Vous êtes sur la page 1sur 32

Tronc commun –sections internationales

Chapitre 3 : Les facteurs climatiques et


leurs relations avec les êtres vivants

Mustapha Elhasnaoui
Les facteurs climatiques et leurs relations
avec les êtres vivants

Introduction :
Le climat est l’ensemble des conditions atmosphériques telles que la
température ; les précipitations, l’humidité, le vent, la luminosité …
etc. qui caractérisent une région donnée.

Le climat varie selon la position géographique. D’autre part , les êtres


vivants occupent des espaces géographiques déterminés.

- comment déterminer le climat d’une région donnée?


- Quelle relation entre le climat et la répartition des êtres vivants?
- Comment le contrôle des facteurs climatiques améliore-t-il le
rendement agronomique?
I- les facteurs climatiques
1- la température
La température est une grandeur physique mesurée à l’aide d’un thermomètre.

L’ unité de mesure de la température est le degré Celsius (°C), dans laquelle la glace fond
à 0 °C et l'eau bout à environ +100 °C dans les conditions standard de pression; et l’unité
internationale est le degré kelvin (°k). La relation entre ces deux unités s’écrit :

x°C = (x + 273.2) °K
La température minimale (m) est la plus basse température observée au cours d'une
journée de 24 heures. Elle se produit le plus souvent vers le lever du jour ou dans
l'heure qui suit.

La température maximale (M) est la plus élevée température observée au cours de la


journée. Elle se produit le plus souvent en cours d'après-midi.

𝑴+𝒎
La moyenne des températures T=
𝟐

L'écart thermique (la différence des températures )  = M-m


a- Donner la moyenne m du mois le plus froid et la moyenne M du mois le plus chaud
en °C et en °K pour chacune des stations d Erfoud , tiflet , oulmés et Ouarzazate.
La moyenne m du mois le plus froid et la moyenne M du mois le plus chaud en °C et en
kelvin pour chacune des stations :

A tiflet :
m = 5.6 °C = 5.6 + 273.2 °K = 278.8 °K
M = 35.8 °C = 35.8 + 273.2 °K = 309 °K

A Erfoud :
m = 1.3 °C = 1.3 + 273.2 °K = 274.5°K
M = 42.6°C = 42.6 + 273.2 °K = 315.8 °K

A Oulmés :
m = 2.6 °C = 2.6 + 273.2 °K = 275.8°K
M = 33.8°C = 33.8+ 273.2 °K = 307 °K

A Ouarzazate :
m = 1 °C = 1 + 273.2 °K = 274.2°K
M = 39.4°C = 39.4+ 273.2 °K = 312.6 °K
b- déduire  en ° C pour chaque station et comparer les résultats. Que constatez vous
?
L’ écart thermique Pour chacune des stations ( = M-m) :
Tiflet : 35.8 – 5.6 = 30.2 °C
Erfoud : 42.6-1.3 = 41.3°C
Oulmés : 33.8 -2.6 =31.2°C
Ouarzazate: 39.4 - 1 = 38.4 °C

Certaines stations ont des écarts thermiques élevés ( plus de 38°C ) comme à
Erfoud et a Ourzazate ; d’autres stations ont des écarts thermiques moins élevés (
moins de 32 °C) comme à Tiflet et à Oulmès

C- déduire la moyenne des températures T en °C du mois le plus froid pour chacune


des stations .
A tiflet :
5.6 + 16.7
T (°C) = 𝟐

A Erfoud :
1.3 +16.5
T (°C) = 𝟐

A Oulmés :
2.6 +11.8
T (°C) = 𝟐

A Ouarzazate :
1 + 11.6
T (°C) = 𝟐
2- La pluviosité

La pluviosité : Quantité d'eau qui tombe à un endroit déterminé, au cours d'une


période donnée.
le pluviomètre : est l’appareil de mesure des précipitations pluviales. Il collecte la
quantité de pluie précipitée dans un lieu donné pendant une journée. L’ unité
pluviométrique est le mm .

- La moyenne pluviale mensuelle (P): calculée en additionnant l’ensemble des


précipitations quotidienne.
- La moyenne pluviale annuelle (Pa): calculée en additionnant l’ensemble des
précipitations mensuelles .

