure à 0,60 m doivent se terminer par un chaînage horizontal.

2/ LES CHAINAGES VERTICAUX

Les chaînages verticaux règnent désormais sur toute la hauteur du bâtiment.


L’utilité des chaînages verticaux est double : ils ceinturent
la maçonnerie en liaison avec les chainages horizontaux et s’opposent, par ailleurs, au soulèvement des dalles de
planchers en béton armé dans les angles.

Ces chaînages, à ne pas confondre avec des poteaux, car ils ne reprennent pas d’efforts verticaux, doivent être
réalisés au moins dans les angles rentrants et saillants des maçonneries, ainsi que de part et d’autre des joints de
fractionnement du bâtiment.

Une alvéole de section carrée de 10?cm de côté ou circulaire de 10 cm de diamètre est, en général, suffisante. La
section d’armatures en acier haute adhérence est au moins équivalente à celle qui correspond à 2 Ø 10. Afin de
contrôler le remplissage satisfaisant des chaînages verticaux, la base de ceux-ci est cassée (photo ci-dessus…).

C'EST NOUVEAU

Par ailleurs, et ceci constitue une nouvelle exigence du DTU, ces chaînages doivent être établis sur toute la
hauteur du bâtiment et non plus dans la hauteur du dernier étage dans le cas des planchers-terrasses en béton
armé ou dans la hauteur du dernier étage dans le cas où le plancher en béton armé surmontant ce dernier étage
n’est pas un plancher terrasse.

3/ LES CHAINAGES INCLINES OU RAMPANNAGES

Du fait de leur position en couronnement de mur, les pointes de pignon en maçonnerie


devraient normalement comporter, sur leurs rives inclinées, un chaînage en continuité avec les chaînages
verticaux et horizontaux du niveau sous-jacent. Ce qui n’est pas le cas en
construction non parasismique. Par contre en construction parasismique, le chaînage incliné est obligatoire et la
section des aciers doit être égale à la moitié de celle prévue pour le chaînage horizontal.

À RETENIR

Désormais, les rives inclinées devront comporter un chaînage dès que la hauteur sous pointe de pignon est
supérieure à 1,5 mètre. L’armature minimale de ce chaînage sera la même que celle des chaînages verticaux ou
horizontaux, soit 2 Ø 10.

1 : mur en maçonnerie de béton celullaire ; 2 : chaînage; 3 : isolant ; 4 : planelle

Cas n° 2 : Les chaînages en zone sismique


NOUVEAU
ACTUEL ZONAGE DE 1991 ZONAGE A
PARAÎTRE
0 Sismicité très faible - 1 ag < 0.7 m/s²
0.7 ≤ ag < 1.1
IA Sismicité faible 0.7 m/s² 2
m/s²
1.1 ≤ ag < 1.6
IB Sismicité modéré 1.1 m/s² 3
m/s²
1.6 ≤ ag < 3
II Sismicité moyenne 1.5 m/s² 1.5 m/s² 4
m/s²
III
Sismicité forte 3 m/s² 5 ag ≥ 3 m/s²
DOM

À ce nouveau zonage seront associées les règles parasismiques de l’Eurocode 8 et ses annexes nationales.
Toutefois, une période de transition permettra jusqu’au 1er janvier 2010, de continuer à utiliser les actuelles
règles (PS 92), mais avec le nouveau zonage et avec des valeurs d’accélération spécifiques. En outre, les règles
PS-MI 89 révisées 92 et CPMI, utilisées pour les maisons individuelles et petits bâtiments, resteront utilisables,
jusqu’à leur révision…

1/ LES CHAÎNAGES HORIZONTAUX


Les armatures de chaînages périphériques de planchers doivent répondre aux exigences suivantes :

ACTUEL ZONAGE SISMIQUE NOUVEAU ZONAGE SISMIQUE


IA 2
IB 3
II 4

Tout chaînage horizontal doit comporter des armatures transversales d’espacement au plus égal à 25 cm. Par
ailleurs, et pour les planchers à poutrelles et hourdis, il est indispensable de disposer d’armatures
complémentaires. En complément des chaînages horizontaux, des lits d’armatures peuvent être disposés dans les
joints horizontaux, au niveau de chaque plancher (c.f MURFOR de Bekaert et § 3.3.4.1 de PS-MI 89/92).