Pa ( mm) = 𝑷𝟏 + 𝑷𝟐 + 𝑷𝟑 + 𝑷𝟒 + 𝑷𝟓 + 𝑷𝟔 + 𝑷𝟕 + 𝑷𝟖 + 𝑷𝟗 + 𝑷𝟏𝟎 + 𝑷𝟏𝟏 + 𝑷𝟏𝟐

A- calculer les précipitations annuelles (Pa) à Tiflet , Ifrane , et Agadir


A ifrane :
Pa ( mm) = 181.8 + 141.8 + 121.2 + 117.7 + 74.0 +34.6 + 8.7 +11.2 +30.3 +81.9 +133.6 +168.4 = 1105.2
mm

A agadir:
Pa ( mm) = 48 + 36.5 + 28.2 + 18.2 + 2.6 +1.2 + 0 +0.2 +2.8 +20.5 +37 +52.7 = 247.9 mm

A tiflet :
Pa ( mm) = 82.6 + 76.5 + 66.3 + 63.2 + 33.2 + 03 + 2.5 + 0.2 +4.5 +25.6 +55.6 +82.3 = 495.5 mm
b- comparer et classer les stations du document c selon les précipitations annuelles (Pa)
.

Il y a des stations qui ont de forte pluviosité comme Ketama et Tanger , d’autre stations
connaissent une pluviosité moyenne comme Rabat , Fes , Casa, marrakech, tiznit et Oujda .
Enfin certaines stations se caractérisent par une faible pluviosité comme : rissani, tan-tan,
dakhla . On peut ainsi classer ces différentes stations :
Stations a forte pluviosité : Stations a pluviosité stations a faible pluviosité :
Pa > 700 mm/ an moyenne : 100 <Pa < 700 Pa < 100 mm/an
mm/an

Ketama et Tanger Rabat , Fes , Casa, rissani, tan-tan, dakhla


marrakech, tiznit et Oujda
3- L’ humidité relative ou hygrométrie

L’ humidité relative : est le rapport entre la quantité d’eau que contient l’air et la
quantité maximale qu’il est capable de contenir .

(Ha 𝑋 100)
Hr =
Vs
II –rôles des facteurs climatiques dans la répartition des
êtres vivants
1- La répartition des espèces végétales forestières au Maroc

Chaque unité géographique se caractérise par une ou des associations des plantes . D’autre
part , le climat varie d’une unité géographique à une autre . On peut alors essayer de
trouver le lien entre les associations de plantes et le climat .

- Les unités géographiques où on trouve le cèdre sont : le rif , le moyen atlas et le haut
atlas.
- Les unités géographiques où on trouve l’arganier sont : le haut atlas occidental et le Souss.
2 - La répartition géographique des espèces végétales et animales au Maroc

Le cèdre de l’atlas occupe les hautes altitudes du rif , du moyen et du haut


atlas et il est indifférent vis-à-vis de la nature chimique du sol .

L’ arganier est présent a des altitudes entre le niveau de la mer et 1400 m le


long du littoral entre Safi et sidi – Ifni, dans la plaine du Souss et sur les
flancs des parties occidentales du haut et de l'Anti-Atlas.
Le caméléon fréquente des biotopes secs à végétation arbustive.au Maroc occupe les
régions semi désertiques, souvent près des point d’eau . Il se rencontre jusqu’à une
altitude de 800 mètres.

le cobra se trouve au sud marocain ; il occupe les zones sèches et les zones humides..

La salamandre se présente dans les régions forestières humides au nord du Maroc


toujours près des points d’eau.
III –rôles des facteurs climatiques dans la répartition des
végétaux
1- le diagramme ombrothermique

Le diagramme ombrothermique permet de déterminer la durée de la période sèche dans


la station étudiée qui correspond à la période où 2T est supérieur a P.
a- Représenter le diagramme obrothermique de la station d’Azrou et de Tiznit. Colorier
la période sèche de chaque station et comparer ces deux périodes.
la période sèche dans la station d’ azrou débute vers la fin du mois mai et se
termine au début du mois de septembre ; elle dure environ trois mois et demi .

la période sèche dans la station de tiznit débute vers le milieu du mois de janvier
et se termine au milieu du mois de décembre ; elle dure environ onze mois.
2- Les étages bioclimatiques d’emberger

Le quotient pluviométrique ou indice climatique d'Emberger sert à définir les cinq


différents types de climats méditerranéens, depuis le plus aride, jusqu'à le plus humide,
climats que seul le Maroc dans la région méditerranéenne, possède en totalité.
Ce quotient est défini par la formule :

𝟏𝟎𝟎𝟎 × 𝑷𝒂 𝟐𝟎𝟎𝟎 × 𝑷𝒂
𝑸 = (𝑴+𝒎) =
×(𝑴−𝒎) 𝑴𝟐 −𝒎𝟐
𝟐

• Q: le quotient pluviométrique d’EMBERGER


• Pa : moyenne de la Pluviométrie annuelle en mm.
• M: Moyenne des températures maximales du mois le plus chaud en °K
• m: Moyenne des températures minimales du mois le plus froid en °K
a - Compléter le tableau suivant:
b – représenter chaque station sur le diagramme d’Emberger :
c- L’ étage bioclimatique et la variante thermique auxquelles appartient chaque
station
IV- Rôle des facteurs climatiques dans la répartition des animaux
1- action de l’humidité sur les animaux

L’humidité de l’air influence la répartition d’un grand nombre d’ espèces


animales . Expérimentalement on peut mettre en évidence l’action de l’humidité
en utilisant les lombrics.

Les lombrics fuient le compartiment 1 où il y a un déshydratant de l’air et se


déplacent vers le compartiment 2 où l’air est humidifié. Donc, les lombrics
fuient le compartiment 1 à la recherche de l’humidité.
D’une manière générale, on classe les organismes selon leurs besoins en eau :

- Les hydrophiles strictes vivent en permanence dans l’eau


- Les hydrophiles vivent dans des milieux très humides .
- Les mésophiles ont des besoins modérés en humidité atmosphérique
- Les xérophiles vivent là où la teneur en eau du sol et le degré d’humidité
atmosphérique sont très faibles.
2- le climatogramme

La teneur en eau et la température sont deux facteurs essentiels du climat indispensables


dans les milieux de vie. Il est important d’étudier leur action simultanée sur les êtres
vivants.
La représentation simultanée de la variation de la température et de l’humidité relative,
permet de construire un climatogramme.
Le climatogramme d'Agadir recoupe celui de rabat, alors que ces deux derniers ne
recoupent jamais celui de Midellt.

Rabat et Agadir partagent partiellement les mêmes conditions climatiques dans le


climatogramme.
3- L’ecoclimatogramme
L’ecoclimatogramme permet de déterminer la zone de tolérance et la zone de vie optimale
d’un animal en considérant deux paramètres climatiques comme l’humidité et la
température ou encore la pluviosité et la température.

Les régions propices au développement de la mouche ceratitis capitata sont Rabat et Agadir
Suivant leurs préférences thermiques, on peut classer les organismes en :

Psychrophiles : tolèrent des températures en dessous de 20°C


Mésophiles : tolèrent des températures entre 20°C et 45°C
Thermophiles : tolérent des températures entre 45°C et 80°C.
V- importance du contrôle des facteurs climatiques en agronomie
1- la serre , un milieux adapté pour contrôler les facteurs climatiques

Une serre est une structure destinée en général à la production agricole. Elle vise
le contrôle des facteurs climatiques. Selon l’ espèce et la période de culture , les
conditions climatiques imposées serons différentes.
Aux champs, le rendement de toutes les plantes potagères est faible ;alors que
dans les serres il est nettement supérieur qu’ aux champs. Dans des serres
climatisées, le rendement de toutes les plantes potagères augmentent
davantage par rapport aux serres.

2- la culture de la tomate et l’importance du contrôle de la température


Pendant toute la durée de culture des plants de tomate la production de la
matière sèche à 18°C est supérieure à celle mise en culture à 12°C.
La température élevée est un facteur climatique qui améliore la production de
la tomate.