Les boucles d’armatures : une solution alternative aux équerres de liaison

En prévision de l’application de l’Eurocode 8 et notamment pour les maisons


individuelles réalisées en maçonneries de blocs béton de 20 cm, le Cerib (Centre d’expérimentation et de
recherches de l’industrie du béton) a travaillé en collaboration avec la FFB-UMGO (Fédération Française du
Bâtiment – Union de la maçonnerie et du gros œuvre), afin de rechercher une solution simple pour la réalisation
des liaisons entre les chaînages horizontaux et verticaux. En effet, la solution des équerres ne permet pas de
garantir un bétonnage satisfaisant des chaînages, ce qui n’est pas le cas des boucles d’armatures.

2/ LES CHAINAGES VERTICAUX

• Les armatures de chaînages verticaux doivent répondre aux mêmes exigences que les chaînages horizontaux et
les alvéoles doivent permettre de réaliser des chaînages de section sensiblement carrée ou circulaire :

ACTUEL ZONAGE NOUVEAU ZONAGE CHAÎNAGE HA DIMENSIONS DES


SISMIQUE SISMIQUE FeE500 ALVEOLES EN cm
IA 2 4Ø8 10 x 10 ou Ø 12
IB 3 4 Ø 10 10 x 10 ou Ø 12
II 4 4 Ø 12 12 x 12 ou Ø 14

• Les chaînages intermédiaires doivent comporter, quant à eux, les armatures minimales suivantes :

ACTUEL ZONAGE SISMIQUE NOUVEAU ZONAGE SISMIQUE


IA 2
IB 3
II 4

3/ LES CHAÎNAGES DE RAMPANTS


Un chaînage doit être réalisé en partie haute des murs, suivant le rampant. Les caractéristiques de ce chaînage
sont identiques à la moitié de celles des chaînages horizontaux, autrement dit : 2 Ø 8 en zone IA ; 2 Ø 10 en zone
IB ; 2 Ø 12 en zone II.

4/ LES ENCADREMENTS DE BAIES

Les renforts de baies sont également des chaînages et doivent être réalisés dès lors que les baies ont des
dimensions supérieures à 0.60 m (tableau ci-dessous).

ACTUEL ZONAGE SISMIQUE NOUVEAU ZONAGE SISMIQUE ARMATURE HA FeE500


IA 2 2Ø8
IB 3 2Ø8
II 4 3Ø8

Il est possible de s’affranchir des renforts de baies, si l’on utilise des blocs baies en béton armé de type
Compobaie.
Contacts de quelques fabricants d’armatures certifiées NF*

DEPARTEMENT FABRICANT LIEU


2 Ets Pantz Villers-Cotterets
2B Armafor Corse Biguglia
13 Armafor 13 Fos-sur Mer
21 Armatures de l'Est Longvic
34 Armeca Fabrègues
38 Armacentre Colombe
56 Ouest-Arma Landaul
57 Afba Woippy
72 Aramatures Mancelles Marigné-Laille
83 Armafor Le Luc
84 Armasud Sorgues
85 Strarco Vix
* liste non exhaustive

Respectez les DTU !


Pour terminer, rappelons, une fois de plus, que les DTU constituent des contrats types entre un entrepreneur ou
un artisan et son client, en aucun cas l’application du DTU n’est obligatoire, mais le non respect du DTU, reflet
des bonnes pratiques, est fréquemment interprété par les experts comme une faute grave…

Attention à la hausse des prix des aciers !

Ces nouvelles pratiques risquent de générer des surcoûts… dûs notamment à la flambée des prix des aciers pour
le bâtiment (ronds à béton et treillis soudés).Certains experts affirment que la hausse en un an de ces produits a
dépassé les 60 % et cela ne serait qu’un début. Par conséquent, nous conseillons vivement à nos lecteurs
d’interroger périodiquement les fournisseurs, afin d’anticiper les hausses et prévoir des conditions générales de
vente à durée limitée et prévoyant une clause de révision de prix (à la hausse comme à la baisse !) et ceci pour les
marchés privés. Concernant les marchés publics, rappelons que le code des marchés publics prévoit
l’actualisation des prix.

Vous aimerez peut-être aussi